Navigation – Plan du site

AccueilNuméros62Gabriel Tarde : le patois dans la...

Gabriel Tarde : le patois dans la grotte

Hervé Terral

Entrées d’index

Mots-clés:

Gabriel Tarde

Keywords:

Gabriel Tarde

Mots-claus:

Gabriel Tarde
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Agathon, Les jeunes gens daujourdhui, Paris, Plon, 1913.
  • 2 Gabriel Tarde, Introduction et pages choisies par ses fils, Paris, éd. Louis Michaud, s. d., p. 29.

1Gabriel Tarde (1843-1904) est, à l’évidence, périgourdin. Né le 10 mars 1843 à Sarlat, il s’inscrit dans la lignée des Tarde solidement établie dès le xiiiesiècle dans le pays, comptant entre autres le chanoine Jean Tarde (1561-1636), érudit ami de Galilée et aumônier particulier d’Henri IV — lo nòste Enric cher au cœur des Gascons. Élevée à la noblesse au xviie siècle (avec blason et particule), la famille perd cette marque sous la Révolution et la retrouve en 1885 à la suite d’une procédure devant le Conseil d’État. D’où la cohabitation de deux signatures : Gabriel Tarde et Gabriel de Tarde — ses fils, tout particulièrement Alfred de Tarde, membre de l’Action française et un temps célèbre par la publication d’une vaste enquête avec Henri Massis sous le pseudonyme commun d’Agathon1, l’inscriront quelque peu de facto dans cet héritage d’Ancien Régime, bien que lui-même fut un fidèle serviteur de la République. Ils souligneront toutefois son indépendance d’esprit, « un tempérament si spontané, si profondément individuel et artiste, [...] par nature rebelle à toute influence2 ».

  • 3 Tarde se destinait à... Polytechnique après un double baccalauréat ès-lettres et èssciences ; mais (...)
  • 4 Un Tarde tient l’office de procureur du roi à Sarlat dès le xviiesiècle ; en 1772, la famille achèt (...)
  • 5 Gabriel Tarde, Introduction et pages choisies par ses fils, Paris, éd. Louis Michaud, s. d., p. 21.
  • 6 Publié in Abécédaire Gabriel Tarde, Agen, ENAP, 2004. Précisons que c’est auprès de Tarde que Durkh (...)
  • 7 G. Tarde, Écrits de psychologie sociale, Toulouse, Privat, 1973, p. 189-193. La relance des études (...)
  • 8 Dès 1922, « on cesse de l’éditer », écrit son petit-fils Michel de Tarde (2004, infra). Il faudra a (...)

2Mais Tarde est aussi plus que cela : juriste de formation par ses études à la faculté de Paris3, il s’ancre profondément, comme ses aïeux4, dans la magistrature en effectuant la majeure part de sa carrière à Sarlat même : après un bref crochet par Ruffec (1873-1875 en tant que substitut du procureur), il y sera juge d’instruction de 1875 à 1893, dans ce « Périgord noir (qui) nourrit une population rude aux crimes sanglants » selon ses fils5. Il est ensuite appelé, par le ministre de la Justice en personne, comme « chef de bureau de la statistique judiciaire » dans la capitale (1894-1900), décision dont il dira laconiquement : « J’acceptais, je fis bien » (Lettre à G. Duprat, 6 janvier 19046). C’est que l’homme est déjà amplement reconnu à l’échelle internationale : un premier ouvrage, La criminalité comparée (1886), lui ouvre la voie du succès, tant national (nombreuses recensions dans les revues scientifiques de l’époque) qu’international (une traduction en espagnol voit rapidement le jour ; d’autres traductions de ses livres viendront en allemand, anglais, russe et italien). Célébrité renforcée au demeurant par les débats qu’il aura avec les criminologues et psychiatres italiens, Cesare Lombroso (1835-1909) tout le premier, dont il contestait la théorie du « criminel né », trop déterministe à ses yeux, mais aussi Garofalo (1852-1934) et Enrico Ferri (1856-1929), fondateur de la revue Scuola Positiva. Mais il est aussi considéré au même moment comme un psychologue et un sociologue de talent — les deux disciplines phares des sciences humaines, alors en voie d’autonomisation par rapport à la philosophie-mère, se disputant quelque peu, et aujourd’hui encore, sa pensée et son héritage lors même qu’il entendait fonder une « interpsychologie ». Plus encore, Tarde devient au soir de sa carrière titulaire de la chaire de philosophie moderne au Collège de France (1900) dans laquelle il précède une haute figure de la discipline, Henri Bergson (1859-1941), élu pour sa part en 1904. Il a pour collègue dans la noble institution le quercynois Jean Izoulet (1854-1929), professseur de philosophie sociale pour ce qui le concerne, pendant qu’Emile Durkheim (1858-1917), son cadet, il est vrai de quinze ans, rejoint en 1902 seulement la chaire de Science de l’éducation en Sorbonne que son titulaire, Ferdinand Buisson (1841-1932) venait de délaisser pour la députation sous les couleurs du radicalisme. Ajoutons par ailleurs que Tarde est dans sa toute sa période parisienne très prisé des salons pour son art de la conversation — sujet au demeurant de sa réflexion théorique peu de temps avant sa mort7... et nous comprenons la place essentielle qu’il occupe au tournant des années 1900 dans la galaxie intellectuelle bien qu’il ne cherche pas à faire école. Très vite estompée, sinon disparue, son œuvre est depuis une bonne décennie redécouverte au point que l’on a pu s’interroger avec quelque ironie sur une « Tardomania » contemporaine8.

3C’est dans ce courant de curiosité intellectuelle mais aussi de réévalution d’une œuvre un temps délaissée — et après avoir participé à une journée d’études sur Gabriel Tarde à l’occasion du centenaire de sa mort et de l’inauguration du fonds bibliothécaire qui lui est consacré à l’École nationale d’administration pénitentiaire d’Agen9, que nous inscrivons cette recherche sur un sujet quant à lui fort oublié : Tarde et le patois.

1 Une présence certaine dans les débats sur l’école républicaine

  • 10 Expression consacrée qui a aussi donné le titre d’un ouvrage très érudit de Eugen Weber, auteur par (...)
  • 11 E. Levasseur, « L’instruction primaire et professionnelle en France sous la troisième République », (...)
  • 12 Cité in Ludovic Zoretti, Éducation. Un essai d’organisation démocratique, Librairie Plon, 1918, p. (...)
  • 13 A. Darlu, « La morale scientifique », Revue politique et parlementaire, 10 juillet 1905.
  • 14 .F. Pécaut, Quinze ans déducation. Notes écrites au jour le jour, Paris, s. d., Librairie Ch. Dela (...)

4La France « fin de siècle10 » est inquiète : le constat réitéré d’une « crise morale » s’exprime dans les milieux les plus divers, conservateurs catholiques — mettant en cause « l’école sans Dieu » chère à Jules Ferry, Paul Bert ou Ferdinand Buisson —, comme républicains de progrès doutant des avancées spirituelles du pays. Ainsi, critique vis-à-vis de la morale dite « neutre » par ses promoteurs, le géographe et statisticien Émile Levasseur (1828-1911), membre de l’Institut et professeur au Collège de France, pointe-t-il pour sa part une sorte de déficit moral en termes d’intériorisation des interdits, dans les couches populaires surtout11 ; le député Théodore Steeg (1868-1950), ministre de l’Instruction publique (en 1913 et 1917), se soucie quant à lui d’une « jeunesse moralement abandonnée12 » ; Alphonse Darlu, professeur de philosophie au lycée Condorcet, va jusqu’à donner libre cours à ses angoisses en utilisant l’argument a contrario : « Imaginez par exemple que l’esprit d’épargne et d’économie diminue, que les ouvriers abandonnent l’atelier pour le cabaret ou le champ de course, que les femmes se fatiguent de porter et de nourrir des enfants, que chacun coure après l’argent, et le flot des crimes monte, entraînant la jeunesse13... » etc., est-on tenté de dire devant ces propos crépusculaires, formulés entre 1900 et 1914, avant le grand cataclysme. Ils ne font à vrai dire que reprendre presque mots pour mots ceux tenus dans la décennie 1890, quand — exemple des plus éloquents — le directeur de conscience de la nouvelle École normale primaire supérieure de Fontenay, l’ancien pasteur Félix Pécaut (1828-1898) commente le 17 juin 1895 le « Congrès pénitentiaire » qui vient de se tenir à Paris : « Importance de ce Congrès [...]. Question capitale, effacée aujourd’hui par la question sociale, par la pitié ou la justice envers les classes ouvrières ; question à la fois d’existence pour la société, qui se défend contre tout un peuple de malfaiteurs capable de remplir à lu seul de grandes villes ; et de charité pour tant de disgraciés... Que faire de ces brutes, sortes d’animaux humains en cage ? Les amender ? Comment ? par le pli de la bonne habitude (travail, silence.) ? par l’intimidation ? Par l’exhortation morale ? par le changement total de vie et de milieu (transportation...) ? Par l’isolement (régime cellulaire) ? [...] Que manque-t-il ? une organisation meilleure ? non [...] Il manque un fond moral commun d’idées, de sentiments, d’habitudes. On ne se sait pas, on ne se croit pas, on ne sent pas membres d’un corps social, enfants de la même famille, plus semblables que divers, étroitement solidaires. » (souligné par l’auteur14).

  • 15 A. Fouillée, « Les jeunes criminels, l’école et la presse », Revue des Deux-Mondes, 15 janvier 1897 (...)

5C’est dans ce contexte que le philosophe Alfred Fouillée (1838-191215) donne à la Revue des Deux-Mondes en janvier 1897 un long article-bilan où la presse est remise en cause mais où l’école publique n’est pas épargnée pour autant : « Nous avons commis une fâcheuse erreur en attribuant les victoires des Allemands à leur instruction, quand il fallait les attribuer à leur éducation, à leur discipline morale et militaire, à leur respect de la règle, enfin à l’exaltation du sentiment patriotique qu’on avait su, par tous les moyens, enflammer chez eux et identifier avec le sentiment religieux. » En un mot, l’école de la République instruit, certes, mais n’éduque pas... quand les « feuilletons immoraux, distribués gratuitement à la porte des écoles » sont devenus « les agents de la démoralisation populaire », voire « la suggestion du vice et du crime ». « L’Apache » de Belleville ou de la zone n’est pas loin (1902)...

6L’occasion est trop belle alors pour l’ancien directeur du Primaire (dixsept ans durant !) et désormais titulaire de la chaire de Science de l’éducation en Sorbonne, Ferdinand Buisson, alerté par tout ce qui manifesterait une faiblesse de « l’éducation libérale » dont il s’est fait avec Ferry le chantre quasi religieux, quoique laïc, de solliciter ès-qualités Gabriel Tarde, maître en la matière et « expert » comme nous dirions aujourd’hui puisque chef des services statistiques au ministère de la justice — comme nous l’avons vu.

  • 16 F. Buisson, « La jeunesse criminelle et l’éducation », Revue pédagogique, 15 avril 1897, no4, 295-3 (...)

7La Revue pédagogique, référence de l’encadrement primaire (inspecteurs, directeurs des écoles normales, délégués cantonaux, etc.) depuis 1878, accueille donc au printemps 1897 un échange de points de vue sur « l’enfance criminelle » entre les deux hommes16, écho déclaré aux premières inquiétudes de Fouillée. La démarche de Tarde ne manque pas d’originalité car elle prend ses distances avec les opinions trop conservatrices. Partant des statistiques officielles sur la période 1830-1880, Tarde constate que la criminalité des mineurs croît plus que celle des adultes (elle est multipliée presque par 4 chez les garçons, par 3 chez les filles, par 3 également chez les adultes tous sexes confondus), mais il remarque aussi que cette croissance s’effectue d’abord chez ces derniers : d’où l’idée que « les germes, quels qu’ils soient, de la contagion, sont venus aux enfants non d’un ensemencement direct sur eux mais après avoir agi sur leurs contemporains plus âgés et, avant tout, sur leurs parents » (p. 198) car les « jeunes rameaux » ont plus à pâtir d’un « vent nouveau » que les « vieilles branches »... Par ailleurs, le phénomène observé et quantifié est « européen »... On ne aurait donc « attribuer à ce phénomène pour cause principale (souligné par Tarde) quelque loi simplement française, quelque innovation, scolaire ou autre, restreinte à la France » (p. 197) — plus généralement le « législatif » et le « politique » ne peuvent prendre devant ce « mal européen » qu’un « caractère secondaire » car « l’explication profonde doit être demandée aux transformations sociales de notre âge » (p. 197). Propos qui, à l’évidence, doivent rassurer — s’il en était besoin — Ferdinand Buisson et placent de facto Tarde du côté de républicains au pouvoir encore largement discuté.

8Ces remarques préalables posées, Tarde en vient à l’exposition des nombreuses causes de la délinquance juvénile, assez convenues néanmoins dans la période :

– « les progrès de l’irréligion générale » (i. e. de liberté à l’égard de la religion),
– « l’ambition croissante d’ascension sociale »,
– « l’insuffisance vivement sentie du progrès de la richesse », générant l’insatisfaction, l’alcoolisme,
– la dénatalité — point essentiel comme nous le verrons plus tard — qui ne conduit plus le pater familias à se donner en exemple de moralité pour toute sa descendance,
– la « presse ordurière ».

  • 17 Au passage, dans une note de bas de page (p. 201), Tarde critique, à propos de l’instituteur primai (...)

9L’école, pour autant, ne doit pas être absoute comme l’a bien vu Fouillée. Qu’elle soit laïque ou congréganiste (le rapprochement est dans la Revue pédagogique plus que singulier17 !), elle a sans doute sa petite part de responsabilité. Moins peut-être par le manque de moralité ou de volonté éducative de ses maîtres que par le « mutuel exemple » que se donnent les enfants entre eux. Le « meneur des autres, rarement le meilleur, » est alors explicitement convoqué (p. 201), de même que « les petits jeux, les petits contrats, les batailles et les alliances des camarades »... « Il suffira souvent de deux ou trois “brebis galeuses” pour pervertir toute une division », croit devoir préciser Tarde (p. 202)... Ce qui le conduit à proscrire les établissements scolaires trop grands, en particulier les « palais scolaires » dont s’enorgueillit la République, mais aussi les hôpitaux ou les prisons surdimensionnés.

  • 18 Cf. Quelques mots sur lInstruction publique en France, Paris, Hachette, 1reéd. 1872, chap. « langu (...)
  • 19 Opinion clairement exprimée par Perbosc par sa correspondance avec Estieu en date du 27 août 1911 m (...)
  • 20 A. D. Lot 1 T 40. Rappelons que Charles Nodier répliquera au Comité de Cahors par un petit texte dé (...)

10Telle est l’entrée de Tarde dans le débat public avec les dirigeants de la République. Ella va être bientôt suivie d’une autre sollicitation se situant explicitement dans son prolongement — où la question du patois apparaît sans coup férir comme un point d’orgue. En effet, Tarde est invité par Buisson à donner son point de vue dans le cadre de la rubrique « Lettres ouvertes aux instituteurs de France » du Manuel général de l’Instruction primaire — en date du 17 juin 1899 — organe non plus de l’encadrement primaire cette fois mais de l’instituteur de base, dirigé par... Buisson. Ce sera la vingtième lettre, prenant place après celles, prestigieuses, des anciens ministres René Goblet, Léon Bourgeois, Raymond Poincaré ou des savants les plus reconnus dans la période, tels Marcelin Berthelot et Michel Bréal — lequel, rappelons-le, s’est par deux fois prononcé en tant que linguiste professeur au Collège de France non pour l’enseignement des patois — comme il est souvent dit un peu rapidement — mais pour leur utilisation raisonnée18, fixant par là-même une sorte de ligne de pensée quasi officielle à laquelle se réfereront des régents occitanistes comme Antonin Perbosc ou Prosper Estieu, décidés à « faire entrer la langue d’oc à l’école19 »... et leurs inspecteurs tatillons décidés, eux, à contrer cette initiative jugée hautement intempestive. Ce disant, Bréal va néanmoins à l’encontre de la proscription pure et simple des patois dans le champ scolaire, telle qu’elle est pensée depuis François Guizot (1787-1874) et son proche collaborateur Pollux Lorain (1799-1861) lequel, en 1837, affirmait dans son Tableau de l’Instruction primaire en France : « Dût-on nous traiter de vandales (sic), nous sommes d’avis qu’on tranche au vif dans cette antique transmission des patois, et que chaque école soit une colonie de langue française en pays conquis. » Opinion ancienne, déjà présente chez les Frères des écoles chrétiennes à la fin du xviiesiècle et déjà « mise en musique » par le Comité d’Instruction publique de l’arrondissement de Cahors (1834). Ce dernier faisait observer, entres autres remarques peu amènes, que « les dialectes (méridionaux), dont la variété est infinie, rendent souvent difficiles les opérations judiciaires et notamment les débats des cours d’assises, où figurent de nombreux témoins20 ».

  • 21 G. Tarde, « L’Instituteur et la désertion des campagnes », Manuel général de lInstruction primaire(...)

11Dans une première partie de sa Lettre aux instituteurs, publiée sous le titre « L’Instituteur et la désertion des campagnes21 » qui en donne le fondement, le criminologue Tarde aborde la stagnation démographique de la France au regard des autres grandes puissances européennes, l’Angleterre et l’Allemagne en premier lieu, puis lie celle-ci à « l’exode rural » qui est d’abord — ceci aggravant le problème — « celui d’une élite » :

Parce que les villages, les bourgs, les petites villes, à la suite d’émigrations antérieures, se trouvent renfermer une moindre proportion d’individus bien doués, d’éléments actifs initiateurs, progressistes, tout jeune homme et toute jeune femme qui se sent apte à une vie sociale, est pour ainsi dire dépaysé dans son pays natal et comme expulsé de force hors de chez lui. Par suite, plus la race rurale s’est déjà appauvrie, plus elle tend à s’appauvrir encore. C’est un cercle fatal et qui peut sembler sans issue.

L’auteur conclura :

  • 22 E. Weber, La fin des terroirs, p. 88.

C’est pourquoi je m’afflige de voir l’élite du peuple aller se perdre dans le torrent urbain, au lieu de rester au milieu des siens et d’y servir de ferment civilisateur, utile à toute cette pâte immense et à la transformer en pain exquis. » — propos qu’il faut bien sûr relier à tous les lieux communs rhétoriques sur la ville comme lieu de perdition, mais aussi aux statistiques que Tarde connaît trop bien et qu’Eugen Weber convoque, résumant à sa façon la grande enquête d’Émile Levasseur de 1891 : « Dans les années 1880 et 1890, les criminels étaient (proportionnellement) au moins deux fois plus nombreux dans les villes que dans les campagnes22.

Dans la seconde partie de cette Lettre (reproduite en partie par le journal du Félibrige périgourdin Lou Bournat en juillet 1903), Tarde ne manque pas d’enfoncer le clou :

Le but à poursuivre, c’est de retenir aux champs le cultivateur tout en l’éclairant, parce qu’on lui aura prouvé que son attachement (je ne dis pas son enracinement routinier) au sol natal est pour lui la meilleure condition de culture spirituelle. C’est le problème qui s’offre à vous, Messieurs les Instituteurs. C’est vous qui le résoudrez. C’est vous qui, après avoir nourri l’amour de la grande patrie française dans le cœur de vos élèves, y entretiendrez ou y éveillerez le patriotisme local, source et aliment du patriotisme national, et, pas plus que celui-ci, nullement contradictoire au culte général de l’humanité et de la civilisation.
Dans ce but, ne pensez-vous pas qu’il serait bon en toute occasion, de donner à vos enfants quelques notions du passé de leur bourg, de leur petite région natale, de les initier aux joies savoureuses des études archéologiques faites sur place ? Ne pensez-vous pas aussi — et ceci a, je crois, une assez grande importance — que, la connaissance du français étant maintenant répandue partout, grâce à vous, jusqu’aux derniers villages des provinces les plus arriérées, il serait temps de prendre des mesures pour sauver d’une complète destruction les débris survivants de nos anciens patois, fragments abâtardis, mais encore si pleins de grâce et de pittoresque, de la glorieuse langue d’oc ?

  • 23 « Le pays natal » est le thème du discours du 15 août 1908 (Les leçons du pays natal), publié in No (...)
  • 24 Dans Les lois de l’imitation (1890, p. 266), Tarde écrit à propos du latin et du grec : « Le seul a (...)
  • 25 Repris in Jòrdi Blanc, Jaurés e Occinia, Energas, Vent Terral, 1985.

12Tarde reconnaît aux maîtres qu’ils n’ont pas démérité de la grande patrie française : mais, allant plus loin, il va lier avec finesse le sort de la « petite patrie », chère à l’historien Ernest Lavisse (1842-1922) quand il le faut — par exemple à l’occasion de ses discours de distribution de prix au Nouvion-enThiérache, son « pays natal23 », à un au-delà transnational, sinon universel, posant la singularité française (cf. la « République une et indivisible » des jacobins) en... singularité à l’échelle du monde : « Je m’adresse surtout à ceux d’entre vous qui résident dans le Midi de la France. Pendant longtemps, il vous a fallu contraindre (sic) à parler français les nouvelles générations ; vous avez réussi à tel point que, de nos jours, l’habitant des campagnes méridionales a conçu un réel mépris, un mépris absurde et ignorant pour le parler de ses aïeux. Tandis que les poètes contemporains, épris de cette flore rustique du langage, lui demandent un renouvellement idyllique de la pensée, un rafraîchissement linguistique du vers, — non pas seulement en France, mais en tout grand pays qui a aussi ses patois (resic) — l’on a regret de voir les restes vénérables des antique dialectes régionaux traités avec dédain, repoussés avec affectation, ou, ce qui est pire, mutilés et dénaturés, francisés maladroitement par ceux qui devraient être les dépositaires fervents de ces reliques. Il n’est rien de plus inintelligent, à mon avis, que cette proscription des patois et les sentiments qui l’inspirent. Loin de nuire à la connaissance du français, le patois régional sert à le mieux comprendre, par suite de leur fraternelle ressemblance. Le patois, en cela, peut jouer le même rôle que le latin, dont la comparaison avec le français est si utile aux écrivains24. L’inconvénient de ne savoir qu’une langue, c’est que l’on est exposé à prendre pour des caractères universels les particularités qui lui sont propres. À défaut du latin, l’humble patois rend ce service à l’écolier rural de le préserver de cette illusion et de lui donner une conscience plus vive du charme et de la vigueur des expressions multiples qui s’offrent ensemble à sa pensée, doublets et miroir explicatif les uns des autres. Ainsi, Messieurs les Instituteurs, c’est vous qui devrez être, dorénavant, les conservateurs des patois, après les avoir détrônés et presque détruits. Ajouterai-le que vous devriez prendre aussi sous votre protection, en ce qu’elles ont de bon et de viable encore, les vieilles coutumes, les vieilles mœurs, tout ce qui rattache l’homme à son sol ? Vous allez m’accusez d’être rétrograde, vous auriez tort. De toute mon âme, je souhaite la rénovation morale du monde et l’élévation spirituelle des dernières couches du peuple. » Écrivant cela, Tarde anticipe sur des textes aux consonances voisines, écrits par Jean Jaurès à destination des instituteurs publics (articles de La Dépêche, de la Revue de lenseignement primaire, 1909-191125).

2 Une activité littéraire sur la marge

  • 26 Lou Bournat, juillet 1903, p. 66-67. Je remercie vivement M. Jean-Claude Dugros, actuel directeur d (...)

13Introduisant la lettre aux Instituteurs dans Lou Bournat26, Joseph Durieux fait état d’une correspondance que lui a fait parvenir Tarde après la parution d’une notice le concernant dans le Journal de la Dordogne (13 janvier 1901) :

Tout ce qui me vient de mon pays périgourdin, en fait de marques de sympathie, m’est singulièrement agréable ; car je suis aussi peu que possible un déraciné. Je voudrais mériter les bienveillants éloges que vous m’adressez ; mais tout le mérite que je puis avoir revient assurément à ma terre natale, où j’ai toujours puisé mes meilleures idées et où j’ai passé mes meilleurs jours.

  • 27 Alexandre Lacassagne, « Gabriel Tarde », Archives de l’anthropologie criminelle, 1904, cité in Abéc (...)
  • 28 Henri Mazel, « À propos de Gabriel Tarde », Mercure de France, no51, VII-1904, p. 89-102.

14On ne saurait mieux afficher son credo... Les articles parus à l’occasion de son décès le confirment amplement. Ainsi son ami Alexandre Lacassagne (1843-1924), natif de Cahors et fondateur des remarquables Archives de l’anthropologie criminelle (1886) auxquelles Tarde collabora d’entrée, indiquet-il : « Il était familier aux gens du pays, aimé de tous et spécialement des paysans : il s’arrêtait pour causer avec eux en patois périgourdin, le doux parler de son pays27. » De même, Henri Mazel se plait-il à rappeler que, « quand il siégeait au tribunal de Sarlat, il aimait à entendre les campagnards se chuchoter en patois en le montrant : “celui-là n’a pas l’air d’un juge28” ».

15Peu de temps avant sa mort aussi brutale qu’imprévue (un infarctus durant son sommeil), Tarde s’est présenté dans une lettre du 29 janvier 1904 à G. Duprat — lettre déjà évoquée et reproduite en exergue de L’Abécédaire — en rappelant qu’il « avait eu très jeune de hautes ambitions poétiques » et en précisant de plus : « Je crois que cette aptitude n’était pas illusoire. » Il se donne donc à voir comme un philosophe taquinant la Muse — comme le fera aussi un autre « original » et grand polygraphe, Marie-Jean Guyau (1854-1888) en l’occurrence. Il est vrai qu’il a publié chez Calmann-Lévy (1879) des Contes et Poèmes mais qu’il n’a pas cru utile de les inclure dans sa bibliographie. L’un des plus évocateurs, repris à son décès dans Lou Bournat (maijuin 1904) s’intitule « Deux langues mourantes » :

Il est deux langues que j’adore
Et que je parlais autrefois ;
Il me vient des pleurs dans la voix
Si parfois je les parle encore ;
   
Et je sens un trouble soudain
Dont toute mon âme est saisie
Au moindre mot de poésie
Ou de patois périgourdin [...]
   
Il me semble que je m’abuse
Quand j’entends ces sons inouïs,
Le doux parler de mon pays
Et le doux parler de la Muse ;
   
Et je savoure tour à tour
Cette double réminiscence,
L’idiome de mon enfance
Et le langage de l’amour... » [...]

16Et l’auteur d’évoquer par la suite « les contes patois des fileuses », « doctes vieilles » qui portaient « la langue des merveilles », « la langue des esprits », soit :

Le beau patois du troubadour,
À présent objet de risée,
Fragment d’une langue brisée
Qui fit le tour du monde un jour !
   
Comme un legs sacré du vieil âge
Ces défuntes me l’ont transmis,
Elles, et mes petits amis,
Les fils des pêcheurs du village.
   
— Plus tard, quand je sus le français,
(Et j’eus de la peine à l’apprendre)
J’étais grand ; survint l’âge tendre,
Je fis des vers, j’en pâlissais ! » Etc.

17L’héritage des pères et des mères est donc non seulement admis mais, plus encore, revendiqué.

3 La grotte comme lieu de la renaissance

  • 29 En 1876, Tarde prononce un discours intitulé « Maine de Biran et l’évolutionnisme en psychologie » (...)

18Périgourdin aimant son pays, Tarde devait — comme son auguste compatriote né à Bergerac, Maine de Biran (1766-182429) porté à reconnaître la place première de l’aperception — s’interroger sur ce qui fait le cœur de l’individualité par delà le social. Dans la Lettre aux instituteurs de 1899, si essentielle à bien des égards, il écrit encore  :

Il faut se bien persuader que le grand point, pour progresser en toute vérité, est d’avoir une vie intérieure, un fleuve souterrain et caché en soi-même d’images, d’idées, de souvenirs, de sentiments, de principes, qui arrose en dessous l’esprit et s’oppose au courant de mode extérieur où nous sommes menacés d’être submergés. Aux champs et non aux villes coule ce fleuve ; seule la solitude, la solitude laborieuse, adonnée au travail simple et varié, est inspiratrice. Dans une large mesure, la coutume, cette vie intérieure des collectivités, doit être opposée aux entraînements des exemples étrangers. Il n’y a nul danger, à présent, en exhumant les ruines d’un passé bien mort, en faisant de l’archéologie locale, de réchauffer les vipères engourdies. Mais il importe de disputer pieusement, avec amour, les originalités provinciales, filles du passé, au déluge de l’exotisme, et, par là, de préparer une France nouvelle, intellectuellement vivante d’un bout à l’autre de son territoire, du plus bas au plus haut degré de son échelle sociale, une France encore riche d’œuvres de l’esprit et un peu moins pauvre d’enfants. (Souligné par l’auteur)

  • 30 T. Wolff, « Alfred Binet et le théâtre », Bulletin de la Société A. Binet et Th. Simon, 1984, no598 (...)

19Cette dimension souterraine de l’être humain, outre qu’elle s’inscrit presque physiquement dans le paysage de la Dordogne et, plus encore, dans le village troglodytique de la Roque-Gajac où la famille Tarde possède son manoir, habite l’œuvre de Gabriel. On la repère ici ou là, assez volontiers liée à l’usage du patois, langue enfouie qui ne demande qu’à sourdre à l’occasion. Ainsi dans le théâtre — car Tarde, comme l’austère Alfred Binet (1857-1911) père de la psychométrie française composant à ses heures un théâtre de boulevard grinçant (L’Obsession, L’homme mystérieux, L’expérience, etc.30), Tarde donne des « contes » et des « pochades ». L’une d’entre elles, Le Championnat, commence ainsi : « La scène se passe en Périgord, dans une grande grotte ouverte. » (didascalie) et continue par un dialogue entre une « dame », venue pour un rendez-vous ambigu avec un ami, et le jeune Ramille qui l’accompagne et lui sert de petit portefaix :

ELLE — Drôle de rendez-vous pour notre pique-nique…
Belle grotte d’ailleurs... coup d’œil superbe, unique !
Romillo, coï b’essai ? N’en sés siguro ?
   
RAMILLE — Plot ! Mus crobis on oqui rébinga maï d’un cot…
Meyrino, migras pas, vos aï pas couyounado...
   
ELLE — Paous’oqui lou descou... (Ramille pose le panier dans un coin)

RAMILLE (à part et regardant le panier)
Rosins, bouno poscado...
M’én restoro, nou saï ? et d’oquel vi rousset ?...
   
ELLE — Qué fas oqui ? Vaît’én... Cour’én classo, cosset ! (la retenant)
Ah ! J’oubliais... dé loun, pel comi dé l’holatsé,
Oguéito lou pourtur ; quand oniro’l vilatsé,
Courréras m’oppourta meï lettr’ol grand galop...
(Ramille sort)

20Ramille ne reviendra qu’à la toute fin de cet impromptu campagnard, digne du Sous-Préfet aux champs :

  • 31 G. Tarde, « Le championnat », Revue du siècle, 1892, no62, p. 473-492. Tarde propose en « traductio (...)

RAMILLE — (rentrant sournoisement après leur départ)
N’on pas tout rousiga... m’on laïssa lou millou...
L’ovioï métut ol foun... (appelant d’un geste au dehors) Bèn’eïssi Francillou31 ! »

  • 32 Michel de Tarde, « Célébrité, oubli, renaissance : la singulière destinée du criminologue et philos (...)

21Nous saisissons Tarde dans ses activités mondaines — loin de sa vie studieuse. Son petit-fils, Michel de Tarde, les évoque néanmoins comme constitutives d’une vie où le labeur côtoie le divertissement, l’un n’allant pas sans l’autre : « Il se lie avec les familles les plus en renom de Sarlat et des environs : les Toulemon, les Malleville, les Saint-Aulaire. Il est de toutes les réceptions, de toutes les festivités ; il écrit même quelques saynettes de salon. C’est un animateur dont la conversation est très appréciée, surtout des femmes. Il se montre malgré cela un bon père de famille (sic32). » Activités mondaines qu’il poursuivra plus encore à Paris — comme son collègue en Collège de France Jean Izoulet, venu, nous l’avons-vu, du Bas-Quercy... Stéréotype du « Méridional » à Paris ? Mais n’est-il pas par ailleurs décrit post mortem généreux et tolérant, « en ceci peut-être français, et mieux encore gascon, comme le Vert-Galant » :

C’est qu’il les aimait tant ses paysans périgourdins ! Il avait joie à parler leur langue, et quelques uns de ses plus jolis verts sont en dialecte sarladais. Peutêtre quelque jour les publiera-t-on. La dernière fois que je le vis au banquet des XX, il nous récita des vers de je ne sais plus quel félibre et, par plaisanterie, nous affections avec M. Cheysson, nîmois comme moi, d’humilier la poésie périgourdine devant la rhodanienne, dont il admirait autant que nous le grand représentant, Mistral,

  • 33 Henri Mazel, art. cit., 1904.

confesse Henri Mazel33.

  • 34 Le titre est en français, le reste du texte en occitan. Dans le Trésor du Félibrige (t. 2, p. 310), (...)
  • 35 M. de Tarde, Lettre à H. Terral, 21 octobre 2004.

22Quoiqu’il en soit de ses fréquentations, le détour par la grotte semble un leitmotiv dans la digression tardienne. Visitant le fonds Gabriel Tarde, récemment installé à l’ENAP d’Agen, nous eûmes en effet la surprise de trouver un autographe en occitan (cf. annexe), difficile à déchiffrer et que Jòrdi Passerat a bien voulu nous aider à traduire : « Pour les ménagers », daté de septembre 1899 — quand Tarde est déjà un parisien consacré34. Il s’agit. d’une invitation à la grotte de Turna. Michel de Tarde à qui nous avons soumis ce texte a pensé reconnaître dans l’expression « pour les B. » « la famille Boysson avec laquelle (son) grand-père était très lié et dont une branche habitait Cénac et l’autre Vitrac », en plein pays sarladais donc35.

  • 36 Cf. par exemple Daniel Halévy, Histoire de quatre ans 1997-2001, (1903), rééd. Kimé, Paris, 1997, o (...)

23Mais, par delà ces agrestes festivités destinées aussi bien à la « jeune fille » qu’au « jeune homme » — quand bien même « seren ben satsés/nous serons bien sages », la grotte peut prendre chez Tarde une tout autre signification, plus profonde. Abri protecteur de l’homme dans ses jeunes années, elle devient aussi le lieu salvateur par excellence quand la survie de ce dernier est à l’ordre du jour. En effet, selon une thématique très prégnante en cette fin de siècle tourmentée, l’humanité court à sa perte. Telle est du moins, face à la nouvelle théologie du Progrès, la vision que développe Tarde dans une œuvre littéraire d’anticipation : le Fragment d’une histoire future, conçu en 1879, achevée en 1884 mais publiée seulement en 1896 dans la Revue internationale de sociologie que dirigeait alors un maître de la jeune discipline, le juriste René Worms. Dans cette fiction d’une centaine de pages qui n’est pas sans faire penser à d’autres ouvrages à venir36, l’homme de

la fin du xxve siècle de l’ère préhistorique, jadis appelée chrétienne (est menacé par) la grande catastrophe d’où procèdent les temps nouveaux, l’heureux désastre qui a forcé le fleuve de la civilisation à s’engloutir pour le bien de l’homme.

24En effet, au moment même où « l’apogée de la prospérité humaine, dans le sens superficiel et frivole du mot, semblait atteint » sous l’égide de « l’établissement définitif de la grande fédération asiatico-américanoeuropéenne », le soleil va mourir et l’homme avec lui. Alors, « un homme a surgi qui n’a pas désespéré de l’humanité », un certain Miltiade, « Slave croisé de Breton » malgré son nom célèbre, qui va, inaugurant « l’Ère du Salut » à l’heure de la glaciation planétaire, conduire ce qui reste d’humains au cœur de la terre, dans les grottes régénératrices où la vie retrouve, si l’on peut dire, ses racines et prend néanmoins un tour nouveau... L’ouvrage, se voulant écrit 596 ans après l’événement, ne manque pas de décrire les besoins superflus dont l’homme s’est débarrassé ainsi que de « gourme de lumière et de chaleur » (par exemple le besoin de se vêtir !) ; il se clôt en évoquant un au-delà singulièrement proche :

Mais nous, délivrés de prestige et affranchis de cette séculaire illusion d’optique, continuons à croire fermement que, parmi les astres comme parmi les hommes, les plus brillants ne sont pas les meilleurs, que les mêmes causes ont amené ailleurs les mêmes effets, forçant d’autre humanités à se blottir dans le sein de leur globe, à y poursuivre en paix, dans des conditions singulières d’indépendance et de pureté absolues, le cours heureux de leurs destinées, et qu’enfin, aux cieux comme sur la terre, le bonheur vit caché.

25Mais pour en venir à cette vision somme toute irénique sur un fond d’eschatologie, l’homme réfugié dans les entrailles de la terre et soumis à l’amour « source invisible et intarissable de cette courtoisie (sic) d’un genre nouveau », a dû en finir avec un monde faussement unifié — entre autres par la langue :

Depuis le xxe siècle déjà, le besoin d’une langue unique et commune, comparable au latin du Moyen Age, était devenu assez intense parmi les savants du monde entier pour les décider à faire usage dans tous leurs écrits d’un idiome international. Après une longue lutte de rivalité avec l’anglais et l’espagnol, c’est le grec qui, depuis la débâcle de l’Empire anglais et la reprise de Constantinople par l’Empire helléno-russe, s’imposa définitivement.

  • 37 Comment ne pas évoquer ici Auguste Brun, auteur de Recherches historiques sur lintroduction du fra(...)

Liant les considérations géopolitiques et les impératifs de la communication scientifique d’abord, scolaire ensuite, Tarde imagine un cheminement qui, « de couche en couche », n’est pas sans faire penser au destin des langues d’État37en sorte que, « dès le milieu du xxiie siècle, il n’y eut plus un petit enfant, de la Loire au fleuve Amour, qui ne s’exprimât facilement dans la langue de Démosthène » :

Çà et là, quelques villages perdus dans le creux des montagnes s’obstinaient encore, malgré la défense de leurs instituteurs, à estropier le vieux patois appelé jadis le français, l’allemand, l’italien, mais on eût bien ri d’entendre dans les villes ce charabia. (chap. 1. La prospérité)...

26Pourtant, dans le nouveau monde fondé par un homme des marches (un slavo-breton, rappelons-le, fut-il nommé comme un général grec vainqueur à Marathon), les « langues mortes » (anglais, allemand, suédois, arabe, italien, français) connaîtront une certaine « résurrection » littéraire, mêlant leurs voies au « pur attique » (chap. 7. La vie esthétique).

  • 38 Depuis son article « Les patois » in La Tribune des Instituteurs et des Institutrices (1eroctobre 1 (...)

27Cette ultime réflexion de Tarde doit bien sûr trouver place parmi les méditations sur l’avenir des langues, plus ou moins angoissées, plus ou moins angoissantes, au siècle de la colonisation comme à celui de la mondialisation — en l’occurrence pour ce qui le concerne dans un grand moment de rivalité franco-anglaise (à Fachoda comme ailleurs) mais aussi de création peu ou prou messianique (par exemple avec le volapük de Schleyer en 1880 ou l’espéranto de Zamenhof en 1887). Dans ce concert, faisant écho à Tarde, il n’est pas interdit in fine de faire aussi entendre la voix d’un grand défenseur des « patois » et, plus encore, de l’occitan, son voisin quercynois Antonin Perbosc38. Dans une lettre à Estieu (27 juin 1900), nous trouvons en effet une singulière interrogation :

  • 39 Fonds Perbosc, Collège d’Occitanie, Toulouse. Perbosc est alors en pleine collecte de contes, prove (...)

Le Félibrige me paraît tué aux trois-quarts. Mais le traditionnisme gagne peut-être, et les idées de décentralisation aussi. Et encore la chance de voir se former les États-Unis d’Europe. Attention à ceci : alors refonte totale ou cataclysme. Émergeront peut-être, si des énergies le veulent, non pas la Provence, qui n’a que l’enthousiasme verbal, mais l’Aquitaine, le Languedoc, la Catalogne. C’est surtout en la Catalogne que j’ai foi. Autrefois il fallait des monts pour séparer les races. L’avenir fera peut-être des Pyrénées, au contraire, l’épine dorsale d’un État fondé sur des bases nouvelles. Mais quel poids cette Espagne. Je n’achève pas l’ébauche de ce rêve. Que de choses dire là dessus ! Une réalité domine : la plupart des langues mourront. Laquelle survivra ? Il semble impossible que ce soit la nôtre et pourtant je vois des raisons de croire que c’est une fille du latin qui tuera l’anglais, l’allemand, le russe. Et pourquoi cette survivante ne serait-elle pas notre langue39 ?

  • 40 Gabriel Tarde, Introduction et pages choisies par ses fils, Paris, éd. Louis Michaud, s. d., p. 31.

28Tarde lui-même devait donner le lendemain de sa mort une conférence qui sera publiée à titre posthume dans la Revue bleue (15 juin 1904) sur « l’Avenir latin » : « Il se sentait latin par toutes les fibres de son cœur et de son intelligence », affirment ses fils40 — sans toutefois le relier au mouvement du Félibrige latin né dans les années 1870 autour de Charles de Tourtoulon (1836-1913).

Conclusion

  • 41 René Schérer, préface au Fragment d’une histoire future, Biarritz, Atlantica, 1998. Rappelons que T (...)
  • 42 Nous pouvons rapprocher Tarde du docteur Emmanuel Labat (1853-1925), auteur de  : LAme paysanne. L(...)
  • 43 Nous renvoyons à notre ouvrage : H. Terral, La langue d’oc devant l’école (1789-1951), Institut d’é (...)

29Il n’est pas interdit de rêver. Ni pour Perbosc, ni pour Tarde, ni pour chacun d’entre nous. Pour autant, il n’est pas interdit non plus d’inscrire nos réflexions dans l’histoire. Ainsi, préfaçant le Fragment, René Schérer situet-il Tarde entre Leibniz, Nietzsche et Bergson — excusons du peu ! — mais aussi en amont de penseurs contemporains tels Deleuze et Guattari41. On peut aussi, à l’évidence et sans doute plus aisément encore, le voir dans son siècle, dans cette fin de siècle inquiète où le monde rural, certes préservé par la politique agricole protectionniste d’un Jules Méline (1838-1925), sait bien qu’il est voué à se transformer rapidement. Ancré par sa lignée et ses goûts dans une petite ville chargée d’histoire, une de ses villes si caractéristiques de la « France des terroirs » et de la France même selon Eugen Weber — Sarlat-la Canéda, Gabriel Tarde est aussi contemporain de la naissance de la Fédération Régionaliste Française fondée en 1900 par l’occitan Jean Charles-Brun (1870-1946) — sous le patronage duquel Perbosc envisageait la même année de faire une fête des « sociétés traditionnistes » du Tarn-et-Garonne. En ce sens, il ne peut que s’intéresser au « pays »... mais aussi au « patois ». Position allant de soi chez un homme qui, malgré son grand rayonnement international a, somme toute, peu voyagé ; position qui le conduit, nous l’avons vu à défendre un maintien à la terre — lequel n’est pas antagonique avec le célèbre « retour à la terre » porté par Pétain en 1940 mais, tout autant avec une défense des terroirs présente au cœur même de la troisième République42, si peu soucieuse des « langues provinciales » par ailleurs43 ; position suffisamment originale néanmoins — hors celle des leplaysiens — parmi les penseurs qui vont faire émerger les sciences humaines et sociales à l’orée du xxe siècle, suffisamment originale donc pour être rappelée aujourd’hui.

Un poème inédit de Tarde44

  • 44 Nous remercions la médiathèque G. Tarde (École Nationale d’Administration Pénitentiaire d’Agen, www (...)

Pour les ménagers
   
Bravas gents, setz tots avertits
Que se voletz minjar pastís
Crespas, mervelhas e rostits
E far ‘na granda gòrjabauda
Dijòus matin vos cal anar
Avant miegjorn, vos permenar
Jusc’a la cròsa de Turnà
E vos aclatar dins sa fauda.
   
La fachilhiera d’aquel ròc
Emb plaser vos acialará
Rajará lo vin ; l’òm veirá
Lus mossurs mesclats emb lei damas
E lei dròllas emb lus garçons,
Mai daus mainatges polissons
E l’òm auvirá lei cançons
Deus ausels entremieg lei ramas.
   
Coma lus medaires pel sòl
Coma per l’aire l’esquiròl
Oublidarem penas e dòl
Escampats sus lo ròc salvatge
E farem mas rire e contar
E beurai a vòstra santat
— Mas, n’oblidatz pas de portar
La pitança emb lo beurage !
   

Texte corrigé (rayé dans le manuscrit)
   
Strophe II :
v. 2-3 : Polidament vos receurá
(Memo) Aimablament emb vos beurá
v. 5-6-7... E l’òm auvirá lei cançons
Deus mainats un pauc polissons
E deus ausels entremieg lei ramas
Strophe III :
v. 2 : Escotant lo rossinhòl
   
Variante pour une jeune fille
   
Domaisèla, lo temps es caud
E cal aurá marchar tot siau
Pertant se voletz rire un pauc
E far una brava gòrjabauda
Vos aconselhi bien d’anar
Dijòus matin, vos permenar
Debàs la cròsa de Turnà
Que ne’n sortiretz pas malauda.
   
La fachilhiera d’aquel ròc
Emb plaser vos potonará
Serem bien sages : l’òm veirá
Oublidarem penas e dòl
E farem mas rire e cantar
E beurem a vòstra santat.
   
Variante pour le jeune homme
   
Jòune mossur, sètz avertits
Que, se volètz minjar pastis, rostits...
Doblidaretz penas e dòl
Cortas jòias e los voiatges
E faretz mas rire e cantar
Dansar, beure a nòstra santat
Mas...
   
Variante pour les de B.
   
Bravas gents, sètz tots avertits
Gras e magres, grands e pitits
Que, se volètz minjar pastis
E fa ‘na brava gòrjabauda
L’òm babilhará, l’òm veirà
Oblidaretz penas e dòl
Madama ; e vòstre long voiatge
Escampadas sul ròc salvatge
E beurem
A vòstra santat
E, per tot dire ( ?), de vòstre costat
Mas...
   

Pour les ménagers
   
Braves gens, vous êtes tous avertis
Que si vous voulez manger des pâtés
Des crêpes, des merveilles et des rôtis
Et faire un grand repas de fête
Jeudi matin, il vous faut aller
Avant midi, vous promener
Jusqu’à la grotte de Turna
Et vous blottir en son sein.
   
La sorcière de ce rocher
Vous accueillira avec plaisir
Le vin coulera et l’on verra
Les messieurs mêlés avec les dames
Et les filles avec les garçons
Et plusieurs enfants polissons
Et l’on entendra les chansons
Des oiseaux au milieu des branches.
   
Comme les moissonneurs sur l’aire
Comme dans les airs l’écureuil
Nous oublierons peines et deuils
Allongés sur le roc sauvage
Et nous ne ferons que rire et chanter
Et je boirai à votre santé
Mais n’oubliez pas de porter
La pitance avec le breuvage !
   

Texte corrigé (rayé dans le manuscrit)
   
Strophe II :
v. 2-3 : Vous recevront gracieusement
Aimablement en vous voyant
v. 5-6-7... Et l’on entendra les chansons
Des enfants un peu polissons
Et des oiseaux dans les branches.
   
Strophe III :
v. 2 : Ecoutant le rossignol
   
Variante pour une jeune fille
   
Mademoiselle, le temps est chaud
Et il faut maintenant marcher tout doucement
Pourtant si vous voulez rire un peu
Et faire un bon repas de fête
Je vous conseille bien d’aller
Jeudi matin vous promener
Sous la grotte de Turna
D’où vous ne sortirez pas malade
La sorcière de ce rocher
Avec plaisir vous embrassera
Nous serons bien sages et nous verrons
   
Variante pour un jeune homme
   
Jeune monsieur, vous êtes avertis
Que si vous voulez manger pâté, rôti, etc.
Vous oublierez peines et deuils
Les petites joies et les voyages
Et vous ne ferez que rire et chanter
Danser et boire à notre santé
   
Variante pour les de B.
   
Gras et maigres, grands et petits,
On babillera, on verra
Madame ; et votre long voyage
Allongées sur le rocher sauvage
Et pour tout dire, de votre côté

Haut de page

Notes

1 Agathon, Les jeunes gens daujourdhui, Paris, Plon, 1913.

2 Gabriel Tarde, Introduction et pages choisies par ses fils, Paris, éd. Louis Michaud, s. d., p. 29.

3 Tarde se destinait à... Polytechnique après un double baccalauréat ès-lettres et èssciences ; mais une grave ophtalmie qui le frappe quatre ans durant l’oblige à renoncer à ce projet et à s’orienter vers le Droit.

4 Un Tarde tient l’office de procureur du roi à Sarlat dès le xviie siècle ; en 1772, la famille achète une charge ; son père, Pierre-Paul, est lui même juge à Sarlat.

5 Gabriel Tarde, Introduction et pages choisies par ses fils, Paris, éd. Louis Michaud, s. d., p. 21.

6 Publié in Abécédaire Gabriel Tarde, Agen, ENAP, 2004. Précisons que c’est auprès de Tarde que Durkheim envoie son neveu Marcel Mauss quérir les statistiques qui serviront à l’un de ses opus majeur, Le suicide (1897), devenu depuis un classique de la sociologie à l’échelle internationale.

7 G. Tarde, Écrits de psychologie sociale, Toulouse, Privat, 1973, p. 189-193. La relance des études tardiennes se fait avec la thèse de Jean Milet publiée en 1970 chez Vrin sous le titre Gabriel Tarde et la philosophie de l’histoire. Il convient de remarquer en parallèle l’éclipse subie, mais dans une moindre mesure, par Durkheim lui-même qui, pour fondateur qu’il fut de « l’école française de sociologie », bénéficiera en France dans les années 1960-70 d’une nouvelle faveur, à la suite de travaux érudits de quelques sociologues anglo-saxons.

8 Dès 1922, « on cesse de l’éditer », écrit son petit-fils Michel de Tarde (2004, infra). Il faudra attendre 1973 pour que A.-M. Rocheblave-Spenlé et J. Milet donnent chez Privat à Toulouse des Écrits de psychologie sociale, textes choisis. Sur la « Tardomania », dans le cadre des débats actuels en sociologie et comme reprise éventuelle de la « querelle Tarde-Durkheim », cf. Laurent Mucchielli, Mythes et histoire des sciences humaines, Paris, La Découverte, 2004, p. 45-72.

9 Les actes de cette journée sont publiés par la web-revue Champ pénal/Penal Field. http://champpenal.revues.org. L’ENAP (www.enap.justice.fr) a recueilli, de la famille, un fonds G. Tarde  ; une grande partie des œuvres numérisées peut y être consultée.

10 Expression consacrée qui a aussi donné le titre d’un ouvrage très érudit de Eugen Weber, auteur par ailleurs de La fin des terroirs. La modernisation de la France rurale 1870-1914, Paris, Fayard et Recherches, 1983. Cf. tout particulièrement le chapitre 6 de la première partie : « Des langues à foison ».

11 E. Levasseur, « L’instruction primaire et professionnelle en France sous la troisième République », Revue internationale de sociologie, 1906, no 2, p. 87-92. — Repris in H. Terral. Lécole de la République, une anthologie, Paris, CNDP, 2000, p. 215-218.

12 Cité in Ludovic Zoretti, Éducation. Un essai d’organisation démocratique, Librairie Plon, 1918, p. 23.

13 A. Darlu, « La morale scientifique », Revue politique et parlementaire, 10 juillet 1905.

14 .F. Pécaut, Quinze ans déducation. Notes écrites au jour le jour, Paris, s. d., Librairie Ch. Delagrave, p. 4-6.

15 A. Fouillée, « Les jeunes criminels, l’école et la presse », Revue des Deux-Mondes, 15 janvier 1897, p. 417-449. A. Fouillée est le cousin et le mari de Mme G. Bruno, auteur du célèbre Tour de la France par deux enfants (vendu à 3 000 000 d’exemplaires les dix premières années !) et de maints autres opuscules scolaires ; il est aussi le beau-père de Jean-Marie Guyau (1854-1888), fils de cette dernière et diffuseur, dans une œuvre aussi riche que courte, de la notion d’« anomie » — sur laquelle reviendra Emile Durkheim.

16 F. Buisson, « La jeunesse criminelle et l’éducation », Revue pédagogique, 15 avril 1897, no 4, 295-308 ; G. Tarde, « La jeunesse criminelle », Revue pédagogique, 15 mars 1897, no 3, p. 193-215.

17 Au passage, dans une note de bas de page (p. 201), Tarde critique, à propos de l’instituteur primaire, « les déviations de son rôle véritable dans les campagnes », indiquant de surcroît qu’« il y aurait beaucoup à dire sur l’esprit qui l’anime ».

18 Cf. Quelques mots sur lInstruction publique en France, Paris, Hachette, 1re éd. 1872, chap. « langue française » ; « L’enseignement de la langue française », conférence pédagogique du 28 août 1878, in Ministère de l’Instruction publique, Les conférences pédagogiques faites aux instituteurs délégués à l’Exposition universelle de 1878, Paris, Hachette, 1878, p. 193-223. En ce sens, Bréal ne se montre pas favorable à la « méthode de la traduction » préconisée par Frère Savinian en Provence. Sur Bréal, cf. P. Boutan, De l’enseignement des langues. Michel Bréal linguiste et pédagogue, Hatier, 1998.

19 Opinion clairement exprimée par Perbosc par sa correspondance avec Estieu en date du 27 août 1911 mais mise en œuvre bien plus tôt. Cf. correspondance Estieu-Perbosc (1891-1939), Collège d’Occitanie, 31 rue de la Fonderie, Toulouse, 31000.

20 A. D. Lot 1 T 40. Rappelons que Charles Nodier répliquera au Comité de Cahors par un petit texte décapant malicieusement présenté comme un « conte fantastique » : « Comment les patois furent détruits en France ? », publié in H. Terral, La langue d’oc devant l’école (1789-1951), Puylaurens, I.E.U., 2005, pp. 97-105.

21 G. Tarde, « L’Instituteur et la désertion des campagnes », Manuel général de lInstruction primaire. Journal hebdomadaire des Instituteurs et des Institutrices, 66e année, no 24, 17 juin 1899, p. 261-264. Rappelons que ce journal fut créé par Guizot pour accompagner la mise en place de sa loi sur l’instruction primaire de Juin 1833.

22 E. Weber, La fin des terroirs, p. 88.

23 « Le pays natal » est le thème du discours du 15 août 1908 (Les leçons du pays natal), publié in Nouveaux discours à des enfants, Paris, A. Colin, 1910. Loin de certaines considérations se voulant « républicaines » aujourd’hui comme hier, il prend véritablement le sens d’une Heimat germanique — acception que l’on trouvait déjà chez le premier Michelet (Tableau de la France, 1833) quand il faisait de la langue le cœur de la nation — comme J. G. Herder soixante ans plus tôt au demeurant (Une autre philosophie de lhistoire, 1774).

24 Dans Les lois de l’imitation (1890, p. 266), Tarde écrit à propos du latin et du grec : « Le seul avantage, mais il est grand, de maintenir cet enseignement, c’est de ne pas rompre la chaîne des générations, de ne pas nous rendre trop brusquement et trop complètement étrangers à nos pères et à nous mêmes, de nous maintenir conformes les uns aux autres et à nos ancêtres dans les classes éclairées, afin que, unis entre nous par les liens de l’imitation des mêmes modèles, nous ne cessions pas de former ensemble une même société. Un adolescent qui saurait beaucoup plus de choses utiles et vraies que n’en savent les élèves de nos collèges, mais qui ne saurait pas les mêmes choses, leur serait étranger socialement. »

25 Repris in Jòrdi Blanc, Jaurés e Occinia, Energas, Vent Terral, 1985.

26 Lou Bournat, juillet 1903, p. 66-67. Je remercie vivement M. Jean-Claude Dugros, actuel directeur de la revue, de m’avoir communiqué ce texte et la brève notice nécrologique de Tarde (mai-juin 1904) dont l’œuvre est ainsi résumée : « Rival de l’illustre Spencer qui enseignait que les sociétés sont des organismes, il soutint que les sociétés sont des cerveaux.  »

27 Alexandre Lacassagne, « Gabriel Tarde », Archives de l’anthropologie criminelle, 1904, cité in Abécédaire Gabriel Tarde, p. 8. On remarquera que le jugement de Lacassagne est tout différent de celui de. Montaigne, prompt à louer le gascon de Salluste du Barthas mais à flêtrir son propre périgourdin « brode, trainant, esfoiré ».

28 Henri Mazel, « À propos de Gabriel Tarde », Mercure de France, no 51, VII-1904, p. 89-102.

29 En 1876, Tarde prononce un discours intitulé « Maine de Biran et l’évolutionnisme en psychologie » à l’occasion de la 44e session tenue à Périgueux du Congrès scientifique de France. Il donne aussi comme « vieux sarladais » un dialogue entre La Boétie et Montaigne (Les deux statues, 1892).

30 T. Wolff, « Alfred Binet et le théâtre », Bulletin de la Société A. Binet et Th. Simon, 1984, no 598, p. 121-137.

31 G. Tarde, « Le championnat », Revue du siècle, 1892, no 62, p. 473-492. Tarde propose en « traduction-variante  »  :
« Ramille, c’est ici, bien sûr ?
Ramille — Oh ! j’en réponds... Mes chevreaux bien des fois ont ici fait leurs bonds, Je connais le chemin, allez !
Elle — À cette place, mets le panier... C’est bien... Maintenant, cours en classe.
Ramille — (à part) Quel plaisir ce serait d’entamer tout cela !... Il m’en restera bien, j’espère ?
Elle — toujours là !... Ah ! si tu vois, le long du chemin de hallage, Passer le vieux facteur allant vers le village, tu viendras m’apporter mes lettres au galop... [...] Ils n’ont pas tout mangé... Le meilleur est au fond où je l’avais mis... Viens, viens, Pierrot, ils s’en vont !... »

32 Michel de Tarde, « Célébrité, oubli, renaissance : la singulière destinée du criminologue et philosophe sarladais Gabriel Tarde (1843-1904), Art et Histoire en Périgord Noir, no 96, 2004, p. 20-28.

33 Henri Mazel, art. cit., 1904.

34 Le titre est en français, le reste du texte en occitan. Dans le Trésor du Félibrige (t. 2, p. 310), Mistral indique pour « meinagié » : « cultivateur aisé  ».

35 M. de Tarde, Lettre à H. Terral, 21 octobre 2004.

36 Cf. par exemple Daniel Halévy, Histoire de quatre ans 1997-2001, (1903), rééd. Kimé, Paris, 1997, ou Joseph Delteil, Les cinq sens, 1924, voire Sur le fleuve Amour, 1923.

37 Comment ne pas évoquer ici Auguste Brun, auteur de Recherches historiques sur lintroduction du français dans les provinces du Midi, Paris, Librairie Champion, 1923, et de Parlers régionaux. France dialectale et unité française, Paris, Didier, 1946.

38 Depuis son article « Les patois » in La Tribune des Instituteurs et des Institutrices (1er octobre 1886) au pamphlet Les langues de France, Éd. Occitania, 1926.

39 Fonds Perbosc, Collège d’Occitanie, Toulouse. Perbosc est alors en pleine collecte de contes, proverbes, chansons, etc., avec ses élèves de Comberouger (Tarn-et-Garonne), expérience pédagogique tout à fait originale menée de 1900 à 1908 sous l’égide du « traditionnisme » (i. e. du folklore). Seront publiés en 1914 des Contes de la vallée du Lambon.

40 Gabriel Tarde, Introduction et pages choisies par ses fils, Paris, éd. Louis Michaud, s. d., p. 31.

41 René Schérer, préface au Fragment d’une histoire future, Biarritz, Atlantica, 1998. Rappelons que Tarde est l’auteur d’une Monadologie et sociologie, 1893, s’ouvrant par cette phrase quasi filiale : « Les monades de Leibniz ont fait du chemin depuis leur père. »

42 Nous pouvons rapprocher Tarde du docteur Emmanuel Labat (1853-1925), auteur de  : LAme paysanne. La Terre, la Race, lÉcole, Paris, Librairie Delagrave, 1919. Cet ouvrage est d’abord paru sous forme d’articles dans la Revue des Deux-Mondes (1er août 1910, 15 juillet 1911, 15 juillet 1912, 15 juillet 1914, 1er septembre 1917, 15 juillet 1918). Si ceux-ci ont été rappelés par Henri Bordeaux (in « Le retour à la terre. Histoire d’un médecin de campagne », Revue des DeuxMondes, 15 août 1940, p. 265-284), ils ont aussi reçu d’entrée deux éloges flatteurs : celui de l’Inspecteur général Darlu, bordelais d’origine, qui en donne. un résumé (« La vocation paysanne et l’école », Revue pédagogique, janvier 1913, p. 74-79) ; celui du recteur Claude Perroud (1839-1919), (« En Gascogne », Revue des Pyrénées, Toulouse, 2e trimestre 1911, p. 177-185).

43 Nous renvoyons à notre ouvrage : H. Terral, La langue d’oc devant l’école (1789-1951), Institut d’études Occitanes, coll. « Textes et documents », 2006, préface de R. Lafont.

44 Nous remercions la médiathèque G. Tarde (École Nationale d’Administration Pénitentiaire d’Agen, www.enap.justice.fr) pour nous avoir autorisé à publier ce texte et notre ami J. Passerat (Collège d’Occitanie de Toulouse) pour en avoir assuré la traduction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Terral, « Gabriel Tarde : le patois dans la grotte »Lengas [En ligne], 62 | 2007, mis en ligne le 16 avril 2019, consulté le 01 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lengas/2906 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lengas.2906

Haut de page

Auteur

Hervé Terral

Université de Toulouse

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search