Navigation – Plan du site

Constructions de sémiographies dans les systèmes graphiques de langues régionales

Discussions à partir de choix graphiques dans des écrits en normand
Clara Mortamet

Résumés

C’est à partir d’une réflexion générale sur l’importance d’une approche sociolinguistique de l’orthographe, que l’auteure expose ce qui l’a amenée à s’intéresser récemment à la question de la mise à l’écrit des langues régionales. A travers l’exposé de ce cheminement de recherche, et des choix théoriques réalisés jusqu’ici, l’article expose l’importance de la dimension sémiographique des systèmes graphiques dans l’examen des variations que l’on y observe. Elle expose au passage certaines caractéristiques fondamentales de ces pratiques graphiques réalisées à l’ombre d’une langue écrite largement dominante, examinant des dimensions sociolinguistiques, identitaires, idéologiques et linguistiques impliquées. L’auteure en vient, à l’appui de l’examen d’un corpus de quelques ouvrages sur le normand, à examiner les choix graphiques, les lieux de variation et à mettre en évidence quelques éléments de sémiographie du normand.

Haut de page

Texte intégral

1La présente étude est le fruit d’un cheminement de réflexions qui m’ont conduite à m’intéresser depuis peu à la mise à l’écrit des langues vernaculaires. Dans mon travail plus général sur l’orthographe, que je mène dans une double perspective linguistique et sociale, ce terrain apparait particulièrement fécond pour observer et décrire des formes de littéracie, des variations graphiques, des rapports aux langues et des idéologies linguistiques. Pour situer mon point de vue, je commencerai donc par exposer comment j’en suis venue à ce terrain. Je présenterai plus particulièrement ce que j’y importe de travaux menés sur d’autres types d’écrits, et de réflexions plus générales sur les systèmes graphiques et leurs usages.

2Dans un second temps, je présenterai un travail exploratoire mené à partir des choix graphiques relevés dans cinq ouvrages recensant des particularités, essentiellement lexicales, de la langue normande. J’y chercherai des points de convergence et des tâtonnements, et prendrai appui sur des travaux comparables menés sur d’autres variétés d’oïl.

Mise en contexte : intérêt pour la variation graphique

3L’origine de ma réflexion sur l’orthographe fut le constat d’un paradoxe : l’orthographe apparait au premier regard comme le lieu du monisme et de toutes les fidélités passives ; or, l’orthographe est aussi un lieu de créativité et de variation. La variation étant le concept-socle de la sociolinguistique, ce constat, opéré au départ à l’appui d’une analyse de la variation orthographique chez des étudiants (Mortamet, 2010), des allophones (Gonac’h, Mortamet, 2011) puis chez des scripteurs en difficulté à l’écrit (Mortamet, à paraitre), invite à défendre la nécessité d’une approche sociolinguistique des orthographes et des systèmes graphiques.

4Je partirai donc ici du second terme de ce paradoxe : le constat de la variation, qui concerne tout locuteur, en toute occasion, dans toute langue. Personne n’écrit sans jamais s’écarter de la norme attendue, même pour des orthographes anciennement codifiées, rigides et faisant référence comme celle du français. Le phénomène s’est amplifié encore depuis la généralisation du lire-écrire et la révolution numérique : nous sommes plus nombreux à écrire, à lire, et nous le faisons dans des contextes plus nombreux et plus fréquents.

5On peut longuement discuter des formes que prennent les écarts à la norme et leurs causes ou leurs motivations, sur les effets qu’ils produisent chez leurs lecteurs. Pour la sociolinguistique, cela invite à la fois à étudier en quoi cette variation est socialement déterminée (qui ? quand ? où ? à qui ?), mais à étudier aussi ses principales significativités sociales (pour quoi faire ? avec quel effet sur le lecteur ?). Cela invite aussi à étudier l’étendue de cette variation en termes qualitatifs : quelles formes ? quels rapports à la langue écrite et orale cela traduit ? dans quelle dynamique ?

6Dès le départ, en sociolinguiste, j’ai regardé ces variations graphiques non comme des écarts, mais comme des variantes (suivant en cela Lucci et Millet, 1994). Et j’ai voulu mettre l’accent, au-delà de la dimension non normative, sur la créativité graphique, qui peut aller jusqu’à revêtir des dimensions littéraires ou poétiques. L’étendue de cette variation me semble assez peu étudiée : en linguistique on considère en effet souvent que les possibilités d’invention ou d’expression, de changement se situent ailleurs que dans l’orthographe, qui ne serait que seconde ou ultérieure. Tout au plus consent-on à voir quelque invention dans la publicité ou dans l’écriture des prénoms ; mais ailleurs on ne voit l’orthographe que comme un lieu de continuité, de fidélité aux anciens, au groupe, aux bonnes manières, de soumission à la norme. De même la détermination sociale que l’on y observe se résume souvent en l’étude de l’inégal accès au capital symbolique que requiert sa maitrise complète.

7Or la question me semble bien plus vaste, et le terrain bien plus fertile. Je rejoins en cela Sebba ainsi que Delamotte et Gardin. Delamotte et Gardin ont regroupé plusieurs textes dans une partie intitulée « pour une sociolinguistique de l’orthographe » d’un ouvrage coordonné par Renée Honvault (2006). Ils y tracent quelques-unes des perspectives ouvertes par ce champ. Dès 1999, Gardin parlait de « la fonction identitaire » des graphèmes, idée que je reprends et développe ici. Côté anglo-saxon, figure l’ouvrage pionnier de Fishman (1977), longtemps resté sans suite, puis ceux de Sebba (2007, 2009) et Jaffe et al. (2012). Ces auteurs fondent un champ de recherche nouveau, celui d’une sociolinguistique des systèmes et usages graphiques, incluant toutes les langues et systèmes d’écriture, toutes les époques.

8Plus récemment, l’intérêt pour l’étude des usages graphiques s’est renouvelé et amplifié avec l’émergence des écritures numériques. On peut y ajouter quelques travaux sur la variation dans les écrits des « peu lettrés » (Surcouf, 2018 ; Mortamet (à paraitre)), et enfin les travaux sur les écritures vernaculaires initiés dans Tabouret-Keller et al. (1998) et objets du présent numéro.

9Dans ces travaux, je retrouve l’idée que les pratiques orthographiques peuvent être un lieu de créativité, mais aussi parfois de dissidence, et qu’elles sont toujours l’expression d’un rapport à la langue et à la communauté linguistique. Parmi les nombreuses variantes que l’on observe, certaines restent sans suite, et d’autres rencontrent une certaine constance, soit par leur fréquence, soit par leur récurrence dans certaines situations ou chez certains locuteurs, soit par l’évaluation dont elles font l’objet. Il appartient donc au chercheur de décrire l’émergence d’usages, leur réception, leur circulation au sein des communautés de discours.

Sémiographies

10Dans l’analyse de ces variantes, examinant le plurisystème que cette orthographe constitue, il m’est rapidement apparu essentiel de mettre en évidence la composante fondamentale que sont les mécanismes sémiographiques, soient tous les procédés qui manifestent le sens linguistique sans le truchement de l’oral. Bien que la tendance phonocentriste continue de dominer (Arrivé, 1993), la dimension sémiographique n’a jamais été entièrement évacuée. Anis est sans doute le plus radical en matière d’autonomisme, qui pose la sémiographie comme essentielle et fondamentale (1988). Mais il n’est pas le seul. Ainsi Cerquiglini, dont l’approche historique constitue l’une des perspectives les plus fertiles ces vingt dernières années, souligne bien l’importance de cette dimension sémiographique de l’écriture : « si la graphie est bien une représentation, elle transcrit moins les sons qu’une image de la langue, une conception de l’écriture, une théorie du signe » (Cerquiglini, 2004 : 7).

11Cette dimension sémiographique affecte l’ensemble du système : les graphèmes muets, les diacritiques, les auxiliaires d’écriture, mais aussi les choix de phonogrammes ; elle appelle en outre à une analyse par séquences graphiques et par mots tout autant que par graphèmes – comme le proposaient déjà Blanche-Benveniste et Chervel à travers la notion de « moule graphique » (1969 : 122).

12Une de mes prémisses de départ est que ce sont précisément ces fonctionnements sémiographiques qui permettent la variation des usages orthographiques et rendent possible l’élaboration de la construction culturelle qu’est l’orthographe. C’est par l’examen des usages, de leur circulation dans le temps et dans l’espace que nous pouvons comprendre comment se construisent les valeurs que l’on donne collectivement aux choix graphiques, comment se construit ce que j’appelle l’épaisseur historique ou la charge culturelle des graphèmes dans un système graphique donné. À partir de là se pose la question de la circulation des formes graphiques, de la mise en place de sémiographies propres à des langues, des variétés de langues, ou des groupes sociaux. En d’autres termes se pose la question de gestion sociale de la variation ; donc des normes.

Écritures vernaculaires

13Parmi tous les terrains d’étude ouverts par cette perspective d’analyse de la variation orthographique, la question des écritures vernaculaires est assez remarquable. On y observe plus particulièrement :

  • Des écritures et des systèmes graphiques en contact

14La très grande majorité des écritures a emprunté un alphabet à une autre langue. Cela appelle à des analyses de ces contacts de langue : les rapports d’influence entre les langues et les communautés de locuteurs, les rapports de domination/ minoration, les emprunts et les différentiations, etc. Sebba (2009) rappelle que c’est l’alphabet latin qui a été le plus emprunté et qui offre à ce titre le plus de situations variées ; mais ce fut aussi le cas des alphabets chinois, russe et arabe. Il faut ajouter qu’il ne s’agit jamais seulement de l’emprunt d’un matériau graphique — caractères, diacritiques et auxiliaires d’écriture ; il s’agit aussi de l’emprunt de fonctionnements graphiques : des correspondances phonographiques, de la morphographie et des sémiographies ; au-delà il s’agit encore de l’emprunt de valeurs données aux graphèmes, aux usages de l’écrit, et plus généralement de la circulation des idées linguistiques et des idéologies.

  • Des innovations graphiques

15L’emprunt n’est jamais total : il donne toujours lieu à des aménagements divers, qui peuvent être motivés par des variations phonétiques mais auxquels on ne peut jamais les réduire, tant il s’agit toujours de manifester par l’écrit une distance, une autonomie, une identité, à travers la sélection des éléments de la langue que l’on souhaite rendre visibles et à travers les moyens que l’on se donne pour cette mise en « images » de la langue. Ce processus d’aménagement peut donner lieu à des innovations : nouveaux signes ou diacritiques, abandons de signes, séquences graphiques inédites. On peut étudier la circulation de ces aménagements et de ces créations dans le temps et dans l’espace, par exemple au sein de la communauté des auteurs et éditeurs d’une variété de langue ou d’une langue, et plus largement de ses scripteurs.

  • Des analyses de la langue

16Dans les premiers moments de l’écriture de la langue, ou tant que le système n’est pas fixé, ce qui est le cas pour les langues régionales, on observe également à quel point il s’agit d’une construction culturelle : établir un système graphique impose de faire des choix, de conscientiser des fonctionnements linguistiques, de s’entendre sur ce que l’on retient, sur ce que l’on veut coder. Il ne s’agit jamais seulement de transcrire des phonèmes en signes écrits, mais toujours de « réduire de la parole à de l’écrit » (Errington, 2008: 3) et de construire une sémiographie. C’est ce que je m’attacherai à dégager dans l’analyse du corpus d’écrits en normand.

17Il s’agit le plus souvent de bien plus que des questions techniques, et cela révèle des questions idéologiques, identitaires, politiques. Même les choix opérés par des linguistes ne sont jamais des choix neutres, qui reflètent leurs idéologies linguistiques, mais aussi celles de leur communauté sociale : il faut chaque fois noter la sélection d’un trait phonétique dont on veut rendre compte, celle d’un autre que l’on négligera — ici un allongement, là une palatisation ou une syncope. Ces choix peuvent être si délicats et sensibles que cela a pu conduire à l’abandon d’expériences de mises à l’écrit.

Le normand

18J’ai choisi de commencer mon exploration personnelle de ce terrain en prenant appui sur le normand, c’est-à-dire une variété d’oïl, distinguée en dialectologie de ses variétés voisines que sont le picard, le francien, l’orléanais, l’angevin et le gallo. Je parlerai, à l’instar de Jones et Bulot (2009), de langue normande, en tenant compte de toutes les remarques qu’ils formulent à l’égard de cet emploi : il ne s’agit pas d’usages uniformes, mais d’usages que les locuteurs regroupent sous le terme de langue normande. C’est une langue dont je ne suis pas locutrice native, mais que je côtoie depuis mon enfance dans mon environnement extra-familial. C’est une langue et un terrain sociolinguistique auxquels m’a initiée Thierry Bulot ; je l’ai même enseignée deux ans à l’Université de Rouen.

19Je m’appuie ici sur les options graphiques et les choix de quelques auteurs et éditeurs depuis un siècle, qu’ils portent sur des variétés normandes de l’Ouest (bas-normand) ou de l’Est (cauchois en particulier). Mes choix d’analyse sont nourris de mes analyses de variations graphiques, qui me font porter une attention particulière à des phénomènes que j’ai observés dans d’autres contextes pour décrire des variantes sémiographiques. Je retiens en particulier l’usage de diacritiques, de morphogrammes lexicaux, le choix de certains phonogrammes, de séquences graphiques, la recherche de transparence ou d’ornementation.

20Il s’agit donc aussi pour moi d’éprouver ma réflexion sur les systèmes graphiques ; en particulier, je poursuis l’examen des relations entre phonographie et sémiographie, affine les différents fonctionnements sémiographiques en œuvre et continue à tester mon hypothèse d’une relative autonomie de la sémiographie.

Écrire le normand – considérations générales

Le contact avec l’orthographe du français

21L’écriture du normand a très naturellement importé l’alphabet latin, et à travers lui a subi l’influence, ou un certain héritage du système graphique du latin mais aussi évidemment du français. On retrouve donc des problématiques propres à l’écriture de langues qui se définissent à l’ombre d’une langue établie, comme c’est le cas du créole haïtien décrit par Sebba (2007 : 84) ou du sarde décrit par Contini (2013). Le choix de l’alphabet tient toujours à des rapports de domination : les langues et leurs écritures sont inscrites dans des aires d’influence scientifique, économique, politique, religieuse, littéraire, pédagogique et/ou technologique. Dans le cas du normand, il est dans tous ces champs dominé par la langue française.

22Ce qui renforce encore les emprunts dans le cas des langues régionales, c’est que ceux qui écrivent en normand sont des lettrés en français, ont appris à lire et à écrire en français. Cela oriente nécessairement leur idée de ce qu’est une écriture, et motive leurs choix graphiques, encourage l’emprunt de la phonographie et de la sémiographie de la langue dans laquelle ils sont littéraciés. Là encore cette situation de bilinguisme scriptural est une situation très courante — qui a d’ailleurs concerné le français écrit par des lettrés en latin.

23Tout cela renforce encore, dans le cas qui nous occupe, la proximité avec le français, langue romane « sœur », langue en contact (bilinguisme social, diglossie, bilinguisme institutionnel), et langue dominant les usages littéraciques.

24L’orthographe du normand subit donc l’influence du système graphique et des choix faits pour le français, et l’on ne peut comprendre la sémiographie du normand si l’on ne connait pas l’histoire de l’orthographe du français et de ses usages, les idéologies qui l’accompagnent. À ce titre par exemple, l’un des effets de l’écrit est de gommer des variations orales, si bien que les francophones ont pu (et peuvent encore) se reconnaitre dans une langue écrite commune et unique en dépit de l’hétérogénéité de leurs pratiques langagières à l’oral. Une partie des usages normands, nous le verrons, peuvent d’ailleurs être rendus par les mêmes formes graphiques que celles du français. Nous ne sommes sans doute pas au niveau du chinois, qui neutralise les variétés dialectales assez distantes dans une écriture unique, mais la situation n’est pas non plus sans analogie possible : la dimension sémiographique instaure une autonomisation d’avec l’oral, et permet d’écrire une langue hétérogène ou des variétés de langues proches.

Une conscience linguistique et une quête d’identité

25Écrire en langue régionale, c’est, pour les langues typologiquement proches au moins, aussi choisir de se distancier de la langue dominante. Au départ, ces différenciations sont souvent motivées par de la phonographie (ce qu’a récemment décrit Stefanelli (2019) pour l’écriture de l’andalou). Toutefois, je défendrai quant à moi que même alors, elles visent à construire une nouvelle sémiographie, car l’écrit est toujours une construction culturelle, la fabrication d’une image de la langue. Je rejoins en cela Jejcic (2010), pour qui les écritures dialectales doivent remplir une double fonction de consigner l’oral, et de construire une langue écrite : « d’une part, transcrire l’oralité de la langue vernaculaire afin de permettre son identification, et, d’autre part, mettre en place un système d’écriture distinctif (…) ».

26On a là deux voies principales de créations de variantes, qui renvoient à des conceptions différentes de ce qu’est une langue écrite, dans des idéologies linguistiques souvent ambivalentes, valorisant dans certains cas une plus grande transparence d’avec l’oral, et dans d’autres une écriture qui ne se limite pas à une transcription par un code bi-univoque.

27Dans son travail sur l’acadien (2010) et sur l’orléanais et les dialectes d’Ile de France (aire de l’ALIFO, 2017), Jejcic décrit en particulier ces usages qui permettent de « rendre compte d’usages plus proches de l’oral ». Pour lui, les écritures dialectales ont pu être faites comme des consignations par écrit d’usages oraux, par des linguistes ou observateurs extérieurs. Mais il regrette alors que ces consignations aient souvent construit l’image d’un locuteur illettré, sauvage. Il me semble que c’est le cas si l’on tente de réduire au maximum la dimension sémiographique, et que l’on cherche à adopter seulement une convention phonographique.

28Parmi les exemples décrits par Jejcic pour l’acadien, nous retrouvons des variantes proches des variantes normandes :

  • des occurrences de bien (1 occurrence), de ben (4) ou de bein (40) dans la causerie memracookienne de Pascal Poirier (acadien). Dans mon corpus normand, je ne relève pas de bein mais des ben et des bien, ce qui étayerait l’idée de sémiographies distinctes dans les deux communautés de scripteurs, pour des formes qui ne sont sans doute pas identiques à l’oral, mais malgré tout assez proches.

  • des élisons de e dit muet ou atone, à l’intérieur du mot (d’mandé, d’vait, f’ront, p’tit(e), etc.), devant une initiale consonantique (d’moyens, d’vivre, j’crois, m’dit), à la jonction des deux éléments d’un composé (parc’que).

29Jejcic oppose dans son travail sur l’orléanais (2017) les différentes façons d’écrire ces élisions graphiques. L’usage des apostrophes correspond pour lui à la « tradition graphique », et donne une image péjorative de l’oral. Mais il note que ce ne sont pas des traits purement dialectaux, car ils renvoient davantage à des réalisations populaires ou familières. C’est le cas aussi de ce qu’il appelle des réductions ou des agglutinations (y ya yavait), des amuïssements ou chutes en finale de r ou l (visiteux, toujou, not’, not’e, visiteux, monsieu) et des réductions de ien ou ui (depis, bin, pis).

30Ainsi, ce dont il est question dans ces usages de l’apostrophe ou dans ces « réductions », c’est moins de rendre compte d’un usage différent que de construire une image différente de la langue, qui nourrit son autonomisation par rapport au français, qui s’inscrit dans un processus de « reconnaissance-naissance » (Marcellesi, 1984).

31Les études de Jejcic reposent sur la numérisation de corpus (cinq textes pour le domaine de l’ALIFO et un pour l’Acadien) et des recensements systématiques. Elles permettent de dégager, pour chaque texte étudié, les choix graphiques, leur variabilité, et de dégager des tendances pour chaque auteur ou chaque corpus. Je suis loin d’avoir mené un tel travail sur le normand. Je me suis donné ici un objectif plus limité, qui consiste à recenser et discuter de quelques sémiographies observées dans les ouvrages consultés, dans une approche seulement qualitative donc, sans me demander s’il s’agit d’usages propres à un auteur, variables dans un même texte, repris par d’autres ou non ; sans me demander non plus, ce qui serait encore à faire, comment ces sémiographies circulent entre les auteurs et sont reçues par les lecteurs.

Graphies normandes : le corpus

32J’étudie des usages graphiques du normand dans trois dictionnaires et deux recueils d’expressions publiés entre 1987 et 1994.

33Corpus 

  • Dictionnaire du patois normand – Le petit Roger, de Roger Dubos, Charles Corlet éditions, 1994.

  • Le parler de Normandie, de René Lepelley, Christine Bonneton Editions, 2010, [nouvelle édition (même texte, mais autre mise en forme) du Dictionnaire du français régional de Normandie, éditions Bonneton, 1993].

  • Présentation du dialecte cauchois, 6 fascicules, Fédération départementale des foyers ruraux, 1987.

  • Expressions familières de Normandie, de René Lepelley et Catherine Bougy, éditions Bonneton, 1998.

  • La jeunesse d’Hormidas Lavenu – mille et une locutions, expressions et proverbes cauchois, Jean Hébert, Université rurale cauchoise, éditions Bertout, 1994. (recueil sous forme de récit, mais qui n’a d’autre but que de présenter des expressions)

34Cette première sélection est loin d’épuiser l’ensemble des publications en normand, mais elle permet de donner un aperçu de quelques options sémiographiques dans l’écriture du normand à la fin du XXe siècle. Je considérerai ici que les usages oraux auxquels renvoient ces ouvrages appartiennent tous à la même langue, le normand, et ce bien que certains prennent davantage appui sur des variétés bas normandes, et que d’autres s’annoncent comme portant sur le dialecte cauchois (au Nord de Rouen).

Analyses

35Je relève dans chaque ouvrage des usages orthographiques caractéristiques, et en particulier ce qui procède d’emprunts à la sémiographie du français ou à l’inverse de différentiations d’avec l’orthographe du français.

Lepelley (2010 [1993]) : dans les habits du français

36René Lepelley (1925-2011) fut spécialiste de dialectologie normande, professeur à l’Université de Caen, initiateur de l’Atlas linguistique et ethnographique normand et fondateur du Centre d’études normandes. Au sein de notre corpus, son ouvrage est celui qui maintient le plus les principes orthographiques de la norme officielle du français pour écrire les termes normands. On le voit en particulier dans l’usage de géminées, de lettres muettes, ou de séquences morphographiques (écriture de suffixes en particulier). Il faut noter également l’usage du circonflexe comme accent « du souvenir » (Cerquiglini, 1995). Ici le normand est écrit « dans les vêtements du français ».

géminées : canne = cruche en cuivre ; bourotter= marcher comme un canard ; barricot = ventre ; gaffer = mordre d’un rapide coup de dents

h muet : seulement à l’initiale, pour des h dits aspirés ou non, l’haudaine =oyat (plante marine)

e muet interne : louerie = foire où se louaient les domestiques

autres lettres muettes internes : becquettes = pinces coupantes

suffixes repris du français :

  • -eux : sourcineux = plein de sources ; pousseux = grand filet à crevettes que l’on pousse ; pucheux =récipient pour puiser

  • -ette : panette = tâches de rousseur ; houette =petite houe

  • -er : pour les infinitifs ouiner =pleurnicher ; é pour les adjectifs éflépé = abîmé sur les bords, pour un tissu ; er pour les noms de personnes églisier = pratiquant

  • -ot : carabot = personnage peu recommandable

  • canepetière ou canepetoire = sarbacane

circonflexe « historique », marquant l’allongement du /ɛ/ ou le /ɑ/ : paînel = paysan - signale une origine incertaine, de paisnel ; pêni-pênant =sans se presser - de peine ; s’achâner = s’avachir

Principes orthographiques retenus par Lepelley (1993) pour écrire le normand

Fédération départementale des foyers ruraux (1987) : transcrire fidèlement

37Cet ouvrage en six fascicules a pour but de consigner le plus fidèlement possible un lexique cauchois. Il a été rédigé collectivement, et en prenant appui sur des principes posés par Gaston Canu, linguiste parisien sollicité comme expert pour cette entreprise. L’Université rurale cauchoise (URC) procède actuellement à sa numérisation. C’est le seul ouvrage qui commence par une présentation des principes retenus et d’éléments de phonétique cauchoise ; la transcription en API est indiquée pour chaque élément du lexique. Du point de vue des choix graphiques, il présente moins de variation interne que les autres textes ; la visée apparait réfléchie, concertée, « scientifique ».

38On observe l’usage de caractères spécifiques empruntés à l’API (ø) et de diacritiques aux valeurs systématisées (circonflexe qui ferme les o, indique le /ɑ/ et la nasale /ɛ̃/ (transcrite în) ; deux points qui marquent les allongements ; h pour le hiatus ; ou pour les diphtongues avec /w/ ; apostrophe pour le doublement d’une consonne à l’oral) et la réduction de la polyvalence graphique. Par contre, il subsiste de la polygraphie à la marge, et on note que tous les traits oraux caractéristiques du cauchois ne sont pas retenus dans l’écriture. C’est le cas en particulier de la mouillure, c’est-à-dire de l’ajout, plus ou moins marqué de /j/ : il est parfois noté graphiquement, notamment après les voyelles, comme dans antrèy, mais pas toujours après les consonnes : on note amityø mais bekèy (transcrit pourtant /békjεj/, le /j/ en exposant dans la transcription indiquant sans doute une mouillure plus faible).

Principes retenus systématiquement :

allongements marqués par deux points : aman :chu (=emmanchure)

ø pour /ø/ : amityø =qui prodigue l’amitié

y pour le /j/ : ennuiyan:s =ennui ; antrèy =entrée

indique les a ouverts par â : bésâ: yé =s’enivrer de façon habituelle ; des o fermés par ô : anlikôté =mettre un licol

î pour /ɛ̃/ : antrîn :né =entrainer

ou pour indiquer les diphtongues : kaouchèt =chaussette

apostrophe pour la répétition de consonnes : k’ké /kkje/ =(adj.)fichu

réduction de la polyvalence graphique : k pour le son k : brèk =brèche ; an pour /ɑ̃/ lyan =liens ; j pour /ʒ/ môjé =manger ; è pour /ɛ/ : kaèt =charrette

h réservé au hiatus ou pour indiquer l’absence de liaison : mohu =morue, su van è : halitrø : =ce vent sec dessèche la terre

pas de géminées sauf phonographiques lemm =lime, pas de digrammes sauf ou, ch ; pas de e muet ni e final : lvu =levure ; big =mauvais cheval

Polygraphie et sélections

s ou z pour z : bésâ :yø =ivrogne ; bèziyé =casser

On remarque que les « mouillures » ne sont pas toutes marquées graphiquement, mais elles sont notées dans la transcription en API : bekèy /békjεj/ =becquée ; kité /kjite/ =quitter

Principes orthographiques retenus par la FDFR (1987)

Co-existence ou mixité : Le petit Roger (1994)

39Roger Dubos est un amateur éclairé, qui a consacré une partie de sa vie à étudier l’histoire, les traditions, les us et coutumes de Normandie, en parallèle de son activité d’agriculteur puis de bibliothécaire à Pont Audemer. Il a publié différents ouvrages historiques et documentaires, des recueils de contes et de poésie, et pour finir ce Dictionnaire du patois normand.

40Le dictionnaire que propose Roger Dubos indique des choix orthographiques qui varient d’un mot à l’autre. On trouve d’un côté l’emprunt d’éléments de sémiographie du français officiel, en particulier dans la morphographie des suffixes, la présence de géminées. Mais cet ouvrage témoigne aussi d’une volonté de rendre compte de prononciations normandes, en particulier pour l’élision du e muet et pour marquer des mouillures. On trouve également l’emploi assez systématique du eu pour /ø/ et une tendance au ai pour /ɛ/ final. Le circonflexe indique entre autres les diphtongues. À noter que l’on peut trouver les deux mécanismes dans les mêmes mots — emprunts d’éléments de sémiographie du français et transcription de particularismes normands.

A/ sémiographie du français

Morphographie de suffixes : crétaine = petite rigole ; cranqueux = qui a des crampes ; craquigneau = cartilage ; moulière = endroit où on récolte les moules ; feuillard = branche coupée avec les feuilles ; décours = période décroissante de la lune

Il va même plus loin que Lepelley en doublant des consonnes : supper= avaler en faisant du bruit (super chez Lepelley) ; cossard = colza (ici très habillé à la française par rapport à son équivalent en français officiel ; VS cossar chez Lepelley)

B/ rendre compte de prononciations

- l’apostrophe remplace des e muets (finaux ou schwas) ou indique des mouillures : d’cheux = de chez ; cueulott’= culotte ; burett’ = burette ; pasqu’ = parce que ; feumé’ = fumée ; niech’ = nièce

- des phonogrammes se généralisent sans être systématiques : eu pour ø ; ai’ pour /ε/ en position finale : serrai’ = serrée ; butai’ = buté

- circonflexe : marque la fermeture ô : brôter = brouter ; ou la diphtongue : vaniâ = vanneau ; daîmanch = dimanche ; guimâv’=guimauve

A et B / attignoll’ = hachis de restes de viande ; cull’rée = cuillérée ; bôe = boue ; saffr’ = gourmand

Principes orthographiques retenus par Dubos (1994)

Du mot à l’énoncé : le recueil d’expressions de Hébert (1994)

41Jean Hébert est le premier président de la Fédération départementale des foyers ruraux, et à ce titre il a coordonné le lexique cauchois présenté ci-dessus. Dans l’ouvrage qu’il signe seul ici, il adopte des usages graphiques différents, sans doute pour donner à ses expressions une dimension plus « littéraire ». Il est par exemple le seul à utiliser le tréma pour marquer les diphtongues /ɛj/ internes ; il marque les diphtongues finales par -èye — et non plus -èy comme dans le lexique signé de la FDFR. On retrouve aussi l’apostrophe utilisée comme Dubos pour remplacer les e muets non prononcés. Le circonflexe marque, comme dans le lexique de la FDFR, les nasales /ɛ̃/ (graphie în). On trouve enfin un certain nombre de déterminants écrits de façon spécifique dans tout l’ouvrage. Il résulte, comme chez Dubos, un savant mélange d’emprunts à la sémiographie du français et d’innovations. Ce mélange est différent, donne l’impression qu’il cherche à trouver un équilibre à l’échelle de l’expression, pour qu’elle soit lisible par un lettré francophone, mais aussi teintée de particularités visuelles permettant d’identifier du normand : attraper la rhiamme = attraper un rhume ; bottè comme un nid d’mêles = crotté comme un nid de merles ; a sort tout dret d’la bouillotte = elle sort tout droit de l’alambic.

Diphtongues : internes : tèïte et bèïte ou finales : corvèye, feumèye, cœu d’annèye

Apostrophes: hoqu’tant, l’çon, s’foute bas (= tomber)

En phonographie : participes passés et finales en è : eul blè ; eccluchonè (=accroupi) ; cou’i comme un ératè (= courir comme un dératé)

Circonflexe : Baptînme

Au plan de la morphographie grammaticale, on retrouve les principes du français pour le nombre, le genre, les désinences verbales, les prépositions : à, est, un, les, bien, comme, tout, qui, mieux.

Mais aussi : eune ; eud, l’, pou (=pour), eul, d’, i (=il), z’z (les + voyelle) z’z œufs, z’z o’eilles ou z’z’ (z’z’idèes en plache), s’n (=son)

Principes orthographiques retenus par Hébert (1994)

Hésitations : Lepelley et Bougy (1998)

42On retrouve ici un ouvrage signé de Lepelley, mais en coordination avec Catherine Bougy, son étudiante puis sa collègue à l’Université de Caen, spécialiste d’ancien français et de dialectologie normande. Ce dernier recueil d’expressions est presque entièrement écrit en français. On trouve toutefois, en quelques occasions, un lexique normand écrit au moyen de choix orthographiques inédits en français, et même dans le reste de notre corpus.

On peut trouver sur la même page deux expressions, qui témoignent de choix graphiques différents :

  • Sérieux comme un chat qui pisse dans du son = ici orthographe française non modifiée.

  • Sérieux comme un cat qui tchie dans les couépiaos = à côté des termes écrits en français (sérieux, comme, un, qui, dans, les), figure un terme normand qui reprend le t morphogramme lexical présent en français (cat) et figurent deux innovations graphiques ; des séquences graphiques réservées à des emprunts (tch) ou inédites (iao).

Principes orthographiques retenus par Lepelley et Bougy (1998)

Synthèse : quelques éléments de sémiographie normande

43Les textes étudiés ne rompent jamais avec certains usages graphiques du français, qui permettent de maintenir l’image d’une langue chargée d’histoire et de régularités morphographiques. Presque tous les ouvrages mêlent ainsi des éléments empruntés au français et des innovations. Il résulte un savant équilibre dans chaque ouvrage. Ces choix peuvent être rangés sur un continuum allant du plus proche de la sémiographie du français vers le plus distancié visuellement.

Sémiographie

+ normande

Sémiographie

+ française

FDFR

Hébert

Dubos

Lepelley et Bougy

Lepelley

44Le corpus de normand retenu, en dépit de son caractère limité, révèle un répertoire de choix graphiques varié, mais qui ne permet pas moins de dessiner l’espace d’une sémiographie du normand, à travers un certain nombre de lieux privilégiés pour marquer la « normandité » d’un texte écrit et de quelques procédés graphiques.

45Certains graphèmes par exemple émergent pour marquer une charge culturelle normande. Ce sont par exemple les apostrophes pour des élisions de e muets, des y pour les mouillures. On trouve aussi quelques unités stabilisées dans certains textes : déterminants et prépositions (eul, eune, eud) ou finales en -eux. Le graphème eu se généralise d’ailleurs pour marquer le /ø/, et apparait, à côté des diphtongues et de certaines apocopes, comme une particularité du normand que l’on cherche à rendre visible à l’écrit.

46Parmi les procédés utilisés, il apparait que très peu d’auteurs s’autorisent à utiliser des signes graphiques originaux. On ne trouve que le ø du lexique de la FDFR. Ainsi, que l’on regarde les points communs comme les différences, la sémiographie du normand se caractérise essentiellement par des combinaisons de lettres, des séquences graphiques originales ou simplement des graphèmes plus fréquents qu’en français.

47On trouve en outre dans ce corpus des zones de variations, qui témoignent de choix différents dans la façon de les représenter et dans la créativité des auteurs. On note en particulier :

  • des variantes pour transcrire /ε/ par ai, ei, ê ou è : à crair’ = à croire ; crayait =croyai (Dubos) ; je ne creis ; je deis (Lepelley et Bougy) ; = voir (Lepelley et Bougy) ; eul blè (Hébert)

  • des variantes pour marquer les diphtongues : -èï- et -èye (Hébert) ; -èy (FDFR) ; le circonflexe daîmanch, guimâv’ (Dubos) ; -aos (Lepelley et Bougy) ; ou + voyelle ouésé =oiseau (Lepelley et bougy). Mais on trouve plus de procédés encore si l’on ajoute deux références : les récits du Père Alexandre (Recher et al. (coord.), 1991) et le lexique rassemblé sur le internet magene.com. On les trouve ainsi marquées d’un tréma dans la première (plaïsi ; à caöse), et d’une voyelle suivie d’un u dans la seconde : à catouns, accouentaunches = relations (avec quelqu'un).

48Un mot à lui tout seul pourrait résumer ces variations, par la polygraphie avec laquelle on le rencontre : nous avons trouvé au moins cinq façons différentes d’écrire le mot qui désigne l’eau en normand, dans notre corpus pourtant limité : iau (Lepelley et Bougy) ; (Dubos) ; iaoue (Hébert) ; iäue (Père Alexandre) ; iâo (magene.com).

Conclusion et perspectives

49Cet examen très partiel de graphies normandes confirme à la fois l’importance de la sémiographie du français, que parlent et lisent tous les normandophones, que certains sont dès lors tentés de reproduire en l’état pour le normand, mais aussi la volonté de construire une sémiographie originale. Le corpus étudié montre alors l’espace dans lequel se construit cette sémiographie du normand, qui investit des fonctionnements autonomes et spécifiques, et contribue à dessiner la figure de la langue normande écrite.

50Ces éléments de sémiographie normande seraient à présent à affiner avec d’autres textes. On pourrait alors étudier les choix d’un auteur, d’un groupe d’auteurs, la circulation de ces choix graphiques, la polygraphie que chaque auteur s’autorise, et enfin leur réception par les lecteurs. Il faudrait ensuite pouvoir les confronter aux choix graphiques faits pour d’autres langues romanes de la zone d’oïl, pour déterminer ce qui serait particulier à une sémiographie du normand et ce qui pourrait apparaitre, parmi ces choix, comme des éléments de sémiographie des langues d’oïl. Enfin, la comparaison avec des langues romanes inscrites dans des rapports diglossiques de même nature avec le français pourrait permettre de dégager des éléments communs à ces écritures de langues vernaculaires ou régionales qui se cherchent « à l’ombre de l’orthographe du français » : ce qu’elles reprennent de la sémiographie du français, et ce qu’elles inventent pour rendre visible leur langue.

Haut de page

Bibliographie

Anis Jacques, 1988, L’écriture, théories et descriptions, De Boeck Université.

Arrivé Michel, 1993, Réformer l’orthographe ?, PUF, Paris.

Blanche-Benveniste Claire, Chervel André, 1969, L’orthographe, Maspero, Paris.

Bulot Thierry, 2007, La langue vivante, l’identité sociolinguistique des cauchois, L’harmattan

Cerquiglini Bernard, 2004, La genèse de l’orthographe du français (XIIe-XVIIe siècles), Honoré Champion, Paris.

Contini Michel, 2013 « Une norme orthographique pour une langue de tradition orale. Le cas du sarde », dans Baddeley Susan et al. (dir.), L’orthographe en quatre temps, Honoré Champion, Paris, 49-72.

Errington Joseph, 2008, Linguistics in a colonial world : a story of language, meaning and power, Osford, Blackwell.

Fishman Joshua (ed.), 1977, Advances in the creation and revision of writing systems, Mouton, the Hague.

Gardin Bernard, Delamotte-Legrand Régine, 2006, « Pour une sociolinguistique de l’orthographe », dans Renée Honvault-Ducrocq (dir.), L’orthographe en questions, Publications des Universités de Rouen et du Havre, Mont Saint Aignan.

Gonac’h Jeanne, Mortamet Clara, 2011, « Pratiques orthographiques en français d’étudiants étrangers : le cas d’étudiants hispano-américains et afghans », Maud Dubois, Alain Kamber, Carine Skupien Dekens (dirs.), L’enseignement de l’orthographe en FLE, Tranel n°54, Université de Neufchatel, Neufchatel, 113-127.

Jaffe Alexandra, Androutsopoulos Jannis, Sebba Mark, Johnson Sally (dir.), 2012, Orthography as social action, De Gruyter, Boston Berlin.

Jejcic Fabrice, 2010, « Le système graphique du français acadien, d’après la causerie memracookienne, de Pascal Poirier (1852-1933) », Ela : Etudes de linguistique appliquée, n°59, Klincksiek, 325-345.

Jejcic Fabrice, 2017, « Ecriture dialectales (1865-1997), en marges de l’histoire de la langue : éléments pour une théorie sociolinguistique de l’écrit », Actes du 3ième colloque international Repenser l’histoire du français, la mise à l’écrit et ses conséquences, Neuchatel, 5-6 juin 2014, Romanica Helvetica, vol. 138, 211-236.

Jones Mari C., Bulot Thierry (dirs.), 2009, Sociolinguistique de la langue normande, (pluralité, normes, représentations), L’harmattan.

Lucci Vincent, Millet Agnès (dir.), 1994, L’orthographe de tous les jours, Champion.

Mortamet Clara, à paraitre, « Pratiques orthographiques d’illettrés : la diversité des possibles », dans A. Bertin, F. Gadet & S. Lehmann, Réflexions théoriques et méthodologiques autour de données variationnelles, Presses Universitaires de Savoie, Collection Langages.

Mortamet Clara, 2010, « Évaluer la diversité des écarts à la norme », dans Olivier Bertrand, Isabelle Schaffner (dirs.), Quel français enseigner ?, Editions de l’école polytechnique, Paris, 215-225.

Recher Jacqueline, Hoizy Jacques et Bertout Gérard (coord.), 1991, Le père Alexandre racontait, éditions Bertout.

Sebba Mark, 2007, Spelling and society, Cambridge University Press.

Sebba Mark 2009, « Sociolinguistic approaches to writing systems research », Writing Systems Research, Vol. 1, No. 1, Published by Oxford University Press, p. 35-49.

Stefanelli Marco, 2019, Un chapitre dans l’histoire des représentations phonologiques : les transcriptions des coplas flamencas au tournant des XIXe et XXe siècles, thèse de doctorat, Université Sorbonne nouvelle, Paris.

Surcouf Christian, 2018, « “tu me di que je ne connai pas lecri ture ébien çi chaque foi que tu écri je le connai” – Analyse des graphies des formes verbales dans la correspondance des Poilus du Corpus14 », Congrès Mondial de Linguistique Française - CMLF 2018, SHS Web of Conferences n°46, https://doi.org/10.1051/shsconf/20184606001

Tabouret-Keller Andrée, Le Page Robert B., Gardner Chloros Penelope, Varro Gabrielle, 1997, Vernacular Literacy: A Re-Evaluation, Oxford Universty Press.

Site internet

Dictionnaire magene.com, consultable sur le site Magène, langues et chansons normandes : https://magene.pagesperso-orange.fr/menudico.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clara Mortamet, « Constructions de sémiographies dans les systèmes graphiques de langues régionales  »Lengas [En ligne], 86 | 2019, mis en ligne le 08 décembre 2019, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/lengas/3492 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lengas.3492

Haut de page

Auteur

Clara Mortamet

Université Jean Monnet, Saint Etienne

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals