Navigacion – Plan del sit

AcuèlhNuméros86Pour une approche sociolinguistiq...

Pour une approche sociolinguistique des systèmes graphiques des langues de France et d’ailleurs

Présentation
Hervé Lieutard

Tèxte complet

1Ce numéro de la revue Lengas rassemble un certain nombre de contributions issues du colloque Minuscules et capitales, systèmes graphiques des langues de France et d’ailleurs qui s’est déroulé à Montpellier les 4 et 5 avril 2019. On trouvera dans ce numéro des contributions qui concernent des langues et variétés linguistiques aussi diverses que le normand (Clara Mortamet), le franco-provençal en France et en Italie (Michela Russa, Dominique Stich, Matteo Rivoira et Riccardo Regis), le breton (Herve Le Bihan, Jean-Claude Le Ruyet), l’occitan en France, en Italie et dans le Val d’Aran (Hervé Lieutard, Matteo Rivoira, Ricardo Regis, Alain Viaut, Marie-Jeanne Verny), les variétés romanes d’Espagne en contact, représentées par le castillan, le catalan, l’astur-léonais, le galicien, l’aragonais (Sophie Sarrazin), et enfin la langue basque (Aurélie Arcocha, Joseba Lakarra). Les divers articles publiés présentent l’histoire ou les caractéristiques des systèmes graphiques de ces langues aujourd’hui en contact avec des langues officielles.

2Depuis le Moyen Âge et tout au long de leur histoire, les langues les plus anciennement attestées sur le territoire français ont connu des changements importants aussi bien au niveau de leur statut social, de leurs fonctions ou de leurs usages que des représentations qui leurs sont attachées. Ces changements ont laissé des traces dans les usages écrits de ces langues et plus particulièrement dans leurs systèmes graphiques. Les diverses langues de France, comme la plupart des langues dites régionales ou minoritaires d’Europe, ont donc connu et connaissent encore des périodes de développement ou à l’inverse de régression dont les systèmes graphiques restent des témoins majeurs. Ces outils de communication propres à l’usage écrit représentent des systèmes complexes qui ne sont jamais à proprement parler de simples systèmes de transposition d’un ensemble de signes vocaux en graphèmes. Au-delà de leur simple finalité pragmatique, on peut interpréter les choix graphiques opérés collectivement ou individuellement pour une langue comme des indices de la représentation que l’on se fait de cette langue ou du prestige social plus ou moins grand qu’on lui accorde dans la société où elle se trouve. L’étude des systèmes graphiques des langues de France peut donc à tout moment se doubler d’une analyse sociolinguistique qui permet d’évaluer la place que ces langues occupent dans la société. Ce numéro de Lengas s’intéresse donc ici aux divers aspects des graphies des langues de France dans la mesure où ils apparaissent comme le reflet de situations ou d’évolutions sociales ou politiques spécifiques.

3Les systèmes graphiques sont généralement à leur naissance des systèmes composites, constitués de formes hybrides prenant modèle sur des usages préexistants (généralement le latin pour les langues d’Europe occidentale) dont ils peuvent progressivement se dégager pour répondre à des contraintes linguistiques internes propres. Pour les systèmes les plus anciennement attestés à l’écrit, des conditions spécifiques peuvent expliquer l’émergence d’une graphie originale (prestige littéraire, institutionnalisation religieuse, administrative…) voire même la réduction à une forme standard relativement homogène de la variation dialectale orale. Dans tous les cas, qu’il s’agisse de systèmes graphiques anciens ou récents, il convient généralement de s’interroger sur la relation plus ou moins étroite qu’entretient chaque code écrit avec les pratiques orales diatopiques (choix d’un dialecte de référence ou à l’inverse de formes tenant compte de l’existence d’un diasystème).

4À côté de ces contraintes internes, le système graphique d’une langue peut également être soumis à des contraintes externes (contact de langue, situations de diglossie). Il est donc intéressant d’étudier les changements voire même la disparition d’un système graphique dans cette perspective. Pour nombre d’entre elles, les langues de France ont été soumises à des contraintes sociales et politiques identiques au cours de leur histoire. La construction progressive d’un État français, d’abord sous la forme d’une expansion monarchique, notamment à partir du XIIIe siècle, puis sous celle d’un État-Nation à partir du XIXe siècle a eu des conséquences souvent néfastes sur leurs pratiques graphiques, qu’il s’agisse d’écrits pragmatiques, littéraires ou religieux. En premier lieu, on pense bien sûr à l’influence croissante du modèle graphique de la langue du pouvoir.

5La question des graphies pour des langues non-officielles prend une importance nouvelle au XVIIIe siècle avec la publication d’un certain nombre de dictionnaires concernant les langues de France. Le souci de la lemmatisation propre à l’entreprise lexicographique va conduire à devoir reconsidérer la question graphique dans ces langues. Les auteurs de dictionnaires vont parfois justifier leurs choix graphiques et développer dans leurs préfaces tout une série de considérations sur les meilleurs moyens d’écrire la langue concernée. C’est là aussi dans un rapport diglossique établi plus ou moins consciemment avec la langue officielle mais aussi à travers un renouveau littéraire que va émerger un discours sur la langue et sur les meilleurs choix graphiques à opérer pour l’écrire. Les systèmes graphiques proposés peuvent alors permettre de dessiner des représentations linguistiques très contrastées dès cette époque, lesquelles peuvent osciller entre défense du simple « patois » revendiqué comme gage d’authenticité populaire et défense d’une grande langue de culture ancrée dans une tradition ancienne d’écriture. Il en va de même dans la littérature où les choix graphématiques peuvent dépendre de la conscience linguistique plus ou moins grande de leurs auteurs.

6La plupart des langues de France et d’Europe disposent aujourd’hui d’un voire de plusieurs codes graphiques qui se sont fixés dans l’usage grâce à de nouvelles pratiques de transmission et de diffusion (école, médias, littérature), mais aussi grâce à des soutiens institutionnels plus ou moins importants. Dans les débats contemporains sur la graphie il est possible de dégager schématiquement deux tendances bien connues : d’un côté la défense de systèmes graphiques de type phonétisant dont le modèle peut se baser en partie sur la relation entre graphèmes et sons du français (mais pas seulement), de l’autre celle de systèmes qui tentent de renouer avec des pratiques pré-diglossiques ou avec l’étymologie. La question du meilleur choix graphique à opérer pour les diverses langues de France a été, parfois jusqu’à nos jours, un sujet brûlant de discussion, parfois influencé latéralement par les débats politiques au sein des mouvements militants, et a ainsi posé les jalons des débats linguistiques autour des entreprises de revitalisation linguistique des langues de France aux XIXe et XXe siècles, en même temps qu’elle a pu nourrir les débats scientifiques et idéologiques de la linguistique française.

7La question des choix graphiques pose inévitablement la question de la norme et du rapport des langues avec la langue dominante. Écrire dans une langue dominée, c’est aussi souvent tenter d’établir une distance avec une langue voisine ou dominante qui tend à l’influencer. La plupart des propositions graphiques relèvent donc tout autant de la question du réglage technique du système d’écriture par rapport à la variation orale que des choix idéologiques qui sous-tendent tel ou tel système. Un des rôles de l’écrit est de réduire la variation orale qui ne peut pas être enregistrée dans toute sa dimension. Cette question peut soulever d’autres questions identitaires internes, au sein d’un dialecte comme au sein de la langue. Dans tous les cas, la norme graphique reste indissociable des questions d’identité. Elle se fonde aussi sur la recherche d’un consensus, objectif plus ou moins atteint selon les systèmes proposés qui pose aussi la question du degré de conscience de la norme et de ses enjeux chez ses utilisateurs. C’est dans la plus ou moins grande facilité à accepter un compromis sur cette question que se construisent des systèmes graphiques qui tentent à la fois de concilier les pratiques orales et la mise en place d’un système d’écriture commun.

8Voilà quelques-unes des questions qu’abordent les contributions proposées par ce numéro de Lengas. Nous espérons qu’elles susciteront l’intérêt des lecteurs et des chercheurs qui s’intéressent à la place sociale des langues de France et d’ailleurs, et que le débat qu’elles ouvrent se poursuivra dans des publications ultérieures.

Debuta de pagina

Per citar aqueste article

Referéncia electronica

Hervé Lieutard, « Pour une approche sociolinguistique des systèmes graphiques des langues de France et d’ailleurs »Lengas [En linha], 86 | 2019, mes en linha lo 03 février 2020, consultat lo 01 octobre 2020. URL: http://journals.openedition.org/lengas/4101 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lengas.4101

Debuta de pagina

Autor

Hervé Lieutard

Articles del meteis autor

Debuta de pagina
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search