Navigation – Plan du site

Trente ans de didactisation du corse

Ce que nous dit l’édition de manuels depuis 1974
Alain Di Meglio et Nicolas Sorba

Résumés

Cet article est consacré au processus de transposition didactique de la langue corse. Il se propose d’étudier les conditions d’élaboration de manuels scolaires à partir de l’extension de la loi Deixonne à la Corse (1974). Outre les informations précises qu’il apporte sur la qualité des manuels, leurs auteurs, les conditions d’édition, leur inscription dans les différentes approches de la didactique des langues ou leurs contenus linguistiques, cet exposé vise aussi une mise en contexte qui aide à comprendre les conditions systémiques de la reconnaissance d’une langue minorée.

Haut de page

Texte intégral

Débuts de la didactique du corse

La loi Deixonne comme repère historiographique

1Parler de didactique du corse avant 1974 n’est pas réellement pertinent. Le XXe siècle est certes marqué par une émergence de la revendication d’enseignement du corse mais il s’agit surtout d’une demande liée à la forte corsophonie ambiante, au moins jusqu’aux années 1960.

2Le débat sur la possibilité pour le corse de devenir une langue enseignée est clairement une donnée du XXe siècle. Globalement, le XIXe est plutôt dans une problématique inverse : l’enracinement de la langue corse dans la société est d’une telle ténacité qu’elle met au désespoir les diverses missions d’inspections venues dans l’île depuis les années 1820 (Thiers 1993, 1996). Pascal Marchetti (1989, 119) cite une enquête statistique de 1864 relative à l’instruction primaire où l’on apprend que « la Corse se trouve, en compagnie de quatre départements occitans, dans le groupe où le pourcentage de la population ne parlant pas le français est le plus élevé : plus de 90%. »

3En fait, on peut considérer la première moitié du XXe siècle comme le temps du débat sur l’opportunité d’un enseignement de la langue corse. Une somme de préalables comme l’absence de normes, de références littéraires ou simplement le fait d’être « un dialecte trop bien portant » (Di Meglio 2003) peuvent en grande partie expliquer l’absence de réels outils d’apprentissage de cette langue.

  • 1 La loi Deixonne donnant pour la première fois en France la possibilité d’un enseignement des langue (...)

4Du côté institutionnel, c’est, sous les effets d’une revendication plus pressante, l’extension de la loi Deixonne1 à la Corse qui peut être prise comme référence historiographique initiale. C’est en effet à cette période que l’on voit apparaître les premiers manuels. Il faut toutefois appréhender ce repère comme l’aboutissement d’un travail préparatoire dans un contexte social favorisant cette reconnaissance. Car, comme souvent, la loi ici ne crée pas mais entérine, reconnaît et rend officielle une démarche militante et associative en cours depuis déjà quelques années.

5En fait, à cette date de 1974, l’histoire de la pratique de l’enseignement du corse est déjà lancée. Selon Fernand Ettori (1975) « les événements de 1968 ont débloqué la situation et permis de faire plus de chemin en cinq ans que dans les vingt années précédentes. » Outre l’entrée des langue, littérature et civilisation corses dans l’enseignement supérieur à Aix (puis Nice et Paris III), des cours de corse sont dispensés par des enseignants bénévoles dans des lycées de l’île et en France continentale. Ces cours se fédéreront en 1972 sous l’égide de l’association Scola corsa qui, avec d’autres, fera aboutir par son dynamisme et son militantisme l’extension de la loi Deixonne à la Corse (d’abord de façon partielle en 1973 puis définitivement l’année d’après).

6Dans cette période que nous pourrions qualifier de pré-officielle, quels sont les instruments qui seront les premiers supports de l’enseignement du corse ? Il est entendu que cet enseignement, dans un premier temps, ne concerne que le lycée et le supérieur. Toujours selon les bilans de Ettori (1975 et 1982), la question de l’orthographe est tranchée par les préconisations de Geronimi et Marchetti (1971) et c’est le manuel d’orthographe Intricciate è cambiarine qui servira de base à l’enseignement de l’écrit. Le faible équipement didactique sera constitué notamment par le Dictionnaire corse-français de Mathieu Ceccaldi (Paris, 1968, puis réédité en 1976) et la grammaire corse de H. Yvia-Croce (1972). Pour les élèves, Ettori (1975) fait mention de cours ronéotés offerts par Scola Corsa sous le titre de Primu vucabulariu di a lingua corsa bientôt « dédoublé en deux versions, l’une pour le nord, l’autre pour le sud, tandis que le cours, également ronéoté, de Scola nustrale (groupe parisien affilié à Scola corsa) comporte trois versions, correspondant aux trois zones dialectales de la Corse. » Enfin, L’anthologie de la littérature corse (1973, Paris, Klincksieck) de Mathieu Ceccaldi, sans être une publication à vocation proprement pédagogique, constituera un substantiel premier recueil de textes pouvant servir aux enseignants.

Les premiers outils

7Parmi ces quelques documents, c’est incontestablement le « Manuel pratique d’orthographe corse », Intricciate è cambiarine de Marchetti et Geronimi (1971) qui revêt une importance particulière dans cette période de développement et d’engagement culturel et linguistique. En effet, cet ouvrage aura le mérite, à partir du bilan du corse écrit jusqu’en 1971, de proposer, sans volonté d’« édicter un code, personnel, impérieux et comminatoire […] ni davantage chercher de bouleverser l’usage », une codification cohérente du corse donnant la possibilité d’écrire dans différentes variétés dialectales de l’île. Au-delà des aspects purement linguistiques, l’ouvrage annonce un engagement unitaire dans le respect de la diversité : « Nous appelons langue corse la somme de tous les parlers […] qui sont utilisées sur le territoire de l’île de Corse. […] nous rejetons « l’idée préconçue d’une clarification par réduction à des formes idéales. »

8On déclare le corse langue tout en rejetant l’idée d’une norme écrite unique et arbitrairement choisie (à l’instar des grandes langues unifiées) pour s’orienter vers une codification harmonisée autorisant une norme plurielle. Cette démarche aura l’adhésion de la majorité des acteurs culturels de la nouvelle génération de 70 et fondera dans ses lignes principales le corse écrit aujourd’hui unanimement pratiqué. Il sera, en quelque sorte, l’ouvrage précurseur du concept de « langue polynomique » que J.B. Marcellesi (2003) proposera dès 1983.

9C’est donc en 1974 que l’on aura un premier recul suffisant issu de la pratique associative et militante pour permettre l’élaboration des premiers manuels et méthodes. Même si elle est loin d’être généralisée, la pratique de l'enseignement du corse entrera à ce moment-là à tous les niveaux de l’enseignement public. À partir de 1975 de nouveaux supports viendront enrichir l’existant. Pascal Marchetti (1989, 274) nous signale un recueil de textes pour l’épreuve facultative du baccalauréat de J.B. Stromboni de Scola corsa : La langue corse au baccalauréat et une édition réduite de l’anthologie de Ceccaldi à usage des candidats.

10C’est toujours dans cette période qu’apparaîtront les deux premières méthodes d’apprentissage du corse pour débutants : une première méthode Stà à sente O Pè de 1974 de J. Thiers et J. Chiorboli issue de l’expérience d’enseignement associatif de Scola corsa de Bastia et Le corse sans peine (U corsu senza straziu, 1974) de Pascal Marchetti qui entre dans la série connue Assimil, ensemble de méthodes grand public sur supports oral et écrit d’apprentissage des langues.

  • 2 Kyrn magazine est une revue mensuelle d’actualités politiques et culturelles consacrée à la Corse. (...)
  • 3 Cette association (pour le développement des études du Centre Est de la Corse) a été particulièreme (...)

11Dans la revue régionale Kyrn2 de janvier 1974, Pascal Marchetti écrit encore que « l’école primaire et la maternelle demeurent, pour le corse, des zones interdites » alors qu’il est présent au baccalauréat et en faculté. Ce n’est donc qu’en 1975 qu’apparaît le premier manuel conçu à partir d’une expérience d’école d’été à Luretu di Casinca (expérience présentée lors des Universités d’été de 1973 à Corti) Mamma O Mà! U corsu in prima scola de Ghjuvan Teramu Rocchi, instituteur militant, livret de lecture et d’écriture pour les premiers apprentissages. Rappelant les méthodes de lecture syllabique de cours préparatoire des années soixante dans l’école publique, les grandes orientations et l’esprit de ce petit manuel avaient été présentées lors d’une conférence le 30 mars 1974 à l’ADECEC3 par l’auteur sous le titre « A lingua corsa in prima scola » (la langue corse dans le primaire). Mamma O Mà! est suivie d’assez près en 1976 d’un manuel pratique d’orthographe à usage scolaire de G. Romani, autre instituteur, Orthographe, le corse à l’école. Signalons encore le premier conte pour enfants publié en langue corse dans les Albums du Père Castor (1976) : Santu di Corsica de Pascal Marchetti (Paris, Flammarion).

12Ces premiers outils indiquent clairement deux directions dans la didactique du corse. Une première est liée aux besoins de l’école en général. Tout est à construire dans une école publique qui vient d’ouvrir une possibilité d’utiliser le corse. Il est à noter que les premiers outils tendent à l’apprentissage de la lecture et de l’écriture pour les classes élémentaires et à l’étude de textes pour les classes du secondaire. L’ensemble dénote ainsi une assez bonne corsophonie parmi les élèves intéressés. La deuxième orientation est liée à l’enseignement/apprentissage pour débutants (adultes y compris). Ces méthodes puisent dans les concepts en cours de la didactique des langues étrangères (audio-orales ou audio-visuelles par exemple) et dénotent cette fois un besoin naissant d’acquisition.

  • 4 Le Riacquistu est une période de regain du corsisme dans les années soixante-dix en Corse. Littéral (...)
  • 5 Nous empruntons ici la notion à notre collègue Stefan Moal (dans son mémoire de HDR soutenue en déc (...)

13Ces deux indicateurs convergent dans la période de Riacquistu4. L’heure est en effet à la sauvegarde, à la conservation et à une forme de revernacularisation5. L’élaboration de manuels didactiques vient ici tout à la fois « écrire » le corse pour l’avenir et pallier les carences de la transmission orale qui commencent à se ressentir.

Le rôle du CRDP et des premiers CP-LCC6

  • 6 Conseillers pédagogiques-langue et culture corses
  • 7 Centre Régional de Documentation Pédagogique

14La période qui suivra 1974 s’avèrera importante par les effets de la loi Haby qui permettra la création de postes de conseillers pédagogiques départementaux en langue et culture corses (CP-LCC). Ils deviendront de véritables coordinateurs et diffuseurs des premières expériences didactiques dans l’école primaire. Ces expériences trouveront par ailleurs un lieu d’édition et de diffusion par la création d’un CRDP7 de Corse en 1977.

  • 8 Quatre documents entrent dans cette démarche : Da u scioglilingua à a lingua sciolta, travaux d’un (...)

15Ces deux éléments vont être déterminants dans le tour particulier que va prendre la production des outils didactiques et pédagogiques : la création de stages LCC pour les instituteurs et l’entrée du CRDP comme éditeur de documents au service de la LCC. Car l’essentiel de la production d’ouvrages pédagogiques entre 1977 et 1982 sera constitué par la publication par le CRDP des travaux de stages effectués pendant cette période8.

16L’objectif commun de ces documents recoupe l’objectif même du stage de formation continue : donner à un maximum d’instituteurs les moyens d’écrire et d’enseigner la langue corse. Le recrutement départemental implique que ce corps d’enseignant est à cette époque – les choses étant différentes aujourd’hui – très fortement corsophone. L’urgence qui apparaît est donc double : la maîtrise de l’instrument écrit par les enseignants et l’élaboration de propositions de méthodes pour démarrer l’enseignement.

17Dans la logique de production de documents de stage à diffuser, deux écoles semblent se dessiner, l’une de Corse-du-Sud sous la houlette de Ghj. Quastana (instituteur, animateur puis conseiller pédagogique) et l’autre avec Ghj. T. Rocchi son homologue de Haute-Corse. Les documents laissent voir que c’est la démarche pédagogique qui distingue les deux équipes plutôt que la variété dialectale (comme on aurait pu le penser). Primi passi puis Larenzu è Catalina, productions ajacciennes, s’orientent davantage vers la recherche de la méthode en proposant déjà une progression de type audiovisuel suivie d’un apprentissage de l’écrit par les sons. Da u scioglilingua à a lingua sciolta et Scola aperta issus de stages de Haute-Corse auront tendance à réunir un ensemble d’expériences pédagogiques en langue et en culture à travers les différents stagiaires dans un but de diffusion. Le stage devient ici un lieu de confrontations, d’échanges et de recueil d’expériences plus que de formation.

  • 9 Un recueil de comptines (filastrocche, cantu è puemi) ; lexique A scola/l’école de GT Rocchi ; deux (...)
  • 10 Rocchi, Thiers et Chiorboli en sont les auteurs.

18La région bastiaise ira plus loin dans la structuration de ces rencontres. En effet, à partir de la volonté militante une structure associative essentiellement formée par des enseignants du service public viendra dans cette période enrichir l’expérience de la pratique du corse enseigné. Cette association du nom de Scola aperta développera une action liée à l’enseignement public. Action complémentaire dans le domaine de l’enseignement et de la création de supports didactiques mais aussi action militante par l’existence d’un groupe de pression à l’intérieur même de l’enseignement public. À l’actif de Scola aperta nous trouvons entre autres la production de matériel didactique9 éprouvé dans une « Sculuccia » (petite école) associative dans Bastia fonctionnant avec des parents d’élèves et des animateurs issus donc du service public. La conjonction de l’action publique et de la volonté associative aboutira en 1981 à l’élaboration d’une méthode audiovisuelle pour enfants débutants, Dì Tù10. La démarche associative Scola aperta cessera dans les années 84-85, mais connaîtra tout de même une suite sous d’autres noms : bon nombre de maîtres de corse intégré se retrouveront en 1987 dans l’association Scola d’oghje (qui tenta même la publication d’une revue pédagogique destinée aux enseignants du primaire) qui poursuit sensiblement les mêmes buts, puis dans l’association A Caspa au début des années 90 qui, outre la constante pédagogique, précisera son engagement en faveur de l’enseignement obligatoire et d’un statut de coofficialité pour les langues corse et française. C’est d’ailleurs cette dernière association qui, toujours sous l’impulsion de Ghj. T. Rocchi, est à l’origine des projets de centres de séjours linguistiques financés par l’Assemblée territoriale de Corse.

19À travers ces documents, il apparaît ainsi que les premières actions de formation réunissent les enseignants les plus motivés ou militants qui investissent l’espace de confrontation que constitue le stage. Ces derniers essaient en même temps de catalyser le mouvement par la création de structures associatives qui prolongent le travail d’éducation et de production tout en constituant un groupe de pression à la fois interne et externe au système éducatif public. Le but est ici de construire et d’installer la langue corse dans l’espace qui s’affirme à présent de façon assez nette comme celui du choix militant : l’enseignement public. Ainsi, la production orientée vers la connaissance de l’écrit et les premiers éléments de didactique de la langue trouve une diffusion publique par le CRDP.

Après 1981 : norme(s), statut, adaptation, accompagnement politique

  • 11 Nous suivons en cela les mêmes orientations que dans la thèse de Di Meglio (1997). Cette partie rec (...)
  • 12 Nous renvoyons ici à l’ouvrage de synthèse sur les travaux de JB Marcellesi en 2003 (cf. bibliograp (...)

20La date de 1981 marque une articulation importante. Nous avons choisi, pour présenter cette partie, de faire coïncider l’élaboration de manuels /outils didactiques et le rythme des évolutions statutaires et institutionnelles de la langue corse dans le système éducatif. Nous postulons ici que la production et l’édition d’outils didactiques constituent un fait glottopolitique11 (Marcellesi/Guespin 1986). Même si des programmes officiels attendront le début des années 2000, ces années qui suivent les années pionnières seront celles de l’avènement de la « langue polynomique »12. Par son appareil de légitimation issu largement de la nouvelle université de Corse et par ses principes plurinormatifs issus des premiers pas littéraires et didactiques des années 70, la langue corse entre dans les études et les manuels sans véritable standard et en ouvrant les voies d’une didactisation originale.

Dans l’élan institutionnel

21La période qui vient juste après 1982 marque dans la production un temps d’arrêt sans doute lié à la réflexion faisant suite à la circulaire Savary et à ses modalités d’application. Pause dans la production ne signifie pas baisse de l’activité, au contraire. Le service public aidé par la politique de la nouvelle assemblée de Corse va multiplier les actions de formation et de réflexion qui trouveront très rapidement un écho dans la production de documents pédagogiques et didactiques.

  • 13 Il s’agit d’une adaptation en corse de la méthode de Silvana Perrini (Parliamo italiano). Méthode d (...)

22C’est à partir de ce moment que le secondaire entame une croissance considérable. Or en 1987, alors que le CAPES de langues régionales se profile, pratiquement aucun outil nouveau n’était venu enrichir l’équipement didactique de l’enseignement secondaire qui n’était déjà pas abondant, surtout au collège. C’est une initiative à la fois scolaire et associative qui viendra combler cette carence. En effet, la dynamique équipe pédagogique du collège du Finusellu à Ajaccio édite alors un premier volume de l’adaptation d’une méthode italienne à l’usage des collèges, fruit d’une pratique pédagogique éprouvée. Sous la dénomination de « Squadra di u Finusellu » (équipe du Finusellu), l’association publiera 3 volumes de la méthode Parlemu corsu13, qui connaîtra un succès considérable dans sa diffusion dans les classes de corse des collèges (il a été tiré à plus de 20 000 exemplaires). Dans son approche de l’outil didactique, la « squadra di u finusellu » s’oriente vers de nouveaux supports tels que l’informatique par l’élaboration de didacticiels ou de CDI (Compact Disc Interactif) pour ordinateur multimédia. Ces expériences, dont certaines sont en cours d’élaboration, ont abouti notamment à la mise en place d’une consultation télématique par minitel proposant des informations et des exercices divers sur la langue corse. Cette fin de décennie 1980 marque ainsi le début des nouveaux supports informatiques qui ne cesseront de se développer.

  • 14 Mission Académique à la Formation des Personnels de l’Éducation Nationale (aujourd’hui disparue)

23Parmi les publications du CRDP entre 1985 et 1989, une seule concerne le secondaire (Pratiche è strategie, pedagugia di u corsu) mais n’en est pas moins importante puisque l’on y trouve la rédaction des premières réflexions didactiques et pédagogiques à ce niveau. Là encore, c’est un stage de formation continue (à Bastia en novembre 1982) qui engendrera la publication et la diffusion de travaux intéressants. Cette action marque aussi l’importance de la création récente de la structure MAFPEN14.

  • 15 Centre départemental de documentation pédagogique

24La circulaire Savary a impulsé, encouragé ou entériné la pratique du corse à l’école. C’est ainsi que la démarche du « corse intégré », que nous précisons ci-après, trouve une traduction dans deux documents publiés par le CDDP15 (Haute-Corse), U corsu integratu et Aiò. Le premier est le compte-rendu du stage lourd qui réunit les premiers instituteurs et fonda la pratique officielle du corse intégré. Le second est une progression de fiches-thèmes proposée par G.T. Rocchi pour le CE2 toujours dans l’esprit défini par le corse intégré.

25Il nous faut préciser ici ce que recouvre ce statut de « corse intégré » : les stages de formation sont le plus souvent ponctuels, il arrive aussi qu’ils s’inscrivent dans un programme de formation planifié. Dans le premier cas on peut déplorer la plupart du temps que des stages de qualité, débouchant sur des productions ou des prospectives, soient rarement suivis d’une évaluation de terrain, d’une analyse des applications pratiques, de contrats pédagogiques sur la durée. Le projet de « corse intégré », évoqué plus haut, a voulu en 1986 déroger à cette difficulté et consistait en une mise en pratique contractualisée d’un stage lourd de six semaines qui débouchait sur un travail suivi d’une durée de deux ans. Le corse intégré utilisait a maxima les possibilités de la circulaire Savary, notamment dans le fait que le corse pouvait être langue d’enseignement. L’élan vers l’éducation bilingue était pris et la prise en compte d’une norme plurielle s’impose sur les préceptes de la théorie du corse, langue polynomique.

26Le corse intégré étant une expérience limitée à la Haute-Corse, il n’apparaît donc pas dans les documents publiés à partir des stages ou pratiques d’enseignants de Corse-du-Sud. Cependant la réflexion pédagogique se poursuit et s’enrichit même si l’on peut remarquer à ce stade l’absence de travail en commun entre les équipes d’encadrement pédagogique pour la LCC de Haute-Corse et la Corse-du-Sud. Cet état de fait trouve évidemment une traduction dans la production de documents didactiques consacrés à l’école élémentaire. Ainsi, dans cette même période le CRDP publie une méthode audiovisuelle en 56 leçons issue d’une expérience d’école autour de Andria Orsoni, instituteur, et formalisée au cours d’un stage de formation en 1983-84. Citons encore une intéressante initiative de publication de la part du CRDP et de l’équipe de conseillers pédagogiques LCC pour la Corse-du-Sud. Il s’agit d’un périodique d’une cinquantaine de pages à vocation pédagogique intitulé A via où l’on trouve des informations et fiches pédagogiques pour l’enseignement de la langue mais aussi une volonté d’élargir à l’histoire, la géographie, l’environnement local en général, en langue corse ou française.

Naissance de l’Université Pasquale Paoli

27L’existence nouvelle de l’Université de Corse ne pouvait pas être sans conséquence sur le processus de didactisation. On sait que, dès sa création en 1982, la filière d’études corses (DEUG, Licence et DEA) va attirer, outre les étudiants issus directement du baccalauréat, des enseignants du primaire et du secondaire, le plus souvent militants culturels, venus là chercher un complément de formation et d’informations susceptibles d’être réinvestis dans leur activité professionnelle, politique ou associative. La création d’une licence dédiée entièrement aux études corses (langue, littérature et civilisation) sera à l’origine des premiers postes d’enseignants du second degré non titulaires.

  • 16 Nous parlons en général en Corse de « ré »-ouverture de l’Université en référence à la première uni (...)
  • 17 Événement majeur du militantisme culturel des années 70 qui revendiquait l’université et qui se pou (...)

28Dès ses premières années de réouverture16, l’université aura à cœur de s’impliquer dans le développement de l’enseignement du corse et de ses outils. « N’est-il pas dommage de laisser immobile plusieurs mois un outil de formation et d’éducation si performant [...] ? » déclarait (en corse) J. Thiers, parlant de la toute nouvelle université, dans l’introduction des actes des Sessione universitarie d’estate di u 18-30/VII in Corti (sessions d’universités d’été du 18 au 30 juillet à Corte). C’est donc dix ans après les fameuses universités d’été (sans murs)17 de 1973, qu’une initiative de formation en LCC durant l’été sera reprise et renouvelée l’année d’après avec un succès certain. Ces deux sessions donneront lieu à des actes où l’on retrouve de riches comptes rendus de l’ensemble des ateliers et animations où la problématique pédagogique est largement représentée. C’est d’ailleurs sous l’égide de la MAFPEN nouvellement créée que l’« Università d’estate 84 » se déroulera, mobilisant plus de 120 enseignants.

Une volonté de massification à partir des années 1990

29Les années qui suivront la visite du nouveau ministre de l’Éducation Nationale en 1988 et les mesures nouvelles qui en découleront seront celles de la confirmation des voies prises dans les années précédentes et des progrès considérables dans la qualité des documents produits. En fait, par le biais glottopolitique que nous avons choisi, cette période constitue un véritable aboutissement puisque la production de matériels didactiques est quasi totalement prise en compte par l’axe du service public CTC-CRDP de la Corse dans le cadre d’une planification dont la finalité est très précise : doter l’ensemble des cycles de la maternelle à la terminale de méthodes et d’outils de qualité.

30Le « concours à la réalisation de manuels scolaire et de méthodes audiovisuelles » inscrit en 1990 au Contrat de Plan (1989-1993) avait prévu des manuels adaptés à tous les niveaux scolaires à la rentrée 95. Cette prévision ne sera sans doute pas entièrement satisfaite dans les délais impartis mais ce plan aura eu pour effet une réelle couverture de tous les cycles de la maternelle à la terminale dans le courant des années 2000, avec des manuels d’une grande qualité, tant sur le fond que sur la forme.

  • 18 Bulletin Officiel de l’Éducation Nationale. On peut trouver par exemple les programmes officiels de (...)

31Dans l’élan de cette initiative, la CTC aura sans cesse pour objectif de doter les classes d’outils didactiques appropriés. On peut dès lors se demander si cette volonté politique, toujours relayée par des évolutions institutionnelles (nous pensons ici aux avancées liées à la politique de François Bayrou, ministre de l’EN à partir de 1995) s’appuie sur l’élaboration de programmes officiels qui pourraient, comme dans bien des cas, servir de socle à l’élaboration de manuels. En fait, il n’en est rien : l’inscription de contenus programmatiques d’enseignement de la langue corse à tous les niveaux de classes n’interviendra progressivement que dans les années 2000 pour figurer aujourd’hui normalement au BOEN18. Le seul document faisant office de programmes avait été publié en 1989 sous le titre « Guide de l’enseignement de la langue et de la culture corses de la maternelle à l’université ». Élaboré par une équipe d’experts sous l’égide du coordinateur académique pour la LCC (qui n’avait pas encore le titre de IA-IPR), ce fascicule n’en avait pas moins la reconnaissance académique.

32Les concepteurs qui entraient dans le concours évoqué plus haut travaillaient donc sans références officielles directement issues du BOEN. Ils étaient toutefois pour la plupart issus des rangs de l’EN et avait une idée précise de ce qui pouvait être proposé à un enfant ou un adolescent de tel ou tel niveau scolaire. Les langues déjà enseignées (français ou langue étrangère) servaient de références, eu égard à une pratique déjà affirmée.

  • 19 Cet ouvrage consignera en grande partie les expériences partagées du stage lourd de « corse intégré (...)
  • 20 Prosa d’oghje de Franchi (complément de la collection « Forme è primure... » toujours pour les term (...)
  • 21 Par exemple, une dernière production de stage d’une équipe de Balagna (Haute-Corse) en deux volumes (...)

33C’est dans ces conditions que naîtront une méthode dédiée aux écoles maternelles Di manu in manu19 de A. Maisetti, A. Di Meglio, E. Papi et deux manuels pour le cycle de la première à la terminale : Lingua viva de Santu Casta, et par Forme è primure di a puesia d’oghje de Ghj. Ghj. Franchi à l’usage des terminales. D’autres manuels primés par le concours organisé par la CTC seront publiés20. Ils entrent pour certains dans une logique de collection, respectant les cycles d’apprentissages ou complétant des études de genres en littérature. Quant aux classes de 6ème/5ème et du primaire, le concours leur sera consacré les années suivantes21.

34L’élément commun à toutes ces productions se situe dans les progrès notables effectués tant pour les contenus, fondés sur les méthodes modernes de l’enseignement des langues, que pour la présentation (qualité des textes et de l’écriture, choix des photographies, dessins ou B.D., présentation générale du manuel soignée).

35Cette période constitue une étape importante dans la mesure où la production d’outils devient planifiée, contractualisée et financée. Il est certain que la couverture des cycles ne peut remplacer un véritable corps de professeurs bilingues mais la démarche préfigure les évolutions qui viendront dans les années 2000 : le recrutement de professeurs des écoles (PE) bilingues et l’élaboration de programmes officiels.

La place du manuel dans les évolutions récentes

Une politique d’élaboration et de production suivie

36L’avènement du XXIe siècle constitue encore, à notre sens, une articulation importante. Toujours d’un point de vue glottopolitique, le processus de Matignon qui donnera en 2001 à l’enseignement du corse un statut renforcé mais surtout la circulaire Lang de 2001 qui ouvrira, entre autres, la possibilité d’un recrutement de PE bilingues22, créera de nouveaux besoins notamment pour l’enseignement des disciplines non linguistiques (DNL). L’inflexion du système vers l’éducation bilingue est alors très nette, la Collectivité Territoriale de Corse (CTC) ayant à cœur de promouvoir les filières bilingues par bassin géographique et au moins jusqu’au collège. Il s’ensuit une production importante de manuels et de documents par le CRDP (qui changera de nom pour devenir le réseau Canopé en 2014). Ces documents s’attachent à doter les DNL de manuels en langue corse. Citons ici en exemple l’adaptation en corse de manuels (différents niveaux de collèges) Transmath23 ou le volumineux manuel Storia Giugraffia à l’usage des 3ème bilingues, fruit de l’adaptation de l’ouvrage collectif de la collection Martin Ivernel24. On trouvera des équivalents pour l’école primaire25 qui continue par ailleurs de se doter de manuels d’apprentissages de langue comme Cuntrasti (niveau A1/A2) ou Spassighjata in furesta publiés dans le cadre de la contractualisation 2007-2013. Ces manuels seront systématiquement doublés par un CD-Rom, ils dépasseront le découpage en cycle pour se positionner sur la gradation du CECRL et introduiront largement des aspects ludiques dont le jeu de rôle.

37La production de manuels ou d’outils par le mouvement associatif, souvent parallèle à l’EN, comme nous l’avons évoqué plus haut a sensiblement évolué. Si on constate une nette baisse dans l’implication éditoriale on constate aujourd’hui un certain renouveau de structures, souvent bien aidées par la CTC et/ou les mairies26, qui développent des activités en et autour de la langue corse. Prenons ici l’exemple de Praticalingua27, une dynamique association bastiaise, qui prend pour principe une immersion thématique tout à fait judicieuse :

38L’apprentissage en immersion permet de créer un rapport à la langue, plaisant et décomplexé. L’objectif est de maîtriser un savoir-faire, de pratiquer une discipline artistique, et, dans le même temps, de pouvoir utiliser la langue dans le domaine concerné. Cela permet de franchir un obstacle fréquent dans notre rapport à la langue, celui de la peur de l’erreur. Une fois la parole libérée, on acquiert d’autres compétences, dans de larges domaines d’expression. 

Vers un système d’éducation bilingue

  • 28 Nous renvoyons dans ce même ouvrage à l’article de notre collègue JB Paoli, responsable de la langu (...)

39Sur l’ensemble des manuels de DNL, un débat a pu naître pour savoir si les contenus en langue corse devaient être directement issus des programmes nationaux (par la simple traduction de manuels existants) ou s’orienter d’emblée vers des spécificités régionales. Le compromis fut assez facile à trouver par une politique de traduction (notamment pour les sciences exactes comme les mathématiques ou les sciences de la vie et de la terre, SVT) et, parallèlement, une véritable politique de publications orientées vers ce que l’on pourrait appeler une voie de patrimonialisation par l’édition de nombre de documents plus ou moins monographiques concernant les sciences humaines en général ou les arts, la littérature, la musicologie28. À ce moment de l’histoire, les manuels témoignent bien d’un système qui tend à utiliser la langue régionale comme instrument de communication formel dans les enseignements communs et en vient à développer de façon concomitante tout ce qui est lié à la langue, à son histoire et à son patrimoine.

40Deux points forts ressortent ici :

  • les manuels créés dans la période des années 2000 affirment donc une langue professionnelle, le corse, qui peut tout dire dans l’enseignement en tant qu’outil de transmission du (des) savoir(s). On notera que les différentes opérations d’éditions de manuels existants en langue française ont donné lieu à un travail d’implémentation de la néologie tout à fait intéressant et que Canopé Corse met aujourd’hui en ligne29 au service des enseignants ;

  • les manuels affirment la construction d’un savoir enseignable, la LCC qui se construit en discipline scolaire. Le processus de transposition didactique des savoirs et savoir-faire liés à la langue corse bénéficient depuis plus de trente ans des acquis de la tradition mais aussi des acquis savants liés à un important développement du livre qui va concerner la Corse dans tous les aspects possibles. Ce processus de patrimonialisation est le fruit d’une complémentarité systémique entre la recherche, la publication et la transformation des savoirs.

41Sur l’autre front de l’apprentissage de la langue corse, celui de la méthode pour adultes ou langue seconde de façon générale, les années 2000 verront la forte réduction du format papier pour laisser la place aux formats numériques, multimédia, en ligne ou sur support CD.

42Approches communicatives, approches notionnelles/fonctionnelles… les concepts qui arrivent dans la didactique des langues peuvent plus ou moins être pris en compte ou l’être de façon mixte et/ou aménagée. Même s’il faudrait s’appuyer sur une étude plus fine, il nous semble que la plus grande influence théorique est exercée par le Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues (CECRL). La perspective actionnelle prônée pénètre nombre d’initiatives d’apprentissage du corse, par le secteur associatif ou encore la voie de la formation pour adultes. Le manuel cède alors la place au référentiel de compétences qui trouvera des supports variés et multimédias. Cette voie engendre toute une politique d’habilitations ou de certifications qui cherchent encore une labellisation.

43Il ressort de ce parcours de la didactisation du corse que son aspect glottopolitique demeure fondamental. La dimension sociodidactique (Rispail 2018) visée ici s’inscrit pleinement dans le processus de normalisation/normativisation contribuant à l’équipement et à la dignité d’une langue comme le corse. Ce regard sur l’évolution de la production d’outils didactiques met en relief la dimension systémique de la revernacularisation d’une langue régionale qui prend un véritable élan par la conjonction de nombres de conditions entre volonté populaire et relais institutionnels. Nous avons ici identifié :

  • le socle d’une tradition qui bénéficie d’une transposition didactique à un moment de son histoire ;

  • l’existence d’un mouvement associatif ;

  • une expérience liée à un système éducatif organisé ;

  • la production de savoirs savants par la recherche ;

  • une politique de créations de ressources humaines en enseignements et en recherche ;

  • l’élaboration de plans et de contrats par l’institution politique ;

  • une politique d’aides financières à l’édition, publique et privée.

  • 30 La Collectivité territoriale de Corse est devenue depuis le 2 janvier 2018 Collectivité (unique) de (...)

44Pour la Corse, c’est le système public de l’enseignement qui a pris en charge la quasi-totalité des initiatives. L’enseignement du corse est régi par contrat entre la Région30 et l’État (académie de Corse), ce qui constitue un modèle (sans être unique) efficace de développement en termes d’addition, mais surtout de convergence de moyens si on y ajoute encore les bénéfices de l’action de l’Université de Corse par sa filière de spécialité en études corses, par la recherche en didactique et par la formation des maîtres (ESPE).

45Le chantier demeure largement ouvert. Il reste à exploiter tout le potentiel didactique lié aux aspects métalinguistiques (une observation réfléchie de la façon de s’exprimer des Corses, par exemple) qui conduit à une didactique du bi- et du plurilinguisme (langues en contacts, études comparées et/ou contrastives) qui, malgré de belles expériences (Cortier/Di Meglio 2004, 2016), ne s’est pas concrétisée formellement par des publications de méthodes ou de préceptes organisés.

46Il va sans dire que le chemin de la revernacularisation ou de la corsophonisation demeure long, lent et incertain, relevant encore d’autres paramètres sociolinguistiques et politiques, mais le pari de la didactisation d’une langue que l’on pouvait qualifier de minorée il y a quelque trente ans, est en passe d’être réussi. L’élaboration de manuels au service d’une langue minorée constitue ainsi un acte de reconnaissance puissant et émancipateur, dans la mesure où il contribue à capitaliser le patrimoine d’une langue vernaculaire, fût-elle petite par le nombre de ses locuteurs. Le respect de la diversité culturelle et la fin des hégémonies linguistiques passent sans doute par là.

Haut de page

Bibliographie

Chiorboli, Jean, 1985, « A didattica di e lingue è l’insignamentu di u corsu. Principii è appiicazione », Pratiche è strategie, pedagugia di u corsu, Ajaccio, C.R.D.P.

Cortier, Claude; Di Meglio, Alain, 2016, « la langue corse comme socle d’une éducation bi-/plurilingue », in Hélot/Herfurt (dir.) L’éducation bilingue en France, politiques linguistiques, modèles et pratiques, Limoges, Lambert-Lucas.

Cortier, Claude; Di Meglio, Alain, 2004, « Le dépassement du conflit diglossique en Corse : implications pédagogiques et didactiques chez les maîtres bilingues de l’école primaire », in Ducancel,G./Simon, DL (coord.), Français et langues étrangères et régionales à l’école. Quelles interactions ?, Revue Repères n° 29, Lyon, INRP.

Di Meglio, Alain, 1997, L’élaboration didactique du corse, Thèse NR, sous la direction de J. Thiers, U. de Corse.

Di Meglio, Alain, 2003, « L’avènement de l’enseignement du corse (pp.507-547) », in Fusina Jacques (dir.), Histoire de l’École en Corse, Ajaccio, Albiana.

Ettori, Fernand, 1982 « Le sursaut d’une culture menacée », Le Mémorial des Corses Vol.5, Ajaccio, Cyrnos et Méditerrannée, 334-385.

Ettori, Fernand, 1975 « L’enseignement de la langue corse », Langue française n° 25, Paris, Larousse, 104-111.

Fusina, Jacques, 1994, L’enseignement du corse, Histoire, développement, perspectives, Finusellu, Ajaccio

Guespin, Louis/ Marcellesi, Jean-Baptiste, 1986, « Pour la glottopolitique », Langages, 21ᵉ année, n°83, Glottopolitique, sous la direction de Jean-Baptiste Marcellesi, 5-34, Paris, Larousse.

Guide de l’enseignement de la langue et de la culture corse de la maternelle à l’université (1989), collectif édité par l’Académie de Corse et le ministère de l’Éducation Nationale, Ajaccio, C.R.D.P.

Marcellesi, jean-Baptiste (et al.), 2003 Sociolinguistique : épistémologie, Langues régionales, Polynomie, Paris, L’Harmattan.

Marchetti, Pascal, 1989 La corsophonie, un idiome à la mer, Paris, Albatros.

Marchetti, Pasquale/Geronimi, Dumenicantone, 1971 Intricciate è cambiarine (manuel pratique d’orthographe et d’orthoepie corse), Nogent-sur-Marne, Ed. Beaulieu.

Ottavi, Pascal, 2008 Le bilinguisme dans l’école de la République : le cas de la Corse, Ajaccio, Albiana.

Rispail, Marielle (dir.), 2018, Abécédaire de sociodidactique, PU de St Etienne, Saint-Etienne.

Rocchi, Ghjuvan Teramu, 1974, A lingua corsa in prima scola, Cervioni, ADECEC.

Smith, E. 2010, La nationalisation par le bas : un nationalisme banal ? Le cas de la wolofisation au Sénégal. Raisons politiques 2010/1(37), 65-77.

Thiers, Jacques, 1993, Les potirons, l’Inspecteur et le gecko, Ajaccio, Albiana.

Thiers, Jacques, 1996, « Les missions Mourre 1818-1822 », Salvatore Viale et la Toscane littéraire, Corte, CCU-BU, Université de Corse.

Haut de page

Notes

1 La loi Deixonne donnant pour la première fois en France la possibilité d’un enseignement des langues régionales fut votée en 1951 excluant l’alsacien, le corse et le flamand pour des raisons linguistiques (elles furent jugées dialectes d’autres langues frontalières, respectivement l’allemand, le néerlandais et l’italien ; aujourd’hui, si le corse a pu bénéficier de la loi, l’allemand standard sert de référence écrite pour l’alsacien et le flamand n’est toujours pas reconnu par l’EN).

2 Kyrn magazine est une revue mensuelle d’actualités politiques et culturelles consacrée à la Corse. Elle paraîtra de façon plus ou moins régulière durant deux décennies (entre 1972 et 1992).

3 Cette association (pour le développement des études du Centre Est de la Corse) a été particulièrement dynamique pour la reconnaissance et le développement de l’enseignement du corse.

4 Le Riacquistu est une période de regain du corsisme dans les années soixante-dix en Corse. Littéralement, on traduit par « réappropriation » culturelle. Ce moment fait écho à une renaissance des cultures régionales dans l’Europe entière voire dans le monde.

5 Nous empruntons ici la notion à notre collègue Stefan Moal (dans son mémoire de HDR soutenue en décembre 2017) de l’Université Rennes 2 qui l’utilise à partir de Smith (2010) pour évoquer la situation du breton « dans une ère post-vernaculaire dans la mesure où disparaissent ou ont déjà disparu les contextes quotidiens dans lesquels cette langue était naguère, à travers sa variation, le vernaculaire de presque tous ».

6 Conseillers pédagogiques-langue et culture corses

7 Centre Régional de Documentation Pédagogique

8 Quatre documents entrent dans cette démarche : Da u scioglilingua à a lingua sciolta, travaux d’un stage de 6 semaines à Corte en 1977 ; Primi passi in lingua corsa, travaux d’un stage à Ajaccio en 1978 ; Scola aperta, travaux de stage à Corte en 1978 et Larenzu è Catalina issu d’un stage ajaccien en 1982 sera la suite des travaux de Primi passi.

9 Un recueil de comptines (filastrocche, cantu è puemi) ; lexique A scola/l’école de GT Rocchi ; deux disques avec G. F Bernardini, alors animateur LCC, du groupe I Muvrini : Campemuci et Aiò. Ils marquent aussi les débuts d’une production discographique abondante qui se développera sur la période concernée par cet article et qui est aussi à verser dans le corpus des outils didactiques créés.

10 Rocchi, Thiers et Chiorboli en sont les auteurs.

11 Nous suivons en cela les mêmes orientations que dans la thèse de Di Meglio (1997). Cette partie recoupe, en les actualisant, de larges extraits du chapitre 2 (Les outils didactiques, méthodes et manuels)

12 Nous renvoyons ici à l’ouvrage de synthèse sur les travaux de JB Marcellesi en 2003 (cf. bibliographie)

13 Il s’agit d’une adaptation en corse de la méthode de Silvana Perrini (Parliamo italiano). Méthode de « communication » assez classique qui utilise l’image et les bulles de dialogues pour un registre de langue pratique.

14 Mission Académique à la Formation des Personnels de l’Éducation Nationale (aujourd’hui disparue)

15 Centre départemental de documentation pédagogique

16 Nous parlons en général en Corse de « ré »-ouverture de l’Université en référence à la première université paolienne créée en 1765.

17 Événement majeur du militantisme culturel des années 70 qui revendiquait l’université et qui se poursuivit pendant cinq ans (voir Ettori 1982b, 365-368).

18 Bulletin Officiel de l’Éducation Nationale. On peut trouver par exemple les programmes officiels de langue corse pour les écoles primaires en 2007 (http://www.education.gouv.fr/bo/2007/hs9/MENE0760745A.htm) en sachant que l’ensemble des cursus est aujourd’hui doté de programmes officiels.

19 Cet ouvrage consignera en grande partie les expériences partagées du stage lourd de « corse intégré » consacré aux écoles maternelles et qui n’avait pas connu de publication a posteriori.

20 Prosa d’oghje de Franchi (complément de la collection « Forme è primure... » toujours pour les terminales) ; deux ouvrages (niveau 3ème/4ème) : P. Ottavi, M. Acquaviva, S. Massiani Per l’andati di a lingua et G. Romani Prosa fattiva seront distribués dans les collèges de l’île à la rentrée 95.

21 Par exemple, une dernière production de stage d’une équipe de Balagna (Haute-Corse) en deux volumes est publiée par le CRDP, L’ore belle, pour le primaire, dont la première édition avait été assurée par l’association Scola corsa Bastia.

22 Arrêté du 3 janvier 2002 « créant un concours spécial de recrutement de professeur des écoles en langue régionale ».

Arrêté du 25 février 2002, modifiant l’arrêté du 31 juillet 2001 « mise en place d’un enseignement bilingue en langues régionales ».

23 Version française chez Nathan, 2007

24 Chez Hatier, https://www.editions-hatier.fr/collection/histoire-geographie-college

25 Pour les maths, nous aurons la traduction en langue corse du manuel de mathématiques de CE1 de Rémi Brissiaud des éditions Retz dans la collection « J'apprends les maths ».

26 De nombreuses mairies en Corse ont signé « a cartula di a lingua corsa », une charte formalisée (https://www.corse.fr/linguacorsa/A-cartula-di-a-lingua-corsa_a11.html) qui met les deux collectivités (CTC et Mairie) sous forme de contrat multi-options déclinant nombre d’actions favorables à l’usage de la langue corse.

27 https://www.praticalingua.com/

28 Nous renvoyons dans ce même ouvrage à l’article de notre collègue JB Paoli, responsable de la langue corse pour le réseau Canopé en Corse. Ou à la consultation du catalogue du même réseau :

29 http://www.educorsica.fr/lessicu/

30 La Collectivité territoriale de Corse est devenue depuis le 2 janvier 2018 Collectivité (unique) de Corse après la disparition des départements 2A et 2B

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Di Meglio et Nicolas Sorba, « Trente ans de didactisation du corse », Lengas [En ligne], 83 | 2018, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 18 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lengas/1464  ; DOI : 10.4000/lengas.1464

Haut de page

Auteurs

Alain Di Meglio

ESPE de Corse, Università di Corsica/UMR 6240 LISA

Nicolas Sorba

Università di Corsica/UMR 6240 LISA

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals