Navigation – Plan du site

Les systèmes graphiques de l’occitan

Un kaléidoscope des représentations et des changements linguistiques
Hervé Lieutard

Résumés

Les codes graphiques utilisés pour écrire l’occitan ont fait l’objet d’études ponctuelles mais n’ont jamais représenté jusqu’ici le fil directeur pour étudier l’histoire de la langue dans toute son étendue, sans doute en raison du cloisonnement qui existe et persiste aujourd’hui encore entre philologues médiévistes d’un côté et linguistes et dialectologues de l’autre qui donnent souvent l’impression de travailler sur deux objets distincts, là où il n’y a qu’une seule et même langue. L’élaboration graphique originale qui caractérise l’occitan au Moyen Âge et son délabrement spectaculaire au XVIe siècle sont les deux facettes d’une même histoire, celle de la langue occitane soumise à des contraintes sociales et politiques internes ou externes en perpétuelle évolution.
Dans cet article, j’effectuerai quelques zooms sur certains points importants concernant l’histoire graphique de l’occitan pour montrer que l’étude des systèmes graphiques peut se doubler d’une analyse sociolinguistique qui permet de dessiner en creux une histoire sociale de la langue. À tous les moments de cette histoire, les choix graphiques opérés collectivement ou individuellement sont le reflet du prestige plus ou moins grand que la langue occitane occupe dans la société française ou des représentations qui y sont liées.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Pour introduire la question des usages graphiques en occitan, il est utile de rappeler qu’il existe aujourd’hui deux normes majoritaires pour l’occitan : la norme « mistralienne » et la norme classique. L’adaptation en graphie classique d’un texte de Frédéric Mistral rédigé initialement dans la graphie du Félibrige donne une idée des différences formelles qui caractérisent les deux systèmes :

Norme mistralienne

Es aqui que restavo i'a uno cinquanteno d'an, la famiho de dous bessoun, Pèire e Jóusè, qu'èron, en aquelo epoco, mi coumpan de jo. Quouro arribavo la bono sesoun emé si long jour ensouleia, tóuti li dijòu tre qu'aviéu dina, landave sus lou camin peirous que m'adusié enjusqu'à la lèio de piboulo giganto marcant la draio dóu mas. 
« Lou mas di piboulo », Memori e raconte, Mistral.

Norme classique (adaptation personnelle)

Es aquí que restava, i a una cinquantena d’ans, la familha de dos bessons, Pèire e Josèp, qu’èran en aquela epòca, mei companhs de jòc. Quora arribava la bòna sason amb sei lòngs jorns ensolelhats, totei lei dijòus, tre qu’aviáu dinnat, landave sus lo camin peirós que m’adusiá enjusca a la lèia de pibolas gigantas, marcant la draia dau mas. »
« Lo mas dei pibolas », Memòrias e racòntes, Mistral.

2La norme classique est une norme endogène reconstruite à partir de la tradition médiévale et qui est utilisée aujourd’hui dans l’ensemble de l’espace linguistique occitan. Ce système graphique est majoritairement englobant et privilégie donc une représentation graphique unitaire, même s’il autorise par ailleurs des variations qui rendent compte de plusieurs aspects caractéristiques de la variation dialectale selon une conception pluricentrique de la norme (Sumien 2006). La norme mistralienne est la graphie officielle du Félibrige, en grande partie élaborée à partir de la norme exogène du français, même si elle renoue avec la tradition romane de transcription des diphtongues. Son usage est aujourd’hui majoritairement limité à l’espace provençal où elle côtoie la norme classique. Fortes de leur histoire et de leurs pratiques respectives, ces deux normes ont acquis à présent une légitimité dans les usages littéraires, dans l’édition et dans l’enseignement. S’il a pu exister des querelles entre les partisans de l’un ou l’autre des systèmes graphiques (Martel 2012), on observe aujourd’hui une coexistence pacifique de ces deux normes dans l’espace provençal.

3Ces deux graphies ne représentent pourtant pas à elles seules l’ensemble des usages et des choix graphiques effectués pour l’occitan qui, au cours de son histoire, a vu émerger un grand nombre de pratiques ou de propositions, chacune d’elles véhiculant des conceptions de la langue occitane souvent différentes, voire antagonistes. Au-delà de cette variabilité des systèmes graphiques pour l’occitan, les discours qui les accompagnent sont aussi caractéristiques des diverses représentations dont l’occitan a pu faire l’objet, en particulier dans la situation de domination linguistique exercée par le français. Depuis le XVIIIe siècle, période durant laquelle vont apparaître plusieurs dictionnaires consacrés à l’occitan, la question graphique a en effet beaucoup fait parler et écrire et, même aujourd’hui, dans un contexte de déclin avancé des usages de la langue, elle continue encore d’être un lieu de crispation ou de conflits, signe que la question du choix d’un système d’écriture n’est plus tellement de l’ordre du fonctionnel, qui passe souvent au second plan des discours sur la graphie, mais plutôt de la représentation ou des représentations de ce qu’est ou devrait être une langue comme l’occitan.

4Je me contenterai d’évoquer ici quelques exemples concrets qui jalonnent l’histoire de la langue occitane. Les questions posées à travers ce bref panorama des systèmes graphiques occitans concernent d’une part l’implication des choix graphiques effectués pour l’occitan en termes de performance et d’autre part la dimension idéologique ou sociolinguistique qui sous-tend tel ou tel usage graphique.

1. Les graphies oralisantes

5À côté de la norme classique et de la norme mistralienne, la majeure partie de la production écrite en occitan depuis le XVIe siècle ou, plus précisément depuis l’abandon des usages graphiques médiévaux, fait usage de graphies que l’on peut qualifier d’oralisantes — on les a longtemps qualifiées péjorativement de « patoisantes » — et dont la caractéristique commune est de vouloir rendre compte au plus près des réalisations orales d’une variété dialectale. Ces usages de type phonétisant sont aujourd’hui voués à disparaître peu à peu avec la raréfaction des locuteurs natifs, même s’ils ont été abondamment utilisés entre le XVIe et le XXe siècle.

6Les graphies oralisantes de l’occitan sont généralement construites à partir d’une norme exogène empruntée à la langue dominante : on pourra y trouver des influences des normes graphiques française (pour la majeures partie des écrits) mais aussi ibérique (espace aranais), italienne (Nice, vallées occitanes du Piémont italien ou Guardia Piemontese en Calabre), voire même, de façon plus anecdotique, allemande dans le cas de l’occitan écrit au Württemberg et disparu au XXe siècle (Hirsch 1967), comme l’illustre l’extrait ci-dessous :

Extrait du poème d’Anna Gille, Württemberg (Hirsch 1967, 4)

7Quelle que soit la norme de référence utilisée, l’utilisation de systèmes graphiques exogènes apparaît rarement comme un choix délibéré dans ce genre de productions. Il s’impose du fait de la situation de domination linguistique de l’occitan par la langue officielle.

8Dans tous les cas, les graphies oralisantes se caractérisant par une volonté d’authenticité et de fidélité à la parole, mais leur variation systématique en fonction des dialectes représente un frein à la conception d’un espace linguistique occitan conçu dans sa globalité. En s’adressant à une communauté, un village, une région, les auteurs qui les utilisent véhiculent l’image d’un espace linguistique morcelé, mais surtout ces usages graphiques présentent une grande variabilité en fonction de leurs utilisateurs, de leur conscience linguistique et de leur degré de maîtrise de la langue dominante. De par leur proximité avec le registre oral, ces écrits peuvent être confondus par certains occitanophones avec la langue même, alors qu’ils ne font que représenter graphiquement un registre populaire ou une variété de langue. De ce point de vue, ils reproduisent pour les lecteurs la hiérarchie imposée par la situation diglossique dans laquelle la norme linguistique dominante reste le seul outil de mesure linguistique : pour continuer d’exister à travers l’écrit, l’occitan, conçu comme « patois », reste subordonné à la norme de la langue dominante dont il utilise le système graphique.

9En dehors de leur usage littéraire qui s’est développé au XVIe siècle, les graphies oralisantes ont surtout permis d’établir un lien de connivence avec un lectorat occitanophone alphabétisé dans la langue dominante. En l’absence d’autre référentiel graphique, ces pratiques ont d’ailleurs été majoritairement adoptées par la presse méridionale du XIXe et du XXe siècles pour s’adresser aux locuteurs natifs ayant appris à lire en français.

10On peut citer, à titre d’exemple, les personnages de Catinou et Jacouti, créés par Charles Mouly, dont les histoires, d’abord diffusées sur Radio Toulouse, ont été lues par plusieurs générations d’occitanophones dans la Dépêche du Midi. Dans la seconde moitié du XXe siècle, ils sont les représentants humoristiques d’un milieu populaire occitanophone en voie de disparition. Leur variété orale, dont le système graphique du français se fait l’interprète, est fortement empreinte de gallicismes tandis que le propos humoristique se fonde systématiquement sur le décalage de ces locuteurs de l’occitan avec la société moderne française. L’occitan s’y voit assigné une fonction précise : toléré comme langage populaire subordonné au français, il y reste cantonné à l’écrit aussi à travers son système graphique dérivé du français.

Catinou et Jacouti, Toulouse, Du Raffut, 2007

11Si les graphies de type phonétique favorisent un temps le développement de l’occitan à l’écrit et assurent la diffusion de cette langue dans des registres préétablis, majoritairement populaires, la primauté donnée à la variété locale à travers l’écrit peut aussi représenter un frein à sa diffusion à une large échelle, comme le constate d’ailleurs un lecteur bigourdan de la Dépêche du Midi qui, tout en reconnaissant bien son attachement à la langue de Catinou et Jacouti, évoque ses difficultés à la déchiffrer correctement dans la variété languedocienne proposée :

D’autes còps que i avè articles sus la Dépêche du midi en patoès. N’arribavi pas a leguir tot, quan mèma. Mès enfin, « Catinou e Jacouti »... Que l’an tirat. Qu’ei domatge, ça’m par. (Bernissan 2003, 149).

Autrefois, il y avait des articles en patois dans la la Dépêche du midi. Je n’arrivai pas à tout lire quand même. Mais enfin, Catinou et Jacouti...ils l’ont supprimé. C’est dommage, il me semble.

12Souligner avec force les caractéristiques dialectales à travers une graphie de type phonétique peut conduire à rendre un texte inintelligible ou en limiter nettement la portée comme on le voit dans l’exemple ci-dessus. À l’inverse, on peut présumer de la même manière que la variété gasconne du Comminges représentée ci-dessous par un extrait de l’autobiographie de Jacques Cazaux a peu de chance d’être comprise à l’écrit en dehors du cercle de ses locuteurs à cause de l’absence du <h> issu de F latin, amuï dans cette variété (miqueri pour me hiquèri, un our pour un horn), de la notation des formes agglutinées (besteri pour b’estèri, quet pour qu’eth), mais aussi de la morphologie verbale (aouyoy pour aviái) :

Fatigat det camin ta nou paga couchado
Miqueri n’un paille, benguet you periglado ;
Oh ! beroy espaurit, credioy desta negat ;
Que miqueri n’un our, esteri leou sequat ;
Quan bouleri sourti semplaouoy un pirato,
E mes praoubes soulies les aouyoy en sabato
Arribat a Marseillo, oh ! besteri estounat !
En bey quet cholera n’aouyo pas bric cessat ;

Cazaux, Les misères du poète (Gardy, Martel 2009, 390).

Fatiguée du chemin, pour ne pas payer la nuitée,
Je me suis mis sur un tas de paille, un orage est arrivé ;
Oh ! j’ai eu bien peur, j’ai cru que je serais noyé ;
Je me suis mis dans un four, je me suis vite séché ;
Quand j’ai voulu sortir, je ressemblais a un pirate,
Et mes pauvres souliers, c’était des savates.
Arrivé à Marseille, oh ! j’ai été bien étonné
En voyant que le choléra n’avait guère cessé.

13La difficulté de décodage graphique des graphies oralisantes peut d’ailleurs se manifester aussi quand auteur et lecteur partagent la même variété d’occitan. C’est le constat que fait Jasmin, poète d’Agen, qui en 1863 dans Mous noubèls souvenis s’émeut de la difficulté qu’éprouvent ses compatriotes à déchiffrer sa poésie à l’écrit.

Et qu'és acos ? escarraougnon ma lengo, 
Coumo s’abioy escribut d'aleman ! ! 
Y passon touts l'un aprèt l'aoutre et fan 
Un loun tchampiou de moun chan de mezengo...? 
(...) mais me cridon talèou, 
En me baillan lour journal flamben nèou... 
« ! Tè ! Legis ! aqués mots nous chagrinon. »
(... )
Sou muts daban nostro lengo escribudo ; 
La parlon touts, sâbon pas la legi

(Gardy, Martel, 2009, 266)

Et qu’est cela ? Ils écorchent ma langue comme si j’avais écrit de l’allemand ! Il y passent tous l’un après l’autre et font un brouhaha de mon chant de mésange ?...
[…] Mais ils me crient aussitôt, en me donnant le journal flambant neuf : Tiens ! Tiens ! lis ! Ces mots nous chagrinent.[...] …
Ils sont muets devant notre langue écrite. Ils la parlent tous, ils ne savent pas la lire,

14En dépit de sa mise en circulation au XXe siècle, la graphie classique n’a pas permis de supplanter les usages graphiques oralisants, ni dans les pratiques populaires ni dans la presse. Son développement a cependant permis une diffusion de la littérature occitane à l’échelle de tout l’espace occitan, mais en creusant aussi un fossé entre des registres réputés prestigieux et des usages populaires, perpétués dans un système graphique oralisant.

15Dans la représentation populaire s’est imposée l’idée que la graphie classique était un système savant, complexe et que ce qui était nommé occitan pouvait représenter autre chose que ce que les locuteurs appelaient le « patois ». Son échec à remplacer les usages graphiques oralisants au moment où le nombre de locuteurs était encore très important n’est pourtant pas dû à la complexité de la graphie classique, ni à la faute de ses promoteurs, mais plutôt à une forme d’autoodi, aux blocages liés aux représentations négatives de la langue qui ont empêché les locuteurs de l’occitan de considérer cette langue comme suffisamment digne d’avoir son propre code de notation graphique. Il a bien sûr manqué aussi une institution suffisamment forte, au premier rang desquelles l’école, mais aussi la presse, pour en assurer la diffusion à une large échelle.

16La transposition en graphie classique des textes littéraires anciens écrits dans des graphies phonétisantes aurait aussi pu permettre de faciliter l’accès à l’ensemble de la production écrite depuis le XVIe siècle. Cette réécriture graphique n’a cependant jamais fait l’objet d’un travail systématique en dehors de quelques propositions isolées comme celles de Fabre d’Olivet ou de quelques éditions contemporaines à visée pédagogique. En revanche, dans le but de rétablir une continuité entre les usages écrits médiévaux et actuels, Pierre Bec fut sans doute un des premiers à proposer dans les années 1970 d’introduire ce qu’il appelle la « normalisation discrète » dans son Anthologie de la prose occitane du Moyen Âge, comme il l’explique dans l’introduction de l’ouvrage :

Nous avons donc opté pour une normalisation discrète des différents textes, normalisation qui leur donne une certaine unité qui n’a rien d’artificiel, à la fois dans le temps et dans l’espace, et cela en allant simplement dans le sens des grandes tendances graphiques qui sont sous-jacentes du XIIe au XVe siècle, dans la plupart des textes médiévaux […] (1977, 11).

17Dans ce contexte où l’occitan souffrait encore d’un déficit de reconnaissance comme langue à part entière, on comprend cependant bien que l’utilisation de la graphie classique dans les usages populaires ne pouvait pas s’imposer d’elle-même. Pour assurer une diffusion de la norme classique, il convenait avant tout de changer les représentations négatives de la langue profondément ancrées chez les locuteurs-mêmes de l’occitan.

18Contrairement aux idées reçues, l’apprentissage de la graphie classique peut s’avérer relativement rapide pour les locuteurs de l’occitan. En dépit de leur alphabétisation en français, les locuteurs les plus âgés sont généralement capables d’associer spontanément ce qu’ils prononcent avec certains graphèmes ou digrammes de la norme classique, à condition bien sûr que le support écrit renvoie à des objets ou à des réalités qui leur sont familières. On relève d’ailleurs qu’il n’y a pour eux aucun problème à décoder les digrammes de l’occitan qui ont pu traverser les siècles dans la toponymie, là où l’administration française n’a pas forcé leur francisation. On peut mesurer au passage l’importance de préserver ou de rétablir la signalétique occitane.

Panneau d’entrée de la ville de Graulhet (Tarn) ayant conservé la notation de la latérale palatale <lh>.

19En se développant massivement, notamment à partir du XVIe, les graphies oralisantes apparaissent donc comme le symptôme d’un bouleversement social majeur dans lequel le français devient hégémonique à l’écrit. La graphie classique médiévale de l’occitan n’y résistera d’ailleurs pas, un système graphique autochtone n’ayant aucune chance de survivre si les registres qui ont contribué à son développement disparaissent.

20L’usage du système graphique français pour transcrire l’occitan a pu être considéré au XVIe siècle comme un signe de modernité, notamment à l’heure où la poésie française s’est imposée comme un nouveau modèle de création littéraire. Mais on peut aussi voir à l’inverse dans cette progression des graphies phonétisantes à cette époque un rejet de la graphie médiévale qui ne renvoie plus dorénavant qu’à un modèle archaïque et dépassé, symbole d’usages pragmatiques ennuyeux, rigides ou trop éloignés de l’expressivité poétique moderne ou de l’oralité. Si on peut encore en jouer dans un registre parodique au XVIe siècle (Lieutard, Sauzet 2010), ce modèle médiéval ne résistera pas à la place de plus en plus dominante du français dans tous les registres écrits.

21Cette volonté de plus en plus marquée de rendre compte à l’écrit de la variété populaire occitane dans toute sa richesse et son expressivité à travers une graphie oralisante est particulièrement manifeste chez le poète provençal Loís Belaud de la Belaudièra (1543-1588). Si l’éditeur de son œuvre a fait le choix du français comme langue du discours qui encadre la production en occitan, le choix d’une graphie phonétisante pour l’édition de ses poésies semble être une façon de se rapprocher plus encore de la modernité littéraire française et de mieux articuler le passage d’une langue à l’autre dans ses recueils bilingues à l’aide d’un seul et même code graphique.

Loís Belaud de la Belaudièra, Obros et Rimos (1595)

22Ainsi, la question que pose l’adoption d’un modèle graphique pour l’occitan aujourd’hui ne peut être dissociée d’une réflexion sur les caractéristiques de ce modèle et sur les registres dans lesquels ce modèle doit pouvoir servir. Une forme graphique proche de l’oralité présente le risque de limiter la portée de l’écrit aux locuteurs, de moins en moins nombreux, de cette variété. Combien d’occitanophones ont aujourd’hui encore une maîtrise suffisante d’une variété orale qui leur permette de lire un système phonétisant ? À l’inverse, une variété prestigieuse distincte, en l’absence de diffusion large des principes normatifs qui la régissent, présente, elle, le risque de ne pas être spontanément accessible au plus grand nombre et doit faire l’objet d’un accompagnement pédagogique pour sa diffusion.

23C’est entre ces deux tendances opposées, phonétisante et globalisante, que vont osciller les choix renaissantistes pour l’occitan au XIXe siècle avec la graphie dite « mistralienne » dans un premier temps puis, quelques décennies plus tard, avec la graphie classique dite parfois d’« occitane ». La diffusion au cours du XXe siècle des graphies oralisantes dans la presse et les publications locales a imposé des limites géographiques à la diffusion de l’écrit dans l’espace occitan, tout en établissant une barrière étanche et infranchissable entre des usages populaires et des usages réputés savants en graphie classique. Le procès qui sera fait aux graphies oralisantes est grosso modo le même que celui qui sera fait par les premières générations d’occitanistes à la graphie mistralienne d’avoir privilégié une variété dialectale , autrement dit le sous-dialecte rhodanien, qui pouvait freiner sa diffusion. Il va de soi que si la fonction de l’occitan doit de se limiter à des usages populaires, nul n’est besoin de chercher à élaborer un système graphique complexe. Pourquoi faire perdurer ou continuer d’élaborer un système graphique complexe pour une langue qui n’est plus considérée comme telle ? C’est d’ailleurs le constat que fait Jean de Nostredame au XVIe siècle qui considère dans son anthologie des troubadours (Nostredame 1575) que le « provençal » n’est plus aussi digne de prestige qu’au Moyen Âge, alors même qu’il confond simplement les registres prestigieux médiévaux et les usages populaires de l’occitan à son époque. Considérant que l’ancienne graphie n’est plus accessible au lectorat contemporain, il choisit de proposer une retranscription phonétisante des textes des troubadours. On retrouvera cette même idée que les dialectes occitans modernes ne sont que les lointains héritiers abâtardis de la prestigieuse langue d’oc médiévale chez le languedocien Sauvages au XVIIIe siècle (Lieutard 20102). Le déclassement social de l’occitan qui s’est développé, notamment depuis le XVIe siècle et le discours idéologique sur la primauté du français ont entrainé un déficit de connaissance de l’histoire et de la culture occitanes qui a conduit les locuteurs de cette langue à lui refuser ce qu’ils trouvaient normal d’accepter pour le français, autrement dit une norme écrite. Alors même que Sauvages reconnaît volontiers dans son Dictionnaire languedocien-français (Sauvages 1785, xviii-xviiii) que ce sont l’usage et la tradition littéraires qui dictent les choix orthographiques actuels des « grandes langues » comme le français, en soulignant lui-même le caractère peu malléable des conventions graphiques (« Il est convenu qu’elle [l’orthographe] doit être relative à l’étymologie des différens termes & qu’il n’est que très rarement possible d’y faire des changements »), il se sent entièrement libre de proposer des choix graphiques pour l’occitan totalement inédits et volontairement distincts des pratiques graphiques médiévales qu’il a pourtant découvertes avant la seconde édition de son dictionnaire (Lieutard 20102).

2. La portée symbolique de la graphie classique

24En dépit de l’existence de la norme mistralienne, déjà fixée et diffusée depuis plusieurs décennies, le choix qui est fait par les premières générations d’occitanistes de réintroduire la graphie classique, d’abord avec le système de Perbosc et Estieu à la fin du XIXe siècle, puis avec la référence normative majeure que représente la Gramatica d’Alibert au XXe siècle, est loin d’être anodin. Il s’inscrit dans un processus de reconstruction de l’histoire de la langue occitane et dans une volonté d’argumentation de sa dignité face à un déni institutionnel et une institutionnalisation du monolinguisme français considérés comme délétères pour la langue occitane.

25Concrètement, en opérant un retour sur des pratiques développées au Moyen Âge, la graphie classique refait le lien avec une époque où les usages écrits de l’occitan n’étaient pas encore sous l’emprise du français officiel, reconstruisant ainsi artificiellement la continuité du système graphique tel qu’il aurait dû être en l’absence d’interruption de sa transmission.

26Dans les faits, et face à des usages populaires qui utilisent majoritairement le code orthographique exogène du français, la restauration de ce système endogène réintroduit une dimension de variation diaphasique qui ne limite plus l’écrit à des registres populaires. En mettant à disposition un système de référence, l’expression populaire peut, elle aussi, se mesurer dorénavant par rapport à une norme endogène et non plus se limiter à être le registre populaire d’une norme exogène, autrement dit du français.

2.1 Le modèle de la graphie du Moyen Âge ?

  • 1 http://thalamus.huma-num.fr

27On sait que pour l’occitan comme pour la plupart des langues à longue tradition écrite, c’est avant tout le poids institutionnel et le prestige lié à certains usages linguistiques socialement valorisés (littéraire, scientifique, administratif voire religieux) qui ont permis de développer et de mettre en circulation dans la durée des usages graphiques relativement stables. Le manuscrit AA9 du consulat montpelliérain qui a fait l’objet d’une édition électronique récente1 apparaît comme un exemple des plus convaincants et des plus représentatifs du lien qui existe entre la place sociale de la langue occitane et ses possibilités de développement au Moyen Âge. À la lecture des divers manuscrits produits par le consulat montpelliérain entre le XIIIe et le XVe siècle, on peut mesurer concrètement tout ce que la somme des pratiques de régulation graphique et les efforts de standardisation de plusieurs générations successives travaillant dans la même direction ont pu apporter au prestige de la langue écrite. Toute tradition écrite se construit en partie sur une convergence de pratiques et sur un consensus quant à sa forme écrite. Un siècle après les premiers écrits consulaires en occitan du XIIIe siècle, vers 1340-1360, se met en place une forme relativement homogène d’écriture de l’occitan par rapport aux choix graphiques hétérogènes qui caractérisent les premiers manuscrits montpelliérains (Lieutard 2016). Le modèle devient particulièrement performant tout en enregistrant les évolutions phonétiques, morphologiques et morphosyntaxiques les plus récentes, mais aussi en prenant en partie ses distances avec les réalisations orales populaires. Cette tendance s’inscrit dans un processus plus global de convergence des pratiques graphiques au niveau régional et sans doute à l’échelle plus large de l’espace occitan. L’extrait suivant du Petit Thalamus est assez représentatif de l’état du code d’écriture de la moitié du XVe siècle dans lequel le localisme tend à s’effacer au profit de formes plus générales ; on relèvera par exemple, la forme lexicale nueg ‘nuit’ qui ne correspondent pas à la réalisation dialectale montpelliéraine ancienne et actuelle qui utilise nuòch :

[1426] Item, l’an desus, fonc diverses veguadas terratremol |  en esta vila e comensset en lo mes de mars et en aquest an meteys fonc tant granda terratremol en Cathaluonha a Pirpinia, a Girona et a Barssalona e per tot lo pays d’entorn que totz los jorns la y era III e IIII veguadas |  e aytant la nueg, en tant que la gent de las cieutatz anavon la nueg dormir foras la vila per paor que los hostals |  non tonbesson ; e, decosta Girona, III leguas tombet per la di|cha terratremol hun loc que s’apel’Amer en que habitavon |  ben V cens hostals que tot tombet e hun monestie de | morguas que lay avia mas las gens non y prezeron mal.

28Le développement d’un système graphique qui semble s’orienter vers des solutions communes et relativement homogènes s’explique par un contexte social et politique relativement favorable pour l’occitan lui permettant de dépasser sa simple fonction de langue de communication orale pour occuper ces nouvelles fonctions prestigieuses. À travers ce témoignage du Petit Thalamus, se pose ainsi la question de la norme linguistique. Si la stabilisation progressive du système graphique utilisé repose sur une longue tradition de pratiques écrites dans des registres prestigieux, la norme apparaît aussi comme l’émanation d’un groupe socioculturel détenteur d’un niveau d’instruction élevé, d’une forme de pouvoir ou d’une institution dont le prestige social est suffisamment fort pour lui permettre d’en assurer l’usage et la diffusion. C’est ce modèle médiéval qui va guider les choix graphiques des occitanistes au XXe siècle.

2.2 La graphie classique aujourd’hui

29Lorsque quelques décennies après la mise en circulation de la graphie classique à l’époque contemporaine, notamment grâce à la Gramatica d’Alibert, Pierre Bec théorise la notion de diasystème occitan, il mesure dans la foulée la portée symbolique que représente le choix du système classique, autrement dit d’un système graphique à la fois unitaire et respectueux de la diversité dialectale.

La grafia occitana, que sa quita causida implica ja una cèrta idèa qu’òm se fai de la lenga e, en ligason, d’una cèrta comunitat culturala, a pas per tòca essenciala de notar tal o tal dialècte o parlar dins sas realizacions especificas, mas de fixar per l’escrich un diasistèma fonologic, que n’es coma l’abstraccion paradigmatica, l’ossatura estructurala dins la quala cada parlar se torna trobar e se definís. Aquel diasistèma es a l’un còp un protosistèma, es a dire que representa un prototip linguistic, arcaïzant per qualques dialèctes (ensemble avernomediterranenc), efectiu e realizat per d’autres (ensemble aquitanopirenenc e occitan central) […] (Bec 1972 : 45-46).

La graphie occitane dont le choix implique déjà une certaine idée qu’on se fait de la langue, et, en lien, d’une certaine communauté culturelle, n’a pas pour but principal de noter tel ou tel dialecte ou parler dans ses réalisations spécifiques, mais de fixer à l’écrit un diasystème phonologique, qui en est comme l’abstraction paradigmatique, l’ossature structurelle dans laquelle chaque parler se retrouve et se définit. Ce diasystème est à la fois un protosystème, c’est-à-dire qu’il représente un prototype linguistique archaïsant pour quelques dialectes (ensemble arverno-méditerranéen), effectif et réalisé pour d’autres (ensemble aquitano-pyrénéen et occitan central).

30La graphie classique se présente ainsi comme un outil supradialectal d’affirmation de l’unité de la langue occitane au-delà de ses variations. Elle n’a donc pas pour fonction d’en représenter les caractéristiques orales locales, même si elle rend compte de l’existence d’un diasystème phonologique.

Structuration supradialectale de l’occitan selon Pierre Bec (1963)

31Il est clair qu’aujourd’hui, après environ un siècle d’usage, on mesure son efficacité du point de vue de la communication écrite entre des locuteurs dont les variétés orales peuvent sembler très éloignées et sa capacité à rendre compte de l’unité de la langue au-delà de sa diversité orale. La graphie classique, au-delà de son caractère fonctionnel, se veut donc aussi un outil de libération des effets délétères de la diglossie dans la mesure où elle se fonde sur une double articulation, à la fois diachronique, en refaisant le lien avec les pratiques écrites médiévales, et diatopique, en mettant au premier plan l’unité de la langue occitane plutôt que sa fragmentation dialectale. Face à son déclassement social de l’occitan et contre le préjugé de « patois », elle affirme son égale dignité avec le français et justifie à travers sa graphie qu’elle est une grande langue de culture, au moins aussi vielle et prestigieuse que lui. Au bout du compte, elle est aussi une arme pour « retrousser la diglossie » (Lafont 1984). Pour ce faire, elle se réfère symboliquement à une période de prestige où l’occitan, loin d’être limité aux registres populaires oraux, a pu servir à l’écrit dans tous les registres : littéraires, techniques, scientifiques, juridiques ou administratifs. Ainsi, dans sa forme-même, la graphie classique nous dit d’où vient la langue, quelle est son histoire, comment elle a réussi à se dégager du poids du latin écrit, notamment à travers sa notation emblématique des palatales. De ce point de vue, l’usage des digrammes emblématiques <lh> et <nh> (pour <ill> et <gn> en français) véhiculent aussi une composante identitaire. Ils affichent symboliquement les capacités propres à l’occitan à trouver des solutions originales pour noter les phénomènes de palatalisation qui n’existaient pas en latin et encore moins dans son alphabet. En affichant sa prétention de se mesurer à la tradition écrite du français sur des bases qui font table rase des systèmes d’écritures diglossiques oralisants, la graphie classique devient dès lors indissociable d’une affirmation de la dignité de la langue occitane pour ses utilisateurs.

3. La question graphique en Provence

32Si la graphie du Félibrige entend elle aussi dès son origine contribuer à redonner sa dignité littéraire à l’occitan, les principes qu’elle adopte apparaissent comme bien moins radicaux. Ils ne s’appuient pas sur un rejet de la norme écrite du français, mais sur un compromis qui enregistre à la fois la situation diglossique de fait — les occitans ont appris à lire en français — et les évolutions linguistiques diachroniques — le « provençal » (autrement dit l’occitan) n’est plus exactement ce qu’il était à l’époque médiévale.

33On retrouve cependant dans ce qui fait le succès de la graphie mistralienne un certain nombre d’ingrédients qui ont fait le succès de la graphie classique médiévale, à savoir d’une part le prestige littéraire, notamment de Mistral, qui accompagne son essor et, d’autre part, l’institutionnalisation qui en assure la diffusion. Le Félibrige représente en tout cas un réseau institutionnel qui par sa force a tenté d’imposer dans ses premières années la diffusion de la norme mistralienne à l’échelle de tout l’espace occitan ; concrètement cette diffusion aurait dû se traduire par une déclinaison dialectale de la graphie mistralienne au sein des diverses sections du Félibrige. À la fin du XIXe siècle, l’Escòla Gaston Fèbus, affiliée au Félibrige, a développé un système graphique inspiré de la norme mistralienne pour le gascon avant de faire le choix de la graphie classique dans les années 1980. Plus récemment dans les années 1970 c’est aussi la graphie mistralienne qui a servi de modèle à la graphie de l’Escolo dóu Po2pour transcrire le vivaro-alpin des vallées italiennes afin de mieux souligner à l’écrit ses caractéristiques phonétiques originales.

34En permettant d’évincer le préjugé de « patois », en Provence mieux qu’ailleurs, le Félibrige, à travers son système graphique, a sans doute aussi contribué à freiner l’expansion des graphies oralisantes diglossiques. En revanche, il a aussi eu tendance à nier la variation interne du provençal en mettant au centre la variété rhodanienne érigée en modèle prestigieux. Car le choix du dialecte rhodanien comme base de la codification graphique pose aussi la question du « centre de gravité, donc [du] centre du pouvoir de la renaissance d’oc »  (Martel 2012). Dans tous les cas, c’est aussi en partie le caractère exogène de cette norme et sa dimension phonétique qui ont représenté un frein à sa généralisation à tout l’espace linguistique occitan.

3.1 Avant le Félibrige

  • 3 Correspondance Frédric Mistral_joseph Roumanille à propos de la réforme sur l’orthographe https://w (...)

35Joseph Roumanille, principal artisan de la graphie du Félibrige, s’exprimera sans ambigüité sur les choix graphiques de type phonétisant qu’il préconise pour la mise en place du Félibrige lorsqu’il écrit que la « règle fondamentale, c’est que la prononciation est dans notre langue, le guide de l’orthographe […] » (Roumanille 1853, XXIV). Avant le Félibrige, rien ne pouvait pourtant laisser à penser que le provençal, plus qu’un autre dialecte, serait conduit à s’orienter vers une solution graphique de type phonétisant. Dans ses correspondances avec Joseph Roumanille3, Frédéric Mistral lui-même, deux ans avant l’avènement de ce mouvement, émettra des doutes sérieux sur le bien-fondé du système graphique en cours d’élaboration :

A Roumanille
Le 9 janvier 1852
Je suis converti au système Crousillat! Vous allez dire que je suis une vraie girouette, un caméléon, le plus versatile des hommes, plus changeant que les destins et les flots, c'est ainsi: alea jacta est ! Ah ! quels regrets ! quels amers regrets, et pour vous et pour moi ! si vous saviez, à présent que le bandeau est tombé, si vous saviez combien ridicule me paraît notre orthographe. Vous seriez stupéfait ! En effet, je vous le demande, quelle est la langue qui n'a ni singulier, ni pluriel et qui peut établir de pareils équivoques:
Ama: aimer Ama: aimé
Ama: vous aimez
C'est se moquer de toutes les règles: c'est vouloir transformer notre belle langue en affreux patois, incompréhensible pour tout autre que pour l'auteur. Je ne puis concevoir quelle divinité malfaisante nous avait rendus si obtus, si bornés, si obstinés, dans un pareil pathos. Je m'en arracherais les cheveux. Quelles merveilles, quels chefs d'œuvre inimitables et gravés sur l'airain du bon sens et de la logique ne laisseriez-vous pas à nos descendants, si vous aviez suivi le système Honnorat avec quelques adoucissements. C'est fait, il n'y a plus de remèdes.

36On retrouve chez Mistral une critique du système en cours d’élaboration qui s’apparente à une critique des graphies oralisantes dites « patoisantes ». Mistral est conscient que c’est dans le bien-fondé des choix graphiques que va se jouer en partie le succès et la pérennité du Félibrige.

15 mars 1853
A Roumanille
C'est vraiment la grande question. Dire qu'elle va donner du fil à retordre n'est nullement exagéré. Si l'on songe que le succès de son orthographe décidera du succès du Félibrige, on ne saurait y attacher trop d'intérêt.

37C’est donc un véritable paradoxe de voir que Mistral finit par se plier au système graphique de Roumanille en dépit de ses intuitions.

38Dans les premières années de sa diffusion, le problème de l’acceptabilité de la graphie classique en Provence (où elle côtoie aujourd’hui la graphie mistralienne) a été lié en partie à l’origine languedocienne de sa diffusion et à l’adhésion de plus en plus massive des Languedociens à ce système. La graphie classique n’est pourtant pas plus languedocienne que provençale. Dès le XVIIIe siècle et durant la première moitié du XIXe siècle, les Provençaux sont peut-être d’ailleurs parmi les meilleurs et les plus ardents défenseurs d’un système graphique de type englobant. Achard, lexicographie provençal qui n’est pourtant pas très enclin à regarder du côté des autres dialectes occitans en dehors de la Provence historique, n’hésite pas à rejeter en bloc toute graphie oralisante en critiquant le fait que « tous les auteurs modernes qui ont écrit en provençal se sont fait une orthographe arbitraire ; le plus grand nombre a écrit le Provençal comme on le parle » (Achard 1785, XII). Pour son dictionnaire, il fait le choix de formes plus proches de l’étymologie et de la langue ancienne : « Nous avons cru devoir établir une Sintaxe (sic) provençale qui se rapprochant de l’ancienne, facilitera aux Provençaux la lecture des Écrivains en cette langue qui viendront après nous, ou qui nous ont précédés ».

39Achard comprend qu’une graphie de type classique est mieux à même de respecter la variation diachronique. Mieux encore, il conçoit aussi la nécessité de rendre compte de la variation diatopique à travers ses choix graphiques, en faisant le choix de formes englobantes. Il justifie ainsi le choix de la notation graphique du <s> du pluriel, amuï dans le provençal maritime et rhodanien, par une approche à la fois diachronique et synchronique des variétés qu’il connaît. Ses réflexions rejoignent celles qui agitent Mistral dans sa correspondance avec Roumanille au sujet des formes homographes. Achard exprime sa volonté de respecter à la fois les variétés alpines et maritimes en préconisant une distance entre graphie et phonie qui, au-delà de sa fonction de distinction à l’écrit des formes homophones, trouve aussi une réelle justification dans l’observation des réalisations dialectales. Ce sont bien là les principes de la graphie classique :

Nous avons distingué les Infinitifs des verbes par une R finale. Les Participes & les Adjectifs masculins se terminent par un T. Nous écrivons acabar, achever, & acabat, achevé, quoique nous prononcions acaba dans l’un & l’autre sens. Nous sentons bien que cette orthographe doit gêner les Poëtes provençaux, mais c’est la plus naturelle & les Provençaux qui habitent dans les montagnes ont conservé la prononciation finale des lettres R et T, preuve certaine qu’elles existent dans notre langue. (Achard, 1785, XVII).

40En Provence, le courant classiciste naissant va ainsi étendre les usages graphiques médiévaux à la langue moderne pour mieux souligner la continuité diachronique et diatopique des usages. C’est Honnorat, médecin de Digne, qui dans la première moitié du XIXe siècle, moins de dix ans avant la naissance du Félibrige, propose le dictionnaire le plus abouti de ce point de vue en lemmatisant les données lexicales à partir d’un système graphique unitaire, susceptible de recouvrir l’ensemble des usages dialectaux (Martel 2010). Il n’est pas anodin de relever que, dans son dictionnaire, il place au second plan son propre dialecte vivaro-alpin de Digne comme le montre l’entrée Cavilha ci-dessous qui précède la forme chavilha, propre au nord-occitan.

Couverture du Dictionnaire d’Honnorat

Extrait du Dictionnaire d’Honnorat

41Mistral dans le courrier à Roumanille cité ci-dessus est conscient de ce que le travail d’Honnorat peut apporter à l’expansion et au prestige de la langue d’oc. En poursuivant la voie ouverte par Honnorat, le Félibrige aurait pu disposer d’un outil lexicographique et d’une réflexion sur la graphie déjà bien avancés. Mais c’était sans compter sur l’éminence grise du Félibrige, à savoir Joseph Roumanille, qui finira par imposer le système qu’il avait conçu dans une sorte d’opposition frontale au travail d’Honnorat.

3.2 Choix graphiques et diglossie interne

42Ainsi Roumanille, en élaborant le système graphique du Félibrige, coupera court à toute poursuite de cette tendance classiciste en Provence. En développant une norme phonétisante sur la base du provençal rhodanien, il opère délibérément une rupture diachronique avec les usages médiévaux. Même si cette norme prend une certaine distance avec les réalisations orales étroites du provençal rhodanien, un des ressorts de la graphie félibréenne, telle qu’elle est conçue, repose sur l’idée que les lecteurs reconnaissent en grande partie dans l’écrit la variété orale de leur langue (celui qui parle le dialecte peut le lire en utilisant ses connaissances du système graphique du français). Roumanille considère que la langue moderne n’est plus que la lointaine héritière de la langue d’oc médiévale et que la rupture définitive avec la graphie ancienne doit rendre compte de ce changement (on parle d’ailleurs de « graphie moderne » pour qualifier la graphie du Félibrige).

43Plutôt que de regarder du côté de ses prédécesseurs, Roumanille fait donc le choix d’un système graphique de type phonétique qui permettra d’ériger le sous-dialecte provençal rhodanien en modèle prestigieux. Comme il l’écrit lui-même, il trouve son inspiration chez le languedocien Sauvages (Lieutard 20102), auteur d’un dictionnaire et d’un système graphique de type phonétisant particulièrement indigeste, notamment à cause d’une profusion de signes diacritiques sur les voyelles et les diphtongues :

M. l’abbé Boissier de Sauvages, qui a sans doute poussé trop loin, dans bien des cas, le système orthographique auquel nous nous sommes ralliés, s’exprime ainsi dans le Discours préliminaire placé en tête de son Dictionnaire languedocien-français [...] « S’il arrive que la forme de l’orthographe s’éloigne trop de la prononciation accoutumée, on ne comprend ce qu’on lit qu’avec peine. » (Roumanille 1853, 34

44C’est donc bien l’oralité que Roumanille place au centre de ses choix graphiques. En dépit de son succès, lié en grande partie à l’œuvre littéraire de Frédéric Mistral et au réseau institutionnel qu’il a su développer, la graphie du Félibrige contient dans ses principes ce qui freinera sa généralisation à l’ensemble de l’espace occitan, autrement dit une norme dont la caractéristique phonétisante bloque toute possibilité de subsumer la variation dialectale. La graphie mistralienne s’appuie sur les compétences des occitanophones alphabétisés en français et, de ce point de vue, gagne en efficacité immédiate auprès des Provençaux rhodaniens, mais sans doute pas à l’échelle toute de la Provence ou de toute la langue occitane. Tout en établissant des règles orthographiques précises, elle s’inscrit dans la continuité des normes oralisantes, à la fois soumises aux contraintes du français écrit et dépendantes de la variation diatopique. On peut dire qu’à travers ce choix initial, Roumanille porte la responsabilité d’avoir entrainé le Félibrige dans une voie graphique tortueuse pour ne pas dire impossible pour réaliser la vision programmatique d’union de la langue d’oc « dis Aup i Pirenèu » qu’avait envisagée Mistral.

45Mais ce qui va sans doute à la longue peser sur le choix de la graphie félibréenne et nuire à son développement à l’échelle de toute la langue occitane tient surtout à la volonté délibérée de Roumanille d’exclusion de certaines variétés d’occitan, en particulier des variétés septentrionales sur la base d’une certaine forme de chauvinisme provençal qui établit une hiérarchie dialectale à partir de stéréotypes et de critères esthétiques purement subjectifs, même s’ils sont assez courants à cette époque (Roumanille, 1853, 34) :

Qu’est-ce, en effet qui établit une différence si marquée entre le dialecte des Alpes provençales et celui des rives du Rhône ? Qu’est-ce qui donne au premier un caractère si rude, si âpre, si déplaisant à l’oreille, et au second, un caractère si coulant, si mielleux, si ionien ? N’est-ce pas l’articulation exagéré et presque affectée de toutes les consonnes ébouriffées qui hérissent les propos des bas-alpins, et au contraire, l’anéantissement de ces dernières dans la bouche des Arlésiens et des Comtadins ?

46On a là sans doute une pique contre la graphie d’Honnorat et contre son dictionnaire, qui en se montrant plus étymologique, englobe les variétés vivaro-alpines plus conservatrices, celles là-même qui hérissent Roumanille. Il est difficile de croire que Roumanille n’avait pas compris que le système d’Honnorat n’avait aucune prétention à mettre en avant son dialecte aux « consonnes ébouriffées » et respectait la variation du vivaro-alpin comme du provençal. En revanche, il est clair que ce système trop englobant n’aurait pas pu servir le projet de Roumanille d’illustrer prioritairement le provençal rhodanien et d’en faire ainsi « le centre de la renaissance d’oc » (Martel 2012, § 1), à l’instar de la variété d’Ile de France, devenue dès le XVIe siècle variété littéraire prestigieuse.

47Cette hiérarchie que Roumanille établit entre des variétés linguistiques n’est pas nouvelle et procède de préjugés qui tendent à considérer des formes linguistiques comme plus « pures » que d’autres. On sent déjà poindre cette idée chez le languedocien Sauvages, à la recherche du noyau linguistique le plus pur et le plus authentique (Lieutard 2010, § 10). On la retrouve aussi dans le dictionnaire provençal d’Avril dans des termes assez proches de ceux que nous livre Roumanille :

L’on semble reconnaître l’aspérité du sol montagneux des Basses-Alpes dans le R et E qu’employent ses habitans, là où ceux des Bouches-du-Rhône et du Var (dont le climat est beaucoup plus dous) énoncent un L et un A […] (Avril 1839, VII).

48Si l’on excepte les graphies oralisantes qui se sont imposées du fait même de la situation de diglossie, le choix de graphies phonétisantes dans toute l’histoire de l’occitan a souvent eu comme prétention d’illustrer une forme linguistique dans ce qui fait son originalité à l’oral et d’en démontrer ainsi la supériorité esthétique. C’est ce qui motive déjà au XVIe siècle les choix d’un auteur gascon comme Pèir de Garròs (1567), même si ce dernier rétablit par ailleurs quelques principes de la graphie médiévale :

Le langage specialement apelé Gascon, naturel a nous de Bearn, Comenge, d’Armagnac et autres, qui somes enclos entre les mons Pyrenees et la Garone, est beau pardessus les autres sés affins, et comme l’Attique entre les Grecz.

  • 4 Ces textes peuvent être consultés dans cette même revue (Lieutard 20101).

49On trouve aussi l’écho de cette hiérarchie dialectale dans la littérature toulousaine parodique du XVIe siècle (Lieutard 20101). L’« Epistre en lengaige Tolosain », manifeste linguiste pour le beau langage toulousain qui clôt le recueil de la Requeste en reprenant, même maladroitement, les codes de la graphie classique médiévale pour mieux justifier son prestige, est précédée de deux rondeaux délibérément caricaturaux qui tournent en ridicule le gascon et le nord-occitan au moyen d’une accumulation hyperbolique de traits dialectaux exprimés phonétiquement au moyen d’une graphie oralisante, pour mieux souligner, par contraste, le caractère esthétique du beau langage toulousain4.

50On notera d’ailleurs à ce sujet que le stéréotype du gavach ou du gavot, qu’il soit véhiculé par la littérature toulousaine ou repris par Roumanille, se fonde systématiquement sur des arguments linguistiques discriminants. Les graphies phonétisantes peuvent donc ainsi apparaître pour l’occitan comme le produit d’une diglossie interne qui tend à privilégier une forme considérée comme supérieure d’un point de vue esthétique, en excluant les formes périphériques.

4. Les systèmes graphiques, armes de la dissidence

51Si la dimension phonétique d’un système graphique peut-être un moyen de dénigrer un usage dialectal considéré comme inférieur sur un échelle interne de prestige, il peut à l’inverse être choisi pour affirmer une identité linguistique distincte dans la perspective d’instituer un dialecte en langue. Dans sa thèse, Domergue Sumien fait un inventaire détaillé de tous les courants « antinormistes » contemporains (Sumien 2006, 107-126). Même s’il est impossible de les évoquer tous ici en détail, une caractéristique commune de ces tendances est de se retrouver autour du rejet de la norme classique qui, du fait même de son caractère englobant, a tendance à lisser les différences dialectales au profit d’une perspective diasystémique telle que définie par Pierre Bec (1972).

4.1 La récupération identitaire de la graphie du Félibrige

  • 5 Fondateur en 1965 à Toulon de l’association L'Astrado prouvençalo qui édite des ouvrages et met en (...)

52Depuis le XXe siècle, la graphie du Félibrige a ainsi été récupérée pour défendre l’originalité du « provençal », en dehors de toute position officielle du Félibrige qui défend la théorie de l’unité de la langue d’oc dans sa diversité. Chez Bayle5, le rejet du système graphique classique, qui établit une rupture avec les usages félibréens, est fondé sur la peur d’une assimilation qui conduirait à la disparation de l’identité provençale, mais aussi sur une position réactionnaire qui voit plus globalement dans l’occitanisme une tendance à la contestation sociale, voire à l’indépendantisme, dont la graphie, volontairement éloignée de celle du français, serait un des symboles (cité par Costa 2012, § 18) :

(...) la réforme orthographique n’étant qu’un des moyens utilisés pour l’édification d’une « Occitanie » supra-provinciale, il y a, dans le choix que les Provençaux ont à faire entre la langue de Mistral et celle que leur proposent les grammairiens occitaniens, à décider de leur survie en tant que peuple distinct, avec sa langue particulière et sa littérature originale, ou de leur fusion et confusion dans le grand ensemble unifié du Midi de la France, assez barbarement et non sans pédantisme dénommé « Occitanie ». (Bayle 1968, 45)

  • 6 Voir dans ce même numéro l’article d’Alain Viaut.

53Hormis dans son usage au sein du Félibrige et dans ses usages scolaires, la graphie mistralienne, en permettant de dessiner un espace linguistique provençal distinct, est malheureusement aujourd’hui ainsi détournée et instrumentalisée par les diverses tendances qui se sont regroupées dans « l’alliance des langues d’oc », une association qui se définit avant tout à travers son opposition à l’occitanisme. C’est le même procédé d’individuation à travers la graphie et sa composante phonétique que l’on retrouve donc chez les partisans du Collectif Prouvenço (Costa 2012) ou au sein de l’Enstitut Biarnes e gascoun qui en 2002 a repris l’ancienne norme mistralienne de l’Escòla Gaston Fèbus pour signifier son désaccord avec la conception d’une seule langue occitane, unie dans sa diversité6. La caractéristique phonétisante du système graphique mistralien est ainsi mise au service d’une conception identitaire qui permet à ces différents groupes de mettre au premier plan les caractères oraux d’entités linguistiques conçues comme autonomes, distinctes de l’occitan, tout en accusant l’occitanisme de vouloir leur imposer une norme graphique qui les ferait disparaître au profit d’un seul occitan de type languedocien.

54Cette tendance au repli localiste identitaire peut être le fait d’anciens occitanistes convaincus. C’est par exemple la conception que défend Pierre Bonnaud qui propose une eicritürà euvarnhatà vunefiadà7 pour mieux souligner le caractère distinct de l’auvergnat, conçu comme une langue romane originale ; c’est aussi la position du principal défenseur de l’existence d’une prétendue « langue cévenole » au sein-même de l’espace dialectal languedocien :

[…] les Cévenols forment un peuple qui, au cours des siècles, s’est forgé, outre un destin collectif fort riche et fort original, une langue tout aussi riche et originale, leur propre langue que nous appelons tout naturellement Langue Cévenole […]
Nous posons la question : qui a décidé que les Cévenols (entre autres populations concernées) devaient se plier aux directives linguistiques et culturelles de Toulouse ou de Montpellier ? Qui a décidé que le cévenol n’est qu’un « sous-dialecte » et que le centre, la capitale qui donne le bon ton en matière de langue, serait Toulouse et pas Alès ? Qui a décidé que la langue des Cévenols devrait s’écrire selon une graphie moyenâgeuse qui est bien compliquée et qui ne nous concerne guère, les troubadours cévenols n’ayant pas (ou si peu) laissé de traces dans notre littérature ? (Gourgaud 2007, 4-5).

55En permettant d’individuer un dialecte, les graphies phonétisantes sont souvent investies d’une forte dimension identitaire puisqu’elles tendent à dessiner des espaces linguistiques distincts — ce que Pierre Bec avait déjà pressenti et tenté d’éviter en proposant une approche linguistique et graphique supradialectale à partir de la notion de diasystème. Qu’il s’agisse de la Provence, du Béarn, de l’Auvergne ou des Cévennes, les arguments présentés par les promoteurs de ces systèmes graphiques de type phonétique renvoient toujours à la possibilité qu’ils offrent de rendre compte de réalisations dialectales locales et de pouvoir de ce fait délimiter un ensemble linguistique original en lien avec un territoire et son histoire. Dans cette logique, il n’y a bien sûr plus de limites et on pourrait tout aussi bien imaginer qu’il faille établir un système graphique pour chaque sous-dialecte et son territoire. Symptôme d’une forme de frustration ou d’amertume face au développement de l’occitanisme, ces propositions dissidentes semblent vouées à l’échec étant donné le peu d’écho qu’elles trouvent auprès des locuteurs des variétés concernées, comme auprès des institutions.

4.2 Graphies politiques nationalistes

56C’est dans une perspective nationaliste que d’autres propositions graphiques ont vu le jour. Alors que la ville de Nice n’est pas encore française, s’est développé un système graphique exogène italianisant de transcription du dialecte occitan local tel qu’il a été en partie formalisé par l’écrivain niçois Rancher, même si pour lui l’existence d’une seule langue d’oc ne fait aucun doute à l’époque. On en trouve l’écho dans de nombreuses publications comme en témoigne l’extrait suivant de la Gramatica nissarda de Giusep Micèu (Josèp Michèu) :

Giusep Micèu, Gramatica nissarda per emparà en pòou de temp lo patouas dòus Paìs (1840)
Mestre : Antoni, ieu t’ai tougiou dice, e lo ti repèti : un buon mestiè es un tresor […] Perche vènes tan tardi esto matin ?
Garson : Perché, non hai plus idea de travaiglià en achesto paiis ; hai tougiou audit dire ch’un ouvriè deu sourti, se vòou si perfessionnà, es es bèn senche vuòli faire.

57Dans les dernières décennies du XIXe siècle, les opposants au rattachement de Nice à la France vont avoir tendance à revendiquer ce système pour mieux s’opposer à l’implantation du Félibrige à Nice et au système graphique qui l’accompagne, car accepter de reconnaître qu’ils sont des Provençaux reviendrait à reconnaître qu’ils sont aussi des Français. La graphie italianisante sera ainsi investie d’une dimension identitaire et nationaliste censée appuyer la singularité de Nice et de sa « langue ». L’apparence graphique italianisante pouvant donner l’illusion que le niçard n’est pas de l’occitan, mais une autre langue distincte, le choix de perpétuer le système graphique italianisant sera donc un des moyens mis en œuvre pour affirmer que le parler de Nice n’appartient pas à la Provence et que, par conséquent, Nice ne peut pas être considérée comme française.

  • 8 Avec cette rupture consommée avec le Félibrige, le nom du fondateur de la revue, Juli Eynaudi, est (...)

58Allant jusqu’à considérer que le niçard est une langue romane à part, Pierre Isnard va proposer, en collaboration avec Eugène Ghis, un système graphique original, en partie influencé par le système graphique du ligure, qui, à partir de 1932, remplacera dans l’Armanac nissart le système félibréen qu’avait instauré Eynaudi8 depuis la création de cette parution.

Le langage nissard qui n’est ni du provençal ni de l'italien, ni du génois ni du piémontais, appartient à la grande famille des langues romanes. Il est un rameau poussé directement sur le tronc bas-latin ; il n'est pas un sous-dialecte.  (Isnard, 1929 : 216).

59Isnard voit en effet lui aussi dans la volonté du Félibrige d’assimiler le niçard au provençal une manipulation politique de l’État français pour faciliter l’intégration de la ville de Nice à la Nation française :

Le gouvernement français [...] favorisa les tentatives des félibres et des provençalisants qui veulent englober Nice dans la Provence et annexer son langage au provençal. (Isnard 1929 : 127).

60Dans un tout autre registre nationaliste, de type panoccitan, le système graphique proposé par François Fontan a pour but d’affirmer de façon radicale son caractère révolutionnaire. Selon son promoteur, également fondateur du Parti nationaliste occitan (PNO) en 1959, les systèmes normatifs en vigueur pour l’occitan, autrement dit le mistralisme et l’occitanisme, seraient l’expression du « conservatisme des classes dirigeantes » avec lesquelles il faut rompre (Fontan 1961, 46). Il va donc défendre la conception d’une codification graphique qui, selon lui, permettrait d’éviter toute forme de répression éducative. Même si elle pourrait sembler relativement cohérente du point de vue phonétique, cette proposition graphique restera dans l’histoire de la langue occitane comme une graphie de laboratoire, totalement désincarnée, dépourvue de ce qui fait le propre d’une norme, à savoir la reprise d’une tradition graphique (comme dans le cas de la graphie classique qui renoue avec les usages médiévaux) ou le recours à des pratiques familières (la graphie mistralienne tout en établissant une continuité romane dans la transcription des diphtongues s’appuie aussi sur la connaissance de l’orthographe du français et sur la valeur phonétique de ses graphèmes et digrammes). À la lecture des textes écrits dans la graphie du PNO, on voit qu’un autre écueil de cette proposition réside dans les choix lexicaux normatifs qu’elle préconise qui prennent une distance systématique avec les solutions romanes générales et, de ce fait, ne peuvent être compris spontanément par l’ensemble des locuteurs.

Couverture de la revue Lu Lugar, n°5

61Extrait de l’éditorial de Lu Lugar, 5 en graphie du PNO :

  • 9 La transcription personnelle suivante, en graphie classique, montre que le texte reste difficilemen (...)

EDITURYAW
Dors un bulep pulitic utsiton d’agrume (protyoto)
1/ L’estomen d’Utsitany
e c’ez eytaw c’y’a dzey gayre ten de deli : lu popl’utsiton dew este bulegat ENO ce sum podzi y syasc’espled dewenùt ùno treworeso.
Sunc’ùm bulep puder
uz emay omosat sera den l’encay de mestedza puliticomen loz estorsos publaryoy d’Utsitonye ‘nta loz entuha’n ùn estors’ utstitono9

62Selon la chercheuse japonaise Naoko Sano (2008), qui a enquêté sur les graphies de l’occitan dans les vallées occitanes d’Italie, cette graphie « démocratique » du PNO est rejetée par tous les gens qu’elle interviewe, en particulier à cause des graphèmes K, W et Y qui semblent complètement étrangers aux locuteurs rencontrés. Cette graphie de Fontan, dite du PNO, représente sans doute l’exemple poussé à l’extrême de ce que ne peut pas être une norme graphique phonétisante. Et sa courte vie — elle sera abandonnée dans la revue du PNO en 1986 — montre qu’elle ne pouvait en aucun cas trouver un écho favorable chez les locuteurs occitans, même chez les plus ardents défenseurs du nationalisme occitan. À travers l’exemple de cette graphie « révolutionnaire », on relève au bout du compte que la norme écrite a toujours d’autres rôles que strictement fonctionnels et que, quelle que soit la forme choisie, la vision ou la conception de la langue de ceux qui la promeuvent, s’inscrit dans les choix graphiques effectués.

Conclusion

63Si l’on met à part la question des défenseurs des « langues d’oc », au pluriel, la question des choix graphiques en occitan dans son histoire récente est avant tout l’expression d’un paradoxe, celui de vouloir affirmer à la fois l’unité de la langue et sa diversité dialectale. On ne peut nier le rôle fondamental des usages mistraliens et leur profonde inscription dans la culture provençale et plus largement leur implication dans la renaissance de la langue d’oc au XIXe siècle, mais on ne peut pas nier non plus l’appartenance du provençal à un ensemble linguistique plus vaste. Chaque système graphique dessine symboliquement un ensemble linguistique : à travers son caractère exogène la graphie mistralienne renvoie à la situation de contact linguistique avec le système graphique français tout en dessinant les contours d’un espace provençal autour de l’héritage de Frédéric Mistral. C’est sur ce dernier aspect que jouent les défenseurs d’un « provençal » distinct de l’occitan. La graphie classique, quant à elle, renvoie aussi symboliquement l’image d’une langue dans toute sa dimension diachronique et synchronique et dit ainsi, à travers son ancrage autochtone, sa volonté de se défaire de l’emprise du français. C’est sans doute la raison pour laquelle elle a pu aussi être vue de la part de ses détracteurs comme le support idéologique d’un anti-républicanisme français.

64Si la question des graphies dissidentes reste marginale aujourd’hui, la question de la gestion des niveaux de langue reste un enjeu de la graphie classique qui doit parvenir à proposer un modèle équilibré de gestion de l’unité et de la diversité de l’occitan : entre un occitan standard écrit et des déclinaisons régionales dans lesquelles personne ne se sentira exclu. Il ne faut pas oublier qu’au bout du compte, les systèmes graphiques contemporains en vigueur pour l’occitan sont jeunes à l’échelle d’une langue millénaire et que le travail fait depuis les premiers essais de restauration d’un système graphique autochtone a fait la preuve de son efficacité, que ce soit dans la création littéraire, à l’école ou même dans la communication écrite à l’échelle de tout l’espace linguistique occitan.

Haut de page

Bibliographie

Achard Claude-François, 1785, Dictionnaire de la Provence et du Comté Venaissin. Tome Premier contenant le vocabulaire François-Provençal. Tome second, contenant le vocabulaire Provençal-François, Marseille, Imprimerie Jean Mossy.

Avril J. T., 1839, Dictionnaire provençal-français, Apt, Edouard Cartier.

Bayle, Louis, 1968, Dissertation sur l’orthographe provençale (comparée à la graphie dite occitane), Toulon, L’Astrado.

Bec, Pierre, 1996 [1963, 1ère édition]), La langue occitane, Que sais-je ? n° 1059, Paris, PUF.

Bec, Pierre, 1972, « Per una dinamica novèla de la lenga de referéncia : Dialectalitat de basa e diasistèma occitan », 39-61, Annnales de l’institut d’études occitanes, n°6, T2, Nimes, IEO.

Bec, Pierre, 1977, Anthologie de la prose occitane du Moyen Âge, Aubanel, Avignon.

Bernissan, Patrici, 2003, « Enquista sociolinguistica dens la plana de Bigòrra (2002),. Representacions de la lenga occitana e passatge d’ua practica de l’occitan au francés », Lengas, 54, 115-156

Caubet, Dominique ; Shaker, Salem ; Sibile Jean, 2002, Codification des langues de France, L’Harmattan.

Costa, James, 2012, « De l’hygiène verbale dans le sud de la France ou Occitanie », Lengas , 72 [En ligne] http://journals.openedition.org/lengas/116.

Fontan, François, 1961, Ethnisme. Vers un nationalisme humaniste, Nice, à compte d'auteur.

Gardy, Philippe, Martel Philippe (dir.), 2009, Mémoires de pauvres, Garae hesiode.

Garros, Pey (de), Poesias gasconas, Toulouse, Jacques Colomiez, 1567.

Gourgaud, Yves, 2007, Défense et promotion de la langue cévenole, Alès, éditions Aigo Vivo.

Hirsch, Ernst, 1967, « Das Patoisgedicht der Anna Gille aus Serres », Zeitschrift für französische Sprache und Literatur, 77, 170-180.

Honnorat, Simon-Jude, 1846-1847, Dictionnaire Provencal-Français ou dictionnaire de la langue d’Oc ancienne et moderne, Digne, Repos éditeur.

Isnard, Pierre, 1929, « Le Particularisme Niçois », Armanac nissart, [En ligne] http://occitanica.eu/omeka/items/show/14201.

Lafont, Robert, 1984, « Pour retrousser la diglossie », Lengas, 15, 5-36.

Lieutard, Hervé, 20101, « Quelques remarques sur la graphie de deux rondeaux hyperdialectaux, extraits de la Requeste (1555) », Lengas 68 [En ligne] URL : http://journals.openedition.org/lengas/671 ; DOI : 10.4000/lengas.671.

Lieutard, Hervé, 20102, « Le système graphique de l’abbé Boissier de Sauvages : défense et illustration de la diglossie franco-occitane », Lengas, 68 [En ligne], URL : http://journals.openedition.org/lengas/675 ; DOI : 10.4000/lengas.675.

Lieutard, Hervé, 2016, « L’occitan, langue officielle du consulat de Montpellier », Aysso es lo comessamen : Ecritures et mémoires du Montpellier médiéval, Vincent Challet (ed.), (Actes du colloque international Écritures et mémoires du Montpellier médiéval, Montpellier I, 20-21 novembre 2014), PULM, 217-230.

Lieutard, Hervé, Sauzet Patrick, 2010, « D’une diglossie à l’autre : observations linguistiques et sociolinguistiques sur deux textes toulousains de 1555 : Las Ordenansas e coustumas del libre blanc et Las nonpareilhas receptas », Autour des quenouilles, la parole des femmes (1450-1600), Courouau, Gardy, Koopmans (éd.), Brepols.

Martel, Philippe, 2012, « Une norme pour la langue d’oc ? Les débuts d’une histoire sans fin », Lengas , 72 [En ligne], consulté le 01 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lengas/112 ; DOI : 10.4000/lengas.112

Martel, Philippe, 2010, « Du parler local à la langue : le Docteur Honnorat à la découverte de l’unité de la langue d’oc », Chroniques de Haute-Provence, 365, 34-66, Société Scientifique et Littéraire des Alpes de Haute-Provence.

Martel, Philippe, 2018, « Le « provençal » existe-t’il ? », Vivat diversitas – Romania una, linguae multae, Festschrift für Isabel Zollna zum 60. Geburtstag, Stuttgart, ibidem-verlag.

Merle, René, 1990, L’écriture du provençal de 1775 à 1840, Béziers, C.I.D.O.

Nostredame, Jean (de), 1575, Les vies des plus célèbres et anciens Poètes provensaux, Lyon, pour A. Marsiii.

Regis, Riccardo, Rivoira, Matteo , « “L’anello che non tiene”: ai margini di un sistema ortografico », Lengas, 86 [En ligne] URL : http://journals.openedition.org/lengas/3318.

Roumanille, Joseph, 1853, La part dau boun Diéu, Avignon, Séguin ainé.

Sano, Naoko, 2008, Una lenga en chamin. Viatge d’una Japonesa dins las Valadas occitanas en Itàlia, Saluzzo, Chambra d’òc.

Sumien, Domergue, 2006, La standardisation pluricentrique de l’occitan. Nouvel enjeu sociolinguistique, développement du lexique et de la morphologie, BREEPOLS, publications de l’AIEO.

Viaut, Alain , 2019, « Les codes graphiques contemporains de l’occitan », Lengas, 86 [En ligne], URL : http://journals.openedition.org/lengas/4009.

Haut de page

Notes

1 http://thalamus.huma-num.fr

2 Voir dans ce même numéro Regis, Rivoira 2019.

3 Correspondance Frédric Mistral_joseph Roumanille à propos de la réforme sur l’orthographe https://www.cieldoc.com/libre/integral/libr0574.pdf

4 Ces textes peuvent être consultés dans cette même revue (Lieutard 20101).

5 Fondateur en 1965 à Toulon de l’association L'Astrado prouvençalo qui édite des ouvrages et met en place un système de cours par correspondance pour l’apprentissage du provençal.

6 Voir dans ce même numéro l’article d’Alain Viaut.

7 https://fr.wikipedia.org/wiki/Écriture_auvergnate_unifiée

8 Avec cette rupture consommée avec le Félibrige, le nom du fondateur de la revue, Juli Eynaudi, est effacé des futures parutions. L’orthographe même de la publication évolue : « niçart » (forme choisie à l’origine par l’Escola de Bellanda) est remplacé par « nissart » à partir de 1928.

9 La transcription personnelle suivante, en graphie classique, montre que le texte reste difficilement compréhensible du fait même de ses choix lexicaux fantaisistes et délibérément éloignés du français : EDITORIAU /Dòrs un bolec politic occitan d’agrome (pratiòta)/ 1/ L’estament d’Occitaniá qu’es aitau que i a ges gaire temps de delir : lo pòble occitan deu èster bolegat ENANT que son pagís siasca esplech devenut una trevaressa. Sonqu’un bolec poderós emai amassat serà dens l’encàs de mestejar politicament las estòrças poblàrias d’Occitaniá entà las entolhar en una estòrça occitana.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Extrait du poème d’Anna Gille, Württemberg (Hirsch 1967, 4)
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/4076/img-1.png
Fichier image/png, 330k
Légende Catinou et Jacouti, Toulouse, Du Raffut, 2007
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/4076/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Panneau d’entrée de la ville de Graulhet (Tarn) ayant conservé la notation de la latérale palatale <lh>.
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/4076/img-3.tif
Fichier image/tiff, 219k
Légende Loís Belaud de la Belaudièra, Obros et Rimos (1595)
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/4076/img-4.png
Fichier image/png, 442k
Légende Structuration supradialectale de l’occitan selon Pierre Bec (1963)
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/4076/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Couverture du Dictionnaire d’Honnorat
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/4076/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Extrait du Dictionnaire d’Honnorat
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/4076/img-7.tif
Fichier image/tiff, 475k
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/4076/img-8.png
Fichier image/png, 445k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Lieutard, « Les systèmes graphiques de l’occitan  »Lengas [En ligne], 86 | 2019, mis en ligne le 03 décembre 2019, consulté le 07 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/lengas/4076 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lengas.4076

Haut de page

Auteur

Hervé Lieutard

Univ Paul Valéry Montpellier 3, LLACS EA 4582, F34000, Montpellier, France

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals