Navigation – Plan du site

AccueilNuméros87Une grammaire occitane jamais pub...

Une grammaire occitane jamais publiée : La Gramatica Auvernhata de Benezet Vidal

Una gramatica occitana pas jamai editada : La Gramatica Auvernhata de Benezet Vidal
Jean Roux

Résumés

Benezet Vidal, félibre, fut en Auvergne une des plumes occitanes les plus remarquable et active de la première moitié du XXe siècle. Disciple du Collège d’Occitanie il fut un des promoteurs et diffuseurs de la graphie Estieu-Perbosc dans cette province. À côté de ses œuvres romanesques et poétiques il se consacra à la rédaction d’au moins deux ouvrages à visées pédagogique, Lo libret de l’escolan auvernhat publié en 1936 et une Gramatica auvernhata écrite en 1943 mais jamais publiée. Cette grammaire doit beaucoup à celle de Joseph Salvat éditée juste avant et qui lui servit de modèle. Elle se voulait normative et pan-auvergnate couvrant l’ensemble du territoire de l’ancienne province de ce nom y compris l’Aurillacois, mais laissant de côté le Velay et le Haut-Gévaudan.

Haut de page

Texte intégral

1Benezet (Benoît) Vidal, né à Pontgibaud (Puy-de-Dôme) en 1877, fut tout au long de sa vie un actif membre du Félibrige en Basse-Auvergne. Auteur prolifique de romans, poésie, et d’un ouvrage à but pédagogique, animateur infatigable de L’Escòla de Limanha et de revue comme l’Armana Felibren avant-guerre, puis du Grelet jusqu’à son décès à Clermont-Ferrand en 1951. Il fut avec Henri Gilbert un des deux promoteurs de la graphie dite classique en Auvergne dans la première partie du XXe siècle.

Portrait de Benezet Vidal

2Grâce à sa fille Laure qui transféra au Collègi d’Occitània l’ensemble de ses travaux, nous disposons aujourd’hui au CIRDOC d’inédits comme le roman Jan Combralha, le recueil de poésies Lo vielh Clarmont, et surtout d’une précieuse Gramatica Auvernhata « grammaire auvergnate ». Ce document est l’aboutissement d’un travail scrupuleux et attentif qu’il mena durant sa vie au profit de la renaissance comme de la reconnaissance et de la promotion de l’occitan en Auvergne.

3Il en existe deux exemplaires, le premier étant manuscrit et le second dactylographié. La présentation que nous faisons ici est réalisée à partir du document manuscrit.

La grammaire de Vidal

Image 1000020100000227000003629A7AA488CB89E8D5.tif

Page de garde du manuscrit

  • 1 Voir bibliographie.

4Avec cette grammaire Vidal n’a pas, comme ce fut le cas de ses prédécesseurs qu’il cite, Michalias pour le Livradois, Doniol pour la Limagne ou Bancharel pour le Carladès1, voulu faire une grammaire descriptive des parlers de Combraille pas plus que des parlers bas-auvergnats au sens général du terme. Même s’il rêvait d’une « grammaire générale de la langue d’oc », comme il le dit dans son introduction, il décide par pragmatisme et à des fins pédagogiques d’écrire une grammaire normative auvergnate. S’il ne définit pas précisément le terme auvergnat, nous verrons que c’est en fait de l’Auvergne historique dont il parle, celle qui recouvre les actuels départements du Puy-de-Dôme, du Cantal et du tiers nord-ouest de la Haute-Loire. Il justifie par ailleurs la nécessité de cette grammaire en parlant des enfants déracinés dont on a fait des étrangers sur leur propre sol et avance, « voici donc l’outil qui permettra à notre pays de sortir de l’ornière où il s’enlise de plus en plus », car, ajoute-t-il, « notre langue doit vivre non seulement parce que c’est son droit, mais, parce que sans elle l’Auvergne ne serait plus l’Auvergne. »

  • 2 Voir bibliographie

5Cette grammaire, rédigée du temps de la Seconde Guerre Mondiale, est exactement construite sur le modèle de la Gramatica Occitana de Joseph Salvat publiée en 1943. Elle est donc bilingue sur deux colonnes, la colonne de gauche étant en occitan et celle de droite en français. Cette grammaire qui se veut normative comme nous l’avons dit, se veut également pan-auvergnate. Elle reprend ainsi sans le dire l’objectif d’un Ravel2 qui au début du XIXe siècle voulait promouvoir une forme normée de l’occitan centre-nord qu’il nomma Arvernat. Dans ce travail Vidal va également intégrer les parlers sud-occitans de l’Aurillacois qu’il dénomme Carladès, tout en ignorant les parlers nord-occitans du Velay. Nous voyons là qu’il se conforme à la définition purement historique de l’Auvergne.

  • 3 Idem
  • 4 Idem

6Dans sa lettre du premier Juin 1943 adressée à Salvat, Vidal dit commencer la rédaction de sa grammaire et cite les modèles dont il dispose, « Jouveau, Savinian, Fallon, Anglade, Ledoux, Alibert, Michalias, Doniol, etc… » (sic)3, rien ne lui échappe, si ce n’est, là aussi, les grammaires vellaves de Vinols-de-Montfleury et de Girard4.

7La graphie utilisée dans ce document est la graphie dite d’Estieu-Perbosc. C’est cette graphie que Vidal utilise très fidèlement depuis 1923 et la traduction de la pièce Lo Cid Auvernhat.

8Pour ce qui est du contenu, cette grammaire reprend chapitre après chapitre celui de la grammaire de Salvat en utilisant souvent les mêmes exemples. Vidal y introduit néanmoins un grand nombre de spécificités des parlers auvergnats sur lesquels nous reviendrons. Il reprend entre autres un certain nombre d’éléments de la Grammaire Auvergnate de Michalias, qu’il cite toujours avec la mention, « Livradois ».

9Dans la première partie du document, s’intéressant à la phonétique, Vidal s’érige contre le particularisme auvergnat lié aux palatalisations conditionnées par les voyelles i et u. Ainsi à différentes reprises, il dit : « Les consonnes c, d, l, n, t prennent un son mouillé devant u. Tel est du moins l’usage en Basse-Auvergne, mais c’est un usage à condamner. […] L’habitude, en Basse-Auvergne, est de chuinter quelque fois l’s, exp : se (si) que l’on dit che. Cette habitude n’est pas à recommander ; si elle est de tradition pour le c, elle est abusive pour l’s. » En effet quelques pages auparavant Vidal nous dit : « c se chuinte devant i : aici (ici), pr. aichi ; cima (cime), pr. chima ; cinq (cinq), pr. chin. » Il rajoute également, « k sert seulement dans quelques mots. L’usage, en Auvergne, est de le prononcer t, ex. : kilòg qui se dit, tilò, kilomètre, qui se dit, tiloumètre. Cet usage n’est pas à recommander. » Il rajoute aussi, « q a le son fort ; il est toujours suivi de u, il prend parfois le son t, mais à tort, aquì (là) qui se prononce ati. » Comme nous pouvons le constater, Vidal procède ainsi à un véritable travail d’épuration de la phonétique auvergnate. Il avait bien prévenu dans son introduction quand il disait :

Nous avons taillé, élagué, sarclé, corrigé. Dans quel état aussi avons-nous trouvé notre langue ! Ah ! c’était bien la Mariana de Vermenouze, la paura Cendroleta, tota chamizada, espelhada, trobada au caire dóu chamin ! Et aussi nous l’avons débarbouillée vêtue de neuf, notre cendrillon, et la voilà belle, souple, gracieuse, bien parée, éclatante de jeunesse renouvelée.

  • 5 Partie de l’Auvergne au nord de l’isoglosse d’amuïssement de s devant consonnes.

10Étonnamment il va donner à la suite, sans aucune explication, une série d’exemples de mots utilisant des palatalisations spontanées modernes typiques des parlers d’Auvergne septentrionale5 :

Clar (clair) sliar [çʎar]
Mesclar (mélanger) mesliar [meˈçʎar]
Dilun (lundi) dihiu [Ɉiˈjy]
Escondut (caché) eicoundiu [ejkũˈɈy]
Pertus (trou) pertiu [perˈcy]

  • 6 En fait [ˈjejza].

11Il rajoute également, « le groupe gl se prononce comme en italien, c’est-à-dire mouillé, ex. : gleiza (église), pr. liéza6. »

12Suivent deux courts paragraphes sur l’euphonie mais Vidal ne s’intéresse pas pour autant au problème des lettres dites euphoniques très présentes dans les parlers auvergnats. « Comme le français la langue d’oc connaît l’emploi de consonnes adventives pour l’euphonie, n : à-n-acò (à cela) ; z : vai-z-i (vas y) ; à-z-Ais (à Aix) ; dija-z-ò, pr.didza z’o (dis le). » On s’étonne, dans ces exemples, de ne pas trouver la conjugaison d’« être » et « avoir » où les lettres euphoniques, principalement z, sont omniprésentes, et de voir l’exemple à-z-Ais comme si les exemples auvergnats n’étaient pas suffisamment nombreux ? Dans un autre paragraphe il s’en prend à l’aphérèse, « L’aphérèse, qu’il ne faut pas confondre avec l’élision, n’est pas à recommander, et l’on doit la bannir de la langue littéraire. »

13Nous noterons dans le paragraphe consacré à l’accentuation qu’il énonce, « En général, dans les mots terminés par a, e, i ou par la diphtongue ia, l’accent porte sur la pénultième, même lorsque les mots sont au pluriel et quand la finale est, par conséquent, elle-même légèrement accentuée. » Il note là une spécificité des parlers septentrionaux avec le déplacement d’accent sur la finale au pluriel en en minimisant cependant l’importance, la femna [lɒ ˈfẽnɒ], las femnas [la f ẽˈna]. Il note aussi la forme paroxytonique des imparfaits, àvia [ˈajo] et, si l’on se reporte au chapitre consacré au verbe, il explique, « les formes verbales en ia, ias, iam, iatz, ian, […] avaient dans l’ancienne langue l’accent sur l’i, et il en est encore ainsi dans quelques dialectes. Dans d’autres l’accent s’est déplacé et s’est porté sur l’a, qui se prononce […] le plus souvent entre a et o. » par contre, là non plus, aucune référence au paroxytonisme des imparfaits septentrionaux.

Image 100002010000022700000176FCB42DF0790A0121.tif

Image 1000020100000227000001C27839A1371A8589FD.tif

L’adjectiu qualificatiu, Gramatica de Vidal

14Une fois débarrassé de ce que Vidal considère comme des scories propres aux parlers d’Auvergne, il va développer sa grammaire en parfaite symétrie avec celle de Salvat, à quelques exemples ou remarques près.

Image 100002010000022700000349D6D67C237DE67CEA.tif

L’adjectiu qualificatiu, Gramatica occitana, Salvat (1943)

15Parmi ces remarques nous trouvons, les « arvernismes » signalés par Vidal et absents de l’ouvrage de Salvat. Nous avons relevé les trois suivants qui nous ont semblés les plus caractéristiques :

  • À propos de la crase a + lo = au, « lorsqu’ils sont précédés d’un verbe actif qui indique un rapport, une action déterminée, l’usage est d’employer ambé (avec), amb par abréviation, ai dich ambé lo paire, “j’ai dit au père” ; ai parlat ambé las sòrres, “j’ai parlé aux sœurs” ; ai ren balhat ambé lo chin, “je n’ai rien donné au chien”. On dit même : escriguère en mon fraire, “j’écrivis à mon frère”. Lorsqu’il s’agit d’un état, d’une manière d’être indéterminée, l’article contracté au peut s’exprimer par en : en l’azard, “au hasard” ; en naut dóu suc, “au haut du mont” ; en las darrèiras oras, “aux dernières heures” ».

  • « L’usage veut, lorsque l’adjectif est terminé par la voyelle e et qu’il est placé devant le substantif au masculin pluriel, qu’il prenne la terminaison is : de bravis enfants, “de gentils enfants” ; d’onestis merchands, “d’honnêtes marchands”. Si cet adjectif est placé après le nom, il ne change pas, de merchands onestes, “des marchands honnêtes”. »

16Nous retrouvons là une règle similaire au provençal (Martin, Moulin, 1998, p. 46),

  • « Le verbe tenir ou tener s’emploie aux lieu et place de l’auxiliaire aver dans le sens de la possession. »

17Là nous nous étonnons qu’il ne fasse pas référence aux parlers du nord-est du Puy-de-Dôme où ces formes sont générales et quasiment identiques à l’usage espagnol (Reichel, 1991, 216-218). Ceci d’autant plus que durant huit ans (1930-1938) il séjourna à Lezoux, dans cette aire linguistique.

18En dehors des adaptations faites pour les parlers d’Auvergne, le reste et globalement conforme au contenu de la grammaire de Salvat.

Intérêt de cette grammaire

19Le principal intérêt de cette grammaire est qu’elle est à ce jour la seule grammaire normative existant pour cette région de langue occitane à l’exception de la Grammaire Générale de l’Auvergnat de Pierre Bonnaud de 1999, qui s’affiche clairement comme « arvernisante » et anti-occitane. La grammaire de Vidal a aussi l’autre intérêt d’assurer le lien avec celle de Salvat, et d’inscrire ainsi pleinement les parlers auvergnats dans l’ensemble panoccitan. Elle pourrait être en cela la préfiguration d’une véritable grammaire panoccitane.

Édition de la grammaire de Vidal

20Le grand malheur de cet ouvrage est de ne jamais avoir été publié et cela malgré les efforts de Vidal tout au long des derniers dix ans de son existence, ainsi que ceux de sa fille Laure après son décès. Pourquoi ? ceci est un véritable feuilleton que l’on peut suivre dans les différents courriers échangés entre Vidal d’abord, puis entre sa fille Laure, avec Salvat.

  • 7 Ceci est étonnant car il n’existe que deux copies du document, et suivant le décompte de Laure Vida (...)

21Dans le courrier du vingt-trois juillet 1943 il dit travailler à sa grammaire mais pressent déjà la difficulté de trouver à Clermont l’aide nécessaire pour son édition. Dans celui du vingt septembre de la même année, il annonce avoir fini la rédaction de la grammaire hors lexique et table des matières. Il veut par ailleurs y ajouter quelques textes de « bons Félibres auvergnats », de la prose surtout. Delhostal n’ayant pas laissé de prose, cela le chagrine (Il semble ne pas connaître ou vouloir ignorer le brinde de Delhostal et Gilbert du 16 août 1925). Le vingt-deux février 1944, il dit avoir remis sa grammaire (« la sœur de la vôtre, sa fille si vous voulez ») au bureau de l’Académie de Clermont et y avoir été applaudi. Le Président a donné l’ordre de la faire imprimer au plus tôt. Le vingt-neuf février, il demande à Salvat de relire sa grammaire et de la faire dactylographier. Il lui dit avoir des problèmes avec l’imprimeur de l’Académie pour o accent grave. On lui demande aussi de ne publier que le français. Le treize avril, l’imprimeur lui dit ne pouvoir se procurer les matrices nécessaires pour o accent, celles-ci étant fabriquées dans les pays anglo-saxons. L’occupation allemande est alors une bonne excuse. Dans la lettre du quinze avril, Vidal se plaint du fait que malgré le soutien du Président de l’Académie qui veut absolument que paraisse la grammaire, même s’il faut payer un supplément à l’imprimeur, ce dernier J. de Boussac y met beaucoup de mauvaise volonté d’autant plus que sa femme est, paraît-il, contre la langue d’oc et le Félibrige. La discussion porte toujours sur les accents. Le trois mai 1944, Vidal excédé par ces histoires d’accents en arrive à dire : lo mielh seria de retablir corajozament l’ou, me ne’n costarà, car, ami pas cambiar trenta còps, e pasmens i a de que s’enganar sens aquela marca. Le cinq décembre Vidal annonce que l’imprimeur est prêt à publier la grammaire. Il demande à Salvat de lui signaler les fautes et erreurs et de faire ses critiques. Cependant deux ans plus tard, le dix-neuf septembre 1946, l’espoir s’est évanoui et Vidal écrit : « L’impression de ma grammaire n’est pas encore commencée. Quand la verrons-nous ? Dieu seul le sait ? » L’année suivante, dans sa lettre du treize avril 1947, il annonce que l’Académie a donné un numéro d’ordre pour la publication de la grammaire et qu’elle occupe le rang 2. Il espère la voir paraître en 1948. Le seize mai 1949 il informe Salvat que l’Académie doit toujours la publier mais qu’ils n’ont pas les fonds nécessaires. Vidal meurt en 1951 sans avoir vu publier ce document qui lui tenait tellement à cœur. Sa fille Laure va prendre la suite et réaffirme dans sa lettre du treize novembre 1951 que l’Académie va se charger de la publication. Le vingt-cinq novembre, elle demande à Salvat de la préfacer, car ce serait un bon atout qui pourrait enlever les hésitations des membres sinon récalcitrants, tout au moins indifférents. Le neuf février 1952, l’Académie annonce son refus de publier la Grammaire de Vidal. Le douze décembre 1952, Laure Vidal se désole toujours de ne pouvoir l’éditer, mais comment faire ? Elle envoie donc le manuscrit de la Gramatica à Salvat en mars 1961 puis les deux autres copies en 19627.

22Il aura fallu dix-neuf ans de palabres stériles et d’aller-retours inutiles, pour n’arriver à rien, et voir finir cet important travail de Vidal sur les étagères du Collège d’Occitanie de Toulouse puis du CIRDOC. Nous pouvons nous consoler en nous disant que pour le moins, elle y fut sauvegardée et conservée.

Faut-il publier la Gramatica Auvernhata de Vidal ?

23La question mérite en effet d’être posée. Faudrait-il éditer aujourd’hui la Gramatica Auvernhata de Vidal ?

24Les travaux sur l’occitan et principalement sur les parlers d’Auvergne ont depuis 1943 été nombreux et pertinents, pour ne citer que Camproux, Nauton, Bonnaud, Teulat, Potte, Chambon, Olivier, pour les plus importants. Ils ont ainsi éclairé notre langue sur de nombreux points et ont élargi grandement la connaissance que nous en avons. Nous ne pouvons donc pas faire l’économie de ces avancées et connaissances pour toute nouvelle publication d’une grammaire concernant ces parlers. Envisager un travail de toilettage et d’actualisation comme le fit Ernest Nègre avec la grammaire de Salvat serait de toute évidence surement insuffisant. C’est pour le moins une réécriture complète de la grammaire qu’il faudrait envisager et en l’inscrivant dans une optique non seulement « auvergnate » ou même « nord-occitane » mais bien panoccitane comme l’avait espéré Vidal lui-même. De même travailler sur la rédaction d’une grammaire des parlers nord-occitans (centraux) sans se référer à ce travail serait une grave erreur, car comme sa production littéraire, le travail et l’œuvre de Vidal marquent une étape incontournable et fondamentale dans l’entreprise de restauration et de revalorisation de l’occitan d’Auvergne.

Haut de page

Bibliographie

Alibert, Louis, 1976, Gramatica Occitana,segon los parlars langadocians, Toulouse, Institut d'Estudis Occitans.

Alibert, Louis. 1935, Gramatica Occitana segon los parlars langadocians, Tolosa, Societat d’Estudis Occitans (première édition).

Anglade, Joseph, 1921, Grammaire de l'Ancien Provençal, Paris, Editions Klincksieck.

Bonnaud, Pierre, 1970, Abrégé de Grammaire Auvergnate, Clermont Ferrand Cercle Occitan d’Auvergne-Auvernha Terra d’oc.

Bonnaud, Pierre, 1974b, Nouvelle grammaire auvergnate, Clermont-Ferrand Cercle Occitan d’Auvergne – Auvernha Tarra d’Oc.

Bonnaud, Pierre, 2006, Grammaire Générale de l’Auvergnat à l’usage des arvernisants, Chamalières, Cercle Terre d’Auvergne.

Doniol, Henri, 1877, Les patois de la Basse-Auvergne, leur grammaire et leur littérature, Paris, Maisonneuve et Cie

Gilbert, Henri, 1953, Lis Contaires delh Covize. (Contes en langue d'Oc précédés de remarques sur la phonétique des parlers de la Basse-Auvergne et suivis d'une traduction française, d'un glossaire analytique, d'un lexique occitan-français et d'un lexique français-occitan). Clermont-Ferrand, Lib. Queyriaux,

Girard, M. A. M., 1925, Grammaire Vellave, Le Puy-en-Velay, Imp. l'Avenir.

Jouveau, Marius, 1907, Éléments de grammaire provençale, Marseille, Librairie Paul Ruat

Martin, Guy, Moulin, Bernard, 1998, Grammaire provençale, Aix-en-Provence, Comitat Sestian d’Estudis Occitans, CREO Provença, diffusé par EDISUD.

Michalias, Régis, 1906, Eléments abrégés de Grammaire Auvergnate, Ambert, Imprimerie J. Mignon.

Nauton, Pierre, 1963, 1972, 1976, 1977, Atlas Linguistique et Ethnographique du Massif Central,4 tomes, Paris, CNSR.

Olivier, Philippe, 2009, Dictionnaire d’ancien occitan auvergnat, Mauriacois et Sanflorain (1340 – 1540), Tübingen, Max Niemeyer Verlag.

Potte, Jean-Claude, 1975, 1987, 1992, Atlas Linguistique et Ethnographique de l’Auvergne et du Limousin, 3 tomes, Paris, CNRS.

Ravel, Charles-Antoine, 1853, Lettre d’un poète d’Auvergne au poète de la Gascogne, Paris, imprimerie D’AD. Blondeau.

Reichel, Karl-Heinz, 1991, Les parlers du Puy-de-Dôme et parlers voisins au NO. et à l’E, Chamalières, Cercle Terre d’Auvergne.

Salvat, Josèp,1998, Gramatica Occitana ; dels parlars lengadocians, quinta edición revista per Ernèst Negre, Tolosa, Collègi d’Occitània.

Salvat, Jozèp,1943, Gramatica Occitana, Toloza, Privat.

Savinian, 1882, Grammaire provençale (sous dialecte rhodanien), Avignon, Lib. Aubanel Frères

Teulat, Rogièr, 1971, Comment lire et écrire l’Auvergnat méridional, Annales du CRDP de Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand, collection documents régionaux.

Vinols de Montfleury (baron de), 1891, Vocabulaires patois vellavien–français et français-patois vellavien, (observations grammaticales pages 6 à 25), Le Puy-en-Velay, Imprimerie Prades-Freydier.

Haut de page

Notes

1 Voir bibliographie.

2 Voir bibliographie

3 Idem

4 Idem

5 Partie de l’Auvergne au nord de l’isoglosse d’amuïssement de s devant consonnes.

6 En fait [ˈjejza].

7 Ceci est étonnant car il n’existe que deux copies du document, et suivant le décompte de Laure Vidal cela en ferait trois ?

Haut de page

Table des illustrations

Légende Portrait de Benezet Vidal
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/4493/img-1.tif
Fichier image/tiff, 590k
Légende Page de garde du manuscrit
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/4493/img-2.tif
Fichier image/tiff, 1,8M
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/4493/img-3.tif
Fichier image/tiff, 808k
Légende L’adjectiu qualificatiu, Gramatica de Vidal
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/4493/img-4.tif
Fichier image/tiff, 971k
Légende L’adjectiu qualificatiu, Gramatica occitana, Salvat (1943)
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/4493/img-5.tif
Fichier image/tiff, 1,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Roux, « Une grammaire occitane jamais publiée : La Gramatica Auvernhata de Benezet Vidal »Lengas [En ligne], 87 | 2020, mis en ligne le 31 août 2020, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/lengas/4493 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lengas.4493

Haut de page

Auteur

Jean Roux

LLACS, Université Paul Valéry, Montpellier 3

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search