Skip to navigation – Site map

Òc-Ben ! L’aventure et l’élaboration d’un manuel scolaire occitan

Miquèla Stenta

Abstracts

The CAPES d'occitan-langue d'oc has made it necessary to create manuals that take into account the globality of the language. Òc-ben ! is a response to the demands of unity and diversity of the Occitan language through the four main forms (Gascon, Languedoc, Limousin, Provençal) as well as to a rigorous learning process in terms of language, communication and culture. The development of this manual in the early 2000s brought together practising teachers, inspectors and the CRDP of Bordeaux for an adventure whose heavy task was rewarded by the welcome given by the students.

Top of page

Full text

Génèse

1C'est à l'occasion d'un stage interacadémique à Bordeaux en 2000 où la question des manuels avait été posée qu'est née l'idée de faire un manuel pan-occitan axé sur l'apprentissage de la langue orale et riche en éléments civilisationnels. La décision de se lancer dans l'aventure a été prise à quelques-uns avec l'inspecteur général Jean Salles-Loustau.

2Une rencontre décisive a permis d'enclencher le processus : celle de la directrice d'édition au CRDP d'Aquitaine, Claude Ribéra, qui, avec son équipe venait de diriger Espaços pour le portugais LV2-LV3 et qui a proposé de diriger le chantier sur le plan éditorial.

3Faire un ouvrage pan-occitan ? C'était presque une gageure ! Il existait bien un antécédent Ieu coneissi un país, édité en 1979 par le secteur Enseignement de l'Institut d'Estudis Occitans, conçu en trois versions, nord, sud et ouest occitan, avec une partie propre à chacune de ces formes d'oc et une partie commune à l'ensemble de la langue, et donnant la priorité à l'oral. Innovant dans sa conception et la pédagogie proposée, il a été vite épuisé. De toute façon, Ieu coneissi un país avait vingt ans...

Couverture de Ieu Coneissi un país, 1979, IEO

Couverture de Ieu Coneissi un país, 1979, IEO

4Avant cet ouvrage, les enseignants disposaient d'outils divers, essentiellement orientés vers un apprentissage de la forme de langue d'oc de leur académie. Cela ne veut pas dire qu'ils ignoraient le reste de la langue ! Ces manuels présentaient des documents dans d'autres variétés mais ne donnaient pas nécessairement les moyens d'en entendre les réalisations phonétiques. Quelques « méthodes » d'apprentissage existaient en plusieurs versions, et bien souvent chacun se contentait de celle de son « grand » dialecte.

5L'ouvrage projeté en 2000 était destiné, comme le précédent, à l'ensemble des élèves de collège et lycée, et devait représenter les grandes composantes de la langue. Il s'appellerait Òc-Ben !, expression affirmative et engageante connue dans pratiquement tout le domaine concerné.

6Il fallait pour cela rassembler une équipe sur le projet, avec des enseignants des académies de Provence, du Languedoc, d'Aquitaine, du Limousin. S'attelèrent à la tâche :

  • Gilles Arbousset, professeur en lycée à Carcassonne et formateur à l'IUFM du Languedoc-Roussillon

  • Éric Astié, professeur en lycée à Langon

  • Dominique Decomps, professeur en collège à Seilhac et à l'IUFM du Limousin

  • Philippe Gardy, CNRS, Université Paul Valéry Montpellier III

  • Patric Guilhemjoan, académie de Bordeaux

  • Jean-Marie Sarpoulet, chargé de mission d'inspection pédagogique (Bordeaux et Limoges), chargé de cours à l'Université Michel de Montaigne Bordeaux III

  • Miquèla Stenta, professeur en lycée à Sète et à l'IUFM du Languedoc-Roussillon

  • Claire Torreilles, chargée de mission d'inspection pédagogique (Montpellier et Clermont-Ferrand), Université Paul Valéry Montpellier III.

7Il fallait aussi convaincre le directeur du CRDP d'Aquitaine pour l'édition. L'inspecteur général a mené la négociation. Il fallait aussi rendre possible l'édition en faisant appel au Ministère de l'Éducation nationale, à la Délégation Générale à la langue française et aux langues de France, aux Conseils régionaux de Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon et Aquitaine, au Rectorat de Bordeaux, au Centre de recherches occitane et méridionale, à l'Institut d'Estudis Occitans, à l'Institut Occitan. Le financement a été l'affaire de l'inspecteur général et du directeur du CRDP.

L’ouvrage

8Il est destiné à un apprentissage de Langue Vivante 2 et Langue Vivante 3. Il se compose de plusieurs éléments, répartis en deux tomes :

  • première année (2003) pour des débutants,

  • deuxième année (2004) pour continuer.

ÒC-BEN ! Livre de l'élève, première année, 2003, CNDP, CRDP Aquitaine

ÒC-BEN ! Livre de l'élève, première année, 2003, CNDP, CRDP Aquitaine

ÒC-BEN ! Livre de l'élève, deuxième année, 2004, CNDP, CRDP Aquitaine

ÒC-BEN ! Livre de l'élève, deuxième année, 2004, CNDP, CRDP Aquitaine

9Chaque volume se décompose en 12 unités d'apprentissage et d'exploitation des notions acquises, accompagnées de nombreux documents iconographiques et textuels. Les annexes contiennent un lexique, un précis de grammaire, un tableau de conjugaisons, des cartes linguistiques, géographiques, historiques, administratives du territoire de la langue d'oc. Deux cahiers d'exercices permettent la mémorisation des faits de langue et de vocabulaire. Quatre CD audio pour chaque volume, présentent en 4 versions (languedocien, provençal, gascon, limousin) les dialogues de chaque unité et bon nombre de textes littéraires. Un guide du maître, en ligne, accompagne l'ensemble.

10Bref, un ouvrage complet, riche, aux contenus très diversifiés, en tout comparable (sa spécificité en plus !) aux manuels en usage pour les langues vivantes. Mais également, un ouvrage ambitieux, pour lequel les auteurs n'ont ménagé ni leur peine, ni leur engagement, dans un travail d'équipe parfois chaotique et délicat du fait de positionnements fermes sur des sensibilités linguistiques. Car, pour élaborer un manuel panoccitan dans les quatre grandes variétés de la langue, il fallait nécessairement sinon harmoniser du moins choisir les formes de langue les plus communes (voir infra).

Une pédagogie

11Il va de soi que la progression linguistique est à la fois rigoureuse et souple. Comme Òc-Ben ! s'adresse aussi bien à des élèves de collège que de lycée, deux niveaux sont indiqués dans chaque unité.

12La priorité est donnée à l'oral. Dans le premier volume, l'approche de la langue se fait à partir de dessins qui évoquent et provoquent des situations de parole et d'échanges entre jeunes. L'enseignant oralise les situations en les contextualisant, induit la compréhension, oriente l'oralisation de l'élève. Des dialogues, enregistrés, correspondent à ces situations ; ils sont présentés dans les quatre variétés de la langue : gascon, languedocien, limousin, provençal. L'approche de la langue écrite arrive en second lieu. L'énorme avantage de ces enregistrements en quatre variétés c'est, tout en privilégiant l'une d'entre elles, de faire entendre les autres et de permettre ainsi une approche plus fine de l'unité de la langue à travers sa diversité. Une page de synthèse, appelée « travèrsas », soutient la démarche. Elle sert de passerelle entre les différentes variétés ; elle permet de repérer, à travers la diversité, les structures communes de la langue.

13Chaque unité offre un ensemble de documents de nature, d'origine et de difficulté variées : textes littéraires contemporains ou anciens, reproductions d'œuvres d'art, photographies, affiches, bandes dessinées, scènes de la vie quotidienne, qui permettent à l'élève de découvrir la richesse de la culture occitane et/ou de se réapproprier des éléments de cette culture qu'il a souvent à portée de vue et d'oreille. Une démarche dynamique est engendrée vers le milieu environnant, pourvoyeur de scènes et situations qui, tout en étant familières, suscitent un dépassement (les jeux traditionnels, leur relation au monde animal, aux quatre éléments, etc.). C'est là l'originalité et le privilège de l'enseignement de l'occitan, comme des autres langues dites régionales, de lier découverte et reconnaissance, car il s'appuie sur un socle d'habitudes culturelles, de pratiques langagières, de savoirs spécifiques que l'élève peut trouver autour de lui ou dont il est lui-même porteur. Ainsi, l'élève est amené à s'exprimer librement, l'occitan étant clairement abordé comme langue de communication.

14Si la question de la pédagogie faisait consensus parmi les auteurs, il n'en fut pas de même pour le côté linguistique du manuel. On le sait, toute langue est complexe et, à moins d'une académie imposant une norme unique, la variation est le propre de la vie. La langue occitane assume sa variation interne corroborée par une graphie commune, dite classique. Cependant affirmer cela ne résout pas les difficultés. Loin s'en faut !

15Tout le monde était d'accord pour que le manuel se décline en quatre grandes variétés. Mais pouvait-on représenter toutes les formes dialectales, sous-dialectales, micro-dialectales ? À l'évidence, non. Il fallait faire des choix, conformes aux publications linguistiques existantes. Ce ne fut pas toujours simple, chacun tenant à sa référence. Il en résulta que les dialogues, supports d'apprentissage de la langue de communication, se conformeraient aux formes dominantes de l'aire dialectale concernée. Les textes littéraires et légendes de documents iconographiques, quant à eux, resteraient et présenteraient des formes de langue différentes à l'intérieur d'un même « grand » dialecte. L'explication de ces micro-variations en revenant à l'enseignant.

La réalisation

16Le travail en commun a commencé dès l'automne 2000 au-delà de la réflexion personnelle de chaque membre de l'équipe. Les auteurs savaient qu'ils s'engageaient pour plusieurs années. L'aventure était ambitieuse, contraignante quant à la charge de travail (en plus des services d'enseignement et des situations familiales) mais chacun était convaincu que l'objectif serait atteint.

17Très vite, alors que l’on n’avait aucune perspective de programmes pour le second degré au plan national, on a fixé les principes :

  • d’une progression linguistique rigoureuse

  • d’une intégration de la variation linguistique avec les quatre ensembles : gascon, languedocien, limousin, provençal. Car il fut exclu d'avoir quatre versions du même ouvrage

  • de la place importante faite à la civilisation et à la littérature (en aménageant modérément les textes, en les didactisant comme on disait)

  • de la place importante faite à l’oral, pour démarrer chaque leçon. Le choix de la graphiste, Lise Boissinot, a été décisif : il fallait lui donner avec précision les situations de départ, les lieux, les personnages, écrire les dialogues, etc. Elle travaillait assez vite et répondait finement à nos demandes.

18Le CRDP d'Aquitaine étant maître d'œuvre, les réunions d'étapes se faisaient à Bordeaux, au rythme de deux ou trois par an. Il s'agissait d'y faire la synthèse du travail accompli qui avait déjà fait l'objet d'échanges par mail. Les auteurs s'étaient employés auparavant à tester leurs propositions auprès de leurs élèves.

19Bien entendu, des différends apparaissaient, sur les questions linguistiques essentiellement. L'arbitrage de la directrice éditoriale du CRDP, a souvent permis d'avancer. Son soutien logistique, en particulier pour la recherche iconographique, a été d'une grande efficacité.

20Engagement total donc des auteurs et de l'équipe éditoriale, mais « défection » progressive de l'administration. Certes, les déplacements étaient pris en charge. Certes, quelques heures ont été payées, mais, au regard de la part énorme de travail bénévole effectué par les auteurs, cela représentait une bien maigre rétribution ; un contrat avait été signé ; il incluait quatre ou cinq exemplaires de l'ouvrage complet pour chaque auteur ; on se contenta d'un seul.

Réception

21Trois questions se posent ici.

1. Peut-on dire que l'ouvrage a été bien accueilli ?

22Certes, les collectivités territoriales ont aidé à sa diffusion :

  • à Toulouse, il a été distribué gratuitement pour les élèves ;

  • la région Languedoc-Roussillon a acheté un certain nombre d’exemplaires pour les enseignants.

23Mais aussi les chargés de mission d'inspection des académies de Toulouse et Montpellier ont organisé des séances de formation pour les professeurs, mais ils n'ont pas toujours vu utiliser le manuel dans les classes aussi fréquemment qu'ils l'auraient souhaité.

24Du côté des Provençaux (on connaît les positionnements crispés de certains), il y eut des articles vengeurs et ulcérés du traitement fait à ce grand et célèbre dialecte de l'occitan, et de l'indifférence.

2. Òc-ben ! est-il toujours en usage ?

25Concernant le lycée, la réforme et les nouvelles orientations (travail par thèmes : mythes et héros, le progrès, espaces et échanges, lieux et formes du pouvoir) rendent Òc-Ben ! inadapté, même si l'ouvrage fournit des ressources documentaires pour les thèmes Mythes et héros et Lieux et formes du pouvoir (les enseignants utilisent plutôt des articles de journaux et revues, forcément d'actualité). Cependant, son utilisation n'est pas dépassée, car, un manuel n'étant pas le seul outil, les enseignants peuvent toujours recourir à des documents permettant d'ancrer leur enseignement dans l'actualité.

26Concernant la part Apprentissage de la langue, la démarche consistant à partir de la langue orale n'a rien perdu de sa pertinence.  Mais les supports dialogués, tout en restant d'actualité quant aux situations exposées (par exemple la préparation d'un exposé ou d'un voyage) n'intègrent pas, et pour cause, les moyens d'investigation et de communication dont disposent les élèves d'aujourd'hui (internet et autres Iphone), comme quoi l'obsolescence touche tout..

3. Òc-ben ! a-t-il un successeur ?

27À notre connaissance, non. Sans doute faudrait-il envisager un outil – peut-on parler encore de manuel ? – « branché », technologisé, e que te sabi mai... Mais c'est une autre histoire !

28Avec le recul, on peut dire que l'équipe qui a porté Òc-Ben ! voulait tout. Il en résulte un manuel un peu trop abondant. Peut-être pas toujours facile à utiliser. Mais ambitieux. Et qui, parce qu'il rend toujours de grands services, a encore sa place partout, semble-t-il, pour la formation des élèves de lycée, des étudiants et des adultes.

Top of page

List of illustrations

Title Couverture de Ieu Coneissi un país, 1979, IEO
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/1494/img-1.png
File image/png, 1.4M
Title ÒC-BEN ! Livre de l'élève, première année, 2003, CNDP, CRDP Aquitaine
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/1494/img-2.png
File image/png, 404k
Title ÒC-BEN ! Livre de l'élève, deuxième année, 2004, CNDP, CRDP Aquitaine
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/1494/img-3.png
File image/png, 361k
Top of page

References

Electronic reference

Miquèla Stenta, « Òc-Ben ! L’aventure et l’élaboration d’un manuel scolaire occitan »Lengas [Online], 83 | 2018, Online since 17 May 2018, connection on 03 June 2020. URL: http://journals.openedition.org/lengas/1494 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lengas.1494

Top of page

About the author

Miquèla Stenta

Enseignante d'occitan en collège, lycée, IUFM et Université. Elle est auteur et co-auteur de matériel pédagogique et intervient sur le domaine littéraire occitan

Top of page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals