Navigation – Plan du site

AccueilNuméros60Politiques linguistiques et front...« Tsiganite na sapun, Tsiganite n...

Politiques linguistiques et frontières dans les pays de l'est et de l'ex-Union soviétique (II)

« Tsiganite na sapun, Tsiganite na Saturn » Quelques notes à propos des discours sur les Roms en Bulgarie1

Cécile Canut

Texte intégral

  • 1 L’ensemble des informations présentées dans ce texte proviennent d’une première approche de terrain (...)

1Si, depuis la chute du parti communiste bulgare et de celle de Todor Jivkov, en 1989, la question des « minorités » n’a pas suscité de réelle politique en Bulgarie, elle fait l’objet depuis quelques mois d’une vive polémique dans la société civile, parallèlement au processus d’entrée dans l’Union européenne dont une des grandes priorités reste, à l’inverse, celle du règlement de la « question des minorités ».

2Longtemps focalisée sur la place des Turcs dont le parti politique Mouvement pour les droits et libertés, dirigé par Ahmed Dogan, a su unifier les revendications sociales et s’imposer dans le paysage politique bulgare, la prise en compte des groupes (Roms, Arméniens, Juifs...) par le politique est relativement faible. Si nombre d’entre eux subissent les conséquences économiques dramatiques de la « démocratisation », souvent assimilée dans les imaginaires au passage à l’économie libérale, il n’a pas été fait de différences de traitement avec le reste de la population bulgare dont une grande partie vit aussi dans la précarité. Le terme « minorité », tout comme celui d’« ethnie », a d’ailleurs été souvent évité dans les textes politiques afin de conduire à une intégration rapide de toutes les composantes, sans distinction, à la nation bulgare. L’entrée dans l’Europe a depuis peu changé cette optique qui s’appuyait sur le refoulement d’un passé douloureux lorsque dans les années quatre-vingt le nationalisme de Todor Jivkov avait abouti à la bulgarisation des noms turcs et musulmans (pomaks ou tsiganes) et à une discrimination forte au niveau culturel et linguistique (interdiction de parler la langue turque par exemple). Ce refoulement est probablement aussi à l’origine de la stabilité du pays qui ne tomba pas dans le piège des « conflits ethniques » à l’origine de l’explosion yougoslave. Cette fragile stabilité semble aujourd’hui mise à mal sous l’effet de plusieurs facteurs : la politique anti-discrimination de l’Europe qui impose des mesures en faveur des minorités, le passage brutal au libéralisme et à de nouvelles valeurs marchandes ainsi que les conséquences sociales et économiques qu’elles produisent.

  • 2 Sur tous ces points voir l’article de Gueorgui Jetchev, ici même.
  • 3 Huit pays réunis dans la capitale bulgare le 2 février 2005, à l’initiative de la Banque mondiale e (...)

3Conformément aux directives européennes et plus précisément à la Convention-cadre pour la protection des minorités nationales, la politique bulgare s’efforce, depuis 1998, de tenir compte des spécificités de toutes les populations présentes sur le territoire. Si les textes2 marquent un pas en ce sens, ils sont pour l’instant suivis de très faibles mesures sur le terrain. Toutefois, la « mise en frontières » des groupes à travers l’adoption des discours ethnicistes et essentialistes s’inscrit progressivement dans le paysage social bulgare. Si les O.N.G., souvent financées par des institutions internationales, tentent de concrétiser des actions en direction des « minorités », notamment des Roms, elles imposent paradoxalement de nouvelles catégorisations en termes ethniques et cimentent des oppositions qui demeuraient jusque-là non conflictuelles. Le lancement d’une lutte contre la discrimination des Roms à travers la « décennie des Roms3 » financée par l’U.N.D.P. (United Nations Development Programme), la Banque mondiale et l’institut de George Soros (Open Society Institute), accentuera probablement cette prise en charge extérieure.

  • 4 S. Kostova soutient qu’il suffit d’être bon pédagogue, presque intuitivement, pour que les Roms étu (...)
  • 5 Pour éviter la ghettoïsation des écoles dans les quartiers roms, les enfants sont dispersés par gro (...)
  • 6 La terminologie « Bulgares » est dans les faits extrêmement perverse puisqu’il faudrait en fait à c (...)

4Du point de vue linguistique, les directives officielles visant à octroyer aux Turcs la possibilité d’étudier dans leur langue « maternelle » ou, à l’inverse, visant à la « déségrégation » des écoles roms, ne s’accompagnent d’aucune médiation sociale réelle. Cette politique conduit, surtout pour les Roms, à des échecs d’autant qu’elle ne fait pas l’objet d’un consensus chez les intellectuels roms. Si, par exemple, Stella Kostova, responsable de l’institut Romska Mladejka Organisation à Sliven, défend le projet de déségrégation dans une optique à la fois intégrative et culturaliste4, Hristo Kuytchukov, directeur de la formation universitaire de la Faculté de pédagogie scolaire primaire et langue rom (Načalna uchilištna pedagogika i romski ezik) de Veliko Tarnovo, opte pour une approche différente. Face à la politique des écoles mixtes5, qui conduit selon lui à une assimilation, il privilégie une politique d’intégration par le bilinguisme scolaire (rom/bulgare). Cette perspective se heurte toutefois à l’absence et à la grande difficulté de standardisation des parlers roms, dont la variation est extrêmement forte en Bulgarie comme ailleurs. À la fois culturaliste et universaliste (H. Kuytchukov appelle les Roms à apprendre ou conserver leur langue mais aussi à apprendre l’anglais), cette optique résulte du positionnement de la récente élite rom dont les modes de vie plus ou moins calqués sur les élites bulgares ou internationales provoquent des bouleversements souvent difficiles à négocier. Considérés (et souvent rejetés) comme « Tsiganes » par les « Bulgares6 » et comme « bulgarisés » par les Roms, ils tentent de se faire une place dans ce qu’ils considèrent être un entre-deux. L’instabilité de cette position les conduit à privilégier une dimension culturaliste dans les discours à travers un repli de type « identitaire », en revalorisant un « patrimoine » culturel et linguistique dit « rom », fantasme d’une homogénéité référée au mythe de l’origine. Ainsi, chaque année, l’ensemble des étudiants de la Faculté de pédagogie scolaire primaire et langue rom organise des « expéditions » dans des villages roms afin de collecter des chansons, des récits d’origine, des entretiens sur la « tradition » rom. Paradoxalement, ils sont confrontés à l’extrême variation des modes sociaux, des pratiques langagières et des positionnements subjectifs des Roms empêchant toute unification, toute homogénéisation ethnographique. Les réticences auxquelles ils doivent faire face sur les terrains d’enquête sont la marque même d’une grande pluralité dans les identifications. D’un côté, cette élite se définit, selon une configuration identitaire, comme « Roms » à travers les catégories homogénéisantes extérieures imposées par les « Bulgares » vis-à-vis desquels ils se positionnent, avec la volonté toutefois d’infirmer la relation de domination en adoptant l’ethnonyme « Roms » à vocation internationale contre celui, plus dévalorisant, de « Tsiganes ». De l’autre, les locuteurs qu’ils rencontrent ou qu’ils interrogent montrent, eux, une bien plus grande complexité dans les définitions intersubjectives et souvent bien peu d’intérêt pour le « folklore » rom. Le rôle des lieux de provenance, des dates d’arrivée en Bulgarie, des dates de sédentarisation, des activités professionnelles, de l’appartenance aux quartiers, de la religion, etc., sont des facteurs sociaux (Williams, 2001) bien plus déterminants dans les identifications des groupes qui les différencient et les opposent non seulement aux Bulgares mais aussi entre eux. À la différence des étudiants ou des enseignants, leurs préoccupations sont bien moins politiques qu’économiques ou sociales.

  • 7 D. K., jeune étudiant rom de la faculté de Véliko Tornavo mais vivant à Sliven explique qu’il doit (...)
  • 8 Cette volonté d’homogénéisation est pourtant largement défendue par un certain nombre d’intellectue (...)

5Le figement identitaire autour du dénominateur commun et unifiant « Rom » ne vaut donc que pour cette élite qui tente de revaloriser une population discriminée depuis des décennies, dans une perspective explicitement politique. Son implication politique et son intégration au modèle bulgare (marque de la réussite économique) suscitent toutefois une certaine méfiance de la part de leurs pairs souffrant de grande pauvreté. S’ils sont conscients de la fragilité de leur place7 et de l’impossibilité de souscrire à l’idée d’une nation rom8, les nouveaux intellectuels roms en Bulgarie jouent toutefois un rôle majeur pour l’évolution des relations entre les « Roms » et les « Bulgares », d’autant qu’un fait nouveau est apparu lors des dernières élections parlementaires du 25 juin 2005 : l’explosion d’un parti d’extrême droite jusque-là très minoritaire, Ataka, qui a recueilli 8 % des votes des Bulgares et devient ainsi la troisième force du pays.

  • 9 Peu de conflits ont émaillé la vie sociale en Bulgarie ces dernières années : notons par exemple la (...)

6Cette nouvelle donne dans le paysage politique bulgare, si elle était peut-être prévisible, bouleverse l’ensemble de l’équilibre précaire sur lequel reposait une relative tolérance des groupes entre eux. Si les discours contre les Tsiganes (et dans une moindre mesure contre les Turcs) imprègnent les discussions quotidiennes de certains Bulgares depuis très longtemps9, la légitimation politique et sociale de leur profération par l’intermédiaire d’un parti et leur médiatisation publique à travers la chaîne privée SKAT qui, depuis un an, ouvre dix minutes de son temps d’antenne quotidien au leader de Ataka Volen Siderov, a un effet direct sur la vie publique. L’évocation récurrente de ce parti, quels qu’en soient les positionnements des locuteurs, indique bien que la Bulgarie entre dans une nouvelle phase politique de son histoire alors qu’elle avait échappé jusque-là aux spectres de « l’ethnicisme » ou de ce que les extrémistes, relayés par les médias, nomment ouvertement aujourd’hui les « conflits ethniques ».

  • 10 V. M., discussion à Batovo, 02-08-05.

7Le discours du parti Ataka (c’est-à-dire « À l’attaque ») s’inscrit très explicitement dans la continuité de ce que le fascisme a produit de pire en Europe : le signe de ralliement en est, par exemple, le salut hitlérien. En utilisant tous les moyens modernes de diffusion et de médiation (site internet, journal bi-hebdomadaire, télévision câblée, etc.), Ataka revendique la transparence en décrivant minutieusement la corruption politique qui sévit dans l’ensemble de la classe politique. L’attrait pour ce « discours vrai », selon de nombreux Bulgares que nous avons rencontrés, « parce qu’ils disent enfin ce que nous voulons entendre10 », se double d’une fascination pour la personnalité de Volen Siderov, leader charismatique dont les discours nationalistes se caractérisent essentiellement par des slogans et des images fortes : « La Bulgarie au-dessus de tout ! La Bulgarie aux Bulgares ! », « Pour une Bulgarie forte ! », « Il faut nous rendre notre terre ! », « Rendons-nous la Bulgarie ! » Dans leurs meetings ou sur leur site Internet, très complet, on peut entendre par exemple le gingle du parti : le son des trompettes pour le ralliement des troupes avant l’attaque. Outre la « purification du système politique », les thèmes de prédilection de Ataka sont la lutte contre le « terrorisme tsigane » et les « cochons de Turcs » (à propos des ministres turcs). L’antisémitisme affiché de Volen Siderov dans un article du site Internet a été par contre rapidement enlevé suite à un tollé de certains membres de la communauté internationale. L’optique anti-européenne, anti-onusienne et raciste est clairement évoquée : la « détsiganisation » de la Bulgarie et la nationalisation des Turcs (le retour à la bulgarisation des noms turcs et l’interdiction des langues autres que le bulgare ont été évoqués par Volen Siderov au lendemain des élections) constituent deux thèmes de prédilection de Ataka (un troisième concerne la question des terres bulgares achetées par des étrangers). L’incitation à la haine et la légitimation publique de ce discours a eu, dès le mois de juin, des effets immédiats : la tension est montée des deux côtés, cristallisant des positions jusque-là relativement tolérantes même si les difficultés économiques grandissantes, le bouleversement suscité par l’entrée dans l’Union européenne et le repli nationaliste menacent le fragile équilibre sous-tendu par un respect mutuel.

8Outre quelques faits divers que les médias, la plupart très populistes, se sont empressés de relater dans les plus petits détails, déclarant le début des « conflits ethniques », la peur semble régir les comportements de tous : d’un côté les « Bulgares » craignent les représailles des « Tsiganes », de l’autre, les « Roms » craignent d’être discriminés et accusés sans cesse. N.U., étudiante, explique combien cette tension est aujourd’hui perceptible dans les bus de Sofia par exemple : alors que les regards méfiants des « Bulgares » se multiplient, certains Roms sont très mal à l’aise et s’excusent mille fois s’ils frôlent la main d’un « Bulgare » par exemple.

  • 11 Selon les sondages présentés par F Frison-Roche. dans « Qui a gagné les élections législatives du 2 (...)

9Les difficultés sociales et économiques grandissantes dans l’ensemble de la population depuis la chute du communisme (que la plupart des Roms regrettent d’ailleurs puisqu’ils avaient « au moins un travail ») sont, entre autres, à l’origine de la poussée extrémiste. Mais le bouleversement occasionné par l’entrée dans l’Europe n’en est pas moins un facteur déterminant. Le discours dominant et l’inclination du gouvernement à se plier à toutes les mesures exigées par Bruxelles remettent en cause la notion « d’identité nationale », laquelle reposait déjà sur un sentiment général très complexé d’une « petite nation » ou d’une « jeune nation ». La plupart des personnes qui se sont tournées vers Ataka ne sont pas des racistes par nature, ni des fascistes par vocation : elles sont des hommes et des femmes plutôt jeunes, ayant fait des études11 et qui, tout à coup, se trouvent confrontés à la question de la nation (« C’est quoi être Bulgare ? » répète D. H.). Profondément troublés, leur préoccupation première devient d’une part celle de leur place au sein d’un monde « globalisé » dans lequel on vient de les « jeter » et, d’autre part, celle de leur survie économique dans une course qu’ils ne comprennent pas toujours mais qui fait des heureux, à côté de chez eux. Si ces « gagnants » sont parfois Turcs ou Tsiganes (lorsqu’ils immigrent en Europe de l’Ouest quelques mois par an par exemple), c’est tout le fragile équilibre social qui s’écroule... Et lorsque l’Europe demande que des efforts soient faits pour les « minorités », le nationalisme devient un refuge possible.

  • 12 On trouve aussi l’expression « Les Tsiganes au four », (Mangalakova, 2002).
  • 13 D. H., 10-08-05 (Pechtera).

10L’instrumentalisation de ce trouble par le politique ne peut que toucher immédiatement à son but : comme dans tout discours nationaliste et fasciste, la manipulation des esprits passe par la recherche de boucs émissaires. Pourtant l’incohérence domine entre les discours et les pratiques : un Bulgare peut à la fois admirer Aziz, chanteur Rom (de musique Tchalga) très populaire en Bulgarie, et déclarer : « Que les Tsiganes rentrent en Roumanie ! » ou « Les Tsiganes en savon ! » (Tsiganite na sapun12). Un autre13 nous avoue avoir voter pour Ataka tout en déclarant que, dans son village, les « Tsiganes » sont très bien et que, même avec Ataka, il ne leur arrivera rien.

  • 14 Il y a quelque temps encore, les Roms très pauvres passaient dans les maisons où les Bulgares leur (...)
  • 15 Très vite, le nom de Volen Siderov a été détourné en Bolen Liderov, signifiant « le leader malade » (...)
  • 16 La confusion entre Romali (terre des Roms) et Roumanie est très fréquente. De nombreux Bulgares pen (...)
  • 17 Discussion avec D. N., à Pechtera (11-08-05).

11Certes, ce type de discours émane de représentations issues d’une formation discursive ancienne en Europe : depuis l’enfance, les « Bulgares » sont habitués à entendre des expressions comme « sale comme un Tsigane », « voleur comme un Tsigane », « si tu n’es pas sage, je vais te donner au Tsigane14 », etc. N.U. évoque aussi certains écriteaux sur les tables d’école lorsqu’elle était élève : « Je cherche des Tsiganes pour faire des essais nucléaires ». Aujourd’hui, l’expression très récurrente de « Les Tsiganes en savon ! » (Tsiganite na sapun !) s’est transformée en « Les Tsiganes sur Saturne ! » (Tsiganite na Saturn!) : selon les propos rapportés de N.U., les locuteurs évoquent la nécessité de ne plus voir aucun Tsigane et puisque le savon est encore sur Terre, il faut les envoyer sur une autre planète. Ces propos ne sont, bien entendu, pas réitérés par tous les Bulgares, nombreuses personnes que nous avons rencontrées condamnent ces discours15 et beaucoup sont alarmées par la montée de Ataka. La complexité des propos ne légitime toutefois aucune opposition systématique entre deux types de discours : une grande partie des Bulgares, même s’ils ne votent pas pour Ataka, disent comprendre l’exaspération générale. Les points les plus souvent évoqués concernent les méfaits de certains Roms (vols, agressions, ...) et les aides sociales attribuées aux Roms qui « ne travaillent pas », « qui passent leur temps à boire », « qui volent », « qui vont devenir de plus en plus nombreux », « qui vont finir par nous dominer », etc. Outre l’homogénéisation opérée sous l’étiquette ethnique « Tsiganes », la question centrale touche à la nation bulgare « menacée » par l’expansion des « minorités » tsiganes ou turques : M., un jeune garçon de Batovo, déclare que la Bulgarie va devenir la « Romalia16 ». La peur qu’un Tsigane ou un Turc devienne maire du village, « puisqu’ils ont déjà des conseillers municipaux17 », ou prenne le pouvoir au niveau national, est récemment renforcée par le rôle joué par l’Union européenne dans la défense des minorités. Le fait que beaucoup d’intellectuels roms travaillent avec des institutions européennes, ou des O.N.G. internationales, dans le domaine de la discrimination et de la défense des droits des minorités, renforce ce sentiment d’injustice : « Avant de penser à leurs droits ils doivent penser à leurs devoirs ! » répète-t-on.

  • 18 Anna Zarkova, « Shpitkomandi... Grentsi », Truden, 6 aout 2005, p. 10.
  • 19 Les chiffres varient selon les sources et les enquêtes dont on ne sait presque rien des modalités d (...)

12Un seul article de la presse18 récent tente d’analyser les causes profondes de la montée des tensions dans le pays : le Gouvernement depuis 1989 n’a rien fait pour améliorer les conditions de vie des plus pauvres, cause première de l’explosion. Les Roms sont les premiers touchés19 : plus de 80 % sont au chômage, 81 % n’ont pas de canalisation d’eau, 20 % des enfants sont scolarisés, 75 % n’ont pas accès aux soins, etc. Liliana Alexandrieva, anthropologue, directrice d’une fondation (OUTRE) qui coordonne un projet d’éducation civique avec vingt jeunes de Pechtera visant au rapprochement entre les communautés, rapporte combien la méconnaissance des uns par les autres est forte. Nous l’avons nous-mêmes constaté : alors que nous voulions nous rendre dans le quartier rom de Pechtera qui se trouve tout près du centre de la ville, nos hôtes (habitant la ville depuis plusieurs générations) ont dû demander leur chemin et pour la première fois pénétrer dans le quartier. Les frontières ainsi délimitées ne sont valables que pour les Roms : alors que les Turcs cohabitent avec les « Bulgares », que les enfants se fréquentent, les Roms sont totalement écartés de la vie urbaine. L’immigration récente vers les pays d’Europe leur permet parfois de s’enrichir et de « descendre » s’installer vers la ville, leur objectif étant la plupart du temps de s’intégrer le plus possible et de reproduire le mode de vie bulgare.

  • 20 D.K. (Veliko Tornavo, 21-04-2005).

13La question des langues revient aussi fréquemment dans les discours et demeure un enjeu d’intégration : d’un côté, les Roms intégrés parlent de moins en moins leur langue, certains avouant même éviter de la parler pour ne pas se faire repérer dans les lieux publics20. De l’autre, les revendications nationalistes insistent sur la fragilité d’une nation dans laquelle certains ne parlent pas la langue « officielle ». V. M. insiste, lors d’une discussion, sur la « mauvaise pratique » du bulgare par les Roms et les Turcs, symptomatique selon lui de leur non-intégration. Plus encore, il s’insurge contre la pratique du turc dans les théâtres nationaux comme à Kardjali : « Dans ce cas, ce ne sont plus des théâtres nationaux ! » La langue comme élément de définition de l’identité nationale est pour les Bulgares un préalable à l’intégration : « S’ils se disent Turcs, s’ils parlent en turc, alors qu’ils rentrent en Turquie ! » Ce locuteur évoque lui aussi sa peur pour l’État bulgare : « Oui, je suis inquiet pour la Bulgarie, ils vont demander une république turque ! » En ce qui concerne les Tsiganes, ses propos réactualisent les discours antérieurs homogénéisants : « Les Tsiganes prennent l’argent de l’État, ils n’ont qu’à rentrer en Roumanie d’où ils viennent ! ».

  • 21 Il n’est pas une journée sans que les journaux ou la télévision n’évoquent les « conflits ethniques (...)

14Ce petit tour d’horizon dans la complexité de l’enchevêtrement des discours est loin d’être exhaustif et demanderait de plus longues investigations avant d’aboutir à des interprétations sérieuses. Il permet dans un premier temps de faire état d’une légitimation publique de discours longtemps demeurés dans la sphère privée : la prise en charge de ce discours par Ataka, puis maintenant par d’autres partis (notamment le VMRO qui réclame officiellement la création de milices anti-tsiganes fondées sur le volontariat) et par les médias21, constitue une donnée nouvelle avec laquelle il faut maintenant compter, même s’il ne faut pas la survaloriser.

  • 22 On note toutefois le souhait de la création de « Contre-Ataka» dans la revue hebdomadaire Drom Drom(...)

15Si d’un côté, une grande partie des Bulgares se méfie de Ataka, soit pour des raisons idéologiques, soit parce que le parti serait financé, selon eux, par l’ancien KGB soviétique, de l’autre, les intellectuels roms considèrent la naissance d’Ataka comme un moyen de souder la communauté rom autour d’une « identité » afin de renforcer son poids au niveau politique : s’ils ne semblent pas vouloir suivre le modèle turc en créant un parti « ethnique » rom, mais prendre plus de place dans les partis existants, la cristallisation « ethnique » ne pourra que renforcer22 le mythe de la nation rom perpétuée et « financée » par les États-Unis et l’Europe.

  • 23 Cinquante-deux jours après les élections, une cohabitation a enfin été trouvée évitant toute allian (...)

16Quoi qu’il en soit, l’absence de réelle politique linguistique et sociale depuis la chute du communisme et les nouvelles tractations clientélistes en vue de répondre aux exigences de l’U.E. est en train de produire de nouvelles constructions « ethno-nationalistes » et de nouvelles frontières « ethniques » telles qu’elles se sont développées ailleurs en Europe. Si les raisons de ce durcissement sont clairement de nature économique puisque l’ensemble de nos interlocuteurs évoquent avant tout les difficultés quotidiennes qu’ils doivent affronter jour après jour, c’est donc bien au cœur du modèle néo-libéral que se creusent les replis « identitaires », comme bouée de sauvetage dont les « minorités », ainsi nommées et construites, feront les frais en tout premier lieu. L’inadaptation de la classe politique à régler les problèmes sociaux et sa décrédibilisation totale auprès des populations, au moment où aucune coalition n’a encore été trouvée après les élections23, suscitent, pour certains, une « adhésion du désespoir » au nationalisme le plus xénophobe. Alors que les frontières et les appartenances sociales établies concrètement par les populations étaient subsumées, pendant la période communiste, par une soumission de tous à un pouvoir totalitaire, elles deviennent actuellement l’enjeu d’inégalités sociales plus flagrantes. L’instauration subite du capitalisme « sauvage », conduisant à des inégalités réelles entre les individus, exclut toute solidarité et renforce les mises en frontières fondées sur des critères culturels, ethniques, et racistes. S’il ne faut pas survaloriser le rôle politique d’Ataka, cette situation semble devenir pourtant un cadre idéal au développement d’un « fondamentalisme culturel » (Stolcke, 1996), soit une manipulation de la notion de culture dans laquelle « l’ethnique est pensé en lieu et place du social » (Dimitrijevic, 2000). En effet, le leitmotiv des locuteurs concerne particulièrement l’impossibilité d’« intégrer » les Tsiganes, de les « assimiler » à la nation parce que leur « ethnie » est « incompatible » avec la « communauté bulgare ». Ces discours culturalistes, certains intellectuels roms, par l’intermédiaire des O.N.G. notamment, ne les remettent pas en cause, mais les enrichissent au contraire en faisant de la « culture » rom un domaine de recherche particulier.

17N.B. : Cet article a été rédigé en septembre 2005.

Haut de page

Bibliographie

Dimitrijevic, Dejan, 2000. « De l’utilisation idéologique de la notion de culture en général, et dans les guerres en ex-Yougoslavie en particulier », http://assos.univ-lyon2.fr.

Frison-Roche, François, « Qui a gagné les élections législatives du 25 juin 2005 en Bulgarie ? », 7 juillet 2005, www.colisee.org/article. php?id_article=1800.

Frison-Roche, François, « Bulgarie : sociologie électorale d’Ataka, nouveau parti dans l’arène politique bulgare », 3 juillet 2005, www.colisee. org/article.php?id_article=1800.

Mangalakova, Tanya, 2002. « Bulgarie : Pourquoi en est-on arrivé à la révolte des Roms à Stopilinovo ? » http://listes.rezo.net/archives/courrier-balkans/2002-03/msg00046.html

Piasere, Leonardo, « Les amours des Tsiganologues », in : Williams, Patrick (éd.), Tsiganes : identité, évolution, Paris, Études Tsiganes ; Syros Alternatives, 99-110.

Stolcke, Verena, 1996, « Europe : nouvelles frontières, nouvelles rhétoriques de l’exclusion », in : Fabre, Daniel (dir.), L’Europe entre culture et nations, Paris, Édition de la Maison des sciences de l’homme, 227-255.

Williams, Patrick, 2001, « Langue tsigane, le jeu romanes », Langues et cultures, Études tsiganes, vol. 1, no 16, 11-36.

Williams, Patrick, 1996, « Ethnologie, déracinement et patrimoine. À propos de la formation des traits culturels tsiganes », in : Fabre, Daniel (dir.), L’Europe entre culture et nations, Paris Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 283-294.

Williams, Patrick, 1993, Nous on n’en parle pas. Les vivants et les morts chez les Manouches, Paris, Editions de la MSH (Ethnologie de la France, 13).

Haut de page

Notes

1 L’ensemble des informations présentées dans ce texte proviennent d’une première approche de terrain réalisée en collaboration avec Gueorgui Jetchev, sans lequel ce texte ne pourrait exister (une plus large enquête de terrain devra se réaliser en 2006). Qu’il en soit ici vivement remercié.

2 Sur tous ces points voir l’article de Gueorgui Jetchev, ici même.

3 Huit pays réunis dans la capitale bulgare le 2 février 2005, à l’initiative de la Banque mondiale et de la fondation Soros, ont lancé la Décennie 2005-2015 pour l’intégration des Roms. La République tchèque, la Hongrie, la Slovaquie (membres de l’Union européenne), plus deux candidats, la Bulgarie et la Roumanie, ainsi que la Croatie, la Macédoine et la Serbie-Monténégro, qui souhaitent rejoindre l’U.E., ont signé une déclaration commune dans laquelle ils « s’engagent à travailler pour une élimination de la discrimination et du fossé inacceptable qui sépare les Roms du reste de la société » (http://ledroitpourlajustice.blogspirit.com/atom.xml).

4 S. Kostova soutient qu’il suffit d’être bon pédagogue, presque intuitivement, pour que les Roms étudient mieux : l’important est d’instaurer la culture rom dans les écoles mais pas la langue (entretien du 05-08-05 à Sliven).

5 Pour éviter la ghettoïsation des écoles dans les quartiers roms, les enfants sont dispersés par groupe de quatre ou cinq dans l’ensemble des écoles des villes afin d’être en contact avec les Bulgares.

6 La terminologie « Bulgares » est dans les faits extrêmement perverse puisqu’il faudrait en fait à chaque fois préciser « non-Roms » ou « non-Turcs », les Roms et les Turcs pouvant aussi se définir comme « Bulgares » avant de se désigner comme « Musulmans », « Turcs », « Tsiganes », etc.

7 D. K., jeune étudiant rom de la faculté de Véliko Tornavo mais vivant à Sliven explique qu’il doit absolument servir de lien entre la « majorité » et leur « communauté » afin d’aider les autres à devenir égaux avec la majorité : « Le destin des Roms dépend de ça. » Il prône le modèle d’intégration mumticulturaliste des États-Unis, qui a mis selon lui beaucoup de temps à s’imposer : « Je veux mourir comme je suis, mais on doit s’en sortir ».

8 Cette volonté d’homogénéisation est pourtant largement défendue par un certain nombre d’intellectuels dans d’autres pays, à travers notamment la standardisation du rom dont Marcel Courtiade, en France, est un grand défenseur. Depuis le premier congrès mondial tsigane en 1971 où le terme « Rom » a été choisi pour qualifier le peuple aux dénominations multiples, les chercheurs œuvrent à l’unification d’un peuple à travers le seul dénominateur commun manipulable : la langue. En se référant systématiquement à la situation des Juifs, en tant que « peuple sans terre », ils construisent une nation rom sur des bases essentiellement linguistiques et ethniques, évacuant la grande diversité des identifications des groupes. Il est intéressant de remarquer qu’en Bulgarie, et notamment dans le discours de H. Kuytchukov, cette essentialisation est discutée du fait de l’hétérogénéité constitutive des pratiques langagières des Roms qui ne peuvent se reconnaître dans le rom standard.

9 Peu de conflits ont émaillé la vie sociale en Bulgarie ces dernières années : notons par exemple la révolte des Roms de Stopilinovo en 2002 qui concernait un problème social et politique, mais en aucun cas « ethnique ».

10 V. M., discussion à Batovo, 02-08-05.

11 Selon les sondages présentés par F Frison-Roche. dans « Qui a gagné les élections législatives du 25 juin 2005 en Bulgarie ? », 7 juillet 2005, et « Bulgarie : sociologie électorale d’Ataka, nouveau parti dans l’arène politique bulgare », 3 juillet 2005, www.colisee.org/article. php?id_article=1800.

12 On trouve aussi l’expression « Les Tsiganes au four », (Mangalakova, 2002).

13 D. H., 10-08-05 (Pechtera).

14 Il y a quelque temps encore, les Roms très pauvres passaient dans les maisons où les Bulgares leur donnaient ce dont ils ne se servaient pas, comme de la nourriture ou du linge usé.

15 Très vite, le nom de Volen Siderov a été détourné en Bolen Liderov, signifiant « le leader malade ». La femme de D. H. (qui a voté pour Ataka) nous a donné, devant son mari, son opinion très négative concernant ce parti, affirmant que « ce sont des malades mentaux, agressifs et fous » (I.H., 10-08-05, Pechtera).

16 La confusion entre Romali (terre des Roms) et Roumanie est très fréquente. De nombreux Bulgares pensent d’ailleurs que les Roms viennent de Roumanie et déclarent : « Qu’ils rentrent en Roumanie ! » (V. M., Batovo, 2-08-05).

17 Discussion avec D. N., à Pechtera (11-08-05).

18 Anna Zarkova, « Shpitkomandi... Grentsi », Truden, 6 aout 2005, p. 10.

19 Les chiffres varient selon les sources et les enquêtes dont on ne sait presque rien des modalités d’exécution. On peut trouver quelques indications dans l’article de Tanya Mangalakova (2002) : « Si le taux moyen de chômage du pays varie de 18 à 25 %, pour les Roms il dépasse les 80 %. Selon les données de IMIR, on peut aller jusqu’à 95 % dans certains endroits ayant une forte densité rom (cf. les études de Ilona Tomovaen 2001 et de Petar-Emil Mitev aussi en 2001). Les Roms ont tendance à exercer des activités n’exigeant pratiquement aucune qualification (même l’artisanat, de façon étonnante, n’emploie que peu de gens). Les savoir-faire traditionnels ne sont pas perçus comme un avantage pour la compétition et les stratégies d’emploi pour les nouvelles générations devraient avoir d’autres bases. Pour 20 % des sondés, la vente des métaux et des papiers de récupération assure des moyens de subsistance à leur famille ; la plupart des chefs de famille sont des hommes sans aucune éducation, mais à la tête de grandes familles très pauvres. 13 % des sondés vivent en ramassant des herbes médicinales, 12 % vivent de l’agriculture (la moitié des Roms de Bulgarie vit dans les zones rurales), 10 % travaillent dans la construction, 7 % dans l’industrie et 5 % envoient leurs enfants dans les rues pour gagner de l’argent. Le faible pourcentage de Roms travaillant dans l’agriculture souligne l’ampleur du problème de l’accès aux ressources productives (la terre et le capital initial). À peine 2,2 % des Roms travaillent dans l’éducation, 20,5 % d’entre eux vivent dans la capitale ».

20 D.K. (Veliko Tornavo, 21-04-2005).

21 Il n’est pas une journée sans que les journaux ou la télévision n’évoquent les « conflits ethniques » avec des titres aussi vindicatifs que : « Les Tsiganes arrivent ! » et des photos en gros plans de plaies prétendument infligées par des Roms à des « Bulgares ».

22 On note toutefois le souhait de la création de « Contre-Ataka» dans la revue hebdomadaire Drom Dromendar (17-30 juillet 2005).

23 Cinquante-deux jours après les élections, une cohabitation a enfin été trouvée évitant toute alliance avec Ataka. À ce moment-là, les membres d’Ataka portaient de larges rubans noirs aux bras et insultaient tous les membres du Gouvernement, le président y compris. L’ensemble de la scène a été retransmise en direct à la télévision.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Canut, « « Tsiganite na sapun, Tsiganite na Saturn » Quelques notes à propos des discours sur les Roms en Bulgarie »Lengas [En ligne], 60 | 2006, mis en ligne le 09 mai 2021, consulté le 27 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lengas/5024 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lengas.5024

Haut de page

Auteur

Cécile Canut

Université Montpellier III

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search