Navigation – Plan du site

Les systèmes graphiques du francoprovençal : état des lieux et perspectives

Quels rapports diasystémiques entre graphie supra-dialectale et phonologie ?
Michela Russo et Dominique Stich

Résumés

Dans le domaine francoprovençal il n’y a pas une graphie unitaire. Plusieurs transcriptions ont été proposées à base phonétique, et le principe d’une orthographe grammaticale et étymologique n’est généralement pas soutenu.
Une proposition d’orthographe qui prend en compte le domaine francoprovençal dans son ensemble, la France, la Suisse et l’Italie est établie par Dominique Stich (1998 ; 1999 ; 2001 ; 2003). Il s’agit d’une graphie, morphologique et archaïsante, qui s’inspire du système français et occitan. Nous allons présenter cette graphie supra-dialectale qui s’appelle aujourd’hui O.R.B. abréviation de : Orthographe de référence B.
Dans cet article nous voulons préciser les rapports entre les différentes graphies francoprovençales en usage aujourd’hui et indiquer les raisons qui peuvent motiver l’usage d’une graphie supra-dialectale dont la base est un système graphique unitaire.
Nous verrons des échantillons transcrits en O.R.B. à partir de textes lyonnais du 18e siècle.
En étudiant les rapports entre graphie supra-dialectale et phonologie dans le cadre de ce type de textes lyonnais, nous serons en mesure de proposer des choix phonologiquement englobants par rapport à des micro-variations écrites très localisées. Nous allons tout particulièrement nous concentrer sur la transcription orthographique et sur le diasystème phonologique des consonnes palatales, très complexes d’un point de vue phonologique en francoprovençal.

Haut de page

Texte intégral

1. État des lieux et perspectives

1Le francoprovençal, parlé en France (du Forez à la Savoie et du Jura au Nord-Dauphiné), en Suisse romande, et en Italie (Val d’Aoste et 8 vallées piémontaises (Burger 1971 ; Gardette 1974 ; 1983 ; Tuaillon 1972 ; 1988 ; Martin 1990 ; 2013 ; Kristol 2002 ; 2016), est une langue qui n’est pas portée extérieurement par une institution, elle peut être définie comme l’occitan, « une langue nue » (Sauzet 2002; 2013): elle fait défaut d’État et d’officialité, même si en Italie elle bénéficie d’une reconnaissance nationale.

2Le domaine francoprovençal n’a pas de graphie unitaire, ce qui contribue également à sa non-institutionnalisation et en augmente le statut de langue menacée (Tuaillon 2007; Grinevald & Bert 2011; Bert & Costa 2009; Kasstan 2019 ; Depau 2019). Doter le francoprovençal d’un système graphique commun auquel référer les formes locales, serait en revanche une façon de poser que le francoprovençal est une langue.

3Parmi les systèmes graphiques proposés pour le francoprovençal, une seule proposition prend en compte le domaine francoprovençal dans son ensemble, la France, la Suisse et l’Italie, celle de Stich (1998 ; 1999 ; 2001 ; 2003). Dominique Stich propose une graphie supra-dialectale dont il fournit les bases dans son ouvrage Parlons francoprovençal, une langue méconnue Paris L’Harmattan (1998). Cette graphie s’appelle aujourd’hui O.R.B. abréviation de : Orthographe de référence B (deuxième version la lettre B remplace A première version). L’ORB est une amélioration de l’O.R.A. proposée dans l’ouvrage précédent Parlons francoprovençal (L’Harmattan, 1998).

4Pour ce qui concerne les autres graphies francoprovençales en usage, un bref état des lieux existe au moins pour la partie française et valdôtaine (voir Martin 2002).

  • 1 Ils se réunissaient à Albertville, au Musée ethnographique de Conflans. Cette graphie est utilisée (...)
  • 2 Quant à l’accent de mot, qui n’existe plus en français, cette graphie prescrit de souligner la voye (...)

5Notamment, dans la partie française du francoprovençal, l’usage graphique est représenté par la graphie de Conflans, élaborée dans les années ’80 par le groupe des Amis des patois savoyards, animé par Gaston Tuaillon et Christian Abry (voir Tuaillon 1993 ; 1994)1. Elle est proche de celle utilisée dans les textes issus de travaux dans l’Ain, la Loire et le Rhône et elle est donc assez diffusée dans l’espace francoprovençal de France. Le principe de la graphie de Conflans est celui d’écrire les sons de tous les patois selon les conventions du français en se fondant sur un principe phonétique. La graphie de Conflans introduit seulement quelques nouveaux graphèmes qui n’existent pas en français ; c’est le cas par exemple de <sh> [θ] et <zh> [ð] pour noter les fricatives dentales du francoprovençal et de <ïn> et <oun> pour représenter les voyelles hautes nasales (Martin 2002)2.

  • 3 On souligne la finale si elle est en -e (en français dis-le), et parfois en -a et -o posttoniques.

6Une autre graphie existante aujourd’hui est celle utilisée au Val d’Aoste (graphie valdotaine), très proche de la graphie de Conflans. Cette graphie a été présentée par Ernest Schüle dans un fascicule paru en 1980 : Comment écrire le patois ? (Principes et conseils pratiques). Ses principes sont les mêmes que pour la graphie de Conflans, même si ces deux graphies divergent dans l’utilisation de quelques phonèmes (par exemple les fricatives dentales sont notées par < th> et <dh>) et la voyelle tonique est notée avec un accent grave, et plus rarement aigu (Martin 2002)3. L’ensemble de ces conventions est soutenu par le Centre d’études francoprovençales René Willien qui coordonne les activités scientifiques et d’enseignement des patois valdotains.

7Toutefois, il faut tenir compte également des graphies des écrivains (Guillaume Roquille, Amélie Gex, Prosper Convert, Louis Bornet, Blanc-la-Goutte, Jean-Baptiste Cerlogne…), toutes différentes et indépendantes ; de celle des dialectologues (Antonin Duraffour qui utilisait la notation phonétique des atlas linguistiques ; de celle de Constantin et Désormaux pour le dictionnaire savoyard), et des notations régionales, surtout cantonales et même locales en Suisse Romande (Vaud, Fribourg, Savièse dans le Valais…) auxquelles il n’est absolument pas question pour les utilisateurs de renoncer.

  • 4 Gauchat, Louis/Jeanjaquet, Jules/Tappolet, Ernest, et al., 1924–. Glossaire des patois de la Suisse (...)
  • 5 Pourtant on a pu constater que les patoisants sont les premiers étonnés de comprendre instantanémen (...)

8Pour la Suisse, les concepteurs du GPSR (= Glossaire des patois de la Suisse romande4) ont proposé un type de transcription fondée sur la phonétique, et n’ont jamais soutenu le principe d’une orthographe grammaticale et étymologique, même si dans leur système, certains choix graphiques restent francisants (tels que les graphèmes <ou>, <ch>, etc.), cf. Martin (2002 : 79). Un compte rendu publié dans le 100e rapport annuel du GPSR (1998 publié en 1999) critique cette graphie pour le fait qu’elle n’est pas (à première vue) une graphie phonétique ; il s’agirait d’après leur point de vue d’un projet artificiel, qui entrainerait la difficulté pour un patoisant d’assimiler un système supra-dialectal éloigné de son patois personnel5.

9Nous voulons indiquer ici les raisons qui peuvent motiver l’usage d’une graphie supra-dialectale, la graphie O.R.B., dont la base est un système graphique unitaire (section 2.) et préciser les rapports entre les différentes graphies mentionnées. Nous allons également aborder l’opportunité d’utiliser ou non des conventions inspirées au français. L’usage d’une graphie supra-dialectale sera mise à l’épreuve d’un problème de représentation phonologique, l’évolution diachronique des consonnes palatales du latin au francoprovençal et ses multiples représentations phonétiques dans l’espace francoprovençal (section 4 et 5).

2. La graphie supra-dialectale O.R.B.

10Y-a-t-il un intérêt pour une orthographe supra-dialectale en francoprovençal ?

11L’orthographe supra-dialectale O.R.B. veut fournir une vision unitaire de la langue et vise donc à couvrir la vaste région du francoprovençal répartie sur trois pays, en ayant bien à l’esprit les différentes langues officielles et régionales coprésentes.

12Dominique Stich s’inspire du système français et occitan et il songe à faire ce qu’Alibert a fait pour l’occitan, c’est-à-dire à mettre en place une graphie morphologique et archaïsante. Cette graphie supra-dialectale s’appuie sur les textes francoprovençaux écrits au 16e (Laurent de Briançon), 17e, 18e, 19e et 20e siècles, comme l’on verra dans la section 5.

13Même si l’on sait que les locuteurs veulent se concentrer sur leur parler et sur lui seul, une notation abstraite est nécessaire pour codifier une langue. L’intérêt d’une orthographe supra-dialectale pour le francoprovençal est de lire et comprendre un texte de n’importe quelle région. Les variétés du francoprovençal ont des traits communs avec l’ensemble des autres variétés, mais aussi des différences, même avec des parlers proches.

14La notation supra-dialectale de la graphie O.R.B., tout en restant proche de la réalisation orale, peut se définir comme étymologique. Stich (2001 ; 2003) propose de recourir à un grand nombre de lettres étymologiques et, dans une dizaine de mots ‘non-étymologiques’ (pseudo-étymologiques) : ainsi il propose d’utiliser <f> pour soif dans le latin Sitis <sê> où T serait étymologique, pour le distinguer du subjonctif du verbe être soit <sêt>. En revanche, la lettre étymologique <m>, aussi bien ancrée dans l’orthographe française qu’occitane, elle est utilisée dans faim <fam>. Comme pour <fam>, cette graphie utilise souvent des lettres étymologiques, et reprend les solutions utilisées par le français ou l’ancien français voir (1) :

(1) Graphies étymologiques - solutions utilisées par le français ou l’ancien français :
< prod > ‘assez’, < et > ‘et’, < est > ‘il est’, < âp > ‘abeille’, < bôf / buef > ‘bœuf’, < ôf/uef > ‘œuf’, < dêgt > ‘doigt’ ~ < > ‘dé à jouer’ ~ < dêr > ‘branche sèche de sapin’ ~ < dét > ‘dit’ participe passé ~ < dès > ‘dais’ ~ < dês > ‘dès, depuis’ ~ < dês > ‘tu dois’ ~ < dêt > ‘il doit’ ~ < des > ‘des’, (en)chiéz ‘chez’.

15Cette orthographe supra-dialectale se fonde sur des critères clairs :

  • l’étymologie (« pseudo-étymologique » seulement pour env. 10 cas)

  • la phonologie

  • la morphologie

16Le premier pas est donc de bien cerner le système phonologique. En francoprovençal, les homophones sont nombreux et la graphie O.R.B. propose d’affiner une notation différentielle. Si l’on considère le cas représentatif de se/ en (2), dans cette graphie supra-dialectale nous pouvons proposer les notations suivantes pour différentier les catégories grammaticales (Stich 2003):

(2) Cas représentatif de se/ - Notation différentielle et catégories grammaticales
< se > ‘si’ conjonction de subordination - < ses > ‘ses’ - < > ‘se, soi’ – <  > ‘si, si fait, que si’ - <  > ‘je sais’ - < scèx/sèx/sèr > ‘rocher’ - <  > ‘je sois’ - < sês > ‘tu sois’ - < sêt > ‘il soit’ - <sêp> ‘haie’ - < sêf > ‘soif’ - < sèc > ‘sec’ – < sèpt >  ‘sept’ - < sêr > ‘soir’ - < sèrs > ‘tu sers’ – < sèrt > ‘il sert’ - <ce, > ‘ici, -ci’ - < cél > ‘ce, celui’ - < cèrf > ‘cerf’ - < sèrf > ‘serf’.

17Toutefois, Stich (2001) soutient qu’il ne faudrait pas trop étendre ce principe fondé sur un usage des accents graphiques. Par exemple, pour la syllabe fermée terminée par <èr->, comme dans <vèrd> ou <fèr>, etc., l’accent grave semble superflu car on ne peut avoir comme réalisation que è ou a, et jamais e (3).

(3) Accent grave superflu : <èr->  <vèrd> ou <fèr> réalisations è ou a, jamais e

18La graphie O.R.B. recommande d’utiliser également certaines lettres qu’on utilise dans les anciens textes de francoprovençal : <x> à la fin des mots p. ex. dans <siêx> ‘six’, en raison du fait qu’elles figurent dans des toponymes francoprovençaux tels que Chamonix (Martin 2002) (4) :

(4) Anciens textes de francoprovençal <x> <siéx> ‘six’, toponymes francoprovençaux Chamonix
- <z> toponymes Vionnaz, Avoriaz, le Semnoz mais Dupraz (oxyton) - après <-a> et <-o>
- en ORB : <(en)chiéz> ‘chez’

19Le graphème final <-z > en revanche est problématique. Ce graphème a été utilisé depuis le Moyen Âge en francoprovençal surtout après <-a> et <-o> pour noter une syllabe posttonique finale : toponymes Vionnaz, Avoriaz, le Semnoz mais Dupraz, par exemple, est oxyton). Toutefois cet usage n’a pas été généralisé dans l’ensemble du domaine, et a entraîné de nombreuses incertitudes. Compte tenu aussi de son ambiguïté (morphème de pluriel et liaison phonosyntactique), l’usage de ce graphème (<-z>) est donc rare en ORB, et jamais une notation ambiguë : <(en)chiéz> ‘chez’.

3. La graphie O.R.B. et les autres graphies du domaine francoprovençal

20L’énoncé suivant en français peut être représenté en O.R.B. « large » avec la transcription en (5) (Stich 2003) :

(5) Transcription en ORB « large »
La chiévra semblâve me(n)giér de (la) palye cllâra et des/d’èpenes d(i)ens noutron champ jôno
La chèvre semblait manger de la paille claire et des épines dans notre champ jaune

21Nous faisons remarquer par rapport à l’énoncé précédent donné en (5) quelques particularités de la graphie O.R.B. Cette graphie note les voyelles posttoniques du francoprovençal (6) :

(6) Voyelles posttoniques et groupe <cll>
(6a) <-e> dans < palye> (chante, etc.), <-a> dans <chiévra>, <cllâra> (<jôna, chanta>, etc.), <-o> dans <jôno> (chanto, etc.)

22Il faut ajouter en francoprovençal les formes avec <-s> <chantes> ou en <-nt> (-ont) <chantont>.

(6b) <cll> la réalisation [kl] est minoritaire. Nous avons les réalisations : [kʎ], [kj], [tl], [çʎ], [çlj], [ç], [ʎ], [j] [θ]

23Pour le <-o> posttonique nous rappelons que la première personne en <-o> ([-o]) est caractéristique du francoprovençal, désinence inconnue en français (-e), même si elle est présente avec la prononciation [u] dans le dialecte vivaro-alpin contigu, à côté des désinences (-i/e) pour les autres dialectes de l'occitan : <chanto> ‘je chante’. Elle est présente aussi à la 3e conjugaison, là où le français n’a pas de flexion vocalique (7) :

(7) Voyelles posttoniques – Flexion 
<chanto> je chante
<ve(g)no > je viens
<pre(g)no> je prends

24On trouve également la désinence <-o> (avec une variante étymologique en <-a>) à l’imparfait de la 1ère conjugaison (et d’autres conjugaisons), et également au subjonctif et au passé simple de toutes les conjugaisons (Stich 2003).

25En (6) le groupe complexe <cll> (cllâra) connait dans la prononciation du francoprovençal plusieurs réalisations et la graphie O.R.B. <cll> est englobante : réalisation [kl] (légérement minoritaire), [kʎ], [kj], [tl], [çʎ], [çl], [ç], [ʎ], [j] ; voir (7).

26Dans l’orthographe O.R.B. l’accent de mot est immédiatement repérable : tous les mots sont accentués sur la dernière syllabe, sauf ceux qui se terminent par <-e, -a, -o, -es, -os> et la terminaison verbale <-ont> (6e personne, sauf au futur) qui sont accentués sur la syllabe antépénultième, d’où < cllâra >, < chiévra > ou < palye > qui sont accentués sur l’antépénultième en (6).

27Dans ce qui suit, nous allons focaliser notre attention notamment sur les types graphiques et phonologiques <chiévra> et <me(n)giér> représentés en (5), c’est-à-dire sur la représentation phonologique et graphique des palatales en francoprovençal, à partir de Ca et Ga latins.

28Si l’on compare la transcription O.R.B. en (5) avec les différentes transcriptions dans les variétés du domaine francoprovençal nous pouvons observer que la graphie O.R.B. est englobante (8) :

(8) Les différentes graphies selon la région à partir de l’énoncé en (6) :

Nord-Savoyard :
Graphie de Constantin-Désormaux :
- La tĭévrǎ sanblâve mejhi de la palĭe tlorǎ é dè-z-épnè dĭên nutron çhan jhônǒ.
Graphie de Conflans :
- La tyévra sanblâve mezhi de la palye tlora é dèz épnë dyin nutron shan zhôno.
Beaufortin :
- La styévra sêblâve mezdyé de la palye klyâra é dez épene din noutron stan zdôno.
Sud-Savoyard :
- La tchévra sinblâve medzi de la palye klâra é dez épène dê nouhon tsan dzono.
Lyonnais :
- La chiura semblôve migi de paily clara è d’èpine dein notron chan jônou.
Forézien :
- La chiora semblove mingi de pailli cliora et d’épines dzin noutron champ jauno.
Bressan (Viriat) :
- La shevra sèblôve mèzhë de la paye lyazhe épi dèz épene dè neutron shon jônou.
Bugiste (Vaux-en-Bugey) :
- La shîavra sinbyove mezhîa de palyi tyora é d’épëne din nouatro shan jônou.
Dombiste :
- La shèvra sanblôve manzhè de la paye hyora è dez épëne dan noutron shan jônë.
Nord-Dauphinois :
- La tsyoura sanblâve mandziya de pali klara é d’épine dïn naoutro tsan dzaounou.
Fribourgeois :
- La tchîvra cheimbllyaovè medji de la paillye hlyaora et dè j’èpene din nouthron tsamp dzauno.
aujourd’hui :
- La tchîvra chinbyåvè medji de la paye hyåra é dè j’èpene din nouthron tsan dzôno.
Vaudois (Jorat) :
- La tchîvra seimblyâve medzî de la paille clliâra et dè z’èpene dein noûtron tsamp dzauno.
Valaisan (Savièse) :
- I tchyévra chënblâé mëndjye da pale clara é di-j-epene derën nówtre tsan dzâno.
Valaisan (Ardon) :
-
La chevra sinblâve medjè de la palye hlâra é de-z-épene din noutro tsan dzôno.
Neuchâtelois :
- La tchîvre sébiâve mdgie de la palye tiâra et dèz èp’nè dè noûtre tchan djône.
Valdôtain (Cerlogne) :
- La tseuvra semblavë medzé de paille clliére et d’epenne din noutro tsan dzâno.

  • 6 On peut ajouter aussi [s z f v st zd].

29Le francoprovençal connaît dans la quasi-totalité de ses variétés la palatalisation de CA et GA, qui a un large éventail de réalisations [ts dz θ ð ɕ ʑ tʲ dʲ ʃ ʒ]6 selon la position de la syllabe à l’intérieur du mot et la voyelle qui suit la consonne vélaire [i e a] (9) :

(9) Palatalisation de Ca et Ga latins - Différentes réalisations phonétiques

[ts dz θ ð ɕ ʑ tʲ dʲ ʃ ʒ tʃ] + [i, e, a]
Plus rarement [f st h]
Campu <champ> champ

  • 7 Et aussi Gaudia <jouye> ‘joie’.

30Il faut noter que la graphie O.R.B. distingue les consonnes occlusives palatalisées (Ca et Ga latin) : <ch> (<chiévra> ou <chantar> phonétiquement [tʃ] et [ʃ] Cantare), mais aussi J/DJ/G (<jetar>, <jorn> <gelar>)7. En O.R.B. plus précisément nous allons avoir en (10) :

(10) J/Dj/G (<jetar>, <jorn> <gelar> Ca et Ga latin) : <ch> (<chiévra> ou <chantar> = [tʃ] et [ʃ] Cantare)
- /ɟ/ (j, g) : [dz], [ð], [ʒ], plus rarement [zd], [z], [v], [dʒ]
- /g/ (g, gu) : [g], rarement [dʒ] devant [i] et [y] seulement

31Au niveau de la réalisation phonétique pour les consonnes palatales et alvéolaires des exemples en (5) et en (8) nous pouvons établir les correspondances diasystémiques suivantes (11) entre graphème et phonème selon que Ca ou Ga se trouvent en position initiale (< chiévra >) ou à l’intérieur du mot < mégiér > (<megiér> est plus fréquent):

(11) Ca en position initiale et interne

(a) Latin Capra ‘chèvre’ < chiévra > [t͡ʃʲ]

32La graphie englobante O.R.B. <chi> inclut les graphies différentes qui suivent : < tĭ, ty, tch, ch, sh, tsy(e), tchî, tchy(é)> [tʲ ts θ ɕ t͡ʃ].

(b) Latin Manducare ‘manger’ < mégiér > (lyonnais), < me(n)gier > (bugiste, nord-dauphinois) = [d͡ʒ]

33La graphie englobante O.R.B.<gié> inclut les graphies différentes illustrées en ci-dessous (voir (8)) :

<jhi, zhi, zdyé, dzi, (n)gi, zhë, zhîa, zhè, zhè, dji, djye, djè, dgie, dzé> =
[dz ð ʑ dʲ d͡ʒ] + [i, e, je, ɛ, jɛ, a]

34Ces graphies consonantiques qui reflètent les différents degrés d’affrication [dz ð ʑ dʲ d͡ʒ] sont complexifiées par la présence de différentes voyelles [i, e, je, ɛ, jɛ, a] après la consonne palatalisée. Notamment la voyelle [-i-] est le résultat francoprovençal de la palatalisation de -a- tonique précédé par consonne palatale dans les verbes latins du 1er groupe en -Are. Ce qui est un des traits les plus typiques du francoprovençal.

35Nous voyons en (11) que l’O.R.B. a choisi pour les exemples de Ca initial et Ga interne toniques dans les deux mots choisis à partir de (5) le graphème englobant <ch(ie)> en position initiale pour <chievra> (lyonnais, forézien, nord-dauphinois) et <gié> en position interne pour < mégiér >.

36Nous allons dans la section qui suit (4.) discerner ce qui est du ressort de l’orthographe de ce qui ressortit de la phonologie. Nous verrons que le choix graphique proposé se justifie aussi d’un point de vue phonologique, en raison du rapport dérivationnel existant entre les phonèmes alvéolaires, dentaux et palataux conditionné par la position syllabique et la qualité de la voyelle qui suit.

4. Le système phonologique et graphique des consonnes palatales, dentales et alvéolaires à partir de Ca et Ga latins à partir des données de l’ALF

37Nous allons dans cette section nous concentrer notamment sur les correspondances phonologiques et graphiques des consonnes palatales et alvéolaires illustrées dans la section 3., ainsi que sur leur différent niveau d’affrication, qui explique la variation des graphies illustrées dans les deux exemples type en (11) Capra et Manducare, voir (12) :

(12) Capra et Manducare - Graphie englobante et représentations phonétiques
(a) < tĭ, ty, tch, ch, sh, tsy(e), tchî, tchy(é)> [tʲ ts θ ɕ t͡ʃ]
- Choix de l’O.R.B (<ch(ie)>)

(b) <jhi, zhi, zdyé, dzi, (n)gi, zhë, zhîa, zhè, zhè, dji, djye, djè, dgie, dzé >
[dz ð ʑ dʲ d͡ʒ] + [i, e, je, ɛ, jɛ, a]
- Choix de l’O.R.B (<gié>)

38Nous revenons sur l’importance de choisir une graphie englobante dans les deux cas compte tenu que cette variation est conditionnée phonologiquement et morphologiquement, ce que nous allons montrer à partir des données de l’ALF (= l’Atlas Linguistique de la France) et des étymons latins correspondants.

39En général, en francoprovençal, ce qui est traditionnellement appelé palatalisation de Ca et Ga pour le galloroman (y compris le français), produit en position initiale et finale les affriquées alvéolaires [ts] et [dz] (Philipon 1884 ; 1901 ; Duraffour 1932 ; Vurpas 1966/[2004] : 17-19; Gardette 1941; Bec 1970-71) :

(13) Affrication du FP en position initiale et finale :
C+A = Cattu [tsa] [ts]
C+A = Vacca [vats(i)] [tz]
Ainsi que G+A = [dz]

40À l’intérieur du mot on s’attendrait au même résultat, mais nous avons des résultats variés, qui tendent à l’affrication palatale, mais aussi alvéolaire (14) :

(14) Affrication du FP à l’intérieur du mot pour Ca et Ga
Collocare type [kuˈtʲe] ‘coucher’
*Gurgata type [gɔrˈdʲa] ‘la gorgée’

41Ces évolutions ne constituent pas la règle, nous constatons en (15) une affrication alvéolaire qui est bien présente, partielle ou complète :

(15) Affrication partielle ou totale à l’intérieur du mot pour Ca et Ga :
Manducare type [mɛ̃'dzje] (partielle)
Nevicare type [ne'dzje] (totale)

42La série du suffixe -Arju et -Arja, dans le cas où la syllabe -Ca- interne est tonique, évolue en [-ir] avec affriquée alvéolaire précédente résultant en [-ts-] ou [-dz-] (16) :

(16) Suffixe -Arju et -Arja [-ir] dans le cas de -Ca- interne = [-ts-] ou [-dz-]
Joccariu type [dzœ'tsi] ‘le perchoir des poules’

43Les emprunts au français sont adaptés à ces évolutions francoprovençales (Vurpas 1966/[2004] : 19), comme nous le voyons en (17) :

(17) Emprunts au français adaptés au FP :
[bulɑ̃'dzi] ‘le boulanger’
[plɑ̃'tsi] ‘le plancher’

44Duraffour (1932) consacre le dernier chapitre de son livre à la variation des consonnes palatales du côté suisse et français (en se fondant sur les matériaux de l’ALF et sur les Tableaux phonétiques des patois suisses romands). Cette variation est particulièrement importante dans la Bresse et le Bugey et elle est conditionnée dans les verbes par la voyelle qui suit : si la voyelle après la consonne vélaire latine C ou G est a l’évolution est toujours palatalisée [tʲa] ou [dʲa]. Si la voyelle qui suit la consonne vélaire latine est [e] nous pouvons avoir soit l’évolution palatalisée comme dans le cas précédent, soit une affrication alvéolaire. Ce schéma est illustré en (18) et corroboré par les données de l’ALF (voir plus bas, Fig. 1-4).

(18) Évolution de Ca et Ga conditionnée par [a] et par [e]
[tʲa] et [dʲa] Évolution palatalisée Conditionnée par [a]
[tzj] et [dzj] Affrication alvéolaire (partielle) Conditionnée par [e]
[tzj] et [dzj] Affrication alvéolaire (complète) Conditionnée par [e]

45Cette variation concerne tout particulièrement les verbes. Si la voyelle qui suit C ou G est la voyelle haute [i] - issue aussi de l’harmonie consonantique dans le groupe verbal de 1ère classe en -Are ou de la morphologie nominale des féminins en -a de 1ère déclinaison latine - le résultat est représenté toujours par les affriquées alvéolaires [ts(i)] ou [dz(i)].

46Les verbes du 1er groupe (en -Are) impliqués dans cette évolution peuvent être des infinitifs ou des participes passés. Les verbes du deuxième groupe peuvent être également impliqués : dans [tzje] et [dzje] la flexion semble influencée par le français avec la palatalisation de -a- tonique. D’après Vurpas (1966/[2004] , ce sont les formes verbales, les infinitifs en [je] et les participes passés en [ja] qui conservent l’occlusive dentale palatalisée : [tʲ] et [dʲ].

47Gilliéron (1880 : 250) dans sa monographie sur Vionnaz (Bas-Valais) signale une alternance particulièrement complexe dans l’évolution des verbes de 1er groupe également en [-i] où la flexion -Are est précédée par une consonne palatale, mais aussi des verbes en -Ire où la flexion est précédée par palatale. Nous allons constater à partir des données de l’ALF que dans l’infinitif et dans le participe passé les évolutions sont différentes (Vurpas 1966 [2004] avec des exemples localisés à Lompnas, Ain).

  • 8 À noter dans le Chablais (Nord de la Haute-Savoie) on dit <shanto> mais <tyévra> (et non *<shyévra) (...)

48Duraffour (1932) avait fait remarquer notamment pour l’Allier une variation à première vue immotivée des issus de C + a surtout à l’intérieur du mot, mais on peut poser qu’en position initiale et finale (exemples en 13) l’évolution attendue est [ts] l’affriquée alvéolaire, alors que dans les verbes l’évolution palatale [tʲ] et [dʲ] est présente en fonction de la voyelle qui suit ([a e i])8.

49Ce schéma explique la raison pour laquelle les participes en -Atu et -Ata se sont conservés en [tʲa] [dʲa] avec affrication palatale et en présence de la voyelle /a/ [+ arrière], face aux verbes de 1er groupe constitués par la consonne harmonique (palatale) associée à la réalisation vocalique [je] ou [-i]. Ce schéma a créé une alternance dans le paradigme verbal des infinitifs et participes passés.

50Dans des verbes tels que Manducare et -Atu, Collocare et -Atu, Carricare nous avons pour -Ca- ou -Ga- internes le schéma représenté en (19) :

(19) Manducare et -Atu, Collocare et -ATU, Carricare et – Atu
[ts] ou [dz] (infinitif) -Are > [-i-] résultat hautement FP
[θ] et [ð] (infinitif) -Are
[tʲ] ou [dʲ] (participe passé) -Atu

51À partir des cartes de l’ALF, nous voyons que ce phénomène concerne aussi des parlers voisins du Bugey : non seulement l’Ain et le nord de l’Isère, mais les deux Savoie, jusqu’au Valais (Vurpas 1966 [2004] ; Duraffour 1932 : 250).

52Cette variation est évidente par les cartes suivantes de l’ALF (Fig. 1-4), elle suit non seulement une différenciation géolinguistique des palatales dans les infinitifs indiqués, mais au sein de la même classe verbale entre infinitifs et participes passés.

53Nous avons examiné en particulier les cartes qui lemmatisent les infinitifs et les participes passés correspondants listées en (20), les données classées par zone géographique sont illustrées en (20) et (22) :

(20) Cartes ALF infinitifs (INF) et participes passés (PP)
Collocare et -Atu (ALF 329 se coucher par terre et 1519 elle s’est couchée), Carricare charger et -é, -ée, és (ALF 239 charger du fumier, 1494 chargé et chargée, 240 chargés) – voir aussi Ally 938 coucher et 939-40 couché, -és, -ée, -ées.

54Pour la lecture des cartes de l’ALF nous rappelons que dans l’alphabet Rousselot-Gilliéron les fricatives /s/ ou /z/ avec un point souscrit indiquent les fricatives dentales typiques de l’anglais [θ] et [ð] respectivement. Dans la gamme des consonnes palatales nous trouvons également dans l’Ain dans les mêmes contextes les consonnes alvéo-palatales [ɕ] et [ʑ], indiquées dans l’alphabet des atlas avec les fricatives /s/ et /z/ et le diacritique suivant sur-écrit : [ś ź]. Nous avons transcrit ces données en API (21) :

(21) INF – PP : Collocare ALF 329 se coucher et 1519 couchée
a. [kuˈθi] INF. ‘coucher’ – [kuˈtʲa] PP. ‘couché’ (p. 933) La Biolle (Savoie)
b. [kuˈθi] INF. ‘coucher’ – [kuˈtʲa] PP. ‘couché’ (p. 945) Pringy (Haute Savoie)
c. [kuˈtsi] INF. ‘coucher’ – [kuˈtʃa] PP. ‘couché’ (p. 959) Vevey (Suisse)
d. [kuˈdzi] INF. ‘coucher’ – [kuˈdzʲa] PP. ‘couché’ (p. 950) Le Bourg-d’Oisans (Isère)
e. [kuˈθi] INF. ‘coucher’ – [kuˈθʲa] PP. ‘couché’ (p. 935) Surjoux (Ain)

Fig. 1 Évolution de CA interne – variantes alvéolaires et palatales – Collocare – ALF 329

Fig. 2 Évolution de CA interne – variantes alvéolaires et palatales – Collocatu – ALF 1549

Fig. 3 Évolution de CA interne – variantes alvéolaires et palatales – Carricare – ALF 239

Fig. 4 Évolution de CA interne – variantes alvéolaires et palatales – Carricatu – ALF 239

55Comme on le voit à partir des cartes de l’ALF (21 d.e.) les alternances se sont grammaticalisées, ce qui d’après Duraffour et Vurpas a pu favoriser la présence de ces variantes, même si l’analogie agit en direction d’un nivellement de paradigme.

56Les fricatives dentales [θ ð] ne sont que l’évolution du stade d’affriquée palatale dans certaines variétés où le glide palatal [j] est coarticulé avec la consonne.

57Quant à l’Ain et à l’Isère Vurpas (1966[2004]) ajoute à partir des fiches manuscrites de Duraffour (publiées par la suite dans le Glossaire) les alternances INF. – PP. indiquées en (22) :

(22) Ain et Isère - fiches manuscrites de Duraffour (Glossaire)
[kuˈθi] INF. ‘coucher’ – [kuˈtʲa] PP. ‘couché’ Vertrieu (Isère)
[kuˈɕi] INF. ‘coucher’ – [kuˈtʲa] PP. ‘couché’ Innimond (Ain)

(23) Carricare et -Atu ALF 239 charger et ALF 1494 chargé et chargée :
(a) [θarˈði] INF. – [θarˈdʲa] PP. (p. 933) La Biolle (Savoie)
(b) [θarˈði] INF. – [farˈdʲa] PP. (p. 945) Pringy (Haute Savoie)
(c) [tθerˈtði] INF. – [tθerˈdʲa] PP. (p. 959) Vevey (Suisse)
(d) [θarˈði] INF. – [θarˈdza] PP. (p. 931) Charavines (Isère)
(e)[tsarˈdzi] INF. – [θarˈdza] PP. (p. 950) Le Bourg-d’Oisans (Isère)
(f) [θarˈði] INF. – [θarˈðʲa] PP. (p. 935) Surjoux (Ain)

58Cette alternance est bien répandue mais pas toujours si claire, comme on le voit dans l’Ain où un nombre de fois la fricative dentale est la même dans le paradigme des infinitifs et des participes [ð] ou [θ] ou [dz] (voir 21d, e et 23e, f). Le traitement considéré le plus typique est l’évolution de C+ a en [ts] ou [θ].

59Duraffour (1932) signale seulement [ð] et [θ] à Vaux (parler du Bugey) dans les deux formes verbales. Il se peut qu’analogiquement à Vaux la fricative de l’infinitif a été généralisée dans les formes participiales dérivées, alors qu’à Vionnaz où Gilliéron fait remarquer seulement [tʲ] et [dʲ], les formes participiales se sont généralisées à l’infinitif.

60Nous avons vu avec la description de l’évolution géolinguistique des palatales qu’une graphie ne peut pas tenir compte de toutes les variations phonétiques de chaque parler ; ce principe peut satisfaire un locuteur mais décourager les lecteurs. Les systèmes des consonnes palatalisées, alvéolaires, dentales et palatales peuvent être morphologiquement et phonologiquement dérivés, ce qui pousse à établir une macrovariante graphique, qui englobe toutes les alternances. Or la variante <ch> [t͡ʃ] pour ‘chèvre’ est la plus englobante (<chiévra> avec i à côté de <champ>).

61Pour ce qui concerne la voyelle /-i/ de la morphologie verbale, qui suit la consonne palatale ou palatalisée et qui s’oppose à /-a/ après les consonnes non palatales, nous avons vu aussi dans les cartes de l’ALF illustrées, que la réalisation varie dans les variétés de l’est et du nord vers [ɛ e ø] orthographiquement <-è>, <-e> ou ø. Le choix de l’O.R.B. est de transcrire cette voyelle avec <-e> comme solution qui englobe toutes les réalisations du domaine : <blanche> (qui représente <blanchi>, < byantsè>, <blantse>, <blansh(e)> (24) :

(24) Choix de l’O.R.B. : <-e> <blanche> - /i/ FP (après palatalisée)
englobant
< blanchi >, < byantsè>, <blantse>, <blansh(e)> [ɛ e ø] = , -e ou ø

5. Les textes lyonnais

62Nous avons mentionné au départ que la graphie O.R.B. vise une transcription de textes, de toutes les régions, et de toutes les époques à partir du 16e siècle.

63Nous avons examiné des échantillons transcrits à partir de textes lyonnais, tels que le texte La chanson sur l’expérience aérostatique (Reverony 1784) en (25). Ce texte, la traduction et la plupart des notes sont tirées de l’ouvrage de Simone Escoffier et Anne-Marie Vurpas, Textes littéraires en dialecte lyonnais, Editions du C.N.R.S., Lyon, 1981, ou La chanson des taffetatiers (anonyme, début du 18e siècle).

64Simone Escoffier et Anne-Marie Vurpas ont découvert ce texte (très similaire à un texte publié par Philipon en 1892) presque par hasard aux Archives du Rhône.

  • 9 Simone Escoffier et Anne-Marie Vurpas (1981). Textes littéraires en dialecte lyonnais, Editions du (...)

(25) Textes lyonnais
a. La chanson sur l’expérience aérostatique (Reverony 1784)9
b. La chanson des taffetatiers (anonyme, début du 18e siècle très similaire à un texte publié par Philipon en 1892), Simone Escoffier et Anne-Marie Vurpas - Archives du Rhône

65En analysant les rapports entre graphie supra-dialectale et phonologie dans le cadre de ce type de textes lyonnais, il est possible de proposer des choix phonologiquement englobants par rapport à des micro-variations écrites très localisées.

66Pour comprendre ces textes orthographiques nous fournissons en (26) (27), (28) et (29) la représentation graphique du système vocalique tonique et posttonique, et en (30) quelques extraits, où l’on voit principalement les choix graphiques englobant pour ce qui concerne les palatales analysées :

(26) Système vocalique :
Voyelles orales toniques
- â <pâta> (â réalisé [a(:)], [ɑ(:)], [ɔ(:)], [o(:)]
- ê <têla> = réalisée [ɛ:], [ɛj], [aj] ou [a] (ē long : <têla>, <avêt> = ‘toile’, ‘avait’mais aussi a)
- ô <fôta> (sauf en finale absolue), réalisé [o], [u] ou [ɑ], ce dernier correspond à la latérale alvéolaire latine qui suit le /a/ (al) devant consonne altru. Le graphème <ue> est une variante qui représente la diphtongue: < ô/ue > < puerc/pôrc > ; une autre variante est <œ> [œ] : <côr> ‘cœur’, <cor> ‘chœur’ qui connait des réalisations en <cœr>
- é <téta> (lat. Testa) réalisé [e] ou [i] provient du latin es devant consonne (en français ê), ou de -Jare (Cambiare < changiér >), -Arju <ovriér> etc.
- u /y/ : [y(:)], plus rarement [i], [u], [ǝ]
- ou /u/ : [u(:)], plus rarement [y]
- œ, oe /ø/ [ø(:)], plus rarement [œ(:)]
(dans certains parlers on ne trouve [ø] et [œ] que dans les mots empruntés au français)
4 Voyelles nasales toniques et prétoniques : in <fin>, en <fen>, an <fam>, on <fond> = /ĩ/, /ɛ̃/, /ɑ̃/, / ɔ̃/, qui connaissent de nombreuses réalisations (ouverture, dénasalisation) aboutissant souvent à un système à 3 voyelles nasales.

Si l’accent grave graphique est utilisé sur le <a>, il indique que la voyelle se réalise [e] : <chantàr> = [tsanˈte]).

(27) Voyelles posttoniques :
/e/ (e) : [e], [ǝ], [i] au féminin singulier après palatale ou palatalisée
/a/ (a) : [a], rarement [o], [ǝ]
/o/ (o) : [o], [u], plus rarement [ǝ]
/ɔ̃/ (on) : [ɔ̃], parfois [ɑ̃], rarement [ũ]
/ǝ/ (e) : [i(:)], [e], [ǝ] qui peut être effacé
(dans certains parlers on ne trouve [ǝ] que dans les mots empruntés au français)

(28) Glides
/j/ (y) : [j]
/ɥ/ (u) : [ɥ], quelquefois [j], [w]
/w/ (ou) : [w], quelquefois [ɥ]

67Nous avons sélectionné en (26-29) seulement quelques traits orthographiques utiles à l’illustration des textes lyonnais ci-dessous, et pour l’ensemble des règles orthographiques nous renvoyons à Stich (2003).

  • 10 [ʃɛ̃ˈʒi]
  • 11 Forvize : hésitation entre r et z au nord-est de Lyon (en Bresse /r/ intervoc. > [ð]).

(29) Lyon - La chanson sur l’expérience aérostatique (Reverony 1784) – O.R.B.
E liù vin frizi lo nau
Et lyor vegnét frisiér lo nâs.
Et leur vint friser le nez.
Mais, d'airrie, chingi lo vent10.
Mais d'arriér, changiét lo vent.
chàngiét
Mais, soudain, changea le vent.
Pilaustre et de Mongorfi
Pilâ(s)tre et de Montgorfiér
Pilastre et de Montgolfier
Nutra dama de Forvize11
Noutra-Dama de Forviére
Notre-Dame de Fourvière
Lo sauvi de la revire
Los sôvét de la reviére
Les sauva de la rivière

68Les vers ci-après ne se trouvent pas dans la version originale de Cochard, mais seulement dans la version de Cazenove de 1887 :

  • 12 charboni : grande caisse en bois
  • 13 pour le charbon fig. prison, violon ; on cite des exemples à Paris (charbonnière) et Marseille (car (...)
  • 14 sarpolet : plante rampante, qui associée au laurier du vainqueur, dénote une intention malicieuse.
  • 15 [-ʃi]
  • 16 Vassali : Vasselier, Contrôleur des Postes, fit des vers à la louange des aéronautes. Selon Cazenov (...)

Lo fichir'u charbonni12. ,
Lo fechiéront u charboniér13.
Le fichèrent en prison.
Sans payi per la barriri
Sen payér por la barriére
Sans payer pour la barrière
Ici reprend l'édition originale :
Ecrite su un papi
Ècrita sur un papiér
Ecrite sur un papier
De lauri, de sarpolet14
De lôriér, de sèrpolèt
De laurier, de serpolet
Sa coronne lo darri
Sa corona lo dèrriér
Sa couronne le dernier
Aprè furont se cuchi15.
Aprés furont sè cuchiér.
Après, ils furent se coucher.
De celos aérosti,
De celos aèrostiérs
De ces aérostiers
Par Monchu de Vassali16.
Per Monsior de Vasseliér.
Par Monsieur de Vasselier.

Conclusion

69Bien que la mise en place d’une normalisation graphique ne provoque pas d’enthousiasme unanime pour le francoprovençal, pour une langue en situation de minoration la normalisation est une nécessité.

70Le francoprovençal est dans une situation presque désespérée et il est important de penser avec réalisme à la façon dont cette langue peut être un instrument d’indentification collective. La promotion linguistique passe par la promotion d’une norme linguistique. Le premier pas d’une normativisation est la graphie.

71La graphie supra-dialectale O.R.B. réunit un ensemble de variantes, ce qui est la pratique dans les langues standard. Se doter d’une graphie supra-dialectale, d’une forme commune, la populariser et y référer les formes locales, est une façon de poser que le francoprovençal est une langue. Cette norme orthographique, et linguistique, permet de trier et de rendre accessible la variation dialectale. Une langue normée avec une notation orthographique supra-dialectale est donc aussi un outil de l’étude de ses formes réelles, et non un obstacle. Les variantes graphiques analysées dans les sections précédentes introduisent une hiérarchie dans la variation et la rend manipulable. L’emploi de la seule notation phonétique ou phonologique enfermerait le francoprovençal dans le statut d’une langue objet. Une graphie supra-dialectale réalise un équilibre entre la notation des formes locales et l’installation d’une logique unitaire. Elle répose sur la reconnaissance de formes dialectales de base et elle propose des notations englobantes qui peuvent recouvrir des prononciations différentes. Comme nous l’avons vu pour la transcriptions des palatales, il est possible de proposer un décodage par défaut du système graphique et un choix d’options pour les cas où la graphie enregistre la variation. Un point important est que la manipulation en graphie des variétés dialectales brutes, dans leur infinie complexité de détail, est une opération savante et il faut donc laisser les opérations de notation des formes locales aux linguistes qui éditent les formes orales.

72Certes, une orthographe supra-dialectale nécessite un apprentissage, comme pour n’importe quelle langue, et en particulier les deux langues qui sont les plus proches, le français et l’occitan. Il n’est pas possible de proposer un système de ce type à la fois facile à écrire, facile à lire et facile à comprendre, comme l’espèrent ceux qui sont insatisfaits de la graphie de Conflans, mais qui rejettent encore l’O.R.B. Cette dernière est pourtant facile à lire et facile à comprendre. Elle présente ainsi d’énormes avantages dans l’apprentissage passif de la langue, premier pas vers la découverte de ses nombreux textes littéraires, jusqu’ici le plus souvent inaccessibles même accompagnés d’une traduction.

Haut de page

Bibliographie

Bec, Pierre, 1970-71, Manuel pratique de philologie romane, tome II, Français, roumain, sarde, rhéto-frioulan, francoprovençal, dalmate, Paris, A. & J. Picard.

Bert, Michel / Martin, Jean-Baptiste, 2013, « Le Francoprovençal », in Georg Kremnitz (éd.), avec le concours de Fañch Broudic et al., Histoire sociale des langues de France. Rennes, (PUR) Presses Univesitaires de Rennes, 489-501.

Bert, Michel / Costa, James (2009), Étude FORA : Francoprovençal et occitan en Rhône-Alpes. Lyon : Université Catholique de Lyon.

Burger, Michel, 1971, « À propos de la limite nord du francoprovençal », in Voillat, François / Marzys, Zygmunt /GPSR (éd.), Colloque de dialectologie francoprovençale organisé par le Glossaire des patois de la Suisse Romande. Neuchâtel, 23-27 septembre 1969, Faculté des lettres/Droz, Neuchâtel/Genève, 56-60.

Depau, Giovanni, 2019, Diffusion and Transmission of Francoprovençal: A study of Speakers’ Linguistic Conscience. In Michelle A. Harrison / Aurélie Joubert (éd.), French Language policies and the revitalization of regional languages in the 21st century, Basingstoke, Hampshire, Palgrave Macmillan, 129-148.

Duraffour, Antonin, 1932, Phénomènes généraux d’évolution phonétique dans les dialectes franco-provençaux d’après le parler de Vaux-en-Bugey (Ain), Institut phonétique, Grenoble.

Escoffier, Simone / Vurpas, Anne-Marie, 1981, Textes littéraires en dialecte lyonnais, Editions du C.N.R.S., Lyon.

Gardette, Pierre, 1941, Géographie phonétique du Forez, Impr. Protat, Mâcon.

Gardette, Pierre, 1974, « Le francoprovençal : Son histoire, ses origines », Actes du 5e Congrès international de langue et littérature d’oc et d’études francoprovençal. (Nice 1967). Nice, Publication De la Faculté des Lettres et des Sciences humaines 13, 294-305.

Gardette, Pierre, 1983, Etudes de géographie linguistique, Brigitte Horiot, Marie-Rose Simoni et Georges Straka (éd.), Strasbourg : Klincksieck.

Gilliéron, Jules, 1880, Patois de la commune de Vionnaz (Bas-Valais). Paris : Honoré-Champion.

Grinevald, Colette / Bert, Michel, 2011, Speakers and Communities. In Peter, K. Austin & Julia Sallabank (éd.). The Cambridge Handbook of Endangered Languages. Cambridge: Cambridge University Press: 45-65.

Kasstan, Jonathan, 2019, New Speakers and Language Revitalisation: Arpitan and Community (Re)formation, in Michelle A. Harrison / Aurélie Joubert (ed.). French Language policies and the revitalization of regional languages in the 21st century. Basingstoke, Hampshire, Palgrave Macmillan, 149-170.

Kristol, Andrés, 2016, « Francoprovençal », in Adam Ledgeway / Martin Maiden (éd.). The Oxford Guide to the Romance Languages. Oxford: Oxford University Press, 350-362.

Kristol, Andrés 2002, « Traces toponymiques du francoprovençal submergé en Suisse alémanique occidentale », Vox Romanica 61, 222-244.

Martin, Jean-Baptiste, 2002, « Graphies du francoprovençal : bref état des lieux ». In Caubet, Dominique / Chaker, Salem (éd.) Codification des langues de France, actes du colloque « Les langues de France et leur codification. Ecrits divers – Ecrits ouverts », Paris – Inalco : 29-31 mai 2000. Paris : L’Harmattan: 77-83.

Martin, Jean-Baptiste, 2005. Le Francoprovençal de Poche. Chennevières-sur-Marne : Assimil.

Martin, Jean-Baptiste, 1990, « Frankoprovenzalisch / Francoprovençal », in Holtus, Günter / Metzeltin, Michael / Schmitt, Christian (éd.), Lexikon der romanischen Linguistik (LRL), Niemeyer, Tübingen, vol. 5.1, 671-685.

Marzys, Zygmunt, 1978, « De la scripta au patois littéraire : à propos de la langue des textes francoprovençaux antérieurs au XIXe siècle », Vox Romanica 37, 193-213.

Marzys, Zygmunt /Voillat, François, éd., 1971, Colloque de dialectologie francoprovençale organisé par le Glossaire des patois de la Suisse Romande. Neuchâtel, 23-27 septembre 1969, Faculté des lettres/Droz, Neuchâtel/Genève.

Matthey, Marinette / Fibbi, Rosita, 2010, « La transmission intergénérationnelle des langues minoritaires », Tranel, 52, 1-7.

Philipon, Édouard, 1884, « Phonétique lyonnaise au XIVe siècle », Romania 13, 542-590.

Philipon, Édouard, 1901, « Morphologie du dialecte lyonnais aux XIIIe et XIVe siècles », Romania 30, 213-294.

Sauzet, Patrick, 2013. « Ecarts entre compétence et pratique », in Georg Kremnitz (éd.), avec le concours de Fañch Broudic et al., Histoire sociale des langues de France. Rennes, (PUR) Presses Univesitaires de Rennes, 87-95.

Sauzet, Patrick, 2002, « Réflexions sur la normalisation linguistique de l’occitan », in Caubet Dominique, Chaker Salem et Sibille Jean (éd.), Codification des Langues de France, L’Harmattan, Paris, 39-61.

Schüle, Ernest, 1980, Comment écrire le patois ? (Principes et conseils pratiques). Nouvelles du Centre d’Etudes francoprovençales René Willien 1, 1-15.

Schmitt, Christian, 1974, « Genèse et typologie des domaines linguistiques de la Galloromania», Travaux de Linguistique et de Littérature romanes, 12, 31-83.

Stich, Dominique, 2001, Francoprovençal : proposition d'une orthographe supra-dialectale standardisée. Thèse de doctorat, Université Paris V (Henriette Walter, dir.).

Stich, Dominique, 2003, [avec la collab. de Xavier Gouvert et Alain Favre] Dictionnaire des mots de base du francoprovençal : Orthographe ORB supradialectale standardisée. Thonon-les-Bains: Le Carré.

Tuaillon, Gaston, 2007, Le Francoprovençal. Tome Premier. Aosta: Musumeci.

Tuaillon, Gaston, 2004, Une orthographe pour les patois? Nouvelles du Centre d’Études Francoprovençales René Willien, 49, 7-10.

Tuaillon, Gaston, 1993, « Écrire en francoprovençal. La graphie de Conflans », in Guillorel, Hervé / Sibille, Jean (éd.), Langues, dialectes et écriture. Les langues romanes en France. Actes du colloque de Nanterre des 16, 17 et 18 avril 1992, IEO - antenne parisienne et IPIE Université de Paris X - Nanterre, Paris, 227-230.

Tuaillon, Gaston, 1998, « Littérature francoprovençale avant 1700 », Nouvelles du Centre d’études francoprovençales René Willien, 37, 8-20.

Tuaillon, Gaston, 2001, La littérature en francoprovençal avant 1700, Ellug, Grenoble.

Tuaillon, Gaston, 1972, « Le francoprovençal : progrès d’une définition », Travaux de Linguistique et de Littérature romanes, 10.1, 293-339.

Tuaillon, Gaston (1988), Le Franco-provençal: Langue oubliée, in Geneviève Vermes (éd.), Vingt-cinq communautés linguistiques de la France. Paris: L’Harmattan, 188-207.

Vurpas, Anne-Marie (1966/[2004]), Les alternances de palatales en francoprovençal d’après le patois de Chambost-Allières (Rhône). Revue de Linguistique Romane 30, 314-323. Réimpr. (2004), in Travaux de dialectologie francoprovençale. Institut Pierre Gardette, Université Catholique de Lyon, 13-22.

Wüest, Jakob, 1979, La dialectalisation de la Gallo-Romania. Problèmes phonologiques, Francke, Bern.

Haut de page

Notes

1 Ils se réunissaient à Albertville, au Musée ethnographique de Conflans. Cette graphie est utilisée pour décrire des parlers savoyards, dauphinois, dombistes, bressans, beaujolais et foréziens. Son élaboration est contenue dans le numéro 135 des Cahiers du Vieux Conflans et dans l’ouvrage Découvrir les parlers de Savoie édité par le Groupe de Conflans en 1994. Cette graphie est utilisée dans l’aire alpine pour la lemmatisation de lexiques et transcription de textes, (voir Tuaillon 1993). 

2 Quant à l’accent de mot, qui n’existe plus en français, cette graphie prescrit de souligner la voyelle tonique, si elle n’est pas finale.

3 On souligne la finale si elle est en -e (en français dis-le), et parfois en -a et -o posttoniques.

4 Gauchat, Louis/Jeanjaquet, Jules/Tappolet, Ernest, et al., 1924–. Glossaire des patois de la Suisse romande, Neuchâtel/Paris, Attinger.

5 Pourtant on a pu constater que les patoisants sont les premiers étonnés de comprendre instantanément un texte en O.R.B., même la première fois.

6 On peut ajouter aussi [s z f v st zd].

7 Et aussi Gaudia <jouye> ‘joie’.

8 À noter dans le Chablais (Nord de la Haute-Savoie) on dit <shanto> mais <tyévra> (et non *<shyévra>), à Tignes <santâ> et <tchivra>).

9 Simone Escoffier et Anne-Marie Vurpas (1981). Textes littéraires en dialecte lyonnais, Editions du C.N.R.S., Lyon.

10 [ʃɛ̃ˈʒi]

11 Forvize : hésitation entre r et z au nord-est de Lyon (en Bresse /r/ intervoc. > [ð]).

12 charboni : grande caisse en bois

13 pour le charbon fig. prison, violon ; on cite des exemples à Paris (charbonnière) et Marseille (carbouniero) dans ce sens.

14 sarpolet : plante rampante, qui associée au laurier du vainqueur, dénote une intention malicieuse.

15 [-ʃi]

16 Vassali : Vasselier, Contrôleur des Postes, fit des vers à la louange des aéronautes. Selon Cazenove, c’était un auteur de poésies plus qu'anacréontiques.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 Évolution de CA interne – variantes alvéolaires et palatales – Collocare – ALF 329
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/3672/img-1.png
Fichier image/png, 1,4M
Légende Fig. 2 Évolution de CA interne – variantes alvéolaires et palatales – Collocatu – ALF 1549
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/3672/img-2.png
Fichier image/png, 1,6M
Légende Fig. 3 Évolution de CA interne – variantes alvéolaires et palatales – Carricare – ALF 239
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/3672/img-3.png
Fichier image/png, 2,0M
Légende Fig. 4 Évolution de CA interne – variantes alvéolaires et palatales – Carricatu – ALF 239
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/3672/img-4.png
Fichier image/png, 2,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michela Russo et Dominique Stich, « Les systèmes graphiques du francoprovençal : état des lieux et perspectives »Lengas [En ligne], 86 | 2019, mis en ligne le 14 novembre 2019, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/lengas/3672 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lengas.3672

Haut de page

Auteurs

Michela Russo

Université de Lyon /UMR 7023 SFL, Paris 8

Dominique Stich

Université de Lyon /UMR 7023 SFL, Paris 8

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals