Navigation – Plan du site

AccueilNuméros87Les étranges relations au béarnai...

Les étranges relations au béarnais de Bourdieu

Bourdieu’s odd relationship to the Béarnais language
Las relacions estranhas de Bordieu amb lo bearnés
Colette Milhé

Résumés

A la fois distant et proche, Pierre Bourdieu entretenait des relations ambigües avec le béarnais. Tout en évoquant sa « haine de l’accent » dans le film de Pierre Carles, il était parrain de la Calendreta de Pau. S’il n’a pas écrit de livre sur cette langue, il s’y réfère dans plusieurs ouvrages ; pour lui, le béarnais est le lien avec le monde du père. C’est donc le point de vue du « transfuge », comme il se définissait lui-même, qui apparaît ici et là. A partir de ces informations disséminées, cet article tente de reconstituer le puzzle pour comprendre ces étranges relations liées à une position sociale.

Haut de page

Texte intégral

1Je fréquente les écrits de Pierre Bourdieu depuis bien longtemps, d’abord parce que j’ai fait un premier cursus universitaire en sociologie, ensuite parce que je suis béarnaise mais aussi parce que de par mes origines sociales, les travaux de Pierre Bourdieu ont toujours eu un écho particulier chez moi aux différences étapes de ma vie.

  • 1 Ecole associative immersive : la langue d’enseignement y est l’occitan local.

2Ayant fait ma thèse sur le discours des militants occitans, le thème des relations au béarnais a constitué une évidence. Si je parle d’étranges relations, c’est parce que j’avais été très marquée lors de la sortie du film de Pierre Carles, La sociologie est un sport de combat (2001) par cette phrase très violente « Quand je descendais dans mon pays, quand j’arrivais à Dax, que j’entendais l’accent, ça me faisait horreur, ça me faisait physiquement horreur » …  Mais par ailleurs je savais aussi qu’il était parrain de la calandreta1 de Pau et je percevais là une certaine contradiction.

3J’ai très vite renoncé à cet angle d’attaque en m’apercevant de son côté éminemment politique : une recherche sur internet montrant rapidement que béarnistes et occitanistes se disputaient (ou se disputent encore) la tutelle du sociologue. D’ailleurs, Bourdieu était aussi bien moins naïf que moi lorsqu’il écrivait dans la préface du n°13 des Cahiers de l’université consacré aux Langues en Béarn (1989a) que s’occuper de questions linguistiques en termes de graphies, de grammaire ou de rapports entre dialectes et langues… quand on est un scientifique, c’est toujours « se trouver engagé à son insu » (p.6), je rajouterai « ou sciemment », dans des luttes politiques. Il proposait alors de prendre pour objet soit les discours sur la langue, soit les pratiques linguistiques réelles des locuteurs.

4J’ai en partie suivi son conseil en m’intéressant à Pierre Bourdieu locuteur béarnophone, figure emblématique de générations qui ont vécu cet entre-deux langues, le bilinguisme ou, pour certains le passage au bilinguisme, la langue maternelle étant le béarnais ou encore pour d’autres le choix du monolinguisme par l’abandon total du parler local. Notons que chaque famille béarnaise a connu cette période charnière avec des temporalités, des parcours, des adaptations, des pratiques singulières (il serait sans doute illusoire d’essayer de dégager un « modèle »). Il suffit souvent d’évoquer le sujet pour susciter des récits personnels de relations à la langue, souvenirs vivaces et parfois douloureux qui clivent encore aujourd’hui les représentations et contribuent à expliquer des positions divergentes, y compris chez les non militants (des deux camps) vis-à-vis de l’occitan. Si cette période engendre des commentaires rapides, elle demeure cependant mal connue quant à ses implications linguistiques, faute, à ma connaissance, d’enquêtes sérieuses et approfondies.

  • 2 Il est à noter qu’il a tout de même écrit un article sur le discours régionaliste et la préface d (...)

5Le terme de « figure emblématique » pourra surprendre, il fait allusion d’abord à la notoriété de Bourdieu bien sûr mais ce qui me semble particulièrement intéressant chez lui c’est que, s’il ne s’est jamais érigé comme porte-parole de ces générations, il a écrit et réfléchi à cette situation à partir de son propre vécu tout au long de sa carrière. Certes, il n’a pas écrit un livre sur le béarnais2, c’est plutôt de manière émiettée et/ou implicite qu’il a disséminé ses réflexions dans plusieurs de ses ouvrages. Mon article va tenter de reconstituer ce puzzle, de lire entre les lignes, de replacer son propos dans son contexte : l’enfance de Bourdieu à Denguin puis Lasseube, son parcours… Je m’intéresserai aussi à une catégorie souvent utilisée pour qualifier ces générations : la vergonha (la honte).

6J’ai pris le parti de n’utiliser que des sources de première main, les textes de Bourdieu, et de ne m’intéresser qu’aux passages consacrés au béarnais. Il est fascinant de constater qu’elle est évoquée dans pratiquement tous ses livres. Cette focale particulière permet de découvrir un homme différent du Bourdieu académique, davantage connu, tel qu’il est mis en scène par exemple dans le film de Pierre Carles, ou critiqué par notamment Aron dans ses mémoires. Clairat (2004) a adopté une démarche assez similaire en isolant les passages relatifs à la réflexivité pour mettre en exergue l’homme et son parcours affleurant derrière la figure du scientifique. Ici, il sera davantage question de Bourdieu en Béarn, ou plutôt dans le contexte béarnais, abordé par le prisme de la langue.

Le contexte familial

7Bourdieu est né à Denguin en 1930. Durant son enfance, son père agriculteur devient postier (vers 30 ans) et est muté à Lasseube où déménage la famille. Il fait ses études au lycée Louis Barthou (Pau) de 1941 à 1947. En 1948, il part à Paris mais, contrairement à d’autres, il reviendra toujours.

8Quelques indices permettent de comprendre que sa famille est passée très tôt à l’utilisation du français - sa grand-mère tenait le bureau de poste de Denguin (ce qui pose la question de la langue maternelle de Bourdieu ou de la langue des échanges familiaux en milieu rural) et est engagée dans une mobilité sociale ascendante (son père paysan devient postier). Comment la vit-elle ?

  • 3 Lors d’une conversation informelle, elle émettra l’hypothèse que le « paysan-ouvrier » perturbait (...)

9Tous les écrits de Bourdieu relatifs à la langue le sont aussi à cette expérience. Dans l’exemple qu’il prend dans la préface de Langues en Béarn, sur les pratiques linguistiques d’un paysan de 50 ans, apparaît tout le microcosme d’un village béarnais des années 60 (jeune/vieux, femme/homme, petit fonctionnaire/paysan, habitant du bourg/du hameau/citadin…) Dans son article « Le bal » consacré aux mutations en milieu rural induites par la découverte du gisement de Lacq, P. Heiniger remarque cependant qu’il manque « l’ouvrier-paysan » 3.

  • 4 Dans la préface de Langues en Béarn, il écrit :
    … autour de 1960, dans un bourg du centre du Béar (...)

10Cet exemple révèle à quel point Bourdieu lie ces usages linguistiques à des positions sociales et des rapports de domination avec lesquels il faut composer, avec lesquels il doit composer dès l’enfance. Quand il évoque le petit fonctionnaire qui prend l’initiative de parler en béarnais au paysan, il témoigne à la fois du pouvoir de celui-ci (il choisit la langue) mais aussi de son embarras : s’adresser à un paysan dans la langue où celui-ci est compétent, c’est se parler d’égal à égal, ne pas affirmer la différence de statuts sociaux. Sans doute y a-t-il là une des raisons pour lesquelles même bien plus tard, il préfèrera parler en béarnais avec ses vieux amis d’enfance, réactivant cet usage tacite. D’ailleurs Bourdieu ne parle jamais de fonctionnaire mais du petit fonctionnaire, pour mieux signifier cette proximité sociale et souvent familiale4.

  • 5 Lors de son enquête de 1962, P. Bourdieu écrivait :
    La supériorité que le villageois s’arroge, le (...)

11À propos de son père qu’il qualifie de « transfuge », il explique qu’il était « séparé » des paysans dont son père et son frère, à qui il rendait de multiples services et qu’il aidait lors de ses congés. Il ajoute qu’il souffrait de cette séparation (Bourdieu, 2001b, 213). Ce malaise, lui-même l’éprouvait avec ses copains d’école avec qui il avait pourtant tout en commun, cependant « j’en étais séparé par une sorte de barrière invisible, qui s’exprimait dans certaines insultes rituelles contre lous emplegats, les employés "toujours à l’ombre"… » (Bourdieu, 2001b, 213). Dans un monde qui valorise le travail physique et l’effort, le travail du fonctionnaire est déprécié, associé à la fainéantise, jugement renforcé par l’accès à un revenu fixe et non aléatoire, déconnecté au fond de l’effort fourni. Jalousie et mépris s’allient pour stigmatiser les emplegats. P. Bourdieu (2002, 102) observait que le paysan considérait le fonctionnaire comme : « l’homme aux mains blanches, toujours à l’ombre, celui qui voit tomber tous les mois un bon salaire, en dépit des grêles et des gelées, et sans se fatiguer5 … » Comment réagissent ceux-ci ? Dans Le bal des célibataires (2002, 106-107) il note que :

C’est aussi, bien souvent, dans les couches inférieures de la société ‘‘citadine’’, les plus proches des paysans par leur culture, leur langage et leur esprit, que se manifeste l’attention la plus vive à se distinguer du paysanàs, du paysan ridicule. Chez le plus grand nombre, on discerne, plus ou moins exprimé, le sentiment de détenir des ‘‘droits de bourgeoisie’’, d’appartenir à un monde plus civilisé, plus poli et plus cultivé.

12Ces extraits révèlent deux positions : un désir de distinction chez les uns, de se démarquer du paysanàs, une tentation de proximité chez d’autres, par la multiplication des signes d’allégeance.

13Ce que nous dit aussi implicitement Bourdieu, c’est que la compétence linguistique en français recoupe exactement la position sociale ou, dit autrement, ceux qui maîtrisent le mieux le français sont aussi ceux qui occupent les positions sociales les plus élevées. Ce qui permet au passage d’interroger la catégorie de vergonha : à une époque où tout le monde maîtrisait parfaitement le béarnais, la distinction s’opérait dans la maîtrise du français et la honte était certainement moins celle de parler le béarnais que celle de mal parler la langue nationale, celle de la promotion sociale. D’ailleurs, aujourd’hui encore, ce qui frappe quand on entend des personnes parler en béarnais, ce n’est surtout pas la honte mais plutôt une certaine jubilation, un réel plaisir inscrit dans des usages bien précis.

14Cette « honte sociale » est amplifiée dans un monde rural et paysan qui se délite alors même que l’on découvre le gisement de Lacq. Là, je renvoie à l’article de Patricia Heiniger-Casteret qui en parlera mieux que moi mais lors d’entretiens réalisés auprès de militants dans le cadre de ma thèse, ce thème est revenu plusieurs fois :

 … cette langue que moi, j’avais vécue dans la honte, car ça, la honte, étant gamine, je l’ai eue car c’était aussi lié à un milieu… des éléments dans le secteur géographique où j’ai grandi… Car il y a eu à Lacq 

  • 6 E.L vient d’un village voisin de Mourenx.
    Il n’y avait jamais eu de révolution, industrielle hein (...)

15Des regrets percent derrière ses propos, comme si sa culture avait été sacrifiée sur l’autel de la modernité, par ses propres parents. Plus tard elle utilise d’ailleurs le terme de « dégradation » pour qualifier les modifications de l’environnement rural : D’autres encore évoquent l’émergence de la modernité, du progrès avec Mourenx et ses appartements modernes, qui génère du mépris social et amplifie le sentiment d’être arriéré6… E.L parle de révolution industrielle. Le choc est d’autant plus brutal qu’il précipite le déclin du monde rural. La honte sociale ne s’est-elle pas d’autant plus cristallisée sur la question de la langue, stigmate le plus visible de la ruralité, que les gens qui arrivaient (ingénieurs, cadres mais aussi ouvriers) parlaient tous français ?

16Bourdieu qui enquêtait en Béarn en 1959 n’ignorait rien de cet environnement même s’il n’en parle pourtant jamais. Il délaisse de façon étrange les relations à ce monde industriel émergeant, vers lequel s’oriente cependant nombre de ruraux, pour ne s’intéresser qu’aux relations sociales au sein du village ou entre ruraux et citadins bourgeois. Soit celles dans lesquelles il a été lui-même pris en permanence, au village mais aussi tout au long de son parcours « citadin ».

Quitter son monde pour devenir Pierre Bourdieu : la trahison

17Dans Esquisse pour une auto-analyse (2004) il évoque la dureté de ses années de lycée et sa révolte permanente. Un article de Sud-Ouest (30/07/2011) cite son cousin Claude Lacade expliquant que les enfants de la bourgeoisie paloise menaient la vie dure aux enfants d’origine modeste et rurale. Bourdieu écrit (2001b, 213) qu’il découvrit à l’internat « une différence sociale, cette fois inversée, avec les citadins ‘ bourgeois’ ». Il définit ensuite l’internat comme « une école terrible de réalisme social » (214).

18S’il maîtrise parfaitement le français, pour intégrer l’élite intellectuelle en montant à Paris, il doit aussi apprendre de nouveaux codes sociaux mais surtout se débarrasser du principal stigmate du provincial : l’accent.

Quand on vient d’un petit milieu, d’un pays dominé, on a de la honte culturelle. Moi j’avais de la honte de mon accent qu’il fallait corriger, j’étais passé par l’Ecole Normale etc.,

19explique-t-il dans le film de Pierre Carles.

20Tout indique que Bourdieu n’aura de cesse d’être tiraillé par les reniements de soi qu’impliquait son parcours. À la fois il se conforme aux projets de promotion de sa famille dont on peut imaginer la fierté, à la fois il doit la renier, ce sont ses propres termes, pour les réaliser.

21Dans l’introduction d’Esquisse pour une auto-analyse, il parle de l’amplitude de son « parcours dans l’espace social et de l’incompatibilité pratique des mondes sociaux qu’il relie sans les réconcilier. » (p.11) Quand il évoque plus loin son passage de la philosophie à la sociologie, il note que ce « déplacement négatif dans les hiérarchies » a été facilité parce qu’il était « accompagné du rêve confus d’une réintégration dans le monde natal » (p.79).

22On peut voir là une première réconciliation de Bourdieu avec lui-même : en faisant de l’ethnologie, puis de la sociologie il allait pouvoir s’occuper du « discours d’en bas », ce que n’autorisait pas la philosophie, discipline notoirement plus noble.

23La deuxième intervient lorsqu’il enquête en Béarn au début des années 60 :

À travers l’immersion totale s’accomplit une réconciliation avec des choses et des gens dont l’entrée dans une autre vie m’avait insensiblement éloigné et que la posture ethnographique impose tout naturellement de respecter. (Bourdieu, 2002, 11)

24Dans Esquisse pour une auto-analyse (2004, 82), il complète son propos :

… et que la posture ethnographique impose tout naturellement de respecter : les amis d’enfance, les parents, leurs manières, leurs routines, leur accent. C’est toute une partie de moi qui m’est rendue, celle-là même par laquelle je tenais à eux et qui m’éloignait d’eux, parce que je ne pouvais la nier en moi qu’en les reniant, dans la honte d’eux et de moi-même.

25La conversion qu’introduit la posture ethnologique, relève d’une inversion des savoirs : il ne revient pas en tant que Pierre Bourdieu, porteur de savoirs mais en tant qu’enquêteur, en quête des savoirs dont sont dépositaires ses interlocuteurs. Par l’ethnologie se rétablit en quelque sorte une transmission dans l’ordre des choses, du père vers le fils, il redevient le fils, transmission que l’époque avait bouleversée… Par l’ethnologie encore il pouvait être en accord avec ce que lui enseignait son père : « respecter les ‘‘petits’’ parmi lesquels il se comptait ». (2004, 111)

  • 7 « … voire de l’ethnographie, qui permet de payer le prix de l’intégration en vendant la mèche ». (...)

26Mais la réconciliation ne sera jamais totale. Ne serait-ce que parce qu’il se trouve confronté, comme au fond tous les anthropologues, à ce sentiment de trahison (il emploie lui-même ce mot) quand il s’agit de transporter cette connaissance intime, de l’intérieur vers l’extérieur, par le biais de la publication notamment. D’autant plus quand le chercheur est indigène : c’est alors les siens qu’il trahit7… D’ailleurs, Bourdieu refusera longtemps de publier ce qui deviendra Le bal des célibataires (2002), paru sous forme d’articles auparavant dans Études rurales et Les Annales, « des revues savantes à faible diffusion » ce qui protégeait le contenu « des lectures malintentionnées ou voyeuristes ».  (2002, 12)

27« Le retour aux origines s’accompagne d’un retour, mais contrôlé, du refoulé ». Bourdieu découvre aussi les avantages de l’indigénéité lors de son enquête en Béarn.

… ce qu’on appelle l’intuition, est peut-être, en définitive, l’usage scientifique d’une expérience sociale qui, à condition d’être préalablement soumise à la critique sociologique, peut, pour si dépourvue de valeur sociale qu’elle puisse être en elle-même, et lors même qu’elle s’est accompagnée de crises (de conversion et de reconversion), se convertir de handicap en capital. (2004, 85-86)

28Il évoque, amusé, cette curieuse situation dans laquelle il se trouvait, enquêtant auprès de ses amis d’enfance : il posait des questions dont il connaissait les réponses (film de Pierre Carles).

29De fait, tout l’appareil théorique de Bourdieu peut-être facilement et directement relié à sa propre expérience. Prenons l’exemple, pour en revenir à la question de la langue, de la « violence symbolique ».

30Dans le film de Pierre Carles, toujours à propos de l’accent qui lui fait horreur et comme s’il se parlait à lui-même, il dit :

Moi je ne devrais pas… or moi je ne devrais pas, c’est mon boulot de comprendre ça, c’est mon propre accent or je ressens ça comme affreux. Je vais me faire tuer par les Occitans mais enfin… ça ne fait rien ! (…) Ça c’est une forme de violence symbolique !

31Par là il entendait la capacité des dominants à faire admettre une norme arbitraire comme légitime.

Pierre Bourdieu « marginal » ou déchiré ?

32« Marginal », c’est le terme qu’il emploie lui-même dans Science de la science et réflexivité (2001b, 219). Comme point de départ de sa réflexion, il y a la coïncidence

contradictoire de l’élection dans l’aristocratie scolaire et de l’origine populaire et provinciale (j’aurai envie de dire : particulièrement provinciale) a été au principe de la constitution d’un habitus clivé, générateur de toutes sortes de contradictions et de tensions. (2001b, 214)

33Si Bourdieu est toujours écartelé entre deux mondes, il met en application un des principes qu’il énonce, transformer un handicap en capital ou, dit autrement en avantage. De cette double appartenance il va tirer ce qu’il appelle lui-même une certaine lucidité :

Cette ambivalence est au principe d’une double distance par rapport aux positions opposées, dominantes et dominées, dans le champ. Je pense par exemple à mon attitude en matière de politique, qui m’éloigne à la fois de l’aristocratisme et du populisme… (2001b, 215)

34La lucidité c’est connaître et comprendre la « relativité des points de vue » (2001b, 222), savoir que « la vérité est un enjeu de luttes tant dans le monde savant (le champ sociologique) que dans le monde social… » (2001b, 221) En tentant de « contribuer à la construction du point de vue sans point de vue qu’est le point de vue de la science » (2001b, 222), il essaie de se soustraire à de multiples contradictions. Y arrive-t-il ? En tout cas, il a raison sur un point : rien n’est pire que la confusion de la science et de la politique.

35Pour en revenir à la question de la langue, et pour conclure sur une question que je ne souhaitais pas aborder, il ne pouvait être ni béarniste, ni occitaniste mais il connaissait bien les deux points de vue. Si parler béarnais c’était garder le lien avec son milieu familial, social et villageois d’origine, rester fidèle aux usages linguistiques qui y sont en vigueur, pourquoi alors a-t-il accepté de parrainer la calandreta ?

36Peut-être est-il nécessaire, au préalable, d’expliquer en quoi il y a contradiction. Comme je l’ai montré, Bourdieu tentait de maintenir l’étanchéité de ses deux mondes. Quand il rentrait en Béarn, que cela soit à Denguin, son village de naissance, ou à Lasseube où il a vécu et où il possédait une maison, il s’adressait aux villageois dans la langue de la proximité, comme le confirment ses amis d’enfance et son cousin, dans la presse locale, ou encore un ouvrier rencontré au cimetière de Denguin (28 octobre 2014) qui le décrit comme un homme abordable et très gentil. Ce dernier précise qu’on encourage les enfants à travailler à l’école pour « devenir polytechniciens comme les fils Bourdieu » (ils sont normaliens). La notoriété de Bourdieu semblerait l’avoir rattrapé mais l’homme explique qu’il était méconnu de son vivant. Il a assisté à un colloque organisé dans le village après son décès, d’où il tient une telle information. Il parle encore de Bourdieu philosophe, jamais sociologue. Ces quelques informations tendraient à prouver qu’au fond sa « stratégie » fonctionnait. Si nul dans le village n’ignorait son fameux parcours scolaire, il ne faisait pas étalage de son travail et pouvait évoluer là comme un enfant du village. Ainsi, il réintégrait sans peine son « monde natal », (dé)montrant qu’il avait su rester simple et était toujours un enfant du pays. Peut-être trouvait-il là un répit, loin de la violence du monde académique ? Lui qui avait l’impression « d’être dans le monde intellectuel un étranger » (1984, 76) ou encore « je ne me sens pas chez moi », ne cherchait-il pas à redevenir un rural, « d’être dans le monde rural un indigène » ?

  • 8 Terme qu’il s’applique lui-même dans Noblesse d’état, 1989b, 149.

37Calandreta n’a pas été créée par des paysans mais par des militants, plus proches par leur parcours scolaire de l’autre monde de Bourdieu. L’école est à la fois le lieu où le sociologue devint à la suite de son père, quoique différemment, un « transfuge8 », lieu donc de réussite mais aussi de souffrance et d’abandon. Lieu de violence linguistique également ce qu’il n’ignorait surtout pas. Une école enseignant en béarnais, écrivant une langue dont il privilégiait l’usage oral, dans une graphie classique, ne se situait-elle pas à la frontière des « deux mondes inconciliables » ? N’y percevait-il pas les signes d’une « revanche », lui l’homme déchiré par le reniement ?

38Comment Bourdieu qui s’efforçait de ne pas s’engager de façon militante, au nom de la séparation science/politique a-t-il pu déroger en devenant parrain de calandreta ? Un entretien avec SJ a permis d’éclaircir les circonstances et le contexte. Le projet de création de l’école bilingue avait déclenché l’hostilité de tout le monde : partis de gauche, syndicats enseignants… isolant les fondateurs. À la demande de ceux-ci, un ami de Bourdieu, professeur de lettres classiques à l’université de Pau, avait intercédé auprès du sociologue. Celui-ci avait accepté, dans une lettre (1987) où il utilisait des arguments scientifiques : les vertus du bilinguisme mises à jour par des chercheurs.

Je veux vous dire, très sincèrement, toute la sympathie que m’inspire votre entreprise. Les calandretas, telles que vous les définissez, constituent une expérience très intéressante de pédagogie du bilinguisme : outre qu’elles ont pour effet indirect de réhabiliter la langue gasconne aux yeux de ceux qui la possèdent encore, elles permettent de donner aux jeunes enfants une maîtrise consciente et réflexive de structures linguistiques qui orientent inconsciemment leur acquisition de la langue française. (C’est dans cet esprit que le rapport du Collège de France sur l’enseignement de l’avenir recommandait l’enseignement de leur première langue à tous les enfants des écoles françaises). Je crois en effet que, comme vous le dites, l’enseignement de la langue maternelle et l’enseignement de la langue française ne sont pas et ne doivent pas être conçus comme antagonistes, mais qu’ils doivent au contraire être pensés comme complémentaires. (Javaloyès, 14)

39Encore une fois, Bourdieu se retranche derrière la science pour masquer son monde caché, intime, la science lucide contre la politique occulte. Cette figure récurrente dans ses travaux est peut-être illusoire, la caution scientifique qu’il pense apporter ne sera pas sans effets politiques (ce qu’il pouvait difficilement ignorer). De fait, selon SJ, ce parrainage scientifique « calma » les syndicats enseignants « laïcards » ou « républicains ».

  • 9 Une situation de bilinguisme tend à s’instaurer tandis que les membres des classes populaires, et p (...)

40Notons les précautions prises pour rejeter toute arrière-pensée politique : le bilinguisme ne doit qu’être un apport à la réussite des élèves dont la langue maternelle n’est pas le français et les deux enseignements ne doivent pas être « antagonistes » ce qui signifie, en creux, que le bilinguisme ne peut être un enjeu nationaliste. Or Bourdieu connaissait très bien cette problématique et les effets de domination dont est bien souvent porteur le groupe social qui maîtrise très bien les deux langues. Par exemple, dans Questions de sociologie (1984 (2002), 125), il évoque le Québec mais aussi les pays arabophones anciennement colonisés. De même, dans Ce que parler veut dire, insère-t-il le basculement linguistique lors de la Révolution française9 dans des rapports sociaux où les compétences linguistiques jouèrent un rôle déterminant. Ici, sa préoccupation majeure est bien évidemment la position des locuteurs ruraux, puisqu’il entrevoit dans le projet calandreta la levée d’un handicap à la fois social et linguistique, deux dimensions toujours fortement corrélées chez le sociologue.

41Son refus d’affirmer des positions d’ordre politique se manifeste encore dans l’évitement prudent du terme « occitan » qu’il n’utilise jamais – dans la lettre il parle de langue gasconne, ailleurs de langue d’oc (au singulier toutefois).

42Je ne peux me hasarder à supputer qu’il avait aussi vu dans cette fierté transmise à des enfants une sorte d’apaisement, une nouvelle réconciliation, pour reprendre un mot qu’il employait volontiers. La question, fort intéressante au demeurant, de la transmission, ou pas, du béarnais à ses fils ne pourra malheureusement pas être abordée ici, faute du moindre élément de réponse… Il est toutefois surprenant d’envisager qu’il y ait à la fin des années 80 des enfants de langue maternelle béarnaise. L’implantation urbaine de la première calandreta (à Pau) ne donne pas à penser qu’elle s’adresse à des locuteurs plutôt ruraux. Il serait cependant anachronique de confondre ce que deviendra calandreta et le contexte de sa création. On peut toutefois rappeler que les calandretas ont été créées initialement en Béarn dans le sillage des ikastolas basques qui constituèrent un modèle. Comme seules les interrogations demeurent possibles, Bourdieu pensait-il aux petits béarnophones de la fin des années 80 ou au petit Bourdieu enfant et à ses camarades de classe de l’avant-guerre ? Le parrainage peut-il être inséré dans le « rêve confus d’une réintégration dans le monde natal » (2004, 79) ?

43D’ailleurs, dernier point qui retient l’attention dans cet extrait de lettre, curieusement il parle de « réhabilitation » alors même qu’ailleurs il en suggérera l’impossibilité (voir ci-dessous). Dans ce contexte-là, elle concerne encore les locuteurs, « aux yeux de ceux qui la possèdent encore ». Il s’agit dans ce cas de recouvrer l’estime de soi et non de restaurer des droits et des pratiques de la langue, par une action politique ou culturelle, sens qui émerge dans le chapitre suivant. S’il est difficile, voire impossible d’y répondre, la question mérite cependant d’être posée : n’a-t-il pas pensé, au moment de ce parrainage, comme les militants fondateurs, que les locuteurs allaient adhérer au projet calandreta avec enthousiasme ? Celui-ci avait en effet était pensé comme un revirement historique, la réparation en quelque sorte de la « violence scolaire » qui contribua à reléguer les non-francophones au bas de la hiérarchie sociale. Par la suite, les locuteurs béarnophones se montrèrent cependant réticents. Mais était-ce alors prévisible ?

Programme sociolinguistique

44Dans son seul texte véritablement axé sur le béarnais, la courte préface déjà évoquée, Bourdieu dessine les contours d’un programme de sociolinguistique, tel qu’il l’avait dit-il entrepris, inspiré des travaux de Labov sur la langue dans les ghettos noirs nord-américains. L’ambition affichée étant de mettre à jour « un petit nombre de lois inséparablement linguistiques et sociologiques ». (Bourdieu, 1989a, 7) L’objet de cet article n’est pas de discuter cet aspect-là.

  • 10 Il les présente succinctement en introduction et se réfère notamment à Lespy.

45L’extrait qui suit est volontairement long, non pour illustrer l’ampleur de l’entreprise que représente la lecture de Bourdieu mais car il s’agira ensuite d’en décortiquer le contenu, d’en extraire l’implicite. Au préalable, il semble que Bourdieu paraît presque embarrassé de préfacer ce livre issu d’un colloque. On sait sa volonté forte de ne pas mêler science et politique et, concernant la question linguistique il montre qu’il connaît à la fois les différents points de vue10 mais aussi les risques sous-jacents, ceux de mettre la science au service d’un militantisme ou de la voir instrumentalisée par des militants. Si l’objectif du colloque est de trancher sur un terrain scientifique des questions d’ordre politique (degré d’intercompréhension de locuteurs de différentes régions de l’ensemble « occitan » par exemple), Bourdieu remarque néanmoins qu’il est illusoire d’ignorer les présupposés qu’impliquent les questions mêmes de l’existence de frontières, de l’emploi de catégories comme langues et dialectes… Sans doute peut-on voir là un exemple concret de la lucidité dont il se targue. Dans cet unique texte consacré exclusivement au béarnais, il fait montre d’une prudence manifeste qui rend particulièrement ardue la recherche des positions réelles et personnelles de Bourdieu.

Ainsi, comment ne pas voir qu’en entreprenant d’écrire une « grammaire » du béarnais –avec, presque inévitablement, une intention de réhabilitation-, on s’expose à constituer en norme, au moins tacitement, un parler qui peut n’être parlé par personne et à laisser de côté ou à renvoyer dans le registre de la « grammaire des fautes », à la manière du vieux Lespy, la réalité de ce qui s’entend tous les jours en Béarn, c’est-à-dire toutes les combinaisons possibles de français béarnisé ou de béarnais francisé, sans parler des situations de trilinguisme, où basque, béarnais et français se mêlent pour donner les différentes formes de ce que les Béarnais d’autrefois appelaient le charnegou ? En ignorant ces parlers « réels », faute de catégories pour les percevoir (comme « béarnais francisé » et « français béarnisé », entre le français et le béarnais « purs » de nos taxinomies simplistes) et faute d’intérêt pour les décrire (nul ne songe en ce cas à réhabiliter), on passe à côté de ce qui pourrait être le programme d’une sociolinguistique des parlers en Béarn (que j’avais entreprise, il y a bientôt trente ans, et qui est toujours à faire) : décrire et expliquer les parlers que les locuteurs produisent pratiquement, en fonction d’une part de leur compétence dans une ou plusieurs langues (il faudrait ajouter au moins l’espagnol et le berbère ou l’arabe) et en fonction d’autre part du marché linguistique auquel ils sont affrontés c’est-à-dire, plus concrètement, de l’écart social entre le locuteur et le récepteur, caractérisés l’un et l’autre selon leur statut social, leur sexe, leur âge, leur degré de « citadinité », lié à leur résidence actuelle et originelle, et du degré d’ «officialité » du lien social dans lequel l’interaction s’accomplit. (Bourdieu, 1989a, 6)

  • 11 Le père d’une amie, fils de paysans devenu lui-même postier, né en 1935 à quelques kilomètres de (...)

46On peut déjà s’étonner du refus de normalisation exprimé par un intellectuel, qui passe par un rejet surprenant de l’écrit alors même que celui-ci a, en l’occurrence, une légitimité historique, que l’on invoque la littérature des troubadours ou le béarnais utilisé jusqu’à la révolution française au parlement de Navarre par exemple. En tout cas, il utilise toujours, dans les retranscriptions des propos de ses locuteurs quand il les cite, par exemple dans le Bal des célibataires, la graphie de l’escòla Gaston Fébus (félibréenne) proche de la graphie du français, qui se voulait ainsi proche du « peuple ». Notons au passage que la connaissance de celle-ci témoigne de son intérêt pour ces questions linguistiques et sa familiarité avec la langue écrite11.

47Entre parenthèses, en citant les propos en béarnais, il montre (ou met en scène) l’emploi usuel de la langue, pas seulement chez les paysans d’ailleurs.

48Il cite par exemple son père qui lui aurait dit : « ‘Maynat qu’as cachaou !’, ‘mon garçon tu as du cran !’ ». Pierre Bourdieu explique :

le cachaou, c’est la grosse dent, la molaire, et par extension, quelque chose comme la capacité de mordre sans lâcher prise, de tenir bon. Il voulait sans doute saluer ainsi la vertu de rétivité que toute la tradition locale glorifie, au point de voir un bon signe […] dans un abord difficile ou des dehors agressivement défensifs : « Arissou arissat, castagne lusente », « Bogue hérissée, châtaigne luisante » (2004, 115-116)

49Ce que l’on peut aussi remarquer c’est que si le béarnais fait irruption dans le texte, c’est toujours pour transcrire de l’oral que cela soit comme ici des paroles ou un proverbe. Il n’est pas non plus inintéressant de constater qu’il lui faut 6 lignes pour traduire 4 mots ! N’essaie-t-il pas, en douce, de montrer toutes les capacités d’expression, la richesse d’une langue ? On peut au moins dire que la seule fonction qu’il attribue à l’écrit c’est de garder trace de cette oralité. En cela, il exprime avec force qu’il est lui-même le dépositaire d’une langue qui se pratique et se transmet essentiellement par l’oral et qu’il privilégie cet usage. D’ailleurs dans Le bal des célibataires, il se pose lui-même comme « passeur », interprète, utilisant une profusion de termes précis béarnais pour mieux les détailler, expliquer.

50L’impossible réhabilitation revient souvent dans son propos, il n’y croit pas et le sous-entend car l’histoire « d’en haut » - celle de la construction nationale, mais aussi celle « d’en bas » - l’adhésion populaire au projet de promotion sociale par le passage au français, histoire qui est aussi la sienne, ont imposé de façon irrémédiable la position hégémonique du français, dans ses usages écrits et oraux. Mais cette histoire aurait évacué en particulier l’usage (et l’utilité) du béarnais écrit. Deux hypothèses émergent.

51La première s’ancre dans sa propre utilisation du béarnais, langue de la connivence, de la proximité, de la relation avec ses amis d’enfance et sa famille, langue aussi de la réconciliation, de la « réintégration dans le monde natal ». S’il aurait pu trouver dans une valorisation érudite et savante, une réconciliation personnelle, la possibilité de surmonter en fin de compte « l’incompatibilité pratique des mondes sociaux qu’il relie sans les réconcilier », comme bien des militants occitans béarnophones, il ne semble pas avoir choisi cette voie. Il ne s’inscrit pas plus dans le discours de nombre de militants qui affirment que les locuteurs sont analphabètes dans leur propre langue parce qu’eux valorisent l’écrit pour doter la langue d’un statut élevé, rendant ainsi caduque leur intention d’engager les locuteurs dans leur entreprise de réhabilitation. L’usage savant renie tacitement l’usage populaire, reproduisant de manière non intentionnelle, voire inconsciente, la hiérarchie sociale établie lors du passage au français, à ceci près que les locuteurs parlent le plus souvent bien mieux le béarnais que des militants parfois néo-locuteurs. Le refus de l’écrit de Bourdieu serait alors celui de se situer au sommet de la hiérarchie sociale, auquel le français, en particulier écrit, l’a placé.

52Mais une seconde hypothèse, pas incompatible avec la première d’ailleurs, émerge à la lecture de l’extrait ci-dessus. Ce que Bourdieu met en exergue c’est que non écrite, cette langue continue de vivre et vivre pour une langue, c’est évoluer, se transformer, se pratiquer, se transmettre encore. C’est en cela qu’il n’y a pas contradiction, elle vit parce qu’elle est orale et remplit d’autres fonctions que le français, ce qui autorise cette coexistence pacifique (ou pacifiée ?) Sa vision d’une langue tétanisée car normalisée n’est pas sans rappeler le latin, langue morte par excellence dont Bourdieu fait si volontiers usage dans ses textes. Il réfute la thèse de la mort imminente et donc celle de la sauvegarde urgente, renvoyant dos à dos les tenants d’une patrimonialisation d’ordre muséal (la langue reste figée dans un monde perdu et idéalisé) et ceux d’une réhabilitation tournée vers l’avenir (transmission, écoles, appropriation dans des pratiques modernes : musique…) Ce que dit Bourdieu c’est qu’un siècle environ après ce qui aurait dû en sonner le glas, elle est encore là.

53Ce miracle n’est pas sans rappeler la « ruse » populaire soulignée par de Certeau. Au fond, Bourdieu croit moins à l’efficacité d’un interventionnisme militant qu’à la « ruse » populaire, aux pratiques spontanées des locuteurs pour faire vivre la langue. Le béarnais s’est glissé dans les interstices où le français n’était pas essentiel et il parle « l’être d’ici », l’inscription dans des relations de voisinage, de proximité.

54La langue inscrit aussi dans une généalogie, dans une histoire du village, dans des relations intergénérationnelles. Pourquoi est-ce aujourd’hui une langue essentiellement rurale ? Si Bourdieu préconise une telle sociolinguistique c’est pour mettre à jour justement les conditions favorables à la pratique. Dans l’exemple qu’il prend, il montre que c’est la langue du familier c’est-à-dire que l’on ne parle béarnais qu’à des personnes dont on sait qu’elles le connaissent et avec qui on a l’habitude de l’employer. Lors de son enquête auprès de locuteurs en Bigorre, Bernissan découvre par exemple que deux voisins ne se parlent qu’en français parce qu’ils ignorent l’un et l’autre qu’ils sont tous les deux compétents en « patois ».

55La langue dit aussi le lieu, d’où l’on vient très précisément. « Ils n’entendent que les différences ! » reprochent souvent les occitanistes aux locuteurs. C’est là ignorer un usage tacite de la langue comme marqueur local d’une appartenance à une communauté villageoise. Rien ne dit (et seule une enquête pourrait le montrer) qu’elle ne fonctionne pas aujourd’hui comme un « neutralisateur » des différences sociales alors que dans le Béarn des années 60 étudié par Bourdieu, elle était justement un marqueur de celles-ci. Envisagée ainsi, la sociolinguistique bourdieusienne rendrait à la science sa place légitime, mettre au jour en l’occurrence les incompréhensions qui régissent les relations entre locuteurs non militants mais simples praticiens et les tenants de l’occitan. En cela, la science trouve son terrain d’expression normal ; elle n’est pas un outil pour étayer le discours d’un chercheur militant, elle peut par contre outiller un militant, à condition qu’il se saisisse de la connaissance produite pour modifier, adapter, renforcer son discours ou ses actions.

56Langue de l’interconnaissance et langue du lieu, il est possible qu’elle ne puisse plus être celle de la « citadinité ». La ville instaure par nature la mobilité, l’instabilité et la distension des liens de voisinage ou une redéfinition de ceux-ci (tout comme la néo-ruralité d’ailleurs.) Elle peut toutefois exister encore mais sous des formes peut-être moins spectaculaires, il suffit d’aller aux halles de Pau pour l’entendre chaque samedi matin. Là, elle peut aussi réapparaître sous des formes nouvelles, vecteur d’une nouvelle sociabilité urbaine (pas seulement, elle peut également devenir un espace de rencontre entre ruralité et urbanité dans le temps de la fête) sous l’impulsion notoire de militants occitans (cantèras organisées dans des bars, fête comme carnaval, hestiv’oc…) Curieusement, Bourdieu n’évoque pas cette créativité et cette réappropriation plutôt urbaine, surtout militante qui appartient à part entière au paysage linguistique béarnais en 1989. Son silence est d’autant plus mystérieux qu’à la même époque il devenait parrain de calandreta. Faut-il voir là un autre signe de l’étanchéité forte entre les mondes dans lesquels il navigue sans jamais les réconcilier, monde savant et urbain/ monde populaire et rural, science/politique, locuteurs « naturels » /militants occitans ? Ne sont-ce pas ces repères ou ces frontières que brouillent justement les occitanistes, mêlant (confondant parfois) locuteurs « naturels » et néo-locuteurs, usage lettré et oralité, ruraux et urbains, chercheurs et militants… Là encore, seule une enquête permettrait d’en savoir plus sur les séjours de Bourdieu en Béarn, leur fréquence, ses activités, sa connaissance réelle des pratiques urbaines et/ou militantes. Or on sait que ce qu’il évoque relève toujours de son expérience personnelle, ce qu’on ne peut surtout pas lui reprocher.

57Une nouvelle hypothèse mérite examen. De ce « rêve confus d’une réintégration dans le monde natal » (2004, 79) n’a-t-il pas construit une pratique et une vision du parler local sinon légitimes, du moins seules possibles selon lui ? Se « contente-t-il » en quelque sorte de cette langue de l’enfance qu’il continue de pratiquer avec ses amis d’alors ?

  • 12 Dans mes propres échanges linguistiques familiaux, il est par exemple des mots d’usage courant ou (...)

58Déjà il n’est pas dans la position que déplorent souvent les militants, qui consiste à penser que la langue peut mourir avec lui, emportée dans l’engloutissement d’un monde passé. Ainsi ne défend-il pas la « pureté » - « le français et le béarnais « purs » de nos taxinomies simplistes » (1989a, 6). Au contraire suggère-t-il une approche novatrice, l’attention aux entremêlements de deux voire plusieurs langues qui fabriquent un parler ou, plus exactement un français local, qu’il nomme français béarnisé ou béarnais francisé. En douce, quelques mots s’insinuent dans la langue française par des bricolages familiaux ou familiers, mots du registre domestique12 en particulier me semble-t-il, francisés dans leur déclinaison : escobar (balayer) devient par exemple escober. Ce que remarque notamment Jan de Nadau dans ses spectacles : « horluper : faire des horlups, verbe du premier groupe ». Ces mots coexistent, voire remplacent les termes français, sans recours à la traduction : beroia entendu tout au long de mon enfance n’a jamais signifié pour moi exactement « jolie ». Evidemment, et Bourdieu a ici raison, seule une enquête permettrait d’étudier et comprendre ces usages linguistiques, les mots « survivants » sont-ils différents d’une famille à l’autre ? A quel registre appartiennent-ils ? Quels mots sont employés exclusivement en béarnais et pourquoi ? Apportent-ils des nuances inexistantes en français ? Quel rôle joue leur musicalité ? Avec qui sont-ils employés et pourquoi ?

59Ces questions, certes passionnantes, ne s’inscrivent toutefois pas dans l’objet de cette communication. Mais elles viennent à certains égards préciser la vision de Bourdieu. Tout bon locuteur qu’il devait être, il ne valorise pas comme beaucoup d’autres la correction (voire l’hypercorrection) de la langue, qui implique que celui qui ne parle pas bien doit au fond se taire.

60Reste une ultime question à aborder pour conclure cet article : puisque Bourdieu avait une idée très précise de la sociolinguistique à conduire, celle qu’il avait entamée il y a quarante ans, pourquoi ne l’a-t-il pas menée à terme ?

L’enquête impossible ?

61Cette langue, il l’aimait. Il la parlait, il en parlait. Il n’avait de cesse d’en parler. Elle s’insinuait parfois dans ses textes (même si les mots latins ou allemands, à la fonction érudite indéniable y étaient plus fréquents), comme s’il la réhabilitait finalement un peu, en douce, à sa manière. Malgré ces quelques irruptions académiques, elle demeurait cependant langue de l’intime, lien avec le père et le monde dont celui-ci s’efforçait de rester proche, monde de l’enfance aussi.

62S’il annonce dans la préface de Langues en Béarn qu’il faudrait poursuivre l’enquête sociolinguistique qu’il avait entreprise, on peut déjà s’étonner qu’il ne fasse pas allusion aux travaux de Séguy sur le parler à Toulouse, ni à ceux de la revue Lengas qui s’est beaucoup intéressée à cette question. Sa seule référence demeure en effet Labov, qu’il a publié aux éditions de Minuit. Ensuite, lui qui n’a eu de cesse d’affirmer son attachement au Béarn, pourquoi n’a-t-il pas conduit cette enquête à son terme ?

63L’examen de l’analyse qu’il fait de l’intervention en béarnais du maire de Pau, André Labarrère, lors d’une cérémonie en l’honneur d’un poète béarnais, peut déjà nous fournir quelques premiers éléments. Bourdieu considère que c’est de la condescendance, qu’il définit ainsi :

Pour qu’il y ait condescendance, il faut qu’il y ait un écart objectif : la condescendance est l’utilisation démagogique d’un rapport de force objectif puisque celui qui condescend se sert de la hiérarchie pour la nier, au moment où il la nie, il l’exploite. (1984, 126)

64Ce qu’il développe comme suit :

Le maire de Pau ne peut produire cet effet de condescendance que parce qu’il est agrégé. S’il n’était pas agrégé, son béarnais serait un béarnais de paysan, donc sans valeur et les paysans à qui ce « béarnais de qualité » n’est d’ailleurs pas adressé (ils ne fréquentent guère les réunions officielles), n’ont souci que de parler français. Il faut se demander qui a intérêt à restaurer le béarnais au moment où les paysans se sentent obligés de parler français à leurs enfants pour qu’ils puissent réussir à l’école. (1984, 127)

65Pourquoi lui, l’agrégé parlant béarnais, peut-il ainsi fustiger l’agrégé, l’autre, parlant béarnais ? Comme il l’écrit dans d’autres lieux, il faut toujours tenir compte de la situation ou du contexte. Et bien évidemment des usages. Quand Bourdieu parle béarnais, c’est avec sa famille ou ses amis d’enfance, ou encore avec les villageois (cf. : le cantonnier). Cet usage de la langue s’inscrit donc dans un ordinaire, une normalité, la langue est alors un marqueur de cette appartenance à une communauté où il est légitime en tant qu’enfant du village. Marqueur mais aussi « effaceur » : il met entre parenthèses ou éloigne le monde parisien et académique auquel il appartient désormais. L’usage du français l’aurait indéniablement mis en position de domination linguistique. Un de ses amis indique dans la presse locale qu’ils parlaient de tout et de rien en béarnais, qui devient alors la langue d’expression du quotidien et interdit par exemple de parler de son travail. De fait, il considère alors l’intervention de Labarrère, l’irruption du béarnais dans une cérémonie officielle, comme une anomalie. D’ailleurs, dans Questions de sociologie (1984, 128) il évoque un paysan qui, élu aux élections municipales, ne voulut pas être maire parce qu’il ne savait pas parler, c'est-à-dire qu’il ne maîtrisait pas le français qui sied dans les situations officielles. La mise en regard des deux exemples met en exergue les effets de domination linguistique qu’exercent les compétences de cet ordre et, par ricochet, de domination politique. Le paysan ne peut prétendre aux fonctions de maire, non en raison de ses compétences de représentation des siens, ils le perçoivent légitimes en l’élisant, mais parce que le jeu politique suppose aussi, voire surtout, des compétences oratoires qu’il ne possède pas. Ceci non parce qu’il n’a pas les « qualités individuelles » mais parce qu’il est socialement démuni, ce qui pose la question de la représentation politique efficiente de ceux qui ne peuvent porter leur parole. On sait l’attention de Bourdieu aux « petits » et son souci de leur défense.

66En parlant béarnais dans une situation officielle devant un public qui n’est pas paysan au demeurant, le maire crée aux yeux de Bourdieu une anomalie, voire un outrage. De par sa position de force, de dominant, il peut et est autorisé à sortir la langue de l’espace privé où l’histoire politique l’a confinée, pour en faire un usage public et l’instrumentaliser. S’il affirme par cet emploi sa légitimité locale – il est un « enfant du pays » - c’est surtout sa capacité à représenter tous les Béarnais, tous les groupes sociaux, qu’il met ainsi en scène. La langue transcendantale lie les Béarnais au-delà de leurs positions sociales, elle cimente l’appartenance au-delà des différences sociales que cet usage public tend à gommer. Il faut entendre me semble-t-il « se sert de la hiérarchie pour la nier » comme « se sert de la hiérarchie entre les langues pour nier la différence sociale. On retrouve là deux attitudes évoquées précédemment vis-à-vis des paysans : la distinction ou la proximité. On sait l’attitude de Bourdieu.

67Se distinguer ne signifie toutefois pas automatiquement rejeter. Monter dans la hiérarchie sociale, c’est aussi se sentir (ou devenir) autorisé à intervenir dans la sphère politique, à assurer une fonction de représentation, notamment porter la parole de ceux qui ne l’ont pas. S’arroger ce rôle de « passeur », c’est encore selon Bourdieu affirmer une domination. Il est fort probable qu’il voit là une reproduction de la prise de pouvoir des bourgeois bilingues lors de la Révolution française (1982, 29-30).

68« Il faut se demander qui a intérêt à restaurer le béarnais… » Bourdieu rejette l’effacement tacite de la hiérarchie sociale qu’autorise le recours à la langue locale dans des situations publiques mais, ce faisant, il dote les paysans de droits de propriété inaltérables sur celle-ci. Or, c’était la langue maternelle de Labarrère, celle de paysans devenus ouvriers ou employés, celle d’une bonne part des occitanistes ou encore de paysans qui valorisent aujourd’hui leur production (bio en particulier) grâce notamment à la langue qui joue un rôle de marqueur de local et d’authenticité. Une langue qui entre dans le registre de la fierté en somme, rendue possible par la maîtrise par tous du français. D’ailleurs, par un effet de glissement, c’est dans le champ de cette dernière langue que s’affrontent désormais des compétences linguistiques inégales, et on ne peut surtout pas reprocher à Bourdieu d’ignorer cet aspect, lui qui n’a eu de cesse de travailler sur cette question. Peut-être est-ce d’ailleurs là un des éléments de réponse : a-t-il délaissé le contexte de domination linguistique béarnais pour se consacrer au domaine linguistique où les effets de domination sont les plus prégnants : celui du français ?

69D’autres explications sont possibles. « S’il n’était pas agrégé, son béarnais serait un béarnais de paysan, donc sans valeur et les paysans à qui ce ‘‘ béarnais de qualité’’ n’est d’ailleurs pas adressé ». Cette valeur n’est pas de l’ordre de la qualité linguistique mais sociale, c’est l’usager qui lui confère une valeur ou la disqualifie. Ceci est très différent du contexte français où une même langue est maîtrisée différemment par les uns et les autres. On peut comprendre que les locuteurs béarnophones les plus compétents sont ceux qui usent de la langue au quotidien, une langue riche tant au niveau du lexique, de la syntaxe, des expressions, cette langue qui fait rêver nombre de militants occitanistes dans leurs entreprises de collectage. Que dénonce alors implicitement Bourdieu ? Déjà ce pouvoir d’utilisation publique, interdit aux paysans. Mais encore, les conséquences d’une réappropriation de la langue par un groupe social plutôt cultivé, qui n’est pas ou plus paysan. Elle va s’accompagner de l’intégration des valeurs de ce groupe qui, dans son désir de réhabilitation (de « réparation historique » ai-je même entendu durant mon enquête auprès de militants), de (re)valorisation, va la transformer en langue d’érudition, écrite, littéraire, dotée d’une graphie empruntée aux troubadours, historique, enseignée, langue de médias. En somme, en langue de qualité qui évacue le « stigmate » paysan. Elle ne parle plus seulement le quotidien, la vie rurale et ses activités mais élargit son champ d’expression à tous les domaines. Les locuteurs sont cette fois disqualifiés dans leurs pratiques culturelles. Ils sont sortis de l’histoire et de la modernité, dépositaires selon certains d’un trésor dont ils n’ont pas conscience, ou jugés incapables d’en assurer seuls la sauvegarde. Ils sont patrimonialisés. Dit autrement, en des termes qui ont tendance à être évincés du discours au nom du caractère prétendu unificateur de la « culture » ou de la « langue », l’entreprise occitaniste fait émerger différents usages de classes sociales du béarnais. Envisagée ainsi la question de la classe sociale de Pierre Bourdieu n’est-elle pas encore de nature à le déchirer ?

70Puisque les paysans n’adhèrent pas massivement à cette nouvelle vision de la langue (sans que ce fait ne soit réellement analysé), une partie du mouvement occitan va les laisser sur le bord de la route. On va leur enseigner la fierté de la langue et ses usages lettrés, cultivés, historiques. Cette présentation pourra paraître caricaturale tant il est vrai que la question des locuteurs fait encore débat chez les militants occitans, dont certains ont des origines rurales ou développent des pratiques (collectage…) qui maintiennent un lien avec les locuteurs ruraux, un lien qui favorise la transmission des locuteurs vers ces militants. Là encore deux attitudes coexistent : la proximité et la distinction.

  • 13 Institut béarnais gascon, groupe qui exprime son opposition à l’occitan de manière virulente.

71Que dire alors des béarnistes, qui s’érigent en défenseurs de la ruralité ? Il serait simpliste de se contenter de les disqualifier du seul fait qu’un des membres de l’IBG13 a été élu du Front national et donc de les reléguer automatiquement dans l’extrême droite. Il le serait tout autant de repérer ceux qui, transfuges du mouvement occitan, trouvent à l’IBG le moyen d’exprimer leur rancœur.

72Leur opposition à l’occitan s’exprime dans l’idée que le béarnais n’est pas de l’occitan. Feignant d’ignorer que cette dénomination n’est que le nom générique des parlers du sud de la France et que l’occitan n’existe que sous ses formes dialectales, ils sous-entendent qu’il y a un standard occitan, jugé étranger, qui écraserait les parlers locaux comme l’a fait le français. Or par exemple à calandreta, l’enseignement se fait dans un béarnais très localisé. Mais par la modification des usages, l’utilisation de la langue pour communiquer y compris avec des inconnus (venant d’autres aires géographiques, même béarnaises), source d’emprunts, ou celle de l’écrit, le développement des médias, l’apparition de mots pour explorer de nouveaux champs (parler des technologies modernes par exemple) … font évoluer la langue qui n’est plus perçue comme du « pur » ou « authentique » béarnais. Cette vision de la langue la confine dans un hyper localisme (les places de marché) et des registres de conversation figés : on ne parle que de certains sujets en béarnais. N’est légitime pour parler que le natif, à condition qu’il parle bien. Tout l’appareil discursif de L’action française (Barrès, Maurras…), banalisé, est alors convoqué : les racines, la pureté, l’authentique, l’étranger, dans une vision essentialiste de la langue.

73Dans le discours et les pratiques (tournant autour des traditions et du folklore) transparaît un monde rural idéalisé et fantasmé, cette terre qui ne ment pas, un monde en voie de disparition auquel on s’accroche ou se raccroche. Un monde béatifié, figé et éternel. L’univers des anciens à qui on doit le respect.

74C’est là bien sûr le monde de l’enfance de Bourdieu dont le délitement s’exprime dans les propos d’un paysan de Lasseube interviewé par le sociologue dans La misère du monde (1993). Réalisant que les sacrifices d’une vie (étendre le patrimoine…) étaient vains – le fils refuse de reprendre la propriété, il dit voter pour le FN par dépit.

75Mais il y a un autre aspect dans la défense de cette langue portant le sceau de la ruralité, beaucoup plus consensuel. Une sorte d’admiration (un peu romantique ?) que suscite cette capacité de résistance silencieuse des sans droit à la parole, qui sont parvenus à sauvegarder une langue vouée, condamnée à disparaître. Cette « ruse » populaire (de Certeau) qui a aménagé des niches d’expression, là où le français n’était pas absolument nécessaire, pour continuer à s’exprimer en béarnais et sauver ainsi la langue.

76La fascination se trouve dans les deux camps, mais aussi chez des non militants, chez des locuteurs, actifs ou passifs (les initiés) y compris chez certains qui ne sont pas indigènes. Elle s’inscrit certainement dans une considération plus vaste dont bénéficient en France les paysans.

77C’est largement sur cette fibre que vont s’appuyer ceux qui à l’IBG ont des arrière-pensées politiques dont on a effleuré le contenu. Ainsi, se présentent-ils comme plus légitimes pour représenter le monde paysan et sa langue. De langue reléguée par des contraintes historico-politiques dans des espaces restreints, elle devient langue unique de locuteurs spécifiques et de leurs usages. Elle est telle et ne peut être autre. Il faut défendre la petite victoire de sa subsistance mais la laisser s’éteindre avec ses derniers dépositaires dont la « reproduction sociale » n’est, la plupart du temps, plus assurée...

78La disparition du monde natal, Bourdieu la constate, son parcours même participe aux funérailles. S’il porte un regard attendri sur son Béarn, parle volontiers d’émotion ou d’affection, si encore son « boulot c’est de comprendre », comment reçoit-il l’aveu politique du paysan de Lasseube ? Alors qu’il n’a de cesse de dénoncer l’absence de réelle représentation politique des locuteurs, représentation fidèle à leurs requêtes et besoins, peut-il admettre ce recours au FN (qu’il ne s’agit surtout pas ici de généraliser) comme ultime issue ?

79Si l’enquête sociolinguistique faisait sens pour lui au début des années 60, avec ce retour dans le monde du père complice et vivant, était-ce encore le cas une trentaine d’années plus tard ? Le père disparu, son monde en profondes mutations, Pierre Bourdieu pouvait-il encore s’intéresser dans le cadre d’une recherche scientifique à ces questions linguistiques ou la sagesse et le manque de temps lui conseillaient-ils de les considérer de manière lointaine ? Lui qui refusait la confusion entre science et politique aurait-il pu éviter l’instrumentalisation de ses travaux ou bien d’affirmer des positions politiques fortes ?

80Dans La misère du monde (1993, 715), Bourdieu évoquait

Le déchirement qui naît de l’expérience de la réussite comme échec ou, mieux, comme transgression : plus tu réussis (c’est-à-dire plus tu accomplis la volonté paternelle de te voir réussir), plus tu échoues, plus tu tues ton père, plus tu te sépares de lui (…)

81A propos du père, il écrivait encore :

Toute son existence enferme cette double injonction : réussis, change, deviens un bourgeois, et reste simple, pas fier, près du peuple (de moi).

  • 14 Le transfuge doit rendre (justice) au père : de là des fidélités à la cause du peuple qui sont fidé (...)

82Je ne reviendrai pas sur le rôle central du père chez Bourdieu et sur son intérêt pour les transfuges14 mais la mort du père et, ses propres fils devenus normaliens, devenus le père, n’ont-ils pas finalement réconcilié Pierre Bourdieu avec lui-même, l’autorisant enfin à quitter le monde natal pour vivre dans celui qui était devenu le sien ?

Haut de page

Bibliographie

Actes de la recherche en sciences sociales, 2003, « Regards croisés sur l’anthropologie de Pierre Bourdieu », n°150, décembre.

Bernissan, Fabrice, 2004, Comment nous perdons notre langue, Hautes-Pyrénées.

Bourdieu, Pierre, Boltanski, Luc, 1975, « Le fétichisme de la langue et l’illusion du communisme linguistique », Actes de la recherche en sciences sociales, n°4, juillet, 2-32.

Bourdieu, Pierre, 1982, Ce que parler veut dire, l’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard.

Bourdieu, Pierre, 1984 (2002) Questions de sociologie, Paris, Editions de Minuit.

Bourdieu, Pierre, 1989a, « préface », Langues en Béarn. Cahiers de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, n°15, nouvelle série, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 5-7.

Bourdieu, Pierre, 1989b, La noblesse d’Etat. Grandes écoles et esprits de corps, Paris, Les éditions de Minuit.

Bourdieu, Pierre (sous la direction de), 1993, La misère du monde, Paris, Seuil.

Bourdieu, Pierre, 2001a, Langage et pouvoir symbolique, Paris, Points Seuil.

Bourdieu, Pierre, 2001b, Science de la science et réflexivité, Paris, Raisons d’agir.

Bourdieu, Pierre, 2002, Le bal des célibataires. Crise de la société paysanne en Béarn, Paris, Points Seuil.

Bourdieu, Pierre, 2004, Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Raisons d’agir.

Carles, Pierre, 2007, Pierre Bourdieu. La sociologie est un sport de combat. C-P productions et VF films, DVD.

Certeau (de), Michel, 1990, L’invention du quotidien. 1. arts de faire, Paris, Gallimard, collection Folio essais.

Clairat, Jérémy, 2003-2004, Les mises en scène d’un sociologue : Pierre Bourdieu par lui-même. Sources et ressources de la réflexivité, Université Pierre Mendès France Institut d’études politiques de Grenoble, Séminaire“ les mises en scène du politique”, http://www.academia.edu/3845754/ [Consulté le 30 octobre 2014]

Heiniger-Casteret, Patricia, 2014, « retour au bal », Le bassin de Lacq : métamorphoses d’un territoire, Cahiers du patrimoine, Bordeaux, MSH d’Aquitaine, 122-133.

Javaloyès, Sèrgi, 1999, « Calandreta qu’a vint ans e doman ? », païs gascons n° 192, 13-16.

Milhé, Colette, 2006/2007, « L’usage instrumental de l’occitan par les politiques, clef de lecture de quelques problèmes nationaux », revue Argumentum, n°5, .93-108.

Milhé, Colette, 2008, Pragmatique de l’utopie occitane. Le point de vue béarnais, Bordeaux, thèse de doctorat d’anthropologie sous la direction de Bernard Traimond, Université de Bordeaux 2.

Milhé, Colette, 2009, « Occitan, langue étrangère ? Le nom de la langue et ses enjeux », Institut aquitain d’études sociales, Bordeaux, bulletin n°90, 99-120.

Milhé, Colette, 2010, « Pourquoi les occitanistes ne vont pas aimer mon travail. Entre discours savant et discours militant », Journal des Anthropologues, n°120-121, 347-372.

Milhé, Colette, 2010, « La transmission de l’occitan : enquête anthropo-linguistique », Institut aquitain d’études sociales, Bordeaux, bulletin n°92, 78-88.

Milhé, Colette, 2011, Comment je suis devenue anthropologue et occitane, Lormont, Le Bord de l’eau, collection DMO.

Traimond, Bernard, 2012, Penser la servitude volontaire. Un anthropologue de notre présent, Gérard Althabe, Lormont, Editions le Bord de l’eau, collection DMO.

Entretien avec SJ le 23 octobre 2014.

Haut de page

Notes

1 Ecole associative immersive : la langue d’enseignement y est l’occitan local.

2 Il est à noter qu’il a tout de même écrit un article sur le discours régionaliste et la préface de Langues en Béarn (1989), signes supplémentaires de son intérêt pour ces questions.

3 Lors d’une conversation informelle, elle émettra l’hypothèse que le « paysan-ouvrier » perturbait le schéma théorique de Bourdieu ; s’il ne pouvait l’ignorer, il l’aurait plutôt passé son silence. Une autre hypothèse, tout aussi difficile à soumettre à l’épreuve de la démonstration, tendrait à penser que cette figure n’existait pas dans son univers familial et amical proche, point d’appui fort de ses analyses ce qui aurait amené Bourdieu à la négliger. Peut-être ce statut était-il encore trop marginal à Lasseube en 1959 pour être pris en compte ?

4 Dans la préface de Langues en Béarn, il écrit :
… autour de 1960, dans un bourg du centre du Béarn, un petit paysan des hameaux d’une cinquantaine d’années, s’adresserait en béarnais à une épicière à peu près de son âge et elle-même originaire des hameaux tandis qu’il passerait au français béarnisé pour parler à l’épouse du boucher, âgée d’une trentaine d’années et originaire d’un autre chef-lieu de canton, donc susceptible d’ignorer ou de refuser le béarnais ; et que le même locuteur – mais toutes les relations de marché seraient transformées s’il s’agissait d’un jeune paysan du bourg ou d’un cantonnier issu d’une famille paysanne des hameaux ou encore d’un petit fonctionnaire d’origine citadine- adopterait inévitablement le français, ou plus exactement, le parler le plus français dont il soit capable, s’il venait à croiser dans la rue un petit fonctionnaire, même originaire d’une famille paysanne des hameaux, et, a fortiori, s’il s’adressait à lui dans l’exercice de sa fonction, en un lieu public, mairie, bureau de poste, école, etc., sauf si son interlocuteur prenait l’initiative de lui parler en béarnais. (pp.6-7)

5 Lors de son enquête de 1962, P. Bourdieu écrivait :
La supériorité que le villageois s’arroge, le paysan ne la lui reconnaît jamais pleinement. L’homme du bourg n’est pas citadin, il a la prétention de l’être. Cela, le plus rustre le sait et il sait que l’homme du bourg dont il est le paysan a aussi son citadin. Aux attitudes du citadin parvenu que le « bourgeois » adopte souvent à son endroit, il sait répondre par l’ironie silencieuse ou par l’évocation d’une origine commune : ‘‘Nous savons d’où il sort !’’
Ou bien : ‘‘Son père a porté les sabots…’’  (2002, 108) celui qui a déserté la terre et rompu ou renié les attaches qui l’unissaient à son milieu mais, d’autre part, il joue le rôle de médiateur entre le paysan et l’Etat.  (2002,103) Ou encore :
La fierté de soi, liée au mépris pour le citadin, coexiste en lui, sinon avec la honte de soi, du moins avec une conscience aiguë de ses déficiences et de ses limites. S’ils prennent le citadin pour cible de leur ironie chaque fois qu’ils le peuvent, c’est-à-dire quand ils sont en nombre ou entre eux, ils sont plutôt embarrassés, maladroits et respectueux lorsqu’ils le rencontrent en tête-à-tête. (2002, 105-106)

6 E.L vient d’un village voisin de Mourenx.
Il n’y avait jamais eu de révolution, industrielle hein, en Béarn.  (…) on était toujours quand même… l’eau… il y avait l’eau au puits… il y avait des endroits où l’électricité n’était pas encore arrivée…, Et puis, là… arrivent des gens de l’extérieur, et qui amènent presque la modernisation des choses, la modernité ! …les gens arrivent, ils ont le gaz, l’électricité, l’eau, la chaleur euh… tout ça ! Attendez ! Ça a été une énorme révolution ! (Milhé, 2008 : 103)

7 « … voire de l’ethnographie, qui permet de payer le prix de l’intégration en vendant la mèche ». (1989b : 149)

8 Terme qu’il s’applique lui-même dans Noblesse d’état, 1989b, 149.

9 Une situation de bilinguisme tend à s’instaurer tandis que les membres des classes populaires, et particulièrement les paysans, sont réduits au parler local, les membres de l’aristocratie, de la bourgeoisie du commerce et des affaires et surtout de la petite bourgeoisie lettrée (ceux-là mêmes qui répondront à l’enquête de l’abbé Grégoire et qui ont, à des degrés divers, fréquenté ces institutions d’unification linguistique que sont les collèges jésuites) ont beaucoup plus souvent accès à l’usage de la langue officielle écrite ou parlée, tout en possédant le dialecte (…) ce qui les désigne pour remplir une fonction d’intermédiaires. (…) Les membres de ces bourgeoisies locales de curés, médecins ou professeurs, qui doivent leur position à leur maîtrise des instruments d’expression, ont tout à gagner à la politique d’unification linguistique de la Révolution : la promotion de la langue officielle au statut de langue nationale leur donne le monopole de fait de la politique et plus généralement, de la communication avec le pouvoir central et ses représentants qui définira, sous toutes les républiques, les notables locauxBourdieu (1982, 29-30)

10 Il les présente succinctement en introduction et se réfère notamment à Lespy.

11 Le père d’une amie, fils de paysans devenu lui-même postier, né en 1935 à quelques kilomètres de Denguin m’a confié connaître aussi cette graphie et avoir lu des textes en béarnais.

12 Dans mes propres échanges linguistiques familiaux, il est par exemple des mots d’usage courant ou normal : un perec pour un vêtement chiffonné, esperaqué, quand il est déchiré, faire la vashèra (la vaisselle), escober pour balayer… Certains ne sont pas en « concurrence » avec le français, ils sont dits uniquement en béarnais sans recours ou passage (traduction) à celui-ci.

13 Institut béarnais gascon, groupe qui exprime son opposition à l’occitan de manière virulente.

14 Le transfuge doit rendre (justice) au père : de là des fidélités à la cause du peuple qui sont fidélités à la cause du père (par exemple, comme l’attestent des témoignages que nous avons recueillis, certaines formes de l’adhésion au Parti Communiste s’inspirent d’une réconciliation avec un peuple imaginaire, fictivement retrouvé au sein du parti) … (1993, 715)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Colette Milhé, « Les étranges relations au béarnais de Bourdieu »Lengas [En ligne], 87 | 2020, mis en ligne le 18 août 2020, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/lengas/4401 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lengas.4401

Haut de page

Auteur

Colette Milhé

Université de Bordeaux Montaigne, CEMMC

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search