Navigation – Plan du site

Les stances « A l'hurouso memorio d'Henric le Gran  » de Pierre Godolin1

Jean-François Courouau
p. 61-98

Texte intégral

  • 1 Cet article est extrait de la recherche inédite menée dans le cadre d'une habilitation à diriger de (...)

1La mort de Henri IV, le 14 mai 1610 sous les coups de Ravaillac, a donné lieu à un nombre considérable d'écrits. Dans les grandes villes du royaume, des offices sont célébrés et les prédicateurs montent en chaire pour célébrer le roi défunt. Beaucoup de ces sermons sont imprimés et l'aumônier du roi, Guillaume Du Peyrat (1563-1645), se charge d'en réunir un grand nombre dans un recueil Oraisons et discours funèbres de divers auteurs sur le trespas de Henry le Grand (Paris, Robert Estienne et Pierre Chevalier, 1611). D'autres, non retenus par Du Peyrat, font l'objet de publications séparées. Ces différents textes sont les témoins d'une émotion non feinte. En même temps ils livrent une image de la figure royale et renseignent sur la nature de la rhétorique française à un moment-clef de son histoire (Hennequin 1978). Les poètes, comme on peut s'y attendre, ne sont pas en reste. Dans les mois qui suivent la mort du roi et jusqu'au bout de l'an (mai 1611), nombreux sont ceux qui composent des stances, des odes, des sonnets, en l'honneur de « Henry le Grand ». Malherbe, quelque peu contraint, s'y essaie (« Stances sur la mort de Henri le Grand ») et quantité d'autres. Le même Du Peyrat, en 1611, chez le même éditeur parisien que pour les Oraisons, publie quelques-unes de ces compositions funèbres dans son Recueil de diverses poesies sur le trespas de Henry le Grand. On y trouve des poèmes en français, en latin, un en grec (de Robert III Estienne), en espagnol, en italien.

2À Toulouse, à une date que nous ne connaissons pas avec précision, le Toulousain Pierre Godolin, avec son occitan toulousain, ajoute une langue à ce concert plurilinguistique. Ses stances « A l'hurouso memorio d'Henric le Gran Inbincible Rey de Franço et de Nabarro » représentent la « vitrine » (Gardy 1999, 162) de toutes les éditions successivement augmentées du grand œuvre du poète toulousain, Le Ramelet moundi. Elles figurent en ouverture des différents recueils publiés en 1617, 1621, 1637, 1638 et 1647-1648. Leur importance, dans l'œuvre de Godolin comme dans l'histoire des littératures occitane et, par inclusion, française, est majeure. Philippe Gardy y voit un « art poétique » en actes (Gardy 1999, 200). Pour s'en convaincre, on peut essayer de suivre le texte dans son déroulement.

Une pastorale ?

Jantis Pastourelets que dejouts las oumbretos
Sentèts apazima le calimas del jour,
Tant que les auzelets per saluda l'Amour
Uflon le gargaillol de milo cansounetos.

  • 2 « Gentils pastoureaux qui sous les ombrages/Sentez s'apaiser la chaleur du jour,/Tandis que les ois (...)

Petits Rius doun l'argen beziadomen gourrino,
Pradets oun le plaze nous enbesco les èls
Quand la joüeno sasou bous cargo de ramèls,
Augèts coussi se plaing uno Nympho moundino2.

Devant ces vers, le lecteur qui aurait oublié de lire le titre pourrait croire avoir affaire à une pièce d'inspiration bucolique. On a rapproché cette entrée de vers d'Horace (Odes, III, XIX, 21-24) :

  • 3 « Déjà le berger, avec son troupeau languissant, cherche, fatigué, l'ombre et le ruisseau, et les b (...)

iam pastor umbras cum grege languido
riuomque fessus quaerit et horridi
dumeta Siluani caretque
ripa uagis taciturna uentis3.

mais c'est aussi, comme l'a rappelé Ph. Gardy (1999, 167), à Virgile qu'il faut songer et aux tout premiers vers de la première Bucolique :

  • 4 « Toi, Tityre, étendu sous le couvert d'un large hêtre, tu essaies un air silvestre sur un mince pi (...)

Tityre, tu patulae recubans sub tegmine fagi
siluestrem tenui musam meditaris auena ;
nos patriae finis et dulcia linquimus arua ;
nos patriam fugimus ; tu, Tityre, lentus in umbra,
formosam resonare doces Amaryllida siluas4.

3Les deux bergers, Mélibée et Tityre, le pipeau chez Virgile, le ruisseau chez Horace et chez tous deux l'ombre bienfaisante composent les éléments du paysage arcadien tel qu'il se retrouve dans la tradition pastorale européenne renouvelée par Sannazar, si vivace au xvie et au début du xviie siècle. À l'heure où L'Astrée dont la publication a commencé en 1607 et se poursuit jusqu'en 1628 passionne la France, Godolin se souvient peut-être aussi des vers que Ronsard avait rédigés pour sa « Bergerie dédiée à la Majesté de la Royne d'Escosse » (1565) :

Les chesnes ombrageux que sans art la Nature
Par les hautes forests nourrist a l'avanture,
Sont plus doux aux troupeaux, & plus frais aux bergers,
Que les arbres entez d'artifice es vergers :
Des libres oyselets plus doux est le ramage
Que n'est le chant apris des rossignols en cage,
Et la source d'une eau sautante d'un rocher
Est plus douce au passant qui l'esté vient coucher
Son corps entre les fleurs de la rive rustique,
Que n'est une fonteine en marbre magnifique
Par contrainte sortant d'un grand tueau doré
Au milieu de la court d'un Palais honoré. (éd. Laumonier XIII, 76)

4Les « oyselets » et la « source d'une eau sautante » se sont adjoints aux bergers. Ils font irrépressiblement songer aux « auzelets » et aux « Petits Rius doun l'argen beziadomen gourrino » du poète toulousain. Nous y reviendrons.

5Mais Ronsard compose une « Bergerie ». Le texte de Godolin se veut une déploration solennelle. L'une de ses originalités réside précisément dans cette ouverture sans équivalent dans la production funéraire de 1610-1611. On ne peut en effet retenir le début des stances d'un certain Du Meyne :

Quoy donc, ombreux manoir, les roches & les bois
Joignent leur triste plaincte à ma dolente voix,
Et tu n'y veux entendre ? (Du Peyrat 1611, 36vo)

  • 5 Sur l'œuvre de cet auteur parisien dont la biographie reste à écrire, v. Lafay 1975, 430-431. C'est (...)

6Plus probante serait éventuellement la comparaison avec « Pan. Eclogue funebre. Sur le trespas de Henry Le Grand, Tres-Chrestien Roy de France & de Navarre » de Jean Le Blanc5. Suivant le modèle virgilien, voici deux bergers parisiens, Menalque et Amynte, dont l'un, Amynte, a assisté aux funérailles royales :

Conte moy donc, Amynte (ainsi tes flageolets
Chantent plus clairement que les rossignolets ;
Ainsi des loups errans la gourmande furie
Ne s'eslance jamais dedans ta bergerie)
Conte moy le sujet de l'aise que tu sens
Plus doucement que l'eau des fontaines voisines
Ne tombe dans le sein des Naiades marines. (Du Peyrat 1611, 90vo)

Comme il y est invité, Amynte entame le récit de la cérémonie. Au passage, la nature, dans laquelle évoluent des nymphes, est évoquée dans la mesure où elle s'associe au deuil du royaume :

Les Nymphes l'ont ploré, nos bergeres n'ont pas
Conduit à la fontaine au jour de son trespas
Un seul de leurs moutons, les taureaux moins superbes
Ont aussi refusé la pasture des herbes,
Les monts, les champs, les bois, & l'œil addoulouré
Des Numides lions l'ont encore pleuré.
De mesme que la vigne est la gloire des plantes,
De mesme que la grape aux liqueurs excellentes,
Est du pampre l'honneur, & le jaune froment
D'une terre fertile encores l'ornement :
Ainsi PAN, dont la France honore la memoire,
Fut des siens l'ornement, & l'honneur, & la gloire.

Ores que le destin contre nous irrité,
L'a de la terre basse aux estoiles porté,
La tutrice des champs delaisse nos prairies. (Du Peyrat 1611, 93ro)
[…]
Rien sans luy ne m'est doux, bien que la primevere
Embellisse nos champs, bien que l'Aurore claire
Jettte ses rais par tout, bien que le gazoüillis
Des petits oysillons anime le taillis,
Bien que les Fans mignards par les plaines bondissent
[…]
Je suis pourtant chagrin. (Du Peyrat 1611, 93vo)

7Cette nature, si on pense aux « Stansos » de Godolin est familière, avec ses bergers, ses nymphes, sa fontaine, ses « oysillons », mais la comparaison touche vite à ses limites. On ne retrouve pas là les éléments qui, dans les deux strophes de Godolin, participent à la singularité du texte toulousain.

8Dans le concert des voix poétiques françaises qui se joignent pour célébrer la mémoire du roi défunt, Godolin fait donc figure d'isolé. Son choix bucolique l'isole de ses contemporains, mais en revanche lui permet de retrouver quelques devanciers au premier rang desquels il convient de citer Clément Marot. L'« Eglogue sur le trespas de Ma Dame Loyse de Savoye, Mere du Roy, Françoys, Premier de ce nom » (1531) s'inspire de Virgile (Buc., V). Elle met en scène deux « pasteurs », tous deux liés à un territoire précis, Colin d'Anjou et Thenot de Poitou. Thenot prend le premier la parole :

En ce beau Val sont plaisir excellens,
Un cler Ruisseau bruiant pres de l'ombrage :
L'herbe a soubhait, les Vents non violens,
Puis toy Colin, qui de chanter fais rage.
A Pan ne veulx rabaisser son hommage (éd. Defaux 1990, I, 224, v. 1-5)

  • 6 Plus loin, Thenot invite Colin à chanter « dix fois dix Vers » (éd. Defaux 1990, I, 225, v. 33). Co (...)

9Les deux poèmes sont dissemblables. L'églogue de Marot est construite sur l'échange entre les deux bergers ; la nature y apparaît distribuée au fil du poème. En revanche, Godolin rejoint bien Marot par le cadre posé pour la plainte funèbre : des « pasteurs », un ruisseau, de l'ombre, des champs6.

10Mais ces huit vers du Toulousain, s'ils évoquent la tradition virgilienne française, si, comme chez Marot, ils placent le deuil au cœur de l'univers bucolique, s'en distinguent pourtant plus profondément qu'il n'y paraît. Observons l'agencement des divers éléments qui composent le paysage poétique. Les deux strophes reposent sur le schéma de l'adresse. Trois entités sont successivement prises à partie : les « jantis pastourelets », les « petits rius » et les « pradets ». Tous en commun d'être à une forme diminutive à valeur hypochoristique (-ets) ou associés au sème de la taille réduite (petits). Ces diminutifs forment un réseau qui se maintient à peu près de vers en vers : « jantis pastourelets » (1), « auzelets » (3), « cansounetos » (4), « petits rius » (5), « pradets » (6). Seul au vers 2, le calimas, avec sa terminaison d'augmentatif (-as) à valeur péjorative, rompt une unité dont l'adjectif joueno, au vers 7, se fait une dernière fois l'écho. Les deux strophes tirent une partie de leur cohérence de ce maillage de formes évoquant directement le climat innocent et pur de la poésie mignarde en vogue. Les trois entités apostrophées, bergers, ruisseaux et prés, sont ainsi les acteurs attentifs et paisibles de la scène. Une indication temporelle permet de situer l'action dans un moment précis de la journée, celui où la chaleur du jour (« calimas del jour ») décline. C'est là un ajout — concret, quasi palpable — de l'auteur au texte classique. L'antithèse oumbretos-calimas signale l'adoption d'une perspective qui est celle des bergers. Elle est fondée sur leur perception sensorielle. Les auzelets, introduits par simultanéité (« tant que »), concourent à la mise en place d'un décor qui n'est pas muet, mais animé et bruissant de vie. Comme l'a noté dans son commentaire Anne Viguier, les expansions subordonnées (relatives et temporelles) réalisées à partir de ces êtres naturels concourent à leur transformation d'objets d'interpellation en sujets. Leur présence, ce faisant, est rendue plus sensible (Viguier 1977, 53). La perspective est visuelle — puisque le chant des oiseaux est présenté par l'effet produit sur leurs (petits) corps (uflon le gargaillol) — et, évidemment, auditive (cansounetos). Un sentiment est nommé, l'amour. Le paysage pourrait être celui de l'idylle.

11Le même ressort visuel est présent dans la seconde strophe. Les ruisseaux sont associés par leur reflet sous la lumière à un métal précieux, l'argent. Comme les oiseaux, ils se livrent à une activité. Le verbe qui porte celle-ci (gourrina), d'après Doujat (1638), signifie « errer, vaguer, battre le pavé ». À ce vagabondage est associé un adverbe, beziadomen, en lequel Ph. Gardy voit la marque de l'esthétique godelinienne. Sans revenir sur le détail de son analyse, remarquons que la traduction par « mignardement » qu'il retient finalement n'exclut pas celle, proposée par Robert Lafont, de « par complaisance » et intègre la glose de Jean-Pierre Chauveau, à propos de l'adjectif mignard chez Théophile : « d'une beauté délicate et douce ». Pour Ph. Gardy — on y reviendra quand sera abordée l'esthétique de l'auteur toulousain — la « complaisance » est bien le ressort de l'écriture de Godolin, animée par le plaisir narcissique procuré — et exhibé — par la langue. Et de plaisir il est en effet question au vers 6 avec le plaze qui fait écho à l'amour et avec une autre indication temporelle, l'apparition du printemps caché derrière la périphrase « la joueno sasou ». Le paysage de l'idylle continue à être campé, étrangement augmenté par le verbe enbesca. Celui-ci est glosé par Doujat « engluer, attacher à quelque chose sans s'en pouvoir déprendre ». Voilà un verbe dont le sème premier est donc la « glu » et qui ne bénéficie à ce titre d'aucune tradition littéraire. Son sens figuré naît du poème de Godolin. Il note l'intensité de la fascination exercée sur le regard (« les èls »), et plus largement les sens, par la scène décrite. Il associe deux réalités, une concrète, empirique, causée par la glu, et une intérieure, les sensations rendues captives.

12Dans ce paysage serein et doux, dans ce décor harmonieusement animé, les acteurs sont invités à entendre (augets) une plainte. C'est là qu'intervient celle dont on comprend qu'elle va être l'actrice principale de la scène : « uno Nympho Moundino », une nymphe toulousaine.

13Philippe Gardy a montré ce que la nymphe toulousaine de Godolin doit à la nymphe gasconne de Du Bartas de 1578. Ce qui n'était chez le Gascon que le fruit d'un divertissement royal d'un soir, la victoire sur les nymphes latine et française de la nymphe du lieu, devient, d'abord chez Larade, puis chez Godolin, un imprimatur donné à l'expression littéraire en occitan. S'il y a une « Nympho moundino », c'est qu'il y a d'abord eu une « Nymphe gascoune ». La « leçon de Nérac », prise au premier degré, offre une légitimité, un modèle littéraire.

14La filiation est trop évidente pour qu'on y insiste. On pourrait cependant compléter le tableau en remarquant que, parmi les nombreux poèmes déplorant la mort du roi, il s'en trouve un où une nymphe, précisément, prend la parole. Elle le fait parmi les nymphes de France que surprend la nouvelle de l'assassinat :

Les Nymphes de la France en ont ouy le bruict,
Pendant qu'elles baloyent au serain de la nuict,
S'escrians, O quel son triste & melancholique
Vient troubler tout à coup nostre gaye musique ? (Du Peyrat 1611, 112vo)

Cette nymphe est de Béarn dont, comme on sait, Henri IV était souverain. Écoutons-la :

La Nymphe de Bear sur toutes souspirant
Va ses tendres cheveux des ongles dechirant,
Un piquant chastaignier environne sa teste,
Et touteffois sa main sur les poinctes se jette.
[…]

O mon Bear, dit-elle, (& cent mille sanglots
Comme elle veut parler entre-coupent ses mots)
Bear, qui veis germer dans ta plaine feconde
Ceste Fleur de BOURBON, de la France, & du monde,
Ce Lis, qui est allé sur le throsne Gaulois
A respiré l'odeur de la paix, & des lois :
L'odeur de ses lauriers escartant les tonnerres
Des troubles et des guerres.

Bear, si tes jardins s'estoient en-orguillis
De porter ce Fleuron de la tige du Lis,
Que d'un habit de dueil ta verdure couverte
S'afflige maintenant du regret de sa perte,
Et que de ta douleur le violent effort
Ne verse moins de pleurs que le jour de sa mort,
Que tu versas de fleurs à la resjouyssance
Du jour de sa naissance.

Il me souvient du temps (mais ô temps qui n'est plus
Le temps est une mer, qui n'a pas de reflus,
Son cours qui peu à peu toutes surmonte
Descend bien comme l'eau, mais jamais ne remonte !)
(Du Peyrat 1611, 113ro-vo)

  • 7 Pour un chant royal inc. « Vous qui fouillans d'un mont la campaigne herissée », refr. « La verge d (...)
  • 8 Inc. « Ung jour de ce printemps, que la vive poincture », refr. « La faux contre la pierre en tranc (...)

15Elle est un peu bavarde, mais elle est triste. C'est une nymphe aussi. Or il se trouve que son père d'écriture est, comme Godolin, un Toulousain. Il s'agit d'Étienne Molinier (1580-1647) qui a le même âge que le poète d'expression occitane et a peut-être, comme lui, fréquenté la faculté de droit. Avant de devenir prêtre, prédicateur en l'église de la Daurade, l'un des auteurs religieux les plus importants de sa ville, il compose de la poésie profane. En 1611, il publie ses premiers écrits : un Panegyrique Au Roy Louys XIII... pour le jour de son sacre, faict en l'Eglise de Rheins le 17 du mois d'octobre 1610 (Toulouse, Jean Boude), une Congratulation à Mgr de Verdun, chevalier, conseiller du Roy en ses Conseils d'Estat et privé, sur sa promotion en l'estat de premier président à Paris (Paris, Douceur) et la pièce qui nous occupe, « Sur le trespas de Henry Le Grand, Tres-Chrestien Roy de France & de Navarre. Regrets funebres » dans le Recueil de Du Peyrat (1611, 109ro-117ro). Étienne Molinier a un autre point commun avec Godolin. Tous les deux fréquentent le Collège de Rhétorique de Toulouse. Et ils participent au concours de mai la même année 1604. Godolin se présente à l'essai, Molinier remporte le souci7. En 1607, alors que Godolin se présente pour la quatrième fois à l'essai, Molinier obtient la violette8. Les deux hommes se connaissent, depuis longtemps, lorsque Godolin prend la plume pour célébrer l'« heureuse mémoire » de Henri IV. Et on peut penser qu'il a lu son concurrent chanceux aux Jeux floraux.

  • 9 Et de Béarn. Rappelons que la vicomté ne sera annexée au royaume qu'en 1620. Ce ne sont pas des cho (...)

16Les nymphes, chez Molinier, sont de France et de Béarn. Chez Du Bartas, elle était gasconne (ou française, ou latine). Chez Godolin, elle sera moundino, c'est-à-dire toulousaine. L'adjectif, avant cette apparition de 1617, n'est pas attesté. Il est formé par aphérèse sur l'occ. ramondin, lui-même dérivé du prénom Ramond (fr. Raymond) fréquemment porté par les comtes de Toulouse. Que le mot soit une création de Godolin ou qu'il accède par lui à l'imprimé ne change rien au fait qu'en désignant ainsi sa nymphe, le Toulousain ancre sa création dans un lieu, Toulouse (cela est sûr), et dans un espace de continuité historique (cela est moins sûr, le mot se cache peut-être ailleurs dans la masse des imprimés toulousains du siècle précédent non encore dépouillée). On remarquera enfin ce qui ne doit pas être considéré comme un détail. La nymphe qui prend la parole est uno nymphe toulousaine. Si elle est bien d'un lieu, d'une ville en l'occurrence, elle n'est pas la nymphe toulousaine, comme il y a la nymphe de Béarn. En choisissant la forme indéfinie, il n'est pas sûr que le poète ait d'abord recherché un mot bisyllabique pour des raisons métriques. On peut y voir exprimée l'idée que le concert des nymphes de France9, leur gaye musique, vient se compléter d'une nymphe de plus. Ou encore que cette ville dispose de plusieurs nymphes et celle à qui on donne la parole est une parmi d'autres.

17Un tableau naturel et humain, doucement animé, d'une remarquable cohérence, avait été dressé. Quand apparaît la nymphe toulousaine, la surprise est totale. Le lecteur s'est d'abord cru dans une églogue. Il a pensé un temps se trouver aux portes d'une idylle. Il est prêt maintenant à basculer dans une élégie.

Une élégie funèbre

18La nymphe parle à la première personne. Voici sa plainte :

Quand del coumu malheur uno niboul escuro
Entrumic la clartat de moun astre pu bèl,
Yeu disi quand la mort dan le tailh d'un coutèl
Crouzèc le grand Henri sul libre de Naturo,

De roumècs de doulou moun armo randurado
Fugic del grand soulel la pamparrugo d'or
Per ana dins un roc ploura d'èl et de cor
Del parterro Frances la bèlo flou toumbado.

  • 10 « Quand un nuage, noir du malheur public,/Obscurcit la clarté de mon plus bel astre,/Je veux dire q (...)

Ouëy tourni prene bent per ufla ma museto
Que del Rey ta plangut entoune uno cansou,
Sur le brabe LOUIS regitara le sou
Car al razin reben l'aunou de la souqueto10. (Godolin 1617, 2, 9-20)

19Ces trois strophes constituent un tout cohérent. Elles s'organisent chacune autour d'une idée simple que les prédicateurs et les poètes se sont plu à développer. La première d'entre elles repose sur l'assimilation du roi et du soleil. On ne saurait en trouver de plus courante. Le répertoire établi par Jacques Hennequin à partir des oraisons funèbres en relève chez absolument tous les auteurs. Henri est « Soleil de la France », « le beau Soleil de nostre aage », « le Soleil de nos jours », etc. Le Toulousain Pierre-Louis de Catel, frère cadet de l'historien Guillaume de Catel, dans l'oraison qu'il prononce à la chapelle des Pénitents Bleus, y a recours comme les autres :

Ce Soleil, à la naissance duquel, toutes les parties de cét estat languissantes, se remirent de leur premiere vigueur, de mesme que les fleurs courbées & flestries par le vent & les eaux d'une pluvieuse nuict se relevent aux rayons de la celeste lumiere... (Catel 1611, 32)

20Même l'image de l'éclipse qu'on lit chez Godolin, « uno niboul [...]/Entrumic la clartat de moun astre pu bèl », se trouve ailleurs : « ton Soleil est eclypsé » (Matthieu d'Abbeville, Hennequin 1978, IV, 556), « vostre beau Soleil s'est ainsi eclipsé de vos yeux, et vous a tous rendus en obscurité », (Marigny, Hennequin 1978, IV, 251). Le roi est aussi une fleur : « le Roy qui estoit la fleur de toute Chevalerie » (Pétriny, Hennequin 1978, IV, 429) ; « Princes du sang [...] perdans la plus belle fleur de leur bouquet » (Suares, Hennequin 1978, IV, 137) ou un fleuron. Quant à l'hommage à Louis XIII, il constitue un passage obligé car si, selon les juristes français, « le roi ne meurt jamais », il peut être utile de rappeler que Henri survit en Louis (Hennequin 1978, IV, 305).

  • 11 Anne Viguier remarque que « ce qui vaut d'être noté ici, ce n'est pas seulement le phénomène de com (...)

21Ce ne sont donc pas les idées nouvelles qui comptent ici (inventio), mais leur agencement (dispositio) et la façon dont elles sont exprimées (elocutio). Le discours se déploie en trois temps qui ne correspondent pas au découpage en strophes. Le premier, sur deux strophes, est passé. Il s'agit de la réaction de la nymphe lorsqu'elle a appris la nouvelle du régicide. Elle court se réfugier dans un locus horridus (« dins un roc ») pour laisser libre cours à sa peine. Le lecteur, cependant, avant de l'apprendre doit attendre un moment. Il est d'abord saisi par deux propositions temporelles qui remplissent la première strophe du groupe (9-12), puis par une proposition adjectivale (13). Les moments retardateurs s'accumulent ainsi à partir d'une perspective qui est, au départ, celle de la collectivité (« del coumu malheur »). L'inversion (« del coumu malheur uno niboul escuro »), la précision (« dan le tail d'un coutèl »), l'incise (« Yeu disi ») et le vers 13 participent à ce retardement. L'image du nuage sombre (« escuro »), peu courante dans ce contexte, qu'elle vaille pour l'assassin ou le deuil, appelle la mort. Celle-ci, allégorisée, agit comme un scribe. Elle marque d'une croix, trait graphique, symbole chrétien, signe de mort, le nom d'Henri dans un livre dit « de Naturo ». La nature est donc comme un livre, un livre de raison sur lequel la Mort tient ses comptes. Autre métaphore christique et funèbre, les ronces de douleur (« roumècs de doulou ») ceignent l'âme. Ce verbe randura signifie en fait « environner, entourer de haye », la randuro étant la « haie » (Doujat). L'âme équivaut à une demeure, à un jardin, à un champ, délimités, « emprisonnés » selon la très juste traduction de Robert Lafont, par une haie de ronces-épines-de-la-Passion11.

22Le second temps est présent. Il est bref (17-18). Maintenant qu'elle s'est ressaisie (Ouey « aujourd'hui »), la nymphe est prête à dire sa douleur, à la chanter. Elle renoue avec une activité dont elle est coutumière (« tourni prene »). Le verbe ufla « enfler, gonfler », appliqué aux oisillons pour chanter l'amour (4), sert à présent à la nymphe pour chanter sa plainte nourrie de vent (« prene vent »).

23Le dernier temps est futur (19-20). C'est celui du petit roi. Comme une protection, la mélodie de la plainte rejaillira (regitara) sur lui pour le fortifier, même si, comme son père, il est déjà brave (brabe). Ce temps se clôt sur une image ouvrant un avenir radieux dont Godolin a lui-même fourni la clef dans le commentaire qu'il a placé à la fin de son recueil :

  • 12 « La comparaison de la souche et du raisin à un brave père, à un brave fils, vient de ce qu'Astyage (...)

La coumparasou de souqueto & de razin à un brabe Pèro, à un brabe fil, ben de so que Astiages per la bigno figurèc uno raretat de bertut : car en sounjan que del cos de sa filho sourtiô uno bigno, doun le bèl oumbratge se pourtao per touto l'Asio, el dissec & debignèc qu'elo s'ajayriô d'un efan, que qualque jour seriô l'aunou de soun païs, oundrat & ple d'uno raro & excellento bertut12.

24Astyage, roi des Mèdes, maria sa fille à Cambyse, roi des Perses. De cette union naquit le grand Cyrus qui domina une partie de l'Asie. L'anecdote venant d'Hérodote (I, 108), elle appartient au monde de la culture savante. Elle permet de promettre au jeune roi un empire assuré et fait de lui un nouveau Cyrus. Mais il faut la décoder. Elle est recouverte par un vêtement bucolique, presque bachique, qui la masque et empêche, n'était ce précieux commentaire, de la distinguer. Le passage s'achève ainsi sur la vision d'un immense avenir royal, fondée sur une autorité classique, mais exprimée au moyen d'une image agricole. Quelque chose de la manière de Godolin est aussi dans ce jeu entre les références culturelles, la vie des hommes et celle de la nature.

25Au terme de ces trois strophes, un nouveau cadre est posé, comme une seconde introduction. Le poème se dévoile par grandes étapes. À moins qu'il ne se déplie ou ne s'ouvre tel une fleur.

Un éloge

26La célébration des vertus de Henri IV occupe sept strophes (21-48) :

Que nou nous bengon pus brounzi per las aureillos
Ni Cesar, ni le Grèc que mouric pel talou ;
Per dessus le boulum des princes de balou
Un HENRIC a claufit le mounde de merbeillos.

Les fourtunables Reys doun le mounde fa fèsto
Soun coumo de roubis pausats en roso d'or
Oun le balent Henric tout brasses et tout cor
Ero le diaman qu'oundrao tout le rèsto.

La Terro en tremoulan al brut de sas armados
Li dounao la bouts per soun prumiè seignou :
Tabe per le passa dins le temple d'Aunou
Le Cel l'abio fourmat à bertuts repourtados.

O flourisso la Pats, o touquesso l'alarmo,
La Justecio, la Fe, la Forço, la Bountat,
Et tout ço que le Cèl douno per raretat
Coumo l'aygo à la mar se randion à soun armo.

Taleau que sur soun froun se pausèc la courouno,
L'Englazi se neguèc al riu del debrembiè,
La Pats y ba beni que de soun Oulibiè
Y fec un bèl enpeaut sul Lauriè de Bellouno.

De sas milo bertuts la preciuso ritgesso
Croumpao d'un quadun le cor, et l'affecciu ;
Soun cos se fasio beze un cel de perfecciu
Al lum de soun esprit, esclaire de sagesso.

  • 13 Que ne vienne plus résonner à nos oreilles/[Le nom de] César ni du Grec qui mourut par le talon ;/A (...)

Acôs el que sul fi remetio la balanço
Taleau que la Rasou se plagnio dun afroun,
Acôs el que prenio la fourtuno pel froun
Que clabelao pey sul scèptre de la Franço.13 (Godolin 1617, 2-3, 21-48)

27Comme dans la partie précédente, chaque strophe contient une idée aisément repérable dans la littérature déploratoire contemporaine.

28§ 6 (21-24) : la comparaison de Henri avec César se rencontre en poésie :

Quels Cesars, & quels Alexandres
Ont jamais pour leurs faicts guerriers,
Eu l'honneur qu'on rend à tes cendres,
Et à l'ombre de tes lauriers ? (Du Peyrat 1611, 26ro)

et dans un nombre important d'oraisons (Hennequin 1978, IV, 135). Le rapprochement avec Achille est tout aussi répandu (id., 113).

29§ 7 (25-28) : Henri est le « diamant du genre humain » (Binet), « ce diamant des Roys » (Binet), « ce grand Prince, ainsi que le plus noble et le plus riche diamant » (Sovoye) (id., 151-152).

30§ 8 (29-32) : l'image du Temple d'Honneur n'a rien de rare. On la rencontre dans la prédication : « un temple d'honneur et de gloire » (Bonet), « entrer au Temple de l'Honneur » (George) et dans la poésie :

Parmy tant de grands Roys sa mesmoire est si grande,
Qu'à son Temple d'honneur tous doivent leur offrande. (Du Peyrat 1611, 11vo)

Godolin en explique lui-même la signification dans son commentaire :

  • 14 « Le sens vise ceci : à Rome, au bon vieux temps, pour entrer dans le temple d'Honneur, il fallait (...)

Le sens guigno an asso. A Roumo tens que Dius ajo per intra dins le temple d'Aunou, caillô passa per le de la Bertut. L'Allegorio n'es pas de mal trouba14.

31§ 9 (33-36) : parmi les qualités célébrées par les prédicateurs et les poètes figurent en bonne place la justice, la foi chrétienne, la puissance militaire et la bonté (Hennequin 1978, IV, 304, 293, 284, passim). Dans son oraison, Pierre-Louis de Catel développe la Vaillance, la Justice, la Prudence et achève par la Piété.

32§ 10 (37-40) : Henri IV a rétabli la paix. Le thème est absolument général (Hennequin 1978, I, 144-154).

33§ 11 (41-44) : par l'affection qu'il leur a témoignée, Henri a su gagner le cœur de ses sujets. Écoutons Catel :

Sa justice lui vaut : toutes les manifestations exterieures que les subjects peuvent donner d'une extreme affection. [...] Et c'est la recompense qu'il a recueillie en ce monde de ceste vertu de justice temperée de clemence et de debonnaireté. (Catel 1611, 39-40)

34La strophe 12 (45-48) reprend les idées de justice et de paix rétablie, garante de fortune pour le royaume.

  • 15 Selon Anne Viguier, le mot merbeillos conserve ici « sa relation à l'extraordinaire, au surnaturel  (...)

35La nouveauté n'est donc pas dans les idées. Ici aussi, elle réside dans leur traitement poétique. La strophe n'est qu'en apparence conforme au schéma courant. Celui-ci repose sur l'assimilation constante de Henri à César. Henri est César. Il est aussi Achille par sa vaillance, comme par son destin. Godolin balaye cette image à laquelle il applique un refus catégorique (« Que nou nous bengon plus brounzi per las aureillos »). Prédicateurs et poètes sont renvoyés dos à dos, Henri est plus que César et Achille, il est « per dessus » la foule des princes saisie dans son épaisseur (boulum). Il remplit le monde (terrestre) de merveilles, comme un magicien ou comme un dieu15.

36Cette dernière image prépare celle, puissamment poétique, de la strophe suivante. Par gradation, on passe des « princes de balou » aux « fortunables reys ». On s'attend à ce que Henri les surpasse tous, mais le texte surprend. D'abord par la concentration du vers 25 qui associe les rois, le monde et la réjouissance festive. L'idée s'alimente de ces fêtes somptueuses données aux rois, mais elle est aussi plus générale. Ce ne sont pas les hommes, mais le monde entier, tout l'univers terrestre, qui organisent la fête. La surprise naît aussi de la comparaison. L'image des rubis n'est pas des plus répandues (Hennequin 1978, IV, 243). Elle ne s'applique d'ordinaire pas aux rois. La fortune, la fête, les rois-rubis composent déjà un réseau d'images évocateur de richesse et de lumière. Leur disposition « en roso d'or » est étincelante. La rose d'or, nous explique Noulet, désigne des « pierres précieuses montées en forme de rose sur fond d'or » (éd. 1887, 483). La représentation mentale superpose ainsi un arrière-plan, presque un ciel, d'or, des rois-rubis, luisants comme des étoiles, qui dessinent la figure de la fleur des poètes, la rose, nouvelle constellation.

37L'affirmation de la supériorité de Henri, attendue, ne tire pas seulement sa force d'elle-même, mais aussi de la magnificence de l'image déployée aux vers 25-26. Henri-diamant est un soleil qui orne « tout le rèsto » (fr. « tout le reste »). La notation, après l'éblouissante splendeur des pierres, matière et fleur précieuses, peut sembler triviale et de fait, elle l'est. Le contraste est voulu : il met en valeur l'éclat des images royales. En même temps, il dit simplement les choses : Henri est ce diamant-soleil qui illumine tout ce qui n'est pas le ciel d'or, le reste, i.e. l'univers cosmique.

38Dans les quatre strophes suivantes, discrètement, les éléments sont convoqués. La terre (29), tremblante sous le poids des troupes martiales, nourricière de l'olivier de la paix (39) et du laurier de Minerve (40) précède l'eau, celle qui s'écoule dans la mer (36), celle du Léthé (38). Le ciel, domaine aérien, symbole de perfection, représente le corps de Henri (43) tandis que le feu de l'éclair figure sa sagesse (44). À l'inverse, les entités inanimées sont personnifiées : la Terre accorde sa voix (30) à Henri, l'Effroi (38) se noie, la Paix, tel un jardinier, pratique une greffe (40), la Raison, comme la nymphe, se plaint (46), la Fortune est dotée d'un front (47). Au centre exact de ce double réseau (40), une image contrevient aux lois de la nature. La greffe de l'olivier sur le laurier, symbole puissant de l'alliance de la paix et de la victoire par les armes, est techniquement impossible. Elle n'existe que dans et par le langage poétique.

  • 16 Adjectif substantivé selon Gardy. V. FEW 3, 562b le fin mitan « le beau milieu de » et 566a afina « (...)
  • 17 L'hypothèse reste à vérifier au niveau de l'ensemble de la création du poète toulousain. Cette ouve (...)

39La même audace se note à la toute fin de la dernière strophe de ce groupe. Un étagement de surprises est ménagé par la progression. Le roi-justicier intervient en replaçant les deux plateaux de la balance, symbole courant de la justice, à égale hauteur. L'image n'aurait rien de remarquable si elle n'était représentée par une expression (« sul fi remetio ») que la tradition lexicographique n'a pas enregistrée16. Oubli des dictionnaires, création néologique de Godolin ou terme de métier ? Nulle caution littéraire antérieure n'est là, en tout cas, pour légitimer une formulation qui tire donc son efficacité d'elle-même. Le vers suivant étonne pour une autre raison : on y voit intervenir la raison comme guide de l'action justicière du roi. Or, aussi bien dans les oraisons funèbres que dans les poèmes, c'est un ressort auquel il est rarement fait appel. Du roi défunt on loue la sagesse, la rapidité et la justesse de son jugement, la perspicacité, l'intelligence, la prudence, mais il ne semble pas que la raison soit fréquemment invoquée en tant que telle. On notera que Godolin consacre, lui, un vers entier à la raison — qui subit un afroun et inspire le roi-justicier —, alors qu'il n'en consacre aucun à la personnalité religieuse du roi. Seul le petit mot « foi » (Fe, 34) est cité, encore est-ce dans le cadre d'une énumération dans laquelle il se remarque peu. Du coup, on oserait presque dire que la raison, dans cette œuvre, tient plus de place que la foi17, ou, comme l'a suggéré X. Ravier, que l'importance accordée à cette faculté en tant que « faculté régulatrice, créatrice d'équilibre sans laquelle rien n'irait dans l'ordre politique comme dans le monde » (Ravier 1998, 283), annonce le triomphe à venir du rationalisme. Quoi qu'il en puisse être, cependant, l'image qui clôt la strophe frappe l'imagination. La Fortune, personnifiée sous les traits de la déesse éponyme, est saisie par Henri au niveau du froun (« front »). Les dictionnaires ne permettent pas de déterminer si l'expression « prene pel froun » est lexicalisée. Mais d'une certaine façon, peu importe. En poésie, les mots ont tout/s leur(s) sens. C'est donc par la partie la plus large de la tête que le roi se rend maître de la déesse Fortune. Que fait-il d'elle ? Il la cloue (clabelao). La première image était violente (saisir par le front), la seconde l'est plus encore (clouer une déesse !). Et il le fait sur un objet, dont la signification politique est certes considérable, mais dont la taille concrète est réduite, le sceptre royal. La réalité empirique se trouve malmenée tandis qu'une autre réalité, symbolique, poétique, prend sa place, où le roi véritable est le langage.

Une épopée

40Les vers 47-48, par la violence qui les sous-tend, ménagent une transition avec la partie suivante, également longue de sept strophes, tout entière consacrée à un aspect précis de la personnalité du roi, sa vaillance militaire, déjà annoncée à plusieurs reprises (22, 27, 29, 34 « la Forço »).

A la fièro des trucs el caillo qu'on le bisso
Dan le foulze del bras esclafa le fèr blanc,
Foulze que fazio courre'un labassi de sang
Et regita de caps uno grosso granisso.

D'enemics animats un mounde se bandao
Per fa rebès del dret que de dret li benio,
Mès el èro l'Atlas que tout au sustenio
Et peyssoun l'Herculès que tout au englandao.

Coumo s'enbalauzis la bicho pel bouscatge
Quand le sou del cournet dins l'aureillo li bat,
Al noum del grand Henric l'enemic eyssourbat
Fugio marrit de poou, et beouze de couratge.

L'un sentio d'un estoc desclaba sas coustèlos
Per oun s'estourrissio la sang à bèl rajol,
L'autre, que milo pics aloungaon pel sol
Besio soun paure cos despartit en estèlos.

Atal dedins un parc le Lioun se boulègo
Al mitan des moustis, del Pastre, et deys agnèls,
Atal à cops de dens, de coüô, d'urpos et d'èls
Les espauris, esquisso, endoulomo, moussègo.

Hurous le que labets èro' a la picourèo
O que s'èro mudat dan las armos à bas ;
Per biure nou caillô que cambos sense mas,
Et se moustra puleau cerbi que Briarèo.

  • 18 « À la foire aux coups, il fallait qu'on le vît/Avec le foudre de son bras frapper l'éclat du fer,/ (...)

Jamay cap d'autre Rey nou fec talo soulado
De cosses de souldats esquitats an la mort,
Et Caroun jamay pus nou troubèc à soun port
D'esperits desoussats ta rabento menado18. (Godolin 1617, 4-5, 49-76)

  • 19 Les sujets catholiques du roi défunt sont d'autant moins enclins à retracer cette partie de la vie (...)

41L'unanimité des prédicateurs et des poètes est totale quand il s'agit de célébrer l'action militaire d'un souverain qui passa une partie de son règne les armes à la main pour conquérir son royaume. Le genre de l'oraison funèbre, cependant, se prête peu à l'évocation réaliste de cet aspect de la personnalité de Henri IV19. L'arsenal mythologique (Mars, César, Alexandre...) prend ici tout son sens en permettant de représenter ce que l'Église réprouve. Les poètes, pour la plupart, suivent la même ligne. Le Recueil de Du Peyrat ne comprend que fort peu de descriptions de la guerre. On oserait à peine citer celle-ci, due à un certain Du Bois de Pince, si elle n'était typique d'un style :

Prince dont le cœur invincible
Et le bras courageux & fort
N'a rien trouvé d'inaccessible
Parmy les horreurs de la mort.

Qui parmy les harquebuzades
N'a esté jamais estonné,
Et n'a tremblé aux canonades,
Lors qu'elles ont le plus tonné.

Prince qui dans une bataille
Aux hazards gayement s'est mis,
Et s'est faicte de poincte & de taille
Voye parmy ses ennemis. (Du Peyrat 1611, 30ro)

42Il se trouve pourtant, dans le recueil de Du Peyrat, un poème où la réalité des combats est évoquée plus directement. Ce sont les « Regrets funèbres » d'Étienne Molinier :

Encore en mon esprit je le vay regardant
De sa guerriere main les tempestes dardant,
Si tost que son cheval fond de roide secousse,
Plus que son esperon son courage le pousse,
La peur marche devant, & frapant l'ennemy
Laisse d'une palleur son visage blesmy,
Qui bien tost rougira teint de sang, & de poudre
Sous l'esclat de ce foudre.

O qu'il est furieux au milieu de l'estour,
Moissonnant comme espics ceux qu'il treuve à l'entour ;
Où qu'il aille portant son trenchant cimeterre
Il n'est teste, ni bras, qui ne vole par terre,
Ainsi qu'un tourbillon qui renverse les eaux
Des rangs des escadrons il en faict des monceaux,
Et pousse vers le port sa victoire qui nage
Dans le sang du carnage.

Mais lors que sa valeur mille teste abbat,
Bruyant comme un tonnerrre aux chaleurs du combat,
Son ferme jugement se tient sur la balance,
Ne suit pas sa colere, & jamais ne s'eslance.
Ains tranquille & rassis faict paroistre soudain
Que rien n'est occupé que le bras & la main,
Vaillant soldat il rend mainte preuve certaine
D'un sage Capitaine. (Du Peyrat 1611, 114vo-115ro)

43Le sang, les têtes et les bras qui volent, les « monceaux » d'escadrons ne sont peut-être pas sans rapport avec les images violentes que Godolin place dans cette quatrième partie. Pourtant, encore une fois, son style est autre.

44Les strophes s'organisent deux à deux. Les strophes 13 (49-52) et 16 (61-64) tirent chacune leur unité et ensemble leur cohérence des horreurs qui y sont évoquées sans fard. Il pleut du sang (51), il grêle des têtes (52), un coup dans les côtes du soldat et les voilà disjointes (desclaba, 61, l'image est celle des clous (clabèl), la perspective celle du soldat (sentio)), le sang jaillit à gros bouillons (« a bèl rajol », 62), d'un coup on passe par hyperbole à mille (63), les corps gisent (63), éparpillés, dispersés comme des éclats de bois (estèlos, 64). La vision serait digne des Tragiques.

45La strophe 14 (53-56) paraît conventionnelle. Des ennemis, Atlas, Hercule (Herculet, diminutif à valeur hypochoristique), tout cela est familier. Le vers 54 repose sur un jeu avec les mots. Les ennemis veulent renverser, mettre à l'envers (« fa rebès ») ce qui était à l'endroit (dret). Allusion est faite à la contestation des droits à la couronne de Henri de Navarre. Mais l'endroit (dret) tire sa légitimité du droit (dret). L'éloge du roi est l'éloge du droit.

46Observons la strophe 18 (69-72). Elle est à l'envers. On y découvre, en effet, deux éloges paradoxaux. Le premier est celui — ironique — du pillage : « Hurous le que labets èro' a la picourèo ». Le second est celui de la couardise « O que s'èro mudat dan las armos à bas ». La même idée paradoxale est ensuite développée au moyen d'une image quasi boschienne : on imagine des corps avec des jambes, mais sans mains, fuir à toute vitesse. Dernier paradoxe, enfin, suite du précédent : alors que tout soldat rêverait d'avoir, comme le géant Briarée, cinquante têtes et surtout cinquante bras, comme il s'agit de fuir, mieux vaudrait être cerf, bête à quatre pattes. C'est le monde de la guerre à l'envers, présenté comme un endroit (« Hurous le... », « nou caillo que... »).

47Par les strophes 15 (57-60) et 17 (65-68), le poème semble faire retour dans le monde pastoral. Une biche dans un bocage (57), une bergerie (« un parc », 65) avec ses chiens, ses bergers, ses agneaux. La biche, créature fragile, que tel prédicateur inspiré associe à Marie de Médicis, désigne ici, contre toute attente, les ennemis. Ceux-ci sont ridiculisés par un jeu de mots final (occ. marrit/marit, fr. « marri/mari »). À l'opposé, un lion, inspiré de Virgile. Ici, pas de jeu de mots, mais une technique qui rappelle celle du sonnet rapporté avec quatre compléments (« cops de dens, de coüô, d'urpos et d'èls ») et quatre verbes (« espauris, esquisso, endoulomo, moussègo »), manifestement choisis pour leur qualité phonique.

48La dernière strophe du groupe est isolée. Elle s'ouvre sur le roi et une soulado de corps. La soulado est un terme emprunté au monde agricole, non celui de la littérature classique, mais celui du Languedoc. Il désigne une « quantité de gerbes étendues sur l'aire pour être battues » (éd. Noulet 1887, 490). Deux figures macabres sont associées à ces corps de soldats. La Mort, qui marquait le nom de Henri d'une croix, estime à présent soldés les comptes des soldats tombés (esquitats). Charon accueille une menado de morts qui viennent à lui encore ivres de la fureur du combat (rabenta). Le terme menado provient du vocabulaire des mariniers de la Garonne et des Pyrénées. La menado, explique Doujat, c'est cette « quantité de bois flottant qu'on jette dans la rivière de la montagne, pour la conduire dans la plaine ». Les hôtes de Charon sont désignés par une image saisissante, « esperits desoussats » où se mêlent de façon inextricable âme et matière, spirituel et trivial.

49Cette liaison entre deux sphères opposées méritent qu'on s'y arrête un instant. Dans sa glose du grand poème de Godolin, Xavier Ravier (1998) a proposé une lecture des Stansos effectuée à la lumière de la notion du « double corps du roi » identifiée par Ernst Kantorowicz (1989). La célébration du roi guerrier correspond, selon cette interprétation, à la composante physique et matérielle de la personne royale. En consacrant sept strophes à la puissance militaire du roi vainqueur, Godolin inscrit le monarque dans le concret le plus immédiat, de la même façon qu'auparavant, au niveau des strophes VI à XII (21-48), il avait célébré la composante immatérielle et permanente du roi. Henri est à la fois cette entité abstraite en laquelle convergent la justice, la foi, la force et la bonté, lumière de sagesse, principe de perfection et, concomitamment, être de chair, puissamment incarné.

Un blâme

50L'imprécation contre l'assassin de Henri IV représente une étape obligée dans le discours funèbre en prose ou en vers des années 1610-1611. Chez Godolin, quatre strophes lui sont consacrées.

Dounc, ô Tygre cruèl, piri que l'Ours salbatge
Pla t'abion poussedit las feramios d'Ifer
Quand sa scarioto ma s'anèc arma de fèr
(Seignour Diu) countro'un Rey que daurao nostr'atge.

Qui te piegèc le bras de tant d'asseguranço
Que nou fibblesso pas jouts l'hourrou d'un tal cop,
Sampa l'Esprit de neyt que li trigao trop
Qui bisso reboundut le soulel de la Franço ?

De l'auratge emmalit d'uno guèrro coumuno
Tu bouillos treboula le calme de la pats,
Mès tous cops en nourre foureguen dissipats
Taleau que d'un Dalphi Diu fazec un Neptuno.

  • 20 « Donc, ô tigre cruel, pire que l'ours sauvage/Les Furies de l'Enfer t'avaient bien possédé/Quand t (...)

Abalisco le gus de qui la ma prouphano
Ben de rounsa pel sol l'auta de la bertut,
Soun cop passo le cop d'aquel autre perdut
Que fec un fougayrou del Temple de Diano20. (Godolin 1617, 5-6, 77-92)

51Ravaillac est tout ce que le monde a engendré de pire depuis l'aube des temps (Hennequin 1978, IV, 315). Il est notamment un tigre (Coeffeteau), une furie (Hennequin 1978, I, 178 dont Catel 1611, 66), Judas (Binet), un diable (Binet), Satan (Binet) et cet Érostrate, connu par Aulu-Gelle (II, 6), incendiaire du temple de Diane à Éphèse (« malheureux et misérable Erostrate, tu as ruiné le temple du Dieu vivant » (La Béraudière)).

  • 21 Souvenir ovidien très présent dans les écrits funèbres consacrés à Henri IV (Hennequin 1978, I, 153 (...)

52Le mouvement qui anime ce groupe de strophes dessine une courbe. La condamnation de Ravaillac emprunte la voie traditionnelle (le tigre), s'en sépare un instant avec l'ours pyrénéen, puis égrène les Furies, l'Enfer, Judas, l'Esprit de Nuit. Entre temps, le mouvement est interrompu le temps d'un vers en forme d'antithèse : l'âge d'or21 et le Soleil de France pour Henri IV, le Dauphin devenu Neptune pour Louis XIII. Ce dernier moment constitue l'acmè du mouvement. L'assimilation entre l'héritier de la couronne de France, l'animal marin et le dieu des mers semble absolument absente de tous les textes de prédicateurs et des poètes. Godolin ne l'invente pas. Il se souvient simplement de Marot célébrant la naissance du dauphin François, fils de François Ier (« De la naissance de Monseigneur le Dauphin », 1518) :

  • 22 Chez Marot, le dauphin-Dauphin et Neptune demeurent deux entités séparées alors qu'il y a chez Godo (...)

Quand Neptunus puissant Dieu de la Mer,
Cessa d'armer Carraques, & Gallées,
Les Gallicans bien le deurent aymer,
Et reclamer ses grands undes sallées,
Car il voulut en ces basses vallées,
Rendre la Mer de la Gaule haultaine
Calme, & paisible, ainsi qu'une fontaine :
Et pour oster Mathelotz de souffrance,
Faire nager en ceste eaue claire & saine
Le beau Dauphin tant desiré en France. (éd. Defaux 1990, I, 116-117, 1-10)22

53De ce point culminant, de ce moment où Louis qui était Cyrus devient à présent dieu, le poème peut sans peine redescendre à l'assassin-gueux (gus) dont l'acte a été réduit à néant (nourré). L'oubli du néant, tel est le sort qui attend d'ailleurs Ravaillac. Les Ioniens, nous apprend Aulu-Gelle, avaient jugé le crime d'Érostrate si abominable qu'ils avaient condamné son nom à n'être jamais prononcé par quiconque. Godolin respecte cette décision et l'applique au régicide de 1610. Pourtant, Érostrate n'est rien auprès de l'attentat commis par la main (79, 89) et le bras (81) de Ravaillac. Le crime de l'incendiaire d'Éphèse n'a provoqué qu'un fougayrou, un « feu de joye que les particuliers font devant leur porte le soir de la Saint Jean ; [un] feu de peu de durée » (Doujat). L'inscription dans la réalité festive toulousaine désamorce le feu ionien et, par contraste, souligne l'horreur de celui qui a perdu son âme en tuant son roi-autel-de-vertu.

Memento mori et apothéose

54Le poème est à son terme (93-100) :

Escantit es le lum, usat es le bel moble
De qui la Terro fec l'aunou de soun oustal :
La descarado Mort un cop tout à bel tal
Endrom dedins le clot le pages et le noble.

  • 23 « Éteinte est la lumière, usé est le beau meuble/Dont la Terre fit l'honneur de sa maison ;/La mort (...)

Le Mounde es uno mar, oun coumo jouts de belos
L'home sent quado joun qualque bent d'aflicciu,
Mes nostre Rey coumoul de touto perfecciu,
Hurous hoste del Cèl trepejo las estelos23. (Godolin 1617, 6, 93-100)

55Ces deux strophes finales font corps. Elles sont organisées selon le schéma suivant :

  • 93-94 : désolation de la Terre face à la perte de Henri ;

  • 95-96 : vérité générale sur le pouvoir de la mort ;

  • 97-98 : autre vérité générale, liée à la précédente, sur la condition de l'homme ;

  • 99-100 : retour au roi, son destin post mortem, son salut.

56Cette distribution des idées fait songer aux péroraisons par lesquelles les prédicateurs de 1610 et 1611 achèvent leurs sermons. La péroraison se doit en effet de contenir une partie panégyrique où on renouvelle l'éloge du disparu et une partie didactique qui permet à l'auditeur de tirer un enseignement. La toute-puissance de la mort et la vanité du monde et de l'homme constituent, dans ce dernier cadre, des thèmes fréquents (Hennequin 1978, II, 152).

  • 24 Au sens de « bien mobilier, tout bien aisément déplaçable », v. FEW 6/3, 1a.

57L'image de la lumière éteinte, liée à celle de Henri-soleil, n'a rien de rare. On la trouve dans la péroraison de Catel : « sera-il donc vray, que ceste lumière de l'Europe soit esteinte ? » (Catel 1611, 69) et chez d'autres orateurs. Mise en valeur par l'inversion (« Escantit es le lum ») qui en augmente la puissance pathétique, elle établit un lien discret avec le feu de joie (fougayrou) d'Érostrate ou encore avec le lum de l'esprit du roi (44). Mais c'est le second hémistiche qui surprend. Il pose une métaphore inouïe. Henri est un meuble24. En tant que tel, il a un temps (prétérit fec) orné la maison de la Terre (car la Terre est et a une maison). Il en constituait même la partie la plus honorable, c'est-à-dire celle dont le propriétaire tire le plus d'honneur quand il reçoit ses hôtes, ou, si on prend en compte la glose proposée par Xavier Ravier, il représentait physiquement le « corps glorieux du roi » (Ravier 1998, 291). Par cette double métaphore, explicite, de Henri et du meuble qui a fait son temps, implicite, des hommes et des visiteurs de passage dans la demeure de la Terre, on glisse sans y prendre garde au saisissant memento mori des deux vers suivants.

58L'idée est profondément chrétienne. Elle est exprimée progressivement. Le premier vers rassemble le sujet et un complément de manière. Ce sujet, c'est la mort. Elle est descarado, adjectif riche de sens que Doujat glose ainsi : « affreux, hideux, hagard, horrible, furieux ». Tous ces sens sont concomitamment présents dans le texte, mais tous dérivent du substantif caro, « visage » (Doujat). La Mort nous est présentée comme une allégorie à la face hideuse, effrayante. Nous ne savons pas encore précisément quelle sera l'action qu'elle entreprendra (le verbe n'est pas apparu). Nous savons cependant comment elle s'y prendra : soudainement (« un cop »), par un coup (« un cop ») porté à l'aide d'un instrument tranchant (« a bèl tal », écho de « tail d'un coutèl » du vers 11), mais aussi en frappant au hasard (« a bel tal », selon Doujat : « sans choix »). À l'enjambement, voici le verbe : sa portée est atténuée par un euphémisme. La mort est un sommeil (endrom). Le répit n'est qu'une illusion de courte durée. Le complément de lieu (« dedins le clot ») suscite l'effroi. La perspective est en effet présentée de l'intérieur (dedins, comme en français de l'époque à la fois préposition et adverbe) de ce qui n'est pas que l'équivalent du français « tombeau ». Le mot occitan clot ne désigne cette réalité que par extension. Au départ et ici aussi, il conserve son sens concret de « fosse » (Doujat). Reste le complément d'objet, « le pages et le noble ». L'idée correspond pleinement à la doctrine chrétienne, on la trouve exprimée chez François Habert, par exemple :

Les grands & les petits ont pareille fortune,
Mesme naufrage ont fait contre un mesme rocher (Du Peyrat 1611, 5vo)

59Ce qui frappe chez Godolin et qui le distingue de Habert ou d'autres, ce n'est pas la référence aux deux extrémités de l'ordre humain (« les grands & les petits »), mais que celle-ci soit exprimée en termes purement sociaux. En ce sens, le pagés (« paysan ») frappe moins que le noble, mais autant que leur réunion dans le même hémistiche.

  • 25 L'idée s'impose d'elle-même aux poètes et aux prédicateurs (Hennequin 1978, I, 89). Ainsi Catel : « (...)

60Le monde, l'homme. Les deux premiers vers de la dernière strophe conservent la même perspective didactique et généralisante que pour les deux vers précédents, mais l'élargissent considérablement. En elles-mêmes, les métaphores n'ont rien de nouveau. Le monde, chez les poètes et les prédicateurs, est souvent une mer (« l'homme dès sa naissance, commence à sillonner le dos sinueux de ceste dangereuse mer du monde », Thibault), le vent se trouve fréquemment associé à la douleur (« le vent de la fortune », Petriny ; « nostre miserable vie qui [...] coule comme le vent », Binet), on ne compte pas les navires représentant le sort de l'homme. Même si l'hémistiche « coumo jouts de belos » mêle trois figures, une (fausse) comparaison, une métonymie (voiles-navire) et la métaphore centrale (navire-homme), même si « quado joun » et « qualque bent » se font écho comme le « bent d'aflicciu » répond aux « roumecs de doulou », l'essentiel est dans le cadre posé : un monde qui n'est plus que mer. Sur ce fond vient se développer l'image finale recentrée sur le roi. Malgré la mort, il est (encore) nostre rey, la nymphe toulousaine s'incluant au rang des sujets de Henri, invincible roi d'une France très présente dans le poème. Ce roi est coumoul. Lui qui remplissait (« a claufit ») le monde de ses merveilles, lui, le géant « cosmophore », selon la formule de X. Ravier (1998, 285), qui tel Atlas portait le monde, est maintenant empli par une perfection qui est d'ordinaire d'apanage divin. Auparavant, c'était son corps qui avait été proclamé parfait (« Soun cos se fasio beze un cèl de perfecciu »), son corps était un ciel, à présent son âme est au ciel. Il en est l'hôte heureux et parfait. Le ciel est sa demeure25. Lui qui a orné la maison de la Terre est un meuble du ciel. Meuble, au sens de « qui peut se mouvoir », il continue à l'être. À la fois corps et âme, il trepejo les étoiles. Ce verbe porte deux significations difficiles à rendre par un seul en français. Doujat a pris soin de les noter toutes deux : « danser, fouler en dansant ». Au-dessus de ce monde qui est une mer, voici donc l'immense figure de ce roi, plus grand que les étoiles, qui danse sur elles comme sur un doux tapis de fleurs ou d'herbe.

Deux manières : Godolin et Maynard

  • 26 Maynard a aussi composé une ode « Sur la mort du Roy Henri le Grand » (éd. Gohin 1927, 266-271), pl (...)

61Dans un très bel article, Anne Viguier a comparé ce texte des « Stansos a l'hurouso memorio » de Godolin avec celui que son compatriote et contemporain François Maynard a consacré à Henri IV. L'ode « Au Roy Henri le Grand » (éd. Gohin 1927, 225-233), publiée pour la première fois en 1627 (Recueil des plus beaux vers de MM. de Malherbe, Racan, Monfuron, Maynard, Bois-Robert, Paris, Toussaint Du Bray), écrite du vivant du roi26, permet de percevoir les différences esthétiques profondes qui séparent les deux auteurs. De sa riche analyse, plusieurs points méritent d'être extraits.

62L'ode de Maynard s'inscrit dans le temps de l'Histoire « selon la double direction d'un déroulement et d'un affrontement » (Viguier 1976, 174). Les repères temporels y sont nombreux (« en ce siècle où nous sommes », v. 3) comme les subordonnées à valeur consécutive. La syntaxe est au service d'un mouvement général orienté vers un avenir identifié à un présent continué. Les adversaires du roi (l'Espagnol, le Turc) sont des ennemis historiques et les oppositions sont binaires. Les lieux mythologiques « Source du Gange », « la belliqueuse Thrace », souvent désignés par des périphrases (« les Provinces que l'Aurore/De sa lumière redore » pour l'Orient), contribuent à un éloignement dans le temps et l'espace. Fondamentalement, le poème se caractérise par « l'étirement, l'extension des combinaisons prosodiques et syntaxiques [qui] demeure bien à l'image d'une expansion territoriale » (Viguier 1976, 177).

  • 27 Il fait ce bel Edict qui porte l'union

63Godolin, lui, ignore le temps et, en un sens, l'Histoire. Les temps les plus employés sont d'abord le présent, puis un imparfait narratif et duratif. Les prétérits sont rares (entrumic lorsque la nymphe apprend la nouvelle de la mort du roi). Le temps est comme suspendu. Aucun nom de lieu mythologique, ni aucun nom se référant aux événements politiques (les batailles, par exemple). Aucun non plus aux grands moments du règne, comme la conversion ou l'Édit de Nantes dont on trouve pourtant une des rares mentions chez Molinier27. Les ennemis sont excités (animats), mais anonymes, les batailles sont sans lieux, même l'assassin est innommé (car, comme Érostrate, innommable). Comme l'a souligné ailleurs Anne Viguier, il ne s'agit pas de raconter, mais de montrer (Viguier 1977, 64).

64L'Histoire est absente et l'espace est autre. Il y a d'abord ce cadre bucolique, d'une très grande cohérence. Il est concentré sur les sept premiers vers, mais se trouve régulièrement réactivé dans le corps du poème : par les ronces, la fleur tombée, le raisin et la souche, la biche dans le bocage, la bergerie (parc) avec ses agneaux, ses bergers et ses chiens, le cerf. À ces différents rappels, on pourrait ajouter tout ce qui, à des titres divers, présente un lien avec la nature, que l'image soit mythologique (le ruisseau, l'olivier, le laurier) ou empruntée à la réalité des travaux et des jours (l'averse, la grêle, les éclats de bois, estèlas, la soulado, la menado, l'orage, même le calme de la paix qui rappelle l'apaisement du calimas, la lumière). La pastorale, littéraire et réelle, déborde l'incipit pour innerver l'ensemble du poème.

65Et puis il y a l'espace cosmique. Ces cent vers rassemblent l'univers. On a déjà noté, pour la partie consacrée à l'éloge du roi, la présence des éléments, la terre, le feu, l'eau, l'air. Il serait aisé de montrer comment ceux-ci demeurent présents, discrètement disséminés, tout au long des stances. L'eau, par exemple, irrigue l'écriture : les petits ruisseaux, le nuage, l'eau qui se jette à la mer, le ruisseau de l'oubli, l'averse, la grêle, « la sang a bel rajol », l'orage, le dauphin, Neptune, le monde-mer et l'homme-navire. Ces deux dernières images, si elles paraissent communes, ont en réalité été préparées de longue main. D'une certaine façon, par et dans le poème, le monde est déjà une mer avant que cela ne soit dit.

66Le ciel et le monde, aussi, sont partout. C'est le ciel qui assemble les vertus de Henri et lui donne tout ce qu'il y a de rare. Son corps est un ciel de perfection avant même qu'il ne soit hébergé par lui. Le monde est rempli des merveilles de Henri, mais aussi de ses ennemis. Une fois qu'il l'a quitté, mais en fait de toute éternité, ce monde est une mer. Et on pourrait noter une distribution comparable pour le soleil, qu'il figure le soleil réel (« astre pu bèl », « del gran soulel la pamparrugo d'or ») ou Henri lui-même (« souleil de la Franço », mais aussi « diamant qu'oundrao tout le rèsto », « lum de soun esperit », « escantit es le lum »). La vision cosmique finale, y compris par l'absence des étoiles, plaisamment annoncées pourtant par le quasi-homonyme estèlos, s'insère dans un tissu textuel particulièrement cohérent qui a permis la mise en place d'un espace aux dimensions de l'univers.

67La poésie dit le monde. La poésie française, depuis la création toute cérébrale de Desportes jusqu'à Malherbe, est marquée par une tendance à l'abstraction. Chez Maynard, on relève, pour ce qui est du concret, des « termes génériques, assorti de peu de déterminants ou d'une détermination pauvre et conventionnelle, qu'il s'agisse de lieux (« villes », « cités », « remparts », « palais ») ou d'objets à valeur plus métonymique que métaphorique (« glaive », « épée », « fer ») » (Viguier 1976, 164). Le réel est vu au travers d'un filtre qui tend à se confondre avec une convention d'écriture (lyrique, pastorale, épique...). On ne retient de lui que les éléments sanctifiés par l'autorité classique ou par une tradition successivement corrigée.

68Ces conventions, Godolin les connaît. On rencontre aussi chez lui des métonymies comme la « 'scarioto ma », « le bras », ou la « ma prouphano » pour Ravaillac, par exemple. Mais il ne s'en trouve guère plus. L'une des marques de fabrique de cet auteur est précisément de laisser au réel, une fois inséré dans le texte poétique, toute sa concrétude. Si englanda qui désigne l'action de Henri à la guerre signifie pour Doujat « abbattre, assommer, écarboüiller », il paraît difficile de ne pas voir qu'il y a derrière ce verbe, vierge de tout usage littéraire qui en aurait infléchi le sens premier, l'activité de « gauler des glands ». Les deux niveaux se superposent et co-existent dans le texte comme dans la lecture qu'en fait celui qui le reçoit, pour peu qu'il soit occitanophone. Une part de l'esthétique de Godolin réside dans cet empilement des sens, le figuré se greffant sur le littéral, l'abstrait sur le concret.

  • 28 De façon caractéristique, R. Lafont rend la seule idée de « suite ».

69La réalité empirique est ainsi présente en tant que telle, sans filtre littéraire. Elle sature le poème sans toutefois, loin s'en faut, l'engluer dans la trivialité. Partout où on ne l'attend pas, le réel est là. Il accède à un domaine, l'écrit littéraire à caractère solennel, la déploration sur le grand roi défunt, auquel il ne se destinait pas. La menado, cette longue suite de troncs charriés par la Garonne des montagnes couseranaises et commingeoises jusqu'à Toulouse, impossible à rendre en français par un substantif concret28, a ici valeur d'exemple. Mais le même traitement, le passage par le concret, est appliqué au vieux fond mythologique. Le raisin est le roi Louis, la souche est son père, le roi Henri, car Astyage fit un songe que Hérodote rapporta. Et il arrive que métaphore et concrétude s'amusent à jouer à cache-cache. Le laurier de Bellone est un vrai laurier qu'un jardinier greffe sur l'olivier de Minerve. Sauf que le jardinier est la Paix et la greffe impossible.

70Dans son article sur l'ode de Maynard, Anne Viguier note un peu sévèrement la « banalité convenue » des images et, plus justement, comment le Toulousain francographe recourt à « un arsenal institutionnalisé d'images qu'il ne cherche pas à renouveler » (Viguier 1976, 170). Le texte de Godolin, lui, regorge de métaphores dont la nouveauté est assurée par l'introduction d'une réalité omniprésente et naturelle. Une nature qui relie les hommes et le monde à la littérature. Une littérature qui accepte la nature jusque dans sa syntaxe. Quelques inversions ne nuisent en rien à l'aspect général d'un phrasé qui épouse, de façon générale, le vers (Viguier 1976, 171). Nulle concaténation de subordonnées, pas de cascades de consécutives, mais un écoulement régulier qui, malgré l'éclat des images, rappelle le naturel du langage oral. De fait, les Stansos, par leur écriture, reposent si entièrement sur l'énonciation par le poète, dont la présence, comme l'a analysé Anne Viguier dans un autre très bel article consacré à ce poème, est constante dans le poème, elles sont si intimement liées à un acte de parole publique qu'il paraît évident que le poème est destiné à « une communication, à une relation, une récitation publiques » (Viguier 1977, 55).

71Cet accueil fait à la nature, Philippe Gardy a suggéré de le mettre en rapport avec le programme esthétique que, sans y croire vraiment lui-même, Du Bartas a proposé. Derrière Godolin se dresse la figure du Gascon. Mais aussi celle de Ronsard. Lisons les vers qui suivent l'introduction, toute bucolique et si proche des « Stansos », à la « Bergerie dédiée à la Majesté de la Royne d'Escosse » :

Plus belle est une Nymphe en sa cotte agrafée,
Aux bras à demy nudz, qu'une Dame coifée
D'artifice soigneux, toute peinte de fart :
« Car toujours la Nature est meilleure que l'art. »

Pour ce je me promets que le chant solitaire
Des sauvages Pasteurs, doibt davantage plaire
(D'autant qu'il est nayf sans art et sans façon)
Qu'une plus curieuse & superbe chanson
De ces maistres enflez d'une Muse hardie,
Qui font trembler le Ciel sous une tragedie,
Où d'un vers enaigri d'une colere voix
Jappent apres l'honneur des peuples et des Roys.

Escoutez donq' icy les musettes sacrées
De ces Pasteurs venus de lointaines contrées,
Qui font diversement tout ainsi qu'il leur plaist
Par diverses chansons sonner ceste forest.

72Godolin a aussi retenu la leçon du Vendômois. Bien sûr, on ne peut exclure que pour écrire son divertissement royal Du Bartas soit allé puiser à la source du « prince des poètes ». Mais on sait par Godolin lui-même qu'il connaît et le maître et l'œuvre. Comme chez Du Bartas, il trouve chez lui le même éloge d'un naturel préféré à l'artificiel, d'un style bas (ou moyen) à un style haut, de la simplicitas à l'« ampoule », de la nature réelle à la nature conventionnalisée. Ainsi peut apparaître la spécificité profonde de l'écriture godelinienne, celle que Philippe Gardy a proposé d'appeler beziaduro, selon le même mouvement (beziadomen) qui anime l'argent des petits ruisseaux : « une poussée au cœur de laquelle se rejoignent et font la somme de leurs forces un goût pour la découverte et un goût pour la langue qui permet et matérialise cette découverte » (Gardy 1999, 209).

73Le goût pour la langue est constitutif de l'esthétique de Godolin. De la langue et du langage. De cette langue moundino, d'abord, dont il perçoit et exploite les ressources phoniques. On l'a noté au fil du poème, on pourrait le redire pour cette « pamparrugo d'or ». Alors que le mot perruquo est attesté en occitan, Godolin choisit une sonorité, un mot qui vit de ses rentes, une matière sonore, un élément naturel du langage naturel. Dans ce poème, le langage est roi. Par lui seul prennent sens les images où s'empilent les strates de significations. Il est prétexte à jeu, avec les mots pris au mot (le dauphin-Dauphin qui devient Neptune), les mots à double lecture (le soldat mar(r)i de peur et veuf de courage), avec les sens, premier et figuré, avec les sons, avec les images. « Godolin, écrit Anne Viguier, rassemble en cabochons épais, colliers à étages, les joyaux-images » (Viguier 1976, 166). Et ces joyaux-images, pour reprendre cette belle formule, brillent d'une lumière si « délicate et douce », si parfaitement stellaire qu'on en vient à douter : qui, du grand roi ou du poète, danse sur les étoiles ?

Épilogue : la question de la datation

74Sur la foi d'une indication donnée dans une édition procurée en 1859 par le libraire et auteur toulousain Auguste Abadie, on a longtemps cru en l'existence d'une édition datée de 1610. Dans un article récent, Pierre Escudé a démontré de façon on ne peut plus convaincante que l'édition d'Abadie repose sur la reprise de celle de 1637 (Escudé 2005, 19-24). Pour le reste, aucune certitude ne peut prévaloir. Rien dans le texte ne permet de décider qu'il n'a pas été écrit en 1610 ou en 1611. Le fait que les années 1614-1615 voient se multiplier les écrits de type pamphlétaire où il est fait fréquemment mention du bon roi Henri (Escudé 2000, 545-551 ; Escudé 2005) ne saurait être tenu pour absolument déterminant. Comme on vient de le voir, les « Stansos » de Godolin sont, malgré des choix esthétiques tout à fait particuliers, très proches de la thématique et de l'esprit développés dans la littérature de déploration produite en France en 1610 et 1611. Et elles le sont notamment de la production en vers et en prose toulousaine, à commencer par la composition d'Étienne Molinier. L'écriture de Godolin, on l'a vu, se distingue nettement de celle de ses contemporains. Il est difficile de ne pas voir qu'elle leur emprunte en même temps un nombre très important d'images et de motifs. Il semble, du coup, plus vraisembable de penser que la démarcation opérée sur la base des textes français de déploraison ne se fait pas avec un décalage temporel de plusieurs années (1615, comme le croit P. Escudé, ou 1617), mais bien plutôt à un moment où la multiplicité des écrits comparables en français, en latin ou dans d'autres langues, rend souhaitable l'émergence d'une voix poétique toulousaine. Par son sujet même, la mort du roi, le poème de Godolin est lié à l'actualité et on peine à imaginer ce même sujet, si directement en prise avec l'événement, traité sur un tel mode quelques années plus tard. Quant au contexte toulousain, encore très mal connu et qui, au moment des guerres de Religion et un temps après, avait été très marqué par les agissements de la Ligue, il se trouve, en 1610, et au bout de l'an, en 1611, à l'unisson du reste du royaume. La commotion est générale et son traitement poétique paraît, d'un bout à l'autre du pays, mené selon le même mode déploratoire. Enfin, signalons que le sujet des Stansos est bel et bien la mort du roi, non une leçon de politique intérieure adressée au jeune Louis XIII. Celui-ci occupe, dans le poème de Godolin, autant, voire moins, d'espace (deux strophes sur vingt-cinq) que dans le reste de la production poétique de langue française qu'il m'a été donné de dépouiller. L'hommage au nouveau roi est un passage obligé du genre reposant sur la simple et constante affirmation de la continuité dynastique.

  • 29 Sur le mode de diffusion du texte littéraire au xvie siècle, v. Vignes 2004. L'oralisation des stan (...)

75En attendant que soit un jour retrouvée une hypothétique édition de 1610 ou 1611 ou que des renseignements complémentaires viennent étoffer nos connaissances, la prudence commande de s'en tenir à la constatation que le texte des « Stanços » ne nous est connu que par l'édition de 1617 du Ramelet moundi et que sa composition — et sa récitation, comme le suggère Anne Viguier29 — a dû intervenir l'année même de l'événement relaté, 1610, ou au plus tard, l'année suivante (bout de l'an 1611). Mais finalement, cette question de la datation a-t-elle grand sens ? Les beaux textes ont leurs mystères. Celui qui entoure la date de celui-ci est bien, tout compte fait, l'un des moindres.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie primaire

Catel, Pierre-Louis de, Harangue funèbre prononcée en la Chapelle des Pénitens bleus de Tolose, aux honneurs du Roy Henry le Grand, A Tolose, Vve J. Colomiez et R. Colomiez, 1611.

Doujat, Jean, Le Dicciounari moundi, de la oun soun enginats principalomen les mouts les plus escarriés, an l'esplicaciu Francezo. Dictionnaire de la langue toulousaine Contenant principalement les Mots les plus éloignez du François, avec leur explication, A Toulouso, De l'Imprimario de Jan Boudo, 1638.

Du Peyrat, Guillaume, Oraisons et discours funèbres de divers auteurs sur le trespas de Henry le Grand, tres-chrestien roi de France et de Navarre, À Paris, chez Robert Estiene et chez P. Chevalier, 1611.

Du Peyrat, Guillaume, Recueil de diverses poesies sur le trespas de Henry le Grand, tres-chrestien roy de France & de Navarre, et sur le sacre et couronnement de Louis XIII. son successeur, À Paris, chez Robert Estiene et chez P. Chevalier, 1611.

Goudouli, Pierre, Le Ramelet moundi, A Toulouso, De l'Imprimario de R. Colomiès, 1617.

Goudelin, Pierre, Œuvres de Pierre Goudelin, éd. Jean-Baptiste Noulet, Toulouse, Privat, 1887.

Godolin, Pèire, Le Ramelet mondin & autres œuvres, éd. Philippe Gardy, Aix-en-Provence, Édisud, 1984.

Horace, Odes et épodes, éd. F. Villeneuve, Paris, Les Belles Lettres, 1944.

Marot, Clément, Œuvres poétiques, éd. Gérard Defaux, Paris, Garnier, « Classiques Garnier », 1993, 2 vol. 

Maynard, François, Poésies de François Maynard. Recueil de 1646 et choix de divers autres recueils, avec notice et notes, éd. Ferdinand Gohin, Paris, Garnier, 1927.

Ronsard, Pierre de, Œuvres complètes, éd. Paul Laumonier, Paris, STFM, 1914-1975, 20 vol. 

Virgile, Bucoliques, éd. E. de Saint-Denis, Paris, Les Belles Lettres, 1949.

Bibliographie secondaire

Bjaï, Denis, La Franciade sur le métier. Ronsard et la pratique du poème héroïque, Genève, Droz, 2001.

Contrasty, Jean, « Le prêtre toulousain Étienne de Molinier, précurseur des orateurs du siècle de Louis XIV. 1580-1647 », Revue historique de Toulouse, 36/117, 1949, 1-109 et Tarbes, Impr. des Orphelins-Apprentis, 1949.

Courouau, Jean-François, « La plume et les langues. Le choix linguistique à l'époque moderne », L'Homme, 177-178, 2006a, 251-278.

Courouau, Jean-François, « Transgression, plaisir et « libertinage » à Toulouse au début du xviie siècle à travers Le Ramelet moundi de Pierre Goudouli (1617) », in Maurice Daumas (éd.), Le plaisir et la transgression en France et en Espagne aux xvie et xviie siècles, Colloque international des 12 et 13 mai 2005, Pau, Éditions Gascogne, 2006b, 237-269.

Courouau, Jean-François, Moun lengatge bèl. Les choix linguistiques minoritaires en France (1490-1660), Genève, Droz, 2008.

Escudé, Pierre, Lecture du Ramelet Moundi de Pèire Godolin (1580-1649) : rapports entre pouvoir politique et pouvoir poétique à Toulouse aux xvie et xviie siècles, thèse de l'université Paul-Valéry (Montpellier-III), 2000.

Escudé, Pierre, « Sur les Stanças de Godolin dites de 1610 : modalités et enjeux de la datation d'une œuvre-clef dans l'histoire de la littérature occitane », Revue des langues romanes, CIX/1, 2005, 13-48.

Gardy, Philippe, La leçon de Nérac. Du Bartas et les poètes occitans (1550-1650), Presses universitaires de Bordeaux, 1999.

Gélis, François de/Anglade, Joseph, Actes et délibérations du Collège de Rhétorique (1513-1641). Textes publiés par F. de Gélis et J. Anglade. Collationnés sur l'original par Fr. Galabert, archiviste. Introduction, Notes et Arguments par M. F. de Gélis, Toulouse, Privat, 1933-1940, 2 vol. 

Hennequin, Jacques, Les oraisons funèbres d'Henri IV. Les thèmes et la rhétorique, Lille, Atelier de reproduction des thèses, 1978, 2 vol. 

Hulubei, Alice, L'églogue en France au xvie siècle. Epoque des Valois (1515-1589), Paris, Droz, 1939a.

Hulubei, Alice, Répertoire des églogues en France au xvie siècle, Paris, Droz, 1939b.

Kantorowicz, Ernst, Les Deux corps du roi. Essai sur la théologie politique au Moyen Âge, Paris, Gallimard, 1989 [or. Princeton University Press, 1957].

Lafay, Henri, La Poésie française du premier xviie siècle. 1598-1630, Paris, Nizet, 1975.

Lafont, Robert, Anthologie des baroques occitans, Avignon, Aubanel, 1974, 2Montpellier, Centre d'études occitanes de l'Université Paul-Valéry, 2003.

Ravier, Xavier, « Le « double corps » du roi chez Godolin », Revue des langues romanes, CII/2, 1998, 279-295.

Vignes, Jean, « Les modes de diffusion du texte poétique dans la seconde moitié du xvie siècle : essai de typologie », in Jean-Eudes Girot (éd.), Le Poète et son Œuvre. De la composition à la composition. Actes du colloque de Valenciennes (20-21 mai 1999), Genève, Droz, 2004, 173-198.

Viguier, Anne, « Le fonctionnement linguistique et poétique de F. Maynard : le double choix de Maynard et de Godolin », Maynard et son temps, Toulouse, Association des Publications de l'Université de Toulouse-Le Mirail, 1976, 155-182.

Viguier, Anne, « L'inscription du sujet dans le texte de Godolin », Annals de l'Institut d'estudis occitans, 5na tièra/2, 1977, 50-86.

Viguier, Anne, « Figures et poétiques contrastées du « roi Henry » (Godolin, Maynard, Ader) », in Philippe Gardy (éd.), Guilhem Ader (1567 ?-1638). Actes du colloque de Lombez (21-22 septembre 1991), Béziers, Centre International de Documentation Occitane, 1992, 205-220.

Haut de page

Notes

1 Cet article est extrait de la recherche inédite menée dans le cadre d'une habilitation à diriger des recherches soutenue en Sorbonne (Paris-III) en juin 2007 (Moun lengatge bèl. Le choix linguistique minoritaire en France. 1500-1660). Sur le choix linguistique de Godolin, v. Courouau 2006a.

2 « Gentils pastoureaux qui sous les ombrages/Sentez s'apaiser la chaleur du jour,/Tandis que les oiselets, pour saluer l'Amour/Enflent leur gosier de mille chansonnettes ;

Petits ruisseaux dont l'argent joliment folâtre,/Prés mignons où le plaisir enchante nos regards,/Quand la jeune saison vous charge de bouquets,/Entendez comme se plaint une nymphe de Toulouse. » (Godolin 1617, 1, v. 1-8 ; trad. Lafont 1974, 143-144).

3 « Déjà le berger, avec son troupeau languissant, cherche, fatigué, l'ombre et le ruisseau, et les buissons du broussailleux Silvain ; et la rive silencieuse ne sent plus errer les vents » (trad. éd. Villeneuve 1944, 145). Le rapprochement a été établi par Noulet (éd. 1887, 3, n. 3) et repris par Lafont (1974, 146).

4 « Toi, Tityre, étendu sous le couvert d'un large hêtre, tu essaies un air silvestre sur un mince pipeau ; nous autres, nous quittons notre pays et nos chères campagnes ; loin du pays nous sommes exilés ; toi, Tityre, nonchalant sous l'ombrage, tu apprends aux bois à redire le nom de la belle Amaryllis » (trad. éd. Saint-Denis 1949, 24).

5 Sur l'œuvre de cet auteur parisien dont la biographie reste à écrire, v. Lafay 1975, 430-431. C'est un continuateur de la Franciade de Ronsard (Le premier livre de la Henriade, Paris, 1604, v. Bjaï 2001, 464).

