Navigation – Plan du site

De l'anecdotique au symbolique par le fantastique

Lecture allégorique des Contes de l'Unic
Jean Arrouye

Résumés

Les Contes de l'Unic est un recueil de quatorze contes de natures très diverses, de longueurs variables (allant de quatre pages pour « Floralinda » à vingt-neuf pour « Las duas miejas ») et qui ont été écrits dans des temps multiples. Bien que le dernier texte, « Las duas miejas », qui raconte la mort de l'Unic, énumère tous les contes en faisant de l'Unic le témoin des histoires qu'ils rapportent, leur hétérogénéité apparente reste entière.

Haut de page

Texte intégral

1 Les Contes de l'Unic est un recueil de quatorze contes de natures très diverses, de longueurs variables (allant de quatre pages pour « Floralinda » à vingt-neuf pour « Las duas miejas ») et qui ont été écrits dans des temps multiples. Bien que le dernier texte, « Las duas miejas », qui raconte la mort de l'Unic, énumère tous les contes en faisant de l'Unic le témoin des histoires qu'ils rapportent, leur hétérogénéité apparente reste entière.

2On peut en juger en prenant pour critère de leur classement les rapports de l'histoire contée à la réalité pragmatique ou, autrement dit, leur vraisemblance. « Las cavas deu món » est un souvenir d'enfance de Peire Bec : il avait été enfermé avec la fille de la personne qui le gardait dans les caves de l'immeuble où travaillaient ses parents. « L'Unic et l'escala », exposant les réticences de l'Unic à passer sous une échelle, rapporte une anecdote crédible. « La barba o Joan lo Pèc » est la biographie d'un jeune homme complexé. « Lo hou de la harga », récit de l'assassinat, sous l'effet de la peur, d'un adolescent et de la folie consécutive du meurtrier est une histoire tragique qui pourrait avoir un fondement réel. Mais « Floralinda », qui entremêle les songeries d'une jeune fille à sa fenêtre, celles d'une écolière en classe et l'évocation du retour d'une vieille femme est une allégorie de la conduite de l'existence comme « L'arbre » en est une du devenir de l'amour. « L'Unic e lo miralh » où un employé assujetti à la routine de journées toutes semblables éprouve le sentiment de ne plus être présent au monde et « Lou hiu », où une femme condamnée à un travail exténuant se suicide, sont des histoires plausibles dans leur fond mais qui glissent au fantastique, l'employé ne trouvant plus son image dans un miroir qu'un antiquaire met en montre et devant lequel il passe tous les jours en allant à son travail, et la femme se voyant en rêve, jeune fille, en train de cueillir des fleurs que l'on retrouvera dans la pièce où elle s'est pendue. « L'Unic e los gats negres » est une fable. « Lo Marqués de Poliandre », dont le personnage éponyme vit dans un château dont une partie des pièces sont sans plancher ou bien sans plafond ni toit, et l'« Istòria deu notari », qui est découpé en morceaux par deux paysans insatisfaits des réponses qu'il leur fait, tout comme « Los dus daltonians », où ces personnages jettent la confusion dans les réunions électorales de deux partis politiques rivaux pour avoir confondu leurs tracts, sont des soties auxquelles des événements fantastiques, existence d'une pièce sans toit dans laquelle cependant il ne pleut jamais, réincarnation du notaire en corbeau, guérison subite et simultanée des deux daltoniens de leur infirmité fournissent un surcroît d'extravagance. Dans « Las duas miejas » le fantastique règne en maître car l'Unic y est atteint d'une étrange maladie : les personnes et les objets, quoique continuant à remplir leurs fonctions vitales ou ustensiles, lui paraissent coupés en deux parties. Ainsi, dans les Contes de l'Unic, l'éventail de la référentialité est aussi largement ouvert qu'il est possible, allant de la description la plus exacte de la réalité à l'imagination d'extraordinaires événements invraisemblables.

3Cependant ce disparate est subsumé thématiquement : « la Desconeishuda », la bien nommée — ou plutôt surnommée car il s'agit là évidemment d'un sobriquet, d'un « escais-nom » par lequel on caractérisait habituellement les gens en terre d'oc —, l'Unic, dans « L'Unic e la predera » comme dans « L'Unic e lo miralh », Floralinda, le jeune garçon de « Lo hou de la harga » et son assassin, Joan lo Pèc, les deux personnages de « L'arbre » victimes de l'usure de leur amour, mais aussi le philologue célibataire de « Lo Marqués de Poliandre », absorbé par ses recherches sur l'ancienne poésie occitane, sans compter le Marquis lui-même et sa fille, chacun enfermé dans sa folie, le premier réglant sa vie sur un principe d'équilibre (s'il y a dans son château des pièces avec plafond et toit, il en faut aussi sans l'un ni l'autre), la seconde sur celui d'excès (si elle trouve le matin qu'il fait frais, elle s'habille comme pour se protéger d'un froid extrême), tous souffrent de la solitude. En conséquence la plupart de ces personnages sont voués au malheur, y compris certains des acteurs des farcesques soties, et les contes proposent une image fort sombre de la vie.

4Un deuxième thème est commun à toutes les histoires, que l'on pourrait définir comme celui de la résilience culturelle. Nombre de personnages sont d'autant plus insatisfaits de leur vie présente ou incertains sur la conduite à tenir dans la situation où ils se trouvent qu'ils conservent le souvenir d'une époque passée où l'existence leur paraît avoir été plus heureuse et les conduites à adopter plus aisées à déterminer parce que réglées par des croyances ou des usages que l'on ne songeait pas à mettre en question. Dans « Lo hiu » la « Desconeishuda » qui s'épuise à débrouiller un fil inextricablement emmêlé se souvient avec nostalgie du temps où il lui suffisait de traverser la rue pour trouver chez une modiste une bobine sur laquelle du fil était régulièrement enroulé « dens son espessor ordenada ». Dans « L'Unic e lo miralh » l'Unic regrette les jours passés où il se voyait reflété dans le miroir. Dans « Lo hou de la harga » le fils du maréchal-ferrant ne peut se consoler d'avoir dû quitter la maison où il a connu une enfance heureuse. Dans « L'arbre » les amoureux ne supportent pas de se découvrir différents de ce qu'ils étaient quand se sont connus. Dans « Istòria deu notari » les paysans qui se querellent pour une question de bornage ne peuvent, chacun, renoncer à ce qu'ils ont longtemps cru. Le passé, ainsi, de façons diverses, modélise le présent et conditionne le comportement des personnes.

5Nul conte ne le montre de façon plus exemplaire que celui de « L'Unic e l'escala » qui raconte la plus ordinaire et la plus prosaïque des histoires. L'Unic fait quotidiennement une promenade qui le fait passer devant la maison du maire du village, là où la route est bordée de trottoirs. Il se souvient qu'autrefois, quand, enfant, il sortait, on lui recommandait toujours de marcher sur le trottoir ; aujourd'hui, constate-t-il avec mélancolie, plus personne ne lui donne un tel conseil pour lui éviter un accident. C'est qu'il est grand, et même vieux, car il semble qu'il est à la retraite, et donc jugé sage et prudent ; les précautions que l'on prenait à son bénéfice dans le passé n'ont plus lieu d'être. Il est normal de s'affranchir du passé.

6Mais le peut-on vraiment ? Un jour qu'il fait sa promenade, l'Unic constate qu'une échelle est appuyée contre la façade de la maison du maire que l'on restaure et que, comme il a emprunté le trottoir qui est du côté de la maison, il va devoir passer dessous. Mais, au dernier moment, il la contourne : « que hè un vira-plèc tà evitar l'escala ». Venue du passé, une appréhension apprise l'a fait agir ainsi, lui rappelant qu'une échelle peut tomber, ou qu'il peut en tomber un objet, que passer dessous, en conséquence, est risqué, et qu'il faut donc s'en abstenir. Honteux de comprendre que sa conduite lui a été dictée par une peur que rien de précis ne justifiait, au retour il passe délibérément sous l'échelle. Mais ensuite sa nuit est très mauvaise : il fait un cauchemar, dans lequel il tombe d'une très haute échelle et s'écrase au sol.

7Le lendemain il prend le trottoir opposé : il n'est pas facile d'échapper à son passé, d'affirmer une liberté de jugement et d'action détachée des modes de penser qui vous formèrent. Et l'Unic de se dire : « e com se hè qu'un esperit liure e racionau e posca este la preda de peguejadas parieras ! », c'est-à-dire d'appréhensions qui confinent à la superstition. Pour exorciser ces « peguejadas » il revient en courant à l'échelle et « i passa devath cinc o seis cops, totnejant-la com un esquiròu den sua gàbia ». Or un ouvrier qui la descend, un pot de peinture à la main, lâche celui-ci et il s'en faut de peu que l'Unic soit aspergé. Et de songer que c'est peut-être là un avertissement.

8Le jour suivant, après une nuit cette fois paisible, l'Unic prend le côté de l'échelle. Or ce jour-là un couvreur change des tuiles et jette au sol celles qu'il ôte du toit. Deux, successivement, effleurent l'Unic. Un proverbe lui vient alors à l'esprit : « Jamès dus sens très » et il pense : « l'escala aquera qu'ei maudita e lo còp tresau qu'i passi », non sans essayer de se raisonner, en vain : « que pòt la rason contra l'irrasonable ? » Et, comme Lactance qui, au IVe siècle, justifiait l'existence du vice en le jugeant nécessaire à la manifestation de la vertu, il ajoute : « Que cau plan qu'existisca aqueth Irrasonable, senon la Rason e n'existiré pas ».

9Si la raison se découvre ainsi impuissante à dominer la peur, la mémoire, elle, agit efficacement, qui rappelle alors à l'Unic une ritournelle : « Mès au hons, Qui l'a dit ?— La souris — Quelle souris ? — Sous le lit », qui suggère que les proverbes, loin d'être l'expression de la sagesse des nations, ainsi qu'on le prétend, ne sont qu'affirmations à la légère : « Que n'i a de's tornar piròu ». Puis c'est une comptine qui remonte du passé : « l'Unic que's tornèc brembar d'aqueris dits de son mainadier, qui's botèn a virolejar, virolejar, despuish tant de temps desobligats, dens lo vueit deu son praube cap :

Panquèra bèra, bèra
qu'as pan enà taulèra
hormatge enà 'scudèra
e lèit enà caudèra.

10La culture traditionnelle, qui ne faisait que suggérer la prudence et non énoncer des interdits, pousse maintenant l'Unic à prendre ses distances et à ne plus gâter ses promenades printanières et sa jouissance fusionnelle de « la lindetat deu cèu », de « la balançada d'un arbre » et du « ritme deu món » par de faux problèmes. Cette culture est donc encore active et utile, et ne doit pas être réduite à des modes de sentir et de penser obsolètes. Or, comme le montre la succession, au fur et à mesure que reviennent à l'Unic des souvenirs plus anciens, d'abord d'une ritournelle française, puis d'une comptine occitane, c'est une culture d'oc.

11Au-delà des péripéties burlesques de la découverte de l'intérieur du château et de la conduite du Marquis, « Lo Marqués de Poliandre » illustre également la complémentarité bénéfique de l'héritage du passé et de la vie moderne. En fait ce conte mène de front deux histoires. La première est la résolution du problème posé par deux vers d'« un vielh roman épic, encara inédit, qui se m'èra escadut per un asard benevolent dens la bibliotèca de la ciutat », ainsi que le confie le philologue qui l'étudie et qui est le personnage principal de ce conte, en dépit de son titre. Alors qu'il allait terminer le « relevat sistematic de tots los imperfèctes deu subjonctiu dab valor optativa » de ce roman qui « cante las amors de Negraflor e de Belh-Carbon », il tombe

sus aqueths vèrses enigmatics e embroishaires :
… e manjant e rizent,
en la boca l baiset tot dossament
Qu'estòc entà jo un chorret d'aiga hreda. Qu'em botèi a dobtar tot d'un còp de l'autenticitat deu manuscrit e, deu còp medish, de l'interès de tot lo men trabalh. D'efècte, çò digoi jo, coma séré possible que Negraflor e podosse au medish temps minjar, rider e potonejar, de segur apassionadament, la boca de Belh-Carbon ? Aqueras très hèitas simultaneas dab lou medish organ qu'em pareishen asolutament desparèiras. Aqueth text, sens cap de dobte, qu'ei estat maliciosament tripotejat, e no'u se pòt acordar cap de hidança.

12Pour savoir à quoi s'en tenir vraiment le philologue décide d'aller consulter « lo remirable tractat De Amoribus Medii Ævi, text latin barrejat d'occitan, on ei explicat peu petit tota la simbolica deu manejament erotic cortés », que possède son voisin le Marquis de Poliandre, qui lui permettra de savoir si le comportement de Negraflor est attesté. Mais, hélas, il découvre que le Marquis, soucieux d'appliquer à tous ses biens le principe d'équilibre auquel il soumet sa vie et ses possessions, a jeté au feu la plus grande partie du manuscrit et l'a remplacée par un Code de la route (on peut en effet considérer que la connaissance des pratiques amoureuses courtoises et celle des règles de conduite d'une automobile sont analoguement essentielles pour la noblesse du XIIe siècle et pour les conducteurs du XXe). La disparition du manuscrit met fin — provisoirement — à l'espérance du philologue d'établir l'authenticité de son manuscrit, et donc à son étude.

13La seconde histoire est celle de la transformation du philologue qui fait de lui-même ce portrait :

Que podèvi aver deus trenta aus trenta cinc ans. Joen encarra, e celibatari, qu'ens tanhèva d'esperar tastar un dia la sau de l'aventura. Mès que m'èri replegat sus jo medish, embarrât deu maitin au ser dens lo men estudi. Los mens gòis qu'èran auegius, los mens plasers seriós. La sola fremida qui'm podosse d'ar'enlà gratulhar l'esquia, lo sol mistèri qu'im podosse un bricalh refrescar l'anma, qu'èran l'estudi, la recèrca pacienta qui me'us balhavan.

14Or ce travailleur infatigable, invité à déjeuner par le Marquis, va découvrir avec étonnement que l'immense salle à manger du château, « on i aveva au mens dètz taulas d'un vintenat de cobèrts cadua », est remplie de chômeurs ; c'est comme s'il avait été invité dans un restaurant du cœur, lieu bien différent de son refuge d'érudit en marge du monde. Il est aussi frappé de la beauté de la fille du Marquis, « blonda deliciosa suus vint e cinq ans » qui l'émeut bien plus que ne le faisait Negraflor : « que sentivi gargolhejar en jo mantun optatiu qui solas la benestença e la mia dignitat de sabent e m'empachan de transmudar còp-sec en actes clars ». Comme la fille du Marquis « coneish admirablament la mistica cortesa deus trobadors », le philologue l'interroge sur la possibilité d'un baiser tel que décrit dans son roman. Elle lui répond en prêchant d'exemple : « la boca plea [ils sont à table] e carcalhejant com un chorret d'aiga, que se m'espotic suus pòts un poton arderós ». Le philologue a obtenu la réponse qu'il espérait et s'en réjouit hautement : « Tots los mens dobtes que se'n hujón coma per encantament. Que gahèi suu còp, tangibla e carnala, clara com un silogisme, l'explica deus vèrses misterioses dets poëma épic de Negraflor e de Belh-Carbon. O gòi calme de l'estudi, que m'escridèi, quina nobletat en tu, e quina vilania dens los òrres gòis de las gorrinessas umanas ! ». Mais, quoiqu'il semble à écouter sa palinodie finale, le philologue n'a pas à regretter d'être sorti de son antre et d'avoir, au passage, goûté à la « bita bitante ».

15Cet enrichissement de l'expérience du savant est le produit de son intérêt pour le passé et, plus particulièrement, ici, il est suscité par un texte littéraire occitan. Comme dans « L'Unic et l'escala » où jouait aussi un rôle dans l'évolution de l'Unic un texte poétique occitan — de poésie populaire et non savante, mais cette question de genre comme celle de savoir si ces textes sont réels ou inventés, importe peu pour la leçon à tirer des contes —, dans « Lo Marqués de Poliandre », Peire Bec plaide pour le maintien actif de la culture occitane dans la vie moderne et donc pour la sauvegarde de la langue d'oc. Il semble partager l'opinion que, dans Lo trabalh de las mans Ives Roqueta, prête à Paul Riquet : « Lo passat es davant nosautres, o siam fotuts ».

16Ces deux contes sont ceux dont le personnage principal est le plus proche de ce qu'a pu être dans la vie Peire Bec. Ce sont aussi, l'un, le plus humble de sujet et le plus réalistement quotidien, l'autre, le seul qui évoque un monde hautement spécialisé, celui de l'érudition universitaire, et il a de plus une dimension fantastique spectaculaire, comme si Peire Bec voulait ainsi signifier que son plaidoyer n'est pas de maintenir comme un jardin secret ou un plaidoyer sporadique l'innutrition occitane du quotidien mais d'en faire une composante effective de la vie en toute activité et en tout contexte.

17« Lo Marqués de Poliandre » comporte donc un fait fantastique : « lo salon particolar deu Marqués » n'a pas de plafond « e lo grand cèu blau qu'èra com en çò son » ; et pourtant, explique le Marquis, il n'y pleut jamais en vertu de « la grana lei de l'equilibri » : « totas las pèças deu men castèth que son sens taulat mès qu'an un plafons. Tot lo sobrant deu men castèth qu'a un tet que la ploja i cai dessus ; qu'ei donc tanben de la maja logica que non plàvia pas, reciprocament, sus l'unica pèça qui n'aja pas cap de tet ». Cette bizarrerie, ainsi que les autres faits fantastiques qui adviennent dans d'autres contes, le corbeau qui vient se poser sur l'épaule de la femme du notaire lors de l'enterrement de son mari, qui croyait à la métempsychose, dans « Istòria deu notari », le miroir qui ne reflète plus la présence de celui qui est devant lui dans « L'Unic et lo miralh », la séparation en deux par un espace intermédiaire des objets et des personnes dans « Las duas miejas », illustrent parfaitement la définition du fantastique proposée par Roger Caillois dans Au cœur du fantastique : « le fantastique est rupture de l'ordre reconnu, irruption de l'inadmissible au sein de l'inaltérable légalité quotidienne ». Mais cette pièce étonnante du château ne joue aucun rôle dans le déroulement de l'histoire qui ne cherche ni à instaurer une atmosphère d'étrangeté ni à susciter la terreur, comme il en va d'ordinaire en littérature fantastique. Cette description de l'apparence saugrenue de la pièce où travaille le Marquis, qui est en quelque sorte son attribut, n'a pour but que d'attirer l'attention sur lui, sur le fait qu'il n'est pas si fou qu'il en a l'air puisque sa théorie de l'équilibre vise à réconcilier, comme l'association du manuscrit du De Amoribus Medii Ævi et du Code de la route le montre, le passé et le présent, l'héritage occitan et la vie moderne.

18Il en va de même du notaire dont la fonction est de conserver la mémoire des usages anciens, tels que les droits de passage, et des patrimoines constitués. Adepte de la métempsychose il croit qu'êtres et fonctions peuvent se perpétuer sous d'autres formes que celles qu'ils ont présentées à un certain moment de l'histoire. Il est donc, comme le Marquis, une figure symbolique de la croyance en le maintien et tout à la fois le renouvellement de la culture ancienne, de sa palingénésie. Ce n'est pas un hasard s'il reparait sous l'aspect d'un corbeau, figure antique de l'espérance de durer, en raison de son cri, cras, cras, qui, en latin, signifie demain.

19Le miroir de « L'Unic e lo miralh » qui ne renvoie plus l'image de l'Unic est, à l'opposé, le symbole de la perte de soi, de l'aliénation de celui qui se laisse accaparer par des activités qui ne l'intéressent pas réellement et sont sans rapport avec son histoire propre. Chaque jour, en passant devant la boutique de l'antiquaire, l'Unic « qu'aimava de s'i miralhar […] enta vedér simpletament on se n'estava d'eth medish, s'èra plan auei coma ièr, se n'i avèva pas quauque divòrci entre la sua persona e lo son image » ; parfois il s'arrête devant le miroir pour se peigner ou refaire le nœud de sa cravate. Fait-il cela pour lui-même ou pour mettre au point l'image d'un employé modèle ? À supposer qu'il l'ait su, il ne le sait plus : désormais, ce qu'il voit dans le miroir n'est plus lui-même mais « lo mit d'eth medish ». De sorte que parfois il croit se voir quand le miroir n'est pas là et qu'inversement il ne s'y voit plus quand il est là. En fait c'est quand il ne s'y voit pas qu'il voit le mieux, car alors il constate son absence au monde. Il lui faudra briser ce miroir des illusions et payer douloureusement de sa personne, verser son sang en s'ouvrant une veine avec un éclat du « miralh antic », pour se ressaisir. Le conte toutefois ne dit pas si c'est un être nouveau, lucide, — ce qu'on espère — ou le même, celui qui a perdu ses repères, qui reprend figure.

20Le dernier conte du recueil, « Las duas miejas », invente un nouveau symbole de la dissociation de celui qui est et de celui qui fut qui menace les individus dans le monde moderne, dont « L'Unic e lo miralh » raconte allégoriquement la dramatique prise de conscience. Sous le regard de l'Unic les êtres et les choses, car l'aliénation fait paraître étranges les uns aussi bien que les autres, se scindent en deux parties et il semble « que i a com un centimètre de vueit entre las duas partidas ». Bientôt l'Unic, victime à son tour de ces atteintes du temps (détachement progressif des êtres de leur passé ?), se divise aussi en deux et finit par en mourir. Mais au moment où l'on s'apprête à le mettre en terre, son cercueil se disloque et les deux parties de son corps s'en échappent. Elles semblent d'abord prendre des directions opposées, puis se rejoignent pour se rendre, espèrent les témoins, au paradis. Ainsi, ironiquement, ou sarcastiquement, Peire Bec suggère-t-il que l'état paradisiaque — désirable donc, encore que la possibilité d'y accéder ne dépende pas de la volonté individuelle — consisterait à pouvoir vivre sans fracture sa double appartenance à une culture héritée et à celle qui s'élabore quotidiennement, sans que soit mis en péril ce que l'histoire a fait de ceux qui peuvent lire et comprendre ses contes.

21Dans les Contes de l'Unic la dimension fantastique n'est donc que l'indice de ce que le monde tel qu'il se présente habituellement est insatisfaisant et que, pour ne pas être accablé par le contenu des histoires qui racontent comment l'on y vit, il faut les lire autrement que littéralement, passer d'une perspective anecdotique à une interprétation symbolique qui décèlera en chacune une variante de la réflexion menée par Peire Bec sur la possibilité de trouver un équilibre entre héritage culturel occitan et engagement dans la modernité.

22 Par exemple :

23- La Desconeishuda dans « Lo hiu » n'arrive pas à démêler le fil embrouillé du passé, à trouver sens à son héritage : échec donc, elle ne trouve pas l'équilibre souhaitable.

24- Le chat de « L'Unic e los gats negres » sacrifie ses semblables, se coupe définitivement de sa communauté originelle pour survivre. Il sera adopté, c'est-à-dire assujetti, dominé, aliéné : échec.

25- Floralinda passe son temps à rêver à d'autres temps que celui dans lequel elle vit. Elle pense à son père, évoque un cygne très symboliste, s'abandonne au plaisir d'inventer des images : « que'us espiava a passar, l'un après l'aute, embelinaires […] Qu'èra ua hugida ineffable ». Comme Madame Bovary, c'est à sa fenêtre qu'elle se croit heureuse. Comme la vieille qui vient mourir sous sa fenêtre, elle découvrira sans doute sur le tard « qu'ei pausada sus las suas sobras de vita coma ua causa inutila » : échec.

26- L'Unic de « L'Unic e l'escala », même s'il réactive sa culture ancienne, a le tort de ne s'occuper que de ce qui se produit au pied de l'échelle ; or c'est à l'autre extrémité de celle-ci que se fait un travail utile : peine perdue.

27- De leçon voisine « Lo hou de la harga » : le fou, frappant sans cesse de son marteau sur l'enclume, fait beaucoup de bruit et ne produit rien : vaine dépense d'énergie.

28- Joan lo Pèc ne fait que jouer des rôles dans l'espoir de complaire à ses contemporains. Il sert toutes les causes à la mode et se retrouve, finalement, las, amer, et coupé des siens : gâchis.

29- Les anciens amoureux (militants ?) de « L'arbre » se convainquent que leur cause est perdue et choisissent de jouir de leurs regrets : égotisme pervers.

30À quoi il faut ajouter sans doute les suggestions patronymiques. L'Unic, apparemment raisonnable, est fort souvent de ceux qui s'agitent vainement, tandis que ce fou de Marquis de Poliandre a une conception de l'existence, régie par le principe d'équilibre, qui semble pouvoir favoriser la prorogation de la culture occitane (sa fille comme lui-même n'est-elle pas grande connaisseuse des usages courtois et ces chômeurs qu'ils nourrissent ne pourraient-ils être aussi bien des démunis à réconcilier avec leur culture ?). C'est que cette entreprise, au-delà de l'engagement individuel, suppose une action collective : or le nom de ces personnages semble indiquer que chacun est prédestiné à adopter l'une plutôt que l'autre de ces conduites. Mais la seconde ne serait-elle pas une entreprise folle ?

31Lus sous cet éclairage les Contes de l'Unic semblent dresser un tableau peu encourageant de l'avenir de la culture occitane et l'on comprend dès lors pourquoi la solitude est le thème dominant du recueil : elle est la conséquence de la perte de solidarité ressentie par ceux qui ont encore conscience de la survivance de leur culture ancienne. Celle-ci s'exténuant, celle-là se défait. Chacun est voué à devenir un « desconeishut ».

32Les Contes de l'Unic seraient donc un livre affligeant s'il n'y avait « Los dus daltonians ». Notons d'abord que les personnages de ce conte sont deux frères, et que tous deux œuvrent pour l'avancement d'un parti (ils distribuent leurs tracts). Puis que, finalement, ils sont guéris de leur daltonisme, de leur incapacité à voir simultanément le rouge et le vert, couleurs qui, dans le conte, sont celles de deux partis politiques, le Parti Révolutionnaire Socialiste et le Parti Social du Roi, qui rivalisent pour conquérir les suffrages de la population de Lodève, mais dont l'intitulé en bref, P. R. S. et P. S. R. prête à confusion, ce qui fait qu'ils sont en quelque sorte en situation de rivalité et de complémentarité comme le sont, pourraient, devraient l'être la maintenance de la culture occitane et l'appartenance à la société française. Cessant d'agir pour renforcer la rivalité des deux partis (ayant confondu, quand ils étaient daltoniens, les tracts des deux partis dont ils ne pouvaient voir la différence de couleur, ils ont été renvoyés) et pouvant maintenant avoir une vue entière de la réalité (guéris de leur daltonisme, ils peuvent distinguer les deux couleurs et constater qu'elles sont complémentaires), ils se découvrent des raisons nouvelles d'être heureux et de trouver le monde harmonieux.

33« Los dus daltonians » est un conte burlesque. Le sont aussi trois des contes qui ont une dimension fantastique : « Lo Marqués de Poliandre », « Istòria deu notari » et « Las duas miejas ». Le burlesque, comme le fantastique, est donc un marqueur de changement de registre — ou de l'existence d'un double registre — de signification, du passage de l'anecdotique au symbolique. Et ceci aussi est de forte signification : car qui se préoccupe du sort d'une culture qui a fait du « Joy » une valeur essentielle ne saurait céder à la mélancolie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Arrouye, « De l'anecdotique au symbolique par le fantastique », Lengas [En ligne], 82 | 2017, mis en ligne le 20 octobre 2017, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lengas/1375  ; DOI : 10.4000/lengas.1375

Haut de page

Auteur

Jean Arrouye

Université d’Aix-Marseille

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals