Navigation – Plan du site

AccueilNuméros62Antonin Perbosc (1861-1944) : un ...

Antonin Perbosc (1861-1944) : un instituteur défenseur des patois

Hervé Terral

Entrées d’index

Mots-clés:

Antonin Perbosc

Keywords:

Antonin Perbosc

Mots-claus:

Antonin Perbòsc
Haut de page

Texte intégral

1« Fondateur de l’occitanisme/Poète et réformateur de la langue d’oc/ Pédagogue, ethnographe, bibliothécaire/Majoral du Félibrige (Cigale de la Liberté) » : tel fut Antonin Perbosc selon la plaque bilingue qui le célèbre sur les murs de la Bibliothèque de Montauban — où il acheva sa carrière administrative de 1912 à 1932. Ses débuts furent néanmoins plus modestes...

  • 1 Je remercie vivement Norbert Sabatier, éminent spécialiste de Perbosc, de m’avoir permis d’en consu (...)

2Né à Labarthe-en-Quercy le 25 octobre 1861 au lieu dit « les Camps grands », d’une famille de « bordiers », Perbosc suivit l’enseignement de l’école publique de Vazerac, puis de la pension Gasc à Lafrançaise, avant d’entrer à l’école normale d’instituteurs de Montauban (avec 20 en français !). Il y fit une scolarité studieuse dont témoignent quelques uns de ses cahiers1, trois ans durant, de 1878 à 1881 : il appartient donc pleinement à cette première génération de « hussards noirs de la sévérité, nourrissons de la République » dont Charles Péguy fit l’éloge en 1913 (L’Argent), considérant néanmoins que le corps était déjà largement sclérosé par l’encadrement de l’ordre primaire (hauts fonctionnaires, inspecteurs, directeurs des écoles normales) — opinion sévère dont on peut penser qu’elle fut en bonne part partagée par Perbosc puisqu’il fut un des rares abonnés (de la première heure) aux Cahiers de la Quinzaine d’une part et eut affaire d’autre part, assez tôt, à quelques figures autoritaires de l’Administration.

3Perbosc, marié avec une consœur, Marie Vidaillac, arriva à Comberouger à la rentrée 1893, à la suite d’une obscure mutation administrative : c’était déjà son 6e poste. Il quittait alors la bourgade de Laguépie dans le haut du département et prenait pied en famille, pour quinze ans, dans ce qui lui apparut de prime abord pour un « trou perdu » de la Lomagne, 441 habitants quand même. à l’autre bout de ce petit département du Tarnet-Garonne, si peu unifié géographiquement : village paysan, de dialecte gascon mâtiné d’expressions languedociennes, village-frontière donc, à midistance de deux bastides, (Beaumont et Grenade), entre deux coteaux et sur les bords d’une petite rivière, le Lambon. Perbosc y cultivera ses chrysanthèmes ; du camp laïque, il initiera son curé à la photographie et fera de la bicyclette — pour rejoindre la gare de Dieupantale et partir, échappée belle, vers Toulouse ou quelque ville organisatrice d’une Sainte-Estelle et autre Félibrée. Il y ménera surtout, en sus de la construction de son œuvre littéraire et de son combat de la langue d’oc, une expérience pédagogique de premier ordre en faisant collecter par ses élèves chansons, proverbes, contes. Devenu en 1912 bibliothécaire à Montauban — emploi plus en rapport avec son immense culture, il confessera sans peine :

  • 2 Antonin Perbosc, Contes populaires. 1re série. Contes de la vallée du Lambon recueillis par la Soci (...)

Ce que je tiens à dire ici, c’est que le meilleur souvenir que je garde de ma vie d’instituteur est celui des quinze années passées dans ce petit village milanguedocien, mi-gascon, où plus que partout ailleurs s’est révélée à moi l’âme du peuple en ce qu’elle a de plus intime et de plus charmant. (Préface aux Contes de la vallée du Lambon, 31 juillet 19142).

Avant de conclure — le jour même où Jaurès était assassiné :

Vous, écoliers d’hier, où êtes-vous maintenant ? Hélas ! deux d’entre vous sont déjà « sous la terre » ; sept sont soldats, et demain peut-être ils seront vraiment « à la guerre ». Vous, écolières, qui êtes maintenant d’alertes et vaillantes ménagères, quelques unes des mamans [...], oui, vous surtout, « vous garderez la maison », je veux dire la tradition de votre race, et grâce à vous les contes et les chansons des lointaines aïeules refleuriront sans fin sur les lèvres des enfants.

  • 3 Nous renvoyons à la synthèse de l’œuvre pédagogique de Perbosc que nous avons publiée sous le titre (...)
  • 4 Michel Bréal, Quelques mots sur lInstruction publique en France, Paris : Librairie Hachette, 1872. (...)

4L’instituteur Perbosc s’était, néanmoins, déjà fait un nom avant son arrivée à Comberouger ! Il n’était plus un maître d’école ordinaire, éducateur de cours d’adultes et secrétaire de mairie en sus. Dès 1er octobre 1886, il avait plaidé en effet dans la Tribune des Instituteurs — journal indépendant de toute hiérarchie scolaire, précisons-le — pour un « enseignement des patois » : son article fut alors cité dans une petite dizaine de journaux (événement dont il se fit l’écho, non sans quelque vanité de jeunesse, auprès de son ancien directeur d’école normale). Il avait renouvelé, de surcroît, sa démarche par un autre article, le 1er février 1887. Dès 1887 encore, il était couronné par l’Académie de Montauban pour sa monographie de LacapelleLivron (village où il avait pris son 4e poste) — exercice classique de l’institutorat. En 1890, il sera publié par le très officiel Bulletin de l’Instruction Primaire du Tarn-et-Garonne pour son « Brinde al Carci e a sous félibres », pièce dont il dira plus tard qu’elle fut surtout éminemment « didactique » et applaudie à ce titre. Mais, la même année, il devait être sévèrement rappelé à l’ordre par l’inspecteur d’Académie J. Pouillot pour avoir « donné des devoirs en patois à ses élèves » (il publiera le rapport dans son vigoureux pamphlet, Les langues de France à l’école, 19253) : intéressante contradiction (ou contradiction surtout apparente !) dans le champ de l’école républicaine ! Si cette dernière admet bien la louange de la « petite patrie » après la « grande » (la France), si elle tolère un recours éventuel au patois (pour favoriser l’apprentissage du français essentiellement quand il s’agit d’écrire correctement, par exemple, un participe passé), si elle veut bien reconnaître sous la plume du linguiste Michel Bréal, professeur au Collège de France, tout l’intérêt que l’on peut porter à l’œuvre de Jasmin ou de Mistral dans le cadre d’une authentique reconnaissance culturelle4, il n’est absolument pas question... d’enseigner les « patois » (du breton à la langue d’oc, du basque à l’alsacien) sous quelque forme que ce soit : les réglements scolaires départementaux rappellent tous, tout simplement, que « le français est la seule langue en usage dans l’école » (la classe comme la cour de récréation). L’inspecteur Pouillot conseillera, au demeurant, à Perbosc le texte quasi canonique de Bréal et ce dernier, à l’occasion de la Fête des félibres et cigaliers parisiens (1890), si ouvert soit-il à tel ou tel « langage français » « bien qu’il ne soit pas le langage officiel », ne dira sur le fond pas autre chose. Perbosc, quand il donne son texte de 1886 sur « les patois » (selon la dénomination courante de l’époque), ne semble pas connaître le texte de Bréal sur la question : il demandera, peu de temps après, à son ancien directeur d’école normale de le lui procurer. Au regard de l’ensemble de son œuvre, si riche et très largement manuscrite encore, les deux articles de La Tribune des Instituteurs demeurent un témoignage original et important des débats de la période — toujours actuels néanmoins, chacun le sait. Laissons le lecteur les découvrir et les apprécier à sa façon.

1 Antonin Perbosc, « Les patois », La Tribune des instituteurs et institutrices, 1er octobre 1886 (p. 288-291)

Les patois

  • 5 Aubanel, Tavan, Roumanille et surtout Mistral.

5Le 21 mai 1854, sept poètes provençaux, réunis au château de Fontségugne (Vaucluse), fondaient une société dans le but de répandre le goût de la langue et de la littérature d’Oc. Cette société — le Félibrige — a rayonné depuis sur tout le Midi ; des jeunes enthousiastes qui la fondèrent, plusieurs sont devenus célèbres5, et, dans un triomphant réveil, la vieille langue des troubadours a conquis glorieusement sa place dans les lettres contemporaines.

6Mais, si l’œuvre de rénovation entreprise par les félibres trouva des admirateurs, les ennemis ne lui manquèrent pas. Certains esprits furent émus et troublés de cette renaissance inattendue d’une langue morte depuis des siècles.

7Que lui reprochait-on, à ce parler populaire, si brillant jadis, si expressif et harmonieux encore, malgré les mutilations barbares qu’il a subies ? Pensait-on que des divergences de langage pussent faire revivre les antiques haines qui divisèrent si longtemps le Nord et le Midi ? Dans quel écrivain méridional, depuis Gondolin jusqu’à Jasmin, Mistral et la vaillante pléiade des félibres, a-t-on trouvé une pensée étroite et folle de séparatisme ?

     Si ma Muse est gasconne, elle est française aussi,

s’écrie Jasmin.

8Le patriotisme n’est donc aucunement en cause. Les Bretons et les Basques, qui n’ont pas laissé entamer leurs vieux dialectes ne sont pas moins bons Français que les habitants de l’Île-de-France, dont le dialecte est devenu notre langue nationale.

9Dès lors, comment expliquer cette guerre sans merci que les écoles surtout ont faite et font aux patois ?

10Douce et belle langue des charmants trouveurs du douzième siècle, qui méritait au moins le respect qu’on accorde aux vieux débris, à quelles humiliations n’a-t-elle pas été soumise !

11Dans l’introduction de leur Cours de Grammaire française, MM. Brachet et Dussouchet constatent que « dans la région du Midi, les gens cultivés comprennent et écrivent le français, mais emploient plus volontiers entre eux leur patois... ; quant aux paysans (malgré les efforts des instituteurs primaires), ils ne parlent guère que ces patois... »

12C’est donc bien une mission officielle et hautement avouée, pour les instituteurs, que de faire tous leurs efforts pour détruire les patois.

13Certains maîtres ont exercé leur ingéniosité, pour trouver des moyens efficaces de vaincre, dans cette lutte de tous les jours.

14Mais les patois ont la vie dure. On n’a obtenu qu’un résultat : leur désagrégation, leur abâtardissement. Une multitude de vocables ont été remplacés par leurs correspondants français affublée d’une terminaison patoise. On peut malheureusement craindre que, cette sorte de transfusion s’étendant à tous les mots, un moment viendra où la langue d’Oc n’existera plus de fait, où le peuple n’aura plus, pour ainsi dire, que la livrée de sa langue.

15Quoi ! l’on conserve précieusement les antiques monuments, on fouille le sol où dorment les ruines du passé !... et voilà une langue admirable que l’on laisse s’éteindre avec dédain, que dis-je ? que l’on accable sous le mépris, que l’on torture et que l’on chasse ! Une pièce de monnaie à l’effigie de Galba ou de Tibère aurait-elle plus de valeur qu’un pur vocable franc de tare conservé par le paysan illettré et recueilli pieusement par le philologue ?

16La guerre faite aux patois est absurde, ridicule et contraire aux intérêts bien compris de l’enseignement.

17Il est reconnu que l’étude d’une langue étrangère, — particulièrement d’une des six, langues romanes, sœurs latines de la nôtre, — produit d’excellents résultats. En étudiant une langue, l’on découvre un monde nouveau plein de révélations charmantes et passionnantes ; l’on apprend à connaître un peuple en étudiant son langage et sa littérature ; l’on compare curieusement les vocables avec ceux de la langue française et l’on remonte naturellement aux mots latins qui leur ont donné naissance. Les exercices de traduction contribuent puissamment à former le style, — car le traducteur n’ayant aucun effort d’imagination à faire, s’attache surtout à la précision, à la clarté, à la pureté de la forme : côtés de la composition que les élèves sont le plus portés à négliger dans un travail personnel. Quel champ vaste et fécond pour un esprit investigateur, aimant à raisonner et à réfléchir 1

18On se plaint généralement que les élèves des écoles primaires sont d’une extrême faiblesse en ce qui concerne la composition, et l’on attribue assez volontiers ce résultat au patois,

Ce pelé, ce galeux d’où vient tout le mal.

19C’est comme si l’on prétendait que la connaissance du français empêche d’apprendre l’espagnol.

20La plupart des pédagogues recommandent les traductions de pièces de vers en prose : nous reconnaissons que c’est là un bon exercice, mais nous pensons qu’une version serait beaucoup plus profitable,

21Eh bien ! cette langue qu’il nous faut pour servir de base à des exercices de ce genre, les enfants la possèdent, et comment en tirons-nous parti ? Nous la proscrivons !

22Voilà — sans parler du breton, du basque et du [p. 289] catalan — huit principaux dialectes romans qui se parlent dans nos provinces : au lieu de les refouler, pourquoi ne pas les laisser vivre et leur donner une place dans l’enseignement ?

23La grande majorité des élèves des écoles primaires y arrivent ignorant complètement le français. Voyez-vous ces pauvres enfants dès lors condamnés à ne plus parler un mot de patois ! Que penseriez-vous d’un Italien ou d’un Anglais qui, vous enseignant sa langue, ignorerait la vôtre, ou — ce qui est à peu près équivalent — ne vous parlerait jamais que la sienne ?... Les choses ne se passent pas absolument de même dans nos écoles. Il est vrai que la plupart des maîtres croiraient déroger en prononçant un mot en patois, préférant même rester incompris ; mais les enfants y parlent un tel français et nos patois ont été tellement altérés, qu’entre ces deux langues devenues jargons la distance n’est plus grande : les nouveaux venus finissent donc, à la longue, par jargonner comme leurs camarades... mais que de temps perdu ! et pour quel résultat !

24Quelle serait donc la marche à suivre pour l’enseignement de la langue française dans nos écoles primaires ? Selon nous, celle qu’on suit pour l’enseignement d’une langue étrangère : on commence par mettre entre les mains des élèves un Manuel de la Conversation, où ils apprennent rapidement à traduire les termes les plus usuels.

25À défaut d’un Manuel, il est facile à chaque maître de faire une liste méthodique de mots patois destinés à être traduits par les commençants.

26Et ces exercices ne sont pas seulement utiles pour les commençants, mais même pour les élèves les plus avancés. Combien d’enfants pourvus du Certificat d’études seraient incapables de traduire en français les noms des instruments agricoles les plus usuels, des plantes et des animaux des champs, les termes se rapportant aux divers métiers, etc. On trouve aujourd’hui dans quelques dictionnaires classiques des images à côté des définitions ; mais des exercices de traduction bien choisis — c’est-à-dire mis en rapport avec les besoins directs du milieu où l’on se trouve — ne vaudraient-ils pas cent fois mieux ? L’image s’efface tôt ou tard de la mémoire ; le mot populaire y reste toujours.

27Voici une liste de mots empruntés au sous-dialecte du Quercy :

28Tout paysan connaît très bien ces mots dans sa langue, mais, combien peu sauraient les traduire en français !

29Le meilleur moyen de détruire les patois — en admettant que ce résultat soit à désirer — serait de mettre les élèves, futurs ouvriers ou paysans, en état de traduire en français tous les mots dont ils auront à se servir habituellement. Or, ce sont précisément ces mots qu’ils ignorent. Aussi, qu’arrivet-il ? Beaucoup de paysans francisent à leur façon les mots patois, en même temps qu’ils patoisent les mots français. Ils, diront, par exemple : migraine pour grenade, peut-être même canrose pour coquelicot d’un autre côté, ils disent : averso au lieu de abassi, maro au lieu de pesquié, maison au lieu de oustal et moulet au lieu de poumpil. Et voilà le double charabia qu’on obtient en enseignant le français sans raison et sans méthode et en proscrivant les patois !

30Vous trouvez, dans une lecture, le mot coquelicot, qui est inconnu de vos élèves. Donnerez-vous simplement la définition de ce mot ? Direz-vous que le coquelicot est une plante à fleurs rouges qui croît dans les champs ? Quelques élèves se représenteront trois ou quatre plantes, répondant plus ou moins à cette définition, parmi lesquelles se trouvera peut-être le coquelicot ; comme vous feriez mieux de leur montrer la plante elle-même ! Mais comme vous ne l’avez pas sous la main au moment voulu, votre but ne sera pas atteint. Qu’aviez-vous cependant à faire ? Traduire le mot en patois, et vous auriez fait une leçon de choses aussi profitable que si vous aviez montré l’objet lui-même.

31Ceci n’est pas autre chose qu’une application de la méthode socratique. Nous demandons simplement, en un mot, que l’on s’appuie sur le patois, langue connue, pour enseigner le français, qu’ignorent presque tous les élèves des écoles rurales et même urbaines au moment de leur entrée en classe.

32Si les instituteurs sont, en général, ennemis déclarés des patois, il en est. aussi qui les accueillent, sans se l’avouer peut-être, amenés qu’ils y sont par leurs élèves. Demandez à un enfant la définition d’un mot. Définir est un travail intelligent, qui demande un certain effort et qui, par cela même, rebute les paresseux. Ceux-ci préfèrent donc donner l’équivalent du mot en patois, et certains maîtres s’en contentent. En cela, ils ont tort. Traduire le mot français en patois, c’est déjà beaucoup : cela prouve que l’élève a compris, que le mot est entré dans son petit vocabulaire ; mais [p. 290] cela ne suffit pas : il faut expliquer clairement ce que l’on comprend.

33Les patois ont une autre utilité, plus contestable peut-être, mais que n’ignore aucun maître méridional : ils sont un guide souvent précieux pour l’orthographe.

34C’est ainsi que la simple traduction des mots terminés par les sons é, ée, i, ie, u, ue. (noms, adjectifs ou participes passés) indique leur orthographe :

35La traduction indique que les mots suivants prennent en français l’accent circonflexe, tenant lieu de l’s du patois :

36L’on n’a encore qu’à traduire pour écrire correctement :

37On pourrait former un manuel orthographique assez étendu en réunissant une foule de règles analogues. Doit-on repousser ces procédés mnémoniques ? Nous ne le pensons pas. Cela ne saurait dispenser, d’ailleurs, de connaître les règles de la grammaire française.

38Nous n’espérons pas convaincre tous nos lecteurs. Même parmi nos compatriotes, nous avons trouvé des adversaires très résolus ; mais nous devons ajouter qu’ils ne nous ont opposé que de piteux arguments. Nous serions heureux de voir cette question discutée par de plus compétents dans les colonnes de la Tribune.

39Les patois vivront encore des siècles. Le provençal est devenu, grâce à Mistral, une langue véritablement littéraire ; le languedocien a eu Gondelin et le gascon, Jasmin. Hélas ! nous l’avons dit, on francisera les patois : on ne les tuera pas. Les paysans s’habituent trop à mépriser leur langage ; ils fuient les champs et le parler rustique. L’habitant de la campagne devenu ouvrier des villes ne parle plus le patois de son village natal, mais un français bâtard à terminaison et prononciation patoises ; il affine sa langue, lui semble-t-il, lorsqu’il ne fait que la ridiculiser en l’affaissant

40Jasmin lui-même a eu le grand tort d’altérer dans ses vers, une foule de mots patois. N’a-t-il pas écrit : ruyo, clocho, mèr, amèr, histouèro, memouero, au lieu de : carrièro (latin : carrus), campano (latin : campana), mar (l. mare), amar, (l. amarus), istorio (l. historia), memorio (l. memoria) !

41Nous le répétons, ce n’est pas l’instituteur qui tuera la langue ; mais, par l’œuvre lente de l’instruction, les mots patois seront remplacés l’un après l’autre par les mots français analogues auxquels seront adaptées la terminaison et la prononciation patoises. Les dialectes provinciaux seront détruits ; mais ils seront remplacés par des patois informes, caricatures grotesques de la langue nationale. Eh bien ! nous pensons que l’instituteur aurait un rôle bien plus digne à remplir que celui de faire la guerre aux patois, ce serait, d’abord, d’en tirer parti, ainsi que nous avons essayé de l’indiquer ; ensuite, de les faire aimer, de faire comprendre aux enfants qu’ils ne doivent pas rougir de dire :

Mespoulo, et non neflo (latin : mespilum).
Mascle, et non mâle (l. masculus).
Oulo, et non marmito (l. ulla).
Ort, et non jardi (l. hortus).

42car ces mots ont conservé plus fidèlement le latin que les mots français qu’on leur substitue grossièrement : nèfle, mâle, marmite, jardin...

Conclusions

I. Dans les écoles rurales, l’enseignement de la langue française doit avoir pour base le patois connu de l’élève lors de son entrée en classe.
II. Les commençants doivent être exercés à traduire en français des mots et des phrases patois.
III. Dans les cours moyen et supérieur, on peut donner aux élèves les exercices suivants :

Traduction en français d’une collection méthodique de mots patois ne composant de tous les termes usuels de la vie des champs ;
Traduction de proverbes patois et développement des idées contenues dans ces proverbes ;
Traduction de morceau de prose ou de poésie dans le dialocte du pays ;
Étude comparative des mots français et patois ayant la même étymologie ;
Étude des règles grammaticales qui peuvent servir de guide dans l’orthographe par la simple traduction des mots.

On doit engager les enfants à parler le français pendant leur séjour à l’école ; leur faire comprendre que tout Français a le devoir de connaître sa langue nationale, mais que cette obligation ne saurait empêcher les habitants [p. 291] des provinces d’aimer leurs dialectes populaires et de les conserver sans altération et faux alliage de français, comme un précieux monument de leur passé.
A. Perbosc

2 Antonin Perbosc, « Les patois », La Tribune des instituteurs et institutrices, quatrième année, no 3, 1erfévrier 1887 (p. 33-35)

Pédagogie — Les Patois

  • 6 Numéros des 20 et 30 novembre, 4 décembre 1886.

43Vous ne vous en doutiez peut-être pas, chers lecteurs de la Tribune, les Instituteurs qui ont soulevé un débat dans ce journal sur la question des patois sont de dangereux conspirateurs ; sous prétexte de pédagogie, ils défendent la cause du Félibrige, c’est-à-dire qu’ils veulent détruire, non seulement la langue nationale, mais l’unité de la patrie elle-même. C’est ce qu’ont gravement écrit de graves journaux, en réponse aux articles de M. Francisque Sarcey dans La République française6

44Et le Nord et le Midi se sont dressés l’un en face de l’autre comme au temps des antiques haines ; des flots... d’encre ont déjà coulé dans la France (Georges Duval), le xixe siècle (Henry Fouquier), le Petit Toulousain (Auguste Fourès), le Petit Marseillais (Clovis Hugues), le Temps, l’Étoile, l’Étendard, la Paix, le Rappel, le Messager du Midi, le Soleil, etc.

  • 7 Numéro du 7 octobre 1886.

45Il faut que les patois disparaissent, clament les uns ; d’autres raillent plus ou moins spirituellement les félibres. Les partisans du mouvement félibréen répondent superbement à leurs adversaires. Écoutez la fanfare que sonne Clovis Hugues dans le Petit Marseillais7 :... « Voilà la guerre déclarée, et qui vivra verra. D’un côté, Paris, la main crispée à la hauteur de la poche et défendant ses pièces blanches ; de l’autre, le Midi, tout vêtu de soleil, dans une pose de beau toréador et la flamberge au vent. Je le déclare hautement, nous ne nous sentons pas d’humeur à laisser M. Georges Duval nous passer sur le corps... »

46Le Temps reproche tout uniment aux félibres de vouloir « couper la France en deux ». Il se plaint de l’appui que trouve le Félibrige dans l’Académie Française, — qui se prépare sournoisement à ouvrir sa porte à Mistral, — dans le gouvernement, qui a l’insigne faiblesse de tolérer que ses préfets présider des réunions félibresques. Le ministre de l’Instruction publique n’offre-t-il pas des récompenses destinées à encourager les travaux des félibres ? Un ministre, M. Fallières, ne s’est-il pas laissé enrôler parmi ces révolutionnaires sapant les nationalités aux sons de la lyre ? « Le jour où Mistral s’asseoirait sous la coupole, la seconde langue nationale serait consacrée », s’écrie le Temps d’un ton tragique.

47Mais le Félibrige poursuit surtout ce but : gagner l’instruction publique, faire enseigner le provençal dans les écoles. « Depuis quelques années, dit le même journal, on s’est épris en France, pour l’enseignement des langues étrangères, de la méthode allemande, qui consiste à obliger l’enfant à causer aussi vite que possible dans la langue qu’il apprend. Il paraît que cela est bon pour toutes les langues ; sauf pour le français... » Obliger l’enfant à causer aussi vite que possible en français, nous le voulons bien, mais il s’agit de savoir de quelle façon nous obtiendrons plus rapidement ce résultat : ou bien en obligeant l’enfant à parler français dès son entrée à l’école, ou bien en lui faisant traduire graduellement de son patois en français des mots, puis des phrases.

48Quelle que soit la méthode du maître, c’est par ce dernier moyen que les enfants des écoles rurales apprennent le français. Pendant les classes ou les récréations ils entendent les mêmes mots, les mêmes expressions prononcés tour à tour dans les deux langues, et finissent par apprendre l’une par le secours de l’autre. Mais, qu’on prenne plusieurs jeunes enfants ne connaissant que leur patois et qu’ont les mette sous la direction d’un maître ne connaissant que le français : ne pense-t-on pas que le même résultat s’obtiendra au prix de plus grands efforts et beaucoup plus lentement ?

49Un de nos collègues, M. Champeyrol, est le seul correspondant de la Tribune qui se soit jusqu’ici inscrit en faux contre l’utilité des patois à l’école.

50D’abord, M. Champeyrol voudra bien reconnaître que personne n’a parlé d’« enseigner en patois ». Quant à ses observations relatives à l’orthographe, elles me paraissent très contestables. Dans presque tous les dialectes du Midi, les consonnes v et b ont la même prononciation ; en français, elles ont une prononciation si différente qu’il n’est pas possible de les confondre.

51Ainsi, en dépit du patois, aucun élève n’écrira, dans une dictée : bin, bie, pour : vin, vie ; si le contraire avait lieu, je pense qu’il faudrait accuser, non le patois, mais la mauvaise prononciation du maître.

52Il est vrai que le patois ne doit pas être pris comme guide général et infaillible dans l’étude de l’orthographe française, mais s’ensuit-il qu’on doive le proscrire absolument ? Ce n’est pas en mettant en usage les procédés indiqués qu’on peut être accusé de « conduire des machines » et non « des intelligences ». L’étude comparative de deux langues habitue les élèves à observer, à raisonner et leur explique souvent les étrangetés de l’orthographe française. Si, par un moyen mécanique qui ne lui coûte aucun effort, l’enfant est fixé sur l’orthographe de certains mots, cela ne peut que contribuer à lui faire mieux retenir les règles grammaticales qui s’y rapportent.

53M. Champeyrol pense que les patois ne « peuvent être de quelque utilité que pour les élèves qui ont une certaine instruction ». Aura-t-il l’inutile cruauté de faire apprendre les règles sur le participe passé aux élèves du cours élémentaire ? Par la traduction, ils arriveront sans efforts à un résultat meilleur. Ils écriront :

Participe passé avec l’auxiliaire être :

Mon frère est parti, — moun fraire es partit ;
Ma sœur est partie, — ma sorre es partido...

Participe passé avec l’auxiliaire avoir :

J’ai porté une lettre, — ai pourtat uno letro ;
La lettre que j’ai portée, — la letro qu’ai pourtado...

54Tous les maîtres savent combien il est difficile d’obtenir que les jeunes élèves n’écrivent pas indifféremment au singulier ou au pluriel les verbes à la troisième personne. La simple traduction leur indique encore l’orthographe :

II chante, — el canto
Ils chantent, — elis cantoun.

55Nous avons, en français, bon nombre de manières d’écrire le son é. Quoi de plus difficile pour les jeunes enfants que de se reconnaître dans cette confusion de sons absolument équivalents, qu’il faut représenter par des orthographes différentes ! Eh bien ! par la traduction, cette difficulté devient un jeu : é, és, ée, ées, er, ez, ai équivalent respectivement à : at, ats, ado, ados, a, as, èri, terminaisons différentes comme son autant que comme orthographe :

56Pour ce qui est de l’enseignement du style, le patois retarde certainement les progrès des élèves. Mais les enfants des villes n’apportent-ils pas souvent à l’école un français corrompu, pire que le patois des enfants des campagnes ? Les petits Parisiens aussi doivent employer des « mots bas » des « expressions triviales et dépourvues de sens ». Est-ce que les ouvriers de Belleville ou de Montmartre parlent la langue de M. Caro ?...

  • 8 Auguste Fourès, Petit Toulousain du 23 décembre 1886.

57Pour arriver à l’unité absolue dans la langue, il faudrait arriver à l’unité dans les mœurs, les aspirations, les besoins matériels et moraux, à la fusion complète des classes sociales. Chaque profession aura toujours son argot spécial, son vocabulaire distinct ; et les provinces garderont leurs patois. « Ces parlers du peuple peuvent-ils disparaître ? Ne se recréent-ils pas incessamment, et tout naturellement pour maintenir l’originalité et la variété des langages, qui font partie de la vie même du peuple8 ? »

58Francisque Sarcey constate que nous assistons en ce moment aux symptômes d’un grand mouvement de décentralisation.

59L’éminent chroniqueur de la République française va peut-être un peu loin en affirmant que chaque province et dans chaque province, chaque village et chaque hameau s’attache avec une ténacité invincible aux mots, aux locutions et aux tours qui composent l’idiome propre du pays ; qu’il met son orgueil et son plaisir à garder ce langage, à le préserver « de l’invasion du français ; que c’est pour lui une des formes du patriotisme local ». À ce compte-là, non seulement les dialectes populaires ne disparaîtraient pas, mais ils conserveraient leur pureté. Le peuple garde son parler simplement parce que ce parler s’adapte exactement à ses mœurs, à ses besoins, à sa vie, en un mot. Il s’attache si peu à sa langue, il met si peu son orgueil et son plaisir à la préserver de l’invasion du français, qu’il francise tous les jours les mots propres au terroir, ne conservant que les terminaisons patoises. Ces expressions originales, parfois si pittoresques, qui feraient la joie du poète ou du philologue, il évite de les employer et imite de son mieux les tournures françaises.

  • 9 Perbosc confond ici Roumanille et Achille Mir (cf. lou Sermou dal Curat de Cucugnan, 1884).

60Si chaque province a perdu sa physionomie distincte d’autrefois, ce résultat est dû en grande partie à l’abandon de la langue populaire. Il se publie depuis trente ans, à Avignon, un charmant recueil, l’Armana prouvençau, qui est une sorte de livre d’or du Félibrige. On y lit des vers et de la prose de Mistral, de Félix Gras, d’Aubanel, d’Anselme Mathieu, de Tavan..., même de Paul Arène et de Clovis Hugues. Et quelle intensité de couleur et de vie dans ces récits joyeux de Roumanille, l’auteur de ce petit chef-d’œuvre qui s’appelle Le Curé de Cucugnan et que tous les lettrés connaissent grâce à la traduction d’Alphonse Daudet9 ! C’est dans ces pages que se retrouve dans toute son originalité la vraie physionomie de la Provence.

61Le mouvement dont parle M. Sarcey date surtout de la renaissance félibréenne, et, avant la fondation du Félibrige, il s’était déjà dessiné grâce à l’influence de cette brillante école d’écrivains qui ont mis en lumière par leurs livres les mœurs et l’esprit des anciennes provinces : Balzac, Flaubert, madame Michelet, Eugénie de Guérin, George Sand, — dont les plus durables ouvrages sont peut-être ces exquis romans champêtres qu’elle se proposait de réunir sous le titre des Veillées du Chanvreur, où les héros et les paysages sont si vivants et si sincères...

  • 10 Le dictionnaire le déclare vieux, mais Montaigne l’emploie, et je ne prétends pas être plus Françai (...)

62Dans sa remarquable série d’articles sur la question dialectale, M. Sarcey, reprenant la thèse développée par notre collègue M. Roux, montre que la langue française gagnerait à se retremper dans son passé, à s’assimiler bon nombre de vocables provinciaux qui lui donneraient tantôt plus de justesse dans l’expression de l’idée, tantôt plus de force, de finesse ou de grâce. En ce temps de décadents et de néologisme à outrance, au lieu de créer de nouveaux mots presque toujours impuissants à rendre de nouvelles idées, ne vaudrait-il pas mieux tirer de l’oubli tant de mots et d’expressions disparus de la langue, et que nous, Méridionaux, — qui les entendons tous les jours dans la bouche de nos paysans, — sommes tout étonnés de ne plus trouver français, après les avoir lus dans Montaigne, Brantôme ou Rabelais ? Tel ce joli mot de champi que l’auteur de la Petite Fadette a voulu faire revivre10.

*
*     *

63L’œuvre commencée par les félibres et, avant eux, par les « écrivains du pays natal » sera-t-elle continuée par l’école ? Quoi qu’il en soit, il n’aura pas été inutile de transporter sur le terrain de la pédagogie une question qui n’avait guère été examinée jusqu’ici qu’au point de vue de la linguistique. S’il est vrai que cette question « excède les bornes de la pédagogie ordinaire et qu’elle offre un intérêt plus général », n’est-ce pas surtout l’école qui peut résoudre le problème qu’elle soulève ? Si les dialectes populaires doivent être respectés ou condamnés, les beaux raisonnements n’y feront rien ; mais ne peut-on pas dire que qui tient l’école lient la langue ?

64Espérer faire revivre dans leur unité et leur pureté les divers dialectes des langues d’Oc et d’Oïl passés à l’état de patois serait une utopie, comme il me semble impossible d’admettre la disparition naturelle de ces dialectes refoulés par l’invasion de la langue conquérante. Au lieu de laisser ces parlers se désagréger et s’abâtardir par leur alliance avec le français, n’est-il pas préférable de les épurer autant que possible en revenant aux vieux vocables, ou, du moins, de préserver du naufrage les débris encore vivants du glorieux passé ? C’est la mission qu’ont entreprise les félibres ; l’école peut y contribuer efficacement en enseignant à l’enfant le respect et l’amour de la langue du berceau. Non seulement celle-ci ne nuit pas à la langue nationale, mais on a généralement reconnu qu’elle peut lui prêter un précieux concours.

65Si les fêtes, les chansons populaires disparaissent avec les traditions et les légendes ; si le costume et les mœurs se plient au joug de l’uniformité envahissante, ne serait-il pas bon de sauver au moins la langue, qui renferme à elle seule l’esprit, le génie des races, et sans laquelle les provinces perdront à jamais leur physionomie originale ? Détruire cette originalité serait affaiblir l’amour de la petite patrie, sans lequel le culte de la grande serait une pure abstraction.

  • 11 À rapprocher de l’opuscule, dirigé par A. Fourès, Les Félibres, Per lAlsacio-Lourreno, Paris, Mais (...)

66J’ignore si le Félibrige compte parmi ses membres des artistes qui, suivant l’expression du Temps, donneraient « l’unité française pour deux beaux vers de Mistral ». Je pense qu’il n’en existe que dans quelques imaginations inquiètes. Si les félibres chantent avec amour la terre natale, un mot toujours revient sur leur bouche, une idée suprême remplit leur cœur : France11 !

67Le cri des provinces est : décentralisation, ce qui ne veut pas dire : séparatisme, et la vraie formule du patriotisme est contenue dans la devise fière de Félix Gras :

J’aime mon village plus que ton village,
J’aime ma Provence plus que ta province,
J’aime la France plus que tout.
A. Perbosc
Instituteur à Lacapelle-Livron (Tarn-et-Garonne)

Haut de page

Notes

1 Je remercie vivement Norbert Sabatier, éminent spécialiste de Perbosc, de m’avoir permis d’en consulter quelques uns comme je remercie Georges Passerat, non moins spécialiste éminent, natif de Comberouger de surcroît, de m’avoir permis de consulter l’important dossier Perbosc au Collège d’Occitanie de Toulouse. L’autre grand lieu des archives Perbosc est la Bibliothèque municipale de Toulouse, rue du Périgord.

2 Antonin Perbosc, Contes populaires. 1re série. Contes de la vallée du Lambon recueillis par la Société traditionniste de Comberouger, Montauban, Paul Masson, 1914. Une 2e série, Contes de la vallée de la Bonnette, recueillis par les élèves de Jean Hinard, instituteur à Loze, paraitra en 1924, coédité par Masson (Montauban) et Champion (Paris).

3 Nous renvoyons à la synthèse de l’œuvre pédagogique de Perbosc que nous avons publiée sous le titre Antonin Perbosc. Les langues de France à l’école et quelques autres textes sur la question, Canet-en-Roussillon, Trabucaire, 2006.

4 Michel Bréal, Quelques mots sur lInstruction publique en France, Paris : Librairie Hachette, 1872. Cf. en particulier, dans le chapitre « Langue française, les pages 58-66. Bréal a également exprimé son point de vue de façon très officielle lors des « Conférences faites aux instituteurs à l’occasion de l’Exposition universelle » en Sorbonne (1878).

5 Aubanel, Tavan, Roumanille et surtout Mistral.

6 Numéros des 20 et 30 novembre, 4 décembre 1886.

7 Numéro du 7 octobre 1886.

8 Auguste Fourès, Petit Toulousain du 23 décembre 1886.

9 Perbosc confond ici Roumanille et Achille Mir (cf. lou Sermou dal Curat de Cucugnan, 1884).

10 Le dictionnaire le déclare vieux, mais Montaigne l’emploie, et je ne prétends pas être plus Français que les grands écrivains qui font la langue. (François le Champi, avant-propos).

11 À rapprocher de l’opuscule, dirigé par A. Fourès, Les Félibres, Per lAlsacio-Lourreno, Paris, Maisonneuve et Avignon : Roumanille, 1883.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Terral, « Antonin Perbosc (1861-1944) : un instituteur défenseur des patois »Lengas [En ligne], 62 | 2007, mis en ligne le 10 avril 2019, consulté le 03 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lengas/2899 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lengas.2899

Haut de page

Auteur

Hervé Terral

Université de Toulouse

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search