6 Plus loin, Thenot invite Colin à chanter « dix fois dix Vers » (éd. Defaux 1990, I, 225, v. 33). Comme le remarque Gérard Defaux, son éditeur, Marot compose pourtant une églogue de 212 vers. Godolin aurait-il pris la recommandation du berger poitevin à la lettre ? Au texte de Marot, on pourrait ajouter la Bergerie touchant la mort du roy Charles IX de Pierre de Monchault (Paris, Jean de Lastre, 1575). V. Hulubei 1939a, 58-59.

7 Pour un chant royal inc. « Vous qui fouillans d'un mont la campaigne herissée », refr. « La verge descouvrant la richesse du monde », Gélis/Anglade 1933, 145-147. En cette même année 1604, la violette est attribuée à Alexandre-Paul Filère, l'ami de Larade. Dans le jury on remarque Jean de Paulo, Mathieu et François de Chalvet, Jean de La Coste, Jacques Du Faur de Saint-Jory, Jean Galaut. Pour la biographie de Molinier, v. Contrasty 1949.

8 Inc. « Ung jour de ce printemps, que la vive poincture », refr. « La faux contre la pierre en tranchant esmoussée », Gélis/Anglade 1933, 172-174. À cette date de 1607, Molinier est encore « escolier ». Il passera maître, sans autre fleur, en 1629. Sa présence est régulière de 1632 à 1641, auparavant épisodique (1627, 1628, juste avant de passer maître). Le jury est le même qu'en 1604 avec en plus Philippe de Bertier, Gabriel de Terlon, Jacques de Puymisson, Salvat Du Gabre.

9 Et de Béarn. Rappelons que la vicomté ne sera annexée au royaume qu'en 1620. Ce ne sont pas des choses, peut-on penser, qui s'ignorent à Toulouse.

10 « Quand un nuage, noir du malheur public,/Obscurcit la clarté de mon plus bel astre,/Je veux dire quand la mort d'un tranchant de couteau/Biffa le grand Henri sur le livre de Nature,

De ronces de douleur mon âme emprisonnée,/Fuit la crinière d'or du grand soleil/Pour aller sur un roc pleurer de l'œil et du cœur/La belle fleur tombée du parterre français.

Aujourd'hui je reprends mon souffle pour emplir ma musette,/Car sur le roi déploré j'entonne une chanson ; L'air en rejaillira sur le brave Louis :/Au raisin revient l'honneur de la souche. »

11 Anne Viguier remarque que « ce qui vaut d'être noté ici, ce n'est pas seulement le phénomène de comparaison mais que le verbe randurar est porteur à la fois des valeurs verbale et nominale, et que le sème verbal, actif, s'introduit dans le dérivé à base nominale : c'est le nom, la haie, randura, qui induit la clôture, et non l'enfermement qui se ferait comparer à ce qui borne les champs » (Viguier 1976, 164).

12 « La comparaison de la souche et du raisin à un brave père, à un brave fils, vient de ce qu'Astyage par la vigne donna à voir une vertu rare, car lorsqu'il rêva que du corps de sa fille sortait une vigne dont la belle ombre s'étendait sur toute l'Asie, il dit et devina qu'elle accoucherait d'un enfant qui un jour serait l'honneur de son pays, orné et plein d'une rare et excellente vertu » (éd. Noulet 1887, 94, s.v. Razin).

13 Que ne vienne plus résonner à nos oreilles/[Le nom de] César ni du Grec qui mourut par le talon ;/Au dessus de la foule des princes valeureux/Un Henri a rempli le monde de merveilles.

Les rois puissants dont le monde fait fête/Sont comme des rubis posés en rose d'or,/Où le vaillant Henri, par le bras et le cœur,/Était le diamant ornement de l'ensemble.

La terre, tremblant au bruit de ses armées/Lui donnait sa voix pour être son seigneur,/Aussi, pour l'introduire au temple de l'Honneur,/Le Ciel l'avait-il formé de vertus assemblées.

Que fleurit la paix, que sonnât l'alarme,/La Justice, la Foi, la Force, la Bonté/Et tout ce que le Ciel accorde rarement/Comme l'eau à la mer s'écoulaient en son âme.

Aussitôt que sur son front fut posée la couronne,/La terreur se noya au fleuve de l'oubli ;/La paix vint qui, de son olivier/Fit une belle greffe au laurier de Bellone.

De ses mille vertus la précieuse richesse/Achetait d'un chacun le cœur et l'affection,/Son corps se montrait, ciel de perfection/À la lumière de son esprit, éclair de sagesse.

C'était lui qui remettait d'aplomb le bras de la balance,/Dès que la raison se plaignait d'un affront ;/C'était lui qui prenait la fortune par le front/Pour la clouer sur le sceptre de France.

X. Ravier a proposé la traduction suivante de la strophe XI (41-44) où il tient compte, pour esclaire, du sens de « lumière intellectuelle » et non d'« éclair » :

De ses mille vertus la précieuse richesse/Achetait de chacun le cœur et l'affection ;/Son corps pour les regards était un Ciel de perfection/Qu'éclairait son esprit, Lumière de sagesse (Ravier 1998, 280).

14 « Le sens vise ceci : à Rome, au bon vieux temps, pour entrer dans le temple d'Honneur, il fallait passer par celui de la Vertu. L'allégorie n'est pas difficile à trouver. »

15 Selon Anne Viguier, le mot merbeillos conserve ici « sa relation à l'extraordinaire, au surnaturel » (Viguier 1976, 167), peut-être aussi, pourrait-on ajouter, par l'intermédiaire de l'incipit du Magnificat (« Quia fecit mihi magna qui potens est », souvent traduit « Le Seigneur fit pour moi des merveilles »).

16 Adjectif substantivé selon Gardy. V. FEW 3, 562b le fin mitan « le beau milieu de » et 566a afina « ajuster ». X. Ravier rapproche l'image de la balance chez Montaigne (Essais, II, 12) qui « sert à mettre en évidence les errements de la raison devant les incertitudes inhérentes à notre histoire ou à notre constitution personnelles, alors que chez Godolin, elle est mise en œuvre pour proclamer l'intangibilité de cette même raison, intangibilité qui va de pair avec la souveraineté dont la personne royale est la dépositaire » (Ravier 1998, 284).

17 L'hypothèse reste à vérifier au niveau de l'ensemble de la création du poète toulousain. Cette ouverture à un certain rationalisme est à rapprocher de certains aspects proches du libertinage qu'on peut percevoir dans les premières œuvres de Godolin (v. Courouau 2006b).

18 « À la foire aux coups, il fallait qu'on le vît/Avec le foudre de son bras frapper l'éclat du fer,/Foudre qui faisait courir une averse de sang/Et rejaillir une grêle de têtes.

D'ennemis excités se conjurait un monde/Pour faire de l'endroit envers, qui de droit lui revenait ;/Mais il était l'Atlas qui soutenait tout,/Et puis l'Hercule qui abattait tout.

Comme s'effraie la biche dans le bocage/Quand le son du cor résonne à son oreille,/Au nom du grand Henri l'ennemi aveuglé/Fuyait marri de peur et veuf de courage.

L'un sentait d'un estoc ses côtes disjointes,/Par où se tarissait son sang à grands jets ;/L'autre, que mille coups étendaient au sol,/Voyait son pauvre corps dispersé en éclats.

Ainsi dans une bergerie le lion se débat/Au milieu des chiens, du pâtre et des agneaux,/Ainsi à coups de dents, de queue, de griffes et d'œil,/Il les effraie, déchire, assomme et mord.

Heureux alors celui qui était au pillage,/Ou qui s'était enfui les armes basses ;/Pour vivre il ne fallait que des jambes, non des mains/Et se montrer cerf plutôt que Briarée.

Jamais aucun autre roi n'avait fait pareille jonchée,/De corps de soldats quittes avec la mort,/Et Charon plus jamais ne trouva à son port/D'esprits sans os suite si enragée. »

19 Les sujets catholiques du roi défunt sont d'autant moins enclins à retracer cette partie de la vie du roi que nombre de ses hauts-faits militaires remontent au temps où Henri de Navarre était le chef de file des protestants français.

20 « Donc, ô tigre cruel, pire que l'ours sauvage/Les Furies de l'Enfer t'avaient bien possédé/Quand ta traîtresse main alla s'armer de fer,/Seigneur Dieu ! contre un roi qui dorait nôtre âge.

Qui donc soutint ton bras d'une telle assurance/Qu'il ne pût pas fléchir sous l'horreur d'un tel coup !/Sans doute l'Esprit de Nuit qui avait trop de hâte/De voir enseveli le soleil de la France.

De l'orage malsain d'une guerre civile/Tu voulais troubler le calme de la paix,/Mais tes coups en néant furent dissipés/Aussitôt que d'un Dauphin Dieu fit un Neptune.

Disparaisse le gueux dont la main profane/Vient de jeter à terre l'autel de la vertu !/Son coup passe celui de cet autre damné/Qui fit un brasier du temple de Diane. »

21 Souvenir ovidien très présent dans les écrits funèbres consacrés à Henri IV (Hennequin 1978, I, 153), notamment chez Catel : « Des que ces deux filles du Ciel, la Justice et la Paix, s'entrebaiserent, la France qui estoit auparavant le siege du desordre & de la confusion, devint le sejour de la paix & de l'affluence de tous biens & le siecle de fer sous lequel nous avions vescu, fut soudainement changé en un age d'or » (Catel 1611, 33).

22 Chez Marot, le dauphin-Dauphin et Neptune demeurent deux entités séparées alors qu'il y a chez Godolin transformation, sous l'action de Dieu, de l'un en l'autre. Dans son édition de Marot, Gérard Defaux note que « le dauphin est considéré comme un heureux présage par les gens de mer et signe de retour du beau temps » (éd. Defaux 1990, I, 508-509, n. 1).

23 « Éteinte est la lumière, usé est le beau meuble/Dont la Terre fit l'honneur de sa maison ;/La mort défigurée, d'un coup tranchant,/Endort dans le tombeau le paysan et le noble.

Le monde est une mer où, comme sous des voiles,/L'homme sent chaque jour quelque vent d'affliction./Mais notre roi, comblé de toute perfection,/Heureux hôte du ciel, danse sur les étoiles. »

24 Au sens de « bien mobilier, tout bien aisément déplaçable », v. FEW 6/3, 1a.

25 L'idée s'impose d'elle-même aux poètes et aux prédicateurs (Hennequin 1978, I, 89). Ainsi Catel : « Roy qui sert d'ornement non seulement à la Couronne de France, mais aussi à toute l'Eglise, laquelle l'honnore & le recognoit comme estant passé du Royaume de la terre à celuy du Ciel ; où il regne eternellement avec le Roy des Roys, & duquel il attire sur nous la protection, comme le Sainct tutelaire de ce Royaume » (Catel 1611, 14).

26 Maynard a aussi composé une ode « Sur la mort du Roy Henri le Grand » (éd. Gohin 1927, 266-271), plus courte et moins significative selon Anne Viguier (1978, 161, n. 1).

27 Il fait ce bel Edict qui porte l'union

Des deux partis divers en la Religion ;

Afin qu'on retrouvast à l'aspect de ses flammes

Dans le repos des corps la lumiere des ames ;

Edict qui servira de colonne d'airain,

Ou d'un ferme pivot sur qui le Souverain

Fera tourner la paix d'un cours aussi durable

Comme il est admirable. (Du Peyrat 1611, 116vo)

28 De façon caractéristique, R. Lafont rend la seule idée de « suite ».

29 Sur le mode de diffusion du texte littéraire au xvie siècle, v. Vignes 2004. L'oralisation des stances de Godolin semble une évidence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Courouau, « Les stances « A l'hurouso memorio d'Henric le Gran  » de Pierre Godolin », Lengas, 64 | 2008, 61-98.

Référence électronique

Jean-François Courouau, « Les stances « A l'hurouso memorio d'Henric le Gran  » de Pierre Godolin », Lengas [En ligne], 64 | 2008, mis en ligne le 27 février 2017, consulté le 27 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/lengas/1253  ; DOI : 10.4000/lengas.1253

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals