Navigation – Plan du site

AccueilNuméros87Compte renduCarmen Alén Garabato et Henri Boy...

Compte rendu

Carmen Alén Garabato et Henri Boyer, Le marché et la langue occitane au vingt-et-unième siècle : microactes glottopolitiques contre substitution.

Philippe Martel
Référence(s) :

Carmen Alén Garabato et Henri Boyer, Le marché et la langue occitane au vingt-et-unième siècle : microactes glottopolitiques contre substitution, Limoges, Lambert Lucas, 2020, 140 pp.

Texte intégral

1 Voilà un titre qui sonne comme un oxymore : le dieu Marché, le maître de nos vies, associé au patois qui sert à parler aux bêtes ? Il y aurait un espace, si réduit soit-il, pour l’occitan, tel qu’ il est aujourd’hui, dans la modernité ambiante ? Les deux auteurs, ensemble ou chacun de leur côté, sont familiers de cette question, comme le prouve leur bibliographie : entre monde de la publicité, monde d’internet, périodiques en langue d’oc, témoignages d’anciens des écoles calandreta, ils ont bel et bien exploré un certain nombre des lieux où une certaine présence de l’occitan peut s’observer. aujourd’hui, loin des campagnes profondes. Du coup, ils ont raison de reproduire en annexe l’article que Henri Boyer consacrait déjà en 1984 dans la (regrettée) revue Amiras/Repères à la dénomination des entreprises en pays d’oc, comme celui de Carmen Alén Garabato en 2007 à propos de Béziers, en quelque sorte comme une revisite du même sujet.

2 Le présent ouvrage est issu d’une recherche de terrain entamée en 2017 dans diverses zones de la nouvelle région dite « Occitanie », de Toulouse et de l’Ariège au Gard, auprès des dirigeants de quelques entreprises (22 au total) utilisant dans leur communication commerciale des éléments de culture d’oc, en particulier la langue. L’idée de départ : pourquoi des acteurs du monde économique éprouvent-ils le besoin d’ancrer les produits qu’ils commercialisent dans un contexte culturel bien précis, alors même que dans le cas de l’occitan, la situation de la langue dans les usages sociaux, après des siècles de minoration d’abord, de minorisation ensuite, est plus que compromise. Et pourquoi, alors que le sens commun renvoie volontiers la culture d’oc au seul registre de la patrimonialisation, ces acteurs jouent-ils la carte de la marchandisation ? Autant de concepts, qui, avec d’autres, relevent autant de la sociolinguistique traditionnelle que de l’ethnosociosémiotique (« glottopolitique », plus large que « politique linguistique », « identitèmes », pour les mots chargés d’un sens identitaire au delà de leur signification initiale, « normalisation » et « normativisation »), et font l’objet d’un premier chapitre théorique.

3 Les auteurs font ensuite le point sur ce que l’on peut savoir aujourd’hui de la situation de l’occitanophonie, à partir de diverses enquêtes par sondage depuis 1991 (y compris la dernière, pilotée par l’Office Public de la Langue Occitane dans les deux régions Nouvelle Aquitaine et « Occitanie »), ou à partir de chiffres concernant certains secteurs (l’enseignement notamment – on note à ce propos que les seuls chiffres auxquels l’Education nationale fournit l’accès remontent à 2012 : ceux qui connaissent un peu le problème savent que cette administration est le plus souvent incapable de donner des éléments concrets sur l’impact de l’enseignement des langues régionales, faute d’intérêt, peut-être). Sans surprise, et, dans le cas des sondages, quel que soit le crédit qu’on peut accorder à des enquêtes réalisées en ordre dispersé dans les diverses régions occitanes sans concertation ni protocole commun, les auteurs constatent que l’usage de l’occitan, réservé désormais soit aux derniers locuteurs natifs, soit à des néo-locuteurs plus ou moins à l’aise dans le maniement de la langue, est aujourd’hui résiduel : on ne peut plus parler de l’occitan comme langue d’une société globale (ce n’est certes pas un phénomène récent) mais bien plutôt d’une langue de réseaux. Et les auteurs nous rappellent, à juste titre, que le contact des langues dans la zone « occitane » ne se limite pas, ou plus, au couple occitan/français, mais qu’il faut faire intervenir un autre partenaire, le francitan. Mais sur ce point, les lecteurs de Lengas sont largement informés, et de longue date.

4 Quelle est la visibilité en société de la question de la langue ? Un test peut être fourni par les débats autour de la Charte des langues moins répandues portée par le conseil de l’Europe, et que la France, après l’avoir signée il y a vingt ans, n’a toujours pas ratifiée. Les sondages (encore...)réalisés aux moments où la question fait vraiment l’objet de controverses publiques confirment un paradoxe : alors même que la majorité des sondés se déclare favorable à la ratification, les gouvernements successifs manifestent au contraire une profonde réticence. Au passage : il vaut mieux ne pas trop tirer de conclusions du décalage entre les réponses fournies en 1999 et 2015 qui montre une poussée des « contre » de 19 à 28 % ; la question posée n’est pas la même. En 99 il était question de la ratification de la charte dont peu de gens connaissaient la nature exacte, en 2015 c’est bel et bien d’une «  reconnaissance officielle » des langues régionales qu’il est question, autrement dit de quelque chose de concret. Par ailleurs, ce qu’indiquent ces sondages, y compris celui de l’OPLO (90 % des 8000 sondés favorables à une meilleure prise en compte de l’occitan!) c’est sans doute moins un engagement effectif (nous allons réapprendre la langue et nous battre pour elle, promis) qu’une bienveillance qui ne coûte pas cher : sinon, ça se saurait.

5 De toute façon, ce qui apparaît en fin de compte c’est la faiblesse des mesures en faveur des langues régionales venues d’en haut, des institutions d’État. Et par suite, c’est d’en bas, des associations et des réseaux que peuvent venir les initiatives glottopolitiques au service de la préservation de la langue d’oc. Sauf que ce que vont précisément montrer les auteurs, c’est qu’il ne s’agit pas seulement de réseaux de militants culturels dont l’impact sur la société globale est épisodique, mais aussi d’acteurs du monde économique attentifs à jouer sur la « glocalisation », voire la « terroirisation » (le premier terme renvoyant, me semble-t-il, à une stratégie plus élaborée). C’est là que la question de l’utilisation de la référence occitane dans la communication et la publicité prend tout son sens. Les auteurs rappellent les quelques tentatives, émanant du milieu militant en dernière instance, mais avec le soutien de la Région Languedoc-Roussillon, pour favoriser cette utilisation sur une vaste échelle, avec cette enquête menée en 1995 sur toutes les entreprises de la région, ou avec ce Service de la Langue occitane hébergé, un temps, par l’université Paul-Valéry. Faute de vrais relais, et d’une vraie visibilité, ces initiatives ont eu peu d’impact.

6 Et pourtant, l’occitan peut fonctionner dans ce registre publicitaire. Il y a la communication de certains pouvoirs locaux (une place est faite ici au département du Tarn, « coeur d’Occitanie », et il y a d’autres exemples disponibles). Il peut s’agir, comme dans ce dernier cas, de l’utilisation de « oc », « Occitanie », ou carrément, de mots et de formules en francitan, ou en occitan, des « lambeaux de langue » pour reprendre la formule de Philippe Gardy citée par les auteurs. L’ouvrage offre au lecteur un certain nombre d’illustrations assez parlantes, comme ces affiches tarnaises associant chaque ville du département à un mot francitan (« poutouner, espanter, toupiner ») obligeamment traduit. Il fournit aussi, p.57 un tableau des mots occitans les plus utilisés dans les dénominations d’entreprises, de Tolosa, tolosan à coustelou (côtelette), en passant par oustau, cigalon, solelh, pastrou, mas, calèu…). Ou ce cantou qui, par ailleurs, sert dans certains EHPAD à désigner le secteur réservé aux pensionnaires atteints d’Alzheimer, y compris dans des zones où on attendrait plutôt cantoun  : la circulation des mots d’oc prend parfois d’étranges chemins… Sans oublier l’emploi du suffixe diminutif -ou, oun. On remarque au passage que ces mots renvoient à un champ sémantique bien particulier, soit celui de la proximité (aqui, païs) soit à celui de la ruralité. II est évident que le recours au référent « identitaire » vaut surtout pour certains types d’activité : l’essentiel des personnes interviewées au cours de l’enquête se trouve être lié au monde de la vigne ( la bière artisanale n’est pas absente) ou de la restauration, bref à ce qui se boit et se mange. Et comme il n’y a pas de hasard, cela correspond au type de produits vantés par les publicités télévisées mobilisant la dimension « Midi » (soleil, cigales, grand-père aux mains rugueuses et à l’accent chantant, coiffé d’un béret ou d’un vieux chapeau, etc.) Rien d’équivalent pour des entreprises comme Airbus à Toulouse, ou IBM dans ses années glorieuses à Montpellier, bien sûr.

7 Ces lambeaux de langue, ceux qui les utilisent les maîtrisent plus ou moins, voire n’hésitent pas à en inventer. Passons sur des diminutifs du type estelou (= « le petit » étoile) ou ce « lou vachou » qui ne correspond à rien dans la langue réelle, sauf peut-être dans l’extrême nord de la Lozère et encore. On note aussi que pour certains utilisateurs, la notion de « langue locale » peut être prise avec une certaine liberté : d’où cet emploi de l’article lo, lou, dans des zones (Haute-Garonne, Ariège, une partie de l’Aude) où on attendrait plutôt des formes de type lé. Mais lou fait indiscutablement plus « Midi ». Ou ce « fet à la ma », (fait à la main), à Saint-Girons où on attendrait plutôt « het a la ma » (fet renvoie plutôt à l’ouest du département de l’Ariège) : mais pour qui ignore le passage gascon de /f/ a /h/, fet est quand même plus aisément déchiffrable.

8 Le vrai problème que rencontrent ceux qui veulent mettre de l’occitan dans leur communication est la graphie. Là dessus, l’ouvrage offre une gamme de solutions assez large, traduisant de fait le désarroi de gens qui ne savent pas trop comment écrire y compris des mots qu’ils connaissent oralement. La circulation de plusieurs modèles écrits disponibles ne simplifie pas la situation, et on trouve de beaux exemples d’hybridation sauvage, comme cette patcha de Laissac en Aveyron, produit de l’union incestueuse entre une version « classique » (pacha) et une version plus phonétique (patcho).

9 Tout à fait passionnants sont par ailleurs les entretiens transcrits par les auteurs, qui permettent, au-delà de ce qui est affiché, de comprendre, au moins dans certains cas, pourquoi c’est affiché. On trouve là des arguments assez attendus : la référence nostalgique et affectueuse au souvenir du grand-père (toujours lui...), la revendication d’un enracinement parfois multiséculaire (celui qui fait remonter sa généalogie jusqu’en 1490), l’amour du « pays », même quand on a vécu ailleurs ou qu’on a parcouru le monde. L’affectif croise ici aussi bien un certain sens commun largement diffusé (la globalisation amène en retour la référence au local familier, un cliché que l’on trouve d’ailleurs déjà au XIXe siècle mais qui passe toujours pour judicieusement moderne) que l’intérêt bien compris : la communication autour du produit joue précisément sur l’enracinement et l’authenticité, teintée de pittoresque, et garantie par l’emploi de la langue du lieu.

10 Voilà qui peut sembler banal. Ce qui l’est moins c’est que ceux qui tiennent ces propos ne sont pas forcément des indigènes « de souche » : l’argumentaire peut être développé par tel qui vient de Bretagne ou de Lorraine, ou du Maroc. Par ailleurs, il n’est pas fourni, clé en main, par telle ou telle agence professionnelle de « communicants » à l’esprit éveillé, mais revendiqué comme une trouvaille personnelle dont on n’est pas peu fier. Et beaucoup des acteurs interrogés, loin d’être enfermés dans une forme d’archaïsme paysan, sont au contraire, dans leur démarche professionnelle, clairement du côté de l’avant-garde, de la biodynamique ou de l’agriculture raisonnée, avec une touche, éventuellement d’altermondialisme revendiqué. Et, si on examine à présent la façon dont ils utilisent l’occitan, on constate une connaissance réelle de la langue, même si peu sont en mesure de la pratiquer vraiment. Voire même une connaissance de la culture qui va avec la langue : certains ont eu un contact avec le monde militant, ou avec l’enseignement, ils ont sous la main le dictionnaire qui leur permet de graphier « correctement », car ils ont le sentiment qu’on ne joue pas avec l’écriture de la langue. On note ici, et ce doit être assez nouveau, comment le discours des professionnels de l’occitan à quelque peu perfusé dans certains secteurs de la société locale, ce qui n’était pas gagné dans les années 70, quand pour bien des habitants de la région, « occitan » et « Occitanie » renvoyaient l’image de militants chevelus et radicaux, peu séduisants en tout état de cause.

11 Signe qu’il se passe quelque chose, et qu’on est de toute façon, au niveau des représentations ambiantes, en train de sortir du vieux monde diglossique ? Sans doute. Les auteurs notent qu’à Béziers, ville qu’ils connaissent bien, pour ce qui est de la dénomination des entreprises incluant une dimension identitaire, on est passé de 8,4 % du total en 1984 à 11 % en 2006.

12 Ceci étant, il convient de ne pas exagérer : 11 %, c’est peu. Et le dépouillement des dénominations des 258 000 entreprises de la région en 2016 révèle que seules 0,36 % utilisent « Oc » ou « Occitanie », tandis que 0, 35 % ont recours à l’occitan ou au francitan. 22 « entrepreneurs » cités dans l’ouvrage : il y en a sans doute d’autres, mais probablement pas des dizaines de milliers. Bref, une hirondelle, (ou une calandreta...), ne font pas le printemps. Pour dire les choses simplement, le badaud attentif aux langues figurant sur les affiches publicitaires de sa ville rencontrera moins souvent l’occitan que... l’anglais, signe peut-être que le conflit diglossique change de victime, et que le français, dans cette configuration nouvelle, risque fort de se retrouver du mauvais côté, ce qu’il est permis de trouver assez savoureux, non sans un peu de Schadenfreude. Il conviendrait par ailleurs (mais on ne saurait reprocher aux auteurs de ne pas avoir eu les moyens de le faire) d’élargir l’enquête aux autres régions de l’aire occitanophone, ne serait-ce que pour mesurer l’impact du rétrécissement de l’emploi du désignant Occitanie à une seule de ces régions (les auteurs évoquent d’ailleurs le problème). On comprend de toute façon qu’ils aient choisi de parler de microactes glottopolitiques. On est loin de la « revitalisation » rêvée par certains. Mais en revanche, la « mort qui n’en finit pas » de l’occitan, pour citer René Merle, continue de ne pas finir. Et sa survie se niche dans des endroits qui ne sont pas ceux auxquels on pense le plus spontanément. De ce point de vue, l’apport du petit livre de Henri Boyer et Carmen Alén Garabato est assez fondamental.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Martel, « Carmen Alén Garabato et Henri Boyer, Le marché et la langue occitane au vingt-et-unième siècle : microactes glottopolitiques contre substitution. »Lengas [En ligne], 87 | 2020, mis en ligne le 18 août 2020, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/lengas/4631 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lengas.4631

Haut de page

Auteur

Philippe Martel

Université Paul-Valéry, Montpellier 3

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search