Navigation – Plan du site

Pierre Bec et sa contribution à une typologie des genres lyriques médiévaux, questions d’histoire des sciences et d’épistémologie, entre structuralisme et pratique occitaniste.

Marjolaine Raguin-Barthelmebs

Résumés

Cet article se propose d’étudier la contribution de Pierre Bec à une typologie des genres lyriques médiévaux français, resituant sa réflexion et sa pratique entre le développement du structuralisme linguistique appliqué à la littérature et son engagement au service du renaissantisme occitan des années 1960 à 1980. Philologue remarquable, Pierre Bec a su embrasser d’un même regard la tradition romane, et particulièrement les littératures médiévales d’oc et d’oïl.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 On verra l’excellent article bibliographique sur l’œuvre scientifique et littéraire de Pierre Bec p (...)

1Tout d’abord, je tiens à remercier de leur initiative les organisateurs de cette journée d’étude en hommage à l’œuvre scientifique et poétique de Pierre Bec. Parmi les travaux de cet esprit remarquable et auteur polygraphe1, il m’a semblé important de revenir sur sa contribution à l’établissement d’une typologie des genres poétiques médiévaux et, peut-être, distinguer ce qui, dans sa méthode et ses travaux, distingue particulièrement son œuvre intellectuelle des études romanes, surtout françaises et occitanes, de son temps – la seconde partie du XXe siècle.

2C’est, littéralement, en ce sens qu’il avait rédigé à la fin des années 1970 sa La lyrique française au Moyen Âge (XIIe-XIIIe siècles). Contribution à une typologie des genres poétiques médiévaux – parue en 1977 et 1978 chez Picard. Un ouvrage en deux volumes (Vol. 1 : Études et Vol. 2 : Textes), entre le manuel et l’essai, consacré à la lyrique française au moyen âge, des XIIe et XIIIe siècles. L’auteur y tente une étude typologique et la classification afférente des genres et des types de pièces lyriques de langue d’oïl, en dialogue avec ses connaissances philologiques de la lyrique occitane, et présentant une sélection de textes pour illustrer son propos. Ces deux volumes, comme avant eux ses anthologies de la poésie occitane médiévale (Bec 1954 et 1970) ont certes une visée pédagogique, mais aussi, en systématicien, plus intellectuelle de réflexion sur les genres poétiques médiévaux et leur classification.

  • 2 Bec (1970-1971 vol. 1, 7) déclare d’ailleurs « Le présent livre constitue à nos yeux le complément (...)
  • 3 Pierre Bec accordait de l’importance au fait d’avoir consacré trente années de sa vie à l’étude de (...)

3C’est dans cette veine qu’il avait au début de la même décennie, en 1970, contribué par un travail qu’il déclarait en cours, aux Mélanges offerts à Rita Lejeune avec « Quelques réflexions sur la poésie lyrique médiévale. Problèmes et essai de caractérisation » – c’était son titre (Bec 1970b). Pierre Bec s’intéressait alors surtout à la littérature d’oc. C’est dans cette optique aussi qu’il avait rédigé sa Nouvelle anthologie de la lyrique occitane du moyen âge parue d’abord en 1970 et dont la seconde édition est datée de 19722 ; un succès donc, comme la Petite anthologie qui l’avait précédée (Bec 19541, 19664). Enfin en 1992, à l’heure des conclusions de trente années de recherche et de réflexion sur les troubadours et la lyrique médiévale3, Pierre Bec réunissant ses principaux articles (Bec 1992), avait retenu parmi six thématiques notamment celles des « genres » entendant par là les genres poétiques.

4Ce rapide bilan comme la proportion accordée aux écrits sur les genres et la poétique dans son recueil paru en 1992 (six textes sur dix-huit, un tiers), souligne l’importance qu’eut cette réflexion dans la vie intellectuelle de Pierre Bec.

  • 4 Martin-Dietrich Glessgen qualifie ainsi le manuel de Pierre Bec d’« irremplaçable en ce qu’il prése (...)
  • 5 Dans tous ces volumes en effet, Pierre Bec a eu à cœur de présenter à son lecteur des textes en lan (...)

5Auteur d’une thèse remarquée sur le gascon (Bec 1968) et, pour un plus large public peut-être, d’un Manuel pratique de philologie romane (Bec 1970-1971), ouvrage unique et à bien des égards encore indépassé4, Pierre Bec compta selon nous parmi ses grandes œuvres, à coup sûr, sa Lyrique française au Moyen Âge. Ce fut aussi l’avis, en leur temps, des auteurs de comptes-rendus, parmi lesquels Geneviève Hasenohr écrivant pour la Bibliothèque de l’école des chartes (Hasenohr 1979). Cette même volonté d’enseigner et de transmettre, autant que d’établir sur des bases scientifiques solides, les études occitanes tout en répondant aux événements historiques et sociologiques de son temps, fit de lui l’auteur du Que sais-je ? sur La langue occitane (Bec 1963) ainsi que, dix ans plus tard, du Manuel pratique d’occitan moderne (Bec 1973b). Tous ces ouvrages se rattachent à la classe des précis et à la manuelistique pour laquelle il a beaucoup fait, et qui émanent dans son œuvre d’une même démarche que la rédaction d’anthologies5 : repenser, rétablir, instruire et faire système.

6Il semble que pour comprendre à la fois sa démarche générale de science et certains de ses choix plus particuliers, il convient d’avoir conscience du cadre historique de pensée sur lequel Pierre Bec bâtit sa démarche.

7M’attachant tant à la méthode de ses travaux qu’à leurs résultats, je présenterai ici une série de remarques, cherchant à mettre au jour le fonctionnement de sa typologie et le raisonnement qui la sous-tend afin de souligner son originalité.

  • 6 Un texte que précédait (Zumthor 1963).

8Un premier point serait de remarquer que la Typologie, comme ses principaux travaux sur les genres lyriques médiévaux, sont contemporains ou suivent immédiatement la publication de l’Essai de poétique médiévale de Paul Zumthor (Zumthor 1972)6 qui marqua profondément les études de Pierre Bec, et dont il signalait d’ailleurs l’importance pour ses réflexions sur les genres littéraires des textes occitans et français et l’établissement de leurs typologies : « les prémisses méthodologiques [de la présente étude], entre autres sources, doivent beaucoup aux pertinentes analyses de Paul Zumthor. » (Bec 1977b-1978b, vol. 1, 7).

  • 7 Je reconstitue la chronologie de ses grands travaux de systématique et manuelistique de la période (...)
  • 8 Sur la publication des deux thèses de Lafont et Bec, respectivement en 1967 et 1968, on pensera aux (...)

9Par ailleurs, et c’est là essentiel, il convient de noter que Pierre Bec déclare rédiger une « systématique » (Bec 1977b-1978b, vol. 1, 7). Cette démarche que l’on ancrera historiquement dans la période des années 1960 à 1980 est bien celle d’un homme qui, à travers la classification en typologie, va chercher à dégager le schéma ou modèle de structure des pièces qu’il étudie. Manuels, typologie et réflexions sur la classification systématique des genres littéraires médiévaux français et occitans relèvent à mes yeux d’une même démarche. Cette démarche de systématicien, attachée à la pensée structuraliste des objets de connaissance du monde et d’élaboration de la science, constitue le cadre théorique de la réflexion de Pierre Bec, et dont Tzvetan Todorov et Paul Zumthor constituent deux chefs de file en ce qui concerne la pensée de la théorie littéraire pour l’un et de la littérature médiévale pour l’autre. Au-delà de la seule œuvre de Pierre Bec qui connaît ces années-là entre 1954 et 19787 sa plus grande effervescence en ce qui concerne sa démarche de systématicien, il faut noter que la publication en domaine occitan de la thèse de Robert Lafont (1967) est intitulée La phrase occitane. Essai d’analyse systématique.8 Ce premier travail d’envergure de Robert Lafont, autre grande figure de la recherche universitaire (notamment linguistique) du milieu de la seconde moitié du XXe siècle, est dirigé à Montpellier par Charles Camproux. On y retrouve cette démarche de systématicien.

  • 9 On verra la mise au point de Wahl, Ducrot et Todorov, in : O. Ducrot, T. Todorov, D. Sperber, M. Sa (...)
  • 10 Voir Pic (2007) et Torreilles (2009). On verra la mise au point, et le relevé bibliographique dans (...)
  • 11 Chaque genre ou type de textes bénéficiant d’études spécifiques, on pourra voir pour l’occitan les (...)
  • 12 Voir la mise au point de Martel (2007).
  • 13 Je laisse ici de côté, pour un propos plus serré, la question du militantisme politique ou propreme (...)

10Les travaux de Pierre Bec sur la typologie des genres lyriques médiévaux en français et en occitan, ses anthologies, ses manuels pratiques sont héritiers de dynamiques diverses scientifiques et militantes. Tout d’abord l’émergence du structuralisme linguistique appliqué à la littérature9, et Pierre Bec lui-même, on le verra, déclare sa dette envers Paul Zumthor. L’héritage des traditions d’anthologies et chrestomathies depuis le XIXe siècle10 doit aussi être dépisté ici, tout comme celui des travaux de classement et de définition et de typologie des corpus littéraires du moyen âge roman11. Il convient par ailleurs de distinguer les circonstances d’un occitanisme et d’un renaissantisme qui, à la sortie de la seconde guerre mondiale, cherchent à se doter d’outils12, et particulièrement dans les années 1960-1980 avec deux principaux chefs de files universitaires13 : Pierre Bec et Robert Lafont.

11Les travaux de Pierre Bec sur les littératures médiévales occitane et française s’entremêlent, il suffit pour s’en convaincre de jeter un œil à leurs dates de publications au fil de ces années 1960-1980.

  • 14 Le corollaire est un militantisme culturel et politique plus large que je n’aborderai pas ici. On v (...)
  • 15 Je cite ici Pierre Bec à la première page de l’introduction de son Que sais-je ? sur la langue occi (...)
  • 16 L’idée d’occitan comme langue ethnique, opposant les ethnotypes français et occitans pour la France (...)
  • 17 Relevons ainsi, pour l’exemple, dans los pichons classics occitans :
    n°1 Francés de Corteta, tròces (...)
  • 18 Ô ! arcadie, entre Toulouse et Montpellier… (Bec 1970a, 87).
  • 19 Par ailleurs, et c’est symptomatique de sa propre démarche malgré les progrès des éditions de texte (...)

12Philologue et romaniste, sa trajectoire part pourtant de l’occitan pour aller vers le français. Son implication dans les affaires occitanes et notamment à l’Institut d’études occitanes (dont il fut un temps Président) – bien qu’elle soit moindre comparée à celle de Robert Lafont, certainement en partie parce que de Poitiers, Bec est un occitan (gascon !) excentré – mérite que l’on s’attarde ici un tant soit peu sur le terrain qui verra naître la genèse de sa pensée des pièces lyriques médiévales en système. Le savant a su trouver chez Zumthor et dans la science de son temps une nourriture intellectuelle pour sa réflexion, mais la systématique qu’il construit – unique en son genre – tant pour le français, que pour l’occitan, va bien puiser ses racines dans les dynamiques d’anthologisation et de définition/typologies qui se développent en terrain littéraire occitan autour des années 1965-1975. L’effervescence des milieux occitanistes universitaires14 essentiellement autour de la figure de nimeso-montpelliéraine de Robert Lafont voit se développer une réflexion autochtone sur la littérature et la culture d’oc et un discours, essentiellement écrit, de médiation de celle-ci vers l’Occitan moyen, ou pour le dire mieux, le « Français moyen »15 d’origine ethnique16 occitane. Comme signes de cette médiation de la culture d’oc (et vecteur d’identité) il faut à mon sens retenir les deux collections éditoriales Quatre Vertats dirigée par Joan Larzac, et los pichons classics occitans dirigés par Pau Fabre. Elles sont antagonistes. L’une, la première, consacrée aux productions littéraires contemporaines, est à rebours de la ligne IEOïste, presque révolutionnaire et destinée à un lectorat littéraire de choix et averti. Alors que l’autre, plus pédagogique, para-universitaire, sur le modèle des petits classiques français Larousse, publie des textes classiques par morceaux choisis et dans une graphie dite classique, c’est-à-dire normalisée17. L’Occitan moyen à qui l’on veut faire lire l’ancien occitan, est invité à le faire à partir de « l’occitan moyen, en l’occurrence le languedocien, qui a conservé la plupart des caractéristiques articulatoires de l’ancienne langue »18. Pierre Bec en 1970 explique lui-même qu’entre sa Petite anthologie de la lyrique occitane du moyen âge, publiée en 1954 chez Aubanel à Avignon, et sa Nouvelle anthologie de la lyrique occitane du moyen âge de 1970, outre les progrès des études et de sa propre réflexion sur les genres lyriques qui en font l’introduction, un progrès majeur de sa démarche est « une normalisation plus poussée de la graphie (en continuant néanmoins de respecter, dans leurs grands traits, les graphismes médiévaux), grâce à des signes diacritiques (accents) marquant l’accent tonique et l’aperture des voyelles. C’est pour les mêmes raisons pédagogiques que nous avons ajouté une page de conseils pour la lecture de l’ancien occitan. » (Bec 1970a, 6).19

  • 20 Voir François Pic, « Bibliographie de Jacques Boisgontier », Revue des langues romanes 103, 1999, 2 (...)

13On passe des pratiques de Pierre Bec (à Poitiers) à Robert Lafont (à Montpellier) par le développement de l’occitanistique ou par l’IEO. Il est aussi possible, en ce qui concerne la pratique de normalisation de la graphie, de tirer le fil lié à Jacques Boisgontier qui, en 1969-1970 lorsqu’il normalise la graphie des textes de Peire Cardenal (d’après l’édition Lavaud 1957) pour le compte du volume des pichons classics rédigé par Charles Camproux de Montpellier, est depuis 1969 assistant à la Faculté de Poitiers20 aux côtés de Pierre Bec.

  • 21 C’est là une première renaissance sous le signe d’une déliquescence d’un âge auquel il ne consacre (...)
  • 22 Affirmons-le, il n’y a rien de réellement pédagogique à normaliser les textes médiévaux ou modernes (...)

14Cherchant à faciliter la compréhension et l’analyse d’une réalité complexe (la lyrique médiévale française, et avant elle, occitane), la démarche de Pierre Bec est donc le fruit de l’influence du structuralisme linguistique sur sa pensée tout comme de l’occitanisme humanitaire et militant. Cette recherche du pan-systémisme, pensé comme constance dans l’histoire mais hors d’elle et structure de permanence dans la variété, influence notamment ses vues dans le Que sais-je ? sur la Langue occitane (1963) et lui permet de découper l’histoire de la langue (et, dans son esprit, de ceux qui la parlent, cf. l’aspect ethnique) en trois temps : 1. le fond des âges romans de l’ancien occitan (et son florissement littéraire et intellectuel), 2. la stagnation/fossilisation au XVIe siècle21, et 3. l’apogée renaissantiste avec l’IEO après le félibrige. Le bloc métahistorique ainsi constitué, en plus de la tradition que l’on a vu avoir cours notamment dans les pichons classics occitans (comme reflet d’une pratique), justifie notamment l’adoption, anti-philologique par excellence, de l’orthographe alibertine dans ses éditions de textes médiévaux occitans22. La justification de cette démarche d’ensemble, qui touche jusqu’aux textes publiés dans ses Manuels pratiques ou même sa lyrique française est déjà formulée en 1963 dans les pages 110-119 du Que sais-je ? : c’est la « réforme occitane », au sens de l’application des « principes occitans » (p. 118) ; au-delà de la graphie, ou par la graphie comme vecteur, le spectre est bien plus large.

  • 23 Cf. par exemple Lafont (1973, 55-56, 79) ; Bec (1963, 76-77) ; ou Camprós (1970, 15).

15Les pichons classics qui publient des morceaux choisis des textes en ancien occitan, comme ses anthologies, font et notamment autour de l’événement traumatique de la Croisade albigeoise23, de la langue, de la littérature, et de la culture des troubadours un objet d’identité forte, et dont chacun doit être fier. Plus fier encore peut-être que du prix Nobel de littérature (ex-aequo) décerné en 1904 à Frédéric Mistral. On éduque les territoires d’oc (et d’au-delà) à la culture des troubadours (comme source de fierté patriotique), et pas tant à l’occitan qu’à celui-ci dans sa bonne graphie.

  • 24 Nous avons recherché les notes de ces normalisations de la graphie dans toutes les pages du manuel, (...)
  • 25 Sur l’influence de la linguistique structurale d’origine saussurienne sur la rédaction de son manue (...)

16Relevons au sujet de la normalisation des textes médiévaux que cette pratique touche jusqu’à la présentation des textes cités dans son Manuel pratique de philologie romane. Dans cet ouvrage, étendant sa pratique de l’occitan vers le gascon et le catalan, et touchant au fond cette aire médiévale, unité idéelle de « l’occitano-roman », Pierre Bec a normalisé la graphie et l’accentuation des exemples donnés pour les textes littéraires cités dans ces trois langues. À étudier les éditions scientifiques qu’il toilette, on distingue bien que le pivot de ce groupe est l’occitan. Cela peut être inféré ne serait-ce que de sa pratique de normalisation qui, à partir de l’usage renaissantiste en occitan qu’il a coutume d’appliquer, contamine le traitement des textes en gascon et en catalan, et cela à l’exclusion de tout autre texte présenté dans les deux volumes du manuel24. C’est elle aussi qui préside à la rédaction du Manuel pratique d’occitan moderne (1973). Je rappelle à ce titre que la manuelistique et les études théoriques, développées par Pierre Bec et Robert Lafont avec une certaine longueur de vue à cette époque fonctionnent en système (d’instruction et d’information destiné aux « linguistes » et aux profanes) et se répondent. Ainsi Pierre Bec (1973, 1) déclare au début de son Manuel pratique d’occitan moderne25 que « Le présent Manuel complète donc naturellement la présentation générale de l’occitan que nous faisons ailleurs : cf. notre Lg. Occ. (Bibl. n°6) [son Que sais-je ?, 2ème éd. 1967]. Il rejoint aussi, fondamentalement, l’exposé théorique récent de Robert Lafont (Bibl. n°18) [Lafont 1971], analyse particulièrement pertinente à laquelle nous ferons de fréquentes allusions. Pour l’aspect diachronique de l’occitan, nous renvoyons le lecteur à notre Manuel prat. de phil. rom., I, pp. 395-554 (Bibl. n°33). »

17Du point de vue épistémologique, cette interprétation ou réception du structuralisme linguistique se conjugue dans l’œuvre de Pierre Bec, pour les éditions de textes occitans, à un refus de l’esprit de la philologie, et par conséquent à l’établissement d’une histoire de la littérature dégagée de l’histoire des traditions textuelles.

18Pierre Bec fut pourtant, c’est certain, un philologue occitanisant et francisant de premier plan. Néanmoins, cette attitude d’éditeur, tenant de celle de l’anthologiste, clairement marquée par un esprit de didactisme, et négligeant les capacités d’adaptation de son lecteur aux graphies médiévales ou modernes, apparaît nettement contraire à la science qu’il professait et pour laquelle il était un ardent défenseur et remarquable contributeur. Une sorte de conflit entre le militant et le savant, que le pédagogisme ne pouvait résoudre en définitive. Nonobstant cela, les outils de remédiation de la langue et de la culture d’oc ont fait, au moins en partie, leurs preuves. Entre 1960 et 1980, Robert Lafont et Pierre Bec, comme tous les auteurs de la collection des pichons classics, créent du matériel prédagogique là où celui-ci fait cruellement défaut, au moins dans une perspective occitaniste et militante. C’est là une démarche légitime et louable.

  • 26 Je rappelle que Robert Lafont a témoigné de son expérience d’examinateur de l’épreuve d’occitan au (...)
  • 27 Los pichons classics occitans, 1 et 2, quatrième de couverture : Francés de Corteta (Lafont), et Pè (...)

19Cette démarche est aussi celle qui anime la collection Les classiques d’oc au Baccalauréat et à la Licence ès Lettres (avec emploi là aussi, du mot <classique>)26, pour un même premier public, ici explicitement visé, comme il l’était sur la quatrième de couverture des premiers numéros des pichons classics : « prepausar als escolans de nòstres licèus, als estudiants de nòstras facultats, als mèstres que dispensan nòstre ensenhament e l’onòran, a totes los qu’aiman las letras e la civilizacion occitanas » ; en somme pour réparer le tort (et instruire) ceux à qui « lo sòrt li foguèt pas favorable… »27.

  • 28 Nous avons recueilli plusieurs témoignages au sujet de l’enseignement portant sur la Chanson de la (...)

20Le principal problème est la collusion que cette pratique va entraîner, le pas étant vite franchi entre science et vulgarisation. Force est de constater que les forces vives capables d’écrire de tels ouvrages n’étaient pas légions et toutes composées d’universitaires – il n’y a qu’à porter attention aux titres et fonctions mis en avant sur les pages de titre de ces ouvrages – et, que les fonds pour subventionner les tirages étaient réduits. D’où certainement le mélange des genres : des publications de vulgarisation (même savante) par le CEO, association sise dans les locaux de l’Université de Montpellier, qui deviennent textes d’étude à l’université28. Cela a participé au dénivellement dont Robert Lafont parla (Lafont 1987, 13-34) lors du premier Congrès de l’AIEO, et que plus récemment Jean-Pierre Chambon rappela dans un bilan effectué vingt-deux ans plus tard lors d’un colloque de jeunes chercheurs de la même association tenu à Albi en 2009 (Chambon 2015, 27-37). Ce dénivellement, ou contraste, qui touche et a touché nos études n’est pourtant pas, à bien y regarder, l’apanage des études occitanes, tant ces éditions ad lectorem existent aussi en domaine français.

  • 29 Sur la nécessité perçue par les responsables associatifs et universitaires du renaissantisme occita (...)

21Ce cadre établi, la Lyrique française au Moyen Âge (XIIe-XIIIe siècles), Contribution à une typologie des genres poétiques médiévaux, parue en 1977 et 1978, est le dernier grand ouvrage des travaux29 de Pierre Bec concernant la typologie des genres lyriques médiévaux, qu’ils soient occitans ou français. C’est aussi le plus abouti, son auteur y expose, on le perçoit nettement à la lecture, une pensée longuement mûrie. Le corollaire en est certains raccourcis peu évidents pour le premier lecteur. On notera à ce sujet le pluriel du sous-titre du premier volume de sa Lyrique française au Moyen Âge : Études (au pluriel). La longue introduction réflexive, puis chaque étude d’un genre donné, peuvent être considérées, jusqu’à un certain point, comme des travaux autonomes ; ce qui ajoute à la fonction de manuel et de précis de l’ouvrage. Le second volume est une anthologie de textes présentant un panachage des genres étudiés dans le premier, accompagnés de brèves considérations introductives et de critique.

22Pierre Bec écrit dès les premières pages de son ouvrage faire œuvre de systématicien, c’est-à-dire œuvrer à l’établissement d’une classification raisonnée d’œuvres littéraires considérées en elles-mêmes, indépendamment de leurs auteurs (Bec 1977b, 8). C’est donc une méthode structuraliste pour l’étude de la littérature, dans la perspective de H. R. Jauss écrivant pour le premier numéro de la revue Poétique en 1970 que Pierre Bec déclare tenter de suivre pour son approche typologique des genres (Bec 1977b, 23). Cités dans l’Introduction, la filiation structuraliste dans ce travail abouti est clairement mise en avant et encadre sa réflexion. Il tente dans cet ouvrage de préciser la fonction historique et la position sociale des œuvres en synchronie (les relations entre genres, thèmes et personnages), et en diachronie (les relations avec les traditions antérieures ou postérieures). Bien que l’approche structuraliste ait été depuis délaissée, ce qui explique peut-être, le caractère unique de son entreprise (en écho à celle de Paul Zumthor), il faut souligner à la fois l’audace de ce travail, et la hauteur de vue du grand savant, qui lui fit produire un ouvrage toujours utilisé aujourd’hui comme première approche d’un genre littéraire par bien des étudiants mais aussi des chercheurs, avant plus ample enquête. Le caractère résomptif de sa présentation, comme la multitude des hypothèses formulées en fait une typologie toujours précieuse et surtout unique. Si les travaux de typologisation de certains genres en particuliers (le descort, la chanson de croisade, le sirventés, la canso pour ne citer que ceux-là) ont été effectués depuis au cas par cas, la synthèse qu’il présente, permet par son caractère englobant de faire dialoguer les genres et les aspérités du classement typologique.

  • 30 J’ai eu le plaisir de discuter avec Michel Zink en février 2017 lors de sa venue à Liège, de cette (...)

23Ses travaux de classification présentent une approche synthétique et raisonnée des apports de ses devanciers dont Alfred Jeanroy, Jean Frappier, Roger Dragonetti, István Frank ou Edmond Faral et le principal, Paul Zumthor, sont les plus connus, et sur les raisonnements desquels il appuie son propre travail. Il fait, par ailleurs, la somme de ses réflexions échelonnées au fil du temps sur les genres popularisants et l’influence folklorique ; qui comptent parmi ses principaux intérêts de recherche. Pierre Bec s’inscrit clairement dans une tradition d’études30. Ainsi, lorsqu’il écrit faire œuvre de contribution à une typologie des genres poétiques médiévaux et ne s’occupant dans ce cadre que la lyrique (au sens des XIIe et XIIIe siècles), il faut le prendre comme ce qui est dit : une pierre apportée à l’édification toujours en cours de la science de la connaissance rationnelle et du classement par types des genres poétiques de la littérature française du moyen-âge. C’est d’ailleurs dans cet esprit qu’il fait usage de la bibliographie et en quelque sorte offre une mise en pratique de la poétique de Paul Zumthor. Pierre Bec s’attache à offrir à son lecteur une mise au point à la fois sur la typologie comme processus et raisonnement en tant que tel : ses questionnements et sa méthode, comme sur ses résultats pour un certain nombre de genres donnés.

24Le public de ces ouvrages (la lyrique française, comme la nouvelle anthologie de la lyrique d’oc) est sans surprise à la fois l’étudiant, c’est un des effets de l’esprit de synthèse et de didactisme qui les anime, mais aussi le spécialiste qui souhaiterait un état de l’art et des questionnements de la recherche à un moment donné de l’histoire des études. Animés d’une largeur de vue peu égalée ces ouvrages ont su en domaine français, comme le Manuel pratique de philologie romane, trouver un public.

25Ces travaux sur la typologie des genres poétiques médiévaux exemplifient le souci qui animait l’auteur d’embrasser les deux littératures médiévales galloromanes sœurs : occitane et française ; aujourd’hui, on le sait, trop souvent renvoyées dos à dos. Il écrivait à ce sujet que : les « rapports, génétiques ou formels, entre les deux lyriques (française et occitane) et les genres qui les actualisent : [c’est à dire] l’examen de cette dialectique, encore mal définie, étant indispensable à une approche typologique sérieuse » (Bec 1977b, 7). C’est en ce sens qu’il expliquera, dans la très longue introduction du même ouvrage, rappeler au fil de son exposé les œuvres et modèles occitans des genres français autant que nécessaire ; signe de sa conscience des connaissances de son public. Si une grande force de sa typologie des pièces françaises est donc de s’attacher à étudier et à présenter à son lecteur la diversité et les influences et interpénétrations entre traditions lyriques françaises et occitanes, la part laissée à l’étude de l’influence du folklore dans ces traditions est aussi de grand intérêt.

26Et de fait, aucun des genres spécifiques à la classe du grand chant courtois, hérité en domaine d’oïl de la canso occitane et des genres connexes, ne sera étudié dans cette typologie des pièces françaises. Ceux-là relèvent du registre sociopoétique aristocratisant très étudié par ailleurs, et Pierre Bec préfère consacrer son travail à des genres souvent considérés comme plus secondaires ; en l’espèce ceux qui relèvent des registres folklorisant et jongleresque.

27Que l’on ne s’y trompe pas, établir une typologie comme il l’a fait a cela d’extrêmement difficile qu’il existe une dialectique complexe entre la nécessité de se fier dans une certaine mesure à la tradition médiévale pour se garder de l’anachronisme, tout en ayant conscience des limites de sa réflexion métalittéraire. On le sait notamment pour les pièces occitanes, les raisonnements typologiques de classification peuvent occuper des vies de recherche, on pensera à ce propos à la BdT et avant cela aux travaux d’Alfred Pillet et Henry Carstens ou en domaine français de Gaston Raynaud et Hans Spanke. D’autre part, la typologie de certains genres thématiques comme les chansons de croisade, qui recoupe celle d’autres genres comme la chanson de départie, le sirventés, ou la chanson d’ami, font l’objet de monographies complexes qui soulignent précisément les difficultés à déterminer ce qui en fait des genres individués (du reste incontestés) (cf. Dijkstra 1995). Le grand mérite, des travaux de Pierre Bec, est bien sûr de proposer une classification et des explications synthétiques des caractéristiques de chaque genre étudié. C’est aussi, et surtout, je crois, de poser les bonnes questions et de souligner les lignes de force de ces groupements de textes sans entrer, on le comprend aisément, en quelques pages, même denses, pour chacun des genres considérés, dans les subtilités du débat afférant.

28Pierre Bec établit scrupuleusement sa synthèse en repartant des textes, au-delà donc des études et typologies déjà existantes, et cherche dans le fond comme dans la forme à en déterminer les caractéristiques afin de détacher des groupements. Souvent des schémas soulignent la perméabilité des genres et sous genres entre eux ; on le verra avec l’exemple des chansons de croisade.

29Donnant dans son anthologie (vol. 2) une large part aux genres popularisants, qualifiés parfois de parafokloriques, son exposé tente une définition du cadre général de pensée en retenant d’abord du lyrisme médiéval son rapport à la subjectivité, son rapport à un message et son rapport au texte non lyrique. Il distingue dans la lyrique trois registres sociopoétiques : aristocratisant, jongleresque, et folklorisant, ces deux derniers étant repris en un seul : popularisant. Cette répartition dialectique en registres sociopoétiques fait écho à celle qui oppose populaire à savant et roman à latin. Même reposant sur un certain manichéisme, cela constitue au fil de ses études plus un cadre général qu’une interférence réelle dans la classification.

30La typologie en tant que telle s’organise en classes, registres, étiquettes et genres. Les interférences registrales sont très fréquentes en raison des interférences de motifs. Inhérentes à cette poésie de composition et de recomposition, elles inciteraient dans le cadre de l’architecture que Pierre Bec élabore à une limitation de la superstructure au-delà du genre. Ce dernier classe toute la lyrique médiévale dans une organisation complexe dont on ne saisit pas toujours les éléments tangibles de classification, qui auraient nécessité des exposés bien plus étendus. La terminologie est parfois peu claire, et quelques définitions notamment celles de type, auraient constitué un préalable. Ainsi, le type multiforme des chansons de femme et le type chanson de départie n’ont, c’est une évidence, pas le même statut que le type chanson de croisade ; dans ce dernier cas cela recouvre la notion de genre, alors que ce n’est pas le cas à des degrés divers pour les deux premiers. Ces difficultés n’interfèrent pas avec la lecture informative de celui qui y cherchera des informations sur les caractéristiques de tel ou tel genre.

31La typologie se fonde essentiellement sur l’argument des pièces examinées. Cela est vrai même quand il parle de classes à pertinence lyrico-formelle. Organisant toutes les pièces lyriques françaises, il dénombre quatre classes : le grand chant courtois, les genres à pertinence thématique, les genres à pertinence lyrico-formelle, et enfin celle dite littera sine musica. Il n’étudiera en détail que les genres poétiques relevant des classes à pertinence thématique et à pertinence lyrico-formelle ; soit deux sur quatre. Cela exclu les genres de la classe du grand chant courtois, objet des principales interférences entre textes français et textes occitans : la canso troubadouresque, le sirventés, le planh, la tenson et le jeu-parti. Ceux-là ne seront évoqués qu’à travers d’autres genres, comme la multiforme chanson de croisade. De même, les genres de la classe littera sine musica, c'est-à-dire en fait la fin de la lyrique médiévale avec dissociation de la musique et du texte, sont exclus de son étude, par exemple les Vers de la Mort d’Hélinand de Froidmont ou certains poèmes de Rutebeuf.

32Les genres étudiés dans le corps de l’étude puis exemplifiés dans l’anthologie du volume 2 sont donc des genres moins connus ; ceux qui, de toute évidence, relativement ignorés des grandes monographies nécessitaient le plus une étude efficace. Ainsi : la chanson d’ami (ou de jeune fille), la chanson de malmariée, l’aube, la chanson de toile, la pastourelle, la reverdie, le registre pieux, la chanson de croisade, la sotte chanson, la resverie, la fatrasie, la rotrouenge, le lai lyrique et le lai-descort, le lai arthurien, le motet, le rondet de carole, la ballette, le vireli et le virelai, l’estampie. On notera que le registre pieux n’est pas un genre en tant que tel, cela fait partie des quelques anicroches du plan de l’ouvrage.

33Chacun des dix-neuf chapitres ou études de genres poétiques se structurent de la sorte : une bibliographie des principaux travaux sur le genre visé est placée en exergue, viennent ensuite des paragraphes numérotés et éventuellement des intertitres. Parmi ceux-là sont courants ceux qui visent l’archéologie du genre ou ses suites, les interférences et, en tant que telle, la typologie. À travers l’exemple de son traitement d’un genre à l’individuation fort complexe, la chanson de croisade, on tentera ici de rendre compte de la méthode.

34Ce genre, exemplifié à travers des textes aux thématiques et formes variées, constitue une gageure pour la classification de Pierre Bec ; il le dit « la chanson de croisade est sans doute, […], un des cas les plus intéressants d’interférences registrales » (Bec 1977b, 151). Là où donc les registres se mélangent, là où un genre poétique en tant que tel se compose de pièces de différents genres. Ainsi il s’accroche à deux classes : celle du grand chant courtois (1), et celle des genres à pertinence thématique (2), au sein desquels la chanson de croisade peut avoir l’apparence formelle d’une canso troubadouresque (1) ou d’un sirventés (1), d’une chanson de croisade en tant que chanson de femme au sein du registre du « je » lyrique (2’), d’une chanson de croisade du registre pieux à pertinence thématique (2’’) ou du registre pieux à pertinence lyrico-formelle en tant que chanson à la Vierge (2’’’). Cette difficulté à identifier les caractéristiques de ce genre n’est bien sûr pas propre à Pierre Bec et tous ceux qui s’y essaient les rencontrent. (cf. Bédier/Aubry 1909, Dijkstra 1995)

35En effet, la chanson de croisade en tant que genre n’existe pas pour ses contemporains, elle est une composition circonstancielle qui va revêtir les oripeaux favoris de tel auteur, au début du moins, qui adoptera la forme lyrique la plus propice à la nature et la portée de son message. Ainsi, pas de surprise à ce que la canso serve à la départie, ou que l’exhortation comme la contestation soit liée au sirventés. Le grand mérite de Pierre Bec est au contraire de parvenir de manière remarquable à signaler la complexité de la matière ; sa classification et la perspective historisante adoptées permettent de suivre le développement du genre au fil des expéditions et de leurs rebondissements.

36Face à cette difficulté, il retrace d’abord l’histoire de ce genre liés aux grandes émotions, sorte de réaction lyrique (Bec 1977b, 151), et classe ensuite les pièces françaises en fonction des croisades et dans la chronologie de Bédier (laissant de côté les pièces occitanes pour lesquelles il renvoie à la Poésie lyrique des troubadours de Jeanroy). Enfin, il détaille la typologie du genre et termine son exposé par un schéma pour représenter les interférences. Il rappelle les différents types d’auteurs : propagandistes des expéditions, croisés combattants, les registres aristocratisant ou popularisant et les genres traditionnels employés pour évoquer la croisade et ses conséquences idéologiques, guerrières, ou amoureuses.

37Le développement sur la chanson de croisade tient sur huit pages. Il adopte bien le point de vue d’une description des conditions d’apparition du genre et de son développement en synchronie et en diachronie, permettant au lecteur d’obtenir une vue d’ensemble, cohérente et pensée, sans en voiler les questionnements.

38Quelques mots pour conclure. En plus d’offrir à son lecteur un exposé savant, cette contribution de Pierre Bec à une typologie des genres poétiques médiévaux sait ne pas lisser les aspérités de la mise en système. Ce grand philologue qui a tant œuvré pour les études occitanes avait à cœur, il ne faut pas l’oublier, d’embrasser les deux productions lyriques médiévales galloromanes d’un même regard, et il savait y distinguer convergences et phénomènes propres. Romaniste, occitanisant de la première heure théoricien et enseignant, son œuvre de systématicien demeure inégalée.

Haut de page

Bibliographie

Abrate, Laurent, 2001, Occitanie 1900-1968, des idées et des hommes : l'émergence et l'histoire de la revendication occitane, Puylaurens, Institut d’estudis occitans.

Bailly, Anatole, 200022, Dictionnaire grec-français, Paris, Hachette.

Bartsch, Karl, 18804, Chrestomathie provençale, accompagnée d'une grammaire et d'un glossaire, Elberfeld, Friderichs.

Bartsch, Karl, 18753, Chrestomathie de l’ancien français (VIIIe-XVe siècles), accompagnée d'une grammaire et d'un glossaire, Leipzig, Vogel.

Bec, Pierre, 1992, Écrits sur les troubadours et la lyrique médiévale (1961-1991), s.l., Paradigme.

Bec, Pierre, 1991, « Comment peut-on être Gascon ? ou D’un bureau de poste à la linguistique », in : Wege in der Sprachwissenschaft. Vierundvierzig autobiographische Berichte. Festschrift für Mario Wandruszka, herausgegeben von Hans-Martin Gauger und Wolfgang Pöckl, Tübingen, G. Narr, (Tübinger Beiträge zur Linguistik, 362), 44-48. – Repris dans : Per un païs... Écrits sur la langue et la littérature occitanes modernes, Poitiers, Institut d’études occitanes de la Vienne, 2002, 13-17.


Bec, Pierre, 1989, « Pour une typologie de la balada occitane. À propos de la pièce Qant lo gilos er fora », Hommage à Jean-Charles Payen, Presses universitaires de Caen, 53-65.

Bec, Pierre, 1988, « Lyrique et narrativité : à propos de la Nouvelle du Papagai », introduction à Las Novas del Papagai d’Arnaut Carcassés, Mussidan : Fédérop, 7-26.

Bec, Pierre, 1986, « Du son poétique médiéval à la lettre du pseudo-exégète », Cahiers de civilisation médiévale, XXIX, 243-255.

Bec, Pierre, 1982, « Le problème des genres chez les premiers troubadours », Cahiers de civilisation médiévale, XXV, 1, 31-47.

Bec, Pierre, 1979a, Anthologie des troubadours. Textes choisis, présentés et traduits par Pierre Bec, avec la collaboration de Gérard Gonfroy et de Gérard Le Vot. Édition bilingue. Paris, Union générale d’éditions.

Bec, Pierre, 1979b, « Protohistoire et typologie de la langue occitane » ; « Constitution de l’Occitanie littéraire et véhiculaire » in : Histoire d’Occitanie, dir. André Armengaud et Robert Lafont, Paris, Hachette Littérature, 1979, 110-127 ; 256-278. Repris, sous le titre « Constitution d’un occitan littéraire et véhiculaire », in : Écrits sur les troubadours..., 1992, 11-34.


Bec, Pierre, 1978a, « La chanson de malmariée du moyen âge à nos jours. Essai de typologie diachronique », Via Domitia, XIV, numéro spécial Hommage à Jean Séguy, 139-163.

Bec, Pierre, 1978b, La Lyrique française au Moyen Âge (XIIe-XIIIe siècles). Contribution à une typologie des genres poétiques médiévaux. Vol. 2 : Textes, Paris, Picard.

Bec, Pierre, 1977a, Anthologie de la prose occitane du moyen-âge (XIIe-XVe siècles). Textes avec traduction, une introduction et des notes. Vol. I : Vidas e razons, chroniques et lettres, prose narrative, Avignon, Aubanel.

Bec, Pierre, 1977b, La Lyrique française au Moyen Âge (XIIe-XIIIe siècles). Contribution à une typologie des genres poétiques médiévaux. Vol. 1 : Études, Paris, Picard.

Bec, Pierre, 1973a, « L’aube française Gaite de la Tor : pièce de ballet ou poème lyrique ? », Cahiers de civilisation médiévale, XVI, 1, 17-33.

Bec, Pierre, 1973b, Manuel pratique d’occitan moderne, Paris, Picard.

Bec, Pierre, 1970-1971, Manuel pratique de philologie romane, Paris, Picard, 2 vols.

Bec, Pierre, 1970a, Nouvelle anthologie de la lyrique occitane du moyen âge. Initiation à la langue et à la poésie des troubadours, Avignon, Aubanel.

Bec, Pierre, 1970b, « Quelques réflexions sur la poésie lyrique médiévale. Problèmes et essai de caractérisation », Mélanges offerts à Rita Lejeune, Gembloux, Duculot, 1309-1329.

Bec, Pierre, 1968, Les interférences linguistiques entre gascon et languedocien : dans les parlers du Comminges et du Couserans ; essai d'aréologie systématique, Paris, PUF, 2 vol., Publications de la Faculté des lettres et sciences humaines de Poitiers ; 5.

Bec, Pierre, 19631, 20007, La langue occitane, Paris, PUF (coll. Que sais-je ?, n° 1059).

Bec, Pierre, 1961, « Pour un essai de définition du salut d’amour », Estudis Romànics, IX, 191-201.

Bec, Pierre, 19541, 19664, Petite anthologie de la lyrique occitane du moyen âge, Avignon, Aubanel.

Bédier, Joseph, Aubry, Pierre, 1909, Les chansons de croisade avec leurs mélodies, Paris, Champion / Université de Provence; reprint: Genève, Slatkine, 2011.

Bigot, A., 1962, Obro lengadouciano : Li bouton di gueto – Li bourgadièiro – Li fueio toumbado – Li flou d’ermas – obro postumo, édition du centenaire de « Li bourgadièiro », publiée sous la direction de Sully-André Peyre, Nîmes, Louis Salle.

Camprós, Carles, 1970, Pèire Cardenal. Tròces causits amb una intoduccion e de nòtas per Carles Camprós, Montpelhier, Centre d’estudis occitans, Facultat de Letras, « los pichons classics occitans, 2 ».

Chambon, Jean-Pierre, 2015, « Quelques réflexions sur l’état présent des études occitanes (textes, dictionnaires, grammaires) », in : Nouvelles recherches en domaine occitan : approches interdisciplinaires. Colloque de l’Association internationale d’études occitanes, Albi 11&12 juin 2009, Pfeffer, Wendy / Thomas, Jean (éd.), Turnhout, Brepols, « Publications de l’Association Internationale d’Études Occitanes, X », 27-37.

Chambon, Jean-Pierre, 2010, « Une affaire majeure des Grands jours de Jean Boudou : la liquidation du trobar. Pour une lecture laïque du chapitre I, 6 (“Dios lo volt !”) », Revue des langues romanes 115 (2010), 485-579.

Chambon, Jean-Pierre, 2014, « Enracinement / déracinement de l'idiolecte boudounien ("Sus la mar de la galèras" et "Lo libre dels grands jorns") », Los que fan viure e treslusir l'occitan : actes du Xe Congrès de l'AIEO, Béziers, 12-19 juin 2011 / édités par Carmen Alén Garabato, Claire Torreilles et Marie-Jeanne Verny.

Dijkstra, C., 1995, La chanson de croisade, étude thématique d’un genre hybride, thèse de Doctorat, Université d’Amsterdam (non publiée).

Dragonetti, Roger, 1960, La technique poétique des trouvères dans la chanson courtoise. Contribution à l’étude de la rhétorique médiévale, Bruges, De Tempel.

Dragonetti, Roger, 1982, Le Gai savoir dans la rhétorique courtoise. Flamenca et Joufroi de Poitiers, Paris, Seuil.

Ducrot, Oswald / Todorov, Tzvetan / Sperber, Dan / Safouan, Moustafa / Wahl, François, 1968, Qu’est-ce que le structuralisme ?, Paris, Seuil.

Duval, Frédéric, 2011, « Conflit d’interprétations : typologie des facteurs de choix éditoriaux », Colloque Les enjeux intellectuels des pratiques d’édition, tenu à Paris les 4, 5 et 6 mai 2011, Institut des traditions textuelles, CNRS FR 33.

FEW = Wartburg, Walther von, 1922-2002. Französisches Etymologisches Wörterbuch. Eine darstellung des galloromanischen sprachschatzes, 25 vol., Leipzig/Bonn/Bâle, Schroeder/Klopp/Teubner/Helbing & Lichtenhahn/Zbinden.

Frank, István, 1952, Troubadours et Minnesänger. Recueil de textes pour servir à l’étude des rapports entre la poésie lyrique romane et le Minnesang au XIIe siècle, Saarbrücken, Presses de l’Université de la Sarre.

Frank, István, 1966, Répertoire métrique de la poésie des troubadours, Paris, Honoré Champion.

Frappier, Jean, 1966, La poésie lyrique française aux XIIe et XIIIe. Les auteurs et les genres, Paris, C.D.U.

Glessgen, Martin-Dietrich, 2008, Linguistique romane. Domaines et méthodes en linguistique française et romane, Paris, Armand Colin.

Hasenohr, Geneviève, 1979, « Pierre Bec. La lyrique française au Moyen Age (XIIe- XIIIe siècles). Contribution à une typologie des genres poétiques médiévaux. Tome I : Études. Tome II : Textes. Paris, Picard, 1977-1978. In -8°, 246 et 195 pages. », Bibliothèque de l'école des chartes, 137, 1, 103-104.

Huchet, Jean-Charles, 1983, « Obscénité et fin’amor (Le comte de Poitiers, premier troubadour) », Revue des langues romanes, LXXXVIII, 243-266.

Huchet, Jean-Charles, 1985, « L’‘amor de lonh’ du grammairien », Médiévales, 9, 64-79.

Iliescu, Maria / Roegiest, Eugeen, 2015, Manuel des anthologies, corpus et textes romans, Berlin, De Gruyter.

Jauss, Hans Robert, 1970, « Littérature médiévale et théorie des genres », Poétique, 1, 79-101.

Jeanroy, Alfred, 1934, La poésie lyrique des troubadours, 2 vol., Toulouse, Paris, Privat, Didier.

Klingebiel, Kathryn, 1986, Bibliographie linguistique de l’ancien occitan (1960-1982), Hamburg, h. Buske.

Klingebiel, Kathryn, 1999, Bibliographie linguistique (1983-1997) de l’ancien occitan, Birmngham, University of Birmingham, AIEO.

Klingebiel, Kathryn, 2012, Bibliographie linguistique de l’occitan médiéval et moderne (1987-2007), Turnhout, Brepols.

Kuentz, Pierre (dir.), 1970, « L’histoire de la littérature », Langue française, numéro thématique « la description linguistique des textes littéraires », 7, sept. 1970, 14-19.

Lafont, Robert, 1967, La phrase occitane. Essai d’analyse systématique, Paris, PUF.

Lafont, Robert, 1968, Sur la France, préface de Jacques Madaule, Paris, Gallimard.

Lafont, Robert, 1970, Renaissance du Sud. Essai sur la littérature occitane au temps de Henri IV, Paris, Gallimard.

Lafont, Robert, 1968, Francés de Corteta, tròces causits amb un assaber istoric, biografic e literari, e de nòtas per Robèrt Lafont, s. l., Lo libre occitan, « los pichons classics occitans, 1 ».

Lafont, Robert, 1971, L’ortografia occitana – Sos principis, C. E. O., Universitat de Montpelhièr.

Lafont, Robert, 1973, Lettre ouverte aux Français d’un Occitan, Paris, Albin, Michel.

Lafont, Robert, 1987, « Deux littératures successives ? Questions de méthodologie », in P. T. Ricketts (éd.), Actes du premier congrès international de l’Association internationale d’études occitanes, Londres, AIEO, Westfeld College, 13-34.

Lafont, Robert dir., Le Sud et le Nord, dialectique de la France, Toulouse, Privat, 1971.

Lafont, Robert / Anatole, Christian, 1970, Nouvelle histoire de la littérature occitane, Paris, PUF, 2 vol.

Lavaud, René, 1957, Poésies complètes du troubadour Peire Cardenal (1180-1278) publiées par René Lavaud avec Texte, Traduction, Commentaire, Analyse des Travaux antérieurs, Lexique, Toulouse, Privat.

Maillard, Jean, 1978, « Pierre Bec. — La lyrique française au moyen âge (XIIe-XIIIe s.). Contribution à une typologie des genres poétiques médiévaux. I : Études. Paris, 1977, 8°, 248 pp. (« Publ. du C.É.S.C.M. de l'Univers. de Poitiers », 6) », Cahiers de civilisation médiévale, 21, 82, 159-161.

Martel, Philippe, 2007, « Histoires d’Occitanie », Revue d’Alsace 133, 217-243. URL : http://alsace.revues.org/1475 ; DOI : 10.4000/alsace.1475

Mölk, Ulrich, Wolfzettel, Friedrich, 1972, Répertoire métrique de la poésie lyrique française des origines à 1350, Munich, Fink.

Oeding, Friedrich, Das altfranzösische Kreuzlied, Braunschweig, Druck von H. Oeding, 1910.

Pfeffer, Wendy, 2011, Bibliographie de la littérature occitane : trente années d’études (1977-2007), Turnhout, Brepols.

Pic, François, à paraître, « Essai de bibliographie de l’œuvre scientifique et littéraire de Pierre BEC (1921-2014), Cahiers de civilisation médiévale.

Pic, François, 2007, « La démarche anthologique dans le processus de constitution de la Littérature occitane », in : Czernilofsky, Barbara / Roviró, Bàrbara / Cichon, Peter/ Hoinkes, Ulrich / Tanzmeister, Robert (Hg.) : El discurs sociolingüístic actual català i occità | Lo discors sociolingüistic actual catalan e occitan. Coŀloqui amb motiu del 60 aniversari de Georg Kremnitz | Collòqui a l’ocasion del 60en aniversari de Georg Kremnitz, 29-80.

Pic, François, 1999, « Bibiographie de Jacques Boisgontier », Revue des langues romanes 103, 207-212.

Pillet, Alfred, 1933, Bibliographie der Troubadours, ergänzt, weitergeführt und herausgegeben von H. Carstens, Halle, Niemeyer.

Raynaud, Gaston, et Spanke, Hans, 1955, Bibliographie des altfranzösischen Liedes, neu bearbeitet und ergänzt von Hans Spanke, Teil, Leyde.

Raynaud de Lage, Guy, Manuel pratique d’ancien français, Paris, Picard, 1964.

Romieu, Loïs, 1970, La Jarjalhada amb una introduccion e de nòtas per Gaston Basalgas e Felip Gardy, Montpelhièr, Centre d’estudis occitans, Universitat Paul-Valery, « los pichons classics occitans, 8 ».

Rouquette, Yves, 2013, EN OCCITAN, Une histoire buissonnière de la littérature d’oc, Valence d’Albigeois, Vent Terral.

Séguy, Jean, 1970, « Lafont (Robert), La phrase occitane. Essai d'analyse systématique (publications de la faculté des lettres et sciences humaines de Montpellier, XXVIII, Paris, P.U.F., 1967) » Annales du Midi : revue archéologique, historique et philologique de la France méridionale, tome 82, n°97, pp. 203-204. url : www.persee.fr/doc/anami_0003-4398_1970_num_82_97_4667_t1_0203_0000_2

Séguy, Jean, 1970, « Bec (Pierre), Les interférences linguistiques entre gascon et languedocien dans les parlers du Comminges et du Couserans (Publications de la Faculté des Lettres et sciences humaines de Poitiers n° V, Paris P.U.F., 1968) », Annales du Midi : revue archéologique, historique et philologique de la France méridionale, tome 82, n°97, 1970. pp. 204-206.

Stein, Peter / Winkelmann, Otto, 2001, « Typen von Chrestomathien und Anthologien », in: Holtus, Günter / Metzaltin, Michael / Schmitt, Christian (éd.), Lexikon der Romanistischen Linguistik (LRL), vol. I, 2: Methodologie (Sprache in der Gesellschaft/Sprache und Klassifikation/Datensammlung und verarbeitung)/ Méthodologie (Langue et société/Langue et classification/ Collection et traitement des données), Tübingen, Niemeyer, 944-984.

Todorov, Tzvetan, 1972, « Introduction à la symbolique », Poétique. Revue de théorie et d’analyse littéraires, numéro thématique « puissances du langages », 11, 273-308.

Torreilles, Claire, 2009, « Les premières anthologies occitanes et l’ouverture d’un champ littéraire », in : Gardy, Philippe / Verny, Marie-Jeanne éd., Max Rouquette et le renouveau de la poésie occitane : La poésie d’oc dans le concert des écritures poétiques européennes (1930-1960), Presses universitaires de la Méditerranée. doi :10.4000/books.pulm.435

Zumthor, Paul, 1972, Essai de poétique médiévale, Paris, Seuil.

Zumthor, Paul, 1963, Langue et techniques poétiques à l’époque romane, Paris, Klincksieck.

Haut de page

Notes

1 On verra l’excellent article bibliographique sur l’œuvre scientifique et littéraire de Pierre Bec par François Pic à paraître aux Cahiers de civilisation médiévale ; aimablement communiqué par l’auteur avant sa parution.

2 Bec (1970-1971 vol. 1, 7) déclare d’ailleurs « Le présent livre constitue à nos yeux le complément utile de notre Nouvelle anthologie de la lyrique occitane du moyen âge, parue il y a quelques années ».

3 Pierre Bec accordait de l’importance au fait d’avoir consacré trente années de sa vie à l’étude de la lyrique des troubadours et aux genres connexes. C’est à ce titre notamment qu’il s’autorisera une saillie contre la « grapho-critique » psychanalysante et lacanisante ayant cours au début des années 1980, notamment contre Dragonetti (1982) et Huchet (1983 et 1985), reprochant à cette approche alors nouvelle et loin de toute « censure philologique » une absence de méthode et de connaissance objective de la tradition lyrique médiévale qu’elle prétendait étudier. Voir (Bec 1986, 243). On notera que ce texte polémique n’est pas retenu dans son recueil d’articles de 1992. C’est, en ce qui me concerne, dans ce texte que je trouve l’acuité de l’esprit critique de Pierre Bec la plus stimulante.

4 Martin-Dietrich Glessgen qualifie ainsi le manuel de Pierre Bec d’« irremplaçable en ce qu’il présente des textes commentés dans les différentes langues romanes ». (Glessgen 2008, 8 et 35)

5 Dans tous ces volumes en effet, Pierre Bec a eu à cœur de présenter à son lecteur des textes en langue, pour exemplifier le genre et la langue qui font l’objet de l’étude, on pourrait aussi penser à son anthologie de la prose occitane du Moyen-Âge (Bec 1977a).

6 Un texte que précédait (Zumthor 1963).

7 Je reconstitue la chronologie de ses grands travaux de systématique et manuelistique de la période ainsi : 19541 Petite anthologie de la lyrique occitane du moyen âge (Aubanel) ; 1963 La langue occitane (PUF, coll. Que sais-je ?, n° 1059); 1968 Les interférences linguistiques entre gascon et languedocien : dans les parlers du Comminges et du Couserans ; essai d'aréologie systématique (PUF) [publication d’une thèse dirigée par Pierre Fouché et soutenue en 1959] ; 1970 « Quelques réflexions sur la poésie lyrique médiévale. Problèmes et essai de caractérisation », (Duculot, Mélanges Lejeune) ; 1970 Nouvelle anthologie de la lyrique occitane du moyen âge. Initiation à la langue et à la poésie des troubadours (Aubanel) ; 1970-1971 Manuel pratique de philologie romane (Picard) ; 1973 Manuel pratique d’occitan moderne (Picard) ; 1977, Anthologie de la prose occitane du moyen-âge (XIIe-XVe siècles). Textes avec traduction, une introduction et des notes. Vol. I : Vidas e razons, chroniques et lettres, prose narrative (Aubanel) ; 1977-1978 La Lyrique française au Moyen Âge (XIIe-XIIIe siècles). Contribution à une typologie des genres poétiques médiévaux. Vol. 1 : Études, Vol. 2 : Textes (Picard) ; 1979, Anthologie des troubadours. Textes choisis, présentés et traduits par Pierre Bec, avec la collaboration de Gérard Gonfroy et de Gérard Le Vot. Édition bilingue, Paris, Union générale d’éditions.

8 Sur la publication des deux thèses de Lafont et Bec, respectivement en 1967 et 1968, on pensera aux deux comptes rendus élogieux de Jean Séguy dans les Annales du Midi (1970).

9 On verra la mise au point de Wahl, Ducrot et Todorov, in : O. Ducrot, T. Todorov, D. Sperber, M. Safouan, F. Wahl, (1968, 7-12, 13-96, 97-166).

10 Voir Pic (2007) et Torreilles (2009). On verra la mise au point, et le relevé bibliographique dans Iliescu/Roegiest (2015), et la problématisation de Stein/Winkelmann (2001).

11 Chaque genre ou type de textes bénéficiant d’études spécifiques, on pourra voir pour l’occitan les travaux recensés dans Klingebiel (1986 ; 1999 ; 2012) et Pfeffer (2011).

12 Voir la mise au point de Martel (2007).

13 Je laisse ici de côté, pour un propos plus serré, la question du militantisme politique ou proprement associatif (notamment avec les figures essentielles des frères Rouquette-Larzac). Et ce, bien que Pierre Bec ait été Président de l’Institut d’Études Occitanes lorsqu’il publie en 1973, toujours chez Picard à Paris, son Manuel pratique d’occitan moderne.

14 Le corollaire est un militantisme culturel et politique plus large que je n’aborderai pas ici. On verra la thèse de Laurent Abrate (2001).

15 Je cite ici Pierre Bec à la première page de l’introduction de son Que sais-je ? sur la langue occitane (1963, 5).

16 L’idée d’occitan comme langue ethnique, opposant les ethnotypes français et occitans pour la France (et sans se restreindre à ces deux-là) est alors la terminologie en cours (voir Lafont dir., 1971, Lafont 101-136). Celle-ci a pris la suite de celle de race, et sans qu’il faille y voir autre chose que la recherche alors en cours d’une terminologie neutre (cf. Bec 1963, 6).

17 Relevons ainsi, pour l’exemple, dans los pichons classics occitans :
n°1 Francés de Corteta, tròces causits amb un assaber istoric, biografic e literari, e de nòtas per Robèrt Lafont (publié par « lo libre occitan » (cf. 1ère de couverture) [LLO] et imprimé par l’imprimerie Barnier à Nîmes (1968).
n°2 Pèire Cardenal, tròces causits amb una introduccion e de nòtas per Carles Camprós (publié par le « Centre d’estudis occitans de montpelhièr » (cf. 1ère de couverture) [CEO] et imprimé par l’imprimerie Subervie à Rodez en 1970). La mise en graphie normalisée est faite par J. Boisgontier. Cette activité de mise en graphie (à distinguer de la normalisation de la langue) serait à étudier, ici en collationnant l’édition Lavaud, qui sert de base, au texte publié.
n°8 Loïs Romieu, La Jarjalhada amb una introduccion e de nòtas per Gaston Basalgas e Felip Gardy (publié par le « centre d’estudis occitans montpelhièr » (cf. 1ère de couverture) [CEO] et imprimé par l’imprimerie Subervie à Rodez en 1970).
Pour ces trois exemples, les deux premiers portent en quatrième de couverture un texte de présentation de la collection rédigé en languedocien standard (celui que Bec 1973, 1 qualifie d’« occitan de référence ou occitan standard (à base de languedocien) », voir aussi la p. 62) dont la seule variante relevée à la collation, hors justification du texte qui varie d’un typographe à l’autre, est la disparition de l’italique du premier au deuxième. Dans un cas, en italique, la mention visait la collection, et dans l’autre les ouvrages en tant que tels. On remarquera sur cette quatrième de couverture la tonalité de mots et de formules tels que « porta[r] testimòni » – pour mémoire, la Bonne Nouvelle, l’évangile au sens de l’étymon grec, se diffuse aussi sur l’exemple de ses martyres, du grec μαρτυρέω <être témoin, rendre témoignage> (Bailly 2000, 1228 a), la volonté affirmée de s’adresser à « totes los qu’aiman las letras e la civilizacion occitanas » et de leur donner à lire « çò melhor de la produccion dels escrivans » afin, au nom de l’ « umanisme » et de la « libertat », de rendre sa « vida » à la « cultura d’òc » et de faire en sorte que l’Occitan n’ait pas à « renonciar a la part mai prigondament autentica de son arma ». Au fond, on écrit là par un héritage littéraire choisi, le roman national occitan face au roman national français. Voir à ce sujet ce que dit Yves Rouquette dans sa chronique occitaniste du 9 février 1974 (sa première !) qui parait dans la Dépêche du Midi au sujet de la publication de morceaux choisis de la Chanson de la Croisade albigeoise par Charles Camproux dans la collection des pichons classics en 1972 (Rouquette 2013, 9-10). Que l’on ne s’y trompe pas, l’initiative de ces classics est extrêmement louable à mes yeux. On notera de même l’échantillonnage des auteurs, les institutions, les lieux d’éditions, la personnalité des éditeurs scientifiques de cette collection attachée à l’université de Montpellier etc. Cette collection comme les textes qu’elle transmet, et leur canonisation au sens vulgaire comme philologique, mériterait une étude approfondie. Comme Quatre Vertats, il s’agit là d’un objet d’étude clos et de première importance, qui se prête à l’analyse et dont l’étude métahistorique serait d’une grande utilité à notre science. Enfin, ce qui est plus contestable, et mérite aussi étude, ces petits classiques, d’abord destinés à évangéliser les masses occitanes de la bonne nouvelle de la Renaissance, vont être utilisés comme édition de référence pour les travaux scientifiques de certains de leurs auteurs, par exemple Lafont (dir. 1971, Lafont 127) faisant référence à Francés de Corteta publié aux pichons classics. Sur l’occitan <arma> voir FEW, 24, 581-588 <anima> (J.-P. Chambon) et Chambon (2010, 563, n. 188) et (2014).

18 Ô ! arcadie, entre Toulouse et Montpellier… (Bec 1970a, 87).

19 Par ailleurs, et c’est symptomatique de sa propre démarche malgré les progrès des éditions de textes qu’il signale (p. 5), Bec cite (avant sa toilette des textes) d’après la Chrestomathie de Bartsch.

20 Voir François Pic, « Bibliographie de Jacques Boisgontier », Revue des langues romanes 103, 1999, 207.

21 C’est là une première renaissance sous le signe d’une déliquescence d’un âge auquel il ne consacre qu’une sous-partie du chapitre III sur l’ancien occitan. Pierre Bec signale dans l’introduction (1963, 7) que deux chapitres seront consacrés à la langue occitane comme « objet de science, puis les deux suivants, comme objet de culture. Ce sont ces deux derniers qui nous intéressent ici : 1. L’ancien occitan. 2. L’occitan moderne.

22 Affirmons-le, il n’y a rien de réellement pédagogique à normaliser les textes médiévaux ou modernes. Les étudiants (et les autres), au lieu de développer les bonnes pratiques et bonnes méthodes pour leurs lectures se voient privés d’une part essentielle des études philologiques et de médiévistique. Cela vaut pour l’occitan comme pour le français. Quoi que l’on en dise, quel intérêt de lire Bernart de Ventadorn ou Antòni Bigot dans la graphie alibertine ou mistralienne ? On pensera ici à Bernard de Ventadour publié par Bec (1970a, 186-193), et à A. Bigot publié par Sully-André Peyre (1962). Sur cette orientation ad lectorem editionis, on pensera entres autres à Duval 2011.

23 Cf. par exemple Lafont (1973, 55-56, 79) ; Bec (1963, 76-77) ; ou Camprós (1970, 15).

24 Nous avons recherché les notes de ces normalisations de la graphie dans toutes les pages du manuel, pour toutes les langues traitées, seul est concerné le groupe linguistique « occitano-roman » avec ses exemples d’occitan, de catalan, et de gascon (Bec 1970-1971, 1, oc. 409, cat. 472, gasc. 517). On notera même, ironiquement, que le français médiéval a droit à la présentation de textes dialectaux. La pratique de l’occitaniste contamine donc sa pratique scientifique en des lieux où l’on ne peut plus soupçonner un lecteur non averti.

25 Sur l’influence de la linguistique structurale d’origine saussurienne sur la rédaction de son manuel, on songera au fait que la note de la page de titre de la Première partie « Introduction linguistique » indique que la « terminologie linguistique » utilisée dans l’ouvrage peut-être éclairée par l’usage d’« une grammaire structurale simple, comme par exemple : J. Peytard et E. Genouvrier, Linguistique et enseignement du français, Paris (Larousse), 1970, 285 pp. » (Bec 1973, 13).

26 Je rappelle que Robert Lafont a témoigné de son expérience d’examinateur de l’épreuve d’occitan au Baccalauréat (Lafont, 1973, 38-43).

27 Los pichons classics occitans, 1 et 2, quatrième de couverture : Francés de Corteta (Lafont), et Pèire Cardenal (Camproux).

28 Nous avons recueilli plusieurs témoignages au sujet de l’enseignement portant sur la Chanson de la Croisade albigeoise d’après le texte publié dans les Pichons classics à Montpellier, alors même que l’édition de Martin-Chabot était parue et disponible.

29 Sur la nécessité perçue par les responsables associatifs et universitaires du renaissantisme occitan de ces années-là de se doter de manuels et d’accès aux textes littéraires occitans, voir le témoignage sur le vif des chroniques d’Yves Rouquette de 1974 à 1982 (Rouquette 2013).

30 J’ai eu le plaisir de discuter avec Michel Zink en février 2017 lors de sa venue à Liège, de cette influence du folklore, ou de la littérature orale, sur les travaux de Pierre Bec comme signe de son inscription dans un contexte intellectuel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marjolaine Raguin-Barthelmebs, « Pierre Bec et sa contribution à une typologie des genres lyriques médiévaux, questions d’histoire des sciences et d’épistémologie, entre structuralisme et pratique occitaniste. », Lengas [En ligne], 82 | 2017, mis en ligne le 15 novembre 2017, consulté le 20 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/lengas/1383  ; DOI : 10.4000/lengas.1383

Haut de page

Auteur

Marjolaine Raguin-Barthelmebs

Marie-Curie COFUND Fellow, Université de Liège

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals