Navigation – Plan du site
Varia

Pour une définition de la notion de minorité linguistique : les difficultés du vague

Christian Bassac, Joan Busquets, Victor Guset, Antoine Pascaud et Alain Viaut

Résumés

Dans cet article nous proposons une définition de la notion de minorité linguistique. La difficulté conceptuelle de cette notion découle essentiellement du caractère vague du nom minorité. Confrontés à la multiplicité d’éléments définitoires employés selon les pays (existence de groupes distincts à l’intérieur d’un État avec des caractéristiques ethniques, linguistiques, etc. ; groupe inférieur en nombre par rapport à une majorité ; groupe avec des traits différentiels en comparaison au reste de la population, etc.), et conscients de l’impossibilité d’une définition a priori, nous avons choisi de nous concentrer sur l’usage du terme en contexte dans le corpus que nous avons constitué.
Ainsi, nous avons choisi une analyse sémantique du vague en faisant appel à la notion d’extension. C’est-à-dire, dans l’usage du terme, nous nous sommes focalisés sur l’ensemble de modificateurs associés à la suite minorité linguistique dont le but a été de restreindre son extension. Nous avons donc fondé notre étude sur l’usage ainsi que sur ses occurrences associées à des modificateurs (des adjectifs, en grande partie). Ceci nous a permis de construire une heuristique et d’esquisser un classement des langues minoritaires. Cette catégorisation, malgré le vague, nous permet aussi de comprendre pourquoi, dans d’autres langues, l’équivalent français recouvre d’autres réalités (par exemple, minoranza linguistica en italien).

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Résultat d'une recherche collective menée dans le cadre du programme de recherche Typologie des lan (...)

1L’objectif de ce travail1 est d’essayer de proposer une définition aussi précise que possible de la notion de minorité linguistique ce qui, on le verra, n’est guère chose aisée, notamment en raison de l’imprécision du mot minorité. Trois tentatives de définition, que nous présentons dans l’ordre chronologique, méritent d’être mentionnées. Ce sont celles des Nations Unies, de Capotorti et troisièmement celle de Dechênes. Les Nations Unies fournissent une définition de minorité dont le but est d’en saisir les principales caractéristiques :

  • 2 United Nations Sub-Committee for Prevention of Discrimination and Protection of National Minorities (...)

The term minority includes only those nondominant groups in a population which possess and wish to preserve stable, ethnic, religious or linguistic traditions or characteristics markedly different from those of the rest of the population2.

  • 3 United Nations, Study on the Rights of Persons Belonging to Ethnic, Religious and Linguistic Minori (...)

2D’après cette définition, deux critères apparaissent fusionnés, l’un objectif, l’autre subjectif. Dans leur définition, les NU3 ont fait appel à ces deux aspects pour définir le terme minorité.

3Les critères objectifs sont les suivants :

  • premièrement, l’existence des groupes distincts, à l’intérieur d’un état, avec des caractéristiques ethniques, religieuses ou linguistiques stable ;

  • deuxièmement, ces groupes ont des traits différentiels par rapport au reste de la population ;

  • troisièmement, une minorité est un groupe qui est inférieur en nombre en comparaison avec une majorité et qui se trouve en une position non dominante ;

  • quatrièmement, d’un point de vue juridique, il est nécessaire que les membres de la minorité soient ressortissants de l’État.

4En ce qui concerne les critères subjectifs, ils expriment le désir des dites minorités de préserver ou de conserver une tradition, une culture qui découle d’une identité distinctive entretenue dans le temps, ainsi que le sens de solidarité des membres de la minorité. La définition la plus répandue est probablement celle proposée par Francesco Capotorti, qui avait réalisé une étude pour les Nations Unies autour de la notion de minorité, en proposant que cette notion fasse référence à :

A group numerically inferior to the rest of the population of a State, in a non-dominant position, whose members –being nationals of the State- possess ethnic, religious or linguistic characteristics differing from those of the rest of the population and show, if only implicitly, a sense of solidarity, directed towards preserving their culture, tradition, religion or language (Capotorti 1979 : 96 § 568).

5En 1984, la Commission des Droits de l’Homme fait appel à une sous-commission en vue de définir à nouveau la notion de minorité, tâche confiée à Jules Deschênes, qui donne de la minorité la définition suivante :

 […] group of citizens of a state, constituting a numerical minority and in a non-dominant position in that State, endowed with ethnic, religious or linguistic characteristics which differ from those of the majority of the population, having a sense of solidarity with another, motivated, if only implicitly, by a collective will to survive and whose aim is to achieve equality with the majority in fact and law (Deschênes 1985).

6En ce qui concerne une minorité linguistique, il n’y a pas non plus de définition universelle. Plusieurs traits ou caractéristiques ont été utilisés afin de déterminer ce que constitue une minorité linguistique. Ainsi, par exemple, il peut y avoir ancrage territorial ou non d’un groupe minoritaire ; le groupe minoritaire peut être considéré comme étant national ou transnational ; il peut exister une identité historique ou bien d’un groupe surgi ou installé récemment dans un territoire (c’est le cas des langues d’immigration ou héritées, par exemple). Nous disposons également de la tentative de Thornberry et al., selon lesquels, la notion de minorité linguistique fait référence :

[…] to languages that are traditionally used within a given territory of a state by nationals of that state who form a group numerically smaller than the rest of the state’s population and which is different from the official language(s) of that state (Thornberry et al 2004 : 141).

7Ces mêmes auteurs, distinguent entre une langue utilisée par des groupes minoritaires et des langues non territoriales ; c’est-à-dire,

Languages used by nationals of the state which differ from the language or languages used by the rest of the state’s population but which traditionally were used within the territory of the state (Ibid.).

8Confrontés à la multiplicité d’éléments définitoires employés selon les pays, et conscients de l’impossibilité d’une définition a priori, nous avons choisi de nous concentrer sur l’usage du terme en contexte dans le corpus que nous avons constitué. Ce corpus contient des données récoltées à travers deux programmes de recherche financés par la Région Aquitaine : Langues minoritaires et marges linguistiques en Europe (2008-2011) et Typologie des langues minoritaires historiques en Europe (2014-2018) (cf. supra). Ces deux programmes ont permis la création d'une base de données informatisée (Catégorisation des Langues Minoritaires en Europe CLME)4 réunissant des extraits de texte à contenu linguistique ou juridique5. Ces extraits sont censés apporter des informations qui répondent à l'objectif de la base CLME de fournir des témoignages concernant la catégorisation des différents types de langue minoritaire. Le champ géographique concerné est celui de l'Europe au sens large, correspondant pour ses limites externes à l'aire couverte par le Conseil de l'Europe.

9Le présent travail est organisé de la façon suivante. Dans la première partie, nous détaillons nos hypothèses et la méthode utilisée. Ensuite, dans la deuxième partie, nous exposons le cheminement qui nous conduit du corpus à notre heuristique, qui prend la forme d’un arbre que nous commentons dans la troisième partie du travail. Nous terminons par quelques remarques en guise de conclusion.

1. Hypothèses et méthode

1.1. Langue minoritaire et minorité linguistique : élucidation du lien

10Le premier point qu’il convient d’élucider concerne le lien qui existe entre langue minoritaire et minorité linguistique. Nous faisons pour cela l’hypothèse naturelle suivante (H0) :

  • (H0) : La contribution sémantique de linguistique à minorité dans « minorité linguistique » est : « qui_a_un_rapport_avec_la_langue ».

11Ce rapport, minimalement exprimé en (H0), doit être précisé. On peut le préciser de la façon suivante : à l’évidence une minorité linguistique est un ensemble de locuteurs qui parlent une langue donnée minoritaire. Les quelques lignes qui suivent visent à établir une démonstration de ceci, à partir de la portée et du sens de minorité dans « minorité linguistique ». Si l’on s’en tenait à la seule hypothèse H0, une minorité linguistique pourrait être :

  • soit un groupe minoritaire qui parle plusieurs langues non nécessairement minoritaires. Par exemple, le nombre de personnes qui en France parle français, espagnol, allemand, italien, néerlandais, turc et anglais pourrait être qualifié de minorité linguistique. En effet, le nombre de personnes qui en France parle toutes ces langues est très certainement inférieur à celui qui ne parle pas toutes ces langues : c’est donc bien une minorité définie par son rapport à la langue. Pourtant, on ne dirait pas de ce groupe de locuteurs qu’il constitue une minorité linguistique.
    On dirait plutôt pour exprimer ceci : « Une minorité de personnes en France parle français, espagnol, allemand, italien, néerlandais, turc et anglais ».
    Et pas : « En France une minorité linguistique parle français, espagnol, allemand, italien, néerlandais, turc et anglais ».

  • Soit un nombre quelconque (même majoritaire) qui parle une langue qui aurait été définie préalablement comme minoritaire selon des critères autres que le nombre de locuteurs : il s’agit ici d’une contradiction et ce sens est exclu.

12S’il en est ainsi, c’est que ce qui définit la minorité linguistique, ce n’est pas un facteur quelconque extérieur (minorité de blocage), un facteur indépendant, mais c’est primitivement et exclusivement la langue que parle cet ensemble de locuteurs, qui est elle-même minoritaire ou en situation minoritaire. Ceci résulte de la portée de l’adjectif minoritaire : c’est parce que l’adjectif minoritaire porte sur langue et pas sur le groupe de locuteurs qui la parle, que la langue est dite minoritaire et que le groupe peut ensuite être déclaré minoritaire. Tout ceci est résumé dans le schéma ci-dessous :

Arbre 1 : Portée de l'adjectif minoritaire

Arbre 1 : Portée de l'adjectif minoritaire

13Comme le montre ce schéma, tout groupe de locuteurs minoritaire ne constitue pas nécessairement ce qu’il est convenu d’appeler une minorité linguistique :

  • en a) l’adjectif minoritaire porte sur langue et il est possible de parler de minorité linguistique, alors qu’en b), l’adjectif porte sur groupe de locuteurs et il est exclu de parler dans ce cas de minorité linguistique. Donc, on peut assez sûrement se donner pour l’instant la définition suivante (D0) : (D0) : minorité linguistique = déf un groupe de locuteurs défini par la langue qu’il parle, une langue qui elle-même est une langue minoritaire.

14Comme le montre cette définition, il aurait été possible de commencer par définir ce qu’est une langue minoritaire et ensuite définir la minorité linguistique. C’est seulement la nécessité d’exclure la configuration b) ci-dessus avant tout autre considération qui a conduit à choisir cet ordre de présentation. On notera le parallèle avec minorité ethnique/religieuse, etc. qui, de la même façon, sont des minorités définies respectivement par leur ethnie, leur religion, etc. Il est donc possible maintenant de se donner également la double implication (1) ci-dessous qui résulte de la définition (D0), dans laquelle G identifie un groupe de locuteurs et L une langue :

    • 6 Il est sans doute utile de préciser ici que la performance dans la langue minoritaire de tous les m (...)

    (1) G parle une langue minoritaire L ⟺ G est une minorité linguistique qui parle L6.

  • 7 Le problème lié à la dimension psychologique de l’identification, qui a été soulevé dans la note 1, (...)

15Dans (1), est exprimé le double lien d’implication qui lie la notion de minorité linguistique et celle de langue minoritaire : dans tout ce qui suit, on considèrera donc le lien entre minorité linguistique et langue minoritaire comme immédiat, sachant que le passage de l’une des deux notions à l’autre est exprimé par la double implication de (1). Il va de soi que la même double implication vaudrait pour d’autres minorités : ainsi une minorité religieuse est un ensemble de personnes dont la religion est minoritaire, et un ensemble de personnes dont la religion est minoritaire est une minorité religieuse, de même pour minorité ethnique7, etc.

1.2. Vers une définition de minorité

  • 8 C’est très exactement cela qu’exprime Cardinal (2016) citant Foucher (2008) : « Les experts s’accor (...)
  • 9 L’imprécision recouvre à la fois l’ambiguë et le vague. Une expression est ambigüe si à cette expre (...)

16Il nous reste maintenant à définir ce qu’est une minorité. La légitimité de la notion de minorité est très difficile à établir, d’un point de vue juridique tout d’abord8. La définition linguistique de minorité linguistique est également difficile, en raison de l’imprécision du terme9. Il est possible cependant, dans la notion de minorité, d’isoler les trois propriétés définitoires suivantes exprimées sous (P1), (P2) et (P3) :

    • 10 Comme signalé dans Cronin (1995), minorité  est un terme technique relationnel sans définition univ (...)

    (P1) La notion de minorité est une notion relationnelle10 : minorité s’entend toujours par rapport à un ensemble plus vaste. La relation est une relation d’inclusion, qui s’exprime de la façon suivante (dans lequel Min est utilisé pour minorité et E représente un ensemble quelconque) :

    • {Min} ⊂ {E}

  • (P2) La notion de minorité est une notion oppositive : minorité par rapport à une majorité (Maj ci-dessous) :

    • {E} - {Min} = {Maj}

  • (P3) La notion de minorité inclut la cardinalité (corollaire de la propriété P1) :

    • Card{Min} < Card{Maj}

  • 11 Dans les études sur le vague, trois aspects étroitement liés sont pertinents : les prédicats vagues (...)

1749,9 % d’un ensemble de référence suffit à établir une minorité. Pourtant 0,01 % est aussi une minorité. De cette dernière propriété nait le vague. D’un point de vue philosophique la source du vague peut être : sémantique (l’impossibilité d’un terme d’avoir un sens précis), épistémique (connaissance ou compréhension incomplète) ou ontologique (les objets du monde pourraient être vagues). La notion de vague est associée au paradoxe du sorite, formulé par Eubulide de Milet au IVe siècle. Ce paradoxe illustre l’indétermination sémantique d’une expression. Si quelqu’un a un euro, on dira qu’il est pauvre, et par induction, en ajoutant un euro à la somme initiale, on arrive à la conclusion que quelqu’un ayant un milliard d’euros est aussi pauvre. Le problème vient de l’impossibilité d’établir des contours délimités11. Peirce exprime cette incertitude comme suit :

A proposition is vague when there are possible states of things concerning which it is intrinsically uncertain whether, had they been contemplated by the speaker, he would have regarded them as excluded or allowed by the proposition. By intrinsically uncertain we mean not uncertain in consequence of any ignorance of the interpreter, but because the speaker’s habits of language were indeterminate (Peirce 1902 : 748).

18La forme moderne du vague procède de l’analyse proposée en 1923 par Russell, selon lequel le vague est une propriété des symboles, non de ce qu’ils représentent :

[i]t is perfectly obvious, since colors form a continuum, that there are shades of color concerning which we shall be in doubt whether to call them red or not, not because we are ignorant of the meaning of the word “red,” but because it is a word the extent of whose application is essentially doubtful (Russell 1923 : 85).

  • 12 « D’habitude, ce sont les usages des mots, non les mots eux-mêmes, que l’on qualifie proprement de (...)
  • 13 Par exemple, si une langue est qualifiée comme langue régionale ou minoritaire, elle se verra appli (...)
  • 14 Par exemple, la qualification juridique d’un idiome comme langue ou dialecte peut différer de la dé (...)

19Nous avons privilégié une approche qui prend en compte les usages du terme minorité, dans la lignée d’Austin (1971)12. On notera de plus l’affinité de minorité avec la minoration comme en témoigne l’association formant collocation entre infime et minorité (une infime minorité) et inversement la faible probabilité de l’existence de la suite très certainement beaucoup moins naturelle qui associe l’adjectif vaste et minorité ( ?une vaste minorité). La difficulté qu’il y a à assigner une définition juridique au mot minorité ne semble pas restreindre son emploi. En effet, le mot conserve un usage fréquent malgré la difficulté qu’il y a à établir la légitimité de la réalité visée par ce mot, mais on peut raisonnablement penser que la difficulté de cette définition juridique concourt également au vague de l’adjectif minoritaire. Cette différence peut s’expliquer par la fonction des notions juridiques. Celles-ci ont pour fonction de déclencher l’application des règles de droit. À partir du moment où certains faits entrent dans le champ d’application d’une notion, ceux-ci se verront appliquer les prescriptions édictées par la règle13. De même, cette opération de qualification juridique des faits peut conduire à la reconnaissance d’une qualité aux faits qui n’existait pas auparavant14. Les notions juridiques ont ainsi une force performative (Austin 1962 : 78). Une langue minoritaire est donc une langue définie par le nombre de ses locuteurs, qui est un nombre inférieur à celui des locuteurs qui ne parlent pas cette langue. On admettra de plus que la contribution sémantique de l’adjectif minoritaire en fonction de modificateur dans la suite langue minoritaire est identique à celle du Syntagme Prépositionnel [de minorité] dans langue de minorité. Nous admettrons donc également l’identité suivante :

  • langue minoritaire ≡ langue de minorité

  • 15 On peut cependant considérer que toute minorité est une minorité par rapport à la nation, comme c’e (...)

20La propriété P1 ci-dessus exprime la nécessité de définir l’ensemble E dans lequel le groupe déclaré minoritaire est inclus : il peut s’agir de divers échelons politiques ou territoriaux15. Si la notion de langue régionale est ambiguë (Viaut & Pascaud 2017), celle de minorité est vague. L’ensemble de traits définitoires (intension) du concept qui sont associés à la suite de mots langue régionale est plus vaste que l’ensemble de traits associés à la suite minorité linguistique, et inversement, l’extension de cette dernière est plus grande que celle de la première. À partir de cela, nous établissons le lemme suivant, selon lequel, dans une organisation hiérarchisée en un réseau lexical, minorité linguistique se situe à un niveau élevé de la hiérarchie. Ce lemme peut se formuler maintenant sous (L1) :

  • (L1) « langue minoritaire » est un hypéronyme de « langue régionale ».

21De l’hypéronyme nous nous donnerons la définition largement acceptée suivante : un mot W est un hypéronyme d’un mot M (hyponyme) si tout locuteur (ici un locuteur français) juge vraie la proposition métalinguistique suivante exprimée en (2) :

  • (2) un(e) M est une sorte de W.

22L’intension du concept associé à la suite de mots langue minoritaire étant plus faible que celle qui est associée à la suite de mots langue régionale, et son extension étant corrélativement plus vaste, une conséquence découle naturellement de ceci : si l’extension est vaste, il sera souvent nécessaire de restreindre cette extension, ce qui peut se faire en particulier par la présence de divers modificateurs adjectivaux. On peut donc s’attendre à trouver dans les corpus utilisés plusieurs occurrences de tels modificateurs. C’est très exactement cela que l’on peut observer dans les corpus utilisés, qui mettent en évidence les attestations suivantes :

Tableau 1 : Modificateurs adjectivaux pour minorité linguistique 

régionale

nationale

autochtone

Minorité linguistique

allochtone

historique

immigrante

immigrée

territorialisé

territoriale

23Il va de soi que de la même façon on trouvera la suite « langue minoritaire » accompagnée des mêmes modificateurs soit :

Tableau 2 : Modificateurs adjectivaux pour langue linguistique

régionale

nationale

autochtone

Langue minoritaire

allochtone

historique

immigrante

immigrée

territorialisé

territoriale

  • 16 Outre ces attestations, on trouve également les deux suites minorité ethnolinguistique et minorité (...)

24De plus, quelques exemples dans lesquels figurent plusieurs modificateurs adjectivaux coordonnés (deux au plus), sont attestés, tels que les adjectifs culturel et régional dans minorités linguistiques, culturelles et régionales16. On observe également la présence d’un modificateur précédé de la négation dans le cas de l’adjectif territorial (minorité linguistique non-territoriale). À partir de ce corpus, nous avons extrait des occurrences de modification adjectivale associée au terme minorité linguistique. Ces modificateurs ont été utilisés afin de construire une heuristique permettant de construire des classes selon les dimensions suivantes : existence d’un État-parent (kin state), immigration, territorialisation et historicité. Certains de ces traits figurent d’ailleurs dans les définitions qui ont été présentées ci-dessus, soit dans la définition de minorité, soit dans la définition de minorité linguistique. Les informations sur le corpus d’où sont extraits les adjectifs ci-dessus, ainsi que les détails de la construction de ce corpus sont présentés ci-dessous (cf. infra, § 2.1).

1.3. Questions de méthode

1.3.1. Mot VS concept

25Ce que nous identifions alors par la proposition métalinguistique (2) est donc bien un mot (ou une relation entre mots) et non un concept (ou une relation entre concepts). Ceci nous permet alors de donner du groupe langue minoritaire une définition qui ne se réduit pas à sa seule relation au concept, c’est-à-dire sa définition par les seules propriétés intensionnelles de ce qui est exprimé par la suite de mots langue minoritaire, mais une définition qui intègre les variations contextuelles, diachroniques, ainsi que ses possibles connotations, en un mot les usages du groupe de mots langue minoritaire. En effet, plus que pour tout autre mot, ce que nous essayons de cerner n’est pas une notion définie indépendamment de la langue mais la représentation d’une réalité construite par l’usage des locuteurs. Dans ces conditions, on ne cherchera donc pas à établir primitivement une liste de propriétés définitoires de ce qu’est une langue minoritaire comme cela avait pu être fait pour la définition de langue régionale, mais nous nous efforcerons de voir comment l’usage du terme permet de construire une réalité qui semble échapper à une définition juridique. On peut donc s’attendre également à ce que des variations soient observées selon les pays dans lesquels une réalité est visée par la suite minorité linguistique, que cette suite soit utilisée en français (comme en Suisse ou au Canada par exemple) ou par calque dans une autre langue, en italien notamment avec minoranza linguistica.

1.3.2. Le problème des corpus

26Aucune approche des corpus ne peut envisager de donner à l’analyste une vision complète de ce qu’est l’usage d’un mot. Quelle que soit la taille du corpus, quelle que soit sa nature (corpus oral ou écrit), on ne saurait prétendre qu’un corpus retient toutes les utilisations possibles d’un mot. De plus, l’acte locutoire associé à chaque énoncé contenant la suite étudiée (ici langue minoritaire ou minorité linguistique), peut être celui d’un homme politique, du responsable d’une institution, ou d’un simple locuteur qui n’exerce pas de fonction politique ou institutionnelle, et ce domaine d’étude devient alors celui de la pragmatique et celui des activités humaines dans lesquelles ces locuteurs sont engagés. Or il est impossible de concevoir une science de toutes ces activités humaines, et le recours au corpus en est ainsi toujours limité. De plus, le raisonnement effectué à partir d’un corpus n’est jamais axiomatique et peut donc toujours être suspecté de biais. Ces limites que nous reconnaissons à l’analyse seront corrigées par un recours à une sémantique déductive qui utilisera les données du corpus et nous ne renonçons pas ainsi à décrire une sémantique des termes en question.

1.3.3. Les limites de la définition donnée sous D0

27Cette définition, que nous rappelons ici, est purement formelle :

  • (D0) : minorité linguistique =déf un groupe de locuteurs défini par la langue qu’il parle, une langue qui elle-même est une langue minoritaire.

28La propriété relationnelle associée à l’adjectif minoritaire reçoit l’interprétation suivante exprimée sous (3) :

  • (3) [[minoritaire]] : 𝜆l𝜆s𝜆x.locuteurs(x) < s avec s = 50 %.

  • 17 Bien évidemment se trouve posé le problème de l’univers de référence, qui peut être représenté de f (...)

29Dans l’interprétation (3), se trouve exprimé le fait qu’une langue l est minoritaire si le nombre de locuteurs x qui parle cette langue est inférieur à un seuil s qui ici est fixé à 50 %17. Cette définition formelle demeure cependant potentielle ou virtuelle et ne garantit une reconnaissance juridique ou institutionnelle ni de la langue comme minoritaire, ni de la communauté de locuteurs comme minorité linguistique. Si elle n’exprime pas une condition suffisante pour la définition d’une minorité, cette définition demeure bien néanmoins l’expression d’une condition nécessaire pour que puisse être définie ensuite une langue minoritaire ou une minorité linguistique.

2. Du corpus à minorités linguistiques/langues minoritaires

2.1. Nature du corpus

  • 18 Au 20/06/2018. Ce nombre est appelé à augmenter.

30Le corpus minorité linguistique est issu de notre base de données. Toujours en cours de réalisation, il est consultable sur le site de la base CLME. Il est composé de 111 extraits18 linguistiques et juridiques, issus de sept langues (français, italien, espagnol, catalan, allemand, basque et anglais) et contenant la notion de minorité linguistique ou l'un de ses dérivés. Le corpus est déséquilibré entre les extraits de nature linguistique qui composent la quasi-totalité de celui-ci, et les extraits de nature juridique.

2.2. Méthode et remarques liminaires

31Il a déjà été noté que la notion de minorité elle-même est juridiquement difficile (même impossible cf. supra note n° 10). L’utilisation du mot n’en est cependant pas illégitime, mais le conflit entre l’utilisation du mot et la difficulté qu’il y a à le définir est source de nombreuses difficultés. Seront présentées maintenant d’autres difficultés et avant cela, la méthode utilisée pour définir des classes de langues/minorités à partir de la base de données et du corpus construit.

2.2.1. Modification adjectivale

  • 19 Cf. cependant note 20 et § 1.2 supra.
  • 20 Nous préférons parler de modification ou de modification adjectivale car ce qui est étudié ici est (...)

32Comme nous l’avons énoncé plus haut, l’intension du concept associé à la suite de mots langue minoritaire étant faible, son extension est corrélativement plus vaste, et restreinte par la présence de divers modificateurs adjectivaux. Dans le corpus, un seul adjectif est généralement associé à la suite formée du nom minorité et de l’adjectif relationnel linguistique, par exemple minorité linguistique historique ou minorité linguistique immigrée19. Mais à partir des modificateurs adjectivaux présents dans le corpus, peuvent être construites de proche en proche des suites contenant plusieurs (de deux à cinq) modificateurs adjectivaux associés au nom tête minorité. Nous associons à chaque modificateur adjectival un trait positif (+) ou négatif (–) selon sa présence ou son absence (ou bien sa présence précédée de la négation comme dans l’exemple (minorité linguistique non-territoriale cf. supra §1.2) dans la séquence ainsi construite. Cette séquence prendra alors la forme (4) suivante, Mi étant la modification apportée par un adjectif donné20 :

  • (4) [minorité linguistique ±M1, ±M2, ±M3, ±M4, ±M5].

33Sont rassemblées ensuite sous forme arborescente en (5) les suites ainsi construites, qui à partir du nom tête minorité et de la racine Minorité Linguistique montrent les diverses modifications possibles.

2.2.2. Modificateurs attestés VS modificateurs possibles : vers une heuristique

  • 21 Cf. Extraits n°2756 (Meune 2010) et article 70 alinéa 2 (version 1999) de la Constitution de la Con (...)

34Sont donc présentées des suites de modificateurs associées au nom tête minorité, comme cela est présenté en (4) supra. Ces suites de modificateurs sont théoriquement possibles mais non nécessairement attestées. Elles sont donc utilisées comme une heuristique par systématisation des données du corpus. On peut donc s’attendre à ce qu’à certaines suites de modifications théoriquement possibles ne corresponde pas nécessairement une minorité/langue précise et qu’elles ne soient donc pas instanciées par une langue donnée. C’est le cas par exemple de langues/minorités correspondant à l’association […….– Immigrée – Historique] (cf. (5) dans §2.3 infra), ce qui est représenté par ∅. Bien que cette notion ne soit pas présente dans notre corpus, nous avons proposé comme première restriction à la notion de minorité, la notion de kin state (état parent) car elle a une forte pertinence dans la distribution des langues/minorités que nous isolons. Un modificateur présent dans le corpus ne figure pas dans (4) : il s’agit de l’adjectif autochtone. Il ne figure pas parmi les adjectifs modificateurs retenus car il est exclusivement utilisé dans notre corpus en référence à l’usage juridico-politique dans la Confédération Helvétique21, et il manque donc de généralité. Bien que les séquences de modificateurs soient construites a priori et indépendamment de leur attestation, il ne semble pas exister de redondances dans ces associations. L’ordre dans lequel les modificateurs adjectivaux sont distribués après le premier adjectif relationnel linguistique, qui est toujours présent, n’est pas pertinent et aucune différence ne sera donc établie par exemple entre minorité linguistique immigrée territorialisée et minorité linguistique territorialisée immigrée. L’adjectif régionale est remplacé par territorialisée qui est plus général. Il a déjà été établi que le critère de la territorialisation est inclus dans l'adjectif régional, en particulier lorsque l'on parle de langue (cf. Thornberry et al. 2004 ; Viaut & Pascaud 2017).

  • 22 La raison pour laquelle cet adjectif ne figure pas explicitement dans (5) est qu’il a semblé redond (...)
  • 23 Conseil de l’Europe, Assemblée parlementaire, 1er février 1993, Recommandation 1201 (1993), Protoco (...)

35De même, nous n’avons pas distingué entre territoriale et territorialisée, ni entre immigrée et immigrante. Le terme immigré, à l'inverse de celui d’étranger où le critère de nationalité autre que celle du pays de résidence suffit à catégoriser ses membres, se définit selon l'accomplissement de l'acte de migration. Ainsi, un immigré est une personne ayant réalisé la démarche de passer d'un territoire A à un territoire B. Par extension, il est de coutume d'élargir cette définition aux descendants d'immigrés : l'enfant né d'un immigré (ou de deux) sera alors un immigré de deuxième génération, son propre enfant sera un immigré de troisième génération, et ainsi de suite (Pascaud 2014 : 47-49). Si cette extension de sens est pratique dans la mesure où elle permet à ces générations d'exister, elle comporte malgré tout des limites car les membres des deuxième, troisième, etc. générations ne sont pas des immigrés stricto sensu (Santelli 2004). Ici, le terme sera entendu largement, la notion d'historicité présente dans la typologie recouvrant cette acception de sens. Un modificateur présent dans le corpus est compris comme étant toujours présent dans (5) mais il n’y figure pas de façon explicite. Il s’agit de l’adjectif national(e)22. Il aurait donc pu figurer dès la racine de l’arbre (5) mais il a été jugé préférable de faire apparaître dans la position de racine la seule suite minorité linguistique, non modifiée par d’autres adjectifs, puisque c’est elle qui constitue l’objet de notre étude. De plus, bien qu’il soit systématiquement évoqué, le caractère national d’une minorité n’est pas unanimement défini dans la doctrine juridique. En effet, le mot national peut revêtir plusieurs significations. Premièrement, il peut désigner une communauté humaine rassemblant les éléments d’identité objectifs (la langue, la religion etc.) et subjectifs (une volonté d’indépendance) caractéristiques d’une nation (Boev 2008 : 83). Selon une seconde définition, qui s’avère être la plus courante, une minorité nationale désignerait un groupe de personnes qui ont un État-parent (kin state), c’est-à-dire un État dans lequel les membres dudit groupe font partie de la majorité de la population (Verstichel 2008 : 139). Troisièmement, ce qualificatif peut renvoyer à la nationalité des personnes composant un groupe susceptible d’être qualifié de minorité nationale. Ainsi, un groupe serait qualifié de minorité nationale dans un État si les personnes le composant ont la nationalité de ce dernier23.

36Le modificateur adjectival ethnolinguistique, attesté dans notre corpus, n’a pas été retenu dans notre heuristique. On observera tout d’abord qu’il s’agit d’un adjectif composé dont une base est une base liée (ethno-) associée à l’adjectif relationnel linguistique. C’est l’information apportée par cette base liée qui ne nous semble pas pertinente dans la classification finale, dans la constitution des groupes de langues/minorités. En effet, la langue et l’ethnie ne coïncident pas forcément : ainsi les locuteurs d’une langue unique, par exemple le français, peuvent-ils appartenir à différentes ethnies, africaines, Océan Indien ou autres. Et non seulement les locuteurs d’ethnies différentes peuvent parler une seule langue, mais inversement, les locuteurs d’une seule ethnie peuvent parler plusieurs langues incluant ne serait-ce que des langues plus répandues en situation de domination politique ou pour des raisons pragmatiques (cas général en Europe). Ainsi donc, ajouter la dimension ethnique à la minorité/langue définie n’apporterait pas d’information pertinente pour notre classification.

2.2.3. Les problèmes posés par le vague : le cas de la dimension historique

  • 24 Il va de soi que ce qui est entendu ici par historique est l’identification de la durée de l’implan (...)
  • 25 Le rapport périodique étatique relatif à la mise en œuvre de la Charte européenne des langues régio (...)

37Il existe des difficultés dues au vague du sens de certains modificateurs. Ainsi, du vague associé à la dimension historique de l’immigration résulte à nouveau le paradoxe du sorite que l’on peut appliquer au mot historique24. En effet, historique est défini en Europe comme faisant référence à une durée supérieure à un siècle25. Si on enlève alors un jour à cette durée de 100 ans, la durée de 99 ans et 364 jours peut encore cependant être définie comme historique. Si on enlève 2 jours également. Ainsi que 3. Et ainsi de suite jusqu’à 365 jours. En poursuivant encore, en enlevant ainsi un jour à chaque durée qui est encore historique, on parvient au terme et une immigration ancienne de 1 an serait encore historique. Ce problème est posé concrètement par le cas du portugais et du berbère en France. En effet, on peut dater l'arrivée des Portugais en France à 1916 en considérant la minorité ainsi constituée comme non historique. Les premiers Berbères sont arrivés en 1871 et eux sont considérés historiques. On ne voit pourtant pas de grande différence entre ces deux migrations... À part peut-être le fait que l'Algérie était française, ce qui conférerait un caractère historique à la présence berbère en France. C’est donc seulement une stipulation de nature politique qui peut traiter cette question. Par exemple, selon la loi hongroise relative aux droits des nationalités de 2011, le caractère historique correspond à une durée d’au moins un siècle. S’agit-il d’une durée qui est appréciée au moment de l’adoption de cette loi ou au moment de son interprétation ? Dans la première hypothèse, les groupes ethniques établis en Hongrie depuis 1911 seraient considérés comme des minorités. Dans la seconde hypothèse, l’année de référence serait celle de l’interprétation de la loi. Si cette opération d’interprétation a lieu en 2018, tous les groupes ethniques établis dans cet État depuis 1918 seraient des minorités. Le choix d’une de ces deux possibilités est politique et révèle la volonté des autorités de qualifier un groupe de minorité historique. Selon la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires :

  • 26 CPLRE / 23e Session, 15/17-03-1988. Rapport sur les langues régionales ou minoritaires en Europe / (...)
  • 27 In : Réunion des 2-3 octobre 1989 (Strasbourg, Conseil de l'Europe, CAHLR 89.3) ; et Examen du proj (...)

Seules les langues « historiques de l'Europe » sont prises en compte par la Charte (préambule, 2ème paragraphe). Afin d'argumenter ce qui, dans le préambule de la Charte, doit être entendu par "langue régionale ou minoritaire "historique de l'Europe", il fut allégué que la tradition d'usage justifiant la qualification d'historique reposerait sur le fait qu'elle serait parlée « depuis une longue période dans l'État en question » (Conseil de l'Europe 1992 : § 31). L'expression "longue période" avait déjà été évoquée en 1988 par Herbert Kohn qui rapportait alors sur lesdites langues régionales ou minoritaires lors de la 23e session de la Conférence permanente des pouvoirs locaux et régionaux de l'Europe (CPLRE)26. L'appréciation de cette "longue période" est censée relever au départ de la responsabilité de l'État ratifiant. À cette même époque, à quatre années par conséquent de l'adoption du texte définitif de la Charte, au cours des débats de la 23e session ordinaire de la CPLRE, cette question fit l'objet de remarques sur l'européanité de certaines langues implantées depuis effectivement longtemps, même si étant identifiée comme étant d'origine migratoire. Le cas du chinois en usage depuis environ deux siècles (8 ou 9 générations) dans l'est de Londres fut ainsi pris en exemple. Cela demeure vague mais l'adjectif « longue » (« longue période ») peut suggérer qu'à l'échelle du temps historique des hommes, cela ne saurait se limiter à quelques années, voire à quelques dizaines d'années. En outre, la stabilité de cet usage à l'intérieur des limites d'un État concrétise aussi un lien attendu, dans l'esprit de la Charte, à la notion de territoire. Enfin, par la suite, lors des débats préparatoires à la rédaction de la version définitive de la convention, il avait été suggéré par le Comité ad hoc d'experts sur les langues régionales ou minoritaires en Europe (CAHLR) que l'expression, à ce moment du texte en cours d'élaboration, « parlées traditionnellement », correspondant à la formulation « pratiquées traditionnellement » de l'article 1.a.i, fût remplacées par « autochtone » ou par « parlées traditionnellement (depuis au moins générations) »27. (Viaut 2006 :73-74).

38Nous proposons de fixer la limite temporelle à la fin du moyen âge. Au-delà, bien que ce soit un peu arbitraire, parmi les langues d'immigration, nous aurons celles qui sont d'immigration ancienne, de 1500 à 1800, et les autres, d'immigration, à partir du XIXe siècle). Par rapport à cela, l'historicité de la langue qui peut être établie sur un certain nombre de générations peut aussi bien inclure des langues d'immigration non nécessairement ancienne, voire même récente si un pays la considère, de façon volontariste, comme historique car constitutive, avec d'autres, de l'ensemble des langues propres à sa société nationale. Toutes les possibilités de modification sont recensées et organisées en (5) dans l’arbre ci-dessous.

2.3. Vers une distribution systématisée des modifications de minorité linguistique 

39Dans (5) ci-dessous les abréviations suivantes sont utilisées :

  • ML : minorité linguistique

  • IMM : immigrée/immigrante

  • T : territorialisée/territoriale

  • H : historique

(5) Arbre 2 : Hypothèse heuristique : modificateurs pour la notion

(5) Arbre 2 : Hypothèse heuristique : modificateurs pour la notion

40Dans (5), ne figure pas un inventaire exhaustif des minorités linguistiques (et de leurs langues) car (5) a surtout valeur heuristique. N’est donc donné au plus qu’un seul exemple de minorité/langue qui instancie chaque feuille. Cet exemple sera donc considéré comme le représentant d’une classe de langues qui seront données (sans doute de façon non exhaustive) dans le commentaire ci-dessous. On remarquera l’existence de la classe vide, fortement représentée dans la branche lorsqu’il n’y a pas d’implantation historique. C’est le cas des classes 6, 8, 10,14 et 16.

3. Commentaire

41Ce commentaire prendra la forme d’une explicitation des résultats fournis par l’arbre (5) ci-dessus.

3.1. Classes <1-4>

3.1.1. Les Croates du Burgenland en Autriche

42Le croate du Burgenland (burgenlandkroatisch Sprache) (Czernilosky 2007), à travers une variété de croate qui s'est relativement autonomisée au fil du temps en Autriche, dans le Land du Burgenland, sur une aire qui déborde en fait un peu sur la Hongrie et la Slovaquie voisines), est présent depuis le XVIe siècle dans ce Land. Il est actuellement enseigné et jouit d'une coofficialité partielle dans 26 communes (tribunaux, administration locale conjointement à l'allemand dans les communes où la langue est présente). Il s’agit d’une langue d'immigration ancienne (de l'époque moderne), historique de ce fait, et implanté sur un territoire qui lui est devenu propre.

43Autres minorités linguistiques de cette classe :

  • les Grecs en Italie (Guillou 1969, Katsoyannou 1995),

    • 28 L'implantation du chinois à Londres remonte au XVIIIe siècle. Pour référence, celle du croate dans (...)

    les Chinois à Londres28.

3.1.2. Les Portugais à Cerizay

44D'une certaine manière, il serait possible d'intégrer dans cette catégorie la communauté portugaise de Cerizay dans les Deux-Sèvres (79). Arrivés avec les vagues migratoires connues entre le Portugal et la France (cf. infra. 4.1.4.) et pleinement intégrés à cette minorité linguistique, catégorisée dans cette étude comme [+KIN-STATE, +IMM, +T, -H], la communauté de Cerizay est particulière à plusieurs égards. Par son nombre en particulier, les Portugais dans la petite commune de l'ouest de la France représentent entre 15 et 20 % de la population (Billion et al. 2009 : 150). Arrivés massivement suite à une politique d'embauche de la part de l'entreprise Heuliez (ibid.), les Portugais de Cerizay se sont ancrés dans le territoire du bocage. Outre la création d'un club sportif (Association Sportive des Portugais de Cerizay), type d'association somme toute assez répandue partout en France, les Lusitaniens ont intégré le Conseil Municipal de la commune très tôt dans leur histoire sur le territoire, au sein d'un Conseil Municipal Associé en 1989, (Kotlok-Piot 1996 : 353-354), manifestant ainsi un ancrage certain dans la commune. C'est pour cela que, dans une certaine mesure, les Portugais de Cerizay peuvent être catégorisés comme étant une minorité linguistique avec un État parent (+KIN-STATE), immigrée (+IMM), territorialisée (+T) et non historique (-H). Malgré tout, il est important de ne pas dissocier la communauté portugaise de Cerizay de la communauté portugaise de France, à laquelle elle appartient de fait et classée ici en 4.1.4. (seul le critère de la territorialisation variant). Cette classification est somme tout assez instable diachroniquement. La territorialisation des Portugais à Cerizay est réelle mais la très petite taille de la commune, le besoin de main d’œuvre de l'entreprise locale et l'important flux migratoire entre le Portugal et la France des années 60 et 70 ayant fortement contribué à la création d'une communauté telle que celle-ci.

45Autres minorités linguistiques de cette classe :

  • les Chinois dans le quartier du Triangle de Choisy à Paris (Battegay 1992 : 88),

  • les Espagnols dans le quartier des Capucins à Bordeaux (Gontier 1990 : 141),

  • les Italiens dans la ville de Nogent à la fin du XIXe et au début du XXe siècle (Blanc-Chaléard 1996 : 367-368).

3.1.3. La communauté hébraïque dans certains pays européens

46La minorité ici définie est constituée de locuteurs qui parlent l’hébreu israélien dans des pays de l’Europe. En effet il existe une petite minorité de tels locuteurs, plutôt âgés, qui ont parfois obtenu la nationalité israélienne, qui ont habité en Israël un certain temps et sont revenus habiter dans leur pays européen d’origine en raison d’une inadaptation à la vie israélienne. Ils peuvent donc, dans une certaine mesure, être qualifiés d’immigrés. Dans cette catégorie de locuteurs, la notion d’identification est forte.

47Autres minorités linguistiques de cette classe :

  • aucun autre cas ne semble correspondre.

3.1.4. Les Portugais en France

48La France a connu, dans son histoire récente (XXe siècle), deux vagues d'immigration portugaise. La première, relativement réduite, entre 1916 et 1931, est consécutive à des accords militaires entre la France et le Portugal et pose les jalons de la seconde, massive, faisant de la France « un des horizons de l'émigration portugaise » (Volovitch-Tavarès 2001 : §3). Cette seconde vague (1956-1674), très importante en terme d'effectifs, fera passer la communauté portugaise de 50 000 à 750 000 ressortissants (Lebon 1989 : 7), constituée en « une multitude de petites concentrations locales (...) partout en France » (Cordeiro 1989 : 26) et œuvrant beaucoup « pour transmettre à sa descendance la langue d'origine » (ibid. : 28).

49Autres minorités linguistiques de cette classe :

  • les Turcs en France (Rollan & Sourou 2006) ou en Allemagne (Öztürk 2006),

  • les Polonais au Royaume-Uni (Tinguy de & Wihtol de Wenden 2010).

3.2. Classes <5-8>

3.2.1. Les Slovènes en Italie

  • 29 17 187 dans la province d'Udine, 17 063 dans celle de Triste, 10 440 dans celle de Gorizia et 7491 (...)

50Le slovène en Italie est surtout présent de façon continue le long de la frontière avec Slovénie dans la Région autonome du Frioul-Vénétie-Julienne, en continuité (marge linguistique du type « frange ») avec le territoire de l'État slovène indépendant et, de ce fait, avec le territoire linguistique à titre principal de cette langue (Héraud 1982). Le site sur l'Aménagement linguistique dans le monde de l'Université Laval dénombrait en 2005 dans cette Région autonome près de 57 000 slovénophones29 dans les trois provinces proches de cette frontière mais, également, quoique plus minoritairement dans celle, non frontalière, de Pordenone.

51Autres minorités linguistiques de cette classe :

  • les Allemands au Sud Tyrol (Bagini Scantamburlo 2007).

3.2.2.

52Aucune langue ne semble correspondre à cette classe.

3.2.3. Les Arméniens en Pologne

  • 30 « Par langues ‘dépourvues de territoire’, on entend les langues pratiquées par des ressortissants d (...)
  • 31 Rapport du Comité d'experts du conseil de l'Europe pour la Charte européenne des langues régionales (...)

53L'arménien est présent en Pologne depuis le moyen âge (Samsonowicz 1995). Cette communauté qui a conservé sa langue jusqu'à nos jours, a été renforcée, comme ailleurs en Europe, par une partie de la diaspora arménienne ayant pu fuir la Turquie au début du XXe siècle. Actuellement, en application de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires du Conseil de l'Europe, la Pologne protège cette langue au même titre que d'autres au moyen de la partie III de cette convention, bien qu'elle la considère comme une langue « dépourvue de territoire »30 (habituellement, seulement la partie II de la Charte s'applique plutôt à ces langues). Du fait de son implantation ancienne, qui remonte au moyen âge, elle est donc une langue historique. L'arménien, sensible de nos jours dans les principales villes, « était traditionnellement pratiqué dans différentes localités de l’ancienne Pologne orientale (Lviv, Loutsk et Kamianets-Podilskyi). Il était par ailleurs déjà présent au XIXe siècle sur l’actuel territoire de la Pologne, notamment à Varsovie et à Cracovie. Après la seconde guerre mondiale, la plupart des arméniens de l’ancienne Pologne orientale ont été transférés vers l’actuel territoire polonais. D’autres groupes d’arméniens ont émigré vers la Pologne pendant la seconde moitié du XXe siècle. Selon le recensement de 2002, 321 personnes utilisent l’arménien dans les relations familiales et 261 personnes appartiennent à la minorité nationale arménienne. La minorité arménienne intéressée par la revitalisation de sa langue se concentre principalement à Varsovie, à Cracovie et à Poznan. La Pologne considère l’arménien comme une langue dépourvue de territoire »31.

54Autres minorités linguistiques de cette classe :

  • les Russes en Finlande,

  • les Arméniens à Chypre (Akin 2006).

3.2.4.

55Aucune minorité linguistique ne semble correspondre à cette classe.

3.3. Classes <9-12>

3.3.1. Les Kurdes en Arménie

56Le kurde est présent en Arménie comme langue de deux minorités. Toutes deux ont pour langue native le kurde kurmandji mais l'une s'identifie comme kurde et kurdophone, et l'autre comme yézidies et yézidophone. Cette dernière a obtenu de l'Arménie que son expression linguistique, variante du dialecte kurmandji, soit considérée comme une langue à part du kurde. La communauté yézidie, la plus importante des deux et la plus grandes des minorités d'Arménie, s'auto-identifie d'abord à travers son lien à la religion yézidie. Quoi qu'il en soit, les Kurdes se sont implantés dans des territoires qui sont devenus traditionnels pour eux depuis leur installation en Arménie lorsque le pays était sous domination turque et persane. L'immigration des Yézidis a été particulièrement significative au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle et au début du XXe avec les persécutions ottomanes. La reconnaissance des expressions linguistiques de ces deux communautés comme des langues protégées par l'État arménien depuis sa ratification de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires en 2002 en font des langues historiques de ce pays au sens de cette convention (Akin 2006).

57Autres minorités linguistiques de cette classe :

  • aucun autre cas ne semble correspondre.

3.3.2.

58Aucune minorité linguistique ne semble correspondre à cette classe.

3.3.3. Les Berbères en France

59Les berbérophones en France métropolitaine (Chaker 1997) sont issus de différentes vagues migratoires dont la plus ancienne est datée du dernier quart du XIXe siècle, consécutive à l’insurrection de 1871 et la révolte des Mokrani. C'est en effet la Kabylie qui a fourni les premiers contingents de migrants nord-africains en France. Souvent confondus dans l'ensemble de l'immigration maghrébine, les berbérophones constituent l'une des plus importantes communautés d'origine étrangère en France. Au total, le nombre de berbérophones en France se situe entre 1 et 1,5 millions de personnes (2/3 d'origine algérienne et 1/3 d'origine marocaine). Très actifs dans la vie associative, les berbérophones de France ont grandement contribué à la promotion et à la transmission de la langue berbère, par exemple en ayant réussi à intégrer au baccalauréat une épreuve facultative de berbère.

60Autres minorités linguistiques de cette classe :

  • aucun autre cas ne semble correspondre.

3.3.4. Les Kurdes en France

61Le kurde ne fait pas partie de la liste des « langues de France » de la Délégation générale à la langue française (DGLFLF) et aux langues de France du ministère de la Culture dans la catégorie « langues non territoriales ». Les langues qui en font partie sont les suivantes :

Arabe dialectal (dans ses diverses variétés parlées en France, distinctes de l’arabe « littéral », officiel dans plusieurs pays), arménien occidental (langue diasporique, distincte de l’arménien oriental officiel en Arménie), berbère, judéo-espagnol, romani, yiddish. À ces langues s’ajoute la langue des signes française, LSF, qui est une langue de France à caractère propre32.

62Selon la définition donnée par la DGLFLF des langues de France, le kurde, comme d'autres langues retenues à ce titre n'est pas la langue officielle d'un État mais, à la différence de celles qui ont été retenues (cf. supra), il n'est pas parlé « par des citoyens français sur le territoire de la République depuis assez longtemps pour faire partie du patrimoine culturel national »33.

63De fait, au regard de notre approche, le kurde pourrait alors être un représentant de la classe n° 12 puisque, étant langue d'immigration d'un groupe immigré sans État parent, en intégrant ses différentes composantes culturo-religieuses, mais n'étant pas considéré comme une langue historique en France car pas implanté « depuis assez longtemps pour faire partie du patrimoine culturel national ».

3.4. Classes <13-16>

3.4.1. Les Occitanophones en France

64La langue occitane étant catégorisée comme une langue régionale en France34, sa nature historique et territorialisée ne fait pas débat (Viaut & Pascaud 2017).

65Autres minorités linguistiques de cette classe :

  • la communauté franco-provençale en Italie (Bichurina 2016),

  • les Catalans en Espagne, avec la catégorisation de langue propre associée à la langue catalane qui accentue encore l'historicité et la territorialisation (Viaut 2004).

3.4.2.

66Aucune minorité linguistique ne semble correspondre à cette classe

3.4.3. Les Karaïtes35 en Pologne

  • 35 Orthographié aussi Caraïtes et Karaïmes. Adeptes du karaïsme, courant du judaïsme séparé du courant (...)
  • 36 Langue turcique (famille altaïque) avec des influences hébraïques.
  • 37 Déclaration consignée dans l'instrument de ratification déposé le 12 février 2009.
  • 38 Rapport périodique étatique relatif à la mise en œuvre de la Charte européenne des langues régional (...)

67Selon l’instrument de ratification polonais de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires le karaïm36 est désigné comme une langue non territoriale37. Le rapport périodique initial de la Pologne précise également qu’il s’agit d’une langue historique car les premiers groupes de Karaïtes sont arrivés sur le territoire actuel de l’État au cours du XIIIe siècle38.

68Autres minorités linguistiques de cette classe :

    • 39 La LSF faisant partie des Langues de France de la DGLFLF, son caractère historique sur le territoir (...)

    la communauté pratiquant la Langue des Signes Française (LSF)39.

3.4.4.

69Aucune minorité linguistique ne semble correspondre à cette classe.

3.5. La question de la place des Roms

70Singulièrement, la langue des Roms, à travers des variantes en réalité de la langue rom, apparaît territorialisée plutôt en Allemagne et dans les pays de l'est de l'Europe. À cet égard, les Rapports fournis au Conseil de l'Europe par les États ayant ratifié la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires ainsi que les Rapports des Experts de cette même organisation donnent des renseignements qui vont dans ce sens. Les pays tels que l'Allemagne, l'Autriche, la Hongrie, la Serbie et la Slovaquie sont dans ce cas et appliquent à cette langue diverses dispositions de la partie III de la Charte qui concernent des langues considérées comme étant historiquement liées au pays concerné et territorialement implantées. Cela renvoie ainsi, à travers des variantes auxquelles se réfèrent les communautés roms concernées, à la langue nommée rom, romani ou romanès, attribuée aux Roms en général. La langue beás ou boyash, sur la base d'une variété de roumain, est également attribuée à plusieurs groupes de Roms de Hongrie.

4. Remarques finales

71Dans cet article, nous avons essayé de cerner aussi précisément que possible la notion de minorité linguistique ou de langue minoritaire. La grande difficulté de l’entreprise réside dans le fait que l’objet que nous avons tenté de définir concentre un certain nombre de problèmes particulièrement complexes. Il y a tout d’abord l’objet langue lui-même dont la définition demeure très délicate. Sans prendre parti dans le débat concernant l’existence-même de l’objet langue, nous avons cependant procédé à partir d’une position théorique claire : les langues existent comme objet d’étude, et sans être des objets de nature purement sociale, les grammaires des langues trouvent leur origine dans une interaction sociale, et la compétence des locuteurs extériorisée dans les divers discours est elle aussi façonnée par l’usage social de la langue.

72L’autre problème réside dans la difficulté de la définition d’une minorité. Dans ce domaine, notre contribution a été de mettre en lumière l’origine du problème : le vague associé au concept même de minorité, que nous avons essayé de définir en termes sémantiques. De ce point de vue, l’intension du mot étant faible, et de façon corrélée son extension étant très large, on pouvait s’attendre dans l’usage du terme, à la présence de divers modificateurs associés à la suite minorité linguistique afin d’en restreindre l’extension. C’est très exactement cela que notre corpus a montré et nous avons donc fondé notre étude sur l’usage du terme et de ses occurrences associées à des modificateurs (le plus souvent des adjectifs) dans le corpus qui avait été constitué. Cela nous a permis, à partir d’une heuristique suggérée par cet usage, d’esquisser un classement des langues minoritaires.

73Cet essai de catégorisation montre que malgré le vague qui rend toute définition du terme particulièrement délicate, son application est opératoire et légitime. L’usage étant le facteur crucial, on comprend cependant aussi pourquoi, dans d’autres langues, l’équivalent du terme français recouvre d’autres réalités (un exemple est celui de minoranza linguistica en Italien), et qu’inversement il existe d’autres façons de nommer la réalité qui tombe sous le concept que nous avons essayé de cerner (par exemple llengua pròpia en catalan).

Haut de page

Bibliographie

Akin Salih, 2006, « La Charte européenne des langues, les "langues de migrants" et les "langues dépourvues de territoire" », Lengas, revue de sociolinguistique, 59, 51-66.

Austin John Langshaw, 1962, How to do things with words. The William James Lectures delivered at Harvard University in 1955. Tr. Fr. Quand dire, c’est faire, Paris, Éditions du Seuil, 2002.

Austin John Langshaw, 2007 [1962], Le langage de la perception, Paris, J. Vrin.

Bagini Scantamburlo Licia, 2007, « Le cas du Haut-Adige ou Tyrol du Sud », Les Cahiers du MIMMOC, 3, (consulté le 04/07/2018).

Battegay Alain, 1992, « L'actualité de l'immigration dans les villes françaises : la question des territoires ethniques », Revue européenne des migrations internationales, 8(2), 83-100.

Bichurina Natalia, 2016, Trans-border communities in Europe and the emergence of "new" languages : From "Francoprovençal patois" to "Arpitan" and "Arpitania", Thèse de doctorat en Etudes ibériques et latino americaines, sous la direction de C. Lagarde, Université de Perpignan Via Domitia / Università degli studi (Bergame, Italie).

Billion Pierre, Dumont Antoine & Garnier Julie, 2009, « Poitou-Charentes. Histoire et mémoires des immigrations », Hommes et migrations, 1278, 142-153.

Blanc-Chaléard Marie-Claude, 1996, « Les Italiens à Nogent hier et aujourd'hui », Espace, populations, sociétés, 2-3, 367-375.

Boev Ivan, 2008, Introduction au droit européen des minorités, Paris, L’Harmattan.

Capotorti Francisco, 1979, Study on the rights of persons belonging to ethnic, religious and linguistic minorities (Report of the Sub-Commission on Prevention of Discrimination and Protection of Minorities), UN Publication. E/CN.4/Sub.2/384/Rev.1

Cardinal Linda (à paraître), « La notion de minorité linguistique au Canada : origines et enjeux », in Viaut Alain (dir.), Catégories référentes des langues minoritaires en Europe, Bordeaux, Maison des sciences de l'homme d'Aquitaine.

Chaker Salem, 1997, « La langue berbère en France, situation actuelle et perspectives de développement », in Tilmatine Mohammed (dir.), Enseignement des langues d'origine et immigration nord-africaine en Europe : langue maternelle ou langue d'Etat ?, Paris, Inalco/Crb-Cedrea, 15-30.

Cordeiro Albano, 1989, « Le paradoxe de l'immigration portugaise », Hommes et Migrations, 1123, 25-32.

Cronin Michael, 1995, « Altered States : Translation and Minority Languages », TTR Traduction, Terminologie, Rédaction, 8(1), 85-103.

Czernilosky Barbara, 2007, « La minorité croate en Autriche et le croate du Burgenland », in Viaut Alain (dir.), Variable territoriale et promotion des langues minoritaires, Bordeaux, Maison des sciences de l'homme d'Aquitaine, 301-322.

Deschênes Jules, 1985, Proposal concerning a definition of the term ‘minority’, UN Doc. E/CN.4/Sub.2/1985/31 (14/05/85).

Foucher Pierre, 2008, « Droits et lois linguistiques : Le droit au service du Canada français », in Thériault, Joseph Yvon, Gilbert, Anne & Cardinal, Linda (dirs.), L’espace francophone en milieu minoritaire au Canada. Nouveaux enjeux, nouveaux défis, Montréal, Fides, pp. 463-515.

Gontier Frédéric, 1990, « Note sur l'immigration espagnole à Bordeaux de 1830 à 1854 », Annales de démographie historique, 141-151.

Guillou André, 1969, « Un village "grec" du salento italien », Annales. Économies, sociétés, civilisations, 3, 781-782.

Héraud Guy, 1982, « Les Slovènes d'Autriche et d'Italie », Language Problems and Language Planning, 6, 137-153.

Katsoyannou Marianne, 1995, Le parler greco de galliciano (italie) : description d'une langue en voie de disparition, Thèse de doctorat en linguistique, sous la direction de Z. Guentchéva, Université de Paris 7.

Kotlok-Piot Nathalie, 1996, « La communauté portugaise de Cerizay (79) », Espace, populations, sociétés, 2-3, 349-354.

Lebon André, 1989, « L'immigration portugaise en France. Dossier statistique », Hommes et Migrations, 1123, 7-21

McRae Kenneth, 1975, « The Principle of Personality and the Principle of Territoriality in Multilingual States », International Journal of the Sociology of Language, 4, 35–54.

Meune Manuel, 2010, « Francoprovençal, français et (suisse-)allemand. L'asymétrie linguistique dans les cantons de Fribourg et du Valais », Glottopol, revue de sociolinguistique en ligne, 16, 2010, 48-66.

Myhill John, 1999, « Identity, Territoriality and Minority Language Survival », Journal of Multilingual and Multicultural Development, 20, 34–50.

Öztürk Asiye, 2006, « Turcs en Allemagne. Problèmes et perspectives », Outre-Terre, 2006/4(17), 105-111.

Pascaud Antoine, 2014, Langues d'immigration et rapport au territoire. Le cas des communautés migrantes européennes dans l'agglomération de Bordeaux, Thèse de doctorat en linguistique, sous la direction d'A. Viaut, Université Bordeaux Montaigne.

Peirce Charles Sanders, 1902, « Vague », in Dictionary of Philosophy and Psychology, J.M. Baldwin (ed.), New York, MacMillan.

Rollan Françoise & Sourou Benoît, 2006, Les migrants turcs de France : Entre repli et ouverture, Bordeaux, Maisons des Sciences de l’Homme d’Aquitaine.

Russell Bertrand, 1923, « Vagueness », Australasian Journal of Philosophy and Psychology, 1, 84-92.

Samsonowicz Henryk, 1995, « La diversité ethnique au Moyen Age : le cas polonais », Acta Poloniae Historica, 71, 5-16.

Santelli Emmanuelle, 2004, « De la "deuxième génération" aux descendants d’immigrés maghrébins », Temporalités, 2, 29-43.

Thornberry Patrick & Esténabez María Amor, 2004, Minority rights in Europe. Strasbourg, Council of Europe Publishing.

Tinguy Anne de & Wihtol de Wenden Catherine, 2010, « Les migrations polonaises en Grande-Bretagne et en Irlande », Hommes et migrations, 1283.

United Nations Yearbook for Human Rights 1950

Verstichel A, 2008, « Personal Scope of Application : an Open, Inclusive and Dynamic Approach – the FCNM as a Living Instrument », in Verstichel , A, Alen, A, DeVerstichel Annelies, Alen André, Witte, Bruno de & Lemmens Paul (dirs.), 2008, The Framework Convention for the Protection of National Minorities : a Useful Pan-European Instrument, Antwerpen, Intersentia.

Viaut Alain & Pascaud Antoine, 2017, « Pour une définition de la notion de langue régionale », Lengas, revue de sociolinguistique, 82 (consulté le 04/07/2018).

Viaut Alain, 2004, « Pertinence sociolinguistique de la notion de langue propre à l'extérieur de l'Espagne ? », Quo vadis Romania ?, 23, 92-103.

Viaut Alain, 2006, « Les langues "historiques de l'Europe" et la Charte européenne des langues », Lengas revue de sociolinguistique, 59, 73-74.

Volovitch-Tavares Marie-Christine, 2001, « Les phases de l’immigration portugaise, des années vingt aux années soixante-dix » (consulté le 04/07/2018).

Haut de page

Notes

1 Résultat d'une recherche collective menée dans le cadre du programme de recherche Typologie des langues minoritaires historiques en Europe (2014-2018, Conseil régional d'Aquitaine / MSHA), adossé à l'UMR 5478 Iker (CNRS - Université Bordeaux Montaigne - UPPA) et à l'EA 506 CRDEI (Centre de recherche et de documentation européennes et internationales, Université de Bordeaux/Droit), avec le partenariat du Laboratoire "Typologie des contacts de langues et gestion des risques de conflits linguistiques" (Université russe de l’amitié des peuples RUDN, Moscou).

2 United Nations Sub-Committee for Prevention of Discrimination and Protection of National Minorities (1950): UN Doc. E/CN.4/358. On trouve une traduction en Français dans l’Assemblée Parlementaire du conseil de l’Europe, Quarante-deuxième session ordinaire (26 sept-4 oct. 1990), vol V Documents 6291-6329. Rapport sur les droits des minorités, Chap. 2, « le concept de minorité », Doc. 6294: « Le terme « minorité » s’appliquera seulement aux groupes de population non dominants qui possèdent et désirent conserver des traditions ou des caractéristiques ethniques, religieuses ou linguistiques stables, se différenciant nettement de celles du reste de la population ».

3 United Nations, Study on the Rights of Persons Belonging to Ethnic, Religious and Linguistic Minorities, (1979) U. N. Publication ; cité in Dr Chandra Satish, Minorities in National and International Laws, Deep & Deep Publications, New Delhi, 1985.

4 https://www.msha.fr/baseclme/

5 Leur longueur doit être limitée entre 300 et 1500 caractères environ (espaces non compris). Par ailleurs, chaque phrase de l'extrait contenant une notion pertinente devra, dans la mesure du possible, être précédée et suivie d'au moins une autre phrase afin de faciliter l'analyse de ces notions en contexte.

6 Il est sans doute utile de préciser ici que la performance dans la langue minoritaire de tous les membres de la minorité n’est pas assurée et que certains membres de la minorité peuvent s’identifier à cette langue sans en être des locuteurs. Il serait donc plus exact de restreindre alors en disant « qui parle la langue » ou « qui s’identifie à elle ». La question est cependant complexe : quelle définition donner de l’identification à une langue. Kenneth McRae (1975) a été un des premiers à mettre en lumière que la langue est un indice d’identité dans des contextes politiques. Les principes sur lesquels les États établissent leurs politiques linguistiques distinguent les politiques promouvant le principe de « personnalité » de celles de la « territorialité ». Cette conception est exprimée aussi dans Myhill (1999 : 34) : « Language-as-identity emphasizes ‘the inherent emotional and spiritual connection between a person and his/her native language’, while language-and-territory emphasizes ‘a connection such that in each territory a particular language should be the one generally used in public circumstances and intergroup communication ».

De plus il est nécessaire pour qu’il existe une minorité linguistique que certains membres de la minorité aient eux-mêmes compétence et performance dans la langue minoritaire. La question qui se pose alors est la suivante : quel est le nombre minimal de tels membres, à l’intérieur du groupe minoritaire, à partir duquel on peut parler de minorité linguistique ?

7 Le problème lié à la dimension psychologique de l’identification, qui a été soulevé dans la note 1, se retrouve ici pour la minorité religieuse. On notera cependant que ce phénomène d’identification semble absent lorsqu’il s’agit de minorité ethnique. Que ce phénomène psychologique d’identification soit pertinent pour une minorité linguistique donnée est une conséquence de la nature des langues, qui sont, on le sait au moins depuis Saussure, des objets de nature sociale associés à des représentations psychologiques.

8 C’est très exactement cela qu’exprime Cardinal (2016) citant Foucher (2008) : « Les experts s’accordent pour dire qu’il n’existe pas de définition formelle et reconnue de la notion de minorité linguistique sur le plan international (Foucher 2008) ».

9 L’imprécision recouvre à la fois l’ambiguë et le vague. Une expression est ambigüe si à cette expression correspondent une ou plusieurs dénotations qui sont disjointes. En revanche, une expression est dite vague lorsqu’il est incertain pour un locuteur compétent de déterminer tous les faits pertinents dans lesquels on pourrait appliquer correctement l’expression (i.e. la dénotation n’a pas de contours bien délimités ou il est difficile de fournir des conditions nécessaires et suffisantes pour déterminer l’appartenance à la dénotation de l’expression).

10 Comme signalé dans Cronin (1995), minorité  est un terme technique relationnel sans définition universelle : « The concept of "minority" with respect to language is dynamic rather than static. "Minority" is the expression of a relation not an essence. The relations can assume two forms: diachronic and spatial. The diachronic relation that defines a minority language is an historical experience that destabilises the linguistic relations in one country so that languages find themselves in an asymmetrical relationship » (Cronin 1995 : 86).

11 Dans les études sur le vague, trois aspects étroitement liés sont pertinents : les prédicats vagues sont à l’origine du paradoxe du sorite, le manque de frontières précises leur donne une extension indéterminée, et cette absence de frontière autorise les cas limites dans le sens où il est impossible de déterminer dans quels cas on peut appliquer un terme vague.

12 « D’habitude, ce sont les usages des mots, non les mots eux-mêmes, que l’on qualifie proprement de vagues » (Austin 2007 [1971] : 219).

13 Par exemple, si une langue est qualifiée comme langue régionale ou minoritaire, elle se verra appliquer les règles édictées par la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires.

14 Par exemple, la qualification juridique d’un idiome comme langue ou dialecte peut différer de la dénomination de cet idiome retenue par les sociolinguistes.

15 On peut cependant considérer que toute minorité est une minorité par rapport à la nation, comme c’est le cas au Canada. C’est ce que nous ferons dans cette étude, cf. infra note 26.

16 Outre ces attestations, on trouve également les deux suites minorité ethnolinguistique et minorité ethnico-linguistique. On remarquera que culturel ne fait pas partie de l’ensemble des modificateurs étudiés ultérieurement dans (5, infra), car ce terme modifie minorité et non pas minorité linguistique.

17 Bien évidemment se trouve posé le problème de l’univers de référence, qui peut être représenté de façon variable par divers échelons (État, région), comme cela a été souligné (cf. supra, § 1.2). Ici, dans (3), nous laissons cet univers de référence sous-spécifié.

18 Au 20/06/2018. Ce nombre est appelé à augmenter.

19 Cf. cependant note 20 et § 1.2 supra.

20 Nous préférons parler de modification ou de modification adjectivale car ce qui est étudié ici est l’aspect sémantique et non la morphosyntaxe, à laquelle renverrait l’utilisation du mot adjectif.

21 Cf. Extraits n°2756 (Meune 2010) et article 70 alinéa 2 (version 1999) de la Constitution de la Confédération helvétique : « Les cantons déterminent leurs langues officielles. Afin de préserver l'harmonie entre les communautés linguistiques, ils veillent à la répartition territoriale traditionnelle des langues et prennent en considération les minorités linguistiques autochtones ».

22 La raison pour laquelle cet adjectif ne figure pas explicitement dans (5) est qu’il a semblé redondant, toute langue minoritaire étant minoritaire dans une communauté nationale. C’est très exactement cela qui est exprimé dans Balantyne et al. (1993) : « … les minorités ... sont les groupes minoritaires à l’échelle de l’État ».

23 Conseil de l’Europe, Assemblée parlementaire, 1er février 1993, Recommandation 1201 (1993), Protocole additionnel à la Convention européenne des droits de l’homme sur les droits des minorités, article premier.

24 Il va de soi que ce qui est entendu ici par historique est l’identification de la durée de l’implantation d’une langue minoritaire donnée. Car d’une certaine façon, on peut dire de toute langue naturelle qu’elle est un phénomène historique, puisque son existence se déploie dans l’espace mais aussi dans le temps.

25 Le rapport périodique étatique relatif à la mise en œuvre de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires en Slovénie, 4ème cycle de suivi, 16 septembre 2013, p. 21 : « In the 2002 population census, 21,542 persons declared themselves Bosniaks, while 74% stated that the Bosniak language was their mother tongue. This linguistic community can be treated mutatis mutandis as economic immigrants from other republics of the former Yugoslavia in the period from the end of the 1960s to the second half of the 1980s ». Rapport d’évaluation relatif à la mise en œuvre de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires en Slovénie, 4ème cycle de suivi, 16 avril 2014, § 20. « Au cours de la visite sur le terrain, des représentants des locuteurs bosniaques ont expliqué au Comité d’experts que les personnes d’origine bosniaque étaient arrivées sur le territoire de l’actuelle Slovénie à la fin du XIXème siècle. Après que la Bosnie-Herzégovine a été intégrée dans l’Empire austro- hongrois en 1878, un nombre plus important de Bosniaques ont rejoint la Slovénie actuelle comme soldats pendant la Première Guerre mondiale. Toutefois, cela n’a pas donné lieu à l’émergence d’une communauté. La présence bosniaque en Slovénie dans la durée remonte aux années 1950 ». De même, l’article premier de la Loi hongroise relative aux droits des nationalités du 19 décembre 2011 dispose que « tous les groupes ethniques établis en Hongrie depuis au moins un siècle sont des nationalités ; numériquement minoritaires dans la population de l’État, les nationalités se distinguent du reste de la population par leur langue, leur culture et leurs traditions, et manifestent un esprit de cohésion qui tend à la préservation de leurs caractéristiques et à l’expression et à la protection des intérêts de leurs communautés, formées au cours de l’histoire » (Rapport périodique étatique relatif à la mise en œuvre de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires en Hongrie, 6ème cycle de suivi, 10 mars 2015, p. 9).

26 CPLRE / 23e Session, 15/17-03-1988. Rapport sur les langues régionales ou minoritaires en Europe / Rapporteur M. Herbert Kohn : Commentaires du projet de Charte / Critères des langues visées par la Charte, CPL (23e 8 Partie II), p. 12.

27 In : Réunion des 2-3 octobre 1989 (Strasbourg, Conseil de l'Europe, CAHLR 89.3) ; et Examen du projet de Charte proposé par la CPLRE . Synthèse schématique de l'état des travaux (Résolution 192) (Strasbourg, Conseil de l'Europe, 01-02-1990, CAHLR (90) 3).

28 L'implantation du chinois à Londres remonte au XVIIIe siècle. Pour référence, celle du croate dans le Burgenland (Autriche) au XVIe-XVIIe siècle. On a affaire à des langues historiques, territorialisées dans les deux cas. Dans ces deux cas aussi, cela revient à considérer que ces langues qui sont sises là, en situation minoritaire, sont issues d'immigrations anciennes. À ce titre, elles sont à la fois des langues d'immigration ancienne et aussi des langues historiques pourvues de territoires d'implantation, ou non (arménien en Pologne). Le cas de l'implantation du chinois à Londres fut ainsi pris en exemple lors des débats accompagnant l'élaboration du texte de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires du conseil de l'Europe : « ... Par exemple, nous avons des Chinois à Londres depuis deux siècles. Ils font partie du patrimoine culturel de l'Est de Londres. Selon la définition de l'article 1.a, leur langue ne fait pas partie « des langues appartenant à l'héritage culturel européen ». Mais ces Chinois sont une population indigène ; ils sont là depuis huit ou neuf générations. Ce sont des gens qui, en vertu de nos lois, pourraient protester contre cette Charte. Nous estimons que celle-ci n'est pas assez souple » (CPLRE / Compte-rendu des débats, 23e session ordinaire, 15/17-03-1988, séance du 16-03-1988, M. Prenderfast (RU), p. 107).

29 17 187 dans la province d'Udine, 17 063 dans celle de Triste, 10 440 dans celle de Gorizia et 7491 dans celle de Pordenone (http://www.axl.cefan.ulaval.ca/europe/italiefrioul.htm, consulté le 23/06/2018). Pour d'autres précisions quant au statut et à la situation générale du slovène dans cette Région autonome, voir aussi le site Euromosaic de l'Université ouverte de Catalogne (UOC) (https://www.uoc.edu/euromosaic/web/document/eslove/fr/i1/i1.html, consulté le 23/06/2018).

30 « Par langues ‘dépourvues de territoire’, on entend les langues pratiquées par des ressortissants de l'État qui sont différentes de la (des) langue(s) pratiquée(s) par le reste de la population de l'État, mais qui, bien que traditionnellement pratiquées sur le territoire de l'État, ne peuvent pas être rattachées à une aire géographique particulière de celui-ci. » (Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, article 1.c).

31 Rapport du Comité d'experts du conseil de l'Europe pour la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, 05/05/2011, p. 4, https://rm.coe.int/16806db955 (consulté le 04/07/2018).

32 http://www.culture.gouv.fr/Thematiques/Langue-francaise-et-langues-de-France/Politiques-de-la-langue/Langues-de-France (consulté le 22/06/2018).

33 http://www.culture.gouv.fr/Thematiques/Langue-francaise-et-langues-de-France/Politiques-de-la-langue/Langues-de-France (consulté le 22/06/2018).

34 http://www.culture.gouv.fr/Thematiques/Langue-francaise-et-langues-de-France/Politiques-de-la-langue/Langues-de-France/Langues-regionales (consulté le 05/07/2018).

35 Orthographié aussi Caraïtes et Karaïmes. Adeptes du karaïsme, courant du judaïsme séparé du courant rabbinique depuis au plus tard le VIIIe siècle, pour lesquel seule la Bible hébraïque revêt un caractère sacré en s'appuyant sur son interprétation directe (la Torah orale). Leurs communautés trouvent de nos jours principalement en Israël et en Europe de l'Est. Par exemple, dans le cadre de la Charte européenne des langues régionales pou minoritaires du conseil de l'Europe, cette langue est protégée au titre de la partie en Pologne en tant que langue de minorité ethnique (partie II, et partie III avec 38 dispositions in article 8 - 14 comme pour les autres langues régionales ou minoritaires) et en Ukraine (partie II).

36 Langue turcique (famille altaïque) avec des influences hébraïques.

37 Déclaration consignée dans l'instrument de ratification déposé le 12 février 2009.

38 Rapport périodique étatique relatif à la mise en œuvre de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires en Pologne, 1er cycle de suivi, 30 septembre 2010, p.14 : « The first groups of the Karaites arrived from the Crimea in the 13th century and settled on the lands of the Kingdom of Galicia-Volhynia […]. At the turn of the 13th and 14th century a big group of the Karaites were settled in Trakai near Vilnius. In the 19th century the Karaites appeared in Warszawa as tobacco merchants, civil servants and students ».

39 La LSF faisant partie des Langues de France de la DGLFLF, son caractère historique sur le territoire français n'est pas discutable.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Arbre 1 : Portée de l'adjectif minoritaire
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/1713/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre (5) Arbre 2 : Hypothèse heuristique : modificateurs pour la notion
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/1713/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 459k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Bassac, Joan Busquets, Victor Guset, Antoine Pascaud et Alain Viaut, « Pour une définition de la notion de minorité linguistique : les difficultés du vague », Lengas [En ligne], 83 | 2018, mis en ligne le 12 novembre 2018, consulté le 18 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lengas/1713 ; DOI : 10.4000/lengas.1713

Haut de page

Auteurs

Christian Bassac

Université Lyon II, CRTT, EA 656

Articles du même auteur

Joan Busquets

Université Bordeaux Montaigne, UMR 5263 CLLE-ERSSàB

Articles du même auteur

Victor Guset

Université de Bordeaux/Droit, CRDEI

Antoine Pascaud

Université Bordeaux Montaigne, UMR 5478 IKER

Articles du même auteur

Alain Viaut

CNRS, UMR 5478 IKER

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals