Navigation – Plan du site

Pierre Miremont (1901-1979) : un félibre oublié du félibrige ?

Cecile Noilhan

Résumés

En 1940, alors que le bataillon de Pierre Miremont (1901-1979) se trouve sur le front de bataille dans les Vosges, le félibre périgourdin est fait prisonnier par les Allemands. Balladé d’oflag en oflag tout au long de sa captivité, il crée à Lübeck, l’escòla dels embarbelats, une école félibréenne des camps où se rassemblent de nombreux félibres prisonniers pour célébrer la langue et la culture d’oc. Pierre Miremont s’est toujours investit pour la langue d’oc et le félibrige, en témoigne son œuvre littéraire autant conséquente que diversifiée avec plus de 40 ouvrages de tous genres (poésie, prose, théâtre, essais de linguistiques sur le parler du Périgord, etc.) dont la majeure partie a été rédigée au sein même des camps de prisonniers en Allemagne.

Haut de page

Texte intégral

Éléments biographiques

1Pierre Miremont est né en 1901 au Buisson de Cadouin, en Dordogne. Ses grands-parents, également originaires de Dordogne parlent uniquement en langue d’oc. Il suit des études religieuses, chez les Jésuites à Sarlat puis chez les Marianistes à Réquista. C’est à ce moment qu’il découvre le parler du Rouergue qui semble proche de celui que parlaient ses grands-parents. Il s’intéresse alors de plus en plus à la langue occitane, en lisant notamment Mirèio de Mistral. Il refuse par la suite de continuer dans la voie religieuse et devient instituteur. En 1922 il est appelé pour le service militaire. Il est mobilisé en Bourgogne, dans le 27e Régiment d’Infanterie, jusqu’en 1924, puis muté à Briançon, il est promu lieutenant des chasseurs-alpins. Il commence à prendre la plume dans la fin des années 20, alors qu’il est installé dans le Périgord. En 1930, Miremont entame des études de droit et devient huissier de justice à Villefranche-de-Rouergue où il s’installe à partir de 1934. Aux côtés de plusieurs félibres rouergats, Auguste Bénazet (1868-1953), majoral du Félibrige en 1935 et Juliette Artous (1886-1953), il fonde le groupe « Lous grelhous de Vilafranca » dont l’objectif principal est de développer le théâtre d’oc. Il rentre également au Grelh Roergàs, association créée en 1921 qui a pour objet de défendre et promouvoir la langue et la culture occitanes. Il en devient rapidement secrétaire, puis président avant la guerre. Cette même année, en 1934, il est nommé Mèstre d’òbra du Félibrige et en 1938, Mèstre en Gai Saber. Sa carrière littéraire prend un tournant : au début de l’année 1939, il créé la revue Reviscol, revista bilenga dels felibres e dels regionalistas de Nauta-Guièna, Rouergue, Albigés e Carci, à Villefranche-de-Rouergue. Mensuelle, cette revue ne paraît que sur quatre numéros, jusqu’en mai 1939. Peu de temps après, Miremont est mobilisé comme lieutenant chez les chasseurs alpins. Le 19 juin 1940 il est fait prisonnier lors d’une bataille dans les Vosges, dans la ville du Thillot, près de Belfort. Au départ enfermé dans un camp à Mulhouse, il est ensuite transféré en Allemagne, où il sera baladé d’oflag en oflag. Il « visite » en premier l’Of XC à Lübeck où il reste jusqu’en 1941, puis le XD situé à Hambourg-Fischbeck (1941-1942), pour ensuite migrer en Westphalie, à Münster de 1942 à 1944 (Of VID). Après le parachutage des troupes alliées les 18 et 19 septembre 1944 sur le camp, les prisonniers sont évacués dans un autre camp, à Soest. C’est dans cet oflag, VIA, que Pierre Miremont termine son « tour de l’Allemagne » avec le son des cloches de la Libération (Bosc 1982). En 1945, de retour à Villefranche-de-Rouergue, son cabinet d’huissier est en ruine et, toujours officier de réserve, il est envoyé en Allemagne dans l’armée d’occupation. Cette même année, il est nommé majoral du Félibrige, en guise de récompense pour son œuvre félibréenne et son dévouement au service de la langue d’oc. En reconnaissance de son nouveau grade de majoral, les Allemands l’invitent à se rendre dans les universités pour y tenir des conférences jusqu’en 1951, date à laquelle il revient en France, et quitte définitivement l’armée. En 1952 il est envoyé comme inspecteur des assurances civiles dans le nord de la France, avant de s’installer à Cuers, en Provence, en 1956.

2On l’a dit, pendant la Seconde Guerre mondiale, Pierre Miremont n’a cessé d’œuvrer pour le félibrige, et plus globalement pour la langue d’oc, notamment à travers l’escòla dels embarbelats.

L’escòla dels embarbelats

3L’article 27 de la convention de Genève du 27 juillet 19291 relative au traitement des prisonniers de guerre indique que

Les belligérants pourront employer comme travailleurs les prisonniers de guerre valides, selon leur grade et leurs aptitudes, à l'exception des officiers et assimilés. Toutefois, si des officiers ou assimilés demandent un travail qui leur convienne, celui-ci leur sera procuré dans la mesure du possible. Les sous-officiers prisonniers de guerre ne pourront être astreints qu'à des travaux de surveillance, à moins qu'ils ne fassent la demande expresse d'une occupation rémunératrice.

4C’est donc dans ces conditions que va être organisée la vie des prisonniers de guerre occitans dans les différents stalags et oflags. Alors que les officiers ont la possibilité de n’effectuer aucun travail pour l’économie du IIIe Reich, les sous-officiers eux, ne peuvent effectuer que des tâches de surveillance. Néanmoins, tous participent aux corvées quotidiennes : nettoyage du camp et des baraques, service à table, vaisselle, etc. En dehors de ces quelques tâches, les prisonniers de guerre cherchent tant que possible une occupation pour évacuer l’ennui et la douleur des conditions de vie (faim, froid, solitude…). Les « escòlas » occitanes commencent à voir le jour en Allemagne.

5La plus importante d’entre-elles semble être l’escòla dels embarbelats. Elle est fondée en mai 1940 par Pierre Miremont et l’académicien Pierre-Henri Simon à Lübeck (Of XC). Charles Roussely (1903-1978), poète commingeois et, par ailleurs, camarade de captivité de Miremont, détaille, avec force précision, dans son essai « Le félibrige en captivité » l’organisation matérielle et intellectuelle de cette école. C’est à partir de cet article que nous tirerons les informations qui vont suivre. L’école rassemble de nombreux prisonniers, félibres pour la plupart, qui « travaillaient ardemment à leur formation félibréenne ». Un par un, Roussely cite ses camarades :

M. le lieutenant-colonel Roman, provençal, qui était capiscòl, M. Barthe, avocat à Toulouse, qui présidait le groupe régionaliste des « occitans » réunissant toutes les provinces d’oc, M. Barriéty, inspecteur des Eaux et Forêts en Gascogne, Sautel, notaire de l’Ardèche, Morin, instituteur à Tarbes ; Maury, agrégé d’histoire, du Limousin, Vayrette, professeur au séminaire d’Albi, qui fut le premier capelan de l’escòla ; Sanson, instituteur à Perpignan ; Mordant, pasteur à Cannes et d’autres de partout que je ne puis nommer, car ils sont trop nombreux : une soixantaine d’escolans. (Roussely 1943)

6Ce qu’on peut remarquer à la lecture de ce passage, c’est que, malgré la diversité socioprofessionnelle de ces prisonniers, ils se rassemblaient tous pour partager un patrimoine commun : l’amour pour la langue et la culture occitanes.

7Malgré des « conditions matérielles très difficiles », l’escòla dels embarbelats rassemble tous ses escolans deux fois par semaine pour des « séances plénières » dans lesquelles une question en lien avec l’occitan est traitée. Tous les jours, des cours, conférences et discussions se tiennent. Tous les sujets sont abordés : « études de la langue, de la littérature, de l’histoire, de l’art des pays d’oc ». Pour honorer d’autant plus cette langue d’oc et son « patriarche », le Maître de Maillane et son œuvre sont au centre de bien des discussions.

8Plus encore qu’un simple partage intellectuel, l’escòla dels embarbelats, a également une mission de divertissement. En mai 1940, tous les escolans s’affairent à organiser leur première Santa-Estela de captivité. Un concours des Jeux floraux est également organisé à cette occasion. C’est Barriéty qui en est « le grand vainqueur » et qui reçoit le prix de 100 cigarettes pour la traduction du texte allemand du conte « Blanche-neige » de Grimm.

9En mai 1941, les prisonniers occitans sont envoyés dans un autre camp, l’oflag XD. Mais l’école est bien organisée et n’a besoin que de très peu de temps pour redevenir productive avec, notamment, l’étude de Mirèio et des œuvres en vers de Mistral. Des commissions s’organisent en fonction des centres d’intérêts des prisonniers : commission sur la graphie, une autre sur la propagande. Un des escolans, Arati, architecte de métier, a même l’audace de construire « les plans et la maquette d’un palais du félibrige ». Roussely et Miremont célèbrent à l’oflag XD leur deuxième Santa-Estela de captivité, en mai 1942. Danses, chant, concours de littérature, messe, et un « goûter » sont au programme de cette nouvelle fête qui vient rompre avec la continuité morbide des longues journées de captivité :

Aussi la Sainte-Estelle 1942 fut une journée merveilleusement réussie qui a marqué notre vie de prisonniers d'un souvenir ineffaçable. Par elle, sont à jamais liés ceux qui, dans les barbelés, loin de la Patrie, ont chanté ensemble de tout leur cœur « La Coupo Santo ». (Mordant in Miremont, GK).

10À la fin de l’année 1942 le groupe des embarbelats est divisé et les prisonniers sont répartis dans trois camps différents. Miremont et Roussely restent ensemble et sont envoyés à Münster (Of VID). On peut imaginer un véritable désastre pour l’escòla dels emabrbelats et pour le travail réalisé pour la diffusion, la valorisation et l’enseignement de la langue et culture occitanes. Mais bien au contraire, il n’est rien. L’éclatement des escolans à travers le territoire allemand va favoriser la diffusion du savoir occitan : « L’EdE, maintenant divisée en trois groupes, est plus florissante qu’elle ne le fut jamais » (Roussely 1943).

11À Münster, Miremont et Roussely sont rejoints par Marcel Fournier (1900-1979). Ce dernier arrive de Lüben (Of IIIC), en Silésie. Président du Bournat dóu Peiregòrd, il est élu Majoral du Félibrige, en captivité, en 1942 (Fourié 2009). Fournier prend la direction du groupe des embarbelats de Münster et rassemble une trentaine de nouveaux escolans. Les cours de langue occitane sont inscrits au programme de l’Université générale du camp qui dispense une préparation aux concours : Certificat d’études, Agrégation, Inspecteur des finances. La langue d’oc fait alors partie intégrante des centres intellectuels de l’Oflag VID. Parallèlement à ces cours de langues, l’escòla dels embarbelats organise régulièrement des « conférences et causeries, des commissions se mirent à étudier et compléter les travaux commencés sur la langue, l’histoire, les arts » (Roussely 1943). Le 25 mars 1943 à l’occasion de l’anniversaire de la mort de Mistral, une messe est célébrée, « suivie d’une séance solennelle », très suivie par les commandants français du camp.

12Charles Roussely est rapatrié en France pour cause de maladie au mois de juin 1943. Dès lors, nous n’avons plus de trace qui mentionnent l’organisation de cette école même s’il est fort probable qu’elle ait continué de vivre jusqu’en 1945 à la libération des derniers embarbelats, dont Pierre Miremont.

13Le statut de « prisonnier » celui qui fait oublier l’identité d’une personne pour la remplacer par un numéro, celui qui inhibe les libertés de chacun et les contraint à vivre dans les restrictions, ce statut de « prisonnier » semble avoir marqué au fer rouge les esprits de tous ceux qui sont passés par les camps en Allemagne.

L’œuvre de Pierre Miremont

14Il est difficile de qualifier Miremont par son genre d’écriture : il n’est ni spécifiquement dramaturge, poète ou prosateur, le félibre prisonnier s’essaye dans tous les domaines.

15En 1926, c’est avec une comédie Pàures medecins !, que Miremont reçoit une médaille de bronze aux Jeux Floraux de l’escolo deras Pireneos organisés à l’Isle Jourdain. Publiée l’année d’après, en 1927, cette pièce sera jouée par les Grelhons de Vilafranca à plusieurs reprises. L’investissement de Miremont dans la vie culturelle occitane, à travers le théâtre notamment, fait écho à sa deuxième passion, celle pour la littérature, et notamment l’écriture de pièces de théâtre. Il en écrit un certain nombre avant la guerre : Chaz l’foutougrafo (1930) ; Lou bilhet de femna (1931), des comédies en un acte en prose. Mais Miremont ne semble pas faire partie de ceux qui s’arrêtent à ce qu’ils savent déjà faire, il explore, il essaye, mais surtout il écrit. De la comédie il s’aventure dans le drame, et pour changer de la prose, il passe aux vers à l’image de La nora, en 2 actes, pièce publiée en 1937. Comédies, drames, en vers ou en prose, d’un seul ou plusieurs actes, l’œuvre du dramaturge Miremont se veut autant diversifiée que complète. En 1939, Pierre Miremont rédige une farce, une comédie et un drame qui ne sera jamais publié, Orlina. La même année, une de ses premières œuvres, Pàures medecins ! et une deuxième version de Chaz l’foutougrafo, intitulée Lou foutougrafe de fièra sont republiées dans un seul fascicule intitulé Dos farcejadas. Pierre Azéma en fait état dans la revue de presse de Calendau en 1939 :

Se republica aqueles ensachs menudets, m’agrada de pensà qu’es subretout dins un atoca de propaganda : las scenetas risoulièiras, simplas e de bon jougà, soun toujour utilas dins lou repertòri de nostas colas teatralas. Aquelas dos n’en valoun pour d’autras.

16Azéma décrits ces œuvres comme « d’oubretes de prima jouinessa, sens grand mestiè mès sens pretencioun » (Calendau, sept.-oct. 1939, 348).

17C’est par la poésie que Miremont ouvre la porte d’une carrière littéraire, avec Visto dèus monts, recueil primé lors des Jeux floraux de l’escolo deras Pireneos organisée à Bagnères-de-Luchon, publié en 1923. Il mettra huit ans avant de se relancer dans la poésie, huit ans passés à écrire des pièces de théâtre, destinées à être jouées par la troupe de Villefranche-de-Rouergue. En 1935 il publie Ressouns de Ruhr, recueil dons les poèmes sont rédigés entre 1922 et 1924 alors que le poète est en Allemagne dans le cadre de l’occupation de la Rhur. En 1937, il publie un autre recueil de poème, Jous’l casque, dont les faits s’inspirent également de son engagement dans l’armée. Dès son deuxième essai poétique, Miremont prend son expérience militaire comme source d’inspiration. Cinq ans plus tard, en publiant Jous’l soulelh dèus troubadours (1940), il troque la guerre pour une autre source d’inspiration, le lyrisme troubadouresque, à travers notamment le genre de l’aube (oc. Alba), genre qui met en scène la séparation de deux amants au moment où le jour se lève. La plus grosse partie de son œuvre est rédigée en Allemagne, dans les camps de prisonniers où il mettra au point une nouvelle graphie. On retrouve parmi ses œuvres de captivité Guèrra kaki (1953) qui rassemble 43 poèmes presque tous datés et localisés ; Plan de faidit (1967) dont le titre nous rappelle l’épisode de la chasse aux seigneurs et aux chevaliers languedociens pendant la croisade des Albigeois, et Darrer’ls barbelats (1969). En 1979, Miremont publie sa dernière œuvre poétique, un poème épique, Muratel.

18On l’a dit, Miremont n’écrit pas seulement des pièces de théâtre ou des œuvres poétiques, il s’adonne également à la prose. Et c’est toujours la Seconde Guerre mondiale qui l’amène sur ce sentier, celui de Dichas de cattivitat, publié en 1948. C’est d’ailleurs sa première œuvre de captivité qui est publiée, avant Guèrra kaki, qui paraît, elle, cinq ans plus tard, en 1953. Le poète périgourdin va, par la suite, rédiger des contes, Contes peus petits elhs (1973) et Contes pel brave monde (1976). Encore, en complément de son œuvre purement littéraire, Pierre Miremont édite dans le milieu des années 70 plusieurs essais linguistiques sur le parler du Périgord : Proverbes et dictons del Perigòrd (1974), Biais de dire en Perigòrd (1974), Glossari del Perigòrd negre (1974) et une Sintaxi occitana del Perigòrd (1976). Enfin, c’est associé à Jean Monestier (1930-1992), élu majoral du Félibrige en 1976 et président du Bournat dóu Perigòrd en 1979, que Miremont va éditer deux ouvrages critiques sur la littérature d’oc : La littérature d’oc, des troubadours aux félibres (1983) et Le félibrige et la langue d’oc (1985).

19En résumé, en l’espace de 40 ans, Pierre Miremont est l’auteur d’une œuvre littéraire dont la diversité dans les genres et à l’intérieur des genres a rarement été égalée dans la littérature d’oc : pièces de théâtre (farces, drames, comédies en vers et en prose), poésies, contes, études linguistiques et essais sur la littérature d’oc. Au total, on recense plus de 45 titres. Pourtant, et bien que la majeure partie de son œuvre soit rédigée pendant sa captivité, entre 1940 et 1944, rien n’est édité pendant la Seconde Guerre mondiale, il faudra attendre 1948 pour voir apparaître ces ouvrages dans les rayons des librairies. Encore, le dépouillement d’un grand nombre de revues publiées pendant l’événement dans le cadre de notre thèse nous a montré que, même en leur sein, les écrits du félibre périgourdin ne sont pas, ou très peu, publiés. En tout, on recense cinq écrits édités au cours de la période dans les revues félibréennes : deux poèmes, dont un, « Crida », publié dans Lou bournat et Gai Saber en mai-déc 1944 et ; trois nouvelles, toutes publiées dans la revue Trencavel.

20Miremont est un félibre, il fait partie des plus prolixes. Au maître de Maillane, il a souvent rendu hommage, en citant les vers des Isclo d’or, en préambule de certains poèmes :

E zóu lou fioc ! que tout s'embrande
Zou la vendemi a plen barral !
...L’emperi espectaclous toumbe subran

(« Fioc e sang », Guèrra kaki, 24.06.1942)

Li raço noblo e forto
Noun óublidon jamai lou trelus de soun sang.
(« Rampel », Guèrra kaki, 1.05.1942)

21Au cours de sa captivité, Pierre Miremont a créé, on l’a vu, une des écoles félibréennes les plus opérationnelles de la période, répartie sur l’ensemble du territoire allemand et rassemblant un nombre important de félibres captifs, qui, plongés dans le profond désarroi des camps se laissaient divertir par des conférences sur la langue, la culture et la littérature occitanes. En récompense d’une partie de son travail pour la cause félibréenne, il est élu majoral dès son retour en France, en 1945. Pourtant, de Miremont, on n’en parle pas, on ne le cite pas ou peu, et on le publie encore moins.

22Brigitte Miremont, sa nièce, en a d’ailleurs fait le titre de son ouvrage : Pèire Miremont, escrivan oblidat del Perigòrd negre ? Ne peut-on pas se demander si Miremont n’a pas également été oublié du Félibrige : « Pèire Miremont, felibre oblidat del Felibrige » ? La guerre et la captivité auraient-elles eu raison de la notoriété du félibre périgourdin ?

Étude d’un poème de guerre, « Crida »2

  • 2 « Crida », Lo gai saber, mai-déc. 1944, 101-105.

23C’est le poème « Crida » publié à deux reprises dans les revues félibréennes Lo Gai Saber et Lou bournat dóu Perigòrd pendant la Seconde Guerre mondiale qui a retenu notre attention.

24C’est en 1944 que le poète signe cette ode, « Crida », adressée à Dieu, à qui il demande, dès le premier vers, d’avoir pitié pour les prisonniers : « Pietat mon Dius, pels prejonièrs » (Miremont 1945). Dans ce poème, l’auteur explicite, en quinze quatrains d’octosyllabes, le quotidien de la vie du prisonnier. Cette ode est un discours adressé à la figure divine, on peut donc s’attendre à ce qu’elle soit rédigée avec les pronoms dialogaux, le « je » et le « tu ».

25Toutefois, en utilisant la troisième personne du pluriel, « Patison de la frech que ponha », Miremont s’extrait de la communauté de prisonniers à laquelle il appartient, il s’en fait, alors, porte-parole. Miremont généralise son propos et se fait la voix d’une communauté non quantifiée, celle des prisonniers de guerre, que l’on sait pourtant non négligeable. À la fois généralisé, le propos est aussi et paradoxalement, individualisé. Miremont prend soin de décrire les états d’âmes, les souffrances endurées par les prisonniers, comme si une enquête avait été réalisée par le poète auprès de ses camarades. L’emploi de la troisième personne du pluriel peut également être considéré comme une sorte de protection pour le poète : en s’excluant du groupe, il n’est pas impacté, narrativement, par les situations dépeintes. D’une part, en s’excluant du groupe, le poète objectivise la scène pour en augmenter la portée auprès du lecteur en lui offrant notamment le choix dans son interprétation, et d’autre part, en se retirant de la narration, Miremont se « libère » de la scène décrite.

26On identifie presque ici un discours politique que le poète expose au Tout-Puissant. Comme seul interlocuteur possible et ouvert à entendre les suppliques des prisonniers, Dieu remplace, dans ce texte, les responsables politiques.

27Tous les poètes prisonniers, sans aucune exception, voient en la religion la seule échappatoire qui se présente pour fuir la misère des camps. Pierre Miremont s’adresse directement à la figure divine dans sa « Crida ». Il implore Dieu de rendre aux prisonniers leur dignité, l’espoir et l’amour. Cette imploration prend la forme d’une supplication dans les derniers quatrains du poème, lorsque, par le biais d’une antépiphore sur le syntagme verbal « Tornatz-lor ». Le poète liste tous les besoins nécessaires à la survie des prisonniers : « Tornatz-lor l’esper subrebèl […] Tornatz-lor l’amor abrazaire […] Tornatz-lor subretot la fe ». La foi apparait comme élément primordial à la survie des prisonniers. Miremont identifie les prisonniers à « la rezenson de la Fransa » : si les prisonniers n’arrivent pas à survivre, la France ne se relèvera pas. Par syllogisme, la foi apparait comme indispensable à la survie des prisonniers, et donc au redressement de la France.

28L’utilisation de nombreux procédés rhétoriques provoque un effet d’insistance sur les conditions mortifères des camps. Un à un les quatrains décrivent chaque sensation vécue par le prisonnier : la douleur, le froid, la faim, la fatigue, la misère, la solitude et l’ennui. Chaque quatrain est construit par antépiphore, procédé rhétorique jouant sur la place des mots ou groupes de mots dans la strophe, qui viennent encadrer le discours et empêcher une quelconque contestation : le mal est fait, il est irrévocable.

Son escanats per la talen
Que los sarra e los arrancona
De pietat fasètz-lor la dona,
Son escanats per la talen.

(Miremont 1944)

29 Cette clôture du discours s’applique donc de manière interstrophique, mais également sur l’ensemble du poème, par le biais d’une épanadiplose palindromique, avec la reprise du même vers au début – premier vers de la première strophe – et à la fin du poème – dernier vers de la dernière strophe – : « Pietat, mon Dius, pels préjoniérs ! ».

30 Encore, pour exprimer la lassitude, conséquence des interminables heures passées dans les baraques du camp, depuis quatre années pour certains, Miremont va accumuler, en l’espace de quatre vers, des procédés rhétoriques qui permettent d’insister sur les propos tenus, en faisant coïncider à la fois le discours avec la forme du discours :

Ai, las ! lo tems es long e long !
E las longas oras que viran
Dins lo langui negre s’estiran ;
Ai, las ! lo tems es long e long.

(Miremont 1944)

31Par une allitération sur la consonne « l », par l’emploi palilogique du terme « long » dans le premier et dernier vers, et par la proximité phonétique des deux mots centraux, « long » et « làngui », Pierre Miremont impose un rythme répétitif qui fait écho aux journées de captivité qui s’enchaînent et se ressemblent : tout est rythmé, cadencé, tel un bataillon qui marche au pas.

Conclusion 

32On l’a vu tout au long de cette étude, Pierre Miremont a la plume abondante. Le poète périgourdin joue avec l’écriture, avec les mots, avec la littérature. Du théâtre à la poésie, de la prose aux vers, d’un modèle troubadouresque à un lyrisme de guerre, il manie tous les outils littéraires pour créer un nouvel objet pourvu de multiples facettes.

33Éloigné de tous les centres littéraires félibréens, Miremont fabrique une œuvre nouvelle en tout point : une graphie qui s’impose sur le papier en dehors des sentiers déjà tracés par Perbosc-Estieu ou par Alibert, et une création qui prend sa source dans l’expérience particulière de la captivité, expérience que chaque écrivain-prisonnier considère de manière intimement personnelle. La captivité est un sujet littéraire lyrique, sentimental et personnel pour chaque auteur, dont l’écriture ne pourrait en aucun cas devenir source d’inspiration pour un autre écrivain. Pourtant, Pierre Miremont, dans sa « Crida », un des deux poèmes publiés dans les revues félibréennes au cours de la Seconde Guerre mondiale, s’impose comme porte-parole de ses camarades prisonniers pour dénoncer les conditions sordides de la vie dans les camps en Allemagne. En s’excluant du groupe par une rhétorique impersonnelle il met son écriture au service des autres, comme il a su mettre son talent d’écrivain et sa passion pour la langue et la culture occitanes, au service du Félibrige. Miremont est nommé majoral du Félibrige en 1945, sûrement davantage pour son investissement au service de la langue occitane avec la création de l’escòla dels embarbelats, que pour son œuvre de captivité, pourtant conséquente mais quasiment absente des revues félibréennes entre 1939 et 1945.

Haut de page

Bibliographie

Œuvres de Pierre Miremont

Visto dèus monts, Toulouse, impr. Sentein, 1923.

Pàures medecins !, Montignac, impr. Vézère, 1927.

Chaz’l foutougrafe, Montignac, impr. Vézère, 1930.

Lou bilhet de femna, Montignac, impr. Vézère, 1931.

Jous’l casque, Rodez, Subervie, 1934.

Ressouns de Ruhr, Villefranche-de-Rouergue, Salingrades, 1935.

La nora, Villefranche-de-Rouergue, Salingrades, 1937.

Dos farcejadas, Villefranche-de-Rouergue, Salingrades, 1939.

Jous’l soulelh dèus troubadours, Villefranche-de-Rouergue, Salingrades, 1940.

« Crida », Lo Gai Saber, mai-dec, 1944, 101-105.

Chants de prisonnier, Kaiserslautern, Heinz Rohr, 1946.

Noëls et nadalets, Kaiserslautern, Heinz Rohr, 1946.

Dichas de cattivitat, [s.l], 1948.

Guèrra kaki, Rodez, Subervie, 1953.

Plan de faidit, Villefranche-de-Rouergue, Salingrades, 1967.

Darrer’ls barbelats, Villefranche-de-Rouergue, Salingrades, 1969.

Dolencia, Aurillac, éd. Du Centre, 1971.

Contes peus petits elhs, Rodez, Carrère, 1973.

Biais de dire en Perigòrd, Aurillac, Gerbert, 1974.

Glossari del Perigòrd negre, Rodez, Carrère, 1974.

Proverbis en dittons del Perigòrd, Cuers, Miremont, 1974.

Contes pel brave monde, Rodez, impr. Carrère, 1976.

La syntaxe occitane du Périgord, Cuers, Miremont, 1976.

Rassa Rasseje !, Aurillac, Gerbert, 1978.

Muratel, Villefranche-de-Rouergue, Salingrades, 1979.

Études

Abrate, Laurent, Occitanie 1900-1968. Des idées et des hommes. L’émergence de l’histoire de la revendication occitane, Puylaurens, IEO, 2001.

Bosc, Zefir, Laus del majoral Pèire-Auguste Miremont, 1901-1979, [s.l], 1982.

Fourie, Jean, Dictionnaire des auteurs de langue d’oc de 1800 à nos jours, Aix-en-Provence, éditions félibrige, 2009.

Miremont-Orazio, Brigitte, Pèire Miremont. Escrivan oblidat del Perigòrd negre, Sarlat, Asco, 2017.

Roussely, Charles, « Le Félibrige en captivité », Lo Gai Saber, Toulouse, Escolo Occitana, juill-août, 1943, 363-368.

Haut de page

Notes

1 Texte intégral de la Convention de Genève du 27.07.1929, https://ihl-databases.icrc.org/dih-traites/INTRO/305?OpenDocument, (consulté le 27.06.2017).

2 « Crida », Lo gai saber, mai-déc. 1944, 101-105.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cecile Noilhan, « Pierre Miremont (1901-1979) : un félibre oublié du félibrige ? », Lengas [En ligne], 85 | 2019, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 23 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lengas/2845 ; DOI : 10.4000/lengas.2845

Haut de page

Auteur

Cecile Noilhan

Université Toulouse Jean Jaurès, Laboratoire ELH-PLH

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals