Navigation – Plan du site

Introduction

Introduccion
Yan Lespoux et Marie-Jeanne Verny

Texte intégral

  • 1 Dictionnaire des auteurs de langue d’oc de 1800 à nos jours, Paris, Collection des Amis de la langu (...)

1Les chercheurs (ou ceux qui en dehors du monde de la recherche souhaitent en savoir plus sur la culture occitane) disposent à l’heure actuelle de précieux outils bibliographiques, qu’il s’agisse des travaux de François Pic sur un certain nombre de grands auteurs, ou des deux éditions du Dictionnaire des auteurs de langue d’oc de Jean Fourié1. Mais ces outils sont de nature bibliographique, précisément : ils prennent en compte pour l’essentiel les productions des écrivains. Or on sait bien que la renaissance d’oc depuis le XIXe siècle, même si elle naît de l’initiative d’écrivains, implique aussi d’autres acteurs, dont l‘apport à l’œuvre commune ne réside pas dans une production textuelle, mais inclut un travail militant, de nature culturelle ou politique. D’autre part, les outils existant à l’heure actuelle ne permettent pas un accès facile à des données autres que bibliographiques. Il y a des auteurs, certes, mais qui sont-ils ? D’où viennent-ils ? Quel a pu être leur parcours ? Autant d’éléments dont la liste de leurs écrits ne rend pas forcément compte à elle seule.

  • 2 Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, 44 volumes publiés entre 1964 et 1997 sous (...)

2Il manque donc un véritable dictionnaire biographique des acteurs de la renaissance d’oc, fournissant au chercheur et au curieux un certain nombre d’éléments de base sur les origines, le statut social et le parcours de ces acteurs, en distinguant plus particulièrement ce qu’a été leur activité dans le domaine de la défense et promotion de l’occitan. C’est un peu ce qui a pu être réalisé dans un tout autre domaine, avec le dictionnaire biographique du mouvement ouvrier lancé en son temps par Jean Maitron2. C’est le besoin d’un outil de cette nature qui est à l’origine du projet Vidas, lancé par des chercheurs de l’Université de Montpellier, en collaboration étroite avec le Centre interrégional de développement de l’occitan ? (CIRDOC).

3Il s’agit de réunir le maximum d’informations sur le maximum d’acteurs de la renaissance d’oc, dans toutes les régions. Compte tenu de la rareté relative des biographies de ce type d’acteurs actuellement disponibles, cela implique un travail s’inscrivant dans la durée – d’où le choix d’une base de données en ligne, intégrant progressivement les notices produites (ce travail est accessible sur le site Occitanica du CIRDOC : http://vidas.occitanica.eu/​) — et le besoin de recourir à l’aide de correspondants capables de fournir les renseignements sur tel ou tel auteur, ou telle ou telle partie de l‘espace linguistique d’oc, pour telle ou telle période. Un véritable travail collectif, mobilisant tous ceux qui ici ou là, savent des choses sur des hommes et des femmes qui bien souvent ne sont guère pour l’instant que des noms et des dates, dans le meilleur des cas, mais qui ont eu leur rôle dans une aventure commune.

4C’est dans le cadre de ce projet qui constitue, par les informations qu’il doit permettre d’agréger, un outil pour l’historien, le chercheur en littérature ou le sociolinguiste, qu’ils s’intéressent à un personnage en particulier, aux réseaux constitués, aux divers mouvements de la renaissance d’oc ou à la manière dont est envisagé selon les lieux et les époques la reconquête d’une langue et d’une culture et ses éventuels liens avec des mouvements plus larges, d’envergure nationale ou internationale, que l’équipe de recherche RedOc, membre du laboratoire LLACS de l’Université Paul Valéry – Montpellier 3 ont organisé en novembre 2016 une journée d’études sur le sujet dont une partie des articles regroupés dans ce dossier sont issus.

5Ce projet constitue, par les informations qu’il doit permettre d’agréger, un outil pour l’historien, le chercheur en littérature ou le sociolinguiste, qu’ils s’intéressent à un personnage en particulier, aux réseaux constitués, aux divers mouvements de la renaissance d’oc ou à la manière dont est envisagé selon les lieux et les époques la reconquête d’une langue et d’une culture et ses éventuels liens avec des mouvements plus larges, d’envergure nationale ou internationale. C’est dans cette perspective que les enseignants-chercheurs rassemblés dans l’équipe RedOc, membre du laboratoire LLACS de l’Université Paul Valéry – Montpellier 3, ont organisé en novembre 2016 une journée d’études sur le sujet dont une partie des articles regroupés dans ce dossier sont issus

6On ne prétend certes pas donner ici un tableau complet du monde de la revendication occitane depuis deux siècles. Il est cependant possible, d’ores et déjà, de donner des exemples de ce que l’on cherche à savoir, à travers des approches variées, mais complémentaires. Un axe d’histoire immédiate avec une nette valeur sociolinguistique pour Marie-Anne Chateaureynaud et Céline Piot à travers l’étude de l’Escòla Occitana d’Estiu et de ses fondateurs, promoteurs d’un outil de revitalisation de la langue occitane en Aquitaine en interaction étroite avec son environnement social et avec la classe politique et l’administration locale. Un autre axe est ouvert par la musicologue Séverine Féron à travers la figure du musicographe, critique et compositeur Castil-Blaze, un des premiers compagnons de route du Félibrige naissant. Séverine Féron met en avant la manière dont Castil-Blaze traite dans son œuvre de la langue des troubadours, mû entre autres par une sorte de mouvement de reconquête de son identité dans un contexte de diglossie plus ou moins bien digérée. Hervé Casini et François Courtray s’intéressent quant à eux à deux écrivains d’oc aux parcours singuliers. Jules Boissière pour le premier, « écrivain entre deux rives » ou peut-être quatre, poète de langue française et en provençal, entre sa Provence natale et l’Indochine. Jòrgi Reboul pour le second, poète d’oc très engagé dans le mouvement occitan en général, particulièrement dans la région marseillaise, une région qui a toujours occupé, dans le champ de la renaissance d’oc, une place originale (où ce même mouvement occitan a depuis au moins le XIXe siècle une configuration très originale). Enfin, d’un point de vue plus technique, Nelly Blanchard, Jean-Baptiste Pressac et Mannaig Thomas présentent le travail de leur équipe de l’Université de Brest pour la mise en place d’une base de données à propos de la littérature bretonne. Ce travail très avancé permet de mettre en valeur, dans une perspective littéraire et socio-historique, la mise en place de réseaux de relations entre auteurs. À travers les questions épistémologiques qu’il pose, il vient enrichir la réflexion autour de la mise en place du projet Vidas.

7Les articles qui constituent le présent dossier viennent confirmer l’utilité du grand chantier que représente ce projet de dictionnaire biographique de la renaissance d’oc. Et au delà, ils mettent en relief les réflexions épistémologiques qui doivent encore être menées. Enfin, ils démontrent tout l’intérêt qu’il y a à enrichir cette base de données et la diversité des perspectives qu’elle ouvre pour les chercheurs en domaine occitan (mais pas seulement) dans plusieurs champs disciplinaires, en littérature, histoire, sociolinguistique historique ou même, on le voit, en musicologie.

Haut de page

Notes

1 Dictionnaire des auteurs de langue d’oc de 1800 à nos jours, Paris, Collection des Amis de la langue d’oc, 1994, 2ème édition « revue, augmentée, actualisée. Suivie d’un essai de nomenclature de la presse d’oc », préface de Jacques Mouttet, capoulié du Félibrige, Aix, Felibrige edicioun, 2009.

2 Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, 44 volumes publiés entre 1964 et 1997 sous la direction de Jean Maitron (décédé en 1987) puis de Claude Pennetier, en ligne à l’adresse http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yan Lespoux et Marie-Jeanne Verny, « Introduction », Lengas [En ligne], 84 | 2018, mis en ligne le 20 novembre 2018, consulté le 18 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/lengas/2532  ; DOI : 10.4000/lengas.2532

Haut de page

Auteurs

Yan Lespoux

Univ Paul Valéry Montpellier 3, LLACS EA 4582, F34000, Montpellier, France

Articles du même auteur

Marie-Jeanne Verny

Univ Paul Valéry Montpellier 3, LLACS EA 4582, F34000, Montpellier, France

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals