Navigation – Plan du site

La question de <b> et <v> dans la codification graphique du castillan et dans celle d’autres langues romanes d’Espagne

Sophie Sarrazin

Résumés

Cet article interroge le poids exercé par les modèles normatifs d’une langue dominante dans les processus d’émancipation de langues ayant subi de longues périodes de sujétion diglossique. On y examine, dans un premier temps, la question de la codification graphique de <b> et <v> en castillan (réglée dès le début du xviiie siècle par la Real Academia Española) et dans un deuxième temps, le traitement de cette même question dans les propositions orthographiques récentes élaborées pour quatre langues romanes espagnoles (aragonais, astur-léonais, catalan, galicien).

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Souvent citée en exemple aujourd’hui pour sa politique de promotion et de protection des langues régionales, l’Espagne n’en reste pas moins un pays où, pendant des siècles et jusqu’à une date relativement récente, le castillan a régné sans partage, s’imposant comme langue stato-nationale au détriment d’idiomes réduits, au mieux, à la condition de langues minorées au sein du schéma diglossique classique (catalan, galicien), au pire à celle de langues résiduelles, ayant vu leur territoire et par suite leur nombre de locuteurs s’amenuiser au fil des siècles, jusqu’à être menacées de disparition (cas, par exemple, de l’astur-léonais, mais plus encore de l’aragonais).

2Dans ces processus de substitution linguistique et de déclassement, on connaît le rôle primordial joué par la grammatisation (Auroux 1994), c’est-à-dire et pour reprendre l’image que cet auteur a coutume d’utiliser, l’ « outillage » descriptif et/ou normatif d’une langue, tant du point de vue grammatical que graphique ou lexicographique. Instrument au service de la dignification, de l’expansion, de l’affermissement d’une langue, la grammatisation, réservée à la langue dominante, en renforce le prestige, l’unification et la diffusion, accentuant, au rebours, la dépréciation et la fragmentation des langues minoritaires et minorées qui n’y ont pas accès (Kasbarian 1997).

3Ces mécanismes bien connus de légitimation/délégitimation ont donc fonctionné à plein en Espagne, grosso modo, de la fin du Moyen Âge à l’après-franquisme, avec, dans certains cas (catalan et, dans une moindre mesure, galicien), des périodes de rémission renaissantistes. A partir des années 1980, des politiques linguistiques volontaristes émanant des communautés autonomes régionales ont tout logiquement promu des initiatives visant à (re)grammatiser les langues parlées sur leur territoire, de façon à en élargir l’usage, à rendre possible leur enseignement et leur diffusion et à en rehausser le prestige. L’une des questions qui surgissent lorsque l’on considère le contexte historique des processus de standardisation des langues minorées est celle du rapport qu’entretiennent ces derniers avec le modèle fourni par la langue dominante, lequel, outre l’avantage que lui confère son ancienneté et sa stabilité, se trouve être aussi le modèle diffusé à large échelle par l’institution scolaire.

4C’est à cette question que je vais m’intéresser dans les pages qui suivent, à travers l’analyse d’un cas de codification graphique, celui de la distribution de <b> et <v>, réglé pour le castillan dès 1726 par la Real Academia Española (RAE désormais), d’une manière à maints égards insatisfaisante. Confrontés au même problème que les académiciens de la RAE (existence de deux graphèmes pour un seul phonème), comment les « grammatiseurs » contemporains d’autres langues romanes d’Espagne ont-ils résolu cette difficulté et, surtout, quel degré d’autonomie ont-ils manifesté vis-à-vis du modèle dominant ? C’est ce à quoi je tenterai de répondre en examinant les propositions faites pour l’astur-léonais, l’aragonais, le catalan et le galicien au cours de ces quatre dernière décennies.

Le règlement de la question de la distribution de <b> et <v> par la RAE

5Comme on le sait (Hall 1976, 59-60), le castillan partage avec un certain nombre de langues et variétés linguistiques romanes, un trait phonologique appelé bêtacisme, caractérisé par l’absence de /v/ ou [v] au profit d’un seul phonème occlusif labial sonore /b/, dont les réalisations phonétiques, en distribution complémentaire, se limitent au couple formé par l’occlusive bilabiale sonore [b], après nasale ou en position initiale et par la fricative bilabiale sonore [β] dans les autres positions. Selon Parodi (1972) et Kuzmanovic (2007), cette situation est le fruit d’un processus de déphonologisation de l’opposition /b/ et /v/, précoce dans le berceau historique du castillan et généralisé au xvie siècle à l’ensemble du territoire castillanophone. Les habitudes graphiques dominantes dans la scripta médiévale, globalement maintenues jusqu’à la résolution adoptée par la Real Academia Española au xviiie siècle, sont le témoignage de l’ancienne opposition entre /v/ et /b/, <v> mis originellement pour une fricative labiodentale, correspondant à des étymons en <v–>, <–v–> et <–b–> (désinences d’imparfait en –ava, aver, escrivir, cueva, venir) et <b>, mis pour l’occlusive bilabiale, correspondant à des étymons en <b–>, <–p–> ou <–bb–> (boca, saber, abad).

6Ces usages, largement répandus, comme on l’a dit, au Moyen Âge et à l’Âge Moderne sont entièrement remis en question avec les choix opérés par la Real Academia Española, instance normative fondée en 1713 et qui, treize ans plus tard, dans le Discurso proemial de la orthographia, chapitre liminaire de la première édition du dictionnaire académique, le Diccionario de Autoridades, règle la question de la distribution des graphèmes <b> et <v> à partir d’un critère strictement étymologique : au <b> ou <p> latin correspond le <b> en castillan, au <v> latin, le <v>. Ont donc été prescrites, à partir de cette date et jusqu’à aujourd’hui, les graphies haber, escribir et –aba– pour les désinences d’imparfait.

  • 1 La formule que Nebrija dit emprunter à Quintilien, « tenemos de escrivir como pronunciamos, τ pronu (...)

7Ce choix graphique, anodin en apparence, n’en reste pas moins problématique et loin d’aller de soi. En tout premier lieu parce qu’il contrevient à la hiérarchie des critères tels qu’ils ont été définis dès la première livraison des traités orthographiques académiques (RAE 1741, 95) où, dans le droit fil des préconisations de Nebrija1, le principe phonique est érigé en principe premier des choix graphiques. Car il était tout à fait loisible d’imaginer que la question de <b> et <v> soit réglée par le recours à un principe phonétique : à <b> aurait été assignée la représentation de [b], à <v> celle de [β]. Elle aurait pu l’être également par le recours à un critère phonologique et l’élimination d’un graphème, en l’occurrence le <v> moins directement associé à la bilabiale : seul <b> aurait alors eu droit de cité. Non seulement le choix du critère étymologique introduit une anomalie dans la cohérence générale de la doctrine orthographique de l’Académie, non seulement il n’est pas la seule option possible, mais, étant fondé sur des correspondances arbitraires pour les scripteurs non latinistes, elle oblige les académiciens soit à renvoyer les usagers vers un apprentissage au cas par cas, soit à imaginer des règles ad hoc afin de mettre un semblant d’ordre et de motivation dans ce qui n’en a pas. C’est ainsi que les versions scolaires des traités orthographiques (publiés de 1844 à 1931) contiennent pas moins de neuf « règles » destinées à systématiser l’usage de <b> et <v> mais qui, comme on peut l’imaginer, ne parviennent pas à prendre en compte toutes les situations. Du point de vue de ses facilités d’acquisition, on peut donc dire que le principe de distribution entre <b> et <v> retenu par la RAE est peu rentable.

8Comment, dans ces conditions, le maintien de cette norme graphique a-t-il été justifié ? Quel intérêt supérieur a pu prévaloir ?

9Si le recours au critère étymologique est constant depuis 1726, les arguments développés pour justifier ce choix ont, eux, subi d’importantes fluctuations. Trois grandes périodes peuvent-être distinguées.

10La première période correspond à la toute première édition des traités orthographiques académiques (1741). Le bêtacisme y est reconnu comme une réalité s’imposant à tous :

La B confunde nuestra lengua con la V consonante: porque en nuestra infancia no nos enseñaron á articular con distinta pronunciacion la V de la B (RAE 1741, 123).

[Notre langue confond le <b> avec le <v> consonantique, parce que, dans notre enfance, on ne nous a pas appris à articuler différemment le V et le B].

11et le recours à l’étymologie latine est présenté comme un pis aller face à un usage fluctuant et à l’impossibilité de différencier les « prononciations » correspondant à ces deux graphèmes :

Nos acercamos a la grán dificultad de señalar, y explicar, que voces, y que palabras se deben escribir con b y cuales con v consonante. En este punto no puede guiar la pronunciacion. Con que nos vemos necesitados á consultar los otros dos principios y atendiendo á el uso, este por vario no nos puede dar regla fixa. […] No siendo, pues, posible gobernarnos por estos dos principios, queda solo el tercero y es la regla universal que señala la Academia.
Todas las voces, que en su origen, se escriben con v, se deben escribir con la misma v, y las demás con b (RAE 1741, 132-133).

[Nous touchons ici à la grande difficulté d’indiquer et d’expliquer quels vocables et quels mots doivent s’écrire avec <b> et quels autres avec <v> consonantique. Sur ce point, la prononciation ne peut nous guider. Nous sommes donc contraints d’examiner les deux autres principes : l’usage, trop disparate, ne peut nous offrir une règle constante. […] Comme il n’est pas possible de prendre appui sur aucun de ces deux principes, il ne reste que le troisième et c’est la règle universelle indiquée par l’Académie :
Tous les mots qui s’écrivent originellement avec <v> doivent s’écrire avec ce même <v> et les autres avec <b>].

12Une seconde période s’ouvre dès le second traité orthographique (1754). Cette étape, qui prend fin un siècle plus tard, en 1852, avec l’adoption d’une nouvelle doctrine, est, sans nul doute, la période pendant laquelle l’institution académique a eu recours aux arguments les plus extravagants pour justifier ses choix graphiques concernant <b> et <v>. Le recours au critère étymologique est en effet présenté comme phoniquement motivé, comme la restitution de la pureté originelle d’une distinction corrompue par l’usage et le bêtacisme se trouve relégué au rang des vulgarismes à éradiquer. D’abord timidement ; après que <b> a été mis en correspondance avec une articulation bilabiale et <v> avec une articulation labiodentale (RAE 1754, 27), les académiciens ajoutent cette préconisation :

sería más conveniente se restabliesse la distinta y legítima pronunciacion para que de este modo se evitasse la dificultad de la similitud que su sonido ocasiona (RAE 1754, 31).

[Il serait plus convenable de rétablir la prononciation distincte et légitime afin d’éviter la difficulté de la ressemblance que leur son produit]

13Le ton se fait plus autoritaire à partir de l’édition de 1815 :

El confundir el sonido de la b y de la v, como sucede comunmente, es mas negligencia ó ignorancia de los maestros y preceptores, y culpa de la mala costumbre adquirida en los vicios y resabios de la educación doméstica y de las primeras escuelas, que naturaleza de sus voces : las quales conocen y distinguen perfectamente los estrangeros que las pronuncian bien y entre nosotros los Valencianos, Catalanes y Mallorquines, y algunos Castellanos que procuran hablar con propiedad su lengua nativa, corrigiendo los vicios vulgares ó de la mala educación (RAE 1815, 51-52).

[La confusion de <b> et <v>, qui se produit communément, relève davantage de la négligence ou de l’ignorance des maîtres et précepteurs, étant imputable aux mauvaises habitudes et aux manies prises avec l’éducation domestique et les premières écoles, que de la nature des mots : lesquels sont parfaitement connus et distingués par les étrangers qui les prononcent bien et parmi nous les Valenciens, Catalans et Majorquins et certains Castillans qui tente de parler leur langue maternelle correctement, en rectifiant les défauts du vulgaire ou ceux liés à une mauvaise éducation].

14Dans ce nouvel ordre des choses, les Valenciens, Catalans et Majorquins se trouvent érigés en modèles, à mi-chemin entre les étrangers et les Castillans respectueux du bon usage, ce qui, en soi, est déjà singulier à cette époque. Mais ce qui l’est encore davantage, c’est que le choix arbitraire de la RAE concernant <b> et <v> soit présenté comme un principe d’orthoépie ! Bien évidemment, on comprend les avantages d’un tel renversement de situation : le critère qui prévaut n’est plus étymologique mais phonographique, donc inattaquable et en parfaite cohérence avec le principe premier qui prévaut depuis Nebrija. Ces arguments seront abandonnés à partir du milieu du xixe siècle mais ont laissé des traces aujourd’hui, comme on le verra.

15A partir de 1852, la RAE abandonne l’idée d’une rééducation par la graphie, acceptant de nouveau de considérer le bêtacisme comme la norme, comme on le voit dans ce jugement formulé dans le dictionnaire académique :

Se cree que en otros tiempos la v hubo de ser pronunciada de manera muy semejante a la de f, y algunos siguen todavía esta opinión; pero en la actualidad se pronuncia comunmente lo mismo que la b. [RAE, Diccionario de la lengua castellana (1852), apud Esteve Serrano 1982, 172).

[Une croyance veut que, jadis, le <v> ait été prononcé de façon très semblable au <f> et d’aucuns partagent encore cette opinion ; mais aujourd’hui il se prononce généralement comme le <b>].

16tout en exprimant, à intervalles réguliers, sa désapprobation face à un phénomène qui continue d’être regardé comme une mauvaise habitude :

Siendo en nuestro idioma igual por lo comun, aunque no lo debiera ser, la pronunciacion de la b y de la v (RAE 1854, 10).

[Les prononciations de <b> et <v> étant généralement identiques, alors qu’elles ne devraient pas l’être].

17ou en précisant que la déphonologisation n’est pas généralisée à tout le domaine castillan :

Siendo en la mayor parte de España igual la pronunciación de la b y la v (RAE 1920, 496). [La prononciation du <b> et du <v> étant identiques dans la majeure partie de l’Espagne].

18Cette dernière position est maintenue jusqu’au traité orthographique de 1959.

19Aujourd’hui, la RAE fait amende honorable et se trouve contrainte à rappeler régulièrement que les deux graphèmes qui nous occupent représentent un seul et même phonème :

No existe en español diferencia alguna en la pronunciación de las letras b y v. Las dos representan hoy el sonido bilabial sonoro /b/. La ortografía española mantuvo por tradición ambas letras, que en latín representaban sonidos distintos. En el español medieval hay abundantes muestras de confusión entre una y otra grafía, prueba de su confluencia progresiva en la representación indistinta del mismo sonido, confluencia que era ya general en el siglo xvi. La pronunciación de la v como labiodental no ha existido nunca en español, y solo se da de forma espontánea en hablantes valencianos o mallorquines y en los de algunas zonas del sur de Cataluña, cuando hablan castellano, por influencia de su lengua regional. También se da espontáneamente en algunos puntos de América por influjo de las lenguas amerindias. En el resto de los casos, es un error que cometen algunas personas por un equivocado prurito de corrección, basado en recomendaciones del pasado (RAE 2005).

[Il n’existe en espagnol aucune différence dans la prononciation des lettres <b> et <v>, puisque toutes deux représentent aujourd’hui le son bilabial sonore /b/. L’articulation labiodentale du v est une articulation étrangère à l’espagnol, qui n’apparaît de façon spontanée que chez des locuteurs valenciens ou majorquins ou originaires de certaines zones méridionales de Catalogne, lorsqu’ils parlent castillan, sous l’influence de leur langue régionale. Elle apparaît également spontanément dans certaines régions américaines, sous l’influence des langues amérindiennes. Dans les autres cas, il s’agit d’une erreur que commettent certaines personnes tombant dans le défaut de l’hypercorrection, laquelle trouve ses origines dans des recommandations du passé].

20Cette mise au point répond au désarroi de nombreux usagers restant convaincus que les deux graphèmes correspondent à deux articulations distinctes, et qui interrogent l’institution sur les sites de consultation linguistique que la RAE met à disposition des internautes. On peut ainsi lire sur la page Tweeter « RAEinforma », ces questions et commentaires faisant suite à un message de l’Académie du 13 février 2014, rappelant que « En español, las letras «b» y «v» representan el mismo fonema, el fonema /b/, de modo que se pronuncian igual » [En espagnol, les lettres <b> et <v> représentent le même phonème et se prononcent donc de la même façon] :

Se pronuncian igual? Aquí en Méx enseñan q se pronuncian dif, labial (b) y labio-dental (v) lo que produce un sonido un poco dif. (misolda, 13 février 2014, 8:02. Tweet). [Ils se prononcent de la même façon ? ici, au Mexique, on nous enseigne qu’ils se prononcent différemment, que <b> est labial et <v> labiodental, ce qui produit un son légèrement différent].

Yo nací en el 73 en Almería y allí me enseñaron a diferenciar b como bilabial y v como labiodental. Y llevo toda mi vida hablando así. (vbueso, 15 octobre 2014, 07h34. Tweet). [Je suis né à Almería en 1973 et là-bas on m’a appris à distinguer le <b> bilabial du <v> labiodental. Et toute ma vie, c’est comme cela que j’ai parlé]

¿No se supone que la «b» tiene pronunciación labial y la «v» es labiodental? (Johnbellino, 13 février 2014, 07h41. Tweet). [Le <b> n’est pas censé être bilabial et le <v> labiodental ?]

en esta ocasión no estoy de acuerdo con la RAE. No dices baca, dices vaca. Se pronuncia distinto (Catira 7468, 13 février 2014, 07h46. Tweet). [Cette fois, je ne suis pas d’accord avec la RAE. On ne dit pas baca, on dit vaca. Ça ne se prononce pas pareil].

21Réminiscences des anciennes préconisations de la RAE ou simple « effet Buben » (Chevrot & Malderez 1999), les pratiques et croyances exprimées dans ces commentaires mettent parfaitement en évidence le fait que le choix de la RAE sur la question de <b> et <v> n’a pas été des plus judicieux. La fluctuation dans les arguments présentés par l’institution au cours de son histoire pour justifier sa décision amène à la même conclusion. Il fallait donc que l’enjeu soit d’importance pour maintenir cette norme, quelque peu coûteuse en justifications et éclaircissements.

22L’enjeu, on l’aura compris, est le maintien de <v>. L’abolition de ce graphème, conséquence directe de l’application d’un critère phonologique, est en effet décrite dès le départ comme une abomination, au travers d’un discours autoritaire et qui peine à convaincre, quand on sait que le <ç>, la grande invention graphique espagnole, est chassée de l’usage dès 1741 :

Esta confusion, que tiene la lengua, ha obligado á algunos á intentar que se excluya del Alphabeto Español la V consonante como inútil, por no diferenciarse en la pronunciacion de la B. A esta idea no la debemos dar el nombre de opinion moderna: sino de phantasía extravagante. La V tiene privilegio de posesion en quantos Abecedarios, Cartillas, y Libros han salido en España, desde que se escribe en ella: y desterrala enteramente, privandola de un domicilio constante por inmemorial, sin mas motivo, que le no pronunciarse, es dexarse gobernar con ligereza, sin profundizar los méritos de la causa. (RAE 1741, 128-129).

[Cette confusion que présente la langue, a poussé certains à tenter d’exclure le <v> consonantique de l’alphabet espagnol en invoquant son inutilité, parce qu’il ne se différencie pas de <b> dans la prononciation. Nous ne devons pas donner à cette idée le nom d’opinion moderne mais de fantaisie extravagante. Le V a droit de cité dans tous les abécédaires, chartes et livres sortis en Espagne depuis qu’on y écrit. Le bannir totalement, en le privant d’un domicile acquis depuis des temps immémoriaux, simplement parce qu’il ne se prononce pas, revient à agir avec désinvolture, sans approfondir les mérites de la cause].

23Pourquoi accorder à <v> un tel privilège ? On pourrait invoquer le fait que ce graphème est auréolé d’un certain prestige, étant en quelque sorte le graphème latin par excellence : celui qui, mis à la place de son avatar roman vocalique, le <u>, confère immédiatement un air archaïsant et donc respectable à toute suite graphique ; celui encore qui entre dans la numération romaine. Mais aussi, et surtout, renoncer à ce graphème reviendrait à afficher une déficience et une faiblesse vis-à-vis des autres nations, voisines ou plus lointaines, qui, elles, sont à même d’articuler correctement une labiodentale :

Dícese que la B se pronuncia con los labios cerrados y la V con los labios abiertos. […] nos es imposible practicar la obediencia: consiguenla muy bien los Italianos: porque quando infantes tiernos se la enseñan: y lo logran por la misma razon los Franceses […] las naciones del Norte, como Ingleses, Olandeses, Suecos y aun los Alemanes distinguen mas claramente la pronunciacion de la B, y la V consonante. (RAE 1741, 123-124).

[On dit que le <b> se prononce les lèvres fermées et le <v> les lèvres ouvertes ; […] il nous est impossible d’observer cette pratique : les Italiens y parviennent très bien, car on le leur enseigne dans leurs jeunes années ; et c’est pourquoi les Français aussi y arrivent très bien. Les nations du Nord, comme les Anglais, les Hollandais, les Suédois et même les Allemands distinguent plus clairement les prononciations de <b> et de <v> consonantique].

24Le maintien acharné de <v> et les choix normatifs que cette volonté de maintien a dictés ont donc partie liée avec une question touchant l’orgueil national dans un contexte de déclin de l’Empire espagnol et de rivalité entre nations. Force est de constater que le traitement de cette question par la RAE a été on ne peut plus hasardeux et qu’aujourd’hui aucun réformateur graphique ne peut ignorer les insuffisances de la norme académique – la RAE le reconnaissant elle-même à demi-mot.

25L’on pourrait donc s’attendre à ce que les processus de normalisation graphique ayant touché ces quatre dernières décennies d’autres langues romanes d’Espagne aient tiré les enseignements de l’échec castillan. Tel n’a pas toujours été le cas, comme nous le verrons.

<b> et <v> dans les codifications contemporaines d’autres langues romanes d’Espagne

26L’examen portera sur quatre langues : l’aragonais, l’astur-léonais, le catalan et le galicien. Certes, ces quatre idiomes présentent d’importantes dissemblances en ce qui concerne le nombre de locuteurs ou le statut, mais deux aspects les rapprochent : ils partagent, d’abord, une histoire commune vis-à-vis du castillan, rappelée en introduction, caractérisée par une période de déclin sous l’hégémonie de la langue impériale, une période correspondant, pour l’essentiel, aux fameux séculos escuros du galicien ; en deuxième lieu, et comme cela a été également évoqué supra, ces quatre langues sont bêtacistes, du moins très majoritairement. Les différentes propositions de codification graphique de l’occlusive bilabiale ayant émergé à la faveur des politiques de régénération des langues régionales de la période postfranquiste s’offrent donc à la comparaison.

27Concernant la question de <b> et <v>, plusieurs modèles de codification graphique sont en théorie envisageables :

  • une normalisation fondée sur un critère phonologique, qui commande donc l’élimination d’un des deux graphèmes disponibles ;

  • une normalisation fondée sur un principe phonétique où chacun des deux graphèmes serait mis en correspondance avec une des deux réalisations phonétiques possibles de /b/ (fricative et occlusive) ;

  • une normalisation fondée sur le principe étymologique, semblable donc à la codification du castillan ;

  • une normalisation fondée sur le critère d’usage, par la récupération des graphies médiévales les plus communément admises.

L’aragonais

28L’aragonais est aujourd’hui un exemple de langue résiduelle, qui après avoir été, au Moyen Âge, la langue commune de l’Aragon, a vu son territoire se réduire comme peau de chagrin, grignoté par l’expansion du castillan. Actuellement confinée à certaines zones du Haut Aragon, cette langue dont le nombre de locuteurs ne dépasse pas 25000 (cf. López Susín 2018, 209-211 ; Reyes et al. 2017) est classée par l’Unesco parmi les langues en voie d’extinction. Par son statut de « lengua propia, original e histórica » [langue propre, originale et historique] au sein de la Communauté autonome d’Aragon, sans être pour autant déclarée coofficielle, elle bénéficie, mais seulement dans les zones où son usage est reconnu, d’une certaine protection (utilisation dans l’Administration, possibilité d’entrer dans les programmes d’enseignement, promotion de son usage).

29Elle est également des quatre langues examinées ici celle qui présente le conflit de normes graphiques le plus accusé. Pas moins de cinq propositions de normalisation graphiques ont été élaborées depuis 1987, date de publication des normes dites de Huesca, élaborées par le Consello d’a Fabla Aragonesa (CFA) ; en 2006, la Sociedad de Lingüística Aragonesa (SLA) édite une orthographe dissidente, en usage dans la revue savante De lingua aragonensi ; en 2009, une association qui se donne le nom d’Academia del Aragonés publie à son tour des propositions orthographiques (« propuesta ortografica provisional »), connues comme les normes de l’Estudio de Fabla Aragonesa (EFA) ; en 2016, une quatrième proposition, la « Grafía Aragonesa de Compromís » (GAC), signée par des personnes aux profils très variés, émerge en se présentant comme une solution de compromis, cherchant à faire la synthèse des normes existantes ; enfin, dernier épisode de cette longue série, en 2017, la Direction Générale du Gouvernement d’Aragon mandate trois experts, proposés par chacune des organisations ayant proposé une réforme orthographique (CFA, SLA et EFA), lesquels publient, en février 2017, un rapport intitulé Una grafía común para el aragonés y sus variedades. Ce rapport est rejeté en juillet par les trois organisations mais une résolution qui officialise certains points contenus dans le rapport, notamment la question de <b> et <v>, est néanmoins adoptée en juin 2017 par le gouvernement aragonais (Boletin oficial de Aragón n°122, 28/06/2017).

  • 2 « o criterio que ye l’alazet ta determinar as normas graficas ye o criterio fonoloxico (o fonematic (...)

30La première proposition de normalisation graphique (CFA 1987) repose entièrement sur un critère phonologique2. En toute logique, la représentation graphique de /b/ est dévolue à <b>, quelle que soit la réalisation phonétique du phonème. Le bêtacisme est donc ici entièrement assumé, comme l’est le bannissement de <v>, au nom de la simplicité et de la cohérence systémique. Jusqu’à la fin des années 2000, ces normes graphiques constituent les normes de référence, du moins celles les plus généralement adoptées, comme s’en félicite F. Nagore Laín (2007), soulignant qu’avec cette nouvelle orthographe, l’aragonais s’est doté de « una imachen grafica con presonalidá propia » ([une image graphique à la personnalité propre], Nagore Laín 2007 : 12.). Jusqu’à cette date en effet, le modèle n’avait pas vraiment de concurrent ; les normes adoptées par la Sociedad de Lingüística Aragonesa (SLA) étaient limitées à l’usage universitaire, en particulier à la revue précédemment citée. La SLA, constituée de philologues médiévistes, avait opté en 2006 pour une orthographe calquée sur la scripta médiévale (SLA 2006, 1). C’est donc à partir de la fin des années 2000 que de nouvelles propositions, conçues pour réformer l’orthographe de 1987, se font jour. Parmi les critiques formulées à l’encontre des normes de Huesca, celle portant sur le choix monographématique pour la représentation de /b/ occupe une place de choix.

  • 3 « A solucion a) [Continuar con a grafia do 87] va estar refusada perque no respectaria a grafia int (...)
  • 4 « La reducción gráfica a un único grafema B es, quizá, el mayor factor de discrepancia por su fuert (...)

31Ainsi, en 2009, la proposition de réforme présentée par l’Estudio de Fabla Aragonesa (EFA) met l’accent sur la nécessité d’une graphie capable d’intégrer les mots savants, les castillanismes et les xénismes de tout genre sans dénaturer leur graphie originale (EFA 2010/2009, i-x). L’élimination de <v> à laquelle aboutit le critère phonologique mis en avant dans les normes de Huesca n’est donc pas tenable pour les réformateurs de l’Academia del Aragonés qui exposent les différentes options pour la question de <b> et <v> et rejettent d’emblée celle de 1987, au motif qu’elle ne respecte pas la graphie internationale des mots savants et des xénismes3 . Les arguments exposés dans le rapport de 2017 (Una grafía común para el aragonés y sus variedades) pour les graphies <b> et <v> rejettent également toute solution phonologique, arguant du fait que la présence exclusive de <b> introduit de trop grandes disparités et un impact visuel trop marqué (il faut comprendre : trop défavorablement marqué) par rapport aux langues de culture voisines (qui elles, conservent les deux graphèmes)4. Ces argumentaires ne sont pas sans rappeler ceux brandis par la RAE au milieu du xviiie siècle, rapportés plus haut et ne sont guère plus convaincants : les mots savants et les xénismes peuvent bien garder leur graphie originale, sans que cela remette en question la cohérence de l’orthographe – c’est d’ailleurs la particularité du xénisme que d’apparaître dans sa vêture originale. Et, d’autre part, l’argument de la trop grande disparité d’avec les langues voisines n’est pas plus recevable : il faudrait, à ce compte, introduire dans la graphie aragonaise le digramme <ss> à côté de <s>, pour éviter les dissimilitudes visuelles avec le catalan ou le français ou pour rendre plus facile l’introduction de latinismes, de gallicismes ou d’anglicismes… Bien évidemment, si par « langue romane voisine de culture », on pense avant tout au castillan, la perspective change radicalement. Ce qui apparaît assez nettement dans ces deux tentatives de justification, c’est bien, d’une part, le rejet a priori d’une représentation de /b/ par le seul graphème <b> qui donne toutes les apparences d’être regardée, de façon quelque peu irrationnelle, comme un appauvrissement culturel (témoignage graphique gênant d'un bêtacisme considéré comme une déficience articulatoire ?) et, d’autre part, le tropisme vers le modèle fourni depuis presque trois siècles par la RAE.

  • 5 « Como marca distintiva del aragonés, se aceptan casos que justifican etimológicamente V frente al (...)
  • 6 « Las grafías b e v se diferiencian en la GAC seguntes la etimolochía latina. Con tot e con ixo, cr (...)
  • 7 « facilidad de aprendizaje, ya que se da casi total coincidencia con el castellano ». (Andrés Díaz (...)
  • 8 « Desventajas: a pesar de todo, el aprendizaje no es tan fácil como aplicando el criterio fonético (...)
  • 9 « a grafia aragonesa ha d’estar autonoma » (EFA 2009/2010, xii).

32Cette attraction exercée par le modèle de la langue stato-nationale dominante est en effet manifeste dans les choix retenus aussi bien par l’Academia del Aragonés en 2009, dans la « Grafía Aragonesa de Compromís » en 2016 que dans le rapport de 2017 antérieurement cité. La proposition de 2009 s’appuie sur un critère étymologique strict, réservant <b> aux mots dont l’étymon, ou la graphie originale dans le cas des emprunts, présentaient ce graphème ainsi qu’à ceux dont l’origine est incertaine, le <v> à ceux dont l’étymon ou la graphie originale contenaient ce graphème, coïncidant ainsi avec la règle édictée par la RAE. La seule petite divergence d’avec la situation castillane tient au fait que le critère étymologique a été appliqué strictement, alors que la graphie castillane, fixée depuis trois siècles, a officialisé des graphies étymologiquement fautives, par exemple : avocau vs abogado (< advocare) ; vueitre vs buitre (< vulture-). Ces mêmes principes sont repris dans le rapport de 2017, et les réfections étymologiques (avogau, vasura, voda) présentées comme des signes distinctifs de l’aragonais5. La graphie dite de compromis (GAC 2016) promeut, elle, l’application d’un critère étymologique rigoureusement calqué sur celui de l’orthographe du castillan, où seraient conservées les graphies erronées (abogau, boda, maravilla). Et les auteurs de se justifier par l’argument selon lequel la meilleure graphie pour l’aragonais est celle qui « ne va pas à l’encontre des habitudes que des décennies de scolarisation en castillan ont inculquées aux aragonophones »6. L’argument de la facilité d’apprentissage par lequel est justifiée une attitude ouvertement suiviste vis-à-vis des modèles de codification fournies par la langue dominante, apparaît également dans le rapport de 2017 qui mentionne, au chapitre des avantages que présente la graphie étymologique, « la facilité d’apprentissage, du fait de sa coïncidence presque totale d’avec le castillan »7 tout en reconnaissant, au chapitre des inconvénients, qu’une orthographe phonologique, rejetée pour les raisons évoquées supra, serait d’un apprentissage encore plus aisé8. Les réformateurs de l’EFA (2009), préoccupés qu’ils sont par l’intégration de mots d’origine étrangère, font valoir l’avantage que présente, de ce point de vue, l’application d’un critère strictement étymologique. Tout en se défendant, d’une manière quelque peu artificieuse, de calquer le modèle castillan, puisque la graphie proposée est strictement étymologique, contrairement à l’orthographe castillane qui a conservé des graphies erronées (abogado, boda, maravilla, buitre). L’option qui consisterait à calquer entièrement la graphie castillane n’est pas envisageable, nous dit-on, car « la graphie aragonaise doit être autonome »9… On voit, dans les arguments déployés par les uns et les autres pour réformer les normes graphiques de 1987, que la question de <b> et de <v> est traversée par deux mouvements contraires, l’un centripète, qui cherche à rapprocher la graphie aragonaise de la graphie castillane, l’autre, centrifuge qui cherche, malgré tout, une graphie originale pour l’aragonais. Et que c’est clairement le tropisme procastillan qui l’emporte.

L’astur-léonais

  • 10 R. Menéndez Pidal a consacré en effet en 1906 une étude documentée à cette langue du Royaume de Leó (...)

33L’astur-léonais est un diasystème regroupant plusieurs dialectes (asturien, léonais, mirandais), répartis sur trois territoires politiques (la communauté autonome de la Principauté des Asturies, la province de León, intégrée à la Communauté Autonome de Castille-et-León et la Terra de Miranda, région historique du Portugal, frontalière de l’Espagne). Cette extrême fragmentation est le résultat, on l’aura compris, d’un processus de relégation d’une langue bien attestée jusqu’au xive siècle10, date à laquelle elle subit la concurrence du castillan et entame un long déclin. D’après Eberhard et al. (2019), le nombre actuel de locuteurs se situerait autour de 550.000, la majorité d’entre eux parlant la variété asturienne, connue sous le glossonyme vernaculaire bable, à l’origine péjorant.

34C’est, sans surprise, dans les Asturies que l’astur-léonais bénéficie du statut le plus favorable : à l’instar de l’aragonais, il est cité dans les statuts d’autonomie de 1998 comme une langue que la Principauté s’engage à protéger, en favorisant son usage, sa promotion et son enseignement, politique réaffirmée en 2005 avec un plan de normalisation. La période de régénération linguistique et littéraire, le Surdimientu, avait commencé plus tôt, dès 1974 (Andrés Díaz 2018 : 116-117) ; sous son impulsion est créée en 1981 l’Academia de la Llingua Asturiana qui, la même année, publie ses Normes ortográfiques, rééditées et révisées régulièrement depuis (la dernière édition, la septième, date de 2012). Ces propositions de codification graphiques, les seules existantes aujourd’hui pour l’astur-léonais, rejettent globalement toute rupture avec les usages établis, bien que ceux-ci soit fortement influencées par les normes orthographiques castillanes (Andrés Díaz 2018 :117-118), ce qui n’a rien d’étonnant, étant donné le contexte diglossique. La question de <b> et <v> est donc réglée sur la base d’une orientation de fait très castillanocentrée, à partir d’un critère étymologique, par lequel <b> est réservé aux mots issus d’un étymon présentant le même graphème ou à ceux d’origine inconnu et le <v> aux mots dont l’étymon présentaient ce même graphème. Les graphies étymologiques erronées de l’orthographe castillane ne sont pas refaites : boda, barrer (cast. : idem ; lat. verrere,), bermeyu (cast. bermejo, < lat. vermiculu) (Academia de la Llingua Asturiana 2012 /1981 : 28-29).

Le catalan

35D’un point de vue sociolinguistique, le catalan offre aujourd’hui, on le sait, un visage bien différent de celui des idiomes mentionnés antérieurement. Langue coofficielle dans trois Communautés Autonomes (Catalogne, Communauté valencienne, Îles Baléares), son histoire récente a montré qu’il était possible, pour reprendre une expression bien connue de R. Lafont (1984), de « retrousser la diglossie ».

  • 11 En évinçant, par exemple, l’orthographe archaïsante de l’Academia de Bones Lletres de Barcelone, l’(...)
  • 12 La politique linguistique et la normalisation initiée par la Generalitat au sortir de la dictature (...)

36La qualité du travail de « grammatiseur » de Pompeu Fabra, à l’origine des Normes Ortogràfiques publiées par l’Institut d’Estudis Catalans (IEC) dès 1913, le large consensus que cette entreprise de modernisation graphique a recueilli11 n’ont certainement pas été étrangers à la réussite de l’entreprise de régénération de la langue catalane de la période postfranquiste12. La dernière édition de la Ortografia catalana de l’IEC (2017) s’inscrit donc dans une tradition vieille d’un siècle, ce qui d’emblée place la normalisation graphique du catalan dans une situation entièrement différente de celle des idiomes pris en considération jusqu’ici.

  • 13 « La /v/ labiodental » I, 174.

37Le catalan se démarque quelque peu des trois autres idiomes étudiés en ceci que le bêtacisme n’est pas généralisé à tout le territoire catalanophone. Comme on le voit sur l’Atlas de Joan Veny (2007)13 et comme il est rappelé dans le manuel orthographique de l’IEC (2017, 70), l’opposition entre /b/ et /v/ s’est maintenue aux Baléares, dans la région de Tarragone, autour de Castellón de la Plana et au sud du domaine valencien. Cette distinction phonématique coïncidant avec la distinction graphématique <b> / <v> de la scripta médiévale, c’est la graphie ailleurs appelée classique qui a été retenue par l’IEC dès 1913 afin de permettre l’intégration des variétés non-bêtacistes à des normes graphiques résolument diasystémiques. Le principe de la prise en compte de la variation dialectale est en effet posé dans le prologue de la première édition de l’orthographe de l’IEC :

Els membres de la Ponencia ortogràfica del Institut i l’Institut en ple […] no han pogut oblidar que, en la lluita entre diferents formes dialectals, la metròpoli té una gran influencia en la formació d’una llengua literaria, ni han menyspreat el valor fonètic de certes regions que distingeixen lletres confoses en la pronunciació de Barcelona (IEC 1913, 3). [Les membres de la Commission orthographique et l’Institut en formation plénière […] n’ont pas pu oublier que, dans le conflit entre différentes formes dialectales, la métropole joue un rôle prépondérant dans la formation d’une langue littéraire et ils n’ont pas non plus minoré la valeur phonétique de certaines régions qui distinguent des lettres que la prononciation de Barcelone confond].

38Cette position fait clairement écho à ce commentaire que Pompeu Fabra avait glissé dans le chapitre liminaire de sa grammaire catalane :

Al exponer la pronunciación catalana, hemos adoptado como normal la de Barcelona; pero se han consignado al mismo tiempo todas las pronunciaciones dialectales ó no barcelonesas de alguna importancia, sobre todo las que han trascendido al lenguaje escrito […] se han consignado cuidadosamente hechos como la pronunciación labiodental de la v en las Baleares y comarca de Tarragona, que tanta importancia tiene para la recta escritura de las dos letras b y v en catalán (Fabra 1912, vii-viii).

[Dans la présentation de la prononciation catalane, nous avons adopté la norme de Barcelone ; mais ont également été consignées toutes les prononciations dialectales de quelque importance, surtout celles ayant eu des répercussions sur la langue écrite. […]. Des phénomènes tels que la prononciation labiodentale du <v> aux Baléares et dans la région de Tarragone, si importante pour l’usage correct des lettres <b> et <v> en catalan].

  • 14 « Cal tenir present que en els mots hereditaris s’escriu b o v segons la pronúncia d’aquelles regio (...)

39Le critère d’usage (il faut entendre ici : usages hérités de la période médiévale) se trouve donc motivé par une réalité phonématique dialectale, « par delà toute considération étymologique14 », comme tient à le préciser l’IEC.

Le galicien

40Si la Galice est, comme la Catalogne, une région historique d’Espagne, si le galicien est, à l’instar du catalan, langue coofficielle dans la Communauté autonome de Galice, il n’en reste pas moins que la situation sociolinguistique des deux langues au sortir de la dictature franquiste divergeait considérablement, le prestige du galicien étant bien moindre que celui du catalan et son usage limité aux groupes sociaux les plus défavorisés (Alén Garabato & Boyer 1997 : 43-44). Le processus de normalisation linguistique de cette langue appartenant à un diasystème plus vaste et transfrontalier (puisque le galicien est apparenté au portugais) n’a pas été des plus simples, en particulier en ce qui concerne la graphie, car, comme l’expliquent très bien C. Alén Garabato & H. Boyer, deux courants divergents se sont opposés dès le début des années 1980 : un mouvement dit réintégrationniste, partisan d’une norme diasystémique, commune au galicien, au portugais et à ses variétés non-européennes ; un courant régénérationniste qui, à l’inverse, prône l’indépendance du galicien vis-à-vis du castillan et du portugais (Alén Garabato & Boyer 1997 :44-45). Dans ce contexte, la question de <b> et <v> est particulièrement intéressante car en galicien, à la différence du portugais (et de ses différentes variétés), le bêtacisme est généralisé.

  • 15 « No galego moderno, como no hai distinción fonolóxica, téndese á distinción gráfica conforme á eti (...)
  • 16 L’on peut dire, d’ailleurs, que ce choix s’inscrit dans la continuité du principe que cette même in (...)

41La première proposition de normalisation graphique de la période postfranquiste émane en 1982 de la Real Academia Galega (RAG) organe de normalisation linguistique officielle de la communauté autonome et de l’Instituto da lingua Galega (ILG), qui regroupent les « régénérationnistes ». La question de <b> et <v> est traitée longuement car il s’agit de justifier le critère choisi, à savoir le critère étymologique. Le castillan n’est à aucun moment cité. On retrouve cependant, comme dans les discours de la RAE, une allusion au français et au portugais qui distinguent entre bilabiale et labiodentale. Mais, peut-on lire, le galicien moderne n’a pas maintenu la distinction phonologique, ce qui a occasionné, à partir du xve siècle, des confusions graphiques et explique que les habitudes graphiques aient tendu vers l’adoption d’un critère étymologique15. Présenter la graphie étymologique comme un mouvement naturel des scripteurs pour sauver le galicien du désordre orthographique en passant sous silence le poids exercé par le modèle de la langue dominante, voilà un moyen bien commode de justifier le castillanocentrisme qui guide le choix adopté par la RAG16. Certes, les normalisateurs de l’académie galicienne pourraient, à l’instar de leurs homologues aragonais de EFA (voir supra), faire valoir le fait qu’ils n’officialisent pas les étymologies erronées de la RAE ; mais ils auraient cependant du mal à convaincre que le modèle suivi n’est pas celui imposé par la RAE à partir de 1726.

42L’Asociaçom galega da língua (AGAL) qui regroupe les normalisateurs « réintégrationniste » a alors beau jeu de battre en brèche les arguments déployés par l’organisation concurrente sur la question de <b> et <v>, prônant la restauration de la graphie médiévale, qui présente le double avantage de la tradition et de la coïncidence avec d’autres langues telles que le portugais ou le français :

Di-se que se restitui a «distinción gráfica conforme á etimoloxía», de maneira que todas as palavras que procediam de umha latina com b e br, intervocálicos, passárom a escrever-se de novo com b, e nom com v, como fazia a escrita medieval. Se for assi (nom o discutiremos), hai que esclarecer que no galego nom se fixo de maneira autónoma, se nom pola pressom e «exemplo» do espanhol académico do século XVIII, época em que o galego tinha um escassíssimo cultivo literário.

[…] teria de restaurar-se a distinçom gráfica b/v gerada pola história do idioma, segundo aparece nos textos me-dievais, pois, além disto, «estas grafías concordan máis ou menos coas que perviven aínda hoxe nalgúns idiomas como o francés e o portugués» […]. Por que nom se pratica esta restauraçom? Porque nom interessa coincidir coa nossa tradiçom e co luso-brasileiro, e si co espanhol, de maneira disfarçada ? (AGAL 1989/1983 : 64)

[On dit qu’est restituée « la distinction graphique selon l’étymologie », de sorte que tous les mots provenant d’un mot latin avec <b> ou <br> intervocalique ont été ensuite écrits de nouveau avec <b>, et non avec <v>, contrairement à l’écriture médiévale. Si tel était le cas (cela ne va pas être discuté ici), il faut expliquer que le galicien n’a pas été fixé de manière autonome mais sous la pression et l’ « exemple » de l’espagnol académique du xviiie siècle, époque où le galicien avait une culture littéraire très faible.

La distinction entre <b> et <v>, née de l’histoire de la langue, devrait être restaurée de la manière où elle apparaît dans les textes médiévaux puisque, en outre, « ces graphies concordent plus ou moins avec celles qui aujourd’hui se maintiennent dans des langues comme le français ou le portugais ». […] Pourquoi ne pas réaliser cette restauration ? Pourquoi n’est-il pas intéressant de coïncider avec notre tradition et le luso-brésilien, alors qu’il est intéressant de le faire, de manière déguisée, avec l’espagnol ?]

43Et c’est donc la graphie médiévale (classique) qui constitue le fondement de la distribution de <b> et <v> dans l’orthographe de l’AGAL (1985 : 49-53).

44Au début des années 2000, cherchant à mettre fin à deux décennies de « guerre normative » (Fernández Rei 2018 : 109), les « régérationnistes » de la RAL et les membres de la Asociación Sócio-Pedagóxica Galega (AS-PG), défenseurs d’un réintégrationnisme a minima (« reintegracionismo de mínimos ») se concertent pour élaborer une norme commune. Les travaux se concrétisent par l’adoption par la RAL, en 2003, d’une série de modifications portant sur des points particulièrement litigieux, mais rien n’est prévu concernant la question de <b> et <v> : la graphie étymologique est donc maintenue dans l’orthographe officielle de la RAL et le discours concernant <b>/<v> est reconduit à l’identique, comme on peut le voir dans la dernière édition du traité orthographique (RAL 2012 : 16-17). Les réintégrationnistes a maxima (« reintegracionismo de máximos »), ayant ratifié en 1990 l’accord orthographique luso-brésilien, continuent en toute logique de prôner la graphie défendue dans les années 1980 sur le modèle de la norme luso-brésilienne (AGAL 2017). 

Synthèse

45Le tableau 1 rassemble les différentes propositions de normalisation graphique des quatre langues examinées :

Tableau 1. <b> et <v> dans les propositions de normalisation graphique (depuis 1978) de l’aragonais, astur-léonais, catalan et galicien

Langue

Statut

Bêtacisme

Conservation de <b> et <v>

Critère graphique

Aragonais

« langue propre, originale et historique » dans la Communauté Autonome d’Aragon mais non coofficielle

Oui (généralisé)

CFA 1987 : élimination de <v>

phonologique

SLA 2006 : conservation de <b> et <v>

Usage médiéval

EFA 2009 : conservation de <b> et <v>

Étymologique strict (avogau)

GAC 2016 : conservation de <b> et <v>

Étymologique, calqué sur la norme de la RAE (abogau)

Rapport 2017 : conservation de <b> et <v>

Étymologique strict (avogau)

Astur-léonais

Langue « protégée » dans la principauté des Asturies

Oui (généralisé)

Conservation de <b> et <v>

Étymologique, calqué sur la norme de la RAE (barrer)

Catalan

Langue coofficielle en Catalogne, aux Baléares et dans la Communauté Autonome valencienne

Majoritaire (opposition /b/ vs /v/ conservée dialectalement)

Conservation de <b> et <v>

Usage médiéval et phonologique (variétés non-bêtacistes)

Galicien

Langue coofficielle dans la Communauté autonome de Galice

Oui (généralisé)

RAG-ILG (régénérationniste) :

Conservation de <b> et <v>

Étymologique strict (varrer, avogado)

AGAL (réintégrationniste) :

Conservation de <b> et <v>

Usage médiéval ; norme portugaise (phonologique)

Conclusion

46Au terme de ce tour d’horizon de la question de <b> et <v> dans les codifications graphiques des langues romanes d’Espagne, un premier bilan peut être tiré :

47i) on remarquera, d’abord, le refus quasi-général d’une graphie phonologique qui éliminerait <v>, exception faite la norme aragonaise de Huesca qui est parvenue à se maintenir durant deux décennies. A l’instar de la RAE, les différents organes de normalisation graphique écartent cette possibilité ; lorsqu’ils sont amenés à s’en justifier (cas de la RAE, de l’EFA et des auteurs du rapport de 2017 sur l’aragonais), ils invoquent la position défavorable que tiendrait la langue privée de son <v> face aux autres langues de culture, comme si, au fond, la solution de l’éviction de <v> manifestait trop crûment un phénomène regardé comme une tare articulatoire. Il y aurait matière à creuser plus avant la question des représentations et des imaginaires attachés au bêtacisme dans d’autres communautés linguistiques.

48ii) concernant le degré de résistance au modèle graphique dominant du castillan, on soulignera que, sans surprise, le tropisme castillan est d’autant plus marqué que le prestige de la langue régionale est faible ; en d’autres termes, soit le processus de substitution linguistique n’est pas parvenu à délégitimer la langue dominée et une codification, indépendante de la langue dominante, peut se faire jour (catalan) ; soit le mécanisme diglossique a entamé la capacité de la langue dominée à se reconstituer en tant que langue autonome et de se doter de normes graphiques propres (asturléonais). D’une façon générale, les normes de la RAE, aussi contestables soient-elles, exercent une attraction forte, attraction justifiée par les réformateurs, mais d’une façon qui n’est pas tout à fait convaincante, par la facilité d’apprentissage. Il faudrait se demander si n’entre pas en jeu également la crainte d’interférences néfastes à la maîtrise de l’orthographe castillane.

49iii) le rapport avec la norme castillane est au cœur des « guerres normatives » (qui caractérisent les réformes orthographiques de l’aragonais et du galicien), où s’affrontent les forces centripètes et les forces centrifuges. Le compromis trouvé dans les deux cas est celui consistant à proposer un critère étymologique strict, solution qui, aux dires de ses partisans, présente l’avantage de ménager une certaine forme d’indépendance graphique. Reste à savoir si ce compromis est à même de masquer le caractère foncièrement castillanocentré de la norme ainsi proposée.

Haut de page

Bibliographie

Academia de la Llingua Asturiana, 2012/1981, Normes ortográfiques. Oviedo: Academia de la Llingua Asturiana.

[AGAL] Asociaçom galega da língua, 1985, Prontúario ortográfico, La Corogne, Asociaçom galega da língua.

[AGAL] Asociaçom galega da língua,, 1989/1983, Estudo Crítico das Normas Ortográficas e Morfolóxicas do Idioma Galego (Instituto da Lingua Galega-Real Academia Galega, 1982), La Corogne, Asociaçom Galega da Língua.

[AGAL] Asociaçom galega da língua, 2017, Ortografia Galega Moderna confluente com o Português no mundo [En ligne]. URL : http://agal-gz.org/faq/doku.php?id=pt_agal:normas:norma_da_agal

Andrés Díaz, Ramón de et al, 2017, Una grafía común para el aragonés y sus variedades, rapport inédit, disponible sur : https://www.laclica.net/presentacions/informe-una-grafia-comun-para-el-aragones-y-sus-variedades/

Andrés Díaz, Ramón de, 2018, « El procesu d’estandarizacion del asturianu », dans Javier Giralt Latorre & Francho Nagore Laín (éds.), Lenguas minoritarias en Europa y estandarización, Saragosse : Universidad de Zaragoza, 113-142.

Auroux, Sylvain, 1994, La révolution technologique de la grammatisation, Liège, Mardaga.

[CFA] Consello d’a Fabla Aragonesa, 1987, Normas gráficas de l’Aragonés, Huesca: publicazions do Consello d’a Fabla Aragonesa.

Boyer, Henri & Alén Garabato, Carmen, 1997, « Politiques linguistiques de deux communautés ‘historiques’ d'Espagne : la Catalogne et la Galice », Mots, 52, 37-51.

Chevrot, Jean-Pierre & Malderez, Isabelle, 1999, « L'effet Buben : de la linguistique diachronique à l'approche cognitive (et retour) », Langue Française, 124, 104-125.

[EFA] Estudio de Filología Aragonesa, 2010/2009, Propuesta ortografica provisional de l’Academia del Aragonés, Saragosse, Edacar.

Esteve Serrano, Abraham, 1982, Estudios de teoria ortográfica del español, Murcie, Universidad de Murcia.

Fabra, Pompeyo, 1912, Gramática de la lengua catalana, Barcelona, L'Avenç.

Fernández Rei, Francisco, 2018, « A codificación do galego moderno. O papel do Instituto da Lingua Galega e da Real Academia Galega nese proceso » dans : Giralt Latorre, Javier & Nagore Laín, Francho (éds), Lenguas minoritarias en Europa y estandarización, Saragosse, Universidad de Zaragoza, 76-112.

[GAC] Anonyme, 2016, Grafía Aragonesa de compromís. [En ligne]. URL : https://grafiacompromis.wordpress.com/grafia-aragonesa-de-compromis/

Hall, Robert Anderson, 1976, Proto-romance Phonology, New York, Elsevier.

[IEC] Institut d’Estudis Catalans, 1913, Normas ortogràfiques, Barcelone, Institut d’Estudis Catalans.

[IEC] Institut d’Estudis Catalans, 2017, Ortografia catalana, Barcelone, Institut d’Estudis Catalans.

Kasbarian, Jean-Michel, 1997, « Langue minorée et langue minoritaire », dans Marie-Louise Moreau (dir.), Sociolinguistique : concepts de base, Bruxelles, Mardaga, 185-188.

Kuzmanovic, Ana, 2007, « Las labiales castellanas ; Nuevas perspectivas para la historia sociolingüística del castellano », dans : Beatriz Mariscal, Beatriz & Miaja de la Peña, María Teresa, Actas del XV Congreso de la Asociación Internacional de Hispanistas ; Las dos orillas, Monterrey, Fondo de Cultura Económica, 189-200.

Lafont, Robert, 1984, « Pour retrousser la diglossie », Lengas, 15, 5-36.

López Susín, José Ignacio, 2018, « Política lingüística en Aragón. Estado de la cuestión », dans Giralt Latorre, Javier & Nagore Laín, Francho (éds), Lenguas minoritarias en Europa y estandarización, Saragosse, Universidad de Zaragoza, 209-229.

Nagore Laín, Francho, 2007, « En o 20eno cabo d’año d’as Normas graficas », Luenga & Fablas, 11, 152-153.

Nebrija, Antonio de, 1492/1989, Gramática de la lengua castellana ; Estudio y edición de Antonio Quilis, Madrid : Centro de Estudios Ramón Areces. 

Parodi, Claudia, 1972, «  Mutación y confluencia de las oclusivas latinas en romance castellano », Anuario de Letras, 47-74.

Pujol Berché, Mercè, 2013, « Política lingüística: lengua, cultura e identidad, el ejemplo de Cataluña », Amnis [En ligne]. URL : http://journals.openedition.org/amnis/2061

[RAE] Real Academia Española, 1741, Orthographia española, Madrid, Imprenta de la Real Academia Española.

[RAE] Real Academia Española, 1754, Ortografía de la lengua castellana, Madrid, Gabriel Ramírez

[RAE] Real Academia Española, 1815, Ortografía de la lengua castellana, Madrid, Imprenta Real.

[RAE] Real Academia Española, 1854, Prontuario de ortografía de la lengua castellana, Madrid, Imprenta Nacional.

[RAE] Real Academia Española, 1920, Gramática de la lengua castellana, Madrid, Perlado-Páez y Compañía.

[RAE] Real Academia Española, 2005, Diccionario Panhispánico de dudas [En ligne]. URL : https://www.rae.es/recursos/diccionarios/dpd

[RAG] Real Academia Galega, 1970, Normas Ortográficas do Idioma Galego, La Corogne, Moret.

[RAG-ILG] Real Academia Galega & Instituto da Lingua Galega, 1982, Normas Ortográficas e Morfolóxicas do Idioma Galego, Vigo, Ártes gráficas Vicius.

[RAG-ILG] Real Academia Galega & Instituto da Lingua Galega, 2012, Normas Ortográficas e Morfolóxicas do Idioma Galego, Vigo, Galaxia.

Reyes, Anchel et al., 2017, L’aragonés y lo catalán en l’actualidat. Analisi d’o Censo de Población y Viviendas de 2011. Saragosse, Universidad de Zaragoza.

[SLA] Sociedad de Lingüística Aragonesa, 2006, « De Lingua Aragonensi ; Grafía » [En ligne]. URL : https://sites.google.com/site/sociedat/grafia

Veny, Joan, 2007, Petit Atles Lingüístic del Domini Catalá, I [En ligne]. URL : http://aldc.espais.iec.cat/files/2013/07/12-La-v-labiodental-RETOCAT.pdf

Haut de page

Notes

1 La formule que Nebrija dit emprunter à Quintilien, « tenemos de escrivir como pronunciamos, τ pronunciar como escrivimos » (Nebrija 1989/1492, 128) [Nous devons écrire comme nous prononçons et prononcer comme nous écrivons], a toujours fait autorité chez la grande majorité des réformateurs graphiques.

2 « o criterio que ye l’alazet ta determinar as normas graficas ye o criterio fonoloxico (o fonematico). Quiere dezirse con ixo que siempre que ye posible se fa corresponder a cada fonema un solo grafema (u siñal grafico, u letra), y a cada grafema un solo fonema » (CFA 1987, 12). [Le critère fondamental pour la détermination des normes graphiques est le critère phonologique (ou phonématique). Ce qui signifie que lorsque cela est possible, chaque phonème sera mis en correspondance avec un seul graphème].

3 « A solucion a) [Continuar con a grafia do 87] va estar refusada perque no respectaria a grafia internacional de cultismos y extrancherismos » (EFA 2010/2009, xi). [la solution a) (maintien de la graphie de 1987) a été refusée parce qu’elle ne respecterait pas la graphie internationale des mots savants et des xénismes].

4 « La reducción gráfica a un único grafema B es, quizá, el mayor factor de discrepancia por su fuerte impacto visual entre las vecinas lenguas romances de cultura » (Andrés Díaz et al. 2017, 4). [La réduction graphique à un seul graphème <v> est peut-être le facteur de divergence le plus important d’avec les autres langues romanes de culture voisines du fait de son fort impact visuel].

5 « Como marca distintiva del aragonés, se aceptan casos que justifican etimológicamente V frente al castellano: vasura, avogau, voda (Andrés Díaz et al. 2017, 3). [Sont acceptés, en tant que marques distinctives de l’aragonais, des cas où <v> est justifié étymologiquement face au castillan : vasura, avogau, voda].

6 « Las grafías b e v se diferiencian en la GAC seguntes la etimolochía latina. Con tot e con ixo, creyemos que només s’habría de fer en os casos en que ixa etimolochía no choque con os habitos que decadas d’escolarización en castellano han creau en os aragonesofablants. Per tanto, en aragonés habría d’escribir-se caballo, cantaba, debantpero avanzar, abogau, boda, maravilla… » (GAC 2016). [Les graphies <b> et <v> se différencient dans la GAC selon l’étymologie latine. Cependant, nous pensons que ce principe ne devrait s’appliquer qu’aux cas où cette étymologie ne va pas à l’encontre des habitudes que des décennies de scolarisation en castillan ont inculquées aux aragonophones. C’est pourquoi il faudrait écrire en aragonais caballo, cantaba, debant… mais avanzar, abogau, boda, maravilla].

7 « facilidad de aprendizaje, ya que se da casi total coincidencia con el castellano ». (Andrés Díaz et al. 2017, 4).

8 « Desventajas: a pesar de todo, el aprendizaje no es tan fácil como aplicando el criterio fonético de escribir siempre B » (Id.) [Inconvénients: néanmoins, l’apprentissage n’est pas aussi aisé qu’avec l’application du critère phonétique [sic] consistant à écrire toujours <b>].

9 « a grafia aragonesa ha d’estar autonoma » (EFA 2009/2010, xii).

10 R. Menéndez Pidal a consacré en effet en 1906 une étude documentée à cette langue du Royaume de León (El dialecto leonés).

11 En évinçant, par exemple, l’orthographe archaïsante de l’Academia de Bones Lletres de Barcelone, l’Ortografia de la Llengua catalana, publiée pour la première fois en 1884, puis révisée et rééditée en 1924.

12 La politique linguistique et la normalisation initiée par la Generalitat au sortir de la dictature franquiste sont suffisamment connues pour ne pas être rappelées ici. (Pour une synthèse et un bilan, voir par exemple Pujol Berché 2013).

13 « La /v/ labiodental » I, 174.

14 « Cal tenir present que en els mots hereditaris s’escriu b o v segons la pronúncia d’aquelles regions que han conservat viva l’antiga distinció entre els dos sons […], per damunt de qualsevol consideració de caràcter etimològic. S’escriu, per tant, cavall (malgrat caballus), buit (malgrat vŏcĭtus), canvi, fava, governar, haver, provar, savi » (IEC 2017, 70). [Il faut avoir présent à l’esprit que dans les mots patrimoniaux, on écrit <b> ou <v> selon la prononciation de ces régions conservant l’ancienne distinction entre les deux sons […], par delà toute considération étymologique. Aussi écrit-on cavall (malgré caballus), buit (malgré vŏcĭtus), canvi, fava, governar, haver, provar, savi.

15 « No galego moderno, como no hai distinción fonolóxica, téndese á distinción gráfica conforme á etimoloxía […]. « modernamente eliminouse a distinción gráfica medieval por ser irrelevante, restituíndose unha grafía etimolóxica : b cuando a palabra latina tiña B, BB, ou –P– e v cuando tiña V, -F- e –PH– (RAG-ILG 1982 : 18-19). [En galicien moderne, comme il n’y a pas de distinction phonologique, la tendance est à la distinction graphique selon l’étymologie […]. Ces derniers temps, la distinction graphique médiévale a été éliminée parce qu’elle n’était pas pertinente et une graphie étymologique a été restaurée : <b> lorsque le mot latin présentait <b>, <bb> ou <–p– > et <v> quand il présentait v, –f– et –ph–].

16 L’on peut dire, d’ailleurs, que ce choix s’inscrit dans la continuité du principe que cette même institution, dans un contexte politique bien différent il est vrai, posait dans son traité orthographique de 1970 :

Aos fins prácticos, e tendo en conta as circunstancias socioculturás do momento, dase por coñecida a ortografia castelá, que se toma como punto de referencia, xa que ten o caracter de supletoria da galega usual (RAG 1970 : 9). [A des fins pratiques et compte tenu de la situation socioculturelle actuelle, l’orthographe castillane, supposée connue, est prise comme point de repère, étant donné son caractère supplétif de l’orthographe galicienne].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Sarrazin, « La question de <b> et <v> dans la codification graphique du castillan et dans celle d’autres langues romanes d’Espagne »Lengas [En ligne], 86 | 2019, mis en ligne le 04 novembre 2019, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/lengas/3253 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lengas.3253

Haut de page

Auteur

Sophie Sarrazin

Université Paul Valéry-Montpellier 3- LLACS

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals