Navigation – Plan du site
Compte rendu

Yves Le Berre, Qu’est-ce que la littérature bretonne ? Essais de critique littéraire xve-xxe siècle

Philippe Martel
Référence(s) :

Yves Le Berre, Qu’est-ce que la littérature bretonne ? Essais de critique littéraire xve-xxe siècle, textes rassemblés par Nelly Blanchard et Ronan Calvez, Rennes, PUR, 2006, 238 p.

Entrées d’index

Mots-clés :

littérature bretonne

Keywords :

Breton literature

Mots-claus :

literatura bretona
Haut de page

Texte intégral

1Un titre qui est une question. Et qui n’annonce pas une nouvelle histoire de la littérature bretonne — il en existe déjà, depuis le vieux « Que Sais-je ? » de Francis Gourvil. Ce que propose ici Yves Le Berre, professeur de breton à l’Université de Brest, c’est en fait une approche critique du fonctionnement, au fil des siècles, d’un objet problématique, l’écrit en breton. D’entrée de jeu il entend rompre avec les deux attitudes qui ont jusqu’ici marqué la plupart des approches de la littérature bretonne : soit la sévérité du critique formé aux canons des belles-lettres (françaises, forcément françaises) irrésistiblement amené à trouver maladroites, sans génie, médiocrement écrites et sans intérêt autre que documentaire les productions en langue bretonne, et trop rustique la langue qu’elles utilisent. Soit l’application patriotique de la méthode Coué : le texte breton exprime l’âme bretonne, l’Identité du Peuple, il est donc sacré, et ceux qui en doutent sont des ennemis de la nation bretonne. Yves Le Berre est peu suspect de tendances nationalistes bretonnes. Il n’est pas davantage ligoté par des « a priori » esthétiques et moraux dictés par la bonne éducation des lettrés ordinaires. Il entreprend donc d’ouvrir une autre voie : plutôt que de formuler des jugements de valeur sur les productions en breton, essayer de comprendre dans quel contexte social, culturel, idéologique, politique, elles sont produites, par quel type d’auteurs, pour quel type de public. Sa thèse avait ouvert la voie, qui se voulait moins panthéon des lettres bretonnes qu’inventaire de ce qui avait été écrit en cette langue depuis la Révolution. Les articles ici rassemblés — et qui ne reprennent qu’une partie de sa production — prolongent cette démarche.

2Ils sont de nature différente : à côté d’articles publiés dans des revues spécialisées, il y a des exemples d’un type de littérature scientifique assez particulier, le rapport de concours. La création d’un CAPES de breton comprenant parmi ses épreuves d’admissibilité une dissertation de littérature ou de civilisation a montré la nécessité d’une initiation poussée des étudiants qui se destinaient à enseigner la langue : il convient qu’ils soient en mesure de présenter à leurs élèves des textes renvoyant aux diverses phases de la littérature bretonne, et qu’ils soient capables de les analyser correctement. Les rapports d’Yves Le Berre ici réunis, cinq au total, ne se veulent donc pas seulement correction de copies, comme l’exige la loi du genre — même si l’on trouve sous la plume de leur auteur les commentaires parfois acerbes, sévères mais justes, de rigueur dans ce type d’exercice. Ils constituent aussi de véritables synthèses des connaissances et des problématiques liées à chacun des sujets. Défilent ainsi les contes recueillis au xixe siècle par Luzel, puis l’« homme et son avenir » vus à travers les œuvres de deux auteurs du xixe, un clerc, Guillôme, un nettement moins bon catholique, Prosper Proux, complétés par un représentant de la littérature de l’Emsav du xxe, Youenn Drezen. Vient ensuite une autobiographie rimée, celle du marin Jean Conan, puis un des textes les mieux diffusés au xixe, la Bataille de Kerguidu, ou la Révolution en Bretagne vue par un clerc, là encore, enfin, un retour au xxe siècle avec Anjela Duval, poétesse « paysanne » de la seconde moitié du siècle.

3Les autres articles abordent soit des questions générales — celles qui fondent en fait la démarche globale du volume —, soit des points particuliers. Ainsi de la littérature politique de la période révolutionnaire puis du xixe siècle (on regrette ici de ne pas avoir eu davantage d’échanges avec la Bretagne du temps déjà lointain du Bicentenaire, où certains chercheurs en domaine occitan travaillaient sur le même type de corpus). Ainsi de la littérature antérieure notamment le recyclage, au xviiie siècle, en breton, d’une vie des quatre fils Aymon renvoyant elle-même au réemploi par la littérature de colportage en français de thèmes liés au souvenir de la chanson de geste. Sans oublier deux œuvres qui apparaissent comme les mieux diffusées au xixe siècle, chacune pour un public différent, le Barzaz Breiz de Théodore Hersart de la Villemarqué, et l’Emgan Kerguidu de Lan Inizan, déjà évoqué. Enfin, l’auteur fait sa place à la littérature orale, celle qui se collecte, pas celle qui se réécrit.

4Il n’est pas question ici d’entrer dans le détail des démonstrations d’Yves Le Berre sur des textes particuliers difficilement accessibles à qui n’est pas Breton bretonnant — et aussi, vu ce qu’en disent les rapports de concours, à beaucoup des Bretons bretonnants qui s’intéressent à la matière. On se bornera donc ici à quelques remarques, les remarques innocentes et naïves de quelqu’un qui ne peut s’empêcher, par déformation sans doute, de comparer ce qu’il peut savoir de l’écrit occitan, avec ce que lui apprend le travail d’Yves Le Berre. Les différences sautent aux yeux, bien sûr. Elles sont d’abord d’ordre chronologique : si la littérature d’oc émerge dès le xie siècle, la littérature bretonne, elle, n’apparaît qu’à la fin du Moyen Âge. Bien sûr, comme ne manque pas de le rappeler l’auteur, les historiens de la littérature bretonne ont longtemps caressé l’idée rassurante qu’il avait dû exister, avant le xve, une riche et glorieuse littérature en breton, mais que ses monuments s’étaient perdus, ou avaient été détruits soit par l’insouciance de ceux des Bretons qui pouvaient en posséder des témoignages, soit par l’effort malveillant de l’envahisseur français. C’est l’ombre de ces monuments qu’un La Villemarqué avait cherché a retrouver, faute de mieux, dans les chansons populaires de basse Bretagne réunies (au prix d’un travail de restauration plus ou moins discret) dans son Barzaz Breiz. Visiblement Le Berre ne croit pas à ce mythe consolant des chefs-d’œuvre perdus, que les Occitans ont connu, à leur façon, eux aussi. Il préfère donc travailler sur ce qui existe, et essayer d’en déterminer les conditions sociales de production. Ce qui l’amène à chaque fois à un détour par l’état de la société bretonne à l’époque de la rédaction de tel ou tel ouvrage, afin d’identifier le milieu qui favorise l’émergence de cet ouvrage : non point le « peuple breton », entité vague, mais, à chaque fois, une catégorie bien précise. À la première étape, on a affaire à une littérature d’inspiration religieuse, visant le public de confréries pieuses ou de corporations, autour de Morlaix ou Landerneau, là où se développe à la même époque une industrie drapière assez floris-sante. Ensuite, les xviie et xviiie siècles voient le triomphe d’une littérature d’édification liée à la Contre-Réforme et aux grandes missions évangélisatrices des Jésuites. Cette production pieuse vise un public lié aux couches les plus aisées des classes populaires, paysans et artisans aisés, propriétaires terriens, petits bourgeois ruraux, nous dit Le Berre. Voisinent ici ouvrages de piété, vies de saints, etc., et œuvres théâtrales, visant donc peut-être un public un peu plus large. À ce stade, la littérature profane semble inexistante, ou à peu près. Ce qui constitue une grande différence avec ce qui s’observe pour le pays d’oc, où littérature religieuse et profane cohabitent de façon bien plus équilibrée.

5La Révolution bien entendu élargit l’éventail des productions bretonnes, avec des écrits liés aux besoins du temps — traductions de textes législatifs (davantage représentées qu’en pays d’oc, où la parenté entre français et occitan rendait peut-être moins opaques les textes officiels), ou textes de propagande, émanant des deux camps en présence. Au xixe siècle, le paysage se complexifie : la littérature religieuse poursuit sa carrière, avec des rééditions de Vies de saints antérieures et de nouvelles productions, y compris des productions littéraires à fort contenu politique et idéologique : les récits de la période révolutionnaire, comme le journal Feiz ha Breiz, représentent bien cette prise en main de l’écriture du breton par des clercs engagés.

6Mais parallèlement on voit apparaître et prospérer toute une littérature sur feuille volante, avec des complaintes sur des questions d’actualité, faits divers et autres : en travaillant sur l’enquête Fortoul de 1853, j’avais ainsi trouvé des liasses entières de ces feuilles produites par l’imprimeur Lédan. Enfin, apparaît un troisième registre, lié, lui, à un effort concerté de renaissance littéraire, à la suite des travaux du grammairien Le Gonidec, et du Barzaz Breiz. Une renaissance où voisinent représentants de l’aristocratie et du clergé, et bourgeois des villes épris de la langue à présent menacée des derniers Bretons. Contrairement à une idée reçue, tous ne sont pas liés idéologiquement à la droite monarchiste, Y. Le Berre montre bien que La Villemarqué ne se laisse pas réduire à ce genre de schéma, et Prosper Proux ou Luzel moins encore. Mais c’est de ce milieu que va progressivement se dégager un authentique mouvement nationaliste breton, celui qui, avec la revue Gwalarn et son animateur Roparz Hémon, va dominer la littérature bretonne du xxe siècle. Cette nouvelle littérature bretonne se dote de sa propre langue, un breton épuré, et, de ce fait, de plus en plus éloigné de la réalité des pratiques langagières des bretonnants ordinaires, dont le nombre décroît d’ailleurs brutalement après la seconde guerre mondiale.

7Au total, Le Berre propose une lecture de cette évolution tout à fait cohérente : à chaque phase du développement de la société bretonne, une couche nouvelle accède à l’écrit. Cet écrit entend répondre à ses besoins, spirituels pour les époques les plus anciennes, et en même temps lui ouvre l’horizon d’une culture plus vaste, dans la mesure où les modèles sont toujours ceux de la littérature française. Pour Le Berre, dès lors, l’écrit breton constitue une sorte de sas qui permet le passage des bretonnants à la maîtrise de la culture nationale, française donc. Sauf bien sûr pour la dernière période, où l’écriture du breton est portée par des auteurs qui maîtrisent déjà les modèles littéraires du français, qui est souvent, au xxe siècle, leur langue maternelle, et qui tentent, pour des raisons idéologiques, d’adapter le breton à ces modèles, afin de construire, d’une façon volontariste, une vraie littérature nationale pour la Bretagne. Il est assez clair que pour Le Berre, cette littérature-là constitue une anomalie, dans la mesure où elle se situe en contradiction totale avec l’évolution globale de la société bretonne, une évolution qui éloigne, de fait, de la pratique du breton ses derniers locuteurs naturels, les paysans ; et les pages qu’il consacre à Anjela Duval, paysanne mais écrivain breton, débouchent précisément sur l’idée qu’elle n’est pas vraiment représentative de son groupe social.

8C’est sur ce paradoxe que l’auteur revient dans le dernier article, conclusif, de son ouvrage, en le liant à ce qu’il appelle le travail du deuil. Deux courants coexisteraient parmi les producteurs d’écrit en breton : pour les uns, l’écriture dans une langue promise à une prochaine extinction servirait à accompagner son agonie. Dominerait donc ici la nostalgie d’enfance, et l’essai de revivre le souvenir d’un monde enfui, ce que l’œuvre d’un PierreJakez Hélias illustrerait assez bien. Au final, il y a quand même l’acceptation du fait que la page doit être tournée, et de fait, pour Hélias, une fois cette page tournée, ce que l’on trouve, c’est le reflet en français du passé dépassé, offert, donc, à des générations qui n’ont même plus le souvenir du breton, et ne peuvent retrouver le temps où leurs aïeux le parlaient que par le vecteur du français. En revanche, nous dit Le Berre, le courant initié par La Ville-marqué entend refuser cette mort finale, et nier, au fond, une temporalité qui mène à cette mort. C’est ainsi que le Barzaz Breiz propose l’image d’un Peuple Breton immuable, et que le nationalisme qui lui succède exorcise un présent de déclin en se projetant dans l’utopie d’une Bretagne future rebretonisée par les meilleurs de ses fils.

9Je l’ai suggéré, Le Berre ne se situe pas dans ce courant-là, et ceux qui connaissent un peu les affaires bretonnes savent que bien des militants le lui reprochent amèrement. On note au demeurant que dans sa production scientifique, sont privilégiées les étapes anciennes de la littérature bretonne, depuis tel Mystère du xvie siècle (Buez Santez Nonn) jusqu’au xixe, et qu’il n’évoque le xxe que dans les rapports du CAPES. Il est clair que pour lui ce qui prime, ce sont moins les désirs d’identification à une essence bretonne abstraitement définie que les besoins concrets d’une population donnée. Il souligne dès lors à quel point l’accès à l’école, fût-elle en français, a représenté pour les enfants des classes subalternes de Bretagne une véritable libération. On lui reprochera peut-être de ne pas tenir assez compte du caractère contradictoire du phénomène : cette libération par l’école passe par l’exclusion de la langue parlée par les Bretons, et une exclusion parfois violente ; l’idée d’une cohabitation de deux langues, dans le système mental français, semble impensable. Il paraît par ailleurs peu douteux que le mépris affiché par tant d’acteurs de la francisation de la Bretagne renvoie à un fort peu républicain mépris de classe. De ce point de vue, ne peuton interpréter la renaissance bretonne, œuvre d’acteurs issus des classes moyennes urbaines francisées pour l’essentiel, comme le refus de ce monolinguisme d’État que somme toute rien ne justifie, sinon le préjugé ? On soupçonne que la tonalité idéologique de beaucoup trop des acteurs de l’Emsav (et qui en a amené certains, pendant la dernière guerre mondiale, à faire le choix de la collaboration), ne séduit guère notre auteur. Il ne va certes pas si loin dans la dénonciation que la déçue du bretonnisme qu’est Françoise Morvan, qui finit par voir des fascistes partout en Bretagne. Ce qui nous semble dominer dans la vision de Le Berre, c’est plutôt la résignation à l’inéluctable, la conviction (un peu mécaniste peut-être ?) que puisque la langue ne sert plus les besoins objectifs de la société, elle ne peut que mourir, qu’il est vain de prétendre lutter contre sa mort, car on ne repasse pas le Styx. Résignation tempérée, peut-être, par la satisfaction douce-amère d’être un des derniers qui pourront dire qu’ils ont connu ces « derniers Bretons » dont Émile Souvestre annonçait déjà la fin prochaine dès le premier tiers du xixe siècle. À tout le moins cette résignation n’empêche pas Le Berre de réfléchir et de produire une réflexion et un savoir sur l’écrit breton d’une grande qualité et d’une grande rigueur, servies au surplus par une écriture claire et aisée. De ce fait, même les non spécialistes de breton que sont les chercheurs qui travaillent sur d’autres langues « régionales », et notamment les Occitans, gagneront à lire cet ouvrage traitant d’une littérature sur laquelle ils savent peu de chose ; car c’est la malédiction des spécialistes de langues régionales de ne pas souvent chercher à regarder ailleurs que dans leur région justement, alors qu’un petit voyage ailleurs peut être fort instructif. Ils y gagneront d’autant plus que si l’histoire, les conditions d’émergence, le statut de la littérature d’oc est à coup sûr fort différent de ce qui s’observe en Bretagne à première vue, il existe quand même des points communs, dans le rapport au modèle de la culture française notamment, dans le glissement progressif hors de l’occitanophonie de pans successifs de la société méridionale, mais aussi dans le retour inopiné à l’occitan de gens qui, mélancolie du deuil ou non, n’auraient jamais dû y revenir. Ils y gagneront enfin à se demander dans quelle mesure la démarche de Le Berre ne peut pas leur indiquer, çà et là, des pistes fructueuses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Martel, « Yves Le Berre, Qu’est-ce que la littérature bretonne ? Essais de critique littéraire xve-xxesiècle », Lengas [En ligne], 62 | 2007, mis en ligne le 17 avril 2019, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lengas/3022

Haut de page

Auteur

Philippe Martel

Université Paul-Valéry, Montpellier III

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals