Navigation – Plan du site

La fin des derniers cathares ou le retour de Bélibaste

Christiane Amiel

Texte intégral

1En 1955, Fernand Niel répondait par la négative à la question fréquemment posée de « savoir s'il existe encore, de nos jours, des descendants des anciens cathares », et il insistait sur le caractère peu fiable des témoignages en faveur d'une survivance de la croyance : « Les quelques propos soi-disant recueillis auprès de certains paysans de l'Aude ou de l'Ariège, demeurent sans consistance et s'évanouissent à la suite d'enquête sérieuses » (Niel 1955, 123). En 1990, Lucienne Julien, écrivait à son tour :

À l'aube du xxie siècle, le catharisme existe-t-il encore ? Oui ! disent quelques « illuminés » qui s'abstiennent de toute nourriture animale et qui ne boivent point de vin ; ils affirment être cathares bien qu'ignorants de la doctrine des bonhommes et, en toute modestie, se proclament même parfaits. Le catharisme est un fait social et philosophique propre au monde médiéval ; la chute de Montségur en 1244 a marqué la fin de l'Église organisée et, actuellement, il n'existe ni chapelle, ni secte cathare (Julien 1990, 187).

En 1996 Suzanne Nelli récidivait :

Il n'y a plus de cathares après la première moitié du xive siècle. Le catharisme a été anéanti par l'Inquisition romaine qui a éliminé toute la hiérarchie de l'Église cathare : sans ministre pour transmettre le consolament d'ordination, le catharisme n'a pu survivre (Nelli 1996, 16).

2Si, en l'espace de quarante ans, ces trois auteurs ont été ainsi amenés à se répéter c'est que le mythe du dernier cathare, descendant direct ou héritier spirituel, quand ce n'est pas réincarnation d'un ancien croyant, est un phénomène récurrent tout au long du xxe siècle. Surgi d'abord dans la littérature, ce thème a très rapidement investi le champ du réel et l'expression a été utilisée pour désigner des personnages contemporains perçus autant comme des réminiscences d'un lointain passé que comme des annonciateurs d'un renouveau de la doctrine. Le premier dernier cathare apparaît dans la seconde moitié du xixe siècle, dans la monumentale Histoire des Albigeois de Napoléon Peyrat. La parution de cet ouvrage, qui, dans un grand souffle romantique, développe une critique sévère de l'Église catholique et une défense exaltée de la patrie romane martyre, a été le point de départ de la redécouverte et du succès moderne du catharisme. À sa suite, les félibres rouges languedociens vont utiliser le drame de la Croisade pour vanter les qualités de la civilisation du Sud face à la barbarie des barons du Nord (Albaret/Audouy 1998, 35-48). En 1888, par exemple, Auguste Fourès publie un recueil de poèmes, Les Grilhs, qui lui vaut d'être qualifié de « dernier albigeois » dans le compte rendu de La Revue Bleue (10 mars 1883, n303). En 1896, Prosper Estieu, Arthur Caussou et Jean Gadrat fondent une revue littéraire en langue d'oc et lui donnent pour titre Mount-Ségur. La résistance cathare va servir d'emblème à la lutte des Occitans contre l'envahisseur français jusque dans les années 1970 et même au-delà. La figure mythique du dernier cathare ouvre les portes d'un paradis perdu, celui de l'ancienne Occitanie, terre de liberté et de tolérance.

3En 1966, un siècle après l'Histoire des Albigeois, un film, Les Cathares de Stellio Lorenzi, est diffusé à la télévision. Cette fois-ci, c'est le grand public qui découvre le drame de la Croisade. L'émission provoque des remous dans toute la France mais, c'est bien sûr, dans le Midi que l'impact est le plus fort et que les cathares deviennent un emblème, tangible et sensible, de l'identité collective et de la résistance à Paris. Tout ce qui est dissident, contestataire, révolté, minoritaire va maintenant être qualifié de « cathare ». Ainsi le chanteur occitan, Claude Marti, est-il un « chantre cathare ». Ainsi les viticulteurs, qui manifestent contre la mévente du vin et s'affrontent violemment aux C.R.S., sont-il des héritiers des cathares, défenseurs, comme eux, d'une civilisation vouée à disparaître. Une preuve à contrario de la force de ce topique nous est fournie par un commentaire de Patrick Cabanel : « Le dernier des cathares est le titre d'un roman d'André Sernin (Éditions de Montligeon 1970, puis Éditions de l'Amitié-G.T. Rageot, 1974) qui est en fait un témoignage sur les néo-ruraux des Causses et des Cévennes après 1968 ! » (Cabanel 1995, 173, note 5). Le récit raconte pourtant l'histoire du dernier membre d'une famille albigeoise exilée dans les Cévennes. Il semble que Patrick Cabanel, abusé par une coïncidence de marqueurs — l'après-68, une région chère aux néo-ruraux, le statut de nouveau paysan du héros — n'ait pas lu le livre en entier, convaincu que ce « dernier des cathares » ne pouvait être qu'un personnage issu des mouvements contestataires de l'époque.

4Pour autant, il ne faut pas croire que le catharisme n'a été investi que par des tensions politiques et sociales. Il est aussi devenu très vite un lieu intellectuel mythique, habité par une pluralité d'intérêts et d'approches. Il faut, en fait, parler de dualité et de partage entre deux mouvements essentiels, avec parfois des zones et des moments d'interpénétration. Le premier, que nous venons de voir, est celui d'une utilisation à des fins revendicatives. Le second s'articule autour de qu'on peut appeler une « métaphysique » et regroupe une myriade de disciplines touchant à l'histoire, aux sciences religieuses, à la philosophie, à l'occultisme et à l'ésotérisme. De nombreux écrivains, chercheurs et romanciers, ont fait du catharisme un objet d'étude et un sujet de réflexion ontologique. D'autres se sont mis en quête du précieux trésor cathare, qui aurait été dissimulé avant la chute de Montségur et qui, selon certains, ne serait autre que le Graal.

5La mythologie du catharisme a donné lieu ces dernières années à la publication de deux colloques, Montségur, la mémoire et la rumeur 1244-1994 et Le catharisme : l'édifice imaginaire. Le thème des derniers cathares y apparaît de façon anecdotique à propos du personnage de Ferrocas vraisemblablement né de l'imagination de Napoléon Peyrat, et par lequel nous allons entamer notre tour d'horizon des derniers cathares des temps modernes.

1 Ferrocas, le dernier cathare de Montségur

6À la fin de l'Histoire des Albigeois, lorsqu'il raconte, en épilogue, le pèlerinage qu'il fit, dans les années 1860, à Montségur, Napoléon Peyrat consacre vingt-et-une lignes à Ferrocas. Patrick Cabanel remarque :

C'est bien peu, et c'est assez pour avoir fait de Ferrocas une des figures emblématiques de la passion et de la fidélité cathares : un personnage de second plan, certes, loin derrière Guilhabert de Castres ou Esclarmonde de Foix, mais peut-être aussi le « dernier des cathares », métempsycose de quelque parfait du xiiie siècle (Cabanel 1995, 172).

Sur le chemin du château, Napoléon Peyrat passe devant une tombe que son guide lui dit être celle de Ferrocas :

Un vieillard sceptique, un philosophe des bois. On ne le voyait jamais à la messe, jamais au confessionnal. Il prétendait que la religion du prêtre était autre que la religion du Christ et que la religion de Dieu. Le curé l'admonesta plusieurs fois ; il le dénonça publiquement du haut de la chaire ; il le menaça de l'enfer. Rien ne put ébranler le vieillard. Le curé résolut de faire un grand exemple, et défendit qu'on portât son corps à l'Église ni au cimetière. Il le fit enterrer sur la voie publique comme un chien. On lui creusa sa fosse ici sous une grande aubépine. Ce fut son monument funèbre (Peyrat 1873, t. 3, 431-432).

7Par ce personnage moderne, Napoléon Peyrat donne chair à un passé qui était complètement oublié. Dans son Histoire des Pasteurs du Désert, publiée en 1842, il n'a pas eu besoin d'évoquer la figure d'un dernier puisque les Cévennes vibraient encore du souvenir de la guerre des Camisards, au xvie et xviie siècle. Mais en Languedoc, la mémoire du catharisme était éteinte et c'est l'ouvrage même de Napoléon Peyrat qui va la réveiller et la revitaliser. Sans Ferrocas, l'Histoire des Albigeois serait un simple récit du passé ; avec lui, elle s'ancre dans la réalité contemporaine et rentre dans le domaine du sensible. Du même coup, le catharisme acquiert valeur de lutte emblématique et Ferrocas accède au statut de héros historique. C'est ainsi que Maurice Magre peut commenter : « Ferrocas était sans doute le dernier Albigeois, un Albigeois qui devait porter à demi consciemment en lui les restes de la doctrine pour laquelle étaient morts ses pères » (Magre 1930, 111).

8En 1952 Ferrocas réapparaît dans Le Secret de Mont-Ségur dont l'action se déroule en 1870 et a pour personnages principaux Napoléon Peyrat et Colombe, dernière héritière d'une noble famille d'ascendance cathare. Le roman est construit sur la découverte d'un double manuscrit, les lettres envoyées par Napoléon Peyrat à sa femme et le journal écrit par Colombe à la même époque. « Eugénie, Eugénie, il existe encore des cathares à Mont-Ségur ! Quelle révélation ! » (Escholier/Gardelle 1952, 100), s'exclame Napoléon Peyrat, avant de rencontrer Ferrocas, réincarnation d'un ancien combattant du siège de Montségur : « Ce qui frappe, à première vue, c'est son aspect presque immatériel. Ses vêtements noirs flottent comme s'il y avait de l'air à la place de son corps, ses longues mains pâles sont belles à leur manière » (id., 109).

9En 1980 la revue Folklore s'interroge sur la réalité de l'existence de ce Ferrocas dont la légende occupe une grande place dans le folklore du village et dont on montre aux touristes la tombe ornée aujourd'hui d'une croix de fer. Robert Conte est chargé de faire le point :

Comme il n'existe, dans les archives municipales d'état civil de Montségur, aucune trace de l'existence de Ferrocas, on pourrait être tenté de croire qu'il s'agit là d'un personnage mythique.

10Mais, poursuit-il, « plusieurs personnes dignes de foi, ayant vécu au xixe siècle ont témoigné de l'existence de Ferrocas ». Il reconstitue donc ce qu'il appelle sa « biographie possible » tout en en signalant les principales lacunes : Ferrocas (Ferre-chiens) est un sobriquet, son nom légal est inconnu. Sa date de naissance est également inconnue, ainsi que celle de son décès qui est, dit-il, à situer entre 1850 et 1870. Mais dès que l'on quitte le domaine du vérifiable, la mémoire populaire est très prolixe et trace les grandes lignes de la vie exemplaire d'un hérétique du xixe siècle :

« Parvenu à l'âge où l'on cherche sa voie, Ferrocas résolut de devenir forgeron maréchal-ferrant. Au cours de son tour de France, qu'il accomplit comme compagnon, il perfectionna son instruction qui était très rudimentaire ; il se passionna surtout pour l'histoire de son pays natal, quand il eut pris connaissance des péripéties de la Croisade contre les Albigeois et de l'épisode célèbre du bûcher de Montségur. De son tour de France, il avait rapporté des idées jugées subversives par les autorités locales de son village. À l'auberge, il déclarait publiquement « qu'il était cathare, et qu'il n'avait pas besoin de l'entremise du curé pour communiquer avec Dieu... » Le curé, à qui ces paroles furent rapportées, menaça Ferrocas d'excommunication, pour avoir tenu publiquement des propos hérétiques. Le dimanche suivant, Ferrocas se rendit à la grand-messe et prit place à la tribune réservée aux hommes, sous les regards intrigués des paroissiens. Soudain il se mit à chanter des chansons profanes et à insulter le prêtre pendant qu'il officiait. Pour faire cesser ce scandale sans précédent, des fidèles intervinrent et expulsèrent Ferrocas hors de l'église. L'émotion fut si grande que le maire fit dresser procès-verbal contre le délinquant. Le dimanche suivant, le curé du haut de sa chaire confirma l'excommunication de Ferrocas et proclama que le cimetière « terre bénite » serait interdit à la dépouille mortelle de ce mécréant. Effectivement, lorsque Ferrocas mourut quelques années plus tard, il fut enterré « comme un chien » au lieu-dit Las Costos. Et comme à Montségur, la sorcellerie ne perd jamais ses droits, le bruit se répandit que « toute vache, tout mulet ou cheval passant à proximité de la tombe de Ferrocas perdait instantanément sa ferrure ». Les sorciers du village prétendirent que dans l'au-delà Ferrocas se vengeait de ses compatriotes qui l'avaient laissé condamner. En présence de cette « situation explosive », l'Église, pour apaiser les esprits, décida d'exorciser la tombe de Ferrocas et d'accueillir sa dépouille « en terre bénite », c'est-à-dire à l'intérieur du cimetière paroissial. On érigea une croix en fer forgé à l'emplacement de la tombe où avait reposé quelque temps Ferrocas (Conte 1980, 10-12).

11Qu'il soit un être historique ou fictionnel, ce qui est sûr c'est que Ferrocas a eu une importante postérité, une sorte de descendance vivante dans tous ceux qui, après lui, ont été qualifiés de « dernier cathare ». Ce sont sur ses avatars que nous allons nous pencher.

2 Otto Rahn

  • 1 La galerie supérieure de cette grotte est, en effet, remplie d'ossements humains mais selon les arc (...)

12Au début du xxe siècle, la station thermale d'Ussat-Les-Bains dans l'Ariège était un important centre de pèlerinage et de recherche pour les passionnés du catharisme. Selon L'Histoire des Albigeois, les grottes de la région auraient, après la chute de Montségur, servi de lieu de refuge et de culte aux derniers adeptes. On sait aujourd'hui que Peyrat s'est souvent laissé emporter par son imagination, par exemple lorsque, se fondant sur le légendaire local, il raconte l'épisode tragique de cinq cents cathares emmurés vifs dans la grotte de Lombrives en 13281. Reprise, notamment, par Magre dans Magiciens et illuminés, la légende était belle et connut un solide succès. Les grottes furent fouillées dans l'espoir d'y trouver des ossements, des objets, des inscriptions, attribués aux derniers cathares.

13Le plus célèbre et le plus controversé des nombreux chercheurs qui arpentèrent la région est Otto Rahn, jeune universitaire allemand, auteur de deux ouvrages, Croisade contre le Graal, paru en 1934 et La Cour de Lucifer sous-titré Les cathares gardiens du Graal paru en 1937. Passionné par le catharisme et les civilisations romanes, poète plus qu'historien, persuadé que Montségur est le château du Graal, le Monsalvage des légendes arturiennes, il n'hésite pas à tracer de fausses gravures dans les grottes pour étayer ses thèses. Convaincu qu'une même ascendance druidique relie les mythologies allemandes et occitanes, il va être à l'origine d'une récupération du catharisme par le nazisme. Espion, escroc, S.S. de la première heure ou doux rêveur abusé par ses propres chimères, le personnage d'Otto Rahn a donné naissance à des rumeurs contradictoires. Nous retiendrons surtout, ici, celle qui en fait un descendant des cathares. Dans la présentation de la réédition en 1974 de La Cour de Lucifer on peut lire ceci :

Otto Rahn est né en 1904 près de Marburg-sur-Lahn, antique cité de Haute Hesse qui fut au Moyen Âge le théâtre de sanglantes persécutions organisées contre les cathares d'Allemagne du Sud (il ne devait jamais oublier que ses ancêtres étaient morts pour leur foi sur les bûchers de l'Inquisition) [Rahn 1974, 1re de couv.]

  • 2 La pratique de l'endura consistait pour le croyant à se laisser mourir d'inanition pour libérer plu (...)

14Sa fin fut également investie par le mythe. Selon la thèse officielle, il serait mort accidentellement, en 1939, dans une tempête de neige. Mais des bruits coururent qu'il avait été assassiné, qu'il s'était suicidé, et même qu'il n'était pas mort. René Nelli penche pour un suicide par endura2, à la façon des anciens cathares. Christian Bernadac suggère qu'il aurait changé d'identité et entamé une nouvelle vie sous le nom de Rudolf Rahn (Bernadac 1978, 429-433), ce qui revient encore à le cathariser, en en faisant le protagoniste d'une sorte de métempsycose à la manière cathare.

3 Les Patriarches du Sabarthès

  • 3 Officiellement créée en juillet 1937, avec Maurice Magre pour président et René Nelli pour vice-pré (...)

15Nous allons maintenant voir le cas d'Antonin Gadal, historien, président du syndicat d'initiative d'Ussat, et surnommé le « pape du catharisme ». Né à Tarascon-sur-Ariège en 1877, Antonin Gadal est l'héritier spirituel d'Adolphe Garrigou, surnommé, lui, le « Patriarche du Sabarthès ». On sait peu de choses sur ce dernier sinon qu'il était un fervent admirateur de Napoléon Peyrat et qu'il aurait été initié par un ermite vivant dans une grotte et appelé le « patriarche cathare ». Antonin Gadal inventa une théorie selon laquelle le labyrinthe des grottes aurait servi de support à des rites initiatiques marquant les passages du monde matériel au monde spirituel (Birks/Gilbert 1991, 25-27). Lorsqu'en 1931 Otto Rahn s'installe à Ussat, un rapport de maître à élève s'établit entre les deux hommes au point que certains ont pu dire que La Croisade contre le Graal signée par Rahn était surtout l'œuvre de Gadal (Bernadac 1978, 75). Mais, du fait de sa compromission avec le nazisme, Rahn décevra l'attente de Gadal qui voyait en lui un successeur. Plus tard, il sera également déçu par l'occultiste anglais Francis Rolt-Wheeler, secrétaire général de l'éphémère association Les Amis de Montségur et du Saint-Graal, de Sabarthez et d'Occitanie3. C'est finalement un autre anglais Walter Birks, membre de la loge rosicrucienne d'Aigle Blanc que Gadal désignera, en 1939, comme disciple officiel au cours d'une cérémonie d'initiation dans la grotte-chapelle de Bethléem :

Le Patriarche du Sabarthès, Adolphe Garrigou, lui-même initié il y a cent ans, m'a chargé de sauvegarder la sagesse cathare, ainsi que la foi dont lui-même avait héritée. La destinée du monde se trouvant aujourd'hui compromise, je souhaite transmettre cette sagesse et cette foi aux disciples qui se trouvent ici avec moi en ce jour (Birks/Gilbert 1991, 30).

16Après la guerre Antonin Gadal continua à essayer de promouvoir les grottes d'Ussat comme haut lieu du catharisme, Walter Birks l'épaula un temps, puis l'abandonna. En 1955 un autre groupe, hollandais cette fois, de rosicruciens néo-cathares, la Confrérie des jeunes gnostiques investit Ussat pour y fonder, en 1958, le Centre Galaad. Antonin Gadal ouvrit avec leur soutien un musée où il exposa ses trouvailles. Mais à sa mort en 1962, le Centre était en difficulté financière et les bâtiments durent être vendus. Le musée fut rapatrié à Tarascon et il ne resta à Ussat que le monument Galaad, une grosse pierre plate entourée de douze pierres levées. Pour conclure sur Antonin Gadal, « pape du catharisme », je citerai W. N. Birks et R. A. Gilbert évoquant les pèlerinages des rosicruciens hollandais à Ussat : « ils sont en tout cas la preuve vivante que les rêves de Gadal ne sont pas morts avec lui et un hommage à son travail, car si les cathares n'étaient pas présents à Ussat à l'époque de la Croisade et de l'Inquisition, ils le sont certainement de nos jours » (Birks/Gilbert 1991, 39).

4 Jules Doisnel

17L'autre grand pôle autour duquel gravitent les passionnés du catharisme est, bien sûr, Montségur qui eut, à la fin du xixe siècle, un « évêque ». Jules Doisnel, né en 1842, entre en 1884 dans la franc-maçonnerie, à Orléans. Mais en 1895, il est exclu pour « trahison », après la publication d'un pamphlet contre la franc-maçonnerie. C'est qu'entre-temps, au cours d'une séance de spiritisme, il a été initié par l'esprit d'un ancien parfait cathare qui lui a ordonné de fonder une nouvelle église. Jules Doisnel fonde donc l'Église gnostique restaurée et s'en proclame le premier patriarche sous le titre de Valentin II, évêque de Paris et de Montségur. En 1896, il est nommé archiviste à Carcassonne ce qui va le rapprocher de Montségur et lui faciliter l'organisation de cérémonies dans le château.

18À sa mort, en 1902, l'Église gnostique est divisée en deux mouvements et, même si quelques messes néo-gnostiques furent encore célébrées à Montségur selon le rituel de Doisnel, aucun successeur véritable ne se manifesta et le titre d'évêque de Montségur disparut avec lui.

5 Déodat Roché

19Une autre figure allait cependant émerger des mouvements gnostiques et endosser le rôle de nouveau « pape du catharisme ». Mais d'une façon tout à fait différente. Il s'agit de Déodat Roché, né en 1877 à Arques dans l'Aude et mort, centenaire, en 1978. À la différence de Doisnel qui se proclamait fondateur d'une nouvelle église et premier de la hiérarchie ecclésiastique, Déodat Roché se défendit toujours de vouloir créer une quelconque église et ne revendiqua que le statut de philosophe et de croyant. Son surnom de « pape du catharisme » n'est dû qu'à la rumeur populaire, et correspond à l'imaginaire collectif local et non à sa propre pensée. Jean-Philippe Audouy nuance le terme de néo-cathare utilisé à son propos :

Il n'était pas un néo-cathare. Sa foi relevait d'un large syncrétisme de gnosticisme chrétien et de religiosités orientalo-ésotériques. Déodat Roché ne fut pas le père d'un catharisme, mais de catharismes : un catharisme politique, justification de l'idée de laïcité, [...] un catharisme ésotérique [...], un catharisme anticlérical [...], un catharisme épistémologique, pourfendeur des méthodes d'approche scientifique de l'histoire médiévale, un catharisme social [...], un catharisme apocalyptique (Audouy 1997, 234-235).

20Le parcours spirituel de Déodat Roché le conduisit à participer à plusieurs mouvements idéologiques. En 1897, il rend visite à Doisnel, alors en poste d'archiviste à Carcassonne, en 1899, il entre en relation avec Fabre des Essarts, chef d'une autre branche de l'Église gnostique, il lance alors un journal, Le Réveil des Albigeois, qui n'aura qu'une brève existence. Persuadé de la filiation directe entre le manichéisme et la franc-maçonnerie, il entre au Grand Orient de France, et devient président de la loge carcassonnaise. En 1922 il rencontre Rudolph Steiner et s'intéresse à ses méthodes pour développer l'expérience mystique. Juge de paix, il est, en 1943, mis à la retraite d'office par le gouvernement de Vichy sous prétexte qu'il s'occupe « d'histoire des religions et de spiritisme ». Ceci va lui permettre de se consacrer à temps plein à l'étude du catharisme et à l'élaboration d'une éthique personnelle. Suzanne Nelli se souvient de ce personnage attachant, acteur important d'un autre renouveau du catharisme, moins mythique, plus scientifique et historique :

J'ai connu Déodat Roché vers 1947, au moment où paraissait son livre Le Catharisme. À cette époque, il venait régulièrement travailler à la bibliothèque municipale de Carcassonne et, avant de repartir pour Arques, il passait nous voir. Il arrivait avec au dos un sac de scout rempli de papiers, de cahiers et de livres. C'était le temps où il paraissait s'intéresser au catharisme authentique et à ses origines. Il était d'une grande érudition, car il possédait les livres les plus rares, souvent introuvables, telle La Pistis Sophia, maintenant rééditée. Il parlait beaucoup des Bogomiles, mais aussi de Manès, d'Origène, de saint Augustin, citait les Kephalaïa, les Philosophumena, les Soliloques, Alfaric, Söderberg et se référait souvent à Dollinger... (Nelli 1995a, 248).

21En 1948 Déodat Roché crée Les Cahiers d'études cathares, modeste bulletin d'abord puis revue incontournable où publieront tous les spécialistes du catharisme. Le 30 avril 1950 il fonde la Société du souvenir et des études cathares pour étudier l'histoire et la philosophie du catharisme. Dans la foulée sont organisés des congrès d'études cathares à Montségur et à Ussat-Les-Bains. Suzanne Nelli y participa :

  • 4 Nelli 1995a, 249. Fanita de Pierrefeu avait en 1961 acheté et restauré une grande maison au-dessus (...)

Séances de communications et promenades alternaient avec bonheur ; on allait visiter les grottes qui servirent de refuge aux cathares, on montait au château de Montségur ; au cours de ces excursions, les congressistes sympathisaient, échangeaient des points de vue, il y avait une grande chaleur humaine. Les communications traitaient d'un point d'histoire, présentaient les textes cathares, les diverses écoles dualistes, étudiaient le problème du Mal, etc. Malgré les mythes encore subsistants et les fausses identifications attribuées au catharisme, de nouvelles perspectives s'ouvraient qui laissaient espérer une connaissance plus vraie. [...] Je garde de ces premiers congrès d'Ussat un souvenir ineffable ; la beauté du site tout imprégné de présence cathare favorisait entre les congressistes la sympathie, la communion et le sentiment commun qu'à travers le catharisme s'était manifesté quelque chose qui touchait aux aspirations profondes de l'homme. Ce fut un temps de grâce qui ne se renouvela plus que dans les réunions privées, à Montségur, autour de René Nelli et de Nita de Pierrefeu4.

  • 5 Rappelons que le terme parfait appartient au vocabulaire de l'Inquisition et signifie « parfait hér (...)

22Ces propos me paraissent très significatifs de la façon de mêler rigueur scientifique et imaginaire spirituel avec laquelle les intellectuels se sont souvent engagés dans l'étude du catharisme, dans une sorte de démarche participante. Et c'est certainement pour cela qu'ils ont pu, à leur tour, devenir des personnages mythiques. Déodat Roché voulait créer une école et non une église, il a, cependant, été consacré « pape du catharisme ». Végétarien, adepte du jeûne, mince jusqu'à la maigreur, il apparaît comme l'incarnation idéelle d'un parfait5 ascète cathare. Sa silhouette se confond avec celle de Ferrocas, dans Le Secret de Montségur :

Ce qui frappe, à première vue, c'est son aspect presque immatériel. Ses vêtements noirs flottent comme s'il y avait de l'air à la place de son corps, ses longues mains pâles sont belles à leur manière (Escholier/Gardelle 1952, 109).

23Théoriquement, ses proches amis auraient dû, au nom même de la vérité historique, s'opposer à cette mythification du personnage. Ils ne l'ont pas toujours fait. Écoutons, par exemple, Lucienne Julien parler de sa possible filiation cathare :

Son père appartenait également à une très vieille famille du pays, laquelle compta un certain nombre de médecins et de notaires. Lorsqu'on sait que dans les familles cathares la tradition voulait que le fils aîné fût tisserand, le second médecin, et le troisième notaire, on peut supposer que le notaire d'Arques [c'est-à-dire le père de Déodat Roché] avait des ascendants cathares (Julien 1990, 188).

6 René Nelli

  • 6 François Pic a établi la bibliographie de René Nelli (Anatole 1986, 173-232).

24Pour terminer ce tour d'horizon, il nous reste à évoquer une grande figure, celle de l'écrivain carcassonnais René Nelli (20 février 1906 — 10 mars 1982), poète, philosophe, historien, ethnographe, spécialiste des troubadours et du catharisme6. Ami de Déodat Roché et membre de la Société du souvenir et des études cathares, il fut, lui aussi, dans les années 1960-1970, affublé du surnom populaire de pape du catharisme. Puisqu'il écrivait des livres empreints de sympathie sur le sujet, René Nelli était cathare, et puisqu'il faisait autorité en la matière il était, en quelque sorte, le pape du catharisme. Un exemple de ce processus de « catharisation » nous est fourni par le titre d'un de ses livres, paru en 1970 aux éditions Resma. L'ouvrage devait s'appeler simplement Journal spirituel, mais l'éditeur insista pour un titre plus porteur : Journal spirituel d'un cathare d'aujourd'hui, avec mention sur la dernière page de « Montségur, 1969 » comme si le livre y avait été écrit. René Nelli avait assez d'humour et d'espièglerie pour se prêter complaisamment à ce genre de petits subterfuges.

25Si l'on considère l'ensemble de ses écrits touchant au catharisme, on voit qu'il existe une sorte de dualité : d'un côté des études historiques et philosophiques, de l'autre des textes qui laissent une grande place à l'imaginaire. En 1935 il écrit dans les Cahiers du Sud un compte rendu du livre d'Otto Rahn :

Croisade contre le Graal captive comme un livre sauvé du bûcher, et parfois irrite comme un faux témoignage. Peu importe pourtant qu'il ne soit pas vrai, si la vérité est ailleurs que dans l'histoire. Otto Rahn a vu dans le ciel de Montségur, le serpent éternel se mordre la queue (Nelli 1935, 594-595).

26René Nelli ne fut jamais l'homme d'une seule discipline, il ne pratiquait pas le mélange des genres mais n'était pas hostile à laisser s'établir entre eux une subtile contamination. Pour lui, la poésie n'était pas un domaine réservé, clos sur lui-même, mais au contraire le seul instrument fiable de la connaissance du monde. Dans les années 1960, un psychiatre anglais vint le consulter à propos d'une patiente qu'il pensait être la réincarnation d'une cathare occitane du xiiie siècle. René Nelli l'écouta, le conseilla et donna même une postface à la traduction française de son ouvrage :

Comme je ne crois pas à grand-chose, je n'ai aucune peine à admettre la possibilité de pareils phénomènes, sur la nature desquels je ne me prononce pas, ou plutôt à propos desquels je fais, malgré moi, des hypothèses sans valeur, parce qu'invérifiables (Guirdham 1972, 209).

Et il poursuit par une critique poético-philosophique :

Ce que nous enseigne le docteur Guirdham, c'est que, de toute façon, l'esprit de l'homme est ouvert ; et qu'il doit s'abandonner à cette illimitation, à ce gouffre que tous les phénomènes semblent lui masquer, à la fois, et lui révéler. L'esprit n'existe que dans ses échappées vers un Être qu'il n'est pas, mais en qui, certainement, la vie « aspire » à se dépasser (Guirdham 1972, 218).

27En 1974 René Nelli écrit sous le pseudonyme de Raymond de Bouisse un article (Nelli 1974, 14-17) démontrant que Montségur est un remarquable exemple d'architecture pythagoricienne : le plan pentagonal du château ne comporte aucune ligne courbe et s'inscrit dans un rectangle idéel à partir duquel s'organise une stricte symétrie de l'ensemble : « Montségur est dissymétrique dans le visible et symétrique dans l'invisible ». Cet article fait, sans le dire, référence à un ouvrage de Fernand Niel, paru une dizaine d'années plus tôt, Montségur, temple et forteresse des cathares d'Occitanie, qui lui s'attachait à prouver que Montségur correspondait à un plan zodiacal et était, pour les cathares, un temple solaire. L'argument central était fourni par le fait que le soleil levant du solstice d'été pénétrait par la fente d'une archère et reliait par une ligne parfaitement droite l'archère opposée. Cette thèse connut un grand succès et attira dans les lieux une foule de curieux et de mystiques divers. René Nelli, lui, n'inventa jamais que des théories que l'on pourrait qualifier de afonctionnelles, privilégiant plutôt la forme que la fonction, et renvoyant à un imaginaire personnel plutôt qu'au légendaire collectif. Dans son article, aucune interprétation ne vient troubler la démonstration de l'architecture pythagoricienne du château. À une époque où chacun tente de s'emparer symboliquement de l'image de Montségur en lui donnant un sens, politique, identitaire, spiritualiste, mystique., René Nelli propose un tout autre type de lecture. L'essentiel est ici dans le non-dit qui proclame que Montségur ne sert à rien. Ce qui ne signifie pas qu'il n'est pas un site emblématique, bien au contraire. Il aimait à rappeler les mots qu'avait écrits André Breton après sa visite des ruines : « Montségur qui brûle toujours ». Pour lui, Montségur est un lieu magique par excellence, c'est-à-dire un endroit où l'on peut parfois saisir des indices de l'ordre invisible qui gouverne les choses.

  • 7 Il faut savoir que selon la légende, Esclarmonde aurait, au moment du siège, mis le Graal en sécuri (...)

28La lecture des signes a toujours fait partie de sa vie quotidienne. Attentif à les percevoir et à les décrypter, il ne leur a jamais attribué aucun but utilitaire, mais les considérait seulement comme une porte ouverte sur l'inconnu. J'ai entendu René Nelli raconter comment, plusieurs fois, à la même croisée de chemins, à proximité de Montségur, il s'était senti envahi par un sentiment indéfinissable de malaise, qui semblait lui interdire d'aller plus loin. L'anecdote s'arrêtait là, contenant tout entière dans cette irruption répétée d'une angoisse au même endroit. Suzanne Nelli, sa femme, commente la rencontre qu'ils firent, un jour, à Montségur, d'une colombe blanche7 :

Une coïncidence de cet ordre, c'est-à-dire la rencontre dans un même temps de l'oiseau blanc, du chemin du Saint-Barthélémy et de deux personnes concernées par leur intérêt pour le catharisme, rencontre qui objective le mythe, est inexplicable, si ce n'est peut-être par le pouvoir mystérieux du mythe lui-même ? Ce qu'André Breton, Joë Bousquet et René Nelli lui-même désignaient par coïncidence du hasard objectif (Nelli 1996, 321-322).

29René Nelli a donné son nom au Centre d'études cathares qui, créé en 1981, est l'organisme de référence des études du catharisme et des christianismes dissidents du Moyen Âge et édite la revue Hérésis, à laquelle participent des spécialistes du monde entier et organise régulièrement des colloques. Il est donc devenu le représentant officiel de la communauté scientifique internationale. Et cela même alors qu'une part de son œuvre semble très éloignée des canons habituels de la recherche. Je pense par exemple au Musée du catharisme (Nelli 1966) qui se présente comme un répertoire photographique d'objets d'art populaire occitan présumés cathares. Écoutons René Nelli :

Je ne dissimule pas que l'identification exacte de ces œuvres d'art reste, dans l'état actuel de nos connaissances, fort malaisée et que, par conséquent, leur attribution au catharisme doit toujours être considérée comme hypothétique et provisoire. Il n'y a peut-être pas une seule d'entre elles qui puisse être tenue pour cathare en toute certitude : quelques-unes le sont très probablement (id., 10).

30Tout le livre repose sur la théorie du doute : ce n'est pas parce qu'il n'y a aucune preuve que ces objets soient cathares, qu'ils ne le sont nécessairement pas. Voici, à titre d'exemple, deux commentaires d'objets. L'un à propos d'un pentagone gravé sur la paroi d'une grotte d'Ussat :

On peut risquer l'hypothèse que les cathares d'Ussat avaient reconnu une valeur symbolique particulière à cette figuration rupestre — sans doute beaucoup plus ancienne que leur religion et remontant vraisemblablement à la protohistoire pyrénéenne — et qu'ils l'entouraient d'une certaine vénération (id., 91).

L'autre à propos du « pentagramme de Lastours » :

Ce petit objet de plomb, incontestablement travaillé, ne mesure qu'un centimètre de hauteur. Il a été ramassé en 1965 par M. Gilbert Costeplane dans les ruines du château de Cabaret (Lastours, Aude). Nous le donnons ici sous toutes réserves, car rien ne le date ni ne l'authentifie (id., 95).

31On est loin, on le voit, de la critique des sources. René Nelli privilégie ici une démarche spéculative pure qui mêle, dans un même jeu intellectuel, divertissement et recherche conjecturale. Le musée du catharisme contient de nombreuses photos de stèles discoïdales dont l'appartenance au catharisme a longtemps fait débat, et dont il est aujourd'hui unanimement admis qu'elles n'ont rien de spécifiquement cathares. En 1956, René Nelli s'était déjà prononcé clairement, « nous ne pensons pas que ces stèles soient d'origine cathare » (Nelli 1956, 137). Mais, il ajoutait plus loin qu'il était vraisemblable que les cathares ont « préféré être enterrés sous une croix discoïdale que sous une croix latine », vu qu'ils avaient « en exécration la croix latine (instrument de supplice, gibet), et, au contraire, en grande vénération la croix grecque (celle, “plus métaphysique du Christ solaire”) » (id., 139).

32Plus que le simple plaisir de s'abandonner aux vertiges de l'hypothèse, ce livre, pour le moins étonnant, traduit un désir profond : celui de mettre à jour des traces du catharisme, que ce soit dans le passé, avec Le musée du catharisme, ou dans le présent avec la question des possibles survivances.

33Plusieurs travaux de la revue Folklore, dont René Nelli était le directeur, témoignent en effet de tentatives réitérées d'en débusquer dans l'ethnographie. En 1967, un petit article s'interroge sur les rapports possibles d'un jeu d'enfants avec le catharisme méridional (Nelli 1967, 6-7). Les enfants sont en cercle et se passent une chandelle allumée en disant : « Petit bonhomme vit encore ». Lorsque la chandelle s'éteint on dit que le « petit bonhomme est mort », et celui qui la tient doit alors payer une amende. Les lecteurs de Folklore sont invités à répondre à un questionnaire qui n'a apparemment pas donné de résultat puisqu'aucun complément ne fut publié par la revue. Mais cette démarche témoigne de l'attention prêtée aux mots dans la recherche des survivances, ici au terme de bonhommes (boni homines) désignant les cathares français et italiens. En étudiant les traces laissées dans le langage, la revue Folklore me semble faire écho au Musée du catharisme qui, lui, s'attachait aux objets. La même année 1967, Urbain Gibert y publie le début d'une prière occitane qu'il a recueilli auprès d'une femme de la Haute-Ariège, et qui correspond exactement aux premiers mots d'une prière cathare récitée devant le tribunal de l'Inquisition par Jean Maurin de Montaillou dans l'Ariège. L'informatrice, qui tient ce savoir de sa grand-mère, précise :

Ma grand-mère née vers 1850, morte en 1947, ne parlait pas le français, elle ne connaissait pas le Pater enseigné par l'Église et récitait toutes ses prières en patois, en particulier un Angelus et une longue prière dont je me rappelle seulement la première phrase : Payre sant, Dieus dreyturier das bons esprits » (Nelli 1967, 22-23).

34La langue occitane apparaît donc comme un conservatoire de la culture cathare. Aussi René Nelli va-t-il poursuivre ses recherches à travers les « Exempla et mythes cathares » (Nelli, 1970) :

Le catharisme occitan nous a laissé un certain nombre d'exempla et de mythes — empruntés vraisemblablement à un folklore plus ancien, mais remaniés dans un sens dualiste — qui se sont conservés jusqu'à nos jours dans la tradition populaire (id., 2).

35Son commentaire porte sur quatre exempla tirés du Registre d'Inquisition de Jacques Fournier : « le mythe du Pélican », « le mythe de la Tête d'âne », « le fer de cheval perdu », « l'écureuil ». C'est surtout à propos du troisième qu'il se livre à un recensement des survivances de la croyance cathare en la métempsycose animale. Voyons d'abord une des versions de cet exempla :

Un Bon-homme se reposait et mangeait près d'une fontaine avec ses croyants : il leur dit qu'il se souvenait d'avoir été cheval et d'avoir bu à cette fontaine. Un jour que son maître l'avait éperonné fort, il enfonça son pied droit dans la boue. Il ne put le retirer qu'en y laissant le fer. « Voyons, dit-il, si nous pourrons retrouver ce fer ! » Tous les croyants se mirent à chercher et ils ne tardèrent pas à le découvrir (id., 10).

Et voyons maintenant les témoignages contemporains que cite René Nelli :

À Cubières (Aude), en 1969, trois chasseurs découvrent un poulet perdu en pleine garrigue, loin de toute ferme. Les chasseurs vont tirer. L'un d'eux s'écrie : « Ne le tuez pas ! C'est mon oncle ! »
Un chanoine de mes amis me racontait récemment qu'au château de X... où il était reçu, deux sœurs entouraient de beaucoup de respect une poule qu'elles laissaient errer en liberté dans les chambres et dans les salons, où elle avait l'air de se reconnaître. « C'était la réincarnation, disaient-elles, d'une de leurs parentes. »
J'ai connu dans mon enfance au village de Saint-Denis (Montagne Noire, Aude), une paysanne qui s'était persuadée que l'âme de son mari, tué pendant la guerre de 1914-18, était passée dans un crapaud qui hantait sa tombe au cimetière. Elle lui apportait de la nourriture (id., 11).

  • 8 Une autre façon de témoigner de l'importance qu'accordait René Nelli à l'idée de la parole dans la (...)

36Ce serait donc par la médiation des contes, que la croyance en la réincarnation aurait survécu. L'exempla, en tant que récit, peut être oublié, mais il en subsiste quelque chose dans la parole coutumière qui apparaît alors comme le dernier refuge et le dernier transmetteur du catharisme8 :

C'est peut-être aux Bons-hommes que les méridionaux doivent de n'être pas trop cruels pour les animaux. Les mères disaient naguère aux enfants qui martyrisaient un chat ou un chien : « Laisse-le tranquille ! Tu ne sais pas en quelle bête tu finiras » (id., 11).

  • 9 C'est l'époque, où autour de Joë Bousquet, se préparait le numéro spécial des Cahiers du Sud, Le Gé (...)

37Dans Spiritualité de l'hérésie : le catharisme, René Nelli consacre un chapitre aux survivances (Nelli 1953, 205-224), où il évoque les échanges philosophico-religieux qu'eurent, à Carcassonne, dans les années 1940, Simone Weil, Déodat Roché et Joë Bousquet9. En conclusion, il propose d'expliquer par une fatalité historique et géographique la propension des Languedociens à adopter des attitudes philosophiques issues du manichéisme :

Il y a des fatalités historiques et géographiques qu'épouse l'Esprit. Nous ne prétendons certes pas que tous les Méditerranéens soient sensibilisés au Manichéisme. Nous disons simplement qu'il y a entre Toulouse et Montpellier un coin d'Europe où les hommes sont enclins naturellement à s'expliquer la Présence et l'Existence par l'effort conjugué de deux Forces antagonistes (id., 222-223).

  • 10 Le titre et la fonction ne correspondent à aucune réalité de la hiérarchie ecclésiastique cathare. (...)
  • 11 Le consolamentum, qui garantissait le salut de l'âme, était donné par les «bonhommes» aux croyants (...)

38René Nelli, qui vivait à Carcassonne, entre Toulouse et Montpellier, faisait partie de ces hommes naturellement habités par le manichéisme. En le parant du titre absurde de pape du catharisme10, la rumeur populaire a cependant rendu compte de son aura non pas de chef religieux mais de guide spirituel. Avec lui s'est éteinte la dernière grande figure du renouveau du catharisme. Auteur également d'une riche œuvre poétique en langue d'oc, on peut dire qu'il a été, par ses préoccupations ontologiques et son refus de l'orthodoxie, le dernier porteur d'une parole métaphysique hérétique, le dernier locuteur cathare, en quelque sorte. Et c'est bien cette qualité essentielle qui inspira l'hommage que lui rendit, au moment de sa mort, son ami l'écrivain et poète occitan, Yves Rouquette, accouru à son chevet, en récitant un Nostre Payre, en occitan, en guise de consolamentum11.

7 Le retour de Bélibaste

39Les années 1980 marquent un essoufflement de la dualité entre études métaphysiques et utilisations à des fins revendicatives qui a longtemps marqué le renouveau du catharisme. Déodat Roché est mort sans successeur, René Nelli également, les mouvements occitanistes n'attirent plus de grands rassemblements militants à Montségur. La place est, en quelque sorte à prendre. Ce sont maintenant des préoccupations économiques qui vont occuper le devant de la scène. Le terme cathare, qui désignait, jusqu'ici, des attitudes intellectuelles, religieuses, sociales, ou philosophiques, change de champ lexical et rentre dans le domaine de la promotion touristique. Un label « pays cathare », se rapportant à un ensemble de « produits du terroir », a ainsi vu le jour et le département de l'Aude est en passe de changer de nom pour s'appeler « Aude Pays Cathare ».

40Ce mouvement de « catharisation » tous azimuts a suscité des réserves de la part des historiens, notamment à propos des nombreux châteaux dits cathares. En 1988 Anne Brenon rappelait dans Le vrai visage du catharisme que le château de Montségur avait été entièrement démoli et reconstruit après le siège. En 1998 Olivier Poisson, conservateur en chef des Monuments historiques reprenait l'antienne, « Les châteaux cathares ne sont pas cathares » insistait-il. Il constatait aussi, qu'à la faveur d'un mouvement de reconstruction identitaire, un glissement sémantique s'était opéré entre les termes cathare et occitan aboutissant à leur équivalence. À titre d'exemple il citait le cas de l'entraîneur d'une association sportive de Béziers déclarant, en 1977, au journal L'Équipe : « Nous sommes des cathares », et celui de l'aubergiste de Montségur, déclarant : « Moi, monsieur, je suis cathare » (Poisson 1998, 225). Nous avons vu que, depuis Napoléon Peyrat, l'assimilation aux notions de résistance et d'occitanisme a été une constante du renouveau du catharisme. Mais, en ce qui concerne la stricte équivalence entre cathare et occitan, il semble qu'il y ait encore un lien plus direct : le fait que les cathares languedociens parlaient, priaient et prêchaient en occitan. A priori, cela veut seulement dire que tout ce qui est cathare est occitan mais pas que tout ce qui est occitan est nécessairement cathare. C'est cependant cette dernière adéquation qu'a retenue une partie de la population locale séduite par la mythologie romantique du catharisme, et, à sa suite, les animateurs touristiques institutionnels. Comme à propos de la prière cathare recueillie par Urbain Gibert, on pourrait être tenté de dire que l'occitan est le dernier conservatoire du catharisme, même si c'est d'une façon caricaturale et réductrice. Mais, ici, occitan ne signifie pas langue occitane mais sert de qualificatif pour signaler l'appartenance à une culture, voire à un département administratif !

41Nicolas Gouzy dénonçait, lui, dans un article au titre quelque peu provocateur, « Le catharisme est-il soluble dans l'encre d'imprimerie ? », la pléthore d'ouvrages et de produits portant l'étiquette cathare :

Nous assistons à la formation d'une boucle marchande dans laquelle les produits vendus entretiennent l'intérêt du public et l'intéressement des vendeurs à l'infini. Mises à part quelques préoccupations politiques ou sociales, la mode cathare actuelle n'est pas une mode intellectuelle mais marchande. [...] « Je vous propose de définir et baptiser un nouveau complexe qui serait « le complexe de Bélibaste ». Cela nous permettrait de dire d'un boutiquier du catharisme, d'un air docte et apitoyé, « Oh il souffre d'un grave complexe de Bélibaste » (Gouzy 1998, 414 et 423).

42Qui est donc ce Bélibaste donneur de complexe ? Tout simplement l'authentique dernier parfait cathare, brûlé à Villerouge-Termenès en 1321. Connu depuis la traduction par Jean Duvernoy du Registre de l'Inquisition de Jacques Fournier (évêque de Pamiers) 1318-1325, le personnage n'a, en apparence, aucun intérêt particulier : Bélibaste n'a été qu'un parfait par accident, au temps de la décadence du catharisme, son savoir théologique est maigre, son mode de vie peu conforme aux règles de l'ascétisme, et ses déclarations dans le Registre de l'Inquisition ne donnent qu'une image appauvrie et déformée de la doctrine. En 1982 l'écrivain Henri Gougaud publie au Seuil un roman, Bélibaste, qui le fait découvrir au grand public. Un nouveau héros vient de naître, ou plutôt un anti-héros, car, cette fois, le mythe du dernier met en scène le plus imparfait des porte-parole du catharisme :

Peureux, teigneux, encombré de doutes, de questions, de mauvaises raisons, d'élans coupables et de lourds sentiments, il fut sans noblesse ni droiture. [...] Aventurier hors du commun, héros malgré lui, il fut un cancre de l'âme. J'aime cet homme parce que je crois que si Dieu existe, il est dans les questions, les révoltes et les douleurs des cancres, plus que dans les réponses des sages (Gougaud 1982, 4e de couv.).

  • 12 Pour une synthèse de la vie de Bélibaste et une analyse des derniers moments du catharisme, voir Pe (...)

43Le ton est donné, l'heure n'est plus à la célébration des purs et des sages, à la réflexion éthique, mais à la sublimation de la médiocrité et des « cancres », à l'élévation des défauts au rang de qualités éminemment humaines. Né en 1280, à Cubières-sur-Cinoble, dans une famille d'hérétiques, trente-six ans après la chute de Montségur, Guilhem Bélibaste a pour seule gloire le fait d'avoir été le dernier maillon de la chaîne apostolique, le dernier représentant du catharisme historique. En 1305, à l'âge de vingt-cinq ans, il tue un homme au cours d'une rixe. Pour échapper à la justice il fuit, abandonne sa femme et son fils, gagne les réseaux de la clandestinité cathare. C'est là qu'il fait l'apprentissage de son ministère et est ordonné parfait. Arrêté en 1309 par l'Inquisition, il réussit à s'évader du Mur de Carcassonne et rejoint une petite communauté cathare d'origine ariégeoise installée en Catalogne. Son rang de parfait lui assure prestige et autorité morale sur ses compatriotes, il continue de prêcher mais se montre lui-même peu enclin à respecter les obligations de son état, notamment en ce qui concerne la chasteté puisqu'il vit avec une femme dont il aura un enfant. En 1321, un traître, Arnaud Sicre, le convainc de retourner avec lui en Languedoc, et le dénonce dès leur arrivée. Il sera jugé et brûlé à Villerouge-Termenès, siège de la baylie du Termenès dont dépendait Cubières, son village natal12. Sa mort symbolise la fin définitive du catharisme qui, privé de son clergé et donc incapable d'assurer la transmission des sacrements, est condamné à s'éteindre avec la disparition physique des derniers croyants.

44Depuis 1994 le château de Villerouge accueille une exposition permanente, « Le monde de Bélibaste, dernier Parfait Cathare ». Sur le dépliant de présentation, on lit ceci :

Ce parcours muséographique sur trois niveaux utilise tous les moyens modernes de mise en scène : audios, vidéos, diaporama défilant, maquette, fresques et mannequins plongent le visiteur dans un monde vieux de sept cents ans.

45Le même prospectus informe que le château possède une « rôtisserie médiévale unique en Europe » et que tous les deux ans l'Association pour le développement des animations médiévales

fait revivre pendant l'Estival médiéval l'esprit de Bélibaste et la vie quotidienne au xive siècle. Tout le village devient espace scénique grâce aux costumes, aux décors, aux animations de rues, aux jeux, aux marchés et aux spectacles.

46Bélibaste, on le voit, ne suscite pas le débat métaphysique, il sert d'exergue à la découverte du pays cathare et de ses produits labellisés, il est le porte-enseigne du développement économique du département de l'Aude. Ce n'est pas à la figure mythique d'un Ferrocas que l'on en appelle, ni au rêve d'un renouveau du catharisme, ni aux énoncés philosophiques de Déodat Roché ou de René Nelli, mais à la trivialité d'un authentique personnage du passé. Ce retour à l'histoire s'inscrit, me semble-t-il, dans un processus de désenchantement qui affecte un très large ensemble de pratiques sociales. En politique, en économie, l'époque est au réalisme et non aux théories utopiques. Dans la vie quotidienne, le discours dominant est au nivellement par le bas et non à l'exaltation des hauteurs, ce que l'on demande aux stars des reality-show c'est d'être, comme Bélibaste, humaines c'est-à-dire du côté des gens ordinaires, et non pas des saints et des sages.

47Mais, il y a autre chose aussi : cette célébration de la vérité historique renvoie peut-être au désir des professionnels du tourisme de l'Aude Pays Cathare de se démarquer du département voisin, l'Ariège, pour pallier la concurrence inégale avec le prestigieux site de Montségur, emblème mythique de la résistance cathare où sur lo camp dals Crémats, le champ des Brûlés, plusieurs dizaines de parfaits, refusant d'abjurer leur foi, entrèrent en chantant sur le bûcher pour s'élever vers Dieu. À Montségur, aujourd'hui encore, chaque année, à la date anniversaire du 15 mars une poignée de personnes se retrouvent devant la stèle commémorative pour une discrète cérémonie du souvenir ; à Villerouge, tous les deux ans, l'été, à l'apogée de l'affluence touristique, a lieu une grande fête ostentatoire avec banquet géant. Montségur et Villerouge sont les deux faces opposées autour desquelles s'articulent deux figures de la mythologie du dernier cathare, deux façons de mettre en pratique les deux derniers modes de parler cathare au xxie siècle. À Montségur souffle le vent des âmes, à Villerouge s'exhale le plaisir des sens. L'un célèbre l'esprit, l'autre la matière. Mais en terre cathare, tout ne tourne-t-il pas toujours autour de ces deux principes antagonistes ?

Haut de page

Bibliographie

Albaret, Laurent/Audouy, Jean-Philippe, 1998. « Mythe cathare et néo-catharisme de Déodat Roché à nos jours », Cahiers d'Histoire, 70, « Les Cathares », 35-48.

Anatole, Christian (éd.), 1986. René Nelli (1906-1982), Actes du colloque de Toulouse, 6 et 7 décembre 1985, Béziers, Centre international de documentation occitane.

Audouy, Jean-Philippe, 1997. Déodat Roché, « le Tisserand des Catharismes », Carcassonne, Centre de valorisation du patrimoine médiéval/Arques, Impressions du Pays Cathare.

Bernadac, Christian, 1978. Le mystère Otto Rahn, du catharisme au nazisme, Paris, Éditions France Empire.

Birks, W. N. et Gilbert, R.A., 1991, Trésors et secrets de Montségur, Genève/Paris/Montréal, Amarande.

Cabanel, Patrick, 1995, « Ferrocas, le dernier des cathares ? Doubles du narrateur et ressorts de l'écriture chez Napoléon Peyrat », Montségur. La mémoire et la rumeur, 1244-1994, Actes du colloque de Tarascon, Foix et Montségur ; Foix, Association des amis des archives de l'Ariège, 170-182.

Conte, Robert, 1980, « La légende de Ferrocas, Le dernier cathare de Montségur », Folklore, 179, 10-13.

Duvernoy, Jean, 1978. Le Registre d'Inquisition de Jacques Fournier, Paris/La Haye, Mouton.

Escholier, Raymond/Gardelle Maurice, 1952, Le secret de Montségur, Paris, La Colombe.

Escholier, Raymond/Gardelle Maurice, « Le Génie d'Oc et l'Homme méditerranéen », Marseille, Cahiers du Sud, 1943.

Gibert, Urbain, 1967. « Une prière cathare », Folklore, 128, 22-23.

Gougaud, Henri, 1982. Bélibaste, Paris, Le Seuil.

Gouzy, Nicolas, 1998. « Le catharisme est-il soluble dans l'encre d'imprimerie ? », Le Catharisme : l'édifice imaginaire, Actes du 7e colloque du Centre d'études cathares/Centre René Nelli, Carcassonne, Centre de valorisation du patrimoine médiéval, 413-423.

Guirdham, Arthur, 1972. Les cathares et la réincarnation, postface de René Nelli, Paris, Payot.

Julien, Lucienne, 1978. « Celui qui fut Déodat Roché », Cahiers d'études cathares, 77, 2-12.

Julien, Lucienne, 1990. Cathares et catharismes. De l'esprit à la persécution, Paris, Dangles.

Julien, Lucienne, Le Catharisme : l'édifice imaginaire, 1998. Actes du 7e colloque du Centre d'études cathares/Centre René Nelli, Carcassonne, Centre de valorisation du patrimoine médiéval.

Magre, Maurice, 1930. Magiciens et Illuminés, Paris, Charpentier.

Magre, Maurice, Montségur. La mémoire et la rumeur, 1244-1994, 1995. Actes du colloque de Tarascon, Foix, Montségur ; Foix, Association des amis des archives de l'Ariège.

Nelli, René, 1935. « Compte rendu de La Croisade contre le Graal par Otto Rahn », Cahiers du Sud, 174, 594-596.

Nelli, René, 1953. (dir.), Spiritualité de l'hérésie : le catharisme, Toulouse, Privat/Paris, PUF 1956. « Les stèles discoïdales sont-elles cathares ? », Arts et Traditions populaires, 2, 137-139.

Nelli, René, 1966. Le musée du catharisme, Toulouse, Privat.

Nelli, René, 1967. « Un jeu d'origine cathare ( ?) : le jeu du “petit bonhomme” », Folklore, 127, 6-7.

Nelli, René, 1968. Paroles d'hérétiques, choix de textes réunis par René Nelli, Toulouse, Privat.

Nelli, René, 1969. La vie quotidienne des Cathares du Languedoc au xiiie siècle, Paris, Hachette.

Nelli, René, 1970. Journal spirituel d'un cathare d'aujourd'hui, Paris, Resma.

Nelli, René, 1970. « Exempla et mythes cathares », Folklore, 139, 2-13.

Nelli, René, 1972. « Les réincarnations (catharisme, parapsychologie et folklore », postface à Les cathares et la réincarnation d'Arthur Guirdham, Paris, Payot, 207-218.

Nelli, René, 1973. « Le folklore de Montségur vu par Otto Rahn » et « Les grottes de l'Ariège et l'iconographie cathare », Folklore, 149, 14-17.

Nelli, René, 1974. (Sous le pseudonyme de Raymond de Bouisse), « Le nombre architectural du château de Montségur », Folklore, 153, 8-12.

Nelli, Suzanne, 1991. « Ceux de Montségur », Hérésis, 16, 108-125.

Nelli, Suzanne, 1995. « Le souvenir cathare à Montségur dans les années 50-60 », Montségur, la mémoire et la rumeur, 1244-1994, Actes du colloque de Tarascon, Foix, Monségur ; Foix, Association des amis des archives de l'Ariège, 243-252.

Nelli, Suzanne, 1995. « Les néo-gnostiques. Jules Doisnel évêque gnostique de Montségur », Montségur. La mémoire et la rumeur, 1244-1994, Actes du colloque de Tarascon, Foix, Monségur ; Foix, Association des amis des archives de l'Ariège, 121-130.

Nelli, Suzanne, 1996. Montségur, Mythe et Histoire, Monaco, Éditions du Rocher.

Niel, Fernand, 1955. Albigeois et Cathares, PUF, coll. « Que sais-je ? ».

Niel, Fernand, 1967. Montségur, temple et forteresse des cathares, Grenoble, impr. Allier.

Peyrat, Napoléon, 1842. Histoire des Pasteurs du Désert, Paris/Valence/Nîmes, Librairie Marc Aurel Frères, 2 vols.

Peyrat, Napoléon, 1870-1873. Histoire des Albigeois, Paris, Lacroix et Verboeckhoven, 3 vols.

Peytavie, Charles, 2004. Les Cathares en Languedoc, Montpellier, Midi Libre/Sommières, Romain Pages Éditions.

Poisson, Olivier, 1998. « Les châteaux de l'Aude et la “catharisation”. “Tuez les tous, Dieu reconnaîtra les siens” », in Jacques Le Goff (dir.), Patrimoine et passions identitaires, Paris, Fayard/C.M.N, 220-226.

Rahn, Otto, (11 934), 21 974. Croisade contre le Graal, traduit de l'allemand par R. Pitrou, préface de René Nelli, Paris, Stock,

Rahn, Otto, (11 937), 21 974. La Cour de Lucifer, traduit de l'allemand par René Nelli, préface de Paul Ladame, Paris, Tchou.

Saint-Loup (pseudonyme de Marc Augier), 1972. Nouveaux cathares pour Montségur, Presses de la Cité.

Sernin, André, 1970. Le dernier des cathares, Éditions de Montligeon.

Haut de page

Notes

1 La galerie supérieure de cette grotte est, en effet, remplie d'ossements humains mais selon les archéologues cet ossuaire remonte à la préhistoire. Plusieurs comptes rendus démystifiant la vision romancée de Peyrat paraissent à l'époque dans les bulletins des sociétés savantes, et en 1882, le docteur J. B. Noulet publie chez Édouard Privat une importante Étude de l'Ombrive ou Grande caverne d'Ussat et de ses accessoires, qui, sur le plan scientifique, met définitivement un terme à la rumeur. Mais nous sommes ici dans le domaine de la croyance où la vérité historique importe moins que la force du mythe et la légende continuera longtemps à circuler.

2 La pratique de l'endura consistait pour le croyant à se laisser mourir d'inanition pour libérer plus tôt l'âme de sa prison de chair et lui permettre de poursuivre le cycle des réincarnations. De fait elle était assez rare, et le plus souvent réservée aux mourants qui avaient reçu le sacrement du consolamentum et étaient donc en état de grâce; délivrés de tout péché, ils estimaient alors préférable de ne plus manger pour ne pas retomber dans l'état de péché. Cette pratique, souvent reprochée aux cathares et caricaturée par l'Église catholique, s'est surtout développée à l'époque tardive du catharisme « où il pouvait être tentant de se laisser mourir pour échapper aux tortures et aux bûchers » (Nelli 1969, 266-271).

3 Officiellement créée en juillet 1937, avec Maurice Magre pour président et René Nelli pour vice-président, cette association se révéla n'être qu'un instrument personnel de Rolt-Wheeler qui voulait en assurer un complet contrôle. Aussi l'ensemble de ses membres démissionnèrent-ils lors de la seconde assemblée générale à Montségur, en juillet 1938 ; l'association disparut donc de fait, avant d'être dissoute en 1942 par le gouvernement de Vichy.

4 Nelli 1995a, 249. Fanita de Pierrefeu avait en 1961 acheté et restauré une grande maison au-dessus du village de Montségur, l'Hestia, « maison du catharisme et de l'amitié », dans laquelle elle accueillait chaleureusement tous ceux qui s'intéressaient au catharisme, organisant des réunions, des débats, des expositions. Sa mort, en 1980, deux ans après celle de Déodat Roché et deux ans avant celle de René Nelli, a marqué la fin d'une époque. On trouvera dans l'article de Suzanne Nelli, « Ceux de Montségur », Hérésis 16, 1991, 120, un beau portrait photographique de cette femme qui fut un temps pivot du groupe de Montségur.

5 Rappelons que le terme parfait appartient au vocabulaire de l'Inquisition et signifie « parfait hérétique ». Les termes employés par les cathares étaient ceux de « bon-homme » ou de « bon-chrétien ». Profitons-en pour rappeler aussi que le mot cathare n'était utilisé, au Moyen Âge, que pour désigner, les hérétiques rhénans. C'est seulement à partir du XIXe siècle qu'on lui donna une application plus large. Au Moyen Âge, dans le Midi de la France, on parlait essentiellement d'« Albigeois », d'« Ariens » ou de « tisserands ».

6 François Pic a établi la bibliographie de René Nelli (Anatole 1986, 173-232).

7 Il faut savoir que selon la légende, Esclarmonde aurait, au moment du siège, mis le Graal en sécurité, puis serait montée sur le pic Saint-Barthélémy où elle se serait métamorphosée en colombe blanche.

8 Une autre façon de témoigner de l'importance qu'accordait René Nelli à l'idée de la parole dans la transmission d'une philosophie du catharisme se trouve dans le titre d'un de ses livres, Paroles d'hérétiques, publié chez Privat en 1968 et qui est en fait une anthologie de textes allant d'une « prière magique du IVe siècle après J.-C. » à un extrait de Lumière infranchissable pourriture de Joë Bousquet.

9 C'est l'époque, où autour de Joë Bousquet, se préparait le numéro spécial des Cahiers du Sud, Le Génie d'oc et l'Homme méditerranéen, paru en 1943, dans lequel on trouve des contributions de Simone Weil (sous le pseudonyme d'Émile Novis), « L'agonie d'une civilisation vue à travers un poème épique » (99-107) et « En quoi consiste l'inspiration occitanienne » (150-158), de Déodat Roché, « Les Cathares et l'Amour Spirituel » (112-149), de Simone Julien, « Montségur » (108-109), de Pierre et Maria Sire, « Cabaret » (110-111), d'Henri Féraud, « Quelques aspects de la pensée manichéenne à l'époque contemporaine » (343-369), de René Nelli, « Fragment d'une Métaphysique d'Oc : Introduction à une dialectique du Bien et du Mal » (370-373), de Joë Bousquet, « Conscience et Tradition d'Oc. Fragments d'une Cosmogonie » (374-389).

10 Le titre et la fonction ne correspondent à aucune réalité de la hiérarchie ecclésiastique cathare. Dans celle-ci c'est l'évêque, qui a sous sa responsabilité une communauté autonome, qui est la plus haute autorité du clergé.

11 Le consolamentum, qui garantissait le salut de l'âme, était donné par les «bonhommes» aux croyants qui étaient à l'article de la mort. C'était une cérémonie assez longue qui comprenait plusieurs rites et prières et se terminait par une imposition des mains. Dans les cas urgents, surtout pendant la période de la persécution, il pouvait être abrégé (voir Nelli 1969, 70-74).

12 Pour une synthèse de la vie de Bélibaste et une analyse des derniers moments du catharisme, voir Peytavie 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christiane Amiel, « La fin des derniers cathares ou le retour de Bélibaste », Lengas [En ligne], 61 | 2007, mis en ligne le 19 septembre 2019, consulté le 11 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lengas/3202

Haut de page

Auteur

Christiane Amiel

Ethnopôle Garae, Carcassonne/LAHIC, Paris

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals