Navigation – Plan du site

Quelques notes sur Pierre Bec éditeur critique du texte occitan médiéval 

Gilda Caiti-Russo

Résumés

La manière d’éditer un texte occitan médiéval relève quelque part du portrait scientifique. Objet de la thèse secondaire de Pierre Bec ayant pour titre Saluts d’amour du troubadour périgourdin Arnaut de Maruelh, l’édition philologique permet de voir que le traitement de l’occitan ancien profite des connaissances acquises dans l’étude de la variation diatopique de l’occitan contemporain, objet de la thèse principale bien plus connue et innovante Les Interférences linguistiques entre gascon et languedocien dans les parlers du Comminges et du Causerans. À l’inverse le fonctionnement de l’occitan médiéval permet d’anticiper par la notion de protosystème, le fonctionnement diasystématique de la graphie de l’occitan d’aujourd’hui.

Haut de page

Texte intégral

1Au lieu du terme d’ « éditeur critique » qui figure dans le titre de cette contribution, il aurait été possible d’utiliser un autre terme qui présente l’avantage considérable d’avoir été directement employé à plusieurs reprises par Pierre Bec pour parler de son travail. Ce terme, on le devine, est bien celui, aujourd’hui quasiment démodé, de « philologue ». Dans son introduction aux Mélanges Bec, Gabriel Bianciotto parle en effet du choix précoce parmi de nombreux espaces d’intérêt « d’une dominante philologique et linguistique qui, dans l’ensemble des langues romanes, donne la prééminence à l’occitan ancien et moderne » (Bianciotto 1991, 12). J’aimerais justement m’arrêter d’abord sur le terme de « philologue » pour arriver ensuite à celui d’ « éditeur critique », que j’ai fini par choisir pour le titre de cet article, en me limitant bien sûr au domaine médiéval qui est mon domaine de spécialité.

2La philologie, strictu sensu, c’est à dire l’établissement du texte à partir d’une tradition manuscrite, est parfois considérée comme une étape certes nécessaire et préalable à l’étude des textes sur laquelle il faut passer rapidement de peur d’ennuyer ses interlocuteurs. Cette définition rapide n’est cependant pas suffisante car c’est précisément lorsqu’on aborde l’œuvre de Pierre Bec qu’on se rend compte du point auquel la philologie permet de fixer à l’étude du texte un cadre méthodologique rigoureux qui assure la plus grande liberté de recherche et de progression scientifique.

3En réalité Pierre Bec répond exactement au profil du philologue européen classique tel qu’il avait déjà esquissé par Emmanuel Kant pour qui la philologie est « la connaissance critique des langues et des textes. » (Várvaro 2012, 2).

4En effet Bec soutient ses deux thèses de doctorat en même temps en 1959 : la célèbre thèse de dialectologie sur Les Interférences linguistiques entre gascon et languedocien dans les parlers du Comminges et du Causerans et aussi une thèse de philologie proprement dite, c’est à dire l’édition critique du corpus des Saluts d’amour du troubadour périgourdin Arnaut de Maruelh. Cette double initiative scientifique n’est pas le fruit du hasard, comme nous le verrons. La deuxième thèse ou thèse complémentaire, rédigée sous la direction de Jean Boutière, à Paris, est un travail d’établissement du texte où les pièces lyriques éditées ont été systématiquement revues à partir des manuscrits qui nous les transmettent. Le choix des leçons en cas de varia lectio est toujours argumenté tout comme les corrections proposées intervenant seulement lorsque « aucune interprétation n’était possible » (Bec 1961, 10-11).

5Les saluts ont été définis par Raynouard comme des « épîtres adressées à une dame par son amant ou par celui qui désire le devenir » : poésie épistolaire figurant dans un breu de pergamina, il s’agit en réalité de lettres de parchemin non enroulées mais pliées, comme le montre Paul Meyer à la suite d’un passage célèbre du roman de Flamenca où les deux protagonistes, séparés, communiquent par cet intermédiaire (Meyer 1867, 124).

6Nous pouvons remarquer que, dans l’apparat critique, toutes les variantes des textes sont données, même lorsqu’il s’agit de variantes purement graphiques. Bec insiste d’ailleurs là-dessus dans son introduction. Cette richesse d’apparat critique n’est pas évidente du tout pour l’éditeur critique d’un texte médiéval de l’époque. Encore aujourd’hui il n’est pas rare qu’un éditeur se sente obligé de justifier en introduction le dédoublement de son apparat critique pour différencier les variantes dites usuellement « de substance » des variantes graphiques (Gambino 2009, passim). L’édition de Bec est une édition érudite où les variantes graphiques ne sont pas juste mentionnées mais finalement étudiées. Nous pouvons donc voir ici en action le linguiste qui considère les textes littéraires avant tout comme les documents d’un état de la langue qu’il faut respecter dans l’intérêt même de l’établissement du texte.

1. Les « salutz » 

1.1 La graphie

7Les trois exemples choisis sont tirés du commentaire au premier salut d’Arnaut de Maruelh, Dona, genser qe no sai dir (Bec 1961, 71-95).

8Prenons le premier cas :

Las vostras belas sauras cris
e.l vostre fron pus blanc que lis

[Vos beaux cheveux blonds et votre front plus blanc que fleur de lys]

9Bec explique la raison d’être de la rime graphique cris/lis (vers 85-86) : il s’agit bien d’une rime possible seulement grâce à l’amuïssement de la nasale étymologique à l’intervocalique (<lat. CRINIS). Cet écart en rime par rapport aux usages scripturaires nous renvoie, comme nous le verrons par la suite, à l’origine du chansonnier R.

10D’autre part, on peut noter que des réalisations graphiques différentes renvoient à un seul et même timbre rimique.

Per qe m’endeve mantas vetz
Qe d’autr’afar pessar no.m les
[si bien que maintes fois, je n’ai loisir de penser à aucune autre chose. ]

11Regardons les mots à la rime vetz /les. Comment justifier cette rime graphiquement imparfaite ? Au lieu de corriger le texte, avec la leçon standardisée du chansonnier occitan N, vetz /letz, comme le fait la dernière éditrice du texte, Francesca Gambino, Bec ne modifie guère la graphie du manuscrit de base, R, qui montre a priori l’équivalence du graphème /s/ avec le digraphe /tz/ : les deux graphies mises en relation rimique révèlent donc l’évolution de l’affriquée primaire [ts] vers une prononciation [s].

12Voici un exemple qui va encore plus loin :

Ni Antigona ni Esmena
ni.l bel’ Yzeus ab lo pel bloy
non agron la mitat de joy
ni d’alegrier ab lurs amis,
com yeu ab vos, so m’es avis.
[Ni Antigone, ni Ismène, ni la belle Iseut aux cheveux blonds n’eurent jamais, je pense, avec leurs amis, la moitié de la joie et de l’allégresse que je ressens grâce à vous.]

13Le timbre –is du couple de mots à la rime amis/ avis (v. 159-160) correspond aussi à la mise à l’écrit d’une rime évolutive par rapport à la « norme » étymologique attendue : amics < AMICOS. C’est la preuve que le scribe au bout de la chaîne de transmission du texte -au début du XIVe siècle pour le chansonnier R- ne devait pas prononcer ce mot [aˈmiks] mais [aˈmis] car « certaines séquences consonantiques sont en principe exclues du système phonologique de l’occitan /ps/ ; /ks/ ; /ms/ ; /mn/ ; /md/ » (Bec 1973, 70) : la réalisation phonologique de la séquence étymologique /ks/ serait ainsi l’affriquée /ts/ puis simplifiée en /s/ comme dans le cas précédent du couple rimique vetz/les.

  • 1 La graphie du chansonnier R fait actuellement l’objet de l’attention de Camilla Talfani, doctorante (...)
  • 2 Il faut bien distinguer les chansonniers occitans autochtones -C , E et R- des autres qui ont été e (...)

14Il ne faut pas oublier que les écarts par rapport à un standard scripturaire constituent l’exception par rapport à une « norme ». En travaillant sur ses écarts, Bec interprète donc le chansonnier R, d’origine toulousaine, (Zufferey 1985), comme un document linguistique dont on peut expliquer le fonctionnement graphique à partir de la présupposition de la langue orale, traduite dans un système graphique, qui n’est, ne l’oublions pas, qu’un système second par rapport au système oral (Ong 2014, 25-35). Si on pense que les Recherches linguistiques sur les chansonniers provençaux datent de presque trente ans plus tard, on se rend bien compte du rôle d’éclaireur joué par Bec dans ce domaine1. Meliga a aussi, à plusieurs reprises, attiré l’attention sur la pénurie des études graphématiques en particulier pour les chansonniers des troubadours (Meliga 1988, 1993, 1994, 1998) : beaucoup de travail semble donc encore attendre les chercheurs2.

1.2 La traduction

15Bec insiste par ailleurs beaucoup sur la valeur exégétique de la traduction qui n’était pas du tout une obligation et qui ne l’est d’ailleurs toujours pas dans le travail philologique. Beaucoup se sont contentés d’éditer les textes sans en fournir la traduction, tandis que nous manquons justement de traductions de service surtout en français alors que les restitutions poétiques abondent qui relèvent de facto de la surinterprétation. La difficulté interprétative du texte médiéval en fait parfois un support d’expression poétique qui s’éloigne du texte original.

16Là aussi un travail essentiellement linguistique, l’exercice bien connu de la version ancienne, est considéré comme indispensable à la compréhension du texte au point de devenir un outil indispensable à l’établissement du texte lui même. Combien de fois, l’éditeur du texte médiéval comprend grâce à la traduction qu’il est loin d’avoir bien édité son texte :

La traduction d’un texte ancien est à notre sens indispensable à toute bonne exégèse. Elle impose une attitude analytique impitoyable et permet seule, grâce à une compréhension en profondeur, d’en proposer des interprétations solidement étayées (BEC 1961, 10).

1.3 L’analyse de corpus

17L’étude qui précède l’édition s’appuie sur l’analyse structurelle des textes (on parle d’un plan qu’il faut respecter) : elle procède ainsi des textes et non pas d’une casuistique extérieure superposée à la réalité textuelle.

18En d’autres mots, Bec fait ici une étude de définition du corpus qui précède l’édition critique. On remarquera qu’il s’est attaché à un corpus d’un genre particulièrement difficile à définir. Ici nous pouvons voir à l’œuvre le chercheur qui met l’accent sur les zones d’ombre du système littéraire d’oc et qui réfléchit non pas à une édition de pièces par auteur mais plutôt par genre. Les deux critères ont une réalité historique dans les chansonniers des troubadours mais le choix du genre et d’un genre de définition problématique est sans doute moins fréquent. Là aussi Bec anticipe une tendance de la philologie actuelle. Il suffira par exemple de penser à l’édition du corpus des albas (Gouiran 2005) ou à celui des tensos et partimens (Harvey & Paterson 2010). Plus tard le critère du choix du corpus s’élargira considérablement et arrivera à comprendre la notion de contre-texte, ou, dans le Florilège en mineur, l’œuvre de jongleurs et de troubadours mal connus.

19Les acquis de la thèse sur Les Saluts d’Arnaut de Maruelh seront développés très rapidement. Sans doute confronté à l’enseignement universitaire, Bec abandonne apparemment l’édition érudite et se préoccupe de produire les instruments nécessaires à la compréhension (sans trop de peine, comme il le dit lui-même) du texte médiéval occitan.

20Bec identifie la cause du manque de ces instruments surtout dans « l’ostracisme culturel » dont ont été victimes les troubadours en France, position qu’il partage bien évidemment avec un autre grand médiéviste français, Robert Lafont (on peut sans doute parler d’une connexion Poitiers-Montpellier).

21Voici ce qu’il dit dans l’avant-propos de son anthologie de la lyrique occitane du Moyen âge parue pour la première fois en 1954 et rééditée quatre fois : « il semble qu’on veuille à plaisir maintenir la confusion dans les esprits et obscurcir, à l’ombre d’une culture française qui n’a pourtant pas besoin qu’on la défende, la grande clarté occitane du Moyen âge. » Bien qu’il déclare faire œuvre de vulgarisation, ne nous y trompons pas, Bec continue de toute façon à faire œuvre scientifique : les traductions qui accompagnent les textes, imposés au directeur de la collection, qui ne les avait pas prévues au départ, constituent, avec les notes, un appareil exégétique fondamental.

2. L’Édition du texte médiéval après Arnaut de Maruelh

2.1 Vulgarisation et normalisation

22Bec prête une très grande attention à la graphie des textes qu’il édite mais il ne s’agit pas du tout d’imposer une norme externe à la graphie médiévale, ce qui aurait pu lui être à juste titre reproché mais d’une « normalisation discrète » — il fait preuve ici encore de beaucoup de prudence — qui modifie la graphie à partir de « règles graphiques sous-jacentes au texte médiéval ». La variation graphique étudiée permet d’établir des équivalences entre plusieurs graphèmes correspondant à un seul et même phonème. À ma connaissance, on ne trouvera pas beaucoup d’éditeurs, qui aient suivi cette démarche dans une édition érudite et pour cause, car Bec s’attaque à un véritable tabou : la tradition philologique européenne. Ce n’est pas un hasard si la « normalisation discrète » du texte médiéval entre par la « petite » porte de la « petite » anthologie sur les troubadours. La réduction de la variation de la graphie médiévale rend les textes beaucoup plus lisibles et en permet l’accessibilité en dehors du cercle des happy few.

2.2 Au delà des troubadours : le défi de la prose

23Pour discuter ce point crucial de l’évolution de Bec éditeur du texte médiéval, je voudrais aborder un autre exemple d’édition qui me semble significatif : l’édition de la prose occitane (deux volumes dont le premier date de 1977, le deuxième de 1987).

24Dans la longue introduction de 1977 au premier volume sur la prose occitane, Bec, semble affirmer avec encore plus de conviction la démarche que nous avons esquissée. Tout en restant très prudent et en mettant en avant son rôle de passeur de culture, il persiste à s’accorder le droit à la « normalisation discrète » du texte médiéval.

25Nous partirons cette fois-ci du choix du corpus. Bec déclare qu’il est facile de réduire l’occitan médiéval à deux siècles de poésie « dont on ne sait pas bien comment elle a commencé et dont on ne veut pas savoir comment et pourquoi elle a fini. » (Bec 1977, 8). On peut donc facilement se débarrasser des troubadours et annexer ce qui apparaît comme une cathédrale dans le désert à un manuel bien épais de littérature française. Or par le choix de l’édition de la prose médiévale, Bec ne cesse de nous dire que les troubadours ne sont que la partie émergée de l’iceberg de l’occitan médiéval écrit.

26Ce qui reste enfoui, dont personne ne veut, est donc bien la prose occitane, qui du XIIe au XVe siècle, prouve l’existence « d’une occitanité linguistique concrète en marge de la langue close et façonnée des troubadours » (Bec 1977, 8). L’édition de la prose occitane restitue ainsi à l’occitan le statut de langue totale qui doit lui revenir, en tant que langue véhiculaire, dont les usages sont bien « terrestres » et non pas seulement littéraires.

27L’occitan écrit témoigne d’une véritable koiné administrative qui se constitue au XIIe et XVe siècles « sensiblement la même à Toulouse et à Limoges, à Marseille et à Forcalquier. » C’est une langue qui n’est pas encore exposée au danger de la perte de ses usages graphiques comme elle le sera à partir du XVIe siècle. À cette liste représentative des villes de la koiné, nous rajouterons la scripta administrative de Montpellier témoignée dans la diachronie par les greffiers du consulat de la ville ayant rédigé le Petit Thalamus dont Bec édite d’ailleurs une page célèbre dans le volume de 1977.

28Le choix d’édition de Bec révèle ainsi le péché pas du tout mignon de la philologie occitane et de sa tradition. L’édition de la prose occitane, des textes non-littéraires qu’il faudrait encore recenser et éditer dans leur globalité, est une question cruciale. L’entreprise se heurte à l’heure actuelle à l’obstacle de la recension complète des documents en occitan dans les archives du Midi. Si certaines régions comme l’Auvergne ont réalisé ce recensement (Olivier 2009), d’autres l’attendent encore. Je pense en particulier au recensement du fonds ancien des archives de Montpellier.

29Au moment où Bec propose son anthologie, la prose n’intéresse pas grand monde. Mais l’appel au droit de vulgarisation de la petite anthologie devient ici déjà autre chose : une volonté d’identifier un public scientifique nouveau. La prose intéresse non seulement les littéraires mais aussi et surtout les historiens qui risqueraient de passer à côté d’une documentation aussi riche qu’imposante. Bec s’excuse ainsi de ne pas pouvoir faire rentrer dans son anthologie tout ce qu’il aurait aimé y faire rentrer. Parmi les textes dont il regrette l’absence il y a la Chirurgie d’Albucasis (manuscrit de la bibliothèque de la faculté de Médecine) et le Libre de memòrias du Biterrois Mascaro.

2.3 Normalisation graphique et diasystème

30À l’intérieur du choix presque polémique du corpus, Bec accorde beaucoup d’importance encore une fois à la graphie, à laquelle il touche encore plus qu’avant. Il fait bien la différence entre langue et graphie et affirme avec conviction :

La normalisation graphique présente un intérêt linguistique évident, dans la mesure où la recherche d’une norme sous-jacente, que ses écarts eux-mêmes ne font que confirmer, constitue déjà une réflexion et une distanciation méthodologique dont le résultat le plus immédiat est la conscience d’une certaine occitanité linguistique qui, par delà les divergences dialectales, semble bien avoir été senti d’un bout à l’autre du territoire. (Bec 1977, 12)

31Nous retrouvons ici les concepts de diasystème et de protosystème qui sont à la base de la normalisation graphique moderne et qui sont opérants à plus forte raison dans le cadre de l’occitan médiéval qui en est à l’origine :

La graphie occitane, dont le choix même implique une certaine idée qu’on se fait de la langue et, en prolongement, d’une certaine communauté culturelle, n’a pas pour but essentiel de noter tel ou tel dialecte mais de fixer par l’écrit un diasystème phonologique, qui en est comme l’abstraction paradigmatique, l’ossature structurale dans laquelle chaque parler se retrouve et se définit. Ce diasystème est un même temps un protosystème, c’est à dire qu’il représente un prototype linguistique, archaïsant pour certains dialectes (ensemble averno-méditerranéen) effectif et réalisé pour d’autres (ensemble aquitano-pyrénéen et occitan central) et qui a dû être celui de la langue classique au Moyen âge. (Bec 1977, 24).

32Autrement dit, la « normalisation discrète » ou « légère » (comme il dira dans Florilège en mineur-anthologie de textes de jongleurs ou de troubadours mal connus datant de 2004) n’est pas seulement un manière de rendre les textes des troubadours plus lisibles mais elle se réfère en dernière analyse à la logique diasystémique qui nous renvoie à la dimension linguistique, présente dès le début de la recherche de Pierre Bec sur l’occitan moderne, donnant ainsi une très grande cohérence à sa pensée scientifique. En ce sens, j’aimerais terminer avec une dernière citation :

L’occitan même ancien ne doit pas être considéré comme du sanscrit ou du turc pré-islamique mais comme une langue moderne, encore familière à plus d’un, à laquelle on veut redonner sa dimension diachronique et sa dignité culturelle. (Bec 1977, 15).

Haut de page

Bibliographie

Chansonniers cités 

Chansonnier occitan C : BNF fr. 856

Chansonnier occitan E : BNF fr. 1749

Chansonnier occitan R : BNF fr. 22543 (ex La Vallière 14).

Chansonnier occitan N : Pierpont Morgan Library 819 (ancien sir Thomas Phillips n° 8335).

Études 

Bec Pierre, 1961, Les saluts d’amour du troubadour Arnaud de Marueil, Toulouse, Privat, 1961.

Bec Pierre, 1954, Petite anthologie de la littérature occitane du Moyen âge, Avignon, Aubanel [augmentée et rééditée 4 fois jusqu’en 1966].

Bec Pierre, 1968, Les Interférences linguistiques entre gascon et languedocien dans les parlers du Comminges et du Couserans. Essai d'aréologie systématique Paris, PUF 1968.

Bec Pierre, 1973, Manuel pratique d’occitan moderne, Paris, éditions A. & J. Picard.

Bec Pierre, 1977, Anthologie de la prose occitane du Moyen âge (XIIe-XVe siècle) Avignon, Aubanel, vol. 1, 254.

Bec Pierre, 1978, Anthologie de la prose occitane du moyen âge (XIIe-XVe siècles), Energues (Tarn), éd. Vent Terral.

Bec Pierre, 1979, Les Troubadours. Anthologie Bilingue. Paris, Union Génér. d’éd.

Bec Pierre, 2004, Florilège en mineur, jongleurs et troubadours mal connus, Orléans, éditions Paradigme.

Gambino Francesca, 2009, Salutz d’amor. Edizione critica del corpus occitanico, con una introduzione di Speranza Cerullo, Roma, Salerno editrice.

Gouiran Gérard, 2005, Et ades sera l’Alba. Angoisse de l’aube. Recueil de chansons d’aube des troubadours. Montpellier, PULM.

Harvey R., Paterson Linda, 2010, The Troubadour ‘tensos’ et ‘partimens’. A Critical Edition, Cambridge, D.S. Brewer.

Mélanges Pierre Bec : « Il Miglior fabbro », 1991 , Mélanges de langue et littérature occitanes en hommage à Pierre Bec par ses amis, ses collègues, ses élèves, Poitiers, Université de Poitiers, Centre d’études supérieures de civilisation médiévale.

Meliga Walter, 1988, « L’analisi grafematica dei testi antichi. Il caso del Boeci », Rivista di Studi testuali Alessandria, Edizioni dell’orso, 35-62.

Meliga Walter, 1993, « Osservazioni sulle grafie della tradizione trobadorica », Atti del secondo congresso dell’AIEO, 31 agosto-5 settembre 1987, a cura di G. Gasca Queirazza, Torino, 763-797.

Meliga Walter, 1994, « Les études graphématiques et la tradition des troubadours », Revue des Langues Romanes, vol. 98, t. 1, 31-48.

Meliga Walter, 1998, « Ca-/cha nella scripta trobadorica », Atti del XXI Congresso Internazionale di Linguistica e Filologia Romanza. Centro di studi filologici e linguistici siciliani, Università di Palermo, 18-24 settembre 1995, a cura di Giovanni Ruffino, Tübingen, Max Niemeyer Verlag, Pt. 1, 205-211.

Meyer Paul, 1867, Le salut d’amour dans la littérature provençale et française, Paris Bibliothèque de l’École des chartes, sixième série, vol. 3, 127-170.

Menichetti Caterina, 2015, Il canzoniere provenzale E, Strasbourg EliPhi éditions.

Monfrin Jacques, 1955, « Notes sur le chansonnier provençal C : bibliothèque nationale, ms. fr. 856 », Recueil de travaux offerts à Clovis Brunel par ses amis collègues et élèves, Paris, Mémoires et documents de l’École des Chartes 12/2, 292-312.

Olivier Philippe, 2009, Dictionnaire d’ancien auvergnat mauriacois et sanflorain (1340-1540), Tübingen, Max Niemeyer Verlag.

Ong Walter J., 2014, Oralité et écriture, Paris, Les Belles Lettres.

Vàrvaro Alberto, 2012, Prima lezione di filologia, Bari, Editori La Terza.

Zufferey François, 1985, Recherches linguistiques sur les chansonniers provençaux, Genève Droz.

Haut de page

Notes

1 La graphie du chansonnier R fait actuellement l’objet de l’attention de Camilla Talfani, doctorante en co-direction des laboratoires CLLE (Université Jean-Jaurès-Toulouse) et LLACS (Université Paul-Valéry de Montpellier) : La scripta del canzoniere occitano R, communication présentée lors du XIIe Congrès international de l’AIEO d’Albi en juillet 2017 (sous presse).

2 Il faut bien distinguer les chansonniers occitans autochtones -C , E et R- des autres qui ont été exposés à un nombre bien plus important d’interférences linguistiques. Il faut également signaler l’étude pionnière de Jacques Monfrin sur le chansonnier C (1955) et la thèse récente de Caterina Menichetti sur le chansonnier E (2015).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilda Caiti-Russo, « Quelques notes sur Pierre Bec éditeur critique du texte occitan médiéval  », Lengas [En ligne], 82 | 2017, mis en ligne le 15 novembre 2017, consulté le 16 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/lengas/1404  ; DOI : 10.4000/lengas.1404

Haut de page

Auteur

Gilda Caiti-Russo

Université Paul-Valéry Montpellier 3, LLACS EA 4582, F34000, Montpellier, France

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals