Navigation – Plan du site

AccueilNuméros59compte renduFrançoise Movran, Le monde comme ...

compte rendu

Françoise Movran, Le monde comme si. Nationalisme et dérive identitaire en Bretagne

Philippe Martel
Référence(s) :

Françoise Morvan, Le monde comme si. Nationalisme et dérive identitaire en Bretagne, Arles, Actes Sud, 2002, 344 p. ; rééd. Arles, Babel/Actes Sud (no 88), 2004, 392 p.

Texte intégral

1Voilà un livre dont il n’est pas aisé de rendre compte. Il associe plusieurs dimensions, qui ne sont pas de même nature, et posent des problèmes divers.

2À un premier niveau, et malgré un sous-titre d’apparence froidement scientifique, ce livre est un grand cri d’amour déçu, qui vire au cri de haine. Et, pour rester dans le cadre breton, c’est un peu l’anti Comment peut-on être Breton ? de Morvan Lebesque. On a donc là un itinéraire personnel, conté sur un ton allègre, virant parfois au persiflage. En gros, l’histoire qui nous est racontée est exemplaire : une petite Bretonne de Paris prend un « coup de Breizh » sur la tête, devient militante de la cause bretonne, au point de se faire muter dans un collège de Bretagne intérieure, participe à la création d’une école Diwan, en dépit de toutes les oppositions qu’elle rencontre, se fait traductrice de poètes bretons, bien qu’ils soient épouvantablement mauvais, et finit par choisir comme sujet de thèse d’État d’abord l’étude d’un poète breton de langue française, Armand Robin, avant d’entreprendre dans une seconde thèse l’édition des carnets d’enquête du poète et folkloriste François Luzel, une des sommités de la culture bretonne au xixe siècle, célébré par Sainte-Beuve et ami de Renan. Là-dessus, elle est victime des agissements de son directeur de thèse, une autre sommité du mouvement breton — mais du xxe siècle. Et c’est alors que les yeux de Françoise Morvann se dessillent, et qu’elle découvre que le mouvement breton a été fondé par des fascistes, dont son directeur de thèse est l’héritier direct, que la conception de la langue et de la culture bretonne développée par ce mouvement est elle-même idéologiquement très suspecte. Elle découvre enfin que dès qu’elle ose braver le tabou et dire tout cela à haute voix, elle se trouve en butte à une persécution généralisée, avec la quasi-totalité de la mouvance des défenseurs du breton à ses trousses. Tandis qu’in fine apparaît à ses yeux la seule cause qui vaille d’être défendue, celle de la francophonie. Car s’il est une langue qui recule, dans le monde entier, et qu’il faut sauver de toute urgence, c’est bien le français...

3Il y a de la souffrance dans ce livre, et le sentiment très fort, chez Françoise Morvan, d’avoir été grugée. Elle a sans doute ses raisons. Son conflit avec son directeur, si on la suit, porte sur les modalités de la transcription des manuscrits de Luzel : elle veut les éditer tels qu’ils sont, alors que Per Denez entend les lui faire transcrire dans un breton « unifié », et dans la graphie qui va avec. Sur ce point précis, c’est d’ailleurs elle qui a raison, du point de vue des règles de l’édition savante : la solution proposée par Per Denez revient à traduire le texte, au fond, donc à le trafiquer, d’une certaine manière. Je laisse de côté la suite, judiciaire, de l’histoire telle que Françoise Morvan la raconte, n’ayant ni les moyens de vérifier ses propos — je suppose que Denez a sa propre version — ni l’envie de m’embarquer dans une querelle qui paraît d’une rare violence. A priori tout est possible, compte tenu de ce qu’est le petit monde universitaire, dont nul ne croit sérieusement qu’il est peuplé exclusivement de doux intellectuels arborant lunettes d’écaille et vestons de tweed renforcés aux coudes. Ce que je peux dire par contre, c’est que les conséquences qu’en tire Françoise Morvan me posent problème à plus d’un point de vue.

4C’est peu de dire qu’elles sont ravageuses. Car au second niveau du livre on dépasse le cadre d’une mésaventure personnelle pour déboucher sur un réquisitoire politique d’une grande violence. D’un seul coup d’un seul, tout ce que notre auteur adorait est maintenant destiné au bûcher, et rien ne doit en survivre. Tous les anciens amis se muent en sectaires hideux attachés à sa perte. Les pires étant d’ailleurs les militants bretons « de gauche ».

5Il est vrai que pour F. Morvan on ne peut guère être à la fois de gauche et militant breton, puisque le mouvement tel qu’il est, l’Emsav, porte à jamais les stigmates de ses origines fascistes et de sa collaboration avec les Allemands. Là encore, pas d’exception. Même ceux dont on croyait naïvement qu’ils étaient de gauche dans l’entre deux guerres ne l’étaient pas. Et c’est ainsi que Françoise Morvan démolit Yann Sohier, l’instituteur laïque fondateur de l’association Ar Falz, et, par ricochet, cette association elle-même, puisqu’elle existe encore. J’ai eu l’occasion de rencontrer des gens d’Ar falz, dans un cadre syndical d’ailleurs, et de lire leur revue. J’ai jadis connu et apprécié Armand Keravel, militant historique d’Ar Falz. Ai-je le droit de dire que je n’ai pas eu l’impression, à aucun moment, d’avoir affaire à des fascistes camouflés ?

6Ceci dit, il y a bel et bien eu des fascistes, nombreux et actifs, dans l’Emsav de la première moitié du siècle, et ses survivants n’ont jamais manifesté de regrets de leur engagement d’alors. Et le fait qu’il y ait eu aussi des fascistes partout en France à la même époque, s’exprimant en français et défendant une certaine idée de la France, n’est pas vraiment consolant. Sur ce point, F. Morvan a raison, bien sûr. Mais ne découvre-t-elle pas l’Amérique ? Veut-elle vraiment nous faire croire qu’elle n’avait jamais entendu parler des choix de ces militants bretons du temps de la guerre ? Il lui suffisait pourtant de lire l’Histoire de la Bretagne de Yannick Guin (Maspéro, 1977) ou, de Michel Nicolas, l’Histoire du Mouvement breton (Syros, 1982). Sans parler de la revue La Taupe Bretonne, dès le début des années 1970, ou les travaux des animateurs de cette revue, J. Y. Guiomar, ou A. Le Guyader. F. Morvan les cite à peine (et Guin pas du tout). Leurs travaux étaient pourtant accessibles. Je les ai bien lus, moi, et dès leur parution. Quant on veut connaître l’histoire du mouvement auquel on adhère, on le peut. Il suffit de le vouloir, justement, et de s’en donner les moyens. Mais on préfère ordinairement ne vouloir en connaître que la facette qu’il montre au moment où on y entre. Ceci ne vaut pas seulement pour le mouvement breton, mais pour tous les partis et tous les syndicats : tous ont leurs armoires à cadavres plus ou moins copieusement remplies. On me dispensera de fournir des exemples éclairants.

7Par ailleurs, Françoise Morvan, dans sa rage d’avoir été bernée par les fascistes, décide d’en voir partout dans le mouvement breton, désormais, grâce à un raisonnement ingénieux sur la tactique sournoise de ce mouvement, qui tout en restant au fond assez monolithique, affecte volontiers de présenter plusieurs visages, de façon à ratisser le plus large possible : c’est ainsi que Sohier, militant nationaliste, affecte, lui, d’être communisant pour séduire la gauche bretonne, comme le fera par la suite l’U.D.B., « le troisième parti de gauche en Bretagne », que Françoise Morvan déteste visiblement. À partir de là, il est clair que toute réfutation ou élément de réponse venant de ce côté ne peut être interprété par elle que comme un nouveau rideau de fumée destiné à cacher la vraie nature de l’Emsav. Même les tentatives critiques émanant du milieu bretonniste lui-même ne trouvent pas grâce à ses yeux, comme les actes de ce gros colloque Bretagne et identités régionales pendant la seconde Guerre mondiale publié en 2002 par le Centre de Recherches Bretonnes et Celtiques de l’Université de Brest. Je peux pourtant témoigner que ses animateurs sont peu suspects de tentations nationalistes bretonnes ou fascistes. Françoise Morvan ne donne ni le titre de ce colloque ni la référence bibliographique des actes, privant ainsi le lecteur curieux de la possibilité d’aller vérifier par lui-même. Mais elle prend soin de donner sa version de la vraie fonction de l’entreprise : déminer le problème de la collaboration « selon la méthode universitaire fragmentation, dilution, élimination (...). Et c’est un grand colloque scientifique, un colloque accompagné d’un barrage médiatique soigneusement orchestré : notre devoir de mémoire est fait, la presse jacobine ne viendra plus nous chercher des poux » (p. 272). Est-il besoin de préciser, après avoir lu l’ouvrage en question, que son contenu ne correspond guère à ce que l’on vient de lire ? Mais l’important est de déconsidérer l’entreprise, de façon à ce que seule, ou peu s’en faut, Françoise Morvan apparaisse comme porteuse de la vérité sur le mouvement breton. C’est pousser le bouchon un peu loin.

8Même extrémisme dans sa perception de la littérature bretonne. Les écrivains bretons sont tous mauvais (et de toute façon tous de droite, voir plus haut). Elle ne cite que peu de noms, d’ailleurs bien choisis, de son point de vue. Elle trouve Anjela Duval, poétesse paysanne, assez illisible, et vérification faite elle a plutôt raison. Mais n’y en a-t-il vraiment pas de meilleurs ? Nulle mention chez elle d’un Paol Keineg par exemple, l’auteur de Barzhonegoù-trakt, poèmes, tracts, aussi peu fascistes que possible, et fort lisibles encore par ailleurs, même si le genre de la poésie militante est, à coup sûr, passé de mode.

9Sa haine vigilante du mouvement breton l’amène à lui attribuer une capacité de nuisance assez disproportionnée. S’appuyant sur toute une littérature souverainiste — Yvonne Bolmann, les adversaires de gauche et de droite de la Charte des langues minoritaires, la revue Hérodote —, elle brosse le tableau d’une offensive antifrançaise de tous les micronationalismes de l’Hexagone, soutenus dans l’ombre par une officine allemande, la FUEV. La revendication linguistique et culturelle est ainsi ramenée à une pure manœuvre allemande pour renforcer son hégémonie sur l’Europe. Arrivée à ce point, pourquoi n’irait-elle pas plus loin ? C’est bel et bien au mouvement breton, et à son entrisme dans le CELIB des années cinquante (le chantre de la modernisation de la Bretagne), que l’on doit, en dernière instance, la prolifération polluante du cochon breton : il y a du nitrate dans la nappe phréatique, c’est la faute à l’Emsav ! Là encore, ne peut-on raison garder ? Ce n’est pas parce qu’effectivement toute une frange du patronat breton joue volontiers la carte identitaire pour rehausser son image de marque qu’il faut y voir la preuve d’une alliance entre le nationalisme breton et le grand capital, qui a à sa disposition des alliances autrement plus valorisantes, et efficaces. La réduction drastique de la place du breton sur les ondes de T.V.-Breizh montre d’ailleurs bien le fond de la pensée de ces gens. Ce qui les intéresse, c’est un logo, pas une culture. Et dès lors, on ne se trompe pas d’adversaire : F. Morvan proclame bien haut ses convictions anticapitalistes ; dans ce cas, pour elle, le vrai ennemi, le vraiment dangereux, ce doit être le capitalisme, pas la manipulation cynique par certains de ses agents d’un discours sur la bretonnitude, la celtitude, Dieu sait quoi encore, qui n’a d’autre fonction que décorative.

  • 1 Rappelons qu’il s’agit des P.E.G.C., Professeurs d’Enseigement Général en Collège, un corps en voie (...)

10On ne peut pas laisser de côté, enfin, un certain nombre d’aspects assez déplaisants de la prose de Françoise Morvan. Passe encore qu’elle ait d’elle-même, de ses mérites, de ses talents et de ses œuvres une excellente opinion. Mais on ne peut s’empêcher de tiquer devant ce qu’elle dit de son entrée dans le monde de l’enseignement, un monde qu’elle a d’ailleurs fui assez vite. Il y a d’abord les filles du lycée technique de Champigny-sur-Marne, qui passent leur temps à se faire les ongles pendant les cours. Et puis après, la mutation en Bretagne. Car à l’en croire quand on est agrégée, ce n’est pas simple d’avoir un poste en Bretagne, surtout dans des collèges où seuls peuvent enseigner les Péheugécés, comme elle écrit1. La façon dont Françoise Morvan présente les modalités des mutations dans l’Éducation Nationale laissera rêveurs ceux qui savent un peu comment ça marche. Comme laisse rêveur le récit de la confrontation de l’héroïne avec l’univers mesquin de ces enseignants du fin fond de la Bretagne, qui ne comprennent rien aux audaces pédagogiques qu’elle cherche à introduire, tandis que son chef d’établissement va jusqu’à faire passer sa note administrative de 19 à 16. Là encore, ceci laissera rêveurs ceux qui savent un peu comment fonctionne la notation des personnels enseignants. L’impression générale qui se dégage du tableau est quand même celle d’un contact brutal avec une réalité qui a peu à voir avec le fantasme d’une Bretagne authentique nourri par une Bretonne de Paris : l’ironie assez lourde masque peut-être ici la trace d’une blessure intime. Le lecteur pressé n’en apprendra pas moins que, conformément à un très vieux stéréotype, le Breton boit quand il va à un fest-noz, du moins tant que Françoise Morvan ne tient pas la buvette, car alors elle veille au grain. Il y a là des choses qu’on aurait préféré ne pas lire.

11Mais le fond du problème est ailleurs, dans la façon dont Françoise Morvan aborde la question de la langue et de la culture bretonnes.

12Tout ce qui est excessif étant insignifiant, on se gardera ici de grandes envolées sur le Génocide-Culturel-Perpétré-Par-la-France-Jacobine. Mais ce n’est pas une raison pour faire l’impasse sur les raisons qui expliquent non seulement le recul du breton, comme des autres langues de France, mais encore le fait que ses locuteurs naturels sont souvent les derniers à vouloir militer pour sa sauvegarde, comme F. Morvan le découvre à son arrivée dans son collège « au pays ». Sur le premier point, autant il est excessif de prétendre que l’attitude de tous les instituteurs officiant en Bretagne se résume jusqu’à une date récente à l’usage du « symbole » comme moyen de répression des petits patoisants, autant il est pour le moins léger d’expédier le problème en quelques lignes placides : « ... et cette manière de faire croire que le breton était interdit parce que la langue de l’école était le français (...). Aurait-il fallu que l’école soit faite en deux langues ? On se dit que oui. Seulement ça ne s’est pas fait » (p. 326). Et voilà. Et on n’a pas à en savoir plus. Ni à se demander pourquoi la bourgeoisie, « républicaine » ou non, et ses agents idéologiques les Inspecteurs, sur le terrain, ont explicitement refusé de mener de front diffusion nécessaire du français et prise en compte respectueuse de la réalité des pratiques langagières des enfants et de leurs parents. Ce qui a peut-être à voir avec un mépris certain pour ces langues et, partant, pour ceux qui les parlent, et peut-être aussi, pour utiliser des concepts que Françoise Morvan peut connaître et utiliser, avec une stratégie d’établissement de l’hégémonie idéologique des classes dominantes sur les classes subalternes, stratégie dans laquelle l’imposition d’une langue unique, élitaire et sévèrement normée joue un rôle central.

13Cette stratégie a bien fonctionné, d’ailleurs. F. Morvan note sans se poser de question que les parents d’élèves de Rostrenen au xixe siècle reprochaient justement à l’instituteur de ne pas faire assez de français en classe. Elle semble ignorer le B-a ba de la sociolinguistique et le concept de self-hate (auto-òdi en occitan et catalan), de haine de soi, inculqué aux minoritaires par l’idéologie dominante, et qui fait que comme signalé plus haut, ce sont souvent des locuteurs natifs qui sont les plus hostiles à l’introduction des langues de France à l’école, parce que cette introduction remet en cause la hiérarchie des langues qu’on leur a inculquée, et signifie surtout la négation de tout le travail d’éradication de leur propre langue qu’ils ont accepté de faire pour mieux se conformer au modèle dominant, dans l’espoir de grimper un tant soit peu dans l’échelle sociale. Ce sont là des choses qui ont été pensées et dites depuis assez longtemps déjà, et par des gens qui n’étaient pas des militants bretons nostalgiques du fascisme.

14La même réflexion sociolinguistique trouverait un aliment intéressant dans la façon dont Françoise Morvan oppose un breton réel, celui de sa grand mère, de l’ami Lomig, des gens du village, au breton « chimique » de Roparz Hémon et de ses disciples. Il est tout à fait exact que l’on trouve des militants du breton, comme des autres langues d’ailleurs, pour considérer que la langue ne peut survivre que si elle est rigoureusement standardisée. Ceux-là considéreront effectivement la persistance des parlers naturels comme un obstacle au triomphe de la variété standard et unifiée, et appelleront de leurs vœux la disparition rapide des derniers locuteurs de ces langages vulgaires, non expurgés. On a là un bel exemple d’effet-miroir : ce breton (ou cet occitan, ce basque, etc.) unifié prend comme modèle les « grandes » langues nationales, qui le plus souvent n’ont plus qu’un rapport lointain avec la langue/les langues/les variétés de la langue réellement parlées. La première chose que comprend le bon élève d’allemand ou d’espagnol ou d’italien ou d’anglais « standard » qui débarque dans le pays, c’est que les gens ne parlent pratiquement jamais comme son professeur, qu’ils parlent autre chose. Mais ils ont une connaissance plus ou moins poussée de la langue standard, parce que cette connaissance leur est indispensable dans la société dans laquelle ils vivent. Et il est clair que le breton standard, au contraire des langues officielles d’Europe, ne correspond à aucun besoin communicationnel réel en société, puisqu’il n’est pas la langue d’un État qui a les moyens d’en imposer la connaissance et la pratique à ses citoyens. Sa sacralisation n’en fait donc rien d’autre qu’un simulacre, un symbole, voire un totem. Un objet artificiel de toute façon. Ceci dit, le français qu’écrit Françoise Morvan n’est pas, lui non plus, la langue que parle le petit peuple. C’est bel et bien un français standard — ajoutons, le français d’une brillante agrégée qui maîtrise les bons auteurs classiques, que la plupart des élèves de nos collèges ont de plus en plus de mal à déchiffrer. Et la plupart des auteurs français, à des degrés divers, utilisent le même, puisque c’est celui qu’on leur a appris à écrire. Il y a bien eu un Céline pour essayer de bâtir une autre langue, mais il me semble me souvenir que Céline n’était pas vraiment révolutionnaire, et pas plus résistant, à coup sûr, que feu Roparz Hémon...

15Autre chose : F. Morvan associe le « vrai breton » à tout un monde disparu, celui du décor familier des vacances de son enfance, — haies, marais, lieux-dits, que la modernité a effacés sans recours. Du coup tout se passe comme si la langue avait rejoint ce monde disparu dans son engloutissement. Et dès lors que le monde où la langue était celle de tous les jours a disparu, pourquoi la langue devrait-elle survivre ? On est là assez proche d’une conception du breton comme lié indissolublement à la civilisation rurale traditionnelle, à un petit monde de paysans et d’artisans villageois qui n’existe plus. On aurait alors envie de signaler à l’auteur que cette conception de la langue liée intrinsèquement à une étape de l’évolution socio-économique, et incapable de s’en affranchir, de s’adapter à une autre étape, date un peu. Même feu Staline avait fini par comprendre que ce n’était pas aussi mécaniquement simple. À moins bien entendu que cette valorisation attendrie d’un breton parfaitement authentique, mais non moins parfaitement mort, n’ait d’autre fonction que de justifier l’abandon définitif de tout projet pour la langue. Là encore, les sociolinguistes rencontrent fréquemment sur le terrain de ces locuteurs potentiels aussi nostalgiques de la langue de feue leur grand-mère qui, elle, savait parler, que réticents face à ces petits jeunots qui prétendent enseigner le patois à l’école alors que ce ne peut pas être le vrai patois, puisque seule la grand-mère savait le parler, mais elle est morte. Le purisme sourcilleux, la défense éloquente de la Langue-Authentique-De-Nos-Anciens, contre toute appropriation de cette langue par d’autres, sous une autre forme, voilà une des stratégies les plus astucieuses du renoncement tranquille à l’idée de sa survie. Nulle part Françoise Morvan ne laisse entendre qu’elle a écrit, ou essayé d’écrire en breton, ne serait-ce que pour rehausser le niveau de cette si nullissime littérature bretonne. Alors que de toute évidence elle se régale à écrire en français, et qui le lui reprochera ? Mais cela jette quand même un doute sur ses protestations d’amour pour le breton, le vrai. Elle ne l’aime de toute évidence pas assez pour oser affronter avec lui la page blanche, celle qu’il faut peupler des mots que l’on va chercher au fond de soi.

16Mais au fond, est-ce la langue qui au départ l’a à ce point séduite ? Elle parle d’un coup de Breizh, d’un coup de Bretagne, pas d’un coup de brez-honeg (ou, puisqu’elle préfère cette graphie, de brezoneg), d’un coup de breton. Et si son « monde comme si », au départ, cela avait été le Pays, le Territoire, le Peuple, la Bretagne, cela même qui fait vibrer ses ennemis d’aujourd’hui, autant d’abstractions patriotiques, quoique fort mobilisatrices, et non la langue, avec toutes ses potentialités et toutes ses limites, la langue qui selon ce qu’on lui fera dire dira le fascisme, la révolution, la vie quotidienne, le tiercé du matin, la question de l’existence de Dieu ou celle du traité européen ?

17La langue, non point un trésor caché, un héritage, un patrimoine, l’attribut sacralisé de l’appartenance à la Race, mais la parole, celle qui ne sert pas, ou pas seulement de signe de reconnaissance au groupe de ceux qui la parlent, mais qui sert d’abord et avant tout à parler, tout simplement. Et à ce point de vue, le breton n’est pas différent des autres langues, de toutes les autres langues. Comme les autres, il peut servir, il a servi à véhiculer des discours de haine et d’exclusion. Mais comme les autres, il peut dire, il a dit et il dit le refus de ces discours et de ceux qui les portent. Aveuglée par sa rancœur, Françoise Morvan n’aurait-elle pas oublié ce fait tout simple ?

Haut de page

Notes

1 Rappelons qu’il s’agit des P.E.G.C., Professeurs d’Enseigement Général en Collège, un corps en voie d’extinction recruté, avant le temps du collège unique, dans le corps des instituteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Martel, « Françoise Movran, Le monde comme si. Nationalisme et dérive identitaire en Bretagne »Lengas [En ligne], 59 | 2006, mis en ligne le 23 novembre 2021, consulté le 30 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/lengas/5309 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lengas.5309

Haut de page

Auteur

Philippe Martel

C.N.R.S., LAHIC-Redòc, Université Paul Valéry, Montpellier

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search