Navigation – Plan du site
Compte rendu

Le Rococo d’Oc. Une anthologie poétique (1690-1789)

Claire Torreilles
Référence(s) :

Jean-François Courouau, Le Rococo d’Oc. Une anthologie poétique (1690-1789),Toulouse, Presses universitaires du Midi, 2017.

Texte intégral

1Un joli titre pour un ouvrage plaisant que l’illustration de couverture place sous le signe du Grassois Jean-Honoré Fragonard, plus souvent associé à Marivaux qu’à la poésie occitane. Jean-François Courouau nous invite pourtant à y regarder de plus près. Convoquant les théoriciens du rococo en littérature, particulièrement l’Américain Patrick Brady et le Belge Jean Weisgerber dont les perspectives comparatistes établissent des connexions entre la littérature et tous les arts et entre les littératures européennes, il est sensible à la manière large et nuancée dont l’esthétique rococo, telle qu’ils l’abordent, « peut aider à saisir la spécificité d’une grande partie de la poésie de langue occitane du XVIIIe siècle ». La notion est inspirante, dans le prolongement du « baroque occitan » dont Robert Lafont avait fait une clé de la compréhension de la littérature du siècle précédent. Elle nous faire lire avec des yeux neufs des textes les plus divers, elle nous permet d’en découvrir d’autres, elle a surtout une efficace vertu de transversalité, s’agissant d’une production qui a fait l’objet de nombreux travaux séparés. Se fondant sur ce savoir dont il est, avec Philippe Gardy, un des bâtisseurs, Jean-François Courouau présente une anthologie de quatre-vingt pièces organisées sous treize rubriques qui sont autant d’entrées dans le « rococo d’oc ». La plus attendue est certes celle qu’il intitule « Mondanités et frivolités » et qui relève de l’échange poétique tel que le pratiquaient les sociétés élégantes du Midi où le « patois » avait sa place. L’Aixois Jean de Cabanes aussi bien que le Marseillais François-Toussaint Gros ou l’Arlésien Jean-Baptiste Coye sont certainement les maîtres de ce rococo mondain qui fut souvent rangé dans la poésie de circonstance ou de sociabilité, sous des genres multiples, l’épître aux amis et aux grands, le conte versifié, l’énigme, la parodie burlesque, la fable. Mais l’esthétique rococo affiche avec désinvolture le mélange - la porosité, dit exactement Courouau - des genres, et c’est bien ce qui la caractérise. Sujets futiles, formes fluctuantes, recherche de la variété et de la surprise sont souvent revendiqués avec humour, à la manière de F-T Gros :

N’es que sur de mendres sujets
Que va s’amoula moun caprici
Voüeli d’un trait plesen
Faire brilla l’innoucento malici.

2L’anthologie elle-même met en pratique, avec bonheur, l’esprit rococo, recherchant l’effet des éclairages inattendus de pièces connues ou des révélations de plumes venues de tous les horizons. À côté des grands auteurs du siècle, comme Antoine Fabre d’Olivet, Jean-Baptiste Fabre, Claude Peyrot, Jean-Joseph Cassanéa de Mondonville, cités plusieurs fois pour illustrer la « poésie de la nature », les « raffinements amoureux » ou les « masques burlesques », l’auteur a su convoquer de nombreux auteurs soit oubliés et appelés à revivre, comme André Barrigue de Montvallon d’Aix-en-Provence, Jean-Baptiste Brey de Montpellier, Jean-Baptiste Chrétien de Sommières, soit ayant fait l’objet d’une édition critique, comme Jean-Paul Larroque de Montauban, Amable Faucon de Riom, Grégoire Mailhot de Limoges, Pierre Lesca de Bayonne… et bien d’autres, sans compter les anonymes tout juste sortis des recueils factices ou des bulletins de sociétés savantes. Ce qui les réunit, à travers plusieurs espaces et registres de la langue occitane, c’est cette empreinte de l’oralité dans l’écriture, cette « oraliture » analysée par Gardy, qui permet, selon Courouau, une échappatoire à « la dictature des modèles légués par le classicisme français ». Ce livre laisse deviner, en arrière-plan, divers échelonnements du paysage de la recherche en domaine occitan. Il arrive en son temps, comme un moment à la fois de synthèse et d’ouverture. Il est stimulant pour les chercheurs en ce qu’il montre - si besoin était - que rien n’est insignifiant et très précisément que le frivole comme le trivial sont des choix esthétiques et des jeux de l’esprit. Mais son intérêt majeur est de donner à lire des textes choisis avec un plaisir visible, rigoureusement présentés, mis en relation, établis et traduits, de publier ensemble des auteurs éloignés, de les faire exister tout simplement, sous les frondaisons mobiles du rococo, et par là de poser un moment de la littérature occitane comme une composante, une coloration particulière, de la sensibilité européenne du XVIIIe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Torreilles, « Le Rococo d’Oc. Une anthologie poétique (1690-1789) », Lengas [En ligne], 82 | 2017, mis en ligne le 19 mars 2018, consulté le 16 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lengas/1437

Haut de page

Auteur

Claire Torreilles

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals