Navigation – Plan du site

AccueilNuméros64Remarques historiques sur la perc...

Remarques historiques sur la perceptionde la langue tsigane en France

Emmanuel Filhol
p. 23-34

Texte intégral

  • 1 « Tsiganes » est le terme générique que nous employons pour désigner ici l'ensemble des trois group (...)

1Tout pourrait se résumer ainsi, à propos du paradoxe central autour duquel s'articule dans la société française le statut culturel dévolu aux minorités tsiganes1 : leur langue, le romani, constitue l'une des plus anciennes « langues de France », mais celle-ci n'est pas perçue comme telle et souffre aujourd'hui, au contraire, à quelques exceptions près, d'une non-reconnaissance officielle. Pour des raisons d'ordre historique et idéologique, indissociables du traitement politique adopté envers le nomadisme, la langue tsigane (romani sib) a souvent été objet de suspicion, de mépris, et s'est vue réduite, puisque confinée avec ses locuteurs aux marges de l'espace social, à un silence.

De l'inscription…

  • 2 Voir Histoires tsiganes..., sous la dir. d'Emmanuel Filhol (2004, reproductions couleurs réunies da (...)
  • 3 Bonaventura Vulcanius (1597, p. 100-105).
  • 4 Charles-Étienne Jordan (1741, 2e partie, p. 310-312).
  • 5 Cf. Henriette Asséo (2002, p. 86-110).
  • 6 L'article de Briasson déclare tout net : « ils se forgèrent un jargon déguisé de l'allemand, avec b (...)
  • 7 August Friedrich Pott (1844-1845).
  • 8 En particulier, The Zincali, or an account of the gypsies of Spain (1841).
  • 9 Mérimée (2000, p. 112-120).
  • 10 Francisque Michel (1857, p. 144-146).
  • 11 Paul Bataillard (1844).
  • 12 Le premier livre de F. de Vaux de Foletier se rapportant aux Tsiganes s'intitule Les Tsiganes dans (...)
  • 13 Le contenu de l'exposé, présenté lors de la séance du 19 février 1874 de la Société d'Anthropologie (...)

2Rappelons que l'enracinement tsigane en France remonte au Moyen Âge. Entre le début du xve siècle, période de leur arrivée dans ce pays, et le xviiie siècle, les Tsiganes jouissent d'un assez bon accueil, entrecoupé certes de mesures coercitives (bannissement, galères et punitions corporelles infligées aux hommes, bagnes) ou de peines infamantes (cheveux rasés en signe de rejet physique aussi bien à l'encontre des hommes que des femmes et des enfants, afin de les exposer à l'hostilité des populations). Les protections émanant d'autorités laïques et religieuses dont les « Égyptiens » bénéficient, leurs pratiques chrétiennes en ce qui concerne les rituels du baptême et des funérailles, les titres et les patronymes français qu'ils s'attribuent, les récits des grandes découvertes, des voyages aux Indes orientales et occidentales, qui nourrissent une représentation exotique favorable aux Tsiganes, l'attrait que les divertissements donnés par les « Bohémiens » suscitent dans tous les groupes sociaux des villes, les bienfaits que leur prodiguent les nobles, à cause d'un ensemble d'affinités — amour des chevaux, conception de la liberté, vision du monde et art de vivre —, peut-être aussi parce que la noblesse projette à travers eux la nostalgie d'un Orient mythique des croisades, autant de traits qui ont pu valoriser les Tsiganes auprès des populations médiévales et de la Renaissance. On comprend pourquoi, au regard de ce contexte, des érudits manifestent un intérêt pour la langue bohémienne. De même que, dans le premier quart du xvie siècle, un des témoignages artistiques les plus précieux sur les Tsiganes provient des magnifiques tapisseries de Tournai, tissées dans les ateliers d'Arnold Poissonnier, où les « Égyptiens » se montrent, vêtus de manteaux à rayures, au milieu des gens du pays, de seigneurs et de dames, ou de bourgeois aisés, curieux de visiter leurs camps, d'assister à leurs danses, d'écouter leur musique ou de se faire dire la bonne aventure2, de même, vers la fin du siècle, paraît un document important relatif à leur idiome dû au savant français Joseph Scaliger (né à Agen en 1540, élevé à Bordeaux puis à Paris), humaniste, philologue, auteur d'un vocabulaire tsigane-latin de soixante et onze mots. Citons-en quelques-uns, tels qu'ils ont été transcrits par Vulcanius3 en 1597 : bacro, bélier ; bal, cheveu ; bar, pierre ; brishindo, pluie ; dade, père ; daio, mère ; manron, pain ; mol, vin ; piava, je bois ; vast, main ; vouda, porte ; yago, feu. Au début du xviiie siècle, Mathurin de La Croze, érudit converti au protestantisme, compose un petit dictionnaire latin-tsigane de cent onze mots, qu'il recueille lors d'un séjour en Prusse, à la prison de Spandau où se trouvent détenus plusieurs Tsiganes (Cingani)4. On y relève, entre autres, la conjugaison (incomplète) du verbe être au présent, une série de mots désignant des nombres, ou encore diverses expressions, par exemple : Quomodo vales ? Sokercha ? (Comment vas-tu ?) Plus tard, à la faveur des débats suscités par la question indo-européenne dans l'Europe cosmopolite des Lumières, philologues et historiens se penchent sur le problème de l'origine des Tsiganes5. Un Hongrois, Stephan Valyi, fait la connaissance de trois étudiants indiens de Malabar. Il est étonné des similitudes entre leur langue et celle des Roms hongrois. En partant de ces premiers éléments de recherches linguistiques, l'Anglais Bryant et l'Allemand Rüdiger soutiendront la thèse de l'origine indienne des Tsiganes. Peu d'années après, en 1783, Heinrich Grellmann divulgue cette thèse à un large public. La deuxième édition de son livre Historischer Versuch über die Zigeuner... est traduite en France sous le titre Histoire des bohémiens, ou tableau des mœurs, usages et coutumes de ce peuple nomade, suivie de recherches historiques sur leur origine, leur langage et leur première apparition en Europe (Paris, Joseph Chaumerot, 1810). Contrairement au discours dépréciatif tenu par de nombreux dictionnaires qui refusent malgré ces explications de présenter la langue bohémienne comme une langue véritable et l'assimilent à un jargon6, les recherches scientifiques continuent d'être menées, spécialement en Allemagne7, et l'idiome romani attire tout autant l'attention de chercheurs français. Chez les écrivains, qui témoignent d'un engouement et d'une vive curiosité à l'égard des « Bohémiens », qu'il s'agisse de Théophile Gautier, de Baudelaire, ou du musicien Liszt, auteur (en français) des Bohémiens et de leur musique en Hongrie (Paris, 1859), Prosper Mérimée, dont l'intérêt pour l'histoire et le gothique lui vaut d'être nommé inspecteur général des monuments historiques, se plaît à connaître les Tsiganes. Il se documente sur les « Bohémiens », non seulement en lisant les ouvrages de l'Anglais Borrow8 et de Pott, mais surtout en allant rencontrer des familles tsiganes en Andalousie comme à Barcelone, dans la région parisienne comme à Perpignan et dans les Vosges. Le chapitre ajouté pour l'édition en volume de sa célèbre nouvelle, Carmen, publiée en 1845 dans la Revue des Deux Mondes, contient des remarques qui traitent de leur histoire et du vocabulaire de la langue bohémienne9. Parmi ses correspondants, qu'il sollicite au sujet de cette langue, figure le médiéviste Francisque Michel, à qui l'on doit un glossaire bohémien du Pays basque10, destiné à enrichir le lexique gitano établi par Cénac-Moncaut. Il convient de mentionner en outre les recherches du chartiste Paul Bataillard, étant donné l'apport de ses travaux, parus entre 1844 et 1890, sur l'histoire des Tsiganes11, avant que ne les poursuive, vers le milieu du siècle suivant, son collègue François de Vaux de Foletier, directeur des Archives départementales de la Charente-Maritime de 1919 à 1937, puis de la Seine et de Paris, un humaniste et chercheur considéré comme spécialiste éminent dans le champ de la tsiganologie12. L'étude que Bataillard consacre à la langue des « Bohémiens » (liée au problème de la datation des premières migrations tsiganes) offre une vue d'ensemble des arguments avancés, à la suite de Pott, par un autre grand indianiste, l'italien (de langue allemande) Ascoli, et le philologue autrichien Miklosich, pour la démonstration de la filiation du bohémien avec le sanskrit et les idiomes populaires du nord de l'Inde13.

... À son effacement

  • 14 Michel de Certeau, Dominique Julia, Jacques Revel, Une politique de la langue (1975, p. 296).
  • 15 Mémoires de l'Académie celtique, Société nationale des antiquaires de France, Académie celtique, Pa (...)
  • 16 Cf. Mélanges sur les langues, dialectes et patois... (1831).
  • 17 É. Littré (1981, t. 2).
  • 18 Bernard Cerquiglini (2007, p. 127).
  • 19 Romanes est un adverbe : les Tsiganes disent qu'ils parlent à la manière de leurs frères — romanes.
  • 20 Gaston Paris, Les Parlers de France, 1888, cité par Jules Gilliéron et Edmond Edmont (1902-1910).
  • 21 Guylaine Brun-Trigaud, Yves Le Berre et Jean Le Dû (2005, p. 7).
  • 22 Sur le bilinguisme des Tsiganes, voir le dossier coordonné par Patrick Williams (2003).
  • 23 Archives Communales de Bayonne, BB 4, Délibérations en Gascon du Conseil de Ville de 1482 à 1489, p (...)
  • 24 Madame de Sévigné, Lettres (1953, t. I, p. 351).
  • 25 Madame de Sévigné (1972, p. 284).
  • 26 Il s'agit du chapitre qui réunit les deux articles de Marcel Courthiade (p. 229-242) et de Patrick (...)

3Mais la langue est aussi une affaire politique, au sein de laquelle la science est conviée d'apporter son soutien. Or, c'est là, en ce domaine, dans l'articulation du politique et de la science linguistique, qu'opère un renversement d'attitude dont va pâtir la place accordée à la langue tsigane. L'enquête sur les « patois » et les mœurs des gens de la campagne conçue par l'Abbé Grégoire pendant la Révolution recense une trentaine de dialectes parlés en France. Pas la moindre information n'est transmise concernant l'idiome bohémien. On aurait pu penser, avec le Questionnaire de 1807 de l'Académie celtique adressé aux préfets, visant non plus à « anéantir les patois » comme le voulait Grégoire mais à conserver la trace des monuments et pratiques socio-culturelles (coutumes, dialectes) caractéristiques du monde rural, que des renseignements touchant au romani pussent être indiqués. Il n'en est rien. La question 45, « Y a-t-il, dans quelques pays, des peuplades absolument étrangères aux autres habitants, par leur coutume, leur langage, leurs mœurs ? Quels sont ces coutumes, ce langage et ces mœurs ? Quelle opinion en ont les habitants, que raconte-t-on sur leur origine14 ? », n'a pas reçu de réponse qui aille dans ce sens15. Et si l'Enquête réalisée entre 1806 et 1812 par Coquebert de Montbret, sous l'égide de la même Académie celtique, permet de prendre en compte la richesse des parlers régionaux et d'obtenir la traduction, en une centaine de dialectes et patois, de la parabole de l'enfant prodigue16, elle reste muette quant à l'existence d'une quelconque version de la parabole traduite en tsigane. Non mentionnée par Littré dans ses articles traitant des dialectes de France au Moyen Âge17, la langue bohémienne ne le sera pas davantage après 1870, au moment où les Républicains accèdent au pouvoir, « dans les sciences du langage comme en politique18 ». La monumentale Histoire de la langue française de Ferdinand Brunot l'ignore. On sait que ce linguiste de grand talent, l'une des figures républicaines par excellence de la grammaire historique, soucieux de préserver et d'étudier les dialectes, entreprit trois missions de collecte sonore sur le terrain avant la Première Guerre mondiale, la première dans les Ardennes franco-belges en juin 1912, la seconde dans le Berry en juin 1913, la dernière dans le Limousin en août de la même année. Le programme de la conservation de corpus oraux est ensuite repris durant les années 1980, grâce aux enquêtes de chercheurs donnant lieu à des enregistrements (récits de vie, mémoire du vécu, techniques et savoir-faire, enquêtes linguistiques, entretiens divers, et, pour une moindre part, de chansons et pièces musicales traditionnelles) qui sont versés au département de la Phonothèque et de l'Audiovisuel de la Bibliothèque nationale de France. Il va de soi que les aspects choisis pour ces enregistrements pouvaient parfaitement mettre en lumière l'expérience et la culture de locuteurs tsiganes français. Pourtant le dépôt que possède le Musée de la parole et du geste, 1400 phonogrammes sous forme de bandes magnétiques, ne renferme aucun document sonore en parler romanes19. La riche Phonothèque du Musée national des Arts et Traditions Populaires non plus. Autre entreprise scientifique d'envergure au service de la République, les atlas linguistiques de la France. Fondateur de la géographie linguistique, Jules Gilliéron, élève à l'École Pratique des Hautes Études du renommé Gaston Paris, professeur de philologie romane, publie à partir de 1902, en collaboration avec Edmond Edmont, les livraisons de l'Atlas linguistique de France, qui se succéderont jusqu'en 1923. Le mutisme sur la langue romani est tout aussi éloquent. Rien d'étonnant à cela, car la vision dont se réclame Gilliéron s'en tient par définition aux dialectes des populations rurales fixées en leurs terroirs, à l'exclusion des idiomes parlés par les populations non sédentaires. Ce n'est d'ailleurs pas par hasard si la métaphore agraire, tirée d'une citation de son maître G. Paris, sert d'exergue au premier volume : « Cette moisson est à peine commencée sur notre sol, et déjà pour plus d'un coin on a laissé passer la saison favorable : les épis sont arrachés, ou au moins bien éclaircis. Que tous les travailleurs de bonne volonté se mettent à l'œuvre; que chacun se fasse un devoir et un honneur d'apporter au grenier commun, bien drue et bien bottelée, la gerbe qu'a produite son petit champ20. » Sans doute le « champ » habité et cultivé par les familles tsiganes débordait-il parfois la campagne locale, ou le territoire régional, pour s'étendre au-delà des frontières de la France. Au même titre cependant que certains dialectes du pays. En outre, il est probable que Gilliéron et Edmont ignoraient que la mobilité tsigane pouvait alterner avec des périodes de sédentarité plus ou moins longues, au cours desquelles les familles étaient amenées, parmi d'autres métiers, à s'occuper de travaux agricoles, devenir bergers ou cultivateurs. Et si, comme le prétend un commentaire récent de l'Atlas, « le territoire aujourd'hui compris dans les limites de la France se caractérise à la fois par l'extrême diversité de ses pratiques linguistiques, et par un effort d'une durée et d'une intensité exceptionnelles de construction d'un idiome commun nommé “le français21” », le romani devrait légitimement en faire partie, pour la double raison que son usage romanes appartient à cette diversité et n'est pratiqué que par des locuteurs bilingues, dont la deuxième langue s'avère être majoritairement le français22. Même non-dit dans la vaste collection de l'« Atlas linguistique et ethnographique de la France » par région qu'édite à partir de la fin des années 1950 le Centre national de la recherche scientifique. Celui de la Gascogne (1958-1985, 8 vol. , par Jean Séguy et Jacques Allières) tait son existence, alors qu'en cette région la langue tsigane y est parlée depuis fort longtemps. Ainsi, en 1483, le trésorier de la ville de Bayonne remit trois écus d'or au comte des « bohemis »; c'était à la fois une pieuse aumône « en honneur et révérence du mérite de la sainte passion de Notre-Seigneur Jésus-Christ et de la bienheureuse Vierge Marie » et une aide pour défrayer les nomades de leurs dépenses durant leur séjour en ce lieu et pour leur faciliter la suite de leur voyage23. Ce qui vaut pour l'atlas linguistique et ethnographique de la Gascogne se vérifie également au niveau des orientations politiques de la région. Dans son rapport Langues et cultures d'Aquitaine (Conseil régional d'Aquitaine, 2005, 251 p.), le Conseil économique et social régional d'Aquitaine précise que la priorité a été accordée, en matière d'investissements financiers et culturels, « aux langues historiques de l'Aquitaine » (p. 54). Manifestement, le romani ne peut s'en réclamer, comme « la langue d'Oc, le basque et le poitevin-saintongeais ». La langue tsigane ne trouve pas non plus d'écho au sein de la politique linguistique de la Bretagne, là où la présence de ses locuteurs est attestée voilà des siècles à travers maints documents. En témoigne le rapport du 27 décembre 2004 qu'adopte le Conseil régional de Bretagne, Une politique linguistique pour la Bretagne, qui « reconnaît officiellement, aux côtés de la langue française, l'existence du breton et du gallo comme langues de Bretagne et se fixe pour objectif d'en assurer le maintien, la transmission et le développement », mais pas le romani. Cet idiome manouche que devait parler les troupes bohémiennes invitées à plusieurs reprises par la marquise de Sévigné en son château des Rochers, près de Vitré. L'été 1671, elle accueillit l'une d'elles qui donnait des spectacles de danse. Dans la troupe, il y avait une jeune fille qui dansait à ravir24. Madame de Sévigné écrivit alors à sa fille pour que celle-ci intervint auprès du duc de Vivonne, général des galères, en faveur d'un capitaine bohême, « afin qu'il lui relâche un peu les fers », et ajouta : « Je ne puis refuser cette prière au ton de la petite fille, et au menuet le mieux dansé que j'aie vu depuis ceux de Mademoiselle de Sévigné : c'est votre même air; elle est de votre taille; elle a de belles dents et de beaux yeux25. » Selon Roger Duchêne, « la légende veut que la prière de Mme de Sévigné ait été exaucée et qu'en souvenir Mme de Grignan ait été peinte en Bohémienne; ce serait l'original du tableau placé à Grignan dans la chambre dite, pour cette raison, chambre de la Bohémienne » (Madame de Sévigné, ibid., 1972, p. 1115, note 4). L'État enfin ne dit rien sur les langues tsiganes parlées en France. Quelques années après la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires (Strasbourg, 5-XI-1992), fondée sur la « reconnaissance des langues régionales ou minoritaires en tant qu'expression de la richesse culturelle » et la « nécessité d'une action résolue de promotion des langues régionales ou minoritaires, afin de les sauvegarder » (article 7), résolutions que le Conseil constitutionnel considérera comme incompatibles avec plusieurs principes relevant de la Constitution, le gouvernement demande à deux élus d'examiner la situation de ces langues en France. Le rapport Langues et cultures régionales : rapport d'étape (La Documentation française, 501 p.), rédigé pour le Premier Ministre le 2 février 1998 par Nicole Péry, député des Pyrénées-Atlantiques, ne mentionne pas une fois le romani, malgré la recommandation finale qui appelle à « instituer plus de solidarité, de tolérance et d'ouverture d'esprit, améliorer la compréhension entre les représentants des différentes langues et des différentes cultures ». Celui de Bernard Poignant, maire de Quimper, adressé le 1er juillet de la même année à Lionel Jospin, n'y prête aucune attention. La langue tsigane, indissociable de la transnationalité de fait des communautés roms d'Europe, est purement et simplement inconnue. Alors qu'on aurait dû s'attendre à ce qu'elle fût nommée dans le passage suivant : « Certaines, comme le basque, le catalan, l'alsacien [...] sont des « langues transfrontalières ». Elles sont largement soutenues par les régions et pays voisins [...]. Régionales en France, elles permettent à des habitants de pays différents de se comprendre. Dans ce cas, il est aujourd'hui évident que l'Union européenne alimente la volonté de perpétuer la connaissance de la langue si elle favorise échanges et relations en deçà et au-delà de la frontière » (Langues régionales en France, La Documentation française, 94 pages). Quant au document du constitutionnaliste Guy Carcassonne (Études sur la compatibilité entre la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires et la Constitution : rapport au Premier Ministre, La Documentation française, septembre 1998, 130 p.), il néglige pareillement l'existence du romani. Une seule contribution fait exception, il faut le souligner, le rapport du linguiste Bernard Cerquiglini, Les Langues de la France, remis en avril 1999 au Ministre de l'Éducation Nationale, de la Recherche et de la Technologie et à la Ministre de la Culture et de la Communication, qui n'omet pas de citer, comme langue des Tsiganes, représentée en France, « les dialectes sinti, vlax et caló ». Le rapport se prolongeant d'ailleurs par la publication d'un livre, où l'un des chapitres est consacré à la langue romani26. Ajoutons pour finir que, dans le domaine de l'enseignement supérieur, l'unique établissement qui dispense une initiation au romani est l'Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO), d'abord à partir de 1968 sous forme de conférences confiées à Georges Calvet, ensuite à travers la collaboration de Juliette Maximoff-Williams et Pauline Sabas, tandis que depuis 1997 cet enseignement s'est développé sous l'impulsion de Marcel Courthiade et Jeta Duka.

  • 27 Emmanuel Filhol (2007).
  • 28 Emmanuel Filhol, Un camp de concentration français... (2004, p. 174).
  • 29 Emmanuel Filhol, La mémoire et l'oubli... (2004).
  • 30 vol. I : L'Homme. Der Mensch (1969); t. II (1984).

4Il est juste de penser que le défaut majeur de connaissance au plan de la politique nationale envers la langue des Tsiganes doit être rapproché de l'absence d'intérêt pour leur histoire et du rejet de cette minorité, surtout lorsque celle-ci coupable de nomadisme se trouva confrontée à un traitement répressif, comme en témoignent les mesures de contrôle puis d'enfermement prises à partir de la fin du xixe siècle. L'ignorance au sujet de l'imposition du carnet anthropométrique (assimilant les Tsiganes à une population criminogène) institutionnalisé par la loi du 16 juillet 1912 sur la circulation des « nomades », une loi particulièrement disciplinaire et vexatoire27, qui allait durer près de soixante ans, suivie de l'internement des « romanichels alsaciens-lorrains » dans les camps français pendant la Première Guerre mondiale, épisode longtemps oublié, en fournit une preuve tangible. Le 16 avril 1927, un décret créa une commission spéciale, présidée par Combarieu, président de chambre honoraire à la Cour des comptes, pour répartir un crédit de trois millions de francs en vue d'indemniser les Alsaciens et les Lorrains civils, internés en France durant la guerre, par ordre des autorités françaises. Les Manouches d'Alsace-Lorraine, faute d'avoir été informés, ne reçurent rien du tout28. Vingt et un ans plus tard, sur ordre de l'occupant allemand, avec la complicité du régime de Vichy, tous les « nomades » français et étrangers voyageant en France furent internés. Les traces de cet événement dramatique n'ont pas, ou si peu (et tardivement), été conservées, si l'on en juge d'après la mémoire des communes réquisitionnées à l'époque pour les camps, la quasi-indifférence de l'État, et le silence des manuels scolaires29. On ne sera donc guère surpris de constater que les deux tomes de l'Atlas linguistique et ethnographique de l'Alsace30, dont certains « points d'enquêtes » touchent à des localités (Aspach, Bisel, Haguenau, Walbach...) d'où provenaient (implantées depuis plusieurs générations) les familles tsiganes Reinhardt, Friemann, Kreitzer, Hoerter, Herter, Loeffleur..., internées entre 1915 et 1919 au « dépôt surveillé » de Crest (Drôme), ou dans les camps d'Angoulême et de Saliers sous l'Occupation et Vichy, n'évoquent jamais l'existence du dialecte sinto-manouche d'Alsace comme élément du patrimoine linguistique. « Ces gens-là » à l'évidence ne comptent pas.

Haut de page

Bibliographie

Asséo H., 2002, « Le principe de circulation et l'échec de la mythologie transeuropéenne », Revue de Synthèse, t. 123, Circulation et cosmopolitisme en Europe, sous la dir. de H. Asséo, p. 86-110.

Bataillard P., 1875, « Sur la langue des Bohémiens », Bulletins de la Société d'Anthropologie de Paris, Tome Neuvième, 11e Série, p. 128-138.

Bataillard P., 1844, De l'apparition et de la dispersion des Bohémiens en Europe, Paris, Firmin Didot Frères.

Belmont N., éd. et préf., 1995, Aux sources de l'ethnologie française : l'Académie celtique, Paris, Éditions du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques.

Beyer E., Hatzen R., 1969, Atlas linguistique et ethnographique de l'Alsace, t. I, L'Homme. Der Mensch, Paris, Éditions du Centre National de la Recherche Scientifique.

Borrow G., 1841, The Zincali, or an account of the gypsies of Spain, London, J. Murray, rééd. dans The Works of George Borrow, vol. 2, London, J. Murray, 1923-1930.

Borrow G., 1996, Lavengro (1851), Traduit de l'anglais par André Fayot, Paris, José Corti.

Bothorel-Witz A., Philipp M., Spindler S., 1984, Atlas linguistique et ethnographique de l'Alsace, t. II, op. cit.

Brun-Trigaud G., Le Berre Y., Le Dû J., 2005, Lectures de l'Atlas linguistique de la France de Gilliéron et Edmont. Du temps dans l'espace, Paris, Éditions du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques.

Cerquiglini B., 2007, Une langue orpheline, Paris, Éditions de Minuit.

Certeau DE M., Julia D., Revel D., 1975, Une politique de la langue, Paris, Gallimard.

Coquebert de Montbret, 1831, Mélanges sur les langues, dialectes et patois..., Paris, Bureau de l'Almanach du Commerce, chez Delaunay.

Courthiade M, 2003, « Le romani (ou rromani) », B. Cerquiglini, Les langues de France, Textes rassemblés par M. Alessio et J. Sibille, Publié avec le concours du ministère de la Culture et de la Communication, Délégation générale à la langue française et aux langues de France, Paris, Presses universitaires de France, p. 229-242.

Filhol E., 1998, « Le mot Bohémiens(s) dans les dictionnaires français (xviie-xixe siècle). À propos des formes de l'énoncé », Lexicographica, Tübingen, Max Niemeyer Verlag, vol. 14, p. 177-204.

Filhol E. (dir.), 2004, Histoires tsiganes. Hommage à François de Vaux de Foletier (1893-1988), colloque européen de La Rochelle, 17-18 octobre 2003, Études tsiganes, Nouvelle série, no18/19.

Filhol E., 2004, La mémoire et l'oubli : l'internement des Tsiganes en France, 1940-1946, Paris, Centre de recherches tsiganes de l'Université Paris V, « Interface », L'Harmattan.

Filhol E., 2004, Un camp de concentration français. Les Tsiganes alsaciens-lorrains à Crest 1915-1919, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, « L'empreinte du temps ».

Filhol E., 2006, « La Bohémienne dans les dictionnaires français (xviiie-xixe siècle) : discours, histoire et pratiques socioculturelles », P. Auraix-Jonchière et G. Loubinoux, La Bohémienne, figure poétique de l'errance aux xviiie et xixe siècles, colloque international du Centre de Recherches Révolutionnaires et Romantiques, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, p. 21-43.

Filhol E., 2007, « La loi de 1912 sur la circulation des « nomades » (Tsiganes) en France », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 23, no2, p. 135-158.

Francisque M., 1857, Le Pays basque. Sa population, sa langue, ses mœurs, sa littérature et sa musique, Paris, Firmin Didot Frères.

Gilliéron J., Edmond E., 1902-1910, Suppléments, 1, 1920, Atlas linguistique de la France, Paris, Champion, 8 vol. 

Jordan C., 1741, Histoire de la vie et des ouvrages de M. La Croze, avec des remarques de cet auteur sur divers sujets, Amsterdam, F. Changuion.

Littré É, 1981, Histoire de la langue française. Études sur les origines, l'étymologie, les dialectes, la versification et les lettres au Moyen Âge (1863), Paris, Encyclopaedia Britannica.

Ménage G., 1750, Dictionnaire Étymologique de la Langue Françoise, Paris, chez Briasson.

Mérimée P., 2000, Carmen, Édition d'Adrien Goetz, Paris, Gallimard, « Folio classique ».

Migne, 1853, Dictionnaire d'Anthropologie..., t. 42 de la Nouvelle Encyclopédie Théologique, Paris, Montrouge.

Pott A., 1844-1845, 2 vol. , Die Zigeuner in Europa und Asien. Ethnographish-linguistiche untersuchungen..., Halle.

Sévigné, 1953, Lettres, t. I, Texte établi et annoté par G. Gailly, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de La Pléiade » ; Correspondance, I, 1972, texte établi, présenté et annoté par R. Duchêne, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de La Pléiade ».

Valet J., 1971, Vocabulaire des Manouches d'Auvergne, Clermont-Ferrand.

Vaux de Foletier F., 1961, Les Tsiganes dans L'Ancienne France, Paris, Société d'Édition Géographique et Touristique.

Vulcanius B., 1597, De Literis et lingua Getarum, sive Gothorum..., Leyde.

Williams P., 2003, « La langue tsigane : romani/romanes », B. Cerquiglini, Les langues de France, op. cit., p. 243-248.

Williams P. (dir.), 2003, Études tsiganes, Nouvelle série, no16, Langage et Culture/1.

Haut de page

Notes

1 « Tsiganes » est le terme générique que nous employons pour désigner ici l'ensemble des trois groupes principaux vivant en France, dont la population est estimée de nos jours à près de 350 000 personnes, les Manouches (ou Sinté), les Gitans (ou Kalé) et les Roms, des noms respectifs que les membres de ces communautés se donnent eux-mêmes.

2 Voir Histoires tsiganes..., sous la dir. d'Emmanuel Filhol (2004, reproductions couleurs réunies dans le cahier paginé de 1 à 15).

3 Bonaventura Vulcanius (1597, p. 100-105).

4 Charles-Étienne Jordan (1741, 2e partie, p. 310-312).

5 Cf. Henriette Asséo (2002, p. 86-110).

6 L'article de Briasson déclare tout net : « ils se forgèrent un jargon déguisé de l'allemand, avec bon nombre de mots hébreux » (in Gilles Ménage, 1750, t. 1, p. 208). De son côté, le Dictionnaire d'Anthropologie affirme que ces nomades parlent « un jargon secret » (Migne, 1853, col. 524). On songe, par ailleurs, au discrédit exprimé à l'encontre du romani en Angleterre qu'évoque l'écrivain et voyageur George Borrow, passionné par les cultures tsiganes, dans le dialogue entre un magistrat de la ville et une vieille femme gypsy : « Voulez-vous savoir ce que c'est, ma bonne dame? », me dit-il. « Je vous en prie, monsieur : on nous pose souvent la question ». « Eh bien, ce n'est pas une langue du tout, c'est un charabia inventé de toutes pièces » (1851, p. 140). Sur l'image des « Bohémiens » dans les dictionnaires français, Emmanuel Filhol (1998, p. 177-204; 2006, p. 21-43).

7 August Friedrich Pott (1844-1845).

8 En particulier, The Zincali, or an account of the gypsies of Spain (1841).

9 Mérimée (2000, p. 112-120).

10 Francisque Michel (1857, p. 144-146).

11 Paul Bataillard (1844).

12 Le premier livre de F. de Vaux de Foletier se rapportant aux Tsiganes s'intitule Les Tsiganes dans L'Ancienne France (1961). Signalons par la même occasion les travaux de Joseph Valet sur la langue (et la culture) des Manouches (1971).

13 Le contenu de l'exposé, présenté lors de la séance du 19 février 1874 de la Société d'Anthropologie de Paris (1875, p. 128-138), prolonge des réflexions formulées par Bataillard deux ans auparavant dans ses Derniers Travaux relatifs aux Bohémiens dans l'Europe orientale (Paris, Franck, 1872).

14 Michel de Certeau, Dominique Julia, Jacques Revel, Une politique de la langue (1975, p. 296).

15 Mémoires de l'Académie celtique, Société nationale des antiquaires de France, Académie celtique, Paris, Dentu, 1807-1812, 6 t. L'ouvrage de Nicole Belmont (1995) n'en parle pas.

16 Cf. Mélanges sur les langues, dialectes et patois... (1831).

17 É. Littré (1981, t. 2).

18 Bernard Cerquiglini (2007, p. 127).

19 Romanes est un adverbe : les Tsiganes disent qu'ils parlent à la manière de leurs frères — romanes.

20 Gaston Paris, Les Parlers de France, 1888, cité par Jules Gilliéron et Edmond Edmont (1902-1910).

21 Guylaine Brun-Trigaud, Yves Le Berre et Jean Le Dû (2005, p. 7).

22 Sur le bilinguisme des Tsiganes, voir le dossier coordonné par Patrick Williams (2003).

23 Archives Communales de Bayonne, BB 4, Délibérations en Gascon du Conseil de Ville de 1482 à 1489, p. 155 du manuscrit.

24 Madame de Sévigné, Lettres (1953, t. I, p. 351).

25 Madame de Sévigné (1972, p. 284).

26 Il s'agit du chapitre qui réunit les deux articles de Marcel Courthiade (p. 229-242) et de Patrick Williams (p. 243-248) dans Les langues de France (2003).

27 Emmanuel Filhol (2007).

28 Emmanuel Filhol, Un camp de concentration français... (2004, p. 174).

29 Emmanuel Filhol, La mémoire et l'oubli... (2004).

30 vol. I : L'Homme. Der Mensch (1969); t. II (1984).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Filhol, « Remarques historiques sur la perceptionde la langue tsigane en France »Lengas, 64 | 2008, 23-34.

Référence électronique

Emmanuel Filhol, « Remarques historiques sur la perceptionde la langue tsigane en France »Lengas [En ligne], 64 | 2008, mis en ligne le 27 février 2017, consulté le 18 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/lengas/1189 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lengas.1189

Haut de page

Auteur

Emmanuel Filhol

Université de Bordeaux 1 — Laboratoire Epistémé (EA 2971),

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search