Navigation – Plan du site

Les codes graphiques contemporains de l’occitan

Le lien au politique et la leçon gasconne
Alain Viaut

Résumés

La configuration de l'occitan, sans lien direct avec une entité historico-politique, reste dominée par la langue. L'hypothèse est que la fonction politique qui finit par être d'abord assignée à la langue contribue à expliquer les spécificités présentes de son processus de normalisation abordé ici à partir des systèmes graphiques.
Face à un nom de la langue qui est parfois contesté et en l'absence d'un standard fonctionnant à un niveau global, l'élément normatif commun le plus majoritairement présent sur le territoire linguistique de l'occitan est celui de l'orthographe dite classique. D'une partie constitutive de la langue, elle finit souvent par en résumer métonymiquement une conception généralement admise mais rejetée par certains. Par là même, elle renvoie à une variété standard qui n'existe à cet échelon qu'à l'état de projet, sur une base conçue, pour l'heure, par rapport à son dialecte central. La donne politique est propre à favoriser la standardisation, or elle fait globalement défaut dans cette donne d'oc. On la voit cependant jouer un rôle (mineur par rapport à ce qu'il en est dans le cas du basque par exemple) dans la partie gasconne du domaine d'oc, en particulier dans le Val d'Aran, en Espagne, où l'occitan est langue coofficielle, et en Béarn. Il est confronté, dans ces deux cas, à des débats sur l'identité linguistique. Dans ce contexte culturel fort, la question du code graphique a pris un relief particulier tout en renvoyant pour certains de ses traits à la situation de l'occitan en général.

Haut de page

Texte intégral

1La configuration de l'occitan est celle d'une langue minoritaire sans lien direct avec une entité historique, politique et/ou culturelle qui lui corresponde globalement en propre, et avec, en revanche, la perception de ce lien dans la relation entre le nom de la langue et celui d'un territoire. D'autres langues telles que le franco-provençal ou le berbère connaissent cela. La perception de l'occitan a ceci, cependant, de notable qu'elle compte sur un capital littéraire notoire, en liaison donc directe avec lui. Or le lien, qui existe pour le basque ou le breton par exemple avec une entité historico-politique, ne résulte pas seulement de faits objectifs, il découle aussi de constructions volontaristes qui commencèrent à prendre corps concrètement à partir du XIXe siècle. Un lien éponymique s'est imposé entre Bretagne et breton, et, plus tard, entre Corse et corse, sans qu'aucune de ces langues n'aient été à la source de l'émergence historique des noms de ces entités mais plutôt l'inverse comme dans le cas commun de France et français. Cependant, soit que ces entités ait eu une existence politique propre ancienne (Bretagne), soit qu'elles soient apparues comme telles plus récemment (au XVIIIe siècle pour la Corse), leur relation avec des langues éponymes n'est pas apparue évidente d'emblée. Quant à ces trois exemples, cette relation est néanmoins devenue constitutive de la dynamique identitaire de ces deux régions.

2L'entité territoriale support de l'occitan n'est pas de cette nature et n'est pas assortie de ce type de donne territoriale. Elle participe, quoique chez les plus informés, d'une dynamique identitaire qui part de la langue et, aussi, de l'image prestigieuse de sa littérature, d'abord médiévale. Le projet renaissantiste d'oc ou occitan, du félibrige à l'occitanisme moderne, de concevoir et d'ordonnancer une adéquation entre la prise en compte d'un territoire linguistique et une revendication plus large, culturelle, voire politique aussi, suit ainsi cette relation éponymique de la langue vers le groupe et son territoire et non l'inverse.

L'occitan et ses variantes gasconnes

  • 1 La récente création de la Région administrative "Occitanie" pourrait aller dans ce sens à moins que (...)

3Cette configuration du projet occitan, qui demeure dominée par la langue, peut entraîner certaines conséquences pour elle. L'hypothèse qui nous en retiendrons ici est celle où la fonction politique qui finit par être assignée à la langue, dans le cas d'une relation inverse (du nom du groupe vers celui de sa langue), fonctionne différemment pour une langue telle que l'occitan qui s'auto-nomme. Pour cette fonction politique, en attendant que l'occitan, dont le sémème originel est en partie lié à l'exercice du pouvoir royal français, s'adjoigne peut-être, après les approches politiques de l'occitanisme moderne dues notamment à Robert Lafont (1923-2009), un contenu lui conférant des contours autres que d'abord linguistiques1, notre hypothèse est que sa configuration sociolinguistique contribue à expliquer les spécificités de son processus de normativisation abordé ici à partir des systèmes graphiques.

4Cette évocation renvoie, en même temps, à une référence historico-culturelle et politique globale, et à une relation au politique dans les orientations générales des processus de normativisation - standardisation. Le lien de la langue au politique alimente généralement sa fonction communicationnelle élargie, formelle et prestigieuse, avec l'efficacité instrumentale que cela suppose habituellement. Or, l'occitan demeure en projet par rapport à ces conceptions d'ensemble tout en demeurant de fait relativement éloigné d'elles. Sa graphie, pour la période du XXe siècle à nos jours, statistiquement dominée, au résultat, par un système dit "classique" ou "occitan", connaît ses propres variations et des systèmes concurrents, même si minoritaires. Dans ce contexte, où la nature de la référence à une donne politique nous est apparue nécessaire, le choix a été fait d'examiner cette question à partir du versant gascon de cette aire, d'autant plus illustratif à cet égard qu'il connaît, parmi ces graphies, dans le Val d'Aran, où l'occitan2 est coofficiel à côté de l'espagnol et du catalan, une variante qui appartient cependant à ce système classique (DGPL 1982). Parallèlement au système général "occitan" établi par Louis Alibert (1884-1959) dans les années 1930 (Alibert 1931, 1935) et consolidé, à partir des années 1950, dans le cadre de l'Institut d'études occitanes (désormais, aussi, IEO) (Lafont 1971), ce domaine gascon, si on y inclut le Béarn, hormis son utilisation majoritaire de la graphie "classique", compte aussi avec deux tendances, minoritaires, qui s'inscrivent sur un axe centrifuge d'individuation linguistique. L'une, autour de l'Institut béarnais et gascon (désormais, aussi, IBG)3, conserve certaines solutions graphiques de l'ancienne écriture (par exemple pour la notation des diphtongues) est, pour le reste, à orientation globalement phonétisante et francisée. Elle est nommée "norme orthographique moderne" du "gascon - béarnais" sur le site de l'IBG4, et elle reprend les solutions initiales de l'École Gaston Fébus (Escole Gastou Fébus/Escòla Gaston Febus) pour le béarnais (Bourciez 1900, 50-56) et le gascon (Lacaze 1906, 114-124). L'autre (Lafitte 2005) recodifie, pour le gascon, les deux graphies, "classique" et "moderne", en s'appuyant sur la légitimité de références historiques et d'un souci revendiqué de rationalisation mais opte, pour sa part, pour un système très proche de celui de l'IBG.

La graphie, c'est la langue

  • 5 Traduit de l'occitan par nos soins : "L'orthographe alibertine n'est rien de plus que l'application (...)

5D'une part, par conséquent, existe une orthographe commune majoritairement utilisée, généralement nommée "graphie" et dont les qualificatifs - "alibertine", "IEO" (Institut d'études occitanes), "classique", "normalisée", "occitane", "restituée" - disent la genèse et argumentent la légitimité. Des désignants moins marqués tels que "orthographe unifiée" ou « académique » pourraient également être valides mais ne sont pas employés. Cette orthographe, orientée dans une perspective étymologique, diasystémique et phonologique, est perçue par ses usagers comme étant englobante et censée pouvoir transcrire les différentes variétés géographiques de la langue. En ce sens, elle est polydialectale et assume une fonction polycentrique (Sumien 2006) en phase avec l'approche de l'occitan adoptée par le courant occitaniste moderne et par une partie du Félibrige. On a communément parlé de "graphie-support" à son sujet5.

6De ce point de vue, "occitane" qualifiant cette orthographe pourrait enfin être perçu comme neutre mais ce n’est pas complètement le cas. Le mot "occitan", à partir du moment où il a commencé à se diffuser largement, a fait l’objet de débats et continue de susciter des réactions, même si celles-ci se sont élimées, en supposant qu’elles sont devenues minoritaires. Une enquête sociolinguistique récente (1000 questionnaires), menée en 2018 dans la zone d'oc du département des Pyrénées-Atlantiques, soit en Béarn et dans le Bas-Adour, fait ressortir que 73 % des enquêtés admet l’équivalence de leur nomination habituelle (béarnais, patois, occitan, gascon) de la langue concernée par l’enquête avec celle d'"occitan", tandis que 53 % des mêmes la désignent spontanément par le glossonyme "béarnais". Ces résultats sont d'autant plus significatifs qu'ils renvoient à l'attachement de la très grande majorité des Béarnais à une entité historique - le Béarn - et à sa variante linguistique propre, aussi bien de la part des plus "traditionnalistes" que de ceux qui se définissent comme occitanistes.

7On rappellera que les tenants de l'orthographe classique, voient en elle souplesse et adaptabilité aux différentes variétés de l'occitan avec, toutefois, certaines difficultés pour noter des variantes nord-occitanes, le dialecte limousin ayant fait l'objet d'une adaptation précise et détaillée (Desrozier & Ros 1976). Résultat d'un compromis entre contraintes phonologiques, étymologiques et usages empiriques, elle confirme des pratiques ayant eu en commun la presque totalité de ses graphèmes d'est en ouest du domaine d'oc à l'issue de sa première phase de codification au cours du Moyen Âge, repérables par exemple à travers la graphie utilisée dans le traité de grammaire et de rhétorique Las Leys d'amors, rédigé par Guilhem Molinier et promulgué en 1356 (Anglade 1919-1920) ainsi qu'avec l'ensemble des scriptae non littéraire de cette époque. Le réinvestissement de ces solutions, après une période de plusieurs siècles de francisation et de fragmentation du code d'écriture, déboucha sur un système modernisé et rationalisé sur ces bases médiévales propres ou autonomes. Les travaux, de la fin des années 1940 aux années 1980, de L. Alibert pour des normes orthographiques et grammaticales à l'échelle du languedocien dans les années 1930 (Alibert 1935 ; 1976), revues et republiées en 1976, ainsi que sur un dictionnaire normatif d'occitan languedocien (Alibert 1988 [1966]), et ceux de l'IEO qui leur firent suite, au cours de la phase de production scientifique de cette institution, débouchèrent donc de nos jours sur un système reprécisé et argumenté avec les travaux du Conseil de la langue occitane diffusés et utilisés par le Congrès permanent de la langue occitane6, préfiguration d'une institution de type académique, qui les diffusent et les appliquent.

8On rappellera que, parmi ceux qui s'opposent à cette orthographe, certains font une assimilation entre la représentation de la langue et le code graphique censée la noter. L'orthographe, par un raccourci inadéquat, est censée être constitutive d'un premier pas rejeté vers un standard pour tout l'occitan qui finit par être, lui aussi, rejeté sous le prétexte de son orthographe. Les deux choses ne sont pas clairement dissociées alors qu'elles sont liées mais en étant chacune de nature évidemment différente. Un discours affirmant que l'orthographe commune anticiperait une variété standard unifiée est émis en filigrane ou directement dans le cadre de l'Institut béarnais et gascon (cf. supra) de même que du Collectif Prouvenço, créé en 2000 en faveur du provençal langue autonome au sein des "langues d'oc"7. Ce collectif s'exprime ainsi à propos, justement, du Béarn :

  • 8 "A langue unique correspondra toujours une seule identité, et une normalisation monolithique, carac (...)

Fin 2009, à la demande des occitanistes, le Conseil Général de ce département a décidé de ne reconnaître que l’occitan et sa graphie normalisée au détriment de l’orthographe béarnaise traditionnelle. Ce fait incontestable prouve la volonté des occitanistes d’unifier et de normaliser les parlers d’oc au profit d’un seul et unique occitan standard8.

9D'un côté, la différence de nature entre l'orthographe et la langue elle-même est forcément connue des auteurs de cette opinion. D'un autre côté, celle-ci suggère une relation méronymique entre le code graphique suspecté et une version unifiée de la langue. Le code, outre sa fonction instrumentale, assume également une fonction unificatrice dans la représentation de la langue, et il peut en effet revêtir une valeur symbolique et métaphorique de l'unité de la langue. Cela participe des processus habituels de standardisation mais rappelons ici que l'orthographe "classique" a précisément été conçue pour être adaptable à la variation géographique de la langue d'oc ou occitan, et que cela a ensuite été réalisé et appliqué (cf. infra). Unité sans doute mais articulée à la diversité. Dire ainsi que l'orthographe "classique" est déjà un standard unifié, opinion peut-être entretenue pour certains, peut-être inconsciente pour d'autres, est pour ainsi dire vain au regard de sa réalité sur le fond et la forme. Le choix sous-jacent ou assumé par l'IBG, comme par le Collectif Prouvenço, est celui de graphies perçues, d'une part, comme étant plus faciles car s'inspirant de celle du français, uniformément enseignée en France, et celui de graphies contribuant d'autre part à identifier des langues détachées et indépendantes de l'occitan ou langue d'oc, non plus vu(e) au singulier comme auparavant mais à un pluriel dissociateur. Ce type de prise de position avait déjà fait écrire à R. Lafont que "Naturellement l'absence de vue diachronique correcte se reportant sur la connaissance en synchronie, ils ne peuvent non plus appréhender la variation dialectale autrement qu'en système de déviances" (Lafont 1987, 8). Les deux cas susmentionnés, à propos du gascon et du provençal, traduisent à la fois un choix de s'inspirer de l'orthographe du français et une dissociation par rapport à un ensemble d'oc conçu comme langue. Ces choix dissociateurs de graphies sont reliés à des choix dissociateurs de langues. D'un côté, la fonction intégratrice du standard est répétée et, avec des codes concurrents, c'est la fonction séparatrice qui s'en dégage. Au résultat, l'option de l'IBG par rapport à l'orthographe a pu être perçue en Béarn par les tenants du système "classique" de la façon lapidaire suivante : "cette graphie fait de l'"occitan" une langue étrangère au Béarn et à la Gascogne : la graphie devient la langue et réciproquement" (Javaloyès 2015, 124).

10Quelles que soient les fonctions sociales ensuite assignées à la langue, ce n'est pas seulement une orthographe en tant qu'outil unifié (à l'échelle globale de l'oc) et autonome qui est rejetée mais, au-delà, c'est le nom de la langue, et, en sus, sa représentation spatiale qui le sont aussi. L'option séparatrice des "langues d'oc", avec des variantes érigées en langues indépendantes, est assortie d'orthographes différentes proches, en l'occurrence, de celle du français (cf. infra), et dont l'orientation phonétisante est supposée mieux convenir aux réalités phonétiques locales et faciliter la lecture par un public de toute façon francophone.

  • 9 Il s'était déclaré au contraire favorable à une orthographe commune reprenant les solutions médiéva (...)
  • 10 La circulaire n° 76-123 du 29/03/1976 sur "La prise en compte dans l'enseignement des patrimoines c (...)

11En liaison avec la manière de l'écrire, la dénomination alternative "langue d'oc", préférée par certains à celle d'"occitan", demeure habituelle, entre autre félibréenne, et peut alors s'accompagner, dans ce dernier cas, de choix orthographiques de type félibréen, ou "mistralien" en Provence, sans exclusive ou rejet affiché pour l'orthographe normalisée. Évoquée sous les appellations de "graphie mistralienne", "moderne", "félibréenne", voire de "norme félibréenne", ce type de graphie ne procède d'ailleurs pas, comme l'on sait, d'une orientation donnée par Frédéric Mistral lui-même qui n'y était pas favorable au départ9. Alors que ce système de notation est de nature à varier dans ses applications en fonction de la géographie phonétique de l'occitan, cette faculté annoncée s'avouera difficile à mettre en application et, sa conception ayant sans doute été trop liée à une variante particulière (provençal rhodanien), l'emploi de la graphie mistralienne allait déboucher sur l'emploi de la forme littéraire devenue prestigieuse à laquelle elle avait servi de code au départ (Vernet 1987, 64-69). Paradoxalement, cette graphie n'en fut pas moins incluse par le Félibrige - hormis, très récemment, par le Collectif Prouvenço - dans une représentation unitariste du territoire linguistique d'oc désigné de préférence par le terme "langue d'oc", utilisée autrefois en synonymie avec "provençal", dans l'acception qui a fait nommer par ce glossonyme la même réalité linguistique d'ensemble que "langue d'oc" ou "occitan". Pour sa part, le ministère de l'Éducation nationale a toujours utilisé, hormis dans un circulaire en 197610, les désignations "occitan" ou "occitan - langue d'oc", cette dernière à l'usage du CAPES Section Langues régionales mis en place en 1992. Or, cette façon de nommer administrativement cette langue au moyen d'un composé tautologique, avec une portée volontairement consensuelle de réunir les "anciens" (langue d'oc) et les "modernes" (occitan), a entraîné en même temps la reconnaissance - avec une portée officialisante dans l'enseignement public - des deux orthographes, la normalisée et la mistralienne. Même si, dans les faits, la première est la plus utilisée, le choix du nom de la langue, dans ses diverses formulations, n'a qu'une relative incidence sur le choix d'un système graphique.

  • 11 On notera que les options politiques ne transparaissent que peu ou pas dans ces débats. Partant, le (...)

12Sans que cela soit notoire ou ressorte forcément, si les tenants de la graphie dite "moderne" se veulent ou sont qualifiés de traditionnalistes, cela renvoie d'abord à une conception de l'orthographe et de la langue, pas plus traditionnelle en soi que celle qui a repris le code médiéval, sans impliquer forcément un lien avec une option politique également qualifiée de traditionnaliste11.

13Depuis ces dernières années, Le Congrès de la langue occitane (cf. supra), parmi les matériaux descriptifs qu'il propose en matière de lexique et de grammaire, diffuse les règles de l'orthographe classique, présentée sous les dénominations "graphie classique de l'occitan" et "graphie commune de l'occitan"12, en l'absence de modèle commun pour une norme linguistique générale13. Pour autant, les tendances dont atteste l'exemple de l'occitan peuvent aussi bien se retrouver pour d'autres langues minoritaires. L'orthographe, comme pour d'autres expressions linguistiques, sert à identifier la langue en même temps qu'elle la note. De surcroît, elle véhicule ici, en liaison avec les choix de ses concepteurs, une position idéologique par rapport à la configuration diglossique de la langue qu'elle sert à noter. En même temps, étant le seul élément normatif commun, acquis et répandu sur l'ensemble de l'aire de langue, on a tendance à la substituer à d'autres éléments normatifs - hormis pour l'aire dialectale du languedocien - également reliés à la dénomination "occitan". D'où, quelque part, le relatif succès du raccourci "graphie classique" = "occitan", à la faveur d'une confusion entre la graphie et la représentation d'une forme unifiée de langue qui n'existe pas ou ne fonctionne pas réellement ainsi, en tout cas à l'échelle de l'ensemble de l'occitan. Cela correspond également à une vision réinterprétée par ceux qui ne se reconnaissent ni dans cette graphie ni dans le nom englobant "occitan".

La graphie, c'est le standard

14La variante normée du languedocien à partir des travaux de L. Alibert et de l'IEO sur la grammaire et le lexique de cette aire est parfois postulée comme pouvant être une norme commune de référence, voire potentiellement un réel standard à l'échelle de l'occitan dans son ensemble. Bien que ce travail de normativisation se soit inspiré de celui de Pompeu Fabra (1868-1948) pour le catalan dans les années 1920, il s'est appliqué à une aire linguistique quelque part comparable d'un point de vue proprement spatio-linguistique mais non d'un point de vue sociolinguistique. Or, le catalan est une langue, l'occitan en est une autre alors qu'elles sont très proches l'une de l'autre, et l'on sait que des débats ont émaillé le XXe siècle quant à déterminer la participation ou non du catalan à l'aire de langue de l'occitan. S'il en fut confirmé l'indépendance de l'un par rapport à l'autre dans les années 1930 (Alquézar i Montañés 1992, 642-645), les deux domaines linguistiques entretiennent une relation culturelle, voire politique ne serait-ce qu'à travers la variante occitane du Val d'Aran et, au-delà, l'officialisation de l'occitan (à travers sa variété aranaise et, aussi, globalement) en Catalogne dans le nouveau Statut d'autonomie de la Catalogne (article 6.5) de 2006-2010. Quant au rôle attribué au languedocien normé au-delà de son aire dialectale, il s'agit de pratiques plutôt spontanées, qui, sur le fond, reposent sur l'argument de la centralité géographique de ce dialecte et, partant, de sa virtualité diasystémique telle qu'avancée par Pierre Bec (1972, 44-45).

  • 14 "a) On parle d'un occitan larg (ou d'un seul occitan standard), qui englobe les sept standards régi (...)

15Jusqu'à présent tout au moins, un développement à portée standardisatrice ne s'est cependant pas encore fait jour de façon décisive à partir de là. La tendance polycentrique autour de quatre "grands dialectes" (languedocien, gascon, provençal, limousin) s'est plutôt affirmée, suivant en cela la conception adaptative de l'orthographe classique telle qu'énoncée à partir des années 1950. L'optique d'une mono-standardisation demeurant insuffisamment développée ou réservée à d'ultérieures réévaluations et négociations, elle ne pourrait néanmoins que réapparaître dans l'éventualité de formes futures de coofficialisation de l'occitan en France. Il est déjà coofficiel en Espagne, dans le Val d'Aran, d'une importance d'abord symbolique, il est vrai, et sur la base de ses propres parlers, et dans une configuration de marge linguistique (Viaut 2012, 17-18). Cette coofficialité y est néanmoins bien effective. En attendant que la question de la standardisation revienne dans le débat avec la perspective de solutions plus assurées, des utilisations voulues ou spontanées sont parfois faites dans ce sens, et la notion d'"occitan large" (occitan larg), que l'on doit au départ à Patrick Sauzet (1996, 138-139), tente de s'implanter de façon subsidiaire sur la base des travaux du Conseil de la langue occitane à partir du languedocien alibertin normé (Sauzet 1995, 10 ; 1996, 138-139) ou sur une base plus large incluant, en plus du languedocien, des variantes significatives (auvergnat, gascon, limousin, niçard, provençal, vivaro-alpin) (Sumien 2006, 151-176)14.

16Le Congrès de la langue occitane (cf. supra) recourt sur son site à la notion de "variété référentielle" en l'appliquant à une variante géographique15, cela correspondant à la notion de standards régionaux ("occitan larg lemosin", etc.) articulés au standard de l'"occitan larg general" (occitan large général) chez D. Sumien (ibid.), qui correspond en fait au languedocien normé. Quoi qu'il en soit, au-delà de cela et de ce qui pourra en résulter à l'avenir, la réalité standardisatrice de la langue s'y traduit à ce jour dans la partie "Normes graphiques et linguistiques" du site du Congrès par trois nomenclatures orthographiques, celle de "la graphie commune de la langue occitane", et celles de ses applications particulières au Val d'Aran et aux parlers des vallées occitanes d'Italie16.

17Il en résulte que l'aspect le plus consistant et apparent de l'exposé de ces normes est constitutif pour l'essentiel d'un noyau orthographique auquel s'articulent deux documents qui en fournissent des applications particulières aux deux parties non françaises de l'occitan. Il reste, sur le plan de la norme proprement linguistique, le "Basic", dans le cadre du "Dicod'Òc", qui donne des réponses lexicales normées sur la base conjointe des variantes languedocienne et gasconne accolées17. Cet accès est présenté comme étant une première étape dans une voie standardisatrice progressive dans sa méthode plus causale que téléologique18.

  • 19 Ainsi des facteurs 5 ("Nouveaux domaines et médias acceptés une langue en danger" - plutôt niveau 2 (...)

18Si cette situation a été présentée avec ces détails, c'est pour constater le poids déterminant de la question orthographique dans les représentations internes de l'occitan. L'orthographe s'y trouve liée de façon d'autant plus centrale à l'image de la langue, en l'attente d'éventuels développements pour une standardisation linguistique plus complète et globale de l'occitan, difficile à envisager du fait d'un faisceau de paramètres et de contraintes dont la complexité est en outre déterminée par la place que l'on peut lui supposer sur l'échelle de Vitalité et disparition des langues proposée par l'UNESCO il y a une quinzaine d'années (UNESCO 2003) dans la catégorie des langues minoritaires sérieusement en danger, au niveau n° 2 ("La langue est surtout utilisée par la génération des grands parents et leurs ascendants") au titre du facteur 1, "Transmission de la langue d'une génération à l’autre", et dans la catégorie des langues moribondes (niveau n° 1 : "Un très petit nombre de personnes parlent la langue"), au titre du facteur 3, "Taux de locuteurs sur l'ensemble de la population référence", et, enfin, avec un faible ou très faible niveau d'investissement public correspondant au facteur 7, "Attitude de l'État vis-à-vis des langues", cette réalité globale dût-elle être un peu tempérée par des classements moins défavorables quant à d'autres facteurs19.

19Au résultat, l'orthographe apparaît comme l'élément normatif directement appréhendable dans les représentations - le seul d'emblée évident - de l'occitan, cela confirmant qu'elle soit amenée à assumer une fonction référentielle pour la langue qu'elle transcrit sous ses variantes dialectales. C'est une réalité actuelle qui fonctionne dans l'enseignement, les médias et les champs formels de la communication, en s'appliquant à la diversité des formes enseignées sur la base des données géographiques héritées de l'occitan.

Une donne politique

  • 20 En fait, il a existé partiellement, jusqu'à la fin du Moyen Age, en particulier en Gascogne, et sur (...)
  • 21 Le lien de la langue au politique alimente sa fonction communicationnelle courante, formelle et pre (...)

20Les conflits de graphies renvoient fréquemment à ceux de nomination de la langue et à la question du référent premier qui a présidé au choix de cette dernière. "Occitan" est en effet "une nomination interne qui nomme la langue par la langue alors qu'il est commun que les langues portent le nom de ceux qui les parlent ou de leurs constructions politiques : "le français tire son nom de la France et elle-même des Francs…" (Sauzet 2012, 93). L'entité territoriale support de l'occitan n'est pas de cette nature. Comme on l'a vu, sa base spatiale n'a pas été perçu comme étant lié à une expression politique qui l'englobe ou qui aurait établi un lien identificatoire suffisamment prégnant à un moment ou à un autre de son histoire avec elle. L'aire de langue de l'occitan n'a pas connu ce type d'adéquation consciente, partielle ou globale, avec une entité historique indépendante du pouvoir royal français, sauf finalement en Béarn20. Quoi qu'il en soit, dire que cela oblitère nécessairement la virtualité ou la productivité d'un tel lien n'a de sens, dans ce cas, qu'en se reportant à des constructions a posteriori, idéologiquement perçues comme positives ou négatives selon les inclinations des uns ou des autres. On a affaire en l'espèce à un autre type de configuration éponymique possédant ses propres traits, différents de ceux qui proviennent d'un ethnonyme ou d'un choronyme. Ce que l'on pourrait en inférer par rapport à la place de l'orthographe dans ce cadre particulier, c'est qu'en l'absence d'un standard général, plus effectif que l'"occitan large", celle-ci assume comme naturellement la plus grande part de la fonction de représentation de la langue prise dans son ensemble, d'où le fait qu'elle puisse être un réceptacle de tensions convergentes mais aussi divergentes et des différences d'appréciation quant à la conception de l'ensemble linguistique concerné. Entre autres conséquences, ce lien rencontre évidemment aussi la relation au politique dans les orientations générales des processus de normativisation-standardisation vers des formes communes de langue, et, en l'espèce ici, en se concentrant sur les questions de graphie21.

21Dans ce lien de la langue vers le territoire, la configuration d’ensemble du projet occitan demeure dominée par la langue. Les éventuelles fonctions politiques, qui s'appuient sur la langue et son territoire historique, pourront différer de ce qui serait observable dans le cas breton par exemple pour lequel le lien éponymique part du territoire "Bretagne" avec sa propre historicité. Quoique ce lien ne saurait fonctionner mécaniquement dans l'un ou l'autre sens selon un schéma préétabli. Euskadi (Pays basque) est sémantiquement constitutif du groupe des Euskaldunak (ceux qui possèdent, qui utilisent, d’une façon ou d’une autre, la langue basque). Il y a aussi un projet ou une cohésion minimale entre trois composantes politico-administratives - communautés autonomes du Pays basque et de Navarre, en Espagne, et Pays basque français - et une donne politique globale (avec un statut de coofficialité pour les deux premières entités), autre que celle qui ne reposerait que sur la langue. Une légitimité et un prestige, voire une autorité, découlent de cette configuration et sont propres à étayer engagements et décisions publiques dans le champ linguistique, y compris à ce degré, dépourvu d'une structure étatique qui coifferait globalement ou partiellement l'ensemble concerné. Un tel contexte agit sur les processus de normalisation linguistique en général, et de normativisation en particulier. A minima, c'est dans le cadre de la Catalogne autonome en Espagne et d'un Val d'Aran foncièrement attaché à sa propre autonomie que la graphie classique de l'occitan a été seule officialisée par décret de la présidence du gouvernement catalan en 198322, et, du reste, seulement là, sur le territoire linguistique occitan à ce niveau politique.

Variations graphiques en domaine gascon

22L’approche pluricentrique développée par D. Sumien par rapport à la standardisation de l’occitan, rassemble d’une façon pragmatique les données du problème pour leur donner une cohérence d’ensemble (Sumien 2006). En ce qui concerne la partie orthographique du traitement de ce sujet, les travaux publiés en leur temps, des années 1950 à 70, dans le cadre de l’Institut d’études occitanes ou d'entités qui lui étaient liées à l’époque, procédèrent à des adaptations de la norme alibertine (cf. supra) à des variétés dialectales de l’occitan autres que la languedocienne, à laquelle elle avait d’abord été appliquée (Alibert 1931a, b & c), le provençal (Lafont 1951, 1972), le gascon (Alibert, Bec & Bouzet 1952 ; Darrigrand 1969), le limousin (Desrozier & Ros 1974). Ces choix furent exposés dans le sens d'une applicabilité souple, faisant la part de contraintes phonétiques ressenties comme étant significatives.

  • 23 Traduit de l'occitan par nos soins : "La réforme alibertine est celle qui put le mieux jusqu'à main (...)
  • 24 "La norme classique [orthographique], fixée par Louis Alibert et régularisée par le CLO [Conseil de (...)

23Ce travail d'adaptation de la graphie commune à la variation diatopique de l'occitan a été inscrit dans une culture de "démocratie des parlers"23, proche en ce sens de la notion de polynomie développée par les sociolinguistes corses (Sorba 2018). En fait, ces travaux ont été constitutifs de réponses pragmatiques à la réalité sociolinguistique d’oc sommairement évoquée ci-dessus. L'ensemble des résultats produits alors et, plus récemment, dans le cadre du Conseil de la langue occitane24, ont ensuite été repris, relayés et diffusés par le Congrès permanent de la langue occitane (cf. supra).

24Si le choix a été fait de recentrer maintenant cette question à partir du versant gascon de l’aire considérée, ce n’est pas parce que celui-ci présenterait a priori plus de diversité interne qu’ailleurs en occitan. Quand ce serait le cas, cela ne pourrait être qu’arithmétique, à moins d’être révélateur d’une donne structurellement originale, ou, à l’inverse, particulièrement exemplaire de l’ensemble d’oc. Or, l’intérêt du choix gascon réside pour nous dans ce qu’il serait à la fois représentatif de caractéristiques significatives du fait qu'une de ses propres variantes, l'aranaise, est officielle en Espagne, et aussi parce que l'on va y retrouver nombre de paramètres réels ou potentiellement possibles présents ailleurs à l’échelle du domaine d’oc.

25Les caractéristiques propres que nous accordons dans cette première approche à la variante gasconne seraient les suivantes :

  • une donne substratique étudiée et régulièrement signalée comme caractéristique, voire emblématique de cette variante, et parfois utilisée dans une perspective centrifuge ;

  • la mise en avant d’une utilisation tardive (de façon décroissante, et jusqu’au XVIIIe siècle en Béarn) par rapport au reste du domaine d’oc, de la langue pour des usages formels (notariés, Parlement de Navarre notamment), cela concernant directement des habitudes graphiques éventuellement légitimées par ce biais ;

  • représentative, à travers la variante aranaise, de l'occitan langue coofficielle dans le Val d'Aran et en Catalogne.

Le miroir aranais

  • 25 Les statuts d’autonomie font partie des lois fondamentales de l'État espagnol.
  • 26 Traduits du catalan par nos soins : "... il fallait établir les normes orthographiques au moyen des (...)

26En effet, on a affaire, avec cette dernière caractéristique, à une utilisation coofficielle de l’occitan dans sa variété gasconne, aranaise, normativisée à l’échelle du Val d’Aran sur la base de ses propres parlers locaux. Cet usage officiel est rendu possible depuis la loi du Val d’Aran du Parlement de Catalogne en 1990, confirmée dans le nouveau Statut d’autonomie de la Catalogne (2006 - version consolidée de 2010) : "La langue occitane, dénommée aranais dans le Val d’Aran, est la langue propre de ce territoire et est officielle en Catalogne, en accord avec les dispositions du Statut et des lois de normalisation linguistiques" (art. 6.5). Or, après la loi de 1983 de Normalisation linguistique en Catalogne, du 6 avril 1983, qui avait déclaré, dans un premier temps, l'aranais langue propre du Val d'Aran, cette reconnaissance légale de l’occitan en Catalogne et en Espagne25, avait été précédée, trois mois avant, d’une officialisation, par décret de la Généralité de Catalogne du 14 janvier 1983, de l’application à l’aranais (sic) de l’orthographe de l’occitan26, après avoir fait l’objet d’une adaptation aux réalités phonétiques de la vallée (Viaut 1987, 115-121 ; Carrera 2007, 49-76). Au titre de cette adaptation, il s'était principalement agi de retenir le graphème intervocalique <-u->, prévu dans l’adaptation de la règle alibertine au gascon au début des années 1950 (Alibert, Bec & Bouzet 1952), en alternance avec <-v-> étymologique et panoccitan, <-u-> transcrivant la réalisation [w] et <-v-> la réalisation bêtacisante [β]. Cette dualité possible a ainsi été introduite et maintenue dans les emplois orthographiques officialisés de l’occitan aranais alors qu'elle a été abandonnée depuis plusieurs décennies au profit de la notation unique panoccitane <-v->. Il en va de même pour la non-notation de la diphtongue finale au masculin <-òu> (cf. -òl en occitan central, par ex. esquirò/esquiròu // esquiròl : écureuil). Cette notation, également proposée dans l’adaptation alibertine au gascon en même temps que pour <-v-> roman, avait également été abandonnée au profit de la notation étymologique <-òu> qui correspond par ailleurs à une aire traditionnelle d'emploi majoritaire en gascon (ALG tome I : c. 9). Notons enfin le choix de noter <-es> la désinence du féminin pluriel (<-a> au singulier), dont la notation unifiée ailleurs <-as> recouvre les différentes prononciations dont la même que celle du Val d'Aran.

  • 27 Par exemple, le pronominal "pientar-se" (se peigner) au lieu de pientà-se.
  • 28 On le dissociera toutefois de formes parfois concurrentes telles que celles qui apparaissent par ex (...)

27Au résultat, sur des bases consensuelles, la Commision entara normalisacion ortografica dera lengua pròpia dera Val d’Aran (Commission pour la normalisation orthographique de la langue propre du Val d'Aran), sous les auspices de la Direction générale de la politique linguistique de la Généralité de Catalogne, avait pris la décision « d’adapter les normes de l’IEO de façon qu’elles respectent les caractéristiques de l’aranais » (DGPL 1982, 11). Ces normes furent toutefois révisées en 1999 par la Commission du code linguistique (Comission de Còdi lingüistic 1999) et approuvées à l’unanimité par le Conseil général du Val d’Aran. Cette révision a eu pour souci d'aligner un peu plus le sous-système graphique aranais sur la nomenclature de l'orthographe classique commune de l’occitan, pour le graphème <-z-> intervocalique du suffixe verbal -izar) < bas-lat. -izare), et pour la restitution du <-r> étymologique des infinitifs de verbes avec pronoms enclitiques27. Cet alignement est ainsi resté modeste comme le relèvera plus tard Aitor Carrera dans sa Gramatica aranesa (Carrera 2007 : 37-38). Quoique les usages orthographiques aranais, qui s'inscrivent dans un cadre officiel, aillent dans le sens d'une plus grande standardisation, l'attachement culturel à la visibilité de certains traits de phonie locale demeure28. La configuration aranaise se présente dans une sorte d'équilibre où la variante aranaise, avec des aménagements orthographiques propres, continuerait - de façon polynomique, de fait - à l'émergence d'une "langue commune" (Vergés Bartau 1999, 6).

28De ce point de vue, le Val d'Aran, est assez représentatif du paradoxe, certes positif, de la seule officialisation de l'occitan, très réelle mais sans une influence comparable à celle du basque ou du catalan sur le Pays basque français et le Roussillon (Viaut 2018), du fait de l'étroitesse du territoire concerné, en situation ultrafontalière. Il contribue cependant à valoriser l'orthographe classique de l'occitan tout en validant doublement la voie de la standardisation polycentrique de cette langue. Cela intervient en raison de la reconnaissance d'une variété locale, l'"aranais", dénommant l'occitan sur place (cf. supra, article 6.5 du Statut d'autonomie de la Catalogne 2006-2010), et aussi, eu égard aux concessions faites aux réalisations phoniques locales, de la reconnaissance d'une variante de l'orthographe classique. À la fin, cette solution, qui va dans le sens des adaptations déjà entérinées pour le gascon dans son ensemble et pour le limousin (cf. supra) et a l'avantage d'avoir été réaliste étant donné le degré relativement peu élevé de standardisation de l'occitan, apparaît comme étant pragmatique mais qui, incidemment, renforce le polycentrisme de cette langue au risque que ce dernier ne constitue, à l'avenir, un obstacle à son accès à des usages publics vraiment formels. De même, il peut se faire qu'une éventuelle offre de ces possibilités-là, même seulement réduites, n'aboutisse à favoriser un recentrage de la stratégie standardisatrice qui pourrait impliquer alors de revisiter, voire d'intégrer au sein d'une autre conception d'ensemble, la donne alibertine et languedocienne disponible. Or, si une telle orientation n'est pas censée instaurer nécessairement le développement d'une diglossie interne substitutive - tout étant affaire à cet égard de choix débattus et de conceptions clairement énoncées au départ - cela pourrait agir incidemment sur les parties constitutives de la langue dont l'orthographe. Sans pour autant remettre en question les bases de cette dernière, cela pourrait entraîner une reformulation de ses principes en en conservant de cette façon les acquis, remarquables pour une langue minoritaire, concernant la valorisation des variantes géographiques jusqu'aux niveaux bien formels de la création notamment littéraire et sa place dans les processus académiques.

Lectures dissociatives

29Hormis cette "leçon" aranaise, riche en enseignements, le domaine gascon doit aussi compter avec deux tendances, minoritaires, quant à la graphie qui, elles, s'inscrivent cependant dans une orientation centrifuge d'individuation linguistique de ce dialecte. L'une, d'allure phonétisante et francisée, de l'IBG, reprend les solutions initiales de l'Escòla Gaston Febus (Sarpoulet 2005, 85-100) et utilise ainsi l'orthographe qualifiée de "moderne"29. Jean Lafitte (2005), de son côté, examine les deux graphies, celle occitane classique, telle qu'appliquée au gascon, et l'autre "moderne", ou fébusienne, en s'appuyant, dans les deux cas, sur des usages anciens et les réalités phonétiques, avec, par conséquent, un renvoi à une légitimité historique, comme par exemple pour l'emploi du graphème <x> pour noter la prononciation [ʃ], notation présente au Moyen Âge dans cette région jusqu'en Bordelais mais non exclusivement, concurrencée entre autre par <sh>, globalement, en gascon pyrénéen en particulier. Il s'oriente pour sa part vers la graphie "moderne" censée, selon lui, pouvoir être mieux acceptée pour revitaliser le gascon et il propose de l'amender pour certains graphèmes en une "graphie "moderne" améliorée" (Lafitte 2005, 307-339).

30Ces deux tendances - la seconde étant en fait une variante de la première - s’appuient classiquement sur des opinions scientifiques par nature autorisées (Bernard Pottier, Henriette Walter, … dans le cas de l'IBG), régulièrement convoquées à travers citations et noms, que l'on retrouve également dans la liste des universitaires signataires du Manifeste de l’Institut béarnais et gascon30. En même temps, ce système s’inscrit dans un courant non seulement "traditionnaliste" en référence au Félibrige, mais aussi centrifuge par rapport à l’ensemble d’oc (Blanchet 2012 ; Puyau 2012), en s’appuyant sur des données de l'histoire et de la tradition culturelle de nature à justifier des entités gasconne et béarnaise différentes mais néanmoins liées entre elles sans que la nature de cette relation soit explicitement précisée, et surtout indépendantes de l'occitan au singulier31, remplacé par les "langues d'oc"32, comme dans le cas de l’option provençaliste du Collectif Prouvenço33, laquelle utilise la graphie également qualifiée de "moderne dite mistralienne ou provençale"34.

  • 35 Comme <-nn> final, par exemple pour "ann" (an), du latin annus, avec -nn- intervocalique, et <x> in (...)

31Cela peut aussi intégrer à la marge des graphèmes nouveaux, comme dans la version revue par J. Lafitte de la graphie classique35, censés être plus authentiquement propres et "efficaces". Ces solutions contribuent à donner une importance accrue aux fonctions séparatrices de l’orthographe - ici, par rapport à celle de l'occitan, identifié comme une langue de toute façon différente ou devant être remplacé par l'entité plurielle des langues d'oc - dans les processus de standardisation par rapport à sa valeur d'usage et, lorsque c'est le cas, à des fondements phonologiques et diasystémiques.

32L’idée de code commun reste liée à l'effectivité de son fonctionnement mais elle est contrebalancée par la tendance séparatrice du standard qui s’appuie sur des traits spécifiques hérités comme autant de justifications au lieu d’admettre qu'elle peut d'abord avoir pour origine un choix volontariste. Or ce choix ne peut éviter de poser d’abord la question de sa teneur sociale dont la masse critique, réelle, conditionne une capacité à porter un tel projet dissociateur. Cela renvoie à l'évidence aux dynamiques des langues minoritaires par élaboration et aux conditions de leur aboutissement.

  • 36 Cette décision fut contestée en justice par l'IBG au motif entre autre d'une distinction entre la g (...)

33En réalité, ces tendances témoignent en même temps d'un Béarn mobilisé autour de sa langue (Viaut, Pasquet & Pouthier 2018). De façon significative, dans cette région par ailleurs connue pour son activité tant associative qu'institutionnelle publique et para-publique dans une dynamique à la fois occitane et béarnaise, l’Assemblée départementale des Pyrénées-Atlantiques, dans sa délibération en date du 17/12/2009, à un niveau administratif certes inférieur à celui du gouvernement catalan pour le Val d'Aran (cf. supra, normalisation orthographique de la langue propre du val d'Aran), a "décidé d’employer la graphie classique dans tous les actes du département des Pyrénées-Atlantiques en cohérence avec la façon dont l’Éducation nationale enseigne l’écriture du béarnais/gascon/occitan dans tous les établissements scolaires et périscolaires"36. Cette décision, notons-le, sans équivalent en domaine occitan de France, s'applique dans les usages réglementaires de cette entité, sans intention d'interférer sur ceux de ses collectivités publiques partenaires.

Du code particulier au code commun

34Les faits ci-dessus présentés sont de nature à interpréter la graphie classique de l'occitan dans le sens de la polynomie en raison de son adaptabilité conçue comme un trait de base. Or la limite de cette adaptabilité pourra apparaître à partir du moment où les modifications apportées au code général dans le sens d'un pluralisme orthographique seront confrontées à l'accès à des fonctions publiques des registres high du standard. C'est déjà ce qui s'est passé dans le Val d'Aran mais, si cela devient perceptible à plus grande échelle - dans l'hypothèse, cela s'entend, d'un accès au champ de l'officialité -, la question de la fonctionnalité de la standardisation de l'occitan et de ses outils se reposera aussi concrètement qu'inévitablement.

  • 37 Les variétés alémaniques orales et l'allemand standard connaîtraient selon cette approche une répar (...)

35Les vertus de la souplesse du code classique rencontrent pourtant des refus mais qui s'inscrivent dans des démarches dissociatrices. Or celle-ci paraît être d’autant plus développée et argumentée que la langue concernée n’est que très peu reliée à un projet politique global ou régional. En réalité, ce lien avec un projet politique en liaison directe avec une conception elle-même commune de la langue, quelle qu'en soit la forme et le fonctionnement, pourrait aussi bien articuler norme graphique souple et norme linguistique commune standard, autrement dit une répartition fonctionnelle sans statut socialement inférieur pour la variation naturelle de la langue valorisée avec une base orthographique commune, dont la souplesse est limitée par la contrainte diasystémique, et un standard peut-être académiquement revisité afin que sa transversalité soit perçue comme étant plus évidente et argumentée. Cela renvoie au modèle de diglossie médiale37, employé dans un autre contexte, pour décrire la situation sociolinguistique de la Suisse alémanique, si l'on en retient pour l'occitan l'absence de représentation hiérarchisée d'une répartition fonctionnelle des usages des variétés dialectales ou locales par rapport à une variété standard.

36En effet, les variétés locales ou régionales d'occitan sont valorisées sous forme écrite depuis longtemps, et, depuis la deuxième moitié du XXe siècle, avec une orthographe majoritairement utilisée mais c'est aussi parce qu'il n'y pas de variété standard commune qui fonctionne réellement malgré les craintes de l'IBG par rapport à la question de l'orthographe. Or la Suisse alémanique a vu l'écrit se développer depuis les dernières décennies dans les variétés alémaniques entre autre dans le cadre des TIC et des réseaux sociaux (Brohy 2013, 11), ce qui remet en cause le schéma initial de diglossie médiale, dont nous retiendrons cependant pour toujours valide l'idée de répartition fonctionnelle sans statut socialement inférieur pour les variantes topolectales par rapport à un standard commun occitan. Ceci n'est qu'une hypothèse versée au débat qui, au-delà d'un certain degré d'acceptation et de valorisation du principe de la variation sur les bases énoncées plus haut, se rapporte à la conception des variétés régionales de référence (Sumien 2006, 152-160), aux protocoles d’application à ces dernières du système orthographique général, et aux usages de ces standards régionaux dans les domaines littéraire, de l'enseignement, et à certains niveaux administratifs. Cela s'articulerait en un protocole d'usage dual : avec un code orthographique restreint et lié à un standard commun (usages formels, possiblement officiels), et une version plurielle de ce code répondant aux réalités et aux demandes légitimées par une diatopie éventuellement redynamisée selon des conceptions actualisées.

37Le cas aranais, par rapport à cette perspective, apparaît comme intermédiaire et témoin, comme en interrogation finalement, de la place de l'orthographe dans cette configuration générale de l’occitan et de sa situation sociolinguistique actuelle avec ses caractéristiques et ses interrogations sur son avenir.

Haut de page

Bibliographie

alg < Séguy, Jean (dir.), 1954-1973, Atlas linguistique et ethnographique de la Gascogne, 6 tomes, Paris, CNRS.

Alibert, Louis, 1931a. "Grafia e fonetica dels parlars lengadocians moderns", Oc Revista de la renaissença dels Paises d'Oc (Auvernha, Gasconha, Lemosin, Lengadoc, Provença, Catalonha, Valencia, Balearas), julh-agost, 1, 49-53 (1ère version in Oc, 1er trimestre 1930).

Alibert, Louis, 1931b, "Gramatica occitana segón los parlars lengadocians. Primiera part, Grafia e fonetica dels parlars lengadocians moderns", Oc Revista de la renaissença dels Paises d'Oc (Auvernha, Gasconha, Lemosin, Lengadoc, Provença, Catalonha, Valencia, Balearas), setembre-octobre, 2, 105-119.

Alibert, Louis, 1931c, "Gramatica occitana segón los parlars lengadocians. Primiera part. Grafia e fonetica dels parlars lengadocians moderns (Seguida)", Oc Revista de la renaissença dels Paises d'Oc (Auvernha, Gasconha, Lemosin, Lengadoc, Provença, Catalonha, Valencia, Balearas), novembre-decembre, 3, 186-197.

Alibert, Louis, 1935, Gramatica occitana segón los parlars lengadocians, Tolosa, Societat d'estudis occitans.

Alibert, Louis, 1976, Gramatica occitana segon los parlars lengadocians, Montpelhièr, Centre d'estudis occitans.

Alibert, Louis, 1988 [1966], Dictionnaire occitan - français d'après les parlers languedociens, Toulouse, Institut d'études occitanes.

Alibert, Louis, Bec, Pierre & Bouzet, Jean, 1952, L'application de la réforme linguistique occitane au gascon, Toulouse, Institut d'études occitanes.

Alquézar i Montañés, Manuel, 1992, La correspondència entre Loïs Alibert i Josep Carbonell i Gener (materials per a l'estudi de la codificació de la llengua occitana), Barcelona, Institut d'Estudis Catalans.

Anglade, Joseph (éd.), 1919-1920, Las Leys d'Amors. Manuscrit de l'Académie des jeux floraux. 4 tomes, Toulouse / Paris, Privat / Picard.

Bec, Pierre, 1972, "Per una dinamica novèla de la lenga de referéncia : dialectalitat de basa e diasistèma occitan", Annales de l'Institut d'Études Occitanes, tome II, 6, 39-61.

Blanchet, Philippe, 2012, "L’identification des langues : une question clé pour une politique scientifique et linguistique efficiente. L’exemple des catégories "béarnais, gascon, occitan"", Modèles linguistiques, 66, 17-25.

Bourciez, Édouard, 1900, "Règles orthographiques du béarnais moderne", Reclams de Biarn e Gascougne, 4, pp. 50-56.

Brohy, 2013, "Plurilinguisme, diglossie et minorités : le cas de la Suisse", Lengas revue de sociolinguistique, https://journals.openedition.org/lengas/163 (consulté le 18/12/2019).

Carrera, Aitor, 2007, Gramatica aranesa, Lleida, Pagès editors.

Comission de Còdi lingüistic, 1999, Normes ortografiques der aranés. Tèxte aprovat en plen deth Conselh generau d'Aran 5 d'octobre de 1999, Vielha, Conselh generau d'era Val d'Aran.

Darrigrand, Robert, 1969, Comment écrire le gascon, Orthez, Per Noste.

Desrozier, Peir ;Ros Joan, 1974, L'ortografia occitana, lo lemosin, Montpellier, Centre d'estudis occitans.

dgpl (Direcció general de política lingüística), 1982, Nòrmes ortogràfiques der aranés proposades pera Comission entara normalisacion ortogràfica dera lengua dera Val d’Aran, Barcelona, Departament de Cultura dera Generalitat de Catalonha.

iea-aalo (Institut d'estudis aranesi-Acadèmia aranesa dera lengua occitana), 2015, Gramatica basica der occitan aranés (tèxte provisionau), Vielha-Mijaran, Institut d'estudis aranesi-Acadèmia aranesa dera lengua occitana, http://www.institutestudisaranesi.cat/# (consulté le 14/12/2019).

Javaloyès, Sergi, 2015, Au nom de la langue = Au nom de la lenga, Cosledàa-Lube-Boast, Éditions Reclams.

Kolde, Gottfried, 1981, Sprachkontakte in gemischtsprachigen Städten. Vergleichende Untersuchungen über Voraussetzungen und Formen sprachlicher Interaktion verschiedensprachiger Jugendlicher in den Schweizer Städten Biel/Bienne und Fribourg/Freiburg i.Ue, Wiesbaden, Franz Steiner Verlag.

Lacaze, Auguste, 1906, "Règles orthographiques du gascon moderne", Reclams de Biarn e Gascougne, 6, 114-124.

Lafitte, Jean, 1995, Petit lexique orthographique gascon des mots contenant [ʃ, tʃ ou tj] (ch, tch ou ty), hors-série n° H S-2 de Ligam-Digam, cadèrn de lingïstica e lexicografia gasconas.

Lafitte, Jean, 2005, Situation sociolinguistique et écriture du gascon aujourd'hui. Thèse sur travaux, Tomme I et II, Rennes, Université de Rennes.

Lafont, Robert, 1951, Phonétique et graphie du provençal, Toulouse, Institut d'études occitanes.

Lafont, Robert, 1971, L'ortografia occitana, sos principis, Montpellier, Centre d'estudis occitans.

Lafont, Robert, 1972, L'ortografia occitana, lo provençau, Montpellier, Centre d'estudis occitans.

Lafont, Robert, 1987, "Quand l'identité devient énigme. Entre le XVe et le XVIe en Provence : la fracture de conscience linguistique dans le texte", Cahiers critiques du patrimoine, 3, 5-18.

Lüdi, Georges, 1990, "Diglossie et polyglossie", in HOLTUS Günter, METZELTIN Michael & SCHIMTT Christian (eds.), Lexikon der Romanistischen Linguistik, tome V/1, Tübingen, Niemeyer, 307-334.

Puyau, Jean-Marie, 2012, "Petit historique de la graphie béarnaise", Modèles linguistiques, 66, 163-169.

Sarpoulet, Jean-Marie, 2005, Les débuts des Reclams de Biarn e Gascougne, revue occitane en Gascogne (1897-1920), Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux.

Sauzet, Patrick, 1996, "Vers un Service de la langue occitane en Languedoc-Roussillon", i Viaut, Alain, Langues d'Aquitaine, dynamiques institutionnelles et patrimoine linguistique, Bordeaux, Maison des sciences de l'homme d'Aquitaine, 133-144.

Sauzet, Patrick, 2012, "Occitan : de l'importance d'être une langue", in Dotte, Anne-Laure, Muni Toke, Valelia ; Sibille, Jean (dirs.). Langues de France, langues en danger : amenagement et rôle des linguistes. Cahiers de l'Observatoire des pratiques linguistiques, 3, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication / Délégation générale à la langue française et aux langues de France, 87-106.

Sorba, Nicolas, 2018, Parlons polynomie, Paris, L'Harmattan.

Sumien, Domergue (coord.), 2007, Preconizacions del Conselh de la langue occitana (Document de sintèsi preparat per Domergue Sumien), Lingüistica occitana, 6, http://linguistica-oc.com/wp-content/uploads/2013/07/Linguistica-occitana-6-CLO.pdf (consulté le 06/10/2019).

Sumien, Domergue, 2006, La standardisation pluricentrique de l'occitan : nouvel enjeu sociolinguistique, développement du lexique et de la morphologie, Turnhout, Brepols.

unesco / Groupe d'experts spécial de l'UNESCO sur les langues en danger (2003). Vitalité et disparition des langues, Paris, UNESCO, https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000183699_fre (consulté le 14/12/2019).

Vergès Bartau, Frederic, 1999, "Préfàcia", à : Comission de Còdi lingüistic (1999). Normes ortografiques der aranés. Tèxte aprovat en plen deth Conselh generau d'Aran 5 d'octobre de 1999, Vielha, Conselh generau d'era Val d'Aran, 5-6.

Vernet, Florian, 1987, "Dix ans de querelle graphique", Cahiers critiques du patrimoine, n° 3 (Graphie, idéologies linguistiques du XVIe au XXe siècle), 83-87.

Viaut, Alain, 1987, L'occitan gascon en Catalogne espagnole : le Val d'Aran, Bordeaux, Maison des sciences de l'homme d'Aquitaine.

Viaut, Alain, 2012, "Marge linguistique territoriale et langues minoritaires", Lengas revue de sociolinguistique, n° 71, 9-28.

Viaut, Alain, 2018, "Effets transfrontaliers contrastés sur les orientations glottopolitiques et les représentations de langues minoritaires : les cas du basque et de l'occitan comme illustrations", in ÉLOY Jean-Michel (dir.), De France et d'au-delà : les langues régionales transfrontalières, Cahiers d'atelier de sociolinguistique, 12, 13-25.

Viaut Alain, Pouthier François, Pascaud Antoine, 2018, Rapport d'étude (re)prendre l'initiative. Étude évaluative et prospective du Schéma d'aménagement linguistique "Iniciativa" Pyrénées-Atlantiques, Bordeaux, Université Bordeaux Inter-Culture (UBIC, Université de Bordeaux - Université Bordeaux Montaigne), https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01861694/document (consulté le 18/12/2019).

Haut de page

Notes

1 La récente création de la Région administrative "Occitanie" pourrait aller dans ce sens à moins que ses contours artificiels ne contribuent à brouiller une telle évolution.

2 Coofficiel depuis 1990 dans le Val d'Aran, son statut est défini comme tel dans l'article 6.5 du Statut d'autonomie consolidé de la Catalogne de 2006-2010) : "La langue occitane, dénommée aranais dans le Val d’Aran, est la langue propre de ce territoire et est officielle en Catalogne, en accord avec les dispositions du Statut et des lois de normalisation linguistiques".

3 https://www.institut-bearnaisgascon.com/ et https://www.institut-bearnaisgascon.com/bearn-et-gascogne/ecrire-en-gascon-bearnais/ (consulté le 14/12/2019).

4 https://www.institut-bearnaisgascon.com/bearn-et-gascogne/ecrire-en-gascon-bearnais/ (consulté le 14/12/2019).

5 Traduit de l'occitan par nos soins : "L'orthographe alibertine n'est rien de plus que l'application systématique à une situation de pluralité des deux limites de toute phonographie : refus des variantes combinatoires ; refus des archiphonèmes. Son principe directeur fut popularisé avec le terme de "graphie-support". Une graphie supporte diverses réalisations, la réalisation /ø/ incluse. On dira plus scientifiquement qu'elle note un système phonologique commun, archétypique, dont les systèmes dialectaux sont comme des réalisations aberrantes (équivalant à des réalisations individuelles)." (Lafont 1971, 35).

6 https://www.locongres.org/fr/ (consulté le 14/12/2019).

7 http://www.collectifprovence.com/ (consulté le 14/12/2019).

8 "A langue unique correspondra toujours une seule identité, et une normalisation monolithique, caractéristique de ce que l’on peut qualifier de "pensée unique" avec les dérives que cela suppose. C’est dans ce contexte qu’il faut replacer l’idéologie pan-occitane qui désire unifier tous les pays d’oc autour du Languedoc et de ses référents identitaires (nom, drapeau, dialecte de référence, histoire, graphie...). Il est illusoire de croire "à l’unité dans la diversité" car le premier concept finira toujours par l’emporter sur le second. Un exemple significatif : le cas du Béarn, dans le cadre du département des Pyrénées Atlantiques. Fin 2009, à la demande des occitanistes, le Conseil Général de ce département a décidé de ne reconnaître que l’occitan et sa graphie normalisée au détriment de l’orthographe béarnaise traditionnelle. Ce fait incontestable prouve la volonté des occitanistes d’unifier et de normaliser les parlers d’oc au profit d’un seul et unique occitan standard. Le Collectif Prouvènço s’oppose fermement à un tel projet en Provence." (http://www.collectifprovence.com/-Langue-29-, consulté le 14/12/2019).

9 Il s'était déclaré au contraire favorable à une orthographe commune reprenant les solutions médiévales, comme l'avait fait en partie Simon - J. Honnorat (1783-1852) en préfigurant celle qui est qualifiée ici de normalisée, mais il se rangea au système qualifié ensuite de félibréen préconisé par Roumanille.

10 La circulaire n° 76-123 du 29/03/1976 sur "La prise en compte dans l'enseignement des patrimoines culturels et linguistiques français" avait employé le pluriel "langues d'oc", d'ailleurs en contradiction avec la loi Deixonne de 1951, qui ne pouvait que coiffer cette circulaire, n'employait que le terme "langue occitane" au singulier (article 11). Le texte de la circulaire intervenait en outre dans les questions de graphie : "Chaque fois qu'une langue est pratiquée sous formes de dialectes différenciées, c'est le dialecte correspondant au lieu de l'enseignement est dispensé que et la graphie la plus appropriée à ce dialecte qui seront utilisés" (Langues et dialectes locaux, A).

11 On notera que les options politiques ne transparaissent que peu ou pas dans ces débats. Partant, les occitanistes se définissant comme tels et se plaçant du côté de la graphie normalisée voient le lien avec la tradition linguistique autonome de cette langue depuis ses premiers écrits sans se focaliser sur les engagements vichystes condamnés de L. Alibert ou en les méconnaissant. D'autres que lui, avant et après lui, s'étaient et se sont également préoccupés d'œuvrer dans ce sens pour la langue même si ce fut lui qui produisit au départ un travail important et étayé que l'Institut d'études occitanes appliqua et diffusa ensuite, après 1945.

12 https://www.locongres.org/fr/normes-et-oeuvres-normatives/normes/prononciation-graphie-phonie/introduction (consulté le 14/12/2019).

13 hormis celle de la variété unifiée de languedocien qui s'y trouve unie sur le site, pour lexique, à une variété gasconne que nous qualifierons de "moyenne", bien qu'elle n'y soit pas argumentée comme telle, sous la désignation commune d'"occitan basic" (cf. infra).

14 "a) On parle d'un occitan larg (ou d'un seul occitan standard), qui englobe les sept standards régionaux. Un standard régional, le languedocien, sert aussi de standard général car il est objectivement intermédiaire entre les autres dialectes. b) C'est en quelque sorte la variété par défaut de l'occitan larg, mais non exclusive des autres. On s'efforcera de divulguer cet occitan larg, avec ses sept formes régionales, grâce à un matériel panoccitan et harmonisé : dictionnaires, grammaires, méthodes, guides terminologiques... Ce travail considérable est le prix nécessaire de la "démocratie des dialectes" (Sumien 2006, 155-156).

15 En l'occurrence à l'occitan alpin oriental d'Italie : https://www.locongres.org/fr/normes-et-oeuvres-normatives/normes/normes-graphiques (consulté le 11/11/2019).

16 Avec, en complément, les choix morphologiques et le texte de présentation d'un vocabulaire italien - occitan alpin oriental.

17 https://www.locongres.org/fr/normes-et-oeuvres-normatives/oeuvres-normatives/lexicographie/le-basic (consulté le 11/11/2019).

18 "Le Basic est un lexique élémentaire français - occitan qui se veut, à terme, un dictionnaire unique pour tous les locuteurs et usagers de l'occitan, quelle que soit leur variante. Pour une entrée en français, il propose la forme occitane commune et/ou les formes spécifiques aux grandes variantes. (...). Le Basic, en plus de favoriser la conscience de l'unité de la langue, doit permettre de relativiser la variation et surtout de faciliter l'intercompréhension entre variantes, l'ouverture à l'ensemble de l'occitan qui fait souvent défaut" (https://www.locongres.org/fr/les-chantiers/le-basic, consulté le 13/11/19).

19 Ainsi des facteurs 5 ("Nouveaux domaines et médias acceptés une langue en danger" -> plutôt niveau 2 : "La langue est utilisée dans quelques nouveaux domaines"), 6 ("Matériels d'apprentissage et d'enseignement des langues" -> plutôt niveau 4 : "Il y a des matériels écrits et, à l'école, les enfants apprennent à lire et écrire dans la langue. La pratique écrite de la langue n'entre pas dans le domaine administratif"), 8 ("Attitude des membres de la communauté vis-à-vis de la langue" -> entre niveaux 4 et 5 : "La majorité du groupe est favorable au maintien de la langue (...) et souhaite en voir la promotion"), et 9 ("Type et qualité de la documentation" -> niveau 3 : "Assez bonne...") (UNESCO 2003).

20 En fait, il a existé partiellement, jusqu'à la fin du Moyen Age, en particulier en Gascogne, et surtout en Basse-Gascogne, dans la période qui précéda la fin de la guerre de Cent Ans, et jusqu'à finir de façon de plus en plus évanescente aux abords de la Révolution de 1789 pour le Béarn.

21 Le lien de la langue au politique alimente sa fonction communicationnelle courante, formelle et prestigieuse, avec l'efficacité instrumentale que cela suppose habituellement, à l’image sociale d’un ensemble territorial et/ou d’une communauté. Or, pour rendre le rapport entre la question graphique et celle de l'occitan encore plus complexe, rappelons que cette langue demeure en projet de ce point de vue. Elle s'affiche en outre souvent en faisant clairement apparaître les liens avec ses variantes : "occitan gascon", "occitan limousin", "occitan provençal", "occitan aranais", quoique, plutôt, "occitan" pour la partie languedocienne, par rapport à une représentation d'ensemble. Précisément, la récente création de la Région administrative, dotée du nom "Occitanie" depuis septembre 2016, pourrait aller dans le sens du lien à l'image socialisée d’une entité linguistique commune, matérialisée par l’idée de territoire et de communauté (au sens, certes, le plus large) mais ses contours conjoncturels, qui ne sont qu’en adéquation assurément partielle avec la réalité d'un lien éponymique à partir de la langue, contribuent à brouiller une telle configuration. Aussi a-t-on pu noter en enquête de terrain en Béarn (avril 2019), une opinion s'inscrivant dans la mouvance de l'IBG selon laquelle la graphie occitane était destinée à une autre langue, l'occitan, censée correspondre au territoire de la nouvelle Région Occitanie.

22 https://dogc.gencat.cat/ca/pdogc_canals_interns/pdogc_resultats_fitxa/?documentId=11309&action=fitxa&versionId=4823&mode=single (consulté le 09/10/2019).

23 Traduit de l'occitan par nos soins : "La réforme alibertine est celle qui put le mieux jusqu'à maintenant soutenir les deux directions [statique et applicable aux particularités dialectales ; dynamique et transversale]. Mise au point pour noter un écrit relativement unifié sur la base d'une sorte de "démocratie des parlers", contre la promotion arbitraire de telle ou telle forme dialectale, put être transférée du languedocien au provençal, au gascon, au nord-occitan" (Lafont 1971, 7).

24 "La norme classique [orthographique], fixée par Louis Alibert et régularisée par le CLO [Conseil de la langue occitane], a toujours été conçue pour permettre de cultiver toutes les variétés de l'occitan : autant la variété référentielle que l'ensemble des dialectes et aussi des parlers locaux. Les usagers sont libres de choisir la forme d'occitan qu'ils veulent utiliser en fonction des situations de communication." (Sumien 2007, 16).

25 Les statuts d’autonomie font partie des lois fondamentales de l'État espagnol.

26 Traduits du catalan par nos soins : "... il fallait établir les normes orthographiques au moyen desquelles il s'agit de réglementer l'usage public de l'aranais et son enseignement à l'école avec des garanties de validité scientifique et de respect à la filiation de l'aranais à la branche gasconne de la famille linguistique occitane et à ses particularités spécifiques." (Decret 57/1983 (DOGC 312, 16.03.83) pel qual s'adopten les normes ortogràfiques de l'aranès).

27 Par exemple, le pronominal "pientar-se" (se peigner) au lieu de pientà-se.

28 On le dissociera toutefois de formes parfois concurrentes telles que celles qui apparaissent par exemple dans deux documents normatifs, qui s'inscrivent dans une perspective générale d'unité linguistique d'oc, pour noter l'adverbe d'affirmation renforcée "certes" (ou "bien sûr"), écrites "òc-ben" (littéralement "oui bien") dans la Gramatica aranesa d'A. Carrera de 2007 (235), en intégrant l'étymoloɡie de ce composé comme ailleurs en oc (notation également "òc ben"), et "òbe", phonétisant, dans la Gramatica basica der occitan aranés disponible sur le site de l'Institut d'estudis aranesi - Acadèmia aranesa dera lengua occitana (IEA-AALO 2015, 4) (http://www.institutestudisaranesi.cat/wp-content/uploads/2016/10/gramatica-def-pags-5.pdf, consulté le 14/12/2019). Or, en Aran comme ailleurs en oc, on prononce [ɔˈbe].

29 https://www.institut-bearnaisgascon.com/bearn-et-gascogne/ecrire-en-gascon-bearnais (consulté le 05/12/2019).

30 https://www.institut-bearnaisgascon.com/manifeste-pour-la-reconnaissance-du-bearnais-et-du-gascon/ (consulté le 17/12/2019).

31 Dans le Manifeste pour la reconnaissance du béarnais et du gascon, disponible sur le site de l'IBG, il est en effet indiqué que le béarnais et le gascon sont deux langues, par conséquent indépendantes l'une de l'autre, et ceci en lien avec un refus affiché de voir ces deux entités linguistiques figurer comme des composantes d'une langue occitane ou d'oc unique : "Ces pratiques sont largement discriminatoires à l’égard du béarnais et du gascon, qui ne sont pas soutenus comme ils devraient l’être s’ils étaient traités séparément en tant que langues - et, partant, en tant que cultures - structurellement autonomes" (https://www.institut-bearnaisgascon.com/manifeste-pour-la-reconnaissance-du-bearnais-et-du-gascon/, consulté le 28/11/2019).

32 Dans cette option, il apparaît implicitement, dans la documentation diffusée par l'IBG, que le béarnais et le gascon font partie desdites langues d'oc.

33 "Ainsi, il est vrai que l’on ne parlait jadis que de "langue d’oc" au singulier, comme le faisait Mistral, qui considérait d’ailleurs que "la" langue d’oc par excellence était le provençal dans sa forme rhodanienne. Ajoutons que cette notion de langue d’oc unique est somme toute assez récente c’est à dire, à peine du XIXème siècle. Un cas similaire peut ici être évoqué : le corse était il y a encore quelques dizaines d’années considéré comme de l’italien. / Parler aujourd’hui de "langues d’oc" au pluriel est une évolution respectueuse de la diversité et de la pluralité des Pays d’oc qui n’ont jamais constitué une entité politique et humaine. Ainsi, par exemple, la Provence a toujours été plus proche de territoires tels que le Dauphiné, la Savoie, le Piémont ou la Ligurie que de pays d’oc tels que la Gascogne ou le Périgord. / A langue unique correspondra toujours une seule identité, et une normalisation monolithique, caractéristique de ce que l’on peut qualifier de "pensée unique" avec les dérives que cela suppose. (...) Le Collectif Prouvènço s’oppose fermement à un tel projet en Provence. C’est la raison pour laquelle il défend le concept de "langue provençale" au sein de la pluralité des langues d’oc" (http://www.collectifprovence.com/-Langue-29-, consulté le 14/12/2019).

34 http://www.collectifprovence.com/-Enseignement- (consulté le 14/12/2019).

35 Comme <-nn> final, par exemple pour "ann" (an), du latin annus, avec -nn- intervocalique, et <x> intervocalique ou final après voyelle pour les sons [] ou [ʃ] (Lafitte 2005 II : 456-459), qu'il avait noté <ix> précédemment (Lafitte 1995).

36 Cette décision fut contestée en justice par l'IBG au motif entre autre d'une distinction entre la graphie classique correspondant à la langue occitane et celle (différente) des "langues régionales béarnaise et gasconne" (cf. infra, cour administrative d'appel de Bordeaux, 28/10/2013, considérant n° 6). L'IBG fut débouté par le tribunal administratif de Pau (03/05/2012) et la cour administrative d'appel de Bordeaux (décision n° 12BX01701 du 28/10/2013, https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?idTexte=CETATEXT000028172352, consulté le 18/12/2019).

37 Les variétés alémaniques orales et l'allemand standard connaîtraient selon cette approche une répartition fonctionnelle entre les premières utilisées à l'oral et le second utilisé à l'écrit (Kolde 1981, 68 ; Lüdi 1990, 310-311).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Viaut, « Les codes graphiques contemporains de l’occitan »Lengas [En ligne], 86 | 2019, mis en ligne le 20 décembre 2019, consulté le 14 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/lengas/4009 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lengas.4009

Haut de page

Auteur

Alain Viaut

CNRS, UMR 5478 Iker, Bordeaux

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals