Navigation – Plan du site

Des manuscrits autographes à l'édition

Joan Bodon / Jean Boudou (1920-1975) et les questions de graphie
Marie-Jeanne Verny

Résumés

À partir du cas de l’écrivain occitan Jean Boudou/ Joan Bodon, nous nous proposons de réfléchir aux problèmes de choix graphique soulevés par le passage du manuscrit à l’édition. En effet, l’occitan ne dispose pas de l’appareil de régulation et de normalisation des langues officielles et les écrivains se trouvent très souvent dans une situation d’insécurité au niveau du passage à l’écrit.
Dès lors, faut-il condamner toute intervention des éditeurs sur les manuscrits qui leur sont confiés ? Quelle marge accorder à l’auteur en termes de choix graphique ? qu’est-ce qui relève de l’erreur et qu’est-ce qui peut être considéré comme volontaire ?
Le cas de Boudou est intéressant notamment parce qu’il était passionné par ces questions de passage à l’écrit dans un contexte de concurrence entre plusieurs graphies.
Cet article s’appuie notamment sur la correspondance et sur l’observation de deux manuscrits de la même œuvre publiés à 10 ans l’un de l’autre.

Haut de page

Texte intégral

Introduction1

  • 1 Je remercie très chaleureusement le personnel du CIRDOC, Françoise Bancarel, Aurélien Bertrand et B (...)

1Dans l’appel à communication de ce colloque, une formule a particulièrement retenu mon attention, qui faisait allusion à « …la littérature où les choix graphématiques peuvent dépendre de la conscience linguistique plus ou moins grande de leurs auteurs. »

2Ce constat de bon sens entraîne une série de questionnements que le spécialiste de littérature contemporaine ne peut manquer de se poser : que faire avec les manuscrits d’auteurs ? Peut-on considérer les formes graphiques adoptées par ceux-ci comme résultant de choix conscients ? dans quelle mesure l’éditeur est-il tenu de respecter ces formes ? dans quelle mesure a-t-il le droit d’intervenir sur le manuscrit qui lui est soumis ? Leur être strictement fidèle, est-ce aller dans le sens du respect de l’auteur ? Même si comparaison n’est pas raison, trouverait-on normal qu’un éditeur de littérature française « respecte » les coquilles d’un manuscrit sous prétexte qu’elles appartiennent à l’auteur ? À l’inverse, n’est-ce pas un devoir que de corriger les erreurs ou incohérences involontaires de l’écrivain, permettant de donner à la littérature en langue occitane la dignité qui est celle de toute littérature ? Évidemment nous parlons ici des erreurs involontaires, aucunement du jeu de viol de la norme qui peut être fait, de manière consciente, par tel ou tel auteur. Dans le cas d’une édition visant le grand public, la correction et l’harmonisation des manuscrits n’est-elle pas indispensable ? N’est-il pas nécessaire, d’ailleurs, de distinguer les critères d’une édition scientifique et celles d’une édition « grand public », même si, dans le cas d’une langue minorisée, l’expression pourrait porter à sourire ? Est-il légitime, et avec quelles précautions, d’appliquer à l’édition des textes occitans contemporains les principes de la philologie médiévale ?

3Cette communication ne prétend pas apporter de réponse définitive. Elle se bornera, par le biais de ces questions, à mettre quelques idées en débat. Je m’appuierai essentiellement sur la période d’après-guerre, au moment où l’occitanisme contemporain prend un nouvel essor., et plus particulièrement sur le cas de Jean Boudou / Joan Bodon [la graphie même du nom de celui-ci est au cœur des interrogations qui sont les nôtres] dont les éditions et rééditions des textes ont soulevé ces dernières années des débats assez vifs concernant précisément les choix éditoriaux.

Comment écrire l’occitan contemporain ? quelques problèmes

Graphie commune et variétés dialectales

  • 2 Dont on pourra lire la biographie sur le site Vidas – Dictionnaire biographie des acteurs de la ren (...)

4Malgré la persistance de débats quant à la légitimité de l’adoption, sur le modèle des Basques ou des Catalans, d’un seul occitan de référence, le choix pratiquement hégémonique des écrivains occitans contemporains, comme des revues ou des autres supports de l’écrit, est celui du respect des grandes formes dialectales de la langue. Un des concepts avancés à ce propos est celui de « standardisation pluricentrique de l'occitan » (Sumien 2006) : il s’agit en effet d’adapter la graphie classique héritée notamment d’Alibert afin de permettre l’intercompréhension des textes écrits dans des formes diverses d’occitan. On se trouve ainsi dans un équilibre, difficile comme tout équilibre, entre un standard unique et le respect de formes plus ou moins localisées que la raréfaction des échanges en occitan entre locuteurs de formes variées de la langue a tendu à figer. Entre les deux positions extrêmes les débats sont vifs et vont de pair avec la prise de conscience de l’unité de la langue dans sa diversité et les engagements en faveur de celle-ci, de nature scientifique, artistique, pédagogique ou politique. Retenons à ce sujet le témoignage d’une pionnière de l’enseignement de l’occitan d’après-guerre, Hélène Cabanes Gracia2. Celle-ci raconte s’être procuré, avant-guerre, à l’École Normale, la grammaire d’Alibert, alors même qu’elle ne connaissait de l’occitan que la notation phonétique de son parler de référence :

E trapavi qu'èra complicat, èri abituada a legir dins la grafia fonetica, coma dison lo mond – que s'enganan, mai… – dins la grafia fonetica, e trapavi qu'aquò's èra plan complicat. D'un autre costat, quand aguèri de contactes, a la Liberacion, amb lo mond de l'IEO, que se veniá de crear, vegèri aquela grafia, m'enfin, bon… e Ismaël Girard me mandèt un recuèlh de poèmas gascons que veniá de recampar. Pendent la guèrra èri abonada a un fum de revistas e i aviá Era Bous de la mountagno. E i aviá una autra revista gascona, Reclams qu'existís encara. Vertadièrament èra per militantisme que se sonava pas encara l'occitanisme, mai enfin que i semblava per de qué i compreniái pas res. Podiái pas legir. Ismaël Girard me manda dedicaçat, l'ai encara, aquel recuèlh de poètas gascons, aquela antologia que veniá de publicar e m'avisèri que compreniái, compte-tengut del fach qu'aviái quand mèmes una idèa de la grafia d'Alibert, e mai se la trapavi complicada, m'avisèri que podiái legir lo gascon e aquò bastèt per me convéncer… T'ai dich qu’aviái fach 22 meses de sanà. Dins aquel temps òm a lo temps de faire tot çò qu'òm vòl e mai lo resta. Prenguèri ma gramatica d'Alibert e l'estudièri pagina après pagina, exactament coma una escolana qu'es al cors e que deu aprene totas las solucions dels mots, totes los biaisses de dire e totas las formas de l'ortogràfia. (Ascencio 2004).

Et je trouvais que c’était compliqué, j’étais habituée à lire dans la graphie phonétique, comme disent les gens– qui se trompent, mais… – dans la graphie phonétique, et je trouvais que c’était bien compliqué. D'un autre côté, quand j’ai eu des contacts, à la Libération, avec les gens de l'IEO, qui venait de se créer, j’ai vu cette graphie, m'enfin, bon… et Ismaël Girard m’a envoyé un recueil de poèmes gascons qu’il venait de rassembler. Pendant la guerre j’étais abonnée à quantité de revues et il y avait Era Bous de la mountagno. Et une autre revue gasconne, Reclams qui existe encore. Vraiment c’était par militantisme qu’on n’appelait pas encore l'occitanisme, mais enfin qui y ressemblait, parce que je n’y comprenais rien. Je ne pouvais pas lire. Ismaël Girard m’a envoyé dédicacé, je l'ai encore, ce recueil de poètes gascons, cette anthologie qu’il venait de publier et je me suis aperçue que je comprenais, compte-tenu du fait que j’avais quand même une idée de la graphie d'Alibert, même si je la trouvais compliquée, je me suis aperçue que je pouvais lire le gascon et ça a suffi pour me convaincre… Je t'ai dit que j’avais fait 22 mois de sana. Pendant ce temps on a le temps de faire tout ce qu'on veut et même le reste. J’ai pris ma grammaire d'Alibert et je l'ai étudiée page à page, exactement comme une élève qui est en cours et qui doit apprendre toutes les solutions des mots, toutes les façons de dire et toutes les formes de l'orthographe

Quelle(s) norme(s) en présence ?

5Las participants à ce colloque et les lecteurs de ses actes n’étant pas forcément au fait des problèmes posés par le passage à l’écrit de l’occitan, on ne m’en voudra pas de rappeler quelques éléments qui pourront paraître évidents pour mes amis spécialistes.

6Il est entendu ici que je ne m’intéresserai qu’à la graphie le plus communément dite « occitane », l’une des deux graphies cohérentes admises pour la langue d’oc, parallèlement à la graphie dite « mistralienne », encore employée couramment en Provence. Notons que le fait même de la coexistence de ces deux systèmes à l’est de l’espace d’oc entraîne, chez de nombreux écrivains, souvent à leur corps défendant, l’emploi de formes hybrides.

7La graphie dite « occitane » ou parfois « classique » entend revenir à la graphie relativement unifiée usitée au temps des troubadours, elle se veut autonome par rapport au système de notation du français, utilisé souvent par défaut par les scripteurs de l’occitan non alphabétisés dans leur langue.

8Mais à supposer qu’on se limite à la graphie dite « occitane », la question ne sera pas réglée pour autant, dans les années d’après-guerre qui m’intéressent. En effet, pendant longtemps vont coexister deux systèmes. Le plus ancien, que l’on peut dater de la fin du XIXe siècle, dû notamment à Antonin Perbosc et Prosper Estieu, est encore appelé graphie de l’Escòla occitana, graphie utilisée par exemple à Toulouse, par le Collège d’Occitanie qui organisait, avec une certaine efficacité, des cours par correspondance. L’Escòla occitana appartenait par ailleurs au Félibrige et, en cela, elle bénéficia dans les années d’entre-deux guerres d’un prestige que l’occitanisme naissant n’avait pas encore acquis.

9C'est véritablement la publication de la Gramatica occitana de Louis Alibert, en 1935, qui représente la mise en circulation d'une norme classique cohérente dont l’usage est aujourd'hui majoritaire dans l'espace occitan. Les travaux d'Alibert sont fortement inspirés par les travaux du Catalan Pompeu Fabra qui sont à la base de la norme catalane actuelle.

10Cependant, pour un auteur comme Joan Bodon / Jean Boudou, qui appartenait au Félibrige rouergat, tout en fréquentant, dès le début des années 1950, l’Institut d’études occitanes, fondé en 1945 et tenant du système « alibertin », la coexistence de ces deux systèmes graphiques ne manqua pas de poser problème, comme nous le verrons.

Quels outils de vérification et de régulation ?

11Le témoignage d’Hélène Gracia est révélateur. En admettant que les auteurs soient informés de l’existence de conventions graphiques, la question se pose bien évidemment des outils d’appropriation et de vérification de cette norme. Dans l’absence de formation scolaire occitane autre qu’embryonnaire, les écrivains se trouvent souvent démunis. Tous n’ont pas à leur disposition la Gramatica d’Alibert et le dictionnaire de celui-ci ne fut publié qu’en 1966. Par ailleurs, il n’existe pour l’occitan aucun appareil de normalisation (au sens institutionnel que donnent à ce mot les Catalans : c’est-à-dire le fait de rendre « normal » l’emploi sociétal de la langue et de s’en donner les moyens, y compris en termes de pouvoir). Les institutions qui existent manquent des moyens matériels, humains et financiers et n’ont aucun pouvoir prescriptif, s’en tenant essentiellement à des « préconisations ».

12D’ailleurs, à l’heure où se tient ce colloque, si nous disposons du Dictionnaire orthographique de Josiane Ubaud devenu depuis 2011 un outil indispensable pour tout scripteur de l’occitan, il existe d’autres outils disponibles, notamment sur le site du Congrès, et ces outils se manifestent, pour certains lexèmes, par la coexistence de formes différentes.

13Par ailleurs la grammaire comme le dictionnaire d’Alibert prennent pour base un occitan languedocien central, excluant de fait les formes nord-occitanes, gasconnes, ou provençales, lesquelles vont demander une adaptation, qui se fera plus ou moins facilement. On pourrait multiplier les exemples d’incohérences ou d’ultra-localismes au niveau de la graphie (mais le fait même de parler d’ultra-localisme est déjà en soi un jugement de valeur…).

14Il faut, me semble-t-il, avoir tous ces éléments objectifs en tête avant de tenter quelque analyse que ce soit des choix éditoriaux et de leur degré de « fidélité » supposé aux « choix » de l’auteur.

Quels corpus ?

15Un des colloques précédents des occitanistes de LLACS, dont les Actes sont en ligne, s’est penché sur « Les manuscrits du poème ». Parmi les questions qui y ont été abordées, il y avait bien sûr celle des choix graphiques des éditeurs. J’y renvoie le lecteur, car les communications complètent largement ce que je vais pouvoir dire ici3.

16Par chance, en ce qui concerne la période contemporaine sur laquelle j’ai le plus travaillé, à savoir l’après-guerre, il est possible de s’appuyer sur un corpus de manuscrits volumineux, notamment conservés au CIRDOC. C’est surtout dans le fonds Robert Lafont4 que se trouvent les lettres de plusieurs écrivains occitans de l’après-guerre – Robert Allan, Serge Bec, Jean Boudou ou encore Max Rouquette – que j’ai pu consulter. Robert Lafont était alors à la fois le chef de file du renouveau occitaniste d’après 1945 et un animateur et humble ouvrier de l’édition littéraire (revue Òc, collection « Messatges »5 de l’IEO notamment).

17Les manuscrits de référence sont à la fois des lettres et des textes littéraires soumis à publication. Il arrive que certains des textes littéraires soient annotés de la main de Lafont, marque matérielle évidente de l’intervention de celui-ci.

18Dans les lettres que reçoit Lafont, la question de la graphie occupe une place importante : si les écrivains concernés, dans les années d’après-guerre, disposaient tous d’une pratique héritée de l’occitan, pour beaucoup d’entre eux, d’une culture littéraire plus ou moins riche, aucun n’avait été alphabétisé dans cette langue. Ces lettres, comme les manuscrits des œuvres qui figurent dans ce fonds ou dont on peut disposer par ailleurs, témoignent d’une grande variabilité de la graphie employée, y compris à l’intérieur de la même missive. La plupart des auteurs qui s’adressent à Lafont ou à son épouse Andrée-Paule, conscients de la difficulté d’écrire une langue sans que les outils de normalisation linguistique existent réellement, demandent à Lafont de les aider dans le passage à une graphie cohérente. Claire Torreilles, qui vient d’éditer l’œuvre d’Henri Espieux, et qui a aussi dépouillé la correspondance de celui-ci, témoigne de la part d’Espieux de demandes semblables à celles que j’ai pu noter dans les lettres de Robert Allan, Serge Bec ou Bodon.

19Le cas de Jean Boudou / Joan Bodon est particulièrement intéressant à étudier pour plusieurs raisons :

    • 6 Letras de Joan Bodon a Enric Molin, Societat dels Amics de Joan Bodon, Vent terral, 1984.
    • 7 La correspondance est conservée au CIRDOC sous la cote. . Elle a été éditée par (...)

    Nous disposons de sa correspondance, qui débute en 1941, avec son maître et ami Enric Molin, instituteur, écrivain, militant pédagogique membre du Félibrige, dans une édition où la graphie de Bodon a été normalisée6 ; nous disposons aussi de ses lettres à Robert Lafont, éditées dans le respect de leur graphie d’origine7. Nous disposons enfin de manuscrits de ses œuvres, parfois dans des états de langue différents. C’est le cas de La Grava sul camin dont le CIRDOC possède au moins deux versions manuscrites (Ms 419 et Ms 421).

  • Nous disposons, enfin, de plusieurs éditions de ses œuvres, parfois à visée différente : édition grand public / ouvrages pédagogiques / édition à visée scientifique

20L’existence des éditions de Bodon à visée scientifique – relativement récente – a pour corollaire un débat vigoureux concernant les choix éditoriaux, débat sur lequel il nous paraît important de revenir, sans pour autant prendre parti, mais en soulevant quelques questions qui nous semblent avoir été minorées ou passées sous silence, touchant notamment au contexte sociolinguistique et matériel, les deux étant corrélés, dans le cadre / sous la contrainte desquels se fait l’édition contemporaine occitane.

Les correspondances

Avec Molin / Mouly

21La question de la langue en général, et en particulier les difficultés du passage à l’écrit, ainsi que le problème des choix graphiques, apparaissent dès les débuts de la correspondance avec Molin telle qu’elle a été conservée et éditée, dont nous allons reprendre ci-après quelques passages significatifs. Nous n’ignorons pas, après les travaux de Jean-Pierre Chambon (2012), les importantes transformations que les éditeurs de cette correspondance ont fait subir aux originaux. Il ne nous semble pas, cependant, que ces transformations – pour regrettable qu’elles soient – affectent ce que nous entendons étudier ici : les échanges entre Bodon et Molin au sujet des choix graphiques.

  • 8 Des extraits « Equipa 4 » et « L'Estère » ont été publiés dans Lo Gai Saber en 1943. En ligne sur h (...)

22Dans sa première lettre, de 1942, Bodon confie à Molin un manuscrit8 qu’il lui demande de lui retourner « corrijat » [corrigé] en soulignant sa difficulté du passage à l’écrit :

En tot cas, per çomençar, vòli ensajar de contar tot çò qu’ai vist e fach quand èri « Jeune de France ». Comenci de vos expediar lo començament. Lo me tornaretz, corrijat. Perque compreni qu’aquò deu puslèu èsser mièg e mièg. Sabètz : es pas comòde d’escriure aital  (lettre datée : Durenca, 15-11-42 (p. 48-49).

En tout cas, pour commencer, je veux essayer de raconter tout ce que j’ai vu et fait quand j’étais « Jeune de France ». Je commence à vous en expédier le commencement. Vous me le renverrez, corrigé. Parce que je comprends que cela doit plutôt être couci-couça. Vous savez, ce n’est pas commode d’écrire ainsi.

23Cette humilité sera celle de l’auteur toute sa vie, elle marque son sentiment de doute quant à la qualité littéraire de son œuvre et aussi quant à ses compétences en matière d’écriture d’une langue qu’il savait par ailleurs parfaitement maîtriser à l’oral. Ces interrogations apparaissent clairement dans une lettre ainsi datée « Durenca lo 11 de desembre / 1945 :

Ara vos dirai que los meus vèrses vos semblan tròp daquòs. Qué volètz ? Duscas a ara, tot lo monde, per escriure dins nòstra lenga, emplegava las règlas del francés, e mai las règlas de poesia. Qual sap se la nòstra lenga deu pas aver de règlas a despart, de règlas que los ancians emplegavan ? e perqué nautres las emplegariàm pas ? Se los meus vèrses convenon pas al public, es pas benlèu que las règlas sián missantas, mas benlèu que los vèrses per eles memes son pas pro bons. (p. 86).

Maintenant je vous dirai que mes vers vous semblent trop étrangers. Que voulez-vous ? Jusqu’à maintenant, tout le monde, pour écrire dans notre langue, employait les règles du français, même les règles de la poésie. Qui sait si notre langue ne doit pas avoir des règles à part, des règles que les anciens employaient ? et pourquoi nous-mêmes ne les emploierions-nous pas ? Si mes vers ne conviennent pas au public, ce n’est peut-être pas que les règles soient mauvaises, mais peut-être que les vers par eux-mêmes ne sont pas assez bons

24Ces propos indiquent un niveau de conscience supérieur de Bodon : il sait que l’écriture spontanée de l’occitan à laquelle il a pu accéder, celle de « tot lo monde », est construite sur la base des règles du français, seule langue dans laquelle les occitanophones naturels étaient alphabétisés. Il s’interroge sur la légitimité de règles autonomes et fait allusion à l’existence de normes anciennes. Au passage, il met en doute la qualité littéraire de ses vers qui pourrait expliquer leur faiblesse, bien plus que la graphie employée.

25Ce n’est que l’année suivante, (Durenca, lo 8 de janvièr / 1946), qu’il évoque son utilisation de la grammaire de Salvat, qu’il dira plus tard à Lafont avoir achetée en 1943. Mais il livre ses doutes sur la justesse de sa graphie.

Me disètz pas se la grafia de Frescor de Viaur es un pauc coma cal. Me soi fisat a la gramatica occitana de J. Salvat. Mas me pòdi èsser trompat mai d’un còp. (p. 89).

Vous ne me dites pas si la graphie de Frescor de Viaur est à peu près comme il faut. Je me suis fié à la grammaire occitane de J. Salvat. Mais je peux m’être trompé plus d’une fois.

26Le 22 octobre 1948, on note une remarque de Molin sur la graphie de son « élève » :

T’ai corrijat en roge, quauques mots : me’n voldràs pas. Al sicut de qual i a qual, pronom relatiu o interrogatiu e cal« il faut », ex. : Cal partir. E. Mouly. (p. 48).

Je t’ai corrigé en rouge, quelques mots : tu ne m’en voudras pas. À propos de qual, il y a qual, pronom relatif ou interrogatif et cal – « il faut », ex. : Cal partir.

27Cette réponse suscite, quelques jours après de nouveaux doutes chez Bodon :

  • 9 Il s’agit certainement de Jacques Bousquet, qui devait devenir directeur des Archives départemental (...)

Sus la grafia i me coneissi de mens en mens. L’endeman de la vòta de la Barraca, amb Monteillet anèrem a las Archives départementales » veire un òme jove (cresi que s’apèla Bosquet9), un òme que se coneis e qu’estúdia totas las vièlhas « chartes » en lenga d’òc.
E nos diguèt qu’èra impossible de conéisser la vertadièra grafia d’aquela lenga. La vertat es pas ni amb Alibèrt, ni amb Salvat. Totes dos an de bonas causas mas encara degun a pas trobat lo biais vertadièr.
« Aze », metem, d’après l’etimologia latina deuriá èsser escrich « ase », mas suls pergams vièlhs lo s e lo z non se pòdon distinguir. Per contra las doas ss existissián en lenga d’òc.
E lo ou francés dejà del temps dels trobadors s’escriviá ou : « per la douss’aura que ven de lai… » S’escriviá pas ou pertot mas dejà aquò començava de se far sentir. Alara…
Ara vòli pas defendre las faltas que me corregiguèretz que aquí sabi aver grand tòrt. Mas per dire que sabi pas tròp dont me virar
. (Durenca lo 28 d’octobre de 1948, p. 110-111).

Sur la graphie, je m’y retrouve de moins en moins. Le lendemain de la fête de la Barraque [Probablement Baraqueville], avec Monteillet nous sommes allés aux « Archives départementales » voir un homme jeune (Je crois qu’il s’appelle Bousquet), un homme qui s’y connaît et qui étudie toutes les vieilles « chartes » en langue d’oc. Et il nous a dit qu’il était impossible de connaître la véritable graphie de cette langue. La vérité n’est ni avec Alibert, ni avec Salvat. Tous deux ont de bonnes choses mais personne n’a encore trouvé la façon de faire véritable. « Aze », par exemple, d’après l’étymologie latine devrait être écrit « ase », mais sur les parchemins anciens le s et le z ne peuvent pas se distinguer. Par contre les deux ss existaient en langue d’oc. / Et le ou français déjà du temps des troubadours s’écrivait ou : « per la douss’aura que ven de lai… » Il ne s’écrivait pas ou partout mais cela commençait de se faire sentir. Alors… Maintenant je ne veux pas défendre les fautes que vous m’avez corrigées parce que là je sais être dans mon grand tort. Mais c’est pour dire que je ne sais pas trop où me tourner.

28Ces échanges sont doublement révélateurs. D’une part ils manifestent l’insécurité graphique de Bodon qui attend manifestement de l’aide de la part de Molin, non sans s’interroger sur les leçons de celui-ci. Si cette insécurité est commune à l’ensemble de ceux qui passent à l’écrit, les propos de Bodon témoignent cependant d’une haute conscience linguistique : Bodon parle de « langue d’oc », terme le plus courant dans le Félibrige. Il se penche sur l’étymologie latine, consulte un archiviste. Il accepte l’idée d’une graphie autonome pour sa langue, distincte de la graphie française utilisée jusque-là, dit-il.

29Une lettre datée du 20 septembre 1967 manifeste clairement la volonté d’unité linguistique de Bodon :

Aquí çò que pensi : trabalham pas per Roèrgue mas per Occitània qu’es mai que Roèrgue. Mas en trabalhant per Occitània demoram de Roèrgue. […]
Grafia d’Alibèrt o pas d’Alibèrt : una sola grafia per poder ensenhar. […]
Es per aquò : per far quicòm d’interoccitan cal pas particularizar çò que sèm. Un mot polit de Roèrgue tot còp. Mas per l’ensemble los mots interoccitans.  (p. 250-252).

Voilà ce que je pense : nous ne travaillons pas pour le Rouergue mais pour l’Occitanie qui est plus que le Rouergue. Mais en travaillant pour l’Occitanie nous demeurons du Rouergue. […] Graphie d’Alibert ou non : une seule graphie pour pouvoir enseigner. […] C’est pour cela : pour faire quelque chose d’interoccitan il ne faut pas particulariser ce que nous sommes. Un joli mot du Rouergue parfois. Mais pour l’ensemble les mots interoccitans.

30Notons cependant, qu’il a bien conscience des difficultés concrètes pour la réalisation de son souhait :

Tot aquò son d’idèas. Per las metre en rega es un autre trabalh.

Il s’agit là d’idées. Pour les mettre en pratique, c’est un autre travail.

Avec Robert Lafont10

  • 10 CIRDOC : .

31La correspondance avec Lafont débute en 1951. C’est par cet intermédiaire que Bodon entrera en contact avec l’IEO, sans toutefois rompre avec le Félibrige. Comme avec Molin, et ce dès les débuts de ces échanges, les questions linguistiques – dont celles de la graphie – y occupent une place importante. Nous allons d’abord reproduire les fragments intéressés avant d’en tenter l’analyse.

  • Lo Mauron de Malavila 26-8-1951

  • 11 Bodon cite là le dernier vers d’un poème de Lafont « A mis amics occitanistas », d’abord paru dans (...)
  • 12 Ô l’homme. Je tiens à vous dire ma gratitude pour tout ce que vous ferez pour mon livre « contes de (...)

Òu l’òme /Teni a vos dire lo meu grat de tot / sò que faretz pel meu libre « contes del meu / ostal ». L’autre jorn a Radio Toloza l’IEO / donèt sus ieu una parladissa de Lagarde / legida per Boussac. Un brave mercè a totes. / Se venguèri pas a Rodés a l’estagi / es que poguèri pas. L’an que ven / veirem. / Ara per la grafia acò es tot un / trabalh. Sabi pro que Mèstre Alibèrt / es un òme dels pus saberuts mas es / dificultoza la sià gramatica. Es / subretot dificultoza pels nòstres escolans // de l’escòla primar que suzan la tinta / per s’entuzar las règlas escalabrudas. / L’avenidor es pas a la pigreza / coma dis Alibèrt mas pracòs totes los / saberuts d’Occitania vos deuriatz ramozar / e cercar a vos endevenir per trobar / quicòm de simplificat. Se parla / de simplificar la grafia franceza e / nautres simplificariam pas la nòstra ? / Ieu escribi a tustas e bustas pel moment / e soi pas brica content per que d’abòrd / ai pas estudiat pron. Mas me plegarai / a las vòstras règlas se las adobatz / qualque briat. Saquelà lo vòstre Institut / es per acò far e Oc la vòstra revista / que coneissiái pas m’agrada plan. Se / « sèm solets coma de pastres »11 entre pastres / nos cal sonar. Es per acò que vos ai / cridat a la mòda del Roergue : Òu l’òme ! / Vos torni dire lo meu grat e coralament / salut12. / J. Boudou, instituteur, le Mauron de Maleville. / Aveyron.

Ô l’homme. Je tiens à vous dire ma gratitude pour tout ce que vous ferez pour mon livre « contes del meu ostal ». L’autre jour à Radio Toulouse l’IEO a donné une présentation de moi venant de Lagarde lue par Boussac. Un grand merci à tous. Si je ne suis pas venu à Rodez au stage c’est que je n’ai pas pu. L’an prochain nous verrons. Maintenant pour la graphie c’est tout un travail. Je sais bien que Maître Alibert est un homme des plus savants mais elle est difficile sa grammaire. Elle est surtout difficile pour nos élèves de l’école primaire que suent l’encre pour assimiler les règles scabreuses. L’avenir n’est pas à la paresse comme dit Alibert mais pourtant tous les savants d’Occitanie vous devriez vous réunir et chercher à vous entendre pour trouver quelque chose de simplifié. On parle de simplifier la graphie française et nous ne simplifierions pas la nôtre ? moi j’écris de façon un peu désordonnée, pour le moment et je ne suis pas du tout content d’abord parce que je n’ai pas assez étudié. Mais je me plierai à vos règles si vous les arrangez un peu. Votre Institut cependant est fait pour cela et Oc votre revue que je ne connaissais pas me plaît bien. Si « nous sommes seuls comme des pâtres » entre pâtres il faut nous appeler. C’est pour cela que je vous ai crié à la mode du Rouergue : Ô l’homme ! Je vous redis ma gratitude et je vous salue cordialement.

  • Lo Mauron lo 24-9-51

Òu l’amic. /
[…]
Legissi sus la gramatica d’Alibert / : « quand lo son b proven d’un v o d’un / b intervocalic latin es representat per v / e [« pl » raiat] pus luènh… « Los mots sabents man / levats al grec e al latin seguisson pas aquela / règla… » Soi d’acòrdi mas sabi pas / ni grec ni latin. Ont es qu’anarai / pescar ieu aquel v o b intervocalics. / Se me fizi al frances escriurai « un savent » / se me fizi al pauc d’espanhòl que sabi / escriurai « un cabal ». Ara dins las / formas verbalas i a pas res de dificultos / « ieu parlavi, el parlava » aital escriurai ! /
Pel S e Z acò’s lo mème sicut. Voli / plan doblar ss entre doas vocalas mas / pièi d’escriure « rosa » o « roza » crezi pas / que tenga granda importencia subretot / que dis [sic] los mots manlevats al grec / Alibert dis de servar z. Te dirai que / un còp montèri a Rodés per defelsir / la cauza, anèri veire de cartas ancianas / e poguèri pas coneisse s de z. Poguèri / pas saber solament se en lengadocian / Rodés s’escriu Rodes o Rodez. /
Pel c e ç es lo mème trabalh. / Escriurai plan la França e Provença. / Mas Alibèrt mèt de ç a de mots que // jamai auriai pas imaginats. Dizi pas / que Alibert aje tòrt. Benlèu a cent / còps razon. Mas quantes sem que / podèm pas devinar. /
Alara per ne sortir vezi pas qu’una / solucion : cal un diccionari, un / diccionari dels mots principals, un / diccionari que sortigue lèu, que / siague pas tròp gròs, ni tròp saberut, / e subretot que siague pas tròp car. /
La gramatica d’Alibert i a tres / ans solament que l’ai per que dabant / ieu abiai pas d’argent per la crompar. / En 1943 crompèri aquela de Salvat / que me semblava pas cara e seguèri / Salvat. Çaquelà aici dins lo Roergue / seguiam bèlcòp Salvat a pus près. /
E ara per acabar. Aicì vezem / que sus « Oc » e sul « Gai Saber » vos / gitatz pas gairas de flors. « Oc » parla / de las « Estatuas que fan rizeta » e / lo Gai Saber quand parla de qualques / unes de vostres articles dis « Riga-raga-res ». // Vezem tant ben que lo « Gai Saber » ten / pel paure Marescal mort. E nos sembla / tot còp que Òc tendriá pus lèu pel / gròs Marescal viu : lo mostachut (Ieu / davant la guèrra èri çaquela a las / joinessas comunistas.)/
Que ne pensar. Francament es que / vos poiriàs pas endevenir…/
Voldriai pas que prenguessas en mal / la mià letra. Compreni pron que aquelas / questions de grafia las comprenes melhor / que ieu. Mas a l’Institut pensatz que / tot lo monde es pas sabent. /
[…] / J. Boudou /

Ô l’ami. […] Je lis sur la grammaire d’Alibert : « quand le son b provient d’un v o d’un b intervocalique latin il est représenté per v et [« pl » rayé] plus loin… « Les mots savants empruntés au grec et au latin ne suivent pas cette règle… » Je suis d’accord mais je ne sais ni grec ni latin. Où irai-je pêcher, moi, ce v ou ce b intervocaliques. Si je me fie au français, j’écrirai « un savent » si je me fie au peu d’espagnol que je sais, j’écrirai « un cabal ». Maintenant dans les formes verbales il n’y a rien de difficile « ieu parlavi, el parlava » ainsi écrirai-je ! Pour S et Z c’est la même chose. Je veux bien redoubler ss entre deux voyelles, mais ensuite, d’écrire « rosa » ou « roza » Je ne crois pas que cela ait grande importance surtout que dans les mots empruntés au grec / Alibert dit de garder z. Je te dirai que je suis monté un jour à Rodes pour débrouiller la chose, je suis allé voir de chartes anciennes et je n’ai pas pu distinguer s de z. Je n’ai pas seulement pu savoir si en languedocien Rodés s’écrit Rodes ou Rodez. Pour le c et le ç c’est le même travail. J’écrirai bien la França et Provença. Mais Alibert met des ç à des mots que je n’aurais pas imaginés. Je ne dis pas qu’Alibert ait tort. Peut-être a-t-il cent fois raison. Mais combien sommes-nous qui ne pouvons pas deviner. Alors pour en sortir je ne vois qu’une solution : il faut un dictionnaire, un dictionnaire des mots principaux, un dictionnaire qui sorte vite, qui ne soit pas trop gros, ni trop savant, et surtout qui ne soit pas trop cher. La grammaire d’Alibert il y a trois ans seulement que je l’ai parce qu’auparavant, moi, je n’avais pas d’argent pour l’acheter. En 1943 j’ai acheté celle de Salvat / que ne me semblait pas chère et j’ai suivi Salvat. Cependant ici dans le Rouergue nous suivions beaucoup Salvat à peu près. Et maintenant pour finir. Ici nous voyons que sur « Oc » et sur le « Gai Saber » vous ne vous jetez guère de fleurs. Oc parle des « statues qui font des risettes » et le Gai Saber quand il parle de quelques-uns de vos articles dit « Rien d’intéressant ». Nous voyons aussi que lo « Gai Saber » tient pour le défunt Maréchal. Et il nous semble parfois que Òc tiendrait plutôt pour le gros Maréchal vivant : le moustachu (moi, avant la guerre, j’étais cependant aux jeunesses communistes.) Qu’en penser. Franchement est-ce que vous ne pourriez pas vous entendre… Je ne voudrais pas que tu prennes mal ma lettre. Je comprends bien que ces questions de graphie tu les comprends mieux que moi. Mais à l’Institut pensez que tout le monde n’est pas savant.

  • Lafont - Nimes, lo 26-9-51

Mon car amic,
[le début de la lettre évoque les dissentions idéologiques entre l’IEO e l’Escòola occitana de Salvat. Puis il y est question de graphie]
La grafia : Alibèrt a bastit un sistèma complet. Se i lèves de qué que siá, es un pauc coma se levaves una pèira a una muralha. L’ostau s’escagassariá.
Me pènse que lèu, amb usatge, comprendràs la valor dau sistèma e son utilitat. Es son que l’usatge que t’o monstrarà.
Sa gramatica es dificila, dise pas de non. Es un expausat teoric. La teoria es totjorn un pauc facha pèr lis especialistas. Mai Alibèrt acaba aquesta passa son diccionari practic.
Te faudriá aver la pichòta brocadura qu’avèm editada : La Réforme linguistique occitane. Còsta 30 francs a l’I.E.O. Es un escrich teoric, mai simple.
Fauta de la coneissança dau grèc e dau latin, as quauqui
« points de repère » :
b-v : Se conèisses un pauc lo provençau mistralenc, i veiràs la distinccion bèn facha. En Provènça se pronóncia v a la francesa.
La grafia Salvat sus b/v es la nòstra, manca li còps ont s’engana : amava.
s-c, ç : Lo francès te balha la solucion, manca sus li mots ont s’engana :
« bras », « saucisse », etc.
Aquí lo castelhan te pòt ajudar. A ç occitan correspond z : brazo, solaz. E vaquí la rason, se la vòls
 :
Li grops latins ci, ti, etc... an donat en lenga d’òc, primier (10
en sègle) un son coma la c castelhana. Aquel son es encara viu en quauqui ròdols de Gasconha. Puèi es vengut ts : li trobadors escrivián bratz. Ara i a fòrça occitans que dison (brats). Puèi òm a agut (bras). Adonc braç acontènta :
l’istòria de la lenga,
lis occitans que dison autra causa que (bras).

Bodon- Lo Mauron lo 16-2-1953

La graphie : Alibert a bâti un système complet. Si tu lui retires quoi que ce soit, c’est un peu comme si tu retirais une pierre à une muraille. La maison s’écroulerait. Je pense que bientôt, avec l’usage, tu comprendras la valeur du système et son utilité. Ce n’est que l’usage qui te le montrera. Sa grammaire est difficile, je ne dis pas non. C’est un expausé théorique. La théorie est toujour un peu faite pour les spécialistes. Mais Alibert achève en ce moment son dictionnaire pratique. Il te faudrait avoir la petite brochure que nous avons éditée : La Réforme linguistique occitane. Elle coûte 30 francs à l’I.E.O. C’est un écrit théorique, mais simple. Fauta de la connaissance du grec et du latin, tu as quelques « points de repère » :
b-v : si tu connais un peu le provençal mistralien, tu y verras la distinction bien faite. En Provence on prononce v à la française. La graphie Salvat sur b/v est la nôtre, sauf lorsqu’il se trompe : amava. s-c, ç : Le français te donne la solution, sauf sur les mots où il se trompe : « bras », « saucisse », etc. Là le castillan peut t’aider. À ç occitan correspond z : brazo, solaz. Et voilà la raison, si tu la veux : Les groupes latins ci, ti, etc... ont donné en langue d’oc, d’abord (10e siècle) un son comme la c castillane. Ce son est encore vivant dans quelques lieux de Gascogne. Puis il est devenu ts : les troubadours écrivaient bratz. Maintenant il y a beaucoup d’occitans qui disent (brats). Puis on a eu (bras). Donc braç contenta : l’histoire de la langue, les occitans qui disent autre chose que (bras).

  • Bodon- Lo Mauron lo 16-2-1953

Car amic. / Soi un bocin tardièr per respondre / a la tià letra. Ça que là que te / pòdi dire. Lo meu libre a de bon, cresi. / Mas sabi que de-çà de-là i a de causas / que van pas. A començar per la grafia. / Aqui per la grafia i a un detalh / que compreni pas tròp. Consi a l’I.E.O. / voletz a tot perdre un accent agut sus / á dins metem : abadiá, cridariá etc…/ Aquel accent agut sus a existis pas / en grafia francesa. Ça que là aquel / accent que marcatz servis subretot a / marcar la tonica, ni mai ni mens. / En Roergue Cridarà o cridariá, los / a los prononcian ço meteis. / Salingardes me parlava de metre un / accent capèl de gendarma a la plaça ^. / Consi tantes de signes. L’accent greu / deurià bastar. (essent entendut que aquel // accent marca solament la tonica). / Es solament a causa de la tipografia / que te disi aital.

Je suis un peu en retard pour répondre à ta lettre. Que puis-je te dire cependant. Mon livre a du bon, je crois. Mais je sais que par ci par là il y a de choses qui ne vont pas. À commencer par la graphie. Là pour la graphie il y a un détail que je ne comprends pas trop. Comment à l’I.E.O. vous voulez à tout prix un accent aigu sur á dans par exemple : abadiá, cridariá etc… Cet accent aigu sur a n’existe pas en graphie française. Cependant cet accent que vous marquez sert surtout à marquer la tonique, ni plus ni moins. / En Rouergue Cridarà ou cridariá, les a nous les prononçons à l’identique. Salingardes [imprimeur-éditeur de Bodon] me parlait de mettre un accent chapeau de gendarme à la place ^. Pourquoi tant de signes. L’accent grave devrait suffire. (étant entendu que cet accent marque seulement la tonique). C’est seulement à cause de la typographie que je te dis cela.

  • Bodon- Lo Mauron lo 2-3-1955

Car amic / Ai recebuda la tia letra e lo / memori de Jego. Sul còp i ai / escrich. Mas sens li dire ni òc / ni non. Solament per li dire que / nos mandès qualques textes en son / European, que lo jutjariam suls / peças e mancariái pas de te / comunicar lo meu vejaire, e mai / que li respondriás. / Perqué sabi que los fargaires / de lengas son un pauc coma / los majorals del felibrige, lor cal pas / jamai mancar de respèct. / Ai pas estudiat d’a fons lo / memòri. Mas cresi pas que i aja / res de novèl. La lenga internacionala / es una. Existis déjà, qu’un fum / de mots e de mots son los / meteisses dins totas las lengas. // Es al mot lo mai internacional / que cal donar la preferencia. Totes l/ os fargaires de lengas a quicòm / prèp dison pariu. (Jego pr’aquò / sembla prene basi solament sus las lengas / romanas.) / Mas dejà quna lenga internacionala / que siá se pot legir. I a pas / mai de diferençias entre Esperanto, / Interlingua e Iala qu’entre lo / Provençal mistralenc, l’occitan Salvat / e l’occitan Alibert. / Entre cambiar self per mismo / i a pas mai de differencia que / de cambiar mème per meteis / o strax per illico es pariu que / cambiar viste per aviat. / Lo vocabulari, la gròssa part / del vocabulari demòra lo meteis. / La grafia cambia, las declinasons etc. / Mas los dialectes occitans son ben / un pauc dins lo meteis cas. / Aquel ensag de Jego sembla pas // pus bestia qu’un autre, a condicion / que mon òme crea pas que sa lenga / es la sola lenga internacional possibla. / Mas se cal gardar encara mai / de l’adoracion de l’Esperanto. Tard / o d’ora, la lenga internacionala se va / cristallizar. Benlèu i manca solament / un grand escrivan. Après tot Luther / farguèt ben l’Alemand per tradusir / la Biblia. Mas cal una biblia a / tradusir. / M’arresti que soi las e repapie. / Amistats alara. / J. Boudou //

J’ai reçu ta lettre et le mémoire de Jego. Je lui ai écrit aussitôt. Mais sans lui dire ni oui ni non. Seulement per lui dire qu’il nous envoie quelques textes dans son European, que nous le jugerions sur pièces et que je ne manquerais pas de te communiquer mon avis, et aussi, que tu lui répondrais. Parce que je sais que les fabricants de langues sont un peu comme les majoraux du Félibrige, il ne faut jamais leur manquer de respect. Je n’ai pas étudié le mémoire à fond. Mais je ne crois pas qu’il y ait rien de nouveau. La langue internationale est une. Elle existe déjà, puisque quantité de mots et de mots [la duplication des dans l’original] sont identiques dans toutes les langues. C’est au mot le plus international qu’il faut donner la préférence. Tous les fabricants de langues, à peu de choses près disent la même chose. (Jego pourtant semble prendre base seulement sur les langues romanes.) Mais déjà toute langue internationale, quelle qu’elle soit peut se lire. Il n’y a pas plus de différences entre Esperanto, / Interlingua e Iala qu’entre le / Provençal mistralien, l’occitan Salvat / e l’occitan Alibert. /

  • Bodon- Lo Mauron lo 5 de Mai [1955]

Car amic / Me perdonaràs se tant ai esperat a respondre / a la tia darrièira letra. Mas ambe los rambalhs del / mestièr lo temps me manca sovent. / Daissa-me te dire un còp de mai lo meu / grat per ta proposicion d’imprimir la mia « grava » dins / la colleccion « obras ». Crei plan car amic que soi estat / tocat. / Per çò que es de la question financièira demandi / pas que l’I.E.O. prengue l’edicion a carga. Demandi / solament de facilitats de pagament de l’Imprimeire, e una / ajuda per la venda [« de » biffé] per las publicacions de l’I.E.O. / Lo contraròtle de la grafia. Mas benlèu cap / de vautres tres avètz pas leser. Es que aquel contrarotle / se deu far sul manescrich ? o sus las espròvas ? / Es que lo vocabulari sera tot a cambiar ? (Perqué i a de / jos dialectalismes roergats.)

Tu me pardonneras si j’ai tant attendu pour répondre à ta derrière lettre. Mais avec les problèmes du métier le temps me manque souvent. Laisse-moi te dire une fois de plus ma gratitude pour ta proposition d’imprimer ma « grava » dans / la collection « obras » [collection de l’IEO]. Crois bien cher ami que j’ai été touché. Pour ce qui est de la question financière je ne demande pas que l’I.E.O. prenne l’édition à sa charge. Je demande seulement des facilités de paiement de l’Imprimeur, et une aide pour la vente par les publications de l’I.E.O. Le contrôle de la graphie. Mais peut-être aucun de vous trois n’en avez le loisir. Est-ce que ce contrôle doit se faire sur le manuscrit ? ou sur les épreuves ? Est-ce qu’il faudra changer tout le vocabulaire ? (Parce qu’il y a des sous dialectalismes rouergats.)

  • Lo Mauron lo 31 de mai de 1955

Car amic / Ai recebut lo manescrich corregit. E te / disi tot lo meu grat per aquel trabalh que t’ai / donat. Las correccions me convenon. I a u (sic) briu / ça que la que sabiái que calia escriure nosautres / per nautres, vosautres etc… Mas gausavi pas / cambiar la grafia.

J’ai reçu le manuscrit corrigé. Et je te dis toute ma gratitude pour ce travail que je t’ai donné. Les corrections me conviennent. Il y a un moment cependant que je savais qu’il fallait écrire nosautres pour nautres, vosautres etc… Mais je n’osais pas changer la graphie.

Un essai d’analyse

32Malheureusement, si les lettres de Bodon à Lafont ont été recueillies au CIRDOC dans le cadre de la donation Lafont, les réponses de ce dernier, à une exception près, n’ont pas été conservées. Grâce à cette exception (une réponse de Lafont datée du 26 septembre 1951 à la lettre de Bodon du 24 du même mois), nous pouvons observer le soin et la précision avec lequel Lafont répond aux interrogations de Bodon, qu’il prend très au sérieux comme le montre l’immédiateté de sa réponse.

33Dès le début de la correspondance, en 1951, et jusqu’à la fin de celle-ci, les lettres de Bodon à Lafont témoignent de la fonction de référence que le Rouergat attribue au Nîmois, pour des questions aussi bien littéraires que linguistiques ou idéologiques.

34Les questions graphiques, cependant, ne seront plus abordées après 1955, la dernière lettre déposée au CIRDOC étant datée de 1974, un an avant la mort de Bodon. On peut supposer que Bodon, qui révèle à Lafont l’ancienneté de son intérêt pour l’écriture de sa langue, est parvenu, peu à peu, à maîtriser les normes graphiques de celle-ci telles que préconisées par l’IEO.

35De 1951 à 1955, et ce, dès sa première lettre, datée de 1951, Bodon pose plusieurs fois la question de la graphie, notamment parce qu’il est confronté à la fois à des tenants de la graphie Perbosc / Estieu / Salvat et à des tenants de la graphie Alibert. Bodon confie à Lafont des questions comparables à celles qu’il a posées à Molin. Comme il l’avait fait avec Molin, il évoque son passage aux archives de Rodez afin de consulter des documents anciens écrits en langue d’oc. Confessant son ignorance du latin et du grec, il lui semble impossible de se servir de l’étymologie pour s’assurer de tel ou tel choix graphique. Manifestant son intérêt pour les langues, il livre ses réflexions appuyées sur les formes espagnoles par exemple, qui n’obéissent pas toujours à la même logique que les formes françaises. Cet intérêt pour les langues se manifeste aussi par les allusions à la langue créée par un certain Jego, « l’european », à propos de laquelle il livre des remarques très précises, suite à un « mémoire » de Jego que lui aurait communiqué Lafont. À noter que ledit Jego réapparaîtra plus tard dans Lo libre dels grands Jorns, où le narrateur anonyme confie avoir reçu une lettre de lui :

Un còp un òme tot sol m'escriguèt. S'apelava Robert Jego, de l'iscla de la Reunion. Amb son doblicador voliá conquistar lo mond. Veniá de fargar una lenga novèla, l'European, que serviriá de lenga entre totas las lengas. En European m'escriviá. E quand legiguèri sa letra cresiái que m'escriviá en occitan.

Lo Libre dels Grands Jorns, chapitre IX, p. 41 (éd. CEO, Montpellier, 1973). Un jour un homme isolé m’a écrit. Il s’appelait Robert Jego, de l'île de la Réunion. Avec son duplicateur il voulait conquérir le monde. Il venait de fabriquer une langue nouvelle, l'European, qui servirait de langue entre toutes les langues. Il m’écrivait en European. Et quand j’ai lu sa lettre j’ai cru qu’il m'écrivait en occitan.

36Bodon se dit prêt à suivre les règles de graphie de la langue, à condition qu’on lui en donne les moyens. Pour ce faire, il souhaite l’édition d’un dictionnaire « pas tròp gròs, ni tròp saberut, / e subretot […] pas tròp car » [pas trop gros, ni trop savant, et surtout […] pas trop cher]. Ces considérations économiques doivent être prises en compte lorsque l’on étudie les conditions d’apprentissage de l’occitan écrit et, plus largement, l’intégration dans l’occitanisme d’après-guerre : elles interviendront souvent dans la correspondance de Bodon pour justifier, par exemple, son impossibilité de participer à tel ou tel stage de l’Institut d’études occitanes. Il invoque ses difficultés financières, en l’occurrence, pour expliquer son achat – en 1943 – de la grammaire de Salvat, parce que, dit-il « me semblava pas cara » [elle ne me semblait pas chère]. Pour les mêmes raisons, il n’a pu acheter qu’en 1948 la grammaire d’Alibert, plus onéreuse. Ces propos de Bodon témoignent à la fois d’une conscience aigüe des problèmes de graphie et des difficultés qui se présentent au locuteur naturel de la langue qu’il était pour passer à l’écrit. C’est aussi le Bodon pédagogue qui confie ses difficultés pour enseigner la langue à ses élèves de l’école primaire.

  • 13 Il est vrai qu’avant d’être déporté en 1944, Salvat affichait des positions clairement pétainistes.
  • 14 La revue Òc était dirigée à l’époque par le communiste Félix Castan qui en reprit la publication ap (...)

37Dès le début de ces échanges, Bodon manifeste son souci d’unité : il appelle les « saberuts » [savants] à se rassembler et à s’entendre. Quant à lui, il est manifestement assez bien informé des positions des uns et des autres, lisant aussi bien Òc, la revue de l’IEO, que Gai Saber, celle de l’Escòla occitana de Salvat. Ses lectures sont attentives et sensibles, comme en témoigne son commentaire du poème de Lafont « A mis amics occitanistas » et le réemploi qu’il fait avec humour du vers « Siam solets coma de pastres » [Nous sommes seuls comme des pâtres]. Il poursuit l’image poétique de Lafont par sa pratique paysanne : les pâtres sont certes seuls, mais ils ont coutume de s’appeler, d’un lieu de pâture à l’autre. Et les « pâtres » isolés que sont les occitanistes gagneraient, selon lui, à se faire signe plus qu’à se diviser. Il constate ainsi les divergences entre les deux groupes, qui ne se résument pas, note-t-il avec malice, à des questions de graphie. Avec cet humour qui lui est souvent coutumier, et de façon bien entendu un peu simplificatrice, il croit deviner que Gai Saber est du côté de Pétain, le « paure Marescal mort » [défunt maréchal]13, alors que Òc lui semble plutôt du côté de Staline, le « gròs Marescal viu : lo mostachut » [gros maréchal vivant : le moustachu]14.

38La lettre de 1953 n’évoque plus que la question des accents graphiques, en relation notamment avec un nouveau problème matériel, celui de l’imprimerie, qui ne connaît pas, par exemple, le caractère « á ».

39En 1955, à propos de l’édition de La Grava sul camin, Bodon revient sur les questions de graphie, et aussi de lexique. Là encore, il a bien conscience que les questions matérielles, notamment celles des ressources humaines (« benlèu cap de vosautres avètz pas léser » [peut-être aucun de vous n’en a-t-il le loisir]) pèsent sur les éditions, comme la non-existence des caractères spécifiquement occitans dans les équipements des imprimeurs d’alors.

40Ainsi cette correspondance rend-elle compte, quoique de façon parcellaire, puisque nous n’avons pas les réponses de Lafont, du travail de dialogue qui a présidé à l’édition des premières œuvres de Bodon, du vivant de l’auteur. Elle témoigne également d’un contexte matériel, économique et technique difficile, les contraintes de l’imprimerie et les coûts de l’édition, qu’on ne peut passer sous silence dans une réflexion concernant le passage du manuscrit à l’édition.

Les manuscrits de l’œuvre : La Grava sul camin – deux manuscrits en présence

41L’observation des manuscrits est fondamentale pour qui veut comprendre l’évolution de la graphie de Bodon. Elle est notamment éclairante en cas de versions différentes et de marques d’interventions extérieures à l’auteur. Grâce aux deux états manuscrits déposés au CIRDOC (Ms 419 et Ms 421) du premier chapitre de La Grava sul camin, « Waldenburg », nous pouvons comparer les états successifs de la première page et proposer ici quelques réflexions.

42Nous avons d’abord tenté une datation de ces manuscrits.

43Les recoupements avec les lettres envoyées par Bodon, notamment celle du 31 mai 1955, permettent sans la moindre hésitation de dater le deuxième de 1955, d’autant plus qu’il porte des marques de corrections de ce dernier, en conformité avec la lettre. Dans ce deuxième manuscrit, on note le soulignement des termes étrangers : « Slava » et « Autobahn », ce dernier mot étant par ailleurs mis entre guillemets. Le soulignement était peut-être un signe à destination de l’imprimeur.

  • 15 1986 : Letras de Joan Bodon a Enric Molin, Societat dels amics de Joan Bodon, Naucelle.

44De quand date le premier ? À l’évidence, il est antérieur au début de la correspondance avec Lafont, car l’écriture en est très différente des lettres écrites à Lafont, lettres dont la calligraphie change très régulièrement. Il nous faut donc pencher sur la correspondance Bodon / Molin15, tout en regrettant de ne pas avoir accès aux manuscrits de ces lettres pour en étudier les variations de la calligraphie et les choix graphiques. Par chance, une lettre de Bodon datée du 11 septembre 1949, reproduite en fac-simile dans l’ouvrage, montre la même calligraphie, les lettres penchées vers la droite, que celle de notre premier manuscrit, alors que les lettres du second sont très nettement inclinées vers la gauche, comme l’ensemble des lettres de la même période (années 1955-1956).

45Les deux manuscrits sont écrits avec beaucoup de soin, même si, dans le premier, le mot « bronzor » est biffé pour être ensuite réécrit et si au début du troisième paragraphe, une lettre est biffée, qui semble hésiter entre un « s » minuscule et un « s » majuscule.

46On sait, par les confidences répétées de Janine Boudou, la fille de l’auteur, que celui-ci utilisait pour ses manuscrits des cahiers d’écolier et qu’il décrirait la page écrite lorsqu’elle ne correspondait pas exactement à ses souhaits. Il ne restait parfois que quelques pages du cahier initial. En ce qui concerne les manuscrits que nous examinons, qui sont l’un et l’autre paginés, on peut donc supposer qu’il s’agit d’un état que l’auteur considérait comme achevé, non sans le communiquer, pour avis, à Molin ou à Lafont.

47Notons que la première page de chacun des deux manuscrits correspond bien à la première page de l’œuvre éditée, ce qui, au demeurant, montre que l’architecture temporelle de celle-ci (analysée finement par Robert Lafont dans sa préface à la dernière édition en date (Bodon 1988)), était déjà arrêtée en 1949, au moins en ce qui concerne la rétrospective qui intervient avec la deuxième partie du roman.

  • 16 Edition de la Societat dels amics de Joan Bodon, p. 103. Moi, depuis l’an dernier, j’ai commencé à (...)
  • 17 Edition de la Societat dels amics de Joan Bodon, p. 105. Chaque soir j’écris un morceau du roman La (...)

48Il faut noter que Bodon aborde pour la première fois son travail sur La Grava dans une lettre à Molin datée du 6 janvier 1948 : « Ieu, dempuèi l’an passat, ai començat d’escriure dos romans : Lo temps de l’escodre e La grava sul camin16. » Il y revient le 29 février : « Cada ser escrivi un talhon del roman La grava sul camin. Mas aquò serà long17. » Et nous avons indiqué supra les propositions de corrections que lui faisait Molin

49Nous notons ci-après les différences entre les deux manuscrits à notre disposition :

  • En Gras les divergences graphiques

  • En gras italique les divergences lexicales

  • En gras souligné les marques de corrections manuscrites de Lafont, dans la version 2.

Version 1

Ai paor ! Darrièr la roda de fèrre d’un vagon me soi aplatusat. Una [bronzo – rayé] bronzor se sarra sus la rota. Diriatz las aigas d’una granda mar. Tot còp un pet, un sarrabastal. Las bastensas de la gara, fumasejan demolidas. Ai paor !

Los Alemans son partits dempièi un briu. Nos an laissats aqui, en plena gara, al mièch dels vagons escarmentrats. E sèm demorats aqui totes estirats sens auzar nos levar

« Slava !... Slava !... Los Rusas prizonièrs cridàn de l’autra part : « Slava ! » Me lèvi… Tot lo monde se lèva… Galopam amont càp a la rota. Un tank s’es arestat. « Slava !... Slava !... » cridam nautres tant ben sens comprene.

De soldats davalan del tank, la camiza pegoza de suzor e de grais. Maites segon darrier, portan la blòda corta. Slava !... Slava… l’armada roja !

Un oficier jovenot e serios nos parla dosament. En quatre mots d’aleman un Rusa prizonièr nos dis de que ne vira : sem libres… cal

Version 2

Ai paur ! Darrièr la ròda de fèrre d’un vagon me soi aplatussat. Una bronzor se sarra sus l’« autobahn ». Diriatz las aigas d’una granda mar. Tot còp un flac, un sarrabastal. Las bastendas de la gara, fumassejan destrantalhadas. Ai paur !

Los Alemands son partits dempièi un briu. Nos an daissats aquí, en plena gara, al mièg dels vagons escarmentrats. E sèm demorats aquí totes estirats sens gausar bolegar

« Slava !... Slava !... Los Russes presonièrs cridan de l’autra part : « Slava ! » Me lèvi… Tot lo monde se lèva… Galaupam amont càp al camin. Un tank s’es arrestat. « Slava !... Slava !... » cridam nosautres tanben sens comprene.

De soldats davalan del tank, la camisa pegosa de susor e de grais. Maites sègon darrièr, pòrtan la blòda corta. Slava !... l’armada roja.

Un oficièr jovenòt e seriós nos parla doçament. En quatre mots d’Alemand un Russa presonièr nos ditz de que ne vira : sem…

Que révèle cette confrontation de deux états du travail de Bodon ?

50D’abord que sa graphie a évolué au fur et à mesure de son apprentissage de la langue écrite, mais aussi en fonction de ses rencontres et échanges. Comme d’autres écrivains, il demande et obtient des conseils dont il tient en principe compte, non sans exprimer vigoureusement ses interrogations, lesquelles révèlent un véritable intérêt pour les questions linguistiques, en particulier pour la question de la graphie.

51Le premier manuscrit obéit aux principes de la graphie de l’Escòla occitana, qui semble maîtrisé par Bodon, à quelques exceptions près comme une hésitation sur l’emploi de l’accent grave sur le « o », marquant à la fois l’ouverture de la voyelle et l’accent tonique. Parmi les changements principaux de graphie lors du passage du système de l’Escòla occitana au système Alibert, on note par exemple le passage du graphème « z » au graphème « s » intervocalique pour noter le son « z » : ainsi :

  • « prizoniers » devient-il « presoniers », avec le passage du « i » de la première syllabe à un « e » plus conforme à la forme occitane

  • « auzar » devient-il « gausar » (avec l’adjonction du « g » prothétique en début de mot)

  • symétriquement, Bodon note « ss » ce qu’auparavant il notait d’un simple « s » : « aplatusat » est ainsi rectifié en « aplatussat ».

52Les évolutions entre les deux manuscrits – il faudrait également analyser les changements morphologiques et lexicaux – mis en relation avec les échanges épistolaires sur lesquels nous nous sommes appuyée nous semblent de nature à remettre en débat la question d’une intervention indue et illégitime d’une « instance éditoriale », selon la dénomination employée notamment par Jean-Pierre Chambon (2012). De fait, Bodon, de son vivant, était attentif à la question, il reconnaissait que son ignorance graphique était due au fait qu’il « n’avait pas étudié » ; s’il discutait les choix graphiques de ses éditeurs, il reconnaissait l’intérêt de leur travail.

À partir du cas de Joan Bodon, quelles questions éditoriales ?

Des modalités d’éditions hétérogènes – éditions scientifiques – éditions grand public – éditions pédagogiques

53Peut-on traiter la question de l’édition contemporaine de la littérature occitane comme celle de l’édition philologique des textes médiévaux, laquelle reprend strictement les manuscrits dont elle commente les formes, les variantes éventuelles étant soigneusement notées, référenciées et commentées ? Que penser de ses propos de Jean-Pierre Chambon :

  • 18 Propos placés dans l’introduction de l’article évoqué à la note précédente.

54L’établissement (ou plutôt, on le verra, le rétablissement) des textes est en effet un préalable auquel les études boudouniennes ne sauraient se soustraire. Philologie d’abord18.

55Pour les tenants du respect de la graphie initiale de l’auteur dans les éditions de textes contemporains, il s’agit, selon les propos d’Élodie de Oliveira (2012) dans son édition de La canson del Paìs, de « soumettre […] l’édition d’un écrivain occitan contemporain aux exigences de technicité réservées injustement aux auteurs médiévaux ». E. De Oliveira a par ailleurs consacré à Bodon sa thèse de doctorat et de nombreux travaux dont une importante bibliographie critique (Oliveira 2007) des études consacrées à Bodon.

56Ce type de travail d’édition fidèle au manuscrit qu’a aussi réalisé, plus modestement, Michel Pédussaud pour son mémoire de master présente un intérêt scientifique incontestable : il donne à voir l’évolution des choix graphiques d’un auteur. S’interdisant de changer les formes adoptées par celui-ci, il rend compte aussi de la spécificité de la prononciation locale de tel ou tel terme. Lorsqu’il corrige des coquilles évidentes, il le signale toujours en note, laissant voir au lecteur l’intégralité du document original.

57Les éditeurs doivent-ils, pour autant, appliquer systématiquement à tout ce qui s’écrit au XXIe siècle les règles que se sont imposées M. Pédussaud dans son édition de la correspondance ou E. de Oliveira dans celle de La canson del Paìs ?

  • 19 Les éditions les plus récentes de Bodon sont faites par l’IEO et son instance éditoriale IDECO, apr (...)

58Autrement dit, est-il nécessaire – et souhaitable – de publier dans les revues littéraires occitanes et chez les principaux éditeurs19, sans aucune intervention, les textes tels qu’ils sont communiqués par leurs auteurs ?

59La question est-elle aussi simple que celle de la fidélité à un texte ? De façon très prosaïque nous pouvons légitimement nous demander si Bodon intéresserait autant la critique – dont la critique philologique – et s’il susciterait y compris des éditions scientifiques de la précision de celle d’E de Oliveira, si son œuvre n’avait pas d’abord été mise à disposition d’un très large public et donc s’il n’avait pas accédé à une large (re)connaissance.

60Ce que condamne avec une certaine raison J.P. Chambon, ce sont les interventions post mortem auctoris. Et nous le suivons totalement lorsqu’il déplore, par exemple, les nombreux changements dans la syntaxe et la ponctuation qui, dit-il, « affectent la ʺpetite musiqueʺ de Boudou dont la phrase fluide est passée au hachoir de la grammaire » (Chambon 2012, 249). Nous le suivons également lorsqu’il déplore le non-respect des paragraphes initialement composés par l’auteur.

  • 20 En ce qui concerne la période récente, les éditions poétiques Jorn ont par exemple une pratique de (...)

61Cependant, en ce qui concerne la graphie, les correspondances nous révèlent qu’une grande partie des interventions des instances éditoriales l’ont été en dialogue avec l’auteur, quand ce n’est pas à la demande de celui-ci, comme nous l’avons montré20. Ne peut-on pas penser que les interventions post mortem se fondent souvent, à tort ou à raison, sur des propos tenus par l’auteur alors qu’il était vivant ?

62L’intention des éditeurs de littérature occitane contemporaine est en effet de mettre à la disposition du public les textes produits par les écrivains. Ces pratiques éditoriales diffèrent à la fois des pratiques de publication des textes écrits dans les langues disposant d’un appareil de régulation officiel et des pratiques d’éditions philologiques. E ce pour des raisons évidentes.

63Elles sont différentes des pratiques éditoriales des « grandes » langues pour des raisons sociolinguistiques :

  • Les règles de normalisation linguistique, graphique en particulier, n’ont pas été fixées sur une temporalité assez large pour être largement socialisées ou, si elles le sont, elles ne font pas toujours consensus. Lorsque ce consensus existe, seule une infime minorité des lecteurs et des scripteurs en a une connaissance assurée. Les appareils d’apprentissage (enseignement sous toutes ses formes, recherche) de la langue sont la cause d’une insécurité linguistique largement dominante.

  • Les outils de contrôle – d’autocontrôle – sont insuffisants, de même que les moyens humains pour la relecture et la révision des épreuves et le travail nécessaire de dialogue avec l’auteur quant au respect des normes graphiques : on ne peut passer sous silence le contexte économique dans lequel se font ces éditions, qui ne permet pratiquement jamais de disposer d’un personnel compétent dédié et qui repose donc sur des bonnes volontés essentiellement militantes.

64Ces éditions ne suivent pas les pratiques philologiques dont elles n’ont pas la visée scientifique. Il s’agit de donner à lire à un – relatif – grand public des œuvres de plus ou moins grande qualité littéraire. Et notre lecture fréquente des manuscrits des plus grands auteurs, à commencer par Max Rouquette, nous amène au constat de nombreuses incohérences graphiques.

65On pourrait également aborder la question des éditions pédagogiques : outre la correction des coquilles évidentes, terriblement nombreuses dans les éditions occitanes, même celles qui visent la qualité, est-il scandaleux d’imaginer qu’en soit effectué un « toilettage » visant à en chasser, par exemple, les quelques défauts de cohérence par rapport à la forme de langue majoritaire ? Nous avons en effet détecté, par exemple, un gasconisme ajouté par distraction à un texte languedocien d’Yves Rouquette (quatrième de couverture de L’Ordinari del monde), alors même que l’éditeur de Letras d’òc, Jean Eygun, est d’un sérieux irréprochable et d’un respect scrupuleux des auteurs. Un éditeur pédagogique qui voudrait reprendre le texte devrait bien évidemment remplacer ce gasconisme par l’équivalent languedocien.

Des modalités (modes ?) en évolution

Les années d’après-guerre : normaliser pour diffuser

  • 21 Voir à ce sujet le numéro 84 de la revue Lengas : Manuels scolaires et langues régionales / Manuals (...)

66L’occitanisme militant se posait la question de l’enseignement au plus grand nombre. Ces débats déjà anciens dont témoignent les travaux de Philippe Martel (2007) et de Yan Lespoux (2017) s’articulent autour de la date de 1951, celle de la loi Deixonne. Sans vouloir majorer l’importance concrète de celle-ci, sa valeur symbolique était telle que l’intelligentsia occitaniste, composée pour une grande part d’enseignants, se posa la question de la mise à disposition des élèves et des étudiants d’un corpus de textes pédagogiquement accessibles21 : on « modernisa », on « normalisa » alors, des baroques aux contemporains, en passant par Aubanel, le seul mistralien à avoir connu en ce temps un passage à la graphie alibertine, non sans débats, mais avec l’assentiment de son descendant, l’éditeur avignonnais du même nom. Le Centre d’Études occitanes – CEO – de l’Université Paul-Valéry a eu, à partir des années 1970, une activité importante en la matière, sous la direction de Lafont, entre autres, mais aussi du grammairien Paul Fabre qui dirigea la collection des Pichons classics occitans. Le CEO éditera la deuxième édition en volume du Libre dels grands jorns de Bodon (1973) auparavant publié d’abord dans la revue Òc (Bodon 1963), puis en volume par les éditions « Lo Libre occitan », à Lavit de Lomagne, dans la collection « Pròsa de uei » (Bodon 1968)...

67Ces éditions, œuvres intégrales ou morceaux choisis, étaient accompagnées d’un abondant matériau pédagogique. Il ne s’agissait pas d’autre chose que de l’équivalent des nombreuses collections de « petits classiques » de la littérature française qui, bien entendu, modernisent l’orthographe des auteurs et qui sont signés par les plus grands spécialistes du monde universitaire. L’éditeur Aubanel a aussi été mis à contribution puisqu’il a édité les Baroques occitans de Lafont (1974), ouvrage resté une référence en la matière et réédité récemment par les Presses universitaires de la Méditerranée, rattachées à l’Université Paul-Valéry.

68Notons que ces différentes éditions, si elles normalisaient la graphie, respectaient scrupuleusement les grandes formes dialectales.

À partir des années 2000 : les éditions « philologiques »

  • 22 Parmi les très nombreux travaux de Gardy, on citera son anthologie parue aux Éditions de Paris, ou (...)

69Il s’agit, pour ceux qui les mettent en œuvre, de respecter scrupuleusement les textes originaux, établis à partir des manuscrits, et d’accompagner l’édition d’un appareil de notes copieux destiné à éclairer – entre autres – les formes linguistiques retenues par l’éditeur scientifique du texte. On peut évoquer à ce propos les travaux de Philippe Gardy22 ou de Jean-François Courouau (1999) sur l’époque dite « baroque » et sur le siècle qui a suivi, l’ouvrage Mémoires de pauvres sous la direction de Philippe Gardy et Philippe Martel (2009), ou pour le XXe siècle, l’édition de Saurat par Jean-François Courouau (2010), les travaux déjà évoqués d’E. de Oliveira sur Bodon, ou ceux de Jean-Pierre Chambon (2014) sur Suberroques.

70Ces éditions sont conçues par leurs réalisateurs comme une base indispensable à des travaux futurs puisqu’elles s’appuient sur des formes sûres émanant directement de l’auteur. Pourquoi pas ? Espérons juste que ces travaux et les éditions futures à destination du grand public, puissent voir le jour

Un idéal impossible : une édition triple ?

71En 1987, avec les moyens techniques qui étaient ceux de l’époque, une équipe de l’Université de Provence dirigée par Gérard Gouiran (1987) rééditait ainsi le roman de Victor Gelu, Nouvé Granet :

  • La version originale en occitan et en français d’après les manuscrits de l’auteur

  • Une version en occitan graphie classique

  • Une traduction française modernisée.

72Édition précieuse, qui d’une part corrigeait les erreurs répétées de manuscrit en reprint, et mettait aussi l’œuvre à la disposition d’un grand public.

73Dans son avant-propos, Gérard Gouiran justifiait ainsi ce choix éditorial :

74Cette œuvre […] est peu accessible à cause d’une graphie originale, unique, qui n’est pas le fruit d’une manie, mais qui est réellement organisée pour un parler marseillais noté avec les lettres du français ; d’où ces abominables trigraphes oou, aou […] On se prend à songer que le dernier Marseilais qui aurait pu comprendre à la lecture des phrases de ce type en graphie geluvienne (l’adjectif est de Gelu lui-même) : Fourrà faire coué qu’à la mioué menuito ; Qué embuiagi ! Foulié un tooulié loougié est mort avant 1914 et qu’en plus il ne savait pas lire.

75Dans le meilleur des cas, si on lit en prononçant à voix haute pour s’y retrouver, la graphie de Gelu limite l’accès de son œuvre aux savants et aux provençaux – et encore pas de tous les sous-dialectes ! -

76Cependant, l’aspect matériel de l’ouvrage n’en facilitait pas la lisibilité.

77Plus récemment, au début des années 2000, Noël Lafon (2012 et 2013) mit à la disposition d’un large public l’œuvre de Norib, nom de plume de Pierre Biron (1861-1941), auteur de l’est du Cantal.23. Outre une mise en perspective historique de l’auteur, l’édition de ses textes est faite en trois versions :

  • Le texte original, d’après le manuscrit ou la première édition

  • Une version en graphie normalisée respectant la langue de l’auteur

  • La traduction française.

78Il est vrai que l’édition se présente ainsi de façon idéale : pour un familier de l’occitan du Cantal du sud-est, il se plaît à retrouver très précisément les formes sanfloraines employées par Norib, cependant que l’œuvre est rendue plus facilement lisible sur un espace linguistique plus large grâce à l’usage de la graphie normalisée. Ce type d’entreprise pose cependant le problème du coût – et du volume de l’ouvrage (deux tomes de plus de 700 pages chacun !) dans une bibliothèque – et ce n’est pas là un moindre problème dans des temps de crise de l’édition… Un idéal impossible à atteindre ?

79Il nous semble que les outils informatiques devraient permettre de répondre à cette double exigence de respect des auteurs et de lisibilité. Elles ne règleront pas cependant la question des ressources humaines compétentes, question douloureuse qui est celle d’une langue sans existence institutionnelle.

Conclusion

80Peut-être un retour réflexif sur des pratiques pas si éloignées que cela les unes des autres, dès lors que leurs auteurs font preuve d’honnêteté intellectuelle, de rigueur et de cohérence, et ne peuvent donc pas être taxés d’amateurisme ou d’ignorance permettrait-il d’apaiser le débat et de poser tranquillement celui-ci dans la complexité des éléments qu’il met en jeu, lesquels ne peuvent faire abstraction de la situation sociolinguistique de la langue et donc des conditions humaines et matérielles de l’édition.

81Je retiendrai un conseil donné par Philippe Gardy lorsque j’ai réalisé mon édition de l’œuvre de Robert Allan (Verny 2012) qui me posait, par exemple, le problème de l’existence de multiples versions du même texte : « les interventions de l’éditeur et ses choix doivent toujours être signalés ». Autrement dit, ce qui est véritablement scandaleux en matière de transformation de l’œuvre par l’éditeur, ce sont les interventions de celui-ci qui ne sont pas signalées. C’est sûrement ce qui manque à bon nombre d’éditions de Bodon. Les concepteurs de celles-ci avaient essentiellement en tête la circulation d’une œuvre. Ils ont ainsi permis de répondre aux nombreux doutes de l’auteur sur la réception de son œuvre dont les exemples abondent dans celle-ci. En voici un des plus touchants, extrait de la fin du texte « Lo meu ostal », préambule aux contes du même nom :

Lo mespresaretz aquel libre : se vos desplai lo cramaretz. Benlèu al trast ambe las iranhes lo daissaretz a se languir. Pr'aquòs se un filh de la mia tèrra a la velhada lo legís serai pagat de la mia pena, serai content, ieu me sufís.

Vous le mépriserez ce livre : s’il vous déplait vous le brûlerez. Peut-être au grenier avec les araignées le laisserez-vous s’ennuyer. Pourtant si un fils de ma terre le lit à la veillée, je serai payé de ma peine, je serai content, ça me suffit.

Haut de page

Bibliographie

Bodon : correspondances

Le fonds Robert Lafont est décrit à l’adresse http://www.calames.abes.fr/pub/#details?id=FileId-1376. Les lettres de Bodon sont disponibles sous la cote : LAF.O/14Jean Boudou.

Pedussaud Miquèl, Edicion critica de la correspondéncia de Joan Bodon a Robèrt Lafont (1951-1974), Memòri de màster dirigit per M.J. Verny, Université Paul-Valéry, 2014 : https://occitanica.eu/items/show/11222.

Letras de Joan Bodon a Enric Molin, Societat dels Amics de Joan Bodon, Vent terral, 1984.

Bodon. Œuvres évoquées dans l’article

Bodon, Joan, 1963, « lo libre dels grands jorns. Roman de Joan Bodon », Oc. Revista trimestrala de las letras occitanas, 227-228, genièr-junh de 1963, 42-72 ; 229-230, julhet-desembre de 1963, 30-62.

Bodon, Joan, 1968, Lo libre dels Grands Jorns, Lavit, Lo Libre occitan, coll. « Pròsa de uei ».

Bodon, Joan, 1973, Lo libre dels Grands Jorns, Montpellier, Université Paul-Valéry (Centre d’estudis occitans), coll. « Los pichons classics occitans ».

Oliveira, Élodie de, 2012, Jean Boudou, La canson del paìs (1948), édition critique et commentée d’un recueil poétique, Toulouse, S.F.A.I.E.O.

Bodon : études critiques des éditions

Chambon, Jean-Pierre, 2017, Méthodes de recherche en linguistique et en philologie romanes, Textes choisis et présentés par Éva Buchi, Hélène Carles, Yan Greub, Pierre Rézeau et André Thibault, Travaux de Linguistique Romane Linguistique historique Eliphi, Éditions de linguistique et de philologie (2 vol.).

Chambon, Jean-Pierre, 2012, « Problèmes philologiques d’une œuvre occitane du XXe siècle : le traitement éditorial post mortem auctoris des textes de Jean Boudou », Estudis Romànics [Institut d’Estudis Catalans], Vol. 34, 231-257, [en ligne] : https://publicacions.iec.cat/repository/pdf/00000247/00000042.pdf.

Chambon, Jean-Pierre, 2015, « Le début du libre dels Grands jorns de Jean Boudou : quelques leçons du manuscrit autographe », Zeitschrift für französische Sprache und Literatur, 125, 151-161.

Chambon, Jean-Pierre, 2009, « Lieux communs, intertexte et « aventure d’une écriture ». Notes pour l’exégèse d’un chapitre du libre dels Grands jorns de Jean Boudou : « La font de pèira » (I, 10) », Revue des langues romanes, 113, 215-232.

Oliveira, Élodie de, 2007, « Vingt ans d’écriture sur Boudou. Essai de bibliographie analytique et critique (1984-2004) », Revue des langues romanes, tome CXI, 2, 473-516.

Outils linguistiques

Sumien, Domergue, 2006, La standardisation pluricentrique de l’occitan. Nouvel enjeu sociolinguistique, développement du lexique et de la morphologie, BREEPOLS, publications de l’AIEO.

Ubaud, Josiane, 2011, Diccionari ortografic, gramatial e morfologic de l’occitan / Dictionnaire orthographique, grammatical et morphologique de l'occitan, Perpignan, Trabucaire.

Autres

Vidas – Dictionnaire biographie des acteurs de la renaissance d’oc – XIXe-XXIe siècle, Y. Lespoux, P. Martel, M.J. Verny, responsables scientifiques (CIRDOC-LLACS) : https://vidas.occitanica.eu/items/show/2058)

Ascensio, Francis, 2004, « Entreten amb Elèna Gracià », dorsièr « A las originas de l’ensenhament de l’occitan », Lenga e País d’òc 41, CRDP Montpellier.

Chambon, Jean-Pierre, 2014, QU’ÈM LOS POËTAS D’OCCITANIA E AC GOLAM ! Une contribution à l’exégèse des Cançons mauvolentas de Gilabèrt Suberròcas (1966), Toulouse, SFAIEO.

Courouau, Jean-François (éd.), 1999, Bertrand Larade, La Margalide gascoue et Meslanges (1604), Toulouse, SFAIEO.

Courouau, Jean-François (éd.), 2010, Denis Saurat, Encaminament catar, Toulouse, Presses universitaires du Mirail (« Interlangues »).

Gardy, Philippe, 2010, Jean de Cabanes, Contes en vers prouvençaus. Édition, traduction française, présentation et notes par Philippe Gardy, Toulouse, Letras d’Oc / Les Lettres occitanes.

Gardy, Philippe, Martel, Philippe (dir.), 2009, Mémoires de pauvres, autobiographies occitanes en vers au XIXe siècle, sous la direction de Philippe Gardy. Édition et traduction des textes autobiographiques de Jean Younet, GARAE, Carcassonne.

Gouiran, Gérard (éd.), 1987, Victor Gelu, Nouvè Grané, Centre régional d’études occitanes de Provence (CREO) / Université de Provence, Aix.

Lafon, Nadal (éd.), 2012, Poésies de Norib, Pèire Biron, reviradas de Luciana Lafon, illustracions de Daniel Brugès, Aurillac, Lo Convise.

Lafon, Nadal (éd.), 2013, Proses de Norib, Pèire Biron, reviradas de Luciana Lafon, illustracions de Daniel Brugès, Aurillac, Lo Convise.

Lafont, Robert (éd.), 1974, Baroques occitans, Aubanel, Avignon. [2013, Réédition Presses Universitaires de la Méditerranée, Montpellier].

Verny, Marie-Jeanne (éd.), 2014, Les manuscrits du Poème (1930-1960), journée d’études RedOc du 23 octobre 2014, actes édités sous la direction de Marie-Jeanne Verny, en ligne à l’adresse : https://occitanica.eu/items/show/17058.

Verny, Marie-Jeanne, 2014, « Lei Cants de la tibla de Robert Allan : de l’histoire d’une édition impossible au projet de réédition », in Les manuscrits du Poème (1930-1960), journée d’études RedOc du 23 octobre 2014, actes édités sous la direction de Marie-Jeanne Verny : https://occitanica.eu/items/show/17061.

Verny, Marie-Jeanne (éd.), 2018, La colleccion « Messatges » de l'IEO - 1945-1960 : Jornada d'estudis ReDoc-LLACS, 27 de genièr de 2018 « Messatges », en ligne à l’adresse

Haut de page

Notes

1 Je remercie très chaleureusement le personnel du CIRDOC, Françoise Bancarel, Aurélien Bertrand et Blandine Delhaye, pour son aide précieuse.

Remarques sur mes choix de notation :

        • Les reproductions des manuscrits – lettres ou textes – notent les changements de ligne par /, les changements de page par //. Nous n’avons pas jugé utile de conserver ces marques dans nos traductions que l’on trouvera systématiquement en note, sans autre mention.

        • Nos interventions sur ces originaux – corrections et interrogations – sont notées entre crochets.

2 Dont on pourra lire la biographie sur le site Vidas – Dictionnaire biographie des acteurs de la renaissance d’oc – XIXe-XXIe siècle, Y. Lespoux, P. Martel, M.J. Verny, responsables scientifiques (CIRDOC-LLACS) : https://vidas.occitanica.eu/items/show/2058).

3 Les actes sont disponibles à l’adresse : https://occitanica.eu/items/show/17058. Je me permets notamment de renvoyer à ma propre communication sur les manuscrits du poète Robert Allan, dont j’ai édité le premier volume des œuvres poétiques, édition qui m’a confrontée, concrètement, aux problèmes ici soulevés : https://occitanica.eu/items/show/17061.

4 Le fonds Robert Lafont est décrit à l’adresse http://www.calames.abes.fr/pub/#details?id=FileId-1376

5 Au sujet de la collection « Messatges », on pourra consulter les Actes de la journée d’études de janvier 2018, organisée par les occitanistes de l’équipe de recherches LLACS : https://occitanica.eu/items/show/19161

6 Letras de Joan Bodon a Enric Molin, Societat dels Amics de Joan Bodon, Vent terral, 1984.

7 La correspondance est conservée au CIRDOC sous la cote. LAF.O/14Jean Boudou. Elle a été éditée par Miquèl Pedussaud, sous le titre Edicion critica de la correspondéncia de Joan Bodon a Robèrt Lafont (1951-1974), Memòri de màster dirigit per M.J. Verny, Université Paul-Valéry, 2014 : https://occitanica.eu/items/show/11222.

8 Des extraits « Equipa 4 » et « L'Estère » ont été publiés dans Lo Gai Saber en 1943. En ligne sur https://occitanica.eu/items/show/20729.

9 Il s’agit certainement de Jacques Bousquet, qui devait devenir directeur des Archives départementale de l’Aveyron (entre 1948 et 1967, décédé en 2019. Voir compte rendu de son ouvrage En Rouergue à travers le temps. Guide commencé du Musée des Archives départementales — Rodez, Archives départementales, 1961, à l’adresse https://www.persee.fr/doc/gazar_0016-5522_1962_num_36_1_1686_t1_0057_0000_1

10 CIRDOC : LAF.O/14Jean Boudou.

11 Bodon cite là le dernier vers d’un poème de Lafont « A mis amics occitanistas », d’abord paru dans le n° d’avril 1951 de la revue Òc (p. 8), puis repris dans Dire, Messatges 1957. Le texte se trouve également dans la réédition des premiers recueils poétiques de Lafont (Jorn, 2011, Robert Lafont, Poèmas 1943-1984 - Amb una revirada francesa de l'autor (http://www.editions-jorn.com/livre-poemas-lafont.htm).

12 Ô l’homme. Je tiens à vous dire ma gratitude pour tout ce que vous ferez pour mon livre « contes del meu ostal ». L’autre jour à Radio Toulouse l’IEO a donné une présentation de moi venant de Lagarde lue par Boussac. Un grand merci à tous. Si je ne suis pas venu à Rodez au stage c’est que je n’ai pas pu. L’an prochain nous verrons. Maintenant pour la graphie c’est tout un travail. Je sais bien que Maître Alibert est un homme des plus savants mais elle est difficile sa grammaire. Elle est surtout difficile pour nos élèves de l’école primaire que suent l’encre pour assimiler les règles scabreuses. L’avenir n’est pas à la paresse comme dit Alibert mais pourtant tous les savants d’Occitanie vous devriez vous réunir et chercher à vous entendre pour trouver quelque chose de simplifié. On parle de simplifier la graphie française et nous ne simplifierions pas la nôtre ? moi j’écris de façon un peu désordonnée, pour le moment et je ne suis pas du tout content d’abord parce que je n’ai pas assez étudié. Mais je me plierai à vos règles si vous les arrangez un peu. Votre Institut cependant est fait pour cela et Oc votre revue que je ne connaissais pas me plaît bien. Si « nous sommes seuls comme des pâtres » entre pâtres il faut nous appeler. C’est pour cela que je vous ai crié à la mode du Rouergue : Ô l’homme ! Je vous redis ma gratitude et je vous salue cordialement.

13 Il est vrai qu’avant d’être déporté en 1944, Salvat affichait des positions clairement pétainistes.

14 La revue Òc était dirigée à l’époque par le communiste Félix Castan qui en reprit la publication après la guerre, dans la dynamique d’un IEO présenté comme issu de la Résistance mais elle accueillait bien évidemment toutes les sensibilités, Castan et Max Allier étant les deux seuls communistes clairement revendiqués et reconnus comme tels.

15 1986 : Letras de Joan Bodon a Enric Molin, Societat dels amics de Joan Bodon, Naucelle.

16 Edition de la Societat dels amics de Joan Bodon, p. 103. Moi, depuis l’an dernier, j’ai commencé à écrire deux romans : Lo temps de l’escodre [le temps de la moisson] e La grava sul camin

17 Edition de la Societat dels amics de Joan Bodon, p. 105. Chaque soir j’écris un morceau du roman La grava sul camin. Mais ce sera long.

18 Propos placés dans l’introduction de l’article évoqué à la note précédente.

19 Les éditions les plus récentes de Bodon sont faites par l’IEO et son instance éditoriale IDECO, après un travail important des éditions du Rouergue à la fin du XXe siècle.

20 En ce qui concerne la période récente, les éditions poétiques Jorn ont par exemple une pratique de dialogue avec l’auteur qui a toujours le dernier mot après suggestions de révision de la part des éditeurs.

21 Voir à ce sujet le numéro 84 de la revue Lengas : Manuels scolaires et langues régionales / Manuals escolars e lengas regionalas (https://journals.openedition.org/lengas/1410), coordonné par Yan Lespoux et Marie-Jeanne Verny, et dans celui-ci notre article : « La littérature occitane dans les manuels scolaires » : https://journals.openedition.org/lengas/1416.

22 Parmi les très nombreux travaux de Gardy, on citera son anthologie parue aux Éditions de Paris, ou son édition des Contes de Jean de Cabannes : Jean de Cabanes, Contes en vers prouvençaus. Édition, traduction française, présentation et notes par Philippe Gardy, Toulouse, Letras d’Oc / Les Lettres occitanes, 2010.

23 Pour en savoir plus sur l’auteur, consulter sa biographie sur le site du CIRDOC : https://vidas.occitanica.eu/items/show/2114

Haut de page

Table des illustrations

Légende Ms 419, CIRDOC
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/3503/img-1.png
Fichier image/png, 491k
Légende Ms 421, CIRDOC
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/3503/img-2.png
Fichier image/png, 499k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Jeanne Verny, « Des manuscrits autographes à l'édition »Lengas [En ligne], 86 | 2019, mis en ligne le 08 décembre 2019, consulté le 27 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/lengas/3503 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lengas.3503

Haut de page

Auteur

Marie-Jeanne Verny

Univ Paul Valéry Montpellier 3, LLACS EA 4582, F34000, Montpellier, France

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals