Navigation – Plan du site

De la difficulté de composer en « lengue d’Albigez » ou l’art du contraste

Jean Arrouye

Texte intégral

  • 1 Auger Gaillard, Œuvres complètes publiées, traduites et annotées par Ernest Nègre, Paris, PUF, 1970 (...)

1Lorsque Auger Gaillard insère dans Lou Banquet la traduction du Psaume 1er « en lengue d’Albigez » (69, 2521) il pense qu’il accomplit simultanément deux actions de forte portée symbolique : traduisant la Bible en langue vulgaire il participe à la divulgation, voulue par les réformés, du texte sacré et confère à sa langue le prestige qui s’attache à celui-ci. Et pourtant, aussitôt, dans le texte qui suit, commentant son initiative il qualifie cette « lengue » de « sot lengatge ».

Se vous troubatz qu’aqueste poulit salme
Sio pla fiquat en lengue d’Albigez,
Un autre cop, en d’aquest sot lengatge
Se Dieu o vol, n’y metrey dabantatge. (69, 252)

2Il y a là de quoi s’étonner car si c’est un « sot lentgatge », pourquoi donc l’avoir utilisé pour un texte qui est aux antipodes de toute sottise, puisque ce psaume parle du partage par Dieu des justes et des méchants, et comment, après s’être rendu compte de l’inadéquation de la langue au sujet, le poète peut-il envisager de l’utiliser à nouveau aux mêmes fins en invoquant de plus l’approbation divine ? Ce genre de contradiction se retrouve en fait tout au long des œuvres d’Auger Gaillard.

3Ainsi la langue d’oc est traitée à nouveau de « sot lengatge » par Auger Gaillard dans sa supplique au roi de France des Recoumandations (55, 202), écrite en occitan cependant, ce qui, cette fois-ci, implique une double contradiction : choisir pour s’adresser à celui dont on attend une aide une langue qu’il ne comprend pas, et dénigrer celle-ci alors que l’aide demandée est pour éditer une œuvre dans cette langue. On pourra évidemment penser que cette dernière contradiction n’est qu’une habileté car elle équivaut à reconnaître supérieure la langue du roi, le français. Cependant…

4Qu’est-ce donc qui fait, selon Auger Gaillard, de la langue occitane une langue inférieure et un « sot lengatge » ?

5La raison première, déclarée dès l’avis au lecteur de son premier recueil de poèmes, Las Obros, est que cette langue est grossière :

Et y a forso de mouts, que lous fats faran rire,
Que noun soun pas fort bels : forso m’es de lous dire.
Coumo desus ey dich, ieu soy filh d’Albigez :
Si nou lous y mettio, diriou que non soy gez ;
Al pays d’Albigez, Alby et autros villos,
« Foutimas, viedaze », disou fennos et fillos.
Per aquo ieu ey paur qu’on m’estimo mal satge,
Se rascly cap de mout de mon ladre lengatge.
Ieu voli qu’on sapio que soy filh d’Albigez. (2, 46)

6Donc Auger Gaillard, et comme lui tout écrivain de langue d’oc, serait victime d’une contradiction insurpassable. Si, fier de ses origines et de sa langue, il décide de l’utiliser, comme celle-ci charrie nécessairement des grossièretés — constitutives de son originalité —, ses œuvres, au lieu de susciter l’admiration prêteront à rire, le déconsidèreront. Dans le « Prologo d’Augié à Mousur de Seré », dans Lou Banquet, l’écrivain insiste sur ce fait que la grossièreté est consubstantielle à la langue : « mas que lou lengatge so porto » (67, 247). Aussi doute-t-il d’atteindre à la renommée à laquelle il aspire :

Fach emprima ieu ey mon sot ouvratge,
El me disieu : « De mi se parlara
Après ma mort, tant qu’el monde vieura »
Tout lou mal es, qu’aso n’es pas pla fach ;
N’es pas mon tort, car ieu soy miech gavach :
Coumo vous dic, ieu soy filh d’Albigez. (3, 49)

Au mieux ce sera une réputation locale, qui fait que, Mathely, violoniste toulousain, le rencontrant, il le reconnaît, au seul ouïr de son nom comme

Lou que fasets de forço de faissous
Forso rimos et tantos de cansous... (5, 56)

7On sent dans ces interrogations sur la nature et les pouvoirs de la langue et sur la gloire qu’elle peut conférer comme un écho des aspirations exprimées naguère par Du Bellay dans la Défense et illustration de la langue française, au nom des poètes de la Pléiade.

8De fait Auger Gaillard ne cesse de donner comme exemple de réussite celle de poètes français et en particulier de Ronsard dont, dans un poème au roi, en français, il se dit l’apprenti :

Sire, je suis Augié Gaillhard,
Petit apprentif de Ronsard. (40, 171)

et dont, dans un autre poème, à Monsieur de Turenne, en français aussi, il reconnaît la supériorité, déclarant que pour faire le récit de la campagne de Turenne

Je suis trop sot pour cette rime faire
Car puis après il la faudrait deffaire.
C’est à Ronsard, homme de grand cerveau
Ou à Marot : mais il est au tombeau. (22, 123)

À plusieurs reprises, ainsi, Auger Gaillard affirme son infériorité par rap port aux poètes français. Dans une « lettro à Monseigniour de Montalba » il déclare :

Ieu nou fau pas ta pla coumo fasio Marot. (80, 279)

Dans l’adresse au roi de France des Recoumandatious, après avoir évoqué Baïf, Desportes, Ronsard et Amadis Jamy, il conclut :

Ieu nou souy pas ta fol, ni foro de razou,
De voulé faire d’els a mi comparasou. (55, 204)

Dans une courte déclaration, en français, au début du Banquet, il affirme :

Je suis Auger Galliard, auteur de cest ouvrage
Lequel j’ay fait icy, pour mander en tous lieux
Il est fait en françois et en mon sot langage
[...]
Si je l’eusse mieux fait, quelques sots envieux
Eurent peut estre dit « ceci a fait Ronsard ». (64, 245)

9On se demande alors, à voir ainsi Auger Gaillard partagé entre deux langues de statuts si différents, pourquoi il n’a pas rédigé ses œuvres en français. Sa réponse, donnée d’emblée dans l’avis au lecteur de son premier recueil, comme s’il prévoyait que l’on put lui en faire reproche, est que sa maîtrise de cette langue est insuffisante :

Apprengueri, al despens del pagez,
Calque petit de la lengo franceso ;
Tam pla ey fach, Monsur, quant l’ey appreso.
Ieu soy aimat de nobles persounatges,
Per so quant ieu parli de dous lengatges.
Mas en fransez ieu n’y sabi pas gaire.
Millou parli lo lengo de mon paire. (3, 50)

Ce non possumus est réitéré à la fin de l’« Elegio à la reino de Navarro » :

Et nou soy pas gaire boun franciman :
Per m’entendre vous cal un truchoman,
Per so quant ieu parli trop lou gavah. (100, 342)

10Une deuxième raison invoquée est que, étant « miech gavach » (3, 49), il n’est pas assez éduqué. Même s’il parlait « atampla lou francez », il ne pourrait

[...] escrieurio rimos de forso sortos,
Coumo Ronsard, o Philippos de Portos...
Non pas tam pla, car elis sabou trop. (3, 50)

La même raison est donnée dans la « lettro al susdit coumessari de so qu’el fec brulla calques maissans libres diffamatoris » où après avoir, une fois de plus, comparé ses œuvres à celles de Ronsard et de Desportes, il explique :

E peis ieu vous direy causos pus legitimos,
Qu’es la causo per que fan millhou que mi rimos :
Car elis an Baif et Amadis Gemi,
Que lour diz la litssou, et nou fan pas a mi. (58, 222)

L’infériorité de ses œuvres s’expliquerait donc par une infériorité de culture, de connaissance des œuvres latines et grecques, que les humanistes parisiens font découvrir aux poètes français. L’humanisme serait plus difficile à pratiquer en pays albigeois qu’au jardin de la France.

11L’une et l’autre raisons sont manifestement fausses, des déclarations de fausse modestie destinées à provoquer la louange précisément de la maî trise du français de l’écrivain puisque les textes en français parfaitement manié ne manquent pas dans ses œuvres et que certains sont parmi les plus longs qu’Auger ait écrits, ainsi que de sa connaissance des auteurs anciens puisque, même s’il ne les a probablement abordés que dans des traductions françaises, comme celle d’Amyot, ainsi que le remarque Ernest Nègre, certains textes, aussi bien en langue d’oc que d’oïl, n’ont rien à envier pour la densité de citations d’auteurs antiques aux plus érudits poèmes de Ronsard ou aux pages les plus réflexives de Montaigne, ainsi la « Lettro à Monsur de la Mer » (6, 73-6), la « Lettre à Monseigneur de Turenne » (22, 121-4), la « Requesto à Messiurs lous magistrats per Peluffet, qu’ero embriat et disio mal d’els » (46, 183-4), le « Prologuo d’Augié à Mousur de Seré » (67, 246-8) ou « Augié demonstro aisi à sous amix cousi l’on pot tira proufieh dels ennemix embegiouses ». (82, 284-9).

12Il faut donc chercher ailleurs les raisons de l’infériorité proclamée : si elle n’est pas de poétique, de qualité de la versification, ni de savoir, de capacité de citation, elle est de ton, de nature par trop rustique des sujets qu’Auger Gaillard est naturellement amené à choisir en raison de la grossièreté de la langue et des attentes de son public, car, à la différence de « Peire Rounsard et Philippo Desportos », dit le poète,

Prinsses ieu n’hanti pas, damos, ni domaisellos
Coumo fan elis dous touts lous jours à la court ;
Que per aquo d’aqui mon houbratge es ta lourt.
Las rimos que ieu fau seriou plan compassados,
Quant ieu frequentario fennos ta pla caussados ;
Mais ieu à Rabastens et d’autres paures locs,
Nou frequenti que gens fort paures an d’esclops. (58, 222)

Le poète est en quelque sorte pris entre deux feux, et la poésie contrainte à la rusticité simultanément par son matériau et sa destination.

13Ainsi s’expliquent toutes ces œuvres qui ne font que recycler des histoires drôlatiques que l’on se raconte à la veillée ou au cabaret et, pour n’en citer que du premier recueil, Las Obros, celle de l’avocat qui perd le lièvre qu’il avait accroché à son arçon (13, 93-5), celle du porc qui fait son testament (17, 111-3), celle du soldat désarmé dont les poules se moquent (37, 159-160), celle de la prétendue bêtise du poète qui, envoyé choisir un melon au jardin, les a goûtés tous comme il eût fait pour des fromages ou des vins (12, 90-1), celle du niais que l’on envoie faire des courses (39, 165-7), celle de la défense burlesque de l’ivrogne Peluffet (46, 183-5), celle du rempart défendu par le « bel petart » d’une servante (43, 176-7), celle des protestations burlesques d’affection, la plupart à double entendre, d’une jeune fille à son fiancé âgé (49, 189-190), celle du menu du repas souhaité par Josias, à qui Augé Gaillard écrit :

Coumo savets, ieu ey un peys,
Que sur le diano d’un pam creys ;
Mas aquo n’es pas bou per vous ;
A vous, vous cal un auzel rous,
Per fadegea a la carriero,
Et lou meou peys, per la Brenguyero. (10, 86)

Toutes les situations de ces histoires et toutes les équivoques du langage qui en dédoublent le sens appartiennent au registre folklorique. On est bien loin, en effet, de celui, mythologique, qui sous-tend la plupart des poésies ronsardiennes.

14Cette matière, à la fois, fait que la poésie d’Auger Gaillard est d’un genre inférieur à celui de la poésie de Ronsard (quand bien même celle-ci se veut aussi rustique, sa pratique de l’équivoque ne va pas plus loin que de suggérer de cueillir à temps la rose qui a « déclose/Sa robe de pourpre au soleil ») et qu’elle est originale. Auger Gaillard le sait bien qui, dans une supplique au roi de France, dans laquelle une fois de plus, il compare son œuvre à celle des « rimaires » français, invite plaisamment ceux-ci à venir se mesurer à lui sur son terrain et affirme qu’alors c’est lui qui sera le maître :

Vengoun à Rabastens, s’els me volou combatre,
S’elis sou tant hardits, o ben à Montalba.
      Nou seran pas ta fats de me beni trouba,
Car elis sabou bé qu’en mas judicaturos
Ieu lous confondrio touts per belos escrituros.
Toutis counoissou bé que ieu souy escoulié,
Amai trop bon masti, estant sur mon palié,
Combé que ieu amb els aurio partidos fortos. (55, 203)

15C’est donc très lucidement qu’Auger Gaillard a choisi sa matière et sa manière poétiques, et toutes ses apparentes reconnaissances d’infériorité ne sont que façon indirecte d’attirer l’attention sur ce qui le différencie de ses illustres contemporains français et de faire valoir par comparaison la spécificité de son inspiration et la logique de sa conduite, car si Ronsard et consorts prétendent illustrer la langue française, ils le font curieusement, quand il s’agit d’amour (mais n’est-ce pas là justement le sujet des poèmes qui ont fait leur renommée ?) en démarquant une façon de penser et de parler empruntée à un poète d’une autre langue, Pétrarque. Auger Gaillard, au contraire, non seulement illustre sa langue mais est fidèle à son génie — tel du moins qu’il le présente — et à la culture de ceux qui la parlent : le double entendre, l’insinuation et l’antiphrase sont des modes privilégiés d’expression du monde paysan à la culture duquel appartiennent certaines des histoires que reprend en vers le poète de Rabastens. Ainsi, aussi bien en composant ses poèmes inférieurs qu’en les déclarant tels, Auger Gaillard, comme il l’écrit à M. de la Roque, se souvient de

So que disiou nostres paures aujols,
[...]
« Nou rompats pas lou fourn que coy lou pa ». (26, 128)

16Aussi Auger Gaillard ne saurait-il être partisan de la doctrine de l’imitation par laquelle les poètes de la Pléiade veulent épurer et enrichir à la fois la langue et la matière littéraire. C’est le sens de l’accusation, maintes fois répétée, de vol commis par les poètes français. En voici deux exemples. À Desportes il est reproché d’avoir pillé Pétrarque :

Disio qu’el li panec cent bers, o dabantatge,
Que lous a touts de renc fiquats en son houbradge. (57, 213)

De tous il déclare :

J’ai ouï qu’ils avaient dérobé de Virgile
De Pétrarque ou d’Homère et d’autres poetes grecs. (170, 547)

et il proteste que lui

[...] ne hai[t] rien tant qu’une telle entreprise. (167, 541)

En fait c’est dès la dédicace de Las Obros « A Monsiour et bon ami noble François de Caumont » qu’Auger Gaillard proclamait solennellement, juste après avoir reconnu l’infériorité de ses œuvres à celles de Ronsard et de Desportes,

Mas los meos sou semblablos à los lours
Coumo un estroun à un ramel de flours, (3, 50)

qu’il se refusait à emprunter à autrui sa façon de dire :

leu nou soy pas estat ta miserable
De pana re de tout so qu’els an fach ;
[...]
Ieu nou vouldrio pana jamai als mestres.
Un home es fat quant el meteus s’engano,
E b’es lairou, dison, qui à lairou pano. (3, 50)

17Avec grande habileté Auger Gaillard mêle proclamation d’honnêteté personnelle — d’originalité — et reproche au rival en gloire français de vol — de plagiat. Du coup l’expression vulgaire par laquelle il reconnaissait apparemment son infériorité poétique, qui sonnait cependant comme un défi, une revendication de mauvais goût confirmant la grossièreté de sa poésie, se charge aussi d’un autre sens, critique à l’égard des pratiques d’imitation des poètes français, revendicatif de sa propre originalité, car les fleurs se cueillent tandis que l’étron vient de son propre fond. Plus tard, dans Lou Banquet, juste après avoir encore rappelé que Ronsard et Desportes « qu’an uzat de pillhatge » et reconnu que « ieu n’en fau de tant bellos [obros] », il insiste que

Ni mai Petrarquo poun nou me reprouchiario
Que ieu aguez panat cap de vers de sas hobros

et affirme :

[...] ieu n’ey prou per mi, amai viando de sobros. (58, 222)

C’est là une affirmation d’indépendance, le refus de suivre l’exemple de poètes qu’on admire assurément mais dont la poésie raffinée n’a guère en commun avec celle que choisit d’écrire Auger Gaillard, qui dans « Lou placart qu’Augié baillec à Monsur des Valées » se présente fièrement ainsi :

Se nou sabets qual souy, ieu vous o voli dire :
Ieu souy Augié Gaillhart, lou que lous fats fa rire,
Per so que calque pauc me maili de rima. (57, 211)

18Sa poésie est donc une poésie joyeuse, populaire, tirant ses sujets d’une expérience de la vie réelle, de la bite bitante comme le revendiquera encore Camelat, expérience directement faite par l’auteur ou transmise par tradition orale, stylisée en récits fréquemment ironiques et peu soucieux de convenance dans leur expression. Dans cette perspective la verdeur de la « lengue d’Albigez » n’est plus un inconvénient, mais un avantage pour qui veut donner une idée entière de la culture du temps et pérenniser par ses écrits une tradition orale savoureuse. Augé Gaillard, dans un quatrain où il est encore question d’étron, car l’usage de ce mot devient le symbole d’une poésie qui n’a pas peur des mots, se présente comme patronymiquement prédestiné à écrire une telle poésie.

Prenen lou cas que’l mout d’un estroun sio soulhiart :
A mi nou sera pas estimado lourdizo ;
Car que me serbirio de m’appella Galliard,
Et que ieu n’euzes poun de calque gallardizo ? (74, 257)

Ce n’est donc pas par obligation, fatalité linguistique ou inculture de ses lecteurs, que la poésie d’Auger Gaillard est réaliste et gaillarde, mais par volonté réfléchie et fidélité à une culture aimée.

19Cependant il n’est pas toujours aisé de maintenir la distinction entre réalisme et scatologie, ton gaillard et graveleux. Le titre du second recueil d’Auger Gaillard, Libre gras, et l’interdiction dont il fut frappé laissent à penser que l’écrivain se laissa excessivement emporter par l’inclination de la « lengue d’Albigez » à la grossièreté.

20En conséquence Lou Banquet tente de trouver un équilibre entre sujets et style bas et sujets et style élevés. Ce qui suppose de corriger l’excès de l’un et de l’autre registres.

21Pour expliquer de quelle façon il a rendu acceptables les sujets vulgaires, Auger Gaillard, dans une lettre de remerciements « A Mousur de Seré, seignhour de Courronsac », qui a financé l’impression du Banquet, recourt à une parabole qui raconte comment un paysan à qui son seigneur avait prêté le blé à semer donna ensuite à celui-ci sa récolte, mais, avant,

Et lou fesec puleu purgua de la virago (62, 237).

Auger Gaillard explique alors que pour son nouveau recueil :

Ieu ey fah coumo aquel qu’empruntec la semenso,
[...]
Et, coumo crubelec purmieiromen soun blat,
Leu ey puleu aisso purmieromen criblat,
S’enten que n’ey tirats touts aquelis mouts grasses,
Que’ls Albigeses disou et toutes lous Rouergases. (62, 238)

Et, continue-t-il, de même que le paysan

[...] lou metec [lou blat] en un lensol houbrat
S’entendio qu’el callio que’l libre fous daurat. (82, 238)

L’embellissement de l’apparence du livre va de pair avec l’épuration de la langue de ses mots trop crus et la parabole rehausse en dignité cette évocation du travail nécessaire de l’expression.

22Quant aux textes de registre élevé et aux références érudites, c’est dans une supplique au roi de France (si c’est le destinataire qui commande le genre de l’œuvre, ainsi qu’Auger Gaillard l’affirmait dans son texte de justification de Las Obros, on ne peut trouver texte de plus haut registre) que, par une comparaison empruntée à la mythologie (la plus prestigieuse, hormis la Bible, des sources possibles de comparaisons), qu’il explique qu’il en faut savoir maîtriser l’usage :

Couma Icarus fec, quant, coumo uno pasero
Voulguec passa la mar an sas allos de sero ;
Et quant voullet trop naut, lou soulel fi foundec
Las alos qu’el abio, peis dins la mar toumbec. (55, 200)

23En fait c’est moins de la modération dans l’usage de ces épices rhétoriques que de l’art de les associer en sauces variées que Lou Banquet tire son originalité. Auger Gaillard y pratique une cuisine de l’aigre-doux ou du sucré-salé, y développe une esthétique du contraste.

24L’un des plus visibles exemples en est dans la missive « A Mousur de Seré, seignhour de Courronsac » où il explique comment il a adouci son langage trop salé en recourant à une nouvelle comparaison en rapport harmonieux avec les précédentes :

L’on veh qu’un pouticary el dauro las pelluros,
[...]
Quant el las vol pourta en un home d’ounour,
Per tal qu’el las pren peis de millhouro sabour.
Ieu ey fachios daura dessus mas escrituros,
Per so qu’ellos sou plus amaros que pelluros.
Toutos pelluros soun amaros coumo fel,
Que per aquo las pintrou aital an d’auripel,
Mas per l’amaretat ellos nou fan pas fauto,
Per aquo de gueri la persouno malauto,
N’estan pas per aquo de fa las gens cagua. (62, 238)

Voici donc un de ces « mouts [...]/Que noun soun pas fort bels » (2, 46) « mas que lou lengatge so porto » (67, 247) dont on a pu croire un temps qu’Auger Gaillard voulait les chasser de ses œuvres. Mais non ! son apparition est simplement retardée, préparée, légitimée, car, en ce contexte, c’est le mot juste — et donc non plus cru, mais dru — et il en prend, par contraste et consécution avec le long passage justificatif préalable plus de force. Ainsi les mots, ou les récits, grossiers ne sont pas exclus des œuvres d’Auger Gaillard. Plus variés sans doute, ils entrent dans un art du suspens et de la chute, du contraste et de la surprise baroque.

25Ce modèle de chute contrastée se retrouve en plusieurs pièces et structure, par exemple, le long exposé fait « A Mousur de Lacazo » des consolations que l’on peut trouver chez les auteurs antiques pour avoir été délaissé par celle qu’on pensait épouser et de la nécessité de lui trouver une remplaçante (132, 419-23). Après cent quarante vers consacrés à aligner les exemples consolateurs, soudain le ton change. Vient d’abord un exposé ridicule des hauts faits dérisoires d’Auger ; ainsi

[...] d’un grau cop d’alabardo
Trauqetri dins un cop un grau cartié de lart. (132, 423)

Puis, en quatorze vers est développé un parallèle burlesque à la douleur d’avoir été quitté. Auger raconte qu’une fois où il avait une très grande douleur à la joue gauche un médecin lui conseilla le remède suivant :

Que moulguez forso d’al dedins uno escudello,
Et que metes al quioul ses o dire à degus

Et de fait, la chose faite, il ne sentit plus la douleur à la joue :

[...] bé disec vertat, que lou mal de la gauto
Nou me doulguec pas pus ; mas ieu al leh tout soul
Cridabo neh et jour coumo un fol : « Ay ! lou quioul ! ». (132, 423)

Ici grossièreté de mot et grossièreté d’anecdote s’accordent parfaitement, et le contraste entre ce récit bas et la consolation haute qui précède n’en est que plus fort.

26Cependant un dernier rebondissement, de huit vers seulement, va rétrospectivement remettre en question toute la docte consolation car il se termine par un dicton scatologique, grotesquement attribué à Cicéron, qui conteste radicalement l’efficacité de ce genre de consolation.

Car beleu vertat es so que Cicero dis,
Qu’al mai merdo ou boulego, al mai elo pudis. (132, 423)

27L’énorme inconvenance de mot et de pensée — quel contraste avec le ton habituel des propos rapportés des auteurs antiques ! — discrédite non seulement tout ce qui a été dit auparavant dans le poème mais le principe même de l’accumulation d’exemples ou de citations empruntés à la culture antique pour étayer une opinion, et donc tous les poèmes de registre élevé fondés sur ce principe que l’on trouve dans les œuvres d’Auger Gaillard et, au-delà, d’une certaine façon tout le legs de la culture humaniste sur lequel s’appuie l’entreprise de rénovation de la poésie française menée par Ronsard, Baïf et leurs amis.

28Cette rude nasarde vaut donc jugement sur la nature de la poésie à pratiquer et équivaut à la préférence fameuse déclarée par Du Bellay dans Les Regrets :

Plus me plaît le séjour qu’ont bâti mes aïeux
Que des palais romains le front audacieux.

Auger Gaillard pourrait dire sans doute :

Plus me plaisent les histoires qu’on narrées mes aïeux
Que des auteurs anciens les exemples fameux.

Mais à l’élégie il substitue la parodie et au parallèle le contraste qui, par sa nature même, pousse à l’excès.

29Le contraste s’institue dans la successivité. Il est donc tentant, dans un recueil de poèmes, de tirer des effets de contraste de la succession même des poèmes ; Auger Gaillard ne manque pas de le faire, mais non sans « dorer la pilule » à chaque fois car cette opération peut être considérée comme un avatar de l’art du contraste : sous la pellicule dorée, plaisante à observer, est la pilule amère, déplaisante à déguster ; de plus celle-ci est sans doute de couleur sombre comme ce dont elle facilite l’expulsion du corps du malade. Ainsi quand Auger Gaillard fait se succéder un poème « A Mousur del Bartas » dans lequel il célèbre la qualité de l’œuvre de celui-ci et de la sienne propre (136, 434-40) et le texte grotesque du « coudecil d’un porc » (137, 439-40), le premier texte est aussi bâti sur un contraste, double, celui du récit du vol « dous roussis et bagage » (136, 434) de Du Bartas et de l’évocation du poème qu’il pourrait faire sur cet événement qui

Vous pouiran fa gagnha quicom que valdra mai. (136, 435)

et celui, analogue (le parallèle ne vaut pas ici pour lui-même mais comme moyen de renforcement du contraste), du vol de la hache d’Auger Gaillard sans lequel, dit-il,

[...] jamais ieu en rimo escrih nou n’aurio pas. (136, 435)

Le codicille du porc à son testament a aussi pour résultat de déposséder des personnes, sinon d’un bien réellement possédé, du moins d’un bien dont la possession leur avait été promise. On voit à cette richesse de relations entre les deux textes qu’Auger Gaillard se préoccupe bien en effet de « dorer » sa pratique littéraire.

30Autre exemple de contraste entre deux poèmes successifs qui ont un thème ou un motif commun : le sonnet « à Philippo Desportes, d’un maissant sounet qu’[Augié] a troubat dins son libre » reproche au poète français d’avoir fait un éloge excessif « de Diano, amai de sa beutat » (139, 442-3 ; le suivant « A un gentilhome et à sa domaiselo, de so que lous enfants se portabou mal a cauzo lours nouirissos ledos », qui reproche à ses destinataires d’avoir donné à leurs enfants des nourrices qui ont des seins « coumo unos leus de biau » et qui sont de plus « negros et toutos pels » (140, 444). Le premier texte, évidemment, contenait aussi un contraste, opposant au dernier tercet l’illusion de Desportes,

Que las fennos comparo à la divinitat,

et la réalité, qui est que

[...] pudou la pluspart coumo carrognhos mortos ! (139, 443)

31Parfois le contraste est implicite, mais n‘en est pas pour cela moins violent. Ainsi le sonnet « A Mousur lou fil de Mousur Dariat, de so que’l vy ela abio fah veni rouge lou nas d’Augié » utilise la forme poétique inventée par Pétrarque pour chanter la beauté de la plus belle et intouchable des femmes, introduite dans la littérature française par Du Bellay pour dire son amour pour une non moins pure et admirable amante, et utilisée par Ronsard pour de non moins ferventes protestations d’amour, pour décrire l’effet de l’amour du « vi cla » qui, confie l’auteur,

[...] m’a fah veny lou nas de moun visatge
Ta rouge, que diriats qu’es calque grato quioul.

Suit l’évocation du corps nu, plumé veux-je dire, d’une volaille

Qu’estant ploumat fourec rouge coumo de sang. (108, 361-2)

qui semble bien le renversement extrême de la description du corps d’albâtre auquel a droit toute femme en poésie pétrarquisante ou ronsardienne.

32Ici le grotesque et la goguenardise sont poussés jusqu’au sacrilège contre l’esthétique de la poésie dominante à l’époque, ce qui confirme le sentiment, donné par les protestations d’infériorité linguistique et poétique du poète albigeois, que l’affirmation de la supériorité de la poésie de Ronsard est à recevoir avec circonspection.

33On comprend alors que c’est la pratique caustique du contraste et ses implications antithétiques qui faisaient qualifier de « sot lengatge » la langue dans laquelle Auger Gaillard traduisait le Psaume 1eret qu’il utilisera encore pour traduire des passages de l’Apocalypse. N’avait-t-il pas affirmé dès le quatrième vers de l’avis au lecteur de son premier ouvrage

Un poueto nou val re, s’el n’es un pauc mentur ? (2, 45)

L’avertissement était clair et il s’avère qu’il n’était pas donné sans raison.

34Qu’elle est son extension ? S’il remet en question la signification apparente des jugements esthétiques du poète, n’oblige-t-il pas aussi à s’interroger sur celle des indications biographiques qu’il fournit à foison dans ses écrits ? En particulier sur ce métier de charron sans cesse évoqué (plus de trente fois) en contraste avec l’activité de poète, occupation manuelle, mécanique, contre occupation intellectuelle, libérale, avec ces deux échappatoires que sont le métier de soldat, manieur d’arquebuse, agent de désastres et celui de ménétrier, joueur de violon, animateur de fêtes. Il semble qu’il y ait là plus de construction rhétorique que de confidences biographiques : contrastes encore.

35Il en est de même du leitmotiv du mariage désiré et toujours impossible qui revient constamment au fil de l’œuvre et qui, s’il est pris au sérieux, comme fait Ernest Nègre, se demandant par exemple « s’il y avait vraiment dans l’entourage de Catherine de Bourbon une femme noire » (p. 533, note 3) et s’il est possible de « croire qu’un gentilhomme comme Du Bartas ait vraiment promis une de ses filles à un charron, fut-il poète » (p. 555, note 3), fait d’Auger Gaillard un nouveau Panurge, ce qui ramène à la littérature.

36Le motif apparaît pour la première fois dans le texte adressé « A Monsiour et bon amic noble François de Caumont », au début de Las Obros, quand Auger Gaillard, évoquant le temps où il était soldat et misérable (« d’argen ieu n’abio gez » (3, 49)), vivant « al despens del pagez » (3, 49) dont il volait les poules et qui ne pouvaient donc que le détester, déclare :

Mal ero prest ieu de trouba mouillhé (3, 50)

pour opposer aussitôt à ce temps passé l’actuel où il écrit de la poésie, ce qui ne l’a pas enrichi, mais fait qu’il est « aimat de nobles persounatges » (3, 50), tel le destinataire du présent poème.

37La deuxième occurrence est dans la « Lettro à Monsur de la Mer » (6, 73-76) où Auger Gaillard raconte que

L’on me volio douna uno heritiero, (6, 74)

mais que celle-ci, finalement, ne l’a pas voulu, le trouvant trop pauvre.

Le thème du mariage est donc lié à ceux de la poésie et de l’argent, et il en sera toujours ainsi, jusque dans Les Amours prodigieuses où, dans sa supplique « A Messieurs les conseillers du Conseil privé de Madame » (156, 493-6), le poète demande

De m’octroyer un don, pour prendre quelque femme,

et ce pour faire des enfants qui continueraient son œuvre :

38Pour pouvoir enseigner mes enfants héritiers
À faire tous les jours quelque rimaille bonne. (156, 493)

La supplique « À Madame. Pour obtenir sa première requeste » (161, 605-7) revient à la charge, liant plus étroitement encore les deux objectifs  :

Madame, voudriez-vous que pour si peu de chose [l’argent demandé]
Au fait de rimasser j’ai la bouche close ?
Et que je laisse ainsi pour si peu de moyen,
De prendre en mariage une femme de bien ?
Car sans cela ne puis trouver femme qui vaille,
Ni sans votre secours, faire homme rimaille. (161, 506)

On remarquera qu’insistant, Auger Gaillard réitère sa double espérance de « faire bonne rimaille » et de « trouver femme qui vaille » en chiasme. Cette figure de réciprocité et l’association par la rime des deux objets les rend équivalents.

39Il apparaît donc que ce désir de se marier n’est que la métaphore du désir d’Auger Gaillard de se consacrer entièrement à la poésie. L’état qu’il cherche n’est pas l’état conjugal mais l’état de celui qui, reconnu pleinement comme poète en raison de la qualité et de l’originalité de ses œuvres, sera en mesure de se consacrer pleinement à son art (et donc de renon cer à l’état contraire, existentiel ou rhétorique, de charron). Ce qui suppose deux conditions : d’abord d’avoir de quoi vivre sans être astreint à d’autres tâches, celle de violonneux courant les fêtes pour remplir son escarcelle, par exemple (les demandes d’argent aux protecteurs ne sont pas, elles, rhétoriques ; seule l’argumentation l’est, ce qui vaut démonstration de capacité littéraire) ; ensuite de déterminer quelle poésie on veut faire, de choisir celle « qui vaille ». La reprise du motif du désir de mariage est occasion de le préciser.

40Ainsi lors de la troisième occurrence de son expression, dans la lettre « A Monsur lou visconte de Gourdou, que’l voulio marida à Senebieros » (8, 79-81) où pour une fois c’est Auger qui refuse le parti possible, il donne pour raison qu’il préfèrerait avoir plusieurs femmes qu’une seule et justifie ce souhait par un exemple rustique :

Vous auzirets so que ieu ay après
Derrieramen, quan fasio tan de plejo :
Un boun home gardavo uno trejo,
Mas nou creiriatz cousi se turmentavo
Lou boun home que la trejo gardavo.
Ieu ly disio : « Et tu, que sios si destre,
De la trejo nou pots pas esse mestre ?
— Ha, disio el, s’el n’y avio une douzeno
De las garda n’aurio pas tant de peno,
Une solo es de pus mal garda. »
Per aquo donc, devan une marida,
Ieu voudrio fort que aquel tema vingués
Per tal d’aquo ne pendrio unos tres. (8, 30-81)

41Ce que veut vraisemblablement dire par là Auger Gaillard (pour une fois Ernest Nègre ne se demande pas si l’écrivain voulait vraiment épouser plusieurs femmes, mais s’interroge gravement : « Auger a-t-il vraiment résidé à Toulouse ? », pour conclure : « c’est douteux ») c’est qu’il n’est pas homme à se limiter à un seul genre de poésie, haute ou basse, divertissante ou morale, sotte ou sentencieuse, et peut-être aussi bien occitane ou française. Ne comparait-il pas ses « rimos et cansous » à « une fais de boysous » (3, 50) ? Fagot ou faisceau, comme on voudra, mais de branches multiples.

42La quatrième occurrence, « Avertissement à Josias, qu’on nou lou trompe pon en mariatge » (9, 83-85) est aussi le récit d’un refus d’Auger qui découvre que « de las poupos » de « la fillho... fort escarabillado » qu’on lui propose « ne sortavo lach ! ». Comprendre qu’Auger Gaillard prétend faire œuvre neuve et ne pas mettre ses pas dans ceux de prédécesseurs : ce sont toujours le principe d’imitation et l’acceptation d’un héritage littéraire qui sont en cause.

43Dans la « Lettro missivo à Monseignour de Terrido » (14, 97-9) c’est le même souci d’originalité qui semble justifier le refus des belles proposées par le « meissan capitani du Puy » de peur qu’elles soient « crambrados » (14, 99). De plus il n’en veut pas parce

Car aquo est tout ouvrage de fourés. (14, 99)

44Cette déclaration est extrêmement intéressante, car elle signifie que si Auger Gaillard reprend — par moments — la matière folklorique et s’il n’hésite pas à user des mots les plus crus, s’il fait référence aux pratiques paysannes, élevage de poulets ou de porcs, et s’il évoque ses activités de soldat ou de charron, ce ne sont pas là cependant le sujet ni la raison uniques de sa poésie qui ne vise ni à dresser un tableau des mœurs du temps ni à constituer une biographie pittoresque et édifiante. Cette veine réaliste n’est qu’un des pôles de l’œuvre que compose Auger Gaillard, l’autre est allégorique, comme le montre justement ce motif, sans cesse repris, du mariage. Contraste toujours, constitutif de la matière comme de la manière de l’œuvre.

45La lettre d’« Augié à sa maistresso » (35, 151-3) et la « Responso à Augié de sa maistresso » (36, 155-7) concernent justement le rapport entre registre haut et registre bas de la poésie. Augé avait pensé acheter

[...] daururos, brasselets
Boucro, coutelz, escoflous, colarets,

mais ne le fera pas. Par contre, lui affirme-t-il,

Se tous lous ails et sebos de Gaillac
Erou en un mont al pati de Cairac,
E vous foussets solo de l’autro part,
[...]
Ieu vous prendrio à vous premieramen. (35, 152)

46Le poète n’est donc pas tenu de parer la poésie d’ornements de prix (certes !) acquis au marché de la culture antique dont il la recouvre parfois et peut l’alimenter d’autres nourritures que celles trouvées au marché paysan. Cette volonté de trouver un juste milieu entre érudition et grossièreté, entre vanité rhétorique et naïveté rustique réjouit la « maistresso » du poète qui déclare en être « grandemen esjouido » (36, 155) et fait chorus, car sa lettre aussi est sans doute toute allégorique : ainsi il faut vraisemblablement comprendre sa satisfaction qu’Auger Gaillard n’ait « ni sor ni fraire,/Ni mai [...] paire ni maire » (36, I56) et sa déclaration qu’elle l’« estim[e] davantatge » d’être ainsi libre de « bagatge » comme une autre façon pour Auger Gaillard d’affirmer qu’il veut émanciper sa poésie aussi bien des modèles que lui propose la poésie de la langue sœur contemporaine, le français, que la littérature de la langue mère antique. Et l’on peut aussi se demander si cet édit du roi — dont il est également question ailleurs — qui dévalorise la monnaie dont dispose « Augié » pour parer sa « maistresso » n’est pas celui qui, promulgué à Villers-Cotterêts vingt ans avant la publication de Las Obros, a fait du français la langue obligatoire de toutes les transactions écrites.

47Tous les textes qui par la suite — et ils sont fort nombreux — développent encore ce motif du mariage sont ainsi interprétables allégoriquement et constituent un art poétique nuancé et insistant, variable sur quelques points mais répétitif sur l’essentiel, qui cherche à déterminer les conditions de possibilité d’une poésie de langue d’oc, originale dans ses sujets et son expression par rapport à celle de langue française.

48Le dernier projet de mariage, deux fois exposé, dans Les Amours prodigieuses (163, 510-22) et dans Le Cinquième Livre (556-7) est celui d’épouser une « More ». Dans le premier de ces textes il s’agit d’une « Mouroulesso [...] ta negro qu’un carbou » (163, 512) qui est à la cour de la reine de Navarre. Les raisons que donne Auger Gaillard de son choix sont des justifications de la part noire de son œuvre, de sa veine grossière, de l’esthétique du contraste.

49Ainsi il déclare :

[...] ieu souy estat fort souben abertit
Per un bon medeci, mas qu’es un pauc papisto,
Que la blancour, so dis, accourchio fort la visto. (163, 513)

Ce bon médecin ne serait-il pas Ronsard qui soigne trop bien son expression ou lui fait absorber trop de remèdes mythologiques (que l’on songe aux Amours de Cassandre) de sorte qu’en effet une bonne part de l’expérience de la vie, jugée trop commune, ne trouve plus place dans ses poèmes ?

50De plus, explique Auger Gaillard, plusieurs demoiselles d’honneur de la reine

Nou vouldrian ges suffri en deguno faissou,

que la Maure quitte la cour

A causo que la Moro un grant lustro lour douno.

Et aussitôt Auger Gaillard de commenter :

Calque sot innousen me dira que las Moros
Nou podon fa trouba d’autros belos ni horros :
Si fan per lou segur, tout un, ni plus ni mens,
Coumo dous musisssiens que sonou d’estrumens,
Quant l’un souno fort mal, et l’autre fort plan souno,
Un violon que ieu sabi a sa sounario bouno
Calque pauc may que mi ; mas quant n’i sabi rés,
Aquel ieu fau trouba milhou mestre qu’el n’es. (163, 513)

C’est donc bien de l’art d’Auger Gaillard, qui se dit si souvent violonneux, qu’il s’agit, ainsi que de l’art du contraste.

51Tous les avantages attendus de ce mariage sont également à double entendre. Ayant une épouse « lede » Auger Gaillard n’aura pas à craindre qu’on vienne lui faire la cour : comprendre que, dans le genre grossier (« lede » en gascon veut aussi dire grossier, obscène) qu’il affectionne Auger Gaillard n’a pas à craindre de rivaux. Et il pourra la malmener à sa guise car il n’a pas à redouter qu’elle aille se plaindre à ses parents :

S’ieu la voulio castia, nou crentario pas gaire Qu’anès conta lou tout à sa folo de maire. (163, 515)

Cest là réitérer la revendication d’originalité exprimée en termes identiques dans la « Responso à Augié de sa maistresso » (36, 157) tout en plaidant, cette fois-ci, pour les avantages propres à la poésie de registre bas  :

Peis encaros la Moro ieu aimi dabantatge,
Mas que de las que son de calque grant linatge ;
Forsso volon moulhé que sio de grant maisou,
Qu’aquo nou lour es peis qu’uno grant mangiasou. (163, 515)

C’est apparemment la doctrine de l’innutrition qui cette fois-ci est visée.

52Dernier avantage, la Maure fera gagner argent et réputation à Auger Gaillard : il envisage d’acheter un « cochio » pour aller de village en village exhiber sa femme qui jouera du tambourin, dansera et lira ses œuvres :

[...] ly fario danssa ; peis s’abian tens de sobros,
Ly fario dabant touts legi de las mias obros. (163, 517)

Ce faisant elle ne rougira pas (« la Moro jamai nou cambio de coulour »). Le souhait d’épouser une Maure est donc le rêve de composer une poésie dont la composante grossière est pleinement assumée dans la mesure où elle assure sa popularité

L’on veira veni gens, comme mousquos al lach (163, 516)

et pourrait la faire bénéficier d’une plus large réception encore :

O ! se poudian aital ana dedins Toulouzo (163, 516).

53Comme le savent les demoiselles de la cour, la présence d’une « lede » parmi elles, tout en établissant sa singularité de noire, fait valoir leur teint clair. La pratique du contraste est l’art du faire valoir réciproque des deux registres, haut et bas, qu’Auger Gaillard pratique simultanément. Le souhait d’avoir des enfants blancs et noirs,

Penssabo, se fasian touts dous forsso mainatge,
Que quant nous ne farian grant o petit troupel,
Toutjour serian estats la meitat de mon pel. (163, 518)

  • 2 Michel Pastoureau, Létoffe du diable. Une histoire des rayures et des tissus rayés, Paris, Seuil, (...)

54et la crainte, suscitée par les dires de « maissant vilen », que tous ses enfants soient noirs, ce qui le fait un temps hésiter à épouser la Maure, montrent bien que la défense et illustration à laquelle Auger Gaillard consacre son énergie de créateur est celle de ce qu’on pourrait peut-être appeler une pratique de la bigarrure, dont Michel Pastoureau a montré de quel discrédit elle était frappée au Moyen Âge2 et qu’en France la théorie classique de la séparation des genres allait durablement ostraciser.

55Parmi les derniers projets de mariage, est aussi celui, mentionné deux fois, dans deux sonnets successifs (182, 554 et 183, 555), d’épouser la fille de Du Bartas, projet qu’Auger Gaillard dit avoir été interrompu par la mort de celui que, dans le premier vers du premier sonnet, il reconnaît comme son « mestre ». Les derniers vers du second sonnet expliquent que ce mariage projeté est bien affaire de poésie :

Ieu sabi que mon sogre el desirabo d’estre ;
Quant souy de moun estat prou boun poeto albigez. (183, 555)

Devenir le gendre de Du Bartas c’est entrer dans sa famille poétique, se rallier à ses engagements qui font que dans l’« Elegio à la reino de Navarro » (100, 338-342), Auger Gaillard avait jugé Du Bartas plus grand que Ronsard ou Philippe Desportes qui jusque là étaient les poètes à l’aune de l’œuvre desquels il tentait de définir l’originalité de la sienne.

Nou plangi pas mas quan n’ey bon cabal,
Coumo Ronsart, o Philippo Desportos,
O del Bartas, que fa de forso sortos
Rimos coumo els, amai de l’abantatge ;
Et quant à mi, ieu l’estimi plus satge
Que non pas els, et milhouro creturo,
Car el escrieu sur la Santo Escrituro ;
Et lous autres escribou de fadesos
Coume fauc ieu ; mas ieu las ey apresos
De lours obros que parlou de l’amour. (100, 339)

La grandeur de Du Bartas réside en ce qu’il a mis son talent poétique à écrire

A la glorio de nostre Dieu del cel,

ainsi que

Marot [qui] a fah lou Salmes de David. (100, 339)

56L’« Elegio à la reino de Navarro » annonçait une conversion de la poésie d’Auger Gaillard, intention que les sonnets écrits à la mort de Du Bartas déplorent n’avoir pas été traduite dans les faits, à l’exception notable de la traduction de « Salme I » dans Lou Banquet (68, 250-1). Elle prendra effet avec la traduction de l’Apocalypse, au grand dam du projet d’instauration d’une poésie occitane sans pareille car lorsque l’écriture est au service de l’édification religieuse, c’est la fin qui justifie le moyen et il faut donc écrire dans la langue qui sera la plus aisément comprise par le lectorat visé : elle sera donc indifféremment, tantôt l’occitan (147, 463-4 ; 148, 464-7 ; etc.), tantôt le français (143, 470-2 ; 150, 472-3, etc.). L’esthétique du contraste cesse également d’être pertinente pour ces textes sacrés sauf implicitement, car une telle entreprise repose sur un contraste temporel entre le temps poïétique de la traduction justifiée par des considérations politiques, morales et littéraires qui tiennent à un état présent, hic et nunc, de la société occitane et française et le temps poétique des textes traduits, les Psaumes qui sont intemporels, ou l’Apocalypse, texte prophétique qui décrit ce que sera l’état du monde à la fin des temps.

57Cependant Auger Gaillard prolonge son bon usage de l’art du contraste quand, parallèlement à la traduction des textes saints et avec, peut-on croire, une semblable intention morale, il écrit le « Discours des bains de Cauterets » (168, 543-51 qui dénonce le fait que les femmes y vont

Pour se faire frotter [...] le devant et le derrière. (168, 543)

L’inspiration de ce texte est apparemment la même que celle, dans Las Obros, du « Dialogue à Mathely, violonc de Tholoze, sur l’abus que se commet à los dansos » (5, 56-64) où Auger juge que

En los [las fennos] baisan, et sautant tant de branles
Un saint home certos el vendrio diables. (5, 58)

58Le recours à un analogue procédé de description parodique à quinze ans de distance montre la continuité de la causticité d’Auger Gaillard, mais pose aussi la question de la part qu’il faut reconnaître dans ces textes à la joyeuseté rabelaisienne (le souvenir de Rabelais est fort souvent sensible dans Las Obros et Lou Banquet), et à la sévérité huguenote, à l’amusement et à la réprobation, à la poésie de bas registre et à celle de haute ambition. Mais pourquoi vouloir en décider ? La séduction et l’originalité de l’œuvre d’Auger Gaillard ne tiennent-elles pas à cette indécision habilement maintenue par l’orfèvre en art du contraste qu’est « lou filh d’Albigez » ?

Haut de page

Notes

1 Auger Gaillard, Œuvres complètes publiées, traduites et annotées par Ernest Nègre, Paris, PUF, 1970. Lou Banquet, « Psalme 1 ». Pour éviter une trop longue succession de notes, nous donnerons, après chaque citation, les références de numérotation du texte cité et de la page dans l’édition ci-dessus.

2 Michel Pastoureau, Létoffe du diable. Une histoire des rayures et des tissus rayés, Paris, Seuil, 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Arrouye, « De la difficulté de composer en « lengue d’Albigez » ou l’art du contraste »Lengas [En ligne], 62 | 2007, mis en ligne le 05 avril 2019, consulté le 10 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/lengas/2873 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lengas.2873

Haut de page

Auteur

Jean Arrouye

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals