Navigation – Plan du site

La littérature occitane dans les manuels scolaires

Marie-Jeanne Verny

Résumés

Cette communication se propose d’analyser la place de la littérature occitane dans un corpus de manuels édités du XIXe siècle à la fin du XXe siècle. Elle observe les divergences et convergences, par-delà le temps et l’espace, quant au choix des auteurs, des thèmes abordés. Elle analyse aussi les discours d’accompagnement : préfaces, exercices pédagogiques, quant à leur soubassement scientifique et idéologique.

Haut de page

Texte intégral

1L’important corpus de manuels scolaires d’occitan à notre disposition depuis la fin du XIXe siècle, au-delà de la diversité des méthodes et des présupposés didactiques, fait la plupart du temps une place considérable à la littérature occitane.

2Cela peut être l’objet même du manuel, telles les nombreuses anthologies ou histoires littéraires, ou un des supports utilisé pour des objectifs pédagogiques autres qu’il conviendra de définir, comme il sera nécessaire d’analyser la fonction de la littérature lorsqu’elle n’est pas en elle-même son objet d’étude.

3Nous étudierons notamment le choix des textes et leur organisation : thématique ou chronologique, la provenance des auteurs, les choix de langue et de graphie.

  • 1 C’est le cas de Miquèla Stenta qui analyse le manuel Òc-Ben, ou de la table ronde avec les éditeurs (...)

4Devant l’importance du corpus disponible dont nous souhaitons faire prochainement un inventaire bibliographique, nous n’avons pu traiter les ouvrages qui se présentent comme des histoires littéraires, et qui demanderaient à eux seuls une étude spécifique. Nous avons dû aussi nous limiter à la fin des années 70 : d’autres1 abordant ici des productions plus récentes.

1. Parmi les premiers manuels : les recueils de lectures et versions

1.1- Pourquoi ces méthodes ?

  • 2 Dans deux articles :
    - « La préhistoire de l’enseignement de l’occitan à travers quelques manuels e (...)

5À l’origine de ces premiers ouvrages, une constatation devenue lieu commun : la langue d’oc est le « latin du pauvre ». Nous avons étudié ailleurs2 la fortune de cette expression.

6Il s’agit, suite à des théories impulsées entre autres par le linguiste Michel Bréal, d’utiliser les compétences en langue occitane des enfants de milieux populaires pour accéder à la langue française. Ces enfants n’ont pas l’opportunité, comme ceux de la bourgeoisie, d’être confrontés dès leur plus jeune âge à l’apprentissage du latin, mais ils ont la possibilité, en possédant l’occitan, et grâce à l’application de la méthode comparative, d’accéder à un meilleur usage du français. Cet objectif est clairement affirmé, souvent dès les titres, et plus clairement encore dans les préfaces.

  • 3 Ses grammaires ou recueils de versions sont publiés sans nom d’auteur, et la préface que nous citon (...)

7Parmi ces manuels, ce qu’on pourrait désigner comme une collection, les recueils de versions provençales du Frère Savinian3. Il en existe de multiples variantes, à destination de différents niveaux scolaires, publiés parfois anonymement ou sous le pseudonyme de René Montaut. Les recenser tous, et se livrer à une comparaison, pourrait constituer en soi un travail de recherche autonome. Pour notre part, nous avons retenu, pour l’heure, les deux dates de 1876 pour la première édition recensée et de 1926 pour la dernière.

  • 4 Adjectif signifiant : fallait-il avoir fait valoir ses droits à la retraite pour commettre des manu (...)

8Du côté laïc, « l’ancien instituteur »4 gascon Sylvain Lacoste publie en 1902 à Pau un Recueil de versions gasconnes, préfacé par le linguiste Edouard Bourciez, professeur à l’Université de Bordeaux.

  • 5 P. V et VI, préface signée « R. M. », pour René Montaut, pseudonyme de Savinian.

9Voici un extrait de la préface de l’édition 1876 du recueil de versions du frère Savinian5 :

En effet, on ne veut pas apprendre le provençal aux élèves. Pour eux c'est la langue maternelle, c'est la langue du cœur, et ils en ont la pleine possession ; la diversité de l'orthographe et de la prononciation ne constituent pas un obstacle réel, puisqu'il ne s'agit ni d'écrire ni de parler un idiome.

10Ces propos sont réitérés dans l’édition de 1926 :

Bon nombre d’instituteurs, officiels ou autres, cultivent la langue d’oc, s’en servent pour publier des brochures, des volumes estimés de prose ou de vers ; ils l’utilisent dans leurs leçons, se rappelant qu’elle est, d’après M. Michel Bréal, « le plus utile auxiliaire de l’enseignement du français. »
À la dictée délaissée par les cours secondaires, à la méthode actuelle insuffisante, ils ajoutent les études comparatives de la langue d'oc et du français, seules elles peuvent faire sortir de l’ornière le français étudié dans le Midi.
[…]
C’est par les versions que les professeurs relèveront le niveau du français dans nos écoles méridionales.
Ils savent que les philologues d’Europe ont dit avec une incontestable autorité : « On n’apprend bien une langue qu’autant qu’on l’étudie au moyen d’une langue de même origine. »

11Prendre la version latine comme modèle suppose que l’on s’attache à l’expression écrite en langue originale. La raison en est simple : si l’occitan était encore largement parlé à la fin du XIXe et au début du XXe siècles dans les populations modestes concernées dont il constituait souvent la langue première, ces populations ignoraient l’existence d’une littérature d’oc, d’où le caractère paradoxal de ces manuels : ils sont à la fois présentés comme des auxiliaires pour l’apprentissage du français, mais en même temps on s’efforce d’y publier ce que l’on considère comme le meilleur de la production littéraire d’oc.

12À noter qu’aucun appareil pédagogique linguistique ou littéraire n’accompagne les recueils de textes.

1.2- L’exemple des Lectures ou versions / Provençale-Françaises / Cours supérieur / prosateurs, éd. 1926.

Lectures ou versions Provençales-Françaises, Aubanel, 1926

Lectures ou versions Provençales-Françaises, Aubanel, 1926
  • 6 P. IX.

13Cette édition est publiée sans nom d’auteur chez Aubanel et destinée au Cours Supérieur. La mention « prosateurs » laisse suggérer l’existence d’un volume de textes poétiques ; celui que nous analysons contient des extraits tirés des « œuvres félibréennes du dialecte provençal »6.

14Le choix des textes n’est bien évidemment pas neutre. La volonté didactique s’exprime à la fin de l’ouvrage (p. 203-211), avec un Istourique de la lengo prouvençalo, extrait du « Discours dóu Sendi de Prouvènço i Jo Flourau de Fourcauquié – Setèmbre 1975 », signé de l’écrivain Théodore Aubanel, un des fondateurs du Félibrige. Plus que de la langue, il s’agit en réalité d’une histoire de la littérature, limitée aux auteurs provençaux. L’auteur remonte aux troubadours, dont il donne une vision épique :

Revihavon li pople, coussejavon li tiran, e doumtavon pèr la gràci e la valour li nacioun fèro que s’entre-chaplavon. Alor, dins touto l’Europo, après lou grand silenci dóu Bas-Empèri, i avié plus qu’una poësio : la pouësio di Troubadou.

[Ils réveillaient les peuples, poursuivaient les tyrans et domptaient par la grâce et la valeur les nations sauvages qui s’entretuaient. Alors, dans toute l’Europe, après le grand silence du Bas-Empire, il n’y avait qu’une poésie : la poésie des Troubadours.]

15Les siècles suivants sont rapidement abordés, avant que ne soit salué le miracle : « Pèr bonur arribo, pièi, lou Felibrige » dont l’aventure est contée avec la même verve que celle des troubadours, Aubanel se gardant d’oublier les contacts internationaux de Mistral. Son tableau est complété (p. 211-214) par l’auteur du manuel qui ajoute les noms de Berluc-Perussis, Baptiste Bonnet, Xavier de Fourvière.

16Suit un texte en français d’A. de Gagnaud, pseudonyme de Berluc-Perussis, intitulé « La prose provençale ». L’auteur, comme d’autres le firent avant lui et comme on ne cessa de le faire ensuite, revendique l’accès de la langue à la prose, déplorant l’excès des « gazouillements d’oiseaux, des balbutiements, des chansons adolescentes. » Il salue le recueil de versions et lectures comme « une sorte d’anthologie », « un choix de morceaux soigneusement diversifiés » où se retrouve « un très harmonieux désordre, où le méditatif succède à l’humoriste, le profond au disert, le mélancolique au verveux ».

17Il est vrai que cet éclectisme fait un des charmes de l’ouvrage, dont on peut penser que son utilisation devait nécessairement passer par l’intermédiaire du maître.

18Enfin, le texte se clôt par la célèbre « Cansoun de la coupo », non signée, accompagnée de la partition.

1.2.1- Les auteurs

19Une cinquantaine d’auteurs sont représentés, des plus illustres, les fondateurs du Félibrige, notamment (14 textes de Mistral, dont « La cansoun de la coupo », auxquels s’ajoutent 3 textes signés de son pseudonyme Gui de Mount-Pavoun, 5 d’Aubanel, 4 de Roumanille) aux moins connus. Savinian est lui-même présent, sous son pseudonyme de R. Montaut. L’immense majorité des textes sont en provençal rhodanien ; deux sont signalés comme « Marsihés ». Aucun texte hors de Provence cependant, même si, au moment de la naissance des manuels de Savinian, le Félibrige avait mis en place des maintenances au-delà du Rhône. Savinian inaugure ainsi une tradition qui perdurera chez les auteurs de manuels mistraliens : on limite géographiquement la langue à sa variante provençale et on passe sous silence, fût-ce de façon allusive, l’existence d’une littérature d’oc dans d’autres régions, y compris écrite par des félibres.

1.2.2- Le contenu de l’ouvrage

20Sur ce point aussi, cet ouvrage apparaît en quelque sorte comme le modèle sur lequel seront bâtis de nombreux manuels en domaine provençal.

21Les textes sont de longueur très inégale, d’une demi-page à cinq pages, la majorité étant de trois à quatre pages, ce qui laisse supposer que l’ouvrage était au moins autant un support de lectures qu’un recueil de versions.

22Au cœur de ce recueil, le texte 32 « Leiçoun nouvello » résume à lui seul la philosophie du manuel. À un de ses amis qui lui confie ses difficultés à intéresser des élèves à la littérature française, l’auteur de l’extrait, F. Teóufile, répond :

… es li fablo de La Fontaine, li sceno tragico de Corneille o de Racine, lis odo de V. Hugo o de Lamartine, qu’esplicas à-n-aquéli pàuri drole… […]. Siás pas sènso saupre que quàsi touto la pouësio classico franceso es d’estúdi sus l’amo umano, d’analiso sicoulougico, de retra superbe de touto meno que boulegon lou cor de l’ome ; basto, una pouësio universalo ounte li letru de touto epoco e de tout païs s’abéuraran de-longo coume s’abeuron i pur sourgènt de la pouësio grèco o latino. Alor, coume voulès que d’escoulan de dès, de douge e meme de quatorge an, poscon se plaire a pantaia ‘mé V.Hugo dins sis odo ; emé Lamartine, dins si meditacioun ; emé Racine, dins si tragèdi apassiounado ; emé Corneille, en coumpagno de sis erouï e sublimi persounage, e meme emé lou grand fabulisto, dins si meiour cap-d’obro ?

Ço que l’enfant e lou jouvènt amon, es li causo dóu terraire que trèvon, es l’oustau emé li cènt bachiquello que ié soun dedins o que l’envirounon ; es soun endré ‘mé li bàrri, li tourre, lou castèu, li carriero, li planet e li font que l’adornon e lou rèndon gai e poulit ; es lou campèstre emé li vau, li coumbo, li colo, li riéu, li cascadeto, li lèio d’aubre e lis erbouriho de touto merço que n’en fan un rode pintouresc. […]

Adounc, qu’un pichot arlaten ausigue souvènt soun mèstre ié parla de sis Areno, de si soubro roumano, de si glèiso antico, de sa Camargo e de si brau ; un pichot Avignounen, de sa Roco, de sa Bartalasso, de soun Castèu-di-papo…

[… ce sont les fables de La Fontaine, les scènes tragiques de Corneille ou de Racine, les odes de V. Hugo ou de Lamartine, que vous expliquez à ces pauvres enfants… […] Vous n’êtes pas sans savoir que presque toute la poésie classique française est faite d’études sur l’âme humaine, d’analyses psychologiques, de portraits superbes de toute sorte qui remuent le cœur de l’homme ; bref, une poésie universelle où les lettrés de toutes les époques et de tous les pays s’abreuvent en permanence comme ils s’abreuvent aux sources pures de la poésie grecque ou latine. Alors, comme voulez-vous que des écoliers de dix, de douze et même de quatorze ans, puissent se plaire à rêver avec V. Hugo dans ses odes ; avec Lamartine, dans ses méditations ; avec Racine, dans ses tragédies passionnées ; avec Corneille, en compagnie de ses personnages héroïques et sublimes, et même avec le grand fabuliste, dans ses meilleurs chefs-d’œuvre ?
Ce que l’enfant et le jeune homme aiment, ce sont les choses du terroir qu’ils parcourent, c’est la maison avec les cent bagatelles qu’elle contient ou qui l’environnent ; c’est son village avec les remparts, les tours, le château, les rues, les placettes et les fontaines qui l’ornent, l’égaient et l’embellissent ; c’est la campagne avec les vallées, les combes, les collines, les ruisseaux, les petites cascades, les allées d’arbres et les herbes de toute sorte qui en font un endroit pittoresque. […]
Donc, qu’un petit arlésien entende souvent son maître lui parler de ses Arènes, de ses vestiges romains, de ses églises antiques, de sa Camargue et de ses taureaux ; un petit Avignonnais, de son Rocher, de sa Barthelasse, de son Château-des-papes…]

  • 7 Entendre « le maître ».

23Teóufile évoque ensuite un poème de Bremoundo de Tarascon, « Li quatre brau de pèiro » [Les quatre taureaux de pierre], que le texte tour à tour cite ou résume. Le poème s’ouvre par une évocation de la Camargue et de ses taureaux dans leur course à travers un espace provençal où ils sont d’abord arrêtés par la Durance, avant de reprendre leur échappée vers Marseille. Et Teóufile achève ainsi : « Desempièi qu’a pres la bono draio, si pichot ni badaion ni dormon. Escouton coume de grihet li cant di felibre » [Depuis qu’il7 a pris le bon chemin, ses petits ne baillent ni ne dorment. Ils écoutent comme des grillons les chants des félibres]. Au cœur de l’ouvrage, ce texte fait figure, si l’on peut dire, d’« art pédagogique »

24Il faut noter que l’ensemble est d’une belle tenue linguistique et que, si les textes apparaissent datés, leur qualité littéraire est indiscutable. Un petit sondage dans les 90 premières pages du livre donnera quelque idée des thèmes qu’il contient.

    • 8 Nous donnons ici les numéros de chaque texte.
    • 9 Ce titre fait allusion à la coutume provençale qui consiste à offrir symboliquement un agneau à l’E (...)

    La foi et la religion – la morale. Le manuel étant conçu pour les écoles catholiques, il est évident que la religion occupe une place de choix. Ainsi a-t-on un récit édifiant par Louis Roumieux de la mort pieuse d’Antounieto de Bèu-Caire (118) ou par Montaut / Savinian, le texte « Carita [Charité] d’un enfant » (15). La religion s’insère parfois dans des contes fantaisistes où l’on brode autour de l’histoire sainte, ainsi des textes intitulés « La sauvi » [la sauge] (23), ou « Lou pastrage9 » (28), lequel s’achève par un miracle. Le fondateur des écoles chrétiennes Jean-Baptiste de La Salle est bien entendu célébré « Un educatour poupulari » (29) On trouve aussi des vies de saints comme « La Madaleno » (34), ou « L enfanço d’Erman de Coulougno » (41), des anecdotes édifiantes où la foi se mêle à la superstition « Lou coulera » [Le choléra] (39), « La Prouvènço i tèms dóu paganisme e dóu crestianisme » [La Provence aux temps du paganisme et du christianisme] (43). Les leçons de morale édifiantes ne sont pas absentes, comme celle contenue dans le récit « Lou rescontre dóu carbounié » [La rencontre du charbonnier] d’A. Jouveau (18), ou celle intitulée « Lou teisserand e la santo Vierge » [Le tisserand et la sainte Vierge] (20).

  • Le Félibrige - Autres auteurs ou précurseurs. Le Félibrige est lui aussi glorifié, depuis l’apologue qui ouvre le recueil « Lou lioun dóu troubaire » [Le lion du troubadour] d’Aubanel ou, du même Aubanel, (5), « Lou felibre », un texte qui, grâce à la rhétorique de l’anaphore, bâtit un portrait exalté de celui que l’on proclame félibre, qui répand « dins lou desbord de soun amo, is iue pivela de tóuti, la bèuta, l’amour, la grandour de la nacioun ! » [dans les transports de son âme, aux yeux fascinés de tous, la beauté, la grandeur de la nation !]. Du même encore, le texte « Inmourtalita de nosto lengo » [Immortalité de notre langue] (17). C’est aussi une lettre de Bonaparte-Wyse à Mistral qui, dans une anecdote plaisante, se glorifie d’avoir crié à Madrid, au Palais des Députés, en dehors d’une session, « Vivo la Prouvènço » (14). Un texte de Villeneuve-Esclapon intitulé « Lou troubaire dins l’Age-Mejan » [Le troubadour au Moyen Âge] (21) fait allusion aux sirventès de Bertrand de Born ou de Cardenal. La dialectique petite / grande patrie est bien sûr évoquée dans « La lengo e la naciounalitat » [La langue et la nationalité] (27) ou « Fèsto felibrenco à Mount-Majour » [Fêtes félibréennes à Montmajour] (44). Un certain Jan Teyssier, de Tulle, vainqueur de la récitation aux jeux floraux de Toulouse en 1450, puis créateur de jeux floraux à Tulle, apparaît dans un texte de Berluc-Perussis : « Lis escoulan i jo flourau » [Les écoliers aux jeux floraux] (30), de même que « Jan Reboul », le poète-boulanger nîmois, présenté par Roumanille dans un tableau édifiant.

  • Anecdotes historiques. Quelques faits historiques sont racontés, généralement bâtis autour de figures : Catinat (8), Jaume lou counquistaire (9), « lou prince Carle, duque de Calabro » (12), « Lou papo Benezet XII » (29), « La generousita di Pourcelet » [La générosité des Pourcelet] (37), « Caius Marius » (38), « Bello valentiso d’un sóudard gravesounen » [Beau courage d’un soldat de Graveson] (35) Parfois ces anecdotes tiennent de la légende, ainsi de « Lou roumiéu de Vilo-Novo » [Le pèlerin de Villeneuve] (45).

    • 10 Ce terme désigne une coutume des fêtes calendales provençales qui consiste à promener une énorme bû (...)
    • 11 Cette version est plus courte (2 pages et demi au lieu de 15) que le texte publié dans les Memòri e (...)

    Coutumes et traditions, travaux des champs, saisons, savoirs populaires, jeux d’enfants composent une grande part du volume, ainsi de « Cacho-Fiò10 e Calendau » (10), « Saboly » (13), qualifié comme « lou felibre de tóuti » [Le félibre de tous], est présenté comme le père des traditions calendales ; le galoubet, instrument traditionnel, fait l’objet d’un texte : « Glourificacioun dóu galoubet » (19). Les saisons tiennent évidemment une place de choix : c’est le cas dans « Au despampa » [à la chute des feuilles] (26), ou « Pèr meissoun » [Au temps des moissons] ; les savoirs populaires sont évoqués dans « Un brèu de boutanico » [Un peu de botanique (42) ou« Escourregudo astrounoumico » [Excursion astronomique] (46). Plusieurs récits sont construits autour de figures d’enfants, souvent achevés par une morale « La nisado » [La nichée] (16), « Lou Plantié » [L’école buissonnière] (22), une version11, du célèbre texte de Mistral, signée de son pseudonyme Gui de Mount-Pavoun, « Lou soulèu e lou nivo » [Le soleil et les nuages] (24), « La sibleto » [Le sifflet] (36)

2. L’anthologie scolaire, un modèle qui perdure

  • 12 Voir à ce propos les travaux de Yan Lespoux (2016) et Philippe Martel (2007).

25La loi Deixonne, en 1951, a officialisé la mise en place d’un enseignement dont nous savons qu’il se mettait peu à peu en place depuis l’après-guerre12. Cependant on n’observe pas de véritable rupture dans les modèles de manuels depuis celui que nous venons de décrire longuement.

2.1- En Provence

26Nous allons examiner deux ouvrages, l’un antérieur à Deixonne, l’autre immédiatement postérieur.

2.1.1- 1925- Textes provençaux, choisis et annotés par Bruno Durand –

Textes provençaux, choisis et annotés, Bruno Durand, 1925

Textes provençaux, choisis et annotés, Bruno Durand, 1925

27Cet ouvrage, où les textes, bien moins nombreux (31 contre 76), sont « précédés d’une petite Histoire de la littérature Provençale et suivis d’un lexique » de 23 pages, est pratiquement contemporain de la réédition du recueil de Savinian que nous venons d’évoquer. Ancien élève de l’École des Chartes, Durand remonte lui aussi aux troubadours et, lui aussi, il en vient rapidement au miracle félibréen :

1854, date prédestinée ! Toute la sève qui fermentait dans le vieux tronc provençal devait, au printemps de cette année bénie, s’épanouir en une riche floraison… 

  • 13 Majuscule dans le texte.

28Suit une présentation de l’objectif du manuel : « Il ne s’agissait pas, en l’occurrence, de faire une Anthologie13 littéraire mais un choix de textes destinés à l’enseignement de la langue. » Cette idée est nouvelle, le provençal n’est plus un auxiliaire, il est son objet d’étude. Notons cependant que le recueil ne propose aucun exercice de pratique de la langue, ni de commentaire littéraire, mais qu’il se présente clairement, à la page 26, comme un choix de « versions provençales ». Les notes de Durand ont essentiellement pour but d’éclairer le sens des textes. L’Avant-propos présente la conception de l’ouvrage, destiné à compléter la Grammaire provençale du même auteur en fournissant « des textes vivants et variés dont la lecture aidera à pénétrer le génie de notre langue ». Les extraits présentés « n’ont pas la prétention de remplacer la lecture des grandes œuvres » mais ils ont pour but « de servir d’introduction à ces chefs-d’œuvre et de préparer les élèves à une connaissance approfondie de la langue et de la littérature. »

29Durand reprend d’abord le texte d’Aubanel qui figurait à la fin du recueil de Savinian. Son ouvrage mêle ensuite vers et prose, en commençant par un hommage mistralien « Au Pourtugau » (p. 33). Cette idée de latinité se retrouve dans une évocation du pays toscan par Marius Jouveau (p. 78) ou dans un texte de Berluc-Perussis « I Latin de la Roumanio » [Aux Latins de la Roumanie] (p. 62) et surtout dans la note qui l’accompagne :

L’ancienne langue latine a formé sept langues modernes : le roumain, l’espagnol, le portugais, la langue d’oïl, la langue d’oc, l’italien et le rhétique (romanche et engadinois) […]. L’illustre Vasile Alecsandri (1821-1890), poète national de la Roumanie, à qui ce sonnet est dédié, fut un grand ami du Félibrige. 

30Aubanel, dans un texte intitulé « O venerablo Roumo » (p. 54) retrouve quelque peu les accents des Regrets de Du Bellay, alors que, tout en admirant les monuments romains, dans une série de contrepoints, il se laisse envahir par la nostalgie de la Provence et par la douleur de l’absence de l’être aimé.

31Les thèmes du recueil sont proches de ce que nous avons décrit de l’ouvrage de Savinian, même si la religion tient moins de place. Le pays provençal est bien représenté, par « Arle » (p. 54) ou « Lis Aliscamp » (p. 57) de Mistral, « Lou Ventour » d’Aubanel (p. 72), ou « A Garabòbi » [À Ganagobie] de E. Plauchud (p. 99) ; bien évidemment, la Camargue vit à travers plusieurs textes de D’Arbaud (« Nouvè Gardian » (p. 45) [Noël Gardian] ou « Lou chivau » [Le cheval], p. 85. La littérature félibréenne est un des thèmes : Baroncelli célébrant Nerto de Mistral (p. 73) et Berluc-Perussis évoquant la tombe d’Aubanel « Au Cros d’Aubanèu » (p. 103), pleuré « despièi Niço enjusquo li Santo » [Depuis Nice jusqu’aux Saintes]. C’est encore sous la plume de Mistral qu’est présente l’Histoire « L’Envasioun de Carle-Quint » (p. 82). Et c’est Félix Gras qui évoque le légendaire « L’Èrbo di Sabre » [L’herbe des Sabres] (p. 86). Les tonalités sont variées, une place importante est faite aux facéties, notamment par les textes de Roumanille (« Lou Mege de Cucugnan », par exemple, p. 63), par « Li Saludaire de Raiano » [Les salueurs de Reillane] (p. 35) de Berluc-Perussis ou par « L’Ai Justicié » [L’âne Justicier] de E. Plauchud (p. 94).

  • 14 Probablement pour une raison biographique : Durand était le petit neveu de Berluc-Perussis…

32Notons, en ce qui concerne les auteurs, que Mistral n’est plus en tête, dépassé par Berluc-Perussis14, et au même niveau que D’Arbaud, dont bien sûr, Savinian ne pouvait citer le roman fameux La Bèstio dóu Vacarès, (1926), texte fondateur de la prose occitane moderne, D’Arbaud étant décédé en 1920.

2.1.2- Lou Prouvençau a l’escolo – première édition 1952, troisième édition, 196615.

  • 15 La description qui suit a été faite à partir de cette troisième édition.
  • 16 Philippe Martel, « Une pédagogie pour le provencal : Lou Prouvencau a l’escolo », in Lengas, 65, 20 (...)

33Les propos qui suivent doivent beaucoup à un travail très fouillé de Philippe Martel : « Une pédagogie pour le provencal : lou prouvencau a l’escolo », publié dans la revue Lengas16. L’ouvrage dont il est question doit en effet s’analyser dans le contexte du mouvement qui l’a produit.

Lou Prouvençau a l’escolo, Dourguin, Mauron, 1966 (3e édition)

Lou Prouvençau a l’escolo, Dourguin, Mauron, 1966 (3e édition)
  • 17 Qui, dit la « note des auteurs », avait déjà accordé son « appui officiel » à « l’association pédag (...)

34Cet ouvrage a été composé par un instituteur, Claude Dourguin et l’universitaire reconnu Charles Mauron, et publié par l’association pédagogique du même nom, domiciliée à Saint-Rémy de Provence. Si l’association est bien évidemment composée de « Mistraliens », elle est indépendante du félibrige et se concentre sur la réflexion pédagogique. Le livre, complété par une partie intitulée « Gramatico » (21 pages), est doté d’une préface d’Albert Payan, Inspecteur d’Académie17, et d’une « Note des auteurs ». Payan fait allusion au bulletin du même nom, celui du mouvement « Lou prouvençau a l’escolo ». Il loue le « courageux optimisme » et la « volonté opiniâtre » de ce mouvement pour « arrêter et remonter le courant de déprovençalisation ».

35Et la « Note des auteurs » ? Elle présente le mouvement, fondé en 1946, destiné à aider les maîtres « à enseigner la langue et la culture provençales », à partir de quelques postulats :

  • 18 Italique dans le texte.

1- La langue provençale est belle et encore vivante. Ce n’est pas un patois, mais une langue. […]
2- …Il faut aider la langue à vivre et à être belle. Il faut concilier cette vie et cette beauté avec les exigences indiscutées de l’unité française et de la civilisation moderne [qui] mettent en péril la tradition orale de la langue provençale. Il faut donc parer aux défaillances de la tradition orale par une tradition de lecture.18
3- La tâche essentielle est donc simple : il faut apprendre aux enfants à lire le provençal. Les autres enseignements – chants, danses, folklore – ne sont pas exclus mais subordonnés. […] Greffés sur l’enseignement de la langue, c’est-à-dire tout bonnement sur la lecture, ils vivront ; mais laissez-en périr la tige, vous n’aurez que des fleurs de papier. 

36Suit une description du recueil, une justification du choix des textes et de la graphie mistralienne, de la place des lectures qui doivent « renforcer la tradition orale », l’explicitation d’un déroulement possible d’une séquence d’une heure d’activités dirigées : chant, lecture d’un texte par le maître, explication des mots difficiles, lecture par les enfants, récitation de textes appris. L’absence d’exercices dans le manuel est justifiée par le cadre étroit de l’heure de cours, mais le maître est encouragé, pendant une courte durée et pour de bons élèves, à donner un fragment de dictée ou à proposer un exercice de grammaire. On sait par ailleurs que les fiches pédagogiques composées par le mouvement « Lou prouvençau a l’escolo » servaient aussi de guide pour l’utilisation du manuel.

37Cette très riche anthologie de 145 textes – strictement limitée à la Provence – comporte 28 extraits de Mistral, 13 de Roumanille, 12 de d’Arbaud, 6 de Baptiste Bonnet et de Charloun Rieu, 5 de Jean-Henri Fabre, 4 d’Aubanel ainsi que de Félix Gras : au total, 45 auteurs.

38La réédition de 1966 a été enrichie d’une quatrième partie, ainsi présentée : « APOUNDOUN i dos proumièris edicioun » et, en note : « Pèr faire conèisse is escoulan quauquis escrivans e pouèto prouvençau de noste tèmps ». Cet ajout contient des textes d’auteurs nés dans les premières années du vingtième siècle, auxquels s’ajoute un texte supplémentaire de Mistral, ainsi qu’un extrait des Estudi Mistralen de Charles Mauron, consacré à l’analyse du célèbre « Plantié » des Memòri e raconte

39De nombreux textes sont suivis de proverbes et expressions proverbiales ainsi que de courts extraits de… Mistral qui viennent compléter le propos du texte principal. Les thèmes n’ont guère changé ; les extraits sont classés en trois parties présentées comme graduées selon la difficulté, ainsi définies dans l’avant-propos de la première édition, repris dans la troisième :

…les deux premières sont composées de groupes textes représentant le travail d’un mois, séparées par des poésies simples, faciles à apprendre par cœur. Ces groupes respectent l’ordre des saisons et se rapportent généralement à une idée centrale : la maison, Noël, les animaux domestiques, les métiers, etc… La troisième partie est formée de textes complets offrant une grande variété, susceptibles d’être des lectures intéressantes pour les jeunes élèves des écoles primaires ou de textes d’études littéraires pour les grands élèves des collèges, des lycées ou des écoles normales.

40Ce florilège donne une très belle idée de la production provençale des XIXe et XXe siècles, sur le plan qualitatif comme sur le plan quantitatif. Les objectifs sont évidents : les productions littéraires sont là pour revaloriser l’image de la langue, mais aussi pour compenser la déperdition des pratiques orales. Toutes choses que nous ne cesserons de retrouver désormais.

2.2- Côté ouest, le travail de Mouly et alii

41Nous sommes toujours dans le cadre du Félibrige, mais côté Ouest. Michel Lafon présente ici, dans une perspective historique, la mise en place et la continuité d’un enseignement de l’occitan en Aveyron et le rôle de l’acteur de premier plan que fut le félibre Henri Mouly. Mouly fut, seul ou avec d’autres, un des auteurs les plus féconds en matière d’anthologies.

2.2.1- Antoulougio Escoulario de Lengadoc, 1931

Antoulougio Escoulario de Lengadoc, 1931

Antoulougio Escoulario de Lengadoc, 1931

42Cet ouvrage, publié à Rodez, édité par la « Mantenencio de Lengadoc » a utilisé les compétences de 9 coordonateurs, venus de tous les départements de la Maintenance : L. Abric (de Lunel), P. Albarel (Narbonne), P. Azéma (Montpellier), J. Brabo (St-Martin de Valgalgues, près d’Alès), Clardeluno (Cazedarnes, près de Béziers), C. Cuxac (Rivel, Aude), J. Loubet (Montpellier), H. Mouly (Rodez), J. Salvat (Rivel). Ouvert en épigraphe par les célèbres vers de Mistral « Qu’un pople toumbe esclau / se ten sa lengo, ten la clau / que di cadeno lou deliuro » [Qu’un peuple tombe esclave, s’il possède sa langue, il possède la clé qui le délivre des chaînes], sa préface est de Clardeluno.

43Il s’agit d’un travail de dimensions considérables. Les textes y sont classés par provenance géographique (Alès e las Cevenos, Rodoul de Lunel, Mount Pelié, Béziès-Sant-Pouns, Narbouno, Carcassouno, Lou Lauragués, Toulouso, Lou païs de Fouis, Agen, Lou Carsi, Lou Rouergue) et, dans chaque espace, par ordre chronologique, le plus ancien étant de Godolin (XVIIe siècle). Ainsi l’ouvrage contient-il les classiques de chaque région : l’Abbé Fabre (p. 30-31-33), Peyrottes de Clermont l’Hérault (p. 97), Bergoing de Narbonne (p. 144), Goudoulin (p. 184), Jasmin (p. 200), ou Peyrot pour le Rouergue (p. 211).

44Dans chaque section, le terroir d’appartenance des écrivains est bien sûr évoqué dans plusieurs textes. L’anthologie ne contient pas d’autre accompagnement que des notes de vocabulaire en bas de page. Ce travail considérable (252 pages) regroupe 185 textes de 93 auteurs différents. Thèmes et genres y sont variés.

45Comme pour les deux manuels mistraliens évoqués précédemment, une large place est faite à l’histoire, mais c’est l’albigéisme qui a maintenant la vedette, à travers un texte intitulé « La Crozada » [La Croisade] (Salvat, p. 181), « Lous avugles de Bram » [Les aveugles de Bram] (Paul Albarel), ou encore à travers « Lo colièr de perlas de Louis Gouyer » (p. 53) qui énumère les cités du Languedoc et s’arrête sur les épisodes de la guerre contre les Albigeois qui ont marqué telle ou telle. Le texte de G. Vinas (p. 130) « Lous viels al soulel », après avoir fait parler des vieillards de leur ancien métier, donne la parole à un « caminaire » qui devient aède pour évoquer divers épisodes de la Croisade. Quand à J. Azéma, il évoque « La Voux de Dono Guiraudo » de Lavaur (p. 157) e Fourés, dans « Le grand lauraire », p. 172, salue les « rougèlo » [coquelicots] « ensannado / des Lengadoucians / Morts pendent la Crousado » [couverts du sang des Languedociens morts pendant la Croisade]. Il serait amusant de lire l’évocation de la même « Crozada » par l’Abbé Salvat (p. 181), tentant de délimiter la punition selon lui nécessaire des meurtriers du légat du pape, par les « Vertadièrs Crozats » qui cependant, après avoir vaincu l’hérésie « per lo ferre e lo foc » retournèrent en France, alors que leur cause était détournée par d’autres qui s’enrichirent aux dépens des vaincus. Et de finir par cette lyrique déclaration : « jos aquel malastre, l’Ama Occitana replèga sas alas com un auzèl blesat a mòrt, sa lenga s’amudis e sas libertats son raubadas » [sous ce malheur, l’Âme Occitane replie ses ailes comme un oiseau blessé à mort, sa langue se tait et ses libertés sont volées].

46Autre moment historique languedocien, les événements de 1907, évoqués par P. Azéma dix ans plus tard (p. 82).

47De nombreux textes évoquent la destinée des humbles tantôt tragique (« Lou Carretejaire » de P. Molinier, p. 21, ou « Lou paure » de Jan Martrou, p. 159), tantôt idéalisée, ainsi dans « Lou noum » de Jan Camp (158). Les portraits et scènes de genre abondent, « Jour de pluèjo » d’A. Benazet (p. 252), « Prefaço del Campestre » de Jean Laurès (p. 93) et présentent parfois un métier « Lou Pastre », d’A. Roux (p. 20). Les travaux des champs sont bien évidemment surreprésentés, en lien souvent avec l’évocation des saisons : « La Meissoun » de L. Abric (p. 26), « Per vendemia », de P. Vezian (p. 27), « Vespreda de nouvembre » de P. Chassary (p. 52), « Vendemios », d’E. Barraille (p. 163) ; l’abbé Bessou propose une scène de foire (p. 218). Plus rares sont les scènes de genre urbaines, à travers Marsal « La Maia » (p. 44).

48La Nature – et ses fruits – occupent une large place dont nous ne donnons que quelques exemples : « La Figuièira » de Lydie Wilson de Ricard (p. 48), « Las Oulivas » (p. 71) de F. Dezeuze, ou encore « Lou vin de Lengadoc » de P. Causse (p. 72).

49Une place est évidemment faite aux traditions, calendales notamment, en p. 36, se trouve un beau Noël sensible du Montpelliérain Moquin-Tandon, « La Catarineta », ainsi qu’en p. 58 une « Pregaria per Nadau » de Jean Charles-Brun.

50Les souvenirs de la grande guerre étant très proches de la période de gestation de l’anthologie, il n’est pas étonnant d’y trouver une Lettre de poilu de L. Fourmaud « Per ma manida… » (p. 25) et un poème de Delpont Delascabras – Louvis Stehle, décrit ces mêmes « Pialuts » (p. 74).

51Bien sûr le Félibrige – et la défense de la langue d’oc – sont souvent évoqués au gré des textes, ainsi dans un extrait d’une préface de Jean Charles-Brun au recueil Las Pescalunetos d’Antoine Roux (p. 56). Le même Charles-Brun associe dans un même hommage la figure de son père, compagnon du Devoir de la Liberté, et celle de Mistral et du Félibrige (p. 59). La défense de la langue est au cœur de deux discours de P. Azéma (p. 79 et p. 81) et constitue le titre d’un hommage de L. Vabre « A ma lengo » (p. 109) qui associe l’ensemble des écrivains d’oc, des troubadours à Mistral. L’idée latine et le fédéralisme apparaissent dans l’appel « As Latins » de Savié de Ricard (p. 38) ou dans les textes de Roque-Ferrier (p. 40-43).

52Thèmes variés, donc, mais aussi tonalités diverses.

53La dimension moraliste est souvent présente à travers fables et récits : «  Moun bonur », d’Adrien Fediere (p. 49), ou « La Clouco e lou pouletoun » (p. 167) et « L’Amourié d’escalos » (p. 168) d’A. Mir. Du même Mir, on note le récit édifiant de « L’escudelo » (p. 169) Moralisme aussi dans le « Nadal d’Arièjo » de C. Roques (p. 193) où des pauvres méritants sont récompensés, la nuit de Noël, par un geste charitable qui tient du miracle. On n’est pas étonné de reconnaître la morale chrétienne de l’Abbé Salvat qui, à travers « Lou poudaire » (p. 180), évoque les épreuves salutaires de l’homme.

54De nombreux récits facétieux émaillent le recueil, à commencer par un extrait de Jan l’an pres de l’Abbé Fabre (p. 33), puis de « Lou Segnour e soun jardinié » de R.F. Martin (p. 34), ou encore du « Lach de sauma » d’A. Tandon (p. 35), de deux récits de Moquin-Tandon (p. 37) : « La Passejada dau douctour » et « L’aiga boulida ». Facétieux également le récit de P. Chassary « Pradet Veuse » (p. 50), ou « Lou Cap-Pelat » de L. Piat (202)

55Tous les genres littéraires sont représentés, y compris, fait nouveau par rapport aux autres ouvrages que nous avons décrits, le théâtre (Abbé Fabre (p. 30), François Dezeuze (65), Pierre. Azéma (p. 75), Melchior Barthès (p. 103), Emile Barthes (p. 120). Destination scolaire oblige, le recueil contient de nombreux contes en version intégrale (Bessou, p. 221, p. 225).

56Les concepteurs ont fait le choix d’auteurs connus mais aussi d’autres moins connus pour aller vers la variété et intéresser les écoliers.

57Ils livrent aussi leurs réflexions sur la graphie :

franc pes ròdouls de Lunel e d’Alès ount se fai encara mai qu’endacom [sic] sentir lou vesinage de la Prouvenço lou legeire troubara gaire aici que dos grafios : la de l’Escolo Occitano e la grafio mai courrento emplegado un pauc per tout en Lengadoc. Faire l’unitat èro pas poussible. Faire coneisse as enfants nostres pouètos e i lous faire aimar : aco se poudio : hou abem ensajat .

  • 19 Fondée par les deux instituteurs Antonin Perbosc et Prosper Estieu. Se détournant de Maillane, ils (...)

[En dehors des environs de Lunel et d’Alès où se fait plus qu’ailleurs ressentir le voisinage de la Provence, le lecteur ne trouvera guère ici que deux graphies : celle de l’École Occitane19 et la graphie la plus courante employée un peu partout en Languedoc. Il n’était pas possible de faire l’unité. Faire connaître nos poètes aux enfants et les leur faire aimer, cela se pouvait : nous l’avons essayé.]

58En cela, cet ouvrage est un bon témoignage de la coexistence pacifique, sur un espace relativement large, de plusieurs systèmes de graphie cohérents, mais très différents les uns des autres. Il semble que le projet de réunir un riche panel de textes littéraire ait permis de dépasser ces différences.

59Quant à l’usage pédagogique, on peut douter que l’ouvrage, malgré son titre, malgré les propos de Clardeluno dans la préface, ait été mis tel quel entre les mains des élèves. Il s’agit à l’évidence d’un important florilège destiné avant tout aux maîtres :

…nostro Antoulougio es uno Antoulougio escoulario. Aco tout cop nous a fach endurar manto duro oubligaciu : nous a fourçats à menciounar pas souloment aqueles graciuses pouètos qu’an noum à Mount-Peliè Augusto e Cyrilha Rigaud. Nous a fourçats a fourviar de moucis de primier ordre per ne causir d’autres mai a la pourtado de nostres legeires ; e enfin per que toutos las menos de pouésio e de proso seguessoun representados, per faire un mescladis agradiu que tenguesso en alen l’atenciu des enfants, abem tout cop « favourisat » se se pod dire, tal paure pouèto quasi incounescut foro de soun rodoul, ou demandat à tal autre quatre ou cinq peços en lioc de dos ou tres.

[…notre Anthologie est une Anthologie scolaire. Cela nous a fait souvent endurer mainte dure obligation : cela nous a forcés à ne pas seulement mentionner ces gracieux poètes que sont à Montpellier Auguste et Cyrille Rigaud. Cela nous a forcés à éliminer des extraits de premier ordre pour en choisir d’autres plus à la portée de nos lecteurs ; et enfin pour que toutes les sortes de poésie et de prose soient représentées, pour faire un mélange agréable qui tienne en haleine l’attention des enfants, nous avons souvent « favorisé » si l’on peut dire, tel pauvre poète quasi inconnu en dehors de son pays, ou demandé à tel autre quatre ou cinq pièces au lieu de deux ou trois.]

2.2.2- Éléments de langue occitane, H. Mouly, [1ère éd. 1939, 2ème éd. 1967]

60Mouly est un instituteur, un penseur pédagogique. On pourrait trouver maint exemple de ses productions en la matière, dont certaines ont été exposées dans ce même numéro par Michel Lafon.

Éléments de langue occitane, H. Mouly, 2e éd. 1967

Éléments de langue occitane, H. Mouly, 2e éd. 1967

61Cet ouvrage en est la preuve, dans ses deux éditions, dont la deuxième, c’est à noter, a été prise en charge par « le » syndicat (le Syndicat National des Instituteurs, Section de l’Aveyron). Ces deux éditions, présentées comme successives, sont en réalité complètement différentes : seuls 5 textes du début de la première sont inclus dans la seconde, qui introduit notamment des textes de Bodon, (Jean Boudou), l’étoile montante du Rouergue – et d’ailleurs – dont Mouly fut en quelque sorte le père spirituel. L’anthologie demeure le cœur des deux ouvrages, contrairement à ce que pourrait laisser penser le titre, qui s’explique cependant par la présence, après chaque texte, de « leçons » qui incluent tous les aspects de la langue, dans un ordre rigoureux (phonétique, catégories grammaticales, morphologie). Présents également un thème et une version. En revanche, aucun questionnement littéraire, ni même thématique sur les textes.

62Ceux-ci reprennent les thèmes et genres que nous avons trouvés dans les deux volumes précédemment analysés. De même que Savinian et Durand centraient leurs textes sur la Provence (avec un élargissement à la romanité chez Durand), c’est sur le Rouergue que se concentrent les choix de Mouly. Aucun auteur extérieur. Charles Camproux justifie ainsi ce choix dans la préface : «ce petit livre […] prétend seulement être l’outil d’initiation à une connaissance plus vaste […]. les morceaux choisis, qui sont exclusivement des morceaux d’auteurs rouergats modernes, constituent une véritable petite anthologie où se manifeste l’esprit profondément occitan du Rouergue. » Camproux s’inscrit en faux contre une première impression qui voudrait réduire l’ouvrage au « pittoresque » et au « folklore » ; il s’agit plutôt, dit-il « de la reconnaissance même du droit à la vie d’une civilisation qui ne peut s’exprimer totalement que dans la langue du lieu. »

63Parmi ces auteurs, il en est qui figuraient dans l’anthologie de 1931 (Bessou, Mouly lui-même Calelhon et Séguret, A. Benazet, A. Ladoux), apparaissent J. Boudou, E. Fournier, A. Pradel. En dehors d’un poème de Calelhon, les textes sont en prose et d’un accès plutôt aisé.

2.2.3- Dins l’òrt occitan – Delfau et Mouly, Subervie, 1962

Dins l’òrt occitan – Delfau et Mouly, Subervie, 1962

Dins l’òrt occitan – Delfau et Mouly, Subervie, 1962

64Par rapport aux ouvrages précédents, celui-ci innove par sa volonté d’élargissement diachronique et diatopique. Le plan, en quatre parties, est original :

  • L’Ort vièlh contient 5 textes en prose, extraits de documents d’archives historiques du XIIe au XVIe siècles.

  • L’Ort nòstre comprend des textes d’auteurs rouergats, classés par ordre chronologique. Il s’agit de la section la plus riche.

  • L’Ort dels Vesins est consacré à la littérature du département voisin du Tarn. Section dont les auteurs regrettent que les contraintes financières les aient forcés d’en limiter l’étendue car, disent-ils, « malgré de légères particularités d’accent ou de vocabulaire, c’est bien la même langue qui chante des Alpes à l’Océan et du Limousin à la chaîne des Pyrénées ».

  • L’Ort des Mèstres réunit, dans un bel ensemble œcuménique, des auteurs aussi différents que Mistral, Aubanel, Vermenouze, Fourès, Perbosc, Cubaynes, Estieu ou Robert Lafont… Il est remarquable que cette section s’ouvre avec Mistral et se ferme avec Robert Lafont, « le chef de file de la jeune génération occitane ».

65Chaque texte, dont l’orthographe a été modernisée, est précédé d’une présentation de l’auteur et suivi de sa traduction ; l’accompagnement pédagogique se limite à quelques remarques de prononciation au début de l’ouvrage, à un « modèle » (qui ne veut pas en être un) d’explication d’un texte de Mouly, et deux pages d’avant-propos intitulées « Comprenons notre langue » où il est conseillé au maître de se laisser porter par l’originalité de chaque texte, de ne pas négliger une lecture de qualité et, selon un propos que nous avons déjà lu sous différentes formes, de retrouver « dans les textes l’homme d’Oc et les traits permanents d’une civilisation originale dont il est le centre et la justification, essayer de démêler les fils subtils qui unissent la terre, l’homme et la langue… »

66Cette introduction, cependant, refuse les pièges de l’enfermement :

Enracinement (enrasigament) ne signifie pas immobilisme ni diminution, mais stabilité, élargissement, communion. Les soucis et les joies de l’homme de chez nous, les satisfactions qu’il tire du métier librement choisi, le regain de vigueur et le réconfort qu’il puise, après l’épreuve, au contact de la terre maternelle, lui appartiennent en propre et tissent la toile de ses jours heureux ou malheureux. Mais ils ne l’isolent pas au point de lui faire oublier qu’en d’autres coins du monde, d’autres hommes, hostiles ou fraternels, connaissent les mêmes soucis et les mêmes joies, s’ils les expriment dans des langues et sous des cieux différents. 

67Nous donnerons ici un aperçu de la section la plus importante, « L’Òrt nòstre », dont les thèmes correspondent à ce que nous avons observé dans les autres manuels :

  • Présentation de paysages : « lo valon de Nant » par Dom Guerin (p. 25), « Lo lac de Sant-Anduòl » par A. Durand (p. 50) ; « A ma montanha » de J. Ladoux (p. 62) ; « Lo Covert de la plaça » de L. Joulié (p. 68) ; « La Ribièira » de Mouly (p. 93), « Lo Causse », de V. Cavallo (p. 141)

  • Saisons et travaux agricoles : « La solenca », de Peyrot (p. 28), « La prima », de Marty (p. 34) ; « La montada de las vacas » de B. d’Armanhac (p. 47) ; « Lo depart de las irondèlas », de L. Grégoire (p. 53) ; « Lo Lauraire » (p. 91) ou « Los Sacs de blat » (p. 95) de Mouly

  • Les récits nostalgiques de veillées sont aussi l’occasion d’inclure des récits pittoresques, ainsi de « Lo gal de mièja-nuech » d’A. Combettes (p. 137)

  • Il arrive que sous une chanson de métier, se cache une peinture sociale à visée morale ou politique, ainsi de « La cançon dels boièrs », d’A. Villiers (p. 36) ou de « La denogalhaira » d’A. Benazet (p. 55) 

  • Portraits, souvent associés à des scènes de genres : « Los dròlles mal ellevats » par Jean Froment (p. 32) ; « Laurenson de Rozies » de Bessoun (p. 36), « Lo Pepin » de J. Vaylet » (p. 86).

  • Fernand Huc nous livre un des rares textes déterritorialisés, « L’embarcament » (p. 98), qui se situe à Marseille.

  • Récit animalier de A. Pradel « Las Misèras d’un rainal » (p. 108), « Paure Taupet », de G. Seguret (p. 134)

  • La défense de la langue, sous forme allégorique : « La Soca » d’A. Vezinhet (p. 112)

  • 20 Qui figure aussi sous son vrai nom d’Arthemon Durand.

68Quant aux genres, outre les textes d’archives de la première section, on remarque notamment que la littérature dire « d’almanach » est bien représentée. D’ailleurs, L’Armanac Rouergat est une des sources de d’anthologie, où on trouve des fables et contes – souvent facétieux –, en vers ou en prose : « Las doas cabras », de Cocural20 (p. 30) ; « Lo grelhon, lo lop e las abelhas », (p. 40) ou « Maloc » (p. 42) de Besson, « L’afar dels capèls » d’A. Benazet (p. 57) ; « Lo postier Valeta » de J. Ladoux (p. 64), « Las nièras anglesas » de H. Fournier (p. 104).

69Contes merveilleux aussi comme « La Trocha », d’H. Fournier (p. 101), conte de Noël « Lo Nadal de Toenon » d’A. Vezinhet (p. 114)

70Il arrive que les textes revêtent un caractère féérique, ainsi de « La Fialaira blancha » (p. 78) ou de « La font soscaira » (p. 84) de Calelhon, qui nous livre aussi « Lo darrièr Fioc » (p. 82) où nous verrions volontiers des accents que Max Rouquette sut trouver dans « Cendra Mòrta » (Verd Paradís 2)

71De l’œuvre majeure de Jean Boudou / Joan Bodon, l’anthologie donne un échantillon important (« L’Ostal nòstre », poème, p. 123, extrait des Contes dels Balssàs (p. 125), de La Grava sul camin (p. 128), du « Castèl de raive » (p. 131).

  • 21 Voir à ce sujet notre étude « Ives Roqueta, escriveire public », Revue des Langues Romanes, tome CX (...)

72Cette anthologie fait place (p. 143-149) à un auteur de la nouvelle génération, Yves Rouquette, dont il reprend le célèbre poème éponyme de son premier recueil : « L’escrivèire public »21, ainsi que deux extraits d’une prose Èrbas baujas, parue dans la revue OC, 198, 168-172.

2.2.4- Autour de Camproux à Montpellier

73Charles Camproux était après la guerre chargé de cours de langue et littérature occitanes à la Faculté des Lettres de Montpellier. Il fournit la préface des Pages choisies des Écrivains Languedociens du XVIIe siècle, Marcel Carrière, 1946, SEO, coll. « Nouveaux classiques occitans » et conçoit, en 1947, le manuel intitulé Le Livre d’Oc, appartenant à la « Collection pédagogique de l’Institut d’Études Occitanes ». Deux ouvrages pour deux publics évidemment différents.

Pages choisies des Écrivains Languedociens du XVIIe siècle, Marcel Carrière, 1946, SEO, coll. « Nouveaux classiques occitans »

Pages choisies des Écrivains Languedociens du XVIIe siècle, Marcel Carrière, 1946, SEO, coll. « Nouveaux classiques occitans »

74Le premier est à l’évidence plus exigeant. Même si l’orthographe est modernisée « tout en respectant les particularités dialectales que l’histoire et les lois linguistiques posent comme légitimement établies », dit la préface de Camproux, même s’il est question que les « textes puissent être utilisés pour l’enseignement », et destinés « au public studieux de nos divers enseignements [ ?], d’autre part au plus large public amoureux de notre langue d’Oc », on a peine à imaginer ce recueil comme un manuel scolaire et on aimerait savoir quel a été son usage réel : probablement des cours à l’Université.

75Notons qu’il s’agit, à notre avis, du premier ouvrage de présentation pédagogique de la littérature des temps modernes, remettant en perspective historique l’écrit du XVIIe siècle, fournissant une riche bibliographie (malheureusement non datée), classée par provinces (Catalogne comprise) avant de présenter les auteurs languedociens, globalement, puis individuellement, en même temps qu’une sélection anthologique, textes non traduits, mais accompagnés de notes.

76Il y a là, en effet, tous les ingrédients des « Petits Classiques occitans » comme l’Université de Montpellier – son centre d’Études Occitanes – en produira une belle collection dans les années 1970.

Le Livre d’Oc, Collection pédagogique de l’Institut d’Études Occitanes 

Le Livre d’Oc, Collection pédagogique de l’Institut d’Études Occitanes 
  • 22 Mis en valeur dans l’original

77La destination de l’ouvrage de 1947 est précisée : « le cours supérieur du premier degré ». Il s’agit de donner aux enfants « une connaissance élémentaire de la langue de leurs aïeux et de la littérature de leur pays indispensables si l’on prétend leur donner une connaissance exacte du milieu » ; cette notion de « milieu » est précisée plus loin : « étude du vocabulaire désignant les objets, les plantes, les animaux, les travaux… », « relevé et [l’]explication des expressions, proverbes et contes en langue locale. » L’argumentation reprend la vieille antienne de la fin du siècle dernier « remplacer par la langue d’Oc, pour des enfants qui sont appelés à n’étudier ni le latin, ni les langues vivantes, les bienfaits qu’ils retireraient de ces enseignements. Cela en particulier pour obtenir une connaissance meilleure de la langue nationale22, ce qui reste un des buts essentiels de l’enseignement du premier degré ; », ce qui est ainsi résumé « une meilleure connaissance de la langue nationale par le moyen de la langue occitane locale ».

78Le livre est organisé en 40 semaines, regroupées autour de 20 textes, dont les auteurs appartiennent tous au Sud-Languedoc. La graphie initiale des textes a été adaptée au système d’Alibert, comme indiqué en avant-texte (p. 9-10) :

Ce sont ces lois [de Perbosc et Estieu] que le philologue L. Alibert compléta sur des bases scientifiques reconnues par les plus hautes sommités de nos Universités méridionales. C’est à cette orthographe qu’obéissent les textes que nous avons choisis. […] Dans un ouvrage destiné à l’enseignement, on ne pouvait présenter des textes écrits dans une graphie anarchique.

79Une semaine sur deux est consacrée à des « exercices d’application ». Une nouveauté par rapport aux anthologies précédemment présentées : la richesse de l’accompagnement pédagogique (en français, notons-le) : des notes de vocabulaire, des éléments de morphologie, syntaxe, orthographe, formation des mots, un petit commentaire littéraire. Il s’achève par des conseils de collectage de littérature orale qu’il est suggéré de confier aux enfants.

80Rien d’original, apparemment, dans le choix des auteurs et des textes, sinon que leur classement obéit dorénavant à un impératif pédagogique et non plus à une organisation géographique ou historique. Présentation de métiers, travaux et paysages, souvent liés aux saisons, fables, histoires d’animaux, récits facétieux, portraits, en voici l’inventaire :

  • Antoni Roux : Lo Pastre

  • Louis Abric : Per meissón

  • Abat Favre : Lo borricot de Joan-L’An-Pres

  • Moquin-Tandon : La catarineta

  • Savier de Ricard : La Libertat

  • Roca-Ferrier : Lo Verdón cantant

  • Marsal : La Maia

  • Dulciorella : La figuièira

  • Lois Goier : Lo colier de perlas

  • Carles-Brun : Pregaria per Nadau

  • Max Roqueta : Lo vielh

  • Clardeluna : ma Gran

  • Leopold Vabre : A ma lenga

  • Anonim : La sarda e la granolha

  • Savier de Ricard : en Lengadòc

  • Peire Jepa Bedart : Lo pacan

  • Junior Sans : Epitra

  • Peire Azema : Avem lo drech

  • Leon Còrdas : La Sorneta del vailet

  • F. Dezeuze : Las olivas

81On retrouve là aussi le seul texte urbain de l’Antoulougio escoulario de Lengadòc : « La Maia » de Marsal. « Lo colier de perlas » décline les noms des cités languedociennes, strophe par strophe, évoquant au passage, pour Toulouse ou Béziers, quelques souvenirs albigéistes.

82Deux poèmes – sur vingt– s’apparentent au genre des Noëls : « La Catarineta » et la « Pregària per Nadau ». Le Noël est en effet un genre très abondant dans la littérature d’oc, qui se prête particulièrement bien à la lecture enfantine, quelles que soient les croyances des auteurs. Mais le manuel de Camproux est de tous ceux que nous avons consultés celui où cette présence relative est la plus importante. Rien d’étonnant, nous semble-t-il, de la part du catholique Camproux. Les textes « A ma lenga » et « Avem lo drech » de P. Azéma, qui sont des évidents manifestes, et « La libertat » de Roque-Ferrier qui laisse apparaître les engagements fédéralistes de Camproux, donnent au corpus une coloration engagée…

2.2.5- La loi Deixonne et son rôle de stimulant

  • 23 Ces réflexions apparaissent notamment dans les lettres de Félix Castan à Robert Lafont, conservées (...)

83Comme en Provence, les batailles autour de la Loi Deixonne et la promulgation de celle-ci en 1951 rendent évidente chez les militants l’urgence de doter les maîtres d’outils pédagogiques23. Les manuels conçus ne diffèrent guère de leurs prédécesseurs : on propose aux enfants des « morceaux choisis » selon un modèle datant de la fin du XIXe siècle. On les accompagne de notes linguistiques, parfois de leur traduction, souvent d’exercices. Deux manuels sont ainsi proposés à l’Ouest du Rhône, le premier à destination du 1er degré, le second à destination du second degré.

Per Jòia recomençar, Toulouse, Privat, coll. Pédagogique de l’Institut d’’Etudes Occitanes, 1951 ; De la langue au pays, Pierre Lagarde et Andrée Lafont, Toulouse, Privat, coll. pédagogique de l’Institut d’Etudes Occitanes, 1951.

Per Jòia recomençar, Toulouse, Privat, coll. Pédagogique de l’Institut d’’Etudes Occitanes, 1951 ; De la langue au pays, Pierre Lagarde et Andrée Lafont, Toulouse, Privat, coll. pédagogique de l’Institut d’Etudes Occitanes, 1951.
  • 1951 : Per Jòia recomençar, Toulouse, Privat, coll. Pédagogique de l’Institut d’’Etudes Occitanes. Paru en deux éditions : languedocienne et gasconne.

  • 1951 : De la langue au pays, Pierre Lagarde et Andrée Lafont, Toulouse, Privat, coll. pédagogique de l’Institut d’Études Occitanes.

84Mais les préfaces disent désormais autre chose. Commençons par le manuel destiné au premier degré. En deux versions (languedocienne et gasconne) Per Jòia recomençar est présenté comme destiné aux élèves du primaire, mais la préface laisse deviner la nécessité du truchement du maître. On y insiste sur la présence, encore forte, de l’occitan dans l’environnement des enfants qui « arrivent à l’école porteurs d’un système d’expression d’Oc » alors que « ceux qui ne parlent pas la langue d’Oc en portent en eux l’instinct. » Les mots sont forts : il s’agit alors de proscrire le « sadisme » qui consiste à « rabrouer des petits enfants qui parlent comme on le leur a appris dans leur famille » et « d’éviter le grave traumatisme psychique que peut provoquer au moment de l’entrée à l’école le refoulement impitoyable de tous les réflexes d’expression naturels ». Après l’introduction progressive de la langue d’oc dans la classe, on conseille au maître (comme le faisait Camproux à la fin de son manuel) de revenir aux méthodes utilisées au siècle dernier par Perbosc : « habituer les élèves à recueillir les proverbes, les idiotismes, les productions folkloriques de la langue populaire » et ainsi aboutir à « une première prise de conscience linguistique qui ne peut avoir lieu autrement qu’en langue d’Oc dans les pays occitans. » Les textes que propose ensuite le manuel sont présentés comme « une introduction très élémentaire à l’ensemble de la littérature d’Oc moderne ». Des suggestions sont faites d’utiliser danses et chants présents dans le livret en dehors de la classe, lors des fêtes scolaires. L’utilisation du folklore est préconisée sous une forme modernisée : il s’agit de « faire rayonner à l’école le meilleur d’un folklore rajeuni et réinventé par l’enfance ». La conclusion justifie le titre :

PER JOIA RECOMENÇAR… Ç’a a été pour nous la raison la plus valable d’entreprendre ce travail, que la joie que nous voulions apporter aux enfants de nos écoles, par le moyen de la langue de leur peuple. 

85Les textes et les auteurs :

86Outre des chansons (accompagnées de partitions), danses (accompagnées de schémas) et contes populaires, on relève des textes de Bessou, Mir, Lesfargues, Rouquette (2), Paulin (2), Lagarde, Camproux, Perbosc (2), Godolin, Fourès, Dezeuze, Galéry, Cordes. Où l’on voit là aussi se dessiner un panthéon de la littérature occitane. Trois thèmes : « Per rire e pantaissar, Salvatgina, Per òrta.

  • 24 Nous avons conservé l’italique du texte.

87C’est Robert Lafont qui écrit la préface du livre conçu par son épouse et André Lagarde, De la langue au pays. Lafont insiste sur le fait que la méthode repose sur une analyse originale : « Ils ont donc voulu analyser correctement et aussi lucidement que cela est possible aujourd’hui, la nature particulière du milieu occitan et de la langue d’oc », cette méthode, dit Lafont est évidente dès le titre qui montre l’occitan comme « l’auxiliaire indispensable d’un enseignement réaliste, d’un enseignement incarné 24». Et Lafont propose ensuite le projet que sera celui de toute une vie, celui de la nécessaire connaissance de l’espace occitan, qu’il appelle « Occitanie » :

Toute rénovation de la pédagogie dans le sens d’une vie plus aérée de l’école coïncide chez nous avec une meilleure connaissance de l’Occitanie.
Mais cette connaissance serait illusoire, parce que sporadique, si elle ne tenait pas compte du fait occitan privilégié : la langue d’oc. 

88Le choix de fonder la méthode sur le recueil de textes commentés est ensuite justifié :

Il y a différence de nature entre les écrivains d’oc et les écrivains français dont on a coutume de parler en classe […]. Tandis que ceux-ci apportent à leur lecteur le message d’une pensée puissamment personnelle ou une interprétation originale des problèmes de l’esthétique, les premiers, les nôtres, ont vécu à ras du sol. Leur œuvre est transparente ; leur plus grande originalité est souvent dans l’emploi de la langue d’oc […] On recherchera chez eux avant tout l’occitanité, occitanité inconsciente, naïve, populaire chez les plus anciens, occitanité voulue chez les contemporains. Une belle leçon se dégage de cette étude : leçon d’humilité, dans la connaissance de la communauté humaine à l’état naturel, l’écrivain étant la voix élue de cette communauté.

89Lafont insiste sur l’intérêt de la comparaison de la parole littéraire et la parole populaire, « de la poésie au folklore, de la phrase d’auteur à la phrase spontanée de l’homme du peuple ».

90L’ouvrage se compose de deux parties :

  • 25 textes d’études et directions de recherches, classés en 25 leçons

  • 20 Textes de lecture, classés par genre

91Le choix des textes est riche et très éclectique : les plus anciens datent du XIVe siècle (extrait du Petit Thalamus) et du XVIIe siècle (Goudoulin) ; la littérature orale est bien représentée, et l’ouvrage répond ainsi aux propos du préfacier. Il y a là un florilège, si l’on prend le terme dans son acception étroite de choix de ce qu’il y a de meilleur. L’ouvrage complète le panthéon de la littérature d’oc dans lequel Max Rouquette prend désormais une grande importance, alors que Boudou n’est pas encore connu au sud du Languedoc. Le domaine dialectal est essentiellement languedocien (excepté Camproux, signalé comme provençal, et Bigot). Géographiquement cette forme linguistique est illustrée par des poètes de l’ensemble dialectal, y compris dans ses extrêmes nord (l’Aurillacois Vermenouze), ouest (l’Agenais Jasmin) et est (Le Nîmois Jean Michel, dont la langue au XVIIe siècle, n’avait pas subi autant d’influences du provençal rhodanien. La graphie a été modernisée, et chaque texte est occasion d’une petite réflexion sur la langue employée ; notons que les noms des auteurs sont donnés avec leur forme française.

92L’accompagnement didactique est abondant : remarques linguistiques systématiques, et, selon les textes, présentation des auteurs, contexte de civilisation et d’histoire, commentaire littéraire. Tout cet accompagnement, en français, est très largement composé de questions posées aux élèves.

93Les textes et auteurs

  • P. Estieu : « Cançon pel cavalet »

  • P. Goudouli : « Estanças »

  • P. Lagarda : « Jorn de tardor »

  • Anonim : « Jòrdi » (Conte narbonés)

  • E. Barthe : « La ramada »

  • Favre : « Joan-l’an-pres se consòla de la mòrt de sa grand »

  • La Fare-Alais : « La fèsta dels mòrts »

  • A. Bigot : « Fraternitat »

  • L. Paulin : « Bressairòla »

  • A. Perbosc : « Estampèl sus la lenga d’Oc e la respelida occitana »

  • Jasmin : « Françoneta »

  • J. Bessou : « Nadal »

  • Remize : « Lo cotelon de Peiret »

  • Vermenouze : « Los sucs e los puègs »

  • Leon Cordes : « Prudon de la luna »

  • Perbosc : « A la vinha »

  • Joan Michel : « Emblèma de la vida de l’òme »

  • Anonyme : « Tòni »

  • P. Estieu : « Cantar »

  • M. Rouquette : « Pluma que vòla »

  • Anonyme : « Conte de ma maire »

  • Petit Thalamus : « Carles de Borbon fa lo sèti de Beziers »

  • J. Cubaynes : « las vertuts de la terra »

  • R. Nelli : « Remembre de la montanha negra »

94Tèxtes de lectura

  • Contes populaires : « La masca », « Lo pelegrinatge de la paura formigueta », « lo camin dau paradis » ;

  • Théâtre : F. Dezeuze : « l’apoticari purgat » ; AJ Boussac : « lo d’aquò’s » ; M. Rouquette : « lo Miralhet », L. Cordes : « La font de bonas gràcias » ;

  • Proses : AJ Boussac : « La letra » ; H. Mouly : « Pajòca » ; M. Rouquette : « Lo singlar » ;

  • Poésie : R. Tricoire : « Nuèit d’ivèrn » ; L. Paulin : « Bona pluèja », « Silenci de l’automne » ; P. Lagarde : « Serras malvas » ; M. Rouquette : « Pastorala », « Lo sabaud », « Avent » ; Léon Cordes : « Partença » ; C. Camproux : « Li penjats »

95Rien d’original quant aux contenus. Nous pourrions reprendre ici ce qui a été dit pour les manuels précédents. Un seul texte, de Max Allier, évoque la ville. Notons la première apparition dans un manuel du beau texte de Camproux « Li Penjats », extrait de ses Poèmas de Resisténcia qui évoque un épisode tragique de la fin de la guerre à Nîmes et qui sera par la suite très souvent utilisé.

3- La maturation de l’édition pédagogique – l’occitanisme militant

3.1- Un modèle ? Initiation à la littérature occitane, Denise Imbert, 1968

Initiation à la littérature occitane, Denise Imbert, 1968

Initiation à la littérature occitane, Denise Imbert, 1968

96Ce « supplément aux Cahiers Pédagogiques de l’IEO » veut répondre à un besoin : celui du développement des cours d’occitan. L’auteure reprend dans l’ouvrage des textes testés dans des classes de la 4ème à la 2nde.

97Elle adopte une présentation chronologique, depuis les troubadours, en passant par les grandes périodes de la littérature occitane et regrette, dans sa préface, que les héritiers de Mistral ou d’Arbaud ne lui aient pas permis de publier des textes parce qu’elle avait souhaité les transcrire en graphie classique. Déjà vieille et toujours jeune querelle.

98Denise Imbert justifie ainsi l’usage du français : « nous avons enseigné en milieu urbain totalement désoccitanisé, certains de nos élèves étant étrangers à la langue et au pays ». Mais, dit-elle, « Nous sommes assurée d’ailleurs pour l’avoir nous-même éprouvé que, dans une classe volontaire et active sur la base même du texte, maître et élèves passeront d’eux-mêmes et spontanément à la seule langue qui puisse en livrer toutes les richesses : l’occitan.

99On retrouve les grands auteurs déjà rencontrés (Godolin, Fabre, Aubanel (un des seuls félibres dont les héritiers aient autorisé la transcription en graphie classique), Perbosc, M. Rouquette, Camproux, Nelli, Allier, Cordes, Boudou, P. Lagarde, Lafont, Yves Rouquette.

100Présents aussi les Catalans (Cerdà, Maragall), selon une vieille tradition encore perpétuée de nos jours par la revue Òc.

101Chaque texte est précédé d’une copieuse présentation, de l’œuvre comme du contexte, et suivi de notes de vocabulaire ainsi que de conseils bibliographiques complémentaires à destination du maître. Rarement, quelques conseils de travail sont aussi donnés.

102L’ouvrage est aussi une histoire littéraire. Chaque période est soigneusement située et définie, parfois subdivisée en ses divers moments.

103Ce petit manuel apparaît encore aujourd’hui comme un modèle que l’on pourrait proposer sans hésitation aux futurs enseignants de collège et de lycée.

3.2- L’occitanisme militant : les années 1970 – La littérature instrumentalisée ?

104C’est ce que l’on pourrait dire en observant deux manuels parus entre 1970 et 1980. Mais il ne s’agit, selon nous, que d’une question de degré. Non seulement nous ne croyons pas à la neutralité d’un choix de textes littéraires, mais il nous semble qu’en matière d’occitan, l’élaboration de manuels est forcément sous-tendue par des présupposés idéologiques, comment pourrait-il en être autrement pour une langue minorisée, sans aucun statut ? Dès le début, nous avons essayé de le montrer, les manuels se placent dans un projet, félibréen, puis également occitaniste, la justification par la langue auxiliaire de l’apprentissage du français étant bien entendu la marque même d’un marquage idéologique.

105Les années 70 proposent une tout autre coloration. Voyons donc les deux manuels concernés :

  • 1977 : En occitan dans le texte, I. Roqueta, S. Granier, Montpellier, CEO, édition augmentée d’un premier manuel d’I. Roqueta paru 3 ans plus tôt.

  • 1979 : Ieu coneissi un país, M. Lame-Stenta, IEO.

3.2.1- 1977 : En occitan dans le texte, I. Roqueta, S. Granier

En occitan dans le texte, I. Roqueta, S. Granier

En occitan dans le texte, I. Roqueta, S. Granier

106La préface du premier ouvrage est explicite. Le livre n’est pas une méthode pour apprendre à parler la langue, mais une pierre portée à la tentative pour en normaliser l’usage : « Quand l’occitan aura fait sa rentrée dans la vie publique quotidienne, il sera sauvé. Pas avant. » Pour parvenir à cet usage normalisé de la langue, le manuel est un outil qui a quatre ambitions, dont les deux premières concernent directement notre sujet :

1- Présenter une production contemporaine occitane vivante, à base de prose. […]
2- Saisir l’occasion des textes pour présenter l’occitan dans ses particularités linguistiques

107Et la conclusion est explicite :

Apprendre, enseigner, parler, lire, réciter (pourquoi pas ?) l’occitan, c’est tout autre chose que de faire du latin ou de l’anglais. C’est s’affirmer soi-même au milieu d’un peuple. 

108Le riche accompagnement pédagogique des textes, dont, soit dit en passant, la métalangue est toujours le français, comporte exercices grammaticaux, thèmes et versions, commentaires littéraires. Il inclut aussi, égrené au fil des textes, un petit memento occitaniste, depuis la présentation de la civilisation médiévale (notamment p. 32), en passant par la situation politique du Béarn, « état moderne » de 1527 à 1572 (p. 53) (jusqu’au fédéralisme de Reboul et Ricard (p. 59) dans les années 30 ou encore les événements de 1907 (p. 70) ou les maquis dans l’espace occitan (p. 100)… « La reprise en main de l’Histoire » fait l’objet d’un bref exposé et de proposition d’enquêtes aux élèves (p. 68).

109Cet arrière-plan idéologique est évident tout au long de l’ouvrage. Exemples : réflexions sur le terme de « patois » (111), image de BD sur la Croisade (111), bilinguisme et diglossie et proposition de réalisation d’objets « identitaires » à l’instar des Bretons ou Irlandais (66), réflexion sur les ethnotypes (97). Dans le même ordre d’idées, le manuel s’achève par un recueil de textes évoquant des « Moments d’histoire ».

110Textes et auteurs

111On retrouve quelques classiques, déjà rencontrés dans les manuels précédents (les noms sont désormais en occitan) : Thalamus, Fabre, Bodon, Molin, P. Lagarda, M. Roqueta, Bossac, Camprós, Nelli.

112La périodisation débute aux troubadours et à leurs Vidas, elle passe par les baroques (Bellaud, Ruffi, Dupré, Larade), et se prolonge jusqu’à des textes très récents : Pelhon, Allan, Petit, Ganhaire.

113Le livre est interdialectal, avec une forte dominante languedocienne, mais avec la présence de Gascons, de Niçards, de Provençaux, de Limousins… L’absence des félibres provençaux, Aubanel excepté, s’explique probablement par le veto quant à la transcription graphique.

3.2.2-1979 : Ieu coneissi un país, M. Lame-Stenta

Ieu coneissi un país, M. Lame-Stenta

Ieu coneissi un país, M. Lame-Stenta

114Au moment où elle concevait Ieu coneissi un país, Miquèla Lame-Stenta enseignait en Limousin, une des dernières « réserves » où l’occitan, s’il n’était plus transmis, était cependant encore la langue de l’expression quotidienne d’une majorité de la population rurale. Ainsi, Miquèla Stenta pouvait-elle écrire, dans son avant-propos :

 L’occitan es pas, en país d’òc, una lenga estrangièra, mas una lenga viva.[…] son aprendissatge necessita una pedagogia activa en relacion estrecha amb la vida dau païs, lo monde que vivon en occitan e en Occitània. En un mot, una pedagogia de conscientisacion. 

  • 25 Les mots « TEXT » et « PRETEXT » sont en majuscules.

115Cette idée est reprise quelques lignes plus bas, où le rôle des textes est présenté comme un prétexte25 « a conscientisacion, a trobar nòstra especificitat de gents d’Occitània. » Et voici la dernière phrase de cette ouverture qui présente le livre : « Pòt èsser un esplech d’occitanisacion, umoristic e seriós a l’encòp, a travèrs l’aprendissatge de la lenga ».

116Quant au contenu du livre, il s’agit d’abord d’un ensemble de textes regroupés de façon thématique, accompagnés d’exercices largement fondés sur l’expression des élèves, ainsi que de propositions de chants et danses. Noter que la métalangue est l’occitan.

117Que dire des textes et les auteurs de cette très riche anthologie ? Le choix est volontairement interdialectal, la carte de la p. 12 est d’ailleurs très représentative de cette volonté. La périodicité est elle aussi très large (depuis les troubadours jusqu’à l’époque contemporaine). La longueur des textes est très variée, et choisie en vue de l’objectif qui est l’expression personnelle des élèves. La graphie est modernisée. Les « classiques » sont là, depuis les troubadours aux contemporains, en passant par les Baroques. Parmi ces classiques, quelques Provençaux mistraliens (Aubanel, B. Bonnet ou Mistral lui-même), dans leur graphie d’origine.

  • Aubanel

  • Allier

  • D’Arbaud

  • B. de Born

  • B. de Ventadorn

  • B. Sicard de Maruejòls

  • Bodon (12)

  • Calelhon

  • Cordas

  • B. de Dia

  • P. de Garros

  • Gogaud (4

  • Lafont (3)

  • Mistral (2)

  • Paulin

  • Perbosc

  • Pessemessa (2)

  • I. Roqueta (4)

  • M. Roqueta (8)

118Des nouveaux, parmi lesquels les interprètes de la novèla cançon ne sont pas oubliés : Baldit, P. Bec, V. Bernard, B. Bonnet, Borras, Chapduelh (3), Combas, Daumàs, Dau Melhau (3), Delpastre (7), Delluc, Gardy, Gelu, Jacmelina, Labodiga, Lasdolors, Los d’a Roier, Los de Nadau (2), Mabru, Marti (3), Montjòia, Narioo, Nicòla, Pecout (2), Petit, Pieire, Rapin, Rebol, Roanet (5), R. Roche, Serra (2), Vaselhas (2 Vernet, Rosina.

119Noter que c’est la première fois que nous rencontrons la grande Delpastre dans un manuel…

120Chaque partie s’achève par un texte intégral.

121Cette anthologie est suivie d’une annexe intitulée « Documents. Quau sem ?  Ces « documents » sont parfois des textes littéraires, parfois des citations, parfois des extraits de textes officiels. Leur classement est chronologique, de la Croisade contre les Albigeois, évoquée à travers un extrait du roman de Bodon La Quimèra, puis par un extrait de La Cançon de la crosada, et d’un sirventès de Bernat Sicard de Maruéjols, en passant par des extraits de Pey de Garros, de Mistral ou Jaurès. Ces passages destinés à valoriser l’occitan alternent avec leur antithèse : un florilège de citations – en français – visant à dévaloriser les langues régionales, depuis la fin du XVIe siècle jusqu’à l’époque contemporaine. En contrepoint, une longue citation d’Aragon affirmant notamment que « le préjugé parisien contre cette poésie [est] à la fois dérisoire et insoutenable » et une autre de Duneton, affirmant le caractère « de classe » de la langue enseignée dans toutes les régions de France, et le refus du bilinguisme par l’école.

122Outre son caractère volontairement engagé, ce recueil, conçu avec des moyens essentiellement militants, se révèle d’une grande richesse par son extension dans le temps et dans l’espace.

Conclusion

123C’est un lieu commun que de dire, après un colloque, que le sujet choisi aurait réclamé plus de temps et plus d’espace. Nous aurions aimé poursuivre notre investigation sur la dernière période, celle des années 2000. Nous pouvons cependant tirer quelques conclusions partielles à partir de ces premières recherches :

1241- Quelle que soit la visée didactique des manuels consultés (que la langue soit instrumentalisée ou mise au premier plan), la littérature occitane apparaît comme indispensable aux auteurs des manuels et ce dès les plus petites classes, sa richesse apparaissant compensatoire au statut diglossique de la langue. On note toutefois, en comparant les propos de Teóufile chez Savinian, et du jeune Lafont des années plus tard sur la différence entre littérature française et littérature occitane « à ras du sol », que la représentation diglossique marche à plein.

1252- Les auteurs de manuels, qu’ils soient issus du milieu félibréen (essentiellement en Provence) ou du milieu occitaniste, ont de nombreux points communs malgré les différences :

  • Ils ont leurs classiques et leur vision de l’histoire littéraire, voire de l’histoire tout court (albigéisme des occitanistes, plus tous les mythes construits dans l’après-68) avec leurs grands ancêtres fondateurs, les uns les troubadours, les autres le Félibrige avec la figure éminente de Mistral.

  • Les thèmes sont souvent concordants (les travaux et les jours, les saisons, avec une omniprésence de la ruralité), la littérature orale, contes, proverbes et chansons, occupe une grande place.

126En revanche, l’extension du domaine linguistique n’est pas envisagée côté provençal, où la Provence rhodanienne est quasiment le seul espace représenté. Côté occitan, les choses sont plus variées : cela va du localisme (Camproux et l’Hérault, Mouly et le Rouergue), jusqu’aux différents degrés de l’expansion géographique (du grand Languedoc à l’Occitanie tout entière).

127Restent de nombreux questionnements :

  • Quel était le tirage des manuels ? Il a été étudié pour certains seulement par Pierre Boutan (Savinian).

  • Quel usage en était-il fait ? Mise à disposition des élèves ? On peut en douter, ne serait-ce que pour des raisons économiques. En cas d’outil au service des enseignants, comment ceux-ci s’en servaient-ils ? Quel impact avaient ces ouvrages sur la formation des élèves ?

128Resterait à confronter, pour les périodes envisagées, les manuels à caractère anthologique avec les histoires de la littérature, dont certaines à usage scolaire. Bref… Nous avons conscience de n’avoir fait qu’ouvrir un chantier et nous appelons de nos vœux de nouvelles recherches en ce domaine.

Haut de page

Bibliographie

Manuels

1876 [Frère Savinien], Recueil de versions pour l’enseignement du français en Provence par un professeur, Avignon, Aubanel, plusieurs rééd.et adapt. à différents niveaux dont l’édition qui a servi de base à notre analyse : Lectures ou Versions Provençales-Française. Cours supérieur. Prosateurs, Aubanel frères, Avignon, 1926

1925 : Bruno Durand, Textes provençaux choisis et annotés, précédés d’une petite Histoire de la Littérature Provençale et suivis d’un lexique, Aix-en-Provence, Le Feu.

1931 : Coll. (Abric L., Albarel P., Azéma P., Brabo J., Clardeluno, Cuxac C., Loubet J., Mouly H., Salvat J., Rodez, Antoulougio escolario de Lengadoc, Rodez, édition de la maintenance du Languedoc.

1947 : Charles Camproux, Le livre d'oc à l'usage des élèves du cours supérieur des classes primaires, Causse Graille Castelnau, 1947.

1951 : Per Jòia recomençar, Toulouse, Privat, coll. Pédagogique de l’Institut d’Etudes Occitanes. Paru en deux éditions : languedocienne et gasconne

1951 : Pierre Lagarde, Andrée-Paule Lafont, De la langue au pays : textes occitans et directions de recherches à l'usage des classes du Ier cycle des Lycées et Collèges et des Cours complémentaires des pays languedociens, Privat, 1951.

1946 : Marcel Carrière, Pages choisies des Écrivains Languedociens du XVIIe siècle, SEO, Montpellier, Causse, Graille et Castelnau, coll. « Nouveaux classiques occitans », dir. C. Camproux.

1947 : Camproux Charles, Le Livre d’oc à l’usage des élèves du cours supérieur des classes primaires, préface de Jean Bourciez, Montpellier, Causse, Graille et Castelnau (coll. pédagogique de l’Institut d’Etudes Occitanes).

1951 : Per Jòia recomençar, Toulouse, Privat. Édition languedocienne

1952 : Dourguin (C.) et Mauron (C.), Lou Prouvençau a l’escolo, préface M. Payan, Inspecteur d’Académie, Saint-Rémy, édité par l’association du même nom, plusieurs rééditions dont celle de 1966, augmentée d’une quatrième partie, qui nous a servi de base.

1962 : Delfau et Mouly, Dins l’òrt occitan, Rodez, Subervie

1967 : Mouly H., Éléments de langue occitane, préface de Charles Camproux, Syndicat National des Instituteurs. Section de l’Aveyron / Subervie, Rodez. La première édition, très différente, a paru en 1939

1968 : Initiation à la littérature occitane, Denise Imbert, supplément aux Cahiers Pédagogiques de l’IEO.

1973 : Ives Roqueta, En occitan dans le texte : manuel à l'usage des élèves languedociens du second cycle de l'enseignement du second degré,Centre d'Etudes Occitanes, (rééd. 1977, 1981)

1979 : Miquela Lame-Stenta, Ieu coneissi un país... : occitan 4e-3e, licèus, corses publics, Sector Ensenhament de l'Institut d'Estudis Occitans

Contexte et analyses

Berthaud Pierre-Louis et Lesaffre Jean, 1953, Guide des études occitanes, Paris, société d’édition « Les belles Lettres », disponible en ligne.

Boutan Pierre, 1996, La Langue des messieurs… Histoire de l'enseignement du français à l'école primaire, Paris, Armand-Colin.

Boutan Pierre, 2003, « Apprendre le français par le provençal : l'échec du frère Savinian », Tréma, 22, Montpellier.

Breal Michel, Quelques mots sur l’instruction publique en France, Hachette, 1885, disponible en ligne.

Giordan Henri, 1977, « L’enseignement de l’occitan », in Langue française 25, dossier « L’enseignement des "langues régionales" », coordonné par Jean-Baptiste Marcellesi, p. 84-104. En ligne.

Lafon Michel, 2015, Qui a volé mon « patois » ? L'épopée scolaire aveyronnaise d'une langue proscrite, Montpellier, PULM.

Lafont Robert, 1974, La Revendication occitane, Flammarion, chap. 6 « Le combat pédagogique » de la partie III « Au service de la langue », 210-239.

Lespoux Yan, 2016, Pour la langue d'oc à l'école. De Vichy à la loi Deixonne, les premières réalisations de la revendication moderne en faveur de l'enseignement de la langue d'oc, Montpellier, PULM.

Lieutard Hervé, Verny Marie-Jeanne, 2008, L'école française et les langues régionales (XIXe-XXe siècles), Montpellier, PULM.

Lieutard Hervé, Verny Marie-Jeanne, 2009, Lengas 65, « L’occitan et le Catalan à l’école », PULM.

Martel Philippe, 2007, L’école française et l’occitan – Le sourd et le bègue, Montpellier, PULM.

Martel Philippe, 2009, « Une pédagogie pour le provencal : Lou Prouvencau a l’escolo », in Lengas, 65 : Dossier « L'occitan, le catalan et l'école ». En ligne.

Haut de page

Annexe

Annexe 1

PREFACE Lectures ou versions / Provençale-Françaises / Cours supérieur / prosateurs, 1926.

Un quart de siècle sera bientôt écoulé depuis la publication de la Méthode des Versions provençales-françaises.

L’expérience pratiquée sans interruption en a démontré la pleine efficacité. La haute approbation de la Sorbonne et celle du Congrès d’Avignon ont sanctionné cette œuvre qui pénètre dans l’éducation méridionale pour la régénérer.

Bon nombre d’instituteurs, officiels ou autres, cultivent la langue d’oc, s’en servent pour publier des brochures, des volumes estimés de prose ou de vers; ils l’utilisent dans leurs leçons, se rappelant qu’elle est, d’après M. Michel Bréal, « le plus utile auxiliaire de l’enseignement du français. »

À la dictée délaissée par les cours secondaire à la méthode actuelle insuffisante, ils ajoutent les études comparatives de la langue d'oc et du français, seules elles peuvent faire sortir de l’ornière le français étudié dans le Midi.

« Il existe des cours appelés commerciaux, dans un grand nombre d’établissements où l’on s’efforce d’apprendre le français à des élèves qui n’ont nulle connaissance du grec ou du latin. Il est difficile d’imaginer la stérilité de cet enseignement et le néant de ses résultats : aucun ordre, aucune discipline : l’égarement des imaginations fortes, la stérilité des intelligences faibles; d’heureux hasards mêlés de longs découragements, les facultés perdues par l’exagération et le défaut de règles. On finit par y regarder comme un résultat d’avoir appris l’orthographe en trois années. »26

C’est par les versions que les professeurs relèveront le niveau du français dans nos écoles méridionales.

Ils savent que les philologues d’Europe ont dit avec une incontestable autorité : « On n’apprend bien une langue qu’autant qu’on l’étudie au moyen d’une langue de même origine. »

Le résultat grammatical et littéraire de cette méthode est recherché par les maîtres vraiment soucieux du succès de leur ministère ; car ils reconnaissent aussi la valeur qu’elle leur apporte dans la formation du caractère national.

Un grand poète, un éducateur du peuple, Frédéric Mistral avec son coup d’œil de justesse et d’élévation géniales, a signalé le péril de l’éducation présente.

Il s’exprime ainsi : « Pour m’en tenir à la pensée, à la généreuse émotion qui rallie, à cette heure, autour de la « Patrie française », tant d’esprits différents, je crois que le plus grand danger qui menace notre nation vient de l’oblitération du sentiment patriotique. Et par patriotisme je n’entends pas ce chauvinisme, plus ou moins naturel, qui a toujours l’air furieux. Vous connaissez ce dicton :

À chaque oiseau

Son nid est beau.

Il a suffi pendant des siècles et des milliers d’années à retenir et à ramener dans les pays les plus ingrats les populations autochtones. Or, qu’a-t-on fait, depuis cent ans, pour la conservation des mœurs et dos coutumes qui entretenaient l’amour du foyer, l’attachement au sol natal ? Moins que rien, car l’indigène do chaque pays de France est éduqué à rebrousse-poil. On s’efforce par l’école (et par toutes les écoles) de lui arracher ses traditions, et, avant tout l’usage de ces parlers antiques par lesquels se transmettaient et se perpétuaient le génie, l’indépendance et le naturel de la race. Tout cela est rasé, tout cela est broyé par l’éducation moderne. De l’histoire locale, provinciale même, il n’en est plus question. L’accent, les habitudes, les choses spéciales au pays et à son people sont tournées en dérision, Tout ce qui vient des aïeux est ridicule et doit être remplacé par les mixtures des programmes.

Et avec ça, on produit des incolores et des ineptes, des chemineaux de tous les genres et des gens qui, détachés de nos vieux préjugés terriens, font hon marché de la Patrie et du Drapeau qui la symbolise. Les Grecs et les Romains, aussi bien que nos ancêtres, étaient autrement soucieux de la sauvegarde des mœurs, et les nations rivales qui montent à notre horizon sont autrement jalouses de conserver leur héritage patriotique et sacré. »

Puisqu’on se plaint généralement du français enseigné à l’école primaire et de la formation du caractère national, recourons à l’emploi du système des études comparatives de la langue d’oc et de la langue française. Un million d’élèves pourraient employer ainsi les deux langues et devenir, suivant le mot célèbre de Charles-Quint, deux fois mieux instruits.

Il y aurait sur une plus large base, unité de foi, de vue, de sentiment ; et l’abîme qui sépare nos populations serait plus tôt comblé, et notre race vaillante, aussi attachée au sol que fidèle à Dieu, se relèverait dans la grandeur de la Patrie.

R. M.

Les morceaux choisis de ce recueil appartiennent aux œuvres félibréennes du dialecte provençal.

Dans toutes les écoles du Midi, les élèves pourront y cueillir, avec un profit sans mélange, les belles fleurs et les fruits délicieux de notre immortelle langue d’oc.

Annexe 2

Istourique de la lengo prouvençalo (tira dóu discours dóu Sendi de Prouvènço i Jo Flourau de Fourcauquié – Setèmbre 1975), in Versions…, p. 203)

Lou roussignòu parlo dóu printèms, la cigalo dóu soulèu, lou grihet de la luno. E m’es vejaire que noun se pòu chausi un plus bèu sujèt de parladuro en aquésti fèsto naciounalo e ‘n aquesto antico, noblo e avenènto ciéuta de Fourcauquié, ounte li felibre vénon pèr la proumiero fes, e soun reçaupu emé tant de larguesso, de gràci e de bon cor, que toun ouspitalita, o brave Fourcauquié, retrais li plus bèu tèms di siècle mejan.

O pople dis Aup, pople valènt e fièr e libre, dins vòsti coumbo souleiado, dins vòsti fourèst souloumbrouso, sus vòsti cimo que trèvon li chamous, amount vers la nèu e vers lo cèu, vàutri tóuti que parlas prouvençau, sabès-ti la glòri de vosto lengo, qu’es la glòri de vòsti rèire e de vosto istòri ?... Eh bèn, vous la vau dire :

Aquéu lengatge, fougous coume vosto Durènço, majestous coume la mountagno de Luro, dous coume lis aigo de Largue, acoulouri coume lou vin de vòsti plan, caud coume voste soulèu…

Haut de page

Notes

1 C’est le cas de Miquèla Stenta qui analyse le manuel Òc-Ben, ou de la table ronde avec les éditeurs organisée par Claire Torreilles.

2 Dans deux articles :
- « La préhistoire de l’enseignement de l’occitan à travers quelques manuels et traités pédagogiques », in L'école et les langues dans les espaces en situation de partage linguistique à travers l’histoire, Colloque international – Quimper – Pôle universitaire Pierre Jakez Hélias – 19-21 mai 2016. Actes à paraître.
- « Autour des manuels d’occitan : quelles images de la langue ? » in Actes du Congrès Réseau Français de Sociolinguistique, Montpellier, 2017. Actes à paraître.

3 Ses grammaires ou recueils de versions sont publiés sans nom d’auteur, et la préface que nous citons est signée « R.M. » pour René Montaut, pseudonyme de Savinian, lui-même pseudonyme de Joseph l’Hermitte. Voir Boutan http://trema.revues.org/1519#tocto1n2. Les ouvrages étaient publiés anonymement. Dans sa fiche « Savinian » du Dictionnaire biographique de la renaissance d’oc (http://vidas.occitanica.eu/items/show/2072#2h3), Boutan recense 8 ouvrages de ce type, entre 1876 et 1911, mais il y en a bien plus.

4 Adjectif signifiant : fallait-il avoir fait valoir ses droits à la retraite pour commettre des manuels de versions gasconnes ?

5 P. V et VI, préface signée « R. M. », pour René Montaut, pseudonyme de Savinian.

6 P. IX.

7 Entendre « le maître ».

8 Nous donnons ici les numéros de chaque texte.

9 Ce titre fait allusion à la coutume provençale qui consiste à offrir symboliquement un agneau à l’Enfant-Jésus lors des fêtes populaires de la Nativité.

10 Ce terme désigne une coutume des fêtes calendales provençales qui consiste à promener une énorme bûche autour de la pièce centrale avant de la mettre au feu en prononçant des paroles rituelles. Cette tâche était dévolue au plus jeune et au plus vieux de la maison.

11 Cette version est plus courte (2 pages et demi au lieu de 15) que le texte publié dans les Memòri e Raconte, dont elle ne reprend que le début, en grande partie modifié.

12 Voir à ce propos les travaux de Yan Lespoux (2016) et Philippe Martel (2007).

13 Majuscule dans le texte.

14 Probablement pour une raison biographique : Durand était le petit neveu de Berluc-Perussis…

15 La description qui suit a été faite à partir de cette troisième édition.

16 Philippe Martel, « Une pédagogie pour le provencal : Lou Prouvencau a l’escolo », in Lengas, 65, 2009 : Dossier « L'occitan, le catalan et l'école ». En ligne à l’adresse : https://lengas.revues.org/906?lang=en

17 Qui, dit la « note des auteurs », avait déjà accordé son « appui officiel » à « l’association pédagogique du "Provençal à l’école" ».

18 Italique dans le texte.

19 Fondée par les deux instituteurs Antonin Perbosc et Prosper Estieu. Se détournant de Maillane, ils regardent plutôt vers Barcelone et empruntent au catalanisme les principes d'une réforme graphique qui, réalisée ensuite par Louis Alibert, sur le modèle de celle de Pompeu Fabra, va s'imposer sur une grande partie de l'espace linguistique. Voir sur https://www.univ-montp3.fr/uoh/occitan/une_litterature/co/module_Occitan-litterature_14.html, site réalisé par les enseignants-chercheurs de l’Université Paul-Valéry dans le cadre de l’UOH : L’occitan, une langue, une histoire, une littérature.

20 Qui figure aussi sous son vrai nom d’Arthemon Durand.

21 Voir à ce sujet notre étude « Ives Roqueta, escriveire public », Revue des Langues Romanes, tome CXXI, 2017, n°2, 407-433.

22 Mis en valeur dans l’original

23 Ces réflexions apparaissent notamment dans les lettres de Félix Castan à Robert Lafont, conservées au CIRDOC à Béziers.

24 Nous avons conservé l’italique du texte.

25 Les mots « TEXT » et « PRETEXT » sont en majuscules.

26 Conseils aux parents sur l’éducation de leurs enfants par A. Rondelet, professeur de philosophie à la faculté de Clermont-Ferrand.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Lectures ou versions Provençales-Françaises, Aubanel, 1926
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/1416/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 932k
Titre Textes provençaux, choisis et annotés, Bruno Durand, 1925
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/1416/img-2.png
Fichier image/png, 2,9M
Titre Lou Prouvençau a l’escolo, Dourguin, Mauron, 1966 (3e édition)
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/1416/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Antoulougio Escoulario de Lengadoc, 1931
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/1416/img-4.png
Fichier image/png, 5,9M
Titre Éléments de langue occitane, H. Mouly, 2e éd. 1967
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/1416/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Dins l’òrt occitan – Delfau et Mouly, Subervie, 1962
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/1416/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Pages choisies des Écrivains Languedociens du XVIIe siècle, Marcel Carrière, 1946, SEO, coll. « Nouveaux classiques occitans »
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/1416/img-7.png
Fichier image/png, 4,0M
Titre Le Livre d’Oc, Collection pédagogique de l’Institut d’Études Occitanes 
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/1416/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Per Jòia recomençar, Toulouse, Privat, coll. Pédagogique de l’Institut d’’Etudes Occitanes, 1951 ; De la langue au pays, Pierre Lagarde et Andrée Lafont, Toulouse, Privat, coll. pédagogique de l’Institut d’Etudes Occitanes, 1951.
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/1416/img-9.png
Fichier image/png, 7,0M
Titre Initiation à la littérature occitane, Denise Imbert, 1968
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/1416/img-10.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre En occitan dans le texte, I. Roqueta, S. Granier
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/1416/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Titre Ieu coneissi un país, M. Lame-Stenta
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/1416/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 801k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Jeanne Verny, « La littérature occitane dans les manuels scolaires  »Lengas [En ligne], 83 | 2018, mis en ligne le 15 mars 2018, consulté le 28 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/lengas/1416 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lengas.1416

Haut de page

Auteur

Marie-Jeanne Verny

Univ Paul Valéry Montpellier 3, LLACS EA 4582, F34000, Montpellier, France

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals