Navigation – Plan du site

AccueilNuméros87Périodisation sociolinguistique d...

Périodisation sociolinguistique de la lexicographie dialectale niçoise

Periodizacion sociolingüistica de la lexicografia dialectala niçarda
Philippe Del Giudice

Résumés

La lexicographie dialectale niçoise possède un siècle et demi d’histoire et une multitude de références, dont bien peu se distinguent par leur originalité. Une périodisation de cette production est cependant possible, et éclairante, si elle se fonde sur les aspects qui reflètent le contexte social très particulier du niçard. L’examen des dictionnaires à plusieurs niveaux (la métalangue et la combinaison linguistique ; le système graphique employé ; les sources ; le sort fait aux traits dialectaux distinctifs du parler niçois) permet en effet d’identifier trois époques, révélatrices du questionnement identitaire des dialectophones niçois.

Haut de page

Texte intégral

0. Introduction

  • 1 Cf. notamment Risso (1810 ; 1816 ; 1826-1827) et Barla (1859). Voir également les listes plus tardi (...)
  • 2 Toselli (1878).
  • 3 Selon Lucien Mari, Trésorier de l’Acadèmia Nissarda (à qui appartient le manuscrit), qui a comparé (...)
  • 4 On s’y référera comme Toscano (à paraître), mais le travail est déjà disponible au téléchargement e (...)

1La lexicographie dialectale niçoise est née de manière fortuite et embryonnaire avec Risso et Barla, dans des publications d’histoire naturelle1 où figuraient les noms vernaculaires des très nombreuses espèces répertoriées. Si l’on exclut la rapide ébauche manuscrite (d’ailleurs égarée) de Scaliero, en 1830, une quinzaine de lexiques remarquables sont consacrés au dialecte de la ville de Nice. Il s’agit : de Carles (1866 ; 1868), manuscrits de 19 000 mots, dont seule la première référence nous est parvenue, sous la forme d’une copie non autographe ; de Toselli (1864 : 190-224), liste de 600 termes recueillis dans des tableaux et un petit glossaire, que l’on complétera avec le recueil de proverbes du même auteur2 ; de Pellegrini (1864) qui élargit la nomenclature de Carles à 23 000 entrées ; les manuscrits français-niçois (2 500 entrées) et niçois-français (6 000 entrées) du Chevalier de Cessole (Spitalieri de Cessole s.d.a ; s.d.b) ; de Calvino (1903) et sa nouvelle nomenclature d’environ 19 000 entrées ; du brouillon attribué à Charles Vieil3 (ce répertoire est bicolore, raturé et très redondant, mais sa nomenclature, en grande partie commune avec Carles, Pellegrini et Calvino est assez importante) ; de Camous (1931), qui est assez original mais ne présente que 2 000 mots ; du gros volume encyclopédique d’Eynaudi & Cappatti (1931-1939) d’environ 35 000 termes et qui présente la particularité de n’avoir été publié en version intégrale qu’en 2009 par l’Acadèmia Nissarda ; des deux dictionnaires du Chanoine Castellana (Castellana 1947 ; 1952), qui restent les plus usités encore de nos jours ; de Giordan (1968) qui se veut un complément aux recueils de Castellana ; du glossaire thématique de Compan (1967) ; des multiples versions des dictionnaires manuscrits ou tapés à la machine de Jan Blaquièra dont les facsimilés ont plusieurs fois été publiés entre le milieu des années 1980 et 2003 (cf. notamment Blaquièra [1985?] et Blaquièra (2003)) ; des deux dictionnaire de l’antenne félibréenne locale : Escola de Bellanda (2002 ; 2014) ; et enfin du travail monolingue en cours, parvenu jusqu’à la lettre O de René Toscano4, qui rend compte d’un lexique occitan transdialectal et fait la part belle aux vocabulaires scientifiques.

2Nous nous sommes demandé si une analyse des contenus permettait de structurer cette production en la périodisant. Il est vite apparu qu’en un siècle et demi de lexicographie niçoise, hormis dans les projets actuels (celui de Toscano et celui que nous ambitionnons nous-même de développer), aucun progrès méthodologique probant n’était survenu, qui aurait permis d’établir des séquences évolutives significatives dans l’histoire des lexiques dialectaux de Nice. De 1866 à 2014, les listes minimalistes d’équivalences bilingues d’environ 20 000 mots foisonnent. Tout juste remarquera-t-on que Castellana est plus outillé que ses pairs, que Compan a une vocation pédagogique et qu’Eynaudi & Cappatti ont eu l’originalité de proposer des regroupements par familles (hélas non maîtrisés, ce qui ruine le procédé). Une périodisation faite sur des bases structurelles n’avait donc, pour la lexicographie niçoise, que peu de sens. Afin d’obtenir des résultats plus significatifs, c’étaient les aspects liés au contexte politique et social original du Pays Niçois qu’il s’agissait d’interroger.

3Les éléments constitutifs de la problématique sociolinguistique niçoise sont au nombre de trois :

  • Sur le plan historique, une incertitude de nationalité. Entre le souvenir d’un passé provençal (jusqu’en 1388), les cinq siècles d’appartenance à la Savoie (puis Royaume de Piémont-Sardaigne) et, en 1860, une annexion définitive à la France – qui n’éteint pas immédiatement les prétentions italiennes – l’histoire de Nice est mouvementée.

    • 5 Elle était co-officielle depuis 1827, à côté de l’italien.

    Une situation diglossique complexe. L’occitan est la langue orale et écrite naturelle jusqu’en 1561, date à laquelle l’italien obtient l’exclusivité dans les documents écrits. Le français deviendra naturellement langue officielle unique5 en 1860, à une époque où la langue vernaculaire se porte encore fort bien dans la population.

  • Une tension entre résistance du particularisme et influençabilité face à l’exemple provençal ou plus généralement occitan.

4C’est à partir de ce cadre que l’on a défini les critères de notre examen. Après avoir dit quelques mots sur la représentation que les lexicographes se font de leur dialecte (section 1), on tâchera de répondre aux quatre séries de questions suivantes : Quelles métalangues et quelles combinaisons de langues caractérisent les ouvrages ? (section 2) ; Quels systèmes graphiques ont été retenus pour noter le niçois ? (section 3) ; Les sources lexicales sont-elles niçoises exclusivement ? Ou accueillent-elles des références étrangères à Nice ? Ces références sont-elles liées à des modèles idéologiques particuliers ? (section 4) ; Les traits représentatifs du niçois (proparoxytons, hiatus, chute du [z] intervocalique, lexique typique) sont-ils préservés ? (section 5). Les réponses à ce questionnement aboutiront à l’identification de trois périodes qui structurent historiquement la production lexicographique dialectale niçoise.

1. Le regard des auteurs sur leur dialecte

  • 6 Mais l’une des premières versions du dictionnaire de Blaquièra portait sur la première de couvertur (...)
  • 7 Castellana parle de « dialecte » et reconnaît des influences multiples.
  • 8 Calvino reconnaît la continuité de la langue depuis Pellos (mathématicien du XVe siècle), mais n’ém (...)

5Les préfaces des dictionnaires niçois permettent parfois de connaître l’avis des lexicographes quant à la nature de leur parler vernaculaire. Si certains auteurs n’en disent rien ou très peu (notamment Blaquièra6, Castellana7, Calvino8), cette question a tout de même été traitée assez tôt. On s’aperçoit que les travaux de Raynouard sont connus, et donc que la notion de roman tient sa place dans la réflexion. Toselli (1864 : 19-24) résume la thèse de Raynouard et en conclut que « dans son origine, le dialecte niçois, était, à peu de différence près, le même que le provençal ». Pellegrini est également ouvert à la romanistique puisqu’il reconnaît le lien entre la « langue des troubadours » et le niçois. Durant l’entre-deux-guerres, les idées félibréennes pénètrent dans la cité niçoise et l’occitanité de Nice est défendue avec vigueur : la préface d’Eynaudi & Cappatti ne manque pas de rappeler qu’à Nice le langage « ressembl[e] à ceux de la Provence et du Languedoc ». En bon félibre, Giordan, quoiqu’il n’ait pas écrit de préface, voyait dans le niçois un dialecte de la langue d’oc, et rien d’autre. Compan, lui-aussi félibre et membre de l’Acadèmia Nissarda, défend la même position. Quant à l’Escola de Bellanda, elle est également une émanation du Félibrige.

  • 9 Sauf chez Toscano, dont la conviction occitaniste n’est jamais prise en défaut.

6Si les préfaces s’en tenaient là, tout serait simple. Mais comme si ces assertions d’occitanité du niçois n’étaient qu’un genre de figure imposée, elles entrent constamment en contradiction avec le reste du propos9.

  • 10 Il faut comprendre, au vu de remarques liminaires, qu’il s’agit des Ligures-Védiantins, des Grecs-P (...)
  • 11 « Il linguaggio che comunemente si usa in Nizza è un mescuglio del latino, italiano, aragonese, pro (...)

7Toselli écrit pour montrer qu’ « il existe une grande différence entre le dialecte niçois et le dialecte provençal » (Toselli 1864 : 6). Il ne voit dans le langage de sa cité qu’un « mélange de mots employés par les diverses nations qui se sont renouvelées »10 (Toselli 1864 : 19). En cela, il rejoint Scaliero11 et préfigure Pellegrini, selon qui le niçois, idiome « versatile », creuset où se mêlent toutes les influences anciennes et modernes, n’est pas du vrai provençal (Pellegrini 1894 : VIII-IX). Même Eynaudi & Cappatti (Préface) considèrent que « comme de longues occupations de troupes françaises, piémontaises, génoises, espagnoles, italiennes, tudesques, et même sarrasines compliquèrent l’histoire de [leur] pays, sa langue subit au cours des siècles les empreintes les plus variées ». On aurait attendu qu’ils insistent davantage sur l’essentialité du lexique d’oc. Chez ces auteurs, la part du celte est, en outre, encore très grandement surestimée.

  • 12 Pellegrini (1894 : XII).

8On s’étonnera que, pour les auteurs félibréens, le niçois se trouve nanti du titre de langue (et non pas de dialecte de la langue d’oc, comme le voudrait leur école de pensée). Cela se retrouve jusque dans le titre du Dictionnaire de la langue niçoise chez Eynaudi & Cappatti. L’Escola de Bellanda, antenne locale du Félibrige, emploie aussi étonnamment le mot langue dans la préface de ses deux dictionnaires. L’esprit félibréen n’empêche pas davantage Compan (1967 : 7) d’aller jusqu’à parler de « langue authentique », à propos du niçois. Cette façon de défendre la dignité de ce parler est en phase avec le sentiment particulariste et de fierté nationale qu’une histoire originale a façonné à Nice. Pellegrini incarne bien ce sentiment. Selon lui, l’existence d’une grammaire, d’un dictionnaire, et « de livres de sciences, sans nommer plus d’une pléiades [sic] de poètes d’élite Niçois [sic] qui l’ont couronné de belles et pétillantes poésies »12, sont la preuve de la respectabilité de ce dialecte.

  • 13 Pour se faire une meilleure idée de la variation dialectale en Pays Niçois, cf. Dalbera (1994).

9Le statut des parlers périphériques est également discuté. Pour Toselli, les parlers de l’Arrière-Pays doivent être rapprochés du provençal… et de l’espagnol (à cause, peut-être, des pluriels en -s). Cet avis est tout à fait contraire à celui défendu par Eynaudi & Cappatti qui considèrent qu’il y a une langue niçoise qui s’étale du bord de mer aux hautes vallées. Ils l’opposent justement au provençal13.

10La position très particulière de Nice conduit donc les commentateurs à collectionner contradictions et approximations. L’engagement idéologique en faveur d’une école de pensée n’est pas une garantie certaine contre un certain désir d’individualité. Des doutes subsistent. Nice et son Arrière-Pays constituent donc une équation linguistique irrésolue. Les points suivants expriment la difficulté à trouver la bonne formule pour identifier la langue-toit, la langue mère et l’idéal linguistique de ce dialecte.

2. La métalangue et la combinaison linguistique

11Si l’on considère que la lexicographie niçoise ne commence vraiment qu’avec Carles, elle le fait sous le signe de l’italianité. Le titre des deux vocabulaires est en italien et c’est avec les termes de cette langue que le lexique niçois est mis en relation d’équivalence sémantique. Peu après l’annexion à la France, alors qu’une partie importante de la population éduquée est italophone, cela n’a rien d’étonnant (pour se donner un point de repère, Nice ne cessera d’avoir un quotidien en italien qu’en novembre 1896). D’ailleurs, la langue de Dante continuera d’exister un certain temps dans les lexiques niçois. Quoique Pellegrini écrive toute sa préface en français, et présente d’abord, pour chaque mot niçois, un équivalent français, celui-ci est toujours suivi d’un mot italien. Et même s’ils proviennent souvent de Carles, les équivalents italiens de Pellegrini peuvent aussi différer du modèle (par exemple, pour estramourtit ‘sonné, étourdi, évanoui’, Carles propose tramortito, svenito, mortificato et Pellegrini, qui ajoute la variante estramourdit, ne propose que sbalordito). Dans le premier tiers du XXe siècle, le Chevalier de Cessole, malgré l’emploi du français comme métalangue, signale encore sporadiquement des équivalents (parfois de simples cognats) italiens.

12En revanche, lorsque l’on porte un regard général sur la lexicographie (et la prélexicographie) niçoise, de Risso à l’Escola de Bellanda, c’est le français qui domine largement comme métalangage. C’est aussi le cas si l’on observe la combinaison linguistique. Outre les ouvrages de Risso, Barla et les travaux secondaires, le niçois compte sept lexiques niçois-français, quatre lexiques français-niçois, deux niçois-français-italien (dont celui de Cessole où le français est très majoritaire), pour les seuls dictionnaires de Carles qui confrontent niçois et italien exclusivement. La place du français est donc prédominante, à côté de l’italien jusqu’au début du XXe siècle, sans partage depuis.

13Dans ce paysage, la tentative la plus originale est celle de Camous (cf. Illustration 1) qui confère le niçois avec des termes de français et de provençal (un provençal empirique, sans doute celui des confins orientaux de la Provence, mêlé à d’autres sources).

Illustration 1 : Les trois colonnes du lexique de Camous

14Un autre fait marquant est l’absence totale de dictionnaire monolingue autonome. Le projet en cours de Toscano est révélateur d’un manque.

  • 14 On a cependant placé Giordan (1968) avant Compan (1967) pour mieux rendre compte de la période d’él (...)

15L’étude, au fil de l’histoire, des langues des dictionnaires révèle à quel ensemble linguistique et culturel le microcosme niçois est subordonné. Voici le tableau synoptique de cette question (les auteurs sont représentés, dans l’ordre chronologique14, par leurs initiales ; français, italien, provençal, occitan référentiel adapté sont abrégés respectivement en F, I, P, O) :

A.R.

1828

J.-B. B.

1858

P.C.

1866

1868

J.-B. T.

1864

1878

J. P.

1894

J.-B. C.

1903

V.C.

19..

L.C.

1931

J.E.&L.C.

1931-1939

G.C.

1947

1952

J.G.

1968

A.C.

1967

J.B.

1985

2003

E. B.

2002

2014

R.T.

à p.

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

F

I

I

I

P

O

Tableau synoptique 1

3. Les systèmes graphiques

16Le problème le plus souvent évoqué dans les préfaces est celui du système graphique. Selon la convention que l’on applique à une matière préexistante (la langue orale), les mots peuvent totalement changer d’aspect, tels [yjˈa] ‘éclair’ ou [najˈa] ‘rouir’ que l’on rencontre, en fonction des ouvrages, écrits ugliau, uiau, ulhau, ulhauç ; najà, najar, naià, naiar.

  • 15 À moins qu’il ne faille considérer que le digramme ou (pour noter [u]) employé par Risso soit, chez (...)
  • 16 [t͡ʃ] noté <c> ou <ci> (au lieu de <ch>), [j] noté <j> ou <gli> (au lieu de <i> ou <lh>), [k] devant [e] et [i] noté <ch> au lieu</ch></lh></i></gli></j></ch></ci></c>

17Contrairement à ce que l’étude de la métalangue permettait de constater, on voit assez peu d’influence directe du français sur la notation graphique choisie par les lexicographes15. D’une manière générale, les graphies sont très clairement italianisantes16 tout au long du XIXe siècle, y compris celles qui ne sont pas calquées sur l’exemple littéraire du grand auteur dialectal Rancher (1785-1843). Au XXe siècle cependant, c’est toujours un système italianisant qu’emploie Victor de Cessole. En 1931, en dépit d’une volonté évidente de changement, Camous se montre encore influencé par ce système qu’il ne maîtrise plus vraiment. On en trouve encore des traces chez Castellana.

  • 17 Et même ó les [ˈu] (et ò les [ɔ], chez Carles), à l’image de ce que fera, plus tard, l’alibertisme.
  • 18 De Pellegrini à Blaquièra est défendue l’idée que le niçois se lit tel qu’il est écrit et s’écrit c (...)
  • 19 Ce n’est pas l’habitude de Pellegrini, qui laisse toutefois échapper, de temps à autre, un de ces -(...)
  • 20 Mais il ne recourt jamais au lh.

18Le plus étonnant, chez les naturalistes et chez Carles, est la survivance d’une habitude graphique traditionnelle issue du Moyen Âge, qui consiste à noter par o à la fois [ɔ] et [u]17. D’autre part, quoique tous les systèmes des dictionnaires parus soient phonologisants18, les auteurs italianisants du XIXe jusqu’à Calvino19 continuent de noter, selon la pratique médié­vale, le -r désinentiel des infinitifs. Calvino, qui sur ce point admet les deux usages (avec ou sans r), milite justement pour un retour aux pratiques anciennes20, ce qui signifie l’abandon systématique de tous les graphèmes empruntés à l’italien. Jusqu’au début du XXe siècle, que la démarche soit consciente ou non (résurgence ou survivance), il reste donc chez les lexico­graphes un souvenir plus ou moins prégnant de l’écriture historique de l’occitan. Dans l’esprit des auteurs, les influences qui orientent leurs choix ne sont pas toujours bien claires. Pellegrini, bien qu’italianisant, évoque dans sa préface la graphie « quasi provençale » du niçois, pour finalement prêter allégeance à « la méthode d’écriture traditionnelle des derniers littérateurs qui ont écrit en pur niçois », sans la définir. Il conclut en prétendant n’avoir adopté « ni l’écriture italienne, ni l’écriture française ».

19Tout change au début des années 1930. Camous est le premier à s’approcher d’une graphie d’inspiration félibréenne qui aura le monopole dans les dictionnaires niçois jusqu’à Escola de Bellanda (2014) inclus. De ce point de vue, Eynaudi & Cappatti marquent la volonté d’effectuer une mise à jour graphique (avec plusieurs décennies de retard sur la Provence), en phase avec l’usage majoritaire de l’époque en pays d’oc. S’il y a influence française, elle est là. Elle pénètre indirectement dans la lexicographie niçoise par l’entremise de la graphie mistralienne. Indéniablement, celle-ci réintroduit des usages anciens ([w] et [u̯] notés u, [tʃ] noté ch, etc.) ; mais, destinée à faciliter la lecture du provençal auprès d’un public instruit à l’école française, elle s’écarte des codes médiévaux.

20Plus de cinquante ans après la publication d’Alibert (1966), malgré un système graphique qui a percé dans la production littéraire (Pelhon, Sauvaigo, Pallanca…) et musicale (Nux Vomica, Ontario Blues Band…), aucun dictionnaire n’emploie la graphie classique. C’est donc à nouveau avec un retard certain que les dernières modes occitanes pénètrent à Nice, notamment avec le travail de Toscano. On remarquera cependant que les principes graphiques de Toscano prennent suffisamment de liberté vis-à-vis du parangon alibertin pour que Sumien (2006 : 75) y voie les ferments d’une « antinorme ».

21Le tableau synoptique de l’évolution des influences graphiques dans le temps se présente ainsi (afin de conserver les abréviations du tableau précédent, utiles à des fins comparatives, P correspond désormais à la graphie mistralienne mise au point dans la région avignonnaise, O aux graphies d’inspiration médiévale) :

A.R.

1828

J.-B. B.

1858

P.C.

1866

1868

J.-B. T.

1864

1878

J. P.

1894

J.-B. C.

1903

V.C.

19..

L.C.

1931

J.E.&L.C.

1931-1939

G.C.

1947

1952

J.G.

1968

A.C.

1967

J.B.

1985

2003

E. B.

2002

2014

R.T.

à p.

I

I

I

I

I

I

I

(O)

(O)

(O)

O

O

P

P

P

P

P

P

P

(F)

(F)

Tableau synoptique 2

  • 21 Au profit de h simple, ou de i, selon les cas. Lh ressurgit étrangement, à l’occasion.

22Malgré l’impression d’unité (au sein des groupes « italianisant », « mistralien adapté » …) laissée par ce tableau, il convient de préciser que d’un auteur à l’autre les pratiques peuvent différer quelque peu. Par exemple, l’Escola de Bellanda ou Castellana emploient lh étymoloɡique pour [j] et [] là où Eynaudi & Cappatti s’en passent21, se montrant en cela plus fidèles à l’exemple de Mistral pour le provençal général.

  • 22 Cf. Del Giudice (à paraître).
  • 23 L’erreur, récurrente, est-elle typographique (oubli d’une cédille) ?
  • 24 Cf. Isnard (1937 : 5), à propos des approximations linguistiques des naturalistes : « les dictionna (...)
  • 25 Inversement, Castellana interprète la peraça ‘bergeronnette’ de Risso comme étant [peʁˈatʃa], tandi (...)
  • 26 Question graphique à part, on s’attendrait plutôt, au vu de l’équivalent français, à si counjoui.

23Plus grave est l’incohérence interne. On comprend que Risso, encore à cheval entre deux états de langue22, alterne aléatoirement entre martina (nom donné à deux espèces d’oiseaux) et martino. Par ailleurs, l’aspect linguistique est secondaire dans son ouvrage. Il ne faut pas s’étonner que le second ou de poutassou ‘genre de merlan’ corresponde à [ɔ] là où celui de rombou ‘turbot’ correspond à [u], que [fˈanfʁe] ‘baliste’ soit accentué graphiquement fanfré comme s’il était un oxiton alors que [ʁukjˈɛ] ‘crénilabre’ soit rendu par rouquie, comme s’il était paroxytonique. Mutatis mutandis, les o notent tantôt [u] tantôt [ɔ], les c tantôt [k] tantôt [tʃ]23. [kavalˈytʃa] ‘maquereau espagnol’ est noté cavaluca (comme s’il fallait prononcer [kavalˈyka]). Ces approximations sont fâcheuses car elles sont parfois reprises par les lexicographes qui, s’ils ne connaissent pas les termes par d’autres sources, en interprètent mal la prononciation24. Ainsi, Castellana, influencé par la forme carida de Risso, appelle le muge à grosse tête (ou muge cabot) carida [kaʁˈida] que les pêcheurs ne connaissent, d’après nos enquêtes, que sous le nom de charida [tʃaʁˈida]25. Le même Castellana tombe également dans le piège posé par les [ˈu] graphiés ó chez Carles. Parce qu’il recopie des termes tels qu’il les rencontre chez son prédécesseur, on retrouve ceux-là graphiés et prononcés [ɔ] chez les utilisateurs. Quand ils ne sont pas trompés par des sources ambiguës, les dictionnaires peuvent par eux-mêmes présenter des problèmes de cohérence graphique. Castellana (1947) abandonne la graphie italianisante mais écrit faigiana ‘faisane’ [fadʒˈana], giostra ‘manège’ [dʒˈɔstχa], longia ‘longe’ [lˈɔŋdʒa], logia ‘loge’ [lˈɔdʒa] en face de dardejà [daʁdedʒˈa] ‘rayonner’, bajan [badʒˈaŋ] ‘nigaud’, Jan [dʒˈaŋ] ‘Jean’. [bajˈa] ‘baiser, bise’ est graphié baià mais [bajˈiŋ] prend un lh (balhin) que l’étymologie n’explique pas (baisin après chute de [z]). Sur les approximations de la graphie d’Eynaudi & Cappatti, on renvoie à Gasiglia (2009 : XXVIII-XXX). Mais Camous reste l’auteur dont les hésitations graphiques sont les plus spectaculaires (hésitation entre drech, drecce et dreç ‘droit’, notation de [dʒ] aléatoire : drugia [dʁˈydʒa] ‘contenu des latrines’, counjiugné [kundʒˈuɲe] ‘joindre’, counjoui [kundʒuˈi] ‘se réjouir’26, etc.).

  • 27 Il y a néanmoins quelques hésitations pour les adverbes en -men / mèn (‘-ment’). Plutôt rares, elle (...)
  • 28 Souvent réalisé [aʁˈiŋk] de nos jours.
  • 29 Sauf pour candela que les autres dialectes ont refait en candèla.
  • 30 Alors que Carles ne lui a vraisemblablement pas servi de source.

24Toutes tendances et périodes confondues, la notation graphique des lexicographes niçois peut être imprécise sur certains points. L’exemple le plus évident est celui de l’usage de la lettre e, accentuable graphiquement. Certains auteurs (Carles, Giordan, Escola de Bellanda) respectent du mieux possible l’opposition d’aperture de la voyelle : [e]~[ɛ]. Malgré quelques imprécisions ici et là (qui d’ailleurs disparaissent dans les volumes appendices) Carles note très justement agriotiè ‘griottier’, aighèstre ‘aquatique’, adè ‘tantôt’, près ‘prix’, interès ‘intérêt’ mais mes ‘mois’, pes ‘poids’, arabesc ‘arabesque’, amploeta ‘petit anchois’, fresc ‘frais’. Il entend encore avec acuité la différence entre [ɛŋ] et [eŋ]27 (astinènt ‘abstinent’, ponçapèn ‘coup de pied’ face à premierenc ‘précoce’, arenc ‘hareng’28, pencha ‘carde’), distingue comme il se doit [ˈɛt] de [ˈet] en fin de mot (progèt ‘projet’, sogèt ‘sujet’, ogèt ‘objet’, mais les diminutifs sont généralement notés -et), et conserve pel ‘poil’, candela ‘bougie’ face à desgèl ‘dégel’, femèla ‘femelle’ ou eu ‘lui’, achéu ‘celui-là’ face à bèu ‘beau’. Toutes ces transcriptions sont d’une perfection rare dans la lexicographie niçoise. Elles correspondent à l’étymologie, à l’usage référentiel des autres dialectes d’oc29 et à la pratique attestée par les enregistrements des meilleurs locuteurs natifs. L’Escola de Bellanda, tout aussi précise sur ce point30, insiste même dans ses lexiques sur certains [ˈe] peu naturels pour un francophone, en les notant – de manière redondante – é (més, pés, frésc, carnevalésc, pél, fustét). Les autres auteurs ne notent pas ou rarement l’aperture (Pellegrini, Calvino), ou ont une notation parfaitement aléatoire (Compan, Castellana, Eynaudi & Cappatti…) les incitant à consigner avec une déconcertante régularité l’inverse de ce qu’ils devaient quotidiennement prononcer (mulèta ‘petite mule’, lètra ‘lettre’, fèa ‘brebis’…). Il est remarquable que les dictionnaires les plus étoffés (et les plus consultés) sont les plus laxistes à ce sujet.

4. Les sources

25Dans l’optique d’une périodisation sociolinguistique par « influences », l’origine dialectale des sources fournit une indication fondamentale. Il convient cependant d’effectuer au préalable quelques observations générales.

26La première de ces observations est que très peu d’auteurs indiquent clairement sur quelles bases ils ont travaillé. Carles, Cessole, Compan, l’Escola de Bellanda ou Toscano restent muets. Toselli, Pellegrini, Eynaudi & Cappatti n’apportent que quelques indications furtives. La liste liminaire des abréviations qu’arbore le lexique de Giordan est donc instructive, au même titre que la liste des auteurs cités et des dictionnaires consultés de Blaquièra ([1985?]) (mais elle disparaît en 2003, sans doute pour masquer un apport provençal massif, ce que l’on montrera dans un instant). Eynaudi donne l’origine de certaines contributions à son dictionnaire (surtout techniques ou encyclopédiques) à l’intérieur même des articles, mais dans l’ensemble les sources lexicales sont tues.

27Sur ce plan, Castellana est le plus précis. Non seulement il indique toutes ses « principales références », mais il ajoute également quelques commentaires sur certaines d’entre elles (ou sur leurs auteurs). Il s’agit, pour une grande partie, des sources lexicographiques existantes, fort bien identifiées et répertoriées par l’auteur. Le Dictionnaire Français-Niçois de Castellana est le fruit d’un dépouillement des lexiques disponibles et leur compilation la mieux réussie. La plupart des autres lexicographes ont réuni moins de lexiques (il est probable qu’ils n’ont pas pris la peine de faire les recherches préliminaires indispensables à la connaissance de l’ensemble des travaux). Avant lui, Pellegrini n’avait que Carles sous la main. La nomenclature de Calvino s’appuie également sur celle de Pellegrini. Après Castellana, on reconnaît partout dans la lexicographie niçoise des emprunts à ses dictionnaires, en particulier chez Compan. Blaquièra a lui aussi consulté plusieurs répertoires : Pellegrini, Calvino, Eynaudi, Giordan et les deux Castellana. Contrairement à Castellana (cf. Illustration 2, tirée de Castellana (1947) où les abréviations S, Cs, P sont des indications de sources ; elles signifient, respectivement, Scaliero, Carles, Pellegrini), il ne signale pas dans son lexique d’où proviennent chacune des formes qu’il reproduit.

Illustration 2 : L’indication des sources chez Castellana

  • 31 Concurrencé par le simple laua, dont le sens principal est ‘ardoise’.
  • 32 Cet auteur signale toutefois avoir retrouvé le mot dans le lexique confidentiel de Scaliero.

28En fin de compte, on s’habitue à retrouver souvent les mêmes termes d’un dictionnaire à l’autre, avec des équivalents (ou des mini-gloses) parfois très similaires. À partir du moment où le mot abahin ‘appuie-fenêtre’31, apparaît chez Camous, il est repris partout (Eynaudi, Castellana32, Compan, Blaquièra, Escola de Bellanda).

  • 33 Ils « ratent » ainsi un tournant important : la lexicographie niçoise continuera de les ignorer.

29Il ne faudrait pas croire pour autant que les compilations, même les plus documentées, reprennent l’intégralité de la matière contenue dans les ouvrages antérieurs. Pour le montrer, on a choisi les dictionnaires de Castellana, qui sont les ouvrages de référence de la lexicographie niçoise et qui se fondent sur la compilation la plus complète de recueil lexicaux. On a ensuite comparé les nomenclatures de ces deux ouvrages avec celle du premier lexique niçois : Carles (1866). Immédiatement, on s’est aperçu que l’on trouvait, bien sûr, chez Castellana des entrées originales absentes chez Carles. Mais, plus étonnamment, une quantité de lexèmes authentiques et intéressants mentionnés par Carles avaient disparu33, sans que rien ne semble le justifier.

  • 34 ‘Tablier’ se dit faudiéu. On trouve la forme faudalet chez Mistral (1878-1886).
  • 35 Soit un dérivé régulier de fumaire ‘ce ou celui qui fume’.
  • 36 Dérivé de nèu ‘neige’.
  • 37 Composé à partir de espanà ‘essuyer’ et canon ‘canon’.
  • 38 Calvino aussi connaît ce mot. Giordan l’a découvert à son tour par d’autres voies.
  • 39 Dérivé de pougne ‘piquer’.
  • 40 [ɛmpatajˈyt], empatalhut.
  • 41 Honnorat identifie d’ailleurs dans son dictionnaire un radical Pat.
  • 42 Patalhon en provençal.
  • 43 On le connaît, par la pratique orale, à la forme réfléchie. Il a alors le sens ‘s’empêtrer’. Camous (...)
  • 44 Pour son ouvrage de 1952, Castellana a dû rencontrer le terme chez un artisan puisqu’il l’introduit (...)
  • 45 Pour donner d’autres exemples, Castellana oublie chez Camous arrap ‘accroc’ (Castellana donne pourt (...)

30Pourquoi Castellana a-t-il éliminé, parmi une infinité d’autres termes, faudelet34 (« picciol grembiale », c’est-à-dire ‘petit tablier’), fumairon35 (« fumaiolo », ‘partie saillante de la cheminée sur le toit’), nevesc36 ‘neige fondue’, espanacanon37 ‘torchon’, sobrecièl ‘ciel de lit’, sussarèla ‘molène (plante)’, catonà38 ‘fleurir, bourgeonner (en parlant des oliviers)’, pogneson39 ‘piqûre’ ? Tout porte à croire que l’abbé n’a pas retenu empatajut40 « impastricciato, impastojato » (‘barbouillé, embourbé’) car il ne l’a pas compris, oubliant de faire le lien avec toutes les souillures, toutes les personnes ou objets souillés dont on peut subodorer qu’ils sont formés à partir du même radical41 (pata ‘bouse’, patairòu42 ‘chiffon sale, serviette hygiénique’, patagna ‘guenipe’, pataràs ‘chiffon (en Provence)’, pati ‘toilettes’). Il signale pourtant le verbe, proche, empatagnà43 ‘salir, barbouiller’. Le même genre de problème se sera posé avec le verbe engoisse « ingorgare » (‘boucher’), lui aussi éliminé. Le compilateur n’a sans doute pas vu le lien avec l’angoisse (lat. angustia « étroitesse », et surtout le verbe angustare « rendre étroit, restreindre » qui correspond bien à l’idée de boucher). Ce genre d’oubli est d’autant plus dommageable qu’il arrive qu’aucun terme niçois ne soit fourni qui corresponde à la notion véhiculée par les termes éliminés. Castellana (1947) n’a, par exemple, aucune entrée pour le verbe raboter. Carles donne pourtant bien planegià « piallare »44. Parmi les lexies que Castellana a négligées, on trouve aussi des locutions, à l’image de ce a catre camba « carpone » (‘à quatre pattes’). Castellana procède toujours ainsi45. Quel que soit le document qu’il étudie, lexicographique ou non, il n’y ponctionne qu’une partie des termes, sans qu’il soit possible d’y voir un principe directeur. Les autres lexiques ont tous le même défaut (Blaquièra oublie harpe, harpège que donnaient ses prédécesseurs, Eynaudi n’indique pas l’emploi ‘élancement (douleur)’ de lançada – déjà attesté dans le lexique de Calvino qu’il reproduit pourtant sans réserve, etc.).

31La lexicographie niçoise fait naturellement appel aux autres sources écrites. Certains auteurs montrent une prédilection pour les documents anciens, y compris les plus distants de leur époque. Dans ce registre, Castellana et Giordan se distinguent particulièrement, en portant toute leur attention sur les documents administratifs d’archives, la littérature médiévale locale (notamment les œuvres du troubadour Raymond Féraud) et les travaux des mathématiciens niçois des XVe et XVIe siècles. Parmi les catéchismes consultés par Castellana, le plus ancien date de 1785. Si Eynaudi & Cappatti citent des documents anciens (à l’entrée Nissa, par exemple), il s’agit plus de pièces utilisées dans un but illustratif et documentaire que de sources linguistiques. Quant à Pellegrini, on sait par sa préface (Pellegrini 1894 : VIII) que « dans l’exercice de [s]on ministère pastoral », il a eu l’occasion de classer des manuscrits et des imprimés contenant du dialecte. Mais il tient à prendre la photographie de la langue actuelle et d’un passé récent, il y a donc peu de chance que les documents en question soient comparables avec les sources de Giordan, de Castellana ou même d’Eynaudi. On ne trouve pas de trace d’archaïsmes dans son ouvrage.

  • 46 Dans des proportions vraiment regrettables. Chez Rancher, le plus célèbres d’entre eux, on a relevé (...)
  • 47 Mais de manière désordonnée. À titre d’exemple, on ne retrouve nulle part l’ensemble des données le (...)

32Parmi les sources écrites des dictionnaires niçois, on s’étonne de l’indigence des sources littéraires de la langue moderne. En effet, hormis La Nemaïda de Rancher que Castellana, Eynaudi ou même Blaquièra se plaisent à citer, la littérature en langue moderne a été bien peu consultée. Il y a certes un peu de Guisol et quelques autres auteurs chez Eynaudi, mais cela reste très en-deçà de ce qu’il était envisageable de faire (surtout si l’on compare son dictionnaire avec la méthode des grands ouvrages panoccitans parus plusieurs décennies auparavant). Les auteurs plus récents (à part Eynaudi qui se cite lui-même) sont absents. Aucun dictionnaire à ce jour ne s’est penché sérieusement sur l’écrit dialectal. Que ne s’est-on intéressé au contenu des œuvres de Nicola, de Mossa, de Gag ? Le résultat est que le vocabulaire des principaux auteurs niçois n’est pas expliqué dans les ouvrages disponibles46. Le meilleur effort est sans discussion possible celui de Blaquièra, qui cite une cinquantaine d’auteurs (dont quelques surprises, notamment Arthur Rimbaud et Victor Hugo). Il est néanmoins évident, malgré l’abondance des citations de Rancher, qu’aucun auteur n’a été complètement exploité. Sans même parler de littérature, et quoique certaines revues aient été consultées47, la presse régionale avec ses nombreux titres dialectaux a été parfaitement ignorée. Les auteurs de lexiques sont donc aussi passés à côté de la possibilité de recueillir un écrit différent, à but non esthétique. En la matière, Mistral (1878-1886), parce qu’il cite quelques journaux niçois dans son Tresor dóu Felibrige (tdf), fait mieux que les Niçois eux-mêmes. En revanche, de nombreux lexiques citent les chansons populaires.

  • 48 Outre les proverbes internationaux qui ont été traduits.
  • 49 Il y a tout lieu de penser, cependant, que les contemporains (les « amis qui lui sont venus en aide (...)
  • 50 Cf. Boissier de Sauvages (1756) et ses rééditions.
  • 51 Il s’agit d’un terme d’affection que l’on emploie pour s’adresser à un enfant, ou, éventuellement, (...)
  • 52 Sans même s’effaroucher des termes les plus obscènes. Il relève bouadura à l’entrée coït, seule att (...)

33La langue orale était la seule source pour les naturalistes. Elle a dû donner un peu de sa matière à Carles et elle était l’unique référence48 pour le recueil de proverbes de Toselli. Pellegrini se félicite d’avoir recueilli la langue auprès de toutes les classes de la société. Sans même le savoir, « le savant, l’ignorant, l’enfant et le vieillard » (Pellegrini 1894 : XV) auraient participé à son ouvrage. Chez Cessole, certains exemples d’emploi extrêmement vivants ne laissent aucun doute sur leur origine : ils ont été saisis au vol dans les conversations. Gasiglia (2009) rappelle qu’Eynaudi était lui aussi en contact quotidien avec le dialecte, ce qui lui a permis d’intégrer de nombreux termes originaux. On n’arrive pas à être tout à fait certain que pour tenir sa promesse, faite dans la préface, de rendre compte du langage des pâtres, des paysans et des marins, Eynaudi ait bénéficié du concours direct de ces populations49. Chez Castellana et Giordan cependant, cette curiosité pour la langue orale s’accompagne d’une véritable démarche de terrain. Les termes de spécialités sont alors recherchés en priorité. Castellana interroge les artisans de la ville et Giordan parcourt les villages pour effectuer un relevé lexical concernant les activités traditionnelles. On constate néanmoins que les lexiques présentent dans l’ensemble le même défaut que les travaux d’un Boissier de Sauvages50 pour le Languedoc : on y trouve toujours plus de termes rares ou techniques, d’archaïsmes, mais les expressions les plus courantes, les termes les plus évidents, précisément parce qu’ils sont banals ou triviaux, sont survolés. Un des mots les plus fréquents du niçois oral, d’emploi quotidien, est chìchou51 ‘coco, chéri’. Il faut attendre l’Escola de Bellanda (2002) pour qu’il intègre une nomenclature ! Quant à son sens de ‘chignon’, il n’apparaît que tout récemment (Escola de Bellanda, 2014). Pour ‘chignon’, Castellana ne propose que tignoun. Il faut donc savoir gré à Blaquièra d’avoir noté certaines de ces unités lexicales de la langue courante52. Si l’Escola de Bellanda rétablit correctement les accents d’aperture, signale des mots courants oubliés jusqu’alors (batibuèi ‘personne sur laquelle on ne peut pas compter’, facha-faussa ‘hypocrite’) et tient compte des formes de la langue parlée d’aujourd’hui (ensistà pour insistre, aceptà pour achetà, estraboc à côté d’estrabot), elle le doit probablement à la diversité des membres de son équipe. Certains ont grandi dans les vieux quartiers dialectophones, sans parler de la présence parmi les collaborateurs d’une ancienne cigalusa, ou cigarière de la manufacture de tabac, type parfait de l’ouvrière niçoise s’exprimant en dialecte.

  • 53 Sauf dans le cas des dictionnaires de l’Escola de Bellanda, où l’on ne repère aucun indice permetta (...)
  • 54 Ou très vaguement : « dans la montagne ».

34Cette vue d’ensemble étant effectuée, qu’en est-il de l’origine dialectale des sources ? Il va sans dire que tous les lexiques s’appuient sur une connaissance pratique de la langue ou sur divers documents très locaux. Les années 1930 marquent cependant une rupture. En effet, de Risso à Calvino, l’origine des informations est toujours strictement niçoise. À partir de Camous, les sources niçoises seront systématiquement mêlées à des documents périphériques, voire clairement extérieurs53. Dans le cas de Camous, quelques détails clairsemés permettent de supposer que le docteur (originaire du Moyen-Pays) a, par endroits, rendu compte de son propre parler. Si la proximité lexicale entre niçois urbain et contois ne rend pas la distinction aisée, il est certain qu’à Nice puada ‘montée’ n’est jamais prononcé puau (donné en variante de puada). D’autres formes, comme darbous ‘taupe’ (pour darboun, et même, plutôt, narboun) sont également inhabituelles dans la variété côtière. Eynaudi réutilisera certains matériaux de Camous, il réintroduira des termes de la montagne tels que mura, muret ‘marmotte’ (entrée marmota) ou chabòt ‘abri de berger montagne’, sans pour autant toujours préciser l’origine des termes54. Il cite notamment les travaux de toponymie montagnarde publiés dans Magnan (1938). Castellana exploite aussi les recueils toponymiques du Haut-Pays et profite des connaissances du lexique du Moyen-Pays de ses amis. Il les nomme et précise leur occupation. On apprend de qui proviennent les termes de Bonson, Eze, Peille ou Roubion. Il étudie enfin des documents contenant du vocabulaire contois ou pugetan. Ses recherches s’étendent jusqu’à la vallée de la Roya où il recueille quelques mots. L’ouverture aux termes du Comté est encore plus marquée chez Giordan (cf. Illustration 3). Ce dernier examine les archives paroissiales de l’Escarène (Moyen-Pays) et relève du lexique dans treize villages. Il cite parfois les vallées de la Vésubie et de la Tinée, sans plus de précision. On constate la même prédilection pour le lexique montagnard chez Compan. Après lui, la vogue pour l’Arrière-Pays s’essouffle. Les quelques gavotismes (emprunts aux parlers de l’Arrière-Pays) de Blaquièra sont ceux de Castellana. Ils disparaissent dans les dictionnaires de l’Escola de Bellanda. Toscano, lui, fait appel à une documentation panoccitane plus générale.

Illustration 3 : L’indication des localités (entre parenthèses) chez Giordan

  • 55 Sur tout ce que doit le Dictionnaire de la langue niçoise au tdf, cf. Gasiglia (2009). Il conviendr (...)
  • 56 Des articles, comme celui d’embancare [sic] (ou embancar ), sont traduits du français et les citati (...)

35Mais ce recours à des sources occitanes générales n’était pas une nouveauté. Les lexicographes niçois commencent à tirer profit de ces références au moment précis où point l’intérêt pour la campagne et la montagne. Au début des années 1930, le message du Félibrige se diffuse (avec quel retard sur les autres pays d’oc !) dans une partie croissante de la société niçoise éduquée. L’idée selon laquelle le dialecte de Nice est un parler de langue d’oc (idée qui veut aussi que tous les « patois » du Midi de la France soient des variantes d’une grande famille linguistique) fait son chemin. C’est peut-être ce message qui a convaincu les lexicographes niçois d’aller voir comment leur langue était maniée dans les villages alentour. Avec cette idée, venait une langue littéraire rhodanienne de référence et des dictionnaires occitans, au volume impressionnant pour certains. Gasiglia (2009 : XI) montre qu’en 1931, pour son projet de dictionnaire, l’Acadèmia Nissarda décide de constituer un fonds bibliothécaire contenant notamment le dictionnaire d’Honnorat (1846-1848), celui de Mistral, et le Pichot Tresor (Fourvières (de), 1902). Eynaudi exploitera ces sources, en particulier le tdf qu’il imite55. Castellana se montre plus raisonnable. Le Pichot Tresor lui sert à donner les attestations écrites qui lui manquent. Comme prévu, Mistral est aussi cité comme source. Il n’est pas rare que les équivalents de Castellana et de Mistral présentent des similarités. Quoiqu’il ne le laisse entendre qu’à demi-mot dans son « Argument », Compan s’inspire clairement d’Arnoux (1940), qu’il se contente parfois d’adapter graphiquement ou linguistiquement au niçois. Giordan a une démarche originale. Il s’intéresse manifestement beaucoup au vocabulaire caractéristique du rhodanien littéraire, mais il n’exploite pas directement les sources provençales ou panoccitanes. De façon détournée, on le voit relever systématiquement dans les documents anciens ou dans les villages les plus éloignés tous les mots habituellement révélés aux Niçois par la littérature provençale (sourn ‘obscur’, ravoi ‘alerte’, poutoun ‘bise, baiser’, empurà ‘attiser’…). Il a donc probablement en tête le lexique provençal sans recourir franchement aux sources de cette région. On croit y voir une tentative pour démontrer, à ceux qui en doutent encore, l’intégration parfaite du Comté de Nice dans l’espace d’oc. Le cas de Blaquièra est encore différent. En 1985, ses sources sont presque exclusivement niçoises (à l’exception de Louis Funèl et de Nicolas Saboly), mais, félibre, il élargira peu à peu sa documentation aux références provençales. La version de 2003 de son dictionnaire est marqué par ces nouvelles influences. Enfin, on reconnaît des sources panoccitanes diverses chez Toscano. Pour réaliser son travail, il puise par exemple toutes ses informations sur le vocabulaire technique de la marine dans Fourquin & Rigaud (1993)56. On ne reviendra pas sur le fait que son dictionnaire s’inscrit par ailleurs dans la tradition alibertine.

36Au bout du compte, les sources urbaines fondamentales s’accompagnent à partir de l’entre-deux-guerres de documents complémentaires dans des proportions quelquefois stupéfiantes. Les auteurs provençalistes, conscients de l’unité d’oc, s’intéressent au lexique du provençal littéraire susceptible d’être intégré au niçois ainsi qu’aux termes employés dans la campagne et jusque dans la haute montagne. Depuis une cinquantaine d’années, la lexicographie urbaine se replie cependant sur la variété côtière. Les travaux de Toscano confirment de leur côté que la tradition félibréenne n’est plus seule à Nice. Elle est désormais concurrencée par la norme classique, dont les ouvrages fondamentaux (notamment ceux d’Alibert) n’avaient, jusqu’à présent, laissé aucune trace dans la lexicographie niçoise.

  • 57 Ils témoignent d’un mouvement de « mondialisation » progressive de la lexicographie niçoise, mais a (...)

37On ne dira qu’un mot, pour conclure, des sources nationales et internationales. On peut imaginer que Carles (pour produire sa nomenclature) et peut-être Pellegrini (pour ses équivalents) aient pris appui sur un dictionnaire italien. L’imitation qu’Eynaudi fait du Littré et du Petit Larousse a été démontrée par Gasiglia (2009). Le chevalier de Cessole reproduit également des définitions du Littré. Castellana (1952) se distingue en recyclant des informations de Meyer-Lübke (1911). Chez Toscano, la masse impressionnante de données (scientifiques, techniques, géographiques, anecdotiques, etc.) ne laisse aucun doute sur l’ampleur des sources non occitanes mobilisées. Il n’est pas question d’occulter ces matériaux extra-occitans57, mais on ne les fait pas apparaître dans le tableau synoptique ci-après. Parce qu’elles étaient les plus instructives, on a préféré représenter, pour la question des sources, les influences internes à l’espace d’oc. P correspond aux sources provençalo-mistraliennes, O à l’alibertisme, CN aux parlers du Comté de Nice (hors ville de Nice). Des sources purement niçoises (N) ont servi – c’est l’évidence – à tous les lexiques. Malgré la monotonie de la représentation, on leur attribue une ligne du tableau.

A.R.

1828

J.-B. B.

1858

P.C.

1866

1868

J.-B. T.

1864

1878

J. P.

1894

J.-B. C.

1903

V.C.

19..

L.C.

1931

J.E.&L.C.

1931-1939

G.C.

1947

1952

J.G.

1968

A.C.

1967

J.B.

1985

2003

E. B.

2002

2014

R.T.

à p.

N

N

N

N

N

N

N

N

N

N

N

N

N

N

N

CN

CN

CN

CN

CN

P

P

P

(P)

P

P

P

O

Tableau synoptique 3

5. Le sort des traits distinctifs du niçois : les marqueurs de la périodisation

  • 58 Nom donné à plusieurs espèces de dauphins.
  • 59 On trouve même dans les dictionnaires des gallicismes et des italianismes rares ou inexistants dans (...)

38Pour évaluer la niçardité des unités décrites, on évoquera rapidement les italianismes et les gallicismes présents dans les listes de termes niçois. On les trouve partout et à toutes les époques, dès Risso (souflur58 du français souffleur), chez Carles (alieve de l’italien allievo, blancissusa du français blanchisseuse), chez Calvino (arduòsa du français ardoise, chèntro de l’italien centro [tʃˈɛntrɔ]) et encore chez Blaquièra (chouas du français choix, espourcà de l’italien sporcare). Les influences des langues nationales (la cisalpine et la transalpine) sont inégales. Cessole fait une large part aux italianismes tandis que Calvino ou Eynaudi raffolent de gallicismes59. L’italien touche surtout les cultismes, tandis que le français est partout. Au fil du temps, la proportion dans les lexiques de termes empruntés à ces langues devient plus raisonnable. Castellana (1947 : Préface) voulait rejeter « dans la mesure du possible » gallicismes et italianismes. C’est également ce qu’entend faire Toscano, « tout en restant réaliste » (dans l’« Entamenada » qui ouvre le recueil).

39Outre ces influences « nationales », les traits distinctifs du niçois sont parfaitement conservés jusqu’à Calvino (Calvino compris). C’est tout naturel : les sources sont locales. On a vu, en revanche, qu’à partir de Camous des traits ou des termes gavots (de l’Arrière-Pays) côtoyaient le lexique niçois. Castellana ou Giordan ont le mérite de signaler (dans la plupart des cas) l’origine des sources. Le lecteur est prévenu que chastre ‘raquette à neige’, avec son affriquée initiale typique du gavot, provient de la montagne (Beuil) ou que oi ‘oui’ (ahì à Nice) est la forme employée à Coaraze. Inversement, la prudence est de mise lorsque les indications d’origine sont absentes ou laconiques. Camous n’a prévu aucune marque, Compan introduit sans signalement – parmi une liste de mots côtiers – des termes comme las cantounaus ‘les pierres équarries’, las rioltos ‘les linteaux’ qui sont morphologiquement et phonologiquement inutilisables en l’état dans la variété urbaine. L’aspect très pédagogique de cet ouvrage d’enseignant aggrave les conséquences de l’absence d’indication : un apprenant pourrait être déstabilisé, voire induit en erreur.

  • 60 D’ailleurs mal orthographié.

40Eynaudi a le même défaut. Mais là où il est le plus remarquable, c’est dans l’influence provençale. En voulant mettre le niçois à la page de la doctrine félibréenne, il tend à produire un genre de « dictionnaire provençal selon le parler niçois ». Gasiglia (2009 : XXII-XXV) met l’accent sur les provençalismes sémantiques, phonétiques, morphologiques, syntaxiques et graphiques du Dictionnaire de la langue niçoise. C’est ainsi que les particularités niçoises comme les proparoxytons ou la chute du [z] intervocalique tendent à être éliminées : dàrsena ‘darse’ disparaît devant darsa, ànima ‘âme’ (proparoxyton) est écrit anima (paroxyton) et uroua ‘heureuse’ est présentée comme étant urousa. Des termes de la Provence rhodanienne ou d’ailleurs sont introduits d’autorité dans le lexique niçois au hasard de la nomenclature du tdf. On ne comprend pas toujours quelle logique guide ces choix. Pourquoi chaìne60 ‘chêne’ ou d’abóusoun ‘à plat ventre’, dont les équivalents niçois (roure, euse, blaca, suve selon les variétés de chêne, à mourre-boucoun, à mourre-bouquet, à mourre-boucut pour ‘à plat ventre’) sont bien connus et encore employés de nos jours, ont-ils été sélectionnés, tandis que d’autres termes étaient éliminés ?

  • 61 Que même Eynaudi, qui provençalise à l’excès, n’avait pas osé relever.

41Compan procède de la même façon. C’est ce qui fait que l’on rencontre dans le Glossaire raisonné des emprunts au provençal (d’aquèst tèmp pour d’aquestou tèmp). En raison de l’évolution, déjà évoquée, de ses sources, Blaquièra provençalise son dictionnaire entre la première et la dernière édition. La version de 1985 (?) propose, à l’entrée couiner, les équivalents suivants : plourignà, labreà, belà. En 2003, les deux premiers ont disparu, le troisième n’apparaît qu’en dernier (en tant qu’expression figurée) après trois nouveaux venus : plourinejà, cridoulhà, plagnejà. Le premier est peut-être la forme d’occitan central correspondant à plourignà (< plourineà ?), le troisième présente lui aussi la caractéristique d’avoir la forme pleine du suffixe -ejà plus commune en Provence que celle -, très courante dans le Pays Niçois. On ne sait d’où provient cridoulhà. Entre les deux éditions, Blaquièra ajoute reboulì à rebulhì (entrée fermenter), sans s’apercevoir qu’il s’agit deux fois du même mot, dans ses formes respectivement rhodanienne et niçoise, augmente l’entrée ruminer avec la locution si bidoursà lou pensié, qu’il invente en associant le niçois pensié ‘pensée’ et le verbe provençal bidoursa ‘tortiller’61, introduit cacalause ‘colimaçon’, iruge ‘sangsue’, etc.

42Toscano, à son tour, met un point d’honneur à enrichir le niçois avec les autres dialectes et adapte sa langue aux habitudes occitanistes (bolegadissa, sègle, sessanten, manlevar). Dans la logique alibertine (assumée dès l’introduction) de dépassement des dialectes, de modernité et d’ouverture sur le monde, sa nomenclature est constituée d’une grande quantité de mots qui n’ont pas été rencontrés à Nice.

  • 62 Prononcé [yʃ], ce terme est impensable en niçois, dialecte qui ne connaît pas, contrairement aux pa (...)

43La langue des dictionnaires de niçois court donc le risque, à partir de 1930, de l’incohérence formelle. En intégrant des mots liguriens de la vallée de la Roya tel que usch62 ‘huis’, Castellana s’en rend bien compte et signale l’origine des lexèmes. Ses confrères n’ont pas tous autant de scrupules. L’intégrité phonologique et morphologique du niçois est mise à mal et perd en visibilité. Les dictionnaires arborent désormais un lexique déterritorialisé, influencés par les écoles de pensées qui insistent sur l’unité des parlers d’oc. Les deux ouvrages les plus surprenants par l’introduction massive (et non signalée dans les articles) de traits ou de lexique non niçois dans la langue qu’ils se proposent de décrire sont, de très loin, Eynaudi & Cappatti et Toscano. On les a situés, en les marquant d’une croix (sur un fond qui conserve le code couleur employé jusqu’ici), dans la frise chronologique ci-dessous :

A.R.

1828

J.-B. B.

1858

P.C.

1866

1868

J.-B. T.

1864

1878

J. P.

1894

J.-B. C.

1903

V.C.

19..

L.C.

1931

J.E.&L.C.

1931-1939

G.C.

1947

1952

J.G.

1968

A.C.

1967

J.B.

1985

2003

E. B.

2002

2014

R.T.

à p.

X

X

Frise chronologique

44Leur position dans l’histoire n’est sans doute pas le fait du hasard. Les deux fois, la dilution maximale des caractéristiques du parler urbain dans celles d’autres variétés (montagnardes ou, surtout, prestigieuses à l’échelle de l’Occitanie) coïncide avec l’implantation d’une nouvelle norme. Tout se passe comme si, pour marquer le territoire d’une nouvelle couleur idéologique, le premier grand recueil porteur de cette idéologie en faisait un peu trop, au risque de verser dans un certain excès. Ces deux répertoires joueraient donc le rôle de balises pour délimiter des grandes périodes dans la lexicographie niçoise. Reprenons donc le résultat des tableaux précédents à la lumière de cette observation.

45Le tableau suivant réunit l’ensemble des cases colorées des précédents tableaux. Tous les critères sont mêlés (la colonne de gauche les rappelle à l’aide des lettres L, G et S pour « langue », « graphie » et « sources ») et les influences de même couleur ont été regroupées.

A.R.

1828

J.-B. B.

1858

P.C.

1866

1868

J.-B. T.

1864

1878

J. P.

1894

J.-B. C.

1903

V.C.

19..

L.C.

1931

J.E.&L.C.

1931-1939

G.C.

1947

1952

J.G.

1968

A.C.

1967

J.B.

1985

2003

E. B.

2002

2014

R.T.

à p.

L

I

I

I

G

I

I

I

I

I

I

I

L

P

G

P

P

P

P

P

P

P

S

P

P

P

(P)

P

P

P

S

CN

CN

CN

CN

CN

L

O

G

(O)

(O)

(O)

O

O

S

O

Tableau synoptique 4

46Cette représentation rend les évolutions très visibles et confirme idéalement l’existence de paliers. 1931 marque une rupture nette. Le moment actuel également. La permanence du français et, naturellement, du niçois dans le temps nous a convaincu de ne pas les faire appa­raître dans le tableau. Mais la prise en compte de ces langues confirmerait que l’on se trouve actuellement à l’aube d’une nouvelle ère. Ce n’est qu’avec Toscano que le français disparaît en tant que métalangue au profit du niçois, même si celui-ci est en partie neutralisé dialectalement. Le projet de Toscano n’est, de plus, pas isolé dans ses choix. Bien que l’on développe un projet très différent et fondamentalement descriptif, la prise en compte des enseignements de l’alibertisme, celle d’une documentation occitane diverse, la recherche d’une plus grande autonomie du niçois face au français (et a fortiori de l’italien) nous semblent à nous aussi indispensables. C’est donc bien une nouvelle page de la lexicographie niçoise qui est en train de s’écrire.

6. Conclusion

  • 63 La graphie « ligurianisante » de Pierre Isnard et les articles linguistiques d’Eugène Ghis publiés (...)

47On conclura donc sur l’existence de trois périodes pour la lexicographie niçoise. Leurs caractéristiques principales se déduisent du dernier tableau. La première période part de la proto-lexicographie lancée par les naturalistes et se prolonge jusqu’au milieu de l’entre-deux-guerres. La Période 1 est celle d’une italianité relative et des réminiscences de l’ancienne tradition occitane. Le niçois y est étudié et décrit sans considération pour ses rapports avec les autres parlers de l’ensemble linguistique occitan auquel il appartient. La Période 2 correspond sans aucune contestation possible au règne félibréen, suivant l’exemple provençal de Frédéric Mistral. La Première Guerre Mondiale, en faisant combattre Niçois et Français dans le même camp, a peut-être été à l’origine de cette nouvelle ère. En dépit des résistances63, l’acceptation de l’unité occitane et de la provençalisation du niçois constitue indirectement un renforcement, voire la validation définitive, du lien culturel avec la patrie française. La Période 3, c’est celle des projets d’aujourd’hui et de demain. Elle annonce le temps de l’autonomie linguistique et d’une concurrence inédite (due à la montée en puissance de l’alibertisme) des normes dominantes dans la lexicographie niçoise.

  • 64 Il est possible que le sentiment de menace, qui arrive tardivement à Nice, et la vivacité du partic (...)

48Cette lexicographie, si elle n’a, réellement, que 150 ans, porte les traces d’un passé où Nice était politiquement séparée des pays d’oc. Il explique sans doute le retard systématique, même à l’époque contemporaine, des pratiques niçoises sur les modes du centre actif de la production occitane (Provence-Languedoc)64. Les manuscrits de Carles arrivent avec plus de 140 ans de retard sur l’œuvre (publiée, elle) de Pellas (1723) et 110 sur celle de Boissier de Sauvages (1756). Les premiers dictionnaires niçois de sensibilité mistralienne paraissent avec une cinquantaine d’années de retard sur le tdf. Le premier dictionnaire alibertin est encore en cours d’élaboration, alors même que toutes les autres régions occitanes sont déjà outillées.

49La dernière remarque qu’il est possible de faire est que le mistralisme, pendant plus de trois décennies, est allé de pair avec l’intérêt des lexicographes pour les parlers du Pays Niçois. Cet intérêt a faibli et le standard alibertin se renforce, comme partout, autour d’un usage référentiel pandialectal à base languedocienne. Aujourd’hui, la lexicographie niçoise doit se poser la question : veut-elle favoriser la description de la réalité linguistique locale, ou, au contraire, donner la priorité au combat politique et militant en greffant son objet sur une variété occitane centrale à l’artificialité assumée ? Auquel cas, que deviendront les mots de l’Arrière-Pays ? Et le niçois des dictionnaires, déjà imparfaitement représentatif de la pratique réelle, sera-t-il encore tout-à-fait du niçois ?

Haut de page

Bibliographie

Alibert Louis, 1966, Dictionnaire occitan français, Toulouse : I.E.O.

Arnoux Carle, 1940, Lou breviàri dóu gènt parla prouvençau, Toulon : Société nouvelle des imprimeries toulonnaises.

Barla Jean-Baptiste, 1859, Les champignons de la province de Nice et principalement les espèces comestibles, suspectes et vénéneuses, Nice : Serre, 1996.

Blaquièra Jean, [1985?], Dictionnaire français-nissart.

Blaquièra Jean, 2003, Dictionnaire français-niçois, Sophia Antipolis : Editions Campanile.

Boissier de Sauvages Pierre Augustin, 1756, Dictionnaire languedocien-françois, Nîmes.

Calvino Jean-Baptiste, 1903, Nouveau dictionnaire niçois-français, Nice : Imprimerie des Alpes-Maritimes.

Camous Louis, 1931, Lexique niçois-français-provençal, Nice : Librairie Verdollin-Castellani.

Carles Pietro, 1866, Piccolo vocabolario nizzardo-italiano, Ms.

Carles Pietro, 1868, Piccolo vocabolario italiano-nizzardo, Ms.

Castellana Georges, 1947, Dictionnaire français-niçois, Nice : Editions ludographiques françaises.

Castellana Georges, 1952, Dictionnaire niçois-français, Nice : S.N.E.P.

Compan André, 1967, Glossaire raisonné de la langue niçoise, Nice : Tiranty.

Dalbera Jean-Philippe, 1994, Les parlers des Alpes-Maritimes ; étude comparative, essai de reconstruction, Londres : AIEO.

Del Giudice Philippe, à paraître, Quel corpus pour l’étude du dialecte niçois ? (section 2 : « Un état de langue : le niçois urbain contemporain »).

Escola de Bellanda, 2002, Diciounari nissart-francés, Nice : Fédération des Associations du Comté de Nice & Serre.

Escola de Bellanda, 2014, Dictionnaire français-niçois, Nice : Serre.

Eynaudi Jules & Louis Cappatti, 1931-1939, Dictionnaire de la langue niçoise, Nice : Acadèmia Nissarda, 2009.

Fourquin Noël & Rigaud Philippe, 1993, De la nave au pointu ; glossaire nautique de la langue d’oc (Provence, Languedoc) ; des origines à nos jours, Saint-Tropez & Toulon : Capian & Objectif Mer.

Fourvières (de) Xavier, 1902, Lou pichot tresor ; dictionnaire provençal-français & français-provençal, Avignon : Roumanille.

Gasiglia Rémy, 2009, « Introduction au Dictionnaire de la langue niçoise », in Dictionnaire de la langue niçoise, Nice : Acadèmia Nissarda.

Giordan Joseph, 1968, Lexique complémentaire du parler de la ville de Nice et des pays environnants, Nice : Vincentelli.

Honnorat Simon-Jude, 1846-1848, Dictionnaire provençal-français ou dictionnaire de la langue d’oc, ancienne et moderne ; suivi d’un vocabulaire français-provençal, Digne : Repos.

Isnard Pierre, 1925, « Vignes et raisins niçois », Nice Historique, 1 & 3, 23-36 & 93-103

Isnard Pierre, 1928, « L’Olivier niçois », Nice Historique, 2, 34-38.

Isnard Pierre, 1937, Vocabulaire niçois d’histoire naturelle, Nice : Les Annales du Comté de Nice.

Isnard Pierre, 1959, « Liste des oiseaux utiles que l'on peut rencontrer dans les Alpes-Maritimes et dont la chasse, la capture et la destruction sont en tout temps interdits […] » in Bulletin de l'Association des Naturalistes de Nice et des Alpes-Maritimes, 5 & 6, 13-14 & 12-15

Isnard Pierre, 1963-1964, « Avifaune niçoise », in Riviéra scientifique, 49/50 & 51, 19-49 & 1-36.

Magnan André, 1938, Les noms de la montagne niçoise ; essai de toponymie alpine suivi d’un glossaire des noms topographiques les plus répandus dans les Hautes Vallées des Alpes Maritimes, Nice : Club Alpin Français.

Meyer-Lübke Wilhelm, 1911, Romanisches Etymologisches Wörterbuch, Heidelberg.

Mistral Frédéric, 1878-1886, Lou tresor dóu Felibrige ou dictionnaire provençal-français, Aix-en-Provence : Remondet-Aubin.

Pellas Sauveur-André, 1723, Dictionnaire provençal et françois, Avignon.

Pellegrini J., 1894, Premier essai d’un dictionnaire niçois, français, italien absolument nouveau et inédit, Nice : Imprimerie Robaudi Frères.

Risso Antoine, 1810, Ichtyologie de Nice ; ou histoire naturelle des poissons du département des Alpes Maritimes, Paris : F. Schoell.

Risso Antoine, 1816, Histoire naturelle des crustacés des environs de Nice, Paris : Librairie Grecque-latine-allemande.

Risso Antoine, 1826-1827, Histoire naturelle des principales productions de l’Europe méridionale, et particulièrement de celles des environs de Nice et des Alpes Maritimes, Paris & Strasbourg : Levrault.

Spitalieri de Cessole Victor, s.d.a, Projet de vocabulaire Niçois-Français, Ms.

Spitalieri de Cessole Victor, s.d.b, Projet de Vocabulari Français-Niçois, Ms.

Sumien Domergue, 2006, La standardisation pluricentrique de l’occitan : nouvel enjeu sociolinguistique, développement du lexique et de la morphologie, Turnhout : Brepols.

Toscano Reinat, à paraître, « Diccionari de lenga d’òc, d’après lo parlar niçard », http ://toscanoreinat.chez-alice.fr/diconi.html, consulté le 15/07/2020.

Toselli Jean-Baptiste, 1864, Rapport d’une conversation sur le dialecte niçois, Nice : Cauvin.

Toselli Jean-Baptiste, 1878, Recuei de 3176 prouverbi, sentensa, massima, conseu, parabola, buoi mot, precet & dict Nissart, Nice : Cauvin-Empereur.

Haut de page

Notes

1 Cf. notamment Risso (1810 ; 1816 ; 1826-1827) et Barla (1859). Voir également les listes plus tardives, mais de même nature, dans Isnard (1925 ; 1928 ; 1937 ; 1959 ; 1963-1964).

2 Toselli (1878).

3 Selon Lucien Mari, Trésorier de l’Acadèmia Nissarda (à qui appartient le manuscrit), qui a comparé l’écriture du lexique avec celle d’autres manuscrits. Notre reconnaissance va à M. Mari, grâce à qui nous avons pu consulter ce document.

4 On s’y référera comme Toscano (à paraître), mais le travail est déjà disponible au téléchargement en son état actuel d’avancement sur http://toscanoreinat.chez-alice.fr/diconi.html.

5 Elle était co-officielle depuis 1827, à côté de l’italien.

6 Mais l’une des premières versions du dictionnaire de Blaquièra portait sur la première de couverture la mention « langue d’oc, dialecte niçois ».

7 Castellana parle de « dialecte » et reconnaît des influences multiples.

8 Calvino reconnaît la continuité de la langue depuis Pellos (mathématicien du XVe siècle), mais n’émet aucun jugement sur la nature de la langue et son rapport à d’autres systèmes.

9 Sauf chez Toscano, dont la conviction occitaniste n’est jamais prise en défaut.

10 Il faut comprendre, au vu de remarques liminaires, qu’il s’agit des Ligures-Védiantins, des Grecs-Phocéens, des Sarrazins, des Romains, des Lombards, des Teutoniques, des Provençaux, des Français et d’autres « éléments étrangers ». À partir de la page 51, Toselli tient d’ailleurs à démontrer la ressemblance du niçois avec le français et l’italien.

11 « Il linguaggio che comunemente si usa in Nizza è un mescuglio del latino, italiano, aragonese, provenzale » (« le langage dont on use communément à Nice est un mélange de latin, d’italien, d’aragonais et de provençal »). Scaliero évoque également le languedocien et le catalan. Cela est connu d’après les citations de Toselli (1864 : 28).

12 Pellegrini (1894 : XII).

13 Pour se faire une meilleure idée de la variation dialectale en Pays Niçois, cf. Dalbera (1994).

14 On a cependant placé Giordan (1968) avant Compan (1967) pour mieux rendre compte de la période d’élaboration des lexiques. Afin de ne pas rendre plus disgracieux encore le tableau, on a décidé de ne pas y faire figurer Vieil. Sa prise en compte ne modifierait en rien les conclusions auxquelles on aboutit.

15 À moins qu’il ne faille considérer que le digramme ou (pour noter [u]) employé par Risso soit, chez lui, d’inspiration française. Barla hésite entre o et ou pour transcrire ce son. Il y aurait aussi l’emploi du tréma ou l’usage (extrêmement rare et accidentel) qui consiste à noter ou et non u le [w] de certaines diphtongues.

16 [t͡ʃ] noté <c> ou <ci> (au lieu de <ch>), [j] noté <j> ou <gli> (au lieu de <i> ou <lh>), [k] devant [e] et [i] noté <ch> au lieu de <qu>,…

17 Et même ó les [ˈu] (et ò les [ɔ], chez Carles), à l’image de ce que fera, plus tard, l’alibertisme.

18 De Pellegrini à Blaquièra est défendue l’idée que le niçois se lit tel qu’il est écrit et s’écrit comme on le prononce. En dépit de sa pratique de 1864, Toselli (1878 : XVII-XIX) veut noter exactement la prononciation et renonce donc aux -r finaux.

19 Ce n’est pas l’habitude de Pellegrini, qui laisse toutefois échapper, de temps à autre, un de ces -r.

20 Mais il ne recourt jamais au lh.

21 Au profit de h simple, ou de i, selon les cas. Lh ressurgit étrangement, à l’occasion.

22 Cf. Del Giudice (à paraître).

23 L’erreur, récurrente, est-elle typographique (oubli d’une cédille) ?

24 Cf. Isnard (1937 : 5), à propos des approximations linguistiques des naturalistes : « les dictionnaires dialectaux eux-mêmes reproduisent tous servilement ces erreurs et l’on ne peut leur accorder qu’une confiance très imitée ».

25 Inversement, Castellana interprète la peraça ‘bergeronnette’ de Risso comme étant [peʁˈatʃa], tandis que pour Eynaudi c’est [peʁˈasa]. Les auteurs ne connaissaient sans doute déjà plus ce mot. De nos jours, c’est balarina qui est employé partout dans le Comté.

26 Question graphique à part, on s’attendrait plutôt, au vu de l’équivalent français, à si counjoui.

27 Il y a néanmoins quelques hésitations pour les adverbes en -men / mèn (‘-ment’). Plutôt rares, elles sont sans doute symptomatiques d’une instabilité alors naissante.

28 Souvent réalisé [aʁˈiŋk] de nos jours.

29 Sauf pour candela que les autres dialectes ont refait en candèla.

30 Alors que Carles ne lui a vraisemblablement pas servi de source.

31 Concurrencé par le simple laua, dont le sens principal est ‘ardoise’.

32 Cet auteur signale toutefois avoir retrouvé le mot dans le lexique confidentiel de Scaliero.

33 Ils « ratent » ainsi un tournant important : la lexicographie niçoise continuera de les ignorer.

34 ‘Tablier’ se dit faudiéu. On trouve la forme faudalet chez Mistral (1878-1886).

35 Soit un dérivé régulier de fumaire ‘ce ou celui qui fume’.

36 Dérivé de nèu ‘neige’.

37 Composé à partir de espanà ‘essuyer’ et canon ‘canon’.

38 Calvino aussi connaît ce mot. Giordan l’a découvert à son tour par d’autres voies.

39 Dérivé de pougne ‘piquer’.

40 [ɛmpatajˈyt], empatalhut.

41 Honnorat identifie d’ailleurs dans son dictionnaire un radical Pat.

42 Patalhon en provençal.

43 On le connaît, par la pratique orale, à la forme réfléchie. Il a alors le sens ‘s’empêtrer’. Camous donne aussi empatagnat ‘crotté, englué’.

44 Pour son ouvrage de 1952, Castellana a dû rencontrer le terme chez un artisan puisqu’il l’introduit dans sa nomenclature. Dommage qu’il n’en fournisse que l’équivalent ambigu planer. En définitive, les dictionnaires de Castellana ne permettent pas de savoir comment se dit raboter en niçois. Blaquièra (2003), qui l’aura rencontré ailleurs, mentionne enfin planejà dans un dictionnaire français-niçois.

45 Pour donner d’autres exemples, Castellana oublie chez Camous arrap ‘accroc’ (Castellana donne pourtant arrapà ‘saisir, happer’), aspreà ‘aigrir’, arsenié ‘aubépine’, aufié ‘1. ouvrier en sparterie, 2. hableur’, etc.

46 Dans des proportions vraiment regrettables. Chez Rancher, le plus célèbres d’entre eux, on a relevé par exemple carc ‘charge physique ou morale’, comout ‘tas, quantité débordante’, papamanoli ‘genre de grosse bouteille’, mots absents des répertoires niçois. Seulement armé des dictionnaires, il est impossible de comprendre parfaitement les textes d’un auteur populaire comme Jouan Nicola.

47 Mais de manière désordonnée. À titre d’exemple, on ne retrouve nulle part l’ensemble des données lexicographiques publiées en 1921 par l’Acadèmia Nissarda dans Nice Historique..

48 Outre les proverbes internationaux qui ont été traduits.

49 Il y a tout lieu de penser, cependant, que les contemporains (les « amis qui lui sont venus en aide » évoqués dans la préface) cités dans le dictionnaire tenaient des informations de première main.

50 Cf. Boissier de Sauvages (1756) et ses rééditions.

51 Il s’agit d’un terme d’affection que l’on emploie pour s’adresser à un enfant, ou, éventuellement, à un adulte plus jeune que soi.

52 Sans même s’effaroucher des termes les plus obscènes. Il relève bouadura à l’entrée coït, seule attestation lexicographique de ce mot, et peut-être unique trace écrite du verbe grossier bouhà ‘baiser, faire l’amour’, employé abondamment par la population masculine du Vieux-Nice.

53 Sauf dans le cas des dictionnaires de l’Escola de Bellanda, où l’on ne repère aucun indice permettant de supposer des sources « étrangères ».

54 Ou très vaguement : « dans la montagne ».

55 Sur tout ce que doit le Dictionnaire de la langue niçoise au tdf, cf. Gasiglia (2009). Il conviendrait presque de dire qu’Eynaudi copie le tdf en l’appauvrissant pour l’adapter au niçois.

56 Des articles, comme celui d’embancare [sic] (ou embancar ), sont traduits du français et les citations repro­duites.

57 Ils témoignent d’un mouvement de « mondialisation » progressive de la lexicographie niçoise, mais aussi, d’une manière générale de son autonomie limitée.

58 Nom donné à plusieurs espèces de dauphins.

59 On trouve même dans les dictionnaires des gallicismes et des italianismes rares ou inexistants dans la pratique : machà ‘mâcher’ (pour mastegà) chez Eynaudi (cf. Gasiglia 2009), faire spechie ‘faire impression’ (de l’italien specie) chez Castellana. Pour Eynaudi, qui s’efforce de rompre avec la tradition italianisante au profit du français, cf. Gasiglia (2009 : XXV, XXI).

60 D’ailleurs mal orthographié.

61 Que même Eynaudi, qui provençalise à l’excès, n’avait pas osé relever.

62 Prononcé [yʃ], ce terme est impensable en niçois, dialecte qui ne connaît pas, contrairement aux parlers liguriens de cette vallée, de phonème [ʃ] (cf. Dalbera 1994 : 82-88).

63 La graphie « ligurianisante » de Pierre Isnard et les articles linguistiques d’Eugène Ghis publiés dans Les Annales du Comté de Nice sont particulièrement représentatifs du rejet, dans certains milieux, de la provençalisation.

64 Il est possible que le sentiment de menace, qui arrive tardivement à Nice, et la vivacité du particularisme (qui peut être hostile à l’esprit normalisateur de l’alibertisme) aient également joué un rôle dans ces retards.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Illustration 1 : Les trois colonnes du lexique de Camous
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/4573/img-1.png
Fichier image/png, 72k
Légende Illustration 2 : L’indication des sources chez Castellana
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/4573/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Illustration 3 : L’indication des localités (entre parenthèses) chez Giordan
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/4573/img-3.png
Fichier image/png, 56k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Del Giudice, « Périodisation sociolinguistique de la lexicographie dialectale niçoise »Lengas [En ligne], 87 | 2020, mis en ligne le 14 septembre 2020, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/lengas/4573 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lengas.4573

Haut de page

Auteur

Philippe Del Giudice

Université Côte d’Azur, cnrs, bcl (umr 7320)

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search