Navigation – Plan du site

AccueilNuméros64La culture d'oc vue d'ailleurs

Texte intégral

  • 1 Texte publié et commenté par Xavier Ravier, « Thomas Jefferson et la langue d'oc », Annales du Midi(...)

1Le 29 mars 1787, Thomas Jefferson, un des pères fondateurs des États-Unis adresse à son secrétaire William Short, depuis Aix-en-Provence, une lettre dans laquelle il aborde, entre autres choses, le problème de la différence linguistique qu'il a rencontrée en arrivant en Provence. Il y a là dit-il, un « provençal » qui n'est pas un simple dialecte du français, mais bel et bien une langue à part entière, plus proche de l'italien que du français, et qui occupe, avec des variantes tout le sud de la France. Il ajoute une référence aux Troubadours qui ont jadis illustré ce langage particulier, et manifeste un double regret : que cette langue ait dû céder la prééminence au français, et qu'elle soit, à court terme, menacée d'extinction1.

2L'intérêt de ces propos ne réside pas dans leur contenu même, mais dans le fait qu'ils manifestent, de la part de cet observateur ô combien « étranger », une sensibilité, une attention à la culture propre d'une « région » que l'on ne trouve que rarement chez les observateurs français « descendus » de la capitale pour venir visiter ces lointaines provinces du grand Sud, alors même que certains — Stendhal, Dumas, Hugo — ne sont pourtant pas les premiers venus. Et c'est de ce décalage entre regards que nous voudrions ici parler, à partir des témoignages d'autres voyageurs — allemands au cas particulier — qui manifestent dans la première partie du xixe siècle leur intérêt pour la spécificité linguistique et culturelle du Midi, au moment même où s'amorce le mouvement intellectuel et littéraire qui débouchera, dans la seconde partie du même siècle, sur la renaissance d'oc autour de Mistral et du Félibrige. Il nous faudra donc mesurer la qualité (et la quantité) des informations fournies par nos voyageurs et chercher à comprendre comment et où ils recueillent ces informations, pourquoi ils se penchent sur cette culture du Sud, et, par contraste, pourquoi leurs congénères français ne partagent pas cet intérêt. Nous ne pouvons évidemment pas prétendre donner un panorama complet de tous les témoignages émanant de voyageurs allemands à cette époque. Nous nous bornerons à examiner quatre exemples, deux du début du siècle, les deux autres du début des années cinquante : deux moments distincts, à la fois en ce qui concerne le climat intellectuel général, entre débuts et fin du Romantisme, et, en ce qui concerne l'évolution propre de la culture d'oc, avant et après la découverte des Troubadours, pour aller vite.

  • 2 Ruth Formanek, « Le voyage d'une Allemande dans le Midi de la France en 1804. Les considérations de (...)

3On doit à Ruth Formanek l'étude du récit de voyage effectué en 1804 par Johanna Schopenhauer, la mère du philosophe, entre Paris, Bordeaux et Marseille2. Dans ce récit, la perception de la population du Midi passe à travers un double filtre : celui du souvenir de la Terreur révolutionnaire et de ses horreurs, et celui de l'omniprésence du parfum de l'ail, cet ingrédient nécessaire de la cuisine locale. Ajoutons que les villes du Sud, comme celles du Nord, Paris compris, d'ailleurs, sont d'une saleté repoussante. Autant dire que madame Schopenhauer ne prise guère les indigènes. Si elle leur accorde une vivacité et une exubérance particulières, ce en quoi elle est en accord avec les représentations ordinaires du Méridional depuis assez longtemps déjà en France, leur langage la désoriente. Celui de Bordeaux est grossier et peu harmonieux, rauque et nasillard à la fois, sauf dans la bouche des jolies filles : il acquiert alors une certaine « naïveté ». Là encore on est dans le cliché. Le langage de Toulouse évoque l'espagnol, celui de Marseille se caractérise par une « belle sonorité ». Mais ce qui est commun à toutes ces variétés, c'est qu'elles sont incompréhensibles, même à qui maîtrise bien le français. Et madame Schopenhauer ne se pose pas davantage de questions sur le sujet. Aucune référence par exemple à une quelconque production littéraire dans ces idiomes, à son époque ou auparavant.

4Un autre voyageur, à la même époque, va se montrer plus curieux ou plus indulgent. Il s'agit de Christian-August Fischer, qui publie en 1805 et 1806, à Leipzig, les deux volumes de ses Voyages dans la France Méridionale dans les années 1803 et 1804 (Reisen in südlichen Frankreich in den Jahren 1803 et 1804). En fait, cette France méridionale se limite au bas Languedoc et à la Provence, mais le tableau qu'elle offre au lecteur allemand n'en est pas moins riche et suggestif. Passons sur les renseignements scientifiques et objectifs sur la faune, la flore, le climat, et sur ceux, tout pratiques, qui ont trait aux conditions de voyage, itinéraires et moyens de transports. Plus intéressants, des portraits psychologiques de divers « types » méridionaux, mesurés par Fischer à l'aune de ses connaissances d'autres types européens. On apprend ainsi que l'Arlésien est en quelque sorte le Hollandais de la Provence — le voisinage des marais de Camargue, sans doute — avec son flegme et son indolence à peine mêlée d'une « certaine dose de vivacité et d'agitation méridionales » (t. 1, p. 37). Par contre, il se démarque explicitement du mythe ordinaire de la beauté des Arlésiennes : il n'en a guère vue de jolies, en dehors de quelques petites filles de moins de sept ans. Et d'expliquer la laideur de leurs aînées par l'influence du climat, cause de maladies endémiques... (t. 2, p. 39). Le peuple avignonnais, ou plutôt le petit peuple avignonnais(Volkchen), est de son côté « sensible, sybarite et excessif », bref, il semble fait d'Italiens fraîchement naturalisés (Fischer n'ignore pas que jusqu'à la Révolution, la ville dépendait du Pape...) et ainsi de suite : le Provençal de l'intérieur est rude dans ses manières, mais il est franc. Quant au Montpelliérain, il combine traits de caractère judéo-chrétiens (la bigoterie) et traits franco-anglais (sic), la pétulance et la rapacité. Considérations subtiles complétées par un proverbe : « mettez sept Juifs dans un mortier, et extrayez-en le jus, cela vous donnera un Montpelliérain » (t. 1, p. 234).

5Bref, il n'y pas un homme du sud, au-delà de la caractéristique commune que constitue, classiquement, la vivacité : il y a des modalités locales, des types urbains en quelque sorte. Et à un autre niveau, Fischer ne se montre pas obsédé par le souvenir de la violence révolutionnaire : il précise même, à propos de l'Avignonnais, que la Révolution n'a nullement modifié son tempérament, dont on a vu à quel point il était pour lui peu sanguinaire. Ceci dit, ce n'est pas dans ces considérations ethnotypiques que réside l'intérêt essentiel du propos de Fischer, mais dans l'attention qu'il porte au fait linguistique et culturel. Le français parlé par les Provençaux retient son attention : il le trouve au demeurant des plus comiques, ce qui ne l'empêche pas de chercher soigneusement à le caractériser, dans ses traits phonétiques d'abord. Il note la confusion entre /r/ et /l/ (« rond est transformé en long »), traduisons : le /r/ du provençal est encore apical en toutes positions. Au passage, Fischer ajoute une notation étrange : le provençal transforme les sourdes en sonores (/p/>/b/, /t/>/d/), où l'on se trouve en présence d'un français régional, ce que l'on appelle aujourd'hui le « francitan », passé au filtre d'une oreille allemande ! Il est plus observateur, ou mieux renseigné, quand il s'agit de noter des régionalismes lexicaux ou syntaxiques : « sans me traire » équivalent de « de bonne grâce », et renvoyant à un provençal « senso mau traire » (t. 2, p. 132-133).

6Sous le français, il y a donc autre chose : en Languedoc, c'est le « Languedocische Patois », défini comme le mélange d'une langue nationale originelle (einer originellen Nationalsprache) qu'il semble croire celtique, et de plusieurs idiomes étrangers, ceux de tous les peuples qui ont successivement conquis la région, Romains, Goths, Arabes et Français. Il va plus loin en attribuant au latin les trois cinquièmes du vocabulaire languedocien. Avant de déboucher sur une analyse de son état actuel complétée par une prophétie : le français pénètre de plus en plus le langage de la province, et fournit tous les mots liés aux « nouvelles idées industrielles et culturelles ». Du coup, la langue s'abâtardit, s'éloigne de plus en plus de ce qu'était « la vieille langue des Troubadours » ; peu à peu, elle recule dans l'usage urbain, et même dans les campagnes, elle ne sert plus qu'aux échanges les plus familiers. Ce que regrette Fischer, pour qui le languedocien se caractérise par ses sonorités agréables, et ses expressions naïves, qui en font le véhicule idéal pour la poésie populaire (t. 1, p. 248-249). Quant au provençal, il a droit, lui, au nom de langue (die provenzalische Sprache). Lui aussi est un mélange de langues conquérantes : grec, latin, germanique, arabe, avec en plus l'italien et l'espagnol, et le français bien sûr. Lui aussi a perdu, depuis deux siècles, la pureté qui était la sienne au temps des Troubadours, toujours eux ; il faut aller dans les montagnes pour retrouver un peu de la pureté originelle. Là encore, le français progresse et refoule le provençal dans les basses classes (t. 2, p. 125 et suiv.).

  • 3 Le dossier rassemblé par Martin pour Coquebert de Montbret a été publié par Hans-Erich Keller dans (...)

7Mais le plus intéressant chez Fischer, c'est qu'après ces considérations dont on verra qu'elles sont somme toute banales à son époque, il joint un véritable tableau de la littérature locale. On apprend ainsi l'existence à Montpellier d'un auteur du xviie siècle, Le Sage (il s'agit d'Isaac Despuech), et d'un fabuliste contemporain, Tandon. Fischer a même entendu parler des œuvres de l'abbé Fabre, auteur d'une Enéide et d'une Odyssée travesties lesquelles sont encore inédites, précise-t-il. À bon droit d'ailleurs : il s'agit d'un des auteurs occitans les plus importants du xviiie siècle, et si certains de ses textes ont déjà été publiés au moment où Fischer écrit, il faudra attendre 1815 pour voir édité un fragment de son Odyssée travestie, et plus longtemps encore pour son Enéide. Non content d'étaler sa connaissance de l'histoire de la littérature montpelliéraine, Fischer n'hésite pas à proposer à son lecteur des spécimens de ce qui s'écrit alors dans les cercles cultivés de la ville, notamment de ces poésies mignardes que l'on retrouve une dizaine d'années plus tard dans les documents recueillis par Eugène Coquebert de Montbret à l'occasion de sa grande enquête sur les « patois » de l'Empire : celui qui les lui a adressés, le Montpelliérain Martin fils, n'est nullement cité par Fischer, et toutes les poésies et chansons qu'il a recueillies ne sont sans doute pas de lui. Mais ce qui compte, c'est qu'elles circulent déjà suffisamment dans la bonne société montpelliéraine au début du xxe pour que notre voyageur allemand puisse en avoir communication : sa transcription ne diffère que par quelques détails graphiques de ce que Coquebert de Montbret recevra plus tard3. En ce qui concerne la Provence, Fischer cite d'une part un certain nombre de proverbes, et d'autre part des autorités littéraires : Achard, auteur d'un dictionnaire provençal-français publié en 1784, et le poète Toussaint Gros (1698-1748), qui a bénéficié, lui, d'une édition de son vivant. Fischer le crédite d'un art proche de celui des Troubadours, dont l'ombre plane décidément sur toutes ces considérations linguistico-littéraires. Ajoutons que nulle part Fischer ne juge utile de fournir à ses lecteurs allemands une traduction des documents qu'il leur propose. Il est vrai qu'il considère qu'on peut les comprendre sans peine (ohne Mühe), ce dont tout le monde n'a peut-être pas été alors persuadé...

8De toute évidence, si Madame Schopenhauer s'est bornée à traverser le Midi en se bouchant le nez devant la persistante odeur d'ail qui émane du pays, Fischer, en ce qui le concerne, a pris la peine de rencontrer un certain nombre d'informateurs locaux, et de lire quelques bons livres...

  • 4 Il a sa notice dans l'Allgemeine Deutsche Biographie, Berlin, 1968, t. 10, 697.

9Cinquante ans plus tard, deux autres voyageurs, un Allemand et un sujet des Habsbourg, s'en viennent à leur tour visiter le Midi. En 1853 paraît à Darmstadt le Journal de Languedoc et de Provence (Tagebuch aus Languedoc und Provence) de Moritz Hartmann. Originaire de Bohème, ce Hartmann (1821-1873) n'est pas un inconnu4. Député à la Diète de Francfort au moment du printemps des peuples de 1848, il est assez logiquement amené à fuir l'Empire Habsbourg à la dissolution de cette Diète, pour se réfugier à Paris, au moment même d'ailleurs où Louis-Napoléon Bonaparte met fin à sa façon à la Seconde République. Il met à profit ce séjour forcé pour visiter la France. Il ramène ainsi des impressions de Bretagne qu'il publiera plus tard, et dans lesquelles se manifeste un intérêt certain pour la culture locale, notamment la littérature orale en breton, à côté de considérations sans indulgence pour la misère et la saleté du pays. Son voyage dans le sud l'amène comme son lointain prédécesseur Fischer à aborder la question de la littérature et de la langue locales. Il accorde une grande place aux Troubadours, avec cette différence que là où Fischer se bornait à les évoquer, lui peut se permettre de citer des noms : signe qu'entre les deux dates, les travaux sur la littérature médiévale ont suffisamment avancé, en France comme en Allemagne (et peut-être en Allemagne plus qu'en France d'ailleurs), pour que ces noms soient désormais connus (t. 1, p. 182 et suiv.). Il s'intéresse aussi à la langue. Son séjour à Montpellier l'amène à aborder la question, et à établir une sorte de carte linguistique subjective. Ses hôtes monteplliérains se vantent de parler le mieux la langue d'oc, et il ne les contredit pas. Et c'est à partir de cette référence centrale, le montpelliérain, qu'il caractérise le parler des villes voisines, car pour lui, c'est autour de chaque ville, comme en Italie, que se cristallise une variété de la langue, aisément reconnaissable aux premiers mots . Ainsi le marseillais lui apparaît comme « kindisch », puéril, malgré les efforts de ses locuteurs pour sembler importants et virils. Le parler d'Arles est « Kokett ». Quant à celui d'Avignon, il est assez intéressant de constater une nette divergence par rapport à Fischer. Celui-ci attribuait au « petit peuple » avignonnais les caractéristiques des Italiens. Hartmann, lui, à l'écoute du dialecte, discerne une sauvagerie qui lui rappelle immédiatement les horreurs de la Terreur Blanche de 1815 : les /s/ qui lui semblent le phonème le plus courant dans le parler local lui évoquent irrésistiblement le cri « sus, sus ! », « avec lequel les assasins Avignonnais se ruaient si souvent sur leurs victimes ». Le parler de Nîmes quant à lui est « rauque ». On en revient donc à celui de Montpellier, « mélodieux, tantôt souple, tantôt fier comme l'espagnol ». Et d'ajouter : « Je fus assez barbare et dépourvu de culture pour prendre davantage de plaisir à l'entendre que le français », avant de se lancer deux pages plus loin dans un extraordinaire numéro autour de l'interjection « pécayre » (« hélas », littéralement, « pécheur ») qui, selon le ton sur lequel elle est prononcée, peut exprimer dans une bouche féminine, tous les sentiments imaginables. Et de citer en illustration un madrigal qu'il donne comme un Volkslied, et qui présente au contraire tous les caractères d'une de ces poésies mignardes, à la manière du xviiie, qui plaisaient tant à Martin fils, même si les vers cités ne figurent pas parmi ceux que Coquebert de Montbret avait reçus en son temps. Mais Hartmann ne s'arrête pas là. Et c'est un véritable cours de littérature d'oc contemporaine qu'il offre à son lecteur. On retrouve là l'abbé Fabre, déjà cité par Fischer, mais cette fois-ci, l'œuvre de ce poète a connu suffisamment de rééditions pour que Hartmann puisse en citer un passage, en complément à une présentation des plus favorables, puisqu'il rattache l'abbé à une dynastie séculaire d'auteurs comme Rabelais, La Fontaine, Molière, Beaumarchais et Béranger, ce qui n'est pas rien. Et bien davantage de toute façon que les auteurs locaux contemporains, dès lors qu'ils s'essayent à écrire en français. Il évoque ainsi Jean Reboul, ce boulanger Nîmois à qui « Lamartine a donné un coup de renommée sur la tête », ou Charles Poncy, le maçon toulonnais. C'est pour les éreinter : leur poésie est mauvaise ; incapables, par manque de culture, d'accéder à la grande poésie, ils ne sont pas davantage capables de produire une poésie vraiment populaire (Hartmann considère au demeurant que seuls les auteurs allemands comme Gœthe ou Uhland savent allier perfection de l'expression et simplicité, naturel populaires). Bref, ces « poètes » du sud feraient mieux d'écrire dans leur vraie langue, la langue d'oc, pense Hartmann. Mais c'est pour se demander aussitôt s'il est encore temps : « La langue d'oc a depuis longtemps accompli son destin. Elle n'est maintenant plus que ruines, qui s'étayent de morceaux de langue française ». D'où cette aporie : le poète du sud ne peut pas chanter en français, cette langue qui lui est « à moitié étrangère ». Mais « s'il chante en son patois, on regrette que sa chanson doive avoir une vie si courte, si vraie qu'elle sonne » (t. 2, 102-108).

10Il revient sur le sujet un peu plus loin, à propos du chant populaire, le vrai. Il a cherché à en collecter, mais en vain : « das sudfranzösische Volk singt nicht mehr », le peuple méridional ne chante plus. Et il enfonce le clou :

Je suis désolé si j'enlève une belle illusion au lecteur allemand qui croit que le pays des rossignols résonne de chants populaires, mais je n'y peux rien. Je le répète, le peuple méridional ne chante plus.

11Il est vrai, ajoute-t-il, qu'« un peuple qui s'offusque quand son curé lui prêche dans sa langue natale ne risque pas de prendre plaisir à chanter dans cette langue ». Et ce sont des chansons françaises, la Marseillaise et le Chant du départ, comme par hasard, que Hartmann a entendu chanter dans les campagnes du sud.

12La conclusion est sévère: tout effort pour relancer la littérature d'oc est vain, malgré les efforts de certains. Il avait cité plus haut Jasmin, qui connaît alors un succès national. Il cite à présent ces poètes provençaux, « Roumanille de Saint-Rémy » par exemple, qui « se contentent de faire sonner joliment leur jolie langue », sans aucune originalité littéraire. C'est que « malgré leurs efforts et pour le bonheur de la France, dans quelques décennies le public qui comprend leur langue se sera évanoui en totalité ou en grande partie » (p. 145-149).

13Le diagnostic est rude. Mais il est en même temps ambigu. Hartmann, en bon libéral, se réjouit du progrès qui amène dans les sauvages campagnes du Midi la civilisation avec la langue française, véhicule idéal des idées de liberté. Mais il n'en est pas moins sensible au destin de cette langue d'oc qu'il juge condamnée, malgré ses qualités passées.

14Notre dernier témoin n'est pas aussi pessimiste. Il s'agit de K. B. Starck, qui publie en 1855 à Iéna son ouvrage Vie urbaine, art et antiquités en France (Stadtleben, Kunst und Alterthum in Frankreich). Comme le titre l'indique, il s'agit davantage d'une étude des monuments à l'échelle de toute la France que d'un récit de voyage à proprement parler. Mais il y a quand même place dans ses pages pour des notations plus largement culturelles. Starck va donc s'intéresser lui aussi aux mêmes écrivains d'oc que Hartmann, de l'Agenais Jasmin à Roumanille, mais il les prend plus au sérieux que son prédécesseur. Son passage à Arles, ville qui selon lui a maintenu la pratique du provençal le plus pur, lui permet d'évoquer ce petit groupe de poètes qui se prépare à renouveler de fond en comble la littérature d'oc, jusque-là cantonnée à des genres mineurs comme les noëls, les farandoulos (sic), les fables, contes burlesques et marottes (sic). Ce petit groupe est dirigé par le poète Roumanille, celui dont Hartmann trouvait qu'il se bornait comme les autres à faire sonner joliment sa jolie langue. Starck n'est pas seulement moins sévère, mais, plus précis, il signale les noms des membres du groupe en question — Crousillat, Aubanel, dont il cite deux vers — et le jeune Mistral. Il donne le titre des Prouvençalo, le premier recueil collectif publié par ce qui au moment où il publie son livre vient juste de se doter d'un nom, le Félibrige. Il est vrai que Li Prouvençalo s'orne d'une préface de Saint-René Taillandier, que Starck cite d'autant plus volontiers que ce professeur d'université est aussi un des meilleurs connaisseurs en France de la littérature allemande. Starck ne manque pas non plus de détailler le projet du groupe Roumanille: épurer la langue, et lui rendre la pureté qui était la sienne du temps de ces Troubadours, dont Starck signale au passage que c'est en Allemagne qu'on les a le mieux étudiés; et par ailleurs, cultiver une thématique tout à fait convenable, mettant au premier rang la religion et le travail. C'est effectivement le programme de Roumanille, si ce n'est pas vraiment celui de Mistral. Quant à la langue elle-même, Starck affirme la comprendre grâce à sa connaissance de l'italien.

15D'une certaine manière, Starck, sans doute sans le savoir — sans le dire, en tout état de cause — répond au propos pessimiste de Hartmann. Pour lui, non seulement la littérature d'oc n'est pas morte, mais elle est bel et bien en train de renaître, grâce à des « mouvements », dont le but est « d'arracher les langues du peuple à la sauvagerie et à l'arriération, par le biais d'une langue écrite » (p. 83 et suiv.).

  • 5 Nous renvoyons sur ces points à notre article « Quand le Gascon fait la Révolution: images du Mérid (...)

16Ainsi parlent, et écrivent, nos voyageurs. Nous l'avons suggéré d'entrée, leur propos se distingue de celui des voyageurs français ordinaires à la même époque sur un point central : l'attention portée à la culture et à la langue locale. Seule madame Schopenhauer est sur ce point « française », si l'on peut dire. Ce qui retient les voyageurs français du temps, outre les désagréments du voyage, c'est d'abord l'attention portée aux paysages et aux monuments, source inépuisable de digressions esthético-historiques. Quand les indigènes apparaissent dans le récit, c'est sous un angle bien particulier. Ce qui frappe l'observateur venu du nord, c'est leur physique, d'abord, qu'un Alexandre Dumas n'hésite pas à comparer à celui de l'Espagnol, voire du Sarrasin. À ce physique correspond un tempérament, influencé par le climat, car on croit alors aux vertus explicatives de la théorie des climats. Les « touristes », le mot est de Stendhal en 1837, venus de Paris abordent ce tempérament du sud avec un préjugé lié à l'histoire récente, celle des violences de la Révolution et de la Terreur Blanche de 1814-1815, le grand règlement de compte entre bourgeoisie républicaine ou bonapartiste, et petit peuple catholique et monarchiste. Ce thème de la sauvagerie méridionale n'est pas inconnu de nos voyageurs allemands ; il est même très présent chez Johanna Schopenhauer. Mais il ne se traduit pas par les mêmes tirades que chez un Hugo en 1839 (« Quand le soleil du Midi frappe sur une idée violente contenue dans des têtes faibles, il en fait sortir des crimes5 »). De même, si nos voyageurs d'outre-Rhin rattachent comme les Parisiens l'homme du sud à un type plus général, et encore plus méridional, espagnol, arabe ou italien, c'est selon, ils ne se sentent pas obligés, là encore, d'en tirer de longs commentaires. Après tout, vu de chez eux, on peut se demander si le pays des petits hommes bruns et gesticulants ne commence pas au col de Saverne. Madame Schopenhauer signale, on l'a dit, la vivacité du Méridional, mais pour elle ce n'est que l'accentuation d'un trait de caractère typiquement français, les Gascons étant dès lors explicitement étiquetés comme les plus Français des Français, sous ce rapport du moins.

  • 6 Outre notre article précédemment cité, on peut se référer aux recueils de textes de voyageurs franç (...)
  • 7 Voir l'article de Philippe Gardy « L'Occitanie d'Aubin-Louis Millin », Amiras/repères, 15-16, Aix, (...)

17Mais la vraie différence, répétons-le, c'est au niveau du regard sur la langue qu'elle se situe. Pour Dumas, pour Stendhal, pour Hugo, pour Mérimée, pour tant d'autres6, le « patois », ce « charabia », dit Hugo, n'est rien de plus qu'un bruit de fond légèrement criard et agaçant, un obstacle à la communication pratique, le signe aussi d'une certaine arriération. Stendhal peut bien citer quelques mots du vocabulaire des Troubadours, qu'il croit connaître, ou féliciter ses interlocuteurs montpelliérains de parler français, alors que quelques années plus tôt ils en étaient incapables, il n'en commente pas moins à part lui : « Ils parlent un français qui fait peine à entendre ». Quant à Dumas, de passage à Nîmes, le seul écrivain qu'il rencontre, c'est ce Jean Reboul, poète français dont on a vu le bien qu'en pensait Hartmann. Quant aux Fabre, Gros, Achard, Roumanille, qui s'en soucie ? La seule exception possible, est celle de ce voyageur académique et érudit, Aubin-Louis Millin, qui parcourt le Midi un peu après Fischer, et qui publie à partir de 1807 les cinq volumes de son Voyage dans les départemens du Midi de la France. On retouve chez lui un certain nombre de choses et de références communes avec Fischer. Lui aussi s'intéresse au français parlé par les gens du Midi, lui aussi cite des auteurs occitans, mais moins récents que ceux dont Fischer fait état ; lui aussi a entendu parler des Troubadours, et lui aussi, enfin, glose sur l'abâtardissement progressif, depuis deux siècles, du « provençal », qui ne reste pur que dans les montagnes7. Coincidence ?

  • 8 Sur ce climat intellectuel local, la référence est la thèse de René Merle, L'écriture du provençal (...)

18Voilà qui nous amène à une question : où donc ces voyageurs savants ès matière d'oc puisent-ils leur information, dont on a vu qu'elle n'est point si sommaire, et surtout leur intérêt ? En ce qui concerne leurs sources, ils peuvent s'appuyer soit sur des rencontres avec des érudits locaux, soit sur des ouvrages déjà parus. Ce que Fischer publie de la littérature d'oc à Montpellier peut appartenir à la première catégorie, dans la mesure où il s'agit de textes inédits pour l'essentiel, dont il n'a pu avoir connaissance que par des amateurs locaux. Ce qu'il dit sur le provençal, les exemples qu'il cite, tout cela provient plutôt de travaux déjà publiés, par Achard ou d'autres8. Mais les considérations sur l'origine de la langue d'oc et sa caractérisation comme mélange, tout cela court partout à son époque, et va se retrouver en peu de temps aussi bien dans les réponses à l'enquête Coquebert de Montbret que dans les « statistiques » des préfets de l'Empire. Il y a dans les milieux intellectuels du sud un « air du temps » qui amène à se poser des questions sur la langue et la littérature du lieu, et dont nos voyageurs peuvent profiter, au passage. Et c'est sans doute à la même source qu'ils puisent leurs considérations sur l'état de la langue, son abâtardissement, son recul dans l'usage social, toutes observations courantes en un temps où justement, après la Révolution, l'usage normal, familial et familier de l'occitan commence à reculer dans les hautes classes de la société méridionale, celles qui écrivent, et celles avec lesquelles nos voyageurs ont le plus de chances de nouer contact. À eux ensuite de faire de leur récolte l'usage qui leur convient le mieux, en fonction de leurs propres tendances : d'où la différence d'approche, sur le même sujet et les mêmes noms, entre un Hartmann, le libéral autrichien qui croit que le français amène le progrès, et un Starck qui loue Roumanille de chanter le travail et la religion : ce n'est pas seulement de langue et de culture qu'il est ici question.

19Fort bien : l'information existe, elle est disponible ; mais pourquoi nos voyageurs vont-ils la chercher, alors que leurs homologues parisiens la négligent, si même ils n'ignorent pas carrément son existence ? Plusieurs facteurs nous paraissent jouer ici.

20D'abord une sensibilité toute romantique pour la poésie populaire. Ce qui séduit chez un Fabre ou un Tandon, c'est l'illusion d'une poésie naturelle, naïve, sortie des entrailles du peuple. Alors même que les textes et les auteurs cités n'ont bien entendu rien de populaire, et que les poèmes appréciés par Fischer ont plus à voir avec une certaine poésie de salon du siècle précédent qu'avec la véritable littérature orale. On note au passage que les deux auteurs du début des années cinquante, en un temps donc où le romantisme est dépassé, commencent à prendre leurs distances, chacun à leur façon : Hartmann en détrompant son lecteur allemand qui croit que le pays des rossignols et autres troubadours bruisse de chants mélodieux ; Starck en soulignant que la renaissance qui s'amorce va précisément arracher la langue populaire à sa grossièreté originelle, en la polissant et en l'épurant. Mais au départ, c'est bel et bien d'un contre-sens herderien que nous paraît procéder pour une bonne part l'attention allemande pour la langue d'oc.

21N'est-ce pas de la même source, au demeurant, que procède aussi l'intérêt pour les Troubadours ? On les voit évoqués par Fischer, on les voit cités avec davantage de précision par ses successeurs ; et on note la remarque de Starck, soulignant qu'après tout ce sont des Allemands qui ont le mieux parlé de ces vieux poètes d'oc. Il y a du vrai : si à la fin du xviiie et au début du xixe c'est en France que se mènent les premières recherches sur la lyrique occitane médiévale, la science allemande s'en empare assez tôt, dès 1818 avec A. W. Schlegel, ou 1826 avec les premiers travaux de ce Diez qui va devenir le père de la Romanistik européenne. Alors même que dès les années trente, l'historiographie littéraire française relègue les troubadours à la marge, au profit de la littérature médiévale d'oïl, la seule digne de figurer dans l'arbre généalogique de la littérature française.

22C'est peut-être là que se situe la vraie différence entre les regards de nos voyageurs des deux rives. Le discours dominant dans la culture française a de longue date réglé le compte des « patois » et de ce qu'on peut écrire en les utilisant : face à la langue et à la littérature nationales, qu'elle se targue de sa distinction aristocratique, ou qu'elle se réclame de l'expression privilégiée des idées de Progrès et de Liberté, les patois sont inaudibles. Nos voyageurs parisiens ne les entendent donc pas. Les voyageurs étrangers ne sont pas soumis aux mêmes impératifs. Tout pétris qu'ils puissent être par ailleurs de culture française, ils échappent pour une bonne part aux préjugés diglossiques qui marquent les usages et les représentations linguistiques en France. Ils emploient le mot « patois », certes, mais en français dans le texte puisque nul mot allemand n'a les mêmes connotations péjoratives. Leur rapport au dialecte a d'autres bases, qui ne le condamnent pas à l'effacement. Est-ce un hasard si Hartmann ose un parallèle entre les écrivains d'origine languedocienne qui s'essayent à écrire en français et n'y arrivent pas, et tel poète autrichien, Stelzhanner, « qui écrit de si jolies poésies en dialecte et de si plates en hochdeutsch » (t. 2, 104).

23Et le lecteur dans tout ceci? Le récit de voyage est un genre porteur, mais qui nécessite le respect de certaines règles. Le lecteur veut être à la fois instruit et distrait. Il veut aussi être à la fois confronté à l'exotisme représenté par le pays dans lequel l'auteur l'emmène en imagination, et conforté dans l'image qu'il s'en faisait avant d'ouvrir le libre, image elle-même le plus souvent déterminée par des lectures antérieures. Le bon voyageur est donc celui qui avant de partir a pris le soin de lire ses prédécesseurs. Le voyageur encore meilleur peut être celui qui ayant fait ce travail préalable peut tout bonnement se passer de faire le voyage projeté. Du coup, dans chaque pays, le public a ses propres attentes. Le lecteur français voit dans le Midi l'antichambre de l'Espagne ou de l'Italie, il ne cherche pas à le connaître pour lui-même, puisqu'en lui-même ce n'est qu'une province, avec tout ce que le mot implique en français: arriération, inconfort, brutalité rurale, ignorance béate... Il a déjà, et depuis longtemps, son idée sur le tempérament des indigènes, entre lazzaronisme et hâblerie, pour utiliser deux mots aux racines sud-européennes. L'actualité des premières décennies du siècle lui a appris à associer homme du Sud et violence incontrôlable, effet dérangeant de la vieille et bien connue « vivacité » de ces peuples. Les décennies suivantes lui apprennent à discerner les contours d'un Midi sous-développé dans une France qui s'achemine vers la Révolution industrielle — un Stendhal est attentif à ce genre de choses. Quant au « patois », ce jargon grossier, tout Français cultivé sait bien qu'il n'y a rien à en savoir. Le lecteur allemand peut avoir, lui, d'autres attentes, et se laisser séduire par toute information portant sur la langue étrange de ce pays, et ne pas être surpris qu'elle puisse se chanter, voire s'écrire. Car après tout, dans ce pays aussi, die Zitronen blühen, les citrons fleurissent...

Haut de page

Notes

1 Texte publié et commenté par Xavier Ravier, « Thomas Jefferson et la langue d'oc », Annales du Midi, t. 90, 136, 1978, 41-52.

2 Ruth Formanek, « Le voyage d'une Allemande dans le Midi de la France en 1804. Les considérations de Johanna Schopenhauer », in Actes du Ve Congrès international de l'Association Internationale d'Études Occitanes, Pau, AIEO, 1998, t. II, 677-685.

3 Le dossier rassemblé par Martin pour Coquebert de Montbret a été publié par Hans-Erich Keller dans trois articles successifs intitulés « Recueil de poésies languedociennes tant anciennes que modernes en patois de Montpellier », in Per Robèrt Lafont, Montpellier, CEO, 1990, 169-187; Revue des Langues Romanes, t. 96-1, 1992, 161-186; Revue des Langues Romanes, t. 97-1, 1993, 135-166. Les pièces reproduites par Fischer (« La nisada d'amours », imitée de Métastase, et « Pastourelle », figurent dans le dernier article de H. E. Keller, p. 140 et 141.

4 Il a sa notice dans l'Allgemeine Deutsche Biographie, Berlin, 1968, t. 10, 697.

5 Nous renvoyons sur ces points à notre article « Quand le Gascon fait la Révolution: images du Méridional », in La Révolution vécue par la province, Actes du colloque de Puylaurens, Béziers, CIDO, 1990, 197-207.

6 Outre notre article précédemment cité, on peut se référer aux recueils de textes de voyageurs français du xixe siècle regroupés sous les titres Voyage en Provence et Voyage en pays de langue d'oc, Urrugne, Pimientos, 2000 et 2002.

7 Voir l'article de Philippe Gardy « L'Occitanie d'Aubin-Louis Millin », Amiras/repères, 15-16, Aix, Édisud, 1987, 149-157.

8 Sur ce climat intellectuel local, la référence est la thèse de René Merle, L'écriture du provençal de 1875 à 1840, 2 vol. , Béziers, CIDO, 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Martel, « La culture d'oc vue d'ailleurs »Lengas, 64 | 2008, 111-124.

Référence électronique

Philippe Martel, « La culture d'oc vue d'ailleurs »Lengas [En ligne], 64 | 2008, mis en ligne le 27 février 2017, consulté le 13 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/lengas/1255 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lengas.1255

Haut de page

Auteur

Philippe Martel

C.N.R.S. (LAHIC-IAAC)
Université Paul-Valéry — Montpellier III

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search