Navigation – Plan du site

Jòrgi Reboul, un parcours singulier vers l’occitanisme à travers l’histoire du XXe siècle

Jòrgi Reboul, a singular journey towards Occitanism through the history of the 20th century
Jòrgi Rebol, un percors singular cap a l'occitanisme a travèrs l'istòria del sègle XX
François Courtray

Résumés

Jòrgi Reboul est l’un des grands poètes marseillais du XXe siècle. Connu pour son œuvre littéraire novatrice qui bouleversa les codes de la poésie occitane au début des années 1930, c’était aussi et avant tout un homme d’action, engagé dans la défense de la langue et de la culture d’oc. Membre du Félibrige vis-à-vis duquel il posa d’emblée un regard assez critique, il fonda en 1925 Lou Calen de Marsiho qui rayonna pendant près de 60 ans sur la cité phocéenne. Il s’engagea en politique auprès du Parti prouvençau pour les élections de 1936, promut l’enseignement du provençal à l’école, fonda et anima une auberge de jeunesse, contribua au renforcement des liens avec les Catalans et participa à leur soutien lors de la guerre d’Espagne. Après la seconde guerre mondiale, il rompit progressivement avec le Félibrige pour rallier le courant occitaniste et l’IEO, tout en poursuivant ses actions en faveur de l’enseignement de la langue d’oc, des Catalans et des grands combats des années 1960-1970. Sous son impulsion, le Calen devint bientôt le berceau de l’actuel CREO Provence.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Remerciements à :
- Marie-Jeanne Verny et Hervé Lieutard, pour leurs relectures et leurs conseils techniques dans la réalisation de ce travail.
- À Thierry Marque, du Centre culturel Louis Aragon de Septèmes-les-Vallons, pour l’autorisation de rééditer les photographies et images tirées des deux colloques de 1994 et 2013 consacrés à Jòrgi Reboul.

Introduction

1Jòrgi Reboul (de son prénom de naissance Georges) est né à Marseille, le 25 février 1901. Le domicile familial est sis rue Paradis, dans l’une des principales artères de la ville. Son père, Pierre-Régis Reboul, est issu de Saint-Étienne-de-Lugdarès, dans les Cévennes ardéchoises ; il exerce le métier d’ingénieur, diplômé de l’École des Arts et Métiers d’Aix-en-Provence. La mère de Reboul, Marie Féraud, est originaire de Salignac, petit village près de Sisteron, dans les Basses-Alpes (actuelles Alpes-de-Haute-Provence) (Pouliquen 2016).

2Reboul effectue des études au lycée technique de Marseille, dans le but de préparer à son tour les Arts et Métiers mais ses parents divorcent quand il a 14 ans. Il est alors contraint d’arrêter ses études en 1917, à l’âge de 16 ans, pour soulager financièrement sa mère, ce qui le conduit à entrer aux chantiers navals de Marseille comme dessinateur-projeteur (Pic 1996, 70). Il s’installe avec sa mère rue de l’Olivier (5ème arrondissement de Marseille).

  • 1 Tulette (Drôme), 1862 – Marseille, 1938. Libraire éditeur à Marseille, président de l’Escolo de la (...)
  • 2 L’on peut au passage se demander au passage dans quelle mesure le fait d’inscrire l’excursionnisme (...)

3En 1919, il devient membre des Escourrèire marsihés (Excursionnistes marseillais), association créée par Paul Ruat1 en 1897, reconnue d’utilité publique en 1920. Cette association est directement liée à l’escolo félibréenne ? Prouvènço ! (sic), association qui compte environ un millier de membres au milieu des années 1920, ce qui constitue un nombre très important par rapport à la moyenne des adhérents au Félibrige (Martel 2014, 6)2. Reboul sera d’ailleurs un temps vice-président de ? Prouvènço !, avant de fonder sa propre structure, Lou Calen, en 1925 (Almanach occitan 1928, 160). Ce goût pour la marche et l’ascension de sommets ne le quittera plus, au point que Guy Martin indique qu’il répondait probablement à un double besoin chez lui, besoin quasi physiologique correspondant à son « naturel de berger » mais aussi besoin poétique, la marche étant le support de sa « respiration créatrice » (Martin 1994, 46-47).

  • 3 Information donnée par Gilberte Reboul.

4En 1923, Reboul termine son service militaire effectué au septième bataillon du génie d’Avignon. Il exerce différents métiers tout en préparant des concours administratifs, s’installe boulevard des Dames (2ème arrondissement de Marseille) et finit par entrer à l’école pratique d’industrie de la rue du Rempart, à Marseille, où il exerce les fonctions de secrétaire-surveillant de lycée et, occasionnellement, de remplaçant pour les cours de français3.

5En 1925, Reboul décide de provençaliser son prénom pour se faire désormais appeler Jòrgi (Pic 1996, 70).

6En 1938, il rencontre sa future femme, Gilberte Lafond, originaire de Montbrison dans la Loire, à l’auberge de jeunesse d’Allauch qu’il a créée en 1936. Cette première rencontre a lieu à l’occasion d’une conférence donnée par Reboul sur Calendal, le poème de Mistral, à laquelle elle assistait. Par la suite, les deux jeunes gens entament une correspondance ponctuée d’autres rencontres et finissent par se marier durant l’été 1939 (image 1). Le couple emménage rue d’Endoume (7ème arrondissement de Marseille), juste à côté de l’école du Rempart où Reboul travaille.

Image 1. Jòrgi Reboul et son épouse en 1942 (A l’entorn de l’accion occitana, 2014, 60)

Image 1. Jòrgi Reboul et son épouse en 1942 (A l’entorn de l’accion occitana, 2014, 60)
  • 4 Informations données par Gilberte Reboul.

7Deux mois après le mariage, la seconde guerre mondiale éclate. Reboul est mobilisé. Il est fait prisonnier lors de la défaite de 1940 et transféré en Allemagne où il reste captif jusqu’en 1942 (Barsotti 2014, 25). Il parvient à s’évader grâce à la complicité d’un officier allemand qui avait été professeur de français dans un lycée d’Arles avant la guerre et qui connaissait ses poèmes ; cette aide inespérée lui permet de rentrer à Marseille mais l’officier allemand paie cher son geste puisqu’il est fusillé4.

8Le couple aura deux enfants : Gérald, né le 14 mars 1943 ; puis Sylviane, douze ans plus tard, le 18 octobre 1955.

9En 1954, la famille s’installe rue Charles de Foucault (4ème arrondissement de Marseille).

  • 5 En attestent différents documents retrouvés dans les archives du CIRDOC : Jòrgi Reboul, rapport du (...)
  • 6 Informations données par Gilberte Reboul.

10Après le lycée du Rempart, Reboul travaille comme surveillant général au collège technique du bâtiment Denis Diderot (avenue de Valdonne, dans le 13ème arrondissement de Marseille)5. Il achève sa carrière à la mairie, en tant que responsable du service scolaire6.

  • 7 Je donne ici la liste de ses seuls recueils, sans tenir compte des très nombreux textes publiés de (...)
  • 8 Pour une étude quasi exhaustive de la bibliographie de Jòrgi Reboul, voir Pic 1996, 69-81.

11Reboul aura été l’un des grands poètes de langue d’oc du XXe siècle. Son œuvre s’étale sur une soixantaine d’années, du milieu des années 20 au milieu des années 807. De l’avis général, elle a constitué une sorte de révolution dans les lettres occitanes des années 30, par sa modernité et sa rupture avec les canons félibréens qui régnaient alors en maîtres sur la poésie d’oc. Mais Reboul ne s’est pas seulement illustré en littérature par sa poésie : il a aussi été chroniqueur dans de nombreux journaux et périodiques, préfacier, critique littéraire de l’œuvre de Victor Gelu et auteur de plusieurs pièces de théâtre8.

12Toutefois, ce n’est pas ici sur l’homme de lettres que je souhaite m’attarder mais sur l’homme engagé dans la défense de la langue et de la culture d’oc, engagement constant tout au long de la vie de Reboul et qui l’a conduit du Félibrige à l’occitanisme, tout en restant toujours fidèle à ses valeurs et à ses amitiés. De fait, pour Reboul, la pratique littéraire n’a jamais été déconnectée de l’engagement de terrain, que ce soit sur les plans politiques, sociaux, éducatifs ou internationaux et ce jusqu’à 1980, date officielle de sa retraite militante à 79 ans passés.

Les années 1920 : les premiers engagements de Reboul, du Félibrige au Calen de Marsiho

13Dès le début des années 1920, Reboul commence à fréquenter le Félibrige, seule association littéraire et culturelle d’oc existant à l’époque. Il est reçu manteneire en 1923 et obtient de titre de Mèstre en Gai Sabé en 1931.

  • 9 Gensac (Gers), 1898 – Toulouse, 1976. Docteur en médecine installé à Toulouse, collaborateur du Tou (...)

14Reboul ne tire toutefois pas de gloire personnelle de ses engagements félibréens ; il se montre même dès le départ clairement méfiant vis-à-vis des titres et honneurs délivrés par l’institution mistralienne. Dès la fin des années 1920, il écrit ainsi à Ismaël Girard9 :

  • 10 Marseille, 1878-1947. Employé à la mairie de Marseille, co-fondateur en 1925 puis président du Cale (...)

Pecai ! Se sabiem ! òc, se sabiem, bèl amic, quntes son los ordres qu’ai donats… al Capolier emai al Majoral Conio10 pèr que lo Consistòri del Felibrige me laisa vogar à mon agrat — car sabès pas, besai, qu’es estat question à Limoge de m’empegar la cigala de fèrri-blanc ! […] Tot aisò pèr vos dire que me trùfi de las falibustariés d’ara. Ma carga de cabiscol del Calen de Marselha, grop qu’ai creat, sufis à contentar ma cròia !

[Misère ! Si on savait ! oui, si on savait, mon bon ami, quels sont les ordres que j’ai donnés… au Capoulier et aussi au Majoral Conio pour que le Consistoire me laisser voguer à mon gré — car vous ne savez pas, peut-être, qu’il a été question à Limoge de me coller la cigale en fer blanc ! […] Tout ça pour vous dire que je me moque des flibusteries actuelles. Ma charge de capiscol du Calen de Marseille, groupe que j’ai créé, suffit à contenter mon orgueil.]

  • 11 Carpentras, 1881-1968. Boulanger à Carpentras, lauréat de l’Académie des jeux floraux, prix Mistral (...)
  • 12 Jòrgi Reboul, lettre à Madame Pin, sans date, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1967.

15Toutefois, il y a lieu de noter que cette méfiance vis-à-vis des décorations dépasse largement le cadre du seul Félibrige. Reboul se montre en réalité rétif à toute distinction officielle : dans une lettre sans date, probablement rédigée dans les années 60, il indique avoir été proposé en 1939 à la légion d’honneur par le Majoral François Jouve11 et le Président du Conseil Édouard Daladier mais avoir là aussi refusé cette décoration12.

La création du Calen de Marsiho

16Face à ce qu’il ressent comme un assoupissement folklorisant de la vénérable institution mistralienne, le besoin d’engagement militant personnel conduit rapidement Reboul à œuvrer en parallèle du Félibrige, tout en en demeurant membre. Cette voie intermédiaire se traduit par la création deux associations qui répondent plus spécifiquement à ses aspirations : L’Amistanço dei Joueine et Lou Calen de Marsiho.

  • 13 Bazas (Gironde), 1907 – Toulon (1989). Licencié en lettres, enseignant au Maroc puis professeur de (...)
  • 14 Jòrgi Reboul, lettre à Joseph Salvat, 7 octobre 1927, Archives du CIRDOC, CP 352/35 (54 lettres env (...)
  • 15 « Reglamen de la targo pouetico pèr 1926 », Archives du CIRDOC, CP 604/10 (4 lettres envoyées à Pro (...)

17L’Amistanço dei Joueine est créée par Reboul en février 1926 (Pic 1996, 70), en partenariat avec deux poètes, Marius Daniel et Louis Bayle13. Elle se donne pour objectif de fédérer les associations de jeunes et les jeunes isolés de Provence afin de promouvoir la langue, les coutumes et les traditions provençales. Ses principaux moyens d’action sont l’édition d’un journal éponyme, la publication d’œuvres en langue d’oc, l’impression et la diffusion de cartes postales de propagande ainsi que l’organisation de concours de poésie (Grau 1996, 26)14. Le règlement du concours pour 192615 indique qu’il s’adresse à de jeunes auteurs provençaux de moins de 30 ans, écrivant de préférence dans leur dialecte local en graphie félibréenne ; le concours comporte deux options, l’une en prose, l’autre en vers ; les épreuves sont prévues pour se dérouler le 15 août à La Ciotat, face à un jury composé de plusieurs écrivains d’oc ; enfin, s’agissant de l’attribution des prix et compte tenu de l’absence de finances propres à l’association, il est prévu une remise d’ouvrages littéraires d’oc, gracieusement fournis par des auteurs préalablement sollicités à cette fin.

18La seconde association créée par Reboul, Lou Calen de Marsiho (image 2), mérite des développements plus importants, compte tenu de la place qu’elle a tenue dans la vie culturelle marseillaise de sa création jusqu’à sa disparition en 1980.

Image. 2. Logo du Calen de Marsiho (A l’entorn de l’accion occitana, 2014, 17)

Image. 2. Logo du Calen de Marsiho (A l’entorn de l’accion occitana, 2014, 17)

19C’est durant l’année 1925 que Reboul a l’idée de créer l’association Lou Calen de Marsiho (le terme calen désigne une lampe à huile). L’idée lui vient alors qu’il est en compagnie de ses amis Marcel Jourdan et Henri Faucherand, au cours d’une randonnée au sommet du Pic de Bertagne (point culminant des Bouches-du-Rhône, dans le massif de la Sainte-Baume) (Barsotti 2014, 19).

  • 16 « Pelau de novo. Marsiho : uno pèiro de mai au clapié », La Pignato, n°3, 7 juillet 1925, paginatio (...)
  • 17 Marseille, 1908 – Gaujac (Gard), 1994. Agrégé de lettres, docteur en lettres, professeur de lycée p (...)
  • 18 Marseille, 1909-1997. Chef d’entreprise et entrepreneur, créateur du pastis éponyme, du circuit de (...)
  • 19 « Belugo dei Fougau. Marsiho : « LOU CALÈN », La Pignato, n°5, 7 août 1925, pagination absente.

20L’annonce de la création de l’association est effectuée dès le début du mois de juillet 192516 mais il faut attendre le 11 août pour que Reboul fonde véritablement Lou Calen avec ses amis Charles Camproux17, Paul Ricard18, Eugène Biancheri et Émile Roubaud19. Le siège de l’association est fixé au domicile marseillais de Reboul, 4 boulevard des Dames, et l’association se définit comme un « fougau felibren dei franc marsihés » […] « que recampo lei gènt de la bouono » [foyer félibréen des francs Marseillais qui regroupe les gens de la bonne société] (Pic 1996, 70).

  • 20 Marseille, 1860-1936. Artiste peintre, sculpteur, graveur, professeur d’esthétique à l’école des be (...)
  • 21 Marseille, 1864-1950. Instituteur, journaliste, adjoint au maire de Marseille (municipalité Flaissi (...)
  • 22 Avignon, 1878 – Aix-en-Provence, 1949. Professeur d’italien au lycée Mignet d’Aix-en-Provence, fond (...)
  • 23 La Ciotat, 1882 – Marseille 1848. Professeur de langue et littérature provençale à la faculté d’Aix (...)

21Le Calen s’affilie à L’Amistanço dei Joueine mais également au Félibrige. Il devient ainsi une nouvelle escolo marseillaise (Grau 1996, 25), en parallèle aux autres escolo phocéennes déjà existantes, comme l’escolo de la Mar créée en 1877 ou l’escolo Prouvènço dont étaient membres plusieurs des fondateurs du Calen. Dès sa création, le Calen reçoit le soutien de plusieurs félibres importants (Grau 1996, 26), comme Antoine Conio, Valère Bernard20, Émile Bodien, Pierre Bertas21, Marius Jouveau22 ou Émile Ripert23.

22Selon Domenja Blanchard (Blanchard 2014, 61), la création du Calen se veut une réponse à l’immobilisme et aux idées passéistes que Reboul et ses autres fondateurs reprochent au mouvement mistralien. La nouvelle association, résolument marquée à gauche et faisant la part belle à l’action sociale, se donne pour objectif de promouvoir et d’illustrer la langue et la culture provençale, de redonner aux Provençaux la fierté de ce qu’ils sont et de soutenir la cause linguistique par des activités variées et un militantisme culturel.

23Claude Barsotti précise que le but du Calen a été de « jumeler l’action occitaniste à la vie quotidienne tout en demeurant dans le Félibrige qui à cette époque demeurait encore l’organisme de référence de défense de la langue et de la culture occitanes. Une façon en somme d’entreprendre une rénovation du Félibrige qui était considérée comme encore possible » (Barsotti 2014, 19).

24Les propos rétrospectifs de Reboul quant aux buts initiaux du Calen sont on ne peut plus explicites. Dans une interview donnée à Françoise Cardaire en 1962, il indique avoir fondé le Calen « par réaction contre ceux qui étaient en train de faire de notre civilisation provençale une pièce de musée. Nous voulions être des “purs”, des provençaux “vivants” » (Cardaire 1962, 25).

25Reboul n’hésite d’ailleurs pas à concrétiser de façon parfois spectaculaire sa contestation vis-à-vis du Félibrige, comme lors des célébrations du centenaire de la mort de Mistral, à Maillane, le 8 septembre 1930. En pleine célébration, il s’illustre avec son ami Camproux et d’autres jeunes Languedociens en perturbant les cérémonies commémoratives (Martel 2014, 7). Ils entendent ainsi protester contre « l’ingérence des autorités françaises qui participaient aux manifestations félibréennes mais n’accordaient jamais rien » (Charles Camproux, cité dans Abrate 2001, 216). Afin de manifester haut et fort leur mécontentement, les deux amis chantent notamment à tue-tête pendant les discours officiels, Camproux reprenant La coumtesso de Mistral, tandis que Reboul entame Fenian e grouman de Victor Gelu, le tout sous une pluie de cacahouètes jetées par leurs comparses (Abrate 2001, 216).

26La publication des statuts du Calen au Journal Officiel a lieu le 23 octobre 1927. Reboul est désigné cabiscòu de l’association — il le demeurera jusqu’à la dissolution de l’association, en 1980, à l’exception d’une petite période de trois ans de 1929 à 1932 — tandis que Joseph Romezin en assure le secrétariat. Claude Barsotti explique que le terme cabiscòu renvoie à une ancienne dignité ecclésiastique et que le terme a ensuite été employé pour désigner le président d’un groupe ou d’une école affiliés au Félibrige (Barsotti 2014, 19). Il précise encore qu’à partir des années 60 — moment du ralliement officiel de Reboul à l’occitanisme et à l’Institut d’Estudis Occitans —, le nom de l’association, tout en restant le même, deviendra Lo Calen de Marselha, en graphie classique.

Les actions du Calen

27Le Calen se dote d’un bulletin d’informations éponyme qui commence à paraître en octobre 1928 ; ce bulletin prend la suite du bulletin de L’Amistanço dei Joueine, lequel cesse de paraître en 1927. Sa publication aura lieu sans discontinuer de 1928 à février-mars 1939, avant de reprendre en 1944 (Barsotti 2014, 20). À noter également qu’avec l’aide d’Antoine Conio, qui en assure la direction, Reboul participe à la résurrection de l’Armana marsihés qui avait cessé de paraître en 1906 suite à la mort de son fondateur, Auguste Marin. L’Armana reprend ainsi ses publications sous la collaboration des deux hommes de 1928 à 1937 (Guasco 1993, 2).

28Le Calen se dote rapidement d’une bibliothèque, d’un musée, d’une salle de réunion et ses membres se spécialisent dans divers domaines : journalisme, théâtre, littérature, arts (Grau 1996, 24)… L’association collabore également avec divers groupes (les étudiants du Nouveau Languedoc de Montpellier, le groupe Bertran de Born à Limoges, les Estudiants Ramondencs puis l’Amistança Godolin à Toulouse, les animateurs de la revue Oc et de la Societat d’Estudis Occitans…) afin d’élaborer un occitanisme en phase avec son époque (Grau 1996, 26). Le Calen rencontre rapidement un franc succès populaire : trois années après sa fondation, il compte 120 membres et multiplie les activités (Blanchar 2014, 61).

29Parmi les premières animations proposées, on note l’organisation de randonnées pour « retrouver notre terre », de conférences auxquelles participent des poètes, des écrivains ou des enseignants, mais également la promotion des danses et chants provençaux (Cardaire 1962, 25).

  • 24 L’information m’a été fournie par Claude Barsotti.
  • 25 Jòrgi Reboul, lettre à Charles Rostaing, 12 (?) juin 1958, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Rebo (...)
  • 26 L’information est donnée par la lettre de Reboul à Charles Rostaing évoquée à la note précédente.

30Le Calen met aussi en place, dès 1927, une célébration de l’anniversaire de la mort de Mistral au plateau Longchamp de Marseille. Cette cérémonie a traditionnellement lieu le 25 mars ou le premier dimanche qui suit cette date24. Loin des traditionnelles « cigaleries » et « félibrégeade[s] » (sic) tant décriées par Reboul25, ces commémorations se veulent des rassemblements larges de tous ceux qui se réclament de l’héritage de Mistral. Au fil des ans, cette manifestation devient une véritable institution marseillaise : ainsi, en 1957, ce sont plus de 3 000 personnes que se retrouvent pour la commémoration, avec une foule regroupant non seulement des Marseillais et des Provençaux mais aussi des Grecs, des Bretons, des Catalans, des Gascons et des espérantistes26.

  • 27 Le journal La Pignato indique pour sa part que Reboul aurait (à nouveau ?) tenu ce rôle en 1931 : « (...)

31Enfin, le théâtre prend rapidement une place centrale au sein de l’association. Comme l’indique Lucienne Porte-Marrou (Porte-Marrou 1996, 85), Reboul s’est intéressé au théâtre dès 1926, année au cours de laquelle, à 25 ans, il tient le rôle de Balthasar dans la Pastouralo de Mèste Jaque composée par Jacques Isnardon27.

32Toutefois, c’est en 1929 que l’idée de développer une activité théâtrale au sein du Calen lui vient véritablement. De fait, il assiste à une représentation de la pièce du félibre aubagnais Joseph Fallen, La fauto d’un paire, mise en scène par Georges Sicard. Or la pièce a été adaptée en français. Cette adaptation française interpelle Reboul qui souhaiterait au contraire assurer la promotion sur scène de la langue d’oc car le théâtre est à ses yeux l’occasion de « parler au peuple dans sa langue naturelle » (Cardaire 1962, 25).

33Afin de concrétiser cette ambition, Reboul décide de se lancer lui-même dans l’écriture dramatique ; c’est ainsi qu’il crée une courte comédie, Nesimo, représentée pour la première fois le 24 novembre 1929 à Marseille. Il enchaîne l’année suivante, toujours à Marseille, avec une deuxième comédie, Rèn qu’un pantai, donnée le 14 décembre 1930 (Reboul 1933, 33-47 et 1932, 66-77).

  • 28 Jòrgi Reboul, Lou printèms, Marseille, non publié, 1936 (Pic 1996, 78).

34À noter, pour l’anecdote, que Reboul reprendra finalement au compte du Calen La fauto d’un paire en provençal, comme il l’avait souhaité, avec deux représentations, l’une à La Ciotat le 24 août 1930 et l’autre à Lascours le 10 juin 1936. Cette même année 1936, Reboul donne une autre comédie, Lou printèms, à la salle municipale des Dominicaines à Marseille28.

  • 29 Sur la création de la fête de la Tarasque à Sainte-Marthe, voir Barsotti 2014, 19-20.
  • 30 Claude Barsotti, qui donne cette précision, n’apporte aucune précision sur les auteurs de ces deux (...)

35En 1932, Reboul s’associe aux fêtes de la Tarasque organisées par son ami Charles Camproux et son groupe Occitania dans le quartier de Sainte-Marthe (14ème arrondissement de Marseille) (Pouliquen 2016)29. Lou Calen participe aux festivités en proposant deux pièces de théâtre, Le docteur Purgemoi et Les intrigues d’un amateur30.

36Rétrospectivement, et toujours selon Lucienne Porte-Marrou, 19 pièces auraient figuré au répertoire du Calen, pour un total de 110 représentations qui auront notamment fait se côtoyer des œuvres d’Antoine Conio, d’Antonin Chaude, de Léon Teissier, d’Émile Barthe, de François Dezeuze et bien évidemment de Reboul lui-même.

Au tournant des années 1930, un engagement nettement plus politique

  • 31 Magalas (Hérault) 1911 – Montpellier, 1981. Agrégé d’espagnol, directeur de compagnie d’assurance, (...)
  • 32 Bayonne, 1907 – Paris 1975. Docteur en droit, licencié ès-sciences mathématiques, diplômé d’histoir (...)
  • 33 Argelliers (Hérault), 1908 – Montpellier, 2005. Docteur en médecine, membre fondateur du Nouveau La (...)
  • 34 Toulouse, 1914-1973. Docteur ès-lettres, professeur de langue et littérature romane à la faculté de (...)
  • 35 Toulouse, 1911 – Saintes-Maries-de-la-Mer, 1982. Fonctionnaire de l’Enregistrement, publiciste, fon (...)
  • 36 Il serait plus exact ici d’utiliser le mot d’autonomisme qui renvoie à une idée, plutôt que celui d (...)

37Dès les années 30, le militantisme de Reboul dépasse largement le strict cadre de défense de la langue et de la culture provençales et c’est un engagement politique plus global en faveur du Midi qui l’anime. Comme le souligne Laurent Abrate, Reboul s’inscrit pleinement dans la nouvelle génération des militants de la langue d’oc des années 1930 qui se fédère : à Marseille, autour du Calen et du trio que Reboul forme avec Paul Ricard et Charles Camproux ; à Montpellier, au sein du Nouveau Languedoc avec Roger Barthe31, Jean Lesaffre32, et Max Rouquette33 ; et à Toulouse, avec les Estudiants Ramondencs (Antoine de Bastard, Jean Seguy34, Marcel Carrières35). Cette génération se caractérise selon lui par plusieurs points communs : « fédéralisme confinant à l’autonomie36, mise en lumière de l’anachronisme félibréen, volonté d’élever la production culturelle occitane, de porter la revendication sur le plan politique, d’occitaniser le peuple occitan, attention soutenue aux problèmes et aux progrès des autres minorités et essentiellement de la Catalogne » (Abrate 2001, 214).

De la Section fédéraliste de Marseille au Parti Prouvençau

  • 37 Jòrgi Reboul, lettre à Pierre Azéma, 7 juin 1933, Archives du CIRDOC, AZP 13/3/4 (59 lettres envoyé (...)

38Concrètement, Reboul participe en 1933 à la création d’une section fédéraliste à Marseille, avec d’autres membres du Calen, Maurice Bertin, Eugène Biancheri, Charles Camproux, Antoine Conio, Joseph Romezin, Honoré Valentin et Paul Ricard (Barsotti 2014, 24). L’idée fédérale est au cœur des idéaux politiques de Reboul, de même qu’un anti-centralisme forcené qu’il revendique à longueur de correspondance avec ses interlocuteurs. Un exemple parmi tant d’autres, il termine une lettre envoyée à Pierre Azéma en 1933 par la formule : « Ti màndi, sènso pòu ! moun vièi quicho-man anti-jacoubin. » [Je t’envoie, sans peur ! ma vieille poignée de main anti-jacobine]37.

39En 1933, Reboul, Camproux, Ricard et quelques autres amis marseillais participent à la création de la revue L’Araire — organe mensuel de la Fédération de la jeunesse occitane. La revue est dirigée par Camproux et plusieurs membres du Calen y collaborent. En mars 1934, suite aux célébrations du premier centenaire de la Renaissance catalane à Barcelone (1933) et au gré des mutations de L’Araire, Camproux crée à Narbonne une nouvelle revue qui aura un impact déterminant sur le plan de la structuration du mouvement politique occitaniste naissant. Il s’agit d’Occitania : Organa mesadier de la Joventut Occitanista [Occitanie : organe mensuel de la jeunesse occitaniste] (Grau 1996, 28 ; Canales 2014, § 10).

40Cette revue a pour directeur Camproux et pour rédacteur en chef Roger Barthe, Max Rouquette puis Léon Cordes (Grau 1996, 28). Elle associe des groupes Catalogne, des Baléares et de Valencia (notamment la Federació nacional dels estudiants de Catalunya et l’association de la jeunesse catalaniste et patriotique Palestra de Batista i Roca) ainsi que des groupes occitans (les amis de L’Araire, les étudiants du Nouveau Languedoc de Montpellier et les Estudiants Ramondencs de Toulouse) (Grau 1996, 28 ; Abrate 2001, 259). La revue a un fonctionnement fédératif et, à tour de rôle, les groupes de Marseille, de Montpellier et de Toulouse se répartissent la rédaction du journal. Le premier numéro de la revue sort le 7 mars 1934.

41En parallèle à la revue Occitania se réunit régulièrement un groupe des Amics d’Occitania. Fin 1934 début 1935, le Groupe Marseillais d’Occitania, issu de la section fédéraliste de Marseille, décide de fonder le Parti Prouvençau sous l’impulsion de Reboul, Ricard, Gabriel Deleuil et Honoré Valentin — tous animateurs du Calen —, avec l’appui de Camproux. En théorie, des groupes similaires se créent à Montpellier et à Toulouse mais, de facto, seul le groupe provençal a un fonctionnement politique réel (Abrate 2001, 260).

42Le Parti Prouvençau se donne pour mission de défendre les intérêts des Provençaux, notamment aux futures élections municipales. Ricard en devient le président (Barsotti 2014, 24). Selon les explications qu’en donne Philippe Martel, « ce que proposent nos Marseillais, c’est, au fond, une alliance des électeurs progressistes du Sud-est qui est (alors…) majoritairement de gauche, sur une base locale, sans attendre donc la décision des directions parisiennes, autour d’un programme à la fois antifasciste et régionaliste, cimenté par une commune appartenance au Midi » (Martel 2014, 7).

43Le Parti Prouvençau fait connaître ses revendications par des tracts qui sont diffusés notamment dans les pages d’Occitania. Il multiplie les campagnes d’affichage, adhère à la Coalition du Front Populaire et s’immisce dans la campagne des élections municipales à Brignoles pour laquelle Reboul prend la parole en occitan dans des réunions publiques (Blanchard 2014, 62).

  • 38 L’affiche incriminée commençait sur l’interpellation « POPLE PROUVENÇAU ! », continuait en indiquan (...)

44À l’occasion d’un collage d’affiches dans le Var, Reboul et Ricard sont interpellés à Pourrières par deux gendarmes, mandatés par des maires des environs de Saint-Maximin, inquiets pour leur réélection face à cette campagne menée en provençal et qui semble séduire leurs électeurs — en réalité, ces élus ne craignaient pas grand-chose, dès lors que le Parti Prouvençau ne présentait aucun candidat. Suite à leur interpellation, les deux amis sont renvoyés devant le tribunal de Saint-Maximin pour affichage illégal38. La revue Occitania rend compte de l’événement dans son numéro 16 du 7 juin 1935 sous le titre : « Jorgi Reboul e Pau Ricard davant lou tribunau de simplo pouliço de Saint-Meissimin. Nos amis ont été arrêtés par la gendarmerie à Pourrières (Provence) alors qu’ils apposaient les affiches électorales de propagande fédéraliste du Groupe Marseillais d’Occitania ». C’est Frédéric Mistral neveu qui se constitue à titre bénévole comme avocat pour les défendre lors de l’audience du 5 juin 1935. Au final, Reboul et Ricard sont condamnés à une peine de principe et le Groupe Marseillais d’Occitania est relaxé (Barsotti 2014, 24).

L’engagement dans la campagne des élections législatives de 1936

45À la suite de la stratégie adoptée par les Marseillais et sous leur impulsion, la réunion des Amics d’Occitania qui se tient à Narbonne en décembre 1935 débouche sur l’adoption d’un programme occitaniste basique, visant notamment à une transformation de la France en république fédérale qui offrirait aux régions une forte autonomie, et sur la transformation du groupe en Partit Occitanista (Grau 1996, 28). Ce Parti Occitaniste a toutefois beaucoup de mal à se faire une place face aux grands partis nationaux de gauche, d’autant moins soucieux de revendications régionalistes (décentralisation et enseignement de la langue d’oc à l’école) que celles-ci sont très éloignées des préoccupations de la très grande majorité de leurs électeurs (Martel 2014, 7).

46Face au coup de publicité suscité par l’affaire du collage d’affiches de Pourrières, le comité local du Front Populaire propose à Reboul de se présenter à Brignoles comme candidat de coalition aux élections législatives de 1936 ; Reboul décline la proposition. Il tire malgré tout parti de la campagne pour adresser aux candidats à la députation une lettre portant sur le thème de la réforme de l’État suivant un plan régionaliste. Outre Reboul, cette lettre est signée de Charles Camproux, Antoine Conio, Gabriel Deleuil, Paul Ricard et Honoré Valentin (Barsotti 2014, 24).

47Le Groupe Marseillais d’Occitania participe lui aussi à la campagne et, à défaut de Reboul, soutient à Brignoles la candidature de Charles Gaou, membre du Parti Communiste. Le numéro 31 de la revue, précisément rédigé par les Provençaux, s’ouvre sur un texte clairement politique et résolument orienté à gauche, ce qui provoque dissensions et démissions au sein d’Occitania (Blanchard 2014, 62). Pour mettre un terme au conflit naissant, Camproux et Max Rouquette publient dès le numéro suivant une mise au point indiquant qu’Occitania accepte des amis de tous les partis politiques, des Croix de Feu aux communistes, du moment qu’ils soutiennent une base idéologique minimale qui constitue les principes directeurs de la revue (Grau 1996, 29). Cette position est entérinée lors de la réunion tenue à Béziers le 4 octobre 1936 où il est finalement décidé de constituer une association des Amics d’Occitania « groupement de propagande occitane, qui pourra accepter des amis de tous les partis politiques français à la condition que les programmes de ces derniers ne soient pas en contradiction avec le programme occitaniste et qu’ils ne desservent pas l’Occitanie en servant leur parti » (Barsotti 2014, 24). Ainsi que le souligne Pierre Grau, on passe ainsi de la logique de création d’un parti occitaniste autonome à l’idée d’« occitaniser les partis politiques français », voie qui sera tout aussi difficile à suivre face au « poids des traditions et des mentalités jacobines » (Grau 1996, 29).

La promotion de l’enseignement du provençal à l’école

48Toujours sur le plan politique, Reboul s’engage clairement dès le milieu des années 30 pour soutenir le développement de l’enseignement du provençal dans les écoles. En 1934, il est à l’origine de la création d’une Commission Permanente de l’Enseignement Provençal dont le président est Ricard. Cette commission organise bientôt un concours de récitations provençales dans une cinquantaine d’écoles de la vallée de l’Huveaune. Un nouveau concours est organisé en 1935, cette fois-ci pour l’ensemble des écoles primaires laïques de Provence (Barsotti 2014, 22).

49À l’initiative de Reboul, le Calen sollicite en outre régulièrement les candidats aux élections sur la place de la langue d’oc à l’école : en 1934 pour les cantonales, en 1935 pour les municipales et en 1936 pour les législatives. Après l’arrivée au pouvoir du Front populaire, l’association écrit régulièrement au ministre de l’Éducation nationale, Jean Zay, afin qu’il autorise officiellement un enseignement scolaire de la langue d’oc mais en vain, et ce même après qu’il aura autorisé celui du malgache et de l’annamite (Abrate 2001, 299).

La lutte contre les « histoires marseillaises »

50Durant cette même période, Reboul s’implique également dans la lutte contre les « histoires marseillaises » (Barsotti 1996, 3-8). Ainsi que l’explique Claude Barsotti, la fin des années 1920 voit se développer ce qu’on appelait alors des « histoires marseillaises », récits fictifs créés par des Parisiens de souche ou d’adoption, mettant en scène de façon burlesque des Marseillais ou des Méridionaux. Ces histoires caricaturales s’inscrivent dans une tradition ancienne de moqueries vis-à-vis des populations du Midi, dont les premières traces remontent aux gasconnades du XVIe siècle.

51Le début de la campagne d’action contre les « histoires » commence en novembre 1938 avec la publication d’une lettre ouverte de Reboul dans le bulletin du Calen où il s’indigne du fait que ces mauvaises galéjades aient « ridiculisé notre VILLE et notre PAYS PROVENÇAL dont MARSEILLE est la Capitale ». Reboul y souligne le caractère grossier et systématiquement caricatural des légendes propagées, dénonce « la dénigration (sic) malsaine qui semble jalouse de notre lumière et de notre pensée » et termine son propos sur un très assumé « bèu salut prouvençau » [beau salut provençal] (Barsotti 1996, 6-7).

52Dans la foulée se crée un Comité d’action contre les histoires marseillaises, alimenté par des membres du Calen mais aussi par des recrues extérieures allant de la gauche et l'extrême-gauche à la droite, tels que Pierre Bertas (ancien adjoint de Marseille et majoral du Félibrige, alors socialiste et fédéraliste), Antoine Conio (chef de bureau à la mairie de Marseille, majoral du Félibrige et chroniqueur sous le pseudonyme de Jan lou Cambalaire dans Rouge-Midi, organe régional du parti communiste), Mouren (président honoraire des commerçants et magasiniers de Marseille), Fontanier (représentant de l’Office du tourisme et du Syndicat d’initiatives de Marseille), Émile Ripert (conseiller général, professeur à l’université d’Aix-Marseille, majoral du Félibrige et membre de l’Action Française) ou encore Georges Sicard (président du syndicat d’initiative d’Aubagne).

53En janvier 1939, ce comité envoie près de 600 lettres de protestation à des journaux marseillais, régionaux et nationaux, à des associations et à diverses personnalités. Les propos de ces lettres sont cinglants : « Le peuple de Marseille n’est pas un peuple de fada comme voudraient le faire croire définitivement les plats dialogues de Marius et d’Olive, ces ridicules prototypes d’exploitation commerciale étrangère ». Le comité appelle par ailleurs « tous les Marseillais, tous les amis de Marseille pour l’aider dans son œuvre utile d’épuration et leur demande partout où il sera nécessaire de mettre à l’index les histoires marseillaises ».

54Des réunions publiques sont organisées, auxquelles participent plus d’un millier de personnes. Une affichette est également éditée pour être collée sur les murs ou sur les enveloppes postales avec le slogan « Les histoires marseillaises servent d’esprit aux imbéciles », formule trouvée par le Montpelliérain Max Rouquette, président du Comité d’action contre les histoires marseillaises.

55Cette campagne anti-« histoires » est diversement accueillie par les journaux marseillais, dont certains sont directement impliqués dans la diffusion des propos calomnieux. Une partie de la presse, comme Le Sémaphore, Le Petit Marseillais ou Le Bavard, essaye de contourner le problème en taxant précisément l’entreprise du Comité de nouvelle « histoire marseillaise » (Barsotti 1996, 7). Toutefois, bien évidemment, il est difficile pour la presse locale de contester une opération ayant pour objectif de rendre sa dignité à Marseille et aux Méridionaux. À quelques exceptions près, l’unanimité se fait donc rapidement pour soutenir la campagne orchestrée par le Comité. Les actions se poursuivent jusqu’au mois de juin 1939, avec pour projet de les reprendre à la rentrée de septembre. Le déclenchement de la seconde guerre mondiale met toutefois un terme définitif aux « histoires marseillaises » comme au Comité destiné à les contrer.

Le soutien aux Catalans

56En droite ligne avec ses engagements politiques et son militantisme occitaniste, Reboul s’implique très fortement, dès le début des années 1930, dans les relations et le soutien à la Catalogne et aux Catalans.

Rappels historiques

57La Catalogne jouit de longue date d’un statut particulier aux yeux des militants de la langue d’oc en raison de la très grande proximité linguistique entre occitan et catalan et des liens millénaires entre le Comté de Barcelone puis la couronne d’Aragon et le comté de Toulouse. Le XIXe siècle voit émerger de part et d’autre des Pyrénées un renaissantisme littéraire et linguistique parallèle entre les deux langues. En Catalogne, cette renaixença se concrétise notamment en 1859 par la restauration des Jocs Florals sous l’impulsion de Joaquím Rubió i Ors, dans un contexte de décollage économique et industriel (Lavelle 2004, 422).

58Rapidement, des liens d’amitié et de soutien entre les mouvements catalan et félibréen se créent par-dessus les Pyrénées, comme en témoigne l’histoire de la Coupo santo, coupe d’argent offerte aux félibres en 1867 par des écrivains et hommes politiques catalans en remerciement de l’accueil réservé à Victor Balaguer, poète catalan qui avait dû s’exiler en Provence en raison de ses prises de position contre le gouvernement de la reine Isabel II d’Espagne.

59À partir de la toute fin du XIXe siècle, Barcelone devient le cadre d’un ample développement culturel, le modernisme, qui s’épanouit tant sur le plan littéraire que sur le plan architectural. La langue catalane se structure également grâce à la création de l’Institut d’Estudis Catalans en 1907 et à l’élaboration d’une norme orthographique moderne par Pompeu Fabra i Poch en 1912 (Lavelle 2004, 428). En 1914 est instaurée la Mancomunitat de Catalanuya qui réunit en une seule entité administrative les quatre provinces catalanes créées au moment de l’annexion de la région à l’Empire français par Napoléon Ier. Cette Union de la Catalogne, avec à sa tête Enric Prat de la Riba comme président et le catalan comme langue officielle, consacre les succès grandissants du renaissantisme et constitue un premier pas dans l’avancée des revendications locales, même si la Mancomunitat ne jouit en pratique d’aucune autonomie particulière.

60Ces avancées régionalistes sont toutefois rapidement remises en cause lorsque le général Miguel Primo de Rivera s’empare du pouvoir à Madrid et instaure une dictature en 1923. Son régime autoritaire supprime la Mancomunitat en 1925 et remet en cause toutes les avancées vers plus d’autonomie catalane jusqu’en 1931, date de la chute de la monarchie et de la proclamation de la République. Francesc Macià i Llussà proclame alors à Barcelone la République catalane, confédérée à l’Espagne. Suite aux pressions du gouvernement espagnol pour tempérer le radicalisme catalan, un compromis est finalement trouvé en 1932 sous la forme de la création d’un gouvernement autonome, la Generalitat de Catalunya, tandis que le catalan redevient langue officielle (Brun 2014, 29-30 ; Panyella-Farreras 1996, 64). Sous la présidence de Macià (1931-1933) et sous celle de Lluís Companys i Jover (1933-1940), tous deux membres de l’Esquerra Republicana (gauche républicaine), la Catalogne poursuit sa modernisation et cultive ses avancées sur les terrains économiques, politiques, sociaux, culturels et éducatifs, malgré les freins imposés par Madrid.

L’établissement de liens d’amitié forts entre Reboul et les Catalans

61La Catalogne, qui accède démocratiquement et pacifiquement à l’autonomie, devient plus que jamais un exemple à suivre pour les défenseurs de la langue d’oc. Renaît ainsi l’idée du pan-occitanisme qui affirme « l’existence d’une communauté linguistique et territoriale regroupant Occitans et Catalans (le catalan étant compris comme un dialecte d’Oc (sic)), qui ont en commun des intérêts culturels et économiques, à partir desquels un futur politique peut se construire dans le cadre du fédéralisme » (Grau 1996, 27).

  • 39 Foix, 1888 – Paris, 1963. Médecin et physiologiste. Membre de la résistance ariégeoise. Poète occit (...)
  • 40 Bram (Aude), 1884 – Montpellier, 1959. Pharmacien à Montréal-d’Aude, diplômé d’études supérieures m (...)
  • 41 Sitges, 1897 – Garraf, 1979. Écrivain, promoteur culturel et patriote catalan, créateur de la revue (...)

62Le rapprochement entre défenseurs de la langue d’oc et Catalans se concrétise à travers plusieurs réalisations au début des années 1930 : la fondation de la revue Oc — créée en 1924 par Ismaël Girard et Camille Soula39 puis dirigée conjointement par Louis Alibert40 et Josep Carbonell i Gener41 entre 1931 et 1934 —, la création par Josep Carbonell de l’Oficina de Relacions Meridionals pour tisser des relations culturelles entre Catalogne et Occitanie ou encore la publication à Barcelone de la Gramatica occitana d’Alibert en 1935 (Blanchard 2014, 61).

  • 42 Selon l’information qui m’a été donnée par Francesc Panyella i Farreras, une plaque commémorative d (...)

63À Marseille, le rapprochement entre Catalans et Provençaux est principalement l’œuvre de Reboul et de Josep Homs, président du Centre Catalan de la ville, association créée en 1918 par les survivants des volontaires catalans qui étaient venus combattre aux côtés des Français suite à l’appel du maréchal Joffre durant la première guerre mondiale (Panyella-Farreras 1996, 64 et 66)42. Le Calen de Reboul et le Centre Català de Marsella nouent des liens étroits dès le début des années 1930, chacune des associations invitant l’autre aux différentes manifestations qu’elles organisent (Grau 2010).

64Dès la proclamation de l’éphémère république catalane, Reboul et plusieurs amis adressent un télégramme de félicitations au président catalan Francesc Macià le 24 avril 1931 pour apporter le salut des « fédéralistes marseillais », disciples de Mistral, à la réviviscence de la « Catalogne intégrale » (le message est signé de Biancheri, Deleuil, Gourjon, Reboul, Valentin et Vianès) (Panyella i Farreras 2014, 66). Le 27 novembre 1932, Lou Calen organise une réunion de soutien à la Catalogne à la salle municipale des Dominicaines de Marseille (Barsotti 2014, 21).

65L’apogée du pan-occitanisme est atteint en avril 1933 lors de la célébration du Primer centenari de la Renaixença catalana à Barcelone, organisé par la Generalitat et les institutions culturelles catalanes (Grau 1996, 27). Le Calen y participe bien évidemment, Reboul en tête, accompagné de Camproux et Ricard, au milieu d’une délégation d’une grosse centaine de personnes au nombre desquelles on compte le maire de Marseille, des acteurs importants de la vie économique phocéenne et plusieurs autres associations occitanes et félibréennes ainsi que le Centre català de Marsella (image 3) (Grau 2010).

Doc. 3. Voyage du Calen à Barcelone. Visite au monument dédié à Mistral, le 18 avril 1933, à Montjuic (A l’entorn de l’accion occitana 2014, 67).

Image 3. Voyage du Calen à Barcelone. Visite au monument dédié à Mistral, le 18 avril 1933, à Montjuic (A l’entorn de l’accion occitana 2014, 67).

Image 3. Voyage du Calen à Barcelone. Visite au monument dédié à Mistral, le 18 avril 1933, à Montjuic (A l’entorn de l’accion occitana 2014, 67).
  • 43 Vallirana (Catalogne), 1923. Il fuit l’Espagne en 1945, en plein service militaire, afin d’échapper (...)

66À cette occasion, Reboul remet en personne au président de la Generalitat, Francesc Macià, le livre d’or des Provençaux (Pouliquen 2016). Ont contribué à la réalisation de ce livre une centaine d’intellectuels et d’artistes de Provence. Le recueil contient des dédicaces et des poèmes ainsi qu’un message de la mairie de Marseille, rédigé en provençal. Seule réelle ombre au tableau, plusieurs des personnalités de la délégation provençale font leurs discours en français ou en castillan, au lieu d’utiliser le provençal ou le catalan auprès des représentants d’une Catalogne qui est pourtant en plein combat revendicatif pour récupérer une normalité linguistique catalane. Ce voyage sera suivi d’autres rencontres, à Barcelone, Tarragone ou Marseille ; toutefois, pour éviter de nouvelles déconvenues, il sera précisé dès le second voyage que la langue officielle de la délégation provençale sera la langue d’oc (Panyella-Farreras 1996, 64-65). Second petit incident — mais nettement plus drôle celui-ci —, Francesc Panyella i Farreras43 m’a confié au cours d’un entretien que Lou Calen, le nom de l’association de Reboul, avait de prime abord provoqué pas mal de fous-rires à Barcelone puisqu’en argot catalan, l’ou calent, ce n’est ni plus ni moins que la couille chaude, appellation nettement moins glorieuse et poétique que l’antique lampe à huile emblème de l’association marseillaise !

67En septembre 1933, le maire de Barcelone, Jaume Aiguader, est à son tour reçu par la mairie de Marseille et par le Calen (image 4) (Panyella i Farreras 2014, 66 ; Grau 2010). Comme il en a déjà été question, les échanges de cette même année sont l’occasion d’associer à la création de la revue Occitania plusieurs associations de Catalogne, des Baléares et de Valencia.

Image 4. Accueil au Calen du maire de Barcelone, Jaume Aiguader, en septembre 1933 (A l’entorn de l’accion occitana 2014, 69).

Image 4. Accueil au Calen du maire de Barcelone, Jaume Aiguader, en septembre 1933 (A l’entorn de l’accion occitana 2014, 69).

68En parallèle à son soutien aux Catalans espagnols, Reboul collabore également avec les Catalans présents en France et à Marseille. Ainsi, durant l’été 1936, Alphonse Mias crée en Catalogne du Nord la revue Nostra terra, butlletí mensual de la joventut catalanista (Grau 1996, 23-35). Lluís Basseda, qui effectue son service militaire à Marseille, a alors l’idée de fonder une association autour du bulletin. Il profite de son séjour marseillais pour rencontrer les membres du Calen et c’est sur le modèle de l’association de Reboul qu’il crée le 22 août 1937 l’association Nostra Terra Joventut Catalanista qui aura, malencontreusement pour elle, une durée de vie bien plus courte que le Calen (trois ans) et une assise sociologique nettement moins importante.

69Malgré cette entente apparemment cordiale entre Catalans et défenseurs de la langue d’oc, un coup d’arrêt est rapidement mis aux relations privilégiées entre Catalogne et Midi de la France, tant en raison de repositionnements internes de certains intellectuels catalans qu’en raison du contexte politique espagnol.

Le temps des premières difficultés

70En premier lieu, dès mai 1934, un manifeste d’intellectuels catalans — dont Pompeu Fabra lui-même — remet en cause l’assimilation entre catalanisme et occitanisme dans un texte intitulé « Desviacions en els conceptes de llenga i de Pàtria » (Fabra i Poch 1934). Le manifeste soutient que catalan et occitan constituent deux langues différentes et remet en cause l’idée d’inclure les territoires catalanophones au sein d’une entité globale Occitanie (Lavelle 2004, 441). L’idée pan-occitane perd ainsi rapidement de sa substance et la revue Occitania se tourne vers des objectifs plus réalistes et plus centrés sur la seule question occitane (Blanchard 2014, 61). Même s’il continue à s’intéresser aux informations en provenance d’outre-Pyrénées, le mensuel se veut désormais avant tout un outil de promotion des réalisations et des revendications des militants de la langue d’oc, notamment du Calen, mais aussi un outil de propagande et de réflexion intellectuelle centré sur les idées fédéralistes de Camproux, rejetant à la fois le capitalisme et le marxisme et s’intéressant aux problèmes de l’époque, la crise économique de 1929 et la montée du fascisme (Grau 1996, 28).

71En second lieu, s’ajoute au manifeste de mai 1934 la répression brutale qui suit en Espagne les événements d’octobre 1934. De fait, en novembre 1933, les élections législatives envoient aux Cortes une majorité de droite clairement hostile aux évolutions sociales et à l’autonomie locale. Le 4 octobre 1934, le chef de la Confederación Española de Derechas Autónomas, parti à tendance fascisante, entre au gouvernement. La réaction des syndicats espagnols est vive, débouchant sur une grève générale et une véritable insurrection dans les Asturies. En Catalogne, Companys, le nouveau président de la Generalitat, répond à la politique nationale de plus en plus hostile aux autonomies locales en proclamant à nouveau le 6 octobre la République catalane dans le cadre de la Fédération des Républiques ibériques, comme l’avait fait Macià en 1931 (Grau 2010). Madrid réagit immédiatement de façon violente à ces diverses tentatives d’opposition en envoyant l’armée pour rétablir l’ordre — légion étrangère, troupes marocaines, aviation et marine. S’agissant de la Catalogne, le statut d’autonomie de la région est suspendu, le gouvernement catalan est emprisonné, de même que des membres du parlement, de la mairie de Barcelone et des universitaires ; les équipes dirigeantes de plusieurs autres villes sont elles aussi destituées voire incarcérées (Panyella-Farreras 1996, 65).

72Face à cette situation, Reboul ne reste évidemment pas sans réagir. Avec le Calen et le Centre català de Marsella, il multiplie les pétitions, les télégrammes, les réunions d’informations, les communiqués de presse… Un manifeste de solidarité avec les Catalans est rédigé par le Calen, publié dans la presse et adressé aux autorités locales comme le maire de Marseille, le président du Conseil général, le préfet ou le consul d’Espagne (Grau 2010). Ces actions débouchent notamment sur l’adoption, par la mairie de Marseille, d’une résolution en faveur des dirigeants catalans dont certains, comme Aiguader, maire de Barcelone, avaient été récemment reçus par l’équipe municipale phocéenne (Panyella-Farreras 1996, 65).

  • 44 Lluís Companys, lettre à Jòrgi Reboul, 7 mars 1936, Archives du CIRDOC, Dossier auteur R-Reboul (Do (...)

73La répression se poursuit jusqu’au 16 février 1936 qui voit la victoire du Front populaire lors des élections législatives aux Cortes. Certains des plus de 30 000 détenus devront attendre jusqu’à cette date pour être enfin libérés. Ce sera notamment le cas du président de la Generalitat qui, après avoir recouvré la liberté et été réintégré dans ses fonctions, écrira à Reboul pour le remercier de son engagement auprès des Catalans44.

L’action de Reboul durant la guerre civile espagnole

74Avec le retour au calme procuré par l’accession au pouvoir de la gauche espagnole, un quatrième voyage provençal est organisé à Barcelone au printemps 1936. Reboul est invité cette même année au congrès de la Protectora de l’Ensenyança Catalana (Grau 2010), association créée en 1898 par le pédagogue Francesc Flos i Calcat et destinée à promouvoir un modèle d’école catalane en catalan, inspiré des courants pédagogiques modernes. Un cinquième voyage vers la Catalogne est envisagé mais le déclenchement de la guerre civile espagnole (18 juillet 1936 – 1er avril 1939) fait avorter le projet.

  • 45 Jòrgi Reboul, lettre à Valère Bernard, 15 août 1936, Archives du CIRDOC, CP 476 (4) (14 lettres env (...)

75Avec d’autres comme Pierre Rouquette ou Josep Homs du Cercle Català de Marsella, Reboul participe dès le début de la guerre civile au soutien et à l’aide aux Républicains catalans. Reboul manifeste très clairement son total soutien à la résistance catalane dans une lettre envoyée à Valère Bernard le 15 août 193645 :

La Catalougno es plus ei Catalan… e […] la Generalita dei Companys, dei Gassol, dei Macia…dèu disparèisse. S’acò arribavo serié la proumiero marco dóu desastre de nouesto civilisacien. Ai toujour agu fisanço ei Catalan, pamens, e, de toun moun couar, noun soulamen souvèti qu’aproufichon pèr gagna l’independènci, mai ajudarai tant que pourrai à son pres-fa, coumo an deja pouscu ajuda lou nouestre. E d’en proumié, a lei reabilita davans l’oupinien sus mant un fa criminau que nouesto Presso pourrido bóumisse cade jour pèr Catalougno.

[La Catalogne n’est plus aux Catalans… et la Generalitat des Companys, des Gassol, des Macià doit disparaître. Si cela arrivait, ce serait la première marque du désastre de notre civilisation. J’ai toujours fait confiance aux Catalans, cependant, et, de tout mon cœur, non seulement je souhaite qu’ils en profitent pour gagner l’indépendance, mais j’aiderai autant que je pourrai à leurs objectifs, comme ils ont déjà pu aider pour le nôtre. Et en premier, à les réhabiliter devant l’opinion sur plus d’un fait criminel que notre Presse pourrie vomit chaque jour sur la Catalogne.]

  • 46 En témoignent notamment plusieurs lettres de la correspondance entre Reboul et Pierre Azéma, archiv (...)

76Les Marseillais commencent par envoyer des livres aux milices républicaines et aux blessés durant l’été 193646 ; ils distribuent également des tracts en faveur du gouvernement catalan et des républicains ; à l’initiative du Calen, la mairie de Marseille publie une protestation contre les bombardements aériens sur la population civile en mars 1938 (Grau 2010). Durant ce même mois, avec l’aide locale de l’Institució de les Lletres Catalanes, Reboul lance un appel aux « ECRIVAINS, ARTISTES, PATRIOTES, ayant collaboré à notre LIVRE D’OR à FRANCESC MACIÀ », « À nos joyeux compagnons des voyages d’études occitanes 1933-34-35-36 », « AUX AMIS DE LA CATALOGNE » afin de solliciter leur « bon cœur pour envoyer du riz, des pâtes, des haricots, du tabac aux ÉCRIVAINS CATALANS » (Panyella i Farreras 2014, 66 et 68).

77En avril 1938, Reboul crée à Marseille un Comité d’accueil aux Intellectuels catalans qu’il installe au domicile familial, 76 rue de l’Olivier (5ème arrondissement) (image 5).

Image. 5. Réunion du Comité central d’accueil aux Intellectuels Catalans en 1938. De gauche à droite, Gabriel Bertin, Antoine Conio, Josep Homs. Reboul est assis au premier plan (A l’entorn de l’accion occitana 2014, 69).

Image. 5. Réunion du Comité central d’accueil aux Intellectuels Catalans en 1938. De gauche à droite, Gabriel Bertin, Antoine Conio, Josep Homs. Reboul est assis au premier plan (A l’entorn de l’accion occitana 2014, 69).

78Y participent entre autres Madame Reboul mère, Pierre Rouquette, Gabriel Bertin des Cahiers du Sud, Conio et Homs du Centre Català (Panyella i Farreras 2014, 67). Toutes les semaines, de fin mars à fin décembre 1938, des paquets partent de Marseille par le train en direction de Barcelone où l’Institució de les Lletres Catalanes assure leur répartition auprès des intellectuels dans le besoin. Le Calen veille à la publicité des envois effectués par l’intermédiaire de son bulletin mensuel d’informations, tandis que Reboul s’occupe de la trésorerie et de l’organisation matérielle (Panyella-Farreras 1996, 66 ; Grau 2010).

79La chute de Barcelone en janvier 1939 et l’instauration de la dictature fasciste de Francisco Franco mettent un terme au statut d’autonomie de la Catalogne et précipitent vers l’exil nombre d’intellectuels, d’écrivains et d’hommes politiques persécutés. Plus d’un demi-million de républicains espagnols fuient vers la France en quelques semaines. Les comités de soutien se mobilisent pour aider les réfugiés, les faire sortir des camps et les héberger. Quelques rescapés arrivent à Marseille qui devient provisoirement une porte de sortie vers l’Amérique (Grau 1996, 30). Reboul est bien entendu en première ligne, que ce soit pour organiser l’accueil d’intellectuels chez lui ou à l’auberge de jeunesse qu’il a créée à Allauch, ou aider les réfugiés à quitter la France. Toutefois, la ville de Marseille — placée sous tutelle de l’État par Daladier le 20 mars 1939 (notamment suite à la désorganisation des secours lors du dramatique incendie des Nouvelles Galeries, le 28 octobre 1938, qui a fait plus de 70 morts et près de 200 blessés) — interdit bien vite son accès aux républicains espagnols, taxés de « brigands », d’« assassins », de « terroristes » et de « violeurs ». Reboul et son Comité parviennent malgré tout à aider directement une douzaine de personnes parmi lesquels principalement des hommes et femmes de lettres et des enseignants (Panyella i Farreras 2014, 67).

80Companys, président de la Generalitat, parvient à s’enfuir en Bretagne mais, arrêté par la Gestapo, il est livré au régime franquiste qui l’exécute le 15 octobre 1940 dans les fossés entourant le fort de Montjuïc, à Barcelone. Sur place, l’utilisation publique de la langue catalane est interdite et des autodafés de livres en catalan sont organisés tandis que la censure bat son plein.

81Le déclenchement de la guerre de 1939-1945 met temporairement un terme aux activités de soutien de Reboul auprès des Catalans.

L’auberge de jeunesse d’Allauch

82En 1936, Reboul décide de créer une auberge de jeunesse à Allauch. Cette création s’inscrit dans une mouvance plus générale où fleurit ce type d’établissements à la suite de la politique impulsée par Léo Lagrange, sous-secrétaire d’État pour la jeunesse et les sports du gouvernement du Front Populaire.

La création et la vocation de l’Aubèrjo de Jouinesso de Marsiho-Alau

83Comme le rappelle Guy Martin (Martin 1996, 39), les auberges de jeunesse (A. J.) ont d’abord été un phénomène nordique, initié par Ricard Shirmann en 1907 en Westphalie (Allemagne). L’idée s’est ensuite répandue en Europe centrale et en Scandinavie, puis au Royaume-Uni et aux États-Unis après la première guerre mondiale. Le mouvement répondait au besoin de la jeunesse de trouver des espaces de loisir, d’auto-organisation et d’apprentissage de la vie sociale, en parallèle aux évolutions d’une société qui laissait désormais plus de place au temps libre face au travail et dans laquelle l’idée d’émancipation de la jeunesse, des femmes et du prolétariat était en plein essor. En France, le mouvement ajiste prend naissance en 1929, sous l’impulsion de Marc Sangnier qui crée une auberge en région parisienne, puis se répand petit à petit dans l’Hexagone.

84Reboul crée son auberge le 26 septembre 1936 (image 6). Elle fonctionne pendant quatre ans, avec une interruption de l’été 1939 au 31 janvier 1942, en raison du déclenchement de la seconde guerre mondiale, du départ pour le front de Reboul puis de son incarcération en Allemagne. Elle ferme définitivement ses portes 18 mois plus tard, suite à l’occupation de la zone Sud par l’armée allemande (Grau 1996, 29).

Image 6. Dessin de l’auberge de jeunesse d’Allauch par L. Cadenel (A l’entorn de l’accion occitana 2014, 8)

Image 6. Dessin de l’auberge de jeunesse d’Allauch par L. Cadenel (A l’entorn de l’accion occitana 2014, 8)

85L’auberge prend la forme d’une association, liée au Centre laïque des auberges de jeunesse, créé par la CGT et la Ligne de l’Enseignement en 1933 et présidé par Léo Lagrange. Au niveau de l’organisation, Reboul cumule les fonctions : il est tout à la fois président du conseil d’administration, secrétaire et père aubergiste. Il est aidé dans sa tâche par Léon Lafont, employé de bureau et disciple de Marc Sangnier, qui assure les fonctions de trésorier. Ni Reboul ni Léon Lafont ne résident sur place (ils habitent tous deux à Marseille, Reboul rue de l’Olivier dans le 5ème arrondissement et Lafont rue Paradis dans le 6ème arrondissement) ; l’auberge fonctionne donc seulement pendant les congés scolaires et certains dimanches. Un comité de patronage accompagne le fonctionnement de l’auberge, principalement composé d’élus socialistes et radicaux (dont le docteur Brunet, maire d’Allauch, et Henry Tasso, maire de Marseille et sous-secrétaire d’État à la Marine marchande) mais également de Marius Jouveau, capoulier du Félibrige (Martin 1996, 41).

  • 47 La Pignato propose en 1937 sous la plume de Louris Negroun un reportage sur l’auberge de jeunesse d (...)

86L’auberge s’installe dans un bâtiment propriété de l’arrière-petite-fille d’un troubaire marseillais, Pierre Bellot47. La cuisine est assurée par une Allaudienne, madame Juvet, qui prépare des plats régionaux et parle provençal. L’aubèrjo se veut novatrice sur plus d’un point. Tout d’abord, elle est mixte, ce que lui permettent ses deux étages de 15 lits chacun, au premier pour les garçons, au second pour les filles. Reboul y rencontre d’ailleurs sa future femme, Gilberte Lafond, en 1938, alors qu’elle parcourait la France à vélo, d’auberge de jeunesse en auberge de jeunesse, pendant ses grandes vacances d’institutrice.

87L’auberge vise ensuite à assurer la cohabitation harmonieuse entre universalité et provençalité, comme l’indique son nom officiel d’aubèrjo internaciounalo e prouvençalo. On y trouve des affiches et des journaux dans de nombreuses langues et, durant les quatre années de fonctionnement, ce sont quelques 4 000 jeunes venus de 19 pays et parlant 10 langues différentes qui fréquentent le lieu.

88L’appellation paradoxale de l’aubèrjo est aussi un étendard idéologique à visée régionaliste, opposant clairement le pluralisme des revendications fédéralistes méridionales au centralisme français. Comme l’indique Guy Martin, on reconnaît nettement sous cette appellation le slogan « de l’intranational à l’international » qui résume le courant de pensée occitaniste des années 1930, développé dans le journal Occitania et théorisé par Camproux (Martin 1996, 42).

  • 48 Papier à en-tête de l’auberge, lettre de Jòrgi Reboul à Robert Lafont, 18 novembre 194?, Archives d (...)

89Dans la droite ligne des principes du Font Populaire, l’auberge d’Allauch se donne pour but de promouvoir la liberté, la paix, la fraternité, la laïcité et la culture populaire ; elle y adjoint toutefois bien entendu la volonté de favoriser la transmission des idées mistraliennes et fédéralistes (Blanchard 2014, 62). Le slogan de l’auberge est d’ailleurs très clair à ce sujet : « JOUVÈNT ! se Prouvènço t’agrado, EICI trouvaras de COUMPAN… » [JEUNE ! Si la Provence te plaît, ICI tu trouveras des COPAINS…]48.

  • 49 Guy Martin ne donne malheureusement pas de précisions sur le lieu de conservation de cette correspo (...)

90L’auberge vise à devenir une sorte de petite université pour la transmission des savoirs régionaux et généraux, populaires et savants, en langue, littérature, arts, histoire et géographie, avec une ouverture sur le monde environnant grâce à des visites guidées et à l’organisation de festivités. La philosophie éducative qu’elle prône est directement inspirée des principes de la Coopérative de l’enseignement laïc de Célestin Freinet avec lequel Reboul correspond (Martin 1996, 43)49 : transmission démocratique et horizontale des savoirs, méthodes actives… L’un des buts clairement affichés de l’auberge est de familiariser la jeunesse avec la Provence et, ainsi, de lutter contre le racisme intérieur lié à la méconnaissance ou la réécriture de l’histoire par le centralisme français. Guy Martin va même jusqu’à écrire que l’auberge se présente comme une sorte d’établissement de cure — de désintoxication pour les nationaux et de désaliénation pour les régionaux.

91D’une façon générale, la philosophie des auberges de jeunesse semble avoir bien correspondu à celle de Reboul, avec son côté centre d’apprentissage civique où se rejoignent développement individuel et collectif, pratique physique, intellectuelle et éthique, liberté et organisation (Martin 1996, 47). Reboul participe d’ailleurs, dans cette mouvance et au titre de la Jeunesse Fédéraliste Occitania, à la délégation française au Congrès mondial de la Jeunesse qui se tient à Genève, du 31 août au 7 septembre 1936, sous les auspices de la Société des Nations (Grau 1996, 35).

Les activités de l’Aubèrjo de Jouinesso

92La randonnée à pied est l’une des principales activités de loisir proposées par l’auberge (martin 1996, 44). Outre son caractère non-compétitif et de plein air, elle constitue un moyen privilégié de découverte de la culture provençale à travers l’exploration géographique du pays et l’étude des traces du passé inscrites dans le paysage. Des sorties sont ainsi organisées à Notre Dame des Anges (massif des Maures dans le Var), au Pilon du Roi (chaîne de l’Étoile, au nord de Marseille), au Garlaban (colline dominant Aubagne), à la Sainte-Baume (massif à cheval sur les Bouches-du-Rhône et le Var) ou à Marseilleveyre (massif au sud de Marseille) — autant de sommets montagneux dont l’escalade offre une vue panoramique permettant de s’approprier visuellement la région.

93Les activités chorales font aussi partie des animations privilégiées de l’auberge, ce qui permet de revaloriser des chansons traditionnelles, des danses folkloriques et des instruments de musique populaires comme le galoubet, mais aussi d’organiser des concerts comme en juillet 1937 avec 50 membres de la Chorale populaire de Marseille (Martin 1996, 44).

94Reboul ne met par contre pas spécialement en valeur sa pratique de poète, se contentant de laisser à disposition ses créations dans la bibliothèque de l’établissement. Pareillement, les arts de la scène (théâtre, cinéma) sont étrangement absents des activités proposées par l’auberge alors que Reboul et le Calen accordent une place centrale au théâtre comme outil de socialisation de la langue et de la culture provençales et que la création cinématographique connaît à l’époque un développement important à Marseille (Martin 1996, 48).

95Selon Guy Martin, l’auberge d’Allauch permet par contre très certainement à Reboul d’exercer des fonctions de guide auprès de jeunes qui, comme lui, croient dans leur rôle d’acteurs de l’histoire ; il estime également que cela lui a sans doute aussi permis de compenser pour partie les probables frustrations pédagogiques liées à ses fonctions de simple surveillant à l’école pratique du Rempart (Martin 1996, 46).

  • 50 Jòrgi Reboul, lettre à Monsieur le Ministre-Maire de Marseille et à Monsieur le Recteur d’Académie, (...)

96Reboul met enfin à profit l’auberge de jeunesse pour primer des étudiants méritants sous forme de séjours tous frais payés. Dans une lettre de 193750, il propose ainsi quatre « Bourses de Séjour Provençal » réparties à la discrétion de la ville de Marseille et du Rectorat au profit d’un élève maître et d’une élève maîtresse de l’école normale d’Aix-en-Provence, d’un lauréat de l’école des Beaux-Arts de Marseille option peinture et d’un lauréat de cette même école option sculpture. La lettre précise que cette liste n’est pas limitative et que l’auberge a pour « ambition de réunir à la fois vingt boursiers ». Reboul conclut son propos en indiquant que ces étudiants pourront consacrer leur séjour aux activités artistiques qu’ils souhaiteront, un peu à la manière des artistes bénéficiant du prix de Rome à la villa Médicis.

La fin de l’aventure

97Après l’interruption de fonctionnement de l’auberge suite au déclenchement de la seconde guerre mondiale et à la captivité de Reboul, les activités reprennent fin janvier 1942 pour 18 mois, malgré le régime de Vichy. Afin d’éviter les problèmes, Reboul fait habilement disparaître toute référence à la laïcité et au catalan tout en jouant à fond la carte de la caution mistralienne et du régionalisme. Il en profite pour créer, avec des instituteurs et des professeurs de lycée, un atelier de sensibilisation et de formation à l’enseignement du provençal, action qu’il poursuivra après la guerre à travers sa campagne pour le provençal au baccalauréat, pour la loi Deixonne et par l’organisation de stages pédagogiques destinés aux enseignants (Martin 1996, 46).

98Suite à l’occupation de la zone sud (11 novembre 1942), l’auberge est finalement transférée au Calen le 1er août 1943. Elle ne rouvre pas à la Libération, principalement en raison de problèmes de bail. Le bâtiment est d’abord converti en musée et siège de l’Oustau d’Alau, foyer mistralien animé par Louis Ardissonne, avant de devenir le local de l’actuel syndicat d’initiative d’Allauch (Martin 1996, 46).

Le temps de la seconde guerre mondiale

99Avec le déclenchement de la seconde guerre mondiale, les activités militantes et politiques de Reboul se relâchent un temps, par la force des choses. Mobilisé en septembre 1939, il est fait prisonnier en Allemagne et ne parvient à s’échapper que courant 1942.

Les actions du Calen pendant la guerre

100Compte tenu de sa réputation clairement orientée à gauche, le Calen se doit de demeurer prudent durant toute la période du régime de Vichy. Ses principales activités politiques se limitent donc à deux domaines, l’un éducatif, l’autre social.

101Sur le plan éducatif, le Calen se centre sur la diffusion auprès des enseignants, par le biais de sa Commission permanente de l’enseignement du provençal, des propos et circulaires du gouvernement de Vichy favorables à la langue d’oc ; cela vise évidemment au premier chef l’arrêté du 27 décembre 1941 du secrétaire d’État à l’Éducation nationale et à la Jeunesse, Jérôme Carcopino, qui autorise pour la première fois un enseignement facultatif des langues dialectales à l’école, dont la langue d’oc (Abrate 2001, 329).

  • 51 Jòrgi Reboul, lettre du 15 mai 1943 à Elzéar Lieutaud, Archives de Digne, 13J16.

102Sur le plan social, le Calen s’engage activement dans l’aide aux prisonniers de guerre, comme en témoigne une lettre expédiée par Reboul à Elzéar Lieutaud le 15 mai 1943 : Reboul y écrit avoir contribué avec d’autres Félibres à « uno ajudo espiritalo metoudico i Prisounié : 1.500 libre prouvençau manda à 92 cambarado, e, peréu, i mai desprouvesi quàuqui còli de viéure »51 [une aide spirituelle méthodique aux prisonniers : 1 500 livres provençaux envoyés à 92 camarades, et, aussi, aux plus démunis quelques colis de nourritures].

Les actions personnelles de Reboul durant l’occupation

103Il n’existe pas de témoignages ou de traces particulières indiquant que Reboul se soit personnellement engagé dans la Résistance. Camproux, qui y joua un rôle de premier plan en Languedoc, indique à cet égard que cela tient manifestement au fait que Reboul n’avait tout simplement pas été sollicité (Abrate 2001, 351).

104Reboul ne manifeste en tout cas aucun soutien au régime de Vichy. Démobilisé à Bourg-en-Bresse à son retour d’Allemagne en 1942, lui et Gil, son épouse, refusent de saluer le drapeau lors du défilé de la Légion de Pétain le 2 septembre, malgré les crachats et les injures des collaborateurs à leur encontre. Pareillement, en août 1943, on lui propose un poste bien payé de responsable à la propagande régionale mais il ne donnera jamais suite à cette offre (Barsotti 1993a, 4).

  • 52 Correspondance avec Pierre Azéma : lettres du 30 juin 1942, 15 décembre 1942, 31 mai 1944, 7 juille (...)
  • 53 Jòrgi Reboul, lettre du 21 octobre 1942 « I Direitour de Publicacioun […] Is Autour e is Editour de (...)

105Cela ne signifie pas pour autant que Reboul ait été totalement absent du terrain d’action. Comme indiqué précédemment, à la tête du Calen, il s’implique régulièrement dans l’envoi de livres aux félibres prisonniers de guerre, contactant nombres d’amis afin qu’ils lui adressent des ouvrages ensuite acheminés via la Suisse par l’intermédiaire du Bureau d’Éducation Internationale de Genève52. Il met également en place, dès octobre 1942, un réseau similaire d’envoi de livres au profit des félibres de la zone occupée53.

106De façon plus anecdotique, il intervient également, en compagnie de son ami Ricard, pour sauver de la destruction la tête de la statue de Mistral qui trônait depuis 1909 sur la place du Forum en Arles. L’histoire est racontée dans le détail par Claude Barsotti (Barsotti 2014, 25-26), même s’il semble exister plusieurs versions contradictoires des événements ayant concouru à la préservation partielle du monument54.

107Cette statue avait été offerte en 1908 à la ville d’Arles par Jules Charles-Roux, industriel et armateur marseillais. Elle avait été réalisée en bronze par le sculpteur Théodore Rivière. En 1941, suite à une pénurie de métaux due à l’état de guerre, le Ministère de la Production Industrielle décide d’organiser une réquisition des métaux non ferreux et, à ce titre, de faire fondre la statue. Elle est déboulonnée le 26 mars 1942, sans grandes protestations ni du Félibrige, ni de la population locale. En septembre, la statue est transférée à Marseille, boulevard Bouès (quartier de la Belle-de-Mai, 3ème arrondissement), dans l’entrepôt d’un marchand de métaux, Raymond Mugnani.

108Informé du transfert, Ricard parvient à fournir à Mugnani un poids équivalent en bronze et obtient que la statue soit enterrée et ainsi sauvée de la fonte. Elle ne survivra toutefois pas indemne à la guerre malgré le subterfuge de Ricard. De fait, pour une raison qui reste peu claire, sans prendre la peine de consulter qui que ce soit, le sculpteur marseillais Louis Botinelly découpe ou fait découper en cachette la tête de la statue.

109Lorsqu’à la Libération Reboul se rend à l’entrepôt de Mugnani le 22 février 1945 pour récupérer la statue, il a la mauvaise surprise de ne plus retrouver que sa tête, juchée sur une étagère. Six jours plus tard, Reboul revient à l’entrepôt accompagné de Charles Naudot, Raymond Latil père, Raymond Latil fils et Maurice Bertin-Maghi pour récupérer cette tête avec une brouette avant qu’elle ne soit victime d’un éventuel nouvel acte de vandalisme (image 7).

Image 7. Jòrgi Reboul transportant la tête de la statue de Mistral (A l’entorn de l’accion occitana 2014, 18)

Image 7. Jòrgi Reboul transportant la tête de la statue de Mistral (A l’entorn de l’accion occitana 2014, 18)

110Le retour de la tête de Mistral en Arles a lieu le 10 mars 1946. Mais, contrairement aux attentes de Reboul, aucune réception particulière n’est organisée et il y a fort peu d’élus ou d’officiels pour accueillir le cortège. Le reliquat de la statue est même directement remisé dans les réserves du Museon Arlaten.

111Les mésaventures du monument se terminent heureusement de façon plus honorable car le moule d’origine avait été conservé. Un comité est créé afin de financer les travaux de restauration de l’œuvre. Celui-ci sollicite assez maladroitement le Calen pour une contribution. La réponse de Reboul dans le bulletin de mars 1948 de son association est cinglante, estimant que le Calen a déjà suffisamment fait pour sauver le Mistral des Arlésiens qui « n’aurait pas été mutilé si “on” avait été plus actif, en d’autres temps… ». Finalement, la restauration complète de la statue parvient malgré tout à se faire et sa remise en place sur le Forum a lieu le 3 juillet 1948 où elle trône encore aujourd’hui.

La rupture avec le Félibrige

112L’après-guerre va progressivement avoir raison de l’affiliation de Reboul au Félibrige et le voir se rapprocher définitivement du courant occitaniste.

  • 55 Nîmes, 1923 – Florence (Italie), 2006. Professeur au lycée de Nîmes puis à la faculté des lettres d (...)

113Lou Calen reprend ses activités dès la fin du conflit et adhère au nouvel Institut d’Estudis Occitans (IEO) créé en 1945 pour prendre la suite de la Societat d’Estudis Occitans (Grau 1996, 35). L’un des acteurs majeurs de la nouvelle mouvance occitaniste est Robert Lafont55 qui devient l’un des piliers de l’IEO, assumant bientôt les charges de secrétaire général de l’association avant d’en être président de 1959 à 1962.

  • 56 Jòrgi Reboul, lettre à R. Lafont et A. Sage, 25 novembre 1942, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi (...)

114Les premiers liens entre Reboul et Lafont semblent dater du début des années 40. On trouve trace, dans les archives du CIRDOC, d’une lettre en réponse que Reboul lui adresse le 25 novembre 1942, peu de temps après son retour de détention en Autriche et en Allemagne. Il y fait part de ses critiques à l’égard du Félibrige56 et de son expérience passée et actuelle en tant que militant de la langue d’oc — probablement suite aux sollicitations exprimées par Lafont.

  • 57 Jòrgi Reboul, Lettres à Robert Lafont, 24 (?) novembre 1951, 6 janvier 1952, 19 février 1952, 17 oc (...)

115À partir de la fin de la guerre, la correspondance de Reboul avec Lafont devient fréquente, que ce soit pour de simples échanges de nouvelles ou, de façon plus militante, pour les régulières collaborations de Lafont aux activités du Calen sous la forme de conférences, notamment à partir de 1951/195257.

Le rôle de Reboul dans l’épuration du Félibrige

  • 58 La lettre de Reboul citée par Laurent Abrate pourrait être celle archivée au CIRDOC sous la référen (...)

116Suite aux compromissions de membres importants du Félibrige avec le régime de Vichy, Reboul est en première ligne, au moment de la Libération, pour participer au règlement du cas des collaborateurs. Ainsi, après l’inscription des majoraux Charles Maurras et Alphonse Arnaud sur la liste de l’indignité nationale en décembre 1944, c’est notamment suite à une lettre de Reboul que leur dossier est évoqué à la Santo Estello de 1945, leurs noms effacés du Cartabèu de l’association et leur cigales rendues vacantes (Abrate 2001, 354-355)58.

  • 59 Jòrgi Reboul, lettre à Robert Lafont, Pèr la Madaleno de 46, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Re (...)

117Cette question des liens entre une partie du Félibrige et Vichy est au cœur des préoccupations d’après-guerre de Reboul, comme en témoigne une lettre de l’été 1946 adressée à Lafont. Reboul s’y interroge longuement sur les moyens de parvenir à une épuration efficace de l’association mistralienne face à une situation qui perdure sans que rien ne soit vraiment fait pour prendre les mesures qui s’imposent59. Et Reboul de rappeler les courriers qu’il a envoyés aux dirigeants du Félibrige dès le 14 octobre 1944 et la violente Sainte-Estelle de Digne où Azéma et Reynier ont claqué la porte en proclamant que « quouro sarés despesouia tournaren » [quand vous serez épouillés, nous reviendrons — on note au passage la violence du propos à l’égard des Félibres compromis avec Vichy] ; il apporte en outre son soutien de principe à Lafont par rapport au projet de lettre de protestation que ce dernier compte adresser au capoulier.

  • 60 Jòrgi Reboul, « Lettre ouverte au directeur de la revue “Lou Gai-Sabé” à Toulouse », 20 octobre 195 (...)
  • 61 Jòrgi Reboul, lettre à Pierre Rouquette, 31 octobre 1952, Archives du CIRDOC, CP 352/36 (54 lettres (...)

118De la même façon, Reboul dénonce sans concession l’attitude révisionniste du félibre Joseph Salvat — avec lequel il correspond depuis des années — lorsque celui-ci publie à l’été 1951, dans sa revue Lo Gai Saber, un article consacré à la mort du maréchal Pétain. L’article de Salvat constitue ce qui ressemble beaucoup à une tentative de réhabilitation partielle du maréchal en raison de son discours d’hommage à Mistral prononcé le 8 septembre 1940 pour le 110ème anniversaire de la naissance du poète ; Salvat propose même de faire apprendre par cœur ce texte à l’ensemble des écoliers d’Occitanie (Salvat 1951, 313-314). La réaction de Reboul ne tarde pas : dès le 20 octobre, il adresse une lettre de protestation à Salvat, estimant tout à la fois que cette entreprise renoue avec les errements du Félibrige pendant la seconde guerre mondiale mais aussi qu’elle est de nature à remettre en cause tout le travail militant pour un maintien de la reconnaissance de la langue d’oc par le ministère de l’Éducation nationale, dans la suite de l’arrêté Carcopino60. La lettre de Reboul demeure sans réponse, à tel point que lorsque l’IEO reçoit Salvat à Marseille un an plus tard, Reboul refuse de participer à tout ce « tralala » et à l’invitation que lui fait parvenir Pierre Rouquette61.

Une rupture progressive, en germe de longue date

  • 62 Jòrgi Reboul, lettre à Madame Pin, sans date, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1967.
  • 63 Jòrgi Reboul, lettre à Pierre Rouquette, 23 novembre 1951, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Rebo (...)

119Au-delà de ses critiques contre les atermoiements du Félibrige à effectuer le nécessaire travail d’épuration, Reboul n’a jamais adhéré au fonctionnement très protocolaire et enrubanné du Félibrige. Il refuse plusieurs fois de recevoir la cigale d’or de majoral : en 194362, à la Sainte-Estelle de Marseille en 1949, et à deux voire trois autres reprises durant l’année 195163.

  • 64 Jòrgi Reboul, lettre à Moun egregi Majourau, 20 février 1951, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi R (...)

120Reboul justifie son refus réitéré par plusieurs arguments. Dans une lettre de février 1951, il indique que ce qu’il espère éventuellement léguer à la postérité c’est « uno Obro, belèu un… noum ( ?) pulèu qu’un titre o un riban » [une Œuvre, peut-être un… nom ( ?) plutôt qu’un titre ou un ruban]. Il ajoute qu’il faudrait primer la nouvelle génération de poètes provençaux (Jean-Calendal Vianès, Max Delavouet, Marcel Bonnet, Émile Bonnel, Henri Espieux ou Robert Lafont) et que le Félibrige est trop marqué sur le plan politique comme confessionnel, ce qui ne lui a pas permis d’intervenir efficacement pour faire entrer le provençal à l’école laïque ou fédérer les enseignants et leurs syndicats autour de la cause de la langue d’oc64.

  • 65 Jòrgi Reboul, lettre à Pierre Rouquette, 23 novembre 1951, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Rebo (...)

121Le ton est encore plus virulent dans une lettre du 23 novembre 1951 adressée à Pierre Rouquette qui le sollicite à nouveau sur le sujet, puisqu’il lui répond que « Pèr coupa court, en aquéli majourau d’aqui ai manda, parié de vous, moun message de liberacioun e de m’enfoutisme majouralesc » [Pour couper court, à ces majoraux-là j’ai envoyé, comme à vous, mon message de libération et de m’enfoutisme majoralesque]65.

  • 66 Jòrgi Reboul, invitation au 3ème cycle provençal universitaire de grandes conférences du Calen pour (...)

122Cette hostilité à ce qu’il considère comme le folklorisme du Félibrige le conduit accessoirement à supprimer les titres ronflants des conférenciers félibres qu’il convie à intervenir lors des conférences données par le Calen. Dans une invitation probablement adressée à Lafont pour le 19 novembre 1952, il précise à cet égard66 :

Avèn escarfa (sic) en touti si titre felibresc… que ridiculison nosto causo e empachon forço mounde inteligènt d’èstre di nostre emé nosti chichibèlli.

[Nous avons effacé pour tous leurs titres félibresques… qui ridiculisent notre cause et empêchent beaucoup de personnes intelligentes d’être des nôtres avec nos fanfreluches.]

123Cela n’empêche pas malgré tout le Calen de participer à la Santo Estello de Marseille à la Pentecôte 1949 et à Reboul d’être l’un des responsables de l’organisation (Porte-Marrou 1996, 86). La prise de distance se ressent néanmoins au niveau de la dénomination du Calen : il abandonne, cette même année, toute référence à l’association mistralienne pour devenir « Centre culturel agréé par le Ministère de l’Éducation » (Grau 2010), ce qui correspond en pratique à l’absorption par le Calen des activités de l’auberge de jeunesse d’Allauch dont les activités n’ont pas résisté à la seconde guerre mondiale.

  • 67 Jòrgi Reboul, lettre à Frédéric Mistral, 10 mai 1954, Archives du CIRDOC, CP 352/36 (54 lettres env (...)

124L’année 1954 marque la rupture définitive entre Reboul et le Félibrige. Par lettre recommandée du 10 mai 1954, Reboul adresse au capoulier, Frédéric Mistral neveu, sa démission officielle l’année même du centenaire de l’association67.

  • 68 Jòrgi Reboul, lettre au syndic de la maintenance de Provence, 26 août 1954, Archives du CIRDOC, CP (...)

125Les propos de Reboul à l’égard du Félibrige ne sont pas tendres. Comme il continue de recevoir des documents en provenance de l’association mistralienne, il profite d’une lettre au syndic de la maintenance de Provence où il demande que cessent ces envois pour justifier à nouveau sa décision qu’il qualifie de « sans appel »68 :

  • 69 UFOLEA : union française des œuvres laïques pour l’éducation artistique.

Vous savez assez que mon œuvre littéraire ou d’influence — profondément provençale — n’est pas félibréenne, et que, dans mon zèle, depuis plusieurs années je supprime de notre section votre terminologie stérile et ridicule de : capoulier, majoral, syndic, mèstre en sabé pas de qué ! félibrige, tradition, régionalisme, fédéralisme, etc, etc… Appelé à donner les raisons valables de mon silence aux élucubrations de votre Centenaire, j’ai souligné aux autorités académiques, civiles, aux Pédagogues, aux Syndicats, à l’UFOLEA69, à la Ligue de l’Enseignement, etc, etc… l’escroquerie persistante dont ils ne sont pas dupes !

  • 70 Groupement d’études provençales, Pouèto prouvençau de vuei, Aix-en-Provence, Groupamen d’estudi pro (...)
  • 71 Jòrgi Reboul, lettre à René Jouveau, 21 mai 1955, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1955- (...)

126Cela conduit Reboul à refuser de voir son nom et son œuvre associés aux publications félibréennes. Ainsi, en 1955, s’oppose-t-il à figurer dans une anthologie de la poésie provençale contemporaine, à paraître en 195770 à l’initiative du Groupement d’Études Provençales présidé par René Jouveau71 :

127Je ne vous autorise pas à vous servir de mon nom et de mes œuvres dans les entreprises que vous animez, hélas ! aussi bien dans FE, qu’au G.E.P. ou au Quart d’heure de Provençal que vous rendez si funèbre ! et dans tous vos Comités déguisés d’un catastrophique félibrige ! Je refuse donc toute participation à votre anthologie.

  • 72 Jòrgi Reboul, « Lettre ouverte au FELIBRIGE », 20 juin 1958, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Re (...)

128Le Félibrige traîne malgré ce à prendre acte de sa demande de démission. Reboul s’en plaint encore en 1958 au capoulier Charles Rostaing72 :

Ma démission […] n’a été acceptée qu’après de longs et fastidieux palabres par votre administration. Et voici que j’apprends […] que je figure toujours dans vos cartabeou (sic). Faites cesser cet (sic) équivoque, mon CHER CAPOULIER.

  • 73 Gémenos (Bouches-du-Rhône), 1860 – Marseille, 1904. Journaliste, écrivain et poète fondateur de l’A (...)
  • 74 Les propos de Reboul m’ont été rapportés par Claude Barsotti.

129Un autre sujet de discorde entre Reboul et le Félibrige a été la célébration en 1960 du centenaire de la naissance du félibre Auguste Marin73. À l’occasion de cette commémoration, le Félibrige décide de republier plusieurs de ses textes. Toutefois, l’association mistralienne minimise volontairement ses engagements sociaux et antimilitaristes, au grand damne de Reboul qui tenait particulièrement à mettre en avant cet aspect de la personnalité de Marin. Selon Claude Barsotti dont je tiens ces informations, la rupture entre Reboul et le Félibrige est dès lors totalement consommée vers 1964, même s’il continue à entretenir des liens avec certains félibres comme par exemple Henri Julien (1901-1967). Si certains membres du Calen, comme Guy Martin ou Claude Barsotti — lequel a rencontré Reboul en 1959, à l’occasion d’une cérémonie d’anniversaire de la mort de Mistral organisée par le Calen (Barsotti 1993a, 4) — fréquentent encore des personnalités félibréennes, Reboul les incite désormais à la méfiance : « Es vautres que faretz l’òbra e es elei qu’acamparàn lei jòias »74 [C’est vous qui ferez l’œuvre et ce sont eux qui récolteront les lauriers].

130Reboul revient dans d’autres écrits sur les différentes raisons qui l’ont poussé à démissionner du Félibrige. Dans une lettre adressée à Ismaël Girard le 24 novembre 1954, il écrit (Verny 2014) :

Vous prenez bien au sérieux le Félibrige. Si encore c’était un convoi funèbre et définitif. Ce n’est qu’un wagon sur une voie de garage, selon le mot de Maurice Court — un wagon perdu chargé d’un trésor ! Il faut, paraît-il (je suis étranger au gang) s’emparer de ce trésor et prendre avec lui le train au départ sur la bonne voie d’en face ! Le wagon pourrira sur ses rails rouillés ! Je ne cours donc aucun risque pour en descendre à l’arrêt et abandonner les voyageurs somnolents à qui il n’est pas permis, — même au point mort ! — de se pencher à la portière, de jouer avec la serrure, et, surtout, de « tirare l’annello » !

131Quelques décennies plus tard, loin des événements de l’époque, Reboul revient plus en détails sur les raisons littéraires et politiques de sa rupture. Sur le plan littéraire, il indique, dans une interview de 1992 donnée au journal Aquò d’Aquí (Combe 1992, 7) :

Il y avait de braves gens, mais c’était trop « gna-gna ». Ils faisaient rimer amour avec toujours comme en français, et à part les pins, les oliviers et la mer, il n’y avait pas grand-chose. Les félibres d’alors faisaient quatre vers plus ou moins droits pour obtenir une cigale…

132Quant au plan politique, la critique n’en est pas moins acide, eu égard au repli des félibres de l’époque sur le seul territoire provençal (Bonnardier 1976) :

La langue d’Oc est une avec tous ses dialectes des Alpes au Pyrénées, de Limoges jusqu’à Barcelone… Or, il y a actuellement une sorte de séparatisme mistralien : on veut rester dans son petit canton, alors que la langue d’Oc est une langue immense. De toutes façons, je crois que les félibres finiront par en venir à ce que nous disons. Ils ne peuvent rester séparés de cette façon. Ils viendront un jour à cette grande fédération occitane que nous souhaitons. Si nous voulons être forts, il faut que nous soyons unis.

133Cette prise de distance progressive de Reboul avec le Félibrige ne l’empêche pas, quand cela lui paraît nécessaire, de jouer les intermédiaires entre l’association mistralienne et le nouvel IEO auquel s’est affilié le Calen.

  • 75 Jòrgi Reboul, lettre à Robert Lafont, « Article du Calen dans la Marseillaise du 24-III (compléteme (...)

134C’est notamment le cas au moment où paraît à l’été 1954 le livre de Robert Lafont, Mistral et l’illusion. Compte tenu de sa proximité avec Lafont, Reboul entend bien évidemment assurer la promotion du livre auprès du public provençal et propose à Lafont de venir présenter son ouvrage dans le cadre des conférences du Calen75. De son côté, le Félibrige et en première ligne Charles Mauron reçoivent l’ouvrage comme une attaque frontale à l’encontre du maître maillanais. Sans rentrer dans toutes les subtilités de l’affaire évoquée plus en détails par Marie-Jeanne Verny (Verny 2014), il n’est pas anodin de noter que Reboul tente d’intercéder entre les deux parties. Fin 1954, il propose aux deux principaux protagonistes, Lafont et Mauron, de participer à un débat organisé par le Calen avec comme modérateur Léon Bancal, directeur du journal Le Provençal. Il est toutefois probable que cette tentative ait avorté, dès lors qu’aucune trace ne subsiste du débat.

  • 76 Jean Malrieu assurera d’ailleurs la traduction française du recueil de Reboul Chausida, en 1965 (Re (...)
  • 77 Plusieurs lettres de Reboul adressée à Lafont pour le tenir informé de l’organisation de cette seco (...)

135Reboul réitère malgré tout ses tentatives de conciliation en décembre 1955, en proposant au Félibrige de participer dans le cadre du Calen à une conférence/signature de Lafont sur le thème « Les Provençaux devant leur langue », sous la présidence de Jean Malrieu et Henry Deluy de la revue marseillaise Action poétique — d’expression française et de sensibilité communiste — dont Reboul est proche de certains membres (Verny 2014)76. Cette nouvelle proposition demeure là encore sans réponse77.

Les actions du Calen après-guerre

136Le Calen retrouve naturellement sa pleine liberté d’action après la Libération. Reboul en fait un cadre privilégié pour l’organisation de conférences publiques, un lieu de militantisme qui devient une référence à Marseille, et un outil au service du développement de l’enseignement et du théâtre (image 8).

Image 8. Reboul participant à une commémoration vers 1950 (Actes du colloque Jòrgi Reboul 1996, 112)

Image 8. Reboul participant à une commémoration vers 1950 (Actes du colloque Jòrgi Reboul 1996, 112)
  • 78 XXXIIIe anniversaire du Calen, Invitation, 3 novembre 1958, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reb (...)

137Dans le compte-rendu d’activité de 1958 figurant dans l’invitation à la célébration des 33 années d’activité de l’association, Reboul récapitule brièvement les activités proposées durant l’année écoulée78 : « Cours gratuits de Danses provençales, Chant Choral, Formation de Tambourinaires, Fête de la Quinzaine Laïque au Stade, Large rassemblement mistralien du Plateau Longchamp, Cycle de grandes Conférences, Stage de Monitariat (sic) pour les Educateurs et contact avec le PEUPLE enfin : Art Dramatique. »

138Sur le plan du folklore et de la culture populaire provençale, l’association multiplie les actions, tout en évitant de verser dans les dérives passéistes du Félibrige précisément critiquées par Reboul. L’association s’investit entre autres dans la diffusion de fonds ethnographiques peu exploités comme certaines des chansons provençales recueillies par Damase Arbaud (Martin 1996, 48).

139Mais c’est surtout sur les terrains de l’enseignement, du théâtre et de la poursuite de l’aide aux Catalans que le Calen et Reboul vont faire porter l’essentiel de leur action.

Les actions sur le terrain de l’enseignement de la langue d’oc

  • 79 Jòrgi Reboul, lettre au Ministre de l’Éducation nationale, 14 février 1945, archives du CIRDOC, CQ6 (...)

140Reboul reprend le chemin du militantisme politique au profit de la langue d’oc dès la restauration des institutions républicaines. Avec le comité du Calen, il s’adresse au Ministre de l’Éducation nationale pour demander le remplacement de « l’arrêté pris au mois de Juillet 1943, permettant l’introduction d’une épreuve facultative de langue d’Oc au Certificat d’Etude Primaire PAR UN DECRET, plus conforme à la Justice, d’autorisation définitive, qui reconnaîtra à notre grande langue historique et populaire toute sa valeur sociale d’enseignement, et l’Humanisme de notre pensée et de nos Lettres d’Oc »79. Reboul tente également de renforcer l’efficacité de cette démarche en sollicitant les adhérents du Calen pour qu’ils écrivent à leur tour au ministre afin de soutenir la revendication (Lespoux 2016, 97).

  • 80 Jòrgi Reboul, lettre à Robert Lafont, 13 décembre 1945, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, (...)

141En décembre 1945, Reboul fait part à Lafont de ce que le réseau d’enseignants du primaire dispensant des cours de provençal compte désormais 115 maîtres et maîtresses dans le département des Bouches-du-Rhône80.

  • 81 Jòrgi Reboul, « Comité du provençal au baccalauréat. Assemblée générale du 4 novembre 1948 », archi (...)

142Fin 1947 début 1948, Reboul crée un Comité du Provençal au Baccalauréat. Ce comité intervient d’abord auprès des élus provençaux ; à l’été 1948, il tente d’étendre son action auprès de militants de la langue d’oc extérieurs à la Provence comme par exemple Lafont, Azéma ou Salvat mais, semble-t-il, sans grand succès (Lespoux 2016, 157). Suite à la parution au Journal Officiel des 16 et 17 août 1948 d’un décret créant deux épreuves facultatives pour les langues coloniales dans les Territoires de la France d’Outre-Mer, Reboul relance sa campagne auprès des parlementaires et des conseillers généraux des Bouches-du-Rhône, du Var, du Vaucluse, des Basses-Alpes et des Alpes Maritimes, au nom de l’égalité républicaine81.

  • 82 Jòrgi Reboul, lettre au Comité central pour le provençal au baccalauréat à Monsieur le Député, 30 a (...)

143Reboul poursuit sa campagne dans les années suivantes, obtenant des conseils généraux, des maires de plusieurs villes de Provence et du conseil académique de l’Université d’Aix-Marseille des délibérations en faveur de la création d’une épreuve optionnelle de langue d’oc au baccalauréat ; il intervient également dans le cadre de la préparation de la loi Deixonne auprès de son député pour que celui-ci relaie l’information auprès des collègues de son parti à la commission de l’Éducation nationale de l’Assemblée et en particulier de Maurice Deixonne lui-même82.

144L’action de Reboul semble porter certains fruits puisque, selon Yan Lespoux, quelques élus adhèrent effectivement au Comité, malgré des difficultés avérées dans le département du Vaucluse où il est peu aisé d’approcher les élus locaux suite à une collaboration défaillante des relais félibréens pressentis (Lespoux 2016, 158).

145Le 16 février 1949, lors d’une session de travail de la Commission de l’Éducation nationale, les députés Farine et Cayol déposent un amendement « tendant à accorder au Provençal les mêmes avantages qu’au Breton ». Reboul réagit rapidement à cette avancée en adressant, dès le 30 avril, une lettre à tous les parlementaires de Provence et aux membres de la Commission de l’Éducation nationale de l’Assemblée nationale afin de les inviter à militer auprès de leurs collègues à l’aide de différents documents joints. Sachant que Jacques Magne, l’attaché du ministre de l’Éducation nationale Yvon Delbos, doit participer à la Santo Estello de Marseille de 1949, Reboul lui écrit également afin de lui faire savoir que « le ministère nous honorerait surtout en nous accordant ce que nous demandons depuis 50 ans : l’enseignement de notre langue et son admission aux examens. Tout le reste n’est que de l’eau bénite ! » (Lespoux 2016, 159).

  • 83 En breton, la faucille. Association de promotion de la langue bretonne à l’école, créée en janvier (...)
  • 84 Jòrgi Reboul, lettre à Armand Keravel et Ar Falz, 22 avril 1956, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrg (...)

146Afin de conforter son travail revendicatif auprès des pouvoirs publics, Reboul — avec d’autres comme Lafont— est en contact régulier avec l’association bretonne Ar Falz83 et son responsable Armand Keravel. Rétrospectivement, Reboul souligne l’aide précieuse de cette association dans son combat pour voir enfin la langue d’oc autorisée comme épreuve optionnelle au BEPC et au baccalauréat. Dans une lettre du 22 avril 1956, il écrit à Armand Keravel84 :

On ironisait quand je me réclamais de nos amis d’AR FALZ ! « Ah, vaï, REBOUL, avé ces bretons… » Mais je sais, moi, que la réussite du PROVENÇAL AU BACC. et au BEPC, c’est à vous, AMIS, c’est à toi : KERAVEL que nous la devons… Pendant 3 ans, à la tête de notre Comité d’ici, nous n’avons fait que vous suivre en nous inspirant de votre heureuse action.

147Reboul n’est pas non plus absent de l’action quotidienne au profit de l’enseignement de la langue et de la culture d’oc. Il organise au sein du Calen un cycle annuel de conférences (en général à raison d’une par mois, tout au long de l’année scolaire) dans lesquelles interviennent des universitaires mais aussi des professionnels, intellectuels ou manuels, venus témoigner auprès du public de ce qu’est réellement l’occitanisme (Barsotti 1993b, 19 ; Guasco 1993, 2).

148Il crée également à partir de 1946 des stages de culture populaire provençale à visée pédagogique. De l’avis de Claude Barsotti et de Lucienne Porte-Marrou, ces stages préfigureront ceux de l’IEO ainsi que les Écoles et Universités occitanes d’été de Provence et du Languedoc (Barsotti 1993a, 4 ; Porte-Marrou 1993c, 4).

149Les premiers stages se déroulent au Centre éducatif de Belmont, près de Marseille, puis, après sa fermeture, de façon itinérante dans différents lieux et différentes villes (auberges de jeunesse, écoles communales, à La Ciotat, Tourves, Callas, Allauch, Eygalières… voire Innsbruck en Autriche).

  • 85 Lettre aux écoles publiques des cantons de Trets et de Gardanne, sans date, Archives du CIRDOC, LAF (...)
  • 86 Jòrgi Reboul, lettre à Henri Pignet, 10 mars 1958, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1955 (...)

150La préparation de ces stages est réalisée en partenariat avec la population locale, par le biais de collectes préalables de proverbes, de contes, de chants, de traditions locales, de noms de lieux85… Elle implique également des prises de contacts avec les élus municipaux et les instituteurs du lieu. Reboul va « serrer la main dans les cafés et sur les places à plus d’un brave du pays » mais tente aussi surtout d’« effacer plus d’un préjugé entretenu par le Félibrisme (sic) et autre passéisme » ; il veille également à l’intendance et à toute l’organisation matérielle (couchage des participants, recrutement de cantinières…)86.

151Les stages du Calen ont en principe lieu aux vacances de Pâques et dans une école, ce qui permet accessoirement d’étendre le réseau de l’association, mêlant félibres et occitanistes, anciens ajistes, enseignants de diverses obédiences (Syndicat National des Instituteurs, tenants du mouvement de l’École Moderne dont Célestin Freinet a été à l’origine…), membres du Cercle Català de Marsella, anciens de l’école du Rempart (Martin 1996, 48) … Si elles ont d’abord pour vocation la formation des enseignants, ces rencontres ne sont nullement déconnectées de la population du village où elles se déroulent. Reboul insiste sur le fait qu’après les travaux intellectuels de la journée, les veillées sont consacrées à des spectacles préparés à l’intention des habitants du cru (Cardaire 1962, 25).

  • 87 Saint-Rémy-de-Provence, 1899-1966. Chimiste puis professeur à la faculté d’Aix-en-Provence, fondate (...)
  • 88 Maillane, 1894 – Saint-Rémy-de-Provence, 1991. Instituteur à Saint-Rémy, fondateur avec Charles Mau (...)
  • 89 Institutrice puis directrice d’école. Décédée en 1972. Très impliquée dans l’éducation populaire, e (...)

152L’un de ces stages, organisé en septembre 1946, débouche sur la création de l’association Lou Prouvençau à l’escolo. L’association regroupe des enseignants et se donne pour but de développer et de faciliter l’enseignement du provençal dans les établissements scolaires publics du premier et du second degré. Elle est dirigée dès le départ par Charles Mauron87 et par deux enseignants, Camille Dourguin88 et Marie-Rose Poggio89. Sa vocation première est la publication de documents pédagogiques visant à faciliter l’enseignement du provençal. L’association édite un bulletin d’information éponyme, dont le premier numéro sort en novembre 1946. Par la suite, elle publiera aussi des grammaires et des recueils de documents (Lespoux 2016, 105). La création de ce groupement s’effectue dans un contexte où l’opposition entre l’occitanisme, porté par le nouvel IEO, et le provençalisme, traditionnellement rattaché au Félibrige, commence à se cristalliser pour de bon, et ce d’autant plus que l’IEO non seulement ne cache pas sa volonté d’étendre à l’ensemble des régions occitanes, Provence comprise, la graphie classique de Louis Alibert qu’il a fait sienne mais en plus ne se prive pas de remettre en cause au moins pour partie le statut iconique jusqu’alors intouchable de Mistral (Abrate 2001, 454).

153En dépit de la présence de Reboul, l’association Lou Prouvençau à l’escolo s’inscrit au final clairement dans la ligne provençaliste, en choisissant de limiter son action à la seule Provence et de défendre le concept d’un enseignement exclusivement en graphie mistralienne (Abrate 2001, 455). Reboul ne s’inscrit évidemment pas dans ces conceptions restrictives. En pratique, son action au sein de la nouvelle association apparaît comme relativement réduite, même s’il est membre du bureau au titre de l’enseignement technique ; il quitte l’association au début des années 60, époque au cours de laquelle il rejoint officiellement la mouvance occitaniste (Martel 2009b, 12).

154Enfin, pour en finir avec l’implication de Reboul dans le milieu éducatif, on peut rappeler que le Calen participe chaque année à la fête des écoles laïques au stade Vélodrome de Marseille, dès lors que l’association est liée à de nombreux mouvements et syndicats d’enseignants du public (Barsotti 1993b, 19).

La poursuite des activités théâtrales

155L’autre grande activité du Calen d’après-guerre tourne autour des arts dramatiques. Les stages du Calen en constituent le cadre privilégié. Les représentations données par l’association ne sont toutefois pas exclusivement théâtrales mais mêlent théâtre, danse et chant, afin d’intéresser le plus grand nombre de personnes possibles (Cardaire 1962, 26).

  • 90 La coumedié dóu mirau, Marseille, non publié, 1956.

156Le répertoire du Calen se diversifie, avec des reprises de pièces traditionnelles (principalement provençales), mais aussi des adaptations de poèmes de Charles Galtier ou de Valère Bernard, parfois même dans des costumes modernes au lieu des costumes traditionnels. En 1956, à l’occasion de la Premiera copa de teatre provençau [Première coupe de théâtre provençal] organisée à Saint-Rémy par le Groupement des Études Provençales, Reboul adapte en dialecte marseillais une pièce de Max Rouquette, Lo miralhet, qui devient La comedié dóu mirau90. Probablement en lien avec le fait que le jury était composé de Rhodaniens, le premier prix va à une autre troupe, plus conventionnelle dans ses choix que le Calen qui avait eu l’audace de présenter une pièce d’origine languedocienne, qui plus est adaptée dans la langue iconoclaste de Gelu, soit en totale rupture avec les standards littéraires félibréens. Cela n’empêchera pas la troupe de rejouer la pièce en diverses occasions.

  • 91 Cévennes, 1922 – Nîmes, 2015. Professeur de lycée. Épouse divorcée de Robert Lafont. Éditrice de pl (...)
  • 92 Paris, 1921 – Poitiers, 2014. Romaniste, maître de conférences puis professeur à l’université de Po (...)
  • 93 C’est à partir de 1962-1963 qu’André Neyton, alors enseignant, commence à fréquenter le Calen par l (...)

157Le groupe du Calen participe également aux activités de l’IEO, notamment au stage d’été de 1960 qui se déroule à Villefranche-de-Rouergue et qui a précisément pour thème le théâtre ; c’est dans ce cadre que le groupe du Calen donne, le 4 septembre, Lou pastre de Théodore Aubanel, pièce en vers mise à l’index par le Félibrige en raison de son sujet scandaleux (le viol d’une jeune fille par un berger) mais tirée de l’oubli par l’IEO. Le stage de Villefranche-de-Rouergue est accessoirement l’occasion de la création d’un Centre dramatique occitan (CEDOC) (Porte-Marrou 1996, 88) ; Camproux en assure la présidence d’honneur, en association notamment avec Andrée-Paule Lafont91 et Pierre Bec92. Le CEDOC créé en 1960 ne doit pas être confondu avec une autre association également intitulée Centre Dramatique Occitan mais créée quelques années plus tard à Toulon par André Neyton à la suite du stage du Calen de 1970 organisé à Bonnieux93. Lucienne Porte-Marrou souligne au demeurant que ce second Centre dramatique occitan s’est créé sans vraiment chercher à récupérer le potentiel humain et artistique du Calen et s’est d’emblée orienté vers un théâtre différent, plus moderne et plus dans l’air du temps de la seconde partie des années 60 (Porte-Marrou 1996, 88-89).

  • 94 Reboul ne semble pas complètement partager cet avis, vu qu’il écrit que « Les auteurs ne manquent p (...)

158Quoi qu’il en soit des succès du Calen en matière théâtrale, l’activité rencontre quelques difficultés techniques (Cardaire 1962, 26) : les modalités de fonctionnement de l’association ne permettent pas aux acteurs de participer aux stages nationaux d’art dramatique dont les dates correspondent la plupart du temps à celles des stages printaniers du Calen ; le répertoire de l’association est limité du fait que nombre de pièces n’existent pas en version écrite ou sont en réalité des contes qu’il faudrait adapter à l’interprétation dramatique94 ; la plupart des acteurs ne parlent pas le provençal, ce qui oblige à donner des cours de diction et de langue pour leur permettre d’interpréter correctement les textes ; enfin, l’association ne dispose pas d’une salle de répétition et il est souvent difficile aux participants de se voir en dehors des stages. Reboul ajoute à ces constats le fait que la radio ne favorise pas non plus le développement du théâtre provençal, contrairement au soutien dont bénéficie à la même époque le théâtre en gascon, en languedocien ou en catalan (Reboul 1962, 11).

159Tout ceci fait qu’après 1962, les activités théâtrales du Calen diminuent peu à peu tant dans leur fréquence que dans l’ambition de monter des spectacles longs, et ce d’autant plus que s’ajoutent aux difficultés précédemment évoquées des questions d’éloignement géographique et le départ de plusieurs acteurs (maladies, mariages, guerre d’Algérie…) (Porte-Marrou 1996, 88).

La reprise du soutien aux catalans

160Dès la fin de la seconde guerre mondiale, Reboul reprend ses activités de soutien aux Catalans pour dénoncer la torture, la répression et les procès organisés par la dictature franquiste.

161À la fin des années 40, il tente de mobiliser son réseau au sein de la société marseillaise pour venir en aide à 48 « rouges » arrêtés par la police du dictateur. La démarche sera malheureusement vaine, puisque quatre des personnes interpellées seront exécutées et les autres condamnées à de lourdes peines de prison (Panyella i Farreras 2014, 67).

162En 1948, à son initiative, paraît un article en première page de la revue Occitania faisant mention de la création d’un Comitat de Protèsta contre le procès à Barcelone de 80 « patriotes » catalans (Reboul 1948, 1) :

DE LUENH, Ò FRAIRES !
Lo nòstre amic Marselhés Jòrdi Rebol a pres l’iniciativa de crear un comitat de Protèsta contra lo Procès a Barcelona de 80 patriòtas Catalans. Nos es un dever, es un dever a tot occitanista de s’associar a aquel gest. Lo solet crime d’aqueles Patriotas (sic) es d’aimar sa Tèrra, sòrre de la nòstra e, per qualques uns, d’aver combatut dins lo Maquís de França. Un d’eles es ja estat condemnat a 12 ans de preson, per lo sol motiu d’èsser « corrector d’espròvas en lenga catalana ».
De jornaus coma
L’Aube, d’autas personalitats auboran sa votz contra aquel procès ; de Membres de l'Associacion Internacionala dels Juristas escrivon al papa Pie XII, lo Menistre dels Afars Extrangièrs J. Bidault demanda au Cònsol francés a Barcelona d’intervenir.
Los Occitans tanben faràn clantir sa votz. Demande a totes nostes legeires de mandar son adesion a la Protèsta Solemna dau Moviment Occitània : Jòrdi Reboul, Maison I, rue d’Endoume, 102 - Marseille.

[DE LOIN, Ô FRÈRES !
Notre ami marseillais Jòrgi Reboul a pris l’initiative de créer un comité de Protestation contre le Procès à Barcelone de 80 patriotes catalans. Il nous est un devoir, c’est un devoir à tout occitaniste de s’associer à ce geste. Le seul crime de ces Patriotes est d’aimer leur Terre, sœur de la nôtre et, pour quelques-uns, d’avoir combattu dans le Maquis de France. L’un d'eux a déjà été condamné à 12 ans de prisons, pour le seul motif d’être correcteur d’épreuves en langue catalane”.
Des journaux comme L’Aube, de hautes personnalités élèvent leur voix contre ce procès ; des Membres de l’Association Internationale des Juristes écrivent au pape Pie XII, le Ministre des Affaires Étrangères J. Bidault demande au Consul français à Barcelone d’intervenir.
Les Occitans aussi feront raisonner leur voie. Je demande à tous nos lecteurs d’envoyer leur adhésion à la Protestation Solemnelle du Mouvement Occitan : Jòrgi Reboul, Maison I, rue d’Endoume, 102 - Marseille.]

  • 95 « Francesc Panyella i Farreras », [en ligne : https://ca.wikipedia.org/wiki/Francesc_Panyella _i_Fa (...)

163Reboul aide également les Catalans marseillais à diffuser des informations sur la répression outre-Pyrénées, en leur trouvant des lieux de rencontres comme le Centre régional de documentation pédagogique. Il œuvre à la restauration du Centre Català de Marsella qui avait dû cesser toute activité sous le régime de Vichy. C’est à cette période-là qu’il se lie d’amitié avec Francesc Panyella i Farreras, arrivé à Marseille en 1947 et qui devient secrétaire du Centre Català en 195195.

164Suite aux pressions de Franco et probablement en lien avec le fait que Marseille s’était vue attribuer l’organisation des Jocs Florals de la llenga catalana en exil pour 1967, le Ministère de l’Intérieur prend brutalement un arrêté de fermeture du Centre Català le 12 août 1966.

  • 96 PEN-Club international section de Langue d’Oc, « Le Pen Club de Langue d’Oc et la fermeture du Cent (...)
  • 97 « Lettre à Monsieur le Ministre de l’Intérieur de la République française », signée entre autres de (...)

165Reboul et le Calen interviennent immédiatement pour demander la levée des sanctions. Le PEN-Club section de Langue d’oc, dont Reboul est trésorier, se joint à la protestation : dans une lettre ouverte, l’association dénonce « une attaque directe contre une Langue et une Culture attachés par tant de liens à notre pays. Liens auxquels le sacrifice, en 1914-1918 et en 1939-45, de tant de milliers de volontaires catalans pour la liberté de la France, a donné un caractère qui ne saurait être oublié »96. De nombreux occitanistes écrivent également au ministre afin de solliciter « toutes mesures utiles pour remédier aux conséquences de l’Arrêté du 12 Août 1966 et [rendre] aux Membres du Centre dissout la possibilité de reconstituer leur Foyer de solidarité et d’amitié et de poursuivre leur Œuvre essentiellement pacifique et humaine »97. Il faudra néanmoins attendre 1981 et l’élection de François Mitterrand à la présidence de la République pour que le Centre Català de Marsella puisse rouvrir ses portes.

166Face au blocage de la situation, le Calen concourt à la création d’une association supplétive, les Amis de la Culture Catalane, qui sera présidée par Pierre Rouquette et dirigée par Guy Martin, membre du Calen. Cette association permet finalement, mais non sans peine, la tenue et le succès des Jocs Florals marseillais de 1967 (Panyella-Farreras 1996, 66 ; Grau 2010).

  • 98 Entretien du 20 janvier 2018, à son domicile.

167Lors d’un entretien que j’ai eu avec lui, Francesc Panyella i Farreras m’a fait part de quelques informations complémentaires concernant l’organisation de ces Jocs98. Reboul était bien évidemment de l’aventure, ainsi que d’autres proches amis comme Claude Barsotti.

168Si, juridiquement, les militants de la langue d’oc étaient à la tête de la nouvelle association des Amis de la Culture Catalane, bien évidemment sa direction officieuse a continué à être principalement le fait des anciens responsables du Cercle Català. Face à ces manœuvres pour contourner légalement l’arrêté de 1966, les autorités françaises n’ont pas manqué de mettre la pression sur la nouvelle structure, à défaut de pouvoir s’y opposer de front. Reboul, Barsotti et Panyella ont notamment été convoqués à l’Évêché, le commissariat central de Marseille, pour être mis en garde contre tout dérapage politique lors de la tenue des Jocs Florals, avec entre autres interdiction formelle de faire chanter l’hymne catalan Els Segadors lors des rassemblements. Ces intimidations n’ont bien évidemment pas dissuadé le comité organisateur et, en parallèle aux joutes littéraires, les Jocs ont été l’occasion de prises de positions politiques clairement antifranquistes, avec une claire dénonciation de la répression qui sévissait en Espagne contre les Catalans et la langue catalane. De la même façon, si, pour ne pas contrevenir ouvertement aux consignes policières, les organisateurs n’ont pas pris l’initiative de faire chanter Els Segadors, ils n’ont rien fait non plus pour empêcher le public d’entonner spontanément l’hymne catalan dès l’ouverture de la manifestation.

169À la fin de l’événement, Reboul, Barsotti, Panyella et d’autres membres du comité d’organisation ont donc à nouveau été convoqués à l’Évêché mais aucune suite judiciaire n’a heureusement été donnée.

170Au-delà du grand succès de la manifestation, ces Jocs de 1967 ont été l’occasion de célébrer une nouvelle fois les liens forts entre militants catalanistes et militants de la langue d’oc. Une cérémonie a notamment été organisée au parc Longchamp, avec dépôt d’une gerbe devant la statue de Mistral et plantation d’un arbre de la liberté à côté du monument à Valère Bernard ; une plaque commémorative rappelle encore aujourd’hui dans le parc cette cérémonie.

171De 1972 à 1976, le Calen de Reboul assure sous sa responsabilité légale l’édition de la revue catalane Clam, bulletin d’informations des Catalans exilés en Europe (Grau 2010).

172Après la mort de Franco le 20 novembre 1975, l’Espagne retrouve progressivement la voie de la démocratie ; le gouvernement autonome de la Generalitat est rétabli le 28 octobre 1978 et un nouveau statut d’autonomie de la Catalogne adopté en 1979. Reboul est naturellement invité à Barcelone en remerciement des services rendus pour la défense des prisonniers politiques catalans.

173Enfin, en 1982-1983, Reboul participe à l’organisation à Marseille de deux semaines occitano-catalanes où est notamment invité Lluis Llach, grand chanteur de la Nova Cançó catalane (Panyelle-Farreras 1996, 66), mouvement musical des années 1960 qui dénonçait la dictature franquiste.

Le ralliement officiel de Reboul à l’occitanisme de l’IEO

  • 99 Jòrgi Reboul, lettre à Pierre Rouquette, 29 avril 1969, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, (...)

174Les années 1960 sont marquées par l’adhésion d’un nombre croissant de membres du Calen aux idées de l’Institut d’Estudis Occitans. Les adhésions croisées se multiplient entre les deux associations et le Calen devient ainsi de facto un centre majeur de diffusion de l’occitanisme en Provence (Blanchard 2014, 62). C’est à cette même période que Reboul se rallie officiellement au courant occitaniste (Lafont et Anatole 1971, 743). François Pic retient plus précisément la date de 1962, mais sans précision supplémentaire (Pic 1996, 71). Reboul devient en tout cas par la suite membre du conseil d’études de l’Institut99.

Un soutien franc aux orientations proposées par Lafont

  • 100 Lettre ouverte sans titre, début 1962, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1959-1966.

175Quoi qu’il en soit de la date précise à laquelle Reboul rejoint l’occitanisme, il est en tout cas clair que 1962 correspond à son engagement franc en faveur des thèses défendues par Lafont et l’IEO. De fait, il signe au début de cette année-là, avec d’autres écrivains occitans, un appel aux pouvoirs publics et aux populations du Midi pour dénoncer la situation économique dans laquelle se trouve le sud de la France et le déséquilibre de développement entretenu par les choix politiques nationaux100. Le texte souligne que si « Les impératifs de l’économie moderne existent » et que « la réorganisation rationnelle du territoire national est une nécessité », « rien ne peut et ne doit atteindre le droit qu’ont les hommes de vivre heureux là où le sort les a fait naître. On ne peut les condamner à choisir entre le déracinement et la misère ». Le texte dénonce également un « colonialisme intérieur » qui, en parallèle au retard économique méridional, a privé les « hommes du Pays d’Oc […] de leur passé, de l’originalité de leur langue, de leur littérature, de leur civilisation propre ». L’appel se conclut sur le droit du peuple méridional à « demander que le pays tienne compte de ses plus légitimes aspirations au bien-être comme à l’originalité culturelle ».

  • 101 On trouve dans les archives du CIRDOC (LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1938-1954) plusieurs lettres de Rebo (...)
  • 102 Jòrgi Reboul, lettre à Robert Lafont, 10 septembre 1980, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul (...)

176Sur le plan international, Reboul participe en 1963, avec Max Rouquette et Charles Camproux, à la création du PEN-Club de Lenga d’Òc. Cette association a la lourde charge d’organiser une conférence internationale à Avignon en 1965 ; Reboul assure les fonctions de trésorier et contribue, par son action, au succès de la manifestation (Roqueta 1996, 101 ; Pouliquen 2014, 13)101. Il continuera à assumer cette tâche jusqu’à ses 80 ans où il demandera à être relevé de ses fonctions à l’assemblée générale de Nîmes, fin 1980102.

  • 103 Jòrgi Reboul, lettre à Jean Albertini, 26 mai 1966, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 195 (...)

177En mai 1966, Reboul participe également au deuxième festival de poésie de l’île de Bendor (Var), organisé par Ricard103.

  • 104 Jòrgi Reboul, lettre à Robert Dubrou, 30 janvier 1966, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, (...)

178Sur un plan plus politique, Reboul prend part au fonctionnement du Comité Occitan d’Études et d’Actions (COEA) créé par Lafont en 1962, en marge de l’IEO. En atteste une lettre de 1966 par laquelle il transmet au COEA un article paru dans la Marseillaise où il est question du déclassement de Marseille, menacé dans les dix ans de devenir le « camping de l’Europe »104. Reboul souligne largement dans ce courrier son adéquation avec les luttes occitanes de l’époque :

Le Peuple du Midi de la France, Decazeville, les rampes de Sault et j’abrège, est méprisé par le capitalisme de l’Hubac (sic). Il est vrai que nos Terres d’OC réagissent et choisiront certainement un jour…, un autre responsable national !

  • 105 Jòrgi Reboul, carte postale à Robert Lafont, 7 décembre 1966, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi R (...)

179Reboul participe également aux réunions du Comité, au moins dès la fin de l’année 1966 comme l’indique une carte postale adressée à Lafont relative à la réunion des 17 et 18 décembre où il s’est inscrit au nom du Calen105.

  • 106 Jòrgi Reboul, « Tribune libre : La révolution régionaliste, par Robert Lafont », 1968, Archives du (...)

180Le positionnement de Reboul rejoint en tout état de cause clairement celui de son ami Lafont au sujet du régionalisme. Dans une tribune libre de 1968106 — mais dont la publication effective semble n’avoir jamais eu lieu si l’on en croit les commentaires manuscrits que Reboul y a portés de sa main —, il reprend à son compte les thèses lafontiennes publiées dans La révolution régionaliste (Lafont 1967) :

De bonne source, et par un processus irréfutable, Robert LAFFONT (sic) nous invite, nous adjure même, à prendre nos responsabilités pour une conscience régionale qui fera la Révolution régionale attendue dans l’Universel de demain. […] Pour une décolonisation régionale, avec une solide construction européenne de pays, vers une France et une Europe ethniquement équilibrées, un texte régionaliste de 1963 disait déjà : « Nous pensons que l’on doit en finir avec une conception étatique de la région et son fixisme nationaliste. »
Robert Lafont s’appuie sur la culture, l’humanisme, propres à chaque région, et pour nous celles qui nous concernent : la Provence et l’Occitanie qui ne peuvent vivre sans l’Economique qui leur est particulier, la conscience régionale étant une et doublement animatrice, mais ne pouvant pas, et en aucun cas, être identifié à un résidu folklorique.
La Révolution Régionaliste de Robert Lafont marque un tournant dans l’histoire de la Nation. C’est une somme à méditer, à mettre en pratique.

  • 107 Toulon, 1903-1986. Officier de marie à l’arsenal de Toulon, président de l’école félibréenne de La (...)
  • 108 Jòrgi Reboul, lettre à Ismaël Girard, 1er janvier 1968, Archives du CIRDOC, CQ623/12 (32 lettres en (...)

181L’année 1968 marque une autre rupture dans les engagements de Reboul. C’est à cette date qu’il décide de se décharger de l’organisation de la manifestation annuelle d’hommage à Mistral au plateau Longchamp qu’il avait assumée depuis 40 ans. Dans une lettre datée du 1er janvier adressée au capoulier du Félibrige Élie Bachas107 — et dont il adresse copie à Ismaël Girard —, Reboul présente cette décision comme une prise de retraite, indiquant que, pour lui, « la parade est terminée »108. Cette lettre est encore l’occasion d’une critique assumée à l’égard du Félibrige, dont les membres — au moins certains, en tout cas — sont qualifiés de « “mainteneurs” en costumes folkloriques dont j’ai pu apprécier, 40 ans durant, la candide, décevante et néfaste ignorance ». Reboul signe d’ailleurs son courrier de son nom complété de la mention « démissionnaire du félibrige – 1954 ». Le ton de la lettre demeure toutefois globalement positif quant à la manifestation du plateau Longchamp ; il se montre content d’avoir assumé « sans répit, de tout cœur » l’organisation de l’« une des rares manifestations civiles du félibrige de l’époque », même s’il est selon lui temps désormais de « mettre les clés sous le paillasson ».

Les derniers grands engagements militants des années 1970

  • 109 Jòrgi Reboul, lettre aux Études et Recherches Économiques et Sociales, 30 mai 1969, Archives du CIR (...)

182Suite à la démission du général de Gaulle, Reboul s’implique dans la campagne des élections présidentielles anticipées de juin 1969. Il sollicite les Études et Recherches Économiques et Sociales afin de connaître la position de Georges Pompidou, « Occitan du Cantal et du Lot », au sujet de « la Décolonisation économique et sociale de l’Hexagone ; de l’Enseignement — le Sabotage Ministériel des Langues et Cultures Régionales ». À son courrier sont jointes des brochures du COEA et du Mouvement Laïque des Cultures Régionales (MLCR)109.

  • 110 Ces explications sont tirées à la fois de mes échanges avec Claude Barsotti et de son article : 201 (...)
  • 111 Jòrgi Reboul, lettre au service de presse du Gai Saber, 27 octobre 1970, Archives du CIRDOC, CP 352 (...)

183En juin 1970, lors d’un voyage en Ardèche effectué avec Claude Barsotti pour assister à une réunion de l’IEO qui devait se tenir au séminaire de Viviers, Reboul lance l’idée de la création d’une antenne provençale de l’IEO sous le nom de Centre Regionau d’Estudis Occitans Provença (CREO Provença)110. L’un des premiers objectifs de cette nouvelle structure sera la mise en œuvre du décret du 21 juillet 1970 amendant la loi Deixonne et permettant l’enseignement optionnel de l’occitan ainsi que sa passation au baccalauréat111.

  • 112 Né dans le Var en 1942. Yves Poggio rencontre Reboul vers l’âge de 15 ans, par l’intermédiaire du f (...)
  • 113 Informations données par Claude Barsotti.
  • 114 La copie numérique du récépissé de déclaration en Préfecture m’a été communiquée par Yves Poggio qu (...)

184Le CREO Provence se met progressivement en place à l’automne 1970, avant une officialisation en 1971 à l’initiative de Reboul, de Guy Martin, d’Yves Poggio112, de Lucienne Porte-Marrou et de Claude Barsotti113. L’association a son siège 6 traverse Cas (4ème arrondissement de Marseille), Guy Martin en est désigné président et la déclaration en préfecture est réalisée le 3 février 1971114.

  • 115 Entretien avec Yves Poggio du 3 février 2018.
  • 116 Ainsi par exemple du numéro 3 des Cahiers du Calen, probablement daté de 1968 et qui m’a été remis (...)
  • 117 Cette association a été créée en 1958 par les Bretons d’Ar Falz et par les Occitans de la section p (...)
  • 118 Le GLEP a été créé vers 1960 à l’initiative de l’association Ar Falz. Ses principaux membres étaien (...)
  • 119 Jòrgi Reboul, lettre à Ismaël Girard, 22 février 1972, Archives du CIRDOC, CQ623/12 (32 lettres env (...)
  • 120 Marseille, 1898-1988. Avocat, magistrat à Avignon puis à Marseille, chroniqueur aux Nouvelles affic (...)
  • 121 Entretien réalisé à son domicile le 3 février 2018.

185En réalité, comme me l’a expliqué Yves Poggio115, la mise en place du CREO Provence et les liens qui le lient au Calen sont longtemps très informels, et ce d’autant plus que l’on retrouve plus ou moins les mêmes personnes dans chacune des deux associations et qu’il est fréquent que soient évoquées au cours des réunions des questions relevant indifféremment de l’une ou l’autre structure : « Ça s’est passé dans un flou artistique ; c’était le dernier de nos soucis. » Nombre de documents d’époque émanant du Calen portent d’ailleurs indifféremment en en-tête la mention du CREO Provence et/ou de l’IEO Provence sans guère de soucis de précision juridique116. Reboul participe d’ailleurs à des réunions du Mouvement Laïque des Cultures Régionales et de Défense et Promotion des Langues de France117 sous une grande multiplicité de casquettes (Calen, CREO-Provence et Groupe Laïque des Enseignants Provençaux118), sans que cela ne semble avoir jamais soulevé de question119. Autre illustration du flou juridique dans lequel s’est progressivement constituée la nouvelle association CREO Provence, Yves Poggio m’a expliqué qu’au sortir de la seconde guerre mondiale, Pierre Rouquette120 avait pris l’initiative de transformer l’ancienne section marseillaise de la Société d’Études Occitanes (SEO) en antenne de l’IEO121. Or, au tournant de 1970-1971 quand le CREO Provence se constitue, personne ne s’est soucié de savoir ce qu’il en était de cette première association qui était déjà censée représenter localement l’IEO. Toutefois, comme me l’a indiqué Yves Poggio, il est très probable que cette structure avait de toute façon cessé toute activité après 1968, suite au retour de Pierre Rouquette vers le mistralisme au début des années 1960. Quoi qu’il en soit de l’anecdote et de cette pluralité d’entités juridiques potentiellement contradictoires, aucune association n’est jamais venue contester au CREO Provence son statut de représentant légitime de l’IEO pour la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

  • 122 Gil et Jòrgi Reboul, « 29 mai 1977… », sans date, Archives du CIRDOC, Dossier auteur R-Reboul (Dos- (...)

186Reboul s’associe bien entendu avec sa femme au grand combat occitaniste des années 70 contre la militarisation du plateau du Larzac. Une lettre au double en-tête du Comité départemental de sauvegarde du Larzac et de l’IEO Provence / Lo Calen de Marselha, signée de Gil et Jòrgi Reboul, fait état des actions menées pour la constitution des Groupements Fonciers Agricoles Larzac I, Larzac II et Larzac III, créés pour s’opposer aux emprises foncières de l’Armée, et des divers soutiens obtenus par le mouvement (presse, collectivités territoriales, grévistes…). La lettre se termine par la formule emblématique du mouvement, revue et corrigée, « Ensemble nous gardons et gérons le Larzac »122.

  • 123 Information donnée par Sylviane Reboul.
  • 124 « Henri Moline », [en ligne : https://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_Moline]. Consulté le 2 août 2018.

187En 1974, le réalisateur Henry Moline décide de consacrer un film à Reboul, intitulé « Jòrgi Reboul : ...a Trets, un jorn que bufava lo mistral » (Moline 1974). Il s’agit d’un entretien informel avec le poète où s’intercalent interview journalistique et lecture de plusieurs poèmes ou extraits de poèmes dits par Reboul lui-même. Le film est réalisé à Trets, dans le jardin du cabanon que Reboul et sa femme y possédaient et où ils allaient passer leurs week-ends et leurs vacances123. Au cours de l’entretien, Reboul revient sur sa vie, son action militante et son œuvre. Le film fera, semble-t-il, l’objet d’une réédition en 1977 sous le titre « Jòrgi Reboul », avant d’être diffusé sur le réseau national de la chaîne FR3 le 11 mars 1984124.

  • 125 Omenatge a Jòrgi Reboul, Besiers 19 de junh 1976, archives du CIRDOC, Dossier auteur R-Reboul (Dos- (...)

188Les 19 et 20 juin 1976, le Centre international de documentation occitane (CIDO) de Béziers, qui deviendra plus tard le CIRDOC, lui rend hommage pour ses 75 ans au cours de la Fèsta de la lenga occitana avec une exposition « Jòrgi Reboul 50 ans de poésie, livres et document » et une soirée au cloître de l’église Saint-Nazaire125. Au cours de cette soirée se succèdent des interventions de Jean Larzac, Robert Lafont et Pierre Pessemesse, un concert (où interviennent Sylviane Reboul chantant les poèmes de son père ainsi que d’autres chanteurs de la scène occitane comme Patric, Mans de Breish ou Marie Rouanet), et enfin la présentation du film d’Henry Moline (Rouquette 2013, 155).

189Un second hommage sera organisé du 4 décembre 1976 au 8 janvier 1977 à la bibliothèque municipale de Marseille (3ème arrondissement) par l’Institut d’Estudis Occitans en association avec le CIDO, sous le titre « Jòrgi Reboul, 50 ans d’occitanisme à Marseille »/« Jòrgi Reboul, 50 ans de lenga occitana a Marselha » (Pic 1996, 82). L’IEO double la célébration de cet anniversaire en rééditant, en graphie classique et sous la forme d’un opuscule en un volume (Reboul 1976), les deux grands recueils des années 30 du poète, Sènso relàmbi et Terraire nòu, devenus depuis longtemps introuvables (Rouquette 2013, 155).

  • 126 Voir aussi invitation au 55ème anniversaire du Calen, archives du CIRDOC, Dossier auteur R-Reboul ( (...)
  • 127 Jòrgi Reboul, lettre à Robert Lafont, 6 octobre 1980, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1 (...)
  • 128 Marin d’origine lorraine, qui apprit l’occitan jusqu’à l’obtention, peu avant son décès, d’une lice (...)

190Le 2 décembre 1980, le Calen passe définitivement le flambeau de l’occitanisme à l’IEO à l’occasion d’une fête qui célèbre tout à la fois le 55ème anniversaire de l’association marseillaise, la fin de ses activités et les 80 ans de Reboul qui aspire à prendre sa retraite de militant (Grau 2010)126. Cette ultime réunion se tient au Centre Léo Lagrange de Marseille et sous la présidence de Lafont, à la demande expresse de Reboul127. Quant au CREO Provence qui, selon le mot de Claude Barsotti dans les échanges que j’ai eus avec lui, avait jusqu’alors fonctionné comme « une sorte de Calen bis », il acquiert de fait le statut de représentant unique de l’IEO pour la région PACA et poursuivra son développement notamment sous l’impulsion de Jean Saubrement128.

Image 9. Reboul dans les années 1980 (Actes du colloque Jòrgi Reboul 1996, 113)

Image 9. Reboul dans les années 1980 (Actes du colloque Jòrgi Reboul 1996, 113)
  • 129 « Jòrgi Reboul 1901-1993, poèta e òme d’accion marselhés », L’occitan, periodic de la vida occitana(...)

191Reboul passe sa retraite entre Marseille et Trets, où il avait acquis un cabanon. Au tournant des années 1990, sentant ses forces décliner, il insiste auprès de sa fille Sylviane pour qu’elle lui trouve une maison de retraite. Il passe ainsi les derniers mois de sa vie à l’EHPAD du Chêne Vert, à Septèmes-les-Vallons. Il décède à Marseille le 19 juin 1993. À sa demande, il est enterré civilement au cimetière Saint-Pierre (5ème arrondissement), sans croix et en terre commune, accompagné notamment par Guy Martin, Claude Barsotti, Francesc Panyella i Farreras et Lucienne Porte-Marrou qui lira le poème « Partirai »129.

192Suite à son décès, pas moins de huit articles paraîtront fin 1993 dans la presse régionaliste pour saluer son action militante et son œuvre. Par la suite, trois colloques lui seront également en tout ou partie consacrés, à Septème-les-Vallons en 1994 et 2013 et à Marseille en 2000.

193Le 4 février 2017, la ville de Septèmes-les-Vallons inaugure sa nouvelle médiathèque qui prend le nom de « Médiathèque Jòrgi Reboul » (Neumuller 2017, 15). Une rue du 15ème arrondissement de Marseille porte également son nom. Enfin, l’association « Leis amics de Mesclum » et le journal La Marseillais organisent chaque année au printemps un concours littéraire intitulé « Escriure en lenga d’Òc » dont le prix du meilleur poème est intitulé « Prix Jòrgi Reboul130.

Conclusion

194Par son action à la tête du Calen dès le milieu des années 1920, Reboul a été l’une des personnalités marquantes du XXe siècle dans la défense de la langue et de la culture d’oc. Son engagement rayonne rapidement sur Marseille, la Provence et bien au-delà, à travers les liens qu’il a su créer avec les grands noms du Félibrige de l’époque, orthodoxes comme dissidents. Dans un foisonnement d’énergie jamais interrompu, il est sur tous les fronts : politique avec le Parti prouvençau, social avec l’Aubèrjo de Jouinesso de Marsiho-Alau, éducatif avec son action pour le développement de l’enseignement de la langue d’oc à l’école, international avec son soutien aux Catalans espagnols, et bien évidemment littéraire avec ses créations théâtrales mais surtout poétiques qui ouvrent la poésie d’oc à de nouveaux horizons.

195Homme de son temps, Reboul n’échappe pas au grand cataclysme de la seconde guerre mondiale. Dès son retour de captivité en Allemagne, il reprend ses activités militantes au sein du Calen, dans la mesure de ce que permet le régime de Vichy, au profit des prisonniers de guerre et de l’enseignement de la langue d’oc, sans jamais accepter de se compromettre avec le régime en place. Avec le retour de la paix, la critique constructive qu’il avait toujours nourrie vis-à-vis du Félibrige et son amitié naissante avec Robert Lafont le conduisent progressivement à se rapprocher du mouvement occitaniste et du tout jeune Institut d’Études Occitanes dont le dynamisme et l’enthousiasme correspondent pleinement à sa personnalité. Sur le plan de l’enseignement de la langue d’oc, il est sur tous les fronts : campagne pour la promotion de la langue d’oc au baccalauréat, lobbying pour l’adoption de la loi Deixonne, organisation des stages de culture populaire du Calen qui déboucheront sur la création des universités occitanes d’été et de l’association Lou prouvençau à l’escolo. Inlassablement, il continue à promouvoir le rayonnement de la culture et la langue d’oc par le biais des ateliers théâtre et des cycles annuels de conférences du Calen, par la création du PEN-Club de Lenga d’Òc, par son soutien indéfectible au peuple catalan contre le franquisme — outre Pyrénées mais aussi à Marseille même auprès du Cercle Català —, par sa participation au Comité Occitan d’Études et d’Actions, par son engagement dans la défense du Larzac puis enfin par la création du CREO Provença.

196Homme engagé dans son siècle s’il en était, Reboul a été de tous les grands combats, sans compromission, sans répit et sans en attendre d’autre gloire que celle du rayonnement des valeurs auxquelles il était attaché. Comment mieux que par ses propres mots résumer ce qui fut sa constante philosophie personnelle ? Je reprendrai donc pour conclure ces quelques vers tirés du poème « Anar luenh », daté de 1931 et qui demeura, d’un bout à l’autre de son parcours, d’une parfaite actualité (Reboul 1931, 74) :

Anar luenh sempre
sempre franquir la rega
que barra aquesta arada
e puei aquí durbir lei mans
per derrabar çò que s’aubora.

[Aller loin toujours…
toujours franchir le sillon
qui ferme ce labour
et là ouvrir les mains
pour saisir ce qui s’offre.]

Haut de page

Bibliographie

Abrate, Laurent, Occitanie 1900-1968 : des idées et des hommes. L’émergence et l’histoire de la revendication occitane, Puylaurens, IEO, 2001.

Barsòtti, Glaudi, « Jòrgi Reboul o Marselha l'insomesa », L’Occitan, n° 106, septembre-octobre 1993, couv. et 4-5.

Barsòtti, Glaudi, « Jòrgi Reboul, testimòni de Marselha », Occitans !, n° 57, septembre-octobre 1993, 18-20.

Barsotti, Glaudi, « L’afaire deis “histoires marseillaises” », Actes du colloque Jorgi Reboul, Septèmes-les-Vallons, 9 avril 1994, Septèmes-les-Vallons, 1996, 3-8.

Barsotti, Claude, « Sur Paul Ricard, occitaniste et résistant », A l’entorn de l’accion occitana (1930-1950)  : Paul Ricard, Jòrgi Reboul, Carles Camproux, Max Rouquette. Actes del Collòqui, Seteme de Provença, 2 febrièr 2013, Septèmes-les-Vallons, Centre Culturel Louis Aragon, 2014, 19-27.

Blanchard, Domenja, « Jòrgi Rebol, l’òme dreit », A l’entorn de l’accion occitana (1930-1950)   : Paul Ricard, Jòrgi Reboul, Carles Camproux, Max Rouquette. Actes del Collòqui, Seteme de Provença, 2 febrièr 2013, Septèmes-les-Vallons, Centre Culturel Louis Aragon, 2014, 61-65.

Bonnardier, Jacques, « Rencontre avec… Jòrgi Reboul », Le Provençal, 7 décembre 1976.

Brun, Jean-Frédéric, « Max Roquetta e l’occitanisme entre 1928 et 2960 », A l’entorn de l’accion occitana (1930-1950)   : Paul Ricard, Jòrgi Reboul, Carles Camproux, Max Rouquette. Actes del Collòqui, Seteme de Provença, 2 febrièr 2013, Septèmes-les-Vallons, Centre Culturel Louis Aragon, 2014, 28-43.

Canales, Philippe, « L’Ase Negre (1946 - 1949), première revue d’occitanisme politique d’après-guerre », Lengas, n° 75, 2014, [En ligne : http://journals.openedition.org/lengas/600]. Consulté le 27 août 2018, § 10.

Cardaire, Françoise, « Lou Calen, qu’es aco ?.. », Arts et livres de Provence, Théâtre vivant, n° 53, 3ème trimestre 1962, 25-26.

Combe, Pierre, « Un siècle avec Jòrgi Reboul », Aquò d’Aquí, n° 66, mai 1992, 4-8.

Fabra i Poch, Pompeu, « Desviacions en els conceptes de llenga i de Pàtria », La Veu de Catalunya, 6 mai 1934, [En ligne : https://www.llibertat.cat/2015/10/desviacions-en-els-conceptes-de-llengua-i-de-patria-32772]. Consulté le 31 décembre 2017.

Fourié, Joan, « Al rescontre de Jòrgi Reboul », Lo Gai Saber, n° 451, Autonome 1993, 259-262.

Fourié, Jean, Dictionnaire des auteurs de la langue d’oc de 1800 à nos jours, (1ère éd. Paris, Les amis de la langue d’oc, 1994), Aix-en-Provence, Félibrige, 2009.

Grau, Pierre, « “Lou Calen” et “Nostra Terra”, occitanisme et pan-occitanisme dans les années 30 », Actes du colloque Jorgi Reboul, Septèmes-les-Vallons, 9 avril 1994, Septèmes-les-Vallons, 1996, 23-35.

Grau, Pere, « Le Calen et le Centre català de Marseille, un exemple de fraternité occitano-catalane », Lenga e país d’òc, n° 49, mai 2010, [En ligne : http://www.educ-revues.fr/LPOc/AffichageDocument.aspx?iddoc=41985]. Consulté le 4 novembre 2017.

Guasco, Antoine, « Le départ d'un lutteur : Jòrgi Reboul », Lou Rampau d’oulivié, n° 258, août-octobre 1993, [2-3].

Lafont, Robert, La Révolution régionaliste, Paris, Gallimard, NRF, Idées actuelles, 1967, 250.

Lafont, Robert et Anatole, Christian, Nouvelle histoire de la littérature occitane, Paris, PUF (vol. 2), 1970.

Lavelle, Pierre, L’Occitanie : histoire politique et culturelle. Une histoire des Occitans des origines à nos jours, Toulouse, IEO, 2004.

Lespoux, Yan, Pour la langue d’oc à l’école. De Vichy à la loi Deixonne, les premières réalisations de la revendication moderne en faveur de l’enseignement de la langue d’oc, Montpellier, PULM, 2016.

Mancebo, Francisca, « Jòrgi Reboul : premiers itinéraires en poésie », Colloque littéraire international. Les écrivains marseillais, Marseille, 2 au 4 mai 2000, Marseille, Académie Europe, 2001, 90-109.

Martel, Philippe, « Sur l’autre rive, les “pouèto prouvençau de vuei” », Max Rouquette et le renouveau de la poésie occitane, Philippe Gardy et Marie-Jeanne Verny éds, Montpellier, PULM, 2009, 293-309.

Martel, Philippe, « Une pédagogie pour le provençal : lou prouvençau a l’escolo », Lengas. Revue de sociolinguistique, n° 65, novembre 2009, 9‑28.

Martel, Philippe, « Lo Calen, ou la voie de l’occitanisme marseillais dans l’entre-deux-guerres », A l’entorn de l’accion occitana (1930-1950) : Paul Ricard, Jòrgi Reboul, Carles Camproux, Max Rouquette. Actes del Collòqui, Seteme de Provença, 2 febrièr 2013, Septèmes-les-Vallons, Centre Culturel Louis Aragon, 2014, 4-8.

Martin, Guiu, « Jòrgi Reboul, ajista », Actes du colloque Jorgi Reboul, Septèmes-les-Vallons, 9 avril 1994, Septèmes-les-Vallons, 1996, 37‑49.

Mesclum, « Concours littéraire écrire en langue d’oc, [en ligne : http://amesclum.net/Concors%20FR.html]. Consulté le 2 août 2018.

Moline, Henry, « Jòrgi Reboul : ...a Trets, un jorn que bufava lo mistral », Les Films verts, 1974.

Moline, Henry et Reboul, Jòrgi, « Jòrgi Reboul », Les Films verts, 1977.

Negroun, Louris, La Pignato, n° 220, novembre 1937, pagination absente.

Neumuller, Michel, « Setème duèrbe una mediatèca prometerèla », Aquò d’Aquí, n° 293, mars 2017, 15.

Nougier, Pau, « Jòrgi Reboul cantara plus la ferigoulo », Lou Felibrige, n° 209, juillet-septembre 1993, 41-43.

Panyella-Farreras, Francesc, « Jòrgi i els Catalans », Actes du colloque Jorgi Reboul, Septèmes-les-Vallons, 9 avril 1994, Septèmes-les-Vallons, 1996, 63-67.

Panyella i Farreras, Francesc, « Des souvenirs d’hier aux réalités d’aujourd’hui », A l’entorn de l’accion occitana (1930-1950)   : Paul Ricard, Jòrgi Reboul, Carles Camproux, Max Rouquette. Actes del Collòqui, Seteme de Provença, 2 febrièr 2013, Septèmes-les-Vallons, Centre Culturel Louis Aragon, 2014, 66-69.

Pic, François, « Essai de biographie de Jòrgi Reboul », Actes du colloque Jorgi Reboul, Septèmes-les-Vallons, 9 avril 1994, Septèmes-les-Vallons, 1996, 69‑81

Porte-Marrou, Luciano, « Despartido dóu pouèto marsihés J. Reboul », Prouvènço d’Aro, n° 71, septembre 1993, 7.

Porte-Marrou, Luciano, « Letro nostro. Lou grand pouèto marsihés Jòrgi REBOUL », Li nouvello de Prouvènço, n° 29, septembre 1993, 42-43.

Porte-Marrou, Luciana, « La partença de Jòrgi Reboul », L’Occitan, n° 107, novembre-décembre 1993, 4.

Porte-Marrou, Luciana, « Lo teatre dau “Calen” », Actes du colloque Jorgi Reboul, Septèmes-les-Vallons, 9 avril 1994, Septèmes-les-Vallons, 1996, 83-89.

Pouliquen, Jean-Luc, Ce lien qui les rassemble. Les Cahiers des Poètes de l’Ecole de Rochefort-sur-Loire, n° 5, Petit Véhicule, Nantes, Presses d’Orphée, 2014.

Pouliquen, Jean-Luc, « Jòrgi Reboul », dernière modification le 5 mars 2016, [en ligne : https://fr.wikipedia.org/wiki/J %C3 %B2rgi_Reboul]. Consulté le 21 septembre 2017.

Reboul, Jòrgi, « Anar luenh », Lo Gai Saber, n° 78, 1931, 61.

Reboul, Jòrgi, « Rèn qu’un pantai. Coumedié », Armana marsihés, 1932, 67-77.

Reboul, Jòrgi, « Nesimo. Un ate galoi », Armana marsihés, 1933, 33-47.

Reboul, Jòrgi, « De luenh, ò fraires ! » Occitania, nòva seria, n° 4, juin 1948, 1.

Reboul, Jòrgi, « Théâtre de langue d’oc », Arts et livres de Provence et théâtre vivant, n° 51, 1er trimestre 1962, 9-11.

Reboul, Jòrgi, Chausida : poëmas, Toulouse, Letras d’Oc. Revue des lettres occitanes, coll. Messatges, 1965.

Reboul, Jòrgi, Poëmas : Sènsa relambi seguit de Terraire nòu, Toulouse, IEO, 1976.

Roqueta, Max, « Sus Jòrgi Reboul », Actes du colloque Jorgi Reboul, Septèmes-les-Vallons, 9 avril 1994, Septèmes-les-Vallons, 1996, 99-101.

Rouquette, Yves, « Fête, ce samedi à Béziers : Jòrgi Reboul, poète des grands espaces, de la liberté, de l’amour », La dépêche du Midi, chronique “En occitan”, 19 juin 1976, Vent Terral, 2013, 155-156.

Salvat, Joseph, « Le Maréchal est mort », Lo Gai Saber, juillet-août 1951, n° 240, 313-314.

Verny, Marie-Jeanne, « Mistral ou l’illusion de Robert Lafont (1954) : Genèse et réception », in Xe congrès de l'AIEO, Béziers, 12-19 juin 2011, Carmen Alén-Garabato, Claire Torreilles, Marie-Jeanne Verny, Limoges, Lambert-Lucas, 2014, 61-74.

Actes du colloque Jòrgi Reboul, Septèmes-les-Vallons, 9 avril 1994, Septèmes-les-Vallons, 1996.

A l’entorn de l’accion occitana (1930-1950)   : Paul Ricard, Jòrgi Reboul, Carles Camproux, Max Rouquette. Actes del Collòqui, Seteme de Provença, 2 febrièr 2013, Septèmes-les-Vallons, Centre Culturel Louis Aragon, 2014.

« Ar Falz », [en ligne : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ar_Falz]. Consulté le 21 janvier 2018.

« Belugo dei Fougau. Marsiho : « LOU CALÈN », La Pignato, n° 5, 7 août 1925, pagination absente.

« Camille Soula, [en ligne : https://fr.wikipedia.org/wiki/Camille_Soula]. Consulté le 1er août 2018.

« Francesc Panyella i Farreras », [en ligne : https://ca.wikipedia.org/wiki/Francesc_Panyella_i_Farreras]. Consulté le 21 janvier 2018.

« Georges REBOUL, provençal (Jordi lou Barrulaire) », Almanach occitan, 1928, 160.

« Henri Moline », [en ligne : https://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_Moline]. Consulté le 2 août 2018.

« Joan Saubrament nos a quitat », Aquò d’Aquí, 18 septembre 2015, [en ligne : https://www.aquodaqui.info/Joan-Saubrement-nos-a-quitat_a959.html]. Consulté le 21 janvier 2018.

« Josep Carbonell i Gener », [en ligne : https://ca.wikipedia.org/wiki/Josep_Carbonell_i_Gener]. Consulté le 18 janvier 2018.

« Paul Ricard », [en ligne : https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Ricard]. Consulté le 13 janvier 2018.

« Pelau de novo. Marsiho : uno pèiro de mai au clapié », La Pignato, n° 3, 7 juillet 1925, pagination absente.

« Pierre Bec », [en ligne : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Bec]. Consulté le 1er août 2018.

Haut de page

Notes

1 Tulette (Drôme), 1862 – Marseille, 1938. Libraire éditeur à Marseille, président de l’Escolo de la Mar, cofondateur de la chambre des libraires de France, fondateur des Excursionnistes marseillais, fondateur et directeur de la Revue de Provence, Majoral du Félibrige en 1918 (Fourié 2009, 285).

2 L’on peut au passage se demander au passage dans quelle mesure le fait d’inscrire l’excursionnisme dans les activités d’une association « culturelle » félibréenne ne pourrait pas renvoyer au modèle représenté par le catalanisme (hypthèse soulevée par Philippe Martel au cours de nos échanges).

3 Information donnée par Gilberte Reboul.

4 Informations données par Gilberte Reboul.

5 En attestent différents documents retrouvés dans les archives du CIRDOC : Jòrgi Reboul, rapport du 5 février 1959, sur papier à en-tête du collège, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1959-1966 ; Jòrgi Reboul, lettre à Ismaël Girard sur papier à en-tête du collège, 12 février 1960, Archives du CIRDOC, CQ623/12 (32 lettres envoyées à Ismaël Girard).

6 Informations données par Gilberte Reboul.

7 Je donne ici la liste de ses seuls recueils, sans tenir compte des très nombreux textes publiés de façon isolée : À couar dubert, Marseille, Amistanço dei Joueine, 1928, 11 p. ; Calignàgi : tres trobo, Marseille, Amistanço dei Joueine, 1929; Escapolon : 7 trobas en oc, Marseille, Amistanço dei Joueine, 1930 ; Sènso relàmbi : pouèmo, Aigues-Vives, Marsyas, 1932 ; Pouèmo, Aigues-Vives, Marsyas, 1934 ; Terraire nòu : pouèmo, Aigues-Vives, Marsyas, 1937 ; Petite suite forézienne, Marseille, Sauquet et Mullot, 1944 ; Chausida : poëmas, Toulouse, Letras d’Oc. Revue des lettres occitanes, coll. Messatges, 1965 ; 4 cantadissas d’aier emai d’encuei, Nîmes, 4 Vertats, 1971 ; Poëmas : Sènsa relambi seguit de Terraire nòu, Toulouse, IEO, 1976 ; « Curriculum vitae » : antologia de poemas, Font-Blanche, Associacien Mont-Jòia, 1984 ; Pròsas geograficas, trad. Jean-Marie Petit, Valderiès, Vent Terral, 1985 ; Mesclas, Hyères, Les cahiers de Garlaban, 1988.

8 Pour une étude quasi exhaustive de la bibliographie de Jòrgi Reboul, voir Pic 1996, 69-81.

9 Gensac (Gers), 1898 – Toulouse, 1976. Docteur en médecine installé à Toulouse, collaborateur du Toulouse médical, un des fondateurs de la Société d’études occitanes (1930) et de l’Institut d’études occitanes (1945) dont il fut le secrétaire général (1945-1948), fondateur en janvier 1924 et directeur jusqu’à sa mort du journal puis revue Oc, membre de la Société archéologique du Gers (Fourié 2009, 154).

Lettre de Jòrgi Reboul à Ismaël Girard, 15 décembre 1927 ou 1929 (illisible), Archives du CIRDOC, CQ623/12 (32 lettres envoyées à Ismaël Girard). On peut noter au passage l’emploi par Reboul du languedocien et d’une graphie préclassique. Il s’agit là d’une pratique très courante chez Reboul qui utilise régulièrement par politesse les habitudes graphiques et dialectales de son correspondant.

10 Marseille, 1878-1947. Employé à la mairie de Marseille, co-fondateur en 1925 puis président du Calen de Marseille, co-fondateur de L’Amistanço dei Joueine (1925), président de L’Amistanço dei troubaire marsihés, membre de l’association Prouvènço, directeur de la seconde série de L’Armana marsihés (1928-1937), fondateur du journal L’Araire (1937-1939), directeur de La Revue historique de Provence (1900), collaborateur de l’Institut historique de Provence, collaborateur de L’Aiòli, L’Estello, La Vihado, Lou Galoi prouvençau, La Sartan, La Pignato, Oc, lauréat de l’Académie des jeux floraux, Majoral du Félibrige en 1927 (Fourié 2009, 94).

11 Carpentras, 1881-1968. Boulanger à Carpentras, lauréat de l’Académie des jeux floraux, prix Mistral 1954, Majoral du Félibrige en 1931 (Fourié 2009, 176).

12 Jòrgi Reboul, lettre à Madame Pin, sans date, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1967.

13 Bazas (Gironde), 1907 – Toulon (1989). Licencié en lettres, enseignant au Maroc puis professeur de lettres et de provençal à Toulon, secrétaire général de la Targo et directeur de sa revue, fondateur de L’Astrado prouvençalo (1965), collaborateur à Marsyas, La Pignato et de L’Armana prouvençau, prix Mistral 1949, prix international du roman de langue latine en 1961, grand prix littéraire de Provence 1967, prix Edmond Haraucourt de la Société des poètes français 1976 (Fourié 2009, 36).

14 Jòrgi Reboul, lettre à Joseph Salvat, 7 octobre 1927, Archives du CIRDOC, CP 352/35 (54 lettres envoyées à Josèp Salvat) ; lettre à Prosper Estieu, 7 octobre 1927, Archives du CIRDOC, CP 604/10 (4 lettres envoyées à Prosper Estieu).

15 « Reglamen de la targo pouetico pèr 1926 », Archives du CIRDOC, CP 604/10 (4 lettres envoyées à Prosper Estieu).

16 « Pelau de novo. Marsiho : uno pèiro de mai au clapié », La Pignato, n°3, 7 juillet 1925, pagination absente.

17 Marseille, 1908 – Gaujac (Gard), 1994. Agrégé de lettres, docteur en lettres, professeur de lycée puis chargé du cours de langue et de littérature d’oc à la faculté des lettres de Montpellier, membre fondateur de la Société d’Études Occitanes, ancien président de la section pédagogique de l’IEO et vice-président de l’IEO, co-fondateur du journal Occitania (1934-1939), collaborateur de nombreux journaux et revues (Fourié 2009, 73).

18 Marseille, 1909-1997. Chef d’entreprise et entrepreneur, créateur du pastis éponyme, du circuit de course du Castellet, de la Fondation océanique Paul Ricard sur l’île des Embiez, de la compétition Le Mondial La Marseillaise à Pétanque, de la fondation pour les arts et la culture Paul Ricard, de l’Union des clubs taurins Paul Ricard, maire de Signes (Var) de 1972 à 1980. Militant occitaniste dans sa jeunesse, co-fondateur du Calen de Marseille, et du Group Marsihés d'Occitania dont il sera le premier président (« Paul Ricard », [en ligne : https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Ricard]. Consulté le 13 janvier 2018).

19 « Belugo dei Fougau. Marsiho : « LOU CALÈN », La Pignato, n°5, 7 août 1925, pagination absente.

20 Marseille, 1860-1936. Artiste peintre, sculpteur, graveur, professeur d’esthétique à l’école des beaux-arts de Marseille, membre de l’Académie de Marseille, directeur du journal L’Estello (1910-1911), collaborateur de plusieurs périodiques, Majoral du Félibrige en 1893, Capoulié du Félibrige de 1909 à 1918 (Fourié 2009, 44).

21 Marseille, 1864-1950. Instituteur, journaliste, adjoint au maire de Marseille (municipalité Flaissières), Majoral du Félibrige en 1896, co-fondateur de la Freirié prouvençalo (1906), collaborateur de nombreux journaux et périodiques (Fourié 2009, 45).

22 Avignon, 1878 – Aix-en-Provence, 1949. Professeur d’italien au lycée Mignet d’Aix-en-Provence, fondateur de la revue Fe en 1940, créateur et directeur du mensuel En terro d’Arle (1907-1912), directeur de la revue Lou Felibrige (1919-1945), créateur et directeur des éditions du Porto Aigo à Aix, créateur de l’Escolo mistralenco d’Arles dont il fut le président de 1906 à 1913, directeur de L’Armana prouvençau, membre de l’Académie d’Aix, Majoral du Félibrige en 1913, Capoulié du Félibrige de 1922 à 1941, collaborateur de nombreux journaux et revues (Fourié 2009, 177).

23 La Ciotat, 1882 – Marseille 1848. Professeur de langue et littérature provençale à la faculté d’Aix (1920-1948), conseiller général des Bouches-du-Rhône (1934), membre de l’Académie des jeux floraux et de l’Académie de Marseille. Majoral du Félibrige en 1934 (Fourié 2009, 271).

24 L’information m’a été fournie par Claude Barsotti.

25 Jòrgi Reboul, lettre à Charles Rostaing, 12 (?) juin 1958, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1955-1958

26 L’information est donnée par la lettre de Reboul à Charles Rostaing évoquée à la note précédente.

27 Le journal La Pignato indique pour sa part que Reboul aurait (à nouveau ?) tenu ce rôle en 1931 : « Un bèu santoun dei mai vivènt », La Pignato, 7 janvier 1931.

28 Jòrgi Reboul, Lou printèms, Marseille, non publié, 1936 (Pic 1996, 78).

29 Sur la création de la fête de la Tarasque à Sainte-Marthe, voir Barsotti 2014, 19-20.

30 Claude Barsotti, qui donne cette précision, n’apporte aucune précision sur les auteurs de ces deux pièces (Barsotti 2014, 20).

31 Magalas (Hérault) 1911 – Montpellier, 1981. Agrégé d’espagnol, directeur de compagnie d’assurance, co-fondateur du Nouveau Languedoc (1928), membre du comité de rédaction de Oc et d’Occitania, fondateur des Annales de l’idée latine, co-fondateur de La France latine, président d’honneur des Amis de la langue d’Oc, collaborateur du Gai Saber, Majoral du Félibrige en 1965 (Fourié 2009, 34).

32 Bayonne, 1907 – Paris 1975. Docteur en droit, licencié ès-sciences mathématiques, diplômé d’histoire du Languedoc, ingénieur en chef au service du personnel de la SNCF, co-fondateur du Nouveau Languedoc (1928), président de l’Association générale des étudiants de Montpellier (1930-1932), conseiller de l’Institut d’études occitanes et de l’Escòla Occitana, vice-président des Amis de la langue d’Oc à Paris, collaborateur de nombreux journaux et périodiques (Fourié 2009, 198).

33 Argelliers (Hérault), 1908 – Montpellier, 2005. Docteur en médecine, membre fondateur du Nouveau Languedoc (1928), délégué général de la Société d’études occitanes, rédacteur en chef du journal Occitania (1935), un des fondateurs de l’Institut d’études occitanes (1945), directeur des Annales de l’IEO (1948-1951), secrétaire général (1946-1951) puis président de l’IEO (1951-1957) puis délégué général de l’IEO, directeur de Vida Nòva (1958), président d’honneur du PEN Club de langue d’Oc, directeur de Oc en 1980, collaborateur de nombreux journaux et revues (Fourié 2009, 279).

34 Toulouse, 1914-1973. Docteur ès-lettres, professeur de langue et littérature romane à la faculté des lettres de Toulouse, collaborateur du Gai Saber, membre de l’Escòla occitana et de l’Académie des jeux floraux (Fourié 2009, 293).

35 Toulouse, 1911 – Saintes-Maries-de-la-Mer, 1982. Fonctionnaire de l’Enregistrement, publiciste, fondateur de l’Amistança Godolin (1936), lauréat de l’Académie des jeux floraux, collaborateur de Prouvènço dau !, Oc et Lo Gai Saber, membre de l’Académie d’Arles (Fourié 2009, 77).

36 Il serait plus exact ici d’utiliser le mot d’autonomisme qui renvoie à une idée, plutôt que celui d’autonomie qui renvoie à un état.

37 Jòrgi Reboul, lettre à Pierre Azéma, 7 juin 1933, Archives du CIRDOC, AZP 13/3/4 (59 lettres envoyées à Pèire Azema).

38 L’affiche incriminée commençait sur l’interpellation « POPLE PROUVENÇAU ! », continuait en indiquant que « La Prouvenço es uno MINOURITA NACIOUNALO » et terminait son appel aux « Paysans, Ouvriers, Marins, Artisans, Intellectuels, TRAVAILLEURS » par la formule « UNISSEZ-VOUS ! Écoutez cet appel dans notre langue fédérale. FÉDÉREZ-VOUS ! ».

39 Foix, 1888 – Paris, 1963. Médecin et physiologiste. Membre de la résistance ariégeoise. Poète occitan, artiste et humaniste. Fondateur en janvier 1924 de la revue Oc. Membre co-fondateur de la Ligue de la Patrie Méridionale – Fédération des pays d’Oc puis de l’IEO en 1945. Commandeur de la Légion d’honneur et décoré de la Croix de guerre (« Camille Soula, [en ligne : https://fr.wikipedia.org/wiki/Camille_Soula]. Consulté le 1er août 2018).

40 Bram (Aude), 1884 – Montpellier, 1959. Pharmacien à Montréal-d’Aude, diplômé d’études supérieures méridionales et d’études supérieures d’histoire, membre de l’Escolo Moundino, secrétaire de la revue La Terro d’Oc, un des fondateurs et secrétaire général de la Société d’études occitanes (1930), secrétaire de la revue d’ethnographie méridionale Folklore (1938-1944), chroniqueur à la revue Oc (1941-1944 et 1949-1959), linguiste et lexicographe (Fourié 2009, 13).

41 Sitges, 1897 – Garraf, 1979. Écrivain, promoteur culturel et patriote catalan, créateur de la revue Monitor (1921) et de L’Amic de les Arts (1926), collaborateur à la Société d’études occitanes et à Oc. Directeur de l’Office des relations méridionales de la Generalitat de Catalunya et éditeur de plusieurs auteurs occitans dont la Gramatica occitan d’Alibert (1935). Accueilli en France par Alibert suite à la chute de la Catalogne aux mains de Franco, il retourne en Catalogne après la seconde guerre mondiale quand Alibert est accusé de collaboration avec le régime de Vichy tout en maintenant des liens avec des exilés catalans. Il collabore à la création du Cercle de jumelage occitano-catalan (1977) (« Josep Carbonell i Gener », [en ligne : https://ca.wikipedia.org/wiki/Josep_Carbonell_i_Gener]. Consulté le 18 janvier 2018).

42 Selon l’information qui m’a été donnée par Francesc Panyella i Farreras, une plaque commémorative de la participation des volontaires catalans aux deux guerres mondiales figure d’ailleurs sur le monument des Mobiles, situé en haut de la Canebière.

43 Vallirana (Catalogne), 1923. Il fuit l’Espagne en 1945, en plein service militaire, afin d’échapper à une arrestation imminente de la part du régime de Franco, et part rejoindre son père à La Ciotat où il s’était réfugié dès 1939. Il s’installe ensuite à Marseille en 1947 où il fait la connaissance de Reboul et plus tard de Claude Barsotti, Pierre Rouquette et de nombreux autres militants de la langue d’oc. Son frère, Joan, qui jouait le rôle d’agent de liaison entre les exilés en France et les opposants de Catalogne est tué en juin 1953 par la Guardia Civil près de Figueras, avec deux de ses amis, lors d’une de leurs missions. Secrétaire (1951) puis président (1981) du Cercle català de Marsella. Retourne en Catalogne pour la première fois en 1977, après la mort de Franco. Décoré de la croix de San Jordi par la Generalitat de Catalunya en 2014 (« Francesc Panyella i Farreras », [en ligne : https://ca.wikipedia.org/wiki/Francesc_Panyella_i_Farreras]. Consulté le 21 janvier 2018).

44 Lluís Companys, lettre à Jòrgi Reboul, 7 mars 1936, Archives du CIRDOC, Dossier auteur R-Reboul (Dos-A/R).

45 Jòrgi Reboul, lettre à Valère Bernard, 15 août 1936, Archives du CIRDOC, CP 476 (4) (14 lettres envoyées à Valèri Bernard).

46 En témoignent notamment plusieurs lettres de la correspondance entre Reboul et Pierre Azéma, archivées au CIRDOC sous la référence AZP 13/3/4 (59 lettres envoyées à Pèire Azema), dans lesquelles Reboul écrit à Azéma pour lui demander d’interférer auprès de ses amis montpelliérains pour envoyer des livres ou des vivres « ei coumpan que crèbon de fam » [aux copains qui crèvent de faim].

47 La Pignato propose en 1937 sous la plume de Louris Negroun un reportage sur l’auberge de jeunesse d’Allauch, avec pour titre le slogan de l’association : « Jouvènt ! Se Prouvènço t’agrado, eici trouvaras de coumpan » (Negroun 1937).

48 Papier à en-tête de l’auberge, lettre de Jòrgi Reboul à Robert Lafont, 18 novembre 194?, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1938-1954.

49 Guy Martin ne donne malheureusement pas de précisions sur le lieu de conservation de cette correspondance entre Reboul et Freinet.

50 Jòrgi Reboul, lettre à Monsieur le Ministre-Maire de Marseille et à Monsieur le Recteur d’Académie, sans date, Archives du CIRDOC, AZP 13/3/4 (59 lettres envoyées à Pèire Azema).

51 Jòrgi Reboul, lettre du 15 mai 1943 à Elzéar Lieutaud, Archives de Digne, 13J16.

52 Correspondance avec Pierre Azéma : lettres du 30 juin 1942, 15 décembre 1942, 31 mai 1944, 7 juillet 1944, Archives du CIRDOC, AZP 13/3/4 (59 lettres envoyées à Pèire Azema) ; correspondance avec Joseph Salvat, lettres du 9 juin 1942, 10 décembre 1942, 17 février 1943, Archives du CIRDOC, CP 352/35 (54 lettres envoyées à Josèp Salvat) ; correspondance avec Ismaël Girard, 12 novembre 1942, Archives du CIRDOC, CQ623/12 (32 lettres envoyées à Ismaël Girard) ; correspondance avec A. Sage et Robert Lafont, 15 avril 1943, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1938-1954.

53 Jòrgi Reboul, lettre du 21 octobre 1942 « I Direitour de Publicacioun […] Is Autour e is Editour de Libre d’Oc », Archives du CIRDOC, AZP 13/3/4 (59 lettres envoyées à Pèire Azema).

54 « La statue de Frédéric Mistral à Arles [fiche inventaire] » [En ligne : http://occitanica.eu/omeka/items/show/3775]. Consulté le 1er octobre 2017.

55 Nîmes, 1923 – Florence (Italie), 2006. Professeur au lycée de Nîmes puis à la faculté des lettres de Montpellier, co-fondateur de l’IEO en 1945 dont il deviendra secrétaire général en 1950 et président en 1958, directeur de L’Ase negre (1946-1947), d’Occitania (1948-1949), de Viure (1965-1973) et de Amiras (1982-1985), rédacteur en chef de la revue Oc, grand prix quinquennal des Lettres occitanes 1948, prix Théodore Aubanel 1959, prix Ossian 1976, grand prix littéraire de Provence 2007, membre du comité national des écrivains à la Libération, collaborateur de nombreux journaux et revues (Fourié 2009, 186-187).

56 Jòrgi Reboul, lettre à R. Lafont et A. Sage, 25 novembre 1942, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1938-1954 : « Ai pas treva lis acamp di felibren despièi uno bono passado, peréu, crese despièi 1936… estimant que soun, la majo-part, esterle e que vau miés teni uno acioun en man, quouro avès la responsabileta d’uno empento que d’ana bèure à la Coupo l’enavans di fort, quand creses l’avé, aquel enavans !... » [Je n’ai pas fréquenté les réunions des félibréens depuis un bon moment, aussi, je crois depuis 1936… estimant qu’elles sont, pour la plupart, stériles et qu’il vaut mieux tenir une action en main, quand vous avez la responsabilité d’un gouvernail que d’aller boire à la Coupe la vigueur des forts (allusion à la chanson La Coupo, hymne du Félibrige), quand on croit l’avoir, cette vigueur.]

57 Jòrgi Reboul, Lettres à Robert Lafont, 24 (?) novembre 1951, 6 janvier 1952, 19 février 1952, 17 octobre 1952, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1938-1954.

58 La lettre de Reboul citée par Laurent Abrate pourrait être celle archivée au CIRDOC sous la référence COR-C-A-2-2 et intitulée « Au Felibrige, en Arle, pèr 1945… ». Reboul y demande qu’à l’occasion de la Santo Estello de 1945 une minute de recueillement soit faite en mémoire d’Honoré Bourguignon, déporté et mort en Allemagne, et en mémoire des autres martyrs de la Libération du Midi de la France, « pèr faire pesa sis errour criminalo i trop nombrous SOUTO-PETAIN e SOUTO-MAURRAS dóu Felibrige » [pour faire peser leurs erreurs aux trop nombreux SOUS-PÉTAIN et SOUS-MAURRAS du Félibrige]. Reboul termine sa lettre par « à bas PETAIN, à bas MAURRAS, Sòci d’Ounour e Majourau dóu Felibrige », en signant « JORGI REBOUL, Mèstre en Gai-Sabé, di Stalag XVII B e XII A », allusion directe à sa propre captivité en Allemagne [à bas PÉTAIN, à bas MAURRAS, Sociétaire d’Honneur et Majoral du Félibrige. JÒRGI REBOUL, Maître en Gai-Savoir, des Stalags XVII B et XII A].

59 Jòrgi Reboul, lettre à Robert Lafont, Pèr la Madaleno de 46, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1938-1954.

60 Jòrgi Reboul, « Lettre ouverte au directeur de la revue “Lou Gai-Sabé” à Toulouse », 20 octobre 1951, Archives du CIRDOC, CP 352/36 (54 lettres envoyées à Josèp Salvat).

61 Jòrgi Reboul, lettre à Pierre Rouquette, 31 octobre 1952, Archives du CIRDOC, CP 352/36 (54 lettres envoyées à Josèp Salvat).

62 Jòrgi Reboul, lettre à Madame Pin, sans date, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1967.

63 Jòrgi Reboul, lettre à Pierre Rouquette, 23 novembre 1951, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1938-1954.

64 Jòrgi Reboul, lettre à Moun egregi Majourau, 20 février 1951, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1938-1954.

65 Jòrgi Reboul, lettre à Pierre Rouquette, 23 novembre 1951, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1938-1954.

66 Jòrgi Reboul, invitation au 3ème cycle provençal universitaire de grandes conférences du Calen pour le 19 novembre 1952, Archives CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1938-1954

67 Jòrgi Reboul, lettre à Frédéric Mistral, 10 mai 1954, Archives du CIRDOC, CP 352/36 (54 lettres envoyées à Josèp Salvat).

68 Jòrgi Reboul, lettre au syndic de la maintenance de Provence, 26 août 1954, Archives du CIRDOC, CP 352/36 (54 lettres envoyées à Josèp Salvat).

69 UFOLEA : union française des œuvres laïques pour l’éducation artistique.

70 Groupement d’études provençales, Pouèto prouvençau de vuei, Aix-en-Provence, Groupamen d’estudi prouvençau, 1957, 256 p.

71 Jòrgi Reboul, lettre à René Jouveau, 21 mai 1955, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1955-1958. Voir aussi sur la question : Martel 2009a, 293-309.

72 Jòrgi Reboul, « Lettre ouverte au FELIBRIGE », 20 juin 1958, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1955-1958.

73 Gémenos (Bouches-du-Rhône), 1860 – Marseille, 1904. Journaliste, écrivain et poète fondateur de l’Armana marsihés (1889-1906), secrétaire de rédaction du Journal (1892), directeur de l’Asile de vieillards des Bouches-du-Rhône (1902), lauréat de l’Académie française, collaborateur notamment de L’Armana prouvençau, Lou Tron de l’èr, Le Portique, La Sartan et L’Aiòli (Fourié 2009, 208).

74 Les propos de Reboul m’ont été rapportés par Claude Barsotti.

75 Jòrgi Reboul, lettre à Robert Lafont, « Article du Calen dans la Marseillaise du 24-III (complétement tronqué…) », sans date, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1955-1958.

76 Jean Malrieu assurera d’ailleurs la traduction française du recueil de Reboul Chausida, en 1965 (Reboul 1965).

77 Plusieurs lettres de Reboul adressée à Lafont pour le tenir informé de l’organisation de cette seconde conférence sont consignées dans les archives du CIRDOC (LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1955-1958).

78 XXXIIIe anniversaire du Calen, Invitation, 3 novembre 1958, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1955-1958.

79 Jòrgi Reboul, lettre au Ministre de l’Éducation nationale, 14 février 1945, archives du CIRDOC, CQ623/12 (32 lettres envoyées à Ismaël Girard).

80 Jòrgi Reboul, lettre à Robert Lafont, 13 décembre 1945, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1938-1954.

81 Jòrgi Reboul, « Comité du provençal au baccalauréat. Assemblée générale du 4 novembre 1948 », archives du CIRDOC, COR-C-A-2-2.

82 Jòrgi Reboul, lettre au Comité central pour le provençal au baccalauréat à Monsieur le Député, 30 avril 1949, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1938-1954.

83 En breton, la faucille. Association de promotion de la langue bretonne à l’école, créée en janvier 1933 par Yann Sohier, inspiré par la politique linguistique soviétique du droit des peuples à pratiquer leur langue. Elle édite un bulletin du même nom, Ar Falz, bulletin mensuel des instituteurs laïques partisans de l’enseignement du breton. L’association est relancée après la seconde guerre mondiale, notamment par l’instituteur Armand Keravel (1910-1999), avec le soutien du parti communiste local. Ar Falz est à l’origine de la revue puis de la maison d’édition Skol Vreizh qui existe toujours et publie du matériel pédagogique et des ouvrages linguistiques sur le breton. À la fin des années 60, Ar Falz participe à la création de la confédération celtique War ’l leur et du comité d’action progressiste pour la langue bretonne Galv (« Ar Falz », [en ligne : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ar_Falz]. Consulté le 21 janvier 2018).

84 Jòrgi Reboul, lettre à Armand Keravel et Ar Falz, 22 avril 1956, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1955-1958.

85 Lettre aux écoles publiques des cantons de Trets et de Gardanne, sans date, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1955-1958.

86 Jòrgi Reboul, lettre à Henri Pignet, 10 mars 1958, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1955-1958.

87 Saint-Rémy-de-Provence, 1899-1966. Chimiste puis professeur à la faculté d’Aix-en-Provence, fondateur de la psychocritique, traducteur d’anglais, maire de Saint-Rémy-de-Provence (1945-1959), conseiller général des Bouches-du-Rhône (1945-1949), président fondateur du Prouvençau à l’escolo (1946), président de l’Escolo dis Aupiho (1954-1959), collaborateur de Fe et de L’Armana prouvençau, prix Mistral 1954, grand prix littéraire de Provence 1964 (Fourié 2009, 214).

88 Maillane, 1894 – Saint-Rémy-de-Provence, 1991. Instituteur à Saint-Rémy, fondateur avec Charles Mauron du Prouvençau à l’escolo dont il fut le secrétaire général, responsable de la revue Lou prouvençau à l’escolo, prix Mistral (gratitude mistralienne) en 1976 (Fourié 2009, 117).

89 Institutrice puis directrice d’école. Décédée en 1972. Très impliquée dans l’éducation populaire, elle participe au premier stage du Calen, après la Libération, au château de Belmont. Initiée à la danse traditionnelle par Anna-Valère Bernard (fille de Valère Bernard), elle crée le groupe de chants et de danses Lei Belugas. Elle s’implique également dans l’association Lou Prouvençau à l’Escolo pour laquelle elle donne des cours de langue. Dans le courant des années 1960, elle s’éloigne peu à peu du Prouvençau à l’Escolo pour rejoindre l’occitanisme, sans doute suite à des rencontres faites au sein du Calen — de plus en plus gagné aux idées occitanistes — et dans les suites de l’engagement de son neveu Yves Poggio au sein de l’association de Reboul (informations données par Yves Poggio, lors de mon entretien à son domicile le 3 février 2018 et d’une conversation téléphonique du 22 août 2018).

90 La coumedié dóu mirau, Marseille, non publié, 1956.

91 Cévennes, 1922 – Nîmes, 2015. Professeur de lycée. Épouse divorcée de Robert Lafont. Éditrice de plusieurs anthologies de poèmes occitans (Fourié 2009, 186).

92 Paris, 1921 – Poitiers, 2014. Romaniste, maître de conférences puis professeur à l’université de Poitiers, spécialiste de littérature et linguistique occitanes. Écrivain de langue occitane (poèmes, recueil de nouvelles, roman) (« Pierre Bec », [en ligne : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Bec]. Consulté le 1er août 2018).

93 C’est à partir de 1962-1963 qu’André Neyton, alors enseignant, commence à fréquenter le Calen par le biais de sa femme qui participe aux cours de danses traditionnelles provençales donnés par Marie-Rose Poggio. Même s’il ne s’implique pas lui-même dans ces activités, cela lui donne l’occasion d’assister aux spectacles et aux réunions du Calen au cours desquels il fait la connaissance de Reboul et de Guy Martin. André Neyton découvre alors une autre façon de valoriser la langue d’oc, bien différente des dérives folklorisantes qu’il connaissait jusqu’alors et qui ne lui convenaient pas. S’il s’intéresse à titre personnel au théâtre, André Neyton n’a alors pas de lien particulier avec les activités théâtrales du Calen. Il crée de son côté le groupe « Rencontres », association qui promeut l’éducation populaire, notamment à travers le théâtre. Pendant les vacances scolaires de printemps en 1966, André Neyton participe à un stage de l’IEO à Arrens au cours duquel il rencontre Lafont. Les deux hommes décident très vite de travailler ensemble à la création d’un spectacle théâtral. Ce sera Per jòia recomençar, écrit par Lafont et mis en scène par André Neyton — la pièce traite de l’histoire occitane, des troubadours jusqu’aux luttes contemporaines des occitanistes. Neyton intègre au spectacle donné au festival de Fox-Amphoux, en juillet 1966 des danses folkloriques proposées notamment par le Calen ; toutefois, il modernise les tenues traditionnelles, « notamment en transformant les lourds jupons en mini-jupes, ce qui ne manque pas de faire scandale dans certains milieux traditionalistes » (selon les termes du courriel qu’André Neyton m’a adressé le 12 février 2018). Fort de cette première expérience, André Neyton décide en 1970 de monter un atelier de théâtre durant le stage annuel du Calen qui se déroule alors à Bonnieux. Vu le succès rencontré, deux nouveaux ateliers sont proposés par son association « Rencontres », un durant l’été suivant puis un autre en 1971. C’est l’occasion de monter un nouveau spectacle, Lo darnier moton, pièce de Gaston Beltrame qui porte sur la création très controversée d’un camp militaire à Canjuers dans le Haut Var. Ce stage du Calen à Bonnieux revêt une importance toute particulière pour André Neyton puisqu’il lui permet de réunir à ses côtés des personnes intéressées par l’activité théâtrale et de créer une troupe d’amateurs ayant déjà une certaine expérience théâtrale et un bon niveau de jeu. Ce sera le point de départ d’une transformation progressive de « Rencontres » qui débouchera en 1971 sur la création du Centre dramatique occitan dont Guy Martin assurera pendant longtemps la présidence. Il faut toutefois encore quatre ans supplémentaires pour qu’André Neyton transforme ce Centre dramatique en véritable troupe professionnelle et puisse se consacrer tout entier au théâtre à partir de 1975. (Ces indications m’ont été fournies par André Neyton au cours d’une conversation téléphonique en date du 8 février 2018. Pour plus d’informations sur le Centre dramatique occitan, voir le site de l’association : http://cdoc.fr/index.html).

94 Reboul ne semble pas complètement partager cet avis, vu qu’il écrit que « Les auteurs ne manquent pas. Je songe aux abondantes collections de pièces du Groupe d’Études Provençales et du Prouvençau à l’Escolo qui se trouvent sans emploi faute d’interprètes. » Il indique toutefois que « Ce n’est pas tout d’écrire du théâtre. Il faut que les auteurs interrogent le public qui reste, en fin de compte, notre seul maître. Il faut que nos auteurs n’imposent leur optique qu’après avoir consulté les artistes, répondant à leurs rencontres, se pliant à l’expérience des techniciens de la scène et se transformant un peu eux-mêmes… » (Reboul 1962, 11).

95 « Francesc Panyella i Farreras », [en ligne : https://ca.wikipedia.org/wiki/Francesc_Panyella _i_Farreras]. Consulté le 21 janvier 2018.

96 PEN-Club international section de Langue d’Oc, « Le Pen Club de Langue d’Oc et la fermeture du Centre Culturel Catalan de Marseille », sans date (postérieur à une réunion du 16 octobre 1966), Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1959-1966.

97 « Lettre à Monsieur le Ministre de l’Intérieur de la République française », signée entre autres de Jòrgi Reboul, Robert Lafont, Claude Barsotti, Robert Allan, Serge Bec, Charles Camproux, Guy Martin, Max Rouquette, sans date, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1959-1966.

98 Entretien du 20 janvier 2018, à son domicile.

99 Jòrgi Reboul, lettre à Pierre Rouquette, 29 avril 1969, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1967.

100 Lettre ouverte sans titre, début 1962, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1959-1966.

101 On trouve dans les archives du CIRDOC (LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1938-1954) plusieurs lettres de Reboul commandant de nombreux ouvrages auprès de l’IEO, des Presses Universitaires de France ou de divers auteurs occitans afin de constituer les stocks de livres qui seront exposés et vendus lors du congrès.

102 Jòrgi Reboul, lettre à Robert Lafont, 10 septembre 1980, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1967.

103 Jòrgi Reboul, lettre à Jean Albertini, 26 mai 1966, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1959-1966 ; Jòrgi Reboul, lettre à Jacques Lepage, 22 juin 1966, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1959-1966.

104 Jòrgi Reboul, lettre à Robert Dubrou, 30 janvier 1966, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1959-1966.

105 Jòrgi Reboul, carte postale à Robert Lafont, 7 décembre 1966, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1959-1966.

106 Jòrgi Reboul, « Tribune libre : La révolution régionaliste, par Robert Lafont », 1968, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1967.

107 Toulon, 1903-1986. Officier de marie à l’arsenal de Toulon, président de l’école félibréenne de La Targo, Majoral du Félibrige en 1949, membre de l’Académie du Var et Capoulier du Félibrige de 1963 à 1971 (Fourié 2009, 29).

108 Jòrgi Reboul, lettre à Ismaël Girard, 1er janvier 1968, Archives du CIRDOC, CQ623/12 (32 lettres envoyées à Ismaël Girard).

109 Jòrgi Reboul, lettre aux Études et Recherches Économiques et Sociales, 30 mai 1969, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1967.

110 Ces explications sont tirées à la fois de mes échanges avec Claude Barsotti et de son article : 2016, 20.

111 Jòrgi Reboul, lettre au service de presse du Gai Saber, 27 octobre 1970, Archives du CIRDOC, CP 352/36 (54 lettres envoyées à Josèp Salvat).

112 Né dans le Var en 1942. Yves Poggio rencontre Reboul vers l’âge de 15 ans, par l’intermédiaire du fils de ce dernier, Gérald, et grâce à sa tante, Marie-Rose Poggio. Instituteur de profession, il a été très impliqué dans le fonctionnement du Calen jusqu’en 1975 (informations données par Yves Poggio, lors de mon entretien à son domicile le 3 février 2018).

113 Informations données par Claude Barsotti.

114 La copie numérique du récépissé de déclaration en Préfecture m’a été communiquée par Yves Poggio qui en avait gardé un exemplaire.

115 Entretien avec Yves Poggio du 3 février 2018.

116 Ainsi par exemple du numéro 3 des Cahiers du Calen, probablement daté de 1968 et qui m’a été remis Yves Poggio, sur la première page duquel figure en rouge un tampon sur trois lignes « INSTITUT D’ETUDES OCCITANES / I.E.O. PROVENCE / LO CALEN DE MARSELHA ».

117 Cette association a été créée en 1958 par les Bretons d’Ar Falz et par les Occitans de la section pédagogique de l’IEO et du Calen. Sa première action a été de contacter les candidats de gauche aux élections législatives de 1958 puis d’organiser des stages de formation pédagogique (informations données par Yan Lespoux, enseignant à l’Université Paul Valéry Montpellier III).

118 Le GLEP a été créé vers 1960 à l’initiative de l’association Ar Falz. Ses principaux membres étaient Lucienne Porte-Marou, Marie-Rose Poggio, Jòrgi Reboul et, surtout, Yves Poggio qui en était le principal animateur (informations données par Claude Barsotti).

119 Jòrgi Reboul, lettre à Ismaël Girard, 22 février 1972, Archives du CIRDOC, CQ623/12 (32 lettres envoyées à Ismaël Girard).

120 Marseille, 1898-1988. Avocat, magistrat à Avignon puis à Marseille, chroniqueur aux Nouvelles affiches de Marseille, animateur du cercle occitan de Marseille, prix Mistral 1968, collaborateur de Feu, Lo Gai Saber, Oc, La France latine, Majoral du Félibrige en 1961 (Fourié 2009, 280).

121 Entretien réalisé à son domicile le 3 février 2018.

122 Gil et Jòrgi Reboul, « 29 mai 1977… », sans date, Archives du CIRDOC, Dossier auteur R-Reboul (Dos-A/R).

123 Information donnée par Sylviane Reboul.

124 « Henri Moline », [en ligne : https://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_Moline]. Consulté le 2 août 2018.

125 Omenatge a Jòrgi Reboul, Besiers 19 de junh 1976, archives du CIRDOC, Dossier auteur R-Reboul (Dos-A/R), p. 2 ; invitation au vernissage de l’exposition Jòrgi Reboul (2 décembre 1976), archives du CIRDOC, Dossier auteur R-Reboul (Dos-A/R).

126 Voir aussi invitation au 55ème anniversaire du Calen, archives du CIRDOC, Dossier auteur R-Reboul (Dos-A/R).

127 Jòrgi Reboul, lettre à Robert Lafont, 6 octobre 1980, Archives du CIRDOC, LAF.0/67, Jòrgi Reboul, 1967.

128 Marin d’origine lorraine, qui apprit l’occitan jusqu’à l’obtention, peu avant son décès, d’une licence à l’université Paul Valéry Montpellier III, écrivain, chroniqueur — notamment à Aquò d’Aquí. Décédé le 15 septembre 2015 (« Joan Saubrament nos a quitat », Aquò d’Aquí, 18 septembre 2015, [en ligne : https://www.aquodaqui.info/Joan-Saubrement-nos-a-quitat_a959.html]. Consulté le 21 janvier 2018).

129 « Jòrgi Reboul 1901-1993, poèta e òme d’accion marselhés », L’occitan, periodic de la vida occitana, n°106, septembre-octobre 1993, p. 1.

130 Mesclum, « Concours littéraire écrire en langue d’oc, [en ligne : http://amesclum.net/Concors%20FR.html]. Consulté le 2 août 2018.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image 1. Jòrgi Reboul et son épouse en 1942 (A l’entorn de l’accion occitana, 2014, 60)
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/1785/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Image. 2. Logo du Calen de Marsiho (A l’entorn de l’accion occitana, 2014, 17)
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/1785/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Image 3. Voyage du Calen à Barcelone. Visite au monument dédié à Mistral, le 18 avril 1933, à Montjuic (A l’entorn de l’accion occitana 2014, 67).
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/1785/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Image 4. Accueil au Calen du maire de Barcelone, Jaume Aiguader, en septembre 1933 (A l’entorn de l’accion occitana 2014, 69).
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/1785/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Image. 5. Réunion du Comité central d’accueil aux Intellectuels Catalans en 1938. De gauche à droite, Gabriel Bertin, Antoine Conio, Josep Homs. Reboul est assis au premier plan (A l’entorn de l’accion occitana 2014, 69).
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/1785/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Image 6. Dessin de l’auberge de jeunesse d’Allauch par L. Cadenel (A l’entorn de l’accion occitana 2014, 8)
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/1785/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Image 7. Jòrgi Reboul transportant la tête de la statue de Mistral (A l’entorn de l’accion occitana 2014, 18)
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/1785/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Image 8. Reboul participant à une commémoration vers 1950 (Actes du colloque Jòrgi Reboul 1996, 112)
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/1785/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Image 9. Reboul dans les années 1980 (Actes du colloque Jòrgi Reboul 1996, 113)
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/1785/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Courtray, « Jòrgi Reboul, un parcours singulier vers l’occitanisme à travers l’histoire du XXe siècle », Lengas [En ligne], 84 | 2018, mis en ligne le 22 octobre 2018, consulté le 18 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/lengas/1785  ; DOI : 10.4000/lengas.1785

Haut de page

Auteur

François Courtray

LLACS – Université Paul Valéry Montpellier III

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals