Navigation – Plan du site

L’EOE, l’Escòla Occitana d’Estiu, centre de formation associatif et ses fondateurs Marceau Esquieu, Christian Rapin et Jean Rigouste

L’EOE, l’Escòla Occitana d’Estiu, centre de formacion associatiu e sos fondators
Marie-Anne Chateaureynaud et Céline Piot

Résumés

Dans le cadre des recherches menées par les deux auteures sur l’occitanisme en Aquitaine, cette contribution met l’accent sur les fondateurs de l’Escòla Occitana d’Estiu (créée en Lot-et-Garonne en 1974), conscients de l’urgence d’enseigner la langue d’oc : Marceau Esquieu, Jean Rigouste, Christian Rapin, devenus de véritables acteurs culturels en Agenais. Développant un niveau intermédiaire entre les niveaux scolaire et universitaire, cette association affiliée à l’IEO propose chaque année des stages d’occitan, met à disposition des ressources et crée du matériel pédagogique dans le but de former des locuteurs et d’enseigner la culture ainsi que la littératie occitane.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis une quarantaine d’années, se déroule chaque été un stage d’occitan intergénérationnel et international en Villeneuvois (le plus souvent à Villeneuve-sur-Lot en Lot-et-Garonne). Ce stage, organisé au départ par quelques enseignants et militants de la langue, a été accompagné d’évènements culturels, de travaux de publication et d’édition et de socialisation de la langue. Conscients de l’urgence d’enseigner leur langue, longtemps bannie de l’école publique, ils décident de créer un stage dédié, puis de s’installer dans un lieu, une ancienne école à laquelle ils renoncent finalement pour un local en ville. Nous constaterons dans notre étude, étayée par des articles de presse et des entretiens, à quel point l’enseignement de l’occitan, la formation des enseignants, la mise à disposition de ressources et la création de matériel pédagogique sont redevables à cette structure associative qui a longtemps pallié les manques de l’Éducation Nationale.

La fondation de l’EOE

Un contexte favorable

  • 1 Marti Claude, chanteur, poète, romancier, essayiste français de langue occitane, né à Carcassonne e (...)

2En 1969, Claude Marti1 chante dans son premier disque Occitània le titre « Perque m’an pas dich a l’escòla ? » Il s’agit d’un texte emblématique de la revendication occitane, alors en train de s’épanouir et également de se populariser (en particulier grâce à la nouvelle chanson occitane). Le chanteur, lui-même instituteur, évoque la privation de leur langue qu’ont subie les élèves des territoires occitanophones dans l’enseignement public depuis un siècle.

  • 2 Information donnée par Jean Rigouste.

3Le début des années soixante-dix voit ainsi en France la renaissance des langues dites minoritaires et de leur culture. Il ne s’agit pas d’une mode ou d’une marque de nostalgie à l’égard d’un monde perdu, mais d’un phénomène de société plus profond qui pousse notamment les Méridionaux à (re)connaître l’identité occitane que le monde moderne trop standardisé tendrait à occulter. L’objectif est que la culture occitane ne devienne pas un objet de musée mais qu’elle continue de vivre au quotidien. Dans ce contexte revendicatif du début des années soixante-dix, la question des langues de France longtemps exclues de l’enseignement public se pose plus nettement même si, depuis la loi Deixonne de 1951, la possibilité existe d’enseigner certaines langues de France dans l’école publique. Ce texte de loi fut le premier du XXe siècle à faire officiellement référence à la « langue occitane. En 1977, 1 500 lycéens inscrits en classes de terminale ont choisi l’option « occitan » comme épreuve facultative du baccalauréat2. En Lot-et-Garonne, depuis la fin des années soixante et le début des années soixante-dix, cet enseignement est donné au lycée Georges Leygues à Villeneuve-sur-Lot par Marceau Esquieu, au lycée Bernard Palissy à Agen par Jean Rigouste et au lycée George Sand à Nérac d’abord par Michel Berthoumieu, professeur à Agen, puis par André Bianchi enseignant à Nérac.

4Dès 1968, des veillées occitanes s’organisent au lycée de Villeneuve où, selon le quotidien Sud-Ouest, plus de 80 élèves participent. Peu à peu, ces animations et cet enseignement vont se développer.

Une genèse agenaise

  • 3 Froment Paul (1875-1898) est un auteur de recueils de poèmes.

5En 1972, Marceau Esquieu et Marcel Garrouste, maire de Penne-d’Agenais, créent le prix littéraire Paul-Froment. Il récompense des auteurs écrivant en occitan et rend hommage au poète paysan Paul Froment3.

6En 1973, c’est à Villeneuve-sur-Lot, au lycée Georges Leygues, que se déroule la deuxième université occitane d’été qui, chaque année, rassemble dans une ville différente des étudiants et des enseignants du Midi de la France sous la direction scientifique et pédagogique de Pierre Bec, romaniste, professeur à l’université de Poitiers et président de l’Institut d’Etudes Occitanes, et Robert Lafont, professeur de lettres classiques et un des fondateurs du mouvement politique « Lutte occitane ». L’organisation matérielle et une partie de l’animation sont confiées à des enseignants lot-et-garonnais : Marceau Esquieu, Christian Rapin et Jean Rigouste. Conçues comme des rencontres de l’Institut d’Études occitanes, elles doivent faire le point sur l’avancée aussi bien des études littéraires, linguistiques, historiques que des expériences culturelles et artistiques. Elles sont également des lieux d’échanges libres entre chercheurs et militants occitanistes et enfin un moyen de formation d’animateurs de l’action occitane. Les sessions de ces universités sont d’une grande qualité, à tel point cependant qu’une inadéquation entre le très haut niveau de la session et l’attente des stagiaires se fait jour.

  • 4 Le premier stage a lieu en 1975 mais la création administrative apparaît dans le Journal officiel e (...)

7Aussi, les trois Lot-et-Garonnais, forts de leur expérience d’enseignants et de celle de l’organisation d’une dizaine de stages, de veillées et de soirées, se réunissent-ils à Agen chez Jean Rigouste et décident-ils en 1974 de fonder un niveau intermédiaire entre le niveau scolaire et universitaire : l’École occitane d’été4. Affiliée au Centre régional d’études occitanes, elle est tout de suite placée sous l’égide du recteur d’Académie. Comme il travaille au lycée Georges Leygues, Marceau Esquieu en profite pour y récupérer du matériel ; il s’occupe aussi des formalités administratives. L’université de 1973 apparaît aujourd’hui comme un rassemblement précurseur de tous les stages de l’École Occitane d’été.

8Les trois fondateurs, qui baignent dans la langue occitane depuis leur enfance – c’est par exemple la langue quotidienne des parents de Jean Rigouste et des habitants de son village natal de Labastide-Murat dans le Lot –, connaissent tous les occitanistes du Sud de la France. Il leur est donc facile de trouver des formateurs qui viennent du Lot-et Garonne mais aussi de Gascogne, du Périgord et de toute l’Occitanie.

Les trois fondateurs

9Pour des raisons professionnelles, les fondateurs de l'École occitane d'été se connaissent très bien, étant de la même génération et travaillant tous les trois en Lot-et-Garonne. 

10Né en 1931 à Nadalie (Lot-et-Garonne) et décédé en 2015, Marceau Esquieu, parallèlement à son métier de professeur de lettres classiques et d'occitan à Villeneuve-sur-Lot de 1957 à 1992, est aussi un écrivain, poète et conteur. Ses poèmes, nouvelles, récits, souvenirs et pièces de théâtre ont longtemps été éparpillés mais sont désormais regroupés dans l'Institut d'Estudis occitans. Marceau Esquieu a également participé à plusieurs émissions de télévision pédagogiques sur l'occitan, telle Parlar occitan, produites par FR3 Aquitaine de 1983 à 1985, puis écrit et dit les textes de la série Istòrias d'Aquitania en 1985. En tant que conteur, il a fait de nombreuses tournées dans les écoles et des communes bien au-delà de son lieu d'origine.

11Bien que né à Clamart (Seine, aujourd'hui Hauts-de-Seine) en 1931, Christian Rapin est originaire d'une famille de Tonneins en Lot-et-Garonne. Professeur d'espagnol à Agen, il devient conseiller en occitan de l'Inspection pédagogique. Poète, écrivain et linguiste, il est l'auteur de plusieurs nouvelles, romans et poèmes et aussi d'un dictionnaire français-occitan en sept volumes publié entre 1991 et 2013.

12Quant à Jean Rigouste, originaire du Lot et professeur de lettres à Agen, il a publié, entre autres, une Anthologie de l'expression en Agenais occitan (1978) et Parli occitan, un manuel d'initiation à l'occitan.

13Autour de ce trio, d'autres militants de la langue occitane participent au succès de l'École occitane d'été (tel Jean-Claude Ulian). Mais, si en raison de son œuvre très diversifiée, Marceau Esquieu est une personnalité originale, les trois fondateurs de ce centre de formation ne peuvent être dissociés tant leur travail collaboratif est important.

L’École occitane d’été

La vie de l’école

  • 5 Article du journal Sud-Ouest en 1976. Cf. revue de presse EOE.

14L’École occitane d’été est une association qui a pour but de proposer des stages d’occitan pour former des locuteurs, enseigner la culture occitane, la littératie (apprendre à lire et à écrire la langue parlée) à tous ceux qui ont peu ou pas bénéficié de cet apport. Les fondateurs déclarent ainsi : « Nous allons enseigner ce que l’école française a refusé d’enseigner aux Villeneuvois pendant des générations.5 » Marceau Esquieu précise également vouloir adopter une pédagogie différente : « Nous ne voulons pas faire quelque chose de scolaire. Il ne s’agit pas d’école du soir. Nous voulons un dialogue vivant. » 

15Selon les organisateurs, ces stages proposent une semaine de « vie occitane pour un enseignement intensif de la langue et de la culture ». La grande force de l’école occitane réside dans son fonctionnement en immersion linguistique qui permet de pratiquer au quotidien pendant et en dehors des cours la langue. Jean-Pierre Richardot, journaliste au Monde, publie en 1977 un article intitulé « Vivre au pays, L’école occitane d’été de Villeneuve-sur-Lot, vòli parlar en oc » et décrit ainsi le stage : « Dans cette école surprenante, les élèves ont entre 5 et 78 ans. Des vieux paysans et des charpentiers à la retraite donnent un coup de main pédagogique à des enseignants que personne ne paie, et qui sont ravis. » Les enseignants en effet ne sont pas rémunérés et doivent même payer leurs frais de séjour comme les stagiaires. C’est seulement à partir des années 2000 que le séjour leur a été offert. Ce stage organise la journée en cours et activités culturelles diverses : découverte du patrimoine, chant, danse, et soirées. Les enfants sont accueillis et pris en charge par des moniteurs occitanophones, dans un autre lieu, au départ, puis au fil du temps au sein de l’Escoleta, groupe intégré à l’EOE.

  • 6 Cf. la bibliographie en fin d’article.

16Notons que plusieurs variantes de l’occitan sont enseignées : gascon, limousin, languedocien, provençal, auxquels s’est adjoint assez vite un cours de catalan. Pour chaque cours, trois niveaux sont proposés. Les stages sont organisés le plus souvent en Villeneuvois au lycée Georges Leygues mais aussi dans certains collèges, et l’École occitane d’été a pu se développer également grâce au lieu dédié que l’association a acquis en 1980, l’ancienne école de Piquepoul, sur la commune de Hautefage-la-Tour. En 1983, un emploi d’animatrice-gestionnaire est créé pour développer l’ensemble des activités : du télé-enseignement, des stages pédagogiques thématiques (s’ajoutant au stage d’été, ce qui permet à l’EOE d’obtenir une habilitation comme centre de formation continue). Cette école accueille aussi diverses délégations comme celle du Bureau européen des langues minorisées. Enfin l’édition prend une place prépondérante dans cette école de Piquepoul6.

La production de matériel pédagogique et l’édition

17Bien que l’occitan commence à être enseigné, les ressources pédagogiques font cruellement défaut : dès lors, l’École Occitane d’été pallie ces manques et propose ainsi des méthodes, des textes classiques réédités et une production littéraire contemporaine.

18Les trois fondateurs sont à la fois enseignants, de langue et culture occitane, mais aussi auteurs et passionnés de littérature ; ils vont donc entreprendre d’écrire et de publier à diverses fins pédagogiques et littéraires.

19Nous citons de façon non exhaustive la méthode pédagogique de Jean Rigouste, Parli occitan qui sera très utilisée car bien adaptée aux débutants ; elle est progressive et conçue par un linguiste.

20L’Agenés occitan anthologie de textes occitans de l’agenais constitue un ouvrage central des éditions de l’EOE et reste aujourd’hui encore une référence. Cette anthologie dont chaque extrait est précédé d’une présentation de l’auteur et de l’œuvre a permis à des générations de découvrir ou de relire des œuvres du patrimoine littéraire occitan de l’agenais. Parmi les morceaux choisis, l’œuvre de Paul Froment tient une place importante. Les auteurs de l’anthologie ont choisi d’éditer également les recueils de ce poète au destin tragique : L’œuvre poétique de Paul Froment.

21Par ses éditions, l’EOE a célébré la littérature occitane ; celle de Jasmin poète coiffeur agenais comme celles d’auteurs plus confidentiels.

22Le travail éditorial n’a pas concerné uniquement la littérature ou la pédagogie, mais les fondateurs de l’EOE se sont également attelés à un travail lexicographique, comme en témoigne le dictionnaire de Christian Rapin, mais aussi nombre de lexiques spécialisés, de bandes dessinées.

  • 7 De jeunes auteurs ont commencé à publier avec l’École occitane d’été, comme Michel Chadeuil qui y p (...)
  • 8 Lo Gai Saber est une revue culturelle fondée en 1919, sous la direction de Prosper Estieu par la co (...)

23Si le caractère remarquable de ces éditions réside d’une part dans la variété et la profusion des textes édités, il se situe également dans l’incitation à écrire qu’a pu constituer cette intense production éditoriale7 : qu’il s’agisse de Michel Chadeuil, qui avait commencé à publier ses poèmes ou de Philippe Carbonne qui, par la suite, a développé une activité littéraire et éditoriale dans la revue Lo Gai Saber8 qu’il dirige.

  • 9 Un catalogue plus complet des publications de l’EOE est en cours.

24Après chaque école d’été, le bulletin de liaison de l’association Camins d’estiu  a ouvert ses pages aux contributions des stagiaires. Enfin, la collection de petits livres Forra-Borra a su publier dans divers domaines théâtre, poésie, botanique, etc.9

Des stagiaires

25Le taux de fréquentation de l’École occitane d’été a évolué au fil de cette quarantaine d’années d’activités. Les chiffres que nous fournissons concernent les personnes inscrites pour tout le stage et ne prennent pas en compte les visiteurs d’une journée, ce qui peut expliquer certains décalages De 236 stagiaires en 1975, on passe à 520 en 1978, et le nombre évolue entre 350 et 500 jusqu’en 1981 ; puis, de 300 en moyenne dans les années 1980, on assiste à une diminution depuis les années 1990 jusqu’à nos jours, où la fréquentation est en moyenne de 150 stagiaires par an.

26Les stagiaires se répartissent dans les premières années, selon Marceau Esquieu, entre 40% d’enseignants et 60% de professions diverses.

  • 10 Cf. revue de presse de l’EOE.

27Ces stages présentent un caractère intergénérationnel. Des personnes âgées du Villeneuvois, souvent issues du monde rural, locuteurs naturels, viennent pour apprendre à écrire leur langue ou pour assister les enseignants. Jean Rigouste déclare en 1977 : « Los ancians connaissent parfaitement la langue et viennent donner leur opinion sur un point de grammaire ou de syntaxe.10 ». Ils côtoient alors étudiants, enfants des stagiaires ou professeurs d’universités étrangères (européennes, mais aussi asiatiques, américaines, australiennes, etc.) venus approfondir leurs connaissances. Le recrutement est d’abord local, à partir du Villeneuvois et des élèves du lycée qui viennent se former, puis il s’étend au Sud-Ouest, enfin à une grande partie de l’Occitanie et au-delà comme en témoignent les fichiers de l’école.

28Si la renommée de l’École occitane d’été se fait essentiellement de bouche à oreille, les réseaux occitanistes associatifs et enseignants vont également diffuser les plaquettes de l’EOE pour former de nouveaux locuteurs, et de nouveaux enseignants.

  • 11 L’Institut d’Études occitanes est une association de loi 1901, créée en 1945 à Toulouse par des occ (...)
  • 12 In La Dépêche du Midi, « École occitane d’été, au-delà des frontières », jeudi 24 août 1995.

29Le réseau de l’Institut d’études occitanes11 qui se déploie aussi internationalement, en particulier dans le monde universitaire des romanistes, permet de diffuser l’information à l’étranger et fait affluer des étudiants et des professeurs allemands, anglais, belges, japonais, etc. En 1997, était par exemple présente Catherine Attwood, maître de conférences de l’université de Nottingham, spécialiste de la poésie des troubadours, et elle envisageait de créer une option de langue et culture occitane dans son université. Un universitaire écossais, une bibliothécaire belge, une étudiante de Salamanque ou un jeune espérantiste de Frankfort expliquaient au journal La Dépêche du Midi12 leurs raisons de participer à ce stage.

  • 13 Cf. revue de presse de l’EOE.

30En 1997, participe aussi un grand intellectuel catalan, Max Cahner (1936-2013), professeur de littérature catalane, éditeur et ancien ministre de la Culture du gouvernement catalan entre 1980 et 1984. C’est sa deuxième École occitane d’été, il revient quatorze ans après et déclare dans une interview que « les occitans sont de plus en plus nombreux à avoir conscience de leur occitanité.13 »

L’école aujourd’hui

D’une école parallèle à un centre intégré

31L’école a développé au fil du temps nombre de stages, thématiques le cas échéant, en s’adaptant à divers publics, parallèlement longtemps aux dispositifs clairsemés de l’Éducation Nationale.

32En 1995, après vingt ans d’existence, l’inspecteur d’Académie Serge Dupuy officialise le projet d’intégrer les formations proposées par l’École occitane d’été à l’offre de l’Éducation nationale en signant une convention. Stages d’élèves ou d’enseignants sont donc reconnus et font partie d’un plan de développement départemental de l’occitan. C’est dans ce cadre que se déroule le stage de 50 élèves girondins venus avec leur professeur Alain Pierre passer une semaine à Piquepoul.

33Actuellement, l’offre de formation que propose l’École occitane est riche. L’équipe actuelle a su poursuivre et renouveler les activités : le président Pierre Boissière et son équipe composée de Patrice Gentié, Thérèse Duverger, Bernard Bergé, Olivier Caponi et Vincent Rivière ainsi que la secrétaire animatrice Sabine Paoletti développent de nouvelles formules en s’adaptant aux besoins linguistiques et culturels.

34Le stage d’été offre plusieurs possibilités : une formation linguistique pour adultes, un stage éducatif et ludique en occitan pour les enfants, une formation d’animateurs, une formation spécifique en chant d’inspiration traditionnelle, du spectacle vivant, du conseil linguistique, des actions de sensibilisation, un cours public du soir et la promotion de l’édition occitane.

35Certains stagiaires continuent de participer régulièrement et peuvent s’enorgueillir d’être venus chaque année depuis 1975, d’autres reviennent à l’occasion, et de nouveaux arrivants découvrent chaque année les stages immersifs.

36Par ailleurs, l’EOE a noué des partenariats avec d’autres associations pour promouvoir la langue et la culture occitane comme OC BI (association français-occitan dans l’enseignement public), le Centre Régional d’Enseignement de l’Occitan (liste non exhaustive).

37L’EOE participe activement à la Quinzena Occitana créée en 2010 avec les autres associations occitanes du département, soutenues par le Conseil général, autour d’un projet pour promouvoir la culture occitane dans le Lot-et-Garonne. Cet événement a accueilli un très large public dès sa première édition et se poursuit.

Sa portée politique et pédagogique

38« On a semé, mais on ne sait pas ce qui va en sortir », aimait répéter Marceau Esquieu. Trois critères permettent d’affirmer que la renommée de l’École occitane d’été est forte : le nombre de stagiaires (qui monte jusqu’à 520 en 1978), la durée de fréquentation par les mêmes stagiaires (cinq ans d’affilée en moyenne) et la création, à partir des années quatre-vingt, d’autres écoles de ce type.

  • 14 La définition de ce terme reste volontairement large.

39L’École occitane d’été est représentative de tous les mouvements courants dans le milieu occitan : y viennent aussi bien des militants prônant l’action politique (participation aux élections, aux manifestations…) notamment « gauchistes »14– ils sont toutefois moins nombreux actuellement – ou des représentants de Volem Viure al Païs que ceux qui ne s’intéressent qu’à l’aspect culturel de la langue. Si des oppositions existent entre ces deux catégories de stagiaires, elles ne se transforment jamais en querelles : les participants forment une véritable équipe.

40Les pouvoirs publics locaux sont, certes, bienveillants envers l’École occitane d’été (le Conseil départemental de Lot-et-Garonne et la Ville de Villeneuve-sur-Lot accordent une subvention de fonctionnement), mais on ne peut pas dire qu’ils s’impliquent vraiment – à la différence des élus catalans dans leur région. Beaucoup d’entre eux viennent davantage de façon ostentatoire, à l’exception de Marcel Garrouste, député-maire de Penne-d’Agenais, réellement concerné par la question occitane.

41Il est une réalité : les occitanistes sont aujourd’hui davantage pris au sérieux. Le mot « occitan » est entré dans l’actualité : l’autoroute A20 s’appelle « l’Occitane », la Banque populaire a ajouté cet adjectif à son nom, des panneaux de signalisation routière ou de noms de rues sont bilingues. En Lot-et-Garonne, le magazine trimestriel du Conseil départemental accueille une page écrite en occitan, le journal Le Petit Bleu une chronique hebdomadaire, des radios locales (comme la Radio des Quatre cantons) une émission.

42Insistons enfin sur la portée pédagogique exceptionnelle liée à l’énergie et aux compétences déployées depuis plus de quarante ans par cette association qui a su organiser un enseignement efficace, cohérent et convivial pour former de nouveaux locuteurs d’abord, et permettre aux locuteurs naturels de recevoir une éducation dans leur langue, d’accéder à l’écrit et à la culture littéraire occitane qui s’étend de la fin du Xème siècle à nos jours, de la poésie des troubadours à celle des auteurs contemporains dont font partie les fondateurs de l’École Occitane : Marceau Esquieu, Christian Rapin, Jean Rigouste ; ou, encore d’autres enseignants de l’EOE, auteurs également, par exemple Philippe Carbone, Michel Chadeuil, Max Lafargue et Jean Roux. Enfin, d’anciens stagiaires ont participé à la création littéraire occitane ; c’est le cas de Bernard Manciet, auteur gascon majeur, et d’autres encore : Gilbert Narioo, Joan Larzac, Franc Bardou, Eric Fraj…

Conclusion

  • 15 CHATEAUREYNAUD M.-A. (2007).

43Il semble nécessaire également de resituer l’activité de l’École occitane dans le contexte du militantisme occitan en Aquitaine et des enquêtes réalisées auprès des personnalités un monde militant occitaniste dans la région Aquitaine15. Ainsi, le discours des acteurs culturels du Lot-et-Garonne se dégage nettement du discours de celui des autres départements, par l’engagement politique qui y apparait ; en Lot-et-Garonne, malgré un nombre réduit d’associations (et c’est ainsi que l’on mesure l’importance et l’influence de l’École occitane d’été qui a drainé et cristallisé la militance pendant des années), les occitanistes ont mené une action qui transparait dans le discours des acteurs culturels, dans la socialisation de la dénomination de la langue et dans la création de plusieurs sections bilingues dans l’enseignement public. La conscience du recul de la langue s’accompagne le plus souvent d’une démarche volontariste et militante. Très nettement, c’est autour de Villeneuve-sur-Lot que la vitalité culturelle est la plus forte. Nous pouvons donc légitimement penser que l’EOE a structuré et concentré les occitanistes du Lot-et-Garonne et qu’elle a joué un rôle déterminant dans la constitution du militantisme occitaniste du département.

Haut de page

Bibliographie

Publicacions de l’EOE 

Carbonne Philippe, 1971, Nos calia caminar, Vilanuèva d’Olt, Quaserns Forra-Borra.

Chadeuil Michel, 1978, Lo chen en Lemosin, Étude, EOE.

Esquieu Marceau, 1992, Contes à deux voix, EOE.

Esquieu Marceau, RAPIN Christian, RIGOUSTE Jean, 1978, Agenés occitan, École Occitane d’été.

Froment Paul, 1988, Flors de Prima ; A través regas, EOE.

Lafargue Max, 1986, Terras mescladas: poèmas, Picapol, Escola Occitana d'Estiu.

Rapin Christian, 1986, Novas agenesis, IEO éditions, Atots.

Rigouste Jean, Parli occitan, manuel d’initiation, École Occitane d’été, Institut d’études occitanes.

Publicacions en rapòrt amb l’EOE

Bianchi André, « Un ancian ministre catalan a l’escòla Villeneuve-sur-Lot, École Occitane d’été », in Le petit bleu de Lot-et-Garonne, 21 août 1997.

Chateaureynaud Marie-Anne, « Max Cahner e Occitània », in Revista de Catalunya, n°extra 2-2015, p. 113-117.

Ouvrages

Bardou Franc, 1995, Filh del cerç, naissença, Tolosa, Lo Gai Saber.

Chateaureynaud Marie-Anne, 2007 Pratiques, représentations et affichages de l’occitan en Aquitaine, Université Paul Valéry Montpellier III.

Roques Alain, 1984/1985, La santa trinitat ou trois occitanistes de l’Agenais », Mémoire universitaire maîtrise Université de Bordeaux.

Articles ou chapitres de livres

Marti Claude, album : Occitània, chanson N°6 Perque m’an pas dich,1971, Ventadorn.

Richardot Jean-Pierre, « Vivre au pays, l’École occitane d’été de Villeneuve-sur-Lot Voli parlar en Oc », in Le Monde 14 septembre 1977.

Haut de page

Notes

1 Marti Claude, chanteur, poète, romancier, essayiste français de langue occitane, né à Carcassonne en 1940.

2 Information donnée par Jean Rigouste.

3 Froment Paul (1875-1898) est un auteur de recueils de poèmes.

4 Le premier stage a lieu en 1975 mais la création administrative apparaît dans le Journal officiel en 1976.

5 Article du journal Sud-Ouest en 1976. Cf. revue de presse EOE.

6 Cf. la bibliographie en fin d’article.

7 De jeunes auteurs ont commencé à publier avec l’École occitane d’été, comme Michel Chadeuil qui y publie une étude Lo chen en Lemosin (Etude, Escòla Occitana d'Estiu, 1978).

8 Lo Gai Saber est une revue culturelle fondée en 1919, sous la direction de Prosper Estieu par la commission pour la langue d’oc, de l’académie des jeux floraux de Toulouse fondée en 1323. Succédant en 1982 à Ernest Nègre, Philippe Carbonne, universitaire spécialiste de géométrie algébrique, en devient le directeur,

9 Un catalogue plus complet des publications de l’EOE est en cours.

10 Cf. revue de presse de l’EOE.

11 L’Institut d’Études occitanes est une association de loi 1901, créée en 1945 à Toulouse par des occitanistes.

12 In La Dépêche du Midi, « École occitane d’été, au-delà des frontières », jeudi 24 août 1995.

13 Cf. revue de presse de l’EOE.

14 La définition de ce terme reste volontairement large.

15 CHATEAUREYNAUD M.-A. (2007).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Anne Chateaureynaud et Céline Piot, « L’EOE, l’Escòla Occitana d’Estiu, centre de formation associatif et ses fondateurs Marceau Esquieu, Christian Rapin et Jean Rigouste », Lengas [En ligne], 84 | 2018, mis en ligne le 15 juillet 2018, consulté le 18 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/lengas/1771  ; DOI : 10.4000/lengas.1771

Haut de page

Auteurs

Marie-Anne Chateaureynaud

ESPE d’Aquitaine, Université de Bordeaux

Céline Piot

ESPE d’Aquitaine, Université de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals