Navigation – Plan du site

AccueilNuméros87Les identités de la ville : Éléme...

Les identités de la ville : Éléments analytiques pour une étude sociolinguistique

Las identitats de la vila : elements d'analisi per un estudi sociolingüistic
Souheila HEDID

Résumés

L’étude qui va suivre s’inscrit dans le cadre d’un projet scientifique qui a pour objectif de mettre en relief les différentes configurations/reconfigurations du contexte sociolinguistique de la ville de Constantine (en Algérie) après les multiples opérations d’aménagement du territoire (menées dans le cadre de la réhabilitation de l’ancienne ville, où des cités entières ont été déplacées vers une nouvelle ville « Ali Mendjeli »). Il se base sur une méthodologie qualitative plurielle où sont employés plusieurs outils d’investigation avec une approche expérimentale et des enquêtes de terrain qui touchent toute la ville.
Le présent travail interroge un aspect important de ce circuit, celui de l’intégration sociale des nouveaux sites d’habitat. Cette problématique constitue un axe d’étude très important en sociologie car il est au centre d’un très grand questionnement celui de la socialisation des individus dans un milieu social quelconque. Notre propos est de montrer que l’intégration d’un espace est un vécu complexe car il interpelle une adaptation multiforme, aussi bien sociale, psychologique que linguistique….

Haut de page

Texte intégral

« Je n’eus besoin pour les faire renaître que de prononcer ces noms : Balbec, Venise, Florence, dans l’intérieur desquels avait fini par s’accumuler le désir que m’avaient inspiré les lieux qu’ils désignaient. Même au printemps, trouver dans un livre le nom de Balbec suffisait à réveiller en moi le désir des tempêtes et du gothique normand ; même par un jour de tempête le nom de Florence ou de Venise me donnait le désir du soleil, des lys, du palais des Doges et de Sainte-Marie-des-Fleurs.
Mais si ces noms absorbèrent à tout jamais l’image que j’avais de ces villes, ce ne fut qu’en la transformant, qu’en soumettant sa réapparition en moi à leurs lois propres (….). Ils exaltèrent l’idée que je me faisais de certains lieux de la terre, en les faisant plus particuliers, par conséquent plus réels. Je ne me représentais pas alors les villes, les paysages, les monuments, comme des tableaux plus ou moins agréables, découpés çà et là dans une même matière, mais chacun d’eux comme un inconnu, essentiellement différent des autres, dont mon âme avait soif et qu’elle aurait profit à connaître. »
(M. Proust. À la recherche du Temps perdu. Du côté de chez Swann).

1Le choix de l’exergue de cette étude découle d’une longue réflexion amorcée depuis des années autour des discours sur la ville. Un des points saillants de cette problématique consiste à expliciter les contenus latents des images mentales que les locuteurs développent autour des espaces qu’ils occupent (ou qu’ils vont occuper). Les discours épilinguistiques sur l’espace sont assez productifs, ils sont la manifestation langagière des rapports que les locuteurs entretiennent avec les territoires qu’ils fréquentent.

2Considérée ainsi, cette orientation peut être appréhendée scientifiquement selon plusieurs pistes ; telles que : l’intégration, la désintégration, l’appropriation, l’exclusion,… ces différentes perspectives, en plus d’être très intéressantes, constituent pour les sciences humaines et sociales un véritable défi. Les corpus qu’elles génèrent sont difficiles à saisir du fait qu’ils sont multiformes et multidimensionnels (Lepetit. 1994, Delépine. 2004, Ripoll & Veschambre, 2008, Tremblay, 2011). Dans la présente étude, nous allons mettre l’accent sur une des pistes les plus difficiles à saisir dans ce cadre celle de l’identité de la ville ou plus précisément les identités de la ville (Bassand, Galland, Meyer, 2010, Leresche, Dentan, Bassand 1993, Ferret. 2011, Manfredini. 2018), car comme nous allons le voir après la ville ne peut avoir une identité unique, commune et indivisible, mais bel et bien une identité plurielle, éclatée et partagée.

3L’argumentation qui constitue l’échafaudage de cet article est tirée d’un projet de recherche mené entre 2016 et 2019. Pour appréhender le sujet de ce travail de façon fiable, nous allons retracer tout l’itinéraire épistémologique de notre projet avant d’arriver à la notion d’identité. Un parcours obligatoire et nécessaire pour un cadrage plus cohérent de cette notion.

La trajectoire de la pensée

Le contexte d’étude

4Que le chercheur se positionne en sociologie, en géographie ou en urbanisme ou dans une autre dimension épistémologique, il semble évident que la ville est scientifiquement difficile à saisir. Les différents corpus que nous avons collectés entre 2016 à 2019 dans le cadre de notre projet sont assez représentatifs de cette complexité.

5Le projet en question a démarré en 2016 avec l’objectif de définir la nouvelle carte sociolinguistique de la wilaya de Constantine. L’idée est que les différents mouvements de déplacement et particulièrement, la mobilité sociospatiale et la gentrification urbaine, ont complétement métamorphosé la structure de la ville. Ainsi, des sites ont été créés et d’autres ont été supprimés. L’objectif était d’arriver à définir un modèle urbain qui saura rendre compte de cet aspect de mobilité et qui permettra aux chercheurs d’appréhender la ville même lorsqu’elle est en mouvement.

6Les deux axes analysés qui ont été identifiés pour cette étude étaient les pratiques langagières et les représentations sociolinguistiques. Deux axes à travers lesquels nous avons essayé d’étudier la mobilité sociospatiale et la gentrification urbaine. Les lieux retenus pour l’étude sont évidemment l’ancienne et la nouvelle ville de Constantine. Les deux sites sont aujourd’hui de gigantesques chantiers à ciel ouvert. Les mouvements de déplacement entre les deux sites sont permanents. Le fait est que la nouvelle ville a été conçue pour répondre à un besoin urgent, celui de redynamiser l’ancienne ville et restructurer ses territoires afin d’évacuer ses vieilles cités, déjà tentaculaires, aujourd’hui dans un état très inquiétant car considérées comme des habitats précaires.

Les premières données

Le paysage sociolinguistique

7Les premières données, collectées dans le cadre du projet, reflètent une situation de plurilinguisme où sont utilisées principalement deux langues l’arabe et le français avec plusieurs variétés, en plus de l’anglais, dans des situations de communications bien précises (Hedid, 2018).

8Ce cadre rend plus riches les corpus sociolinguistiques mais plus difficile leur exploitation scientifique. Les difficultés qui surgissent sont alors d’autres phonétique et phonologique, les frontières sont parfois très fines et les classifications, bien qu’elles soient établies par des logiciels tels que Praat, restent néanmoins approximatives. En ville, où la variation dialectale est impressionnante, et où les métamorphoses contextuelles et situationnelles sont récurrentes, il devient bien évidemment plus problématique de cadrer ce phénomène. Grâce à une triangulation méthodologique (observation enregistrement, prise de notes, entretiens, corpus photographique et cartographique), un accès à ces données nous a été possible. Nous avons pu collecter ainsi, une grande hétérogénéité dialectale. Une variation qui se réfère aussi bien à des variations régionales qu’à des variétés sociétales. Le parler urbain constantinois est dominant, aussi bien dans les cités bidonvilles que dans les quartiers HLM (Hedid 2013). La transposition des pratiques langagières et des choix linguistiques est faite de façon automatique et le maintien de ces choix est prouvé. Cette attitude reflète un comportement de défense, plus le locuteur garde sa langue, plus il s’impose, plus il la valorise (Viaut. 2004, Fehlen. 2004, Hedid 2019). Un très grand nombre de variétés dialectales, issues principalement des régions de l’est algérien sont aussi attestées.

9Les corpus sociolinguistiques des identités urbaines

10Pour arriver à cadrer la pluralité identitaire de la ville, il nous a été nécessaire de traiter quatre axes dont les données récoltées sont en rapport direct avec les identités de la ville. Pour retracer notre trajectoire scientifique, nous pouvons l’illustrer ainsi :

Schéma 1 : La trajectoire de l’étude

11Ainsi, la première piste explorée était la structure de la ville. Les corpus étudiés (corpus cartographiques, corpus photographiques, des statistiques,…) nous ont permis d’établir un cadrage assez précis de la structure de Constantine et particulièrement des lieux d’investigation. Deux parties la définissent. Une ancienne ville et une nouvelle. Sur les deux sites, l’étude s’est basée sur des données géographiques affiliées à des éléments sociolinguistiques.

  • L’ancienne ville est le chef-lieu de la wilaya, c’est une région du nord-est du pays qui compte plus de 448000 habitants. Elle est classée troisième à l’échelle national par rapport à sa densité démographique. La wilaya s’étale sur 231,63 km2, elle comprend une ville et des zones satellites, avec 943112 habitants (2015). Pendant la période coloniale, la ville de Constantine avait trois types de quartiers : arabes, européens et juifs. D’autres sites figuraient déjà à cette époque comme les quartiers bidonvilles construits et occupés par des ruraux venus échappés à la dureté de la guerre dans leurs campagnes et leurs montagnes. Après l’indépendance, d’autres regroupements ont vu le jour, à l’initiative de l’État, des quartiers HLM ont été construits dans l’objectif d’absorber les flux de populations qui affluent sur la ville.

  • La nouvelle ville, a vu le jour dans les années 2000.  Au recensement de 2008, elle comptait 64 120 habitants avec une superficie de 1158,74 ha. La structure de la nouvelle ville se définie par des quartiers composés d’unités de voisinage (UV). La politique adoptée stipule que l’augmentation de la population de la nouvelle ville est corrélée à la construction des logements. Ainsi, annuellement, plus de 3000 logements sont construits par l’État. Les services administratifs recensent chaque année les habitats précaires et les quartiers bidonvilles pour les raser et établissent un plan d’action pour le transfert de leurs occupants vers la nouvelle ville, vers leurs nouveaux quartiers HLM.

12Ce premier pas nous a fourni un cadrage assez précis des sites d’enquête. Comme nous l’avons exposé, les deux structures offrent des particularités assez intéressantes. L’exploitation de ces éléments offrira plus de fiabilité aux analyses qui vont suivre, car ils sont susceptibles de les justifier et les renforcer.

  • 1 « La gentrification urbaine à Constantine…. quels impacts sur les représentations sociolinguistique (...)

13La deuxième piste explorée1 était les différentes corrélations entre la structure spatiale et la structure sociolinguistique. Cet aspect se situe au cœur même de la sociolinguistique urbaine dont le fondement épistémologique implique que l’on cherche à identifier les différentes corrélations entre la ville et les communautés urbaines qui y vivent.

14Sur ce plan, les corpus collectés étaient de nature cartographique et orale. Les corpus oraux étaient issus d’enregistrements effectués sur les deux sites (quartiers bidonvilles et HLM de la nouvelle ville). Nous avons interrogé la configuration sociolinguistique de la ville à partir de sa configuration spatiale. L’étude a mis en exergue plusieurs éléments, parmi lesquels, la corrélation entre la répartition des parlers et la mobilité des populations, l’impossibilité de décrire un parler urbain spécifique à la nouvelle ville et la persistance des représentations positives vis-à-vis du parler citadin de Constantine et de son parler urbain.

15Le troisième corpus s’inscrit dans la même lignée scientifique que les deux premiers, mais il a ciblé la transposition des frontières entre les locuteurs. Il était question pour nous d’étudier la ségrégation urbaine et ce à travers l’étude de la naissance et le développement des frontières entre les territoires et entre les locuteurs qui les occupent. Le constat est que les anciennes frontières ont été transposées vers la nouvelle ville. Le transfert des populations a permis à plusieurs groupes de rester ensemble après leurs déplacements. Les réseaux, auparavant, denses et solides, ont pu persister et ont permis aux habitants de renforcer leurs liens. Ce fait a provoqué à plusieurs reprises des affrontements entre les quartiers et entre les forces de police et les jeunes résidents.

16Ce circuit épistémologique et expérimental nous a conduite à traiter une des problématiques les plus saillantes de la vie urbaine, celle des communautés marginalisées qui y vivent : Les habitants des bidonvilles, les prostituées, les migrants… Le travail a visé la question de l’intégration sociolinguistique de ces locuteurs et les représentations qu’ils ont des différents espaces de la ville. Nous avons tenté d’identifier les frontières spatiales, qui donnent naissance aux frontières sociolinguistiques et qui génèrent à leur tour des frontières symboliques.

17Cette chaîne expérimentale a permis d’obtenir des résultats chaque fois différents mais qui s’inscrivent tous dans le même continuum thématique. Le déplacement sous toutes ses formes est un facteur déstabilisant pour l’individu. Le bouleversement des points de repère qui lui permettent de s’identifier par rapport à son univers est difficile à rétablir. Les différentes communautés ne s’identifient pas de la même manière dans l’espace urbain et les frontières- une fois établies- rendent plus profondes les distances entre les individus mais encore plus plurielles leurs identités.

18Grâce à ces données, le cadrage conceptuel du caractère pluriel de l’identité urbaine est devenu plus traçable. La suite de notre réflexion partira du postulat selon lequel ce caractère pluriel de l’identité urbaine est la somme de plusieurs d’autres identités : sociales, personnelles, culturelles… En effet, suite aux données des enquêtes précédentes, nous estimons que les identités de la ville sont étroitement liées à la multiplication des territoires et à la diversité des rapports que les locuteurs tiennent avec ces espaces. Le cheminement de notre réflexion nous conduit à poser plusieurs questions, nous en retenons deux pour la présente étude :

  1. Comment se définit la pluralité identitaire de la ville ?

  2. Quels sont les éléments sociolinguistiques qui fixent les repères de l’identité spatiale de la ville ?

Les identités de la ville

Problèmes de définition

19Pour mieux comprendre l’identité de la ville, une contextualisation scientifique s’impose. Les différentes appréhensions faites par les chercheurs exposent leurs difficultés à définir cette dimension (Amphoux 1987, Bassand, Galland, Meyer 1990, Galland, Leresche, Dentan, Bassand 1993, Guindani, Bassand 1986, Lynch 1969). Une lecture attentive de ces travaux laisse apparaître deux types de problèmes, le premier est relatif à une surcharge sémantique, due aux multiples définitions et acceptions épistémologiques proposées par les scientifiques. Elles ne sont pas souvent proches, et livrent toutes des données sémantiques et interprétatives associées et superposées. Cet état de fait rend l’identité de la ville variée, multiple et plurielle, avec des cadrages variés, formés sur des paradigmes interprétatifs hétérogènes. Le second problème nous renvoie à la polysémie théorique. Les différentes définitions conceptuelles proposées par les chercheurs présentent une plurivocité assez marquante, qui rend l’identité de la ville encore plus difficile à saisir. Des acceptions et des conceptions définitoires multiples, et des contenus conceptuels croisés.

L’identité spatiale : un élément composite

20La construction de l’identité est un long processus, il est étroitement lié à la socialisation du fait que l’individu ne peut concevoir une identité que lorsqu’il est intégré dans un circuit d’interaction sociale avec son entourage. Le processus évoqué ici interpelle des composantes personnelles donc intérieures et d’autres relatives à la société donc extérieures. En évoquant la question, M. Montoussé et G. Renouard (2009) expliquent que :

l’identité est l’ensemble des caractéristiques qu’un individu retient pour se définir. Elle repose d’abord sur des caractères qui sont assignés à un individu à sa naissance : le sexe, l’âge, la place de la famille, la nationalité, etc. elle se fonde ensuite sur des caractères acquis tels que les goûts, les valeurs, le rapport à la religion, les idées politiques, la profession… (M. Montoussé et G. Renouard, 2009 : 94).

21Si cet ensemble est affilié à l’espace comme il l’est aux autres caractères, nous obtiendrons une construction assez complexe qui accorde à chaque espace une identité particulière, certainement limitée et cadrée par des particularités qui les distinguent dans chaque territoire.

22L’identité spatiale a souvent été appréhendée par plusieurs disciplines, telles que la sociologie, la géologie et l’urbanisme (Maalouf 2003, Guermond 2006, Di Méo 2007, Guérin-Pace, Filippova 2008, Bayou 2011…).

23Dans sa thèse de doctorat intitulée « Socialisation et espace pluridimensionnel d'interactions : habitat et cadre de vie des enfants du Liban », M. Maalouf (2003) part du postulat selon lequel le concept d'identité serait inconcevable hors du système interactionnel liant activement l'individu à son environnement tant physique que social (Costalat‑Founeau, 1997). L’auteure explique que le rapport transactionnel homme–environnement se manifeste essentiellement par le rapport entretenu avec le cadre de vie ; Les interactions environnementales deviennent des éléments importants à la construction de l'identité (Altman & Taylor, 1971 ; Altman, Vinsel & Brown, 1981). Ainsi, les différentes significations accordées au cadre de vie et le dialogue humain modifient nettement la construction collective de l’identité du lieu, une construction produite particulièrement par les interactions individuelles (Dixon & Durheim, 2000).

  • 2 Proshansky, H. M., Fabian, A. K., & Kaminoff, R. (1983). Place-identity: Physical world socializati (...)

24Pour illustrer le poids psychologique de l’espace, M. Fried décrit les troubles psychiques qu’un déplacement inattendu et incontrôlable du foyer provoque chez l’individu. Ses recherches mettent en avance les sentiments de peine, de tristesse de dépression et de colère qui résultent de cette mobilité imprévue. Cette perception conceptuelle de l’identité spatiale est aussi présente chez H. M. Proshansky, A. K Fabian, et R. Kaminoff, (1983) 2. Il s’agit en fait d’un attachement émotionnel qui lie l’individu à son espace et qui lui procure un fort sentiment d’assurance et de sécurité.

25En sciences du langage, l’identité linguistique est conçue comme ayant un rapport étroit avec la communauté linguistique. S. Mufwene (1997) explique qu’elle est fluide et associée à l’appartenance du locuteur, qu’elle se marque dans les variétés linguistiques que ce dernier pratique. La variation diatopique est relativement forte et les frontières linguistiques qu’elle trace sont si profondes. L’espace est un facteur important qui impose aux locuteurs des adaptations et des réadaptations de leurs pratiques langagières et fait ainsi en sorte que chaque espace soit doté d’une emprunte sociolinguistique, donc, d’une identité spatiale qui le distingue des autres espaces.

26Un élément composite, l’identité spatiale est donc la somme de toutes les autres identités. Elle interpelle ainsi de multiples mécanismes : linguistiques, sociologiques, psychologique, culturels, géographiques…,

Les identités de la ville : paradigmes expérimentaux

27Les différentes études menées dans le cadre de ce projet ont pu mettre l’accent sur quatre grands axes qui forment un continuum et qui constituent le fondement même de l’identité de la ville :

  1. Les mouvements de déplacement

  2. L’appréhension de la territorialisation

  3. L’appropriation de l’espace

  4. Le processus d’intégration

28Nous détaillerons dans ce qui suit tous ces axes en nous référant aux résultats de nos enquêtes.

Axe 1 : Les mouvements de déplacement

29Le premier axe a été mené par des investigations de terrains. La triangulation méthodologique utilisée a été sélectionnée dans l’objectif d’étudier la mobilité sociospatiale et la gentrification urbaine d’un point de vue sociolinguistique. Les différents corpus collectés ont mis en avant une variation dans les discours sur les deux phénomènes étudiés. Cette variation peut être répertoriée ainsi :

  1. Des discours sur l’habitat : les discours ont été orientés principalement vers la problématique de la dichotomie (inclusion/exclusion) et les espaces confrontés étaient les bidonvilles et les HLM. Les informateurs ont estimé que ces deux espaces sont générateurs d’un fort sentiment de séparation et de frontière entre les habitants. Toutes les réponses collectées insistent sur le fait que le sentiment d’intégration ne se conçoit pas de la même manière que l’on a affaire à des bidonvilles ou des HLM.

    • 3 Selon leurs déclarations

    Des discours sur les territoires : ce second élément nous renvoie aux frontières linguistiques et symboliques définies par les informateurs. Chaque territoire semble doté d’une identité, d’une « âme »3. Cette spécificité rend la territorialisation plus profonde. De plus, sous cette catégorie, nous avons relevé des discours descriptifs qui dépeignent chaque territoire. Grâce à ces deux types de discours, l’identité spatiale, telle qu’elle est vue, devient plus saisissable.

  2. Des discours sur soi-même et sur l’autre : cette rubrique englobe un des type de discours les plus violents sur le plan épilinguistique. Les informateurs ont livré des classements des habitants de la ville. Chacun se considère comme natif, «un vrai citadin », « l’enfant de la ville » et que les autres sont « étrangers », « villageois », « arrivistes » « venus d’ailleurs ». Une dichotomie (urbains/ruraux) s’est instaurée et a fait que les représentations sociolinguistiques ainsi que les discours soient parsemés de fractures et de démarcations identitaires et culturelles.

30L’analyse discursive de ce premier axe nous permet d’établir la catégorisation discursive suivante :

  1. Discours dichotomiques : ségrégation/inclusion

  2. Discours symétriques : existence de frontières

  3. Discours classificatoires : moi, l’autre, …

31Sur le plan sociolinguistique, cette catégorisation renvoie à une manifestation d’une diversité épilinguistique relative à une variation spatiale et à une conception personnelle que les locuteurs font de l’espace qu’ils occupent.

Axe 2 : L’appréhension de la territorialisation

32Après le déplacement, c’est l’appréhension de l’espace et de la territorialisation qui commence à se manifester. Selon T. Bulot (2004 :112), la territorialisation est marquée par trois temps ; elle débute tout d’abord par une circonscription qui concerne la mise en place des limites, suivie par la définition qui est la mise en mots des attributs définitoires pour arriver à la production qui est la mise en place des frontières qui tracent et limitent les territoires. L’exploitation des corpus de cet axe nous permet de relever plusieurs éléments sociolinguistiques relatifs à chacune des étapes évoquées. Ces données se présentent comme suit :

  1. Les mots de la circonscription (la mise en place des limites) : ancienne ville, nouvelle ville, village, …

  2. Les mots de la définition (la mise en mots des attributs définitoires) : les mafieux, les baldis (citadin), les bourgeois, …

  3. Les mots de la production (la mise en place des frontières) : notre quartier, leur cité, leur marché, …

Axe 3 : L’appropriation de l’espace

33Sur ce plan, trois procédés ont été identifiés. Le premier concerne le marquage de l’espace par les tags et les graffitis, le second est relatif à la toponymie et le troisième est en rapport avec les discours épilinguistiques des habitants.

  • Marquage de l’espace : les enquêtes menées dans ce cadre ont porté sur les écrits muraux, les graffitis et les tags. Les résultats obtenus ont montré que les jeunes recourent à ce type de transcriptions pour tracer leurs territoires et les distinguer des autres, dans cette perspective, M. Augé explique que : « s’il est difficile de créer des lieux c’est parce qu’il est encore plus difficile de définir des liens » (1992 :171-173). Effectivement, le lieu est certainement moins difficile à créer que le lien social, et la territorialisation ne fait qu’accentuer cette difficulté. Les transcriptions murales laissent apparaître une déchirure que les graffiteurs et les tagueurs transmettent et exposent à toute la société. C’est précisément cette façon de procéder qui nous révèle leur perception et leur représentation de l’espace.

    • 4 BULOT, T. (2002). « La double articulation de la spatialité urbaine : « espaces urbanisés » et « li (...)

    Toponymie et désignation des lieux : (dénomination) dans cette perspective, le principe qui a conduit notre démarche s’inspire fortement de la perception de Th. Bulot qui stipule que : «le lieu n’existant pas en soi même mais seulement dans le rapport à d’autres repères, c’est le fonctionnement même de ces repères qu’il s’agit, pour nous, d’interroger. C’est l’ancrage sociolinguistique de la désignation/dénomination du lieu comme unité minimale produite par et dans l’interaction »4. Les résultats de nos enquêtes de terrain ont montré que la densité des réseaux sociaux et l’intensité des interactions interpersonnelles permettent aux locuteurs de marquer leurs territoires. La désignation des lieux passe comme des contrats tacites, l’appropriation de ces sites interpelle plusieurs repères, sociaux, géographiques, culturels et même politiques, …

  • Espace vécu/espace perçu : cet élément renvoie aux discours épilinguistiques. Il s’agit ici d’un système de référenciation individuel ou partagé par le groupe. Un système qui permet de catégoriser tous les évènements, les individus et les images que l’individu rencontre dans son environnement personnel ou social, mais particulièrement spatial (Th. Bulot 2001, S. Hedid 2013). Par ces discours épilinguistiques, les locuteurs élaborent de nouveaux discours sur leur place dans un new écosystème (le nouveau lieu d’habitat). Ainsi, entre le lieu vécu, le site matériel et le site tel que perçu par les locuteurs naissent des images mentales dont l’objectif est de rendre l’intégration plus souple et plus sûre.

Axe 4 : Processus d’intégration

34Comme pour les autres axes analysés, ce dernier a débuté par une étude des éléments sociolinguistiques de l’intégration. Le travail a mis en évidence que l’intégration de l’espace urbain implique une intégration sociale et une intégration linguistique. La première est relative à la socialisation de l’individu, c’est une opération complexe qui mène l’adulte à s’inscrire dans un circuit de connaissances et d’échanges avec les acteurs de son environnement. La seconde est plus complexe, elle est le rapport avec les codes linguistiques adoptés par la communauté et que l’individu doit appréhender. Les deux processus sont sollicités ensemble pour que l’intégration spatiale soit possible. L'intégration spatiale est ainsi comprise comme la recherche d'un consensus entre les différentes cultures dans le cadre public.

35Ainsi, les différents paradigmes expérimentaux retenus pour cette étude ont permis de constater que l’identité résulte effectivement d’un continuum, un ensemble d’éléments qui, une fois réunis, donnent un corps à plusieurs relations qui définissent l’individu dans un espace urbain.

Que conclure ?

36Le cheminement expérimental exposé de cette étude nous permet de dire qu’une conclusion est difficile à établir. Plusieurs ramifications découlent de la problématique traitée et les données récoltées s’agencent pour nous renvoyer une image éclatée de l’identité de la ville. La recomposition discursive des lieux telle que faite par les locuteurs évoque plusieurs identités qui ne peuvent être significatives qu’une fois réunies. Si chacune de ces identités est prise séparément elle ne peut refléter qu’un seul aspect de l’identité de la ville. Ainsi, pour que cette dernière soit bien cadrée, il faut qu’elle soit considérée dans sa pluralité.

37Les résultats présentés ici montrent que l’identité de la ville se manifeste sur le plan sociolinguistique par plusieurs canaux. Les éléments retenus pour l’étude placent l’espace comme le noyau des productions langagières et épilinguistiques. Les discours sur l’autre, sur soi-même ou sur l’espace constituent une trame linguistique qui traduit les pensées des individus et qui sous-tendent la construction de leur identité.

Haut de page

Bibliographie

Lepetit Bernard. 1994, « L'appropriation de l'espace urbain : la formation de la valeur dans la ville moderne (XVIe-XIXe siècles) », Histoire, économie et société, 3, 551-559.

Delépine Samuel, 2004, « Les différentes formes d’appropriation de l’espace urbain par la minorité tsigane en Roumanie », Espaces Géographiques et Sociétés, 21, 57-60.

Fehlen Fernand, 2004, « Le « francique » : dialecte, langue régionale, langue nationale », GLOTTOPOL, Langues de frontières et frontières de langues, 4.

Ferret Carole, « L’identité, une question de définition », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 19-20 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 01 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/ asiecentrale/1516

Leresche Jean-Philippe, Dentan Anne, Bassand Michel, 1993, Identités urbaines. Genève Lausanne: duo ou duel, Georg, Genève.

Manfredini Julie, 2018, « Repenser la ville : la construction des identités urbaines à travers la publicité touristique », Confins [En ligne], 36 | 2018, mis en ligne le 03 juillet 2018, consulté le 19 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/confins/14502 ; DOI : 10.4000/confins.14502

Tremblay Marie-Hélène, 2011, L'appropriation de l'espace et les effets de proximité en études urbaines et régionales : l'exemple du Vieux-Port de Chicoutimi. Mémoire de maîtrise, Université du Québec à Chicoutimi.

Bassand Michel, Galland Blaise, Meyer Gil, et al., 1990, "Vivre dans une ville moyenne de Suisse romande", Architecture Romande, 1.

Ripoll Fabrice, Veschambre Vincent, « Introduction », Norois [En ligne], 195 | 2005/2, mis en ligne le 05 août. 2008. URL : http://norois.revues.org/index477.html. DOI : en cours d'attribution (1) (PDF) L’appropriation de l’espace comme problématique. Available from: https://www.researchgate.net/publication/259611984_L'appropriation_de_l'espace_comme_problematique [accessed Oct 19 2019].

Viaut Alain, 2004, La frontière linguistique de la ligne à l'espace : éléments pour une schématisation, GLOTTOPOL, 4.

Haut de page

Notes

1 « La gentrification urbaine à Constantine…. quels impacts sur les représentations sociolinguistiques des locuteurs ? » In. Hommage à Thierry Bulot. Éditions L’Harmattan. Collection « Espaces Discursifs». (http://www.editionsharmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=article&no=34190).

2 Proshansky, H. M., Fabian, A. K., & Kaminoff, R. (1983). Place-identity: Physical world socialization of the self. Journal of Environmental Psychology, 3(1), 57-83. http://dx.doi.org/10.1016/S0272-4944(83)80021-8

3 Selon leurs déclarations

4 BULOT, T. (2002). « La double articulation de la spatialité urbaine : « espaces urbanisés » et « lieux de ville » en sociolinguistique», Marges Linguistiques, n°3, http://www.marges-linguistiques.com/, pp. 91-105.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Schéma 1 : La trajectoire de l’étude
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/4438/img-1.png
Fichier image/png, 46k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Souheila HEDID, « Les identités de la ville : Éléments analytiques pour une étude sociolinguistique »Lengas [En ligne], 87 | 2020, mis en ligne le 03 septembre 2020, consulté le 08 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/lengas/4438 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lengas.4438

Haut de page

Auteur

Souheila HEDID

Université Frères Mentouri. Constantine 1, Laboratoire LLT.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search