Navigation – Plan du site

AccueilNuméros62Auger (Gaillard) et les poètes

Auger (Gaillard) et les poètes

Philippe Gardy

Texte intégral

Car beleu vertat es so que Cicero dis,
Qu’al mai merdo on bouleguo, al mai elo pudis.

  • 1 Par commodité, on prend d’abord en compte ici les pièces nouvelles qui forment l’essentiel du Banqu (...)

1Un lecteur du Banquet1 ne peut qu’être frappé par la fréquence des noms d’écrivains qui apparaissent au fil des pièces composant cet épais recueil poétique : autour de lui-même, personnage principal indéniable de son ouvrage, le charron de Rabastens en Albigeois paraît avoir voulu rassembler, à la manière d’une guirlande ou d’un écrin, quelques-unes des figures de poètes parmi les plus illustres de son temps.

2La simple lecture de l’index onomastique établi par Ernest Nègre à la suite de son édition des Œuvres complètes permet, d’un seul regard, d’embrasser l’étendue de ce compagnonnage et, déjà, d’en mesurer plus finement le dosage et la répartition. Si on laisse de côté les noms d’écrivains ou de philosophes antiques — Diogène, Marc Aurèle, Platon, Plutarque, Socrate et Caton y sont le plus fréquemment mentionnés —, ce sont, en dehors de Pétrarque, les contemporains immédiats ou à peine antérieurs d’Auger qui occupent ici le devant de la scène. Les noms qui dominent, en nombre de citations, sont, dans l’ordre suivi par l’index onomastique, ceux de Saluste Du Bartas, Philippe Desportes et Ronsard. D’autres noms de poètes contemporains apparaissent dans le Banquet, mais la fréquence de ces apparitions est sans commune mesure avec celle des trois écrivains déjà cités. On retiendra cependant ceux de Chambon, Du Pont de Drusac, Clément Marot, et Pibrac.

1 Ronsard, Desportes

3Parmi ceux-ci, le plus souvent mentionné est sans aucun doute Ronsard, dont Gaillard, à plusieurs reprises, occitanise le nom : Rounsard, Rounsart. Il apparaît, dès avant même le Banquet, dans l’épitre dédicatoire adressée à Philippe de Caumont en tête des Obros de 1579, en compagnie, d’ailleurs de Desportes, dans un long passage où Gaillard évoque les deux langues dans lesquelles il s’exprime :

  • 2 3, v. 78 et suiv. Ce texte est doublement important, Gaillard ayant en effet jugé bon de le reprodu (...)

Apprengueri, al depens del pagez,
Calque petit de la lengo franceso ;
Tam pla ey fach, Monsur, quant l’ey appreso.
Ieu soy aimat de nobles persounatges,
Per so quant ieu parli de dous lengatges.
Mas en fransez ieu n’y sabi pas gaire,
Millou parli lo lengo de mon paire.
Vous fesi ieu dos gallinos de sez,
Que ieu parlez atampla lou francez,
Peis escrieurio rimos de forso sortos,
Coumo Ronsard, o Philippos de Portos...
Non pas tam pla, car elis sabou trop :
Ieu ey vistos lours obros calque cop.
Mas los meos sou semblablos à los lours
Coumo un estroun à un ramel de flours.
Car ieu vezi qu’en fach de rimassa,
Ieu nou soy pas per els lous descaussa ;
Mas al mens ieu lour soy estat fisable :
Ieu nou soy pas estat ta miserable
De pana re de tout so qu’els an fach ;
Ieu nou soy pas petit enfan de lach ;
Car de rima els son sabens et destres,
Ieu nou vouldrio pana jamai als mestres.
Un home es fat quant el meteus s’engano,
Et b’es lairou, dison, qui à lairou pano.
Sauguez ieu tan coumo elis dous,
Que me coustez un couble de testous ;
Car mas rimos sotos e miserables
Debant vous peis seriou presentables.
Mas quant vezi mas rimos et cansous,
Que soun rudos coumo un fais de bouysous,
Ieu ey honto de los vous presenta2.

  • 3 Voir la note de Nègre, 72.
  • 4 Pièces no62, v. 65.
  • 5 Gaillard paraît utiliser indistinctement les termes de violonc (pièce no5, v. 169, no7, v. 6) et de (...)

4Dans ce passage, Gaillard paraît établir un lien entre sa pratique, sans doute déjà relativement ancienne, de la poésie en occitan, son apprentissage, imparfait mais effectif, y compris pour l’écrire, du français, et la fréquentation qui commença d’être alors la sienne des œuvres de Ronsard et de Desportes. Ce lien est exprimé ici, comme souvent chez lui, à travers tout un ensemble de relations de cause à effet et de dérivations parfois difficiles à démêler. On peut penser qu’une telle mise en relation est le reflet d’une réalité qui ne pouvait guère être perçue ni exprimée autrement par le poète de Rabastens : pour Gaillard, l’horizon que constitue la poésie française de son temps, à travers deux de ses plus éminents représentants, le second ayant déjà plus ou moins succédé au premier dans l’ordre de la mode, de la réputation et de la gloire, ne saurait sans doute être conçu en dehors du rapport qu’il entretient, en cette période de son existence, avec les deux langues dans lesquelles il écrit ses poésies ou, plus rarement, ses proses. Ces langues, chronologiquement successives, le français étant venu s’ajouter assez tardivement à l’occitan, font partie d’une histoire personnelle, leur apprentissage ne s’étant pas effectué au même moment, ni dans les mêmes conditions. Mais elles ont aussi été et demeurent, de façon fortement imbriquée, le théâtre d’une expérience beaucoup plus collective. Le français renvoie en effet pour Gaillard à la rencontre avec une littérature déjà instituée, la littérature française, symbolisée par Ronsard et Desportes ; et qui plus est une littérature plongeant ses racines dans le terreau prestigieux et antique de ces écrivains grecs et latins dont les noms parsèment régulièrement les poèmes du Banquet, à travers le truchement de passeurs tels que Plutarque, récemment traduit en français par Amyot. L’occitan, au contraire, ne semble pas ici conçu comme la langue d’une littérature instituée, ni même d’ailleurs comme une langue comparable, à cet égard, au français : il est le parler d’un milieu social et géographique bien précis, auquel Gaillard ne saurait échapper totalement quelle que puisse en être sa volonté ; il est sans doute, aussi, le matériau d’autres formes d’expressions, auquel un nom tel que celui des ménétriers Mateli, ou Mathely3, et Poncet (Pounsset4) paraît renvoyer. Chansonnier au départ, et joueur de violon (de rebec5 sans doute, plus exactement), Gaillard, en se frottant au français et, surtout, au français poétique de Ronsard ou de Desportes, a tenté de pénétrer, avec les armes et les bagages de sa langue d’expression originelle, dans cet autre monde qui est celui de la littérature instituée, reconnue et porteuse à son tour de reconnaissance pour ceux qui savent la pratiquer.

5Et c’est là, semble-t-il, que le bât blesse : pareille importation d’une langue dans un monde qui n’est pas le sien, ou, en tout cas, dont Gaillard pose en principe qu’il ne l’est pas, est créatrice d’une sensation de déséquilibre, à laquelle il faut sans cesse s’efforcer de résister. La thématique du vol (pana), présente dans les derniers vers du passage cité, et que Gaillard développe à plusieurs reprises dans le Banquet, est sans doute une des marques les plus visibles d’un telle sensation de déséquilibre. Ce qui paraît obséder Gaillard par dessus tout, c’est la question de sa propre place, de son identité particulière à l’égard d’une institution littéraire dont il a conscience du poids et de la force de légitimation, mais à propos de laquelle il sait pertinemment qu’il ne possède pas tous les atouts qui lui permettraient de se mesurer avec elle d’égal à égal.

6Dans cette quête, Ronsard et Desportes jouent de la sorte, pour Gaillard, un rôle assez semblable, malgré quelques nuances. L’un et l’autre sont certes de générations différentes : Ronsard est né en 1524, il meurt en 1585, peu de temps après la publication du Banquet ; Desportes, né en 1546, est en pleine ascension au début des années 1580, après l’édition, en 1573, de ses Premières œuvres, à de nombreuses reprises réimprimées les années suivantes. Mais plus que cela, ce qui paraît importer à Gaillard, c’est d’instaurer, entre lui et ses deux modèles prestigieux qu’il a souvent tendance à réunir comme s’ils n’étaient, vus de Montauban, qu’une seule et même personne, une relation dans laquelle ce prestige, tout en étant reconnu par lui, serait tenu à distance, par le moyen qui lui est coutumier de la satire, du rire qui charge et, jusqu’à un certain point, disqualifie.

  • 6 Si Ronsard continue à écrire et à publier à la fin des années 1570, et ce jusqu’à la date de sa mor (...)

7Le premier fournit ainsi à Gaillard l’image d’un poète repu, qui, ayant atteint le sommet de la gloire, n’a plus besoin d’écrire pour être reconnu par la Cour6 :

  • 7 100, v. 59 et suiv. Nègre date (p. 344) cette « Elegio à la reino de Navarro » du début de 1580, au (...)

Car forso gens m’an dounat à entendre
Que Ronsard a milo escuts à despendre,
Et n’abio pas cent franx lou tens passat,
Mas que los reys et reines l’an poussat.
Mas aros el nou fa cap plus de rimo,
Aros qu’es gras, grandomen el s’estimo.
Ronsard me fa brenba d’un terselet,
Quand s’es pasqut de calque gros poulet :
S’el es sadoul, el nou cal plus pensa
Que son mestre lou pesquo fa cassa
Per tant que l’on l’y cride : « Cluzo, cluzo7 ! »

  • 8 Voir la note de Nègre, 443.

8De la même façon, Gaillard ne se prive pas, au prix, peut-être, d’une mauvaise lecture ou, pis encore, d’une lecture volontairement fautive8, de trouver « un maissant sounet » dans le recueil de Desportes (pièce n139), et capable en cela de ruiner sa réputation aussi bien auprès des catholiques que des protestants.

  • 9 Gardy 2002.

9Plus largement, si Gaillard ne peut que reconnaître la réussite et l’exemplarité des deux poètes français, il s’évertue à se distinguer d’eux, afin de souligner, sinon sa propre originalité, tout au moins sa différence. Un tel souci de distinction apparaît dès le huitain en français, parmi ce qu’on appellera les pièces destinées, en début de livre, à capter la bienveillance et l’attention du lecteur contre les envieux, les embegiouses : « Auger Galliard, auteur de cest ouvrage », y affirme que s’il n’a pas « mieux fait » son livre, c’est tout simplement pour ne pas être confondu, par « quelques sots envieux » il s’entend,... avec Ronsard ! Ce souci réapparaît quelques pièces plus avant, au sonnet 71. Ce sonnet se situe toujours dans ces mêmes pièces de début, mais dans une sorte de sous-ensemble où Gaillard semble vouloir montrer qu’il n’est pas un poète isolé, mais un écrivain appartenant à un véritable milieu littéraire, qui plus est distinct de celui de la Cour : y apparaissent le nom de Chambon, un Agenais auteur d’un recueil dont le titre serait Les Amours de Françoise, et encore ceux de Falachon, de Jules César de Vaurs et de Casenove, au bas de quelques brefs poèmes en français et en occitan (dont un en gascon9), auxquels Gaillard fait écho. Cette fois, Gaillard s’en prend à des inconnus, qualifiés par lui de « lairous », de voleurs donc, qui auraient cherché à lui fournir pour son Banquet

dous sounets fort poulits
Mas qu’elis de Ronsard lous abiou requllits

10La chute du poème apparaît comme une définition du poète Gaillard par lui-même : « Jamai ieu nou serey d’aquelis requataires ! »

11Imitation certes, mais aussi distinction : tel est bien au fond l’attitude souvent affirmée qui permet à Gaillard d’exister en tant que poète et grâce à laquelle il peut revendiquer son appartenance au monde des Lettres sans pour autant y apparaître à son tour comme un vulgaire voleur ou un pâle copieur.

2 Du Bartas et la nymphe gasconne

  • 10 Gaillard qualifie Du Bartas de « fraire d’escolo » de Chambon. S’agit-il d’affinités religieuses, p (...)
  • 11 Nègre, à la suite de l’Histoire générale de Languedoc, date cette entrée du futur Henri IV de Franc (...)
  • 12 Il s’agit de la fameuse histoire de l’épée de Damoclès.

12Dans l’ordre des pièces nouvelles du Banquet intervient à ce point un changement important dont on peut trouver l’annonce dès le début du recueil. Dans les deux quatrains que Gaillard dédie à son ami agenais Chambon pour le remercier des éloges dont il vient de le couvrir, intervient, comme une sorte de juge de paix, Du Bartas10. Or c’est ce même Du Bartas qui, à partir du poème n95, devient l’arbitre de la sorte de défi lancé jusquelà par Gaillard à Ronsard et à Desportes. Tel la nymphe gasconne dans le texte dramatique trilingue qu’il avait composé en décembre 1578 pour l’entrée à Nérac de Catherine de Médicis et de sa fille Marguerite de Valois, Du Bartas, sans coup férir, renvoie au second rang Ronsard et Desportes et y apparaît comme le seul maître dont Gaillard semble véritablement se satisfaire. Dans cette longue adresse « Al rey de Navarro, quan fec son intrado à Montalba11 », Gaillard énumère par le menu les préparatifs nombreux faits par les Montalbanais pour accueillir le souverain, puis lui propose de devenir roi à sa place comme l’avait fait jadis le flatteur Damoclès devant Denys, tyran de Syracuse, selon Plutarque12. Puis pour finir, et sans doute aussi pour se faire pardonner son impertinence, il explique au roi de Navarre pour quelle raison il a eu l’audace d’exprimer tout cela devant lui dans sa « maisanto lengo » : c’est grâce au

counsel d’un home de Gascougnio
Qu’es gentilhome, un Mousur del Bartas

qui l’a encouragé à s’exprimer en son langage, et l’en a cru capable, puisque

... sa maire
Passec lou tens an Peire de Rounsard,
Et ieu cresi qu’Augié sio son bastard.

  • 13 « Mas que se ieu me fiquabo en colero/Contro un Bartas, beleu calque roumec/Me trincario las cordos (...)
  • 14 Peut-être Gaillard a-t-il songé à la devise de Philippe le Hardi, à laquelle il fait allusion très (...)
  • 15 Dans la pièce suivante (no96), sans doute écrite peu de temps avant la pièce no95, « A Mousur del B (...)
  • 16 « Ieu pregui Dieu del cel que li dou longo vido,/Amai à vous tanbé qu’ets encauzo, en partido,/Qu’e (...)
  • 17 Des frivolités, traduit Nègre, 342.

13Cette plaisante supposition placée par Gaillard dans la bouche de Du Bartas établit clairement la généalogie, certes burlesque comme il se doit chez lui, mais cependant plausible, de son écriture poétique. Nous ne savons pas, bien sûr, si la rencontre entre les deux hommes a bien eu lieu comme le dit Gaillard. Du Bartas, en tout cas, n’en souffle mot. Mais le poète de la Sepmaine apparaît bien ici comme le seul maître que l’auteur du Banquet accepte pour tel. Son patronyme, Bartas, fait partie de sa « maisanto lengo », et Gaillard ne se prive pas (v. 133-13413) de le faire savoir à travers un jeu de mots, selon une autre de ses habitudes, qu’il s’est appliquée d’abord à lui-même (« un gal qu’el ard » /« Galliard », pièce n61, en tête du recueil14). Cette fraternité linguistique, plusieurs fois affirmée15, qui vaut plus ou moins rachat, se doublait, semble-t-il, au-delà du poème de Nérac, que Gaillard pouvait connaître s’il avait effectivement lu la Sepmaine ou la Judith, d’une proximité géographique : Du Bartas est mentionné en sa qualité de Gascon. Elle s’accompagnait également d’une autre sorte de proximité, religieuse cette fois, réelle ou à tout le moins revendiquée. Dans la pièce n96 toujours, le roi de Navarre est explicitement et longuement comparé, sous le regard de Du Bartas, au paralytique de l’Évangile selon saint Jean (V, 1-16), et le roi et le poète de la Sepmaine remerciés de façon égale dans les derniers vers du texte16. L’« Elegio à la reino de Navarro » (pièce n100, déjà citée), en écho direct aux pièces n95 et 96 dont elle est sans doute l’exacte contemporaine, ne fait que donner plus d’ampleur encore à ce faisceau d’affinités. Ronsard et Desportes y sont classés, comme Gaillard qui fut à leur école, dans la catégories de ceux qui écrivent (v. 13) « de fadesos17 », tandis que Du Bartas, lui, apparaît

  • 18 Logiquement Gaillard associe ici Marot, qui « a fah lous Salmes de David/Et del Bartas l’Historio d (...)

plus satge
Que non pas els, et milhouro creturo,
Car el escrieu sur la Santo Escrituro (v. 10-1218)

14D’ailleurs, il leur est finalement supérieur (« amai de l’abantatge », v. 9). Pour toutes ces raisons, c’est Du Bartas que Gaillard désire finalement « manger », « mort ou bieu » (v. 26). Il échapperait ainsi aux « fadesos » qu’il pourrait bien risquer écrire à l’exemple des deux poètes de la Cour de France. Sans lui, en effet,

  • 19 La ligne où figure ce vers a été omise dans la version française de Nègre ; et cette occurrence de (...)

Ieu n’escririo jamai ré de bragard (v. 46),
je n’écrirai jamais rien qui ait de la prestance19.

  • 20 Pièce no100, v. 29 et suiv. : « Darieromen uno fort long pauso/Dins un lougis el an mi devisabo,/Et (...)
  • 21 Nègre (p. 438) date cette poésie de la fin de l’année 1581
  • 22 « Elis fort pauromen vous an debarizat,/Mas per aquo lour nom n’an pas eternizat,/Coumo abetz vous (...)

15Pour toutes ces raisons, Gaillard voue donc à Du Bartas une immense reconnaissance. Il lui peut ainsi lui offrir des quatrains (pièce no 98, non datée) dans lequels, peut-être en souvenir de cette rencontre dans une auberge de Montauban20, il se reconnaît son « paure aprentis », sauf quand il s’agit de « descrousta calque pastis ». Il peut également le consoler, tout aussi plaisamment, « de so que calques uns lou devarizerou », en échange « del bé qu’es vengut à Augié per abé estudiat seguen lou cousel deldit del Bartas » (pièce no 13621). Cette manifestation de reconnaissance s’achève d’ailleurs, tout aussi plaisamment qu’elle avait commencé, par une sorte de rêverie d’éternité, que Gaillard, à l’image de son maître et ami22, imagine pour lui-même :

  • 23 On notera au passage comment Gaillard contredit ici ce qu’il a pu affirmer à l’adresse de son prote (...)

Despeyssos qu’ey quittat mon estat de fa rodos,
El se parlo de mi jusquos las antipodos.
Quicom deu fa de vous qu’ets estat à Paris :
Que ieu jamai nou souy sourtit de mon païs,
Et se parlo de mi, so m’an dih, en Poulougnho,
En tout que, selon vous, fau de pauro besougnho ! (v. 105 et suiv.)23

3 Auger, Augié : une stratégie de distinction

16Le nom du poète le plus souvent mentionné dans Lou Banquet est sans aucun doute possible celui d’Auger Gaillard. Il l’emporte largement sur Desportes, Ronsard et Du Bartas pris séparément, comme sur les trois réunis. Affiché en tête de l’ouvrage par un portrait gravé (s’agit-il bien de lui ?...), puis par deux quatrains, l’un en français, l’autre en occitan, le poète apparaît ainsi comme le sujet central du recueil. C’est-à-dire aussi comme son objet central : sans relâche, Gaillard, depuis les Recoumandatious, qu’il choisit d’ailleurs d’inclure en totalité dans le Banquet, et sans doute aussi le Libre gras, se donne à contempler à lui-même comme à ses lecteurs :

Ceux qui désirent voir d’Augié Gaillhard la face,
La peuvent voir ici... (pièce n53)

  • 24 « À partir du Banquet de 1583, tous les ouvrages d’Auger Gaillard, en plus du portrait et du quatra (...)

17Ce quatrain initial est certes destiné à commenter le portrait gravé du poète, mais on peut penser qu’il vaut pour tout le livre, et au-delà pour toute l’œuvre, comme l’avait remarqué Ernest Nègre24. Sans relâche, Gaillard se met en scène pour donner corps et figure de mots à la personne du poète qu’il désire ardemment devenir et persister d’être. Infatigable épistolier à l’école de Clément Marot, il se donne, que ce soit dans ce genre stricto sensu, ou dans les autres genres, plus formellement définis, qu’il prend plaisir à pratiquer (le sonnet, la chanson, notamment), le rôle de celui qui désire devenir poète et, donc, être reconnu comme tel par autrui.

18Dans cette quête, faite de sollicitations perpétuelles et de mises en montre alternativement négatives ou positives, Augié, moins souvent Augié Gaillard, semble n’en avoir jamais fini de construire son personnage de poète face aux envieux de toute sorte qu’il met en scène autour de lui, comme autant de faire-valoir d’autant plus gratifiants au bout du compte qu’ils cherchent tous à le réduire à néant. Les poètes de son temps, dans cette dialectique faite d’ostentation et d’autodénigrement, ont joué un rôle majeur : face à la recherche d’une identité publique qui meut Gaillard dans son écriture, ils apparaissent en même temps comme des images idéales du poète et comme des repoussoirs. Gaillard, ne fût-ce que par son choix linguistique (Gardy 1999, 1999) ne sera jamais ni Ronsard ni Desportes ; non plus d’ailleurs que Du Bartas ; mais l’important pour lui est, à côté d’eux, qui lui sont inatteignables, d’exister et d’être reconnu. Du Bartas lui fournit une certaine légitimité linguistique, religieuse aussi. Mais être Augié, sans relâche, c’est demeurer dans cet entre-deux apparemment inconfortable mais qui lui confère une existence.

  • 25 L’année même où son père François de Saluste fait l’achat du domaine du Bartas, près de Cologne. L’ (...)
  • 26 Gélis et Anglade 1933, 213, 219.
  • 27 « El es vertat que ieu ey fiquat dins aisci/Calques petits estrons, mas nou pudou bousci » (v. 11-1 (...)
  • 28 Autrement dit un étudiant, ce que Gaillard ne fut jamais.
  • 29 Les fleurs étaient proclamées publiquement le 3 mai. Leur remise proprement dite s’effectuait le je (...)
  • 30 Nègre traduit (p. 256) « l’étudiant s’exprima en latin ». Il paraît plus juste de comprendre « en s (...)
  • 31 On y retrouve tous les éléments d’une veine cosmologique qui était alors en vogue chez les lauréats (...)
  • 32 Voir Gélis et Anglade 1933, XX et suiv.

19Il est intéressant, à cet égard, de s’interroger sur la position de Gaillard, au moment où paraît le Banquet, par rapport à son environnement plus immédiat, loin de Desportes et Ronsard. Cet environnement est certes montalbanais — c’est là qu’il a pu lui être donné de rencontrer Du Bartas — mais encore, et surtout, toulousain (Monsieur de Séré, le dédicataire du recueil, est autant de Toulouse que de Montauban). On sait que Du Bartas était luimême passé par Toulouse et l’institution poétique de la cité raimondine, le Collège des Arts et Science de Rhétorique, où il avait obtenu en la violette 156525, et rendu grâces, comme il se doit, l’année suivante26. Et Ronsard déjà, en 1554, y avait reçu une fleur d’églantine exceptionnelle, avant de se voir octroyer une Minerve d’argent l’année suivante. Gaillard, lui, n’a pas suivi le même itinéraire : ses origines et sa formation le lui interdisaient à coup sûr. Mais il n’a pas manqué, au détour d’une des pièces contenues dans le Banquet, de signaler son existence, reconnaissant par là, probablement, que le Collège toulousain, fût-ce de façon négative, représentait lui aussi un lieu d’évaluation de l’écriture poétique auquel il fallait bien se confronter d’une façon ou d’une autre : dans la pièce no 73, dont l’intitulé est déjà révélateur de son contenu (« Augié preguo aisi lous legeires de nou condanna pas sas rimos ses las abé legidos de tout »), Gaillard raconte une anecdote apparemment contemporaine destinée à justifier ses choix d’écriture27. Elle met en scène un candidat aux concours de mai du Collège, un escoulié28 qui serait allé beaucoup plus loin que lui en fait de scatologie, alors même que le large public rassemblé (« de noblos gens qu’erou mai d’un milié ») attendait de savoir « qual pouirio gazania l’englantino29 ». Cet escoulié, en effet, comme c’était la tradition, avait récité, sur les marges de la fête officielle, plus solennelle, une courte pièce de son cru de tonalité carnavalesque, « en sa lenguo latino30 », dans laquelle la merde jouait un rôle central, et constituait, à l’adresse de l’assistance, la raison d’être du poème et sa chute : « Mangiats lo que nou se perdo ». Ce poème, qui semble être une parodie des chant royaux en français alors primés par le Collège31, n’est sans doute pas, comme semble le croire Nègre, « un faux » (p. 256), mais plutôt le témoignage, véridique ou refait plus vrai que nature par Gaillard lui-même, des pièces burlesques et parodiques que les lauréats eux-mêmes, voire certains maîtres, pouvaient alors réciter, en occitan, dans une sorte de renversement carnavalesque des cérémonies toulousaines32. Au-delà de sa valeur de témoignage, ce poème nous renseigne sur l’image du poète que Gaillard associe à la figure d’Augié : celle d’un amuseur dont l’œuvre consisterait plus ou moins en ce que l’on a pu appeler un contre-texte. Et si ce contre-texte est reçu avec faveur à Toulouse (« Si nou fachiec pas el persouno de Toulouso :/En loc de lous fachia, s’en risiou de tals mouts »), pourquoi Augié n’en ferait-il pas usage à son tour, sans retenue ?

  • 33 Figure du poète que l’on retrouve diversement incarnée, dans diverses pièces du Banquet. À celles d (...)
  • 34 Dans la pièce 92, Gaillard mentionne un autre auteur d’origine toulousaine, dont il cite d’ailleurs (...)
  • 35 Dauvois et Deschaux 2004, 58-60.
  • 36 « Qu’aurey ligit Drusac, que nous apren cousi/Nous cal prene moulhié que n’agio maubés si » (v. 266 (...)
  • 37 Ainsi que le montre Nègre, 427.

20Cette vision carnavalesque ou, pour le moins, carnavalisée, du poète33 livre peut-être une clé : Augié révèle dans l’anecdote de la pièce n73 ce que pourrait être sa juste et bonne place dans le concert littéraire de son temps, celle d’un envers du sérieux poétique ambiant, mais d’un envers qui, par définition, ne se trouverait pas séparé de son endroit. Les lauréats du concours toulousain et les membres du Collège en personne, mainteneurs ou maîtres-ès-jeux, qui ne dédaignaient pas alors de sacrifier à la veine satirique et scatologique honorée par l’escoulié de Gaillard, se situaient tout autant du côté du sérieux. Mais leurs incartades dans l’« autre » monde, celui, renversé, du carnaval, faisaient elles aussi partie, jusqu’à un certain point, de la règle. L’importance de cette référence toulousaine, en marge des grands noms que sont Desportes ou Ronsard, est renforcée par l’usage que Gaillard fait, à deux reprises au moins (pièces n92 et sur tout 13234), des œuvres d’un autre mainteneur du Collège, Gratien Du Pont de Drusac, Commissaire du Roi, Lieutenant général de la sénéchaussée et membre de l’institution toulousaine de 1535 à sa mort, en 1544 ou 154535. Auteur d’un art poétique, mais surtout célèbre en son temps pour ses Controverses des Sexes Masculin et Femenin... (première édition : 1534), Drusac, souvent réputé comme étant le chef de file d’une littérature franchement « misogyne », semble, un peu comme Ronsard ou Desportes, avoir servi à Gaillard de modèle et de repoussoir. La pièce 92, « Demoustransso an aquels qu’an mainatge, cousi lous cal nouiry per lous fa gens de bé », s’achève par une mention ironique de son nom et de son œuvre36. La pièce 132, adressée à un certain « Mousur de Lacazo », est quant à elle l’occasion pour Gaillard de montrer qu’il a effectivement lu les Controverses. Il s’en prend avec ironie à Drusac, qu’il pille d’abord sans vergogne37, avant de le critiquer à plusieurs reprises :

Quin home ero Drusac, qu’en digo tan de mal ?
Lou maissant los blaimio toutos en general.
Tous lous philosofos, poetes e legistos
Ni mai lous oraturs, ni tous lous canounistos
Nou m’an dih tan de mal, coumo el a fah tout soul ;
Mas ieu ey rout soun libre, et m’en torqui lou quioul :
Las obros d’un mentur ieu n’ey que fa de veire ! (v. 91 et suiv.)
A propaus de Drusac, el ero de Toulouzo  :
Qui lou creira, jamai n’aura cap d’amourouso.
Son livre malhurous on deurio fa brula (v. 115-117)

  • 38 Pièce no76, texte emblématique de son écriture s’il en est, puisque reprise et amplifiée de Las Obr (...)

21Cette lecture de Drusac est d’interprétation malaisée. Gaillard, en effet, fidèle au personnage du poète qu’il construit tout au long du Banquet, demeure dans l’ambivalence d’un discours carnavalesque qui se résout, comme dans « Lou Testamen d’un porc38 », par un éclat de rire où le registre du bas corporel domine  :

Item ieu douny al secretary,
Amay à vous Mouse’l noutary,
Ma merdo, qu’es touto de bren (v. 136-138)

22La merde associée au bren — dans lequel Nègre (p. 115) propose de voir la sciure de bois dont le notaire use afin de sécher son encre — vient également clore la pièce 132 :

Car beleu vertat es so que Cicero dis,
Qu’al mai merdo on bouleguo, al mai elo pudis. (v. 199-200),

  • 39 On notera, à la suite de C. et D. Fabre (Fabre 1978, 122), que la dernière image du Libre gras « es (...)

de la même manière que non seulement elle achève le sizain attribué à l’escoulié toulousain de la pièce n73, mais plus encore lui confère toute sa valeur cosmologique39.

23Cette présence régulière du bas, en l’occurrence de la merde, dans Lou Banquet, comme le rapport qui semble y être établi dans le « Testamen » entre l’écriture du notaire et les excréments du cochon, sont révélateurs de ce qui caractérise la figure du poète Augié, surtout si l’on émet l’hypothèse, vraisemblable, que, dans le « Testamen », véritable saynète de carnaval écrite pour être représentée devant les habitants du château de Montbeton, le rôle du cochon, de loin le plus important, devait être tenu par Gaillard lui-même.

  • 40 « Response de Augié à un violon dict Saquebute » (pièce de Las Obros non reprise dans Lou Banquet).
  • 41 Nègre 183, qui traduit cantarel par « pipeau » et voit dans ce terme utilisé par Gaillard une marqu (...)
  • 42 « Mais jamais onc ne trouvay si savant/Poëte que vous, pour un fils de Moissac » (pièce no21, v. 38 (...)
  • 43 Voir les pièces no55 (dans les Recoumandatious, reprise dans Lou Banquet après la pièce no76) et no(...)
  • 44 Les informations ou déductions proposées par Ernest Nègre permettent d’ébaucher, avec prudence, une (...)

24Poète des contrastes, Augié affirme ses vérités dans un livre qui se présente comme un habit d’Arlequin : fait de pièces rapportées, disparates, mais dont l’assemblage produit son propre effet de cohérence. Les ménétriers toulousains de la dynastie des Mathely, un autre joueur de violon toulousain, Poncet, le ménétrier Sacquabouto de Moissac (pièces no 11, 2140, 45), joueur de violon mais aussi de flûte41, et par ailleurs poète42, ou encore le ménétrier Margarit (pièces no 7 et 38), représentent le socle de cet édifice composite que Gaillard s’est efforcé de compléter au fur et à mesure de ses apprentissages et des rencontres qu’il lui fut donné de faire. Les Anciens, puis Pétrarque, prototype, pour Gaillard, du poète dépouillé par ses successeurs43, au nombre desquels bien sûr Ronsard et Desportes, puis ces derniers, sont venus enrichir, sans pour autant les faire disparaître, les acquis qui les ont respectivement précédés44. La silhouette qui chemine tout au long du Banquet se situe au croisement du Gaillard (auto)biographique, toujours présent, fût-ce en pointillé ou en arrière-plan, et d’Augié, le poète sans relâche en quête d’interlocuteurs confirmant et renforçant l’épaisseur de son personnage. Cette silhouette, multiple et sujette à toutes les métamorphoses, paraît obéir à un principe assez général de non-contradiction : au gré des occasions, elle accumule les identités (les masques) et les registres, et les fait jouer entre eux. Ronsard, Desportes et les autres sont à la fois ses doubles familiers et ses fantômes, au milieu desquels émerge la figure du poète, violoneux, charron, fabricant de vers, quémandeur, amoureux, misogyne, veuf, marié, célibataire, etc.

Haut de page

Bibliographie

Bec, Pierre, 1992. « Les instruments de musique dans le Gentilome gascoun : spécificité lexicale, contenu organologique et fonction littéraire », in Philippe Gardy (éd.), Guilhem Ader (1567 ?-1638). Actes du colloque de Lombez, Béziers, CIDO, 171-183.

Dauvois, Nathalie, 2000. Le Sujet lyrique à la Renaissance, Paris, PUF.

Dauvois, Nathalie, 2004. « Le poème, le cercle et la sphère : les chants royaux cosmologiques primés par le Collège de Rhétorique (1540-1560) ». Revue des Langues Romanes, CVIII, 1, 5-24.

Dauvois, Nathalie et Deschaux, Jocelyne (dirs), 2004. LHumanisme à Toulouse (1480-1580), Toulouse, Bibliothèque d’étude et du patrimoine.

Escarmant, Christine, 2005. « D’un héritage à l’autre : Auger Gaillard, poète carnavalesque », in Jean-François Courouau, Jean Cubelier de Beynac et Philippe Gardy (éds), Les Voix de la nymphe aquitaine. Écritures, langues et pouvoirs, 1550-1610, Agen/Toulouse, Centre Matteo Bandello/Section française de l’Association internationale d’études occitanes.

Fabre, Claudine et Daniel, 1978. « Le testament du cochon ». Hommage à Jean Séguy, Via Domitia, XIV, II, 121-156.

Fabre, Daniel, 1992. Carnaval ou la fête à lenvers, Paris, Gallimard.

Gardy, Philippe, 19991. « Du Bartas et les poètes occitans : l’exemple fondateur d’Auger Gaillard (1530-33-1595 ?), le poète qui voulait “manger Du Bartas” », in Christian Camps et Carlos Heusch (éds), Languedoc, Roussillon, Catalogne. État, nation, identité culturelle régionale (des origines à 1659), Montpellier, Université Paul Valéry, 227-245.

Gardy, Philippe, 19992. La Leçon de Nérac. Du Bartas et les poètes occitans (1550-1650), Talence, Presses Universitaires de Bordeaux, 1999.

Gardy, Philippe, 2000. « Guillaume Du Bartas à Nérac (décembre 1578). Le double paradoxe d’un texte à plusieurs “entrées” », Les Amis du Vieux Nérac, 29, 2000, 9-26.

Gardy, Philippe, 2002. « Un écho agenais de la “leçon de Nérac” : la correspondance poétique d’Auger Gaillard et de Pierre de Chambon (1583) », Revue de lAgenais, janvier-mars 2002, 23-32.

Gardy, Philippe, 2005. « L’écrit aquitain en occitan au xvie siècle. Émergence et premiers développements d’un modèle littéraire à Toulouse », in Jean-François Courouau, Jean Cubelier de Beynac et Philippe Gardy (éds), Les Voix de la nymphe aquitaine. Écritures, langues et pouvoirs, 1550-1610, Agen/Toulouse, Centre Matteo Bandello/Section française de l’Association internationale d’études occitanes, 223-237.

Gélis, François de et Anglade, Joseph, 1933. Académie des Jeux Floraux. Actes et délibérations du Collège de Rhétorique (1513-1641). Textes publiés par F. de Gélis et J. Anglade, collationnés sur l’original par Fr. Galabert, Toulouse, Privat, I.

Jourda, Pierre, 1929. « Glanes ronsardiennes. Auger Gaillard et la “Pléiade” », Revue dhistoire littéraire de la France, 36e année, 223-230.

Haut de page

Notes

1 Par commodité, on prend d’abord en compte ici les pièces nouvelles qui forment l’essentiel du Banquet, tel qu’il a été édité par Ernest Nègre (Auger Gaillard, Lou Banquet (1583), in Ernest Nègre, Auger Gaillard. Œuvres complètes, Paris, PUF, 1970, 234-461). Mais il faudrait aussi, pour une évaluation plus juste des faits étudiés, ajouter toutes celles qui, empruntées aux précédents recueils de Gaillard, ont été par lui intégrées dans son ouvrage de 1583 : cette composition cumulative s’inscrit pleinement dans la logique du recueil, telle qu’elle est définie par son intitulé et commentée à plusieurs reprises par Gaillard lui-même. En tant que genre, celui du « banquet » implique ces additions et ces reprises, de façon à proposer au lecteur un ensemble de pièces — de mets — le plus complet et le plus varié possible. L’édition Nègre indique néanmoins la place de ces pièces dans le corps du texte du Banquet et fournit souvent des éléments de datation précieux qui aident à établir la chronologie ayant pu présider à la construction de la personnalité poétique d’Augié par Gaillard.

2 3, v. 78 et suiv. Ce texte est doublement important, Gaillard ayant en effet jugé bon de le reproduire tel quel à la fin du Banquet en en changeant simplement le nom du dédicataire, Monsieur de Séré, seigneur de Corronsac y prenant la place de François de Caumont, baron de Montbeton (cette épître se situerait matériellement entre les pièces nos 144 et 145 de l’édition Nègre). Sauf indication contraire, on renvoie à cette même édition pour une version française de tous les passages cités. Pour être complet, il importerait évidemment de prendre en compte plusieurs épîtres des Recoumandatious qui, reprises par Gaillard dans Lou Banquet, évoquent largement Ronsard, Desportes et d’autres poètes (la pièce no 53, adressée à Henri III, où apparaissent Baïf et Jamyn ; la pièce no 57, où Gaillard traite longuement des emprunts de Desportes à Pétrarque ; le pièce no 58 enfin, qui reprend le même sujet, et fait intervenir, en rôle d’arbitre entre Pétrarque et ses emprunteurs français, Du Bartas).

3 Voir la note de Nègre, 72.

4 Pièces no 62, v. 65.

5 Gaillard paraît utiliser indistinctement les termes de violonc (pièce no 5, v. 169, no 7, v. 6) et de rebec (pièce no 95, v. 134). Il associe cet instrument à la danse (pièce no 7, v. 6 : « De pla dansa, et souna del violonc »), comme c’est alors le cas pour le rebec (Bec 1992, 175 : « On sait que ce cordophone à archet, au Moyen Âge rival inférieur, mais digne, de la vièle, était devenu à la fin du xve siècle un instrument de basse classe, rural et essentiellement chorégraphique »).

6 Si Ronsard continue à écrire et à publier à la fin des années 1570, et ce jusqu’à la date de sa mort, il est vrai qu’il a alors été plus ou moins renvoyé au second plan par son jeune disciple Desportes, avec lequel cependant il n’a de cesse de vouloir rivaliser auprès de la Cour.

7 100, v. 59 et suiv. Nègre date (p. 344) cette « Elegio à la reino de Navarro » du début de 1580, au moment où Marguerite de Valois « avait dû accompagner son mari, Henri de Navarre, quand il séjourna à Montauban ».

8 Voir la note de Nègre, 443.

9 Gardy 2002.

10 Gaillard qualifie Du Bartas de « fraire d’escolo » de Chambon. S’agit-il d’affinités religieuses, poétiques ?... Ou d’une simple comparaison flatteuse, à propos d’un quasi-voisin (la Gascogne et le domaine du Bartas ne sont pas très éloignés d’Agen) ? Un fait demeure : c’est l’auteur de la Sepmaine et de la Judith, publiées pour la première fois en 1575 et 1578 et nommément citées par lui, que Gaillard choisit pour honorer la stature de poète de Chambon. Curieusement, la plupart de ces pièces n’ont pas été reprises par Ernest Nègre dans son édition.

11 Nègre, à la suite de l’Histoire générale de Languedoc, date cette entrée du futur Henri IV de France dans Montauban pour assister à une assemblée des protestants de la ville du mois de janvier 1580. Du Bartas avait dû, comme tout nouveau gentilhomme de sa chambre, accompagner Henri III de Navarre pendant ce voyage à Montauban. On fixe généralement (Nègre, 16) la date de naissance de Gaillard entre 1530 et, au plus tard, 1533. Du Bartas, né à Montfort en 1544 (alors même que mourait Clément Marot) était donc son cadet d’une dizaine d’années.

12 Il s’agit de la fameuse histoire de l’épée de Damoclès.

13 « Mas que se ieu me fiquabo en colero/Contro un Bartas, beleu calque roumec/Me trincario las cordos del rebec ».

14 Peut-être Gaillard a-t-il songé à la devise de Philippe le Hardi, à laquelle il fait allusion très explicitement au début de la pièce no 130 (Nègre, 418 : « moult tarde, avec jeu de mots : arde “brûle” »).

15 Dans la pièce suivante (no 96), sans doute écrite peu de temps avant la pièce no 95, « A Mousur del Bartas, de so qu’el fourec cauzo que lou rey de Navarro dounenc cent escuts à Augié », Gaillard parle à deux reprises de son quasi-compatriote comme de son « amic » (v. 1 et 39), et souligne l’encouragement qu’il reçu de lui « de faire un pauc del sage,/Amai fa calque rimo an d’aqueste lengage,/Per la trametre al rey de Navarro... ».

16 « Ieu pregui Dieu del cel que li dou longo vido,/Amai à vous tanbé qu’ets encauzo, en partido,/Qu’el me dounec à mi cent esquts del soulel : /Ieu vous remersi fort de vostre bon consel ». (v. 81-84).

17 Des frivolités, traduit Nègre, 342.

18 Logiquement Gaillard associe ici Marot, qui « a fah lous Salmes de David/Et del Bartas l’Historio de Judit,/Et la Semmano » (v. 21-22).

19 La ligne où figure ce vers a été omise dans la version française de Nègre ; et cette occurrence de l’adjectif bragard oubliée dans l’index lexical. Dans les « Errata » imprimés sur un cahier à part et joint à l’ouvrage, l’adjectif, qui rime avec. Ronsard (v. 45) et. Galliard (v. 40), est traduit par pimpant (622), comme il l’est aussi dans la pièce no 82, « ... cousi l’on pot dira proufieh dels ennemix embegiouses » : « Las rimos que ieu fau despeissos sou bragardos,/Que tout lou monde dis que sou rimos ronsardos » (v. 265-266), c’est-à-dire, probablement, des poèmes« dignes de Ronsard », considérés davantage en ce qui concerne leur facture que leur contenu ou leur registre.

20 Pièce no 100, v. 29 et suiv. : « Darieromen uno fort long pauso/Dins un lougis el an mi devisabo,/Et me disec per que ieu n’estudiabo,/Que ieu souy sot de fa plus de carretos,/Et que debio m’adouna à las letros ».

21 Nègre (p. 438) date cette poésie de la fin de l’année 1581

22 « Elis fort pauromen vous an debarizat,/Mas per aquo lour nom n’an pas eternizat,/Coumo abetz vous lou vostre an vostros escrituros » (v. 35 et suiv.).

23 On notera au passage comment Gaillard contredit ici ce qu’il a pu affirmer à l’adresse de son protecteur et mécène, Monsieur de Séré, quand il lui écrivait que les exemplaires du Banquet avaient étés imprimés et dorés à Paris : « Mas rimos se poudiou esta lounc tens al croc./Car, ses vostre secours, en deguni manieiro/Ieu nou las podio pas fiquar los en lumieiro. /Poudio las ieu pourta emprima dins Paris,/Vesen que cado cop mon argen me taris ?./Mas an d’aquels esquts que del placart me deretz,/Et d’autre bel argen que vous peis me presteretz,/Ieu me soy peis penat d’ana me’n lou gran pas/Tout dreh daquio Paris, per emprima mon cas. » (pièce no 62, v. 70 et suiv.). Nègre (p. 242) juge « ce voyage à Paris [...] inventé de toutes pièces ».

24 « À partir du Banquet de 1583, tous les ouvrages d’Auger Gaillard, en plus du portrait et du quatrain français, ont, pour expliquer le coq dans les flammes du médaillon, le quatrain occitan que voici » (236, en tête de la pièce no 61).

25 L’année même où son père François de Saluste fait l’achat du domaine du Bartas, près de Cologne. L’année suivante, quand meurt son père, Guillaume devient à son tour sieur du Bartas.

26 Gélis et Anglade 1933, 213, 219.

27 « El es vertat que ieu ey fiquat dins aisci/Calques petits estrons, mas nou pudou bousci » (v. 11-12).

28 Autrement dit un étudiant, ce que Gaillard ne fut jamais.

29 Les fleurs étaient proclamées publiquement le 3 mai. Leur remise proprement dite s’effectuait le jeudi de l’Ascension. Les cérémonies du 3 mai se terminaient par un banquet très animé, occasion d’un « formidable gaspillage » (Gélis et Anglade 1933). La remise des fleurs, à laquelle participaient les étudiants (écoliers), était, comme le banquet du 3 mai, le lieu de nombreux débordements qu’on essaya régulièrement de contenir dans toute la seconde partie du xvie siècle.

30 Nègre traduit (p. 256) « l’étudiant s’exprima en latin ». Il paraît plus juste de comprendre « en son latin », c’est-à-dire « en son propre langage », autrement dit, en l’occurrence, en occitan.

31 On y retrouve tous les éléments d’une veine cosmologique qui était alors en vogue chez les lauréats des concours de mai (Dauvois 2004).

32 Voir Gélis et Anglade 1933, XX et suiv.

33 Figure du poète que l’on retrouve diversement incarnée, dans diverses pièces du Banquet. À celles déjà mentionnées, on peut ainsi ajouter la pièce no 38 de Las Obros (reprise dans Lou Banquet entre les pièces 116 et 117), « Augié menec de masquos à uno maisou et, counoessan qu’el avio mal fach, s’en escuzo à un seou compaire », où Gaillard, apparemment malgré lui, s’y campe « an de masquats,/Un ser, per tal de fa del fat » (v. 8-9). Dans une autre direction, la pièce no 45, « A Madoumaisello de Ricart, del poul à l’aze », non reprise dans Lou Banquet, obéit à un genre cultivé par Marot dont les résonances carnavalesques sont patentes.

34 Dans la pièce 92, Gaillard mentionne un autre auteur d’origine toulousaine, dont il cite d’ailleurs intégralement, de façon élogieuse (« Aqueste bel quatrain », v. 98) un de ses fameux quatrains, Guy Du Faur de Pibrac (1529-1584), également mainteneur du Collège à la suite de son père Jacques. Les premières impressions des Quatrains sont de 1574 et surtout 1576 (Dauvois et Deschaux 2004, 73-74).

35 Dauvois et Deschaux 2004, 58-60.

36 « Qu’aurey ligit Drusac, que nous apren cousi/Nous cal prene moulhié que n’agio maubés si » (v. 266).

37 Ainsi que le montre Nègre, 427.

38 Pièce no 76, texte emblématique de son écriture s’il en est, puisque reprise et amplifiée de Las Obros (pièce no 17) et complétée dans Lou Banquet par la pièce no 137, « Lou coudecil d’un porc. ».

39 On notera, à la suite de C. et D. Fabre (Fabre 1978, 122), que la dernière image du Libre gras « est très carnavalesque : un porc que mangiabo un estroun » (pièce no 52 ; cette importante étude est fondée, entre autres documents, sur une analyse détaillée des deux versions du « Testamen » de Gaillard). Notons que cette pièce nous est connue par la reprise que Gaillard en a faite dans Lou Banquet (entre les poèmes no 126 et 127), où elle tient évidemment toute sa place.

40 « Response de Augié à un violon dict Saquebute » (pièce de Las Obros non reprise dans Lou Banquet).

41 Nègre 183, qui traduit cantarel par « pipeau » et voit dans ce terme utilisé par Gaillard une marque de dérision à l’adresse de ce musicien à la fois concurrent et modèle (voir la pièce no 11).

42 « Mais jamais onc ne trouvay si savant/Poëte que vous, pour un fils de Moissac » (pièce no 21, v. 38-39).

43 Voir les pièces no 55 (dans les Recoumandatious, reprise dans Lou Banquet après la pièce no 76) et no 58 (reprise également à la même place) : « A prepaus de pana, entre qu’el me soubé,/ Ieu vous pregui, Mousur, de me fa tan de bé/D’ana dire à Rounsard et al. paure Desportos/ Que las querellos qu’an à Petrarquo sou mortos ;/Car ieu ey fah l’acort dilus per toutis tres./ Petrarquo m’a jurat que so qu’els li an pres,/El, per l’amour de mi, de boun cor lour ou douno./ Et Mousur del Bartas, qu’es hounesto persouno,/S’y es fort empleguat à lous metre d’acort »... (no 58, v. 249 et suiv.). La même scène imaginaire est déjà évoquée dans la pièce no 57, à propos des « cent bers, o dabantatge » que Desportes aurait volés à Pétrarque (« Darrieiromen Petrarquo uno fort longuo pauzo/El debisec am mi, amai el me disio »..., v. 96-97).

44 Les informations ou déductions proposées par Ernest Nègre permettent d’ébaucher, avec prudence, une chronologie de ces apports, en ce qui concerne les poètes français du temps : janvier-février 1580 : pièces no 95, 100, 96 (ou peu après pour cette dernière) ; début 1581 : pièce no 130 ; courant 1581 : pièce no 57 ; fin 1581 : pièces no 58, 55 ; vers la fin de 1581 : pièce no 136. On voit que l’apport des Recoumandatious (= pièces 53 à 60 dans l’édition Nègre) est important.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Gardy, « Auger (Gaillard) et les poètes »Lengas [En ligne], 62 | 2007, mis en ligne le 07 avril 2019, consulté le 01 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lengas/2866 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lengas.2866

Haut de page

Auteur

Philippe Gardy

C.N.R.S.-LAHIC-IIAC, Université Paul-Valéry, Montpellier

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search