Navigation – Plan du site

Histoire graphique de la langue bretonne : la question de la norme

Herve Le Bihan

Résumés

L’histoire des graphies du breton commence au Moyen-Âge, lorsque celle-ci faisait encore partie de la lingua britannica qui lui a donné naissance ainsi qu’au gallois, et qu’au cornique. Lors de la période suivante, celle du moyen-breton (1100-1650), la langue bretonne abandonne la graphie traditionnelle pour adapter, en partie, des graphèmes empruntés au français. Le XVIIIe siècle verra l’émergence de plusieurs dictionnaires bretons, parfois financés par les États de Bretagne, qui auront une influence postérieure notable. Le Gonidec, au début du XIXe siècle, imposera la première norme graphique moderne. Cette norme sera renouvelée en 1908, 1936 et 1941. Elle est toujours en vigueur aujourd’hui, malgré certains défauts qui ne peuvent dépasser le fait qu’elle soit la norme la plus usitée aujourd’hui : le système scolaire, les médias publics ou non, la sphère publique (comme les panneaux indicateurs ou les formulaires officiels). Cet état de fait a été possible grâce à la mobilisation de la demande sociale (création de Diwan, écoles immersives, en 1977, ou encore création de l’Office public de la langue bretonne en 1999).

Haut de page

Texte intégral

1Les différentes langues dites "régionales" de l'Hexagone ont toutes une histoire différente. Leur genèse n'apparaît pas en synchronie, et en diachronie leurs évolutions ne concordent que rarement. Certaines sont allogènes à la langue dominante qu'est le français, comme le basque, l'alsacien ou encore le breton. D'autres appartiennent clairement à la famille des langues romanes dont est issu le français : c'est le cas du catalan, de l'occitan, du corse, etc.

  • 1 Les politiques régionales, notamment en Bretagne, sont significatives mais ne peuvent prendre cette (...)

2Mais si leur histoire les différencie, une problématique commune rapproche toutes ces langues : leur normalisation. En effet, si les degrés de rapport à la langue dominante sont très divers, toutes ces langues doivent faire face à leur acceptation dans la sphère publique. La demande sociale existe bien, mais aucune ne bénéficie d'un appareil "étatique" permettant de mettre en œuvre une véritable politique linguistique pouvant leur assurer la pérénité1.

3Ainsi, sera-t-il question ici d'examiner le cas du breton tant sur le plan de la normativation que sur celui de la normalisation.

4Nous appelons normativation l'ensemble du processus qui aboutit à établir une norme linguistique commune : quelle koinè, quelle orthographe, quelle syntaxe (principes grammaticaux), etc ? Selon chaque langue certains points seront plus ou moins importants. Par normalisation nous appelons l'ensemble des critères qui permettent de mesurer le degré d'acceptation de la langue dans la vie publique : transmission familiale, système scolaire dans la langue, signalétique dans la langue, utilisation de la langue auprès des administrations, place de la langue dans les médias, etc.

1. La langue bretonne : du vieux-breton, élément de la lingua britannica, au moyen-breton classique2

  • 2 Pour plus de détails voir le dictionnaire historique en ligne : http://www.devri.bzh/.
  • 3 Aujourd’hui on distingue le brittonique du Sud-Ouest (breton et cornique) et le breton du Nord-Oues (...)

5La langue bretonne est une langue celtique dite du rameau brittonique, par opposition aux langues celtiques dites du rameau gaélique (Irlande, Ecosse & Ile-de-Man). La langue bretonne est attestée dès le VIIe siècle par des gloses externes et internes (les premières sont explicatives et les deuxièmes sont incorporées aux textes latins des scriptoria bretons ou irlandais), dont un traité de médecine, et aussi des textes de chartes (des formules juridiques essentiellement, comme dans les cartulaires de Redon et de Landévennec). Cette attestation correspond à une implantation de la langue, et de ses locuteurs, de plus en plus étendue dans l'antique Armorique à partir de l'île de Bretagne (la première donnera naissance à la Bretagne et la seconde à la Grande-Bretagne). Le breton, dialecte du sud du monde brittonique à l'origine, est issu de ce qu'on appellera jusqu'au XIIe siècle la lingua britannica, ainsi que le gallois et le cornique, les deux autres langues néoceltiques qui sont, elles, territorialisées sur l'île de Bretagne. Ces trois langues forment aujourd'hui le rameau brittonique des langues celtiques.3

6Pour toutes les langues brittoniques (qui étaient alors des dialectes de cette lingua britannica) l'alphabet utilisé était l'alphabet latin. Cet alphabet avait été adopté à la suite des contacts entre le monde romain et le monde insulaire. L'orthographe adoptée alors était une orthographe étymologique où les graphèmes représentaient souvent une prononciation différente de celle indiquée, comme par exemple l'anthroponyme vieux-breton Haelcomarch qui se prononçait /haelgõmharkh/ (Fleuriot 1981, 31), qui a donné le patronyme Hellegouarc'h, ou encore ces phrases en vieux-breton : is amal it duducer memor /is ãmhal Id dudhuger mẽmhor/ "c'est ainsi que le souvenir sera apporté", es guel Argia hacet he guoer /is gwell Argia haget he hwoer/ "Argia est supérieure à sa sœur" (Fleuriot 2001, 15).

  • 4 Mais l'épigraphie avait surtout un rôle votif.

7Le monde brittonique, celtique en général, n'a utilisé l'écriture au sens moderne du terme que très tardivement. L'essentiel de la transmission se faisait par l'oral, même si l'épigraphie était un mode largement répandu4. C'est la culture latine savante qui a d'abord profité de la mise à l'écrit. Elle a eu des répercussions sur tout le monde celtique. Le monachisme celtique, en particulier, sera l'un des artisans de la diffusion de cette culture savante tout au long du Moyen-Âge. Ce n'est qu'ultérieurement que les langues vernaculaires verront l'écrit atteindre un niveau équivalent (vers le Xe-XIe siècle pour le monde brittonique, mais bien plus tôt, vers le VIIIe siècle, pour le gaélique d'Irlande).

8C'est cette période du Moyen-Âge qui correspond en partie à la période du vieux-breton (grosso-modo la période antérieure à 1100). On distingue, par la suite, le moyen-breton (entre 1100 et 1650, archaïque jusque vers 1450), puis le breton moderne (à partir de 1650; qualifié de prémoderne dans la période allant jusqu'à la Révolution française).

  • 5 On peut s'en rendre compte au traitement qu'avait subi le texte du Donoet, grammaire latine rédigée (...)

9Les traces écrites de langue bretonne sur la première moitié de la période du moyen-breton sont très éparses et peu significatives d'une production tant religieuse que profane (y compris dans le domaine juridique). Cette production, les témoignages de l'époque l'attestent, a été victime de nombreuses destructions5.

  • 6 L'une des caractéristiques du brittonique actuel est la lénition des consonnes initiales liée à un (...)

10L'apparition précoce de l 'imprimerie au milieu de la période du moyen-breton (vers 1480) permettra à une koinè de s'imposer et de devenir une langue classique avec très peu de traits dialectaux remarquables. L’orthographe du moyen-breton est fortement influencée par celle du français : le son /k/ peut être représenté par k, c, q, qu, cqu, cq notamment. Elle ne marque pas, le plus souvent, les mutations consonnatiques6. Mais le plus remarquable est l’opposition de sons représentée par cc, cz, ç d’une part, s, ss d’autre part, avec une représentation des sons /th/ et /dh/ simplifiés en z. Voici quelques vers édités en 1530 (Hemon 1962, 2) qui montrent bien le décalage entre orthographe et prononciation réelle (à gauche le texte original, à droite un essai de transcription) :

  • 7 Début du poème Tremenuan an Ytron Guerches Maria, édité à la suite de la Passion de 1530 (Hemon 196 (...)

Bennoez doe en eur hac en pret bennoεth dwe en œr hag en pred
maz voe doe en bet man ganet madh bhwe dwe en bed mãn gãnεd
a corf vn merchic beniguet a gorf ün mhεrkhig bhennigεd
goude bout adam condampnet7 gude but adãmh kondãmhnεd

11Ce n'est que vers le début du XVIIe siècle qu'on l'on pourra identifier des évolutions dialectales nettes : il y a rupture dans la koinè du moyen-breton classique, le vocabulaire se répartit en aires d'usages, le vocabulaire vernaculaire est en recul face aux emprunts faits au roman. Le dialecte de Vannes (sud-est) est pour la première fois identifiable et bien démarqué des autres dialectes avec notamment l'évolution différérente d'anciennes voyelles communes, le traitement différent de l'ancien [θ]. L'orthographe traditionnelle du moyen-breton, étymologique elle aussi, est peu à peu abandonnée : apparition du graphème c'h notant [x, h, γ] vs ch notant la prononciation [ʃ] comme en français, abandon du groupe -ff qui marquait la nasalisation des voyelles qui précécédaient, transcription plus systématique des mutations consonantiques8, sont les principaux caractères de cette évolution othographique. En parallèle, des évolutions syntaxiques nouvelles se fixent suivant certaines aires dialectales désormais bien identifiées. Cette évolution générale sera marquée par les publications du jésuite et missionnaire Julien Maunoir (1606-1683)9. La motivation de ce dernier, comme de celle de ses confrères, était très claire : il s'agissait d'allier réforme linguistique et efficacité dans le prosélytisme religieux10.

12Toutes ces évolutions linguistiques sont liées à des bouleversements historiques. Ainsi l'apparition du moyen-breton correspond à la fin de la lingua britannica en tant que langue brittonique commune. Tout comme l'émergence de langues issues des dialectes de la lingua britannica bouleverse le paysage linguistique, car ces nouvelles langues ont des attractions différentes désormais : le Royaume d'Angleterre pour le gallois et le cornique, le Royaume de France (et ses successeurs) pour la langue bretonne.

13Par ailleurs la fin du moyen-breton correspond à une période de troubles importants en Bretagne (fin de l'autonomie du territoire vis-à-vis du pouvoir central, rébellions sociales comme celle des Bonnets Rouges, etc).

2. Le processus de normativation : de l'importance des lexicographes

14Nous avons évoqué une rupture dans la koinè à la fin du moyen-breton. Cette rupture a engendré, comme il a été vu, bon nombre d'innovations dans la langue. Malgré celà, il n'en est pas résulté une atomisation de la langue, du moins à l'écrit. A chaque rupture il y a eu volonté, consciente ou non, de voir adopter une norme acceptable par tous les utilisateurs de la langue à l'écrit. En ce sens il y a eu continuum de l'écrit en breton.

15L'élaboration de cette norme et ses applications doivent beaucoup aux différents lexicographes de la langue bretonne.

  • 11 Œuvre de Jehan Lagadeuc, le Catholicon (vocabularium aremorico-latinum) sera réédité et augmenté pl (...)

16Le premier dictionnaire connu est le Catholicon, imprimé en 1499 à Tréguier, dont un manuscrit date de 1464 (qui est donc antérieur à l'établissement de l'imprimerie en Bretagne)11. Ce dictionnaire est le représentant de ce que nous avons déjà décrit comme étant du moyen-breton classique. Il sera réédité, augmenté et modifié au cours du siècle et demi qui suivra. Le Catholicon nous est précieux à plus d'un titre. Il donne à plusieurs reprises un ancien vocabulaire vernaculaire, aujourd'hui supplanté par les emprunts au roman (le français notamment).

  • 12 Guillaume Quiquer (c.1605-c.1633) fut le père des Colloques. Il publia le premier Dictionnaire et c (...)

17Apparaissent ensuite au XVIIe siècle les Colloques : ce sont à la fois des lexiques et des ouvrages aidant à l'apprentissage ou à l'approfondissement de la langue12. Ces colloques auront un succès tel qu'il leur permettra d'être édités, sous différentes formes et sous différentes influences dialectales, jusque vers 1940. On peut estimer que les colloques, sur le plan lexicographique, sont le lien entre la langue parlée au quotidien et sa mise à l'écrit en tant que norme commune.

  • 13 Dictionnaire etymologique de la langue bretonne où l'on voit son antiquité, son affinité avec les a (...)
  • 14 Dictionnaire François-Celtique ou François-Breton necessaire à tous ceux qui veulent apprendre à tr (...)
  • 15 Dictionnaire françois breton ou françois celtique du dialecte de Vannes, enrichi de thèmes dans les (...)
  • 16 Il est à noter que du côté gallois cette réinvention aura également lieu avec des lexicographes pré (...)

18Au siècle suivant, siècle des Lumières, apparaissent les grands lexicographes qui publient le plus souvent avec l'aide des Etats de Bretagne, ce qui leur donne une légitimité évidente : Dom Le Pelletier (dont le manuscrit du dictionnaire date de 1716; la version imprimée date de 1752)13, Grégoire de Rostrenen (dictionnaire imprimé de 1732)14, Cillard de Kerampoul (qui publie l'un des premiers dictionnaires en dialecte vannetais en 1744)15. Tous reprennent à leur compte le processus de normativation (Grégoire de Rostrenen publiera également une grammaire en 1738, dédiée aux États de Bretagne). Et c'est à Dom Le Pelletier que l'on doit la réinvention, au sens plein du terme, de la famille celtique (il montrera clairement la parenté du breton et du gallois, et plus lointaienemetn celle du gaélique)16. Le Pelletier sera aussi le père de l'étymologie bretonne moderne, loin de tout phantasme celtomaniaque : il participa à la révision du Glossarium mediae et infimae latinitatis de Du Cange. D'une certaine manière, ces lexicographes ont, grâce à leur rigueur scientifique, participé à l'essor des Lumières même si leur vision des choses resta souvent empreinte de cléricalisme. C'est également à cette époque que l'Histoire bretonne fut entièrement renouvelée, toujours grâce à la même rigueur scientifique : Dom Morice et Dom Lobineau, eux aussi financés par les Etats de Bretagne, ont fondé les études modernes de l'Histoire bretonne (Hurel, Leclercq 2007). Les publications des uns et des autres, lexicographes et historiens, ont permis dès cette époque de donner une description assez précise de la langue bretonne.

19En tout état de cause Dom Le Pelletier, Grégoire de Rostrenen ou Cillard de Kerampoul ont permis la fixation à l'écrit de la norme moderne de la langue bretonne.

  • 17 Ce phénomène n'est pas que breton et il a pu s'observer pour d'autres langues "régionales". Pour la (...)
  • 18 Rapport et projet de decret présentés au nom du comité de salut public, sur les idiômes étrangers, (...)
  • 19 Rapport sur la nécessité & les moyens d'anéantir le patois, & d'universaliser l'usage de la langue (...)

20Cette même norme sera reprise lors de la mise à l'écrit (en traductions) des différents textes législatifs révolutionnaires. Les débuts de la Révolution française permirent à la langue bretonne d'avoir une place de quasi-officialité17. Mais cette utilisation de la langue disparaitra sous les coups de boutoirs des rapports Barère18 et de l'Abbé Grégoire19.
C'est au tournant du XIXe siècle, pourtant, que seront fondées, plus précisément, les normes qui ont abouti à l'orthographe du breton aujourd'hui.

  • 20 On notera que 1821 correspond également à la dernière grande réforme orthographique du français. Vo (...)
  • 21 Le Gonidec publiera une grammaire en 1838, plusieurs fois rééditée par la suite. Il traduira égalem (...)

21En 1821, Jean-François Le Gonidec publie à Angoulême son Dictionnaire celto-breton ou breton-français, dans lequel il expose les bases de sa réforme orthographique20. Il y impose le dialecte du nord-ouest (le Bas-Léon, dont il était originaire) comme référence, il dépoussière le vocabulaire des termes lui paraissant trop proches du français, mais surtout il propose une norme écrite simplifiée. L'un des traits les plus catractéristiques de sa réforme est la généralisation du k au lieu des divers c, q, qu, cq (voire cgu, etc) afin de marquer toujours le même son (les différentes graphies citées étant très ambigües puisque c, par exemple, pouvait représenter aussi bien [k] que [s]21.

22D'autres innovations sont apportées par Le Gonidec mais elles ne seront pas couronnées de succès, en partie à cause de la difficulté de mise en œuvre typographique que cela impliquait. D'autres difficultés de mise en œuvre générale de son orthographe sont directement liées au fait qu'il ait choisi comme base le dialecte le plus éloigné des autres dialectes et surtout du vannetais (qui était lui à l'exact opposé même de l'aire brittophone), décentrant ainsi la koinè, mais aussi au fait que les supports écrits, en dehors des écrits religieux et d'édification étaient peu nombreux.

  • 22 Le mot gwerz (pluriel gwerzioù) est traduit par complainte. Ces complaintes rapportent souvent des (...)
  • 23 Il fut suivi par d'autres folkloristes dont François-Marie Luzel (1821-1895), originaire du Trégor.

23Les circonstances européennes feront que la Bretagne participera, à sa manière, à l'émergence (ou la réémergence ?) des nationalités en jetant les nouvelles bases d'une littérature nettement plus affranchie du monde clérical. Ce fut tout d'abord la découverte de la tradition orale (contes, gwerzes22, etc) et sa mise en valeur grâce au mouvement romantique. A ce titre on peut citer Théodore Hersart de la Villemarqué qui publia le premier recueil du Barzaz Breiz en 1839 (la version définitive, toujours rééditée date de 1867)23, qui fut lexicographe et ami de Le Gonidec. La Villemarqué appliquera la partie techniquement "faisable" de la réforme de Le Gonidec dans ses diverses publications. Il en sera le fervent promoteur, et cette norme réaménagée connaîtra un succès certain jusqu'au début du siècle suivant.

  • 24 Il recueillit la plupart de ses contes auprès des ouvriers de l'arsenal de Brest. Il finit sa vie c (...)

24Le relais est pris, également, par deux autres lexicographes d'importance : le colonel Amable Troude et Gab Milin. Le premier publie ses deux dictionnaires les plus importants en 1869 et 1879. Le second, traducteur et folkloriste24, fut un excellent connaisseur de la langue.

25La norme de Le Gonidec, revue et corrigée, s'impose alors.

26Ce siècle aussi est celui de l'apparition du journalisme de langue bretonne avec Feiz ha Breiz en 1865. Cette revue, directement rattachée à l'évéché de Quimper, n'adoptera la nouvelle norme que petit à petit. Mais l'idée d'une normativation s'impose à tous. Cela se confirme, par ailleurs, lorsque paraît Le Courrier du Finistère, hebdomadaire bilingue français-breton, à partir de la fin du siècle.

27Toute la production littéraire va dans le même sens : en 1877-1878 paraît le premier véritable roman en langue bretonne, Emgann Kergidu ["La bataille de Kerguidu"] de Lan Inisan. Cette même période est marquée par un foisonnement d'ouvrages, de brochures en langue bretonne.

  • 25 Ces deux auteurs ont produit des œuvres en vers d'un souffle littéraire incontestable qui tranchent (...)

28La production vannetaise est dictée par les mêmes préoccupations de normativation avec la parution successive de Doué ha mem bro ["Dieu et mon pays"] de Jean-Marie Le Joubioux en 1844 et de Livr el labourer ["Le livre du paysan", sorte de Géorgiques bretonnes] de Joachim Guillome en 1849. Ces deux derniers auteurs tenteront dans leurs œuvres respectives d'innover en matière d'orthographe et de rapprocher pour la première fois les écrits vannetais de la norme établie par Le Gonidec, s'imposant désormais à tous, même si beaucoup de travail restait à faire25.

  • 26 En fait il s'agit des trois diocèses où les dialectes sont relativement proches. La division dialec (...)

29Le vingtième siècle sera le siècle de la normativation ultime de la langue bretonne. L'idée d'une réforme plus satisfaisante que celle de Le Gonidec avait germé dans les esprits depuis les années 1890. Une première étape sera atteinte en 1908 avec ce que l'on appellera Emgleo ar skrivagnerien ["l'entente des écrivains"] tout d'abord, puis ar yez unvan ["la langue unifiée"] et bien plus couramment le KLT par la suite. Ces trois lettres sont les initiales de Kernev "Cornouaille", Leon "Léon" et Treger "Trégor", représentant les trois principaux dialectes les plus proches entre eux26. En 1902 les Vannetais avaient demandé à être associés à cette réforme, ce qui aurait assuré une normativation optimale dès cette époque. Il n'en fut rien, non pas en raison d'un quelconque refus des autres partenaires, mais par défaut de maîtrise des différents paramètres, ce qui aurait conduit cette réforme à un échec certain.

  • 27 Voir Fleuriot (1981, 37). Ce furent les principaux animateurs de Breuriez ar brezoneg ["Confrérie d (...)

30La réforme KLT sera aussi bien portée par les lexicographes comme François Vallée, Emile Ernault (lui-même universitaire et grand spécialiste du moyen-breton) que par les écrivains de l'époque, ce qui est un point d'articulation essentiel. Avant le premier conflit mondial, ce sont des gens comme Tangi Malmanche, écrivain et fondateur de la revue littéraire Spered ar Vro ["l'esprit, l'âme du pays, de la patrie"] qui avaient porté la réforme. Après la guerre une œuvre marquante, Sketla Segobrani ["la saga de Segobranos"] publiée en trois volumes entre 1923 et 1925 par F. Vallée, E. Ernault et Meven Mordiern, montrera à quel point les ressources du breton n'étaient pas minces lorsqu'il s'agissait d'exprimer des notions complexes. Vallée, Ernault et Mordiern constitueront une sorte de groupe des "trois sages" durant la première moitié du siècle27.

  • 28 Gwalarn ne fut pas un cas isolé de création littéraire sur un tel domaine. On se doit de citer la r (...)

31L'événement d'importance, qui marquera un quart de siècle, sera la création de Gwalarn ["Nord-ouest"] en 1925 par Roparz Hemon28, assisté d'autres jeunes écrivains. Le premier conflit mondial a été une rupture terrible avec le vieux monde. Rien ne serait plus comme avant, et la création littéraire a généralement joué comme un exorcisme mêlé à une sorte d'espoir à un monde neuf et meilleur. Mais les choses sont paradoxales en Bretagne. La langue perd de plus en plus son terrain naturel, sa transmission familiale étant attaquée dans ses bases mêmes. D'un autre côté sa créativité n'a jamais été aussi puissante.

  • 29 En réalité il n'y en avait plus que deux, Emile Ernault était décédé pour lors. Par ailleurs Emile (...)

32C'est dans cet élan que les Vannetais, écrivains et lexicographes en tête, reviennent sur la possibilité d'intégrer leur dialecte à la norme écrite. En 1936, à Lorient, a lieu la réunion fondatrice du peurunvan avec les signatures de la plupart des écrivains de l'époque; parmi eux Xavier de Langlais, peintre et écrivain, et Loeiz Herrieu, écrivain et dirigeant de la revue Dihunamb ! ["Réveillons-nous !"] créée en 1905; tous issus du Vannetais. La réforme échouera en raison de l'opposion forte des "trois sages"29, opposition relayée (mollement) par Roparz Hemon, qui avait pourtant signé l'accord de Lorient. Rappelons que le Grand dictionnaire français-breton de F. Vallée, avec la collaboration d'Emile Ernault et de Meven Mordiern, était paru en 1931, scellant ainsi la pérennité de la réforme de 1908. La réforme de 1936 était donc prête, mais restait lettre morte.

33Nous le voyons bien, le rôle des écrivains est devenu primordial dans le processus de normativation. Mais la décision reste, en dernier lieu, l'apanage des lexicographes.

34Toutes les revues, alors, sont doublées d'une maison d'édition, habitude qui se perpétue aujourd'hui encore. Ces éditions préparent petit à petit le terrain où la réforme, jusque là inappliquée, pourra prendre effet.

  • 30 Il ne s'agit donc pas d'une préoccupation étymologiste de la part des auteurs de ce système orthogr (...)

35Mais l'Histoire modifie et accélère les choses. Le contexte de la seconde mondiale et de l'Occupation qui s'en suivit modifia la donne concernant les revendications d'enseignement de la langue bretonne à l'Ecole. Là où les autorités publiques ne voulaient rien céder avant 1940, le régime de Vichy ouvrit de toutes petites possibilités pour que puisse s'organiser un enseignement facultatif. C'est dans ce contexte que fut adoptée la réforme orthographique de 1936. Nous sommes en juillet 1941. L'artisan principal de son application sera Roparz Hemon, à commencer dans les publications dirigées par lui ou ses amis (Gwalarn, Arvor). Ce faisant il consommera la rupture avec les positions des "deux sages" survivants (François Vallée et Meven Mordiern, qui décéderont tous deux en 1949). Cette nouvelle orthographe est connue aujourd'hui sous le nom de peurunvan ["complètement unifiée"] par référence à la réforme précédente de 1908. C'est cette nouvelle réforme, qui adoptera le signe cumulatif zh, avait été proposé à partir de 1902 par les Vannetais. En effet ce signe correspond, dans la plupart des cas30, à l'ancien th [θ] vieux-breton traité de façon différente en KLT [z] et en vannetais [x] ou [h] : c'est ainsi que l'on écrira désormais Breizh ["Bretagne"] et brezhoneg ["langue bretonne"] qui se prononcent [brεis] ou [brεix] et [brezõnœk] ou [brehõnœk], suivant que l'on adopte la prononciation vannetaise ou non. D'autres innovations font leur apparition, comme le pluriel -où qui représente lui aussi plusieurs prononciations différentes : [ɘw], [œw], [au] qui gardent l'ancienne diphtongue, et [u], [o].

  • 31 Le problème étant de cumuler plusieurs prononciations avec des signes identiques.
  • 32 Le même mot s'écrit ymenyn en gallois, mais se prononce le plus souvent menyn.

36La nouvelle réforme orthographique porte essentiellement sur des problèmes de phonétique31 et, de façon secondaire, sur des problèmes de morphologie : on aura par exemple amanenn ["beurre"] ou manenn dans le dialecte du sud-est et amann ailleurs32; ces différences morphologiques sont en fait liées à la position de l'accent (sur l'antépénultième en dehors du dialecte du sud-est).

  • 33 Les Vannetais avaient une orthographe "traditionnelle" depuis 1902, et qui avait fortement évolué p (...)

37Après la guerre le peurunvan est adopté dans la plupart des publications, même si quelques-unes maintiennent l'usage de la réforme de 1908, souvent par habitude. Pour le vannetais les choses restent plus ou moins en l'état33.

  • 34 Voir F. Falc'hun (1953) : "Certains regrettaient que le vannetais fût resté étranger à l'accord de (...)
  • 35 Le but d'une telle appellation était de faire reconnaître cette orthographe par les autorités minis (...)
  • 36 Voir Yvon Le Ven (2005, 14) : "Evid abegou ideolojik an hini eo bet savet, daoust ma tenn an abegou (...)

38Rapidement une polémique naît autour de la naissance du peurunvan à cause de cette date de juillet 1941 évoquée plus haut : on y voyait la mainmise de l'occupant. Ce qui s'est révélé être faux. C'est aussi à cette époque (1953) que le chanoine François Falc'hun, nouveau professeur de celtique à l'Université, jette les fondements d'une nouvelle réforme orthographique sur des bases eugénistes34. Ces propositions donneront naissance à une nouvelle orthographe en 1955. Cette nouvelle réforme, qui s'autoproclame skolveurieg ["universitaire"]35, a été créée, en fait, pour des raisons idéologiques et politiques et non scientifiques36. Ces principales caractéristiques en sont un nouveau recentrage sur le dialecte du nord-ouest (cf. la réforme de Le Gonidec), le refus du signe cumulatif zh, excluant toute possibilité d'unification écrite avec le vannetais.

  • 37 Al Liamm, longtemps dirigée par l'écrivain Ronan Huon, est l'héritière directe de Gwalarn.

39Les deux orthographes, le peurunvan et le skolveurieg, coexisteront au travers de deux revues et maisons d'éditions : Al Liamm pour le peurunvan dès la fin de la guerre37, Brud puis Brud Nevez pour le skolveurieg à partir de 1955. Les dirigeants de Brud se déclarant régionalistes accusent Al Liamm d'être un nid de nationalistes. Cette vision simpliste des choses est caractéristique de la radicalisation du discours qui touche à la normativation de la langue. La réalité montre que les tenants du skolveurieg sont géographiquement situés dans l'aire linguistique du nord-ouest, qu'ils sont plutôt adhérents ou sympatisants du PCF, ou du PS, et que d'autres, assez nombreux, ont adopté l'habit religieux. Dans cette même vision simpliste, on oublie de dire que les différents écrivains n'ont cessé de publier, alternativement ou simultanément, dans les deux revues. L'explication est simple : elle est liée aux fidélités des uns et des autres, quels que soient les choix orthographiques.

  • 38 Beaucoup étaient proches de l'Union Démocratique Bretonne (mouvement autonomiste de gauche) et du m (...)
  • 39 Voir Boché (1973, 2-3) et "Doare-skrivañ ar brezhoneg", Hor Yezh Nnn 100 (1974, 88).
  • 40 Olier Mordrel a été condamné à mort en 1946 pour ses activités pronazies, il est décédé en 1985. Pa (...)

40C'est dans ce contexte conflictuel que des discussions pour réunir les différents points de vue sont organisées dans les années 70. Le but était d'examiner les différents points communs entre les deux systèmes orthographiques et de traiter les points de divergence à part. Des points d'accord ayant été établis, certains militants38 poussèrent l'initiative jusqu'à créer une nouvelle norme orthographique : elle s'intitula etrerannyezhel ["interdialectale"]. Cette nouvelle réforme reprenait l'essentiel des points du peurunvan tout en traitant différemment l'opposition sourdes-sonores (ce qui rapprochait ce système du skolveurieg)39. Mais elle ne faisait que reprendre les points essentiels d'une orthographe qu'avait déjà établi Olier Mordrel, dirigeant nationaliste et raciste, collaborateur actif des Nazis, avant et durant le deuxième conflit mondial (Mordrel 1968, 39-40)40.

41Ce nouveau coup de force pour imposer "politiquement" une nouvelle orthographe a aujourd'hui échoué, et l'etrerannyezhel n'est plus utilisé que par une poignée d'individus, souvent originaires du Vannetais. Les anciens promoteurs de cette orthographe sont maintenant des utilisateurs du peurunvan.

42Si l'on fait un bref bilan, aujourd'hui, des graphies en présence c'est le peurunvan qui est le plus utilisé, et de loin (environ 80 % de la production écrite). Les choses sont donc relativement claires sur les choix de normativation.

3. La normalisation de la langue bretonne : pallier l'absence de support étatique

  • 41 On notera que bien souvent l'orthographe du français fait partie des critères de reconnaissance d'i (...)

43Nous avons déjà indiqué que la normalisation, pour nous, était le but de la normativation. En effet la normalisation représente le degré d'acceptation de la langue dans la société (dans sa sphère publique, pour être plus précis). On comprend alors d'autant mieux l'importance d'adopter une norme écrite commune : l'orthographe n'est pas une fin en soi, elle n'est qu'un outil41.

44En Bretagne, le premier grand utilisateur de la normativation est le système scolaire.

  • 42 D'autres tentatives avaient eu lieu dans les années 40, puis dans les années 50, en Trégor-Goélo.

45La mise en place d'un système où l'apprentissage se fait en breton a démarré de manière durable à la fin des années 7042 : ce fut tout d'abord la création des écoles Diwan ["le germe"], écoles associatives immersives, en 1977. Peu de temps après il y eut la création de classes bilingues publiques breton-français, et un peu plus tard la création de classes bilingues dans le système confessionnel catholique. Au total près de 20 000 élèves sont concernés aujourd'hui.

46On se doit d'y ajouter les 15000 élèves qui suivent un enseignement de langue (optionnel, en tant que langue vivante, L2 ou L3)43.

47Les cours du soir pour adultes regroupés au sein de Deskiñ d'An Oadourien ["enseigner aux adultes"] ont un poids très important car ils sont implantés sur tout le territoire (voire hors de Bretagne dans la plupart des grandes villes françaises). Ils sont souvent couplés aux organismes de formation continue comme Stumdi, Roudour et Skol an Emsav44. Ces structures forment plus de 100 nouveaux brittophones par an45.

48La formation des maîtres est assurée par les universités (surtout celle de Rennes 2 qui compte entre 150 et 200 étudiants en cursus par an; l'Université de Brest affiche des effectifs nettement plus réduits, le tiers environ). Mais c'est à l'INSPE de Bretagne, site de Saint-Brieuc, où interviennent les universités, qu'est assurée la formation des professeurs des écoles bilingues et des certifiés de breton en ce qui concerne le public46. Pour Diwan, la formation est assurée dans son propre centre, Kelenn ["enseigner"], à Quimper47. L'enseignement catholique, pour sa part, a son centre de formation près de Vannes48.

  • 49 TES a été logiquement établi à Saint-Brieuc où se situe le site de formation bilingue public. Le te (...)
  • 50 La normativation trouve ici tout son sens par des publications communes. TES est financé par les in (...)

49En dehors de la formation, les éditions pédagogiques ont, elles aussi, besoin de la normativation. Pendant 20 ans, l'essentiel de la production pédagogique, y compris à destination du très jeune public, a émané des éditions associatives an Here, aujourd'hui disparues. Le relais avait déjà été pris par Ti-Embann ar Skolioù ["Editions des Ecoles"] - TES -, maison dépendant du CRDP, par le biais de son antenne départementale du CDDP des Côtes-d'Armor (Canopée)49. C'est au sein de TES que se conjuguent les travaux pédagogiques de Diwan et des écoles publiques en vue de créer des éditions pédagogiques performantes50.

  • 51 http://www.fr.brezhoneg.bzh/.
  • 52 Par le contrat de plan Etat-Région notamment.
  • 53 Y compris celui de Loire-Atlantique qui n'appartient pas à la Région Bretagne (mais à celle des Pay (...)
  • 54 Rennes où a été fondé la structure, Carhaix où est le siège officiel de l'Office, etc.
  • 55 On le sait, celle-ci est primordiale pour que la langue ait un futur. Or le breton avait pratiqueme (...)

50En 1999 a été créé l'Office de la Langue Bretonne, devenu aujourd’hui Office public de la langue bretonne51. Il est financé par la Région (avec des aides de l'Etat52, de l'Europe (au tout début, plus du tout aujourd’hui), des Conseils généraux53, de certaines municipalités54. L'Office est le fer lance de la politique linguistique menée par la Région Bretagne. Il poursuit le travail de normativation (néologie, toponymie, par exemple), il se fait le relais de la demande sociale. Surtout il a mis en place un Observatoire qui permet de rendre compte de l'évolution de l'utilisation de la langue entre sphère privée et sphère publique, la transmission familiale55, etc. C’est aussi l’Office qui fédère les demandes de classes bilingues.

  • 56 La demande sociale est le grand problème du breton, comme des autres langues dans le même cas. Le f (...)

51Les médias eux, s'ils ne sont pas les porteurs d'une norme écrite, et pour cause, participent à la mise en place d'une norme orale, une sorte de koinè journalistique. On compte une bonne dizaine de radios associatives où le breton a une place importante (voire prépondérante comme sur Radio Kreiz-Breizh, Radio Bro-Gwened ou Radio Kerne). Le système public consiste en une décentralisation de Radio France-Bleu à Quimper, où la part du breton n'a cessé de décroître depuis sa fondation en 1982 (le cahier des charges n'est plus respecté sur ce point)56.

  • 57 Toutes les initiatives de FR3, maîtresse du jeu télévisuel de langue bretonne, ne sont pas à rejete (...)

52Quant à la télévision, qui utilise davantage l'écrit, elle n'a que trop peu d'espace dans la diffusion pour espérer influer durablement sur l'établissement d'une norme commune57.

  • 58 On peut citer le recueil de nouvelles de Goulc'han Kervella, Lara, qui a connu deux éditions différ (...)

53Les éditions, quant à elles, ont un poids bien plus important. Les Bretons lisent beaucoup, certes, mais le lectorat de langue bretonne est très réduit : on peut estimer qu'un best-seller se vend à 500 exemplaires, à 1000 dans des cas exceptionnels58, en dehors des bandes dessinées (comme Tintin en traduction par exemple). Cependant, des études sont en cours et montrent qu'un ouvrage en langue bretonne acheté est lu par deux à trois personnes (ce qui donne des chiffres plus encourageants). Le rôle de l'édition n'est donc pas négligeable.

54En 1995 a été publié le premier dictionnaire monolingue de langue bretonne. Il a été réédité, augmenté et corrigé, en 2001 par les éditions an Here : il représente 21 300 entrées avec exemples et expressions, pour près de 1500 pages. Cette publication est un événement tant sur le plan linguistique que sur le plan normatif. Grâce à cette publication la normativation a pu se fixer plus fortement tout en demandant un miminum d'aménagements. Une fois de plus le travail lexicographique, sous sa forme aboutie qu'est le dictionnaire monolingue, a montré sa prééminence sur la mise en place d'une norme.

55Il ya eu depuis l’édition d’un grand dictionnaire français-breton en 2012 par Martial Ménard (1951-2016), où la vie moderne et actuelle et ses besoins sont pris en compte.

En guise de bilan provisoire

  • 59 Dire que le peurunvan est la meilleure graphie possible pour la langue bretonne serait une absurdit (...)
  • 60 Même si certains reprennent le flambeau, et ce à des fins difficilement identifiables.
  • 61 Beaucoup de mes étudiants sont issus de filières bilingues ou Diwan et ne montrent vraiment aucun i (...)

56Aujourd'hui on peut estimer que la normativation est en voie d'achèvement. A cela il y a plusieurs raisons : les acteurs, les militants de la langue, qui ont porté les projets structurant socialement la langue (Diwan, les éditions, l'Office, etc) ont été les promoteurs ou les héritiers du peurunvan. Les raisons en sont multiples. C'est la seule norme qui ne soit pas en rupture avec les différentes graphies antérieures, c'est aussi la première à avoir proposé une unification orthographique de la langue, c'est une norme promouvant un système simple et donc avec des qualités pédagogique59. Parallèlement les protagonistes de la vieille querelle née à la fin de la seconde mondiale disparaissent de la scène60. Les nouveaux et jeunes locuteurs ne sont, en fait, absolumment pas intéressés par ce genre de polémiques61.

57On pourrait donc recourir à une espèce de lapalissade : le peurunvan est le meilleur système orthographique car c'est celui qui a été adopté par la majorité des brittophones.

Haut de page

Bibliographie

Fleuriot Léon, 1981, "Les réformes du breton", in Hagège et Fodor (dir.) Les réformes de langue dans le monde, Hamburg.

Fleuriot Léon, 2001, "Skouerioù emdroadurioù e morfologiezh hag ereadur ar brezhoneg", hor Yezh, 228.

Hurel Odon (Éd.), Leclercq Henri, 2007, Le moine et l’historien, Dom Mabillon, Œuvres choisies, Bouquins, Robert Laffont.

Hemon Roparz, 1962, Trois poèmes en moyen-breton, Traduits et annotés, The Dublin Institute for Advanced Studies.

Le Du Claude, 2000, Histoire d'un interdit, le breton à l'école, hor Yezh.

Séry Macha, 2002, "L'orthographe, valeur plébiscitée par les Français, plus que par l'école", Le Monde de l'éducation, n° 300 (février 2002), 74-77.

Guillorel Eva, 2010, La complainte et la plainte – chanson, justice, cultures en Bretagne (XVIe-XVIIIe siècles), PUR, Dastum, CRBC.

Falc'hun F., 1953, "Autour de l'orthographe bretonne, positions et propositions", in Annales de Bretagne, tome lx, 1, 48-77.

Le Ven Yvon, 2005, Brud Nevez, n° 250 (mars-avril 2005).

Boché Albert, 1973, "Des dialectes à la langue écrite", Skol-Vreiz, n° 31 (Janvier-Mars 1973), pp. 2-3;

-, 1974, "Doare-skrivañ ar brezhoneg", Hor Yezh, n° 100 (1974).

Mordrel Olier, 1968, "Pour une nouvelle politique linguistique (manifeste de "Tir Nevez")", in La Bretagne réelle – Celtia, 2° trimestre 1968.

Bernard Daniel, 1912-1913, "La Révolution Française et la langue bretonne", Annales de Bretagne, t. 27.

Haut de page

Notes

1 Les politiques régionales, notamment en Bretagne, sont significatives mais ne peuvent prendre cette place.

2 Pour plus de détails voir le dictionnaire historique en ligne : http://www.devri.bzh/.

3 Aujourd’hui on distingue le brittonique du Sud-Ouest (breton et cornique) et le breton du Nord-Ouest (gallois).

4 Mais l'épigraphie avait surtout un rôle votif.

5 On peut s'en rendre compte au traitement qu'avait subi le texte du Donoet, grammaire latine rédigée en moyen-breton aux XIVe et XVe siècles. Le texte a été retrouvé dans le matériau ayant servi à faire la reliure d'un ouvrage de la même époque. Voir Gwenael Le Duc dans les Études Celtiques (t. 14) pour l'étude et le texte de ce manuscrit.

6 L'une des caractéristiques du brittonique actuel est la lénition des consonnes initiales liée à un certain nombre de règles grammaticales. Cette lénition a été décrite (en synchronie) comme étant un phénomène dit "phonomorphémique" ou encore "morphophonémique". Cette lénition affecte les occlusives, les nasales et les liquides : /p t k b d g m n l r/ > /b d g β δ γ μ ν λ ρ/. La réalisation, ainsi que sa notation, est quelque peu divergente en breton et en gallois modernes.

7 Début du poème Tremenuan an Ytron Guerches Maria, édité à la suite de la Passion de 1530 (Hemon 1962, 2).

8 Les mutations consonantiques sont une des particularités des langues celtiques. Elles sont de différents ordres mais la lénition est de loin la plus répandue. Cette lénition consiste en la transformation de certaines consonnes initiales en d'autres consonnes, dans certains contextes de fonctionnements syntaxiques et phonétiques. Par exemple le mot merc'h "fille" est féminin ce qui donne ar verc'h "la fille" lorsque l'on adjoint l'article défini (m > v), et si l'on y adjoint l'adjectif brav "joli(e)" on aura aussi la lénition (b > v), ce qui donne ar verc'h vrav "la jolie fille". La lénition ne concerne que k, t, p, m, b, g en initiales. On décrit cette lénition (en synchronie) comme étant un phénomène dit phonomorphémique ou encore morphophonémique.

9 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k133741n.r=julien%20maunoir?rk=42918;4.

10 C'est en effet à cette époque que les grandes missions religieuses voient le jour en Bretagne brittophone. Elles avaient déjà été bien amorcées par le Léonard Michel Le Nobletz (1517-1652). Une fois de plus ces missions correspondent à une grande période d'instabilité politique.

11 Œuvre de Jehan Lagadeuc, le Catholicon (vocabularium aremorico-latinum) sera réédité et augmenté plusieurs fois en 1501, 1521 notamment. Voir, par exemple, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1510883p.image.

12 Guillaume Quiquer (c.1605-c.1633) fut le père des Colloques. Il publia le premier Dictionnaire et colloques françois et breton en 1626, à Morlaix, et en 1633, toujours à Morlaix, il publia son Nomenclator. Voir : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k8707560g.image.

13 Dictionnaire etymologique de la langue bretonne où l'on voit son antiquité, son affinité avec les autres langues, tant anciennes que modernes, et quantité d'endroits de l'écriture sainte et des auteurs profanes expliquez plus clairement qu'ils ne le sont ailleurs, avec les etymologies de plusieurs mots des autres langues, Paris, 1752. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k10403699/f72.image.

14 Dictionnaire François-Celtique ou François-Breton necessaire à tous ceux qui veulent apprendre à traduire le François en celtique ou en langage breton, pour prêcher, catechiser selon les differents dialectes de chaque diocèse, utile et curieux pour s'instruire à fond de la langue bretonne et pour trouver l'etymologie de plusieurs mots françois et bretons de noms propres de villes et de maisons par le P. F. Gregoire de Rostrenen, prêtre et prédicateur, Rennes, 1732. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1040103v.image.

15 Dictionnaire françois breton ou françois celtique du dialecte de Vannes, enrichi de thèmes dans lesquelq on trouve les genres du françois & du breton, les infinitifs, les participes passifs, les presents de l'indicatif, suivant la première façon de conjuguer & une orthographe facile, tant pour l'Ecriture que pour la prononciation par Monsieur l'A***, Leyde, 1744; & Den Haag, 1756. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97345395.texteImage. Il faut aussi mentionner le dictionnaire de Pierre de Chalons publié à Vannes en 1723 : Dictionnaire breton-françois du diocèse de Vannes. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k113565r.texteImage.

16 Il est à noter que du côté gallois cette réinvention aura également lieu avec des lexicographes prédécesseurs comme Davies (https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k930147.image) ou Lhuyd (https://archive.org/details/archaeologiabrit00lhuy/page/n4).

17 Ce phénomène n'est pas que breton et il a pu s'observer pour d'autres langues "régionales". Pour la langue bretonne voir Daniel Bernard (1912-1913).

18 Rapport et projet de decret présentés au nom du comité de salut public, sur les idiômes étrangers, & l'enseignement de la langue française Voir Claude Le Du (2000, 139-146), texte complet donné dans les annexes.

19 Rapport sur la nécessité & les moyens d'anéantir le patois, & d'universaliser l'usage de la langue française (An II). Voir Claude Le Du (2000, 123-138), texte complet donné dans les annexes.

20 On notera que 1821 correspond également à la dernière grande réforme orthographique du français. Voir Macha Séry (2002).

21 Le Gonidec publiera une grammaire en 1838, plusieurs fois rééditée par la suite. Il traduira également l'Ancien Testament, mais sa traduction ne reçut pas l'aval des autorités religieuses notamment à cause de ses choix normativistes.

22 Le mot gwerz (pluriel gwerzioù) est traduit par complainte. Ces complaintes rapportent souvent des événements tragiques ou ayant fortement marqué les esprits, issus de période très antérieures. Les complaintes les plus anciennes sont datables avec certitude des XVe-XVIe siècles. Voir le travail incontournable d’Eva Guillorel (2010).

23 Il fut suivi par d'autres folkloristes dont François-Marie Luzel (1821-1895), originaire du Trégor.

24 Il recueillit la plupart de ses contes auprès des ouvriers de l'arsenal de Brest. Il finit sa vie comme maire de l'île de Batz.

25 Ces deux auteurs ont produit des œuvres en vers d'un souffle littéraire incontestable qui tranchent, pour la première fois, avec la mièvrerie pseudo-romantique de l'époque. Le recueil de Guillôme a été inscrit, par le passé, au programme du CAPES de breton.

26 En fait il s'agit des trois diocèses où les dialectes sont relativement proches. La division dialectale dépasse bien évidemment les limites diocésaines.

27 Voir Fleuriot (1981, 37). Ce furent les principaux animateurs de Breuriez ar brezoneg ["Confrérie de la langue bretonne"], sorte d'Académie de la langue bretonne; cette structure fonctionnera bien jusque vers 1936, date à laquelle disparaît Emile Ernault, et sera à la fois un contrôleur normativiste et un animateur de la production littéraire, complétant ainsi le travail de Gwalarn.

28 Gwalarn ne fut pas un cas isolé de création littéraire sur un tel domaine. On se doit de citer la revue Nós créée en Galice trois ans plus tôt. L'Irlande, le Pays-de-Galles ont connu des phénomènes semblables à la même époque. Roparz Hemon (1900-1978) a été écrivain, linguiste, lexicographe, sociolinguiste, fondateur et dirigeant de revues scientifiques et populaires; son œuvre est considérable et peu de choses ont été traduites en français, ce qui fait que l'accès en est difficile pour un non brittophone averti; on lui a reproché d'avoir été salarié de la propagande allemande entre 1942 et 1944 (il fut condamné à l'indignité nationale pendant dix ans); il s'exila en Irlande où il mourut sans jamais être revenu en Bretagne.

29 En réalité il n'y en avait plus que deux, Emile Ernault était décédé pour lors. Par ailleurs Emile Ernault était probablement le plus ouvert des "trois" à une réforme incluant le vannetais. Il a été l'un des premiers à avoir évoqué le signe cumulatif zh dont nous reparlons plus loin.

30 Il ne s'agit donc pas d'une préoccupation étymologiste de la part des auteurs de ce système orthographique.

31 Le problème étant de cumuler plusieurs prononciations avec des signes identiques.

32 Le même mot s'écrit ymenyn en gallois, mais se prononce le plus souvent menyn.

33 Les Vannetais avaient une orthographe "traditionnelle" depuis 1902, et qui avait fortement évolué par la suite. Ce refus d'adopter le peurunvan n'est pas catégorique, mais correspond plutôt à un souci de pédagogie dans l'application de la nouvelle réforme : il faut prendre le temps de le faire. Ce que démontreront les événements postérieurs.

34 Voir F. Falc'hun (1953) : "Certains regrettaient que le vannetais fût resté étranger à l'accord de 1911 [sic], ce qui empêchait qu'on pût se servir des mêmes manuels dans toutes les écoles. A vrai dire, le vannetais est bien différent des autres dialectes. Cornouaillais, Léonards et Trégorrois se comprennent entre eux sans trop de peine, mais ne comprennent pas les Vannetais qui ne les comprennent pas davantage. Cette dualité dialectale semble remonter très haut, à l'époque même de l'immigration bretonne des ve et vie siècles, puisque le diocèse de Vannes se caractérise par une plus forte densité de toponymes en –ac, indice de la permanence d'une population gallo-romaine, et les trois autres diocèses par la densité des toponymes en Plou-, indice d'une plus forte colonisation bretonne. Les analyses récentes de groupes sanguins ont donné des résultats parallèles : le Finistère et les Côtes-du-Nord font bande à part du Morbihan, qui présente les mêmes moyennes que les départements du Nord et de la Loire. Du point de vue ethnique, le substrat gaulois est donc indéniable dans le Morbihan. Peut-être un jour reconnaîtra-t-on qu'il en va de même du point de vue linguistique, ce qui expliquerait les nombreux traits phonétiques communs au vannetais et au français, malgré un vocabulaire celtique d'un côté et latin de l'autre."

35 Le but d'une telle appellation était de faire reconnaître cette orthographe par les autorités ministérielles et de faire interdire le peurunvan (du moins dans le système éducatif; cf. loi Deixonne du 11 janvier 1951).

36 Voir Yvon Le Ven (2005, 14) : "Evid abegou ideolojik an hini eo bet savet, daoust ma tenn an abegou ofisiel d'ar yezoniez ha d'ar fonologiez" "C'est pour des raisons idéologiques qu'elle [l'orthographe] a été créée, même si les raisons officielles ont trait à la linguistique et à la phonologie".

37 Al Liamm, longtemps dirigée par l'écrivain Ronan Huon, est l'héritière directe de Gwalarn.

38 Beaucoup étaient proches de l'Union Démocratique Bretonne (mouvement autonomiste de gauche) et du mouvement Ar Falz (mouvement d'enseignants laïcs) au travers de sa publication pédagogique Skol-Vreizh. Une revue littéraire, Planedenn ["Destinée"] publiée dans cette nouvelle orthographe, a vu le jour dans les années 80, mais n'a pas survécu.

39 Voir Boché (1973, 2-3) et "Doare-skrivañ ar brezhoneg", Hor Yezh Nnn 100 (1974, 88).

40 Olier Mordrel a été condamné à mort en 1946 pour ses activités pronazies, il est décédé en 1985. Par ailleurs, un autre universitaire, Jean Le Roux, avait, dès 1923, jeté les bases d'une orthographe similaire; mais son initiative était restée, à l'époque, sans aucune suite. Le point commun entre toutes ces propositions orthographiques convergentes était de reprendre certains points existant en moyen-breton : l'etrerannyezhel était avant tout une orthographe étymologique (ce qui la distingue du peurunvan plutôt phonétique et dans le continuum des graphies antérieures (1908) et donc plus pédagogique, et du skolveurieg plutôt phonétique). Ce trait a lourdement handicapé une graphie devenue trop complexe, souvent mal assimilée, y compris par ses plus fervents défenseurs.

41 On notera que bien souvent l'orthographe du français fait partie des critères de reconnaissance d'identité nationale. Toutes les langues n'ont pas érigé l'orthographe en religion, loin s'en faut. Cela peut expliquer, en partie, les débats passionnels (et inutiles à mon sens) concernant l'orthographe du breton. Pour le français, voir l'article de Macha Séry (2002).

42 D'autres tentatives avaient eu lieu dans les années 40, puis dans les années 50, en Trégor-Goélo.

43 Voir http://www.fr.brezhoneg.bzh/5-chiffres-cles.htm

44 https://stumdi.bzh/, https://www.roudour.bzh/, http://www.skolanemsav.bzh/.

45 Des accords existent avec l'Université Rennes 2 afin qu'ils puissent valider leurs acquis linguistiques. Certains d'entre eux se destinent à l'enseignement et sont donc directement injectés dans le système : il est évident que ce dernier participe à un certain type de transmission de la langue, complémentaire de la transmission familiale.

46 https://www.inspe-bretagne.fr/l-offre-de-formation/metiers-de-l-enseignement-de-l-education-et-de-la-formation-second-degre, https://www.inspe-bretagne.fr/l-offre-de-formation/mention-metiers-de-l-enseignement-de-l-education-et-de-la-formation-premier-degre.

47 https://www.kelenn.bzh/index.php?lang=fr.

48 Ce centre de formation est en relation avec l'Université Catholique de l'Ouest (alias "la Catho d'Angers"), qui compte une antenne importante à Guingamp.

49 TES a été logiquement établi à Saint-Brieuc où se situe le site de formation bilingue public. Le terroir à l'ouest de Saint-Brieuc est également celui où la langue est la plus vivace (Trégor).

50 La normativation trouve ici tout son sens par des publications communes. TES est financé par les institutions publiques.

51 http://www.fr.brezhoneg.bzh/.

52 Par le contrat de plan Etat-Région notamment.

53 Y compris celui de Loire-Atlantique qui n'appartient pas à la Région Bretagne (mais à celle des Pays-de-Loire), et fait bien partie de la Bretagne historique. L'Office a ouvert un bureau à Nantes depuis près de 20 ans maintenant. Par ailleurs la langue bretonne fait partie du patrimoine naturel de la région de Guérande.

54 Rennes où a été fondé la structure, Carhaix où est le siège officiel de l'Office, etc.

55 On le sait, celle-ci est primordiale pour que la langue ait un futur. Or le breton avait pratiquement cessé d'être transmis familialement. Les études de l'Observatoire montre une évolution favorable, mais encore bien insuffisante. Voir : http://www.fr.brezhoneg.bzh/46-situation-de-la-langue.htm.

56 La demande sociale est le grand problème du breton, comme des autres langues dans le même cas. Le fait qu'elle existe ne signifie pas que les décisions politiques suivent, elles sont même, bien souvent, en contradiction.

57 Toutes les initiatives de FR3, maîtresse du jeu télévisuel de langue bretonne, ne sont pas à rejeter : une émission enfantine fonctionne très bien. Les deux émissions sont très suivies. Mais encore une fois on fait fi de la demande sociale lorsque ces émissions s'interrompent tous les étés, et lorsque la dictature du tennis à Roland Garros ou encore celle du Mondial de foot-ball raye les émissions en langue bretonne de la grille des programmes pendant plusieurs semaines.

58 On peut citer le recueil de nouvelles de Goulc'han Kervella, Lara, qui a connu deux éditions différentes en 1989 et 2001 (aux éditions Al Liamm), et qui a dû totaliser près de 2000 exemplaires vendus.

59 Dire que le peurunvan est la meilleure graphie possible pour la langue bretonne serait une absurdité, mais son mérite est d'exister et d'avoir fait ses preuves.

60 Même si certains reprennent le flambeau, et ce à des fins difficilement identifiables.

61 Beaucoup de mes étudiants sont issus de filières bilingues ou Diwan et ne montrent vraiment aucun intérêt pour tout celà... Si les choix de leurs aînés avaient été différents leur attitude aurait été la même. Celà se vérifie dans leurs propres publications. Une nouvelle preuve que l'orthographe ne fait pas partie de l'identité des brittophones.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Herve Le Bihan, « Histoire graphique de la langue bretonne : la question de la norme »Lengas [En ligne], 86 | 2019, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 06 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/lengas/3687 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lengas.3687

Haut de page

Auteur

Herve Le Bihan

Dépt. de breton et celtique, Université Rennes 2

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals