Navigation – Plan du site

Introduction, bibliographie critique

Joëlle Ginestet

Texte intégral

1Après une série d’articles autour de l’écriture de guerre en occitan de combattants écrivant ou témoins et d’écrivains (poètes, auteurs de pièces carnavalesques, romanciers) du XVIe au XXe siècles (Lengas 81, 2017), cette série a pour but d’aborder des récits a posteriori de romanciers (ou romanciers, essayistes, poètes...) du XXe siècle ayant pour objet des conflits dont le souvenir (personnel ou historique) les a interpellés et qu’ils ont transposés dans le domaine de la fiction et/ou de l’écriture autobiographique, et/ou de la poésie. L’œuvre de Ferdinand Déléris [Ferran Delèris], écrivain bilingue originaire du Rouergue (1922-2009) sera premièrement analysée dans la mesure où le destin des personnages de ses romans est marqué par les guerres et/ou les conflits sociaux et coloniaux. Cette approche de romanciers (Ferdinand Déléris, Paul Gayraud, Claude Barsotti) est suivie de l’étude d’une écriture poétique (Pierre Miremont) dont une part importante de l’œuvre est toutefois en prose.

2Héros, anti-héros, points de vue narratifs, décors, etc. permettent-ils de renouveler les récits autour de l’influence qu’ont pu avoir des événements déshumanisants sur l’être intime ? En même temps qu’ils exposent publiquement des blessures physiques et psychologiques, des malaises, des doutes, de l’indignation, les écrivains donnent-ils à voir une nouvelle humanité ? Leurs romans se construisent-ils à partir d’une fascination morbide ou bien réinterprètent-ils des visions typiques des conflits armés qui seraient trop militaristes, trop politiquement orientées ? Quels signes signalent la présence du moi intime ? De quelle nature est l’engagement d’écrivains bilingues marqués par les conflits du siècle dont l’écriture s’est orientée vers le récit et parfois vers la poésie, plutôt que de se taire ? Pourquoi écrire dans une langue plutôt qu’une autre ? De quels nouveaux combats se réclament ces écrivains en privilégiant ou articulant les effets réalistes et imaginaires, la prose ou le vers ?

Haut de page

Bibliographie

Beaupré Nicolas, « De quoi la littérature de guerre est-elle la source ? Témoignages et fictions de la Grande Guerre sous le regard de l’historien », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, 4/2011 (n° 112), 41-55. URL : http://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2011-4-page-41.htm

Cipres María Angeles, « Le référent occitan dans L'Aucon de Ferran Delèris », Actes de Toulouse 1996 (AIÉO V), 1998II, 513-526.

Martel Philippe, « Occitanie, terre de résistance ? », Résister, Anita Gonzalez Raymond (dir.), Montpellier, PULM, 2011, 141-163.

Martel Philippe, « Les Félibres et leur temps. Renaissance d’oc et opinion (1850-1914), Lengas69, 2011.

Martel Philippe, « Entre une guerre mondiale et une guerre coloniale : les temps qui changent », Revue des Langues Romanes, CXV-2 (« Serge Bec un poète provençal dans le siècle »), 2011, 313-327.

Martel Philippe, Études de langue et d’histoire occitane, LLACS, Université Paul Valéry Montpellier, CIRDOC, décembre 2015.

Riegel Léon, Guerre et Littérature, Paris, Klincksieck, 1978.

Roumette Julien (dir.), Romain Gary, l'ombre de l'histoire, Littératures, n° 56, 2007.

Roumette Julien (coord.), « Les irréguliers, un autre après-guerre », Littératures, 70 2014.

Schoentjes Pierre, Fictions de la Grande Guerre : variations littéraires sur 14-18, Paris, Classiques Garnier, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joëlle Ginestet, « Introduction, bibliographie critique », Lengas [En ligne], 85 | 2019, mis en ligne le 17 février 2019, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lengas/2822 ; DOI : 10.4000/lengas.2822

Haut de page

Auteur

Joëlle Ginestet

Laboratoire ELH-PLH, Université Toulouse Jean-Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals