Navigation – Plan du site

La « dernière » bretonnante de la presqu'île guérandaise

Fañch Postic

Texte intégral

  • 1 Sur l'œuvre de la Paroisse bretonne de Paris et la biographie de son fondateur, voir Fañch Postic, (...)

1En régression depuis le xvie siècle, la langue bretonne n'a définitivement disparu du pays de Guérande que dans la seconde moitié du xxe siècle. Mais quand, au cours de l'été 1925, l'abbé François Cadic rencontre Clémence Le Berre, du village de Kermoisan, à Batz-sur-Mer, il pense bien avoir affaire à l'ultime locutrice de ce que certains considèrent comme un cinquième dialecte breton, à « la dernière bretonnante de la presqu'île guérandaise », pour reprendre le titre de l'article qu'il publie l'année suivante dans La Paroisse bretonne de Paris, bulletin de la société qu'il a lui-même créée en 1897 pour venir en aide à ses compatriotes émigrés de la capitale1.

  • 2 François Cadic est né en 1864 dans une famille d'agriculteurs de Noyal-Pontivy.

2En juillet 1925, tandis que la société suspend ses activités pour les vacances, François Cadic revient, comme chaque année, passer quelques jours de vacances dans sa famille aux environs de Pontivy2. Là, le collecteur de littérature orale se met en quête de chants et de contes qui, pendant une année, nourriront la publication. Bénéficiant de la voiture d'un ami qui se propose de le conduire, il en profite également pour se rendre dans la presqu'île de Guérande, toute proche, où la présence de la langue bretonne, lui a-t-on dit, est sérieusement menacée. « Il y a longtemps, m'avaient dit les gens avertis, que le bourg de Batz lui-même, asile suprême du breton, s'est rangé dans le camp gallo-romain. Hâtez-vous, si vous voulez retrouver encore par-là quelques bretonnants. Je tenais à voir par mes propres yeux, à entendre par mes propres oreilles. » François Cadic se rend donc sur place.

1 « Pour l'unité linguistique de la France, la langue bretonne doit disparaître »

  • 3 Le texte de François Cadic a été repris et publié dans Çà et là à travers la Bretagne, t. 6 de la c (...)

3Un an plus tard, dans le numéro de juillet-août 1926 de la Paroisse bretonne, il rend donc compte du résultat de son excursion3. Mais, entre temps, il convient de le rappeler, l'été 1925 a été marqué par deux événements qui ont provoqué quelques remous chez les défenseurs du breton et des autres langues régionales parlées dans l'Hexagone. Le 19 juillet, le ministre de l'Instruction publique et des Beaux-Arts, Anatole de Monzie, inaugure le Ty-Breiz, le pavillon de la Bretagne construit pour l'Exposition internationale des arts décoratifs. C'est notamment l'occasion de découvrir un groupe d'artistes bretons, les Seiz Breur (les Sept Frères), fondé en 1923, qui veut résolument rompre avec les bretonneries pour proposer une approche artistique contemporaine, pour « être furieusement moderne », proclame-t-il. Le ministre, après avoir remercié ses hôtes, déclare qu'en Bretagne, et dans d'autres provinces, seul l'art régional mérite d'être conservé, ajoutant une phrase souvent citée depuis : « Pour l'unité linguistique de la France, la langue bretonne doit disparaître ». Cela provoque, lit-on souvent, un tollé général. En fait les réactions immédiates se limitent, semble-t-il, à un seul sifflet, dont plusieurs personnes se sont ensuite disputé la paternité (Le Couédic/Veillard 2000, 27-28). Un mois plus tard, le 14 août, le même ministre publie une circulaire « relative aux idiomes locaux ». « L'école laïque, peut-on y lire, pas plus que l'Église concordataire, ne saurait abriter des parlers concurrents d'une langue française dont le culte jaloux n'aura jamais assez d'autels. »

Fig. 1. — François Cadic (coll. part).

  • 4 Publié dans Cadic 2002, 369-372.
  • 5 François Cadic a suivi, vers 1890, des études d'histoire à l'Institut catholique de Paris où il a m (...)

4François Cadic n'est pas le dernier à réagir. Dans « Défense de la langue bretonne », un article publié dans le numéro de février 1926 de la Paroisse bretonne4, le partisan d'une « autonomie » comprise comme une décentralisation des pouvoirs exempte de toute idée de séparatisme fustige une nouvelle fois la centralisation prônée par un ministre dont il souligne, en passant, le revirement politique : « Lorsque, en ma jeunesse, je fréquentais les abords de la Sorbonne5, de Monzie se trouvait aussi dans les parages. On lui prêtait quelque esprit, des goûts littéraires, voire, en sa qualité d'enfant du Quercy, des idées décentralisatrices. L'âge et la politique ne lui ont pas rendu service loin de là. Non content de brûler ce qu'il adorait, l'esprit a fini par se fourvoyer. Sans doute est-ce l'effet du milieu. Hissez un Français sur le pavois, il s'imaginera être un Napoléon. Il en empruntera la mentalité ; il sera centralisateur à outrance. »

5« Pauvre langue bretonne, poursuit-il, voilà ton affaire réglée ! [...] Il faut que tu disparaisses. » « Une fois encore te voilà sur la sellette, avec tes sœurs d'origine non française oh ! langue de mes aïeux, vénérable breton que j'ai appris à parler sur les genoux de ma mère. Qu'ont-ils contre toi les gouvernants qui depuis quelques temps, en France, se succèdent au pinacle pour te refuser le droit à la vie ? [...] Mort au breton ! clament-ils. Mort aux idiomes qui n'ont pas leurs extraits de naissance aux bords de la Seine. Tout le monde sous le niveau français, d'un bout du territoire à l'autre, car telle est notre volonté. »

6La mort, le deuil..., un registre de vocabulaire à nouveau présent, quelques mois plus tard, dans le compte rendu de son voyage au pays de Guérande : « Demain, écrit François Cadic, dans un coin de la Bretagne bretonnante, la presqu'île guérandaise, il faudra aussi faire son deuil de la langue des aïeux. La dernière personne à s'en servir aura vécu. » S'exprime également un fort sentiment de nostalgie qu'exhale le paysage lui-même : « On se dirigea sur Guérande. Assise sur son tertre de verdure, les reins ceints de sa rude ceinture de murailles féodales, le chef coiffé de sa cathédrale gothique aux verrières éclatantes, l'antique forteresse des Montfort veillait sur le plat pays, telle une sentinelle armée en guerre. Il y avait de la mélancolie dans le paysage, une sorte de nostalgie du passé. Aux coins de rue, parmi les pavés raboteux, l'herbe folle poussait et contre les poternes on se heurtait à de gros boulets de fer qui traînaient par terre, comme si la place sortait d'un siège. On aurait cru la ville endormie dans un rêve que le passage des nombreux touristes ne tirait pas de son enchantement. Était-il possible qu'en un tel lieu, où tout respirait histoire et traditions, il ne fût pas demeuré quelques vestiges du parler des ancêtres ? »

2 L'ombre de Dolly Pentreath

  • 6 Né en 1848, Henry Jenner, auteur en 1904 du Handbook of the Cornish language, est l'un des pionnier (...)

7François Cadic ne fait dans la presqu'île guérandaise qu'une brève incursion — sans doute une seule journée — et sa visite, visiblement improvisée, revêt un caractère essentiellement affectif et symbolique. : tandis que la volonté d'imposer le français comme une langue unique de la République se fait à nouveau pressante, la situation de la langue bretonne en pays guérandais présage pour lui ce qu'il adviendra bientôt dans toute la Basse-Bretagne. Et le lien s'établit tout naturellement avec le sort subi par la langue cornique face à la langue anglaise. Comment en effet ne pas établir un parallèle entre les péninsules guérandaise et cornouaillaise, et entre leurs dernières locutrices ? C'est d'ailleurs par une référence à Dolly Pentreath que François Cadic ouvre son article : « À la fin du xviiie siècle, mourait en Cornouaille anglaise une pauvre vieille femme dont la disparition fut un évènement. Elle était la dernière à parler celtique, en cette péninsule de Grande-Bretagne. Avec elle disparaissait le cornish, l'un des rameaux de notre vieille langue bretonne, jadis si répandue sur le pays d'Occident, maintenant traquée sans merci par les deux langues conquérantes, l'anglais et le français. » Peut-être en a-t-il entendu parler au congrès de l'Union régionaliste à Lesneven en 1903, où, venu lui-même présenter les activités de la Paroisse bretonne de Paris, il a pu assister à la prise de parole en cornique d'un certain Henry Jenner6.

Fig. 2. — Dolly Pentreath (coll. C.R.B.C./U.B.O. Brest)

8Dorothy Pentreath, plus connue sous le nom de Dolly Pentreath, habitait Mousehole, près de Penzance. Après sa mort, survenue en 1777 — elle avait 102 ans —, sa notoriété s'est propagée bien au-delà de sa seule Cornouaille britannique. Ainsi, dans les années 1970, l'écrivain Pierre-Jakez Hélias consacre à celle qu'il présente encore, en note, comme la dernière à avoir parlé le cornique, un poème bilingue — Kanenn Dolly Pentraeth/Le Chant de Dolly Pentraeth — où il évoque la disparition du breton et qui se termine ainsi (Hélias 1974, 128-129) :

KANENN DOLLY PENTRAETH
Ma yez a gan a-dreuz peb ger
An tadou koz, ar paour-kêz treued,
Ar beo, ar maro, se zo heñvel,
Harlu ar bed ha deiz ar Varn.
Ma yez a gan e doare Breiz,
A gane kentoh, fell din lared,
Pellaad a ra he mouez bewech
Ma tiskenn korv eur houer en douar,
Dolly Pentraeth.

Dolly Pentraeth, tremen poent eo
Lezel da vond ar pez a garer
Gand youh diweza-oll ar hreiz
Ma teu ar peoh da respont dezañ.

(Ma langue chante avec ses mots
Les grands aïeux, les pauvres bougres,
La vie et la mort, c'est tout comme,
L'exil du monde et le Grand Jour.
Ma langue chante son breton,
Le chantait plutôt, je veux dire
Sa voix s'éloigne à chaque fois
Qu'on met en terre un laboureur,

Dolly Pentraeth
Dolly Pentraeth, il est grand temps
De laisser aller ce qu'on aime.
Avec le dernier cri du cœur,
Dont le silence est la réponse.)

9Cent cinquante ans plus tard, Clémence Le Berre apparaît donc comme une nouvelle Dorothy Pentreath : « Semblable à la Cornouaillaise d'Angleterre de la fin du xviiie siècle, Clémence Le Berre est la gardienne du Feu sacré. Avec elle s'éteindra la flamme vacillante. Aussi ce n'est pas sans émotion que je prends congé d'elle. » L'article de François Cadic n'est d'ailleurs pas sans rappeler le compte rendu du voyage de Daines Barrington en Cornouaille en 1768 et le récit de sa rencontre avec Dolly Pentreath : « Dans une pauvre et proprette chaumière, au bord de la route, une brave et accorte paysanne, coiffée du bonnet de la région et qui portait allègrement le poids de ses soixante-dix ans. Esprit vif et dégagé, parole abondante. [...] Je la saluai en breton, et aussitôt un joyeux sourire illumina son visage, comme si elle avait entendu la voix d'un proche qui revenait après une longue absence. Elle me répondit en breton. »

10Mais la Guérandaise ne connaîtra pas la célébrité de sa devancière cornouaillaise. Sans François Cadic, on ignorerait même jusqu’à son existence. Gildas Buron, conservateur du Musée des marais salants à Batz-sur-Mer, qui lui a consacré des recherches, a simplement retrouvé la trace au village de Kermoisan, dans l’entre-deux-guerres, d’une Prudence Le Berre née en 1860. Si c’est bien celle que rencontre François Cadic — qui lui donne plus de soixante-dix ans —, elle n’était donc finalement guère plus âgée que lui !

3 Les derniers Bretons

  • 7 Sur l'initiative du prince Lucien Bonaparte.
  • 8 Ce thème est également exploité par l'écrivain Charles Le Goffic à travers le personnage de Tréphen (...)

11La disparition d'une Clémence (ou Prudence) Le Berre ou de ses contemporains n'a pas suscité l'émotion qu'occasionna la mort d'une Dolly Pentreath, à la mémoire de laquelle on fit même, en 1860, graver une plaque commémorative dans le cimetière de Mousehole7. En Bretagne, les lendemains de la Première Guerre mondiale constituent une période charnière marquée par un conflit de générations. Né en 1864, dans un monde rural, François Cadic, le « recteur des Bretons de Paris », exprime régulièrement sa nostalgie devant la disparition inexorable d'une Bretagne, celle de sa propre enfance, avec ses costumes, sa musique, ses danses, ses paysages et sa langue du quotidien. Et, dans une vision manichéenne et quelque peu simpliste, il oppose volontiers l'image idyllique d'une Bretagne du passé, heureuse, attachée à la terre, à la religion, aux traditions — une Bretagne des ancêtres, des « aïeux » —, à celle d'une Bretagne désormais menacée par « la marée montante de la Centralisation », par les influences néfastes des modes de vie urbains... Le vocabulaire de son compte rendu est, de ce point de vue, très significatif. « Combien elle était heureuse, écrit-il au moment de sa rencontre avec Clémence Le Berre, de pouvoir s'exprimer enfin dans cette langue aimée qui avait été celle de ses parents et qu'elle avait apprise sur les genoux de sa mère. » On trouve là un écho à ce qu'il écrivait déjà dans l'article qui faisait suite aux prises de position d'Anatole de Monzie : « Oh ! langue de mes aïeux, vénérable breton que j'ai appris à parler sur les genoux de ma mère. » À Paris, où il continue à prôner le port du costume breton, le maintien de la langue., le prêtre morbihannais se sent lui aussi comme l'un des derniers tenants des traditions bretonnes, l'un des derniers remparts contre la « Mode parisienne » qui va transformer la Bretagne en « banlieue de la Capitale » (Cadic 2002, 200). Il est, pour reprendre le titre d'un ouvrage de l'écrivain Émile Souvestre paru près d'un siècle plus tôt, l'un de ces « derniers Bretons » auquel son propre pays, dont il mesure, à chacune des vacances, les rapides et profondes transformations, devient peu à peu étranger : c'est aussi le sentiment qu'il attribue à Clémence Le Berre : « Clémence était donc la seule de son espèce, et en le disant, il lui échappait de gros soupirs, comme si elle se sentait désormais une étrangère sur cette terre qui fut celle des siens8. »

12À côté du vocabulaire évoquant l'invasion — celle des touristes par exemple —, François Cadic met également en avant celui de la trahison, celle des Bretons eux-mêmes qui, reniant leur passé, leurs origines..., dilapident leur héritage en s'empressant d'abandonner leurs traditions et leur langue pour adopter les modes de vie urbains : « En quittant le marais guérandais, il m'a semblé que je quittais le cimetière où dormait un grand nombre d'hommes de ma race, et je me suis senti le cœur endolori, à la pensée que leurs fils étaient infidèles à leur mémoire et avaient renoncé à la plus belle portion de leur héritage, à leur Langue. »

  • 9 René Le Roux, né à Bordeaux en 1878.
  • 10 Né à Paris en 1901, il adoptera pour son nom la graphie bretonne Olier Mordrel.
  • 11 De son vrai nom Louis Némo, il est né à Brest en 1900.

13L'infidélité, c'est aussi celle des jeunes militants nationalistes qui, au lendemain de la Première Guerre mondiale, voudraient justement faire table rase de cette Bretagne du passé, du folklore. Issus le plus souvent d'un milieu urbain, ceux dont le breton n'est généralement pas la langue maternelle souhaitent, dans une vision plus élitiste de la langue et de la culture, voir émerger une Bretagne moderne qui pourrait trouver sa place dans le concert des nations et dont la littérature, notamment, serait l'égale des grandes littératures européennes. Certains d'entre eux passent d'ailleurs un temps par la Paroisse bretonne de Paris, vers 1920, tels Meven Mordiern9, le père de ce qu'on appelle parfois le « breton chimique », ou Olivier Mordrelle10. En 1925, ce dernier fonde avec Roparz Hémon11, la revue Gwalarn dont le manifeste, en février, est significatif : « Réaction violente et raisonnée de la jeunesse cultivée contre les modes surannées et la fausse paysannerie mise en honneur par le régionalisme, contre le clinquant, les fadaises, le plat et le naïf propagandisme dont a vécu jusqu'ici ce qu'on veut bien appeler notre littérature. [...] Pour la première fois, une revue bretonnante présentera exclusivement à des lecteurs instruits des articles faits pour eux, susceptibles de les intéresser au même degré qu'une page tirée de n'importe quelle publication d'une capitale européenne, au lieu de contes enfantins et de poésies poussives à l'usage d'illettrés. »

  • 12 Gwerz (pluriel gwerzioù), chant narratif à caractère historique, très présent en Bretagne bretonnan (...)

14L'attaque vise les folkloristes et les régionalistes, rendus responsables d'une vision surannée et passéiste de la Bretagne, celle des contes populaires, des légendes et des gwerzioù12 que collecte encore un François Cadic, celle du chanteur Théodore Botrel qui, en 1905, l'année de l'apparition du personnage de Bécassine, a créé à Pont-Aven la première fête folklorique avec concours de danses, de costumes... C'est encore l'institution en 1925 d'une duchesse des Bretons de Paris qui, en avril, parcourt les rues du xive arrondissement sur son « char-menhir »... Les régionalistes sont souvent eux aussi des citadins qui, confortés par le développement du tourisme, reprennent à leur compte, en les réinterprétant à des fins spectaculaires, les costumes, danses et autres traditions que les populations rurales abandonnent, sans réel souci de préserver une culture populaire authentique pourtant encore bien vivante dans une bonne partie de la Bretagne.

4 Une langue sans altération

  • 13 « Botrel » dans Cadic 2002, 387.

15Favorable à la République, partisan d'une petite patrie bretonne au sein de la grande patrie française, acquis aux idées de la démocratie chrétienne, François Cadic se sent toutefois plus proche d'un Théodore Botrel ou d'un Anatole Le Braz, tous deux disparus en cette année 1925, que des jeunes nationalistes qu'il a un temps accueillis et fréquentés à la Paroisse bretonne et auxquels il s'en prend violemment, dénonçant en particulier leurs idées séparatistes. Il évoque ainsi dans le numéro de la Paroisse bretonne d'août-septembre 1925, le « clan des néo-bretons nés dans les villes, dont les parents depuis des générations avaient renoncé à la langue nationale et qui, saisis soudain d'un amour fougueux pour la petite patrie, se sont mis à se barbouiller la cervelle d'un breton livresque et à distribuer des brevets de bretonisme à qui bon leur semble13 ».

  • 14 François Le Goff, prêtre né à Plouider en 1893. En 1920, à Paris, il est président de la première s (...)
  • 15 Théodore Hersart de la Villemarqué, auteur, en 1839, du Barzaz-Breiz.

16Ceux-ci le lui rendent bien : « c'était au temps, écrit Olier Mordrel dans ses souvenirs, où Saïg14 et moi allions à la Paroisse Bretonne de l'abbé Cadic, l'unique foyer breton de l'époque, à une portée de fusil de la gare Montparnasse, pour tenter d'introduire l'élément celtique dans les séances récréatives du dimanche dont le but était de détourner les bonnes à tout faire des bals musettes. Personne ne perçait à jour nos intentions, le brave abbé tout à ses marottes moins que les autres. [...] Rien n'avait changé sous ces plafonds noircis depuis Hersart15 et Laënnec. Les guerzes et contes de son pays pontivyen, que l'abbé recueillait par goût archéologique, ne lui semblaient présentables qu'à travers une traduction française. C'est chez lui que nous avons senti avec le plus d'intensité la rupture totale entre la génération marquée par le xixe siècle et le nôtre » (Mordrel 1973, 111).

  • 16 La Paroisse bretonne de Paris, décembre 1923, p. 2.

17Le conflit de générations est donc patent et les objectifs radicalement différents. Pour François Cadic, il s'agit de maintenir un lien entre les Bretons de Paris et leur culture orale d'origine afin d'éviter un trop grand déracinement qui aurait bien entendu de fâcheuses conséquences sur leur état spirituel. Conservation du costume, attachement à la langue bretonne parlée. sont avec la musique, le chant, les contes, la danse, mis à l'honneur lors de réunions régulières, des « moyens d'apostolats » pour préserver une identité bretonne dans une ville qui apparaît au prêtre comme celle de tous les dangers. Autant de soucis dont n'ont évidemment que faire les militants nationalistes, tenants d'une langue bretonne épurée, unifiée. Et François Cadic de leur opposer, à différentes reprises, la pureté du breton de certains auteurs, bretonnants de naissance, qui se montrent capables de trouver dans la langue parlée les ressources nécessaires pour faire œuvre de littérateur : « Ce fut, écrit-il à propos de son propre cousin Jean-Mathurin Cadic, un maître de la langue bretonne qu'il parlait avec pureté, en puisant à la source populaire, sans sacrifier au mauvais goût d'une jeune école qui croit la servir, en fabriquant des mots nouveaux, trop souvent incompréhensibles16. » Clémence Le Berre est elle-même appelée à témoigner : « Quoiqu'elle n'eût appris ni ses prières, ni son catéchisme en breton, quoiqu'elle fût restée des années sans avoir l'occasion ni de lire du breton, ni de s'exprimer en breton, elle ne parlait pas moins le breton avec une singulière perfection et une pureté que bien des gens en Basse-Bretagne auraient enviées. Mots et expressions étaient du crû et portaient leurs marques de noblesse, sans altération. »

18À différentes reprises, François Cadic défend donc l'idée d'une Bretagne — celle de l'intérieur notamment — qui, face à la modernité, l'urbanisation, le cosmopolitisme, a su conserver son intégrité, son « âme », sa pureté originelle. Cette Bretagne dont le pilier demeure le paysan peut seule faire obstacle à une uniformisation en marche qui prend ses modèles dans des villes perverties.

5 Mort d'un dialecte : une étonnante indifférence

  • 17 Musique Bretonne, Douarnenez, Chasse-Marée/ArMen, 1996, p. 168.

19Dans l'entre-deux-guerres les préoccupations des jeunes intellectuels bretons se tournent donc davantage vers la politique. Le Groupe régionaliste breton, créé en 1918, se transforme, en 1927, en Parti autonomiste breton, conservant pour organe la revue Breiz atao (Bretagne toujours). Les collectes de littérature orale connaissent un arrêt brutal, les traditions populaires ne sont plus vraiment à l'ordre du jour. C'est ainsi que disparaissent, dans une grande indifférence, les derniers sonneurs de veuze, une cornemuse spécifique en usage dans le pays guérandais et le Marais breton-vendéen. L'instrument apparaît même comme le témoin indésirable d'une époque révolue : on en a honte, on le cache, on le casse17 ! Rares sont ceux qui s'attachent alors à recueillir les derniers témoignages de cette pratique.

  • 18 Francis Favereau, article « Ploucs », dans le Dictionnaire du patrimoine breton (Croix/Veillard 200 (...)
  • 19 Basse-Bretagne.
  • 20 « Ceux-ci », traduction du breton er re-mañ, mis dans la bouche de Guérandais par l'abbé Cadic, est (...)

20Tandis que le sobriquet de « ploucs », dont Le Robert relève un emploi écrit dès 1936, caractérise désormais une population bretonnante et paysanne quelque peu arriérée18, binious et bombardes, costumes, danses... et langue bretonne en apparaissent comme les signes les plus tangibles : « À notre question “Connaissez-vous par ici des gens parlant breton ?” ce fut la stupéfaction dans l'auberge où nous étions entrés, écrit François Cadic. Il y eut un sourire sur les visages qui voulait dire : “Sûrement ceux-ci doivent arriver de Basse-Brette19 pour avoir des idées pareilles. Ils retardent20”. »

  • 21 Dans la Revue celtique, III, 1877, p. 230, il a publié la parabole de l'enfant prodigue avec une tr (...)
  • 22 Auteur d'une « Étude sur le dialecte breton de la presqu'île du Bourg de Batz », dans le Bulletin a (...)
  • 23 Dans le Bulletin archéologique de l'Association bretonne, 1888, est publiée une chanson en langue b (...)
  • 24 Née le 2 mai 1838.
  • 25 « Effectivement, il y avait dans ce village un vieillard nommé Le Du et surnommé Maurouard, qui com (...)
  • 26 Bodéet de ober en dra beneg (accoutumé de faire quelque chose) qui, selon Gildas Buron, serait une (...)
  • 27 Habitant le village de Trégaté, il était né en 1871 dans celui de Roffiat où, en 1925, François Cad (...)

21Comment dès lors être surpris du peu de réaction face à la disparition annoncée du breton parlé dans la presqu'île guérandaise ? À la fin du xixe siècle et dans les premières années du xxe, quelques érudits tels que Léon Bureau21, Émile Ernault22, Pître de Lisle du Dréneuc23, Pierre Bézier, se sont toutefois préoccupés d'en préserver quelques rares témoignages. Il convient aussi de signaler le point d'enquête de l'Atlas linguistique de la Basse-Bretagne réalisé par Pierre Le Roux en 1911, auprès de Suzanne Le Duc24, veuve Guillaume Legars, une journalière de 72 ans, parente, selon Gildas Buron, du dénommé Le Du25 évoqué par François Cadic dans son article. On peut donc regretter, alors qu'il suggère l'existence d'autres locuteurs potentiels, que ce dernier ne se soit pas attardé davantage, ou ne soit pas revenu sur place pour effectuer une vraie enquête dont ses talents de collecteur le rendaient tout à fait capable. De sa conversation avec Clémence Le Berre, il nous livre, en tout et pour tout, un simple bout de phrase26 ! Et il faudra attendre 1959 pour que A. Russon, P. Loquet et P. Manach réalisent, auprès de Jean-Marie Cavalin27, alors âgé de 88 ans, le seul enregistrement aujourd'hui disponible : après une conversation en français, on l'entend simplement compter jusqu'à douze !

22C'est seulement en 2005 qu'un premier travail universitaire est consacré au breton de la presqu'île guérandaise, sous la forme d'un mémoire de maîtrise. Son auteur, Yves Mathelier, y propose un dictionnaire et une grammaire du breton de Guérande, pour l'élaboration desquels il a dû, malheureusement, se contenter de sources uniquement écrites (Mathelier 2005). Il faut toutefois signaler les travaux de Gildas Buron, le conservateur bretonnant du Musée des marais salants à Batz-sur-Mer. En 1983, il avait rédigé un mémoire de sociologie sur les conditions du maintien et de la disparition du dialecte local (Buron 1983). Et, à la fin de l'année 2006, il a consacré au breton de Guérande une exposition. Il prépare par ailleurs une publication contenant divers documents inédits : textes suivis, chansons, dictons, matériaux divers et témoignages recueillis depuis 1979.

  • 28 En 1865, le galloisant Robert Williams publie un premier dictionnaire, Lexicon Cornu-Britannicum. E (...)
  • 29 La première école Diwan, école monolingue en langue bretonne, a été créée en 1977.

23Si Clémence Le Berre et Dolly Pentreath n'ont donc pas connu la même postérité, elles ont toutefois bien en commun de ne pas avoir été les dernières locutrices de leurs langues respectives. En Cornouaille britannique, il y avait encore au début du xixe siècle des personnes capables de parler la langue et, tout au long de ce même siècle, des érudits se sont attachés à recueillir les dernières traces du cornique (formulettes, prières, chansons, dictons et proverbes...) pour établir des dictionnaires28. De même, dans le pays de Guérande, la langue bretonne n'a réellement disparu qu'au début des années 1980, dans une relative indifférence, d'autant plus surprenante qu'elle intervient à une époque où la question de la langue bretonne et de son enseignement est l'objet d'un vif débat29. C'est que les préoccupations se portent alors davantage sur l'avenir de la langue bretonne elle-même, notamment pour les jeunes générations, que sur des aspects plus patrimoniaux. Toujours est-il que le breton de Guérande a fini par disparaître totalement et que sa mort ne s'est pas, en définitive, accompagnée de l'émergence d'une figure emblématique de dernier locuteur.

Haut de page

Bibliographie

Abalain, Hervé, 1989. Destin des Langues celtiques, Ophrys, Paris et Gap.

Abalain, Hervé, 1998. Histoire des langues celtiques, Gisserot.

Buron, Gildas, 1983. Éléments et propositions pour l'autopsie d'un dialecte breton, mémoire de sociologie, UER des sciences humaines, Rennes.

Cadic, François, 1997 (Textes réunis et présentés par Fañch Postic). Contes et Légendes de Bretagne. Contes populaires, t. 1 de la collection « Les œuvres de François Cadic », Rennes, Presses universitaires de Rennes/Terre de Brume.

Cadic, François, 2002 (Textes réunis et présentés par Fañch Postic). Çà et là à travers la Bretagne, t. 6 de la collection « Les œuvres de François Cadic », Rennes, Presses universitaires de Rennes/Terre de Brume.

Croix, Alain/Veillard, Jean-Yves (dir.), 2001. Dictionnaire du patrimoine breton, Rennes, Apogée.

Hélias, Pierre-Jakez, 1974. Ar Mêm Du/La Pierre Noire, no spécial de la revue Brud, nos 47-48, été 1974.

Le Couedic, Daniel/Veillard, Jean-Yves (dir.), 2000. Ar Seiz Breur. La création bretonne entre tradition et modernité, catalogue de l'exposition organisée par l'Association Buhez, Rennes, Terre de Brume/Musée de Bretagne.

Mathelier, Yves, 2005. « Le Guérandais. Dialecte breton du pays nantais », mémoire de maîtrise dirigé par Yves Le Berre et soutenu à l'université de Bretagne occidentale (Brest).

Mordrel, Olier, 1973. Breiz Atao ou histoire et actualité du nationalisme breton, Paris, Alain Moreau.

Mordrel, Olier, Parlons du breton, catalogue de l'exposition proposée par l'association Buhez, Rennes, Buhez-Ouest-France, 2001.

Haut de page

Notes

1 Sur l'œuvre de la Paroisse bretonne de Paris et la biographie de son fondateur, voir Fañch Postic, introduction à Contes et Légendes de Bretagne. Contes populaires, t. 1 de la collection des œuvres de François Cadic (1997).

2 François Cadic est né en 1864 dans une famille d'agriculteurs de Noyal-Pontivy.

3 Le texte de François Cadic a été repris et publié dans Çà et là à travers la Bretagne, t. 6 de la collection des œuvres de François Cadic (Cadic 2002).

4 Publié dans Cadic 2002, 369-372.

5 François Cadic a suivi, vers 1890, des études d'histoire à l'Institut catholique de Paris où il a même occupé la chaire pendant l'absence de son titulaire. Il a probablement préparé l'agrégation à la Sorbonne.

6 Né en 1848, Henry Jenner, auteur en 1904 du Handbook of the Cornish language, est l'un des pionniers du renouveau de la langue cornique au début du XXe siècle. Ayant appris le breton, il entretient des liens avec le mouvement régionaliste breton et est membre du Gorsedd, c'est-à-dire de l'assemblée des bardes de Bretagne.

7 Sur l'initiative du prince Lucien Bonaparte.

8 Ce thème est également exploité par l'écrivain Charles Le Goffic à travers le personnage de Tréphen ar givri qui apparaît dans le roman L'Abbesse de Guérande, publié à Paris en 1921.

9 René Le Roux, né à Bordeaux en 1878.

10 Né à Paris en 1901, il adoptera pour son nom la graphie bretonne Olier Mordrel.

11 De son vrai nom Louis Némo, il est né à Brest en 1900.

12 Gwerz (pluriel gwerzioù), chant narratif à caractère historique, très présent en Bretagne bretonnante.

13 « Botrel » dans Cadic 2002, 387.

14 François Le Goff, prêtre né à Plouider en 1893. En 1920, à Paris, il est président de la première section de l'Unvaniez Yaouankiz Breiz (Union de la Jeunesse de Bretagne), c'est-à-dire du Groupe régionaliste breton, mouvement nationaliste créé en 1918.

15 Théodore Hersart de la Villemarqué, auteur, en 1839, du Barzaz-Breiz.

16 La Paroisse bretonne de Paris, décembre 1923, p. 2.

17 Musique Bretonne, Douarnenez, Chasse-Marée/ArMen, 1996, p. 168.

18 Francis Favereau, article « Ploucs », dans le Dictionnaire du patrimoine breton (Croix/Veillard 2001, 774). Peut-être est-ce une allusion aux nombreuses communes bretonnes dont le nom commence par « Plou ».

19 Basse-Bretagne.

20 « Ceux-ci », traduction du breton er re-mañ, mis dans la bouche de Guérandais par l'abbé Cadic, est un idiotisme qui ne leur était guère familier.

21 Dans la Revue celtique, III, 1877, p. 230, il a publié la parabole de l'enfant prodigue avec une traduction.

22 Auteur d'une « Étude sur le dialecte breton de la presqu'île du Bourg de Batz », dans le Bulletin archéologique de l'Association bretonne, 1882, p. 212-249.

23 Dans le Bulletin archéologique de l'Association bretonne, 1888, est publiée une chanson en langue bretonne qu'il a recueillie en 1872 auprès d'une fillette du Bourg-de-Batz. Dans ce même volume, qui contient le compte rendu du congrès tenu l'année précédente au Croisic, La Villemarqué donne une version qu'il a lui-même collectée pendant le congrès. En 1891, Pierre Bézier confie une troisième version de la chanson à la Revue des traditions populaires (p. 369).

24 Née le 2 mai 1838.

25 « Effectivement, il y avait dans ce village un vieillard nommé Le Du et surnommé Maurouard, qui comprenait le breton. Il était absent. » Il s'agit très certainement de Jean-Marie Le Duc (29 octobre 1848-3 janvier 1927), fils de René et Élisabeth Lacroix, paludier de Trégaté, mais né à Roffiat. Cette précision m'a été apportée par Gildas Buron, conservateur du Musée des marais salants à Batz-sur-mer, que je tiens à remercier pour les précieuses informations qu'il m'a fournies.

26 Bodéet de ober en dra beneg (accoutumé de faire quelque chose) qui, selon Gildas Buron, serait une normalisation de *Bodéet dobeir un dra benag (Lettre du 10 janvier 2001). Les formes usuelles du dialecte de Batz pour « habitué(e) » sont boez, boezeit.

27 Habitant le village de Trégaté, il était né en 1871 dans celui de Roffiat où, en 1925, François Cadic signale la présence probable de bretonnants. On peut entendre cet enregistrement sur le cédérom qui accompagne le catalogue de l'exposition Parlons du breton organisée par l'association Buhez à Rennes, en 2001.

28 En 1865, le galloisant Robert Williams publie un premier dictionnaire, Lexicon Cornu-Britannicum. En 1879 paraît un glossaire des noms de lieux dû au révérend John Bannister. Son œuvre sera poursuivie par son ami Frederick Jago, auteur en 1882 de The Ancient Language, and the Dialect of Cornwall auquel est joint un important appendice consacré à Dolly Pentreath. En 1887, Jago édite également un English-Cornish Dictionnary.

29 La première école Diwan, école monolingue en langue bretonne, a été créée en 1977.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — François Cadic (coll. part).
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/3213/img-1.jpg
Fichier image/, 276k
Légende Fig. 2. — Dolly Pentreath (coll. C.R.B.C./U.B.O. Brest)
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/3213/img-2.jpg
Fichier image/, 177k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fañch Postic, « La « dernière » bretonnante de la presqu'île guérandaise », Lengas [En ligne], 61 | 2007, mis en ligne le 25 septembre 2019, consulté le 12 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lengas/3213 ; DOI : 10.4000/lengas.3213

Haut de page

Auteur

Fañch Postic

C.N.R.S. (Centre de recherche bretonne et celtique), université de Bretagne occidentale, Brest

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals