Navigation – Plan du site

Un écrivain « entre deux rives » : le cas Jules Boissière

Un escrivan "entre doas ribas": Juli Boissièira
Hervé Casini

Résumés

Même au sein des lecteurs de langue d’oc, Jules Boissière (1863-1897) demeure encore un méconnu dont la recherche littéraire décide enfin de se ré-emparer avec les articles pionniers de Jean-Yves Casanova parus, entre 2014 et 2016, aux éditions du Centre d’Étude de la Littérature Occitane, dans La Revue Littéraire et dans Littératures.
Journaliste, poète, félibre parisien, écrivain, soldat et administrateur colonial, Boissière fait partie de ces écrivains qui ont utilisé deux langues – le français et le provençal – comme vecteur d’une production artistique tant en prose qu’en vers qui va trouver essentiellement en Indochine sa terre d’inspiration.
De fait, il apparait que Jules Boissière doit retrouver, sur les « deux rives » de son parcours singulier (celui d’un félibre et celui d’un écrivain de « littérature coloniale ») la place qui lui est due : celle d’un écrivain français, de sensibilité et de culture occitane, dont l’amour des deux langues lui permet de mûrir, pendant le séjour tonkinois, une production en vers et en prose de très haute qualité littéraire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans l’introduction d’une étude consacrée à Jules Boissière, parue en 1910 dans La Revue indochinoise, Albert Maybon, japonisant, traducteur et membre fondateur de la Société des Français d’Asie, écrit à propos de notre auteur :

  • 1 Albert Maybon, « Jules Boissière », Revue Indochinoise, 2ème semestre 1910

Un enraciné, un exotique, un Provençal qui a été, qui n’a jamais cessé d’être sensoriellement et sentimentalement attaché à la Provence, un Indochinois qui a aimé l’Indochine avec les fibres de son être affectif, voilà ce que fut Jules Boissière et voilà un cas d’un grand intérêt1.

2Un « cas », Jules Boissière l’est sans nul doute. Signant ses premières productions au Tonkin, publiées hors-commerce, sous divers pseudonymes (Jean Rodde, Khou-Mi, gardien de Pagode ou encore Jean Robert…), prêt à tout sacrifier sur l’autel de « l’idole noire », c’est-à-dire de l’opium, et à livrer au lecteur les acquisitions de son expérience et le résultat de son enquête, c’est encore au sens littéraire mais également au sens social que le cas Boissière nous intéresse le plus.

3Au sens littéraire tout d’abord, Jules Boissière, on le sait assez bien, fait partie de ces écrivains qui ont utilisé deux langues – le français et le provençal – comme vecteur de leur production artistique. Cette production, tant en prose qu’en vers (même si la première fut tout de même la plus importante et celle à l’intérieur de laquelle notre homme fut le plus à son aise…), et les deux langues d’expression de leur auteur, trouvèrent essentiellement en Indochine leur terre d’inspiration.

4Au sens social enfin, Jules Boissière eut un destin peu banal. Journaliste, poète, félibre parisien, écrivain, soldat et administrateur, l’homme eut plusieurs vies – qu’il parvint d’ailleurs souvent à mêler – et eut la destinée d’un personnage de roman :

  • 2 Devant l’énigme, poésies (1879-1883), Paris, Alphonse Lemerre, 1883.

5Provincial, né à Clermont-l’Hérault en 1863, il achève ses études à Paris, en classe de rhétorique supérieure (lycée Henri IV) et, tout en commençant à s’initier au journalisme auprès de Clemenceau, il se met très vite à fréquenter le Paris de la fin du Parnasse, des Décadents et des Symbolistes. Il n’a que vingt ans lorsqu’est publié son premier recueil de poésies2 où l’on sent particulièrement l’influence de Mallarmé, l’un des auteurs qui l’accompagnera tout au long de sa brève vie.

  • 3 Provensa ! poésies (1884-1885), Paris, Alphonse Lemerre, 1887.
  • 4 Voir en particulier sur ce point la lettre de Frédéric Mistral à Jules Boissière du 14 septembre 18 (...)
  • 5 En particulier La Justice, journal de Clemenceau et Pelletan ; Le Petit Méridional, quotidien de l’ (...)
  • 6 Recueillie et traduite, après sa mort, par Thérèse Boissière sous le titre Li Gabian (Les Goëlands)(...)

6Mais, au lendemain de la défaite de 1870, de nombreux poètes continuent d’être tentés par le voyage en orient et par le goût de l’aventure, voire de l’héroïsme… Jules Boissière, comme Rimbaud et Loti en tête de toute une génération, ne fait pas exception à la règle et se laisse aller à des rêves de départ et de lointains voyages... Pourtant, ses racines provençales ne sont jamais bien loin3 et se retrouvent renforcées par la fréquentation des félibres parisiens, exilés au café Voltaire, parmi lesquels Alphonse Daudet, Valère Bernard, Charles Maurras et Frédéric Amouretti avec lesquels il nouera des liens amenés à perdurer. Il devient très vite le secrétaire de la Société des Félibres de Paris4. C’est sans doute l’époque de la naissance de son amour pour Thérèse Roumanille, fille de Joseph Roumanille, l’un des fondateurs du mouvement du Félibrige, qui vient d’être choisie à Hyères comme nouvelle reine du Félibrige. Aimer une reine, qui plus est fille d’un ardent polémiste royaliste pas précisément ami de la libre-pensée, impliquait sans doute des devoirs que Jules Boissière ne pouvait alors remplir. Le poète écrit désormais, le plus souvent sans signature, des chroniques parlementaires dans des journaux d’obédience radicale-socialiste et anticléricale5. Et c’est en 1886, pour des raisons qui demeurent encore obscures (sacrifice familial ? coup de tête quelque peu chevaleresque pour se construire une situation stable ?), qu’il prend le parti de s’expatrier. Justement, le Tonkin vient d’être transformé en colonie française et l’Annam est sous protectorat français depuis 1874. Tour à tour secrétaire de Paulin-Alexandre Vial, résident général en Annam et au Tonkin, puis surtout de Paul Bert, gouverneur civil dont il devient le commis de résidence, Jules Boissière effectue en Indochine son service militaire, combat – puisque la conquête n’est alors pas encore terminée – puis devient fonctionnaire dans le corps des administrateurs. Collaborateur d’Ernest Constans, nommé en 1887 gouverneur général, Boissière devient alors ce poète provençal en Indochine qui s’installe à Binh-Dinh puis à Qui-Nhon, qui visite tout le pays nouvellement conquis, le Calendau de Frédéric Mistral sous le bras, et qui écrit toute une œuvre poétique en provençal6.

7Il est d’ailleurs intéressant de voir combien sa nostalgie de la terre de Provence prend, dans un premier le temps, le pas sur l’attirance pour le paysage environnant, son peuple et ses coutumes. Chez Boissière, l’écriture « coloniale » obéit à un lent processus de maturation qui semble parallèlement correspondre à sa progression dans l’échelle administrative et à sa rencontre… avec l’opium.

8De fait, il pouvait sembler presque « naturel » que sa destinée romanesque en fasse, après ce chevalier romantique qui, peut-être par amour pour sa reine, était venu se battre sur une terra incognita hostile, ce déraciné succombant au culte de la « Divinité Opium » (selon ses propres mots). C’est, de fait, avec ses seuls Propos d’un intoxiqué, récit publié à Hanoï en 1890 sous le pseudonyme de Khou-Mi et plusieurs fois réédité, que Jules Boissière s’est fait un nom jusqu’à nous parmi ces écrivains de l’opiomanie en vogue à la fin du XIXe siècle.

  • 7 Joseph Roumanille devait mourir le 24 mai suivant.

9Devenu un administrateur brillant, Jules Boissière, tout auréolé de ses succès indochinois, rentre en France pour sa première permission. Il peut désormais prétendre à la main de Thérèse Roumanille, qu’il épouse en l’église Saint-Agricol d’Avignon, le 17 avril 18917 puis amène en Indochine l’année suivante.

  • 8 Farfantello (pseudonyme d’Henriette Dibon), Visage Felibren, Juli Boissière, Aix-en-Provence, Edici (...)
  • 9 Farfantello, op.cit. p.35 (traduction littérale du provençal).
  • 10 Parmi lesquels on peut citer Dans la forêt, La prise de Lang-Xi, Comédiens ambulants, Le blockhaus (...)

10Alors même que la vie semble lui sourire, il n’écrit curieusement plus en provençal et il faut attendre son dernier séjour en France, en 1896, pour qu’il rédige ses cinq derniers poèmes dans la langue de Mistral. Entre-temps, il est devenu en Indochine un homme d’action pour lequel, selon Farfantello – l’un des rares auteurs à lui avoir consacré une monographie8 – « l’écriture en prose était désormais un outil plus rapide, plus sûr et surtout plus puissant »9. C’est, en effet, l’époque où Boissière écrit certains de ses textes les plus forts et les plus influencés par sa vie d’aventurier, de soldat et de haut-fonctionnaire du Tonkin10.

11Le 12 août 1897, à peine retourné à Hanoï, en qualité de vice-résident, il meurt brutalement d’une occlusion intestinale (sans doute due à sa fréquentation assidue de l’opium). Il a 34 ans. Pour respecter sa volonté, sa dépouille n’est pas ramenée sur le sol français et il est enterré au cimetière d’Hanoï. Sur sa stèle ne figurent que son nom et ses dates de naissance et de mort.

12Sans nul doute, un personnage de roman.

  • 11 Outre la monographie déjà citée, il s’agit principalement de : Jean Dream, « Boissière », L’Avenir (...)
  • 12 Nguyen Manh Tuong, L’Annam dans la littérature française-Jules Boissière. Thèse complémentaire pour (...)
  • 13 Fumeurs d’opium, comédiens ambulants et autres nouvelles, Kailash, Paris, 1993 et 2005 ; Dans la fo (...)
  • 14 Patrick Leblanc, « Jules Boissière (1863-1897). Le Malentendu », in Semeurs de signes, passeurs de (...)

13Sans nul doute également, un auteur pour lequel la recherche littéraire a encore beaucoup à apporter. En effet, entre 1897 et 2016, les travaux sur la personnalité et l’œuvre de Jules Boissière ne sont pas légion. À l’exception d’une succession de monographies, notices biographiques et articles11 qui paraissent dans le premier quart du XXe siècle – et qui sont souvent l’œuvre de « français du Tonkin » ou de compagnons félibres, contemporains de Boissière – le monde de l’édition et la critique littéraire ont copieusement passé sous silence l’œuvre de notre auteur pendant la majeure partie du siècle dernier, ne rééditant régulièrement que Propos d’un intoxiqué. Pourtant, il convient de relever un travail universitaire réalisé, au début des années trente, dans le cadre d’une thèse en littérature, par Nguyen Manh Tuong12. En outre, au début des années 1990 puis au cours des années 2000, les maisons d’édition Kailash, Omnibus et Magellan et Cie se mettent à rééditer de nombreux textes en prose de Boissière et certaines de ses meilleures nouvelles13. Enfin, plus récemment, des articles universitaires et des conférences, dus à Patrick Leblanc, gynécologue-obstétricien à l’hôpital de Béziers, et à Jean-Yves Casanova, professeur de lettres et d’occitan à l’Université de Pau, relancent l’intérêt pour notre écrivain et ouvrent des pistes pour la recherche, tant à travers le prisme régionaliste et indochinois que psychanalytique14...

  • 15 Louis Malleret, L’Exotisme indochinois dans la littérature française depuis 1860, Paris, Larose, 19 (...)

14Par ailleurs, les analyses historiques et socio-politiques de la littérature sur l’Indochine française, ont pu – parfois abondamment – évoquer la personnalité de Jules Boissière. C’est ainsi que Louis Malleret, dans son ouvrage de référence L’Exotisme indochinois dans la littérature française depuis 1860, cite Boissière une soixantaine de fois et en fait l’un des auteurs les plus intéressants de la période du point de vue de la connaissance de la « psychologie asiatique »15. Ainsi, Boissière est souvent entrevu par la recherche historique comme l’exemple paradigmatique d’une époque : celle des débuts de la « conquête » de l’Indochine.

15De fait, il apparait que Jules Boissière doit retrouver, sur les « deux rives » de son parcours singulier (celui d’un félibre et celui d’un écrivain de « littérature coloniale ») la place qui lui est due : celle d’un écrivain français, de sensibilité et de culture occitane, dont l’amour des deux langues lui permet de mûrir, pendant le séjour tonkinois, une production en vers et en prose de très haute qualité littéraire.

16On se propose donc ici de mieux entrevoir deux aspects particulièrement significatifs de cette trajectoire littéraire :

  • l’utilisation de deux langues, française et occitane, dans un acte d’écriture où alternent production poétique et production en prose ;

  • un imaginaire qui trouve en Indochine son lieu privilégié de création.

Une œuvre littéraire en français et en occitan où alternent écriture en vers et écriture en prose

17S’en tenir à la stricte chronologie pour essayer de comprendre le parcours linguistique, en français et en occitan, de Jules Boissière s’assimile à un jeu de pistes et nous permet de constater que l’auteur utilise indifféremment les deux langues comme autant d’instruments de culture lui permettant de construire les formes d’une œuvre littéraire qui, quoique quantitativement modeste, s’inscrit avec une véritable singularité dans les Lettres françaises.

18Ainsi, de 1883 à 1885, alors qu’il se retrouve à Paris, Boissière ne publie tout d’abord qu’en français et inaugure son œuvre poétique, avec le recueil Devant l’énigme, empruntant au style et aux thématiques en vogue parmi les décadents, derniers parnassiens et autres symbolistes.

19Dans ces mêmes années cependant, et jusqu’en 1886, la fréquentation d’un certain nombre de félibres, et peut-être également la naissance de son amour pour Thérèse Roumanille, le pousse à écrire en vers provençaux – en sous-dialecte rhodanien et non en languedocien – avec l’orthographe adoptée et fixée par Roumanille et Mistral. On peut citer en particulier deux poèmes, Partènço et La Campano.

20Publié tout d’abord dans L’Armana prouvencau de 1886 puis, à titre posthume, dans le recueil Li Gabian , Partènço développe l’idée – empreinte d’un souffle épique – de l’exil du peuple provençal opprimé:

  • 16 Jules Boissière, Li Gabian p.14

Parten, coume autre-tèms li rèire fenician,
Emé li sant de pèiro, emé li diéu gardian
Di clar voulame e de l’araire :
Ai derraba la crous qu’assousto lou camin ;
E tu, pèr souvenènço as pres dins toun jardin
Un pau de terro dóu terraire
.

Partons, comme autrefois les aïeux phéniciens,
Avec les saints de pierre, avec les dieux gardiens
Des claires faucilles et de la charrue.
J’ai arraché la croix qui protège le chemin ;
Et toi, en souvenance, tu as pris dans ton jardin
Un peu de terre du terroir16.

21Quant à La Campano – également publiée dans Li Gabian – qui nous conte le réveil d’une cloche muette se remettant à vibrer devant les larmes d’un enfant, on peut y voir l’image de l’esprit d’un fédéralisme endormi :

  • 17 Ibid. p.100

Aqui plourè coume uno femo :-
La campano alor s’esvihè ;
E, dindanto à chasco lagremo,
Trignoulavo dins lou clouchié,
-Se plouro ansin nosto jouvènço,
Quand pietadouso plourara,
Nosto patrio de Prouvènço,
Qu’aro es mudo, alor cantara

Et il pleura comme une femme :
Alors, la cloche s’éveilla ;
Et, vibrante, à chaque larme,
Elle sonnait dans le clocher.
Si notre jeunesse pleure ainsi,
Lorsque pieusement elle pleurera,
Notre patrie de Provence,
Qui maintenant est muette, alors chantera17.

  • 18 « Mais à courir les chemins, je me suis épris de la Terre, et surtout de notre terre à nous, l’anti (...)

22Pourtant Provensa !, le deuxième ouvrage que Boissière fait publier à nouveau chez Lemerre en 1887, donne à lire uniquement des poésies en français, souvent baignées de la nostalgie de circonstance pour la Provence18 mais laissant entendre, à l’occasion, de pathétiques appels vers les terres inconnues :

  • 19 Sur la rade, Ibid. p.47.

Les mousses sont partis d’hier sur les frégates
Pour les hâvres fameux de Chine et de Ceylan
Et mon rêve, pareil au vol du goëland,
Accompagne la nef au pays des pirates.
Le tropical soleil éblouira leurs yeux ;
Longtemps, ils poursuivront ta chimère, Aventure !
Ils chanteront longtemps, bercés dans la mâture,
La volupté d’aller sous l’infini des cieux19.

23De fait, lorsque Boissière s’embarque pour l’Asie, il a déjà derrière lui une production poétique, tant française que provençale, non négligeable même si l’on peut s’accorder à dire, surtout pour cette dernière, qu’elle est encore en devenir.

24La première époque de la période indochinoise de Jules Boissière va courir de 1887 à 1891 et permet de constater un double mouvement, tendant à la fois :

  • vers la nostalgie de la Provence

  • vers le « choc » indochinois

25La nostalgie de la Provence s’exprime à travers des poèmes tels que I Proumiè Felibre, I jouini Felibre (Aux premiers félibres et Aux jeunes félibres) et, surtout, le magnifique Lou Serventès (Le Sirvente) où Boissière exprime des regrets déchirants et le désir du retour :

  • 20 Li Gabian p.59. Cette nostalgie de la Provence est également significative dans les lettres adressé (...)

Sounge i felibre estela...-
An canta, tóuti coutrio,
E lou païs treboula
A si voues s’escarrabiho ;
Me pènse qu’apereila,
Après riéu, colo e valat,
l’a sèmpre noste parla
E nosto patrio
,

Je songe aux félibres étoilés…
Ils ont chanté, tous ensemble,
Et le pays troublé
À leur voix s’est réveillé ;
Je songe que là-bas,
Après les sources, les collines et les ruisseaux,
Il y a toujours notre parler
Et notre patrie20;

26Le « choc » indochinois correspond, à partir des années 1887-1888, à la rencontre avec l’Autre : les poèmes en provençal, écrits pour l’essentiel à Qui-Nhon, sont ici des exemples d’une écriture poétique de plus en plus accomplie et comptent parmi les plus beaux de l’auteur : il faut citer Pantai di belli fiho, Lou Bouddha, Retra de Chineso, Cementèri d’Annam, En Barquet, Souto li tourrè d’argènt, Après la bataio, Lou Mirau.

27Ainsi, voilà donc un poète dont l’écriture provençale s’exprime avec force depuis l’Extrême-Asie, soit en des poèmes qui ne parlent que de Provence, soit en des poèmes qui prennent pour thème des sujets indochinois (8 au total, tous inclus dans le recueil Li Gabian). Dans ce dernier cas, la Provence est loin, l’inconnu se dévoile, au hasard d’un vers, l’exotisme étrange commence à devenir familier et la langue provençale peut alors exprimer une certaine idée de l’orientalisme.

28En outre, cette première époque indochinoise voit également les premières incursions de Boissière, sous divers pseudonymes, dans l’écriture en prose française : Le Carnet d’un soldat, Le Bonze Khou-Su et Propos d’un intoxiqué sont ainsi publiés entre1889 et 1890.

29Avec le premier retour en France, en 1891, et jusqu’à la mort en 1897, le vers se fait souvent plus lyrique : le sentiment personnel s’insère peu à peu dans les conceptions poétiques de l’auteur (si l’on en juge par les vers de l’époque du mariage avec Thérèse Roumanille), laissant percer l’émotion à travers l’armure du chevalier-troubadour jusqu’à créer le vers halluciné, fiévreux et parfois amer de 1896. La vision est désormais pénétrante, morbide mais il est important de préciser que 1896 est aussi l’année de la parution du recueil de nouvelles Fumeurs d’opium qui vient donc au terme d’une lente gestation (amorcée dès les premiers temps de l’arrivée en Indochine) où le style a pris une ampleur allant bien au-delà du néo-exotisme bon teint auquel on l’a limité trop souvent.

30Ainsi, des vers d’épithalame d’A-N-Uno Rèino, célébrant, en 1891, le retour du Prince lointain :

  • 21 Ibid. p.5

Aquéu cor, l’ai pourta vers lis isclo d’Asio :
L’ai garda caud e pur coume à moun proumié jour,
L’ai perfuma de fe, d’espèr, de pouësio,
E dedins ai clava toun noum e moun amour.

Pèr la mar tempestouso e lis estràngi terro,
Ai barrula sèt an, sèt an ai fa la guerro,
Pu liuen que Marco Polo et Jan de Lamanoun
.

Ce cœur, je l’ai porté vers les îles d’Asie :
Je l’ai gardé chaud et pur comme à mon premier jour ;
Je l’ai parfumé de foi, d’espoir, de poésie,
Et, dedans, j’ai enfermé ton nom et mon amour.

Par la mer tempétueuse et les terres étrangères,
J’ai roulé sept ans, sept ans j’ai fait la guerre,
Plus loin que Marco-Polo et Jean d’Alamanon21.

  • 22 « Le Félibre raconte comment il arriva que son corps et son âme, las d’avoir cherché en vain l’Amou (...)

31on se retrouve, en 1896, avec les vers enfiévrés de Lou Félibre raconto (coume arribè que soun Cors e soun Amo, las d’avè cerca’n van l’Amour e la Muso, s’entournéron au vilage patriau, mounte se repauson de la Vido emai di Sounge) et de Lou Félibre raconto (ço qu’a vist is enfèr dins la fourèst enmascarello) puis, enfin, avec ceux de Mar e Sereno où le poète, las des réalités, se berce d’imaginations et joue de son instrument, dont il a désormais une maîtrise supérieure22.

32Le fantastique et le symbolisme ne sont, par ailleurs, pas absents des vers de cette période – tout comme de la production en prose de Fumeurs d’opium, immédiatement contemporaine – et d’étranges figures (de Cléopâtre à Messaline, de Salomé à la Borgia, en passant par Isabeau, Marguerite, Hélène, la Lorelei de Heine, même si non directement citée…) peuplent ces imaginations d’où l’opium n’est sans doute pas éloigné… .

33De cet état d’esprit visionnaire naîtront donc Fumeurs d’opium. La citation d’Edgard Allan Poe, placée en épigraphe, donne déjà le ton :

… ici j’ouvris grande la porte :
– les Ténèbres, et rien de plus.

34tout comme l’incipit de Dans la forêt, qui ouvre le recueil, et inscrit l’ensemble des nouvelles dans une authentique vision du Tragique et un parcours initiatique dont l’Annam constitue la révélation progressive :

  • 23 Dans la forêt dans Fumeurs d’opium, Kailash, Paris, 2005, p.9 

Nous ne sortirons plus de la forêt ; la sombre forêt indéfinie qui s’étend du Delta tonkinois à l’immensurable et flottante frontière du Kouang-Si, nous n’en sortirons plus jamais, nous sommes marqués pour y mourir23.

35Parmi les poèmes où les paysages physiques et humains indochinois trouvent leur importance, il est intéressant de s’attarder sur Retra de Chineso (Portrait de Chinoise).

  • 24 Jean-Yves Casanova, op.cit. p.12

36Daté de 1888, le poème reproduit ce que Jean-Yves Casanova considère comme « un effet d’impression restituée lors d’un voyage, sans doute une des nombreuses campagnes militaires que Boissière a dû mener au Tonkin24. » :

  • 25 Li Gabian, p.117

Sabe eila, dins lou ple dóu vabre ounte degruno,
Un oustaloun. – Aquito, i bèlli niue de luno,
Iéu veniéu douçamen, coume un trevant, treva…
Aqui, sus lou gipas dóu lindau, ai trouva
Lou retra d’uno enfant chineso ; – sèmblo rire,
A vous faire ploura. L’escoute, e m’aujo dire
Si pantai de quinge an, soun proumié juramen ;
Pièi esto mudo, pauro ! e sounjo tristamen.
– O, taiso-te, chatouno ! après quauco bataio,
Moun cor a devina ço qu’an vist li muraio :
Sus quant de lié d’asard avèn durmi, coumpan !
– Gardo-me toun mistèri, o ma chineso bruno !
E parlo soulamen di dous vèspre d’antan
Ounte toun amo en flour flourissié sout la luno
 !

Je connais là-bas, dans les plis d’une vallée où elle s’écroule,
Une petite maison. – Là, aux belles nuits de lune,
Je venais doucement, comme un fantôme, errer…
Et là, sur les pierres du seuil, j’ai trouvé
Le portrait d’une enfant chinoise ; elle semble rire,
À vous faire pleurer. Je l’écoute et elle ose dire
Les songes de ses quinze ans, son premier serment ;
Puis elle devient silencieuse, la pauvrette ! Et je songe tristement.
– Oui, tais-toi, enfant ! Après quelque bataille,
Mon cœur a deviné ce qu’ont vu les murs de ta maison,
Sur combien de lits de hasard avons-nous dormi, compagnons ?
– Garde-moi ton mystère, ô ma Chinoise brune !
Et parle seulement des douces nuits d’autrefois
Où ton âme en fleur fleurissait sous la lune25 !

37Si le paysage décrit ici par le poète est de facture classique, son errance fantomatique déclinée sous une nuit de lune, l’évocation de la figure féminine à travers un portrait trouvé sur les pierres d’un seuil est, en revanche, d’une grande force dramatique. Le poète, touché par cette enfant de quinze ans, imagine les malheurs et les horreurs de la guerre dont ce portrait a été témoin mais ne souhaite pas trop en dire, et préserver l’apparition de la « chinoise brune » aux douces nuits et à cette « âme en fleur qui fleurissait sous la lune ».

  • 26 Jean-Yves Casanova, op.cit. p.12

38Selon Jean-Yves Casanova, la fuite de la réalité qui est ici exposée peut être comprise comme une métaphore de l’opium. Le vers 11, « Sur combien de lits de hasard avons-nous dormi, compagnons ? », renverrait à la natte de la fumerie et le portrait mystérieux et émouvant de la « Chinoise brune » se confondrait avec celui de la fée noire… Le poète souhaite évoquer « un état originel, un âge d’or où les âmes en fleurs fleurissaient, un espace et un temps26 » qui est celui du Tonkin d’avant la conquête, thématique que l’on retrouve non seulement dans l’œuvre romanesque de Jules Boissière (dans la nouvelle Comédiens ambulants en particulier) mais également dans les « reportages » de l’auteur sur les principales villes de l’Indochine (réunis dans le recueil L’Indochine avec les français). D’ailleurs, ce thème du portrait n’est guère éloigné du récit en prose figurant dans Carnet d’un troupier, publié certes en 1896 dans Fumeurs d’opium, mais qui, du moins dans le journal de bord de l’auteur, précède le poème de deux ans, Boissière datant cet épisode d’Ackoï, 8 décembre 1886 :

  • 27 Jules Boissière, Carnet d’un Troupier dans Fumeurs d’Opium, Editions Kailash, 2005, p.145-146

Voici une photographie de femme chinoise, trouvée au seuil d’une ferme déserte. Qu’est-elle devenue, la pauvre créature que nous contemplons en ses atours de Cantonaise […] ? Et, fermant les yeux, j’évoque les meurtres, les incendies, toutes les misères dont a souffert ce pays, et les rapts, et les viols aussi, dans l’horreur des couches de hasard et je garde la frêle image, avec quelque émotion, comme une fleur qui aurait survécu à un cataclysme et que je cueillerais pour la placer dans mon portefeuille27.

39Un autre poème, intitulé « Lou Bouddha » (1888), fait à nouveau référence à des « choses vues » et aux malheurs de la guerre. Ici, ce sont « nos soldats vainqueurs », qui brûlent une maison et, alors que le maître et ses fils fuient sous la fusillade, Bouddha qui leur sourit.

  • 28 Jules Boissière, Li Gabian, p.115

Brulavon un oustau nosti sóudard vincèire ;
- Lou mèstre emé si fiéu peralin fugissié
Souto la fusihado ; e sus l’autar di réire,
Liuen d’apara l’oustau, l’autar e li vièi crèire,
Is ome aloubati lou Bouddha sourrisiè.

Quant d’ouro an debana desempiéi ! Mounte es aro
L’oustau ? Mounte es lou diéu poupu de quau la caro
Sourrisènto retrais lou sort indiferènt ?
- E souto lou cèu mut, quand l’ome prègo e crido,
Revese dóu Bouddha li gauto acoulourido,
E sa faci de luno, e si vistoun seren.


Nos soldats vainqueurs brûlaient une maison ;
-Le maître, avec ses fils, par là-bas, fuyait
Sous la fusillade ; -et, sur l’autel des ancêtres,
Loin de protéger la maison, l’autel et les vieilles croyances,
Aux hommes, affamés comme des loups, le Bouddha souriait.

Combien d’heures ont passé depuis ? Où est maintenant
La maison ? Où est le dieu replet de qui la face
Souriante est le symbole du Sort indifférent ?
Et, sous le ciel muet, quand l’homme prie et crie,
Je revois la face fleurie du Bouddha,
Son visage de lune et ses yeux sereins28.

40En filigrane de ces vers, on pense encore au Carnet d’un troupier à la date du 28 décembre 1886 :

  • 29 Jules Boissière, Carnet d’un Troupier, op.cit. p.148
  • 30 Jules Boissière, Ibid. p. 149-150

Nous sommes employés à démolir les maisons inutilisées autour du cantonnement : le cœur se serre à voir détruire tant de foyers où des générations vécurent heureuses… »29 ou encore, à la date du 2 janvier 1887 : « au passage, j’ai remarqué une maisonnette de bois […] et la maisonnette isolée me faisait aimer son habitant inconnu, que je devinais d’aspect honnête, hospitalier et gai comme elle30.

41On saisit néanmoins, à travers ce dernier exemple en particulier, que si le tragique prédomine dans le regard du soldat Boissière, l’emprise n’est peut-être pas totale et que le futur haut-fonctionnaire réunit déjà les motivations de son amour pour son pays d’accueil.

42Le poème de 1888 intitulé En barquet, frountiero chineso, (En Nacelle, frontière chinoise) offre pour sa part, dans son dernier quatrain, une illustration de l’impérialiste occidental en mission :

  • 31 Jules Boissière, Li Gabian, p.141

[…] Te dirai que vuei crese gaire
I Pavaioun Negre vo Blanc.
-Mai pamens se lèvon la paio,
Lè faren vèire, en trissant coume de sau,
Coume un flame fusiéu travaio
I det d’un flame Prouvençau.


[…] Je te dirai qu’aujourd’hui je crois peu
aux Pavillons Noirs ou Blancs,
Mais pourtant, s’ils sont agressifs,
Nous leur ferons voir, en les broyant comme du sel,
Comment un fusil flambant travaille
Entre les doigts d’un flambant provençal31.

43Là encore, ce quatrain est à mettre en parallèle avec un extrait des Génies du Mont Tân-Vien, nouvelle du recueil Fumeurs d’opium :

  • 32 Jules Boissière, Les Génies du Mont Tân-Vien, dans Fumeurs d’Opium p.122-123

Enfin, Ferrier devenait fier, frondeur envers ses chefs […] il n’admettait plus une remontrance, finissant par se considérer comme le propriétaire, par droit de conquête, du poste et de la région […] Avec cela, le souvenir, vivant au Tonkin, des Garnier et des Hautefeuille. Et, mêlant les hommes et les époques, le sous-officier croyait, de bonne foi, se constituer à son tour, par le droit du sabre, seigneur et civilisateur de races inférieures. Tout cela n’était pas bien net, dans sa cervelle embrumée, non plus que les légendes du Tân-Vien, qu’il écoutait couché sur sa natte32.

44Compte tenu de l’utilisation de deux langues par Jules Boissière, il apparaît pertinent de mieux s’interroger sur la manière dont l’écrivain a employé, dans sa création littéraire, le français, langue d’origine mais également celle vers laquelle le dirigeaient ses origines familiales et culturelles, et le provençal mistralien, dans les pas duquel il souhaitait passionnément marcher.

45En effet, Jules Boissière ne s’est certainement pas contenté de transposer du français au provençal ses insolites visions d’Extrême-Orient. Face au choc provoqué par sa rencontre avec l’Indochine, c’est donc spontanément que l’utilisation du provençal s’est présentée à lui comme la plus pertinente pour rendre ses premières impressions.

46Jules Boissière paraît être ainsi plus sensoriel, plus visuel, plus auditif quand il utilise le provençal même si l’analyse rigoureuse de sa production littéraire devrait tendre à montrer que, très vite, les deux langues vont interagir l’une sur l’autre et que le maniement de l’expression sensorielle provençale aura d’heureux effets sur l’écriture en prose française.

  • 33 «  les proses françaises sont le plus souvent passées sous silence, et la lecture de ces dernières (...)

47Comme nous y incite l’analyse de Jean-Yves Casanova, il est essentiel de mettre en perspective la production poétique indochinoise de Boissière en provençal et sa production en prose et de voir, enfin, dans cette dernière autre chose qu’un énième avatar d’un « néo-exotisme bon teint »33

Un imaginaire littéraire qui trouve en Indochine son lieu privilégié de création

48Comme c’est souvent le cas pour beaucoup d’auteurs catalogués d’« hyper-régionalistes », dont le texte littéraire est souvent réduit à l’aspect identitaire et idéologique , la dimension créative dans l’œuvre de Boissière, surtout dans sa partie indochinoise, a été bien trop délaissée. Or, comme on l’a précédemment entrevu, l’écriture de Jules Boissière ne peut pas être considérée d’une manière différente selon la langue utilisée, tant ses thématiques sont souvent semblables et les reprises textuelles fréquentes.

  • 34 Mais l’analyse devrait être poursuivie au regard des extraits de chapitres et aux notes du roman in (...)

49Si l’on s’en tient aux seules proses des Fumeurs d’opium et aux quelques reportages sur les villes d’Indochine inclus dans L’Indochine avec les français34, il est possible de dégager, sous la diversité de l’inspiration, une unité profonde dans l’imaginaire de l’auteur.

50Le cadre limité d’un article permet seulement de s’attarder sur le traitement du temps et des lieux ainsi que sur quelques-unes des thématiques récurrentes de l’imaginaire de Boissière en Indochine.

Le traitement du temps.

51Boissière nous parle d’un monde en proie au chaos : c’est l’époque des colonnes militaires, des territoires où survivait une ancienne organisation féodale qui tombaient progressivement dans le Protectorat, des bandes qui ne désarmaient pas, de l’hostilité sourde succédant à la guerre ouverte, des bastions et autres petits postes avancés (et solitaires) dont le réseau ténu était disséminé sur l’ensemble du pays.

52C’est également d’un « Monde d’Hier » en train de s’éteindre dont il est question : à travers l’ancien Annam d’avant la Conquête, Jules Boissière a la vision frappante d’une sorte de « crépuscule des dieux ».

53Cette impression de crépuscule d’un Annam qui s’écroule, au milieu d’une société désorganisée, d’une civilisation contestée, est développée dans le magnifique chapitre du recueil posthume L’Indochine avec les français, consacré à Hué :

  • 35 Jules Boissière, L’Indochine avec les français, p. 260

Et ces ruines et ces débris, dans leur tristesse et leur désolation, restent encore imposants ; au passage, on y respire l’adieu du fier passé, l’haleine des splendeurs mortes. Dans la gaité du jour et de l’heure, ils se dressent et persistent, témoins obstinés des époques glorieuses ; on admire cette constance, ce dédain du moment et des révolutions éphémères, qui se refuse à faire disparaître les ruines, et les laisse là, gardiennes de l’emplacement sacré, pour le jour du relèvement et du triomphe.- Et pourtant, à les voir, si près des jonques abandonnées et poussiéreuses, il vient une mélancolie qui nous affirme à nous l’irréparable, et que tout est bien fini du « noble royaume », de la grandiose histoire de l’Annam indépendant…35 

  • 36 Jules Boissière, Ibid., p .262

54Boissière évoque ailleurs les hauts mandarins et les princes du sang, dans leurs soieries et costumes officiels, comme l’image de « comédiens déguisés pour quelque misérable parade36 ». Lors d’une réception officielle donnée par l’empereur Dong-Khanh, il assiste à une représentation théâtrale où il semble plus intéressé – a priori – par le visage de l’empereur, juché sur une estrade, que par le jeu des acteurs :

  • 37 Jules Boissière, Ibid., p.269-270

[…] et j’ai contemplé sa face affinée, triste, désabusée de lettré, poète comme Tu-Duc et Minh-Mang, comme eux passionné de poésie et de théâtre, jusqu’à composer des pièces et régler des ballets – ceux qu’on représente devant nous37.

  • 38 Jules Boissière, Une âme. Journal d’un fusillé dans Fumeurs d’opium Paris, Flammarion, 1896 Kailash (...)

55C’est toujours d’un pays en proie à des troubles persistants qu’il est question à travers l’existence, souvent tragique, de soldats (tirailleurs, légionnaires, marsouins, gardes civils…) amenés à supporter fatigues et épreuves d’un nouveau genre, à vivre de nombreux drames à l’intérieur de leurs blockhaus, à connaître la « descente aux enfers » des fumeurs d’opium (voire le « chemin du Calvaire » comme le garde principal Ferrier dans Les Génies du mont Tan-Vien) sans que les épisodes héroïques soient forcément au rendez-vous, incitant certains d’entre eux à passer à l’ennemi pour retrouver du sens à leur venue en Extrême-Orient (le personnage de Guy-Emmanuel de Césade dans Une âme, journal d’un fusillé38 en étant l’exemple idéal) .

  • 39 Un ensemble important de manuscrits de Jules Boissière, déposé à la Médiathèque Ceccano d’Avignon ( (...)

56La découverte de ce pays va, à l’origine, s’effectuer à travers la rédaction rigoureuse d’un journal de bord39, dont l’essentiel sera publié dans le Carnet d’un soldat, en attendant que les nouvelles, voire les projets de romans, apprennent au lecteur à mieux saisir l’existence et le quotidien de ces soldats.

57L’imaginaire littéraire de Boissière s’appuiera ainsi sur un contexte politique assez bien cerné, multipliant les détails sur l’environnement annamite plus qu’européen et donnant à lire, à l’occasion, des portraits saisissants de certains personnages historiques : c’est ainsi que la période politiquement troublée qui survient à la mort de l’empereur Tu-Duc et qui voit se succéder nombre de souverains éphémères, issus de la dynastie des Nguyen, avant l’installation par l’occupant français de l’empereur Dong-Khanh et la prise du maquis par le régent Ton That Tuyet (particulièrement hostile aux Français), est au centre de la production en prose de Jules Boissière.

Le traitement des lieux.

  • 40 Jules Boissière, L’Indochine avec les Français, Paris, Louis Michaud, 1913, p. 101-106

58Les proses indochinoises de Boissière prennent pour théâtre géographique et topographique la région qui va du delta du Tonkin à la frontière chinoise du Kouang-Si (entre la rivière Monkay au Nord-Est, le fleuve Rouge et la rivière noire à l’Ouest), zone dans laquelle la rébellion est alors particulièrement active40.

  • 41 Op.cit. en particulier p. 87-125

59Dans ce cadre spécifique, les thématiques de la forêt profonde, du pourrissement de la végétation et des hommes, de la brume humide et de la diffraction de la lumière, bien saisies par l’analyse de Jean-Yves Casanova, ces lieux « de mauvais charme » et « d’ensorcelante attraction » pour Louis Malleret41, se retrouvent fréquemment mais laissent vite de côté un exotisme de circonstance pour s’accorder pleinement avec la psyché tourmentée de l’auteur.

  • 42 Nguyen Manh Tuong, op.cit., en particulier dans les chapitres II et III : le roman de la conquête ( (...)

60À travers les étendues immenses d’un pays où l’individu occidental – et provençal – se sent isolé, non seulement au milieu d’hommes ennemis et de dieux hostiles mais aussi d’une nature qui semble conspirer contre lui, c’est souvent « la même vie errante, douloureuse, pénible, hasardeuse », comme le montre Nguyen Manh Tuong42, que l’auteur décrit dans les nouvelles de Fumeurs d’opium mais aussi dans des poèmes tels que Cementèri d’Annam ou Lou Felibre Raconto ço qu’a vist is infèr dins la fourèst enmascarello.

  • 43 Jules Boissière, Dans la forêt dans Fumeurs d’opium p. 12

Oui, ces terreurs devaient naître en ce monde sans air ni horizon, sur cette terre mortelle. Peut-être qu’aussi dans ce pays où règne en souverain orgueilleux et absolu le végétal, où l’homme est si peu de chose, une exception à peine tolérée et où il ne peut rester qu’en consentant à mourir jeune, par l’émanation du végétal, peut-être qu’il survit de ces influences mystérieuses, dont notre Moyen-Âge sombre eût la pleine conscience, et que les fantômes, dépossédés du monde habité, se sont retirés ici pour y régner en despotes sur les âmes crépusculaires des pauvres gens43.

61C’est en particulier dans la nouvelle Les Génies du Mont Tân-Vien que la géographie des lieux se montre la plus hostile à l’étranger. Dès son incipit magistral, la montagne sacrée apparaît comme particulièrement impressionnante :

  • 44 Jules Boissière, Les Génies du Mont Tân-Vien dans Fumeurs d’opium p. 111

Au confluent de la Rivière-Noire et du Fleuve-Rouge, – devant l’abrupte région des Châu, – à la pointe extrême du Delta et de la civilisation annamite se dresse le massif sacré du Tan Viên. Les hommes ont crénelé ses pics de redoutables légendes, et peuplé les rochers et les cavernes de Génies hostiles à l’étranger44.

62De même, dans sa conclusion, alors que l’étranger est vaincu, c’est à la montagne que l’auteur laisse le dernier mot :

  • 45 Jules Boissière, Ibid. p. 140

Il avait exhalé son souffle dernier. Dans l’universel silence, la montagne érigeait là-haut sa virginale silhouette inviolée sur l’aube de cristal ; et à l’inaccessible vierge, la fumée faisait une ceinture dénouée sans cesse et sans cesse mollement renouée ; le Tân-Vien dressait là-haut ses cimes candides, où jamais l’étranger ne posera le pied sans mourir et que jamais l’envahisseur ne regarda sans être châtié dans sa chair et dans son âme ; les sommets aujourd’hui et toujours victorieux qui veillent, incorruptibles sentinelles, devant l’abrupte région de Châu, – à la pointe extrême du delta tonkinois, – à la porte du vieil Annam45.

63Ailleurs encore, c’est avec son cortège de fièvres et de maladies que se manifeste l’unité des lieux dépeints par Boissière :

  • 46 Jules Boissière, Dans la forêt, op.cit. p. 13

Savez-vous ce que c’est que la fièvre ? – Dans le Delta et ailleurs, on connait la fièvre des marais […] Ici nous tremblons la fièvre des bois, que vos médecins d’Europe ne connaissent pas […] Elle se tapit, pour vous attendre, dans le sentier [...]. Les rois de la forêt, banyans, bambous, lataniers, vivent de ce terreau profond, et de cette lourde atmosphère […]. Mais en revanche, ici, l’homme frissonne en suant, aux plus chaudes heures du jour, et, dans ses os et dans son sang, il sent se glisser la fièvre des bois, celle qui jamais plus ne vous quitte et sûrement vous tuera46.

64Mais la palette des lieux décrits par Boissière sait également s’enrichir de la somptuosité des paysages d’Annam.

65Dans Une âme, journal d’un fusillé, c’est l’évocation du ciel couchant qui vient rasséréner l’état d’esprit du transfuge Césade, alors qu’il s’apprête à combattre ses compatriotes :

  • 47 Jules Boissière, Une âme. Journal d’un fusillé, op. cit. p. 209

Or, un merveilleux couchant se composait dans le ciel, et sa beauté luxueuse complétait, pour me rasséréner, l’œuvre de l’indubitable argument. De l’horizon occidental montait comme une tenture de soie saumon clair, lucidifiée ainsi qu’un transparent huilé devant une lampe, par le soleil disparu. Sa couleur, vers le zénith, se fondait en un rose vif qui lui-même allait mourir dans les verts délicats dont se teintait à son contact le bleu pâle de l’orient47.

66Dans Comédiens Ambulants, c’est un paysage mélancolique d’altitude, cinglé par un vent glacial :

  • 48 Jules Boissière, Comédiens Ambulants, op. cit. p. 36

Derrière les ambulants, sous leurs talons, le paysage plus vaste s’approfondit en abîme, des bois sombres franchis avant l’aube jusqu’aux îlots éparpillés en archipel sur la houle grise. Entre les palétuviers des plages noyées et l’alpe massive, la mousson de nord-est ayant balayé les brumes du golfe, la plaine inculte allonge jusqu’à l’horizon occidental ses brousses que marquètent de taches jaunes ou violacées, loin à loin, quelques vagues défrichements48.

67Dans Carnet d’un troupier, ce sont les sonorités de la nuit exotique :

  • 49 Jules Boissière, Carnet d’un troupier, op.cit. p. 153

Les grenouilles-bœufs alternent avec les grillons, comme un épouvantable fracas de cuivres avec le nasillement d’un hautbois. À cette heure, les cigales, qui pendant le jour, bruissaient au soleil, aussi férocement que dans les pinèdes provençales, dorment accrochées à l’écorce des pins. D’heure en heure, on entend le gecko courir le long des charpentes, puis après un bref appel en préambule, déclencher à plusieurs reprises son clappement dissyllabe, ronflant comme une toupie, vibrant d’une étonnante sonorité, d’une merveilleuse richesse de timbre49.

  • 50 Nguyen Manh Tuong, op.cit. chap. III : la vision d’un pays

68Si pour Nguyen Manh Tuong, qui y consacre tout un chapitre de sa thèse50, Jules Boissière semble, avec la peinture de ces lieux, s’apparenter « à la noble lignée des descripteurs ayant décrit les somptuosités sans égales de la nature exotique (Bernardin de St Pierre, Chateaubriand, Fromentin…) », l’universitaire vietnamien ne manque pas de préciser que l’auteur a le haut mérite de demeurer un observateur objectif, se gardant bien de projeter sa subjectivité sur l’univers décrit.

  • 51 Ibid.

69Chez Boissière, écrit encore Nguyen Manh Tuong, « l’hérédité provençale et le culte parnassien ont exercé les plus heureuses influences51 » et ils ont sans doute contribué à donner à sa poésie des lieux cette sûreté et cette précision dans les formes et les couleurs, permettant à l’auteur de noter les atmosphères les plus insaisissables ou les sons les plus ténus.

70Pourtant, dans les premières impressions recueillies lors des expéditions militaires menées dans le delta tonkinois, il n’est pas rare qu’au hasard d’une évocation de lieu, l’amour de la patrie provençale ne vienne quelque peu modifier l’originalité du monde nouveau en s’attachant surtout aux choses qui rappellent à Boissière la terre natale :

  • 52 Jules Boissière, Ibid. p. 149

Reconnaissance vers le sud, à travers un pays plat, coupé de bouquets de bois et de verts mamelons en cône. On jurerait des coins de France […] Voici que nous obliquons vers le nord-ouest ; et le détachement s’enfonce dans les massifs de montagnes sèches, rocailleuses et broussailleuses – pareilles à nos garrigues du Bas-Languedoc, – qui bordent le Quang-Tong et le Quang-Si52.

Quelques thématiques récurrentes. 

71Outre le traitement du temps et des lieux, c’est à la rencontre de thématiques récurrentes que nous invite Jules Boissière dans sa production en prose.

72Ainsi, la thématique de l’horreur est souvent présente avec force chez lui.

73Les « conquérants » occidentaux vivent dans le tumulte incessant de la guerre, face à des ennemis nombreux. Ceux d’en face, qui luttent pour la noble cause de l’indépendance nationale ou qui, tels les figures de pirates, profitent du désordre de l’Etat pour laisser s’épanouir leurs pires instincts et pour régner en potentats locaux cyniques et cruels, ne sont pas davantage absents de l’imaginaire de Boissière.

74La vision du guet-apens, des clameurs qui, soudain, jaillissent de la fausse tranquillité de la campagne ou encore du réveil brutal au milieu de la nuit, hante l’écriture de Boissière :

  • 53 Jules Boissière, Le Blockhaus incendié dans Fumeurs d’Opium p.104

Tout à coup, dans la nuit muette, jaillit un cri déchirant, angoisse terrifiée et horrible douleur à la fois […] ; la porte fracassée vole en éclats, dans le rectangle du chambranle, sous la lune énorme et pleine, nouvelle levée, je vois mon factionnaire s’abattre sous une poussée furieuse, et l’éclair des baïonnettes cribler sa poitrine53.

75De même, la figure du soldat est également essentielle chez l’auteur.

  • 54 « Je songeais uniquement, en gamin, à la joie des beaux rêves aventuriers enfin réalisables, aux es (...)

76Qu’ils soient en poste, comme le garde principal Ferrier des Génies du Mont Tân-Vien, en expédition, comme le sergent Fanien qui est au centre de deux nouvelles, La Prise de Lang-Xi et Le Blockhaus incendié, ou qu’ils soient transfuge et traître à la patrie comme le Guy-Emmanuel de Césade du Journal d’un fusillé, les soldats de Boissière ont tous pour point commun, outre l’opiomanie, d’être des gens d’action et des individus courageux, même dans la trahison, dont on pourrait d’ailleurs interroger les motivations profondes, sans doute plus proches du désir d’aventures concrètes que d’une carence de sens du devoir54.

  • 55 Louis Malleret, op.cit., t II, en particulier chap. II p.17-43.

77Dans un environnement qui s’inscrit principalement dans le cadre des exactions provoquées par la piraterie des Pavillons noirs et dans le décor naturel d’une forêt dont on ne sortira plus, le soldat de Boissière peut parfois apparaître sous des traits ouvertement colonialistes, quoiqu’on trouve chez lui moins de conviction idéologique que de « désorganisation » du cerveau55 due à la consommation d’opium renforcée par la fièvre des bois.

78Ce que va alors montrer Boissière c’est la manière dont cet individu – pétri de rationalisme et d’idées arrêtées sur tout – va se laisser envahir par cet environnement, habité d’ailleurs de croyances populaires, de récits et de légendes.

79De fait, alors que l’on trouve si souvent dans les représentations littéraires de l’exotisme le lieu commun du manque de sensibilité de l’Asiatique par rapport à l’Européen et du raffinement des supplices infligés, Jules Boissière, à travers le parcours initiatique de ses troupiers, parvient à trouver une justification à l’horreur non dans le simple récit plus ou moins ténébreux de pirates rançonnant et massacrant des victimes innocentes mais bien dans une connaissance approfondie de la mentalité des hommes, qu’ils soient occidentaux ou asiatiques et, de fait, au-delà, de l’âme humaine.

80De même, certains des soldats fumeurs de Boissière vont assez loin dans l’idée de fraternisation par l’opium avec les pirates et les Chinois. Prenons pour illustration le sergent Fanien dans les deux nouvelles où il apparaît :

81Tout d’abord dans La Prise de Lang-Xi, avec ces deux extraits :

  • 56 Jules Boissière, La Prise de Lang-Xi, ibid. p. 32 et p. 34

Je pense au vieux chef tué […] mon semblable, mon frère… » et : « […] qu’ils viennent donc les pirates ! ce sont des frères, comme le Dôc-To […] ce soir, j’aime tous les hommes, tous les Génies, toutes les actions et toutes les paroles. […] et quoique bon diable, je ne me lèverai pas pour saluer le Bouddha lui-même, s’il daignait venir. Qu’a t-il de plus que moi, en somme ? […] Et si ce soir, les ennemis entraient par la brèche […] pour m’assassiner, eh bien ! Moi aussi, je tendrais le cou ; et, en mourant, j’aurais un bienveillant – et pas même dédaigneux – sourire pour mon assassin, comme ce vieux Dôc-To –, comme mon bon frère !56

82De même, dans Le Blockhaus incendié :

  • 57 Jules Boissière, Le Blockhaus incendié, ibid. p. 100 et p. 110

Moi, je fume de l’opium de contrebande, bon et pas cher, et je serre la main loyale du Chinois qui m’approvisionne. […] je ne ressens pas la moindre haine pour mon joyeux Annamite 57.

83Le regard que l’écrivain fait porter sur le Tonkin par ses personnages de soldats trouve avec le narrateur de Dans la Forêt et avec le garde Ferrier (Les Génies du Mont Tân-Vien) un nouvel angle de vue qui permet d’évoquer, pour terminer, la thématique des croyances dans la production en prose de Jules Boissière.

  • 58 En particulier, l’ouvrage d’Antony Landes, Contes et Légendes Annamites, Saïgon, imprimerie colonia (...)

84Dans son journal de bord, repris en partie dans les Cahiers de route, on découvre l’accumulation d’éléments sur la question des croyances et des superstitions chez les annamites. On peut penser que Boissière avait pu lire sur ce sujet un certain nombre d’ouvrages contemporains de l’écriture de Fumeurs d’Opium58.

85Ainsi, Dans la Forêt décrit la terrifiante statue de Ba-Truc, génie de bois qui finira par obtenir la vie du malheureux soldat opiomane Roux :

  • 59 Jules Boissière, Dans la forêt, ibid. p. 20

Je l’ai vu : en mon sommeil il m’est apparu. Je me suis réveillé, haletant, terrifié. […] – et le Génie a tendu vers moi ses mains, comme s’il voulait m’étrangler. Alors, je me suis enfui vers la porte et comme je franchissais le seuil, en entrant dans l’ombre extérieure, la statue s’est mise à rire et son ricanement m’a poursuivi jusqu’ici. Oh ! Le rire de ses lèvres de bois59 !...

86Dans Les Génies du Mont Tân-Vien, ce sont les génies de la montagne qui s’emparent, au final, de l’âme du malheureux Ferrier :

  • 60 Jules Boissière, Les Génies du Mont Tân-Vien. p. 139

Mais, comme il s’en allait, une dernière fois, il aperçut l’immuable Tân-Vien, et, sur les pics sacrés, il vit se dresser, tramés de fumée, les Génies Hostiles, et rire de l’étranger, et se le montrer du doigt60.

  • 61 Jules Boissière, Ibid. p. 113
  • 62 Jules Boissière, Ibid. p.121
  • 63 Jules Boissière, Ibid. p.120

87Si, au début du texte, dans un environnement agréable, « un coin retrouvé des campagnes françaises au profond de cet hostile Tonkin »61, Ferrier mène l’existence « bucolique » d’un « baron féodal, maître de sa petite armée»62, savourant son éloignement des autres postes, « réduit à vivre à la Tonkinoise, mangeant, fumant et dormant sur la même natte, plus annamite que les Annamites »63, l’opium lui fait bientôt voir les montagnes du Tân-Vien, ainsi que les légendes qui leur sont attribuées, d’une façon de plus en plus inquiétante. Du coup, ses moqueries à l’égard des légendes sont davantage empreintes d’appréhension, faisant au passage ressurgir à son esprit le passé d’enfant ayant grandi en Normandie, parmi les récits de sorcellerie et de mauvais œil :

  • 64 Jules Boissière, Ibid. p.127

Longtemps il avait ri, le robuste gars normand, de la naïve imagerie des légendes, avec son immuable personnel de Dames, de Bouddhas et de savants Mandarins […] Mais, de son enfance vécue en les villages où sévit l’effroi des sorciers et du mauvais œil, il était resté chez Ferrier, comme chez tant d’illettrés, derrière le rideau des faciles crâneries, une appréhension inavouée des pouvoirs mystérieux et des êtres qui les détiennent. Et maintenant il avait peur64.

88Au final, les cimes toujours vierges gardent leur mystère redoutable et opposent leur hostilité permanente aux étrangers.

Conclusion

  • 65 « Pour le provençal Boissière, il y eut moins en Indochine une palpitation étrange, nouvelle, qu’un (...)

89En conclusion, il est nécessaire d’écrire qu’en Indochine, Jules Boissière ne fut pas plus exilé qu’il n’avait pu l’être à Paris, pendant ses années d’apprentissage : dans les deux cas, il a su demeurer « provençal », c'est-à-dire qu’il a continué à développer une expression des sens, à voir le monde en artiste et, comme l’écrit Albert Maybon, à enrichir son moi sans jamais l’encombrer par un quelconque exotisme de pacotille65.

90De même, alors que l’écrivain gagnait en maturité artistique et trouvait sa propre voie en littérature comme en félibrige, l’utilisation de deux langues, le français et le provençal mistralien, a obéit principalement au souci de rechercher le mot le mieux adapté pour restituer, avec le plus de pertinence et de finesse, ses impressions et sa sensibilité.

91De fait, loin de demeurer hermétiques l’une à l’autre, ces deux langues vont très vite interagir, dans une trajectoire littéraire qui, au moment de la mort brutale de Boissière, était en pleine expansion, et auront d’heureux effets sur l’écriture en prose comme sur la production poétique indochinoise et de la dernière période avignonnaise de l’écrivain.

  • 66 Jean Ajalbert, préface à Propos d’un intoxiqué, Paris, Louis Michaud, 1911, p.14

92En outre, loin d’être myope au monde qui l’entoure, tels ces regards de voyageurs pressés, ces « coloniaux des derniers bateaux » comme les épingle Jean Ajalbert 66, le regard que Jules Boissière a eu de l’Indochine s’est éveillé assez vite au pays et aux gens.

93La production littéraire qui en découle, à la fois en occitan et en français, gagne aujourd’hui à être analysée et ré-envisagée sous l’angle d’une trajectoire où les deux côtés de l’écriture de Jules Boissière puissent enfin se rejoindre, comme il convient chez tout grand écrivain.

Haut de page

Bibliographie

Œuvres littéraires de Jules Boissière

Devant l’énigme, poésies (1879-1883), Paris, Alphonse Lemerre, 1883

Provensa ! poésies (1884-1885), Paris, Alphonse Lemerre, 1887

Fumeurs d’opium (comprenant Dans la forêt, La prise de Lang-Xi, Comédiens ambulants, Le blockhaus incendié, Les génies du mont Tan-Vien, Carnet d’un troupier, Une âme. Journal d’un fusillé), Kailash, Paris, 2005

Opium (textes choisis 1885-1895, comprenant Propos d’un intoxiqué), Magellan et Cie, Paris, 2007

Li Gabian (Les Goélands), recueil des poésies provençales de Jules Boissière traduites littéralement en français par Mme Boissière, Avignon, Joseph Roumanille, 1899

Peno De Gabian (Plumes De Goéland, extraits de Li Gabian), l’Astrado, Toulon, 1977

L’Indo-Chine avec les français, Paris, Louis Michaud, 1913

Travaux universitaires et articles relatifs à Jules Boissière 

Manh Tuong, Nguyen, 1932, L’Annam dans la littérature française-Jules Boissière. Thèse complémentaire pour le doctorat en lettres (228 p.), 1 vol., Université de Montpellier, faculté des lettres.

Leblanc, Patrick, 2012, « Jules Boissière (1863-1897). Le Malentendu », in Semeurs de signes, passeurs de sens… Des Poètes en Languedoc, Béziers, Arcadia, p. 11-23.

Casanova, Jean-Yves, 2014, Estrangié pèr li viéu, estrangié pèr li mort : « entre deux » du temps et de l’espace dans la poésie de Jules Boissière », Amb un fil d’amistat. Mélanges offerts à Philippe Gardy, Toulouse, Centre d’Étude de la Littérature Occitane, p. 267-296.

Casanova, Jean-Yves, 2015, préface à Dans la forêt in La Revue Littéraire n°57, avril-mai 2015.

Casanova, Jean-Yves, 2016, « Fumeurs et forêt profonde : L’Indochine de Jules Boissière », in Littératures n°75, Presses Universitaires du Midi, p.187-209.

Malleret Louis, 1934, L’Exotisme indochinois dans la littérature française depuis 1860, Paris, Larose, Réédition L’Harmattan, 2014.

Haut de page

Notes

1 Albert Maybon, « Jules Boissière », Revue Indochinoise, 2ème semestre 1910

2 Devant l’énigme, poésies (1879-1883), Paris, Alphonse Lemerre, 1883.

3 Provensa ! poésies (1884-1885), Paris, Alphonse Lemerre, 1887.

4 Voir en particulier sur ce point la lettre de Frédéric Mistral à Jules Boissière du 14 septembre 1885, citée par Jules Charles-Roux, Des Troubadours à Mistral, François Seguin, Avignon, 1917 p.81-82

5 En particulier La Justice, journal de Clemenceau et Pelletan ; Le Petit Méridional, quotidien de l’Hérault proche des milieux maçonniques et du Grand Orient de France…

6 Recueillie et traduite, après sa mort, par Thérèse Boissière sous le titre Li Gabian (Les Goëlands) Avignon, Joseph Roumanille, 1899

7 Joseph Roumanille devait mourir le 24 mai suivant.

8 Farfantello (pseudonyme d’Henriette Dibon), Visage Felibren, Juli Boissière, Aix-en-Provence, Edicioun dou Porto-Aigo, 1935.

9 Farfantello, op.cit. p.35 (traduction littérale du provençal).

10 Parmi lesquels on peut citer Dans la forêt, La prise de Lang-Xi, Comédiens ambulants, Le blockhaus incendié, Les génies du mont Tan-Vien, Une âme. Journal d’un fusillé.

11 Outre la monographie déjà citée, il s’agit principalement de : Jean Dream, « Boissière », L’Avenir du Tonkin, 18 août 1897 ; Paul Mariéton, « Notice sur Jules Boissière », Revue Félibréenne, 1907 ; Albert Maybon, « Jules Boissière », Revue Indochinoise, 2e semestre 1910 ; René Crayssac, « Essai sur la vie et l’œuvre de Jules Boissière », Revue Indochinoise, juillet-août 1912- p.24-59 ; Félix Bertrand, Félix Gras et son œuvre (1844-1901), Li Gabian de Jules Boissière, Aix-en-Provence, Les Editions du « Feu », 1935

12 Nguyen Manh Tuong, L’Annam dans la littérature française-Jules Boissière. Thèse complémentaire pour le doctorat en lettres, 1 t., Université de Montpellier, faculté des lettres, 1932.

13 Fumeurs d’opium, comédiens ambulants et autres nouvelles, Kailash, Paris, 1993 et 2005 ; Dans la forêt et La prise de Lang-Xi dans Indochine, Un rêve d’Asie, Omnibus, 1995 – Réédition en 2000 ; Opium (textes choisis 1885-1895), Paris, Magellan et Cie, 2007.

14 Patrick Leblanc, « Jules Boissière (1863-1897). Le Malentendu », in Semeurs de signes, passeurs de sens… Des Poètes en Languedoc, Béziers, Arcadia, 2012, p. 11-23. L’auteur pose d’emblée les données du problème d’un Boissière dont la postérité a pâti à la fois d’être considéré comme un colonialiste et un opiomane.

Jean-Yves Casanova, « Estrangié pèr li viéu, estrangié pèr li mort : « entre deux » du temps et de l’espace dans la poésie de Jules Boissière », Amb un fil d’amistat. Mélanges offerts à Philippe Gardy, Toulouse, Centre -d’Étude de la Littérature Occitane, 2014, p. 267- 296. Préface à Dans la forêt in La Revue Littéraire n°57, avril-mai 2015. « Fumeurs et forêt profonde : L’Indochine de Jules Boissière » in Littératures n°75, Presses Universitaires du Midi, 2016, p.187-209.

15 Louis Malleret, L’Exotisme indochinois dans la littérature française depuis 1860, Paris, Larose, 1934-Réédition L’Harmattan, 2014.

16 Jules Boissière, Li Gabian p.14

17 Ibid. p.100

18 « Mais à courir les chemins, je me suis épris de la Terre, et surtout de notre terre à nous, l’antique Provensa dont le nom, jeté de l’Océan aux Alpes, rallia nos aïeux contre Montfort», op.cit. , lettre-préface p.7

19 Sur la rade, Ibid. p.47.

20 Li Gabian p.59. Cette nostalgie de la Provence est également significative dans les lettres adressées à Mistral en date du 7 mai et du 8 septembre 1886 et conservées au musée bibliothèque Mistral de Maillane (série 31/44 à 31/80).

21 Ibid. p.5

22 « Le Félibre raconte comment il arriva que son corps et son âme, las d’avoir cherché en vain l’Amour et la Muse, s’en retournèrent au village natal, où ils se reposent de la Vie et des Songes » ; « Le Félibre raconte ce qu’il a vu aux enfers dans la forêt ensorceleuse » et « Mer et Sirène » sont tous inclus dans Li Gabian.

23 Dans la forêt dans Fumeurs d’opium, Kailash, Paris, 2005, p.9 

24 Jean-Yves Casanova, op.cit. p.12

25 Li Gabian, p.117

26 Jean-Yves Casanova, op.cit. p.12

27 Jules Boissière, Carnet d’un Troupier dans Fumeurs d’Opium, Editions Kailash, 2005, p.145-146

28 Jules Boissière, Li Gabian, p.115

29 Jules Boissière, Carnet d’un Troupier, op.cit. p.148

30 Jules Boissière, Ibid. p. 149-150

31 Jules Boissière, Li Gabian, p.141

32 Jules Boissière, Les Génies du Mont Tân-Vien, dans Fumeurs d’Opium p.122-123

33 «  les proses françaises sont le plus souvent passées sous silence, et la lecture de ces dernières productions demeure gauchie par un néo-exotisme bon teint. Il faudrait à ce titre les réévaluer et procéder à d’autres lectures » in Jean Yves Casanova, op.cit. p.5

34 Mais l’analyse devrait être poursuivie au regard des extraits de chapitres et aux notes du roman inachevé Terre de fièvre qui sont parvenus jusqu’à nous grâce à l’édition de Propos d’un intoxiqué, Paris, Louis Michaud, 1911(incluant Le Bonze Khou-Su, Terre de fièvre, Cahier de route)

35 Jules Boissière, L’Indochine avec les français, p. 260

36 Jules Boissière, Ibid., p .262

37 Jules Boissière, Ibid., p.269-270

38 Jules Boissière, Une âme. Journal d’un fusillé dans Fumeurs d’opium Paris, Flammarion, 1896 Kailash, 2005

39 Un ensemble important de manuscrits de Jules Boissière, déposé à la Médiathèque Ceccano d’Avignon (Microfiche 239, ms 6052), est en cours d’analyse. On y trouve, entre autres documents, des notes, des correspondances et un journal intime, essentiels pour mieux saisir la vision de l’Indochine chez notre auteur.

40 Jules Boissière, L’Indochine avec les Français, Paris, Louis Michaud, 1913, p. 101-106

41 Op.cit. en particulier p. 87-125

42 Nguyen Manh Tuong, op.cit., en particulier dans les chapitres II et III : le roman de la conquête (p. 109 à 161) et la vision d’un pays (p. 161 à 224)

43 Jules Boissière, Dans la forêt dans Fumeurs d’opium p. 12

44 Jules Boissière, Les Génies du Mont Tân-Vien dans Fumeurs d’opium p. 111

45 Jules Boissière, Ibid. p. 140

46 Jules Boissière, Dans la forêt, op.cit. p. 13

47 Jules Boissière, Une âme. Journal d’un fusillé, op. cit. p. 209

48 Jules Boissière, Comédiens Ambulants, op. cit. p. 36

49 Jules Boissière, Carnet d’un troupier, op.cit. p. 153

50 Nguyen Manh Tuong, op.cit. chap. III : la vision d’un pays

51 Ibid.

52 Jules Boissière, Ibid. p. 149

53 Jules Boissière, Le Blockhaus incendié dans Fumeurs d’Opium p.104

54 « Je songeais uniquement, en gamin, à la joie des beaux rêves aventuriers enfin réalisables, aux escarmouches de guérilleros contre les bandes rivales, – un assouvissement de large vie héroïque dans la montagne, au soleil des tropiques » dans Une âme, Journal d’un fusillé, ibid. p.175.

55 Louis Malleret, op.cit., t II, en particulier chap. II p.17-43.

56 Jules Boissière, La Prise de Lang-Xi, ibid. p. 32 et p. 34

57 Jules Boissière, Le Blockhaus incendié, ibid. p. 100 et p. 110

58 En particulier, l’ouvrage d’Antony Landes, Contes et Légendes Annamites, Saïgon, imprimerie coloniale, 1886 dans lequel figure un texte intitulé Le Génie de la montagne Tân-Vien

59 Jules Boissière, Dans la forêt, ibid. p. 20

60 Jules Boissière, Les Génies du Mont Tân-Vien. p. 139

61 Jules Boissière, Ibid. p. 113

62 Jules Boissière, Ibid. p.121

63 Jules Boissière, Ibid. p.120

64 Jules Boissière, Ibid. p.127

65 « Pour le provençal Boissière, il y eut moins en Indochine une palpitation étrange, nouvelle, qu’une plus grande amplitude, qu’une plus forte intensité du frémissement habituel à son âme. Il s’y est exalté, en demeurant lui-même » dans Albert Maybon op.cit.p.2

66 Jean Ajalbert, préface à Propos d’un intoxiqué, Paris, Louis Michaud, 1911, p.14

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Casini, « Un écrivain « entre deux rives » : le cas Jules Boissière », Lengas [En ligne], 84 | 2018, mis en ligne le 15 juillet 2018, consulté le 19 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/lengas/1730  ; DOI : 10.4000/lengas.1730

Haut de page

Auteur

Hervé Casini

Aix Marseille Univ, CIELAM, Aix-en-Provence, France

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals