Navigation – Plan du site

AccueilNuméros62Présentation

Texte intégral

1S’il est un auteur, parmi ceux qui, aux xvie et xviie siècles, choisirent l’occitan comme langue de création littéraire, a souffert de jugements dépréciatifs, voire d’exécutions sommaires, c’est bien Auger Gaillard (ca. 1530-1595). Dans la remarquable édition qu’il a procurée de son œuvre (1970), l’abbé Ernest Nègre (1907-2000) s’est tout d’abord insurgé contre les condamnations prononcées par Paul Meyer (« poète aussi médiocre en langue française qu’en son patois albigeois ») et Léonce Couture (« rien ne montre que le rimailleur obscène fût doublé d’un de ces poètes dignes du laurier sacré »). Le savant éditeur, en réalité, paraît fréquemment aussi gêné que ses prédécesseurs. Il regrette que Gaillard « trop souvent [ait] manqué d’inspiration poétique » ; il reproche à ses vers d’être « laborieusement construits », à sa phrase d’être « maladroite, plate, terne, obscure », de se « traîne[r] péniblement, alourdie de répétitions et de chevilles ». Dans les nombreux exemples et toutes les anecdotes que Gaillard emprunte à la littérature gréco-latine et dont il émaille ses compositions, il ne voit que des « paraphrases sans couleur ».

2Robert Lafont et Christian Anatole, les auteurs de la Nouvelle histoire de la littérature occitane parue la même année que l’édition d’Ernest Nègre (1970), ne sont guère plus tendres. Dans des pages où on reconnaît sans peine la pensée que Robert Lafont a exprimée dans Renaissance du Sud (1970), Gaillard apparaît comme un homme du peuple qui tente de couler sa production dans le moule de la culture élitaire, sans vraiment y parvenir. Ses citations antiques sont « d’un pédantisme insupportable ». Gaillard représente un « cas-limite de l’écrivain populaire : l’homme qui, s’apercevant qu’il possède le don d’écrire, se sent irrémédiablement capté par l’art des classes cultivées et qui met à prouver qu’il possède cet art une outrance ridicule ». Tout au plus reconnaît-on au « roudié de Rabastens » [charron de Rabastens], comme il lui arrive de se définir lui-même, la qualité de « témoin de son temps ». Son œuvre offre un témoignage dont les qualités sont plus historiques que véritablement littéraires :

Gaillard n’a pas joué son œuvre sur la qualité de son style. Ayant perdu et n’ayant jamais retrouvé le contact avec l’imagerie poétique de la verve populaire, de cette verve il ne garde que le bavardage. La phrase chez lui est syntaxiquement occitane (même lorsqu’il écrit en français), mais elle est rhétoriquement mal faite, détendue, sans trouvailles. Les expressions vraiment fortes sont rares ; les ornements absents. Son déracinement a décoloré son style et son intégration maladroite à la culture officielle ne lui a fait trouver aucune autre couleur. (Lafont/Anatole 1970, I, 325)

3Toutes ces opinions, émises il y a maintenant près de quarante ans, paraissent fondées sur des jugements de valeur à la fois stylistiques, esthétiques et sociolinguistiques, eux-mêmes forgés à partir des catégories propres à chacun de ces lecteurs. S’il y a bien, comme nous le suggèrent les théoriciens de la réception, autant d’œuvres que de lecteurs et si chaque lecture est légitime, il n’est peut-être pas inutile, en ce début de xxie siècle, de tenter une nouvelle approche d’une œuvre sur laquelle les condamnations n’ont que trop pesé.

4Homme issu du peuple, fils de charron, charron lui-même à ce qu’il semble, Gaillard, dans l’univers des lettres françaises du xvie siècle, représente une exception. Alors que la littérature est affaire de litterati, de notables, pour le moins, issus et membres d’une élite formée aux humanités antiques, Gaillard est seul — avant le Grenoblois Jean Millet et le Nivernais Adam Billaut au milieu du xviie siècle et bien d’autres en domaine occitan — à provenir d’un milieu social a priori étranger à la culture livresque. Son adhésion aux canons littéraires de son temps n’a rien cependant de surprenant. L’utilisation des formes traditionnelles (l’épître, le sonnet, d’une part, l’alexandrin, le décasyllabe, d’autre part) mais aussi le recours à des thématiques fréquentes chez ses homologues de langue française (les femmes, l’amour, le vin, les plaisirs de la sociabilité...) s’expliquent en premier lieu par la volonté de faire œuvre littéraire. Auger veut être poète et pour être poète, il faut écrire comme un poète, c’est-à-dire emprunter les voies formelles et thématiques qui sont celles des poètes du temps. Ce n’est pas la conformité de la création de Gaillard aux conventions contemporaines qui doit nous retenir (comment pourrait-il alors en aller autrement ?), mais ce en quoi Gaillard, à l’intérieur de cette convention qu’il connaît et qu’il respecte à plus d’un titre, se distingue profondément des autres.

5Cette question de l’altérité est au cœur de toute l’œuvre de Gaillard. Philippe Gardy (1999) l’avait déjà souligné lorsqu’il s’était intéressé à la postérité de Du Bartas. Gaillard entretient un rapport complexe avec l’écrivain de Montfort qui lui sert à la fois de paravent, de caution — littéraire et sociolinguistique — d’ami, s’il faut l’en croire, de mentor. Dans la contribution qu’on lira ici, Ph. Gardy revient sur cette identité problématique qui caractérise le « roudié de Rabastens » en élargissant l’analyse aux auteurs qui peuplent l’univers mental et poétique de Gaillard, Ronsard, Desportes et les poètes de langue française alors plus ou moins en vogue (de Drusac à Pibrac). Il y a bien, de toute évidence, la trace manifeste chez Gaillard d’un malaise. Quelle place peut-être la sienne dans un univers socio-littéraire qui ignore, en dehors peut-être de certains milieux toulousains — qu’il ne fréquente pas —, la langue qu’il a choisie ? Comment fait-on pour exister quand on est homme du peuple et qu’on écrit dans une langue dépourvue de prestige social et littéraire ? Que représentent ces noms de poètes français qui reviennent sans cesse sous la plume de Gaillard ? Des modèles ? Un peu, nécessairement. Des contre-modèles ? Souvent, pour un auteur qui, bien plus qu’on ne l’a cru jusqu’à ce jour, choisit délibérément d’adopter le contre-pied de la culture dominante. L’insistance mise par Gaillard à composer un personnage dont les facettes multiples entrent en résonance au fil d’une œuvre profondément bigarrée est à mettre en relation avec l’élaboration d’un véritable projet poétique. À celui-ci, la figure de Du Bartas apporte une légitimation face à une littérature instituée qu’il n’est pas possible d’ignorer, mais dont on peut souligner avec emphase les failles.

6Dans sa contribution, Jean Arrouye cherche à résoudre ce qui paraît une contradiction et que certains, on l’a vu, ont interprété comme le signe d’une conscience linguistique aliénée. L’image que donne Gaillard de la langue qu’il emploie, sa « lengue d’Albigez », est entachée de représentations négatives, c’est une langue grossière et vulgaire, un « sot langage » qui sent le peuple. Or la partie la plus considérable de son œuvre est composée dans cette langue. En réalité, pour sortir de l’aporie dans laquelle ces déclarations semblent mener si on les rapporte à la pratique effective de l’auteur, il faut, comme nous y invite J. Arrouye, accepter de considérer que la position de Gaillard repose sur la conscience de sa différence. Le « roudié de Rabastens » n’écrit pas en occitan parce qu’il ne saurait pas écrire en français — il démontre plus d’une fois le contraire, dans une langue qui n’est pas moins bonne que son occitan, quoi qu’en aient certains —, c’est parce qu’il choisit délibérément d’adopter une position, un ton, un style qui lui permettent d’exister sur la scène littéraire. L’esthétique de Gaillard se fonde ainsi sur ce que J. Arrouye appelle « l’art du contraste », la volonté assumée de ne pas entrer dans le rang. La thématique si appuyée du mariage espéré, un des leitmotive de l’œuvre, revêt, dans ce contexte, une signification métaphorique décisive : entre normalité et impossibilité, il s’agit de revendiquer une différence propre irréductible.

7L’un des ressorts de cette différence, aussi bien au niveau de l’œuvre qu’à celui, indissociable, du personnage, me semble constitué par la position de satiriste qu’adopte Gaillard dans un nombre considérable de ses compositions. Cet aspect a maintes fois été relevé par les critiques, mais si on l’examine en détail, si on met côte à côte les différentes cibles que choisit de brocarder Gaillard, les jaloux, les femmes, les hommes pleins de vices..., on s’aperçoit qu’ici comme ailleurs le poète se plaît à brouiller les pistes. La persona du satiriste se distingue mal, dissimulée derrière des masques endossés de façon successive et contradictoire. Ce qui autorise Gaillard à ainsi dénoncer et vilipender, c’est précisément la place qu’il choisit d’occuper en dehors du système normatif, dans la marge du palimpseste social et littéraire. Et en dernier ressort, cette attitude basée, plus qu’il n’y paraît, sur le refus de la compromission, débouche sur une mise en cause tant du jeu littéraire tel qu’il se pratique en français que de son propre personnage. Fondamentalement, Gaillard est un agitateur pleinement conscient de son art. La prétendue maladresse dont son œuvre serait entachée n’en est une que pour qui choisit de ne voir qu’elle et il ne faudrait pas se laisser aveugler par ces écarts volontaires et pleinement assumés. L’art de Gaillard repose sur une provocation adressée à un certain ordre établi. C’est un pied-de-nez amusé, mais parfois grave aussi, face à un monde dont la question n’est pas de savoir si le poète lui appartient ou pas, mais de saisir ce qu’il a à lui dire et au moyen de quels artifices littéraires il se livre à son activité décapatante.

8La langue de Gaillard a fait l’objet d’une étude minutieuse réalisée avec soin par son éditeur Ernest Nègre. Patrick Sauzet a choisi de s’intéresser à un sujet qui mérite l’attention des linguistes et qui pose bien des problèmes aux traducteurs des textes modernes, la présence, étonnante si on la compare à l’usage médiéval, d’une part, et à celui qui prévaut de nos jours, d’autre part, du pronom personnel sujet. S’agit-il d’une influence du français, comme le croient Ronjat et Lafont ou d’un phénomène sui generis ? Une analyse de l’ensemble des textes conservés datant de cette époque permettrait sans doute de répondre de façon définitive à la question, mais l’étude que nous livre P. Sauzet permet déjà de lever quelque peu le voile. Et de constater que, là aussi, certaines des particularités linguistiques et stylistiques du poète-charron s’expliquent aussi par un déterminisme immédiat qui n’enlève pourtant à son tour rien à l’art et à la manière, pour longtemps encore inclassables, d’Auger Gaillard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Courouau, « Présentation »Lengas [En ligne], 62 | 2007, mis en ligne le 04 avril 2019, consulté le 30 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lengas/2857 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lengas.2857

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search