Navigation – Plan du site

Castil-Blaze troubadour

Castil-Blaze trobador
Séverine Féron

Résumés

François-Henri-Joseph Blaze dit Castil-Blaze (1784-1857) est un auteur et compositeur particulièrement actif dans la vie musicale française. Originaire du Comtat-Venaissin, son bilinguisme est fondateur de son regard à la fois distancié et critique porté sur les pratiques musicales de son temps. Précurseur du Félibrige, il n’aura de cesse de revendiquer sa singularité culturelle en écrivant, collectant et publiant du répertoire provençal tant poétique que musical. Si la production et la carrière parisiennes de Castil-Blaze sont relativement connues, son corpus et son enracinement provençaux ont été très peu abordés. Il s’agira donc de dégager ici les premiers contours de l’œuvre et de la biographie provençales de Castil-Blaze.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Berlioz, Hector, 1969, Mémoires, chronologie et introduction par Pierre Citron, Paris, Garnier-Flam (...)
  • 2 Berlioz Hector, 1968, Les Soirées de l’orchestre, texte établi, avec introduction, notes et choix d (...)
  • 3 Sur cette épineuse question voir Everist Mark,2017 « Castil-Blaze et la réception de Weber, 1824-18 (...)

1Castil-Blaze est une personnalité incontournable du monde musical français de la première moitié du XIXe siècle. Pourtant, à ce jour, aucune monographie ne lui a été consacrée. La raison principale de ce « désaveu » vient en partie des propos féroces que Berlioz a tenus à son encontre dans ses Mémoires1 et dans les Soirées de l’orchestre2, et qui ont pesé sur l’appréciation de son œuvre3.

  • 4 Un premier recensement complet des chroniques de Castil-Blaze a été effectué par Féron (S) : « Cast (...)
  • 5 À noter qu’un ouvrage manuscrit sur le piano n’a toujours pas été édité. Concernant l’œuvre musicog (...)
  • 6 « Pastiche » est à comprendre ici comme une œuvre lyrique composée de plusieurs morceaux issus d’œu (...)
  • 7 Voir Féron (S), 2017, « La circulation du théâtre lyrique étranger en France sous l'égide de Castil (...)
  • 8 Sur le rôle de Berlioz qui jugea avec virulence l’opéra Pigeon-vole de Castil-Blaze, voir Feron (S)(...)
  • 9 Molière musicien, notes sur les œuvres de cet illustre maître et sur les drames de Corneille, Racin (...)

2Castil-Blaze fut pourtant un homme reconnu et apprécié de son temps qui nous laisse une production abondante et diversifiée : il est en effet l’auteur de plus de huit-cents chroniques musicales – production analogue à celle de Berlioz4, à laquelle s’ajoutent une douzaine d’ouvrages qui composent son œuvre historique, didactique et théorique5. Ses opéras traduits en français d’après Cimarosa, Mozart, Rossini, Weber, Donizetti et Beethoven et adaptés pour les scènes lyriques françaises, ainsi que ses sept pastiches6, bien que parfois controversés, connurent en outre un succès médiatique populaire sur le territoire français tout au long du dix-neuvième siècle7. Ajoutons à son catalogue une quantité non négligeable d’arrangements, une activité éditoriale zélée ainsi que de nombreuses contributions en tant que compositeur, fort peu connues et parfois mal jugées8. S’ajoute enfin l’œuvre provençale de Castil-Blaze, la seule à trouver crédit à ses yeux : « Je n’attache de prix qu’à mes œuvres provençales » écrira-t-il en 1852 dans l’un de ses ouvrages les plus personnels ; « c’est le seul bagage poétique et musical que je lègue à la postérité. Léger, mais ficelé par une main de maître, ce colis arrivera plus facilement à son adresse9 ».

  • 10 Le Comtat Venaissin et Avignon furent rattachés à la France le 14 septembre 1791, et le département (...)

3Originaire du Comtat Venaissin10 et parlant le provençal, sa diglossie est fondatrice de sa démarche artistique et du regard qu’il porte sur la société française :

  • 11 Molière musicien, op. cit., p. 484.

Né soldat du pape, à Cavaillon, dans le comtat Vénaissin, je suis encore moins Français que ceux de Marseille. Zélé conservateur de la langue mélodieusement poétique et musicale des troubadours, je ne parle, ne rime, ne chante, n’écris le français que dans les cas d’absolue nécessité. […] Vous croyez peut-être que je n’ai pas une grande vénération pour le français : sans donner un témoignage bien précis de l’affection que je lui porte, je vois avec un chagrin réel que les écrivains de nos jours s’efforcent de l’enlaidir. Il me semble qu’il pourrait se passer d’une telle sollicitude11.

  • 12 L’Écho d’Avignon, ou Chants des troubadours de Vaucluse recueillis et mis au jour par Castil-Blaze, (...)
  • 13 Belzebuth, ou les Jeux du roi René représenté sur le théâtre de Montpellier le 15 avril 1841, Paris (...)
  • 14 Paris, Castil-Blaze, 1845.
  • 15 In : Un Liame de rasin, countenènt lis obro de Castil-Blaze, Adoùfe Dumas, Jan Reboul, Glaup e Tous (...)

4Sa vie durant, il n’a de cesse de revendiquer sa singularité culturelle et linguistique, écrivant des poèmes dans sa langue maternelle, collectant et arrangeant des chants populaires tels L’Écho d’Avignon, ou Chants des troubadours de Vaucluse12, Belzébuth, ou les Jeux du roi René, mélodrame (1841)13, Douze Chants populaires de la Provence pour chant et piano (1845)14, vingt-sept pièces en vers sous le titre général Réveille-matin des Magnarelles, Vendangeuses et Oliveuses (1865)15.

5Si la production et la carrière parisiennes de Castil-Blaze sont relativement connues, son corpus et son enracinement provençaux ont été très peu abordés. Il s’agira donc de dégager ici les premiers contours de l’œuvre et de la biographie provençales de Castil-Blaze.

L’Enracinement provençal

Retour sur le parcours de Castil-Blaze

  • 16 Blaze, Sébastien, 1828, Mémoire d’un apothicaire sur la guerre d’Espagne, pendant les années 1808 à (...)
  • 17 Pailleron, Marie-Louise, 1920, François Buloz et ses amis. La Revue des deux mondes et la Comédie F (...)
  • 18 Id., note p. 41.

6Castil-Blaze est né peu avant la Révolution française dans une province indépendante de l’État français et dans une famille de notables cultivés profondément attachée à ce territoire depuis le XVIe siècle et dont l’origine remonterait à un certain Caïus Blazio, général romain qui aurait fondé le château de Castil-Blazo en Espagne16. D’après Marie-Louise Pailleron, arrière-petite-fille de Castil-Blaze, certains membres de la famille avaient naguère servi les papes d’Avignon17, et un certain Fernand Blaze « gagna la bataille de Macerata qui valut à Grégoire XI d’être réintégré à Rome18 ».

7Le père de Castil-Blaze, Henri-Sébastien Blaze (1763-1833), notaire de profession, joua un rôle décisif dans l’éducation musicale de son fils. Lui-même musicien, élève à Paris de l’organiste Nicolas Séjan (1745-1819), ami des compositeurs André Grétry (1841-1813) et Étienne-Nicolas Méhul (1763-1817), admis dans le cercle de Joséphine de Beauharnais à qui il dédia des pièces musicales, il laisse des compositions estimées dont des opéras et de la musique religieuse. Il est décrit comme un homme d’esprit, plaisant et rieur, indépendant et fantaisiste, traits de personnalité qu’il transmettra à son fils. Bien introduit dans les milieux musicaux officiels, il deviendra par ailleurs correspondant de l’Institut en 1800.

  • 19 Op. cit.
  • 20 La théreuticographie est l’ensemble des sciences et techniques qui procèdent de la chasse. Elzéar B (...)

8De son union avec Catherine Thérèse Brun, il aura six enfants dont Marie-Véran Sébastien Blaze (1785-1844), pharmacien militaire, auteur des Mémoires d’un apothicaire sur la guerre d’Espagne, ouvrage rédigé en partie avec Castil-Blaze et édité en 182819, qui s’installera définitivement à Apt comme pharmacien. Le second, Elzéar (1786-1848), est militaire de l’Empire : il fait les campagnes d’Allemagne, de Pologne et obtient le grade de capitaine en 1814. Il quitte l’armée en 1819 et deviendra l’un des théreuticographes les plus distingués de son temps20. Le troisième frère, Henri, héritant de la charge notariale, vivra à Cavaillon jusqu’à sa mort en 1872.

  • 21 On est notaire de père en fils dans la famille Blaze. Cependant « M. Blaze ne peut pas avoir suivi (...)

9Cette lourde charge familiale détourna probablement Henri-Sébastien de son rêve initial qui était de devenir compositeur. Aussi, avant qu’il ne s’installe comme notaire à Avignon à partir de 1805, et alors qu’il est à Paris pour ses affaires, il fait venir son fils aîné auprès de lui. Bien qu’il ait en tête d’en faire un homme de droit21, il ne semble pourtant pas entraver les dons artistiques du jeune François qui s’inscrit un temps chez un peintre d’origine aptésienne Joseph Ducreux (1735-1802) lié avec la famille de madame Blaze avant que d’opter finalement pour des études de musique au Conservatoire après une rencontre décisive avec le compositeur Étienne-Nicolas Méhul.

  • 22 « Malgré les démarches de la famille, de Boursault même, ami du père de Castil-Blaze, celui-ci ne p (...)

10Le jeune homme y suit tout d’abord des cours de solfège et de hautbois entre 1800 et 1804 pour ensuite y parfaire sa formation – lors d’un second voyage en 1810 – auprès de François-Louis Perne (1772-1832) en classe d’harmonie. Il est également bassoniste, excellent pianiste et doté de plus d’une belle voix de ténor. Entre temps, il semble que son père a œuvré en vain pour lui trouver une place à Paris comme avocat22.

  • 23 Soullier, Charles, 1875, « Castil-Blaze », La Chronique Musicale, Revue bi-mensuelle de l’Art ancie (...)
  • 24 Notes manuscrites de Roger Caillet, Bibliothèque-Musée Inguimbertine, f. 38. Je remercie chaleureus (...)

11En 1804, François est donc de retour en Avignon où il semble avoir exercé divers métiers comme clerc de notaire dans l’étude de son père23, et, entre 1811 et 1815, comme chef de bureau à la sous-préfecture d’Avignon puis comme sous-préfet intérimaire à Carpentras24, tout en poursuivant avec zèle son activité de musicien.

12Il se marie le 14 novembre 1812 avec Marie-Anne-Félise-Emphrosine Bury, d’origine irlandaise, avec laquelle il aura trois enfants : Ange-Henri (qui deviendra en 1833 rédacteur à la Revue des deux-mondes), Christine (qui épousera François Buloz, rédacteur en chef de la Revue des deux mondes), et Rosalie (future femme de Jean-Georges Combe domicilié à Pavoyère, dans le Vaucluse, près de Mormoiron). Ce lieu est par ailleurs important pour Castil-Blaze qui s’y ressourçait en y effectuant des séjours plus ou moins longs. Il s’y réfère en effet souvent dans ses écrits, et y décrit avec tendresse les chasses et longues promenades qu’il entreprenait dans la campagne environnante. Il semble y avoir mené une vie sociale et amicale importante, et y invitait ses amis au cours de dîners fameux !

13En 1813, il prend le surnom de Castil-Blaze puis, entre 1815 et 1818, on le trouve occupé à la fonction d’Inspecteur de la Bibliothèque et de la Librairie, ce qui lui permet d’approfondir sa connaissance des métiers du livre, de la gravure et de l’édition, et l’encourage à fonder plusieurs maisons d’édition (en province et à Paris), seul ou en association (Chaillot Avignon, 1815), avec lesquelles il édite une grande partie de son œuvre littéraire et musicale mais également celle des autres (le Gluck des Concerts, le Sacchini des Concerts, etc.).

  • 25 Les articles de la loi du 13 janvier 1791 permettent à tout citoyen d’« élever un théâtre public en (...)
  • 26 Voir en particulier ses trente-six feuilletons écrits entre 1848 et 1849 pour le quotidien républic (...)

14De manière plus générale, il incarne cette génération de bourgeois libéraux doués pour le commerce, adeptes de la liberté de circulation des œuvres et des marchandises qui puise son idéal dans les années 1789-1791, époque qu’il juge bénie parce qu’elle a libéré les théâtres en abolissant les privilèges25. Animé par un idéal réformateur, il ne cesse de plaider pour la décentralisation et la gestion municipale des théâtres qu’il souhaite dégagés tout autant de l’emprise du pouvoir centralisé, de sa politique de subventions que de ses dérives gestionnaires26.

  • 27 « Essai sur le drame lyrique et les vers lyriques » in De l’opéra en France, op. cit., 2de édition, (...)
  • 28 L’Art des vers lyriques, op. cit., 1857.

15Alors que ses premières compositions personnelles remontent à 1798, il choisit cependant de faire fortune et de gagner la célébrité en optant pour la carrière de traducteur et d’adaptateur d’opéras, métier très difficile qui nécessite d’être autant musicien que poète. Il prône d’ailleurs l’usage d’une traduction en vers rimés, qui est la seule à respecter, selon lui, le rythme de la musique, et qu’il théorise en 182627 puis en 185728. C’est alors que débute sa fulgurante carrière d’adaptateur-traducteur d’opéras : dès 1817, Alexis Singier représente à Nîmes le Mariage secret de Cimarosa, donne l’année suivante les Noces de Figaro de Mozart, puis le Barbier de Séville de Rossini à Lyon en 1818.

  • 29 « Je fonde la critique musicale en France » écrira-t-il dans son Académie impériale de musique (Par (...)

16Fort de ces coups d’essai, le jeune Blaze décide de quitter le sud de la France et se rend à Paris. Suite à l’édition de son premier ouvrage De l’opéra en France, il obtient une place au prestigieux Journal des débats, alors second quotidien de France, où il fonde la critique musicale en France en créant le premier « feuilleton musical » écrit par un professionnel de la musique, le 7 décembre 182029.

17Sa carrière de journaliste est lancée. Pendant douze ans, il livre quelques trois-cent quarante-quatre feuilletons pour les frères Bertin des Débats tout en se tournant vers d’autres périodiques – plus d’une quinzaine au total – comme le Constitutionnel (1832-1834) , la Gazette de Paris (1838), la Revue de Paris (1829-1845), la France musicale (1838-1855), le Ménestrel (1833-1834), le Magasin pittoresque (1835-1839), la Galerie des artistes dramatiques (à partir de 1840), la Gazette musicale, la Revue musicale, la Revue française, l’Art musical, le Globe, le Musée des familles, etc. Parallèlement, il poursuit avec un succès qui ne faiblit point sa carrière d’arrangeur, traducteur, adaptateur, tout en se dévouant avec tendresse à l’éducation de ses trois enfants (il est veuf depuis 1828).

  • 30 « Castil-Blaze. A la mémoire d’un brave ome » (octobre 1858), Un liame de Rasin, op. cit., Avignon, (...)

18En 1838, suite à un grave problème de santé, il se replie momentanément chez sa fille Rosalie à Pavoyère (1840-1842). Adolphe Dumas fait référence à cet épisode dans l’un de ses poèmes : « Parti misérable, Castil-Blaze revient riche. On le recherche. Bon comme le pain. Trois ans de maladie. Son fils, sa fille, bien mariés30 ». C’est au cours de ce séjour qu’il écrit et fait jouer son opéra provençal à Montpellier en 1841 : Belzébuth ou les Jeux du roi René.

  • 31 Elle comprend plusieurs volumes dont Théâtres lyriques de Paris. L’Académie impériale de musique : (...)

19Les années 1845-1857 sont occupées pour partie à la rédaction de ses ouvrages tels Molière-Musicien (1852) et son Histoire des théâtres lyriques de Paris31, et ce, alors qu’il continue à écrire dans la France musicale de manière très régulière. Il compose également quantité d’arrangements pour les mouvements orphéoniques, dont une Messe d’après la Dona del lago de Rossini pour l’Orphéon religieux à Grand Chœur de Mormoiron :

  • 32 Lettre manuscrite de Castil-Blaze à Charles Soullier (1797-1878), Paris, 20 juin 1856, ms 1000 (5), (...)

Vous leur direz que cette messe est chantée à Mormoiron par quatre-vingt six cultivateurs, tailleurs, couturières, sarcleuses de garance (huit seulement savent lire) etc. parmi lesquels se mêlent quelques dames, damoiselles, etc. Et que cette même société chorale exécute la messe de Rossini pour elle écrite ou du moins arrangée, et que dans les jours de grande exécution, on accourt de dix lieues pour venir l’entendre32.

L’entourage amical de Castil-Blaze dans le sud de la France 

  • 33 Médecin, naturaliste, numismate.
  • 34 Ce peintre, né à Agde, décédé à Avignon, est notamment l’auteur d’une Fontaine de Vaucluse et de la (...)
  • 35 Marcel (A), op. cit. p. 236.

20Si Castil-Blaze fréquente à Paris les poètes et musiciens romantiques, le milieu des théâtres et de la presse, il a gardé de nombreux amis en Provence qu’il retrouve régulièrement lors de ses séjours. L’on y croise le poète Auguste Boudin (1805-1872) qui évoque son souvenir dans un poème intitulé Lou soupa dé Saboly (1848) ; le philosophe Charles Renouvier (1815-1903) dont les idées socialistes ont certainement séduit Castil-Blaze ; Esprit Requien (1788-1851)33 que Castil-Blaze a rencontré par l’entremise de Guillaume Reynes (1795-1868)34, professeur de dessin et de peinture à Avignon et qui fréquente lui aussi sa célèbre table de la rue des lices à laquelle se joignent de nombreuses personnalités comme Prosper Mérimée (1803-1870), Horace Vernet (1781-1863), Franz Liszt (1811-1886), Paul Huet (1803-1869) ou Charles-Émile Callande de Champmartin (1797-1883), etc.35

21Paul Huet décrit ainsi notre homme :

  • 36 Lettre à Charles Soullier, 19 septembre 1841 in Marcel (A) « l’œuvre de Paul Huet au Musée d’Avigno (...)

Nous avons fait un dîner où se trouvait avec lui Castil-Blaze, type aussi très spirituel et très amusant, espèce de Rabelais manqué, possédant toutes les charges du jour et en inventant de meilleures, moitié provençales, moitié françaises, qui par cela même sont plus piquantes encore36.

  • 37 Provence artistique et pittoresque (La), « Castil-Blaze », 19 août 1883, n°116, A3, p. 259.

22Parmi les intimes de Castil-Blaze, il faut également évoquer Jean-Joseph Bonaventure Laurens (1801-1890), aquarelliste né à Carpentras, musicien, érudit-voyageur, qui se liera d’amitiés avec Schumann et Mendelssohn. Dans sa série d’articles pour La Provence artistique et pittoresque (1883), Bonaventure Laurens rapporte combien son ami aimait son « pays » au point d’adopter « les allures, le langage, les manières sans façon, même le costume cavaillonnais, le tout assaisonné du bon sel gaulois coupé de ses chers provençalismes. Vaste chapeau gris de feutre mou, chemise de grosse-toile à large col retombant, veste courte de fort drap, souliers ferrés à semelle épaisse : ce costume tout Paris le connaissait37 ».

Illustration n°1 « Castil-Blaze a soixante ans », d’après une photographie d’Aug. Bertsch (source Gallica). La Provence artistique et pittoresque, dimanche 14 octobre 1883, 3e année, n°121, p. 1.

Illustration n°1 « Castil-Blaze a soixante ans », d’après une photographie d’Aug. Bertsch (source Gallica). La Provence artistique et pittoresque, dimanche 14 octobre 1883, 3e année, n°121, p. 1.
  • 38 Imprimerie Feissat aîné et Demonchy, 1840.
  • 39 Voir Martel, Philippe, 2001, « le petit monde de l’édition en langue d’oc au temps des Félibres (se (...)
  • 40 Aucune information n’a pu être trouvée sur ce personnage.

23À Marseille – où il se rend fréquemment – Castil-Blaze a sympathisé avec Gustave Benedit (1802-1870), auteur de Chichois oou counservatoiro, Lettro à Moussu G. B38. Issu d’une famille modeste, ce dernier a étudié la musique à l’école de musique de Marseille et au Conservatoire de Paris avant d’enseigner à son tour le chant et la déclamation au Conservatoire de Marseille tout en tenant, pendant quarante ans, la critique musicale dans le quotidien Le Sémaphore. À cette liste, ajoutons François Seguin (1812-1870), libraire éditeur à Avignon39, ou encore Osias Pin40.

  • 41 « Historique de l’Académie de Vaucluse (suite) » par Limasset (M.-A) in Mémoires de l’Académie du V (...)

24L’on sait également que Castil-Blaze fut membre associé de L’Athénée, une société protectrice des sciences et des arts (sous la présidence du préfet) active de 1802 à 1805, et qui deviendra l’Académie du Vaucluse en 1815. Seront notamment membres de celle-ci : Esprit Requien ; le baron Louis Pertuis de Montfaucon (1790-1842), futur maire d’Avignon en 1830 et député de Vaucluse en 1840 et 1842 ; M. le Marquis Auguste de Cambis d’Orsan (1791-1860), futur député de Vaucluse en 1830 ; et, en 1838, le Comte avignonnais Armand de Ferrar de Montmartin (1811-1890). Comme membres associés y figurent, entre autres Prosper Mérimée (1803-1870) et l’auteur dramatique Étienne Vigée (1758-1820), frère de la peintre Louise-Élisabeth Vigée le Brun41.

  • 42 Recueil Lis Avignonnence, in Un Liame de Rasin, op. cit., p. 261.
  • 43 « Castil-Blaze. A la memori d’un brave ome » (1858) dans le recueil intitulé Mi Regrèt de Prouvença (...)

25Enfin, il faut mentionner le fait que notre auteur a été en contact avec Joseph Roumanille (1818-1891) et qu’il fréquentait à la fin de sa vie la librairie de celui-ci rue Saint-Agricol (fondée en 1855). Plusieurs félibres rendront d’ailleurs hommage à Castil-Blaze dont Toussaint Poussel (1795-1859) dans son poème intitulé « Adessias. A la memori de Castil-Blaze » (1858)42 et Adolphe Dumas (1805-1861)43. D’après les recherches de Roger Klotz, Alphonse Michel (1837-1893), né à Mormoiron, futur juge de paix à Marseille et à Lorgues, membre du Félibrige et auteur de chansons provençales, connaissait dans sa jeunesse Castil-Blaze qui l’avait initié à la poésie d’oc :

  • 44 Klotz, Roger, 1965, Recherches sur Castil-Blaze, Mémoire pour le Diplôme d’études supérieures sous (...)

« Composant uniquement des chansons, il devint le disciple de Castil-Blaze dont il a la finesse, le sourire, la bonhomie, tout en ayant moins de force dans la langue, moins d’originalité dans le tour, moins de pureté dans le style44. »

26Cet entourage, relativement hétéroclite, brasse donc des personnalités politiques, des membres de grandes familles aristocratiques bien implantées dans le Comtat, des artistes, des notables et des membres du Félibrige. Ajoutons également que Castil-Blaze entretenait une relation amicale avec le Prince Grimaldi de Monaco et que la correspondance qui nous en est parvenue est des plus savoureuses.

27Castil-Blaze avait le sens de l’amitié. Telle est sa devise :

  • 45 Molière musicien, op. cit., vol. 2, p. 112.

Je suis, ainsi que vous, membre de la musique,
Enfant de G ré sol ; et de plus je m’en pique.
J’aime les gens de l’art. Touchez là, touchez là.
L’air que vous entendez est fait en A mi la45.

Illustration n°2 (Source Gallica) : Blason de Castil-Blaze, La Provence artistique et pittoresque, dimanche 23 septembre 1883, 3e année, n°121, p. 300

Illustration n°2 (Source Gallica) : Blason de Castil-Blaze, La Provence artistique et pittoresque, dimanche 23 septembre 1883, 3e année, n°121, p. 300
  • 46 Dictionnaire historique, biographique et bibliographique du département de Vaucluse, ou, Recherches (...)
  • 47 Id.

28Un certain nombre de personnalités provençales a écrit sur Castil-Blaze. Sans viser à l’exhaustivité, il nous faut tout du moins signaler la notice du carpentrassien Casimir-François-Henri Barjavel46 écrite du vivant de Castil-Blaze dans son Dictionnaire historique, biographique, et bibliographique du département du Vaucluse, qui présente sa production provençale en termes louangeurs : « Admirateur passionné et conservateur ardent de notre patois, il a composé dans cette langue et mis en musique un grand nombre de chansons, de cantates, de cavatines, dignes de figurer au premier rang parmi les pièces de ce genre47 ».

  • 48 N°84, 3e année, 7 janvier 1883 ; n°116, A3, 19 août 1883 ; n°117, A3, 26 août 1883 ; n°118, A3, 2 s (...)

29Les onze articles déjà signalés, écrits par le montpelliérain Jean-Joseph-Bonaventure Laurens (1801-1890) et édités par La Provence artistique et pittoresque en 1883 retracent de manière complète le parcours de Castil-Blaze tout en y adjoignant des reproductions de gravures48 (Fig. 1 et fig. 2). 

  • 49 « Castil-Blaze », tome 9, juillet-août-septembre : I, p. 5-11 ; II, p. 11-17 ; III, p. 79-86 ; IV, (...)

30Charles Soullier (1797-1883), musicien et critique musical d’origine avignonnaise, l’un des plus proches amis de Castil-Blaze, le décrit comme un homme fantaisiste et nous en livre un portrait haut en couleurs, émaillé d’anecdotes, tout au long d’une série d’articles rédigés en 1875 pour La Chronique musicale, Revue bi-mensuelle de l’Art ancien et moderne49.

  • 50 Anfos-Martin, « Castil-Blaze », tirage à part d’un article des Tablettes d’Avignon et de Provence, (...)
  • 51 Id.
  • 52 Id., p. 1.

31L’article du Vauclusien Alphonse-Auguste Martin (dit Anfos Martin, 1868-1948) consacré à Castil-Blaze et édité par les Tablettes d’Avignon et de Provence en 1933 est l’un des rares à parler de son œuvre provençale et propose par ailleurs la traduction partielle de trois de ses poèmes50. Il faut rappeler qu’Anfos-Martin fut l’ami du violoniste Plantevin, lui-même ami intime et secrétaire de Castil-Blaze qu’il a notamment assisté pour mettre un terme à sa Messe de Rossini, sa dernière adaptation réalisée en 185651. Anfos-Martin – qui présente Castil-Blaze comme « un Cavaillonnais, un Comtadin et un Français52 » – fut responsable de l’inauguration du buste de Frédéric Viaud en 1894 à Cavaillon (décidée par les Félibres) sous lequel est gravée l’inscription suivante : « A Castil-Blaze (1784-1857) Li Cigalié li felibre de Paris e li gent de cavailloun ».

  • 53 Le Pays, Journal de l’Empire, lundi 21 décembre 1857, 9e année, n°355, « Feuilleton du Pays, Journa (...)
  • 54 Conservées à la Bibliothèque-Musée Inguimbertine.
  • 55 Op. cit.
  • 56 Klotz (R), op. cit.

32D’autres articles sont à signaler comme celui de Gregali, pseudonyme de Seguin, dans l’Écho du Luberon, journal de Cavaillon en 1880, ou l’hommage de Léon Gozlan du 21 décembre 1857 dans le Pays, Journal de l’Empire53. À noter également le rôle de Robert Caillet (1882-1957) qui fut Conservateur de la Bibliothèque-Musée Inguimbertine entre 1923 et 1948, et qui envisageait probablement une étude monographique sur Castil-Blaze comme en témoignent ses notes manuscrites préparatoires54. Marie-Louise Pailleron, descendante de Castil-Blaze, a écrit sur son aïeul mais ne cite pas toujours ses sources55. Ses contributions sont donc à lire avec prudence. Elle fera cependant don à la Bibliothèque-Musée Inguimbertine de Carpentras d’une partie importante des papiers et partitions ayant appartenu à Castil-Blaze. Enfin, la seule étude relativement récente sur Castil-Blaze qui aborde l’œuvre provençale est celle, déjà signalée, de Roger Klotz56.

33La Bibliothèque Ceccano à Avignon possède également de nombreux documents et partitions ayant appartenu à Castil-Blaze, dont certains pastiches et adaptations. Enfin, une collection privée nous a permis de prendre connaissance de précieuses lettres autographes et autres documents sur les familles Blaze et Combe, et en particulier sur Castil-Blaze.

L’œuvre provençale

L’œuvre littéraire

  • 57 Avignon, Roumanille, 1865.

34L’œuvre poétique de Castil-Blaze comprend vingt-sept poèmes en vers réunis sous le titre général de Réveille-matin des Magnarelles, Vendangeuses et Oliveuses. Ces textes ont été recueillis et publiés par Joseph Roumanille et Frédéric Mistral en 1865 dans un recueil collectif intitulé Un Liame de rasin contenant également des contributions de Jean Reboul (1796-1864), Adolphe Dumas (1805-1861), Glaup (pseud. De Paul Giéra, 1816-1861) et de Toussaint Poussel (1795-1859), autant d’auteurs de la même génération que Castil-Blaze57.

  • 58 Li Prouvençalo, poésies diverses, recueillies par Joseph Roumanille,…précédées d’une introduction p (...)

35Parmi ce corpus, trois poèmes seulement furent publiés du vivant de Castil-Blaze, une première fois en 1852, une seconde en 1856. Les deux poèmes publiés par Joseph Roumanille dans la revue qu’il vient de fonder, Li Prouvençalo, en 1852 sont : « Lou grand bal » écrit par Castil-Blaze à Paris en 1851, et « l’Home prouposa » qui date du 4 août de la même année58. Ce ne sont cependant pas les textes les plus récents de notre "troubadour" car les plus anciens remontent à l’année 1841. La préface – rédigée quant à elle par l’homme de lettres Saint-René Taillandier (1817-1879) – laisse entendre que « Lou grand Bal » inaugure un radical changement de style :

  • 59 Id., p. XXXIV. Il est question ici du poète marseillais Pierre Bellot.
  • 60 Li Prouvençalo, op. cit.

Plaçons auprès de lui59 M. Castil-Blaze, qui sourit, de son côté, non sans quelque surprise peut-être, à ce subit et généreux élan, à ces ambitions élevées de la Muse provençale. Cette langue, qu’il défendait avec les armes de la vieille raillerie gauloise, se recommandera désormais par des œuvres sérieuses, et une influence utile. M. Castil-Blaze songeait-il à ce réveil inattendu, lorsqu’il s’est mis à célébrer sur le mode grave (Lou grand Bal), le murmure de la vie universelle pendant une nuit de printemps, et l’ombre qui chante ses litanies ?60

36Il est vrai que « Lou Grand bal » est un extraordinaire poème qui témoigne d’une grande poésie sonore :

  • 61 « Qu’elles sont belles tes harmonies, - tranquille nuit du mois de mai ! – L’ombre chante ses litan (...)
  • 62 « Entendez flûter le courlis - dans les airs il redit son cantique – avant de se coiffer de nuit ».
  • 63 « Écoutez le moustique qui joue du violon : – son archet long et délicat – avance, recule, bourdonn (...)

Que soun bello tis armounio,
Tranquilo niue dóu mes de mai !
L’oumbro canto si litanio
Quand lou jour se taiso e s’envai61.
[…]
Entendès fluta lou courlu ;
Dins lis èr redis soun cantique
Avans de se couifa de niu…62
[…]
Ausès lou mouissau que vióulouno ;
Soun arquet delicat e long
Avanço, reculo, vounvouno,
Res pòu-ti fila miéus un son ? 63

37Un fabuleux bestiaire surgit ici de chaque vers : le « chant des ortolans de mai », les grillons qui soupirent, la caille qui chante, le vieux coq « bien digne d’éloge, - aux cochets donne la-mi-la ! », le rossignol qui « de sa voix – gracieuse et pure merveille, – jette les perles dans le bois » ; la nature devient « longue et vigoureuse symphonie – qui ne se note pas sur le papier ». Même « l’orgue des crapauds [et], des grenouilles », comme la Durance deviennent objets poétiques et sonores. Et l’humour aussi quand le poète écrit : « Holà ! je prenais pour des timbales – un mulet qui trotte sur le pont ».

  • 64 Roumanille, Avignon, Aubanel, 1856. p. 62-64. Dans ses derniers poèmes écrits à Mormoiron, Castil-B (...)

38Le troisième et dernier poème publié du vivant de Castil-Blaze est sa « Cansoun d’Ibrougno. - èr : Sans chagrin de l’avenir (de Robin-des-Bois»64 écrite le 26 novembre 1856. Afin de relayer la vitalité de la langue provençale, Roumanille qui vient de créer en 1854 son Armana prouvençau y publie le texte de Castil-Blaze qui adopte ici l’orthographe félibréenne. D’après Roger Klotz,

  • 65 Klotz (R), op. cit., p. 28-29.

la langue de Castil-Blaze est parfaitement pure et correcte ; c’est du Cavaillonnais, tel qu’on le parlait vers 1800 ; par son provençal rhodanien, comme par son art, Castil-Blaze est bien un précurseur du Félibrige. Par sa langue, il prépare le mouvement félibréen ; en effet, au début du XIXe siècle, le provençal était remis en honneur, mais sans idée directrice, sans association d’efforts, sans règle commune ? Chacun l’écrivait à sa manière : Fabre d’Olivet employait une langue savante, inspirée du grec et du latin ; d’autres employaient des termes populaires et une graphie phonétique ; Castil-Blaze procédait de deux manières : près du peuple, il a, dans sa langue, une saveur populaire, mais érudit, il ne peut ni ne veut tomber dans la trivialité, la banalité et le patois. Parlant provençal avec une pureté parfaite, il exigeait la même correction chez son interlocuteur ; il ne passait pas le moindre solécisme, le plus petit gallicisme ; tout mot d’origine française, provençalisé par un discoureur inhabile était souligné. Il a donc pu être cité dans l’Armana Provençau de 1854 parmi les partisans de la réforme orthographique, proposée par Mistral et Roumanille qui, décidés d’entraver la dégradation du provençal, recherchaient la richesse d’expression dans les milieux affranchis des influences extérieures65.

  • 66 Vingt-sept pièces en vers publiées sous le titre général : Réveille-matin des Magnarelles, Vendange (...)
  • 67 Collection particulière de Mme Ch. B. que je remercie chaleureusement.

39En 1865, neuf ans après la mort de Castil-Blaze, Roumanille et Mistral rassembleront les vers éparpillés de celui-ci et décideront de les publier dans le recueil collectif Un Liame de Rasin66. D’après une lettre inédite de Roumanille datée du 4 juin 1863 adressée à M. Combes67, le gendre de Castil-Blaze, et écrite en Avignon, nous apprenons les motivations qui l’ont conduit à publier la poésie de Castil-Blaze :

À Combes
Mon cher Monsieur,
Nous sommes en train de mettre à exécution un projet qui souriait beaucoup, depuis quelques temps, aux amis des lettres provençales : je veux parler de la publication en un volume, et à nos risques et périls, des œuvres éparses de ceux de nos fidèles provençaux qui sont morts sans avoir réuni et publié leurs poésies. Nous mettrons en première ligne parmi ces morts bien aimés votre beau-père Castil-Blaze, et c’est de lui que nous nous occupons le plus à cette heure. C’est vous dire, Mon cher Monsieur, que je vais cherchant, d’ici et de là, en véritable glaneur, les épis qui doivent former les plus intéressantes de nos gerbes poétiques. J’ai déjà recueilli bien des choses précieuses : d’abord tous les revihet publiés avec musique (à l’exception de quelques-uns seulement…) ensuite, bon nombre de poésies inédites, qui sont loin d’être dépourvues d’intérêt. Je veux n’avoir aucun regret de glaneur, je veux ramasser tout ce qui sera digne de l’être. Voilà pourquoi je m’adresse à vous, car vous pouvez avoir de précieux renseignements à nous donner, des manuscrits précieux à nous confier. Je veux attendre votre réponse avant d’aller plus avant… m’arrêter en chemin, au besoin, pour attendre de vous les communications que vous pourriez avoir à me faire. Soyez assez bon, mon cher Monsieur, pour chercher autour de vous…Il me semble que vous trouverez. Madame Combe est à même, plus que personne, de vous aider dans ces recherches. Sa piété filiale peut vous être en ceci d’un puissant secours, et nous osons espérer que vous n’y aurons plus recours en vain.
N’oublions pas ce qu’écrivait un jour notre cher défunt (Molière musicien, tome I.). C’est un testament littéraire très touchant. Nous sommes heureux, en publiant notre recueil, d’être fidèle, à la dernière volonté de notre illustre ami :
"Né soldat du pape, à Cavaillon, dans le Comtat Venaissin, je suis zélé conservateur de la langue mélodieusement poétique et musicale des troubadours : je ne parle, ne rime, ne chante, n’écris le français que dans le cas d’absolue nécessité. Je n’attache de prix qu’à mes œuvres provençales ; c’est le seul bagage poétique et musical que je lègue à la postérité. Léger mais ficelé par une main de maître, ce colis arrivera plus facilement à son adresse…"
Je finis, vous comprenez parfaitement ma requête. Besoin n’est d’ajouter, en finissant, que ce n’est plus ici une spéculation. Nous tirerons à petit nombre. L’exécution matérielle de cette publication ne laissera rien à désirer, et très probablement, nous n’en ferons pas les frais, et n’entrerons pas dans nos débours. Les petits bénéfices que nous fait réaliser chaque année l’armana prouvencau nous permettent de lever à la mémoire de nos morts ce pieux monument. Je suis persuadé que vous nous approuvez de tout notre esprit et de tout notre cœur.
Agréez vous et les vôtres, mon cher Monsieur Combes, nos plus cordiales salutations.
J. Roumanille
Avignon, 4 juin 186 [ ?]
PS. On m’a parlé d’une pièce inédite de Castil-Blaze sur la bénédiction d’une cloche, et d’une autre sur Sant Gènt. J’ai cherché partout et n’ai rien trouvé. Sauriez-vous quelque chose à ce sujet ?

40Ces vingt-sept poèmes de Castil-Blaze sont précédés d’une notice en langue provençale qui qualifie la force de son style :

  • 68 Op. cit, p. 7. « Castil-Blaze a été des premiers qui ont su, dans notre siècle, rendre à la langue (...)

Castil-Blaze es esta di proumié qu’an sachu, dins noste siècle, rendre à la lengo prouvençalo soun gàubi poupulàri, sa forço d’espessioun e soun franc naturau. Éro, dins touto la forço dóu terme, ço qu’apellon vuei un realisto.68.

41Les plus anciens poèmes du recueil datent de l’année 1841, alors que notre "troubadour" était en convalescence à Mormoiron chez sa fille et qu’il achevait son opéra provençal Belzébuth, ou les Jeux du roi René. Des textes plus récents furent écrits à Mormoiron ou à Paris en 1856. Une autre série fut composée autour des années 1851-1852, pendant la rédaction de son Molière musicien. Les dédicataires des poèmes sont, soit des femmes (Nourade Piagrèu, Mlle Elisa Fosse ou Mlle Louiso de Joucas), soit ses amis (tels Roumanille ou Benedit). « Lou Renaire » est pour sa part destiné à son frère Sébastien (Bastien).

Revihet Di Magnanairis Vendemiaris e Oulivairis :

1. Lou Renaire - Cansoun (emé musico) « a moun fraire Bastian »
2. L’Amo Danado - balado (emé musico) « A Nourado Pigarèu »
3.
La liouno dou Ventour (emé musico)
4. Liso – dialogue (emé musico) « A Madamisello Elisa Fosse », daté de « lou proumié de Mai 1841 »
5. Lou Vioulounaire (emé musico)
6. Lou vin de Tavèu – Roumanço (emé musico)
7. Li pipaire – moutet (emé musico) « A sis amigo li Soucieta filarmounico)
8. Cansoun d’Ibrougno – èr : Sans chagrin de l’avenir (de Robin des Bois ) « Mourmeiron, 26 de Nouvèmbre, 1856)
9. Revihet – 1841
10. Tasten-Lou
11. L’Amour tricoulour, Idilo en prouvençau e patoues parisen « A J. Roumanille » qui comprend une scène en dialogue entre Filoumeno, Beguin, Arthur et Liso – Paris « lou 10 de Febrié 1848 »
12. L’ome prepauso « A moun ami J. Roumanille », avoust 1851
13. Moun Espitau « A moun bèl ami Plantevin », Mourmeiron, 25 de juillet 1856
14. A L’Asard, Bautezar (emé musico)
15.
Lou Grand Bal « A moun ami F. Seguin », Paris, 10 d’Avoust 185
16. A Benedit - Responso à soun Epistro dóu 2 de Desèmbre 1852, Mourmeiron, 6 de Desèmbre 1852
17. Er d’Intrado de Figaro dins Lou Barbié de Sevilo, de Rossini
18. La Calounnio, èr dou Barbié de Sevilo, de Rossini
19. Madaleno, sceno de meinage plantado sus l’èr de Bartolo doù Barbié de Sevilo, de Rossini
20. Duo de traci amanti, de Cimarosa (emé musico)
21. La Campano de Saint-Laurèns « A Madamisello Louiso de Joucas », Mourmeiron, 21 de Mai 1854
22. Canoun (Emé musico)
23. Galejado Virgiliano
24. A Margarido
25. Lou Luberoun (emé musico)
26. Pastouralo pèr lou jour de Nouvé (emé musico)
27. Lou musician « A Benedit » Mourmeiron, lou de Desèmbre 1852

  • 69 klotz (R), op. cit., p. 26.
  • 70 Id., p. 27.

42« On relève […] sept poèmes lyriques, à la fois descriptifs et psychologiques où Castil-Blaze examine le comportement de ses contemporains, huit poèmes d’amour caractérisés par la sincérité des sentiments et la simplicité du langage, quatre chansons bachiques, des chants d’opéra […], un noël à la manière de Saboly69 ». Le corpus évoque l’amour, la nature, la musique, et situe l’action à Cavaillon, à l’Ermitage de Saint-Jacques dans le Ventoux ou le Luberon, à Avignon, la Nesque, la Sorgue, le Pontet, etc. Les poèmes chantent les menues joies du peuple provençal, les bals (et ses instruments de musique), le tabac, les vins locaux (Châteauneuf, Gigondas, Rasteau), ou encore la cuisine simple et rustique du terroir. Castil-Blaze y emploie selon Roger Klotz « une exagération poétique et plaisante purement verbale dans les prouesses que se vante d’accomplir le héros de L’Amo danado ». Il relève également « la jalousie passionnée de Nourado dans la Liouno dou Ventour , lorsqu’elle passe en revue ses rivales possibles 70». Sa langue est celle du peuple à travers ses énumérations affectives, son emploi de proverbes (parfois triviaux, vifs et pittoresques) et ses locutions populaires. On y trouve aussi des oppositions de mots, des images rurales, populaires et peu banales, ou des jeux de mots.

  • 71 « J’ai des dents, et je n’ai pas de pain ! ». Traduction Amfos-Martin, « Castil-Blaze, « op. cit., (...)

43« Lou Renaire » (« Le Grognon ») est un texte réaliste qui croque ainsi un mendiant : « Ai de dènt e n’ai gens de pan ! 71 » Quarante ans plus tard, alors qu’il s’est enrichi, il fait cet amer et ironique constat :

  • 72 « Aux portes je me plaignais – ainsi, il y a quarante ans ; - comme un jeune chien, je gémissais – (...)

I porto me lagnave
Ansin, i’a quaranto an ;
Coume un cadèu plourave
Pèr agué’n tros de pan…
Bèu tèms de ma jouinesso,
Gai coume Alleluia,
Quand mancave la messo
Pèr ana resquiha !
La soupo èro marrido
Me n’en trufave bèn !
Aro fau bono vido
E sus de plat d’argènt !
Moun àsti viro de becasso,
Un esturioun pènjo à moun cro ;
Lou Tavèu greso dins mi bro,
Pèr iéu vegèton li rabasso.
Eh ! bèn noun ! tout acò n’èi rèn :
Sarié bèn atrapa quau me creirié countènt !
Coume àutri-fes rene e me lagne ;
Nous manco toujour quaucarèn !
Vous dise que siéu bèn de plagne :
Ai de pan, e n’ai gens de dènt ! 72

44« L’Amo danado » (« L’âme damnée ») est un poème d’amour adressée à la belle Nourade (« A Nourado Pigarèu »), une femme du peuple : « T’ame, t’ame, t’ame, Nourado ! ». Pour gagner son cœur, le poète est prêt à tout : grimper au sommet du mont Ventoux en plein hiver, marcher à genoux jusqu’à Rome, arracher des étoiles aux cieux, défier la mort :

  • 73 « En hiver, à la belle étoile, - sans veste, la nuit, le jour, - faut-il prier vers la chapelle – q (...)

Dins l’ivèr, à la bello estello,
Sènso vèsto, la niue, lou jour,
Fau-ti prega vers la capello
Qu’es à la cimo dóu Ventour ?
[…]
Vau jusqu’à Roumo d’à-geinoun !
[…]
Dóu Ventour, divino piéucello,
Me lance en l’èr coume un aucèu :
La luno me fai courcoucello,
Derrabe d’estello dóu cèu.

Gens de lagno, gens d’escaufèstre
Me faran redouta moun sort :
Fariéu miejour, tan siéu moun mèstre,
Sus la biero, à coustat d’un mort !73

  • 74 Armana prouvençau p. 68-69.
  • 75 Revue mensuelle publiée à Avignon, Annado 2, n°39, janvier 1892, p. 1.
  • 76 « Les fondateurs du Félibrige et les premiers félibres », Paris, Delagrave, 1920, « Castil-Blaze », (...)
  • 77 P. 268-271.

45Après cette date, les Félibres republieront essentiellement deux textes : « Lou Renaire » en 1877 au sein de l’Armana Prouvençau74 et, en 1892, dans L’Aioli75. En 1920, L’Anthologie du Félibrige provençal (1850 à nos jours)76 rééditera ce poème ainsi que « Lou Grand Bal » en rendant hommage à cette production « très personnelle, […] supérieure à celle de la plupart des devanciers immédiats des félibres. Sa poésie est de rythme pur et se chante aisément. Sans évoquer l’idée du pastiche, elle retrouve souvent le style des plus agréables et des plus fraîches chansons populaires anciennes, avec le sens dramatique qu’elles possèdent souvent. Pittoresque, couleur, belle humeur, causticité, sensibilité, art de la composition, avec souvent l’air « de ne pas y toucher », si l’on peut dire, rien n’y manque de tout ce qui donne à la poésie de l’esprit, de la vigueur, du charme et parfois une pointe de mélancolie discrète77. »

L’œuvre musicale

  • 78 Op. cit.

46Mis à part Les douze mélodies provençales – publiées en 1845 par Castil-Blaze78 – l’œuvre musicale provençale de Castil-Blaze n’a pas été répertoriée ni même réunie dans une anthologie.

47Les douze mélodies provençales de Castil-Blaze comprennent des chants en provençal pour voix et piano et pour chœur d’hommes tout en proposant une double traduction (française et italienne). Certains poèmes sont communs au recueil de Mistral et Roumanille, Un Liame de Rasin. Parmi ces pièces, il nous faut distinguer des chants populaires authentiques arrangés par Castil-Blaze comme « La Semana», « Leis souyes a taloun » ou la berceuse « Son, son endourmitori » ; des compositions personnelles comme « L’Amo damnado » (ballade) et « Lou Renaire » (chanson) ; et des adaptations d’extraits d’opéras issus du Barbier de Séville de Rossini, du Don Giovanni de Mozart, de Cimarosa ou de Weber (la « Cansoun d’Ibrougno » est extraite de son adaptation du Freischütz de Weber sous le titre Robin des Bois donnée en 1824 à Paris). Il est notable de constater que « La liouno dou Ventour » sera réutilisée dans son pastiche Bernabo en 1856.

48Seuls des extraits du Barbier de Séville en provençal furent joués en concert à Marseille en 1845. Comme l’atteste la Gazette du midi :

  • 79 12 octobre 1845, p. 2. L’article fait probablement référence à l’air de Bartolo « A un dotor della (...)

On a beaucoup applaudi […] cette scène du Barbier de Séville traduite en provençal et dans laquelle le retour d’une expression malheureusement intraduisible a produit sur un auditoire tout marseillais une vive expression de gaité ; ce morceau a été chanté et répété à la demande de la salle entière79.

49Et, à propos de l’air de Figaro de l’acte I, n°4 du Barbier de Séville « Largo al factotum » :

  • 80 Le Sémaphore n° 5450, 8ème année, 12 octobre 1845, p. 1. Castil-Blaze l’intitule « Cavatina ».

Cet air a eu les honneurs du bis ; il faut vous dire que M. Gassier l’a chanté en provençal, tel qu’il a été traduit dans cet idiome plein d’accent et de couleur par M. Castil-Blaze. […] En traduisant ce morceau dans notre langue du midi, M. Castil-Blaze croyait ne faire qu’une plaisanterie sans conséquence ; mais le public a pris la chose au sérieux et il a applaudi comme s’il pressentait qu’il aurait sous peu à apprécier le mérite du célèbre traducteur de Rossini et de Weber dans un ouvrage plus capital80.

  • 81 Recueillis et mis au jour par Castil-Blaze, Éd. Castil-Blaze, et Pierre Chaillot, impr. 1815. Ce re (...)

50À côté de ce corpus édité en 1845, on trouve la trace d’autres pièces publiées ou non : berceuse provençale, sérénade provençale, canon à quatre voix, chanson du roi René, air languedocien, chanson du XIe siècle de Guis, noëls de Saboly, pastorale à quatre parties, motet à six voix pour la Fête-Dieu, etc. Il faut également ajouter L’Écho d’Avignon, ou chants des troubadours81, recueil de chants traditionnels arrangés par Castil-Blaze.

  • 82 Voir Féron (S), « Belzébuth, ou les Jeux du roi René (1841) de Castil-Blaze : contribution à une cu (...)

51Quant à Belzébuth, ou les Jeux du roi René, son opéra provençal, pour lequel il est l’auteur à la fois du livret et de la musique, précisons qu’il inclut une dimension folklorique inédite tant par son sujet (la Fête-Dieu d’Aix en Provence) que par l’inclusion de nombreux airs populaires provençaux (citons : l’air du guet, l’air des luttes, un révéyé, l’air des chivaou-frus, etc.82). De fait, premier à porter sur la scène la musique populaire, Castil-Blaze annonce de manière précoce l’Arlésienne de Bizet (1872).

  • 83 « Revue Dramatique », Revue de Paris (La), 1841, tome 30, p. 75 (F. Bonnaire).

Un de nos plus anciens collaborateurs, M. Castil-Blaze, dont la critique musicale tient une si grande place dans l’histoire des progrès de l’art en France, et auquel nous devons la traduction de tant de chefs-d’œuvre qui en ont hâté le développement, vient, par une modestie que sa haute science et ses essais déjà couronnés ne rendent que plus estimable, de faire représenter à Montpellier, une partition dont l’originalité et la verve excitent à cette heure l’admiration du public provençal. Le sujet, emprunté aux légendes du moyen-âge, et dans lequel l’auteur a su mêler les coutumes et les pompes bizarres d’une procession composée par le roi René, a, par son exactitude et l’intérêt des situations, tenu constamment les spectateurs en haleine, et contre balancé le succès d’une musique spirituelle, charmante, digne en tous points de l’heureuse plume du prosateur. Les journaux de Montpellier donnent des détails fort étendus sur la partition et les divers morceaux qu’elle renferme, ils expriment avec toute la chaleureuse vivacité méridionale la sympathie que leur inspirent la confiance et le talent de leur compatriote, M. Castil-Blaze, venant soumettre son premier ouvrage à leur jugement83.

52Nul doute qu’à travers cet opéra, Castil-Blaze manifestait son désir de participer à la création d’une culture contemporaine provençale tout en cherchant à faire sortir la province de la médiocrité culturelle qu’elle subissait en lui fournissant du répertoire authentique.

53L’œuvre provençale de Castil-Blaze nécessite assurément encore un gros travail de recensement, de collecte, de traduction et d’analyse. Un travail qui nous permettra de rendre enfin justice à la véritable stature de ce personnage si mal connu.

Anfos-Martin, 1933, « Castil-Blaze », tirage à part d’un article des Tablettes d’Avignon et de Provence, (n° spécial sur Cavaillon et sa foire-exposition, 4-11 septembre 1932), Avignon, résumé d’une conférence en provençal datée du 13 mars 1932, 36 pages.

L’armana prouvanço, Roumanille, Avignon, Aubanel, 1856.

L’Anthologie du Félibrige provençal (1850 à nos jours), « Les fondateurs du Félibrige et les premiers félibres », Paris, Delagrave, 1920, « Castil-Blaze », tome 1, p. 268-271.

Barjavel, Casimir-François-Henri, 1841, Dictionnaire historique, biographique et bibliographique du département de Vaucluse, ou, Recherches pour servir à l’histoire scientifique, littéraire et artistique, ainsi qu’à l’histoire religieuse, civile et militaire des villes et arrondissements d’Avignon, de Carpentras, d’Apt et d’Orange, Carpentras, Impr. De L. Devillario, vol. 1 (A-F), « Blaze (F.-H.-J.), p. 237-239 et « Blaze (F.-H.-J), vol. 2, p. 500.

Biré, E., 1904, Armand de Pontmartin, sa vie et ses œuvres 1811-1890, Paris, Garnier.

L’Aïoli, Revue mensuelle publiée à Avignon, Annado 2, n° 39, janvier 1892.

Le Pays, Journal de l’Empire, lundi 21 décembre 1857, 9e année, n° 355, « Feuilleton du Pays, Journal de l’Empire. – Revue dramatique », p. 1-2. Article nécrologique de Léon Gozlan consacré à Castil-Blaze.

huet, R.-P, 1911, Paul Huet (1803-1869), d’après ses notes, sa correspondance, ses contemporains, Paris, H. Laurens.

Klotz, Roger, 1965, Recherches sur Castil-Blaze, Mémoire pour le Diplôme d’études supérieures sous la direction de M. André Rousseau, Faculté des Lettres et sciences humaines d’Aix-en-Provence.

Li Prouvençalo, poésies diverses, recueillies par Joseph Roumanille, précédées d’une introduction par M. Saint-René Taillandier, Avignon, Seguin Aîné, 1852.

Pontmartin de, A., 1872-1881, Nouveaux Samedis, Paris, Calman Lévy, vol. 1 à 20.

Provence artistique et pittoresque (La), n° 84, A3, 7 janvier 1883 ; n° 116, A3, 19 août 1883 ; n° 117, A3, 26 août 1883 ; n° 118, A3, 2 septembre 1883 ; n° 119, A3, 9 septembre 1883 ; n° 121, A3, 23 septembre 1883 ; n° 122, A3, 30 septembre 1883 ; n° 123, A3, 7 octobre 1883 ; n° 124, A3, 14 octobre 1883 ; n° 126, A3, 28 octobre 1883 ; n° 130, A3, 25 novembre 1883 : série d’articles consacrés à « Castil-Blaze » (Signé J.)

Soullier, Charles, 1875, « Castil-Blaze », La Chronique Musicale, Revue bi-mensuelle de l’Art ancien et moderne, Paris, Administration et Rédaction, 3ème année, tome 9, juillet-août-septembre 1875.

Un Liame de rasin, countenènt lis obro de Castil-Blaze, Adoùfe Dumas, Jan Reboul, Glaup e Toussant Poussel. Reculido e publicado pèr J. Roumanille e F. Mistral, Avignon, J. Roumanille, 1865.

Haut de page

Notes

1 Berlioz, Hector, 1969, Mémoires, chronologie et introduction par Pierre Citron, Paris, Garnier-Flammarion.

2 Berlioz Hector, 1968, Les Soirées de l’orchestre, texte établi, avec introduction, notes et choix de variantes par Léon Guichard, Paris, Gründ.

3 Sur cette épineuse question voir Everist Mark,2017 « Castil-Blaze et la réception de Weber, 1824-1857 », Les colloques de l’Opéra Comique, Dratwicki (A) et Terrier (A) [dir.], Arts lyriques et transferts culturels. Avril 2011, 32 p., p. 5, [en ligne] : Bruzanemediabase.com (consulté le 31/08/2016) et Féron (Séverine), « Berlioz versus Castil-Blaze : retours sur une querelle », Bulletin de liaison de l’Association Nationale Hector Berlioz, n°51 – janvier 2017, p. 6-40.

4 Un premier recensement complet des chroniques de Castil-Blaze a été effectué par Féron (S) : « Castil-Blaze (1784-1857), fondateur de la critique musicale en France : bilan d’une carrière et perspectives », communication présentée dans le cadre de l’International Conference Ninetheeth-Century Music Criticism, 10-12 novembre 2015, Centro Studi Omnia Luigi Boccherini, Luca, Palazetto Bru Zane, Venice in collaboration with OICRM, Montreal. Les travaux les plus importants concernant Castil-Blaze chroniqueur au Journal des débats ont été réalisés par Garth Gislason (D), Castil-Blaze, De l’opéra en France, and the Feuilletons of the Journal des débats (1820-1832), PhD diss, University of British Columbia, 1992 ; Turnevicius (Leonard L. H.), The Feuilletons of Castil-Blaze in the Journal des débats (1820-1832) : A critical Examination, MA diss., McMaster University, 1994. Voir également les travaux de Ellis (K), Music Criticism in Ninetheenth-Century France : La Revue et Gazette Musicale de Paris, 1834-80, Cambridge : CUP, 1995 ; l’ouvrage de Reibel (É), L’écriture de la critique musicale au temps de Berlioz, Paris, Champion, 2005.

5 À noter qu’un ouvrage manuscrit sur le piano n’a toujours pas été édité. Concernant l’œuvre musicographique de Castil-Blaze, voir en particulier son Histoire de l’opéra- comique, sous la direction de Dratwicki (A) et Taïeb (P) Lyon, Symétrie 2012 ; Féron (S), « Castil-Blaze, historien des institutions lyriques de Paris : sources et méthodes de L’Académie impériale de musique », Écrire l’histoire du théâtre lyrique au XIXe siècle. L’historiographie des institutions lyriques françaises (1780-1914), actes de la Journée d’études du 18 mai 2016 (Université de Bourgogne), Féron (S) et Taïeb (P) [dir.], Collection « Territoires contemporains » [Poirrier (P) éd.], revue en ligne sur le site du Centre Georges Chevrier (à paraître) ; « Le Dictionnaire de musique moderne de Castil-Blaze au miroir de ses sources », Les Volumes Musique de l’Encyclopédie méthodique, Ramaut (A), Carenco (C) [dir.], Éd. Champion. À paraître (2018).

6 « Pastiche » est à comprendre ici comme une œuvre lyrique composée de plusieurs morceaux issus d’œuvres et de compositeurs différents.

7 Voir Féron (S), 2017, « La circulation du théâtre lyrique étranger en France sous l'égide de Castil-Blaze », Les mondes du spectacle au XIXe siècle, 28 et 29 janvier 2013, congrès de la Société des Études Romantiques et Dix-neuvièmistes ; « Castil-Blaze, traducteur et promoteur du théâtre lyrique étranger en France (1817-1857) », communication pour le colloque Rendre accessible le théâtre étranger en France (XIXe-XXe siècles) organisé par le CÉRÉdI (Centre d'Études et de Recherche Éditer/Interpréter), Faculté de Lettres de Rouen, 18-20 mars 2014, Bouchardon (M) et Ferry (A) [dir.], Presse du Septentrion, p. 177-192.

8 Sur le rôle de Berlioz qui jugea avec virulence l’opéra Pigeon-vole de Castil-Blaze, voir Feron (S), « Berlioz versus Castil-Blaze : retours sur une querelle », op. cit., p. 6-40.

9 Molière musicien, notes sur les œuvres de cet illustre maître et sur les drames de Corneille, Racine, Quinault, Regnard, Montluc, Mailly, Hauteroche, Saint-Evremond, du Fresny, Palaprat, Dancourt, Lesage, Destouches, J.-J. Rousseau, Beaumarchais, etc. ; ou se mêlent des considérations sur l’harmonie de la langue française, Paris, Castil-Blaze, 1852, 2 vol., vol. 1, p. 484.

10 Le Comtat Venaissin et Avignon furent rattachés à la France le 14 septembre 1791, et le département de Vaucluse créé le 12 août 1793.

11 Molière musicien, op. cit., p. 484.

12 L’Écho d’Avignon, ou Chants des troubadours de Vaucluse recueillis et mis au jour par Castil-Blaze, Avignon, chez Castil-Blaze : Pierre Chaillot, 1815, Paris.

13 Belzebuth, ou les Jeux du roi René représenté sur le théâtre de Montpellier le 15 avril 1841, Paris, chez l’auteur, rue Buffault, 9, 1841. Conformément à la création, le livret porte mention du directeur du théâtre Théodore Letellier, du chef d’orchestre Fournera, et du décorateur Baudoin.

14 Paris, Castil-Blaze, 1845.

15 In : Un Liame de rasin, countenènt lis obro de Castil-Blaze, Adoùfe Dumas, Jan Reboul, Glaup e Toussant Poussel. Reculido e publicado pèr J. Roumanille e F. Mistral, Avignon, J. Roumanille, 1865.

16 Blaze, Sébastien, 1828, Mémoire d’un apothicaire sur la guerre d’Espagne, pendant les années 1808 à 1814, Paris, Ladvocat, 2 vol., vol. 1, p. 112-113.

17 Pailleron, Marie-Louise, 1920, François Buloz et ses amis. La Revue des deux mondes et la Comédie Française…, Paris, Calmann-Lévy, 386 pages, p. 40.

18 Id., note p. 41.

19 Op. cit.

20 La théreuticographie est l’ensemble des sciences et techniques qui procèdent de la chasse. Elzéar Blaze est l’auteur de nombreux ouvrages sur ce sujet comme Le Chasseur au chien d’arrêt, Le chasseur au chien courant, Le chasseur aux filets, Le chasseur conteur, etc.

21 On est notaire de père en fils dans la famille Blaze. Cependant « M. Blaze ne peut pas avoir suivi alors les cours de droit (ainsi que le dit à tort M. Fétis), puisque ces cours n’ont été établis qu’en 1805 ou 1806 » in Barjavel,Casimir-François-Henri,1841, Dictionnaire historique, biographique et bibliographique du département de Vaucluse, ou, Recherches pour servir à l’histoire scientifique, littéraire et artistique, ainsi qu’à l’histoire religieuse, civile et militaire des villes et arrondissements d’Avignon, de Carpentras, d’Apt et d’Orange, Carpentras, Impr. De L. Devillario, « Blaze (F.-H.-J), vol. 2, p. 500.

22 « Malgré les démarches de la famille, de Boursault même, ami du père de Castil-Blaze, celui-ci ne put obtenir de poste à Paris », Provence artistique et pittoresque (La), 19 août 1883, n°116, A3, p. 259.

23 Soullier, Charles, 1875, « Castil-Blaze », La Chronique Musicale, Revue bi-mensuelle de l’Art ancien et moderne, Paris, Administration et Rédaction, 3ème année, tome 9, juillet-août-septembre 1875, p. 125.

24 Notes manuscrites de Roger Caillet, Bibliothèque-Musée Inguimbertine, f. 38. Je remercie chaleureusement M. J-F. Delmas qui m’a facilité l’accès à ce document. D’après C.-F.-H. Barjavel, il aurait été sous-préfet d’Avignon dans ces années, in Dictionnaire historique, op. cit., vol. 2, p. 500. Propos contredits par Charles Soullier qui précise qu’il fut sous-préfet de Carpentras in « Castil-Blaze », La Chronique Musicale, Revue bi-mensuelle de l’Art ancien et moderne, op. cit., n°49, 1er juillet 1875, p. 6.

25 Les articles de la loi du 13 janvier 1791 permettent à tout citoyen d’« élever un théâtre public en faisant, préalablement à l’établissement, une demande à la municipalité ». Ils reconnaissent comme propriété publique « les ouvrages des auteurs morts depuis cinq ans », autorisent leur représentation « sur tous les théâtres indistinctement », et placent ceux-ci sous la tutelle des municipalités ». Ce cadre juridique (moyennant des aménagements) durera jusqu’en 1807. D’une dizaine de salles parisiennes en 1789, on passe à quatorze en 1791 puis à trente-cinq en 1792. Voir Gengembre, Gérard, 1999, Le théâtre français au 19e siècle, Paris, A. Colin,.

26 Voir en particulier ses trente-six feuilletons écrits entre 1848 et 1849 pour le quotidien républicain La Réforme fondé en 1843 par A. Ledru-rollin.

27 « Essai sur le drame lyrique et les vers lyriques » in De l’opéra en France, op. cit., 2de édition, Paris, Sautelet, 1826, p. 350-412.

28 L’Art des vers lyriques, op. cit., 1857.

29 « Je fonde la critique musicale en France » écrira-t-il dans son Académie impériale de musique (Paris, Castil-Blaze, 1855, vol. 2, p. 143).

30 « Castil-Blaze. A la mémoire d’un brave ome » (octobre 1858), Un liame de Rasin, op. cit., Avignon, Roumanille, 1865.

31 Elle comprend plusieurs volumes dont Théâtres lyriques de Paris. L’Académie impériale de musique : histoire littéraire, musicale, chorégraphique, pittoresque, morale, critique, facétieuse, politique et galante de ce théâtre de 1645 à 1855, Paris, Castil-Blaze, 2 vol. ; Théâtres lyriques de Paris. L’Opéra-italien de 1548 à 1856, Paris, Castil-Blaze, 1856 ; Histoire de l’opéra-comique [inach.], Lyon, Symétrie ; [Venise] : Palazetto Bru Zane, Centre de musique romantique française, 2012.

32 Lettre manuscrite de Castil-Blaze à Charles Soullier (1797-1878), Paris, 20 juin 1856, ms 1000 (5), n°23, Bibliothèque-Musée Inguimbertine de Carpentras. La liste de ce répertoire se trouve dans Castil-blaze, L’Art des vers lyriques, Paris, Castil-Blaze, 1857, p. 226.

33 Médecin, naturaliste, numismate.

34 Ce peintre, né à Agde, décédé à Avignon, est notamment l’auteur d’une Fontaine de Vaucluse et de la restauration des Évangelistes d’Attiret à la Chapelle de l’hospice Saint-Louis d’Avignon (Cf. Marcel (Adrien), « L’œuvre de Paul Huet au Musée d’Avignon » in Mémoires de l’Académie du Vaucluse, Avignon, 1912, François Seguin, deuxième série, T12, année 1912, note 3, p. 237).

35 Marcel (A), op. cit. p. 236.

36 Lettre à Charles Soullier, 19 septembre 1841 in Marcel (A) « l’œuvre de Paul Huet au Musée d’Avignon », op. cit., p. 237.

37 Provence artistique et pittoresque (La), « Castil-Blaze », 19 août 1883, n°116, A3, p. 259.

38 Imprimerie Feissat aîné et Demonchy, 1840.

39 Voir Martel, Philippe, 2001, « le petit monde de l’édition en langue d’oc au temps des Félibres (seconde moitié du XIXe siècle », Bibliothèque de l’École des Chartes, année 2001, volume 159, numéro 1, p. 153-170, en ligne sur Persée, 2005-06, http://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_2001_num_159_1_463058 (consulté le 15 novembre 2016).

40 Aucune information n’a pu être trouvée sur ce personnage.

41 « Historique de l’Académie de Vaucluse (suite) » par Limasset (M.-A) in Mémoires de l’Académie du Vaucluse, 1893, vol. 12.

42 Recueil Lis Avignonnence, in Un Liame de Rasin, op. cit., p. 261.

43 « Castil-Blaze. A la memori d’un brave ome » (1858) dans le recueil intitulé Mi Regrèt de Prouvença, in Un liame de Rasin, op. cit., p. 121.

44 Klotz, Roger, 1965, Recherches sur Castil-Blaze, Mémoire pour le Diplôme d’études supérieures sous la direction de M. André Rousseau, Faculté des Lettres et sciences humaines d’Aix-en-Provence, p. 21.

45 Molière musicien, op. cit., vol. 2, p. 112.

46 Dictionnaire historique, biographique et bibliographique du département de Vaucluse, ou, Recherches pour servir à l’histoire scientifique, littéraire et artistique, ainsi qu’à l’histoire religieuse, civile et militaire des villes et arrondissements d’Avignon, de Carpentras, d’Apt et d’Orange, Carpentras, Impr. De L. Devillario, 1841, vol. 1 (A-F), « Blaze (F.-H.-J.), p. 237-239 et « Blaze (F.-H.-J), vol. 2, p. 500.

47 Id.

48 N°84, 3e année, 7 janvier 1883 ; n°116, A3, 19 août 1883 ; n°117, A3, 26 août 1883 ; n°118, A3, 2 septembre 1883 ; n°119, A3, 9 septembre 1883 ; n°121, A3, 23 septembre 1883 ; n°122, A3, 30 septembre 1883 ; n°123, A3, 7 octobre 1883 ; n°124, A3, 14 octobre 1883 ; n°126, A3, 28 octobre 1883 ; n°130, A3, 25 novembre 1883.

49 « Castil-Blaze », tome 9, juillet-août-septembre : I, p. 5-11 ; II, p. 11-17 ; III, p. 79-86 ; IV, p. 87-88 ; p. 115-118 ; V, p. 118-126.

50 Anfos-Martin, « Castil-Blaze », tirage à part d’un article des Tablettes d’Avignon et de Provence, (n° spécial sur Cavaillon et sa foire-exposition, 4-11 septembre 1932), 1933, Avignon, résumé d’une conférence en provençal datée du 13 mars 1932, 36 pages. Il a traduit du provençal « Lou Renaire », « L’Amo danado », et « Lou grand bal ».

51 Id.

52 Id., p. 1.

53 Le Pays, Journal de l’Empire, lundi 21 décembre 1857, 9e année, n°355, « Feuilleton du Pays, Journal de l’Empire. – Revue dramatique », p. 1-2.

54 Conservées à la Bibliothèque-Musée Inguimbertine.

55 Op. cit.

56 Klotz (R), op. cit.

57 Avignon, Roumanille, 1865.

58 Li Prouvençalo, poésies diverses, recueillies par Joseph Roumanille,…précédées d’une introduction par M. Saint-René Taillandier, Avignon, Seguin Aîné, 1852. Voir p. 289 et 249.

59 Id., p. XXXIV. Il est question ici du poète marseillais Pierre Bellot.

60 Li Prouvençalo, op. cit.

61 « Qu’elles sont belles tes harmonies, - tranquille nuit du mois de mai ! – L’ombre chante ses litanies – quand le jour se tait et s’en va. », Traduction d’Anfos-Martin, op. cit., p. 22-23.

62 « Entendez flûter le courlis - dans les airs il redit son cantique – avant de se coiffer de nuit ».

63 « Écoutez le moustique qui joue du violon : – son archet long et délicat – avance, recule, bourdonne ; - quelqu’un peut-il filer mieux un son ? ».,

64 Roumanille, Avignon, Aubanel, 1856. p. 62-64. Dans ses derniers poèmes écrits à Mormoiron, Castil-Blaze adhérera à l’orthographe félibréenne.

65 Klotz (R), op. cit., p. 28-29.

66 Vingt-sept pièces en vers publiées sous le titre général : Réveille-matin des Magnarelles, Vendangeuses et Oliveuses, in Un Liame de rasin, op. cit., Avignon, J. Roumanille, 1865.

67 Collection particulière de Mme Ch. B. que je remercie chaleureusement.

68 Op. cit, p. 7. « Castil-Blaze a été des premiers qui ont su, dans notre siècle, rendre à la langue provençale, sa tournure populaire, sa force d’expression et son franc naturel. Il était dans toute la force du terme ce qu’on appelle aujourd’hui un réaliste » (traduction d’Anfos-Martin, op. cit., p. 33-34).

69 klotz (R), op. cit., p. 26.

70 Id., p. 27.

71 « J’ai des dents, et je n’ai pas de pain ! ». Traduction Amfos-Martin, « Castil-Blaze, « op. cit., p. 14-15.

72 « Aux portes je me plaignais – ainsi, il y a quarante ans ; - comme un jeune chien, je gémissais – pour avoir un morceau de pain… - Beau temps de ma jeunesse, - gai comme Alleluia, - quand je manquais la messe – pour aller glisser ! – La soupe était mauvaise, - je m’en moquais bien ! - A présent Je fais bonne vie, - et sur des plats d’argent ! – Ma broche tourne des bécasses, - un esturgeon pend à mon croc ; - le tavel dépose dans mon broc ; - pour moi on brosse les truffes. – Eh bien ! non ! tout cela n’est rien ; - il serait bien attrapé celui qui me croirait content ! – Comme autrefois je grogne et je me plains ; - il nous manque toujours quelque chose ! - Je vous dis que je suis bien à plaindre : - J’ai du pain et je n’ai pas de dents ! ». Traduction d’Anfos-Martin, op. cit., p. 15-16.

73 « En hiver, à la belle étoile, - sans veste, la nuit, le jour, - faut-il prier vers la chapelle – qui est à la cime du Ventoux ? […] Je vais jusqu’à Rome en marchant sur les genoux. […] Du Ventoux, divine vierge, - je m’élance en l’air comme un oiseau : - la lune me fait courte-échelle, - j’arrache des étoiles aux cieux. // Aucune peine, aucun malheur – me feront redouter mon sort : - je ferai la sieste, tant je suis maître de moi, - sur la bière, à côté d’un cadavre ». Traduction d’Anfos-Martin, op. cit., p. 19.

74 Armana prouvençau p. 68-69.

75 Revue mensuelle publiée à Avignon, Annado 2, n°39, janvier 1892, p. 1.

76 « Les fondateurs du Félibrige et les premiers félibres », Paris, Delagrave, 1920, « Castil-Blaze », tome 1, p. 268-271.

77 P. 268-271.

78 Op. cit.

79 12 octobre 1845, p. 2. L’article fait probablement référence à l’air de Bartolo « A un dotor della mia sorte », acte I, n°8 que Castil-Blaze rebaptise « Madalena. Scena de meinage plantada su l’air de Bartolo ».

80 Le Sémaphore n° 5450, 8ème année, 12 octobre 1845, p. 1. Castil-Blaze l’intitule « Cavatina ».

81 Recueillis et mis au jour par Castil-Blaze, Éd. Castil-Blaze, et Pierre Chaillot, impr. 1815. Ce recueil regroupe « Vive le Roi », « L’Avignonnaise, pas redoublé pour l’armée royale du midi », « Léonidas aux Thermophyles chant pour les Vendéens », « Le chant du retour » (célébrant le retour des Bourbons).

82 Voir Féron (S), « Belzébuth, ou les Jeux du roi René (1841) de Castil-Blaze : contribution à une culture provençale sur la scène lyrique », actes du colloque « La représentation de la Provence et du Languedoc à l’opéra (1850-1918) », Branger (J.-C) et de Teulon-Lardic (Sabine) [Dir.], Publications Universitaires de Saint-Étienne, 2017, p. 241-263.

83 « Revue Dramatique », Revue de Paris (La), 1841, tome 30, p. 75 (F. Bonnaire).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration n°1 « Castil-Blaze a soixante ans », d’après une photographie d’Aug. Bertsch (source Gallica). La Provence artistique et pittoresque, dimanche 14 octobre 1883, 3e année, n°121, p. 1.
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/1742/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Illustration n°2 (Source Gallica) : Blason de Castil-Blaze, La Provence artistique et pittoresque, dimanche 23 septembre 1883, 3e année, n°121, p. 300
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/1742/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Séverine Féron, « Castil-Blaze troubadour », Lengas [En ligne], 84 | 2018, mis en ligne le 15 juillet 2018, consulté le 19 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/lengas/1742  ; DOI : 10.4000/lengas.1742

Haut de page

Auteur

Séverine Féron

Université de Bourgogne Franche-Comté, centre Georges Chevrier

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals