Navigation – Plan du site

Un sociologue des religions en occitanisme, Jean (-Baptiste) Séguy1

Philippe Gardy

Résumés

Jean Séguy (1925-2007), chercheur au CNRS,  a consacré pendant une quizaine d'années une partie non  négligeable de son temps, en parallèle à sa carrière plus "officielle" de sociologue des religions internationalement reconnu, à la recherche en domaine occitan. Cette bifurcation l'a conduit à devenir alors un défenseur de la langue d'oc, comme Jean-Baptiste (ou Joan-B.) Séguy : il entreprit d'apprendre cette langue qu'il ne connaissait que par ouï-dire au départ, en fit, à côté du français, son autre langue de recherche, et alla même jusqu'à devenir écrivain d'oc, à travers poèmes et proses critiques, journalistiques ou de fiction. On tente de décrire, à travers divers documents inédits ou peu connus, notamment des correspondances, les grands traits de cette "tentation occitane" et l'on s'interroge sur le sens de cet attachement, auquel il semble être resté fidèle jusqu'à ses derniers jours.

Haut de page

Dédicace

Per Gaston Bazalgues,
que devers 1969-1970 me faguèt rescontrar
Joan-Baptista Séguy dins l’ostau pairenau, a Solhac (Òlt)

Texte intégral

  • 1 Cet article forme un tryptique avec deux autres études qui en constituent les compléments : « Sur l (...)
  • 2 Celui qui signait ses travaux de sociologie religieuse Jean Séguy se fit connaître en tant qu’occit (...)

1Jean Séguy2, éminent sociologue des religions au CNRS, fut aussi, parallèlement, un usager et un défenseur de la langue occitan. Une langue qu’il aimait pratiquer avec ses amis, dont il étudia les usages, en particulier, mais pas seulement, dans le domaine de sa discipline de chercheur, et qu’il illustra aussi comme écrivain, prosateur, poète et critique. Parallèlement n’est sans doute pas, d’ailleurs, le terme qui convient le mieux pour qualifier la démarche qui fut la sienne de longues années durant : Séguy resta souvent sociologue des religions dans la partie plus proprement occitaniste de ses activités, de telle sorte qu’il est souvent malaisé de faire le départ entre ces deux composantes, majeures, de son œuvre. Si les occitanisants n’ignoraient pas tous ses travaux scientifiques, il n’est pas certain qu’il en soit allé de même du côté de ses collègues universitaires et chercheurs, étrangers, et surtout français. On peut même se demander si son « activisme » occitan, bien que sérieux et mesuré, n’a pas pu être considéré à certains moments par tel ou tel de ses collègues qui en auraient eu connaissance comme une sorte de jardin secret, ou comme une étrange passion accessoire, susceptible de nuire au sérieux de ses recherches. Je reviendrai sur ce sujet dans la dernière partie de cette étude, après avoir en préalable exposé et ordonné dans la mesure du possible les éléments dont je dispose pour dessiner, à grands traits, l’itinéraire de cette personnalité attachante, vu depuis le « côté » que j’occupe moi-même, le côté, disons donc, « occitan ».

Une conversion occitane ?

  • 3 Certaines des informations auxquelles je fais référence sont issues de la lettre « autobiographique (...)

2Jean-Baptiste Séguy, à ses propres dires3, n’était pas né occitanophone, mais était issu d’un milieu d’origine géographique occitane : Souillac, dans le département du Lot, du côté de son père, Duras, dans le département du Lot-et-Garonne, où il vit le jour en 1925, du côté de sa mère. Il n’a jamais vécu, sauf dans ses toutes premières années, dans la partie de tradition occitanophone de la France métropolitaine : il suit ses parents en Algérie (à Bône, aujourd’hui Annaba) dès l’âge de sept ans ; il y poursuit ses études secondaires et y obtient son baccalauréat. En 1944-1945, il fait partie de la Première armée française (il est décoré de la Croix de guerre), puis, établi en région parisienne, obtient successivement une licence ès-lettres et un certificat d’histoire des religions à la Sorbonne. À partir de 1950, il entame une carrière dans l’enseignement secondaire, qui le conduit en Angleterre (dont il devait enseigner la langue), en Égypte et en France. C’est en septembre 1960 qu’il est recruté comme chercheur (Attaché de recherche) au CNRS (Groupe de sociologie des religions). Dans l’intervalle, il a publié un opuscule édité au Caire sur Le monachisme copte, et un livre sur Les sectes protestantes dans la France contemporaine (Paris, Bauchesne).

3Quand Jean-Baptiste Séguy commença-t-il à s’intéresser à la langue d’oc ? À Joseph Salvat il confiait en 1960 le rôle décisif que semble avoir joué à cet égard un professeur et félibre toulonnais, dont il loue l’intelligence. Cet enseignant qui fut un révélateur exerçait sans doute dans un établissement de Bône, où se déroula une grande partie de sa scolarité, primaire puis secondaire. Ce Provençal lettré dans sa langue lui fit connaître Mistral, Aubanel ; et, par la suite, de lui-même, Séguy semble avoir élargi le champ de ses connaissances aux auteurs languedociens, en particuliers aux usagers de la graphie dite « occitane », parmi lesquels Antonin Perbosc (le maître de Salvat) : en se rapprochant linguistiquement du pays de ses origines, la Guyenne, il dessine d’ores et déjà, en pointillé, un chemin occitan, parallèle, probablement, à celui que sa vie algérienne lui a permis de découvrir : la différence des pratiques religieuses, au contact, notamment, d’un islam que lui, issu d’une famille catholique, apprend à connaître et reconnaître ; et, en même temps, la différences enrichissante des langues et des cultures, entre arabe et français et, donc, occitan, sous ses diverses formes. Les vacances passées en Quercy, évoquées dans la lettre autobiographique à Salvat, ont sans aucun doute contribué à l’approfondissement de cet éveil à l’occitan : sur place, à Cahors, ce sont des livres et des textes qui lui deviennent accessibles, comme Lo Got occitan de Perbosc.

  • 4 Le Collège d’Occitanie, dont l’Escòla, d’obédience proprement félibréenne, fut en quelque sorte, à (...)

4Mais c’est seulement à la fin des années 1950, confie-t-il à son correspondant toulousain, qu’il lui a été possible, revenu en France, d’envisager de nouer des contacts avec deux organismes de défense et promotion de l’occitan dont il apprend alors l’existence : l’Escòla occitana, organisme toulousain, affilié au Félibrige, qui organise, par le biais d’une organisation sœur, le Collège d’Occitanie4, des cours de langue d’oc par correspondance, publie depuis longtemps déjà la revue Gai saber, et participe par exemple, à travers certains de ses membres, au choix des auteurs primés aux concours de l’Académie des Jeux floraux de la ville rose ; et l’Institut d’études occitanes (IEO), dont le siège se situe également à Toulouse, où il a été fondé au lendemain de la Libération ; cet Institut soutient la publication de la revue ÒC, créée en 1923 et publie dans ses collections « Pròsa » et « Messatges » (poésie) les écrivains des générations les plus récentes.

5On peut penser que Séguy s’est tourné vers Salvat à la fois par commodité (il lui était possible d’identifier aisément le responsable du Collège toulousain) et par affinité religieuse. Mais cet argument doit aussitôt être relativisé : le Collège et ses ramifications ont probablement constitué pour lui la première porte à laquelle il a frappé, mais l’IEO a très tôt attiré également son attention. La lecture de sa bibliographie occitane en atteste : dans les premiers temps de son activité occitaniste, Séguy a été favorablement accueilli par les deux organismes, qui se sont empressés de faire une place à ses écrits dans leurs publications respectives.

Jean-Baptiste Séguy occitaniste : un itinéraire

  • 5 On note, pour se limiter à sa seule bibliographie occitane, que Séguy à plusieurs reprises, propose (...)

6Séguy cherche d’abord à apprendre la langue des siens, apprendre à la parler et apprendre à l’écrire. Les lettres envoyées à Joseph Salvat en témoignent. Bien qu’il reconnaisse ne pas avoir l’habitude d’écrire l’occitan, et ne pas pouvoir affirmer qu’il le parle, très vite il abandonne le français pour l’oc dans ses courriers. Enseignant d’anglais, germaniste aussi5, sans doute plus ou moins initié dès son enfance à l’arabe algérien, coutumier, en outre, de par sa vocation de chercheur, de lectures en d’autres langue romanes, Séguy semble n’avoir éprouvé que peu de difficultés à écrire et parler l’occitan. Ses lettres à Salvat témoignent, au-delà de certaines maladresses ou impropriétés qui d’ailleurs deviennent très vite de plus en plus rares, de cette capacité à s’approprier une langue qui, soulignons-le, plus que toutes les autres probablement, était la sienne par une sorte de renversement historique dont il avait pleinement consciences et qu’il assumait sans difficulté.

  • 6 Dans son dossier de candidature à un poste de Maître de recherche au CNRS (1969), Séguy souligne l’ (...)
  • 7 On lira sur ces polémiques et leur intérêt épistémologique l’étude très documentée de l’anthropolog (...)

7On constate à cet égard que ses premières publications en occitan ou sur des sujets occitans ont vu le jour peu de temps après sa prise de contact avec Salvat : il inaugure dès 1962 une chronique d’Istòria religiosa en occitan dans la revue de l’IEO, ÒC. Cette chronique, sous des formes variables, se poursuivit jusqu’en 1968, dans ÒC, puis dans d’autres revues quand cette dernière cessa (provisoirement) de paraître : Letras d’Òc, puis Viure, au gré des soubresauts que connut alors le mouvement occitaniste. Ce faisant, Séguy restait fidèle à l’orientation disciplinaire qui organisait son activité de chercheur au CNRS : la sociologie religieuse, appliquée cette fois au seul domaine des régions de langue d’oc. En français, dans d’autres publications d’inspiration occitaniste, revues ou ouvrages collectif, il développe et approfondit des thèmes qui font le pont entre son engagement en faveur de la langue d’oc et son métier de sociologue des religions, en particulier la question de l’usage des langues « vulgaires », et en premier lieu de l’occitan, dans la prédication et la catéchèse pendant l’Ancien Régime6. Un autre centre d’intérêt lié à cet engagement est le catharisme : Séguy rend compte d’ouvrages traitant de ce sujet alors controversé et tout particulièrement de ceux d’un autre occitaniste, René Nelli, dont les travaux, dans un même mouvement, sont alors considérés comme importants mais aussi comme contestables7. On peut encore ranger dans cette rubrique les enquêtes statistiques commentées qu’il mène, entre 1964 et 1968, sur l’enseignement de l’occitan, à une époque où cet enseignement, peu développé, rencontrent de nombreuses difficultés pour exister. Recueillir des données, puis les commenter est une tâche ingrate, devant laquelle Séguy ne recule pas, à la fois pour tenter de mesurer et d’analyser un phénomène social difficile à appréhender mais dont il reconnaît à la fois l’importance et les aspects très problématiques.

  • 8 Séguy, dans tous ses domaines d’activité, fut un recenseur abondant et subtil, toujours attentif à (...)
  • 9 Jules Cubaynes était né à Lalbenque en 1894. Il décéda à Cahors en 1975. Son œuvre occitane, d’insp (...)
  • 10 Séguy s’est également intéressé aux écrits et à l’itinéraire d’un autre prêtre quercynois du diocès (...)
  • 11 L’étude de Séguy est suivie d’un inédit de Cubaynes, « Endemans de Nadal », tiré d’un ensemble inti (...)

8Il convient sans doute de faire un sort un peu particulier à quelques articles ou recensions8 dont le sujet concerne l’écrit littéraire en occitan. Certes, Séguy observe pour l’essentiel de tels textes, d’époques différentes, comme des « objets sociologiques », mais pas uniquement. Il s’attache aussi à leur fonction littéraire proprement dite, laissant deviner en cela qu’il accorde à la littérature en langue d’oc une place et des fonctions particulières, qu’il sait en quelques paragraphes déceler et ausculter. Intéressant à cet égard est l’un des premiers textes de Séguy écrit dans cette perspective, le compte rendu, en occitan, dans la revue Viure, de l’ouvrage en allemand du Viennois Fritz Peter Kirsch sur la littérature occitane (languedocienne et gasconne) de l’époque contemporaine. Séguy lit certes en sociologue un ouvrage qui, lui, s’efforce d’évaluer une production littéraire dans le rapport qu’elle peut entretenir avec son environnement géographique, les contraintes du lieu, en quelque sorte. Mais il ne néglige pas pour autant l’imaginaire qui habite les œuvres étudiées. Il en va de même dans les autres études qu’il a consacrées à la littérature d’oc, et, singulièrement, à celle qui l’a immédiatement précédé ou qui était sa contemporaine. On songe au compte rendu qu’il fit, dans Viure encore, de l’ouvrage de Robert Lafont Renaissance du Sud. Essai sur la littérature occitane au temps de Henri IV, autre synthèse, beaucoup plus historique et sociologique (sociolinguistique aussi et d’abord). Et, surtout, aux deux études qu’il dédia à son pays le prêtre quercynois Jules Cubaynes9, en 1964 (Letras d’Òc) et, à la suite de sa disparition, en 1976 (Gai Saber). Cubaynes, pour Séguy, est, sinon un exemple, en tout cas une figure remarquable qui suscite la réflexion10. À la fois chrétien et défenseur de la langue d’oc (il fut majoral du Félibrige), il se fit aussi écrivain dans cette langue, traducteur (de la Bible, de Virgile) et poète (son œuvre maîtresse, aux yeux de la critique comme de Séguy, est le « poème sacerdotal » intitulé Ome de Dieu, publié à Toulouse en 1951 par les soins du Collège d’Occitanie). Séguy admire l’incarnation d’une œuvre qui sait, dans une langue enracinée au quotidien, retrouver l’authenticité des hommes et des textes. Pour lui, ainsi, la version occitane du Nouveau Testament de Cubaynes est l’une des trois, dans une langue européenne, qui possède « un resson d’autenticitat » (un écho d’authenticité), avec l’Authorized version en anglais et celle de Luther en allemand. « En francés n’i a pas11 » (en français, il n’y en a pas, Letras d’Òc, 1964, p. 30).

Dédicace par Séguy de ses Poëmas del non à son compatriote quercynois le chanoine Jules Cubaynes, traducteur des Psaumes en occitan (coll. part.)

  • 12 Esprit, n° 5, 1962, p. 756-766 [p. 767-768, « Extrait d'un Chemin de Croix à paraître aux éditions (...)

9On peut penser que le texte publié dans lequel Séguy a poussé le plus loin son désir d’interroger la littérature en occitan est celui qu’il confia à la revue Esprit en 1968 sous l’intitulé « De l’aliénation au fantastique. Problèmes de la prose littéraire d’oc ». Il s’agit là d’un véritable essai, où la méthode sociologique rejoint le lecteur d’occitan qu’il était devenu pour déboucher sur une sorte de théorie générale de cet occitanisme dont il avait choisi depuis de nombreuses années de partager les préoccupations et les interrogations. Esprit avait déjà ouvert ses colonnes à la littérature d’oc quelques années auparavant, en publiant un article de Jean Larzac, « Trois poètes d’oc et la conscience occitane12 » (les trois poètes étudiés étaient René Nelli, Denis Saurat et Bernard Manciet). Séguy prit le relais de Larzac quelques années plus tard, avec un article dont les dimensions chronologiques et les références aux œuvres et aux écrivains étaient beaucoup plus larges. La première partie du titre choisi pour sa contribution annonce (et donc résume) bien les deux grandes directions de la problématique mise en œuvre, à propos de la seule prose littéraire : « De l’aliénation au fantastique ». Séguy part du XIXe siècle et de la renaissance mistralienne pour aboutir aux parutions les plus récentes (les derniers romans de Jean Boudou, Robert Lafont, Bernard Manciet, Jean-Pierre Tennevin). Son point de départ est une analyse détaillée de la situation sociologique du Provençal occitanophone au départ Agricol Perdiguier, l’auteur des Mémoires dun compagnon, qui lui permet de proposer une exploration de ce qu’il appelle « la solitude littéraire » des écrivains d’oc, largement privés, en leurs lieux d’écriture et de lecture, d’instances leur permettant d’exister collectivement au-delà d’un public très restreint (soit seulement local, soit très dispersé sur un espace plus large et tout aussi peu nombreux au final). Cet article combine ainsi une perspective informative et un point de vue plus analytique, qui aboutit, à partir d’une série d’études de cas sur des auteurs ou des œuvres, à des constats de carence que les années à venir ne parviendront sans doute pas à corriger si rien ne change en profondeur aussi bien dans les mentalités que dans les institutions qui peuvent avoir prise sur une telle situation. La sociologie « occitane » de Séguy apparaît militante, ou engagée, comme on préfèrera. À cet égard, elle peut aider à préciser le portrait de Séguy occitaniste que l’on cherche à esquisser ici.

De l’analyse à l’écriture : un passage ?

  • 13 L’exclusion de l’IEO d’Ismaël Girard, directeur de la revue, qui en conserva la propriété. Le numér (...)
  • 14 Citation d’Edmond Brua (1901-1977), journaliste natif d’Algérie connu en particulier pour avoir pub (...)
  • 15 [Nancy, lundi 6 avril 1964. Café Excelsior, en attendant le train pour Schirmek, Bas-Rhin].

10L’un des thèmes majeurs développés dans l’article publié dans Esprit par Séguy concerne la « solitude littéraire » de l’écrivain occitan. Or, en 1967-1968, quand il a dû rédiger puis publia cet article, Séguy était lui-même devenu, depuis quelques années, écrivain d’oc. C’est en effet, sous bénéfice d’inventaire, en 1964 que deux revues firent une place à des textes dont il était l’auteur. Il s’agit, dans Gai saber, la revue du Collège d’Occitanie, d’un poème, « Aiga de font » (soit : Eau de source), signé « Joan-B. Seguin, carcinòl » ; et dans Letras d’Òc, revue qui prit la suite d’ÒC dans des circonstances polémiques13, un autre poème, « “Roro, t’as du cœur14 ?” », signé « J.B. Seguin », et suivi de la mention : « Nancy, diluns 6 d’abril de 1964. Café Excelsior, en esperant lo tren per Schirmeck, Bas-Rin15 ». Séguy, on l’a noté, inaugurait au même moment le genre nouveau également pour lui, de l’essai critique en occitan, avec le texte sur Jules Cubaynes qu’il donna dans la même livraison de Letras d’Òc. Mais ces deux poèmes, de tonalité assez différente, inaugurent bien autre chose, au-delà, ou dans les marges, d’un certain militantisme linguistique : l’épreuve de cette « solitude » dont il vient de se faire le théoricien.

11Curieusement, d’ailleurs, cette solitude, dès le début, est, jusqu’à un certain point une solitude partagée, voire peuplée. J’ignore si Séguy avait auparavant imaginé de consacrer un partie, fût-elle réduite, de son temps à l’écriture littéraire dans une autre langue, le français par exemple. Ou l’anglais qu’il enseigna un moment. Mais je fais l’hypothèse que la rencontre avec l’occitan qu’il avait choisie en connaissance de cause n’a sans doute pas été pour rien dans l’affirmation d’une identité littéraire dans cette langue : Séguy intégrait ainsi résolument la longue et ancienne cohorte des écrivains de langue d’oc, ininterrompue et très diverse depuis le Moyen Âge des troubadours. Résolument, mais non sans quelques précautions : sa position de chercheur le conduisait à s’interroger sur lui-même et ses semblables. Sans pour autant renoncer, en tout cas pendant une petite quinzaine d’années à tout le moins.

12Les deux premiers poèmes publiés en 1964 donnaient d’ailleurs le ton de cette manière de dédoublement entre l’écrivain et le chercheur questionnant l’écrivain. Dans Lo Gai saber, il proposait un poème de facture qu’on qualifiera pour faire simple de classique, dont l’un des thèmes majeurs est la fin d’un paysage, et, plus largement d’un pays dont du passé ne demeurent que les échos réfugiés dans le cœur du poète. Dans Letras d’Òc, la forme et le sujet du poème étaient plus libres, plus modernes aussi, comme le souligne la mention finale faisant état d’un texte écrit sur une table de café, non loin de la gare de Nancy. L’intérieur et l’extérieur, en quelque sorte : le secret des origines d’un côté, le vaste monde où de ces origines demeure la langue retrouvée, pour en dire avec un certain humour la présence. Ce poème est notamment intéressant par sa construction : le poète y évoque, depuis Nancy, à travers la citation d’Edmond Brua qui lui sert de titre, la période algérienne de son existence, à Bône. Retenons-en simplement cette strophe :

  • 16 Je conserve la graphie des textes occitans cités. [Folklore ? Musée ? Vérité ou rêve ?/ Je n’avais (...)

Folclòre ? Musèu ? Vertat o sòmni ?
Aviái pas que quinze ans.
Mièg « pe-negre »,
mièg occitan.
E lo solelh nos esclairava
abans de s’entrumir16.

13Dans les années suivantes, Séguy cultiva avec régularité cette veine poétique. Deux recueils, sans traduction française, en recueillirent une bonne partie, Aiga de Nil [Eau du Nil] en 1966, Poëmas del non [Poèmes du non] en 1969.

Couverture du premier recueil de Jean Séguy, Aiga de Nil (1966)

Manuscrit autographe du début de l'ensemble poétique Torisme en Carcin, publié dans la revue Viure puis dans le recueil Poëmas del non (coll. part.)

  • 17 Que ces poèmes figurent en tête de cette livraison de la revue du Collège d’Occitanie, alors dirigé (...)
  • 18 [Et l’aube est si lointaine]. Il faut sans doute lire luònta. Le texte de ces poèmes semble à plusi (...)

14Les poèmes réunis en 1977 dans le court ensemble intitulé Del riu a lalba et confiés à la revue toulousaine Gai Saber, ne sont pas datés17. Sont-ils de 1976-1977, ou s’agit-il d’essais antérieurs de plusieurs années, réunis pour marquer un moment particulier ? On peut en tout cas être tenté de les lire comme une sorte d’adieu, à tout le moins comme l’aveu discret mais réel d’un sentiment d’achèvement. L’aube qui termine cet ensemble est une aube absente, improbable, et sans doute désormais impossible. Le ton désabusé de ce poème de la fin, très caractéristique de la manière de Séguy poète depuis ses débuts (le poème « “Roro, t’as du cœur ?” » publié dans Letras d’Òc), est celui d’une aube à l’envers que scelle la référence aux troubadours, et, en particulier à Marcabrun, choisi sans doute aussi bien pour la tonalité sombre de son nom que pour les échos de sons et de sens, dérisoires et désabusés, que ce nom favorise : « E l’auba tant es luonta18 ».

15Séguy avait agrandi le champ de son écriture en occitan : à côté de la poésie, il s’était livré, d’abord, à l’exercice de la critique, littéraire ou, surtout, sociologique, dans cette langue. Par la suite, il avait prolongé cette expérience du côté du reportage journalistique : une relation à la fois proche et distanciée, bien dans sa manière, des événements de mai 1968 depuis la rue Thouin, toute proche du Panthéon, où il demeurait alors. Et encore du côté de la nouvelle : quelques rares tentatives en ce sens ont été publiées, qui révèlent un prosateur proche du poète qu’il était alors, notant au fil de la plume ce que les circonstances lui proposaient au gré de ses déplacements et de ses voyages.

16La période occitane, ou plutôt occitaniste, de Séguy fut-elle du domaine du songe, ou bien de la vérité, comme semble le suggérer un vers cité plus haut du poème « “Roro, t’as du cœur ?” » ? Probablement des deux. Ce fut en tout cas, par l’analyse et, parallèlement, par l’écriture, poésie ou prose, un moment d’exploration du monde par le moyen d’une langue réappropriée avec méthode et ferveur : un terrain sociologique, d’une part, et, d’autre part, un terrain très personnel, qui se mêlèrent étroitement pendant quelques années, avant, si l’on se fie à la documentation à laquelle j’ai pu accéder, de se séparer progressivement. L’analyse, en effet, bien que devenant de moins en moins fréquente, perdura plus longtemps que l’écriture littéraire. Jean Séguy et Joan(-Baptista) Seguin formèrent quelques annnées durant un duo assez bien maîtrisé, avant de revenir, en quelque sorte, à l’unité qui avait précédé cette division par ailleurs harmonieusement organisée. En redevenant sociologue des religions à plein temps, Jean Séguy referma une période de son existence publique dont lui seul, à quelques individus près, pouvait identifier et maîtriser le déroulement. Mais on n’imagine pas qu’il ait rompu, comme on pourrait être tenté de le penser trop rapidement, avec le versant occitan de sa personnalité. Le fait, par exemple, qu’il ait été un abonné fidèle à la revue toulousaine Gai Saber jusqu’à ses dernières années révèle la persistance d’un attachement qu’on peut sans grand risque de se tromper qualifier de profond et sincère.

Annexes

1. Jean Séguy (Joan-B. Seguin ; Joan-Baptista Seguin, Duras (Lot-et-Garonne), 1925-Liancourt (Oise), 2007)

Essai de bibliographie occitane

Textes littéraires, témoignages

  • 1964

17« Aiga de font » [poème], Gai Saber, n° 131, mars-avril 1964, p. 375. [signé : « Joan-B. Seguin, carcinòl »]

18« “Roro, t’as du cœur ?” » [poème], Letras dOc, Suplement literari dels « Cahiers pédagogiques de l’IEO », n° 26, 4e trimestre 1964, p. 19-21.

  • 1965

19« Torisme en Carcin » [8 poèmes], Viure, n° 2, estiu de 1965, p. [40] [signé J.-B. Seguin]

  • 1966

20Aiga de Nil. Poëmas de Joan-Baptista Seguin, Toulouse, Institut d’études occitanes (coll. « Messatges », n° 37), août 1966, 40 p.

21[Sans traduction française. Contient : « Aiga de Nil » ; « Traumatisme » ; « Mercat comun » ; « La femna de Faiom » ; « L’estèla del suplici » (dédié à Robert Lafont) ; « Cafè de rencontre » ; « Languison » ; « « Torisme en Carcin » (dix poèmes : 1. Pibol ; 2. Ostal ; 3. Gleisas ; 4. Castèls ; 5. Païsatge ; 6. Lo candelièr de Sant-Andrieu ; 7. Ugues Salèl ; 8. Pèire de Casals ; 9. Rocamador ; 10. Sirventès) ; « Caminament » (8 poèmes : 1. Metafisica ; 2. Visibilia ; 3. Potz ; 4. A palpas ; 5. Transfiguracion ; 6. Parabòla ; 7. Pascas ; 8. Ascension) ; « Lupta pentru pace » ; « Que cal saber se governar » ; « Orly » ; « “Donnez-lui tout de même à boire” dit mon père]

  • 1967

22« Lo dimenge d’un sembla bit-nic. Raconte de Joan B. Seguin », Viure, n° 9, s.d. [ = 1967], p. 26-31. [Le récit se passe à Paris, bien que le nom de la ville ne soit pas mentionné]

  • 1968

23« London re. visited », Viure, n° 11, février 1968, p. 13.

24[Cinq poèmes brefs, « Modern English Usage » ; « Tors » ; « Victoria Station » ; « Brush up your English in Montréal » ; Samson Agonistes (A Ye Ye Version) », datés de « Londras, 7-11 / 8 / 1967 »]

25« Testimòni : La Revolucion de mai dins la carrièra Thouin », Viure, n° 13, août 1968, p. 14-17.

Début du "témoignage" publié dans le numéro 13 de la revue Viure (daté du 1er août 1968) sur "la révolution de mai rue Thouin", où Séguy habitait alors, non loin du Panthéon.

26« Dau » [conte], Viure, n° [14], novembre 1968, p. 20-26. [Le récit se passe à Amsterdam]

  • 1969

27Poëmas del non, Poëmas de Joan-Baptista Seguin, Toulouse, Institut d’études occitanes (coll. « Messatges », n° ), 1969, 33 p.

28[ [1] « Non-Païs » : « Genealogia » ; « Parlar » ; « Fonetica » ; « Passaport » ; « Accent » ; Libertat de desplaçament » ; « Solhac » ; París » ; « Planh parisenc ») ; [2] « Estiu ivernal » : « Èrbas » ; « Pleurà ? » ; « Miègjorn » ; « Patz e unitat ») ; [3] « Non conformitat » (« Sacrifici del matin » ; « Setmana santa a Besançon » (« Dimenge de las Palmas » ; « Dimècres » ; Dijòus e divendres dels discípols » ; « Divendres per tot lo mond » ; « Dissabte » ; « Dimenge de Pascas ») ; « Israèl » ; « Sub Pontio Pilato » ; « Salme » ; [4] « Non resisténcia (París, mai de 1968) » : « Lenhièr latin » ; « Platana » ; « París en mai » ; « C.R.S. = Catar ! » ; [5] « Viatge sus plaça » : « A vista d’ausèl » ; « Lenguistica filosofica » ; « Capitala » ; « Prudéncia » ; « Religion » ; « Penjum »]

  • 1971

29« Joan-Batista Seguin / Jean-Baptiste Séguy. “Mercat comun / Marché commun” » ; « Sirventès » [« Roïnas roïnadas / Ruines ruinées »] ; « Non Païs / Non-Pays » [« Genealogia » / « Généalogie » ; « Parlar » / « Parler » ; « Fonetica » / « Phonétique » ; « Passapòrt » / « Passeport »], dans Marie Rouanet, Occitanie 1970. Les poètes de la décolonisation. Anthologie bilingue, Honfleur, Pierre-Jean Oswald, 1971, p. 86-89 ; 110-111 ; 123-125.

30[Les deux premiers groupes de poèmes sont extraits de Aiga de Nil / Eau du Nil ; le troisième de Poemas del non / Poèmas du non]

  • 1972

31« Jean-Baptiste Séguy. “Mercat comun / Marché commun” », dans René Nelli, La poésie occitane des origines à nos jours. Édition bilingue, Paris, Seghers, 1972, p. 328-331. [« Traduction de l’auteur » ; le poème est tiré de Aiga de Nil ; la version française est identique à celle publiée en 1971 dans l’anthologie de Marie Rouanet]

32« Gleisas / Églises » ; « Que cal saber se governar / Il faut savoir se gouverner », dans Jean Larzac, Anthologie de la poésie religieuse occitane, Toulouse, Privat (« Domaine occitan »), 1972, p. 127 ; 203-204 [ces deux poèmes sont tirés de Aiga de Nil, et accompagnés d’une version française (de l’auteur ou de Jean Larzac ?)]

  • 1977

33« Del riu a l’alba » [poèmes], Gai Saber, n° 386, avril 1977, p. 37-40.

34[Contient dix poèmes brefs, de formes diverses : « Riu de vida » ; « Susari » ; « Vision », « Amor canadés » ; « Cap de l’an » ; « Per Joan Bodon » ; « Poèma veirina » ; « Autonada » ; « Armonicas » ; « Alba »]

Études, comptes rendus

  • 1962

35« Istòria religiosa », Oc revista trimestrala de las letras occitanas, n° 223, mars 1962, p. 42-44. [à propos de : Père Fidèle Durieux, « La Règle des frères mineurs et le Testament de saint François d’Assise en langue d’oc du XIVe siècle », Études franciscaines, janvier 1959 ; Jean Rouquette, « Le titre de Notre Dame », Cahiers marials, n° 26, 27, 29, 1961]

36« Cronica d’istòria religiosa occitana », Oc revista trimestrala de las letras occitanas, n° 225, septembre 1962, p. 38-41 [à propos de : Pierre Chabert, Actualité du catharisme, Toulouse, Crux de Lux, 1961 ; Jacques Madaule, Le drame albigeois et le destin français, Paris, Grasset, 1961 ; Alice Wemyss, Les Protestants du Mas-dAzil. Histoire dune résistance, 1680-1860, Toulouse, Privat, 1961]

  • 1963

37CR de René Nelli, L’Érotique des troubadours, Toulouse, Privat, 1963, Archives de sociologie des religions, n° 16, juillet-décembre 1963, p. 188-189.

  • 1964

38« Istòria religiosa », Oc revista trimestrala de las letras occitanas, n° 231, mars 1964, p. 50-52. [à propos de : René Nelli, L’érotique des troubadours, Toulouse, Privat, 1964 ; Michel Mollat, La vie religieuse aux XIVe et XVe siècles, Paris, Centre de documentation universitaire, deux vol. ronéo, 1962 ; Jordi Ventura, Els heretges catalans, Barcelona, Selecta, 1963]

39CR de René Nelli, Le phénomène cathare : perspectives philosophiques, morales et iconographiques, Toulouse et Paris, Privat et PUF, 1964, Archives de sociologie des religions, n° 17, janvier-juin 1964, p. 197.

40« L’enseignement de l’occitan en 1961-62 », Cahiers pédagogiques de lInstitut d’études occitanes, n° 25, 2e trimestre 1964, p. 9-14 [signé Joan-B. Seguin]

41« Intérêt national et conscience occitane », Cahiers pédagogiques de lInstitut d’études occitanes, n° 26, 3e trimestre 1964, p. 1-3 [signé Joan-B. Seguin]

42« Estudi. Autenticitat del Cubaynes », Letras dOc, Suplement literari dels « Cahiers pédagogiques de l’IEO », n° 26, 4e trimestre 1964, p. 28-34.

  • 1965

43« Possibilitat e problèmas d’una istòria religiosa occitana », Annales de lInstitut d’études occitanes (Recherches sur la vie religieuse en pays doc), 4e série, n° 1, automne 1965, p. 8-26. [Signé J.-B. Seguin ; J.-B. Séguy (« du Groupe de Sociologie des Religions du Centre national de la Recherche scientifique ») signe également, avec Pierre Bec et Robert Lafont, l’avant-propos, en français, p. 1-3]

44CR de René Nelli, Le phénomène cathare, Toulouse et Paris, Privat et PUF, 1964 ; René Nelli, Fernand Niel, Jean Duvernoy, Déodat Roché, Les Cathares, Paris, éditions de Delphes, 1964 ; Père Rayez, Histoire spirituelle de la France, Paris, Beauchesne, 1964, Letras d’Òc, 1, mars 1965, p. 11-12.

45« Nòtas. Istòria religiosa (seguida) », Letras d’Òc revista literària de lInstitut destudis occitans, 2, juin 1965, p. 10-12 [à propos de : abbé Laurentin, Lourdes, documents authentiques, Paris, Lethielleux, 6 volumes ; Lourdes, histoire authentique des apparitions, 5 volumes, 1957-1964 ; Claude Seignolle, Le folklore de la Provence, Paris, Maisonneuve et Larose, 1963 ; Michel Camelat, Belina ; cet article est donné comme étant la suite du précédent]

46CR de Fritz Peter Kirsch, Studien zur languedokischen und gaskonischen Literatur der Gegenwart, Viena (Austria), Wilhelm Braumüller, 1965 (Wiener Romanisticsche Arbeiten, herausgegeben von C. Th. Gossen, n° IV), Viure, n° 3, automne 1965, p. [45-48].

  • 1966

47« Istòria religiosa », Letras dOc revista literària de lInstitut destudis occitans,, n° 7, septembre 1966, p. 9-12. [à propos de Gottfried Koch, Frauenfrage und Ketzertum im Mittelalter, Berlin, 1962; Jeffrey B. Russel, « Courtly Love as religions dissent », The Catholic Review, avril 1965; Daniel Walter, « A Survey of recent research on the Albigensian Cathari », Church History, juin 1965]

  • 1968

48« La Refòrma protestanta del sègle XVI e las “lengas vulgaras” », Annales de lInstitut d’études occitanes (Colloque sur Pey de Garros et son temps), 4e série, n° 3, printemps 1968, p. 315-327 [Signé Joan-Batista Seguin]

49« Enquête sur l’enseignement de la langue d’oc (Établissements d’enseignement public ; Collège d’Occitanie ; année scolaire 1965-1966) », Annales de lInstitut d’études occitanes (Colloque sur Pey de Garros et son temps), 4e série, n° 3, printemps 1968, p. 447-457.

50CR de Llibres en català, Barcelona, Institut national del Llibre Español, 1967, Viure, n° 12, 1968, p. 43-44.

51CR de Les cathares : naissance d’un mythe au XXe siècle : Montségur, Archeologia-Trésors des Âges, n° 19, Viure, n° 12, 1968, p. 41-42.

52« De l’aliénation au fantastique. Problèmes de la prose littéraire d’oc », Esprit, n° 576, p. 669-683. [Ce numéro commence par une article de Jean-Marie Domenach, « Repenser la France » (p. 611-629 ; première phrase : « L’idée de la France est en crise »), suivi d’une réaction de Robert Lafont, « Réponse à J.-M. Domenach » (p. 630-642), puis d’un débat entre Domenach, Lafont, Vincent Monteil, Paul Thibaut, Pierre Fougeyrollas, Darling Brian, Yves Person, p. 643-668].

53CR de Lo Libre de Rut, presentat per l’Abat Joan Roqueta e revirat per el amb l’ajuda del Pastor Lys, Lavit, Lo Libre Occitan, 1968, Viure, n° [14], novembre 1968, p. 42-43.

54CR de Revue des Langues Romanes, 1, LXXVII, 1967, Viure, n° [14], novembre 1968, p. 45-47 [comptes rendus de Christian Anatole, « La réforme tridentine et l’emploi de l’occitan dans la pastorale » ; de Marcel Barral, « J.-B. Favre. Poèmes inédits en langue d’oc »]

  • 1970

55CR de Robert Lafont, Renaissance du Sud. Essai sur la littérature occitane au temps de Henri IV, Paris, Gallimard, 1970 (« Les Essais », CXLIX), Viure, n° 22, hiver 1970, p. 39-42.

  • 1971

56« Deux comportements religieux ». Dans Robert Lafont (directeur), Le Sud et le Nord. Dialectique de la France, Toulouse, Privat, 1971, p. 155-179.

  • 1972

57« Notes pour une sociologie du fait occitan », Annales de lInstitut d’études occitanes (Orientation dune recherche occitaniste), 4e série, tome II, n° 6, juillet 1972, p. 179-188.

  • 1976

58« Un prèire, Juli Cubaina, entre romantisme e classicisme », Gai Saber, n° 382, avril 1976, p. 404-406.

59« Cossí nos veson », Dire revista de critica occitana, n° 3, été 1976, p. 43-48.

60[À propos d’articles de revues de Edmond Taylor, Horizon (New York), XVI, 2, printemps 1974 ; C. David Heymann, The New York Times Book Review, 13 juillet 1975 ; Denis Monière, Le Devoir (Montréal), 13 et 15 août 1975 ; Lothar Baier, Suddeutsche Zeitung (Munich), 30-31 août 1975)]

  • 1977

61« Langue, religion, et société : Alain de Solminihac et l’application de la réforme tridentine dans le diocèse de Cahors (1637-1659) », Annals de lInstitut destudis occitans, 5e série, n° 1, 1977, p. 79-110 [signé Jean-B. Séguy]

  • 1982

62CR de Renat Nelli, Obra poëtica occitana (1940-1980), traduction française en regard, Toulouse, Institut d’études occitanes, 1981, Revue des Langues Romanes, 1, LXXXVI, 1982, p. 166-168. [En français ; signé Jean-B. Séguy]

  • 1983

63CR de Arnaud [de] Salette, Los Psalmes de David metuts en rima bernesa. M., 1583-1983. Edicion navèra preparada per Robèrt Darrigrand, Orthez, Per Noste, 1983, Revue des Langues Romanes, 1, LXXXVII, 1983, p. 141-142. [En français ; signé Jean-B. Séguy]

  • 1984

64CR de Patrick Ferté, Yves-Pierre Malbec, Scatabronda, comèdia carcinòla anonima amb un estudi istoric per P. Ferté, « Un brûlot libertin dans l’Université de Cahors », Cahors, Carcin Tèrra d’Oc et SCIEO, 1983, Amiras-Repères, 7, 1984, p. 89-93 [les pages 91-93 sont une note sur l’édition du manuscrit, par Philippe Martel]

Articles journalistiques

65(D’après Fritz Abel, Le mouvement occitaniste contemporain dans la région de Toulouse, daprès les articles occitans parus dans La Dépêche du Midi (1969-1972), Tübingen, Tübinger Beiträge zur Linguistik herausgegeben von Gunter Narr, n° 37, 1973).

66Jean-Baptiste Séguy a collaboré à la chronique occitane que publiait « à peu près régulièrement, une à deux fois par semaine le quotidien La Dépêche du Midi (Toulouse) depuis 1969 » (Abel, p. 2). Fritz Abel nous apprend que Jean-Baptiste Séguy donna plusieurs chroniques : sur le concept de « culture populaire » (le 26 / 12 / 1969 ; Abel, p. 47-48) ; puis d’autres consacrées au Canada (les 13 / 03 / 1970 et 12 / 06 / 1970 (Abel, p. 45), une « Letra de Paris », le 21 / 08 / 1970 (Abel, p. 45) ; sur le rôle des Églises dans le processus de désoccitanisation des pays d’oc (les 6 / 11 / 1970, 22 / 01 / 1971, 2 / 04 / 1971 et 2 / 07 / 1971 ; Abel, p. 52). On trouve dans l’étude de Fritz Abel la reproduction photographique de deux de ces chroniques : à propos des « savants et de notre culture » (sans titre), du 13 / 03 / 1970 (p. 100-101) ; « Lo protestantisme e la lenga d’òc », du 02 / 07 / 1971 (p. 102-103).

67En français, toujours dans La Dépêche, Jean Séguy a donné des comptes rendus ou des chroniques, publiées dans les pages culturelles du quotidien. Par exemple, le 27 / 2 / 1972, il présentait « Une véritable somme du folklore, Le vieux Quercy » (à propos de la réédition de l’ouvrage en deux volumes du chanoine Eugène Sol (Cahors, 1877-1953) en 1969 et 1971).

68Il va de soi que l’inventaire complet de l’ensemble de ces chroniques reste à dresser.

Article publié dans La Dépêche du Midi (fin 1970; Béziers, CIRDOC)

Sur Jean Séguy sociologue des religions

69Jean Séguy, Titres et travaux de Jean Séguy, Chargé de recherche au CNRS, en vue d’une promotion au grade de Maître de recherche, 1969, 25 + IV p.

70Sébastien Fath, « Journée d’étude adventisme (3 mai 2007), intervention de Jean Séguy », http://blogdesebastienfath.hautetfort.com/​archive/​2007/​05/​03/​journee-d-etude-adventi... 27/07/2009.

71Sébastien Fath, « Regard sur Jean Séguy. Un sociologue du non-conformisme religieux chrétien », cours donné à l’EHESS le 19/12/2008. Mis en ligne en janvier 2009 sur http://blogdesebastienfath.hautetfort.com/​

72Danièle Hervieu-Léger, « In Memoriam Jean Séguy (1925-2007) », Archives des sciences sociales des religions (EHESS), n° 141, mars 2008, p. 155-157.

73Jacques Maître, « L’entrée de Jean Séguy dans le GSR », Archives des sciences sociales des religions (EHESS), n° 141, mars 2008, p. 157-158.

Sur Jean Séguy poète occitan

74Robert Lafont et Christian Anatole, Nouvelle Histoire de la littérature occitane, Paris, PUF, 1971, II, p. 799-800.

75Philippe Gardy, Une écriture en archipel. Cinquante ans de poésie occitane (1940-1990), Église-Neuve d’Issac, Fédérop, 1992, p. 78-80.

2. Lettres de Jean Séguy au Collège d’Occitanie, puis à Joseph Salvat : 1960-1966 (17 lettres)

76Origine : Fonds Collège d’Occitanie (Toulouse), transmises (copies) par Philippe Carbonne au mois d’octobre 2009. Ce fonds se trouve désormais conservé dans les collections du CIRDOC (Béziers).

77On ne donne que le résumé des lettres, à l’exception de la lettre n° 2, particulièrement précieuse en raison de son contenu largement autobiographique. Séguy s’y présente à son correspondant comme occitaniste et sociologue des religions.

78Jean Séguy a été abonné à la revue Gai Saber, dirigée par Joseph Salvat, de fin 1960 (cf. lettre n° 3) à 2005 (année de sa mort). « A la fin se fa vièlh e “debremba” 2002, puèi 2004 e 2005.Compreni qu’èra mòrt quand un n° me tornèt. Sabi pas pus quora ? » (Note de Philippe Carbonne [Vers la fin, il se fait vieux et « oublie » 2002, puis 2004 et 2005. Je comprends qu’il est mort quand un numéro m’est retourné]). La fiche d’abonné de Jean Séguy, établie en 1974 seulement, porte ses trois adresses parisiennes successives, rue Truffaut, rue Thouin et finalement rue Nollet.

79Les passages soulignés par l’auteur des lettres ont été systématiquement mis en italique. Le / indique un changement de ligne ; le // un changement de page. J. S. désigne dans les résumés des lettres Jean Séguy.

  • Lettre 1 (1 p. ms, en français)

80Jean Séguy / Prof. Inst. Ste. Marie / Rue Croix-Guérin / Caen (Calv.)
Du 9 juin 1960
En français.
« Monsieur le secrétaire »
J. S. demande où se procurer « un ouvrage occitan intitulé autant que je m’en souvienne, Tibal / lo Garrel ». Il souhaite avoir des informations « sur les activités du Collège d’Occitanie. Publiez-vous une revue, et dans ce cas laquelle ? »
Signé « Jean Séguy / (occitan en Exil !) »

  • Lettre 2 (4 p. ms, en occitan)

  • 19 la rayé avant podrion
  • 20 del ( ?) rayé et remplacé par al avant municipi
  • 21 Un mot raturé, illisible, avant Joan
  • 22 Une lettre raturée avant èra
  • 23 Le second i de vieijaire a été rayé
  • 24 del rayé avant de
  • 25 cap ajouté au-dessus de la ligne
  • 26 À gauche en marge, d’une plus petite écriture : m’es capitatat [pour capitat ?) un / jorn a Londras (...)
  • 27 Le v de devon a remplacé un b
  • 28 Le t de pòt a remplacé un d
  • 29 On lit ensiems
  • 30 en 1925 ajouté au-dessus de la ligne
  • 31 ai rayé avant legèri
  • 32 libraire se lit sous librari
  • 33 podessen au-dessus d’une autre forme du même verbe, fortement raturée
  • 34 On lit rega
  • 35 à l’ rayé avant al
  • 36 Escoala rayé avant Escòla
  • 37 Char [gé ?] rayé avant Attaché
  • 38 sul rayé (deux fois ?) avant sus
  • 39 on lit totes los sous totas las (à moins que ce ne soit l’inverse, comme le suggère un peu plus loi (...)
  • 40 Cette dernière phrase en latin a été ajoutée, d’une écriture (stylo à bille ?) qui n’est pas celle (...)

81Jean Séguy / 8bis rue du Bac / Ablon (S & 0)
Du 16 septembre 1960
Jean Séguy Ablon, lo 16 de septembre 1960
8bis rue du Bac
ABLON (S & O)
Monsenhe lo Canontge
Vostra responsa a mas doas lettras / de junh e de julhet m’es arribada de matin. Vos ne / mercegi de tot còr. Soi pas acostumat a escriure en / Oc e pòdi pas dire que lo parli. Se voletz, lo coneissi / un pauc coma los professors de latin sabon la lènga / de Vergili. La legisson plan aisidament – de còps –, / mais [la] podrion19 pas même demandar « qu’es aquò ? » / en aquèl idiòma.
Mon nom de familha ditz bèn / mon « occitanitat » ; ça que là ai pas jamais vis- / cut en pais d’Oc. Del costat de mon paire, que demòra à Solhiac (Olt), ara que s’ès retirat, / sèm Carcinòls. Ai trobat dins los Arquius de / Caors que dels membres de nòstra familha abi- / tavon jà al20 municipi de Montclarat, rassis Cazals, avant la Revolucion de 1789. De fect, un / Joan21 Séguy èra22 nascut vers 1700 / dins la bòria que mon grand paire ié venguèt / al jorn. // [2]
Ben-lèu, al viejaire23 d’un vielh professor de Santa / Escriptura del Seminari de Caors qu’èra un afogat / amic dels Arquius e de la ricerca genealogica, los / de mon nom sarion originaris de24 l’encontrada de / Gordon. Sabi pas. Ça que là, me coneissi pas cap25 de le- / game amb lo Professor Joan Séguy de la Facul- / tat de las Lettras de Toloza26. Se non que ara qu’escrivi e publiqui iéu tanbèn, los bibliote- / caris e escrivaires de catalògs fan pas de dife- : rencias entre nos dos. Aquò’s un onor pèr me, / de segur. Mais los romanistas que seguisson lo / trabalh del Professor tolosenc devon27, de còps, / se demandar coma mai pòt28 faire ensèms29 de / la filologia occitana e de la sociologia de las / Religions.
Del costat de ma maire, èron del Olt e Garona. / Iéu soi nascut à Duras en 192530. Mais sèm partits en Algeria / qu’aviai sept ans. Lo pauc de lènga d’Oc que / sabi, me l’a ensenhat un professor intelligent – se ne tròba – qu’èra un felibre tolonenc. Amb / son ajuda legèri31 las òbras de Mistral, un / pauc d’Aubanel, etc… M’aviá bèn parlat, / aquel ome, d’una grafia occitana, mas pas gaire. / Sabi plus coma, un jorn, ai trobat mencion // [3] d’Antonin Perbòsc. Ben-lèu qualque jornal de la / Revolucion nacionala n’a parlat, pòdi pas dire. / Un bèl jorn, vers 1950, trobèri Lo Gòt Occitan / en cò d’un librari32 à Caors, estènt en vacanças. / Mais ai tròp pauc viscut en França pèr rescontrar / de gèns que podessen33 me parlar de l’Escòla Oc- / citana ò del Institut d’Estudis Occitans. Final- / ment, pèr endevènança, trobèri, l’an passat, / las adressas d’aquèlas doas organisacions. E / m’agrada plan, ara, de poder legir qualquas regas34 de lènga nòstra de temps en temps.
Fins al35 més de Junh, ensenhèri l’Englés / dins una Escòla36 catolica. Del més d’Octobre en- / lai soi Attaché37 de Recherche al C.N.R.S. Me / soi especialisat dins la Sociologia de las Religions, de / long tèmps e ai publicat una brocadura / sus38 los Montges Còptas, al Caire (Egipta), en / 1954. En 1956 pareiguèt mon libre sus Les Sectes Protestantes dans la France Contemporaine, Beauchesne, / 296 p. Escrivi dins los Archives de Soc. Des Rel. pu- / blicats pèr lo C. N. R. S. Ara trabalhi à mas / tèsis sus de subjectes curioses ( !) : 1/ Inhaci de Loyola / e Menno Simon – Ordre religiós catolic e secta protestanta – // [4] 2/ Los Mennonitas « Amisch » de los Estats-Units d’America. Coma vesetz, aquò’s bèn luenh de la Princessa / Lontana.
Mandatz me totas las39 entresenhas possiblas subre / l’Escòla ; los libres que publicatz ò avetz publicats.
De tot còr vòstre,
Jean Séguy
Quantum ad errores grammaticales, veniam / dico et absolutionem peto, si tamen fit / materia sufficem ! ! !40

82Essai de traduction en français :

83Votre réponse à mes deux lettres de juin et de juillet m’est parvenue ce matin. Je vous en remercie de tout cœur. Je n’ai pas l’habitude d’écrire en occitan et je ne peux pas dire que je le parle. Si vous voulez, je le connais un peu comme les professeurs de latin savent la langue de Virgile. Ils la lisent très facilement - parfois - mais ils ne pourraient même pas dire « Qu’est-ce que cela ? » dans cet idiome.
Mon nom de famille dit bien mon « occitanité » ; mais je n’ai pourtant jamais vécu en pays d’oc. Du côté de mon père, qui habite à Souillac (Lot) depuis qu’il a pris sa retraite, nous sommes du Quercy. J’ai trouvé aux Archives de Cahors que des membres de notre famille habitaient déjà la commune de Montclarat, près de Cazals, avant la Révolution de 1789. Et de fait, un Jean Séguy était né vers 1700 dans la ferme où vint au jour mon grand-père. Suivant l’opinion d’un vieux professeur d’Écriture sainte du Séminaire de Cahors qui fréquentait avec assiduité les Archives et s’intéressait à la généalogie, ceux qui portent mon nom seraient originaires de la région de Gourdon. Je ne sais. Mais je ne connais pas de lien avec le professeur Jean Séguy, de la Faculté des Lettres de Toulouse. Excepté le fait que, depuis que j’écris et publie moi aussi, les bibliothécaires et auteurs de catalogues ne font pas de différence entre nous deux. C’est à coup sûr un honneur pour moi. Mais les romanistes qui s’intéressent aux travaux du professeur toulousain doivent se demander comment il peut en même temps poursuivre des recherches en philologie occitane et en sociologie des religions.
Du côté de ma mère, nous sommes originaires du Lot-et-Garonne. Je suis moi-même né à Duras en 1925. Mais nous sommes partis en Algérie quand j’avais sept ans. Le peu de langue d’oc que je sais m’a été enseigné par un professeur intelligent - il y en a -, un félibre toulonnais. Avec son aide, j’ai lu les œuvres de Mistral, un peu d’Aubanel, etc. Cet homme m’avait bien parlé d’une graphie occitane mais pas davantage. Je ne sais pas comment, un jour, j’ai trouvé une mention d’Antonin Perbosc. Peut-être est-ce un journal de la Révolution nationale qui en a parlé, je ne peux le dire. Un beau jour, vers 1950, j’ai trouvé Lo Got occitan chez un libraire de Cahors, où je me trouvais en vacances. Mais j’ai trop peu vécu en France pour y rencontrer des gens susceptibles de me parler de l’École occitane ou de l’Institut d’études occitanes. Finalement, par hasard, j’ai trouvé l’année dernière les adresses de ces deux organismes. Et j’éprouve beaucoup de plaisir, aujourd’hui, à pouvoir lire quelques lignes de notre langue de temps en temps.
Jusqu’au mois de juin, j’ai enseigné l’anglais dans une école catholique. Depuis le mois d’octobre, je suis Attaché de recherche au CNRS. Je me suis spécialisé en sociologie des religions, il y a longtemps, et j’ai publié une brochure sur les Moines coptes au Caire (Égypte) en 1954. En 1956 a paru mon livre sur es Sectes Protestantes dans la France Contemporaine, Beauchesne, 296 p. J’écris dans les Archives de sociologie des religions, revue publiée par le CNRS. Je travaille actuellement à mes thèses sur des sujets curieux ( !) : 1. Ignace de Loyola et Menno Simon — ordre religieux catholique et secte protestante — ; 2. Les mennonites « Amisch » des États-Unis d’Amérique. Comme vous le voyez, cela est bien loin de la Princesse Lointaine.
Faites-moi parvenir toutes les informations possibles sur l’École [occitane], les livres que vous publiez ou que vous avez publiés.
De tout cœur vôtre, Jean Séguy.

  • Lettre 3 (1 p. ms, en français)

84Jean Séguy / 8bis Rue du Bac / Ablon (Seine & Oise)
Du 31 septembre 1960
« Monsieur »
J. S. vient de s’abonner à la revue Lo Gai Saber, suite au spécimen reçu (n° s 291-292). Il signale sa nouvelle adresse.
Signé « Jean Séguy / Attaché de Recherche au C.N.R.S. (Sociologie des Religions) »

  • Lettre 4 (1 p., dactyl., en occitan)

85Jean Séguy, / 8bis, Rue du Bac / Ablon (S & O)
Du 2 décembre 1960
« Monsenh lo Canonge »
J. S. demande à acheter un exemplaire de la « revirada del Novèl Testament, en Oc, pèr Juli Cubaynes […] M’agradariá, tanbèn, de reçaupre una lista de tots los libres qu’avetz publicats e que se pòdon enquèra crompar en çò vòstre. » [la traduction du Nouveau Testament, en occitan, par Jules Cubaynes (…) il me plairait de recevoir une liste de tous les livres que vous avez publiés]
Signé « Joan Séguy, Atacat de Recercas al C.N.R.S. »

  • Lettre 5 (1p. ms, en occitan)

86Jean Séguy / 45, Rue Henri Heine / Paris (16e)
Du 29 janvier 1961 [très certainement par erreur : 1960]
« Monsenh lo Canonge »
J. S. accuse réception de « vòstra lètra del 17 » et commande, outre le Novèl Testament, Ome de Dieu de Cubaynes ; Sanflorada de Poèmas, de Cayrou, Paraulas dins la nèit et Étude sur Fourès et choix de poèmes de Salvat. Il s’abonne au Gai Saber pour 1961.
« Anèri ièr à l’acampada dels Amics de la Lenga d’Oc de Paris. / Se parlava d’Estieu. Lo senhe Bonafós faguèt una charadissa e legiguèt qualques poèmas. Lo senhe Baïche, que coneissiai son nom per lo Gai Saber diguet qualques mots en lenga nostra. Parla fòrt, coma se dis ! » [Je suis allé hier à l’assemblée des Amis de la langue d’oc de Paris. On y parlait d’Estieu. Monsieur Bonafous a fait une conférence et lu quelques poèmes. Monsieur Baïche, dont je connaissais le nom par le Gai Saber, a dit quelques mots dans notre langue. Il parle fort, comme on dit !]
J. S. recherche Lo Gòt Occitan de Perbosc. « Es un libre que voldrai ben crompar se se pòd enquèra trobar. E benlèu enquèra un diccionari, se… » [C’est un livre que j’aimerais bien acheter s’il se trouve encore. Et aussi un dictionnaire, si…]
Signé « Jean Séguy »

  • Lettre 6 (1 p., ms, en occitan)

8745 R. Henri Heine / Paris (16e)
Du 17 mars 1961
« Monsenh lo Canonge »
J. S. remercie « de vòstra letra del 15 » [de votre lettre du 15]. Il a aussi acheté « las òbras d’Estieu, en cò de son filh l’estampaire de Castelnòu-dàri » [les œuvres d’Estieu, chez son fils, l’imprimeur de Castelnaudary]. Et encore Lo Gòt occitan et « los dos Libres dels Auzèls » à « Sainte-Marie, lo libraire de Moissac » d’Antonin Perbosc.
Signé « Joan Séguy »

  • Lettre 7 (1 p., en occitan, dactyl.)

88Jean Séguy / 45, Rue H. Heine / Paris. 16e.
Du 8 mai 1962
En exergue : « Lanquand li jorns son lonhs en mai… », citation d’un vers fameux du troubadour Jaufré Rudel.
« Monsenh lo Canontge »
« Foguèt un grand plaser de vos rencontrar e de vos escotar parlar als Amics de la lenga d’Oc. Mai que mai de vos véser tant amistos pèr un escolan sèns merite. » [Ce fut un grand plaisir de vous rencontrer et de vous écojter pour un écolier sans mérite]
J. S. recherche un livre « en francés » sur le poète toulousainVestrepain. « Legiguèri darnièrament sas espigas e i trobèri força causas que / serián utilas à un estudi de la mentalitat e del sentit obrièr per-/tocant à la relegion dins la seconda metat del sègle passat. Coma / aquò es una question que m’interessa e qu’interessa tanben / de collègas de mon grop de sociologia de las relegions al C.N.R.S., n’ai parlat e un de mos amics francimands voldriá ben ne saber un pauc mai. » [J’ai lu dernièrement ses « épis » et j’y ai trouvé beaucoup de choses qui seraient utiles pour une étude de la mentalité et du ressenti des ouvriers à propos de la religion dans la seconde moitié du siècle dernier. Comme c’est une question qui m’intéresse et qui intéresse aussi des collègues de mon groupe de sociologie des religions du CNRS, j’en ai parlé à l’un de mes amis français qui voudrait bien en savoir un peu plus.]
Signé « Jean Séguy »

  • Lettre 8 (1 p., en occitan, ms)

89Jean Séguy / 45, Rue Henri Heine / Paris – 16e
Du 15 septembre 1962
« Mon car Canontge »
« Fau una enquista sus l’ensenhament de l’occitan dins las escòlas per una conferéncia al grop parisenc de l’I.E.O. » [Je fais une enquête sur l’enseignement de l’occitan à l’école pour une conférence au groupe parisien de l’Institut d’études occitanes]. J. S. cherche à savoir ce qui se passe dans les établissements catholiques et au Collège d’Occitanie. Demande une réponse avant le 15 octobre.
Signé « Joan Séguy »

  • Lettre 9 (1 p., en occitan, ms.)

90Jean Séguy / 45, rue Henri Heine / Paris. 16e.
Du 26 janvier 1963
« Car canontge »
J. S. et son correpondant se sont rencontrés à la vente des écrivains catholiques. L’enquête sur l’enseignement mentionnée précédemment doit être publiée dans les Cahiers pédagogiques de l’IEO. Il redemande des chiffres concernant le Collège et annonce une conférence sur le chanoine Jules Cubaynes « a l’estagi de l’I.E.O. de l’estiu que ven » [au stage de l’Institut d’études occitanes de l’été prochain].
Signé « Jean Séguy »

  • Lettre 10 (1 p., en occitan, ms)

9145, Rue Henri Heine / Paris – 16e
Du 2 avril 1963
« Car Canontge »
Le chanoine Cubaynes, en vue de la préparation de la conférence annoncée pour l’été au stage de l’IEO, lui a envoyé des notes sur ses œuvres. « Solament coneissi pas d’el / son que sa revirada del Novèl Testament e son Ome de Dieu. Podètz me mandar lèu tot çò qu’avètz d’el… » [Mais je ne connais de lui que sa traduction du Nouveau Testament et son (recueil de poèmes) Homme de Dieu. Vous pouvez m’envoyer sans tarder tout ce que vous avez de lui]
Signé « JoanB. Séguy »

  • Lettre 11 (2 p., en occitan, ms)

9245, Rue Henri Heine / Paris – 16e
Du 23 avril 1963
« Car Canonge »
J. S. remercie Salvat pour la lettre du 16, qu’il a trouvée retour d’Angleterre. L’enquête sur l’enseignement est terminée. Il demande à recevoir Las Georgicas, le Libre de Tobias e les Evangelis. « Pòdi pas me pagar la Terra e l’Ostal al prètz que disètz ». Développement sur l’absence de Cubaynes dans l’anthologie d’A.-P. Lafont. « Cal reconèisse que lo Canonge es un pauc en defòra del corrent contemporan. Aquò’s çò que decidiguèt Dòna Lafont a lo daissar de caire. Empacha pas ela e son òme de téne Cubaynes en granda estima. Una Antologia es totjorn per fòrça injusta de qualque biais. Lo Roqueta (Joan) li consacra qualquas règas dins son Que sais-je. » [Je ne peux pas me payer La Terra e l’Ostal au prix que vous m’indiquez (…) Il faut reconnaître que le chanoine est un peu en dehors du courant contemporain. C’est ce qui a décidé Mme Lafont à le laisser de côté. Cela ne l’empêche pas, elle comme son mari, de tenir Cubaynes en grande estime. Una Anthologie est toujours forcément injuste d’une façon ou d’une autre. Rouquette (Jean) lui consacre quelques lignes dans son Que sais-je ?]
« Devi faire un<a> autra charradissa sul Denis Saurat. En enquèra un poeta religios, mas es pas la meteissa religion ! »
J. S. évoque en PS le temps passé au ministère de l’Éducation « per preparar lo camin a una novèla lèi en favor de l’occitan. Alavètz, m’es pas possible de consacrar fòrça temps a sonhar ma lenga… escricha ! » [pour préparer la voie à une nouvelle loi en faveur de l’occitan. Pour cela, il ne m’est pas possible de consacrer beaucoup de temps à soigner ma langue… écrite !]
Signé « JoanB. Séguy »

  • Lettre 12 (1 p., en occitan, ms)

9345, Rue Henri Heine / Paris – 16e

94Du 14 mai 1963
« Car Canonge »
Retour d’Alsace. « Los “Bordons biblics” d’Estieu valon pas grand causa, a mon idèa, levat lo costat ‘rigor formala’ qu’es, el, perfièch. Om i sentis pas una experiéncia religiosa fòrça fonsa. » [Les Vers bibliques d’Estieu ne valent pas grand chose, à mon sens, excepté le côté « rigueur formelle » qui est lui, parfait. On n’y sent pas une expérience religieuse très profonde]
J. S. poursuit sa correspondance avec Cubaynes. Il signale sa contributions en occitan dans les n° s 223 et 225 de OC (Cronica d’Istòria Religiosa). Et il en annonce une autre pour le n° 226. « Vesètz, o fau perqué dona una escasença d’exprimir en lenga nòstra d’ideas e de tocar a de domènis que nòstras publicacions ne parlon pas gaire. E per iéu es un mejan de m’esforçar de pensar nostres problèmas religioses. Mas vesètz tanben que me dona fòrça mal. Mon occitan li desfauta naturalament un andament natural, d’abòrd que, coma vos o diguèri un còp me soi après la lenga dins de libres e pòdi la parlar son que rarament. Alavètz val benlèu melhor de pas me forçar de tròp. » Propose de parler [dans GS] de Sola Deitas de Jean Larzac « una òbra de remarca ». [Voyez-vous, je fais cela parce que ça donne l’occasion d’exprimer dans notre langue des idées et de toucher à des domaines dont nos publications ne parlent guère. C’est pour moi un moyen de m’efforcer de penser nos problèmes religieux. Mais vous constatez aussi que cela me donne beaucoup de mal. Mon occitan manque naturellement d’un tour naturel, puisque, comme je vous l’ai dit un jour, j’ai appris la langue dans les livres et ne peux la parler que rarement. Il vaut sans doute mieux, pour cette raison, que je ne me force pas trop]
Signé « JoanB. Séguy / (Signi atal mos articles en òc, per encausa de l’autre J. S. !) [Je signe ainsi mes articles en occitan, à cause de l’autre Jean Séguy !] »

  • Lettre 13 (2 p., en occitan, ms)

95Joan B. Séguy / 31bis, Rue de Sèvres / Boulogne/Seine
Du 13 janvier 1964
« Car Canonge »
« Lo temps fug coma o sabètz. Lo còp que sètz passat a París podiái pas me trobar liure per vos saludar » [aux Amis de la langue d’oc] [Le temps s’enfuit, comme vous savez. Quand vous êtes passé à Paris, je ne pouvais pas me libérer pour vous saluer]
J. S. n’a plus aucune nouvelle de l’enquête sur l’enseignement que devaient publier les Cahiers pédagogiques de l’Institut d’études occitanes (IEO). Lo Gai Saber la prendrait-elle ? « Es un pauc pèc de pas la publicar lèu » [Il est un peu stupide de ne pas la publier rapidement]. J. S. évoque la possibilité d’organiser « una messa occitana mesadièra » [une messe occitane chaque mois] à Paris.

  • Lettre 14 (2 p., en occitan, ms)

9631 bis Rue de Sèvres / Boulogne/Seine
[Sur papier à entête des Archives de Sociologie des Religions]
Du 2 février 1964
« Car Canonge »
J. S. n’a toujours aucune nouvelle de l’IEO pour l’enquête sur l’enseignement.
« Çai jontas 2 paginas. Dessús quicòm. Gausi pas dire qu’aquò’s de poesia ! Sètz lo primièr que lo vesètz. Se ne volètz, tornatz me las, e las picarai. Lo temps que fug me desfauta de tròp per qu’o fasqui sens èstre segur que servirá. » (…) « Ai gaireben acabat un article sus Cubaynes que m’an demandat per Oc. N’ai pas parlat al canonge ! » [Ci-joint deux pages. Sur quelque chose. Je n’ose pas dire que c’est de la poésie ! Vous êtes le premier à le voir. Si vous en voulez,renvoyez moi ces pages, je les dactylographierai. Le temps qui s’enfuit m’est trop précieux pour que je fasse cela sans être certain que ce sera utile (…) J’ai presque terminé un article sur Cubaynes que l’on m’a demandé pour la revue Oc. Je n’en ai pas parlé au chanoine !]
Signé « JoanB. Séguy »

  • Lettre 15 (1 p., en occitan, ms)

97Du 10 février 1964
« Del mai i pensi, del mai me demandi s’aquò’s bon. Se vòstre “conselh poetic” es pas favorable, me macará pas, o podètz creire. » [Plus j’y pense, plus je me demande ci ces poèmes sont bons. Si votre « conseil poétique » n’est pas favorable, cela ne me blessera pas, vous pouvez le croire]
[Sous la signature] « grafia estrictament de l’I.E.O. / Se vos convèn pas, cambiatz / fuòc en fiòc / etc… » [graphie strictement de l’Institut d’études occitanes. Si elle ne vous convient pas, changez fuòc en fiòc, etc.]
Signé « JoanB. Séguy »

  • Lettre 16 (1 p., en occitan, ms)

9831bis Rue de Sèvres / Boulogne/Seine
Du 28 avril 1964
« Car canonge »
« Lo n° del Gai Saber amb mon primièr “poèma” publicat m’arribèt fa qualques jorns, e recèbi / uèi vòstre mandadís especial de 3 exemplaris […] Me desagradariá solament / que de publicar aquel mieu poèma foguès considerat / coma pauc onorable pel Gai Saber. Vos mandèri çò / qu’aviái fach de melhor, es tot dire ! Ara n’ai que son de segur mens malbiaisuts. Mas dins un genre siague / Apollinaire (Guilhem !), dins la forma, siague plan personal. / N’i a de profanes e de religiós. N’ai mostrats qualques / uns a Robèrt Lafont que los a passats (3) a Ives Roqueta per los publicar dins Oc, mas sabi pas quora. Veirètz e / s’aquò vos ditz quicòm podrètz totjorn me ne demandar. / Pr’aquò me desfauta enquèra la consciéncia d’èstre / un poèta. Demandatz a Dieu de m’aparar d’aquel / costat, perqué compreni que val mai pas se prene / tròp al seriós aquí dedins ! » [Le numéro de Gai Saber avec mon premier « poème » publié m’est parvenu il y a quelques jours, et je reçois aujourd’hui votre envoi spécial de trois exemplaires (…) Il me déplairait cependant que publier ce poème de moi fût considéré comme peu honorable pour la revue. Je vous ai envoyé ce que j’avais fait de meilleur, c’est tout dire ! J’en ai qui sont à coup sûr moins maladroits. Mais dans un genre qui, pour la forme, fait penser à Apollinaire (Guillaume !), ou m’est très personnel. Il y en a de profanes et d’autres religieux. J’en ai montré quelques-uns à Robert Lafont qui les a transmis à Yves Rouquette pour publication dans Oc, mais je ne sais pas quand cela se fera. Vous verrez, et si cela vous convient, vous pourrez toujours m’en demander. Cependant me fait encore défaut la conscience d’être un poète. Demandez à Dieu de me préserver à cet égard, car je comprends qu’il vaut mieux ne pas se prendre trop au sérieux en ce domaine !]
J. S. annonce en PS la parution du numéro « religiós » de la nouvelle série des Annals de l’IEO.
[Ajouté à gauche de la page, verticalement :] « Lo Cristian Anatòli ven passar qualques jorns a mon ostal / a començar de dijòus » [Christian Anatole vient passer quelques jours chez moi à partir de ce jeudi]
Signé « JoanB. Séguy »

  • Lettre 17 (1 p., en occitan, ms)

99JeanB. Séguy 31bis Rue de Sèvres 92 Boulogne/S
[Sur papier à entête du Groupe de Sociologie des Religions du Centre d’Études des Religions du CNRS]
Du 11 novembre 1966
« Car sénher Canonge / E amic » [Monsieur le chanoine, et ami]
J. S. annonce l’envoi d’un questionnaire concernant l’enseignement de l’occitan. « Contunham, coma vesètz » [Comme vous voyez, nous continuons]
Signé « JoanB. Séguy »

Haut de page

Notes

1 Cet article forme un tryptique avec deux autres études qui en constituent les compléments : « Sur la poésie religieuse (en occitan) : de Jean-Baptiste Séguy à Robert Lafont (1964) », Revue des langues romanes, CXXII, n° 2, 2018, p. 339-352 ; « Jean Séguy poète en occitan : Joan-Ba(p)tista Seguin, Aiga de Nil (1966) et Poëmas del non (1969). La ferveur d’un ton distancié », Actes de la journée d’étude consacrée à la collection poétique « Messatges »de l’Institut d’études occitanes, 1945-1960, Montpellier, ReDoc-LLACS, Université Paul Valéry, 27 janvier 2018, http://www.occitanica.eu/omeka/items/show/19163

2 Celui qui signait ses travaux de sociologie religieuse Jean Séguy se fit connaître en tant qu’occitaniste comme Jean-Baptiste Séguy (Joan-Baptista Seguy/Seguin), essentiellement pour ne pas être confondu avec Jean Séguy (1914-1973), éminent linguiste toulousain qui fut notamment le promoteur de l’Atlas linguistique de la Gascogne (voir Hommage à Jean Séguy, 2 volumes, Annales de l'Université de Toulouse-Le Mirail, nouvelle série, t. 14, 1978. Dans sa lettre autobiographique à Joseph Salvat, la question de cette homonymie, certes flatteuse mais source de confusions, est soulevée par Jean-Baptiste Séguy.

3 Certaines des informations auxquelles je fais référence sont issues de la lettre « autobiographique », datée du 16 septembre 1960, que Séguy écrivit au chanoine Joseph Salvat pour se présenter à lui. On trouvera en annexe le texte de cette lettre. D’autres proviennent de son dossier de candidature au poste de Maître de recherche au CNRS (1969), dans lequel il avait retracé son itinéraire intellectuel. Pour plus de détails, je renvoie à la retranscription du cours que Sébastien Fath a consacré à Jean Séguy (Paris, EHESS) : il y dresse un portrait à la fois circonstancié et très fin de l’homme et du chercheur, accompagné de nombreux extraits d’entretiens dans lesquels Séguy revient sur certains moments importants de son existence. Du même auteur, demeurent très précieuses les lignes qu’il écrivit au moment de la disparition de Séguy (voir le Blog de Sébastien Fath http://blogdesebastienfath.hautetfort.com/archive/2007/11/22/deces-de-jean-seguy-1925-2007.html. On lira également, dans le numéro annonçant sa disparition des Archives des sciences sociales des religions (auparavant Archives de sociologie des religions), dont Séguy assura la rédaction en chef entre 1981 et 1988, les deux contributions complémentaires de Danièle Hervieu-Léger et Jacques Maître.

4 Le Collège d’Occitanie, dont l’Escòla, d’obédience proprement félibréenne, fut en quelque sorte, à sa création, la marraine, avait été créé à Castelnaudary en 1927 par Salvat et le poète Prosper Estieu. Salvat en demeura le principal animateur jusqu’à sa mort en 1972.

5 On note, pour se limiter à sa seule bibliographie occitane, que Séguy à plusieurs reprises, propose dans les revues d’oc des recensions d’ouvrages scientifiques allemands dont il devait juger intéressant d’en faire connaitre directement le contenu à des lecteurs attachés à la matière occitane sans passer par la médiation du français.

6 Dans son dossier de candidature à un poste de Maître de recherche au CNRS (1969), Séguy souligne l’existence d’une petite équipe au sein de laquelle il mène ses recherches dans ce domaine (sont explicitement mentionnés les noms de plusieurs universitaires dont le domaine d’oc constitue la spécialité : Christian Anatole, Jacques Boisgontier, Robert Lafont).

7 On lira sur ces polémiques et leur intérêt épistémologique l’étude très documentée de l’anthropologue Daniel Fabre, disciple de Nelli et lecteur de Séguy, « L’affaire de L’érotique des troubadours. René Nelli anthropologue de l’amour provençal », in Daniel Fabre et Jean-Pierre Piniès (dir.), René Nelli ou la poésie des carrefours, Carcassonne, Garae Hésiode, 2016, p. 315-401. Séguy avait rendu compte, et Daniel Fabre y fait référence, de cet ouvrage majeur de Nelli dans les Archives de sociologie des religions dès sa parution, en 1963, chez l’éditeur toulousain Privat.

8 Séguy, dans tous ses domaines d’activité, fut un recenseur abondant et subtil, toujours attentif à ce qui paraissait et faisant preuve d’une curiosité de bon aloi. En domaine occitan, ce sont les auteurs de sa région d’origine, le Quercy, qui attirèrent d’abord son attention, pour des raisons bien compréhensibles. Mais pas seulement : il s’intéresse à son voisin Jules Cubaynes, assurément, et aussi à l’auteur de la pièce cadurcienne Scatabronda (fin du XVIIe siècle), éditée par Yves-Pierre Malbec et située dans son contexte par l’historien Patrick Ferté, mais aussi aux psaumes du Béarnais Arnaud de Salette (XVIe siècle), et encore à ses contemporains (René Nelli, on y reviendra, et d’autres).

9 Jules Cubaynes était né à Lalbenque en 1894. Il décéda à Cahors en 1975. Son œuvre occitane, d’inspiration religieuse, a marqué son temps.

10 Séguy s’est également intéressé aux écrits et à l’itinéraire d’un autre prêtre quercynois du diocèse de Cahors, Sylvain Toulze (1911-1996), dont la carrière fut sur plus d’un point parallèle à celle de Cubaynes (curé de village, majoral du Félibrige, mainteneur de l’Académie des Jeux floraux toulousaine, responsable de l’Escòla occitana, etc.). On trouve des notes à son sujet jointes aux courriers qu’il envoyait à Robert Lafont dans les années 1960-1970.

11 L’étude de Séguy est suivie d’un inédit de Cubaynes, « Endemans de Nadal », tiré d’un ensemble intitulé Dins la claror de Dieu (ce recueil fut publié en 1973).

12 Esprit, n° 5, 1962, p. 756-766 [p. 767-768, « Extrait d'un Chemin de Croix à paraître aux éditions de l'Institut d'études occitanes » : « Aquí mai Siás tombat », en occitan puis en français ; l'article est suivi de l'exposé des motifs, par le député Jean Le Duc, d'un « projet de loi sur les langues régionales », du 25 avril 1961, p. 770-773. Sur la page de couverture, cet article de Jean Larzac est intitulé « La poésie occitane »].

13 L’exclusion de l’IEO d’Ismaël Girard, directeur de la revue, qui en conserva la propriété. Le numéro, déjà composé, à paraître fut donc imprimé avec une nouvelle couverture, mais la distribution des contenus et la présentation étaient en tous points identiques à celles d’ÒC. C’est dans ce même numéro que Séguy publia son étude sur Cubaynes dont il a été question plus haut.

14 Citation d’Edmond Brua (1901-1977), journaliste natif d’Algérie connu en particulier pour avoir publié en 1942 à Alger La parodie du Cid. Farce algérienne en 4 actes et en vers, Collection du Cactus. Cette farce, souvent imprimée, est une réécriture en parler pied noir (ou pataouète) de la pièce de Corneille.

15 [Nancy, lundi 6 avril 1964. Café Excelsior, en attendant le train pour Schirmek, Bas-Rhin].

16 Je conserve la graphie des textes occitans cités. [Folklore ? Musée ? Vérité ou rêve ?/ Je n’avais que quinze ans./ Moitié « pied noir »,/ moitié occitan./ Et le soleil nous éclairait/ avant de s’obscurcir]

17 Que ces poèmes figurent en tête de cette livraison de la revue du Collège d’Occitanie, alors dirigée par le chanoine Ernest Nègre, n’est probablement pas un hasard : la rédaction a mis en exergue ces poèmes d’un auteur discret qui s’est malgré tout imposé, en quelques années, comme une voix occitane singulière, y compris dans le champ de la « poésie religieuse », une notion que Séguy, comme d’autres (Yves Rouquette par exemple) n’estimait pas particulièrement pertinente.

18 [Et l’aube est si lointaine]. Il faut sans doute lire luònta. Le texte de ces poèmes semble à plusieurs reprises incertain. Seul l’examen d’éventuels manuscrits aiderait à lever les doutes qu’il peut soulever.

19 la rayé avant podrion

20 del ( ?) rayé et remplacé par al avant municipi

21 Un mot raturé, illisible, avant Joan

22 Une lettre raturée avant èra

23 Le second i de vieijaire a été rayé

24 del rayé avant de

25 cap ajouté au-dessus de la ligne

26 À gauche en marge, d’une plus petite écriture : m’es capitatat [pour capitat ?) un / jorn a Londras que / lo prof. de Roman de / l’Univ., Nandris, m’a / prés pèr lo prof. J. S.

27 Le v de devon a remplacé un b

28 Le t de pòt a remplacé un d

29 On lit ensiems

30 en 1925 ajouté au-dessus de la ligne

31 ai rayé avant legèri

32 libraire se lit sous librari

33 podessen au-dessus d’une autre forme du même verbe, fortement raturée

34 On lit rega

35 à l’ rayé avant al

36 Escoala rayé avant Escòla

37 Char [gé ?] rayé avant Attaché

38 sul rayé (deux fois ?) avant sus

39 on lit totes los sous totas las (à moins que ce ne soit l’inverse, comme le suggère un peu plus loin possiblas, qui peut également être lu possibles)

40 Cette dernière phrase en latin a été ajoutée, d’une écriture (stylo à bille ?) qui n’est pas celle (stylo à plume) de la lettre elle-même (mais appartient à Séguy sans aucun doute), sous la signature.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Dédicace par Séguy de ses Poëmas del non à son compatriote quercynois le chanoine Jules Cubaynes, traducteur des Psaumes en occitan (coll. part.)
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/3041/img-1.png
Fichier image/png, 1,6M
Légende Couverture du premier recueil de Jean Séguy, Aiga de Nil (1966)
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/3041/img-2.png
Fichier image/png, 4,7M
Légende Manuscrit autographe du début de l'ensemble poétique Torisme en Carcin, publié dans la revue Viure puis dans le recueil Poëmas del non (coll. part.)
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/3041/img-3.png
Fichier image/png, 9,8M
Légende Début du "témoignage" publié dans le numéro 13 de la revue Viure (daté du 1er août 1968) sur "la révolution de mai rue Thouin", où Séguy habitait alors, non loin du Panthéon.
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/3041/img-4.png
Fichier image/png, 6,1M
Légende Article publié dans La Dépêche du Midi (fin 1970; Béziers, CIRDOC)
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/3041/img-5.png
Fichier image/png, 637k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Gardy, « Un sociologue des religions en occitanisme, Jean (-Baptiste) Séguy », Lengas [En ligne], 85 | 2019, mis en ligne le 22 mai 2019, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lengas/3041 ; DOI : 10.4000/lengas.3041

Haut de page

Auteur

Philippe Gardy

CNRS/ Université Paul Valéry, Montpellier

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals