Navigation – Plan du site

Breton et phonographie

Jean-Claude Le Ruyet
Traduction(s) :
Brezhoneg ha fonografiezh [br]

Résumés

La question qui se pose aujourd'hui pour les langues de France est celle de leur transmission orale. Or, certaines, comme le breton, ont pratiquement disparu de l'espace public. Même si la dernière enquête publiée par la Région en 2018 fait encore état de 206 000 brittophones, elle signale également que 80% d'entre eux ont plus de 60 ans. L'effondrement du nombre de locuteurs est donc prévisible à court terme, l'ensemble des filières bilingues actuelles (immersives ou semi-immersives) ne parvenant même pas à former 200 bacheliers par an (malgré un ensemble de 18 000 élèves) ! Comment donc se situe le breton écrit dans ce contexte ? Son orthographe est-elle un obstacle ou une aide à une bonne prononciation ? Les Bretons ont-ils suffisamment travaillé la question phonographique ? Ont-ils pensé au contexte, au substrat français, à sa dynamique, à sa phonologie comme bruit de fond ? Ont-ils suffisamment pris en compte l'effet Buben ? C'est de la pertinence du rapport entre écrit et oral que nous traiterons dans cet article, notamment en soulevant la question du décodage pour une "mise en bouche" recevable de la langue.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Concernant le breton enseigné aujourd'hui, on peut s'appuyer sur un corpus de quatre règles de base qui structurent sa prononciation, règles toutes différentes de celles qui régissent le français (Le Ruyet 2009). Cela vaut aussi pour le dialecte vannetais, à l'accentuation différente, car le vannetais connaît déjà des mots accentués sur l'avant-dernière syllabe, comme les autres parlers (comme bara, bugale, abid...), sans compter les participes passés prononcés de même (savet, maget, diskennet, piket...).

2Les quatre règles de base du breton parlé :

  • R1. L'accent tonique sur l'avant-dernière syllabe.

  • R2. Longueur de la voyelle sous l'accent tonique.

  • R3. Dévoisement de la consonne en finale absolue.

  • R4. Les liaisons.

3Prononcer un mot, même unisyllabique comme tad « père », implique les trois premières de ces règles. Ici, accent sur l'unique syllabe du mot : tad (R1) ; -a- long devant un -d (R2) ; -d terminal dévoisé en finale absolue et prononcé [t] (R3).

4Nous allons voir tout d'abord que l'orthographe actuelle, de par le choix des consonnes finales, constitue un obstacle à l'enseignement de deux de ces règles (R2 & R4). Nous verrons aussi un second problème qui touche à certaines jonctions ainsi qu'à l'articulation de certaines paires consonantiques internes.

1. De l'importance de l'écrit

1.1. L'école et l'écrit

5Gilbert Dalgalian, qui fut Président de l'Alliance française, notait que « L'écrit [est] l'instrument principal des compétences cognitives visées par l'école » (Dalgalian 2000, 71). Cette prégnance précoce de l'écrit marque profondément et durablement les esprits. De par l'enseignement du breton en maternelle, en primaire ainsi qu'à des adultes, jeunes et moins jeunes, nous pouvons déduire qu'il est très difficile de se débarrasser de cette influence de l'écrit, et qu'il est de la plus haute importance, en matière de transmission du breton, de travailler correctement en amont, quand l'écrit n'a pas encore de prise sur les élèves, à savoir à l'école maternelle ainsi que dès le début de tout apprentissage de cette langue. C'est Vladimir Buben qui, en 1935, avait étudié l'importance de l'orthographe sur la prononciation du français. C'est pourquoi l'on parle d'effet Buben (Chevrot 1999) lorsque que l'on évoque l'influence de l'écrit sur la langue orale.

1.2. Écrit et langues minoritaires

6Toute langue est d'abord orale, collectivement et individuellement : habituellement, on sait parler avant de savoir écrire. Sur les quelques six mille langues parlées que compterait la planète aujourd'hui1, quantité n'ont pas encore de transcription2. La grammatisation (Auroux 1994) est le passage à la création d'outils linguistique (alphabet, grammaires, dictionnaires...).

7Dans une société homogène où la langue est parlée par toute la population, la présence de tels outils est un supplément d'existence pour cette langue même, permettant de solliciter la vue alors que, dans les langues non écrites, seule l'ouïe est sollicitée.

8Le breton a eu une forme écrite de longue date, puisque nous en avons des traces en vieux-breton (avant l'an mil). Mais jamais l'écrit n'a été populaire au sens où nous le concevons aujourd'hui, quand tous les enfants apprennent à lire (avec plus ou moins de succès, comme on sait3). L'écrit breton est resté longtemps l'apanage d'une certaine élite (poètes, scribes, moines). Jusqu'à la guerre de 1914-1918, une partie seulement des Bretons savait lire, en général des textes religieux (vie des saints, catéchisme...). Jamais la société bretonnante n'a eu dans son ensemble une connaissance écrite de sa langue : majoritairement elle était donc, au sens premier du mot, analphabète.

9Aujourd'hui, la langue bretonne s'écrit, et sur différents supports (panneaux routiers, journaux, revues, internet), mais peu de Bretons savent encore lire le breton. Si la dernière enquête4 chiffre à 206 000 le nombre de locuteurs brittophones, le tirage de l'hebdomadaire YA ! atteint seulement 1 400 exemplaires. Les livres en breton sont tirés à 600 ou 1 000 exemplaires. Concrètement, le breton langue orale a pratiquement disparu de l'espace public.

10Mais les apprenants (quelques milliers, enfants et adultes) ont à leur disposition une quantité non négligeable d'écrits, y compris des dictionnaires monolingues (Here, 1995). L'écrit prend une importance de fait, suppléant à la pauvreté de l'environnement oral. Sachant que, même pour une langue très parlée dans son espace naturel comme le français, l'influence de l'écrit (effet Buben) n'est pas nulle, a fortiori pour une langue absente de l'environnement sonore comme le breton aujourd'hui, le côté phonographique de l'écrit prend une importance accrue.

1.3. L'orthographe bretonne aujourd'hui

11Concernant le breton, une orthographe s'impose aujourd'hui : le peurunvan, mis au point en 1941. C'est l'orthographe officielle dans les filières bilingues, et ce depuis 2009, par décision rectorale. C'est aussi le système sur lequel se base l'Office public de la langue bretonne qui demande à ce que les publications se fassent dans cette orthographe.

12Le peurunvan avait vocation à être une graphie unitaire, capable de représenter tous les parlers bretons, y compris le vannetais. Si d'autres systèmes graphiques ont tenté de s'imposer par la suite, comme le skolveureg (« universitaire », 1955) ou l'etrerannyezhel (« interdialectal », 1975), sans oublier le vannetais traditionnel, on constate que c'est le peurunvan qui est pratiquement le seul système utilisé aujourd'hui. Et c'est une chance sans doute pour y proposer des améliorations, car sur certains points, il est possible aujourd'hui de tirer un bilan et d'envisager quelques remédiations. Le point le plus important et le plus urgent à rectifier est le choix des consonnes finales des mots bretons.

2. Le problème des consonnes finales

2.1. Consonnes finales : une règle contre-productive

13Le problème est que le peurunvan n'a pas remis en cause une règle datant de 1902 qui avait décidé de faire une distinction entre les substantifs et « les autres espèces de mots » quant à l'écriture de leur consonne finale. Or, cela a des conséquences fâcheuses en ce qui concerne la transmission du breton aujourd'hui. Cette règle, instituée par Augustin Guillevic et Pierre Le Goff dans leur Grammaire bretonne du dialecte de Vannes, a été conservée en peurunvan. On écrit les substantifs selon la dérivation (avec un suffixe neutre, en fait), et les autres mots, systématiquement, avec une consonne dure (non voisée), à savoir p-t-k-s-ch-f. L'orthographe du substantif tad « père » est donc avec un -d final, en raison des dérivés tadig (« papa »), tad (« pères »), tadelezh (« paternité »). En revanche, les termes non substantifs s'écrivent avec une consonne dure : *enep « contre », *evit « pour », *perak « pourquoi », *penaos « comment », en dépit des dérivés eneb « opposer, s'opposer », evidon « pour moi », perag « demander pourquoi », naozioù « lits de cours d'eau ».

14Malgré une tentative d'aggiornamento dans les années 1971-1975, le peurunvan est resté en l'état, ce qui est contradictoire avec le qualificatif même qu'on lui attribue, peurunvan, qui signifie complètement unifié, parfaitement unifié.

2.2. Causes et incidences

15La question concerne pour l'essentiel les douze consonnes corrélatives.

Les consonnes corrélatives

Consonnes voisées

b

d

g

z

j

v

Consonnes non voisées

p

t

k

s

ch

f

16En breton, on constate que près des trois-quarts des substantifs s'écrivent avec une consonne douce en finale, selon leurs dérivés (tad « père », en raison de tadig « papa », tad « des pères ». Idem pour : kog « coq », pod « pot », manifestadeg « manifestation », ruseg « langue russe », mestrez « maîtresse », skolaj « collège », gwiad « tissu, étoffe », iliz « église », Karanteg « Carantec », eskob « évêque », pab « pape », marc'heg « chevalier », kargad « fonctionnaire », kornôg « ouest, occident »,...).

17Pour autant, une minorité de substantifs sont écrits avec une finale dure, comme pik « point », en raison de pikañ « piquer », pikoù « points ». Autres ex : hak « hoquet », kef « tronc, caisse », labous « oiseau », lip « mets liquide », ouf « crique », rus « russe », tach « clou », trefoedach « langue corrompue », trot « trot »,...

  • 5 La règle n'est pas générale : nombre d'adjectifs en effet continuent de s'écrire en peurunvan avec (...)

18Pour les autres espèces de mots, ils sont écrits quasi-systématiquement avec une consonne dure en finale, en raison de la règle de 19025. Pourquoi cette règle ?

19En fait, personne ne savait, en 1900, et ce jusqu'aux années 1940/1950, particulièrement par les travaux de François Falc'hun, pourquoi l'on disait brazig « un peu grand » et brasaad « grandir ». « L'usage seul peut répondre », pensait-on (Troude 1876, xvi), ce qui faisait qu'on hésitait, à l'écrit, entre braz et bras « grand ».

  • brazig « un peu grand  » > écrire braz ?

  • brasaad « grandir » > écrire bras ?

20Considérant qu'il y avait, pour les adjectifs, davantage de dérivés comportant une consonne dure, ces auteurs ont décidé d'écrire, par principe, tous les adjectifs avec une consonne dure et d'étendre cette règle à tous les autres mots (hors substantifs). Ils ne savaient pas, en effet, qu'il y a deux catégories de suffixes en breton : les suffixes neutres (les plus nombreux) et les suffixes durcissants (au nombre de 9). Dans le cas de brasaad, le suffixe -aad est l'un des neuf suffixes durcissants. C'est en raison d'un ancien h- (haad) que ce suffixe dévoise la consonne précédente et qui fait que, de brazig (-ig étant un suffixe neutre), on passe à brasaad. Les autres suffixes durcissants possédaient aussi un tel h-.

21Liste des 9 suffixes durcissants

  • >> -HA (pesketa « pêcher ») ; HAAD (brasaad « grandir ») ; -H (bras « le plus grand ») ; -HOC'H (brasoc'h « plus grand ») ; -HAD/-HED (Na brased un ti ! « Quelle grande maison ! ») ; -HAD (meutad « pied (de long) »)

  • >> -HI (eviti « pour elle ») ; -H (evit « pour lui ») ; -HE ou -HO (evite/evito « pour eux, pour elles »).

NB : Le suffixe -oni est un suffixe neutre, qui n'a jamais été précédé d'un h- : aez « aisé, facile » > aezoni « aisance » ; braz > brazoniezh « grandeur, altesse (titre) » ; hegred > hegredoni « crédulité » ; lovr > lovroni « lèpre » ; rog > rogoni « arrogance » ; ruz > ruzoni « rougeur, lueur rouge », ...]. Il est cependant traité parfois comme un suffixe durcissant, par exemple dans brasoni « orgueil », sotoni « sottise »  (ce dernier avec -t- depuis le Catholicon, 1499). Il se peut que ces mots aient été construits sur les verbes correspondants en -aad, suffixe durcissant. Ainsi aurions-nous eu sod > sotaad > « sotaoni » > sotoni (?).

2.3. Effets constatés

22Malheureusement, les conséquences de la décision de 1902, reprise par la suite, sont problématiques aujourd'hui quant au breton parlé, y compris par les enseignants. Ces conséquences sont de quatre ordres :

  • L'impossibilité de décoder correctement et sûrement la longueur de la voyelle (R2) dans les monosyllabes accentués et dans les oxytons (mots accentués sur la dernière syllabe), dès lors que ce ne sont pas des substantifs.

  • Avec une telle règle, qui multiplie le nombre de consonnes dures en jonction (taux de consonnes dures en finale atteignant 62%, Le Ruyet 2009-2, 491), le peurunvan-41 entraîne massivement la réalisation des liaisons/enchaînements à la française.

  • La tendance à effectuer des dérivations basées sur ces consonnes non voisées, alors que le breton demande une consonne douce.

  • Dans certains mots composés sans traits d'union, le recours aux formes à finale dure peut entraîner des prononciations aberrantes.

23Nous évoquerons en outre un sujet qui est en relation avec le dernier des points précédents, bien qu'il ne s'agisse pas d'une conséquence de la règle de 1902. Cela relève plutôt de la méconnaissance d'une tendance forte du breton :

  • Dans certains mots issus du français et écrits tout comme en français, certaines paires consonantiques internes sont prononcés à la française, alors que les Bretons, naturellement, les prononcent ou les prononçaient différemment.

3. Choix des consonnes finales : conséquences de la règle de 1902

3.1. Première conséquence : l'impossible décodage de la longueur de la voyelle sous l'accent tonique (R2)

3.1.1. Peurunvan et substantifs

24Rappelons que le peurunvan écrit correctement les substantifs. Nous employons le terme « correctement » par rapport aux nécessités de transmission de la langue orale. Avec les substantifs du peurunvan, on peut très bien enseigner le breton sur la base des quatre règles fondamentales mentionnées au début de cet article. En conséquence, le décodage de l'écrit est facile pour tout lecteur, dès lors qu'il connaît ces règles et comment elles s'articulent entre elles. Cela veut dire savoir quelles sont les syllabes accentuées (R1), quelle est la longueur de la voyelle dans ces syllabes accentuées (R2), savoir où une consonne sera en finale absolue et donc dévoisée (R3) et enfin (R4), comment la consonne finale se comportera en jonction dans les enchaînements (adoucissement en général, parfois durcissement devant h‑).

Ar rāgk hag ar perāg ag ar prŏsezs.
« Les raisons du procès »

25Dans cet exemple, les mots sont écrits en fonction de la dérivation avec un suffixe neutre : rag « car »/perag « pourquoi » (< perag « demander pourquoi ») ; prosez « procès » (< prosezer « plaideur »). Trois syllabes sont accentuées (soulignées ici), dans lesquelles les deux premières ont une voyelle longue (-a-) devant -g et la dernière un bref devant -s (prŏsez). Une seule consonne (-z) est en position de finale absolue, dans le mot prosez, et ce -z se dévoise en [s]. Quant aux liaisons, il y en a trois : la première se fait avec un durcissement devant h- (sandhi consonantique) et les deux suivantes par adoucissement devant voyelle (on entend [g] dans ces deux derniers cas). On peut donc dire que le peurunvan est ici, dans cet exemple, un outil au service de l'enseignement : il est globalement phonographique (et même parfaitement phonographique ici, hormis le dévoisement du -z terminal qui demande à ce que l'on connaisse la règle R4).

26Le peurunvan (P-41) permet aussi, toujours pour les substantifs, de distinguer deux mots très proches s'ils sont constitués d'une seule syllabe : simplement en jouant des consonnes douces b-d-g-z-j-v (+ l-n-r/(rr)) devant lesquelles la voyelle est longue, ou bien des consonnes dures p-t-k-s-ch-f (+ ll-nn-m/mm-gn-lh-c'h) devant lesquelles la voyelle est brève : kēl « nouvelle » ≠ kěll « testicule » ; rān « grenouille » ≠ rănn « division » ; ar grīb « le peigne »  ≠ ar grĭp « la grippe » ; klōd « gloire » ≠ klǒt « creux sous la berge ».

3.1.2. Peurunvan-41 et autres espèces de mots (les non substantifs)

  • 6 En fait, un certain nombre de mots, non substantifs, sont graphiés correctement en P-41 quant à leu (...)

27Malheureusement, cela ne fonctionne plus dès que l'on sort de la classe des substantifs6. En effet, la règle de 1902 rend impossible le décodage correct et sûr de la longueur de la voyelle dans les monosyllabes accentués et dans les oxytons. Et cette difficulté se remarque même chez des locuteurs chevronnés, éduqués. Le cas qui va servir à illustrer notre propos est celui d'une personne connaissant bien le breton.

28Cette personne prononça /blotte/ un mot qui venait de lui être épelé : b.l.o.t., mot qui veut dire « mou/molle ». Devant notre surprise, elle dit pour sa défense qu'elle n'utilisait pas ce mot ; chez elle, en effet, on use du synonyme gwag, ce qui est tout à fait plausible. Néanmoins, ce fut notre seconde surprise, très révélatrice du problème. En effet, cette personne prononçait correctement [gwa:k], avec un long, ce qui correspond effectivement à la prononciation logique du mot, dont le dérivé gwagenn « vague » fait apparaître un -g devant lequel la voyelle est longue. La question est la suivante : pourquoi cette personne pouvait-elle prononcer correctement le mot gwak malgré l'orthographe harsardeuse et pourquoi se trompait-elle pour le synonyme blot qui est dans la même logique orthographique ?

« Mou, molle »
Blot ? / blod ?
blodenn « mie du pain » (long dans blodenn ['blo:den])
Gwak ? / gwag ?
gwagenn « (une) vague » (long dans gwagenn ['gwa:gen])

29La réponse à cette question résume toute la problématique des consonnes finales en breton aujourd'hui. Lorsque les initiateurs de cette règle l'avaient instituée au début du XXè siècle, cela ne posait pas de problème : la société parlait largement breton en Basse-Bretagne. Les bretonnants, au fait de l'écrit ou non, savaient que l'on prononçait ce qui était par ailleurs écrit gwak avec un a long et blot avec un o long. Ce n'est plus le cas, 120 ans après. L'écrit est donc devenu une référence, qu'on le veuille ou non, y compris chez les lettrés. La personne dont nous parlons se moquait de l'écriture du mot gwak car elle connaissait naturellement la prononciation attestée dans sa famille, qui prononçait [gwa:k] (a long). Mais, en revanche, ne connaissant pas le mot blot, elle s'est fiée à l'orthographe et a prononcé /blotte/, car logiquement on prononce un bref devant un -t (voir l'opposition de longueur du -o- dans les substantifs klod « la gloire » et klot « un creux sous la berge », correctement distingués en peurunvan). Les locuteurs, aujourd'hui, n'ont plus guère que l'écrit à quoi se fier, puisque le breton a pratiquement disparu de l'espace public. Encore faut-il que cet écrit soit fiable !

30La correction, pourtant, est d'une grande simplicité : il suffit de procéder comme avec les substantifs. En écrivant gwag (radical de gwagenn « vague ») et blod (radical de blodenn « la mie du pain »), on permet le décodage pour toutes les catégories de mots (la voyelle est longue devant une consonne sonore comme -g ou -d ici) et en même temps on augmente le nombre de consonnes douces en jonction...

3.2. Deuxième conséquence : par effet Buben négatif, il y a incitation visuelle aux liaisons à la française (R4)

31Plus que de liaisons proprement dites, il y a surtout des enchaînements en breton, et le système est remarquablement régulier : ce sont uniquement les consonnes voisées que l'on entend en jonction, soit devant les voyelles, mais aussi, particularité du breton, souvent ignorée des professeurs, même universitaires, devant les liquides l, m, n, r ainsi que devant les semi-voyelles w et y. La signalisation, routière bilingue ou commerciale et les écrits bretons en général, sont sur ce point très hasardeux. C'est la roulette russe : soit l'écrit est phonographique, soit il ne l'est pas.

Panneau routier Koad ar park

  • 7 Attention : bien qu'orthographiés correctement, il arrive que les écrits ne soient pas phonographiq (...)

Sur ce panneau routier, Coat ar parc (forme à la française) n'est pas phonographique en ce qui concerne la liaison entre les deux premiers mots (['kwad ar...], mais il l'est pour le dernier mot [park]. En revanche Koad ar park, forme bretonne moderne, est totalement phonographique (notons que koad et park sont des substantifs, et donc écrits correctement)7.

32Or, on sait que l'écrit influence les lecteurs du breton. Lors de notre thèse, nous avions constaté en 2007 que, dans les écoles et jusqu'au lycée, le système français des liaisons avait pris le pas sur le système breton. Voici la constatation à laquelle nous étions arrivés :

Liaisons devant voyelles

Liaisons devant voyelles

Fiches A1 : finales voisées/ A2 non voisées.

Interprétation du graphique (liaison devant voyelle) : L’influence de l’orthographe est évidente chez les élèves. Dans les fiches données à lire, lorsqu'en jonction les finales sont écrites douces (ex : evid an dud), les liaisons effectuées sont conformes au modèle breton (PB) à 67% (fiche A1). Mais si, en jonction, les finales sont écrites dures (ex : evit an dud), alors les liaisons conformes au modèle breton ne sont plus que de 32% (fiche A2).

33Or, la multiplication des mots à finale dure par le peurunvan actuel (P-41) est évidente : *evit, *rak, *eget, *penaos, *lakaat, *kousket, *gwelout, *gallek, *c'hwek, *mut, *lous, *rous, *eürus, *mat, *bras, *pet, *pep, *trizek, *dousik, *hollek...

34Tout cela incite bien sûr à la réalisation de liaisons « à la française » :

  • *plijus eo « c'est agréable » > prononcé /*plijussé (quand ce n'est pas *plijussé-o) au lieu de /plijuzé (cf. fr. « Le buss arrive »). Le suffixe -uz devrait normalement s'écrire avec un -z en fonction de la dérivation : euruzamant « heureusement ».

  • *kavout a ran « je trouve » > prononcé /kavoutaran/ au lieu de /kavoudaran/ (cf. fr. : « la voûte en ogive »).

  • *c'hwek eo « c'est doux, sucré » > prononcé /*hweké/ ou /*hwekéo/ au lieu de /hwegé/ (cf. fr. : « échec k et mat »).

3.3. Troisième conséquence : la tendance à écrire les dérivés sur la base des mots écrits avec une consonne dure

35Ce type d'erreur se rencontre dans les écrits contemporains, (livres, journaux, internet). Les écrivants se basent en effet souvent sur la finale dure du radical pour former des dérivés. Cela est favorisé aussi, peut-être, en raison du remplacement des locuteurs natifs (par définition âgés) par des locuteurs plus jeunes, issus pour la plupart des filières bilingues et ayant subi l'influence de cet écrit P-41 au maximum. D'ailleurs, un lecteur de l'hebdomadaire YA ! en fait mention dans le n° 717 (2019, 10). Il cite en exemple certains dérivés non conformes au génie de la langue :

  • *brasentez « grandeur » (< *bras « grand ») au lieu de brazentez.

  • *keitenn « moyenne » (< *keit « tant que ») au lieu de kehidenn.

36On peut ajouter :

  • *perak (< *perak) au lieu de perag « raisons (les pourquoi) », (YA ! n° 711, 2019, 12). Le mot de base est perag « pourquoi » (< vb. peragiñ « demander pourquoi »).

37Mais, ce qui est étonnant, c'est que certains dictionnaires eux-mêmes affichent des mots construits sur la consonne finale dure du premier élément, qui n'est pas toujours la bonne (ex : *asot « abêtir », au lieu de asodañ, - n'étant pas un suffixe durcissant. Le radical de ce verbe est bien sod, en fonction des dérivés avec suffixes neutres comme sodell, sodez, et non *sot).

3.4. Quatrième conséquence : création de mots composés sans trait d'union basés sur un premier élément à finale dure entraînant des prononciations aberrantes

38Nous allons évoquer ici le cas de mots composés sans trait d'union, pour lesquels il est souvent difficile au lecteur de savoir comment ils ont été formés. En conséquence, si l'orthographe ne prend pas l'aspect phonographique en compte, le décodage correct est voué à l'échec. En effet, les règles qui gouvernent les liaisons en jonction externe (ex : prop⦧b eo ; Sant⦧d Armel) sont toujours actives en interne, comme nous allons le voir.

3.4.1. P-41 : composés phonographiques

39Heureusement, le peurunvan actuel présente quantité de dérivés écrits de telle manière que la lecture simple permet de restituer la forme orale. C'est par exemple le cas de Logivi « Loguivy » (< lok+ivi) ; Pondivi « Pontivy » (< pont+Ivi), ou d'autres mots comme krakhouad « sarcelle » ; araogenn « préposition » ; nebaon ! « soyez sans crainte ! » ; neblec'h « nulle part » ; pebeilañ « alterner » ; ragistor « préhistoire » ; ragaozañ « préparer » ; treuzwelus « transparent »...

On voit que français et breton n'ont pas la même façon de lier les mots pont+Ivi.

40Mais ce n'est pas toujours le cas : tous les mots bretons ne sont pas phonographiques, et c'est encore une conséquence de la règle de 1902, alors que beaucoup pourraient l'être facilement.

3.4.2. Erreur devant voyelle

41Ce qui est étonnant, c'est que des dictionnaires affichent des mots construits sur la consonne finale dure (dévoisée) du premier élément, sans toujours tenir compte des règles du breton oral, qui n'a que faire de la règle de 1902. Une langue, c'est d'abord de l'oral, ne l'oublions pas. L'écrit doit veiller à ne pas trop s'en écarter, au moins d'une forme moyenne.

42Or, une quantité non négligeable de mots ont été écrits en P-41 sans qu'ait été prêté attention à la phonographie. Rappelons encore une fois que les règles de liaison sont valables dans les composés. Voici, dans la colonne de gauche de l'encadré suivant, quelques exemples d'erreurs devant voyelle (dans cette colonne, nous avons utilisé un point pour montrer où a lieu la jonction des deux éléments aboutissant au composé). À droite, nous avons indiqué leurs correctifs phonographiques :

43Mots composés sans trait d'union

44Consonne finale + voyelle

  • *bes.amiral « vice-amiral » > bezamiral

  • -*is.ofiser « sous-officier » > izofiser

  • *kent.arouez « signe avant-coureur  » > kendarouez

  • *kef.elin « coude » kevilin

  • *krak.aotrou « petit monsieur » > kragaotrou

  • *lies.elfenn « complexe » > liezelfenn

45Le cas de *isofiser est intéressant : voici un mot comportant deux s, le premier étant voisé, le second non, alors qu'on enseigne que le s est toujours dur en breton [s]. Les lecteurs non avertis sont donc portés à prononcer /issofissér/ au lieu du correct [izo'fiser].

46Il n'est guère facile aux apprenants, convenons-en, et pas seulement à eux, de savoir si les mots *besamiral, *kentarouez, *kefelin, *krakaotrou, *lieselfenn et autres *isurzhiañ « subordonner » ou *kantaberzh « hécatombe » sont à lire tels quels ou non. Que perdrait le breton à les écrire comme ils se prononcent : izofiser, bezamiral, kendarouez, kevelin, kragaotrou, liezelfenn, izurzhiañ, kandaberzh ? Ici encore, il serait bien venu de reconsidérer ce que qui est essentiel en matière de transmission du breton...

3.4.3. Erreurs devant l-m-n-r

47Dans les paires consonantiques incluant une liquide comme second élément, un problème du même ordre peut se poser dans la mesure où il y a voisement devant l, m, n, r. Certains mots en P-41 sont déjà phonographiques sur ce point. Ex :

  • neblec'h « nulle part »

  • peuznoz « crépuscule »

  • treuzlec'hiañ « transposer »

  • treuzredenn « remous »...

48Mais pourquoi écrire, par exemple, *braslenn « parcourir un texte » ; *disleal « déloyal » ; *eneplatar « antibrouillard » ; *eneplavar « contradiction ; pétition de protestation » ; *islonk « abîme » ; *Lokmalo nl. ; *parklec'h « parking » ; *raklavar « prologue » ; *staotlec'h « urinoir », alors que la phonétique (cf. dictionnaires qui la donnent) indique un voisement à chaque fois devant l, m, n ou r ? (Cf. [diz'leal], [rag'la:var], ['parglɛx]). Pourquoi également écrire *dismegañs « mépris », *keflusker « moteur », *kefridi « mission », *kentredi « prédétermination » ?

Panneau routier Parklec’h

  • 8 Dans staotva, c'est v la consonne forte du digraphe -tv- qui entraîne la précédente à se voiser nat (...)

49Les graphies phonographiques sont : brazlenn, dizleal, eneblatar, eneblavar ; izlonk, Logmaloù (cf. Logunec'h < Logmenec'h « Locminé »), raglavar, staodlec'h (ou staotva)8, dizmegañs, kevlusker, kevredi, kendredi (Favereau 1992, pour certains termes au moins).

50La forme *parklec'h, que l'on voit sur les panneaux routiers, entraîne inévitablement la prononciation *['parklɛx], étrangère au breton, qui prononcerait naturellement ['parglɛx] (cf. Konk-Leon « Le Conquet » prononcé habituellement [kõng'leõn]). On peut écrire parglec'h, ou utiliser parkva, ou encore tachad parkañ ou simplement le populaire parking.

3.4.4. Erreurs devant les semi-voyelles w et y

51De même, c'est un adoucissement qui se produit devant w et y, tout comme devant les voyelles et les liquides. Pourquoi donc les phonographiques enebwirionez « contre-vérité » ; peuzyac'h « en petite santé » ou treuzwiskañ « déguiser »... et les non phonographiques *braswerzh « vente en gros » ; *lieswreg « polygame » ; *liesyezh « polyglotte » ; *rakward « avant-grade », *rakwelad « anticipation », *rakweloud « prévoir », *spiswel « clairvoyant »... ?

52Il convient évidemment d'écrire ces derniers mots sous leurs formes phonographiques qui ne défigureront en rien le breton et qui assureront une prononciation correcte : brazwerzh, liezwreg, liezyezh, ragward, ragwelad, ragweloud, spizwel.

4. Autres paires consonantiques internes problématiques

53Il s'agit ici de mots qui ne sont pas directement liés à la règle de 1902. Néanmoins, ils présentent un problème similaire au point 3.4.3. Cela concerne des paires consonantiques internes, paires dans lesquelles la seconde est une liquide. Ce sont généralement des mots issus du français ou ayant transité par le français. Ils sont souvent écrits de la même manière qu'en français, alors que le breton les prononce différemment. En voici quelques exemples :

  • français : « Israël », « Islam », « atlantique », « communisme », « tourisme », « technicien »...

  • breton : *Israel, *Islam, *atlantel, *komunism, *tourism, *teknisian...

  • russe : коммунизм (komounizm), туризм (tourizm)...

  • 9 Le digraphe gn se prononce le plus souvent [ɲ] (fr. « montagne » ; br. tagnous ['tãɲus]). Mais il p (...)

54Le russe est phonographique quand il écrit kommunizm, tourizm (коммунйзм, турйзм), car c'est le groupe zm qui est prononcé, comme en breton. Il est nécessaire pour le breton d'en faire de même, c'est-à-dire de noter ce -zm dans l'orthographe, ainsi que les autres digraphes de cette sorte, si l'on veut préserver la façon bretonne de traiter ce phénomène, avant que le français n'imprime sa marque de façon définitive. Il conviendrait donc d'écrire, au plus près de la prononciation, les mots tels que : Izrael, Izlam, adlantel, komunizm, tourizm, tegnisian9, de même que tous les mots de la catégorie : tazmant « fantôme », au lieu de *tasmant ; dizmegañs au lieu de *dismegañs, etc.

Conclusion

55Parfois, le peurunvan va jusqu'à tordre un peu l'orthographe pour donner priorité au côté phonographique de certains termes ou expressions avec trait d'union. Ex : a-hend-all « sinon » (< hent « sente, chemin ») ; end-eeun « même, justement, directement » (< ent-) ; kemend‑all « autant, pareille chose » (< kement « tout, autant »). Cela montre bien qu'il y a une certaine souplesse dans le système et que l'on peut l'adapter en fonction des objectifs. Ainsi, on remarque parfois un réel souci phonographique du peurunvan, mais le travail reste inachevé. Il est temps de revoir les catégories de mots qui induisent les apprenants en erreur. Le breton aurait tout à gagner à régulariser ce qui n'est pas fidèle à la langue. Car il s'agit de transmettre le breton dans sa singularité, et non de le laisser se plier aux structures et aux sonorités du français. Les Bretons se plaignent de l'influence du français, mais en n'agissant pas ils laissent prise à cette influence !

56Ne pas chercher à améliorer l'écrit, à faire en sorte d'augmenter sa qualité phonographique, est tout sauf pertinent. C'est contre-productif pour la transmission de la langue orale, la seule qui compte dans le combat d'aujourd'hui, en définitive. Autant, pour les langues de grande diffusion, l'indépendance de l'écrit par rapport à l'oral est possible sans prêter à conséquences majeures (cf. fr. « oiseau », angl. enough), autant l'éloignement de l'écrit par rapport à l'oral originel peut être source d'évolution anarchique des langues peu parlées avec, comme pour le breton contemporain, un alignement sur la trame du français (outre les liaisons, cela est vrai aussi pour l'accent tonique, la syntaxe, la prosodie : peu de domaines sont exempts de cette influence).

57Nous avons ici survolé la question mais, si le travail est d'importance, il ne touche qu'environ 10% du lexique. Ne pas oublier que l'Académie française avait modifié plus du tiers de son dictionnaire en 1740 (6 177 mots sur un total de 17 532, soit 35%) !

58Résumé du travail à faire

  • Écrire les consonnes finales de tous les mots bretons en fonction de leur dérivation avec des suffixes neutres (comme pesked, en raison de peskeduz et non en raison de pesketa !) ; braz en raison de brazig ; meud en raison de meudoù ; evid < evidon ; eüruz < euruzamant ; blod < blodenn  ; prop < propig)...

  • Ne pas recourir aux suffixes durcissants (au nombre de 9) pour écrire les finales. C'est la présence d'un h- ancien qui explique le durcissement, comme dans l'expression kig⦧k ha fars. Liste des suffixes durcissants : -ha (pesketa), ‑haad (brasaad), -hañ (bras), -hoc'h (brasoc'h), -had/-hed (na brased un ti !), -had (meutad) + -hi (eviti), -hañ (evit), -he ou -ho (evite/evito).

  • Connaître la règle bretonne des liaisons : liaisons douces devant les voyelles, devant l-m-n-r et w-y (evid⦧d Alan ; tapet⦧d eo ; prop⦧b eo ; tok⦧g Yann ; ur Rus⦧z laouen).

  • 2- Pour les composés avec trait d'union, il faut connaître la règle comme au point 1 (lip-⦧b e-baw ; lip-⦧b revr ; Konk-⦧g Leon ; sant-⦧d Erwan).

  • 3- Pour les paires de consonnes internes : attention à l'aspect phonographique, dans les mots issus du français ou d'autres langues (Izrael, adlantel, komunizm) ainsi que dans les composés sans trait d'union (raglavar, enebreizh, enebwirionez, liezyezh, brazlenn, brazwerzher).

  • 4- Nous n'avons pas parlé de la paire c'h/h qui demanderait une approche spécifique en ce qui concerne la langue orale.

Écrire Grandwest aurait été plus conforme au breton...

Testeni :
« Ar memestra kudennoù hon eus el lazoù-kanañ evid lakaad an dud da zistagañ mad, pa ‘z eo skrivet an testennoù e peurunvan.
Med n’eus ket nemetken al liammoù a vez distaget kaled abalamour d’ar skritur, cheñch a ra ivez padusted ha digoradur ar vogalenn. Dres evid ar ger-mañ, n’heller ket skrivañ mat, abalamour eo hir an a ha kloz.
Ne c'heller ket skrivañ
glas, abalamour eo hir ha kloz an a, neuze an doare skrivañ reizh zo glaz.
Ha cheñch a ra a-wechoù an doare-distagañ ster ar ger zoken... »

Témoignage :
« Nous avons le même problème dans les chorales pour inciter les gens à bien prononcer, quand les textes sont écrits en peurunvan.
Et ce ne sont pas seulement les liaisons, réalisées dures en raison de l'orthographe ; la durée et l'ouverture de la voyelle sont également changées. Par exemple, on ne peut écrire mat parce que le a est en réalité long et fermé. On ne peut écrire glas parce que le a est long et fermé ; la graphie correcte est donc glaz.
Sans compter que parfois les prononciations induites changent le sens des mots... »
Yann-Bêr Thomin, Président de Kanomp Breizh, 2019.

59Comment procéder ?

60On sait qu'il est difficile de changer ses réflexes orthographiques, tellement l'habitude entraîne à la stabilité (apparente) du français écrit : l'orthographe du français a quelque chose du sacré. Certains pays pourtant n'ont pas le même rapport à leur orthographe. Celle-ci est considérée seulement comme un outil au service de la langue, la langue écrite comme la langue orale. C'est ainsi que l'orthographe du russe a été simplifiée en 1918. En Allemagne, une réforme d'importance a été menée entre 1995 et 2005. Dix ans pendant lesquels les citoyens allemands se sont habitués à la nouvelle graphie de certains mots (écrits en rouge dans un dictionnaire) et dès 2005 la réforme était officialisée. Aujourd'hui, l'américain se distingue progressivement de l'anglais, écrivant désormais, par exemple, center au lieu de centre, nite au lieu de night, honor au lieu de honour ou encore program au lieu de programme. Depuis 2010, on ne considère plus, en espagnol, ch et ll comme des lettres à part entière, mais comme des digraphes rattachés soit à C soit à L ; on n'écrit plus *Iraq mais Irak, *ex marido mais exmarido, ex- étant désormais considéré comme un préfixe, etc. Et le français lui-même n'a-t-il pas procédé à une mini-réforme en 1990 ? Les Bretons peuvent bien en faire de même, en fonction de leurs besoins. Ils l'ont déjà fait d'ailleurs. Certains mots ne s'écrivent plus comme l'avait fait Roparz Hemon, sans qu'il y ait eu révolution dans Landerneau. Il n'est pas nécessaire de réécrire les vieux livres. Exemples de mots modifiés en peurunvan : kroashent « carrefour » (> kroashent-tro « rond-point »), écrit *kroazhent par RH ; kleizhenn « cicatrice » (au lieu de *kleizenn) ; Kroeshañveg « Croixanvec »(au lieu de *Kroezanveg) ; alc'hwez « clé » (au lieu de *alc'houez) ; prefeti « préfecture » (au lieu de *prefeddi) ; legati « légation » (au lieu de *legaddi)...

61La modification des consonnes finales n'est pas hors de portée. Beaucoup des mots concernés ont déjà un double correctement orthographié. Par exemple, si l'on abandonne les formes *rak et *perak, il suffit d'employer rag et perag, déjà dans les dictionnaires (cf. l'expression heb rag na perag « sans motif ni raison »). Si l'on abandonne *bras, la forme braz, qui existe déjà, est conservée, par exemple dans le nom du musicien Dan ar Braz. Pour d'autres mots, comme les prépositions conjugables telles que *evit, la forme correcte evid est repérable dans evidon, evidout, evidimp, evidoc'h. Il n'y a là rien de difficile. Les dictionnaires en seront allégés d'autant, puisqu'en seront ôtées les formes telles que *brezhonek, *lakaat, *kaout, *sellet, *mut, *blot, *gwak, *c'hwek, *dek, *pet, formes qui seront remplacées par les formes plus phonographiques : brezhoneg, lakaad, kaoud, selled, mud, blod, gwag, c'hweg, deg, ped... Si le décodage de la longueur de la voyelle accentuée peut être facilité, l'on voit aussi de suite que, par exemple, blod renvoie à blodenn, gwag à gwagenn, kaoud au nom kaoudoù et selled à selledoù. Les dictionnaires bretons seront ainsi plus cohérents et plus simples.

62Il y a pourtant un argument que l'on oppose au fait de régulariser les finales à partir de suffixes neutres. La conséquence en serait la multiplication des consonnes voisées en fin de mot, ce qui contrarierait la réalisation correcte des finales absolues, réalisation qui demande un dévoisement en breton comme en russe ou en allemand. L'argument est recevable. On écrivait Soizick, Loïc et Annaïck auparavant, et ces prénoms étaient prononcés correctement en général. Aujourd'hui on les écrit Soazig, Loig et Annaig. Il faut évidemment continuer à les prononcer ['swa:zik], ['loik] hag [a'naik]. Or nous savons que ce n'est pas toujours le cas. « En français on dit Soizik (« Soizick ») et en breton on dit Soizigue (Soazig)". Cette réflexion parfois entendue est bien sûr erronée. Cela montre qu'aucune orthographe n'est pleinement satisfaisante. Il y a bien sûr un risque : il faut donc connaître les règles du breton, notamment les quatre règles de base que nous avons présentées. Mais si les Russes insistent pour que l'on prononce [azof] alors qu'ils écrivent Azov (Азов), les Bretons peuvent sans doute procéder de même. Dans la phrase : Komz a ran brezhoneg « Je parle breton » on doit lire le dernier mot, brezhoneg, comme s'il y avait un -k en finale, puisque le-g se dévoise en finale absolue. De même, dans : an heni braz « le grand » on doit lire braz comme s'il y avait un -s à la fin de ce mot.

63Mais cette difficulté existe en peurunvan-41 déjà, puisque les substantifs sont écrits correctement, et finissent en général par une consonne douce. En finale absolue, il faut bien que les lecteurs sachent déjà dévoiser cette consonne douce : Soazigk ! Desket em eus brezhonegk « Soazigk ! J'ai appris le breton ! »

64Mais cet argument contraire a de toute façon sa limite : lorsque l'on compte les situations de finale absolue et celles où une liaison s'impose, on constate qu'il y a entre trois et cinq fois plus de liaisons que de finales absolues.

65On dit aussi parfois que le système actuel permet de distinguer les adjectifs des substantifs. C'est vrai, et encore à l'écrit seulement, en cas de consonne corrélative (bras/braz ; mut/mud ; perak/perag...). Mais cet argument est très spécieux. Que penser en effet de la fonction grammaticale du mot toull dans : Ar sac'h-mañ zo toull « Ce sac est percé » vs Un toull braz zo e-barzh « Il y a un grand trou (dans ce sac)  » ? Écrit-on *toull pour signaler l'adjectif et toul pour le substantif ? Évidemment non. Un terme peut changer de nature dans le contexte, et pas seulement en breton (« Le manteau de Mme Le Grand a un grand trou »). C'est l'analyse logique qui permet de faire la distinction, non l'orthographe...

66En conclusion : combien de temps faudra-t-il encore attendre pour effectuer ces modifications essentielles à une transmission claire et cohérente du breton ?

67Penser un instant à tous les apprenants, petits et grands, ne devrait-il pas inspirer un peu de sagesse ?

Haut de page

Notes

1 Un comité d'experts s'alarme du nivellement linguistique mondial, Le Monde, 2 avril 2003. La fourchette citée est de cinq à sept mille.

2 Environ 200 seulement : (http://www.axl.cefan.ulaval.ca/Langues/1div_recens.htm).

3 Cf. enquête PISA : (https://www.education.gouv.fr/pid37635/pisa-programme-international-pour-le-suivi-des-acquis).

4 Région Bretagne : (https://www.bretagne.bzh/jcms/prod_435654/fr/enquete-socio-linguistique-qui-parle-les-langues-de-bretagne aujourd'hui ?).

5 La règle n'est pas générale : nombre d'adjectifs en effet continuent de s'écrire en peurunvan avec une consonne douce sans réelle justification. Ex : nobl « noble », ru(z) « rouge », roz « rose », kloz « clos »...

6 En fait, un certain nombre de mots, non substantifs, sont graphiés correctement en P-41 quant à leur consonne finale, écrite douce. Ils ont échappé à la règle de 1902 pour des raisons diverses, souvent obscures. Exemples d'adjectifs : roz « rose » (< rozenn « une rose »), kloz « clos » (< klozañ « clore »), nobl « noble » (< noblañs « noblesse »), ruz « rouge » (< ruziñ « rougir »), nevez « neuf, neuve » (< nevezidigezh « renouvellement »), skord « (cheval) emballé » (< skordet (idem)),...

7 Attention : bien qu'orthographiés correctement, il arrive que les écrits ne soient pas phonographiques. On ne peut se dispenser de connaître certaines règles. Il en va ainsi dans toute langue. Ainsi Ivonig est à prononcer "Ivonik" et prop eo "probé", malgré l'orthographe, correcte dans ces exemples.

8 Dans staotva, c'est v la consonne forte du digraphe -tv- qui entraîne la précédente à se voiser naturellement (assimilation régressive). De ce fait, il n'est nul besoin d'écrire staod-, le radical étant bien staot- (vb. staotañ « uriner ») (cf. fr. « absolu », prononcé naturellement [apsoly]). La même remarque s'applique aussi à parkva.

9 Le digraphe gn se prononce le plus souvent [ɲ] (fr. « montagne » ; br. tagnous ['tãɲus]). Mais il peut aussi se décomposer en [g-n] à l'occasion : fr. « agnostique », « gneiss », « gnome », « gnou » ; br. gneis, gnostek, gnou.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Panneau routier Koad ar park
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/3377/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Liaisons devant voyelles
Légende Fiches A1 : finales voisées/ A2 non voisées.
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/3377/img-2.png
Fichier image/png, 382k
Légende Pontivy/Pondivi
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/3377/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Écrire Grandwest aurait été plus conforme au breton...
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/3377/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Le Ruyet, « Breton et phonographie »Lengas [En ligne], 86 | 2019, mis en ligne le 14 novembre 2019, consulté le 14 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/lengas/3377 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lengas.3377

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals