Navigation – Plan du site

Récits de guerre et autres conflits chez Claude Barsotti, entre fiction et témoignage.

Marie-Jeanne Verny

Résumés

Claude Barsotti, chercheur passionné et chroniqueur de longue date de La Marseillaise, est notamment l’auteur de quatre récits, La Tèrra deis autres (1979), Testimòni d'un niston de la guèrra, autobiografia (2002), Lo comunard de la Mitidjà (2006) Lo Capitani de la Republica (2012) qui se situent à la frontière entre la fiction et le témoignage. Leur analyse révèle qu’au-delà d’une subjectivité assumée, Barsotti a poursuivi le projet qui traverse toute son œuvre, la réhabilitation de la mémoire des oubliés.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ces quatre récits sont La Tèrra deis autres (1979) [que nous désignerons par TA], Testimòni d'un ni (...)

1De la fiction au témoignage… La frontière est ténue dans les récits de Glaudi Barsotti que nous étudions ici, qui ont tous pour cadre des conflits de l’histoire ancienne ou plus récente : ces récits1, lorsqu’ils sont présentés comme des fictions romanesques, empruntent nombre de motifs au vécu de leur auteur. Ce qui se présente comme une chronique autobiographique d’un enfant (un niston) de la guèrra est parcouru de remarques subjectives qui colorent la dite chronique d’interprétations personnelles. Mais cette subjectivité parcourt aussi l’ensemble des quatre récits que nous allons étudier, à travers lesquels se lisent de nombreux points de convergence que nous essayerons de montrer. Écrivain engagé, Barsotti n’est par ailleurs évidemment pas neutre idéologiquement lorsqu’il présente les événements dont il fait le théâtre de ces récits.

2L’auteur est présenté ainsi sur la quatrième de couverture du récit La Terra deis autrei :

  • 2 Né à Marseille en 1934, de parents provençaux du côté de sa mère, italiens du côté de son père. Off (...)

Nascut a Marselha en 1934, de parents provençaus dau caire de sa maire, italians dau caire de son paire. Oficièr radiò-electrician dins la marina mercanda, barrutla sus totas las mars del mond. Fa partida d’aquela generacion marcada per la guèrra d’Algeria ont fa lo servici de 1986 a 1957. Dintra puèi dins l’administracion. Occitanista e membre del PCF, collabòra al quotidian comunista La Marseillaise.2

  • 3 Le Music-Hall Marseillais de 1815 à 1950 (1984). À l’occasion d’une présentation de cet ouvrage, l’ (...)
  • 4 Ces chroniques sont disponibles en ligne sur le site de l’association « Los amics de Mesclum » à l’ (...)

3À cette brève présentation (que l’on doit cependant nuancer : Barsotti n’a jamais été encarté au PCF, dont il peut être en revanche considéré comme un compagnon de route), ajoutons qu’il est aussi un chercheur indépendant, soucieux de vulgarisation intelligente. Il a publié par exemple en 1975 une Antologia deis escrivans sociaus provençaus, ou encore, en 1984, un essai sur le Music-hall marseillais3. Dans le quotidien La Marseillaise, en plus de la chronique hebdomadaire « Mesclum », entièrement en occitan, qu’il créa il y a une trentaine d’années, il a publié une série de fiches biographiques intitulées « Mémoire du pays » où il présente des acteurs des diverses renaissances d’oc, du XVIe au XXe siècle4.

4Son œuvre littéraire, dans ses diverses modalités, est étroitement mêlée d’une part à ses recherches, d’autre part à son engagement occitaniste et à ses convictions politiques, dont il ne fait pas mystère.

5Nous nous intéresserons ici à quatre récits, dont la guerre, sous diverses modalités, dans divers lieux et à des époques diverses, constitue la toile de fond. Autre toile de fond, géographique celle-ci, Marseille, et ses environs, soit immédiats, soit plus lointains, ces montagnes alpines souvent désignées par l’expression « la gavotina ». Dans deux de ces récits, l’espace colonial est aussi mis en scène, ce qui n’étonnera pas étant donné la situation portuaire de Marseille.

6En apparence, ces quatre récits révèlent une grande hétérogénéité, que nous essayerons de montrer. Mais nous essayerons aussi de voir ce qui fait leur unité, au-delà du sujet qui les réunit : des récits de conflits, dans toute la diversité que revêtent ces conflits au cours de l’histoire, récits marqués par la subjectivité assumée de leur auteur.

Les quatre récits analysés5

    • 5 Nb : sauf indication contraire, les traductions françaises des citations occitanes sont de notre fa (...)
    • 6 NB. Ce titre constitue une sorte d’hybride linguistique. On attendrait, en provençal : La Tèrra dei (...)

    La Tèrra deis autres6, roman, Vent Terral, 1979

7Voici la présentation qui est faite de ce roman à la quatrième de couverture :

  • 7 1956 : c’est la guerre d’Algérie pour un appelé de Marseille. Vie de caserne, gardien de phare avec (...)

1956 : aquò’s la guèrra d’Algeria per un apelat de Marselha. Vida de casèrna, gardian de farò [sic] amb un colèga, afectacion dins lei comandòs : aquò’s pas que l’abans-tast d’un roman d’accion que vos fa trimar pel bled e conóisser la paur pels amagatals e per las carrieròlas d’Algièr7.

8Le protagoniste, Glaudi Bosco, jeune militaire affecté en Algérie, déserte après un accrochage sanglant entre son unité et un groupe de combattants algériens. Il rejoint alors le FLN où il est affecté à des missions de renseignement et de contact.

  • Testimòni d'un niston de la guèrra, autobiografia, IEO, 2002.

9Ce récit, construit chronologiquement, année par année, présente, à travers les yeux du niston, le protagoniste enfant, la deuxième guerre mondiale, et les mois qui l’ont précédée et suivie, telle que vécue par les habitants d’un quartier populaire de Marseille :

  • 8 Le texte que je vous propose, dans un moment où on parle beaucoup des événements qui se sont déroul (...)

Lo tèxt que vos pòrgi, a un moment que se parla fòrça deis eveniments que se debanèron dins la França de Vichí, ambé totei lei divergéncias e contradiccions que trobam dins leis interpretacions, vòu èstre ren qu’un testimòni : lo testimòni d’un niston de Marselha a aquela epòca, çò qu’a vist, viscut, sentit.
Aquò dins un mitan sociau qu’èra aqueu d’una familha de trabalhadors que restavan dins un quartier de trabalhadors, e lo pes que pòu aver sus lei mentalitats. Adonc, çò que vos vau contar serà pas neutre : serà lo rebat d’un temps qu’ara nos sembla luenh e que pasmens siam totjorn a n’assumir l’eiretatge
.8 (TNG, quatrième de couverture)

  • Lo comunard de la Mitidjà, IEO, 2006.

10Ce roman prend la forme d’un récit enchâssé. À la fin du XXe siècle, un étudiant, issu d’une famille bourgeoise de rapatriés d’Algérie, retrouve les cahiers de son ancêtre, Eugèni Joan Beranger, un communard marseillais exilé en Algérie pour échapper à la répression qui avait suivi la Commune de Marseille. Deux conflits sont évoqués à travers ces cahiers qui constituent l’essentiel du roman : les luttes liées à la Commune et la « pacification » de l’Algérie suivie de la dépossession des terres indigènes confiées à des colons européens. Voici la présentation de la quatrième de couverture :

  • 9 Un jeune étudiant, enfant de rapatrié d’Algérie, […] se rend compte que son arrière-arrière-grand-p (...)

Un jove estudiant, enfant de rapatriat d’Argeria, […s’] avisa que son-rèire-rèire-grand èra un Provençau qu’aviá degut partir en Argeria en 1871 : tròba una mena de libre de rason sieu onte conta son engatjament republican e socialista a Marselha sota lo Segond Empèri, la Comuna de Marselha, la fugida en Argeria, ailà la lucha contra lei monarquistas e la situacion coloniala9. (CM, quatrième de couverture)

  • Lo Capitani de la Republica, Lo Gai Saber, n° spécial 2012

  • 10 On pourra lire un résumé de cet épisode de l’histoire provençale dans Histoire d’Occitanie, dir. An (...)

11À la fin du XVIe siècle, un jeune paysan du Queyras, Joan-Guilhem, instruit par le curé de son village, devient instituteur, puis quitte sa région d’origine pour les environs de Marseille. Il est alors approché par les partisans de Casaulx, qui allait fonder à Marseille, entre 1591 et 1596 une « République » indépendante10. Joan-Guilhem devient capitaine dans l’armée de Cazaulx et participe aux combats pour instaurer cette République.

L’espace des récits

12Barsotti se place dans une tradition littéraire – et au-delà puisqu’elle se poursuit dans la musique contemporaine – celle de l’écriture marseillaise, très différente, nous le savons, de la tradition rhodanienne à laquelle on veut parfois réduire l’écriture d’oc en Provence. D’ailleurs, ses prédécesseurs sont souvent évoqués dans les récits, comme les écrivains baroques Robert Ruffi (archivaire de la vila, CR, 135), Pèire Paul et Bellaud de la Bellaudière, – qui, quoique non marseillais, fut édité à Marseille du temps de la République de Cazaulx – :

  • 11 Jean-Guilhem se régala de collaborer avec Pierre Paul. Pas tant pour le personnage, peu marquant, q (...)

Se regalèt Joan-Guilhem de collaborar ambé Pèire Paul. Non pas per lo personatge, gaire marcant, que per lo trabalh gròs qu’aviá realizat en recampant totei lei tèxts conoissuts de Belaud de la Belaudièra e per l’ausir li contar de sovenirs sus l’autor e li dar de testimònis sus lo personatge. E tanben per aquela lenga escricha ambé de vèrs supèrbes, de sonets subretot que la forma ne veniá dau relarg qu’aviá trach l’Euròpa de la sorniera après la crosada deis Albigés, aquesta Itàlia eiritiera de l’Empèri Roman. Se botèt tanben a legir lo libre franchimand de Joan de Nòstradama que li mostrava que sa lenga èra coma disián nòstre lengatge que d’unes acomençavan de dire qu’èra de provençau o de gascon. Tant qu’apreniá de còr de sonets de Belaud de la Belaudièra11. (CR, 136-137)

  • 12 Hugues et Mabilly étant par ailleurs des personnages politiques. Dans son Antologia deis escrivans (...)

13Les écrivains marseillais du XIXe siècle apparaissent aussi au fil des récits, essentiellement dans Lo Comunard de la Mitidjà, ainsi de Victor Gelu (évoqué page 63 dans le cadre des cantaires marselhés), de Clovis Hugues ou de Philippe Mabilly12. Des vers d’une chanson de Gelu sont repris dans le même récit, page 63. Clovis Hugues y apparaît en pages 71 et 94, Mabilly en pages 86 et 94 (chapitre IX). Dans ce chapitre IX, le narrateur présente les deux hommes comme ses collègas. Ils seront parmi les personnages importants des chapitres IX et X.

  • 13 Nous nous permettons un doute sur la vraisemblance de ces remarques : cet épisode de l’histoire mar (...)

14Marseille constitue le lieu de référence autour duquel gravitent les récits : les personnages y vivent (le niston), en viennent (le personnage-narrateur de La Terra deis autrei, le Comunard de la Mitidja du récit éponyme) ou y arrivent (Joan-Guilhem, le capitaine de la République). Marseille est aussi le théâtre de certains récits liés à la guerre, dont la guerre civile fait partie (qu’il s’agisse de la République de Casaulx ou bien de la commune de Marseille et des années de luttes sociales qui l’ont précédée). Lorsqu’ils en sont éloignés, Marseille constitue un des sujets des conversations menées par les protagonistes et hante les pensées des narrateurs ou des personnages. Melicà la jeune Algérienne membre du FLN, personnage de La Terra deis autrei, évoque même la République de Cazaulx, et Pèire de Libertat, l’assassin de Cazaulx (111)13.

15Si les deux premiers chapitres de La Terra deis autrei se situent à Marseille, le premier en 1945, le deuxième au début des années 1950, c’est dans le Testimòni d’un niston de la guèrra que la ville est le plus finement décrite. On y suit le niston dans ses vagabondages ludiques, on y suit également les siens dans leur quête de nourriture ou autres biens devenus rares.

16Marseille est le cœur de plusieurs axes de circulation :

  • « Tombada » des montagnes – les Alpes en l’occurrence, plus précisément le Queyras, dans Lo Capitani de la Republica – vers la grande ville, ville d’immigration italienne :

  • 14 C’est qu’à Marseille depuis 1851, et l’essai de résistance au coup d’état, tout avait beaucoup chan (...)

Es qu’a Marselha despuei 1851, e l’assai de resisténcia au còp d’estat, tot aviá fòrça chanjat. La vila s’èra alargada. Aviá ganhat dins l’espaci d’un desenau d’annadas mai de cent milas estatjants. Venián d’en pertot, mai subretot de Gavotina, dei Cevenas, e l’aviá pereu fòrça estrangiers, mai que mai d’Italians que lei sonavan lei Bachins. […] Jusqu’à 1848, èra demorada, la Bèla-de Mai, una mena de banlèga onte l’aviá d’ortaliers e plen de campanhas. Mai, partent d’aqueu moment, s’installèron d’usinas, e dins mens d’un desenau d’annadas si transformèt per venir un barri industriau ambé un molon de gents, de trabalhadors estrangièrs, qu’acceptavan de complir tot çò que refusavan de far lei Marselhés de soca […]. L’aviá quauquei Gavòts, mai subretot d’Italians, mai que mai de Piemontés e de Toscans14 (CM, 64)

  • à l’inverse, les montagnes servent de refuge pendant la guerre aux habitants menacés par les bombardements. Ainsi, le Testimòni relate-t-il plusieurs séjours du narrateur ou de sa famille dans divers lieux des Alpes ou des Préalpes

  • les récits évoquent les relations entre centre et banlieue : plusieurs localités sont nommées, dont Vitrolles, qui jusqu’à une époque récente, était peuplée par des maraîchers. Vitrolles est le lieu d’origine du Comunard (55). Pendant la préparation de la prise de pouvoir de Cazaulx à Marseille, et après l’échec de celle-ci, Jean-Guilhem est amené à fréquenter les environs de Marseille dans son rôle d’agent de liaison ou dans son obligation d’échapper aux persécutions risquées par les vaincus. Plusieurs lieux de cette périphérie sont alors nommés.

  • Marseille est aussi le centre névralgique des périodes coloniales et post-coloniales : c’est le port d’embarquement des exilés – futurs colons – ou des combattants, c’est le port de retour des Pieds-Noirs.

17Ainsi, au fil des récits, Barsotti se présente-t-il comme un fin observateur des mutations économiques et politiques, elles-mêmes porteuses de mutations spatiales.

Du témoignage à la fiction

18Cette progression pourrait se dessiner à travers les divers ouvrages. On y découvre d’abord un récit ouvertement et clairement autobiographique : Testimòni d’un niston de la guèrra. Avec La Tèrra deis autrei, il s’agit d’une fiction inspirée de la biographie de l’auteur. Lo Capitani de la Republica est un roman historique. Lo comunard de la Mitidjà est un roman contenant un récit enchâssé dont le contenu s’appuie sur deux réalités historiques : la Commune de Marseille et la colonisation de l’Algérie.

19Les récits de fiction sont aussi le fruit de recherches menées par l’auteur, et, au-delà, de son engagement occitaniste :

  • La République de Casaulx fait partie, dans la construction des mythes de l’occitanisme, des épisodes fondateurs. S’il n’est pas dans mes compétences de juger de la fidélité aux détails de l’Histoire, j’ai pu cependant vérifier que le récit de Barsotti était le fruit de recherches approfondies menées sur cet épisode historique.

    • 15 Textes occitans de la Comuna de Marselha, Claude Barsotti, Éditions l'Atinoir, 2018. Voir compte re (...)

    Lo Comunard de la Mitidjà renvoie à plusieurs des travaux de Barsotti, notamment autour des écrivains sociaux provençaux et autour de la Commune de Marseille au sujet de laquelle il vient d’éditer des textes occitans15. Il faut noter que le personnage dont on découvre le journal s’appelle Beranger, comme « l’oncle » du niston du récit autobiographique marseillais.

20Qu’est-ce qui est biographie dans ces récits ? En quoi sont-ils le fruit de la reconstruction littéraire mais aussi d’une vision idéologique cohérente ?

  • Le Testimòni, qui se veut récit autobiographique, n’échappe pas aux règles du genre telles qu’énoncées par Philippe Lejeune : identité auteur/narrateur/personnage. Mais le « je » narrateur y est au moins double, tour à tour figure d’enfant qui nous livre son ressenti (évidemment reconstruit par le souvenir) et figure d’adulte qui éclaire les faits historiques vécus par l’enfant qu’il était, à partir de son savoir d’adulte. En cela même, cette superposition de deux regards est construction littéraire.

  • À l’inverse, le récit de La Terra deis autrei est pour une grande part bâti à partir de l’expérience même de l’auteur qui fit la guerre d’Algérie entre 1956 et 1957. Le personnage principal, radioélectricien comme l’auteur, s’appelle Glaudi Bòsco. Or, lo Testimòni nous apprend (27) que le grand-père du niston s’appelait Joseph Bosco. Par ailleurs, le premier chapitre du roman fait allusion au bar que tenaient les parents du narrateur en 1945 dans le quartier des tres lutz, même lieu, même situation que les parents du niston

21Le personnage principal du roman, après un affrontement avec des « rebelles » où il assiste un de ses camarades blessé, décide, sur les conseils que lui donne son compagnon avant de mourir, de rejoindre le FLN. Il devient alors agent de liaison. A priori, il est évident que Glaudi Barsotti a projeté sa propre idéologie anticolonialiste dans les propos et les pensées de son personnage, y compris dans les nombreuses mises en parallèle, par une sorte de raccourci, de la situation algérienne avec la situation des minorités de l’hexagone. Un exemple parmi d’autres :

  • 16 Probable coquille pour le provençal « Nosautrei ».
  • 17 Oui, cette sympathie pour les fells, pour des hommes dont je crois qu’ils ont raison de se bastonne (...)

Òc, aquesta simpatia per lei fèls, pèr d’òmes que me crèsi que fan bèn de se bastonar còntra lei Francés.
Aquestei Francés que ne siáu un, e que me disi qu’estènt tanbèn occitan, nosautres
16 auriam bèn de far parièr dei fèls. Mai, avèm pas lo coratge per aquò, que siam un pòble fotut qu’acceptam tot sensa jamai rebecar, qu’avèm plus consciéncia de nòstra dignitat coma nos o ensenhèt Mistral17. (TA, 74)

22Cependant le destin du personnage, qui rallie le FLN et se fait arrêter à la fin du roman semble bien avoir été inventé. Une suggestion nous a été faite par Philippe Martel : n’y aurait-il pas là une opération semblable à celle construite par Robert Lafont avec le personnage de Joan Larsinhac, présenté comme résistant alors que Lafont ne le fut pas ? Glaudi Barsotti n’aurait-il pas donné à Glaudi Bosco un destin de porte-valise qui pouvait apparaître, des années après, comme plus conforme aux opinions développées par le personnage au fil du récit ?

  • Le Capitani de la Republica vient du Queyras et vit ses aventures guerrières à Marseille. Or, Lo Testimòni nous apprend que la grand-mère maternelle de Barsotti était originaire du Queyras…

  • Lo Comunard était fils de paysans de Vitrolles ; le compagnon de la grand-mère du niston est aussi de Vitrolles…

23Ces quelques exemples que l’on pourrait multiplier montrent bien que la fiction s’appuie sur une large part de réalité. Nous pourrions plutôt dire que l’ensemble des récits analysés composent une sorte de puzzle qui réunit des bribes de l’existence de leur auteur et de ses ascendants.

Visions d’histoire – Visions de guerre

24Si tous les récits sont marqués par la subjectivité, souvent de façon appuyée, les points de vue divergents selon qu’il s’agit de combattants ou de civils.

  • La République de Cazaulx inspire le titre du roman, lui-même centré sur le protagoniste principal. Les événements successifs sont vus à partir du regard d’un jeune « gavot » qui va peu à peu gravir les échelons jusqu’à devenir un des proches de Cazaulx et un des principaux acteurs de la guerre menée par celui-ci et de sa prise de pouvoir. Le texte montre à la fois les combats et les pourparlers diplomatiques qui font et défont les rapports de force. En cela, Barsotti est fidèle à l’histoire : dans une Provence ligueuse, la République de Cazaulx est d’abord le fruit du refus que la France soit gouvernée par un roi protestant, Henri IV, fût-il converti. Ainsi Cazaulx et ses hommes vont-ils se chercher des alliés en France et au-delà (Savoie, Espagne) pour mener leur guerre. Le caractère national et international de celle-ci est bien montré dans ses relations avec les événements marseillais.

    • 18 On ne sait pas toujours qu’il y eut d’autres « Communes » que celle de Paris, même si, dans les ann (...)

    Il s’agit d’autres types de « guerres » dans Lo Comunard : là aussi l’histoire est complexe dans ses ramifications nationales et internationales. Il y a les luttes sociales qui mèneront, en 1871, à la Commune de Marseille18, et à la punition des insurgés, tous républicains, dont les plus radicaux se rattachaient à l’Internationale ouvrière. La construction et le fonctionnement de L’Associacion Internacionala dels Trabalhadors et son développement sur Marseille sont minutieusement étudiés, de même que sont présentées les grèves de mineurs de Fuveaux, Gardanne, Auriol, Bouilladisse en 1867 et 1868. Ces luttes sociales, empruntant parfois la voie des urnes, parfois la voie de l’insurrection violente, vont ensuite se situer en plein cœur de la guerre contre la Prusse. Le narrateur présente la complexité et les variations des sentiments républicains, entre internationalisme et patriotisme :

  • 19 Que voulez-vous : Bismarck nous avait offensés et on ne pouvait pas laisser passer cela, n’est-ce p (...)

Que volètz : nos aviá fach escòrna Bismarck e si podiá pas laissar aquò, cresètz pas ? Avián bèla m’explicar que Bismarck èra parièr que Napoleon lo Pichòt e qu’aviam pas de chausir entre dos fenats, mi pensavi que França deviá mostrar que si laissariá pas faire. Lo patriotisme passava la solidaritat internacionala : èra tròp en avança sus lo temps l’Internacionala.
Pasmens, acomencèri, coma d’alhors lo pòble marselhés, de chanjar d’avís quand l’aguèt lei premierei desfachas a Wissembourg, lo 4 d’aost, e a Forbach lo 6. Petèron mai alòr lei rancunas amolonadas despuei d’ans e d’ans còntra lo regime imperiau, qu’aviá pas sachut adobar nòstra armada. […] E tant lei clubs republicans que si demandavan se leis internacionalistas avián benlèu pas agut rason de protestar còntra la guèrra, que lo pòble, tre conoissudas aquelei rostassas, se metèron mai a reguitnar e a bolegar
19. (CM, 94-95)

  • 20 On pourra consulter, à ce sujet, l’excellent site de l’association « 1851 pour la mémoire des Résis (...)

25Mais le roman est aussi l’occasion de revenir sur des événements antérieurs, comme la résistance au coup d’état de Louis-Napoléon Bonaparte de 1851, très active dans nombre de départements du Sud20. Ainsi, au tout début du cahier de Beranger, celui-ci rapproche-t-il sa date de naissance (10 décembre 1849) de l’élection du prince Louis-Napoléon, qui marqua aussi la défaite de Ledru-Rollin pour lequel avait voté le père de Beranger… Il note la complicité de l’Église dans le coup d’état de décembre 1851 :

  • 21 Avec Louis-Napoléon, on avait l’homme providentiel, envoyé par Jésus et son représentant sur Terre, (...)

Ambé Loís-Napoleon, aviás l’òme providenciau, mandat per Jèsus e son representant sus Tèrra, o que disián que l’èra, lo Papa. La Republica l’aviá ben aparat aquest, en 1849, en mandant de tropas a Roma, e lo futur emperaire, un còp vengut legalament mas pas legitimament, emperaire, faguèt logicament puei parier. La Glèisa voliá pas d’una republica sociala que li auriá levat seis avantatgis. Per servar lo triple menton ai capelans, èra lèsta a se comprometre ambé Gripet, lo Diable, per servar son influéncia. L’aviá de prèires que reguitnavan bòrd que trobavan qu’aquò aviá ren de veire ambé la paraula de Jèsus, mai èran pas espés, e pesavan gaire.
En 1851, lo 2 de decembre, lo goapo faguèt son còp d’estat. Per defendre la Republica, la Bòna, s’auborèron lo pòble. Aquí sus la mar de Bèrra, dins lo país sestian, valent-a-dire la region d’Ais, dins lo bassin minier, totei lei republicans que cresián a una republica sociala prenguèron leis armas
. […]
Son lei païsans, lei mestieraus dei vilatges e dei vilòtas, ambé sovent de borgés pichòts qu’avián d’idèas republicanas, de metgis, de notaris, de foncionaris, que sauvèron l’onor de la Republica. Durèt pas tant lòngtemps la resisténcia aquí que dins Var e dins lei Basseis-Aups, estent que l’armada, la gendarmariá, la polícia, totei venduts au goapo, èran fòrts e èran tròp nombrós. Empachèt pas lei republicans de far son dever21. (CM, 58)

26Barsòtti, comme ses personnages, en connaît bien l’histoire, notamment les lieux (Basses-Alpes, Hérault, Var) où elle fut la plus active. Au passage, il évoque la déportation des proscrits. Tout cela bien amené au cours d’un épisode où son personnage présente son travail de pòrtafais dans les cales des navires :

  • 22 Un travail qui me faisait songer à ce que devaient souffrir les esclaves quand ils étaient transpor (...)

Un trabalh que mi fasiá sonjar a çò que devián sofrir leis esclaus quand èran transportats ansin, e çò qu’avián degut sofrir lei proscrits de 1851 mandats a Calhena o en Novèla-Caledonia22. (CM, 66)

    • 23 Yves Rouquette, dans L’Ordinari del mond (Letras d’oc, 2009), évoque ainsi la situation de Sète pen (...)

    La guerre de 40 est essentiellement dans le Testimòni, la guerre vue par les civils : c’est la complexité de la situation que le témoignage du niston expose de façon précise et que l’on suit grâce au parti-pris de construction chronologique, le livre étant organisé par années. Marseille est en cela un bon terrain d’observation. Outre les soucis du quotidien (de ravitaillement en particulier), les événements y sont particulièrement dramatiques : comme tous les ports23 la ville est un lieu de bombardements. Parmi les plus tragiques, l’épisode de la destruction du quartier du Vieux Port en 1943 :

  • 24 C’est le 22 janvier 1943 que des gendarmes et des gardes mobiles arrivèrent à Marseille. Le lendema (...)

27Es lo 22 de genoier de 1943 que de gendarmas e de gardas mobils arribèron a Marselha. L’endeman, partent de doas oras de matin, èran a far de visitas domiciliàrias ambé de sordats alemands. I aguèt una rabalhada dei gròssas que 6000 personas, de judieus subretot, foguèron arrestadas. Se pensavan qu’èra acabat quora lo dimenge 24, a 10 oras, dins d’aut-parlaires, ordenèron ais abitants dau quartièr dau Pòrt-Vièlh d’evacuar son ostau dins lei doas oras ambé 30 quilòs de bagatges. Tot lo Pòrt-Vièlh foguèt enrodat per de policiers e de gendarmas francés e de tropas alemandas. Placèron de fius d’aram. Embarquèron lei gents qu’avián pas poscut trobar de lotjaments a Marselha sus de trams requisisionats e lei menèron a la gara a 4 oras de l’après-dinnar ont lei metèron dins de trins que partèron per Frejus, una vilòta de Var. Ailà foguèron recaptats dins l’ancian camp de tiralhaires senegalés. 35000 personas de fòrabandidas. Pretendèron per justificar son crimi que lo Pòrt-Vièlh èra un recapti de raubaires e de traficaires24... (TNG, 79)

  • La colonisation – la guerre d’Algérie. Deux moments d’histoire, deux visions différentes et complémentaires :

    • 25 Lui, le représentant de la civilisation chrétienne, occidentale, qui ne sait pas qu’en Kabylie, il (...)

    Qu’en est-il pour Lo Comunard de la Mitidja ? Cet ouvrage présente la colonisation dans ses formes guerrières et son organisation économique. Ainsi des terres qui, lorsqu’elles sont de bonne qualité, sont volées aux « Arabes » et accaparées par les grosses sociétés. Les guerres de conquêtes sont présentées comme une revanche du pouvoir français après ses échecs contre la Prusse. Ainsi les rapports sont-ils forcément tendus entre les Algériens, que Barsòtti appelle « Arabes », même lorsqu’il évoque la Kabylie, appellation globalisante probablement conforme à celle qui était employée par les colons qu’il met en scène, alors qu’il fera très nettement la distinction dans La Terra deis autrei, comme en témoigne cette réflexion du narrateur à propos d’une remarque du lieutenant : « eu, lo representant de la civilisacion cristiana, occidentala, que sap pas qu’en Cabilia, i a de Cabils e pas d’Arabs25 ».

  • Lo Comunard de la Mitidja présente parfois une vision irénique du narrateur et de ses compagnons internationalistes, ainsi de la présentation de leurs rapports avec « les Arabes », même s’il est conscient de l’ambiguïté des positions :

  • 26 Les communards, les internationalistes et les Arabes, nous sommes semblables : les maîtres veulent (...)

Lei comunards, leis internacionalistas e leis Arabis, siam pariers : lei mèstres nos vòlon per que nos afanessiam dins seis usinas e sei bens, e devèm si crompar un chut quand nos estimam que nos pagan pas pron, que senon an la polícia e l’armada per nos faire comprendre sei rasons26. (CM, 128)

  • 27 Comme convenu, nous nous sommes mariés à la mi-décembre. Une belle fête qui s’est déroulée à la bas (...)

Coma èra entendut, si marideriam dins lo mitan de decembre. Una bèla fèsta que si debanèt a la bastida de Fèlix, que l’aviam convidats de colons e mai Ahmed e sa familha. Es aquí que niflèri coma l’aviá de retenguda. Èra evident que per lei colons, republicans que republicans, de trevar leis Arabis si fasiá pas. Ahmed, sa frema, seis enfants Alí e Omar, s’èran tanben mes en targa tot servant lo sorire. Cadun èra dins son recanton. M’avisèri que l’aviá ren que leis internacionalistas, e encara pas totei, per considerar que leis Arabis èran d’òmes coma nautrei, que deviam li donar lei memei drechs27. (CM, 167)

    • 28 Je ne me rends pas. Je pense que vous êtes dans votre droit de vous battre contre les français et m (...)

    La Tèrra deis autrei : Dans ce récit d’initiation, c’est progressivement que la prise de conscience se fait. Soldat au début, le personnage se pose peu à peu des questions, et finit par prendre fait et cause pour le FLN, puisqu’il déserte pour en rejoindre les combattants et participer à la résistance contre l’armée coloniale : « Me rendi pas. Me pensi que siatz dins lo drech de vos batre còntra lei Francés e ieu me vòli batre de vòstre caire28 ». (TA, 86).

Une subjectivité assumée. Le travail de Barsòtti : réhabiliter la mémoire des oubliés

28La subjectivité s’impose dès le titre du récit d’enfance « Testimòni… » ainsi glosé dans la quatrième de couverture :

  • 29 Le texte que je vous propose, à un moment où l’on parle beaucoup des événements qui se sont déroulé (...)

Lo tèxt que vos pòrgi, a un moment que se parla fòrça deis eveniments que se debanèron dins la França de Vichí, ambé totei lei divergéncias e contradiccions que trobam dins leis interpretacions, vòu èstre ren qu’un testimòni : lo testimòni d’un niston de Marselha a aquela epòca, çò qu’a vist, viscut, sentit.
Aquò dins un mitan sociau qu’èra aqueu d’una familha de trabalhadors que restavan dins un quartier de trabalhadors, e lo pes que pòu aver sus lei mentalitats. Adonc çò que vos vau contar serà pas neutre : serà lo rebat d’un temps que sembla luenh e que pasmens siam totjorn a n’assumir l’eiretatge
.29

29« …çò que vos vau contar serà pas neutre », affirme l’auteur. Et il pourrait le dire de l’ensemble des ouvrages présentés ici. Qu’il s’agisse du récit présenté comme autobiographique ou des romans plus ou moins proches de la vie de l’auteur, la subjectivité marque tous les récits, qu’il y soit fait usage ou non de la première personne. Cette subjectivité est liée à une perception idéologique cohérente ; elle présente des héros « positifs » dans une perspective très proche du manichéisme. Les récits se donnent souvent à voir comme des récits d’éducation où le personnage principal bénéficie des conseils donnés par d’autres personnages qui vont peu à peu construire sa conscience. Si lo Testimòni est par lui-même un récit d’éducation puisque son personnage a deux ans en 1936 (et croit se souvenir de « l’Internationale » chantée dans les rues de Marseille…), et qu’il en a onze au sortir de la guerre, les autres récits participent également de ce genre : c’est toute l’éducation du capitani de la Republica que déroule le récit éponyme : instruction par le curé, éducation sentimentale et sexuelle au cours de nombreuses liaisons complaisamment racontées, éducation politique et, bien sûr, apprentissage du métier des armes et formation politique. L’appelé de La Tèrra deis autrei (notons que le choix du titre manifeste d’emblée une prise de position idéologique), prend peu à peu conscience de l’illégitimité du combat qu’on veut lui faire mener. D’abord simple observateur – le choix narratif de la fonction de gardien de phare est une trouvaille intéressante – il assiste dans un premier temps à des combats distants, quoique violents – une colonne de fellaghas brûlée au napalm – avant d’être affecté à un commando opérationnel et de déserter pour rejoindre le FLN.

30Si l’on a souvent affaire à une subjectivité dominante, voire unique, celle du personnage principal, il arrive que d’autres points de vue soient donnés sur les événements, ainsi dans Lo Capitani de la Republica, où nous sont aussi livrés les sentiments de deux personnages « positifs », le curé et le père du capitani. Lors de ses quelques retours au pays natal, par exemple, Joan-Guilhem évoque avec le curé et avec son père la situation marseillaise. Des interrogations se sont présentées à la non-historienne que je suis : comment le père du narrateur, paysan modeste du Queyras, peut-il avoir un tel niveau de conscience sur les deux plans événementiel et idéologique ? La renommée de la République de Casaulx pouvait-elle avoir à ce point franchi les espaces, quasiment en temps réel ?

  • 30 Mémoires de pauvres. Autobiographies occitanes en vers au XIXe siècle, Carcassonne, GARAE, 2009.

31La place de la langue est un des motifs dominants de tous les récits. C’est à la fois un élément objectif, qui fait l’objet d’exposés didactiques, placés dans la bouche des personnages, ou en incise. Mais c’est aussi un élément subjectif : la question de la langue est posée dans sa dimension conflictuelle, y compris – surtout ? – lorsque le récit se déterritorialise au dehors de l’espace occitan. Lo Comunard de la Mitidja et surtout La Terra deis autrei fourmillent d’allusions à Mistral et aux questions linguistiques posées par une langue en situation diglossique. Cette remarque du narrateur enchâssé du Comunard de la Mitidja rejoint aussi les travaux de Philippe Gardy et Philippe Martel dans Mémoires de pauvres, qui ont montré la complexité des rapports à la langue, différents entre les « notables » du Félibrige et les simples usagers de la langue, tout juste alphabétisés30 :

  • 31 Je ferai ce que je pourrai, parce que je ne suis pas capable d’écrire comme les félibres, ces gens (...)

Farai çò que podrai que siáu pas capable d’escriure coma lei felibres, aquestei gents qu’ambé Mistral dien que vòlon donar mai una ortografia au provençau per fins de lo sauvar. Enfin, son provençau, que per lo marselhés31… (CM, 55)

  • 32 L’édition note les titres en romain, entre guillemets. Nous reprenons ici la présentation typograph (...)

32Me preni un libre que me siáu crompat a Oran. Un libre en occitan, Calendau32, de Mistral. Sabi pas parlar bèn l’occitan mai fau mon pron. […]

  • 33 Je prends un livre que j’ai acheté à Oran. Un livre en occitan, Calendau, de Mistral. Je ne sais pa (...)

Ai un pauc estudiat la gramatica d’un felibre, Xavier de Forvieras. Ai assajat de legir D’Arbaud e mai Mistral dau tèmps que fasiáu meis estudis a Marselha. Èra dificil e sovènt regarjavi lo tèxt francés. A Oran, m’a tornat pres l’enveja de legir l’occitan. E adonc, ai crompat Leis Isclas d’Or, Mirelha [sic], e Calendau qu’èran publicats dins una colleccion de librilhons pron polits.
M’agrada
Calendau. Qu’es lo pantais d’un païs nòstre que tendriá sa libertat33. (TA, 41)

33Comme on le voit dans la fin de la citation précédente, les remarques sur la langue sont liées à un engagement politique nationalitaire, que l’on va découvrir tout au long de l’histoire, le cheminement du narrateur jusqu’à son engagement auprès du FLN étant balisé par de nombreuses remarques sur la situation occitane, qu’il compare, avec cependant quelques nuances, à la situation algérienne.

  • 34 On pourra lire la notice qui lui est consacrée dans le Maitron, Dictionnaire biographique du mouvem (...)

34Cet engagement nationalitaire profondément imbriqué avec des références de classe liées au marxisme, passe, pour Barsotti, par la remise à jour des épisodes enfouis de l’histoire, de la République de Cazaulx jusqu’au bombardement massif du port de Marseille en passant par les luttes républicaines et socialistes de la fin du XIXe siècle. Elle passe aussi par la réhabilitation des acteurs plus ou moins connus (Cazaulx, Gaston Crémieux) à d’autres qui le sont moins comme Pèire Gabrielli34, que le texte présente ainsi :

  • 35 Grand résistant, qui fut secrétaire du Ministre François Billoux en 1945, occitaniste d’élite qui c (...)

Grand resistent, que foguèt secretari dau Ministre Francés Billoux en 1945, occitanista de tria que coneissiá d’a fons l’òbra de Victor Gelu […]
Un còp, en 1965, qu’èri vengut son secretari, […] me diguèt : « Sas, faudriá pas que nos prenguèsson per de tòtis, lei Franchimands ! que gaire après la Liberacion, me trobavi a la Chambra dei deputats e i aguèt un deputat de París que diguèt ai deputats comunistas de Marselha qu’èran a charrar, que dins lo Miegjorn i aviá ren que de fug-l’òbras [sic] e de mond pas seriós. Li rebequèri que s’èra pas content avián que de montar una muralha au nòrd de Valença e que se despatolhariam sensa aver de besonh dei Parisencs ! »
35. (TNG, 143)

35Pour finir nous voudrions insister sur la Marseille ouverte qui est celle que présente Barsotti à travers son œuvre littéraire, en accord avec son œuvre de chercheur et de militant ; nous laissons pour cela la parole au niston à la toute fin de son témoignage :

  • 36 … tout plein de gens qui se disent sociologues […] ou romanciers à la mode […] se croient obligés d (...)

tot plen de gents que se dison sociològs […] o romancièrs de mòda […] se crèson forçats de dire qu’aquesta ciutat es « cosmopolita » sensa s’avisar qu’es abans tot occitana. […] Premier, me faudrà citar un pòrt […] que siá pas cosmopolita. Que per aquestei tòtis, lo censament cosmopolitisme de Marselha es un biais per negar l’occitanitat de la ciutat : coma se i aguèsse ren que d’immigrats e pas de Marselhés. Èra l’una dei tòcas d’aqueu testimòni de mostrar coma la mescladissa entre lo mond vengut dau defòra e aquest d’aicí, indigèna o integrat despuei una o doas generacions, permet l’integracion dei novèus arribants a flor e mesura. Que lèu lei gents que vivon a Marselha venon de Marselhés, de Provençaus, d’Occitans. Maugrat de còps n’i aguèsson que se sentèsson vergonhós d’aquela occitanitat qu’es precisament la bèla pròva, en negatiu, de son existéncia. Mai coma disiá Pèire Gabrielli (tè, seri’a pas tanben un immigrat, un d’aquelei cosmopolitas qu’an fach Marselha e Occitània, relarg de passatge ?) dins un provèrbi que citava sovent : ‘Lo mortier sente totjorn l’alhet »36. (TNG, 158)

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie de l’œuvre de Claude Barsotti

A flour e mesuro, crounicos d’un journalisto, prefacio de Georges Reboul, [s.l.], [s.n.], 1963.

Lo lop en Occitània, Edicions Occitanas, [s.l.], [s.n.], 1964, 51 p.

Parlam provençau, méthode d’apprentissage de l’occitan provençal, (co-auteur avec Mutin Guiu, Poggio Ives), Marseille, C.R.D.P., 1974.

Antologia deis escrivans sociaus provençaus (1875 a 1914), Montpellier, CEO Université Paul-Valéry, coll. « Pichons classics occitans », 1975.

La tèrra deis autres, roman, Enèrgas, Vent Terral, coll. « Paratge », 1979.

« Un sègle de premsa occitana a Marselha (1840 a 1940) ». Primiera partida, Lengas revue de sociolinguistique 9, 1981, 39-91.

Le music-hall marseillais de 1815 à 1914, Arles, Mesclum éditeurs, 1984, 148 p.

Cronicas, Bulletin S.E.H.T.D, n°8, 1990, 62 p.

Bestiari d'Occitània, Lexic latin-occitan provençau-francés dei vertebrats d'Occitània, [Puylaurens], IEO Sector Recèrca, 1992.

Un papier sensa importància, [Puylaurens], IEO, 1994.

Le bouil et le tian : la cuisine du terroir provençal, Ais de Provença, Edisud, 1996.

Testimòni d'un niston de la guèrra, autobiografia, [Puylaurens], IEO, 2002 ISBN 2-859103-22-8.

L'estraç, [Puylaurens], IEO, 2002.

Lo comunard de la Mitidjà, novel, [Puylaurens], IEO, 2006.

Lo Capitani de la Republica, n° spécial Lo Gai Saber, 2012.

Textes occitans de la Comuna de Marselha - Glaudi Barsotti, Marseille, L'atinoir / IEO, 2018.

Haut de page

Notes

1 Ces quatre récits sont La Tèrra deis autres (1979) [que nous désignerons par TA], Testimòni d'un niston de la guèrra, autobiografia (2002) [TNG], Lo comunard de la Mitidjà (2006) [CM], Lo Capitani de la Republica (2012) [CR].

2 Né à Marseille en 1934, de parents provençaux du côté de sa mère, italiens du côté de son père. Officier radioélectricien dans la marine marchanda, il voyage sur toutes les mers du monde. Il fait partie de cette génération marquée par la guerre d’Algérie où il fait le service (militaire) de 1986 à 1957. Il entre ensuite dans l’administration. Occitaniste et membre du PCF, il collabore au quotidien communiste La Marseillaise.

3 Le Music-Hall Marseillais de 1815 à 1950 (1984). À l’occasion d’une présentation de cet ouvrage, l’écrivain René Merle évoque ainsi Barsotti : « J’ai rencontré Claude Barsotti au début des années 1970, et depuis je n’ai jamais cessé de suivre ses chroniques dans La Marseillaise*, et dernièrement son écriture de fiction, ses souvenirs d’enfant de la Belle de Mai... Mais je suis sûr que nous nous étions déjà rencontrés, quelque part dans le Marseille des années 1860 ou 1870, où nous avons fait le plein de rencontres, de cris de colère et d’espérance... Sa langue est vraie, elle est celle du petit peuple urbain de jadis, langue qu’il a frottée sans emphase au plus juste de la modernité. » * J’ai eu le plaisir de publier et de préfacer un choix de ces chroniques : (Cronicas, 1990) in http://archivoc.canalblog.com/archives/2014/10/15/30719137.html, consulté le 28-04-2018.

4 Ces chroniques sont disponibles en ligne sur le site de l’association « Los amics de Mesclum » à l’adresse http://www.amesclum.net/Memoria%20PDF/Lettre%20D.pdf et devraient être prochainement mises en ligne sur le site du CIRDOC.

5 Nb : sauf indication contraire, les traductions françaises des citations occitanes sont de notre fait.

6 NB. Ce titre constitue une sorte d’hybride linguistique. On attendrait, en provençal : La Tèrra deis autrei.

7 1956 : c’est la guerre d’Algérie pour un appelé de Marseille. Vie de caserne, gardien de phare avec un compagnon, affectation dans les commandos : ce n’est que l’avant-goût d’un roman d’action qui vous fait trimer à travers le bled et connaître la peur à travers les cachettes et dans les ruelles d’Alger.

8 Le texte que je vous propose, dans un moment où on parle beaucoup des événements qui se sont déroulés dans la France de Vichy, avec toutes les divergences et contradictions que nous trouvons dans les interprétations, ne veut être qu’un témoignage : le témoignage d’un gamin de Marseille à cette époque, ce qu’il a vu, vécu, ressenti. Et cela dans un milieu social qui était celui d’une famille de travailleurs qui habitaient dans un quartier de travailleurs, et le poids qu’il peut avoir sur les mentalités. Donc, ce que je vais vous raconter ne sera pas neutre : ce sera le reflet d’un temps qui nous semble maintenant lointain et dont pourtant nous sommes toujours à en assumer l’héritage.

9 Un jeune étudiant, enfant de rapatrié d’Algérie, […] se rend compte que son arrière-arrière-grand-père était un Provençal qui avait dû partir en Algérie en 1871 : il trouve une sorte de livre de raison où celui-ci raconte son engagement républicain et socialiste à Marseille sous le Second Empire, la Commune de Marseille, la fuite en Algérie, là-bas la lutte contre les monarchistes et la situation coloniale.

10 On pourra lire un résumé de cet épisode de l’histoire provençale dans Histoire d’Occitanie, dir. André Armengaud et Robert Lafont, Hachette Littérature, Paris, 1979, 470-472.

11 Jean-Guilhem se régala de collaborer avec Pierre Paul. Pas tant pour le personnage, peu marquant, que pour le gros travail qu’il avait réalisé en rassemblant tous les textes connus de Bellaud de la Bellaudière et pour l’entendre lui raconter des souvenirs sur l’auteur et lui donner des témoignages sur le personnage. Et aussi pour cette langue écrite avec des vers superbes, des sonnets surtout dont la forme venait de ce lieu qui avait sortir l’Europe de l’obscurité de la croisade contre les Albigeois, cette Italie héritière de l’Empire Romain. Il se mit aussi à lire le livre français de Jean de Notre-Dame qui lui montrait que sa langue de dignité était comme on disait « notre langage » dont certains commençaient à dire qu’il s’agissait du provençal ou du gascon. Au point qu’il apprenait par cœur des sonnets de Bellaud de la Bellaudière…

12 Hugues et Mabilly étant par ailleurs des personnages politiques. Dans son Antologia deis escrivans sociaus provençaus, Barsotti a publié des textes de Gelu et de Mabilly.

13 Nous nous permettons un doute sur la vraisemblance de ces remarques : cet épisode de l’histoire marseillaise étant peu connu en Provence, encore moins dans le cadre de la France, on se demande comment il pourrait être connu par une Algérienne, fût-elle intellectuelle et ouverte à une vision critique de l’Histoire.

14 C’est qu’à Marseille depuis 1851, et l’essai de résistance au coup d’état, tout avait beaucoup changé. La ville s’était agrandie. Elle avait gagné en l’espace d’une dizaine d’années plus de cent mille habitants. Ils venaient de partout, mais surtout du pays gavot, des Cévennes, et il y avait aussi beaucoup d’étrangers, surtout des Italiens, qui étaient surnommés les Bachins. […] Jusqu’à 1848, la Belle de Mai était restée une sorte de banlieue où il y avait des maraîchers et de nombreuses propriétés de campagne. Mais, à partir de ce moment-là, des usines s’installèrent, et en moins d’une dizaine d’années, elle se transforma pour devenir un quartier industriel avec une population nombreuse, des travailleurs étrangers, qui acceptaient de faire toutes les tâches refusées par les Marseillais de souche […]. Il y avait quelques Gavots, mais surtout des Italiens, surtout des Piémontais et des Toscans.

15 Textes occitans de la Comuna de Marselha, Claude Barsotti, Éditions l'Atinoir, 2018. Voir compte rendu sur le site (consulté le 29-04-2018) : http://pierre.assante.over-blog.com/2018/03/glaudi-barsotti.textes-occitans-de-la-comuna-de-marselha.commune-de-marseille.1871.html.

16 Probable coquille pour le provençal « Nosautrei ».

17 Oui, cette sympathie pour les fells, pour des hommes dont je crois qu’ils ont raison de se bastonner contre les Français. / Ces Français dont je fais partie, moi qui me dis, étant aussi occitan, que nous devrions bien faire comme les fells. Mais, nous n’avons pas le courage pour cela, parce que nous sommes un peuple foutu et que nous acceptons tout sans jamais protester, parce que nous n’avons plus conscience de notre dignité comme nous l’a enseigné Mistral.

18 On ne sait pas toujours qu’il y eut d’autres « Communes » que celle de Paris, même si, dans les années 1970, la nouvelle chanson occitane, à travers Marti, célébra « La Comuna de Narbona » (« Lo país que vòl viure », 1973, Le Chant du Monde, GU LDX 74502 : E Marcelin Albert / E la Comuna de Narbona / E los qu'an tuats los Crosats / E Marcelin Albert / E la Comuna de Narbona / Totis los qu'an cantat: Libertat ! (Et Marcelin Albert / Et la Commune de Narbonne / Ceux que les Croisés ont tués / Et Marcelin Albert / Et la Commune de Narbonne / Tous ceux qui ont chanté : Liberté !).

19 Que voulez-vous : Bismarck nous avait offensés et on ne pouvait pas laisser passer cela, n’est-ce pas ? On avait beau m’expliquer que Bismarck était semblable à Napoléon le Petit et que nous n’avions pas à choisir entre deux mauvais sujets, je pensais que la France devait montrer qu’elle ne se laisserait pas faire. Le patriotisme dépassait la solidarité internationale : elle était trop en avance sur le temps l’Internationale. / Cependant, j’ai commencé, comme d’ailleurs le peuple marseillais, à changer d’avis quand il y a eu les premières défaites à Wissembourg, le 4 août, et à Forbach le 6. Les rancunes accumulées depuis des années contre le régime impérial, parce qu’il n’avait pas su préparer notre armée. […] Et autant les clubs républicains qui se demandaient si les internationalistes n’avaient peut-être pas eu raison de protester contre la guerre, que le peuple, lorsque furent connues ces déculottées, se mirent de nouveau à protester et à s’agiter.

20 On pourra consulter, à ce sujet, l’excellent site de l’association « 1851 pour la mémoire des Résistances républicaines », notamment l’article synthétique de Claude Latta « La résistance des républicains au coup d’Etat » extrait de son ouvrage Les résistances au coup d’Etat du 2 décembre 1851, Montbrison, Village de Forez, 2002 : https://1851.fr/auteurs/latta_1/ ou encore, dans le même site, la rubrique « lieux » qui situe géographiquement les faits historiques : https://1851.fr/lieux/.

21 Avec Louis-Napoléon, on avait l’homme providentiel, envoyé par Jésus et son représentant sur Terre, ou dont on disait qu’il l’était, le Pape. La République l’avait bien défendu, celui-ci, en 1849, en envoyant des troupes à Rome, et le futur empereur, une fois devenu légalement mais pas légitimement empereur, fit de même, en bonne logique. L’Église ne voulait pas d’une république sociale qui lui aurait retiré ses avantages. Pour conserver aux curés leur triple menton, elle était prête à se compromettre avec Gripet, le Diable, pour garder son influence. Il y avait des prêtres qui renâclaient parce qu’ils trouvaient que cela n’avait rien à voir avec la parole de Jésus, mais ils n’étaient pas nombreux et n’avaient guère de poids.
En 1851, le 2 décembre, le gros bonnet fit son coup d’état. Pour défendre la République, la Bonne, les gens du peuple se soulevèrent. Là sur l’étang de Berre, dans le pays d’Aix, dans le bassin minier, tous les républicains qui croyaient à une république sociale prirent les armes. […]
Ce sont les paysans, les artisans des villages et des petites villes, souvent avec de petits bourgeois qui avaient des idées républicaines, des médecins, des notaires, des fonctionnaires, qui sauvèrent l’honneur de la République. Elle ne dura pas autant ici la résistance que dans le Var et dans le Basses-Alpes, car l’armée, la gendarmerie, la police, toutes vendues au gros bonnet, étaient fortes et trop nombreuses. Pour autant, les républicains firent leur devoir.

22 Un travail qui me faisait songer à ce que devaient souffrir les esclaves quand ils étaient transportés ainsi, et ce qu’avaient dû souffrir les proscrits de 1851 envoyés à Cayenne ou en Nouvelle-Calédonie.

23 Yves Rouquette, dans L’Ordinari del mond (Letras d’oc, 2009), évoque ainsi la situation de Sète pendant cette même guerre.

24 C’est le 22 janvier 1943 que des gendarmes et des gardes mobiles arrivèrent à Marseille. Le lendemain, à partir de deux heures du matin, ils étaient occupés à faire des visites dans les foyers avec des soldats allemands. Il y eut une énorme rafle : 6000 personnes, essentiellement des juifs, furent arrêtées. On pensait que c’était fini lorsque le dimanche 24, à 10 heures, depuis des hauts parleurs, l’ordre fut donné aux habitants du quartier du Vieux-Port d’évacuer leur maison dans les deux heures avec 30 kilos de bagages. Tout le Vieux-Port fut entouré par des policiers et des gendarmes français et des troupes allemandes. Ils placèrent des barbelés. Ils embarquèrent les gens qui n’avaient pas pu trouver de logements à Marseille sur des trams réquisitionnés et ils les emmenèrent à la gare à 4 heures de l’après-midi d’où ils les mirent dans des trains qui partirent pour Fréjus, une petite ville du Var. Là-bas, ils furent rassemblés dans l’ancien camp de tirailleurs sénégalais. 35000 personnes ainsi exilées. Pour justifier le crime, on prétendit que le Vieux-Port était un repaire de voleurs et de trafiquants.

25 Lui, le représentant de la civilisation chrétienne, occidentale, qui ne sait pas qu’en Kabylie, il y a des Kabyles et pas des Arabes. 

26 Les communards, les internationalistes et les Arabes, nous sommes semblables : les maîtres veulent bien de nous pour que nous nous échinions dans leurs usines et leurs propriétés, et nous devons nous taire quand nous nous estimons mal payés, sinon ils ont la police et l’armée pour nous faire entendre raison.

27 Comme convenu, nous nous sommes mariés à la mi-décembre. Une belle fête qui s’est déroulée à la bastide de Félix, où nous avions invités des colons et aussi Ahmed et sa famille. C’est là que j’ai senti combien il y avait de retenue. C’était évident que pour les colons, bien que républicains, cela ne se faisait pas de fréquenter les Arabes. Ahmed, sa femme, ses enfants Ali et Omar, étaient sur la défensive tout en gardant le sourire. Chacun était dans son coin. Je me rendis compte qu’il n’y avait que les internationalistes, et encore pas tous, pour considérer que les Arabes étaient des hommes comme nous, auxquels nous devions donner les mêmes droits.

28 Je ne me rends pas. Je pense que vous êtes dans votre droit de vous battre contre les français et moi je veux me battre à vos côtés.

29 Le texte que je vous propose, à un moment où l’on parle beaucoup des événements qui se sont déroulés dans la France de Vichy, avec toutes les divergences et contradictions que nous trouvons dans les interprétations, ne veut être qu’un témoignage : le témoignage d’un gamin de Marseille à cette époque, ce qu’il a vu, vécu, ressenti. Cela dans un milieu social qui était celui d’une famille de travailleurs qui habitaient dans un quartier de travailleurs, et le poids qu’il peut avoir sur les mentalités. Donc ce que je vais vous raconter ne sera pas neutre : ce sera le reflet d’un temps qui semble lointain et dont pourtant nous sommes toujours en train d’assumer l’héritage.

30 Mémoires de pauvres. Autobiographies occitanes en vers au XIXe siècle, Carcassonne, GARAE, 2009.

31 Je ferai ce que je pourrai, parce que je ne suis pas capable d’écrire comme les félibres, ces gens qui avec Mistral disent qu’ils veulent redonner une orthographe au provençal pour le sauver. Enfin, leur provençal, parce que pour ce qui et du marseillais…

32 L’édition note les titres en romain, entre guillemets. Nous reprenons ici la présentation typographique courante (utilisation de l’italique dans un texte en romain et du romain pour un texte en italique).

33 Je prends un livre que j’ai acheté à Oran. Un livre en occitan, Calendau, de Mistral. Je ne sais pas bien parler l’occitan mais je fais de mon mieux. […] J’ai un peu étudié la grammaire d’un félibre, Xavier de Fourvières. J’ai essayé de lire D’Arbaud et Mistral lorsque je faisais mes études à Marseille. C’était difficile et souvent je regardais le texte français. À Oran, l’envie m’a repris de lire l’occitan. J’ai donc acheté Leis Isclas d’Or [sic], Mirelha [sic], et Calendau qui étaient publiés dans une collection de jolis petits livres. Calendau me plaît. Parce que c’est le rêve d’un pays qui serait nôtre et qui aurait sa liberté.

34 On pourra lire la notice qui lui est consacrée dans le Maitron, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français : http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article24184.

35 Grand résistant, qui fut secrétaire du Ministre François Billoux en 1945, occitaniste d’élite qui connaissait à fond l’œuvre de Victor Gelu […]. Un jour, en 1965, alors que j’étais devenu son secrétaire, […] il me dit : « Tu sais, il ne faudrait pas qu’ils nous prennent pour des imbéciles, les Franchimands ! Parce que, peu de temps après la Libération, je me trouvais à la Chambre des députés au moment où un député de Paris a dit aux députés communistes de Marseille occupés à bavarder que dans le Midi il n’y avait que des fainéants et des gens pas sérieux. Je lui ai répliqué que s’il n’était pas content, il leur suffisait d’élever une muraille au nord de Valence et que nous nous débrouillerions sans avoir besoin des Parisiens ! »

36 … tout plein de gens qui se disent sociologues […] ou romanciers à la mode […] se croient obligés de dire que cette cité est « cosmopolite » sans se rendre compte qu’elle est d’abord occitane. […) D’abord, il faudra me citer un port […] qui ne soit pas cosmopolite. Pour tous ces sots, le censément cosmopolitisme de Marseille est une façon de nier l’occitanité de la cité : comme s’il n’y avait que des immigrés et pas de Marseillais. C’était l’un des buts de ce témoignage de montrer que le mélange entre les gens venus du dehors et ceux d’ici, indigènes ou intégrés depuis une ou deux générations, permet l’intégration des nouveaux arrivants au fur et à mesure. En effet, les gens qui vivent à Marseille deviennent des Marseillais, des Provençaux, des Occitans. Même si, parfois, certains se sentent honteux de cette occitanité, ce qui est précisément la belle preuve, en négatif, de son existence. Mais comme disait Pierre Gabrielli (tè, ce ne serait pas aussi un immigré, un de ces cosmopolites qui ont fait Marseille et l’Occitanie, lieu de passage ?) dans un proverbe qu’il citait souvent : « Le mortier sent toujours l’ail ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Jeanne Verny, « Récits de guerre et autres conflits chez Claude Barsotti, entre fiction et témoignage. », Lengas [En ligne], 85 | 2019, mis en ligne le 24 février 2019, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lengas/2829 ; DOI : 10.4000/lengas.2829

Haut de page

Auteur

Marie-Jeanne Verny

Univ Paul Valéry Montpellier 3, LLACS EA 4582, F34000, Montpellier, France

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals