Navigation – Plan du site

Choisir et chanter ses héros
Les grands personnages au service des redéfinitions identitaires dans la nouvelle chanson occitane et dans la Linha Imaginòt (1965-1997)

Valérie Mazerolle

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Les ensembles qui revendiquent le statut de nation ou d’espaces identitairement cohérents produisent un certain nombre d’éléments symboliques et matériels pour attester leur existence : une histoire établissant la continuité avec les grands ancêtres, une série de héros parangons des vertus nationales, une langue, des hauts-lieux... L’histoire nationale dégage ainsi des figures exemplaires, des figures de résistance, érigées comme modèles pour les luttes à mener. Un héros national n’est pas donné par l’histoire d’une nation, mais il résulte d’une construction faite à un moment particulier et apparaît en période de redéfinition identitaire. Dans une même nation, cette figure est ainsi variable selon les périodes et les contextes politiques et culturels. Il est intéressant de comprendre pourquoi, à un moment, des individus ou des groupes d’individus accèdent au statut de héros, et quelles sont les raisons qui expliquent la liquidation ou la transformation des héros.

1 Héros et martyrs de la nouvelle chanson occitane

2Au début des années 1960, le mouvement occitan opère une transformation : les intellectuels qui l’animent manifestent un intérêt croissant pour les mouvements ouvrier et viticole. En intégrant de nouvelles problématiques, les occitanistes développent le concept de « colonialisme intérieur » et relèguent l’aspect culturel au second plan. La nouvelle chanson occitane apparaît à la fin des années 1960 comme un moyen efficace de convaincre de l’existence d’une identité occitane. Porté par des militants proches de Robert Lafont, souvent enseignants, ce mouvement entend proposer une définition de l’identité occitane. Art « populaire » par excellence, la chanson parait être un vecteur plus accessible que la poésie ou les essais, plus en phase avec l’idéologie dominante, qui condamne l’écrit, trop « bourgeois ». La nouvelle chanson occitane va ainsi servir, pendant une dizaine d’années, de fer de lance des mouvements occitanistes, et va conter un récit censé témoigner de la continuité historique de l’Occitanie. Elle propose non seulement d’identifier les héros, mais aussi de montrer le lien entre leurs combats, leurs valeurs, et le contemporain. D’où l’intérêt de choisir des personnages qui proviennent de différents milieux sociaux : il s’agit d’insister sur un ensemble à la fois diversifié et cohérent, dans lequel il est possible, à n’importe quel moment, de se reconnaître. Dans les chansons interprétées à partir du milieu des années 1960, c’est un type de héros bien défini qui apparaît : le résistant, incarnant une valeur rattachée par les militants à l’occitanité. On verra que la nouvelle chanson occitane cherche à accentuer l’image d’un Midi rouge, toujours révolté (image développée depuis la iieRépublique).

1.1 Le héros travailleur

3Le héros « travailleur » est un personnage récurrent dans les récits nationaux : le paysan, attaché à la terre nourricière, incarne l’être symbolique national par excellence. Les héros de la nouvelle chanson occitane ne sont ainsi pas uniquement des hommes de pouvoir : ce sont aussi les « enfants du peuple », vus à travers leur métier ou leurs luttes liées à celui-ci (mineurs, viticulteurs). Dans la mesure où l’espace occitan est d’abord rural, les chanteurs rendent hommage aux paysans, qui deviennent dans les chansons des figures exemplaires, incarnant une valeur fondamentale, le travail. Les paysans présentés semblent se tenir en marge de la modernisation qui touche le secteur agricole depuis les années 1950 : c’est une représentation fondée sur une image de la paysannerie du début du xxe siècle qui est donnée, comme dans « Païsans dau Var » de Mauris :

  • 1 Mauris, Viure drech, « Paysans du Var » (Pelhon / Mauris), Ventadorn VS 3L 2, 1974 : « Mais toi pay (...)

Mas tu païsan, es sus la tèrra / Que ganhas cada jorn lo tieu pan/ Dau matin au sera vas e vènes dins lo camp/ En aquela comba que ti vèi travalhar / As totjorn l’esquina plegada / As totjorn emparat a sudar/ Mas lu païsans n’an una fora / Lèvan lo ponh per cridar1.

4Nombreuses sont les chansons qui mettent le monde paysan en avant. Ainsi, Claude Marti choisit d’interpréter un chant traditionnel, « Les moissonneurs » ; Bernat Dublanche oppose le « dur labeur » des paysans à l’oisiveté du « riche » :

  • 2 Bernat Dublanche, « La chanson des paysans » (Trad / Dublanche), Ventadorn VS 3L 58, 1979 : « Qui t (...)

Cu trabalha la terra ? / Quòs ben tu / Cu patís la misera ? / Totjorn tu / Quand le solelh se leva / Qu’el riche es sus lo flanc / Cu s’esquina dins lo champ ? / Quo’s ben tu païsan2 ?

5Cette chanson se présente comme un appel au soulèvement et fait de la figure du paysan le nouveau porteur des luttes à mener. Paysans et vignerons semblent ainsi être désignés comme les moteurs du changement, du fait du lien fort qui les unit à la terre d’oc, mis en avant notamment dans « Nos cal cantar Joan » de Claude Marti :

  • 3 Claude Marti, « Il faut chanter Jean ! » : Nés sur une terre blanche / Vôtre depuis plus de mille a (...)

Nascuts sus una tèrra blanca / Vòstra dempuèi mai de mil ans3

6Les grèves de Decazeville (1961-1962) sont souvent citées comme des moments importants dans l’engagement des militants occitanistes. Jean Boudou et Mans de Breish témoignent dans une chanson de leur admiration envers les mineurs en grève et en font de véritables héros incarnant la cause occitane :

  • 4 Mans de Breish, « Les mineurs de Decazeville » (Boudou / Mans de Breish) : « Les mineurs de Decazev (...)

Los Carbonièrs de La Sala/ Occitans sens lo saber / Cantan l’Internacionala / La cançon del desespèr / Los Carbonièrs de La Sala / Nos an mostrat lo dever4 !

  • 5 Patric, « La chanson du mineur ».

7Dans cette optique d’occitanisation des luttes contemporaines, Patric chante « Cançon del minaire5 », « La chanson du mineur ». On note ainsi une réelle volonté de la part des chanteurs militants de rendre hommage à certaines classes auxquelles on reconnaît un potentiel révolutionnaire fort. Claude Marti, dans « Avançam sul bon camin », revient pour sa part sur la nécessité de lier toutes ces luttes en insistant sur la parenté des revendications et des hommes, admirables et admirés, qui les portent :

  • 6 Claude Marti, « Nous sommes sur le bon chemin » : Et toi, vigneron de l’Aude / Toi le mineur de Car (...)

Et tu vinhairon de l’Auda/ Tu minaire de Caramaus / Lip e Larzac, vosaus mos fraires / Inventatz l’òme de deman6 !

8Paysans, vignerons, mineurs acquièrent dans ces chansons et dans le discours lafontien plus largement une place centrale dans la mesure où ils incarnent l’occitanité et où ils sont censés être à la base d’une action de revendication identitaire.

  • 7 Le solitaire de la Lande, réal. Jacques Manlay, 1971, 25’.

9Pierre-André Delbeau se démarque des Languedociens en choisissant de consacrer une chanson aux résiniers landais (on le voit partager leur quotidien dans le film « Le solitaire de la Lande7 »), qu’il présente comme des héros :

  • 8 Pierre-André Delbeau, L’Autanièr, « La pinasse » (Delbeau), 1970 : « Vingt silhouettes penchées / P (...)

Vint siloètas corvadas / Los berrets enhonzats / Las cauças relevadas / Au bèth miei deus gorbets / Tots son hilhs de la còsta / E pas bevedors d’aiga / La barca sus l’espatla / Los filats e las ramas8.

10Tous ces hommes sont vus comme des garants d’une identité occitane immuable, seuls aptes à la défendre contre les évolutions économiques, sociales et environnementales.

1.2 Les héros sauveurs

11Les héros mis en avant par la nouvelle chanson occitane correspondent bien au modèle du « héros national » dans le sens où ce sont surtout des personnages qui interviennent dans des contextes d’opposition entre deux modèles de société. Citons Trencavel (contre Saint-Louis) ou les soldats du dix-septième (contre une décision jugée injuste). Ils interviennent quand l’identité du groupe est menacée de l’extérieur (croisade contre les Albigeois, répression des manifestants et crise de la viticulture en 1907). L’acte héroïque repose sur l’initiative d’un individu (ou d’un groupe retreint) qui va proposer une solution de sortie de crise. Il importe peu, dans le récit, que le héros réussisse dans son entreprise, ce qui compte, c’est le dévouement pour la défense de l’identité menacée, et le fait qu’il fasse passer l’intérêt commun au-dessus de son intérêt personnel. Une histoire de l’Occitanie, développée comme une contre-histoire de France, se développe dans les discours lafontiens et dans la nouvelle chanson occitane. À la suite historique Gaulois, Gallo-Romains, Francs..., se substitue une autre suite : Wisigoths, Ariens, civilisation occitane, « catastrophe » du xiiie siècle, cours subversif et souterrain de l’histoire du Midi. La croisade des Albigeois se clôt en 1244 par le bûcher des hérétiques à Montségur, moment qui marque la victoire des troupes de Saint-Louis. Haut lieu de la résistance cathare, Montségur symbolise la continuité des luttes et du caractère résistant de l’Occitan. Certains personnages sont mis en avant. Ainsi, dans la chanson de Claude Marti, « Quant de còps la fòrça me daissa » :

  • 9 Claude Marti, « Parfois la force m’abandonne » : Où sont passés Trencavel / Et son peuple si fier ?

Ont son passats Trencavel / E son pòble tan fièr9 ?

12Après le sac de Béziers en 1209, toutes les forteresses à proximité ont capitulé sans combat, jusqu’à Carcassonne où Trencavel a essayé de résister avant de se livrer en otage (il meurt en prison). Choisir de mettre Trencavel en avant n’est pas anodin : il s’agit d’insister sur l’idée de sacrifice de l’homme pour une cause qui dépasse son intérêt personnel. Claude Marti, dans « Ieu coneissi un païs » :

  • 10 Claude Marti, L’òme esper, « Je connais un pays », 1974 : « Là est né Trencavel ».

Fas nàisser Trencavèl10

13La crise de la viticulture languedocienne est un des éléments centraux de l’analyse lafontienne de la crise occitane. Dès les années 1960, les mouvements politiques occitans trouvent sur le terrain viticole en Bas-Languedoc un domaine d’intervention dont l’aboutissement le plus spectaculaire est la mobilisation de milliers de viticulteurs et le drame de Montredon (1976). Confronté à une réorganisation de la politique européenne, le mouvement social, regroupé autour des Comités d’Action Viticole (CAV), reçoit un soutien actif des organisations occitanistes. Les CAV sont créés le 27 juin 1961 afin de développer une action de base dans le contexte des luttes qui agitent diverses régions de France. En 1967, alors que les vignerons se sont engagés dans une politique de modernisation, coûteuse, sur les conseils des pouvoirs publics, la crise s’aggrave. Progressivement, le mouvement viticole se rapproche de la gauche syndicale, et on assiste à sa « récupération » par les mouvements occitanistes. Les leaders du mouvement viticole sont des hommes de foule et de meeting qui en appellent au sentiment occitan, à la fierté d’une appartenance et à un passé de résistance contre le Nord.

14Une partie des héros se recrute dans les grands moments de crise du secteur viticole, celle des années 1960 et aussi celle de 1907, restée dans la mémoire collective grâce à « Gloire au dix-septième », de Montéhus, qui exprimait à travers ses chansons ses idées socialisantes  :

  • 11 Montehus, « Gloire au dix-septième », 1907. Dans Marc Ogeret, « Chansons contre », Vogue CLVLX-292, (...)

Salut, salut à vous / Braves soldats du dix-septième / Salut braves pioupious / Chacun vous admire et vous aime / Salut, salut à vous / A votre geste magnifique / Vous auriez en tirant sur nous / Assassiné la République11.

15Rappelons que ces soldats, majoritairement natifs du Languedoc, avaient été envoyés par Georges Clemenceau pour enrayer les manifestations de viticulteurs, et n’avaient pas tiré sur eux. Claude Marti, qui vit dans cet espace (près de Carcassonne), rend hommage aux soldats du dix-septième. La pochette de son premier 45 tours montre ainsi une photographie des « pioupious », la crosse en l’air, fraternisant avec les vignerons sur les allées de Béziers. La référence à la crise de 1907 permet d’insister sur plusieurs points : l’intervention — jugée abusive — de l’armée française, la résistance des vignerons, la fidélité des Occitans à leurs origines (refus des soldats de tirer) :

  • 12 Claude Marti, Lengadòc roge, « Languedoc rouge » (Marti), 1970 : « C’était l’an 1907 / Les pauvres (...)

Èran l’an 1907 / Los paures manifestavan / E volguèron pas tirar / Pòble e soldats èran fraires12

  • 13 Jean Sagnes, « La révolte de 1907 dans la chanson d’hier et d’aujourd’hui », dans La vigne et la ci (...)

16Nous n’avons pas ici un héros mais un groupe d’hommes d’origine modeste, qui accède à ce statut en refusant un ordre émanant des sphères de pouvoir. C’est l’union de ces soldats et la force de leur sentiment d’appartenance qui sont mis en avant dans la nouvelle chanson occitane ; la chanson de Montéhus négligeant l’origine géographique des pioupious. Malgré la tonalité occitaniste de certains discours des leaders, on ne peut pas véritablement faire des luttes de 1907 des luttes occitanistes : le mouvement que l’on voit apparaître est d’abord un mouvement de défense de classe. L’union des vignerons se fait en 1907 autour de l’un des leurs, Marcellin Albert, qui dénonce la fraude par sucrage suscitée par les négociants et les betteraviers du Nord. Marcellin Albert, discrédité pour avoir accepté de la part de Clemenceau un billet de cent francs pour son voyage retour, à la suite duquel il est apparu comme un être vénal, est réhabilité par les occitanistes lafontiens, qui choisissent de retenir seulement l’engagement personnel d’un homme pour la défense des siens. Dès 1907, des chansons relatives à ces figures ont été créées : citons « A Marcelin Albert », « Hommage à Marcellin Albert », « Salut à Ferroul et au comité d’Argeliers, chanson viticole », « Chanson sur le retour de M. Ferroul de Montpellier et sur les victimes de Narbonne13 ». Dans ces chansons, il n’est pas question d’Occitanie : les auteurs se présentent d’abord comme Français ou comme appartenant au Midi viticole. Il semble toutefois que ce soit bien la chanson de Montéhus qui ait eu l’impact le plus fort dans le Midi viticole et sur le territoire français, sans doute parce qu’elle est la seule centrée sur l’héroïsme des soldats qui n’ont pas tiré. « Gloire au dix-septième », en oubliant le massacre de Narbonne effectué par les soldats du 139e, épisode relaté dans « Salut à Ferroul... », ne salit pas l’image de la République.

17Claude Marti est sans doute le chanteur de la nouvelle chanson occitane qui reprend le plus souvent ce moment de lutte ; il voit dans Marcellin Albert le symbole de la protestation des vignerons :

  • 14 Claude Marti, Marti canta un païs que vòl viure, « Un pays qui veut vivre » (Marti), 1969 : « Marce (...)

E Marcelin Albert / E la Comuna de Narbona14

18En 1975, il chante encore Marcellin Albert dans « E tu mon vilatge », une chanson que l’on peut écouter dans le feuilleton télévisé « Ces grappes de ma vigne » ; Patric le place parmi les personnages qui incarnent les luttes viticoles et, au-delà, les revendications occitanistes :

  • 15 Patric, Lo condamnat, « Le printemps est fils de l’hiver » (Patric), 1971 : « Maintenant je sens da (...)

Ara sentissi dins ma boca/ Lo buf de Marcelin Albèrt15

19Marcellin Albert n’a pourtant pas toujours été reconnu comme un leader légitime dans ces luttes : il a été rejeté par les vignerons en 1907 et tenu à l’écart pour avoir été utilisé comme intermédiaire avec le gouvernement par Georges Clemenceau. Les auteurs de la nouvelle chanson occitane le réhabilitent, en revenant sur ses origines modestes, et en le présentant comme une personne naïve et victime d’une manipulation de Georges Clemenceau et non comme un profiteur.

20Un personnage devient une martyre à travers une chanson et l’illustration d’un disque de Marie Rouanet : Cécile Bourrel, décédée à Narbonne lors des révoltes de 1907 (c’est une des six victimes de l’armée). Des cartes postales de 1907 montrent l’emplacement de la mort de cette femme, le cortège funèbre, le linceul, une montagne de fleurs, le recueillement d’une population particulièrement nombreuse. Le choix de Cécile Bourrel repose sur plusieurs éléments : elle représente les luttes viticoles du début du siècle dans sa région ; c’est une femme, et Marie Rouanet, proche des luttes féministes, tient à se distinguer des autres chanteurs de Ventadorn en mettant en avant une figure de femme ; c’est une victime innocente du « pouvoir français » :

  • 16 Marie Rouanet, Contra corrent la trocha nada, « Cecila » (Rouquette / Trad), Ventadorn VS 3L 15, 19 (...)

Cecila aviás 20 ans, en 1907 / Alavetz se levava/ Nòstre pòple de muts / Per Narbona passavas / T’an tirat dessùs / Cecila èras a Narbona, en 1907 / Quand ton pòple s’acampa/ Cossí èsser en lòc pus / De Cuxac arribavas / T’an tirat dessùs16.

21Cette chanson, écrite par Yves Rouquette à un moment où les luttes des vignerons ont pris une dimension plus violente, établit un lien direct entre les luttes de 1907 et celles de 1974 :

  • 17 Id. Et rien n’a changé depuis 1907.

E res non a cambiat dempuèi 190717

22Si Albert Ferroul est célébré dans « Cecila », ce n’est pas le cas de Marcellin Albert, dont le nom n’apparaît pas. Il semble qu’il ne soit pas considéré comme un intervenant légitime dans ce mouvement de contestation par l’auteur de la chanson, Yves Rouquette, alors qu’il l’est par Claude Marti.

23Même si les luttes viticoles n’ont pas toujours eu une dimension occitaniste claire, elles occupent une place importante dans la formation de la conscience identitaire occitane au cours des années 1960-1970. Robert Lafont, ainsi que les chanteurs languedociens, réinterprètent les problèmes de la viticulture depuis le début du xxe siècle dans une optique de construction identitaire.

24Des manifestations sont organisées à partir de février 1976 dans les grandes villes languedociennes, pour se terminer dramatiquement en mars à Montredon-Corbières. Au cours d’un affrontement entre C.R.S. et viticulteurs, deux hommes sont tués par balle : le commandant Le Gall, d’origine bretonne, et le vigneron Emile Pouytes. La Sauze (originaire de l’Aude) consacre une chanson à cet événement et rend hommage à ceux qu’il présente comme des victimes :

  • 18 La Sauze, Montredon, « Montredon » (Sauzel), Ventadorn VS 3L 65, 1979 : « Deux hommes sont tombés s (...)

Dos òmes som tombats sul sòl de Montredon/ Emili èra occitan, Joël èra breton/ Son mòrts e cresi pas qu’aquò plan importèsse / Qu’un siá viticultor e l’autre C.R.S. : / A Brèst o a Quimpèr se se torna passar / Emili serà flic e Joël païsan18.

25Cette chanson à la tonalité populiste met en avant l’amitié non altérée entre Occitans et Bretons : l’ennemi n’est pas le C.R.S. mais le gouvernement qui refuse de reconnaître la valeur de la lutte des vignerons et qui offre des tâches « ingrates » aux Bretons.

26Les chansons relatives aux luttes viticoles, qu’elles soient écrites et chantées en 1907 ou 1974 ont ceci en commun qu’elles reprennent des discours de gauche et qu’elles célèbrent des personnages qui portent ces discours.

27Les héros ne sont pas recrutés uniquement au sein des Occitans, ce qui témoigne de la volonté de se placer dans une communauté de peuples colonisés. Choisir d’illustrer une pochette d’album avec une photographie de Che Guevara (« Occitania » de Claude Marti) a une signification bien particulière : en l’associant à l’histoire des Occitans, on inscrit ceux-ci dans la lutte internationale des opprimés. Claude Marti chante :

  • 19 Claude Marti, « Pourquoi ne m’a-t-on pas dit ? » : « Nous saurons la faim de l’Inde / Et le malheur (...)

Sauprem la talent de l’India / E lo dòl dels Africans / E lo mòrt de Guevarra19

1.3 Les contre-héros

28La reconstruction historique opérée par la nouvelle chanson occitane revient sur des épisodes perçus comme fondateurs de l’identité occitane. Parallèlement émergent des figures qui viennent incarner ces moments de résistance. Les personnages censés incarner l’Occitanie éternelle auxquels les occitanistes donnent des vertus particulières sont constamment présentés en opposition aux hommes symbolisant les « ennemis ». Et c’est bien à travers la lecture des reproches faits à ces opposants que se construit une image de l’Occitan tel que les militants veulent le présenter au monde :

  • 20 Pascal Ory, Lhistoire culturelle, ouvr. cité, p. 104-105.

Il est clair qu’au travers de tel ou tel stéréotype de l’Autre on parle toujours de Soi mais il ne l’est pas moins que ce sont toujours des valeurs que l’on met en scène — celles d’Autrui, par exemple, n’étant souvent que l’inversion de celles que la communauté prétend elle-même incarner20.

29Les héros interviennent dans des moments troubles, de tension entre deux camps. Chaque héros a donc son ennemi héréditaire, et les « contre héros » sont choisis parmi les opposants au modèle de société d’une période donnée. Citons Simon de Montfort, Saint-Louis, Georges Clemenceau, Adolphe Thiers (qui est celui qui a écrasé l’insurrection de la Commune). Simon de Montfort, chef de la première croisade en pays chrétien (qui se cantonne dans un premier temps au domaine de Trencavel) en 1209, utilise la violence, l’intimidation (bûchers, pendaisons). Claudia Galibert chante, sur un texte de Léon Cordes, « Menèrba » :

  • 21 Claudia Galibert, « Miverve » : « Et Minerve « fut prise » selon le vœu de Montfort ».

E Menèrba « fo presa » al voler de Montfòrt21

30Saint-Louis fait partie des personnages largement rejetés par les occitanistes, dans la mesure où il est le roi qui a ordonné la Croisade des Albigeois. Mans de Breish l’associe aux dirigeants les plus sanguinaires de l’histoire :

  • 22 Mans de Breish, Autonomia, « Ô Saint-Louis » (Mans de Breish) : « Ô Saint-Louis, grand roi de Franc (...)

Ô Sant-Loïs, grand rei de França / Per tu escrivi aquel cant / Al Paradís dempuèi ta mòrt / Te siás fait d’autres companhons / I aguèt tanben dins aquel òrt / Adolf Hitler, Napoleon22.

Claude Marti, dans « Perqué m’an pas dit ? »  :

  • 23 Claude Marti, « Pourquoi ne m’ont-ils pas dit ? » : « Un saint homme ce Saint-Louis / Mais pourquoi (...)

Un sant òme aquel Sant Loïs / Mas perqué, perqué m’an pas dit a l’escòla / Qu’aviá tuat mon païs23 ?

Ou encore, dans « L’òme esper » :

  • 24 Claude Marti, L’òme esper, « Chanson pour le Chili » (Marti), 1974 : « Et le sang du peuple coule / (...)

Clemenceau, Thiers, França Eternala/ Crebaretz quand se levarà24 !

Il rapproche, dans « Cançon 1er Chile » Thiers et Pinochet :

  • 25 Claude Marti, L’òme esper, « L’òme esper » (Marti), 1974 : « Clemenceau, Thiers, France éternelle / (...)

E la sang dèl pòble que raja / E Thiers tornat en Pinochet25...

  • 26 Maurice Agulhon, « Le centre et la périphérie », dans Nora, Pierre (dir.), Les lieux de mémoire, «  (...)

31La dénonciation du patriotisme français, développée notamment dans les chansons occitanes, s’inscrit dans le cadre d’une critique générale formulée par les contestataires de l’après-68. Rappelons ici les fondements de la crise du patriotisme français : la perte des colonies, la perte de puissance économique et culturelle de la France26.

32Toute tentative de construction identitaire passe par la mise en avant de nouveaux symboles et la mise à l’index de symboles rattachés à l’identité que l’on prétend nier. Dans le cadre de la nouvelle chanson occitane, les critiques passent par une attaque des symboles liés à l’identité nationale. Le travail d’élaboration d’une suite historique, marquée par des événements et des personnages incarnant les valeurs prônées par les militants occitanistes dans les années 1970, est un point essentiel de la construction identitaire. À ces moments-clefs de l’histoire de l’espace occitan et à ces acteurs qui font figure de héros et d’exemple s’ajoutent de nouveaux lieux, sensés représenter géographiquement les grands événements. Montségur devient ainsi un nouveau lieu de mémoire.

2 Le panthéon imaginòtiste : les personnages mythiques

33La Linha Imaginòt est un concept pluridisciplinaire qui concerne d’abord la musique, fonctionne comme un réseau de personnes œuvrant dans et pour leur « capitale », Toulouse, Marseille, ou Nice par exemple. Les groupes inscrivent d’ailleurs leurs activités dans un ensemble bien structuré, dont les projets sont inspirés par les thèses de Félix-Marcel Castan et de Claude Sicre. Une nouvelle conception de la nation apparaît dans l’argumentaire de ces deux personnes : à travers l’idée de dynamique axée sur un réseau de capitales, c’est l’image d’une nation polycéphale qui est posée. Les imaginòtistes — comme ils se nomment eux-mêmes — défendent davantage un ensemble de valeurs rattachées à un espace qu’un pays à proprement parler, et se distinguent de ce fait des militants régionalistes. Les imaginòtistes proposent, à partir de la fin des années 1980, une nouvelle représentation de l’identité occitane : de nouveaux héros, de nouveaux événements sont mis en exergue dans l’optique de justifier ces représentations mentales. Un nouveau panthéon voit ainsi le jour : diverses périodes de l’histoire sont représentées, diverses tendances de l’occitanisme également.

2.1 Chacun est un héros

34Parmi les valeurs que les imaginòtistes rattachent à l’Occitan, la participation à la vie de la cité est un élément fondamental. Il s’agit de reconsidérer le rôle des publics dans le fonctionnement du champ artistique et de faire du récepteur quelqu’un d’actif, comme en témoigne « Ma ville est le plus beau park » des Fabulous Trobadors :

  • 27 Fabulous Trobadors, « Ma ville est le plus beau park », « Ma ville est le plus beau park », Philips (...)

Ma ville est le plus beau park / Sa vie pleine d’attractions / Ta ville sera ce park / Si telle est ton ambition / [...] / Ta ville sera ce park / Si tu en prends la décision / Tous les jours faut l’embellir / C’est le plus fun des loisirs / Inventer et entreprendre / Proposer, bâtir, défendre / Tous les jours faut que tu oses / Repeindre ta ville en rose / Ne laisse pas les énarques / Imposer leurs solutions / Avec nous rêve ce park / Et passe aux réalisations. / [...] / Tel Zorro ou tel Robin / Mais en simple citoyen / Till l’Espiègle, Tell Guillaume / Tel Lampiao, telle ma pomme / Tu te feras voyou d’honneur / Des exclus le défenseur / [...] / Tu délivreras ton park / De toutes les oppressions / Ton park attend ses héros / Élève-toi au top niveau / Empare-toi des connaissances / Langues, lois, histoire et sciences / Ne te laisse rebuter / Par aucune difficulté / [...] / Le Paradis n’est pas demain / Mais aujourd’hui entre tes mains / Il est là où tu mets la marque / De ta propre élévation / Là où tu construis ton park / Là où tu mènes ton action27.

35Le fait que chacun doive œuvrer pour la communauté résulte en partie du constat fait par les imaginòtistes de l’incompétence du personnel politique et de sa méconnaissance de la société dans laquelle il évolue. Les chansons et les actions de la Linha Imaginòt voient le jour à un moment de crise de la représentation politique, nourrie notamment par les scandales financiers. La critique des institutions passe par la remise en cause de tous les clientélismes et une valorisation de l’autogestion.

2.2 Des héros issus de la sphère culturelle

  • 28 Massalia Sound System, « Parla patois », « Le troubadour est dans la danse », Roker Promocion, 1991
  • 29 Massalia Sound System, Aïollywood, « Le troubadour revient », Roker Promocion RP 536237-2, 1997.

36Lorsqu’il s’agit de présenter un ensemble occitan homogène, la référence aux troubadours demeure celle que les militants privilégient. Les imaginòtistes font le choix de s’appuyer sur des caractéristiques très précises des troubadours : leur histoire, leurs activités, sont utilisées au service d’une construction identitaire. Les troubadours sont d’abord envisagés comme les inventeurs du sirventès, genre poétique relatif à l’actualité politique. Les imaginòtistes leur prêtent des valeurs de tolérance, d’ouverture, de multiculturalisme, valeurs rattachées au « Nouvel Occitan » de la fin du xxe siècle ; le mythe des troubadours est revisité à travers des textes comme la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Le choix du nom « Fabulous Trobadors » est révélateur de la volonté du groupe de marquer sa filiation avec les troubadours. Les membres du Massilia Sound System inventent un nouveau style, le « trobamuffin » : lecture de la Vida de Folquet de Marseille, reproduction de certaines chansons ou mise en musique d’autres poèmes (« Doça amiga » de Peire Rogier, « Tartarassas e vautors » de Peire Cardenal). Le premier morceau du premier album de Massilia Sound System s’ouvre sur une chanson au titre révélateur, « Ara lo trobar es dins la dansa28 » (« Maintenant l’art des troubadours est dans la danse »). Dans la pochette intérieure de Commando Fada, un texte du troubadour Arnaud de Maruelh, écrit au xiie siècle, sert d’épigraphe. Dans l’album suivant, se trouve « Lo trobar reven29 » (« Le troubadour revient »).

  • 30 Massalia Sound System, « Commando fada », Roker Promocion RP 14 / 528180-2, 1995

37Sur la pochette de Commando Fada figure la mention : « 100 % trobar30 ». Cette volonté de se présenter comme des troubadours apparaît notamment à travers la chanson de Massilia Sound System, « Quand le sound est bon »  :

  • 31 Massalia Sound System, Commando Fada, « Quand le sound est bon » (Mazzarino / Ridel).

Troubadour Jali connu sous le nom de Papet J.31

Ou encore, dans « Trobador »  :

  • 32 Massalia Sound System, Chourmo !, « Trobador », (Mazzarino / Ridel), Roker Promocion / Bondage WMD (...)

Trobador, style majeur en Occitanie / Chante la joie, l’amour, et dénonce les vilenies / Trobador chante pour l’amour / Trobador chante aussi la vie / Trobador chante pour l’amour / Trobador fait bouléguer tous les posse32.

38Les mythes se distinguent de ceux que la génération précédente d’occitanistes avait mis au premier plan : les aspects politique et économique devenant secondaires dans les nouvelles représentations de l’Occitan, les références sont nettement moins tournées vers les questions de cet ordre. Notons l’absence de rappels des grandes luttes comme celle de 1907, et des personnages leur étant plus ou moins directement liés : les chanteurs de la Linha Imaginòt ne cherchent pas à démontrer, à la manière des lafontiens, que l’Occitanie est un espace colonisé.

2.3 Des personnages pour chaque capitale

39Afin de pouvoir se démarquer des autres villes, chaque « capitale » occitane se voit dotée d’un panthéon bien particulier : on assiste dans le mouvement imaginòtiste à une récupération par chaque ville des auteurs qu’elle a vu naître et des grandes figures qui ont marqué son histoire, dans une optique de décentralisation culturelle :

  • 33 Linha Imagit, décembre 1994, no20, p. 18.

Il me semble qu’une décentralisation ne peut se faire que si les habitants d’une ville peuvent raccrocher leur pensée au visage de cette ville, et ce sont les auteurs, c’est sa création culturelle, qui donnent à une ville son visage33.

40Massilia Sound System n’hésite pas à citer Jean Jaurès, qui fait partie des grands hommes de l’histoire de France. Il n’y a pas ici d’opposition mais c’est une autre facette du personnage qui est mise en avant : Jean Jaurès est né à Castres, il a défendu les grévistes de Carmaux, et est par ailleurs reconnu comme un ardent défenseur des droits de l’Homme (il a défendu notamment Alfred Dreyfus aux côtés d’Émile Zola). Il appartient donc à la famille — géographique et idéologique — des imaginòtistes.

41Les références historiques aux « grands hommes » varient selon la région, la ville et le quartier auxquels les chanteurs sont attachés.

  • 34 Gaston Beltrame, Nos leissem pus umiliar, « Le folklore », 1970.

42Frédéric Mistral a été largement rejeté par la précédente génération d’occitanistes, comme en témoigne la chanson « Le folklore34 » de Gaston Beltrame. Pour ces militants, Mistral est rattaché à la folklorisation (mot employé de manière péjorative) de l’Occitanie, à la « Belle Provence », au conservatisme. Les occitanistes lafontiens lui reprochent notamment son refus de soutenir par sa présence la révolte des vignerons de 1907. La partie de l’œuvre de Mistral qui peut poser problème ou paraître ambiguë est généralement occultée : ses tendances réactionnaires sont gommées, ainsi que ses relations avec les Félibres issus des milieux royalistes et catholiques. Ce qui compte réellement, c’est que Mistral soit attaché à l’idée de la promotion culturelle de sa région et qu’il ait choisi d’affirmer son identité provençale, notamment en écrivant en langue occitane (Mistral reçoit le Prix Nobel pour Mirèio). Cette volonté de transformer ce qui pouvait paraître comme un handicap en atout, de lutter quasiment seul, font de lui un martyr. La mise en avant de Mistral se fait dans un contexte bien particulier : des élus du Front National (F.N.), parti qui progresse fortement autour de l’étang de Berre, expriment à maintes reprises leur admiration pour l’auteur de Mirèio. La démarche de Massilia Sound System se situe donc dans une tentative de réappropriation des symboles de l’occitanisme face à la récupération de ceux-ci par le parti d’extrême-droite. Cet exemple témoigne de la complexité de la construction identitaire : un choix doit être opéré dans le parcours des héros en fonction des revendications du groupe et de l’image qu’il souhaite donner de lui-même. Ainsi, des erreurs de parcours sont mises de côté pour garder une continuité de l’identité occitane. On a affaire ici à un « bricolage » d’idées, où chacun donne un sens particulier à ce qu’il sait en fonction de ses propres revendications : l’histoire d’une communauté ne s’impose pas d’elle-même, c’est une construction permanente qui suppose des oublis, des erreurs.

43La référence aux poètes ouvriers du xixesiècle est fondamentale et même fondatrice pour les imaginòtistes marseillais : engagés, attentifs à la misère, aux destructions des vieux quartiers et à leur corollaire d’expulsions vers les périphéries, ces chansonniers écrivant et chantant en provençal s’appelaient Victor Gelu, Laurent Farcy, Joseph Sarraire, Marius Revelly. Le premier (1806-1885) commence à écrire des chansons en occitan à partir de 1838, après avoir longtemps écrit en français. Les membres de Massilia Sound System passent sous silence certaines considérations de l’écrivain pourtant peu compatibles avec le discours imaginòtiste :

  • 35 Cité dans Louis-Jean Calvet, Linguistique et colonialisme, Payot, Paris, 1974, p. 49.

J’ai pris mes héros au dernier degré de l’échelle sociale, parce que notre patois ne pouvait être placé convenablement que dans leur bouche, parce qu’il exclut toute idée de grâce et ne peut bien rendre que de la force ; parce que ce dialecte est brutal et impétueux comme le vent du nord-ouest qui lui a donné naissance et lui a imprimé son cachet d’ouragan, parce que nos femmes elles-mêmes, qui sont pourtant si jolies, deviennent laides quand elles articulent ce langage diabolique35.

44Ce côté gênant du personnage est oublié volontairement par le groupe marseillais, qui ne garde de Victor Gelu que l’image du « poète ouvrier ».

45Les membres de Massilia Sound System tiennent par ailleurs à marquer leur attachement à un grand personnage marseillais, Vincent Scotto ; ils effectuent des samples à partir de certaines de ses chansons. Surnommé le « roi de l’opérette », ce Marseillais a débuté dans la chanson avec « La petite Tonkinoise » en 1906. Ce morceau est le premier d’une longue série, puisqu’il en composera plus de 4 000. Vincent Scotto a rejoint le chanteur Henri Galibert (1901-1951) et le librettiste René Sarvi (1901-1975), qui avaient triomphé en 1932 à Paris avec « La Revue marseillaise ». Ce trio de Marseillais exilés donne naissance à ce qui peut être considéré comme la première opérette marseillaise, « Au pays du Soleil », avant de créer une série de succès à la popularité remarquable, grâce notamment au relais cinématographique. L’opérette marseillaise, qui utilise surtout le français et assez peu l’occitan, avec ses airs faciles à retenir, son aspect comique, est reprise par un nombre impressionnant de petites troupes dans la France entière. Parmi les personnages réhabilités, Marcel Pagnol et Jean Giono occupent une place de choix. Rejetés par la génération précédente d’occitanistes, ils retrouvent une légitimité avec le mouvement de la Linha Imaginòt. Jacme Gaudas, imaginòtiste proche de Claude Sicre, analyse de la manière suivante le style de Massilia Sound System :

  • 36 Jacme Gaudas, Fabulous stories, Aurillac, Ostal del Libre, 1995, p. 26.

Le Massilia pagnolise le reggae, jamaïquise Raimu, Gaudin, Vigouroux, Giono36...

46Dans les remerciements de l’album Chourmo, on remarque le nom de Marcel Pagnol, ce qui revêt un sens particulier : l’auteur provençal est clairement revendiqué comme un des « ancêtres » du Massilia Sound System. La fameuse « partie de cartes » de Marius est détournée dans le clip de « Qu’elle est bleue » : des poissons tiennent les rôles de Raimu et des trois autres acteurs. Gari, de Massilia Sound System, insiste sur la récupération par les imaginòtistes des ethnotypes rattachés à l’identité marseillaise, mis en scène dans les œuvres de Marcel Pagnol ou de Jean Giono :

  • 37 /cafe /massiliasoundsystem.htm

J’ai l’impression que nous avons été les seuls à comprendre comment, en s’appropriant les images parfois un peu coloniales de notre cité, nous les transformons en armes anticentralistes ; mets ça en parallèle avec par exemple la lutte du peuple noir et tu verras que c’est une constante du combat pour la reconnaissance. En résumé : où est le cliché quand c’est sa propre cible qui le manipule37 ?

47Un des grands personnages pour les imaginòtistes est Carlos Gardel (1890-1935), né à Toulouse dans le même quartier que Claude Sicre et exilé en Argentine. Les Fabulous Trobadors lui rendent hommage dans un morceau ; Claude Sicre écrit pour les Femmouzes T. « Tolosa Tango », chanson qui revient sur l’origine toulousaine de Carlos Gardel. Bouducon Production, dans la chanson « C’moneverybaudix II », met également ce personnage en avant :

  • 38 Bouducon Production, « Cmoneverybaudix II », Roker Promocion/Indépendance, dist. Danceteria, CD HD (...)

On veut des plaques de rues / En occitan, et des statues / De Mistral et Castan / Un statut pour l’occitan / Une avenue Carlos Gardel38.

48Il y a une volonté de la part des imaginòtistes toulousains de se réapproprier Carlos Gardel, présenté comme un homme qui a su exporter le « génie occitan » avec succès et reconnaissance ; il est l’Occitan qui est reconnu internationalement. Les hommages rendus à Carlos Gardel par sa ville natale sont nombreux et variés depuis le début des années 1980 : on peut citer l’exposition de 1984 à la Bibliothèque municipale ou le concert de Michel Plasson avec Raul Garello au bandonéon en 1995.

  • 39 Fabulous Trobadors, Ma ville est le plus beau park, « Nouga », 1995.

49Claude Nougaro acquiert lui aussi un statut d’exception dans le discours et les chansons imaginòtistes. Né à Toulouse, également dans le même quartier que Claude Sicre, il est resté très proche de sa ville (il lui a consacré d’ailleurs plusieurs chansons, dont « Toulouse »), et est reconnu comme un grand personnage de la « chanson française ». On retrouve des photographies de Claude Nougaro accompagné des grandes figures de la Linha Imaginòt à de nombreuses reprises dans le bulletin Linha Imaginòt. Les Fabulous Trobadors lui dédient un morceau, « Nouga39 » (Claude Sicre fait une visite guidée pour les auditeurs des lieux qui ont marqué la vie de Claude Nougaro), et l’érigent au rang de héros lors du carnaval organisé par le C.O.C.U. en 1988.

50À la suite de Félix-Marcel Castan, les Femmouzes T. mettent un autre personnage au premier plan : Olympe de Gouges. S’appuyer sur cette figure permet aux Femmouzes T. d’affirmer une spécificité basée sur la féminité, une image de la femme en lutte. Olympe de Gouges, patriote, membre assidue des tribunes de l’Assemblée et des clubs politiques, auteur de théâtre et de textes engagés, a rédigé la Déclaration des Droits de la Femme (septembre 1791), une réplique de son homologue masculin. Un long « postambule » appelle à la mobilisation collective des femmes et propose une réforme des lois civiles pour le bonheur de tous. Françoise Chapuis, membre des Femmouzes T. :

  • 40 Linha Imagit, « Femmouzes T. », septembre 1996, no27, p. 10-13.

[Olympe de Gouges], c’est l’auteur de la Déclaration des Droits de la Femme. Elle a été décapitée quatre ans après la Révolution, elle avait des idées progressistes pour l’époque, ça n’a pas plu à tout le monde, les idées qu’elle a vraiment défendues. Elle écrivait des pamphlets, les distribuait dans les rues. C’était réellement une femme d’action, une militante — la première féministe — c’est comme cela que nous la définissons ; en plus, elle est native de Montauban, à cinquante kilomètres de chez nous, c’est étonnant. Elle a été la première à être contre les mariages forcés, pour le droit aux divorces, contre l’esclavage. comme elle était d’un milieu bourgeois aisé, elle détonait beaucoup, voilà ; n’étant pas toujours très diplomate, elle a fini décapitée40.

51Cette présentation d’Olympe de Gouges par Françoise Chapuis est axée sur la dimension militante du personnage, et son avance sur son temps à propos de la place des femmes dans la société. La référence à Olympe de Gouges sert aux Femmouzes T. à trouver leur place au sein de la Linha Imaginòt : elles adoptent les valeurs de cette militante évoluant dans un monde masculin. Félix-Marcel Castan en fait une « héroïne nationale » :

  • 41 Linha Imagit, « Femmouzes T. », septembre 1996, no27, p. 10-13.

Héroïne nationale, Olympe de Gouges est digne du Panthéon, où veulent l’introduire les mouvements féministes et les universitaires du récent Colloque international tenu à Montauban. [...] Réhabiliter Olympe de Gouges dans sa grandeur d’écrivain, dans son art, dans sa philosophie, n’a pas seulement des justifications historiques : nous travaillons au futur, à la transformation d’un ordre hiérarchisé. Nous appelons nos concitoyens à ressaisir la figure emblématique d’une nouvelle citoyenneté, de leur propre citoyenneté conquérante. Depuis qu’Olympe est devenue notre boussole, nous comprenons mieux cette cité que nous habitons. Et aussi l’identité de l’Occitanie41.

52Au fil des recherches, des « bricolages » de sens, des oublis, la Linha Imaginòt établit une filiation savante, où l’érudition se mêle à l’imagination, qui dresse la généalogie des grands hommes occitans. Les troubadours jouent le rôle de pères fondateurs ; chaque « capitale » répertorie ensuite ses propres héros qui se sont battus pour la défense et la reconnaissance de la communauté occitane.

53Nous avons vu avec la « nouvelle chanson occitane » l’importance de l’élaboration d’un panthéon dans le processus de construction identitaire : établir une continuité historique marquée par une série de personnages correspondant aux valeurs mises en avant fait partie du travail premier des militants. Les grands hommes auxquels les imaginòtistes prêtent des vertus ne sont pas les mêmes que vingt ans plus tôt ; et s’ils le sont, ce ne sont pas les mêmes facettes de leurs personnalités qui sont développées. La liste identitaire évolue, certains personnages renaissent à la faveur d’une nouvelle conjoncture politique et culturelle, une nouvelle filiation historique à chaque nouvelle approche de l’identité occitane.

Haut de page

Bibliographie

Bard Frédéric, Carlòtti Jan-Mari, Antologia de la nòva cançon occitana, Aix-en-Provence, Édisud, 1982.

Calvet Louis-Jean, Joan-Pau Verdier, Paris, Seghers, 1976.

Caujolle Christian, « Occitanie, les chansons de l’irrespect », dans Autrement, no 16, 1978.

Cestor Élisabeth, « La musique occitane : entre tradition et grand marché », dans UNIVERSITAT OCCITANA D’ESTIU, Actes de l’Université d’Été 1998, Nîmes, MARPOC — I.E.O. 30, 1998, p. 191-210.

Kisters Andreas, Un païs que vol cantar : Okzitanische Musik des Gegenwart als Biespiel für Regionalismus in der populären Musikkultur, Wien, Praesens, 1997.

Patric, Profession troubadour, Marseille, Aura, 1992.

Rouquette Yves, La nouvelle chanson occitane, Toulouse, Privat, 1972.

Haut de page

Notes

1 Mauris, Viure drech, « Paysans du Var » (Pelhon / Mauris), Ventadorn VS 3L 2, 1974 : « Mais toi paysan, c’est sur la terre / Que tu gagnes chaque jour ton pain / Du matin au soir tu vas et tu viens dans ton champ / Dans cette vallée qui te voit travailler / Tu as toujours le dos courbé / Tu as toujours appris à suer / Mais les paysans en ont marre / Ils lèvent le poing pour crier. »

2 Bernat Dublanche, « La chanson des paysans » (Trad / Dublanche), Ventadorn VS 3L 58, 1979 : « Qui travaille la terre ? / Toi seul / Qui vit dans la misère ? / Encore toi / Quand le soleil se lève / Et que le riche dort encore / Qui se casse le dos dans les champs ? / C’est toi, paysan. »

3 Claude Marti, « Il faut chanter Jean ! » : Nés sur une terre blanche / Vôtre depuis plus de mille ans.

4 Mans de Breish, « Les mineurs de Decazeville » (Boudou / Mans de Breish) : « Les mineurs de Decazeville / Occitans sans le savoir / Chantent l’Internationale / La chanson du désespoir / Les mineurs de Decazeville / Nous ont montré le devoir. »

5 Patric, « La chanson du mineur ».

6 Claude Marti, « Nous sommes sur le bon chemin » : Et toi, vigneron de l’Aude / Toi le mineur de Carmaux / Lip et Larzac, vous tous mes frères / Inventez l’homme de demain !

7 Le solitaire de la Lande, réal. Jacques Manlay, 1971, 25’.

8 Pierre-André Delbeau, L’Autanièr, « La pinasse » (Delbeau), 1970 : « Vingt silhouettes penchées / Pantalons relevés / Bérets basques enfoncés / Au milieu des gourbets / Tous les gars de la côte / Et pas des moussaillons / La barque sur l’épaule / Filets et avirons. ».

9 Claude Marti, « Parfois la force m’abandonne » : Où sont passés Trencavel / Et son peuple si fier ?

10 Claude Marti, L’òme esper, « Je connais un pays », 1974 : « Là est né Trencavel ».

11 Montehus, « Gloire au dix-septième », 1907. Dans Marc Ogeret, « Chansons contre », Vogue CLVLX-292, 1970.

12 Claude Marti, Lengadòc roge, « Languedoc rouge » (Marti), 1970 : « C’était l’an 1907 / Les pauvres manifestaient / Et ils n’ont pas voulu tirer / Peuple et soldats étaient frères. ».

13 Jean Sagnes, « La révolte de 1907 dans la chanson d’hier et d’aujourd’hui », dans La vigne et la civilisation du vin en pays languedocien et catalan, Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, Montpellier, 1984.

14 Claude Marti, Marti canta un païs que vòl viure, « Un pays qui veut vivre » (Marti), 1969 : « Marcellin Albert / Et la Commune de Narbonne ».

15 Patric, Lo condamnat, « Le printemps est fils de l’hiver » (Patric), 1971 : « Maintenant je sens dans ma bouche / Le souffle de Marcellin Albert ».

16 Marie Rouanet, Contra corrent la trocha nada, « Cecila » (Rouquette / Trad), Ventadorn VS 3L 15, 1976 : « Cécile, tu avais vingt ans en 1907 / Alors se soulevait notre peuple de muets / Tu passais à Narbonne, on t’a tiré dessus / Cécile était à Narbonne en 1907 / Quand son peuple se rassemble, comment être ailleurs ? / Tu arrivais de Cuxac / On t’a tiré dessus. »

17 Id. Et rien n’a changé depuis 1907.

18 La Sauze, Montredon, « Montredon » (Sauzel), Ventadorn VS 3L 65, 1979 : « Deux hommes sont tombés sur le sol de Montredon / Émile était occitan, Joël était breton / Ils sont morts et je ne crois pas que cela importe beaucoup / Qu’un était viticulteur et l’autre C.R.S. / À Brest ou à Quimper, si ça se renouvelle / Émile sera flic et Joël paysan. »

19 Claude Marti, « Pourquoi ne m’a-t-on pas dit ? » : « Nous saurons la faim de l’Inde / Et le malheur des Africains / Et que Guevara est mort ».

20 Pascal Ory, Lhistoire culturelle, ouvr. cité, p. 104-105.

21 Claudia Galibert, « Miverve » : « Et Minerve « fut prise » selon le vœu de Montfort ».

22 Mans de Breish, Autonomia, « Ô Saint-Louis » (Mans de Breish) : « Ô Saint-Louis, grand roi de France / C’est pour toi que j’écris ce chant / [...] / Au Paradis, depuis ta mort / Tu t’es fait des petits copains / Il y eut aussi dans ce jardin / Adolf Hitler, Napoléon. »

23 Claude Marti, « Pourquoi ne m’ont-ils pas dit ? » : « Un saint homme ce Saint-Louis / Mais pourquoi, pourquoi ne m’ont-ils pas dit à l’école / Qu’il avait tué mon pays ? »

24 Claude Marti, L’òme esper, « Chanson pour le Chili » (Marti), 1974 : « Et le sang du peuple coule / Et Thiers revient en Pinochet. ». Gérard Cholvy, « Histoires contemporaines en pays d’oc », Annales (ESC), juillet-août 1978, p. 869-871. Pierre Bayle, Procès de l’occitanisme, p. 51.

25 Claude Marti, L’òme esper, « L’òme esper » (Marti), 1974 : « Clemenceau, Thiers, France éternelle / Crevez : elle va se lever ! »

26 Maurice Agulhon, « Le centre et la périphérie », dans Nora, Pierre (dir.), Les lieux de mémoire, « Les France », Paris, Gallimard, Bibliothèque illustrée des histoires, 1992 ; rééd. Gallimard Quarto, 1997, p. 2900.

27 Fabulous Trobadors, « Ma ville est le plus beau park », « Ma ville est le plus beau park », Philips / Mercury 526916-2, 1995.

28 Massalia Sound System, « Parla patois », « Le troubadour est dans la danse », Roker Promocion, 1991.

29 Massalia Sound System, Aïollywood, « Le troubadour revient », Roker Promocion RP 536237-2, 1997.

30 Massalia Sound System, « Commando fada », Roker Promocion RP 14 / 528180-2, 1995

31 Massalia Sound System, Commando Fada, « Quand le sound est bon » (Mazzarino / Ridel).

32 Massalia Sound System, Chourmo !, « Trobador », (Mazzarino / Ridel), Roker Promocion / Bondage WMD 562365, 1993.

33 Linha Imagit, décembre 1994, no 20, p. 18.

34 Gaston Beltrame, Nos leissem pus umiliar, « Le folklore », 1970.

35 Cité dans Louis-Jean Calvet, Linguistique et colonialisme, Payot, Paris, 1974, p. 49.

36 Jacme Gaudas, Fabulous stories, Aurillac, Ostal del Libre, 1995, p. 26.

37 /cafe /massiliasoundsystem.htm

38 Bouducon Production, « Cmoneverybaudix II », Roker Promocion/Indépendance, dist. Danceteria, CD HD 9241, 1992.

39 Fabulous Trobadors, Ma ville est le plus beau park, « Nouga », 1995.

40 Linha Imagit, « Femmouzes T. », septembre 1996, no 27, p. 10-13.

41 Linha Imagit, « Femmouzes T. », septembre 1996, no 27, p. 10-13.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Mazerolle, « Choisir et chanter ses héros
Les grands personnages au service des redéfinitions identitaires dans la nouvelle chanson occitane et dans la Linha Imaginòt (1965-1997)
 », Lengas [En ligne], 62 | 2007, mis en ligne le 16 avril 2019, consulté le 23 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lengas/2912 ; DOI : 10.4000/lengas.2912

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals