Navigation – Plan du site

AccueilNuméros60Politiques linguistiques et front...Autour de l’enquête sur les patoi...

Politiques linguistiques et frontières dans les pays de l'est et de l'ex-Union soviétique (II)

Autour de l’enquête sur les patois de 1807 Conscience de langue : vers l’éclatement ou vers l’unité ? L’exemple de la Bresse1

René Merle

Texte intégral

  • 1 Cet article prolonge une recherche déjà ancienne et participe d’une réflexion actuelle sur l’enquêt (...)

1Inventaire (avant disparition ?), l’enquête impériale de 1807 sur les patois est, à bien des égards, révélatrice, non seulement de la conscience que peuvent avoir du bilinguisme les « élites » provinciales, mais encore du rapport que ces élites entretiennent avec le « peuple », sociologiquement défini, « peuple » naïvement porteur par héritage d’un « idiome natal » que les « élites » abandonnent.

2En questionnant implicitement sur l’origine des « patois », l’enquête amène ces notables érudits à situer, tant bien que mal, le parler de leur région dans une perspective historique le plus souvent conforme aux conceptions alors répandues, conceptions parfois traversées de divagations dont on peut sourire, mais qui n’en portent pas moins charge de vérité.

  • 2 À l’exception de la Dombes, principauté jusqu’en 1762, le reste du territoire est savoyard, puis fr (...)
  • 3 Le territoire de cette Bresse de l’Ain, Bresse du Sud, faisait partie du royaume de Lothaire, alors (...)

3À ces différents égards, l’enquête menée dans le département de l’Ain2 est tout à fait intéressante, et particulièrement celle consacrée à la Bresse3.

1 Riboud et l’éclatement

4L’Almanach du département de l’Ain pour l’an 1806 publie un fort long article d’un grand notable, Thomas Riboud [1755-1835] : « Sur l’Origine, les Mœurs et les Usages de quelques communes voisines de la Saône, par M. Th. Riboud, Correspondant de l’Institut national, Membre de diverses Académies et Sociétés nationales et étrangères, Secrétaire de celle de l’Ain, etc. »

5« Le Président » Riboud est un homme des Lumières. Procureur du Roi avant 1789, il est devenu le Citoyen Riboud, membre du Conseil des Cinq-Cents. Il traite depuis longtemps, en « archéologue », de la topographie, l’histoire naturelle, l’histoire ancienne de son département, dont par ailleurs il s’efforce de stimuler l’économie rurale.

  • 4 « Les Burrins sont en général de taille moyenne, robustes, vifs, nerveux et sanguins ; leur démarch (...)
  • 5 Notamment Arbigny, Ozan, Sermoyer...

6En 43 pages, présentant « Constitution physique, Physionomie4 », « Vêtements, Costumes », « Caractère, Mœurs », « Chants et Danses », et enfin « Langage », Riboud s’efforce de prouver l’origine sarrasine des habitants de Boz et peut-être de quelques localités voisines5, situées sur la rive gauche de la Saône ou dans la proximité immédiate du fleuve, à quelques kilomètres au sud de Pont-de-Vaux, face à l’agglomération de Mâcon.

  • 6 Botanistes et écologistes connaissent ses tourbières reliques.
  • 7 Boz est aujourd’hui une petite localité agricole dont la population s’augment de néo-résidents trav (...)

7Riboud ne prétend en rien faire une découverte, mais il veut illustrer une thèse bien ancrée dans l’imaginaire bressan. « Une tradition ancienne et soutenue dans le pays les [les « Burrins », habitants de Boz] fait descendre des Sarrasins qui inondèrent la France au huitième siècle et en furent chassés par Charles Martel ». Le terroir de Boz était dans le très haut Moyen Âge inculte, forestier, marécageux6, et donc vide d’habitants7. Après l’expulsion des Sarrasins des provinces lyonnaises par Charles Martel, on peut imaginer que des bandes fugitives se réfugièrent dans cette zone, ou que des prisonniers de guerre y furent envoyés pour la défricher. Donne géographique et donne humaine seraient donc à l’origine d’une distance prise par les « vrais » Bressans avec ces habitants d’une terre étrange, voire étrangère.

  • 8 Traces architecturales essentiellement, et notamment les fameuses « cheminées-minarets ».

8La thèse part d’une donne historique réelle : la permanence de la menace de bandes « sarrasines », entre 700 et 1 000. Ces bandes circulent dans le grand Sud-Est français actuel, contrôlent des passages alpins, remontent jusqu’en Bourgogne. Bandes dans lesquelles il est bien difficile de faire la part des véritables Sarrasins, des autres envahisseurs (Hongrois par exemple), et des exclus de la société rurale, paysans en rupture de ban féodal, etc. Ce qui rejoint l’acception ancienne et commune de « sarrasin » = « étranger au pays », et dangereux... Riboud ne manque pas de signaler que des vestiges sarrasins subsisteraient dans toute la Bresse8. Mais c’est seulement à Boz, et peut-être dans ses environs, que serait attestée la trace d’une véritable colonie de peuplement :

C’est en ce lieu qu’ont été conservées, presque sans mélange, jusqu’à la génération actuelle, des traces non équivoques d’origine étrangère qui se sont affaiblies considérablement, depuis vingt-cinq à trente ans, et plus rapidement encore depuis la révolution.

  • 9 Riboud évoque des informations recueillies par M. de Sequeville quarante ans auparavant, de documen (...)

9Car la Révolution est passée par là, et avec elle ce prodigieux bouleversement des mœurs, cette disparition presque achevée des antiques coutumes, que Riboud, (par ailleurs adepte de la modernité sanitaire et du progrès agricole), ne peut s’empêcher de déplorer. C’est dire, et il le signifie, que son article porte plus sur la situation d’avant 1789 que sur celle de 1806. Situation d’ailleurs évoquée plus par des données déjà anciennes et de seconde main, que par une enquête personnelle poussée9.

10Outre la persistance de traditions « arabes » qui l’auraient singularisée, et isolée des autres Bressans, Riboud explique par des raisons plus prosaïques la fermeture sur elle même de la communauté jusqu’à la Révolution :

Ils ont existé jusqu’à nos jours comme des tribus isolées : les Burrins vivaient dans leurs familles en communion pour éviter les effets de la main-morte, c’est-à-dire les échûtes de leurs biens aux Seigneurs. Ils craignaient tellement l’introduction d’autres familles dans leur commune qu’ils se cotisaient pour acheter le bien de celui que les circonstances forçaient à le vendre, ou qui était dans le cas de le voir aliéner judiciellement.

11La « preuve » par une originalité linguistique n’intervient, on l’a vu, qu’à la fin de ce long article :

Quand on considère la manière de s’exprimer de ceux-ci dans toutes les occasions importantes, il est impossible de ne pas y reconnaître une construction et des signes orientaux. Certaines tournures, divers mots, des terminaisons et une prononciation particulière de quelques syllabes et de la voyelle u se réunissent pour déceler l’arabisme au milieu d’une multitude de mots demi-latins, goths, italiens, allemands et français qui constituent le patois curieux du nord et de l’ouest de la ci-devant Bresse.

12Dans sa présentation du parler bressan, Riboud reprend ici une conception fort répandue, celle du mélange occasionné par les strates successives d’envahisseurs et d’occupants. Le notable érudit ne semble pas comprendre, ou ne pas vouloir mettre en évidence, l’origine clairement latine de ce parler. Renvoyant le parler populaire à un chaos étonnant, Riboud, quelque tolérance sympathique qu’il puisse lui manifester, le range alors du côté des idiomes nés des hasards de l’Histoire, et non du côté des langues, fondées en ordre et en raison.

13Glisser de l’arabe dans cette macédoine ne semblait donc pas poser problème, mais tout au contraire accroître l’intérêt presque entomologique pour ce parler déjà « curieux » en soi.

14À vrai dire, les « preuves » linguistiques de l’origine arabe sont bien maigres, et font parfois sourire. Ainsi de cet étranger, vraisemblablement arabe, qui, entendant en Saône et Loire parler des Burrins, dit comprendre parfaitement leur idiome qui ressemble à celui de son pays.

  • 10 « Motteta ou meuttetta signifie à Boz, fille de huit à neuf ans... Lutto ou loutto, la maison, Tro (...)
  • 11 Par exemple de ce « Mamolin ou miamolin, petit enfant. On peut le regarder comme dérivé de mamma, m (...)

15Riboud fonde essentiellement sa thèse sur la prononciation particulière du patois par les Burrins, et par l’existence de mots qui leur sont propres. Et dans une liste de mots spécifiquement locaux et supposés « confirmer l’extranéité originaire de nos colons », il est aisé de retrouver des mots bien présents dans d’autres parlers francoprovençaux et occitans, dont l’origine latine est souvent évidente10, et que seules des contorsions « linguistiques » peuvent rattacher à l’arabe11.

16En conclusion, Riboud oppose de façon radicale les Burrins (représentants en quelque sorte de la méridionalité) et leurs voisins aux autres Bressans :

D’un côté, l’on remarquera la vivacité, l’activité, l’impatience, la rudesse même : de l’autre, la lenteur, la tranquillité, la douceur ; dans les uns, de l’imagination, de l’éloquence naturelle, des figures, des métaphores, chez les autres de la simplicité dans l’expression, du calme, de l’apathie même ; une réputation bien ou mal fondée attribue aux premiers un esprit difficultueux, un penchant à l’astuce et à l’avarice, aux seconds elle accorde au contraire la franchise, la bonté, une économie raisonnable. On en conclut nécessairement qu’il existe dans cette contrée deux nations entièrement étrangères l’une à l’autre, qu’une fraction de l’une a été amenée chez l’autre par des événements extraordinaires, qu’elle lui a été incorporée par le fait, sans lui être unie par le cœur...

2 Parenthèse : un richochet contemporain

17En 2001, un article du Monde (8 mai 2001) expliquait comment un instituteur avait apporté une réponse pédagogique et humaniste à la réaction xénophobe de quelques-uns de ses élèves devant la présence de « gens du voyage » dans une commune de l’Ain. Et cette commune était Boz. Fermeture d’une communauté devant l’intrusion de l’Autre ? Je me suis alors demandé si la « révélation » d’une origine étrangère des autochtones pouvait être éclairante, et je l’ai signalée au maître. Tout en lui indiquant combien, à mon avis, le thème de l’origine sarrasine était à manier avec précaution. Une recherche internet sur les « incursions sarrasines, invasions sarrasines, influences sarrasines » (il y en a des pages et des pages), ne peut à la première lecture que renforcer l’idée que le Sarrasin, d’hier et d’aujourd’hui, est un envahisseur haïssable, dont il faut se libérer. Mais si les élèves arrivent à pointer le fait que, jusqu’au grand désenclavement du Second Empire, les habitants des bords de Saône, côté Bresse de l’Ain, isolés, vivant différemment à certains égards que les autres Bressans, sont eux mêmes désignés comme « Sarrasins », ils auront fait un pas dans la réflexion sur cette dialectique de l’Autre et de Nous. Pas facile, j’en conviens... Mais intéressant.

3 L’enquête de 180712

  • 12 B.N.F. N.A.F. 5910.

18Au moment où est lancée l’enquête de 1807 sur les patois, l’article de Riboud est porté à la connaissance de toute l’érudition nationale par une parution dans le très officiel Moniteur (5, 9, 18, 22 juillet 1807).

19Il va de soi que la curiosité du bureau ministériel en sera éveillée. Le ministre, s’enquiert auprès du préfet :

Il paraît que les habitans des villages de Boz, Sermoyer, Arbigny etc ont un langage différent de celui du reste de la Bresse avec lequel je désire que vous puissiez en faire le rapprochement. J’aurai soin de communiquer les notions que vous voudriez bien me transmettre sur cet objet à des savans versés dans les langues orientales afin qu’ils puissent reconnaître si le patois des habitans de ces villages entre la seille et la veyle, renferme des mots ou des tournures de phrases que l’on puisse rapporter à la langue arabe, ce qui tendrait à confirmer l’opinion de M. Riboud sur l’origine de cette peuplade.

20Le préfet répercute aussitôt la demande auprès du juge de paix de Pont-de-Vaux :

Monsieur, on assure qu’il existe dans plusieurs communes de votre ressort, notamment dans celles de Boz et Arbigny une peuplade qui parait se distinguer par des mœurs particulières et un patois sensiblement différent de celui du reste de la Bresse. Je vous aurais beaucoup d’obligation de vouloir bien me faire part des remarques que vous aurez pu être à portée de recueillir sur la manière de vivre et les usages des habitans de ces communes. Je souhaiterais particulièrement que vous puissiez avec l’aide de quelque ecclésiastique au fait de leur langage populaire me procurer des échantillons de l’idiome usité parmi eux entr’autres une traduction dans le patois de la parabole de l’enfant prodigue, (telle qu’elle se trouve dans l’évangile selon St Luc, chapitre 15) et quelques unes des chansons qu’ils aiment de préférence à chanter.
M. Riboud ayant déjà fait imprimer dans l’annuaire du département de l’Ain pour 1806 un mémoire sur les Burrins ou habitans de Boz, je ne pourrai qu’accueillir avec intérêt les observations que vous voudriez me transmettre sur ce mémoire et qui auraient pour objet soit de rectifier ce qu’il présenterait d’inexact, soit de suppléer à ce qui y aurait été omis.
Je me propose si je puis obtenir des informations suffisamment détaillées sur l’idiome dont il s’agit, de les mettre sous les yeux de différentes personnes versées dans les langues orientales afin qu’elles puissent reconnaitre si ce patois ne présenterait pas des traces de la langue arabe, circonstance qui si elle avait lieu confirmerait l’opinion de M. Riboud qui regarde les habitans de ces villages voisins de la Saône comme issus des Sarrasins.

21Nous ne possédons malheureusement pas la réponse du juge, mais elle n’a pas dû abonder dans le sens de Riboud, car une publication officielle de 1808 (cf. infra, la Statistique de 1808) ne souffle mot de l’influence arabe sur ce patois.

22Toutefois, c’est dans la partie de l’enquête consacrée au parler du Bugey, extrêmement claire sur l’origine latine de l’idiome, que l’on voit réapparaître la thèse de l’influence arabe.

L’on voit par la correspondance des mots patois, latins et françois que celui du bugey dérive presqu’entièrement du latin, et que dans beaucoup de mots il dérive aussi d’un mélange de françois. Cette dérivation de la langue latine est un monument du long séjour que les Romains ont fait dans cette contrée qui faisoit encore ainsi que les autres païs qui avoisine le rhône partie de l’empire d’occident long-tems après que les Francs et les Bourguignons eussent envahi la partie septentrionale des Gaules, la langue latine continua à être la seule de cette contrée ; mais lorsqu’enfin elle fut envahie ensuite par les barbares, le mélange des deux langues altéra insensiblement la langue maternelle, et l’amena à ce degré de corruption qui a produit l’idiome que l’on parle aujourd’hui dans nos campagnes ; aussi ne voit on pas dans cette traduction des mots d’origine celtique ; ce n’est pas qu’il ne s’en rencontre un grand nombre dans notre patois ; mais on les trouve dans des noms propres ; dans ceux des choses et des localités [...] L’on voit que plus les païs de la france s’éloignent des rives du Rhône plus ils perdent de leur rapport avec la langue latine pour se rapprocher de la celtique et de celles que les peuples du nord y apportent, ainsy le patois bressan commence à présenter un éloignement sensible et sur les bords de la Saône l’on remarque dans l’idiôme beaucoup de mots arabes parce que des peuplades de sarrasins s’y fixèrent après qu’ils eussent été défaits par Charles Martel, et ce rapprochement avec le latin disparoit d’une manière encore plus marquante dans le barozaï ou patois bourguignon.

4 La Statistique de 1808

  • 13 Statistique nérale de la France, publiée par ordre de Sa Majesté lEmpereur et Roi sur les mémoir (...)

23L’enquête est immédiatement utilisée dans une importante publication officielle, consacrée au département13.

24La Statistique de l’Ain évacue vers la campagne la réalité patoise :

La langue françoise est la seule en usage dans ce département. À part quelques expressions locales, on la parle généralement assez bien ; depuis quelques années surtout, elle est devenue l’objet d’une étude particulière dans les différentes villes du département, et principalement dans le chef-lieu. On peut dire qu’il est peu de pères de famille jouissant de quelque aisance, même parmi les artisans, qui ne tiennent à ce que leurs enfans de l’un et l’autre sexe reçoivent ce genre d’instruction ; et il est satisfaisant de voir que ce n’est pas sans succès.
Quant à l’habitant des campagnes de la Bresse, il parle un dialecte ou patois qui varie sans cesse dans les différens points du département, et souvent même de commune à commune.

25Si, dans sa présentation du langage bressan, la Statistique rejoint Riboud dans sa vision ethnotypée, elle évacue la « méridionalité » supposée des habitants des bords de Saône pour ne retenir que le caractère supposé calme et raisonnable du Bressan, entièrement attribuée au climat, suivant une conception alors dominante.

Le langage du Bressan est très peu figuré ; les métaphores y sont rares ; il se contente de dire tout simplement sa pensée. L’accent, qui, joint à la parole, lui donne une sorte de vie, une plus grande activité, et colorie, pour ainsi dire, le tableau de la pensée, est presque nul dans le patois bressan. Sa prononciation est languissante et monotone ; rarement l’accent de la passion vient l’animer. La cause en est dans le climat qu’il habite : sa démarche, ses déterminations, ses actions et son langage, tout en porte l’empreinte.
Il faut bien se garder néanmoins de conclure de ce que nous venons de dire du langage peu animé du Bressan, que la nature l’ait négligé sous le rapport des facultés intellectuelles : on le jugeroit fort mal. Si elle ne l’a pas doué de cette imagination ardente qui presque toujours se nourrit d’illusions, et enfante des projets plus brillants que solides, s’il n’en a pas reçu cette sensibilité d’organisation que l’on remarque dans les contrées méridionales, elle l’a dédommagé libéralement en lui donnant une raison tranquille, un sens droit, un jugement sain et des qualités morales extrêmement précieuses.

26Cette différence tient à la variété des origines du patois de la Bresse :

Ce patois est un mélange de celtique, de latin et d’italien. Le celtique s’y remarque très-peu, comme étant plus éloigné de sa source ; l’italien s’y montre assez souvent, et la langue latine en constitue le fonds, comme elle fait celui de la langue française qui en est un fille immédiate, mais cultivée et polie, tandis que le dialecte bressan est, pour ainsi dire, resté dans toute sa rudesse native.

27Mais dorénavant, « depuis la révolution qui a considérablement multiplié les relations entre les campagnes et les villes », ce patois est pénétré de mots français : « ils sont singulièrement contribué à répandre une certaine clarté dans un idiôme dont la grande habitude seule pouvoit donner l’intelligence ».

28La Statistique reprend les constatations de l’enquête en ce qui concerne la différence entre le parler de Bresse et celui du Bugey. Ils diffèrent essentiellement par des traits de prononciation mais le parler du Bugey « a conservé un plus grand nombre de mots purement latins que le Bressan. On y rencontre aussi plus de mots italiens ; le voisinage de la Savoye et du Piémont en explique aisément la cause ».

29Cette vision de la Statistique sera celle de la conscience commune comme de la conscience érudite sur le long terme du xixe siècle.

5 Philibert Le Duc

30Il appartiendra au petit-fils de Riboud, Thomas-Paul-Philibert Le Duc (Bourg, 1815-1884), de remettre en honneur la vision de son grand-père.

  • 14 Chansons et lettres patoises Bressanes, Bugeysiennes et Dombistes, par Philibert Le Duc, Bourg-en-B (...)

31Leduc, inspecteur dans l’administration des eaux et forêts, est dès 1836 membre de la Société d’Emulation de l’Ain, dont il devient secrétaire. Il sera un des fondateurs de la Société Littéraire, Historique et Archéologique de l’Ain. Pour cet « ami des anciennes traditions de nos provinces14 », comme il aime se présenter, l’intérêt pour le patois participe naturellement d’un conservatisme foncier : Le Duc sera ennemi viscéral de la République.

  • 15 Lou Noyé brayssan. Les Noëls bressans de Bourg, de Pont-de-Vaux et des paroisses voisines, augmenté (...)

32Dans la floraison d’interventions dans et sur les « idiomes » que connaît le Sud de la France dans les années 1840, Le Duc publie en 1845 un recueil de Noëls bressans traditionnels (xviie et xviiie siècles), quelque peu accomodés à sa façon15.

33Ce recueil va à nouveau populariser la vision de Riboud sur le patois, en l’ordonnant en tenant compte des acquis de la connaissance du temps.

Le patois de la Bresse dérive de la langue romane comme la plupart des dialectes de la France, il participe du celtique, de l’allemand, du latin, de l’italien et du français. « Cet amalgame et les nuances de ces divers éléments, dit M. Thomas Riboud, présentent, en quelque sorte, l’esquisse historique des peuples qui dominèrent successivement ce pays : on y reconnaît que l’ancien langage des Celtes fut altéré par le mélange de celui des Romains [...]. Les invasions des essaims sortis de la Germanie et du Nord, notamment des Bourguignons qui dominèrent sur notre province à diverses reprises, y introduisirent ensuite beaucoup de mots des langages germanique et septentrionaux. Ces mélanges, grossis par celui de la langue romane, le furent encore par l’italien, pendant la longue domination des princes de la maison de Savoie ».

34Mais Le Duc en tient toujours pour l’influence arabe :

Certaines tournures, dit ailleurs M. Thomas Riboud, divers mots, des terminaisons et une prononciation particulière de quelques syllabes et de la voyelle u, se réunissent pour déceler l’arabisme dans le langage des Burrins (habitants du village de Boz, au bord de la Saône, qui paraissent être les descendants d’une colonie de Sarrasins).

35Le Duc croit trouver une preuve supplémentaire de l’origine arabe des habitants dans ce « Noël de Reyssouze » où des fillettes apportent à Jésus du pélé, que Le Duc traduit ainsi : « “Pilé”, millet cuit et apprêté ; dans d’autres parties de la Bresse on le nomme pigea. C’est le “pilau” des Africains ».

36Pourtant, si on lit ces noëls composés à Pont de Vaux et dans sa région au xviie siècle, rien ne vient vraiment marquer une différence, sinon cette indication intéressante dans le « Noël de Boz » (Bou en patois : si les filles de « Bou » sont constamment qualifiées de sages et de douces, la vision des jeunes gens de la localité reprend l’ethnotype de la sauvagerie :

  • 16 Les sages filles du village/la Charmont, la Colas et la Grand/Et les garçons les plus sauvages/Eure (...)

Le saze felie du velozo,
La Çarmon, la Coula é la Gran,
E lou meygna lou ple sarvozo
Uron gran pedia de l’Anfan16.

  • 17 Gisèle Roche-Galopini, « La Seconde République et le Coup d’État dans la région lyonnaise : Ain, Sa (...)

37Dans l’imaginaire de certains réactionnaires bressans, cette vision d’une différence des Bressans des bords de Saône a été renforcée sous la Seconde République, quand Bâgé, au sud immédiat de Boz, était le foyer de la propagande démocrate-socialiste « rouge ». Lors du coup d’État de 1851, c’est vers Macon et l’insurrection de Saône-et-Loire que se sont tournés les « Rouges » du secteur17. D’aucuns ne se sont pas privés dans les commentaires du temps d’opposer le tempérament « calme » des « vrais » Bressans à ces agités dangereux des bords de Saône, qui avaient répondu au tocsin rouge de l’autre rive.

Haut de page

Notes

1 Cet article prolonge une recherche déjà ancienne et participe d’une réflexion actuelle sur l’enquête de 1807. Nous avons traité de l’enquête de 1807 dans le cadre de notre recherche sur l’écrit occitan du grand Sud-Est français : René Merle, « Consulat-Empire, un laboratoire de l’aliénation occitane », Lengas revue de sociolinguistique, 18, 1985. René Merle, L’Écriture du provençal de 1775 à 1840, inventaire du texte occitan, publié ou manuscrit, dans la zone culturelle provençale et ses franges, Béziers, 1990. (Thèse). Cf t. II. « L’enquête de 1807 ». En ce qui concerne le francoprovençal, cf. René Merle, Une Naissance suspendue. L’écriture des « patois » : Genève, Fribourg, Pays-de-Vaud, Savoie, de la pré-Révolution au Romantisme, Marseille, 1991.

2 À l’exception de la Dombes, principauté jusqu’en 1762, le reste du territoire est savoyard, puis français depuis le début du xviie siècle.

3 Le territoire de cette Bresse de l’Ain, Bresse du Sud, faisait partie du royaume de Lothaire, alors que la Bresse bourguignonne (Bresse louhannaise) était demeurée dans le royaume de Charles. Ainsi sera fixée la frontière nord entre les deux Bresses, qui deviendra celle entre les deux départements.

4 « Les Burrins sont en général de taille moyenne, robustes, vifs, nerveux et sanguins ; leur démarche est assurée, leurs muscles bien prononcés. La taille des autres Bressans des environs est plus haute, mais plus abandonnée : leur teint est plus clair, ils ont un caractère moins décidé : leur figure annonce la douceur et la bonhommie, et l’on ne remarque pas en eux l’air de fierté et même de rudesse qu’on observe dans les Burrins ».

5 Notamment Arbigny, Ozan, Sermoyer...

6 Botanistes et écologistes connaissent ses tourbières reliques.

7 Boz est aujourd’hui une petite localité agricole dont la population s’augment de néo-résidents travaillant dans les cités proches.

8 Traces architecturales essentiellement, et notamment les fameuses « cheminées-minarets ».

9 Riboud évoque des informations recueillies par M. de Sequeville quarante ans auparavant, de documents dessinés en 1774, transmis à M. de Montrevel, qui les lui avait transmis avant 1789.

10 « Motteta ou meuttetta signifie à Boz, fille de huit à neuf ans... Lutto ou loutto, la maison, Troilla, couvert de crasse ou de boue... », etc.

11 Par exemple de ce « Mamolin ou miamolin, petit enfant. On peut le regarder comme dérivé de mamma, mammelle ; mais on doit remarquer que la terminaison en in est arabe et maure, telle est celle du mot miramolin (défenseur de la loi, prince des croyants, avec lequel miamolin a beaucoup de rapports ». Par exemple encore de « cette famille nommée Adouard, mot arabe qui signifie, en cette langue, village ou camp ». De quoi déstabiliser tous les Audoard, Audouard, Edoard méridionaux...

12 B.N.F. N.A.F. 5910.

13 Statistique nérale de la France, publiée par ordre de Sa Majesté lEmpereur et Roi sur les mémoires adressés au Ministre de l’Intérieur, par MM. les Préfets. Département de l’Ain. M. Bossi, Préfet. Paris, Testu, 1808.

14 Chansons et lettres patoises Bressanes, Bugeysiennes et Dombistes, par Philibert Le Duc, Bourg-en-Bresse, Martin-Bottier, libraire-éditeur, 1881.

15 Lou Noyé brayssan. Les Noëls bressans de Bourg, de Pont-de-Vaux et des paroisses voisines, augmentés de plusieurs couplets inédits ; suivis de six noëls bugistes, de trois anciens noëls français et des airs en musique ; Corrigés sur les premières éditions, traduits et annotés Par Philibert Le Duc, Garde Général des Forêts, Secrétaire de la Société royale d’Émulation de l’Ain. Bourg-en-Bresse, Librairie de Martin-Bottier, 1845.

16 Les sages filles du village/la Charmont, la Colas et la Grand/Et les garçons les plus sauvages/Eurent grand pitié de l’enfant.

17 Gisèle Roche-Galopini, « La Seconde République et le Coup d’État dans la région lyonnaise : Ain, Saône-et-Loire », in 1851 Une insurrection pour la République, Actes des journées d’étude de 1999 et 2001, Association 1851 pour la mémoire des résistances républicaines, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

René Merle, « Autour de l’enquête sur les patois de 1807 Conscience de langue : vers l’éclatement ou vers l’unité ? L’exemple de la Bresse »Lengas [En ligne], 60 | 2006, mis en ligne le 22 juin 2021, consulté le 27 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lengas/5043 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lengas.5043

Haut de page

Auteur

René Merle

Le Kallisté D, 267 Bd Charles Barnier — F 83000 Toulon. <www.rene-merle.com>

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search