Navigation – Plan du site

AccueilNuméros91L’aroumain, dialecte du roumain o...

L’aroumain, dialecte du roumain ou langue à part ?

Histoire d’une controverse
Nicolas Trifon

Résumés

Longtemps considérée comme allant de soi, l’idée que l’aroumain serait un dialecte du roumain fera après la Seconde Guerre mondiale l’objet d’une tentative d’argumentation scientifique par des linguistes de renom, tels A. Rosetti ou D. Macrea et, plus tard, M. Caragiu Marioţeanu au cours de la vive polémique qui les a opposés à A. Graur et I. Coteanu. Devenue thèse quasi officielle en Roumanie, cette idée fut battue en brèche à partir des années 1990 par les requêtes d’un intervenant collectif inattendu, les locuteurs de l’aroumain désireux de cultiver et transmettre leur langue maternelle. Hors de Roumanie, nombre de chercheurs notamment de langue allemande, tels W. Dahmen et J. Kramer puis T. Kahl, s’en firent l’écho, sans que leurs collègues roumains infléchissent pour autant leur position.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Pi armâneashte (résumé en aroumain)

Multu chiro, idheia câ limba armâneascā eara unu dialect a limbāljei româneascā fu luyursitā di siguru aduchitu. Mashi dupā doilu Polimu mondialu s-câftā unâ argumentatsie shtiintsificā tu polemica anamisa di A. Rosetti, D. Macrea shi M. Caragiu Marioţeanu (ma amânatu) versus A. Graur shi I. Coteanu. Aestā idhei, cari avea agiumtā versiunea ofitsialā tu România, fu scuturatā di câftārli a niscântor armânji, tsi azbura armâneashti, adnatsi tu ma multi sutsati ditu România, cari lâ avea hari s-u tsânā arada shi adetsli armâneshtsā, shi s-u alasā limba di dadā la bârnurili tsi yinu dupu elji. Nafoarā di România, ma multsā lingvistsâ, maxux atsei di limba ghirmanā (W. Dahmen, J. Kramer shi deapoia T. Kahl), lji-andrupârâ, ama lingvishtsâlji români nu sh’alāxirā mintea.

La question

  • 1 Nous utilisons cette forme peu usitée en français afin d’éviter la confusion avec les « Valaques » (...)

1La question de savoir si l’aroumain, parlé au carrefour de la Grèce du Nord, du Sud albanais et de la Macédoine du Nord – ainsi que le vlach1 meglénite, parlé dans le Meglen, bassin situé à la frontière de la Macédoine du Nord avec la Grèce, et le vlach istrien parlé dans la presqu’île croate – étaient des langues à part plutôt que des dialectes du roumain a été soulevée pour la première fois en Roumanie dans le contexte très particulier des années 1950, pour inaugurer une controverse à multiples rebondissements dont l’histoire et l’enjeu jusqu’à ce jour font l’objet de cet article.

Quand les linguistes prennent le pas sur les historiens …

  • 2 En parlant dans son Histoire… de la ville de Trieste des « Cici », le nom sous lequel les Vlachs d’ (...)

2En effet, les trois idiomes issus du latin populaire au temps de l’administration romaine de larges zones de la péninsule balkanique sont connus en Roumanie et, à partir de ce pays, sur le plan international sous le nom de macédoroumain (puis, en alternance, aroumain), meglénoroumain et istroroumain alors que leurs locuteurs se désignent eux-mêmes comme armānji ou rrāmānji, les premiers, vlaș les deuxièmes et vlåš2 les troisièmes. Ces néologismes qui font précéder le terme « roumain » de précisions d’ordre géographique furent forgés par les linguistes roumains depuis la fin du xixe siècle dans la perspective de leur parenté avec le roumain parlé au nord du Danube. Ce dernier fut appelé, pour la circonstance, « dacoroumain », du nom de la province administrée par les Romains entre 107 et 271. Rappelons que l’administration romaine a duré plus longtemps au sud qu’au nord du Danube (la fondation de la province romaine de Macédoine remonte à 146 av. J.-C. alors que la division de l’Empire romain a lieu en 395) et que l’espace roumanophone actuel est séparé des zones où habitent traditionnellement les Aroumains et les Vlachs meglénites et istriens par les pays de langue bulgare, serbe et croate.

3Enfin, pour donner un ordre de grandeur, rappelons que, si le nombre des roumanophones de Roumanie et de République de Moldavie est d’environ 25 millions, celui des aroumanophones est estimé, dans l’absence de données statistiques fiables, à environ 300 000, tandis que les Vlachs du Meglen ne dépassent pas quelques milliers et ceux d’Istrie quelques centaines. Il y a donc un écart substantiel entre le nombre, non seulement des Roumains par rapport à tous les autres « Roumains du Sud », mais aussi entre le nombre des Aroumains et celui des Vlachs meglénites et istriens. Dans ces trois derniers cas, leur nombre décroit sensiblement depuis plus d’un siècle en raison de leur isolement et de leur éparpillement. Seul le cas de l’aroumain sera traité dans cet article.

4Les linguistes roumains justifient le recours à ces appellations savantes par l’hypothèse d’une langue commune initiale qui, sous la pression des grandes migrations et de l’établissement des Slaves au vie siècle dans la région, aurait éclaté pour donner lieu au dacoroumain, au macédoroumain ou aroumain, au meglénoroumain et à l’istroroumain. Ils font remonter la séparation à des dates pouvant aller du vie siècle (Philippide 1928, 404-405) au xiiie siècle (Densuşianu 1901, 328). Un certain consensus semble s’être s’est établi autour du ixe siècle. Dans l’absence d’une documentation suffisante sur cette longue période, les historiens, y compris les médiévistes roumains les plus réputés, se montrent plus réservés sur la version échafaudée par les linguistes.

Le « déni d’autochtonie » des Aroumains du Pinde

  • 3 Signalée à la fin du premier millénaire par la Gesta Hungarorum du notaire anonyme de Bela III (117 (...)
  • 4 Leur présence est signalée en 976 par Skylitzes (in Cedrenus, Synopsis Historiarum, éd. I. Bekker ( (...)

5Le raisonnement fondé sur la séparation des futurs Roumains, Aroumains et autres Vlachs postulé par les grands noms de la linguistique roumaine a eu, à la longue, des conséquences quelque peu embarrassantes. En effet, le territoire géographique où se serait produite la séparation entre les « Roumains du Nord », dits désormais « Dacoroumains », et les « Roumains du Sud », c’est-à-dire les Aroumains, les Vlachs meglénites et istriens - était fort étendu : du nord des Carpates au sud du Pinde, entre les mers Noire et Égée à l’est et l’Adriatique et la mer Ionienne à l’ouest. Quelle que fût la date avancée, l’opération impliquait des déplacements de population à partir d’un noyau central vers le nord, le sud et l’ouest. Dans le premier cas, cela pouvait conduire à mettre en doute l’autochtonie des futurs Roumains sur les territoires qu’ils occupent aujourd’hui, ce qui n’aurait manqué de peser dans les controverses sur les premiers occupants de la Transylvanie3. Aussi, tout en parlant des mouvements de population vers le nord du Danube, les auteurs roumains préciseront que cette population s’est agrégée à la population romanisée du temps de l’administration romaine de la Dacie restée sur place après l’abandon de cette province par l’empereur Aurélien. A cette fin, ils auront recours à la notion de « dacoroumain » dont la différence par rapport à celle de « roumain » ne sera pas toujours très convaincante. En revanche, les futurs Aroumains, attestés à partir de la fin du xe siècle dans la zone du Pinde par les chroniques byzantines4, étaient fréquemment présentés au départ comme provenant d’une migration depuis des régions situées au nord de ce massif. Plusieurs philologues, d’origine aroumaine surtout, tels Pericle Papahagi (1872-1943), Tache Papahagi (1892-1977) et Theodor Capidan (1879-1953), rejettent cependant expressément cette théorie fondée sur l’immigration, en soutenant l’autochtonie des Aroumains dans le Pinde, fait remarquer la la linguiste Elena Scărlătoiu, auteure de nombreux travaux sur des rapports entre les Vlachs balkaniques et les Slaves du Sud (Scărlătoiu 1979). Les divergences de vue entre les tenants de l’hypothèse « immigrationiste » et de celle « autochtoniste » n’a pas donné lieu à une controverse explicite en Roumanie (Poghirc 1990). Peut-être est-ce en raison de ce qui dans la région peut faire figure de déni potentiel d’autochtonie que la question de l’origine septentrionale des Aroumains de la zone du Pinde fut mise en veilleuse en Roumanie ces derniers temps.

6L’enjeu des origines communes de la langue parlée par les futurs Roumains et Aroumains n’est pas seulement d’ordre linguistique. La métaphore qui revient si souvent sur le « tronc commun », dans le sens « origine commune », est spécieuse. En effet, c’est en remontant aux origines supposées communes du roumain et de l’aroumain que ce dernier est considéré comme dialecte « historique » du roumain et que ses locuteurs se voient assigner une place au sein du peuple roumain.

7Or, quand bien même l’hypothèse d’une lointaine origine commune est envisageable, quand bien même on estime le raisonnement des linguistes suffisamment ingénieux pour pallier l’absence de preuves historiques à même de l’étayer, son invocation réitérée, qui plus est sous la forme d’une « vérité » scientifique, a manifestement vocation à minimiser les différences qui se sont accumulées entre la séparation qui aurait eu lieu au ixe siècle et l’intervention de l’État roumain après le milieu du xixe siècle, soit au cours des mille ans qui se sont écoulés entre ces deux dates.

Le contexte géo-historique : quelques repères

  • 5 L’ouvrage de référence sur cette période est celui de Max Demeter Peyfuss (1974).

8Qu’est-ce qui pouvait bien conduire les Roumains à s’intéresser à ceux qu’ils appelleront les « Roumains du Sud » et à mettre à leur disposition un réseau d’écoles roumaines en Turquie d’Europe à peine quelques années après la formation de leur premier État moderne en 1859 ? Les motivations intellectuelles et sentimentales ont pu jouer un certain rôle, mais, pour ce qui est de l’engagement effectif, c’est le contexte géo-historique particulier de la période qui s’étend de la fin de la guerre de Crimée (1856) et surtout du congrès de Berlin (1878) à la Première Guerre mondiale qui semble avoir été déterminant. Si la revendication des territoires peuplés par des Roumains administrés par les Empires austro-hongrois et russe était hors de sa portée (Iorga 1933, 11), le jeune État roumain pouvait toujours regarder vers le sud, dans les régions restées sous contrôle ottoman qui faisaient l’objet d’incessants litiges d’ordre national. En attendant l’évolution de la situation internationale, ces « Roumains » récemment découverts par l’opinion publique roumaine pouvaient constituer un idéal mobilisateur et permettre au jeune État de peser sur la politique régionale. Quels pouvaient être les intérêts des Aroumains à adhérer à cette politique ? Ils suivaient pour la plupart déjà un cursus grec, dépendaient du Patriarcat de Constantinople et certains s’étaient déjà mobilisés en faveur de l’État grec moderne, indépendant depuis 1830. Les signes indiquant une aspiration nationale, pas forcément roumaine d’ailleurs, apparaissent surtout au sein de la diaspora aroumaine de Vienne, Buda ou Pest. Sur place, dans les Balkans, des segments de la population aroumaine vont se montrer disposés à leur tour à s’engager dans une perspective nationale et finiront par obtenir, avec l’appui des diplomates roumains, le statut de millet vlach5. La paix de Bucarest d’août 1913 signée à la fin de la seconde guerre balkanique mettra fin à cette dynamique. A partir de ce moment, l’État roumain se désengage progressivement. En partenariat avec certains notables locaux, il organise la colonisation de la Dobroudja du Sud récemment acquise aux dépens de la Bulgarie par une trentaine de milliers d’Aroumains et Vlachs meglénites auxquels il délivre la veille du départ des passeports roumains. Arrivés en familles entre 1925 et 1932, déplacés à nouveau lors de la rétrocession de la Dobroudja du Sud à la Bulgarie en septembre 1940, ils constituent le noyau central de la communauté aroumaine vivant de nos jours en Roumanie. Les écoles roumaines mises en place depuis 1864, encore tolérées en Grèce pendant l’entre-deux-guerres, sont définitivement fermées par les communistes qui, une fois arrivés au pouvoir en Roumanie, suspendront également les activités de la Société de culture macédoroumaine. Peu après l’implosion du régime communiste, cette association fondée en 1879 représentant à Bucarest les intérêts des Aroumains des Balkans et jouant le rôle de lobby en leur faveur auprès des gouvernements successifs fut réactivée et la volonté de poursuivre la politique en faveur des « Roumains du Sud » proclamée par les nouveaux gouvernants sans que les modalités concrètes soient clairement définies jusqu’à nos jours. On observe désormais un regain d’activisme culturel aux accents nationalistes des diplomates et émissaires roumains en direction de ceux qu’ils considèrent comme roumains en Macédoine du Nord, en Albanie et en Croatie, où ils sont reconnus officiellement comme vlachs ou aroumains. La Grèce, où traditionnellement vivent la plupart des Aroumains, n’est pas dans leur ligne de mire.

D’une controverse à l’autre : l’incidence des débats sur la langue moldave

  • 6 Graur reprenait ainsi à son compte la position soviétique exprimée en 1952 par le linguiste Viktor (...)

9Seuls les idiomes subordonnés à une langue nationale peuvent être considérés comme étant ses dialectes, affirmait en substance le linguiste Alexandru Graur (1900-1988). « Par conséquent, nous devons considérer que le latin oriental s’est scindé en cinq langues - sans compter le dalmate, disparu à la fin du siècle dernier : l’istroroumain et le meglénoroumain, les deux en voie de disparition, l’aroumain, qui mène une vie précaire, et le dacoroumain, dont s’est détachée ensuite la langue moldave. Ces deux dernières sont les seules à se développer librement et à fleurir sans entraves », concluait-il. Pour ce qui est de l’aroumain, il précisait que « séparé depuis longtemps du dacoroumain et sans possibilité de s’y fondre, il ne saurait être considéré comme un dialecte roumain » (Graur 1955, 127 et 125)6. Ces considérations étaient précédées d’un hommage appuyé aux interventions de Staline en linguistique. Victime sur le plan professionnel de la législation antisémite pendant la guerre, Graur était un proche du nouveau régime politique.

  • 7 Sur la polémique déclenchée par l’article publié par Mihail Roller sous le pseudonyme Mihail Sova d (...)

10Le véritable enjeu de ces considérations formulées en 1955 n’était pas l’aroumain mais le moldave, « langue nationale de la République socialiste soviétique de Moldavie ». Ceci ne pouvait pas échapper à la plupart des collègues de Graur déjà irrités par l’accueil bienveillant que ce dernier avait réservé aux propos de Mihai Roller, le responsable communiste de l’historiographie roumaine, qui soutenait que la langue roumaine avait un caractère prédominant slave et non pas latin7. Dans l’impossibilité de s’attaquer directement à des sujets aussi sensibles, les linguistes roumains laissent cette tâche au romaniste italien Carlo Tagliavini, qui présentera sous le titre « Une nouvelle langue romane, le moldave ? » (Tagliavini 1958) sa communication au Congrès international de linguistique et philologie romane de Florence en 1958. Eux-mêmes se concentrent sur la réfutation de la thèse de Graur présentant l’aroumain, le meglénoroumain et l’istroroumain comme langues distinctes du roumain. Objet de nombreux ouvrages, études et débats passionnés déjà avant la guerre, l’aroumain est propulsé de manière quelque peu inattendue à cette occasion au centre des préoccupations des linguistes roumains.

  • 8 « Tant l’aroumain que le meglénoroumain et l’istroroumain sont en voie de disparition. Ils disparai (...)

11« La différence entre la langue et le dialecte ne saurait être expliquée davantage par les facteurs historiques et politiques que par les facteurs structurels et génétiques », faisait remarquer Dimitrie Macrea (19561, 17), tandis que Romulus Todoran suggérait une distinction entre les « dialectes typiques ou convergents et les dialectes atypiques ou divergents », selon qu’ils peuvent ou non être intégrés dans une langue nationale. En raison de leur long isolement, l’aroumain, le meglénoroumain et l’istroroumain constituent des dialectes du roumain dans la seconde acception du terme, estime-t-il (Todoran, 1956, 100-101)8. Enfin, pour Alexandru Rosetti « le critère de subordination n’est applicable qu’en partie ; il est impensable en dehors du critère généalogique qui reste fondamental » (Rosetti 1958, 397).

12Si Graur lui-même modéra sa position plus tard, en suivant en cela l’évolution de la ligne du pouvoir communiste roumain, un autre linguiste, plus jeune, spécialiste en dialectologie, Ion Coteanu (1920-1997), le seul à l’avoir suivi dès le départ, défendit tout au long de sa carrière cette position au sujet des langues romanes sud-danubiennes sur lesquelles il travaillait. A propos de l’aroumain, il prend en 1959 une position qui tranche singulièrement dans le contexte roumain jusqu’à nos jours :

Si, au xixe siècle, une connaissance superficielle de l’histoire, combinée avec une fierté nationale mal comprise, explique aisément le fait de considérer la population aroumaine comme une partie du peuple roumain, puisque c’est pour cette raison qu’on les appelle Roumains, ce même fait a une signification beaucoup plus grave au xxe siècle chez ceux qui continuent à répandre cette idée. (…) Toute la littérature scientifique concernant les Aroumains, les Meglénoroumains et les Istroroumains contient d’une manière plus ou moins explicite cette opinion : du moment que les Aroumains, les Meglénoroumains et les Istroroumains parlent des dialectes roumains, ils sont roumains. Il existe donc des Roumains du nord et des Roumains du sud du Danube. (...) Les Aroumains n’ont jamais eu la conscience d’appartenir au même peuple que les Dacoroumains (Coteanu 1959, 9-10).

Les effets délétères du traumatisme des années 1950

13Il n’est pas facile de dire rétrospectivement dans quelle mesure les craintes nourries par la plupart des linguistes roumains à propos de ce qu’ils ont vécu comme une remise en question de la romanité du roumain sous la pression russo-soviétique étaient justifiées. Toujours est-il que les choses ont changé en Roumanie même, peu après, au début des années 1960, et leur ont donné en partie satisfaction. Dans la 2e édition de l’Introduction à la linguistique parue sous la direction de Graur, le moldave n’apparaît plus dans la liste des langues romanes tandis que les idiomes sud-danubiens sont présentés comme partie intégrante de la langue roumaine (Graur 1965, 247, 249). Le traumatisme subi à la fin des années 1940 et au cours de la décennie suivante par nombre de linguistes et d’intellectuels roumains, bien suivis sur ce point par des pans entiers de l’opinion publique, laissera cependant des traces jusqu’à ce jour. Introduites et appliquées de façon autoritaire, dans un climat de terreur et partant souvent de calculs politiques retors, certaines « innovations » et réformes adoptées à l’époque dite stalinienne s’inscrivaient en réalité dans une dynamique de modernisation. L’histoire des réformes de l’orthographe est un bon exemple. Perçue souvent comme une nouvelle preuve de la négation de la latinité du roumain, la réforme de 1953 qui prônait l’usage d’une seule lettre, « î », à la place de deux, « î » et « â », utilisées jusqu’alors pour le même phonème, confirmait une tendance à laquelle on assistait en Roumanie depuis un demi-siècle. Les réformes de 1904 et 1932 signifiaient déjà la volonté d’abandonner le système d’écriture étymologique au profit de celui dit phonétique. La réforme de 1964 corrige la précédente en imposant le retour de la lettre « â » pour « România » et la famille lexicale « român », annonçant ainsi le tournant national du régime communiste. Après l’implosion de celui-ci, la réforme de 1993 ira nettement plus loin en généralisant l’usage sous certaines conditions de deux lettres « î » et « â » pour un même phonème. Elle fut votée en force par l’ensemble des membres de l’Académie, malgré l’opposition des linguistes, sous le prétexte que l’abandon de la lettre « â » avait altéré le caractère latin du roumain. À l’heure actuelle, une partie seulement de la presse et des maisons d’édition se conforme aux nouvelles règles, ce qui ne peut qu’alimenter l’insécurité linguistique des roumanophones.

14De la même façon, on peut faire remarquer que, par certains côtés, les prises de position du très stalinien en ce temps mais aussi linguiste respecté Graur à propos des idiomes sud-danubiens préfiguraient les développements ultérieurs de la linguistique, à travers des disciplines comme la sociolinguistique et de l’anthropologie. Il s’agit là d’une chose que tout une génération d’intellectuels qui avaient contribué d’une manière ou d’une autre à limiter les dégâts occasionnés par les mesures des années 1950 peine à envisager sereinement. La linguiste d’origine aroumaine Matilda Caragiu Marioțeanu (1927-2009) fait partie de ces intellectuels roumains dont le prestige n’a cessé de grandir après 1989 et qui vont peser sur le débat public. Le traumatisme des années 1950 semble avoir un rôle non négligeable dans l’exposé passionné des sentiments et des arguments de cette éminente spécialiste sur le présent et l’avenir des Aroumains et de leur langue.

Le Dodécalogue des Aroumains selon Matilda Caragiu Marioțeanu

15Née en Grèce en 1927, M. Caragiu Marioțeanu est arrivée à l’âge de huit mois dans la Dobroudja du Sud que sa famille devra quitter treize ans plus tard. Issu d’une famille de bergers (en ar. picurari), son père avait été scolarisé en grec, sa mère en roumain.

16« Mini lu-ntribamu cathi oară tata câ țe vini şi elu đâțea : “Ți s-fâțeamu, feata a mea. Yinea tuți ficioril’i a noştri învățaț şi fâțea propayandâ ti România, s-yinimu tu Romania. Macâ himu români s-yinimu tu România » [Chaque fois que je lui demandais « Pourquoi papa es-tu venu ici ? », il me disait : « Que pouvions nous faire. Nos jeunes instruits faisaient la propagande pour venir en Roumanie. Puisque nous sommes roumains, que nous venions en Roumanie »], dira-t-elle à ce propos dans un entretien avec Alexandru Gica paru en 2002 (Gica 2002, 138).

17Sur ce point, son regard rétrospectif est le même que celui de bon nombre d’Aroumains arrivés à la même époque en Roumanie, notamment parmi ceux avec lesquels elle sera amenée à entrer en conflit après décembre 1989. Étudiante à Bucarest, à la Faculté de philologie, section langue roumaine, elle est cooptée dès la deuxième année, 1948-1949, par le linguiste Alexandru Rosetti (1895-1990), qui souhaitait « former un spécialiste en aroumain, dont on avait besoin en ce temps », racontera-t-elle plus tard (Caragiu Marioțeanu 2006, 9). Son diplôme de licence (1951) portait sur l’influence du roumain sur l’aroumain observée dans sa propre famille chez sa mère et sa grand-mère. C’est à cette occasion qu’elle a acquis la conviction que l’aroumain ne risque pas tant de disparaître petit à petit, étouffé par des éléments allogènes, qu’en raison tout simplement de son abandon par ses locuteurs (Caragiu Marioțeanu 2001, 9). Elle soutient en 1967 sa thèse de doctorat, devenue vite un classique en la matière, sur la phono-morphologie aroumaine ; en 1975 elle fait paraître son œuvre majeure, Compendiu de dialectologie roumaine (nord et sud-danubienne) (Caragiu Marioțeanu 1975).

18Contrainte pour des raisons administratives de prendre sa retraite de l’Université de Bucarest en 1982, elle publie peu dans son domaine au cours des années suivantes. A partir du début des années 1990, elle multiplie les interventions publiques, des interventions qui passionnent à force de surprendre son public, désormais nettement plus large que celui qui pouvait suivre auparavant les contributions de la spécialiste en dialectologie aroumaine.

19Son Dodécalogue des Aroumains ou Douze vérités incontestables, historiques et actuelles, sur les Aroumains et leur langue paraît en 1993 dans România literară, un hebdomadaire prestigieux en ce temps et de large circulation. D’autres interventions suivent, pour certaines sous la forme d’articles, de brochures et de livres, de communications à diverses manifestations publiques, de mémoires destinées aux autorités. Elle s’y efforce de préciser, expliquer, compléter, reformuler, les vérités du Dodécalogue. Celui-ci résume assez bien l’ambiguïté qu’elle a cultivée avec obstination et un art consommé tout au long des années qui ont suivi, faisant alterner des observations d’une grande finesse à propos par exemple de l’identité et l’identification des Aroumains (Caragiu Marioțeanu 1998, 51-52) avec des sorties polémiques déconcertantes. Grâce à sa notoriété de linguiste, à son érudition, à son sens de la formule mais aussi à un certain goût pour le paradoxe provocateur, elle a su susciter et entretenir un débat fort stimulant, suivi par des personnes aux conceptions parfois opposées dans le climat très particulier de libération de la parole des années 1990.

20Avec le temps, cependant, excédée par les injonctions de ceux qui la sommaient de sortir de son ambiguïté et se sentant perdre le contrôle du débat qu’elle entendait surplomber, elle finit par prendre parti de manière assez brutale, mais sans pour autant trancher, dans le discours de réception à titre de membre plein à l’Académie roumaine prononcé le 28 janvier 2005.

L’aroumain : et langue et dialecte ?

21Dans le Compendiu, en 1975, l’aroumain était défini comme « un ensemble de parlers non standardisés (...) qui ne s’est pas élevé au rang de langue commune, dans sa variante la plus soignée, la langue littéraire » (Caragiu Marioțeanu 1975, 222), donc comparable avec le roumain, la langue nationale, littéraire, standard, de la Roumanie. Essayons de cerner comment il est présenté au gré des douze vérités du Dodécalogue de 1993 et des brefs commentaires qui les accompagnent. ț

  • 9 « La conscience ethnolinguistique des Aroumains est ancestrale (depuis environ deux mille ans), gén (...)
  • 10 L’auteure se réfère ici à une des cinq thèses énoncées par Eugenio Coseriu. « Le structuralisme imp (...)

22D’une part, « Les Aroumains et leur langue maternelle existent aujourd’hui et depuis deux millénaires » (intitulé de la 1re vérité) (Caragiu Marioțeanu 1996, 37). « L’aroumain est la langue maternelle des Aroumains, qui leur confère leur conscience ethnolinguistique9 » (intitulé de la 6e vérité). « … tout Aroumain ayant son langage à lui se sent dans les pays balkaniques comme un Autre, un être différent des Albanais, des Grecs, des Slaves, des Turcs. C’est, sans aucun doute, leur langue à eux qui a inscrit définitivement les Aroumains dans l’histoire. Cette qualité de la langue maternelle des Aroumains lui confère à elle-même le “droit de cité”, le droit d’exister comme telle, d’être parlée, utilisée partout - en famille, dans la rue, à l’église, dans la littérature - le droit d’être analysée comme langue fonctionnelle10, d’être comparée à d’autres langues, etc. » (commentaire de la 6e vérité) (Caragiu Marioțeanu 1996, 44-45).

23Mais, d’autre part, affirme-t-elle dans la 5e vérité intitulée « L’ancien roumain s’est scindé dans ses quatre hypostases actuelles. » L’aroumain et le dacoroumain, ainsi que le meglénoroumain et l’istroroumain sont des « hypostases » [variantes] d’une même langue, à savoir « le proto‑roumain, ou le roumain commun, ou ancien, ou encore primitif issu du latin populaire » (Caragiu Marioțeanu 1996, 41). Le processus de romanisation « s’est déroulé sur un territoire assez vaste et assez compact qui s’étendait depuis les Carpates du nord jusqu’au sud des Balkans. Sur ce territoire s’est formé l’ancien peuple roumain, assez unitaire au début (jusqu’aux viie-ixe siècles), du point de vue de la langue surtout », lit-on dans le commentaire de la 2e vérité. Le dacoroumain comme l’aroumain, le meglénoroumain et l’istroroumain sont donc des « dialectes historiques de cette langue historique, le roumain commun » (commentaire de la 5e vérité) (Caragiu Marioțeanu 1996, 38). « Ce roumain commun est une étape historique nécessaire, indispensable dans toute analyse des successeurs [idiomes, langues… l’auteure ne précise pas] du latin oriental du nord et du sud du Danube » (commentaire de la 6e vérité) (Caragiu Marioțeanu 1996, 45).

24Un an après la publication du Dodécalogue, la linguiste revient sur les rapports entre le roumain et l’aroumain dans son allocution prononcée le 31 octobre 1994 à l’occasion de son élection comme membre correspondant de l’Académie :

Le concept de langue roumaine peut être défini de deux manières : comme langue roumaine actuelle, parlée en Roumanie et dans les territoires limitrophes et comme langue roumaine historique, première phase de la communauté de la langue néolatine qui a pris la succession du latin amené par les Romains au nord et au sud du Danube appelée roumain commun, primitif, proto-roumain. Le premier c’est le concept/terme courant (langue roumaine de Dacie, dacoroumain) , le second le concept/terme scientifique, linguistique (Caragiu Marioțeanu 20062, 91).

25L’aroumain n’est pas un dialecte du roumain mais du roumain commun, primitif…, au même titre que le dacoroumain, rappelle-t-elle avec insistance. Cependant, quand elle-même recourt à une métaphore pour mieux illustrer son propos, le dacoroumain cesse d’être une hypostase au même titre que les trois autres :

La langue roumaine n’est autre chose que la planète Saturne de la galaxie, parce que, comme dans le cas de Saturne, on distingue un corps central entouré de plusieurs anneaux (..) le noyau est le dacoroumain ( = le roumain de Dacie, du nord du Danube) tandis que les trois anneaux sont les trois hypostases actuelles sud-danubiennes du proto-roumain (Caragiu Marioțeanu 20062, 92).

Le post-scriptum du Dodécalogue

26Ce recadrage ne convainc pas tout le monde en sorte que M. Caragiu Marioțeanu est amenée à rédiger un post scriptum qui paraîtra en 1996 à l’occasion de la reprise du Dodécalogue dans la traduction roumaine du volume collectif consacré aux Aroumains paru aux Publications Langues’O (Djuvara 1996). « Si la majorité de ceux qui ont réagi a adopté intégralement et sans conditions mes opinions, d’autres, surtout parmi les Aroumains habitant en Roumanie, ont contesté quelques-unes des vérités du Dodécalogue », constate-t-elle en renvoyant ensuite dos à dos « ceux qui disent que l’aroumain/les Aroumains est/sont une autre langue, un autre peuple que le roumain/les Roumains » et « ceux qui, au contraire, mettent un signe d’égalité entre aroumain/Aroumains (du sud du Danube) et roumain/ Roumains (du nord du Danube) » (Caragiu Marioțeanu 1996, 58-59). Aucun nom n’est cité.

  • 11 Le parler aroumain de Metzovo : description d’une langue en voie de disparition, sera d’ailleurs le (...)

27Pour ce qui est des malentendus, les choses n’en resteront pas là et se révéleront plus compliquées lors de sa polémique avec un personnage comme Zicu Ornea, historien littéraire et intellectuel réputé, qui s’est fait l’écho des tensions observées parmi les Aroumains sur la question de la langue dans deux articles « Le contentieux des Aroumains » paru dans le no 5 (1995) et de « A nouveau sur la tragédie des Aroumains », dans le no 34 (2000) du même România literară. Dans une lettre ouverte publiée dans le no 41 (2000), elle se contenta de railler les « aberrations » venant d’une personne qui ignore tout de son œuvre de linguiste. De la même façon, elle lança une diatribe à l’adresse d’un jeune linguiste grec d’origine aroumaine qui avait présenté l’aroumain comme étant « une langue orale en voie de disparition » et avait repris à son compte les notions de terminal speakers/fluent speakers, « une opposition à la mode en sociolinguistique » selon elle. « Stamatis Beis cherche à convaincre les romanistes de la disparition imminente de l’aroumain. Beaucoup de bruit pour rien !11 » (Caragiu Marioțeanu 1998).

28Elle élude ainsi la question, en se contentant de rappeler que, si cela arrive, ce sera par son abandon par ses locuteurs. A noter, cependant, que sur ce point elle se situe à contre-courant des lamentations récurrentes, y compris dans les milieux spécialisés, sur la disparition imminente de l’aroumain depuis sa « découverte » et jusqu’à nos jours.

29Enfin, pour ce qui est des linguistes qui ont continué à considérer l’aroumain, le vlach meglénite et l’istrien comme des langues à part, elle ne se donne pas la peine de répondre à leurs objections de fond ; elle préfère s’en tenir à l’accusation d’avoir « dénaturé l’évolution naturelle du latin danubien » (Caragiu Marioțeanu 20062, 91) en agissant pour des raisons politiques afin de s’aligner sur les positions soviétiques. Graur est davantage épargné vraisemblablement parce qu’il a fait amende honorable en signant une recension favorable au Compendiu lors de sa parution (Graur 1976), alors que l’académicien Coteanu allait rester sur les mêmes positions jusqu’à la fin de sa vie.

Le roumain commun : « un idiome abstrait, reconstruit »

30Le roumain commun ou historique ou primitif fait office de clef de voûte de la théorie présentée en Roumanie comme scientifique dont se revendique M. Caragiu Marioțeanu. Cette théorie s’appuie sur les travaux entrepris dans les années 1960 sous la houlette de l’académicien Coteanu par un collectif de chercheurs prestigieux de l’Académie roumaine, dont faisait partie M. Caragiu Marioțeanu, sur ce qu’ils estimaient être le roumain commun entre le ve et le viiie siècle. Défini comme un « idiome abstrait, reconstruit » (Coteanu 1969, 18), le roumain commun correspond à la période qui s’étend du latin tardif à l’émergence de l’idiome néolatin dont vont se séparer deux siècles plus tard le dacoroumain, l’aroumain, le meglénoroumain et l’istroroumain. Voici comment les membres de ce collectif présentent leur démarche :

A notre avis, ce n’est pas le dacoroumain du xvie siècle qui doit être rapporté au latin (tardif), mais ce qui résulte de sa comparaison avec l’aroumain, et éventuellement avec le meglénoroumain et l’istroroumain, c’est-à-dire avec cette forme de langue dont on a éliminé les influences subies par chacun de ces idiomes. En procédant ainsi, nous sommes arrivés à la conclusion que l’individualité de la langue roumaine apparait clairement avant que ne s’exerce sur elle telle ou telle influence étrangère (Coteanu 1969, 17).

31L’hypothèse concernant ce roumain commun qui, précise-t-on, ne peut pas être compris comme une langue ou un dialecte dans lequel on puisse construire des énoncés concrets, peut être stimulante et peut apporter un éclairage sur des aspects sur lesquels nous sommes peu renseignés par ailleurs. L’énorme travail entrepris en partant d’une telle hypothèse a dû être passionnant et a sans doute débouché sur des résultats ponctuels pertinents. Mais il ne s’agit pas moins d’une hypothèse. Elle présente l’avantage de déboucher, moyennant une démonstration astucieuse à premier abord, sur une explication assez simple d’une situation fort complexe et difficile à saisir en raison du peu d’informations dont on dispose. Les conclusions à caractère général auxquelles elle a conduit sont difficilement recevables puisqu’elles n’ont pas fait l’objet de débats contradictoires. Sur le plan international, on s’est contenté de les reprendre sans chercher à les valider, en sorte que la romanité balkanique est devenue avec le temps une sorte de domaine réservé de l’école linguistique roumaine. Pour ses représentants, il s’agissait là également de la réparation d’une injustice, la remise en question de la romanité du roumain pendant les années staliniennes sous l’influence de l’URSS et d’un moyen de renouer avec les « Roumains » éparpillés dans les Balkans qui avaient été « oubliés » sous le régime communiste. Nous avons donc là affaire à une ligne rouge que l’on n’est pas prêt à franchir en Roumanie. Le philologue et spécialiste en linguistique indo-européenne Cicerone Poghirc (1928-2009) fut l’un des rares à le faire peu après s’être établi en France, dans une contribution au Premier Congrès pour la langue et la culture aroumaines de Mannheim. La démarche des linguistes roumains concernant le roumain commun, écrit-il en 1985, s’apparente aux tentatives des linguistes du xixe siècle pour reconstituer l’indo-européen commun à partir des similitudes constatées entre diverses langues d’Europe et d’Asie qui auraient connu des évolutions divergentes par rapport à cette langue d’origine :

  • 12 Cette communication n’apparaît pas dans les actes du congrès : Rupprecht R. (Hgg.), Die Aromunen. S (...)

En partant du modèle indo-européen on a essayé au début de poser un « roman commun » entre le latin et les langues romanes actuelles, mais on s’est vite rendu compte qu’une telle supposition n’est pas justifiée par les faits linguistiques. Même en fait de langues individuelles, personnes ne suppose aujourd’hui un italien commun, par exemple, pour justifier la diversité des dialectes italiens (Poghirc 1991)12.

  • 13 Des années plus tard, elle louera d’ailleurs ce « classiciste bien connu » pour avoir écrit dans un (...)

32« En réalité entre l’aroumain et le roumain, il ne s’agit pas d’identité mais de concordances structurelles et matérielles importantes » (Poghirc 1990, 37), affirmera-t-il quelques années plus tard. A ce genre de considérations, qu’elle ne pouvait pas ignorer, M. Caragiu Marioțeanu ne se donnera pas la peine de répondre. Pourtant, Poghirc avait fait partie comme elle du collectif de l’Académie qui a travaillé dans les années 1960 sur le roumain commun et ils se sont retrouvés par la suite à plusieurs reprises13.

33Ce débat de fond, M. Caragiu Marioțeanu l’évitait. L’essentiel de ses interventions consistait dans la défense et illustration de la théorie dont elle était coautrice et qui faisait déjà figure de vérité nationale sur la question des « Roumains du Sud ». En ressortant ce dossier, que l’on pouvait estimer clos, elle s’exposait cependant à certaines objections. Ne faudrait-il pas s’en tenir plutôt au fait que nous avons affaire à un fond commun roman oriental vu la multitude des zones et des périodes du processus de romanisation ainsi que des formes qu’il a revêtues ? Que faire de la longue période pendant laquelle les locuteurs du roumain et de l’aroumain ont été séparés ? L’aroumain présente-t-il un intérêt d’étude seulement à titre de « dialecte historique » ou aussi comme langue fonctionnelle ? Dans ce cas, pourquoi s’en tenir à l’exhortation de le conserver à titre de langue maternelle sans la moindre interrogation sur les conditions dans lesquelles il est parlé et des éventuels obstacles auxquels ses locuteurs risquent de se heurter quand ils cherchent à le transmettre ? Sur ces questions, l’auteure fait systématiquement l’impasse.

34A l’exception notable des Aroumains qui se sentaient directement concernés, les interventions publiques de M. Caragiu Marioțeanu n’ont pas provoqué de réaction notable en Roumanie parmi les linguistes et dans les milieux intellectuels en général en raison sans doute de son prestige scientifique, mais aussi du fait qu’elle mettait en avant son origine aroumaine. Autre chose a pu jouer aussi : énigmatiques et sentencieux, parfois déroutants, certains de ses propos portant sur des sujets réputés sensibles contentaient et agaçaient tour à tour les uns et les autres en sorte que l’on ne savait plus très bien où elle voulait en venir. Aussi préférait-on s’abstenir d’intervenir.

Le débat langue/dialecte court-circuité par un intervenant collectif importun

35En revanche, certains de ses collègues ont tenté de dédramatiser ce discours passionné sur les Aroumains et leur dialecte/langue et rendre compte des changements en cours dans ce domaine. Dans l’Encyclopédie de la langue roumaine, à l’article « Dialecte », Mioara Avram (1932-2004), chercheuse également à l’Académie, le fait de façon assez diplomatique :

Bien qu’ils se caractérisent dans leur essence par leur unité, présentant des ressemblances évidentes même pour les non-spécialistes, les dialectes roumains ne sont que dans une faible mesure intelligibles, ce qui explique le phénomène des « traductions » modernes d’un dialecte à l’autre (Avram 20011, 175-176).

36Enfin, dans l’article » Aroumain » de l’encyclopédie, M. Avram écrit :

Au cours des dernières décennies du xxe siècle, on assiste au réveil d’une activité culturelle aroumaine, surtout au sein de la diaspora, plus faible dans les pays balkaniques : associations, congrès, publications (périodiques et en volume) ; traduction et littérature artistique originale avec des auteurs de toutes les générations, y compris des jeunes ; tentatives d’unification de l’orthographe et de normalisation de la variante littéraire (Avram 20012, 60).

  • 14 Tout en récusant l’appellation de poésie dialectale (« Poezia ‘’dialectală’’ romanică », România li (...)

37L’activité culturelle dont parle M. Avram avait de quoi à la fois ravir et tourmenter M. Caragiu Marioțeanu, elle-même auteure par ailleurs de poèmes en aroumain très appréciés14. Elle l’a suivie de près, tentée, malgré son scepticisme, d’y participer à sa façon, mais a dû vite réaliser que cette dynamique nouvelle risquait de lui échapper et, pire, de porter préjudice à sa réputation scientifique. La querelle autour de la question langue/dialecte allait refaire surface dans un contexte particulier et s’installer dans la durée. Dès la seconde moitié des années 1980, paraissent les revues Trâ armânami [le monde aroumain] à Paris et Zborlu a nostru [notre mot, langue] à Fribourg, rédigées les deux exclusivement en aroumain. Il en allait de même des livres, en aroumain eux aussi, parus d’abord aux États-Unis aux éditions Cartea armânească. Après décembre 1989, à ces publications qui circulaient déjà sous le manteau entre initiés dans les Balkans, vont s’ajouter d’autres, telle Bana armâneascâ [la vie aroumaine] qui paraît depuis 1997, rédigées sur place, par de nouveaux venus plus jeunes et très entreprenants. Ecrivait-on dans une langue ou dans un dialecte ? Ceux qui le faisaient ne s’en préoccupaient pas trop et ne cherchaient pas à se justifier les très rares fois où on les interpelait là-dessus. Ils écrivaient en aroumain. Un pas venait d’être franchi et, après un premier moment de perplexité, l’accueil fut plutôt favorable. Cependant, bon nombre parmi ceux qui ont accueilli avec enthousiasme ces publications et qui s’y sont parfois impliqués seront bientôt pris de court par les retombées de la dynamique qui s’en suivra.

38Les initiateurs et animateurs du nouveau cours des choses n’étaient pour la plupart ni linguistes ni historiens. La question langue/dialecte n’était pas abordée dans leurs écrits et on y chercherait en vain les arguments savants qui pouvaient enflammer les débats en Roumanie. Certains préféraient l’éviter, en attendant que les choses s’éclaircissent, d’autres, et surtout leur public, ne s’en souciaient guère. Consciemment ou pas, ils pratiquaient la politique du fait accompli. Certes, des linguistes et des historiens étaient fréquemment cités et associées à des initiatives du type cours de langue, rencontres annuelles, événements festifs, etc. Plusieurs colloques furent organisés en Allemagne fédérale avec la participation de romanistes réputés, tel l’Allemand Wolfgang Dahmen, qui allaient poursuivre ses recherches sur les Aroumains dans les Balkans ou des historiens tel l’Autrichien Max Demeter Peyfuss. Mais la démarche était pour l’essentiel volontariste, l’important étant de montrer que tout un chacun sachant parler l’aroumain pouvait aussi l’écrire. Par ailleurs, les nombreuses réimpressions, parfois en fac-similé, d’ouvrages parus en aroumain à l’époque des écoles roumaines, montraient que les publications en aroumain avaient déjà une histoire. S’adressant à l’ensemble des aroumanophnes des Balkans, y compris de la Grèce ou de la Macédoine yougoslave qui ignoraient les diacritiques roumains « ț », « ă », « ş », mais aussi peut-être pour éviter le rapprochement avec le roumain ils ont opté dès le début pour un système de transcription assez approximatif : « ts », « ã » et « sh ». Des raisons techniques ont été également invoquées par les éditeurs des revues, à savoir l’absence sur les claviers de traitement de texte courants en Occident des diacritiques roumains. Leur non-professionnalisme déplaisait certes aux spécialistes, contents malgré tout d’être sollicités même s’ils n’étaient pas toujours suivis. En parallèle, les promoteurs de ce renouveau culturel multipliaient les requêtes auprès des instances internationales pour attirer l’attention sur les menaces qui planaient sur leur langue dans les Balkans, en Grèce surtout, la Roumanie n’étant pas visée en particulier au départ. Leurs requêtes aboutiront au vote par le Conseil de l’Europe de la Recommandation 1333 (1997) sur la langue et la culture aroumaine15 dont l’élaboration et l’adoption furent le résultat des efforts conjugués de l’historien et député socialiste catalan Lluis Maria de Puig (1945-2012) et du fondateur de l’Union pour la langue et la culture aroumaine à Freiburg et éditeur de la revue Zborlu a nostru Vasile Barba (1918-2007).

39L’équation qui allait s’imposer était assez simple : sans relais scolaire, médiatique et administratif, l’aroumain était voué à la disparition… Elle provoqua une véritable levée de boucliers dès lors que l’on commença à envisager son application en Roumanie même, le pays dans lequel les Aroumains s’étaient le plus mobilisés et dont provenaient les leaders de la diaspora.

40La prise de conscience des conséquences potentielles pour la Roumanie de la Recommandation 1933 (1997) de Strasbourg a entraîné deux mouvements qui, après plusieurs années de tâtonnement, vont s’opposer frontalement. Certains voient là un encouragement à réclamer un statut permettant son application effective ce qui aboutit à la demande de reconnaissance d’une minorité aroumaine en août 2005. D’autres, qui s’étaient parfois impliqués dans ces activités, malgré certaines réticences, prennent leur distance ou s’opposent à de telles revendications et ont recours à la question langue/dialecte pour conjurer ce qui leur apparaissait comme un danger, y compris pour leur propre situation. Tel fut le cas notamment de plusieurs personnages publics jouissant d’une certaine réputation associée à leur origine aroumaine, des hommes politiques comme des intellectuels acculés en quelque sorte à prendre position.

La diaspora versus les « autochtones » ?

41A sa manière, M. Caragiu Marioțeanu a pris position dès 1993 dans le Dodécalogue.

42« Il existe deux catégories d’Aroumains : (a) ‘’autochtones’’ et (b) en diaspora », affirme-t-elle dans l’intitulé de la 7e vérité. « Les Aroumains du deuxième groupe, en diaspora, sont ceux qui se trouvent partout dans le monde, dans les pays de l’Europe, la Roumanie inclue, dans les deux Amériques, en Australie, etc. » (Caragiu Marioțeanu 1996, 46-47), précise-t-elle dans le commentaire. « Les Aroumains des pays balkaniques sont des minorités par rapport à la population majoritaire de l’État où ils vivent », enchaîne-t-elle dans le commentaire de la 8e vérité en poursuivant ainsi :

  • 16 Partant du constat que le roumain ne pouvait pas être la langue littéraire, standard, des jeunes Ar (...)

Je considère que toute intervention venue de l’extérieur ne peut qu’empirer les relations entre les ethnies balkaniques. La Roumanie, à mon avis, ne doit pas répéter l’erreur commise il y a plus d’un siècle et un quart en intervenant dans l’enseignement en roumain littéraire et, plus que ça, en enseignant exclusivement la langue, la littérature, l’histoire, la géographie des Dacoroumains alors que les enfants des Aroumains perdaient leur langue maternelle et ne savaient rien sur leur histoire (... ) Reprendre l’ancienne action culturelle appliquée depuis 1864 signifierait de nouvelles aspérités et frictions encore plus dangereuses (Caragiu Marioțeanu 1996, 47-48)16.

43« La situation des Aroumains qui vivent en Roumanie est, à mon avis, totalement différente », renchérit-elle dans la 9e vérité :

Ils sont arrivés avec la conscience (inculquée, tardivement, par les intellectuels aroumains, roumains, étrangers, par voie culturelle, donc) qu’ils sont roumains, ce qu’ils sont, historiquement parlant. Ce fut leur choix. (…) J’estime que légaliser une communauté aroumaine minoritaire aujourd’hui en Roumanie serait la plus grande absurdité de l’histoire contemporaine des Aroumains (Caragiu Marioțeanu 1996, 49-50).

44En réalité, la situation des Aroumains de Roumanie est « totalement différente » non seulement de celle de ceux restés dans les Balkans mais aussi de la situation de ceux engagés depuis longtemps dans des circuits diasporiques d’une rare complexité. On ne saurait mettre sur le même plan ces derniers avec ceux arrivés individuellement pour gagner leur vie ou encore plus tard pour étudier dans la future Roumanie quand celle-ci a commencé s’intéresser à eux et, surtout, avec ceux arrivés dans le cadre de la colonisation organisée en Dobroudja du Sud entre 1925 et 1932. Ceux-ci posent un problème de fond que l’auteure, qui en était issue, se refuse de prendre en compte. Arrivés en nombre, en famille, pendant une période délimitée, regroupés souvent en fonction des communautés, des clans plus ou moins étendus dont ils faisaient partie, des régions et des pays dont ils provenaient, ils constituent un groupe à part. M. Caragiu Marioțeanu le suggère à sa façon lorsqu’elle précise, entre parenthèses et sur un ton ironique, à propos de la conscience d’être roumains des membres de ce groupe quand ils sont arrivés : « inculquée, tardivement, par les intellectuels aroumains, roumains, étrangers, par voie culturelle, donc ». Aussi ont-ils mieux conservé tant la conscience de leur appartenance à ce groupe à part que la langue par rapport à ceux qui les ont précédés ou qui sont venus par d’autres voies en Roumanie. Au final, ils ont même mieux conservé la langue que certains parmi ceux restés dans les zones d’origine, ce qui constitue l’autre trait qui les singularise au sein du monde aroumain. Les données statistiques pour la Roumanie disponibles l’indiquent. Au recensement de 2002, parmi les 25.053 individus qui se sont déclarés Aroumains et les 1334 qui se sont déclarés Macédoroumains, 13.389 ont déclaré l’aroumain comme langue maternelle et 869 le macédoroumain. C’est donc dans ce sens que l’on peut parler d’une communauté aroumaine en Roumanie autour de laquelle se sont agrégées des micro-communautés et des individualités au parcours différent.

Le réquisitoire contre « l’aroumanisme indépendant »

45Comme dans la plupart des interventions publiques de M. Caragiu Marioțeanu, il y avait dans ses « vérités » de quoi donner des illusions aux uns et décevoir les autres. Les mêmes qui ne manquent d’applaudir le constat réaliste sur le rôle joué dans le passé par la Roumanie dans les Balkans et sur l’injonction à ne pas recommencer dans cette voie (8e vérité) se retrouvent accusés de commettre « la plus grande absurdité de l’histoire contemporaine des Aroumains » en demandant la reconnaissance de la minorité aroumaine (9e vérité). La rupture entre ces derniers et la linguiste intervient en janvier 2005 à l’occasion de la séance au cours de laquelle le titre de membre plein de l’Académie fut décerné à la linguiste.

  • 17 « Pour ceux qui ne me connaissent pas, je suis une Aroumaine venue de Grèce en 1928 à l’âge de 8 mo (...)

46Son allocution, prononcée devant un auditoire assez hostile, puisque la majorité de la petite centaine des personnes présentes dans la salle était composée d’Aroumains décidés d’en découdre, était intitulée « Une crise identitaire aroumaine » (Caragiu Marioțeanu 2005). Déjà amorcé dans ses écrits antérieurs17, le credo ethnique de l’auteure prend cette fois-ci le pas sur le credo scientifique, le curieux mélange des deux ayant de quoi laisser perplexe le lecteur. Une fois de plus, elle est confrontée non pas à ses confrères, les « hommes de science », mais à des « co-ethniques » qu’elle a déjà côtoyés pour certains ou tout simplement croisés à Bucarest ou à Fribourg. Or, en matière d’ethnicité, personne ne peut prétendre exercer le monopole. Et la linguiste et ceux qui étaient venus pour en découdre en seront pour leurs frais. Personne n’en sortira indemne.

  • 18 Dans Caragiu Marioțeanu M., « Aromânii în mileniul III… », op. cit., la linguiste insiste sur le r (...)
  • 19 « Numa internatsional al armânjilor » in Bana armãneascã [la Vie aroumaine] n° 1-2, 47/48, 2007, pp (...)

47Cinglante, la critique formulée en cette occasion des dérives repérées par M. Caragiu Marioțeanu chez ceux qui la contestaient prétendant s’exprimer au nom de l’ensemble de la communauté aroumaine va se révéler sur certains points prémonitoire. Quelques-unes des personnes incriminées étaient d’ailleurs présentes dans la salle ce qui donnera à l’allocution un air de réquisitoire shakespearien. Souvent farfelues, ces dérives formaient un tout composite et il n’y a pas forcément de lien entre les raisonnements véhiculés par les uns et les autres. Parmi leurs auteurs, certains sont brocardés par la linguiste dans son allocution pour l’intérêt qu’ils ont manifesté pour les preuves ADN afin de départager les Aroumains des non-Aroumains, d’autres pour les tentatives de réécrire l’histoire à partir de considérations fantaisistes relevant notamment de l’ethnogenèse (Caragiu Marioțeanu 2005, 63), d’autres encore pour leurs tentatives d’imposer de nouveaux narratifs nationaux en jouant sur le ressenti, en faisant du sentiment le critère absolu de l’auto-identification, au mépris de connaissances parfois élémentaires certifiées par les romanistes, les historiens, les anthropologues, etc.18. Sur ce dernier point, un manifeste prônant un nouveau « nom international des Aroumains », à savoir makedonarmâni (macédo-aroumains) paraît deux ans après dans une revue aroumaine19, ce qui confirme l’intuition de la linguiste (Caragiu Marioțeanu 2005, 75-76).

48D’une naïveté confondante à cause de l’amateurisme de leurs auteurs, les dérives qui font l’objet du sarcasme de la linguiste ne jouent cependant qu’un rôle secondaire dans son réquisitoire contre le néo-aroumanisme. Jusque-là, le mot « aroumanisme » était quasiment absent dans l’abondante littérature concernant les Aroumains en Roumanie. La linguiste fait partie des très rares auteurs à l’avoir employé dans un article consacré à l’« aroumaniste » Theodor Capidan, dans lequel elle rendait hommage à celui qu’elle présente comme le fondateur de l’« aroumanistique », c’est-à-dire « la discipline subordonnée à la dialectologie roumaine » dont elle se réclame elle-même (Caragiu Marioțeanu 20063, 463). Forgée après-coup, pour la version publiée du discours, la notion de néo-aroumanisme renvoie de manière ironique à une sorte de « deuxième “réveil” national » [a doua « redeşteptare » naională] (Caragiu Marioțeanu 2005, 72) des Aroumains - le premier étant celui de 1864 avec l’ouverture des écoles roumaines dans les Balkans. « Les néo-aroumanistes sont les nouveaux défenseurs de l’aroumanisme indépendant » écrit-elle (Caragiu Marioțeanu 2005, 65). Que faut-il déduire, que le premier réveil, sans guillemets cette fois-ci, était dépendant de la Roumanie ou encore qu’il s’agissait en réalité d’une sorte de roumanisme ? Elle ne le dit pas, mais ceux qui se réclament d’elle ne manquent pas de le faire en se posant en continuateurs de l’œuvre de ce roumanisme dans les Balkans d’aujourd’hui.

49Enfin, pour ce qui est de la langue proprement dite, les preuves de ce qu’elle appelle l’« intoxication massive du monde aroumain, surtout des couches les moins instruites », par les néo-aroumanistes sont puisées dans deux domaines en particulier : la « néo-écriture », qui abandonne les diacritiques roumains et la préférence manifestée pour les turcismes et les grécismes. « En général, fait-elle remarquer, on fuit le néologisme roumain-roman parce qu’il rapproche du roumain littéraire (…), on préfère parfois l’adaptation des néologismes sur le modèle slavo-macédonien, alors qu’ils sont latins-romans, pour les différencier du roumain » (Caragiu Marioțeanu 2005, 71).

Cultiver la langue à la maison est nécessaire…

50Là où M. Caragiu Marioțeanu franchit une nouvelle étape c’est au sujet de la transmission de l’aroumain, non pas du dialecte aroumain ni de la langue aroumaine tout court, mais de la « langue maternelle », celle qui figure dans la première vérité du Dodécalogue et qui aurait été mal comprise par ses « co-ethniques » : « Les Aroumains et leur langue maternelle existent depuis deux mille ans ».

51C’est peut-être pour cette raison qu’elle se sent obligée de procéder à la démonstration qui se veut implacable sur laquelle s’achève son intervention à l’Académie en 2005, une des dernières de sa carrière :

Personne ne peut supprimer le droit de parler la langue « de la maison ». Cultiver la langue à la maison est nécessaire, et cette tâche revient à la mère et à ses « élèves », ses propres enfants. Il est inutile de mentionner que la plupart des néo-aroumanistes les plus fanatiques sont, à de rares exceptions, mariés à des femmes qui ne sont pas aroumaines (…) ou bien n’ont pas d’enfants, ou bien encore ne sont pas mariés et plaident par conséquent, in abstracto, en théorie. Les écoles aroumaines nécessaires pour enseigner un aroumain correct aux jeunes ne peuvent de toute manière pas leur permettre de poursuivre leurs études au lycée, à l’université. Un manuel d’aroumain de type « Assimil » élaboré par deux hommes de science, Matilda Caragiu Marioțeanu et Nicolae Saramandu, est sous presse aux éditions de l’Académie roumaine (Caragiu Marioțeanu 2005, 78-79).

52Ceci ne l’empêchera pas de faire suivre cette fin de non-recevoir par le rappel suivant :

Le principal but de chaque Aroumain, qu’il suive des principes traditionnels ou nouveaux, n’est autre que la conservation de l’aroumain, de notre langue maternelle : que cette langue ne se perde pas, qu’elle soit conservée comme une précieuse réserve pour l’(a)roumanité, la romanité, la balkanité. Parce que les Aroumains ne peuvent être sauvés que par leur langue maternelle (Caragiu Marioțeanu 2005, 79).

53Autrement dit, pas de salut en dehors de l’endogamie patriarcale telle qu’elle était pratiquée au temps où la tradition était respectée. Il n’est cependant pas certain qu’avec de tels arguments l’auteure ait pu impressionner ses contradicteurs. La raison est assez simple. Le constat auquel aboutit sa démonstration constitue justement le point de départ de ceux qu’elle présente comme des néo-aroumanistes. Ceux-ci partent du même constat. Ce qui est nouveau, c’est que ceux qui l’ont fait, depuis le milieu des années 1980, au sein de la diaspora occidentale surtout, ont été amenés à passer des lamentations et de l’aveu d’impuissance à des revendications. En effet, l’époque au cours de laquelle le maintien scrupuleux de la distance vis-à-vis des xeni, des étrangers, et un conservatisme étroit avaient assuré le maintien de la langue aroumaine est révolue. Oui, dans les conditions crûment rappelées par la linguiste, la transmission de la langue est hautement improbable. Lorsqu’elle parle des « écoles aroumaines nécessaires pour enseigner un aroumain correct aux jeunes », elle se réfère à la revendication de quelques heures de cours de langue et de civilisation aroumaine dans les circonscriptions où vivent des familles aroumaines en nombre significatif. Les résistances et les obstacles auxquels se sont heurtés ceux qui formulaient ces demandes les ont justement conduits, après de longues tergiversations, à demander en 2005 le statut de minorité nationale qui, dans la Constitution roumaine, garantit ce droit.

Le verdict de l’Académie roumaine

54La position adoptée dans l’allocution prononcée le 28 janvier 2005 par M. Caragiu Marioțeanu, ainsi que lors de sa prestation onze ans plus tôt lorsqu’elle a été promue membre correspondant de l’Académie, seront érigées en argument d’autorité en la matière par cette institution. Cet argument d’autorité sera doublé d’un argument de pouvoir sanctionné par la Constitution : dans sa nouvelle monture votée à l’unanimité au Parlement en 2013, la loi 299/2007 inclut dans la catégorie « Roumains de partout » les Aroumains, sous leurs diverses appellations, les Istroroumains et les Meglénoroumains aux côtés des roumanophones habitant dans les zones situées près des frontières de ce pays désignés par leur noms régionaux. Enfin, sur le plan administratif, les mentions « aroumain » et « macédoroumain » et les questions portant sur la « langue maternelle » sont supprimées des formulaires du recensement de 2011.

55Voici le communiqué de l’Académie roumaine daté du 5 juin 2005 « en réponse à la sollicitation de la Chambre des députés », lors du dépôt de la demande de statut de minorité nationale. Ce communiqué, qui sonne la fin des ouvertures, certes ambiguës, de l’auteure du Dodécalogue, sera invoqué par la Société de culture macédoroumaine et les institutions d’État amenées à se prononcer sur la question jusqu’à nos jours :

L’Académie roumaine a pris connaissance avec étonnement de l’initiative d’un groupe d’Aroumains (Armâni) de notre pays de se constituer en minorité nationale distincte des Roumains, comme peuple aroumain, avec sa propre langue, l’aroumain. Nous sommes devant une diversion qui découle d’intérêts mercantiles de certains cercles du pays et de l’étranger qui ignorent la véritable histoire de cette branche de la romanité orientale et du dialecte aroumain qui, avec les dialectes dacoroumain, meglénoroumain et istroroumain, forment la langue roumaine. Cette question fondamentale de la linguistique roumaine et romane a fait l’objet, entre autres, de deux sessions scientifiques organisées dans l’amphithéâtre de l’Académie roumaine le 31 octobre 1994 et le 28 janvier 2005 : « La langue roumaine et ses variantes locales » et « Les Aroumains et l’aroumain aujourd’hui »20.

56Le Dodécalogue est rarement cité par ceux qui se réclament de la linguiste pour condamner les tentatives de sécession attribuées aux néo-aroumanistes. Il y a au moins deux raisons à cela. D’une part, à cause du suspense entretenu autour de ses « vérités » par la linguiste qui s’est toujours refusée de lever l’ambiguïté sur certains points. D’autre part, parce que le principal argument avancé par la linguiste contre les prétentions des « Aroumains qui ont émigré en Roumanie » (Caragiu Marioțeanu 2005, 72) et qui, par conséquent, ne sont pas autochtones, de bénéficier du statut de minorité nationale, a perdu de son intérêt. En effet, c’est justement parce qu’ils se réclament des zones des Balkans dans lesquelles ils étaient autochtones qu’ils se présentent comme minorité distincte de la population majoritaire roumaine. Or la décision de l’État roumain de reconnaître une vingtaine de minorités nationales au début des années 1990 leur a fourni un argument nouveau : les Albanais et les Macédoniens figurent parmi ces minorités alors qu’ils ne sont pas plus autochtones que les Aroumains et sont de surcroit dix fois moins nombreux qu’eux. Du coup, avec ce précédent, l’argument fort de M. Caragiu Marioțeanu qui rendait irrecevable la demande d’un statut de minorité pour les Aroumains en Roumanie devient inopérant pour ceux qui leur refusent ce droit pour ce motif et peut même se retourner contre eux. A noter, cependant, que cet argument fait davantage l’unanimité parmi les Roumains hostiles à l’octroi d’un statut de minorité nationale aux Aroumains que la question de savoir s’ils parlent une langue à part ou non et s’ils constituent ou non une ethnie distincte.

Dans la lignée de M. Caragiu Marioțeanu : Nicolae Saramandu et Manuela Nevaci

57En règle générale, les linguistes roumains interviennent peu sur la question langue/dialecte à propos de l’aroumain. Les débats à ce sujet qui ont pu enflammer les milieux universitaires dans les années 1950 autour de l’existence d’une langue moldave appartiennent au passé. Ils semblent plutôt soucieux d’éviter de se lancer dans le domaine quelque peu réservé à leurs collègues de langue native aroumaine à commencer par M. Caragiu Marioțeanu qui dominait le sujet et occupait le devant de la scène sur ce thème depuis un bon moment, grâce à sa forte personnalité. Depuis sa disparition, en 2009, c’est Nicolae Saramandu (né en 1941), spécialiste lui aussi en dialectologie, qui a été appelé à se prononcer sur la question. Peu enclin aux développements théoriques fondés sur des hypothèses hasardeuses, il s’est aligné sur la position de M. Caragiu Marioțeanu à propos de la question langue/dialecte, sans fournir davantage de précisions d’ordre historique et géographique :

L’origine des dialectes roumains doit être cherchée dans le vaste espace romanisé au nord et au sud du Danube dans les territoires gouvernés par les Romains où s’est créé un continuum romanicum, un tissu de romanité qui s’est effiloché après l’installation des Slaves au sud du Danube. L’unité de la langue roumaine n’est pas incompatible avec le fait d’admettre l’existence de ce vaste espace romanisé. Elle s’explique par l’unité́ du latin et par le caractère unitaire de la langue de substrat (Saramandu 2015, 71-72).

  • 21 M. Nevaci figure comme coauteur dans le deuxième volume.

58Auteur d’enquêtes de terrain poussées qui ont abouti à l’Atlas linguistique du dialecte aroumain (Saramandu 2014-202121), il occupe une position institutionnelle enviable. Directeur du département de dialectologie, géographie linguistique, phonétique et onomastique dans le cadre de l’Institut de linguistique « Iorgu Iordan-Alexandru Rosetti », estimé par ses pairs sur le plan international, il a été élu membre correspondant de l’Académie roumaine en 2018.

59Son parcours est assez particulier. Déjà avant décembre 1989 il avait participé aux activités organisées à l’initiative de l’Union pour la langue et la culture aroumaine de V. Barba en Allemagne fédérale. Par la suite, il a joué un rôle clé dans la formation des jeunes journalistes de la section aroumaine de Radio România Internațional dès sa mise en place en 1991. En août 1997, il a assisté au Symposium pour la standardisation du système d’écriture de l’aroumain qui a eu lieu à Bitola à l’initiative des éditeurs d’ouvrages en aroumain (Cunia 1999). Après les événements de 2005, sa position publique semble arrêtée définitivement : l’aroumain est un dialecte, un point c’est tout. Il la rappellera en toutes circonstances : aux côtés de l’historien Ioan Aurel Pop, sur des positions de plus en plus nationalistes depuis son élection comme président de l’Académie, des ministres-délégués chargés des Relations avec les Roumains de partout qui se sont succédé, lors des commémorations organisées par la Société de culture macédoroumaine, etc. Depuis 2018, il est membre correspondant de l’Académie.

60Née en 1974, chercheuse depuis 2005 au même institut, sa collaboratrice Manuela Nevaci a suivi un cursus similaire. Elle a participé à ses côtés à des enquêtes de terrain pour consigner les diverses variétés régionales de l’aroumain dont elle a réuni les résultats dans un ouvrage intitulé L’identité roumaine dans le contexte balkanique. Dans le chapitre intitulé « Conscience de la romanité et de la roumanité chez les Aroumains », l’auteure, habilitée depuis 2016 à diriger des thèses de doctorat, ne laisse pas trop de doutes pour ce qui de l’enjeu des études aroumaines en cours au sein des sections ayant trait aux questions linguistiques sud-danubiennes de l’Académie roumaine : 

Les Aroumains conservent des formes archaïques de civilisation, de parler et de traditions tandis que le dialecte met en évidence le lien entre les Roumains nord-danubiens et sud-danubiens, en aidant les locuteurs du dialecte de conscientiser leur unité de langue et de civilisation (Nevaci 2013, 40).

61Ce chapitre semble faire office de profession de foi puisqu’il traite, selon son auteure, d’« un aspect d’une grande actualité étant donné qu’au cours des deux dernières décennies les contacts des Aroumains des pays balkaniques avec la Roumanie, et implicitement avec les Aroumains de ce pays, se sont intensifiés » (Nevaci 2013, 11). Il était d’ailleurs paru à l’identique dans un autre ouvrage, publié deux ans auparavant, sans que ce fait soit mentionné (Nevaci 2011).

Au service du « syntagme scientifiquement correct ‘’dialecte aroumain’’« 

62La version de l’Académie sera relayée maintes fois dans diverses publications spécialisées et généralistes roumaines jusqu’à nos jours. Par conviction ou par calcul, certains historiens, ethnologues, anthropologues et politistes roumains n’hésitent pas à s’engager dans la campagne contre le néo-aroumanisme. Plus politiques, ces épigones autoproclamés de M. Caragiu Marioțeanu font preuve de moins de retenue que les deux linguistes cités plus haut. Les très rares et plutôt timides tentatives de questionner les assertions de 1994 et 2005 invoquées par l’Académie passent quasiment inaperçues. Il n’y a plus grand-chose à démontrer, il suffit désormais de rappeler ces assertions sous la forme établie par l’Académie roumaine. Dans le premier paragraphe de son étude publiée dans la Revue roumaine de sociologie sous le titre « Les Aroumains de Roumanie aujourd’hui », le chercheur à l’Institut d’ethnologie et folklore « C. Brăiloiu » Emil Țîrcomnicu est formel :

Nous n’insisterons pas sur les données scientifiques, archiconnues dans le monde scientifique roumain et international qui statuent l’existence des quatre dialectes de la langue roumaine : dacoroumain, aroumain, meglénoroumain et istroroumain. Le fait que les locuteurs des trois dialectes sud-danubiens peuvent être considérés comme ayant une origine ethnique roumaine dans le cas où ils assument cette condition existentielle est évident. Leurs ascendants ont été considérés comme roumains à différents moments de l’histoire (au temps de l’Empire ottoman et lors de la constitution des États balkaniques – la Grèce après 1829, la Bulgarie après 1878, l’Albanie après 1913 et le Royaume serbo-croato-slovène après 1913) en sorte que leurs descendants peuvent être considérés comme appartenant à la nationalité roumaine (Ţîrcomnicu 2011, 154).

63Chercheur à l’Institut d’histoire sud-est européenne et, depuis 2002, diplomate en poste successivement à Tirana et à Skopje, Viorel Stănilă va plus loin. Selon lui, en se fixant comme objectif dans son statut (art. 1) « la conservation et la revitalisation de la langue aroumaine », la Communauté aroumaine de Roumanie accréditait dès 1997 « le séparatisme ethnique des Aroumains du tronc roumain » puisqu'elle remplaçait « le syntagme correct du point de vue scientifique ‘’dialecte aroumain’’ par la formule tendancieuse ‘’langue aroumaine’’« . « Le néo-aroumanisme est une forme de fragmentation ethnique, une menace de type asymétrique. » « La romanité des Roumains – c’est-à-dire l’appartenance de la langue roumaine au groupe roman oriental ou balkanique – fait d’eux et de l’État qui les représente, la Roumanie, les légataires du tronc ethnique unitaire dont se sont détachés à cause des vicissitudes de l’histoire au xe siècle les Macédoroumains, puis les Meglénoroumains et les Istroroumains », affirme notamment V. Stănilă (2019, 40-92).

64Emil Țîrcomnicu est secrétaire de la Société de culture macédoroumaine, dont Viorel Stănilă fait également partie, comme la plupart des auteurs et hommes politiques qui se sont illustrés ces derniers temps dans la dénonciation des tenants du néo-aroumanisme. L’autre point commun entre ces auteurs est leur implication dans les campagnes menées par le département pour les Relations avec les Roumains de partout dépendant du ministère des Affaires étrangères.

2005, Mariana Bara : « Une crise de l’identité ou de la description des Aroumains ? »

65Quelques jours après le discours du 28 janvier 2005 de M. Caragiu Marioțeanu, Mariana Bara, née en 1961, dont la thèse de doctorat en linguistique portait également sur l’aroumain (Bara 2016), faisait circuler sur le Forum Armânamea un texte intitulé « Une crise de l’identité ou de la description des Aroumains ? » qui se faisait l’écho de l’intervention de M. Caragiu Marioțeanu « Une crise identitaire aroumaine » à laquelle elle avait assisté :

  • 22 Ce passage est paru deux ans après la mémorable séance de l’Académie (Trifon 2007, 194).

La réponse à la question ainsi formulée est sans équivoque : la crise d’identité des Aroumains est due à l’inadéquation entre le discours officiel en Roumanie et les réalités aroumaines telles qu’on peut les observer de nos jours en Roumanie et dans les Balkans. Cette crise est minimisée, associée à une psychose ou hystérie par imitation à l’Académie comme dans les médias roumains parce que l’on se refuse à procéder à la réévaluation critique d’un discours forgé au xixe siècle et presque exclusivement en Roumanie. Or il suffit de consulter les sources et les analyses historiques, linguistiques et anthropologiques autres que roumaines disponibles sur le sujet pour obtenir une tout autre présentation et interprétation des réalités aroumaines dans les Balkans22.

66Pour la première fois en Roumanie, une intellectuelle roumaine d’origine aroumaine, cadre didactique universitaire, remettait en cause sans ménagement la légende nationale roumaine. Quinze ans plus tard force est de constater que la prise de position critique de Mariana Bara a été ignorée par les instances académiques roumaines qui se sont empressées de bloquer durablement toute discussion à ce propos.

  • 23 Il aura fallu attendre 120 ans pour que la traduction roumaine de cet ouvrage paraisse sous la dire (...)

67Le climat généré par ces pressions répétées en Roumanie au nom des décisions de l’Académie ne pouvait pas passer inaperçu à l’étranger et certains chercheurs ont fini par s’interroger sur ses effets pervers tant dans les recherches concernant l’aroumain que dans les tentatives d’apporter une réponse aux problèmes posés par cette langue/dialecte en danger d’extinction. Les chercheurs de langue allemande surtout, des romanistes comme Wofgang Dahmen et Johannes Kramer, des géographes et anthropologues comme Thede Kahl et Elton Prifti, ont attiré l’attention sur ce blocage. Ceci n’est pas un hasard. Rappelons que c’est à Leipzig que Gustav Weigand publie son ouvrage fondateur pour les études aroumaines Die Aromunen (Weigand 1894-95)23 en 1894-1895 un an après avoir mis en place l’Institut für rumänische Sprache dont l’Annuaire fut longtemps la plus importante publication périodique de philologie roumaine et aroumaine. Des auteurs aroumains qui se révéleront si prolixes par la suite, tels que Pericle Papahagi et Theodor Capidan ou encore le Transylvain Sextil Puşcariu (1877-1948), le fondateur de l’école linguistique de Cluj, suivent les cours de cet institut qui finira par être intégré à l’Université de Leipzig (Krause 2008).

Les mises en garde de Wolfgang Dahmen et Johannes Kramer

  • 1
  • 25 Cf. aussi Trifon 2015.

68Une assez curieuse confrontation « à distance » entre le point de vue des linguistes allemands, en l’occurrence W. Dahmen et J. Kramer, et la position de l’Académie roumaine24 relayée par la linguiste Victoria Popovici sur la question langue/dialecte de l’aroumain a eu lieu à l’occasion de la rédaction du Manuel des langues romanes paru en 2014 (Klump, Kramer, Willems 2014)25. A noter que les deux linguistes allemands avaient déjà réalisé de nombreux travaux sur l’aroumain en particulier ce qui n’est pas le cas de Victoria Popovici.

69Le roumain et l’aroumain sont traités séparément dans la section « Romanité balkanique ». Dans la partie consacrée au roumain par V. Popovici, l’aroumain est présenté comme un dialecte au même titre que le dacoroumain. Cependant, seul ce dernier avec ses variantes régionales est traité. Pas l’aroumain, ni le méglenoroumain et l’istroroumain. Ceux-ci sont traités séparément sous le titre « Romania sud-danubienne » par les linguistes allemands. Pourquoi cette séparation ? En guise d’explication, V. Popovici rappelle l’existence de deux hypothèses sur leur statut de langues ou de dialectes sans pour autant se prononcer dans un sens ou un autre.

  • 26 Cf. Dahmen 2012.

70« Traditionnellement, on divise le roumain en quatre dialectes, ce qui mène à certaines absurdités », font remarquer W. Dahmen et Kramer en rappelant l’écart entre le nombre de leurs locuteurs. Puis ils soulignent l’« évolution encourageante » de l’aroumain ces trente dernières années, notamment en Roumanie. « Aujourd’hui, l’idée qu’il s’agit de langues romanes autonomes gagne du terrain » (Klump et al. 2014, 313). Or, en Roumanie, « l’aroumain est considéré comme un dialecte du roumain, et non pas comme une langue à protéger » (Klump et al. 2014, 315-316)26.

71A noter que, dans l’introduction, les éditeurs avaient pris le soin de préciser que « la langue nationale de Roumanie est exposée d’un point de vue grammatical, tandis que les idiomes sud-danubiens sont présentés dans une orientation plutôt sociolinguistique » (Klump et al. 2014, 7).

72Le Manuel des anthologies, corpus et textes romans (Iliescu & Roegiest 2015), paru l’année suivante dans la même collection, n’éclairera guère plus le débat amorcé dans le Manuel des langues romanes sur la question langue/dialecte de l’aroumain. L’existence même d’une hypothèse envisageant l’aroumain comme langue indépendante n’est pas mentionnée par l’auteure de l’article intitulé « Le dialecte aroumain » de la section consacrée au roumain. Les deux textes retenus dans le volet « Corpus » par Emanuela Timotin, de l’Institut « Iorgu Iordan-Alexandru Rosetti » de l’Académie roumaine, remontent au xviiie siècle, tandis que parmi les indications bibliographiques ne figure aucun titre relevant de la production moderne et contemporaine aroumaine (Iliescu & Roegiest 2015, 633-639). Décidément, les mises en garde de W. Dahmen et J. Kramer dans le manuel paru l’année précédente n’ont pas été prises en compte.

73Cela n’empêchera pas W. Dahmen de revenir à la charge à plusieurs reprises, en 2018 avec » L’aroumain, un dialecte du roumain ? (Dahmen 2018), puis, en 2021, avec « ‘’ Dialectes’’ roumains dans les Balkans ? » (Dahmen, Kramer 2021), article coécrit cette fois-ci avec Johannes Kramer. Les thèmes traités se recoupent partiellement et se complètent en sorte que nous allons devoir « naviguer » entre ces deux contributions pour en rendre compte.

Dimitre Cantemir et la « dacoroumanisation de l’aroumain »

  • 27 Pour la version roumaine, voir Cantemir (1976, 235).

74« La tendance à classer l’aroumain comme un dialecte du roumain trouve son parallèle dans de nombreux efforts pour adapter l’idiome sud-danubien au dacoroumain », écrit W. Dahmen (2018, 47) dans le sous-chapitre intitulé « La dacoroumanisation de l’aroumain » consacré au contexte historique dans lequel l’idée a germé avant de s’imposer comme un impératif. Il pointe notamment les écrits du prince moldave et grand érudit Dimitrie Cantemir (1673-1723) qui, à une époque où il n’y avait pas encore de forme écrite normalisée du roumain, établissait une hiérarchie linguistique assez éloquente. Au sommet, il plaçait le moldave, décrit comme « plus pur que le valaque », avant de poursuivre ainsi : « Une langue bien pire ont les Koutzovlachs qui vivent en Roumélie et aux frontières de la Macédoine et dont la langue est fortement mélangée au grec et à l’albanais (…) un charabia tel que ni un Grec, ni un Albanais ni un Moldave ne peuvent comprendre » (Dahmen 2018, 48-49)27. Pour Cantemir, entre le roumain et l’aroumain il y a identité linguistique à la base, mais la communication entre leurs locuteurs est problématique, souligne W. Dahmen, avant de passer en revue les tentatives ultérieures de purification linguistique de l’aroumain. Le manifeste rédigé en roumain et en grec (mais pas en aroumain) en 1863, à l’initiative du poète Dimitrie Bolintineanu, s’adressait bel et bien aux « frères roumains » de Macédoine. Ceci illustre la « vision d’une langue unifiée des Roumains et des Aroumains » qui prévalait en ce temps. « Un jour viendra où tous ces quatorze millions de Roumains auront une seule langue de culture qui ne saurait être une autre que celle de la Dacie trajane », pouvait-on lire dans ce manifeste (Dahmen 2018, 51).

75W. Dahmen démontre de manière fort convaincante que Cantemir a dû avoir des contacts directs avec des Aroumains lors de son long séjour à Istanbul, à la cour de Iaşi ou au cours de son exil russe. Ceci donne un certain poids à ses observations et permet de saisir l’idée qu’un roumanophone cultivé pouvait se faire des aroumanophones déjà en ce temps et sur les obstacles objectifs et subjectifs auxquels il pouvait se heurter pour s’entendre avec eux. Les auteurs roumains aborderont rarement cette dernière question, le plus souvent pour en minimiser les conséquences. De fait, Mioara Adam fait partie des rares auteurs à l’avoir évoquée lorsqu’elle signale que « les dialectes roumains ne sont que dans une faible mesure intelligibles » (Avram M., 20011, 176). M. Caragiu Marioțeanu n’en parle quasiment jamais, alors qu’elle insiste sur « la ressemblance étonnante entre les idiomes romans parlés au nord et au sud du Danube » (Caragiu Marioțeanu 20061, 100). Les ressemblances sont présentées de telle sorte que la question des limites de la compréhension mutuelle apparaisse comme superflue.

76Le contraste entre ce regard posé par le linguiste allemand sur le rapport hiérarchique entre le moldave, le valaque et le « charabia » des Koutzovlachs tel qu’il ressort des écrits du prince moldave et les enseignements qu’en retire son collègue roumain, l’académicien Grigore Brâncuş, mérite d’être relevé. Spécialiste réputé de l’histoire de la langue roumaine, Brâncuş croit entrevoir l’existence, dès cette époque, d’une conscience de l’unité des futures composantes du peuple roumain. « La conception de Cantemir, se hasarde-t-il, s’identifie avec celle des dialectologues d’aujourd’hui : deux groupes d’unités dialectales : les parlers septentrionaux (dacoroumain) et méridionaux (aroumain) » (Brâncuş 2001, 142).

Le poids de l’Introduction aux langues romanes de Tagliavini

77Les similitudes linguistiques entre le roumain et l’aroumain, qu’il s’agisse de la préservation ou du développement ultérieur de phénomènes phonétiques, morpho-syntaxiques et lexicaux n’ont rien d’exceptionnel, puisqu’il s’agit de la même famille linguistique, rappellent W. Dahmen et J. Kramer qui font remarquer que :

Avec toutes les similitudes évidentes entre le portugais et l’espagnol, entre l’espagnol et le catalan, le catalan et l’occitan, etc., les langues respectives seront placées au même niveau hiérarchique. Il est hors de question de subordonner l’une de ces langues à l’autre. Le niveau immédiatement supérieur serait celui de la famille linguistique (Romania) ou une des parties de celle-ci : Iberoromania, Galloromania, etc. [et, s’agissant de l’aroumain et du roumain, Balkanoromania] (Dahmen, Kramer, 2021, 297).

78Dans tous les ouvrages consacrés aux langues romanes, on retrouve le même schéma qui présente la langue roumaine comme étant divisée en quatre dialectes principaux, dont l’un est situé hiérarchiquement à un niveau différent des trois autres, constatent W. Dahmen et J. Kramer, en citant in extenso la définition de Carlo Tagliavini (1903-1982) dans l’Origine des langues néolatines : Introduction aux langues romanes, un classique traduit en plusieurs langues et plusieurs fois réédité. Pour suggérer le caractère approximatif des informations sur les idiomes balkaniques dont disposait tant Tagliavini que les éditeurs et traducteurs de son Introduction, W. Dahmen et J. Kramer signalent une erreur que l’on retrouve dans les éditions successives du livre à propos de la localisation du meglénoroumain : « En fait, la région de Meglen, dans laquelle le « megléno-roumain » est parlé, n'est pas au nord-est, mais au nord-ouest de Salonique » (Dahmen, Kramer, 2021, 293).

79Qualifié d’« étrange » par les auteurs allemands, ce schéma, repris jusqu’à nos jours dans les manuels, les dictionnaires et les encyclopédies du monde entier traitant de la langue roumaine et des idiomes apparentés qui ont survécu en milieux grécophone, slavophone et albanophone ne s’est pas moins révélé efficace pour expliquer une situation trop complexe pour être résumée en quelques mots. D’autant plus que, si le roumain est connu du public international, tel n’est pas le cas de l’aroumain et encore moins du vlach meglénite et istrien. Pour les situer, le moyen le plus simple est de les associer au roumain, s’agissant de l’aroumain, et de les baptiser meglénoroumain et istroroumain. À l’exception de la Roumanie, il n’y a d’ailleurs pas d’entrée dans les dictionnaires au nom de ces idiomes, traités sommairement et toujours dans leur rapport à la langue roumaine et aux problèmes soulevés par la position sui generis de cette dernière dans cette région du Vieux Continent.

Longtemps simple Abstand, l’aroumain empruntera-il le chemin ardu de l’Ausbau ?

80La question que tout observateur devrait se poser est facile à formuler, écrivent pourtant W. Dahmen et J. Kramer, visiblement peu satisfaits de cette situation :

Les dialectes aroumain et (daco)roumain constituent-ils une seule langue, même s'ils n’ont pas eu de contact direct depuis au moins un millénaire, même s’ils ont connu des développements historiques différents et si, sans pratique, ils ne sont pas mutuellement compréhensibles ? Et même si vous devez répondre positivement à cette question, une nouvelle question se pose : a-t-on parlé le roumain vers l'an 1 000 ou s’agissait-il seulement d'une étape préliminaire de cette langue, que vous pouvez appeler latin balkanique tardif ou roman balkanique ou proto-roumain (Dahmen, Kramer, 2021, 294) ?

81Pour répondre à ce type de question, W. Dahmen suggère une piste dans la conclusion de sa contribution de 2018 sur laquelle il reviendra avec son collègue J. Kramer dans le texte publié trois ans plus tard. La situation de l’aroumain y est envisagée à partir de notions telles que Dachsprache, langue-toit, et surtout Abstandsprache (« langue par distance »), en abrégé Abstand, et Ausbausprache (« langue par construction », « par élaboration »), en abrégé Ausbau, notions clefs que la sociolinguistique doit à Heinz Kloss (1904-1987). Auteur d’un article retentissant paru en anglais en 1967 (Kloss 1967) mais qui prolongeait des travaux antérieurs et dont les thèses seront développées dans un ouvrage publié en allemand en 1978 (Kloss 1978), ce germaniste innove en faisant intervenir des critères sociologiques dans la classification des langues et dialectes apparentés. Ceci permet notamment d’en saisir les états intermédiaires et ainsi de faire découvrir un paysage linguistique complexe et en mouvement permanent, guère réductible à celui qui résulte de la simple opposition langue/dialecte.

82La langue-toit est une langue qui sert de langue standard, commune, pour différents dialectes qui ne sont plus mutuellement compréhensibles par leurs locuteurs, lesquels doivent donc passer par une langue-toit pour se comprendre entre eux. Par exemple, les locuteurs des nombreux dialectes allemands ou italiens sont amenés à utiliser l’allemand ou l’italien standard pour s’entendre.

83Par Abstand, « langue par distance », on entend toute langue suffisamment distanciée des autres langues pour ne pas être considérée comme le dialecte d'une autre langue. En l’occurrence, la notion de distance n’est pas géographique mais intrinsèque, précise Kloss (Kloss 1978, 33). En revanche, les Ausbau, « langues par construction », forcément moins nombreuses, résultent d’un remodelage, d’une planification et développent une littérature diversifiée. Une fois standardisé, le dialecte d'une langue Abstand, peut devenir à son tour une langue Ausbau. Le processus est ouvert et divers cas de figure peuvent se présenter d’une langue/dialecte à l’autre et en fonction du contexte historique.

84Le roumain est à la fois « langue par distance » et « par construction ». Et l’aroumain ? Kloss s’était lui-même égaré là-dessus dans le bref passage qu’il a consacré à l’aroumain en le qualifiant de « dialecte extérieur sans toit » (dachlose Außenmundart) du roumain. Il faisait référence au « grand boom de la littérature et des écoles introduites par la Roumanie depuis la deuxième moitié du xixe siècle jusqu’à la fin des guerres balkaniques » tout en précisant que ce mouvement avait enregistré une forte baisse après la Première Guerre mondiale et qu’un tournant était intervenu au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, quand « tout le travail dans la langue maternelle a été effacé » (Kloss 1978, 62).

85Selon W. Dahmen et J. Kramer, la notion de « dialecte extérieur sans toit » correspond chez Kloss à une situation particulière. Il s’agit de dialectes dont les locuteurs n’ont pas la possibilité d’apprendre à l’école élémentaire la langue standard assignée à leur dialecte, alors que celle-ci est enseignée dans le pays de base, de référence, de la communauté linguistique dont ils font partie. Du coup, ne bénéficiant pas du toit protecteur d’une langue de haut niveau, ces dialectes restent inchangés et sont davantage exposés aux effets d’une langue de haut niveau autre que celle qui leur est assignée. Outre l’aroumain par rapport au roumain, sont cités le corse par rapport à l'italien, et le wallon par rapport au français (Dahmen, Kramer 2021, 295).

  • 28 Le cas du corse est emblématique dans ce sens si l’on pense par exemple aux progrès observés dans s (...)

86Dans le « Répertoire des langues controversées » d’un autre ouvrage dirigé par Kloss paru six ans plus tard, en 1984, l’aroumain figure avec la mention « anciennement Ausbau », en référence à la période roumaine, alors que le corse, mais pas le wallon, est suivi de la mention « Ausbau en devenir » (Kloss, McConnell 1984, 22-23). Autant dire que le statut des langues et des dialectes n’est pas établi une fois pour toutes et peut connaître des évolutions pas toujours prévisibles28.

87En désaccord avec Kloss qui classe l'aroumain comme « dialecte extérieur sans toit du (daco)roumain », un autre linguiste allemand, Thomas Krefeld, a proposé la formule « langue par distance disloquée roumaine au sens large » (dislozierte Abstandsprache Rumänisch im weiteren Sinn), qui se divise en « roumain au sens étroit du terme (dacoroumain) » ainsi qu'en istroroumain, aroumain et meglénoroumain (krefeld 2003, 82, 85–86 et 89).

88Ce n'est là qu'une astuce terminologique qui n’apporte rien, rétorquent W. Dahmen et J. Kramer. Une nouvelle catégorie est ouverte pour l'aroumain, le « meglénoroumain » et l’« istroroumain », catégorie qui n'existe nulle part ailleurs dans la Romania sous cette forme. Cette nouvelle catégorie ne permet pas aux profanes de faire un pas de plus vers une réponse à la seule question pertinente à leurs yeux : langue ou dialecte (Dahmen, Kramer 2021, 296) ?

89Si l'on s’en tient à la terminologie de Kloss, on ne pourra pas nier à l'aroumain la propriété de « langue par distance », qui est certes difficile à mesurer en détail, même si Kloss lui-même, impressionné par l’intervention roumaine et se fiant à une certaine tradition, considérait l'aroumain comme un « dialecte extérieur sans toit du (daco)-roumain ». Au vu précisément des tentatives répétées « pour attirer l'aroumain sous la cloche pan-roumaine », la qualification de « langue par distance faussement perçue comme étant un dialecte » (scheindialektisierte Abstandsprache) ne semble pas inappropriée, faisait remarquer W. Dahmen (2018, 54). Trois ans plus tard, avec J. Kramer, il ajoute :

Mais avec une modification, puisque Kloss pensait à des cas du type : occitan vs français, sarde vs italien, etc., dans lesquels la langue A est couverte par une langue B apparentée mais plus prestigieuse, qui est aussi langue administrative, religieuse et scolaire, de sorte que les locuteurs de la langue A ont le sentiment qu’ils ne sont qu’une branche sur le tronc de l’arbre. Ce n'est pas précisément le cas de l'aroumain, même si des tentatives ont été faites, notamment à la fin du xixe et au début du xxe siècle, avec l'introduction de tout un réseau d’écoles pour implanter un tel modèle dans la tête des Aroumains, avec les conséquences que l’on sait, y compris dans les milieux spécialisés dans l’étude des langues romanes. L'aroumain est donc au départ une (simple) « langue par distance » (Abstand), mais, ces derniers temps, il y a eu des efforts de plusieurs côtés pour emprunter le chemin ardu de l'expansion du langage pour accéder à une « langue par élaboration » (Ausbau) (Dahmen, Kramer 2021, 302-303).

90C’est sur la même conclusion, peut-être un peu plus optimiste, que finissait la contribution signée par W. Dahmen trois ans auparavant :

Si, grâce aux possibilités offertes par les réseaux sociaux, les tentatives de codification, qui ont été de plus en plus nombreuses dans les zones habitées par des Aroumains depuis l'effondrement du communisme, sont couronnées de succès, l'aroumain réussira atteindre la qualité d'une langue à la fois Abstand, « par distance » et Ausbau, « par élaboration » (Dahmen 2018, 54).

La distinction langue/dialecte passionne surtout les profanes…

91« Le chapitre sur l’engagement, sous quelque forme que ce soit, en faveur de la Roumanie est [...] clos, déclarait à juste titre Johannes Kramer » en référence à la perception par les Aroumains de Grèce du rôle joué par le passé par l’État roumain, rapporte W. Dahmen citant un article de son collègue paru dans les actes du Premier Congrès international pour la langue et la culture aroumaines qui a eu lieu à Mannheim en septembre 1985 (Kramer 1987, 134).

À cet égard, poursuit W. Dahmen, on peut être sceptique quand on se rend compte que l'État roumain est en train de lancer diverses campagnes parmi les Aroumains, des bourses par exemple pour les jeunes Aroumains d'Albanie afin d’étudier en Roumanie. Depuis quelque temps, il existe un ministère distinct pour les Roumains vivant en dehors de la Roumanie qui - selon sa page d'accueil - veut prendre en charge les préoccupations des Roumains hors de Roumanie. Le fait que les Aroumains soient considérés comme des Roumains en Roumanie ressort de la manière dont ils sont traités dans les rapports obligatoires au Conseil de l'Europe dans le cadre de la Charte des langues régionales ou minoritaires ; ils ne sont pas mentionnés, bien que leurs associations en Roumanie développent une activité culturelle assez considérable (Dahmen 2018, 53).

92La position des deux auteurs allemands sur le nouveau cours de la politique roumaine dans les Balkans est claire. Il n’en va pas toujours de même pour ce qui est de leur position vis-à-vis des linguistes qui cautionnent en Roumanie les injonctions nationalistes de l’Académie roumaine. Cette dernière n’est pas citée expressément à ce propos pas plus que les linguistes dont sa direction actuelle se réclame (M. Caragiu Marioțeanu notamment) ou qui s’alignent sur les décisions de cette institution (N. Saramandu, par exemple, mais dont les déclarations dans ce sens sont plus récentes). Pourquoi ? D’abord, parce que les prises de position de ces linguistes peuvent être considérées comme étant plutôt politiques, de circonstance en quelque sorte. En tout cas, elles ne remettent pas en question la validité de leurs travaux de spécialité. Ensuite, parce que ceux-ci ont été ou sont des collègues appréciés des chercheurs étrangers et qu’ils se sont croisés ou côtoyés lors des colloques et parfois ont travaillé ensemble sur des projets. Pour les auteurs étrangers, les Aroumains constituent un objet de recherche dans un contexte plus large, celui du champ roumain ou du Sud-Est européen, alors qu’en Roumanie il s’agit d’un sujet sensible pour des raisons historiques et politiques. À l’instar des autres académies nationales postcommunistes de la région (bulgare, serbe, etc.), l’Académie romaine coiffe la plupart des instituts de recherche et exerce ainsi une sorte de monopole sur les travaux concernant la Roumanie. S’agissant d’un narratif comme celui sur les Aroumains alias les Roumains du Sud, sa direction actuelle campe dans un véritable isolat. Il n’en a pas toujours été ainsi et la situation peut évoluer. En attendant, même si on n’est pas obligé de passer par cette institution, mieux vaut apparemment éviter d’aller à son encontre, ne serait-ce que pour éviter des retombées déplaisantes et des polémiques stériles.

93Toujours est-il que les linguistes qui se sont exprimés récemment en Roumanie sur la question sont davantage épargnés par W. Dahmen et J. Kramer, que ceux des générations précédentes : le Roumain Sextil Puşcariu et l’Itaien Carlo Tagliavini. Le cas de M. Caragiu Marioțeanu semble plus compliqué.

94Son Dodécalogue, et la grille de lecture proposée dans son post scriptum sont présentés sans commentaires particuliers. Quand elle considère l’aroumain comme un « dialecte historique d’une phase antérieure », la linguiste « s'éloigne bien sûr des positions exprimées dans les années 1950 et 1960, mais aussi implicitement des représentations traditionnelles qui suggèrent qu'une telle unité existe encore aujourd'hui », fait remarquer W. Dahmen (2018, 53) en attirant au passage l’attention ainsi sur un aspect trop souvent perdu de vue en Roumanie.

En fin de compte, poursuit-il plus loin, on peut être largement d'accord avec Matilda Caragiu Marioțeanu dans son évaluation (l’aroumain est un dialecte historique d’une phase ancienne), mais avec une petite modification : l'aroumain est le dialecte historique d'une phase ancienne non pas du roumain, mais du roman balkanique (que vous pouvez appeler le roman du sud-est de l'Europe si vous voulez vraiment éviter le terme « Balkans »), car les traits caractéristiques communs des quatre idiomes en discussion sont le latin tardif ou également proto-roman, mais pas les traits du « roumain antiquus » (Dahmen 2018, 54).

95Si W. Dahmen reprend ici pour l’aroumain le terme de « dialecte » alors qu’il parle par ailleurs de langue (Abstand et potentiellement Ausbau), c’est parce que pour lui la distinction langue/dialecte demeure relative, comme il le laisse entendre lorsqu’il fait remarquer que ce genre de distinction passionne surtout les profanes. C’est d’ailleurs aussi la position de M. Caragiu Marioțeanu exprimée de manière suffisamment équivoque (langue maternelle, fonctionnelle et, en même temps, dialecte historique, hypostase du roumain commun) pour pouvoir être récupérée par ceux qui estiment que l’aroumain est un dialecte du roumain.

« Les philologies nationales servent à éveiller la conscience nationale » (J. Rolshoven)

96La critique la plus percutante, probablement involontaire, en tout cas indirecte puisque M. Caragiu Marioțeanu n’est pas désignée, ressort d’un passage emblématique du grand linguiste Sextil Puşcariu cité à titre d’exemple par W. Dahmen :

  • 29 Puşcariu S., Limba română, Bucarest, 1940, p. 232. Cité par Dahmen (2018, 53).

Malgré toutes ces grandes différences entre les quatre dialectes, les idiomes parlés dans le Royaume de Roumanie, le Pinde, le Meglen et l’Istrie appartiennent à une seule langue pour chaque linguiste. Tous les traits caractéristiques du roumain, tout ce qui différencie le roumain du latin, d'une part, et des autres langues romanes d'autre part, se retrouve dans les quatre dialectes29.

97W. Dahmen voit dans ce passage la confirmation de l’affirmation de son confrère Jürgen Rolshoven avec lequel il avait jadis fait du terrain en Grèce et connu quelques mésaventures à cause des suspicions des autorités vis-à-vis des chercheurs étrangers intéressés par les minorités : « Les philologies nationales servent à éveiller la conscience nationale » (Rolshoven 1989, 190). En effet, c’est le raisonnement de Puşcariu qui a inspiré, en 1969, la présentation de la méthode observée par les rédacteurs, dont M. Caragiu Marioțeanu, de l’Histoire de la langue roumaine et de l’objectif qu’ils s’étaient fixé :

  • 30 Le nom de Puşcariu n’est pas mentionné en cette occasion. Proche du mouvement légionnaire à la fin (...)

A notre avis, ce n’est pas le dacoroumain du xvie siècle qui doit être rapporté au latin (tardif), mais ce qui résulte de sa comparaison avec l’aroumain, et éventuellement avec le meglénoroumain et l’istroroumain, c’est-à-dire avec cette forme de langue dont on a éliminé les influences subies par chacun de ces idiomes. En procédant ainsi, nous sommes arrivés à la conclusion que l’individualité de la langue roumaine apparait clairement avant que ne s’exerce sur elle telle ou telle influence étrangère (Coteanu 1969, 17)30.

98En 1976, M. Caragiu Marioțeanu met en exergue ce passage sur la jaquette de son ouvrage de référence, le Compendiu, en rendant ainsi hommage à son auteur. Elle renonce cependant à la première phrase, ce qui le rend encore plus sibyllin :

Tous les traits caractéristiques du roumain, tout ce qui différencie le roumain du latin, d'une part, et des autres langues romanes d'autre part, se retrouve dans les quatre dialectes. (Sextil Puşcariu, Limba română, I, 232)

99Elle reviendra là-dessus à plusieurs reprises. En 1988, après avoir renvoyé le lecteur au travail collectif sur le roumain commun dans les années 1960, M. Caragiu Marioțeanu le cite à nouveau, mais précédé cette fois-ci d’une indication qui prend le contre-pied de la première phrase expurgée du paragraphe de Puşcariu :

La ressemblance entre le roumain commun et l’aroumain est, premièrement, bouleversante ; deuxièmement, ce qui est important aussi pour le roumain tout entier : « tous les traits caractéristiques du roumain, tout ce qui différencie le roumain du latin, d’une part, et des autres langues romanes, d’autre part, se retrouve dans les quatre dialectes » (Marioțeanu 20061, 105).

  • 31 Il s’agit là d’une permutation puisqu’elle remplace la première phrase du passage en question de la (...)

100Étant donné la précision dont M. Caragiu Marioțeanu a toujours fait preuve et les nombreuses relectures précédant le bon à tirer en ce temps, on peut estimer que ce genre d’opération n’était pas tout à fait innocente31.

101Entre Puşcariu (né en 1877) et M. Caragiu Marioțeanu (née en 1926), il y a une assez nette différence de style dans leurs écrits et pas seulement de style. Le premier, aux vues conservatrices, adopte volontiers un ton pathétique et grandiloquent quand il présente les résultats de ses travaux issus d’enquêtes sur le terrain. Le passage que nous venons de citer est extrait du chapitre intitulé « La terre » de la seconde section du livre intitulée « Langue et nation ». M. Caragiu Marioțeanu adopte un ton plus sobre, non exempt d’une certaine froideur, en sorte que ses conclusions se présentent comme résolument scientifiques. Les changements survenus avec le temps dans une discipline comme la linguistique ne sont pas les seuls à expliquer cette différence. De par sa formation intellectuelle sous le régime communiste et les conditions dans lesquelles elle a exercé son métier, M. Caragiu Marioțeanu apparaît comme imprégnée par l’esprit de son époque, une époque où l’histoire était science au même titre que le marxisme et tout autre discipline surtout quand il s’agissait de trancher sur des problèmes politiquement sensibles. Elle en restera marquée après 1989 quand, pour convaincre ses interlocuteurs et ses lecteurs, elle se sentait obligée d’arborer la posture d’« homme de science ».

102C’est au nom de la science telle qu’elle pouvait être conçue à l’époque communiste - et non plus des valeurs traditionnelles, comme chez Puşcariu – que la philologie nationale sert à éveiller la conscience nationale chez M. Caragiu Marioțeanu, pour reprendre l’adage du confrère de W. Dahmen. L’injonction proférée dans la quatrième de couverture du Compendiu le suggère à sa façon : « De par son objet, ce livre est un témoignage incontestable de l’unité des Roumains de la gauche et de la droite du Danube : les Dacoroumains, les Istroroumains, les Aroumains (les Macédoroumains) et les Meglénoroumains. »

103Nous avons là deux facettes d’une même tendance qui s’est manifestée au cours de deux périodes historiques distinctes : conçu de longue date, du temps de la Grande Roumanie, le livre de Puşcariu est paru en 1940, celui de M. Caragiu Marioțeanu en 1976, sous un régime communiste cherchant à se ressourcer aux idées nationalistes réfutées avec violence dans les années 1950. Depuis les changements survenus en décembre 1989, ces deux registres rhétoriques difficilement compatibles cohabitent dans le discours promu par la direction de l’Académie roumaine sans provoquer de heurts ni soulever de contestation notable parmi ses membres.

L’intuition des « staliniens » dans les années 1950…

  • 32 Rappelons cependant que l’istroroumain est le plus éloigné des trois autres « dialectes », à cause (...)

104Assurément, envisagée avec le recul du temps, l’histoire roumaine au XXe siècle et dans les années 1950 en particulier nous réserve quelques surprises. En 1957, paraît le fascicule de la Société des sciences historiques et philologiques de la République populaire de Roumanie intitulé Comment disparaît une langue (l’istroroumain). Dans sa préface, Graur « salue avec joie la parution du travail du camarade Ion Coteanu » puis exprime le voeu qu’il suscite des débats parmi « nos spécialistes ». Peu après, les débats sur ces questions tourneront court, ce dont la plupart des linguistes roumains n’auront de cesse de se féliciter. Pourtant, l’objection de fond apportée par Coteanu à la démarche de Puşcariu dans ce fascicule relève plutôt du bon sens et ne mérite certainement pas le mépris affiché par M. Caragiu Marioțeanu après 1989 au nom du rejet du totalitarisme défunt. « Décrite uniquement dans la perspective du passé, la structure d’un idiome ne peut être qu’inexacte » (Coteanu 1957, 10)32, rappelle Coteanu. Ses considérations sur l’istroroumain valent aussi pour l’aroumain : 

Aucun des chercheurs qui ont étudié l’istroroumain n’a envisagé la possibilité que cet idiome ait pu devenir une langue à la suite des transformations qui se sont produites au cours du temps. Tous se sont préoccupés avant tout du degré de sa ressemblance avec le dacoroumain, le meglénoroumain et l’aroumain et ont soumis à la critique l’évaluation des caractéristiques sur lesquels eux-mêmes se sont fondés pour arriver à la conclusion que l’istroroumain est un dialecte du roumain. Même lorsque l’on parle des innovations, on ne cherche qu’à les isoler pour mieux mettre en lumière ce qui est ancien. Puşcariu dit que, si nous déshabillons le dialecte istroroumain des emprunts et des innovations survenus après son isolement, il apparaît comme un sous-dialecte dacoroumain. Et si nous ne faisons pas cette opération ? Si, au contraire, nous décrivons l’istroroumain dans son état actuel à quelle conclusion arriverions-nous (Coteanu 1957, 13) ?

105Plus surprenant encore est le tour pris par la controverse entre Macrea et Graur qui a eu lieu un an auparavant, en 1956, dans la revue Langue roumaine. Dans un tout autre contexte, renversé en quelque sorte, cette controverse annonçait il y a un demi-siècle le débat qui oppose de nos jours les nostalgiques des manuels de roumain envoyés jadis par Bucarest dans les Balkans à ceux, baptisés néo-aroumanistes, qui cherchent à promouvoir leur propre langue en Roumanie comme dans les pays dont proviennent leurs ascendants.

106Supposons que toute la Péninsule balkanique passe demain au régime de démocratie populaire, écrit Graur dans son article rédigé à l’intention de son collègue qui venait de le critiquer. Que se passerait-il avec les Aroumains, auront-ils le droit d’apprendre à l’école leur langue ou bien leur imposera-t-on les manuels de Bucarest ? Quelle que soit la réponse apportée à cette question ce sera une réponse politique et non pas génétique ou structurelle. Un marxiste ne peut donner qu’une seule réponse : qu’ils apprennent leur langue. Par conséquent, l’aroumain est une langue (Graur 1956, 69).

107A cette question, la réponse de Macrea dans le même numéro de la revue fut tout aussi catégorique :

Nous pensons que la langue qu’ils exigeraient serait le roumain littéraire parce qu’elle est leur langue arrivée à un stade supérieur d’évolution et qu’elle peut répondre aux besoins de communication à la hauteur des exigences de notre temps. Depuis presque un siècle, quand l’État roumain a fondé les premières écoles pour les Aroumains, et jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale quand elles ont été supprimées, dans les écoles aroumaines on a appris la langue roumaine littéraire. Les Aroumains installés en Roumanie au cours du temps sont ressenti et ressentent une grande joie en pouvant parler la langue roumaine littéraire et seraient très contrariés si on remettait en question le caractère roumain de leur dialecte et de leurs sentiments (Macrea 19562, 74).

Au-delà de la controverse, quo vadis Aromania ?

108En signalant les efforts venus de plusieurs côtés « pour emprunter le chemin ardu de l'expansion du langage afin d’accéder à une « langue par élaboration » (Ausbau), W. Dahmen et J. Kramer renvoient le lecteur à l’étude de Thede Kahl et Elton Prifti intitulée Histoire de la codification de l’aroumain parue en 2016 (Kahl & Prifti , 2016). Il est difficile de trouver sur ce thème qui a donné lieu à tant de querelles (selon par exemple que les documents analysés étaient écrits en caractères grecs ou latins, à Moskopole, Vienne, Bucarest ou Fribourg…) une étude aussi complète et dépourvue de tout dérapage polémique. Nous avons ici une excellente illustration de la démarche méthodique, précise et novatrice, doublée du souci constant de clarté dont fait preuve depuis sa thèse de doctorat soutenue en 1999 à Münster Thede Kahl, qui signe souvent ses contributions avec des collègues ou des étudiants. Aussi, venant de sa part, les conseils pratiques qu’il prodigue dans un autre article à ses confrères désireux d’aller au-delà de la controverse inutile (Fassel 1994-95, 394), sinon "ridicule" (Peyfuss, 2010, 300) alimentée par ceux qui estiment en Roumanie que l’aroumain ne peut être qu’un dialecte roumain au même titre que le dacoroumain ou encore par ceux qui clament en Grèce : « L’aroumain, cela ne s’écrit pas ! » (Kahl 2015) mériteraient d’être pris en considération :

Dans le cas des Aroumains et de leur langue, la linguistique a non seulement une grande responsabilité et une grande signification sociale, mais aussi un rôle clé de médiation à jouer entre les diverses orientations possibles, car elle peut :
- avec des arguments décontractés contribuer à désamorcer la polémique contre-productive sur le statut de l’aroumain,
- expliquer que toutes les langues et toutes les variétés peuvent s'écrire,
- défendre le droit de chacun à écrire dans sa langue et la nécessité de le faire,
- montrer que l'aroumain a une plus longue tradition d'écriture avec l'alphabet latin que le roumain, qui a utilisé l'alphabet cyrillique jusqu'à la seconde moitié du xixe siècle 
- en particulier en Grèce, montrer qu’écrire dans une langue minoritaire et vouloir la conserver n’est pas un acte dangereux, ne constitue pas un manque de loyauté envers son pays,
- en particulier en Roumanie, faire comprendre qu'insister sur l’usage des diacritiques en usage en roumain et désigner comme dialecte l’aroumain est contre-productif,
- en particulier en Albanie, déclarer que l'utilisation de l'aroumain ne doit pas signifier l'identification avec la Grèce ou avec la Roumanie (Kahl & Pascaru, 2017-18, 71-72).

109Ces conseils figurent dans l’étude publiée dans Quo vadis Romania : Zeitschrift für eine aktuelle Romanistik à l’occasion du 50e anniversaire de cette revue consacrée aux langues romanes. « Exigences pour une linguistique socialement pertinente » étant le thème traité par la revue, « cet article se veut un Quo vadis Aromania et s'interroge sur l'état d'une culture et d'une langue qui s'écrit avec hésitation depuis trois cents ans… » nous avertissent Thede Kahl et Andreea Pascaru (2017-18, 51).

En guise de conclusion

110« La linguistique n’a pas encore trouvé des critères rigoureux qui puissent être appliqués dans tous les cas pour délimiter les langues des dialectes », notait M. Caragiu Marioțeanu dans sa contribution sur le très controversé auteur grec d’origine aroumaine Achille Lazarou (Caragiu Marioțeanu, 20061, 109). Ce texte remonte à 1988. Depuis cette date, rien ne permet d’estimer que des critères linguistiques rigoureux auraient enfin été réunis. Sans cesser de chercher à convaincre ses interlocuteurs que l’aroumain est à la fois langue et dialecte, elle a fini par faire pencher la balance en faveur de ceux qui déniaient la qualité de langue à l’aroumain en considérant qu’il ne pouvait être en fin de compte qu’un dialecte du roumain. Elle l’a fait en se prévalant de sa qualité de linguiste, ce qui n’est pas à son honneur. Pourquoi un tel acharnement ? Vraisemblablement, par crainte que ses « co-ethniques » enclenchent une dynamique nationaliste qui se détourne de la Roumanie et risque de se retourner contre elle pour emporter dans son essor tout un savoir accumulé sous le parapluie de ce pays, savoir dont elle se considérait garante et qui conférait une place de choix aux Aroumains dans la mémoire nationale roumaine.

111L’Académie roumaine, le département pour les Relations avec les Roumains de partout et la Société de culture macédoroumaine peuvent-ils se prévaloir des arguments linguistiques à proprement parler de M. Caragiu Marioțeanu pour justifier une politique qui se traduit en somme par l’accélération de l’acculturation des Aroumains en Roumanie et dans les pays balkaniques et, à la longue, par leur assimilation ? Rien n’est moins sûr. A bien des égards, les objectifs prônés par les diplomates roumains en Albanie et en Macédoine du Nord - où les Aroumains sont reconnus comme minorité nationale - vont à l’encontre de la condamnation formelle par M. Caragiu Marioțeanu de toute tentative de se mêler des affaires des Aroumains autochtones dans les Balkans, en raison des ratés de la politique roumaine à l’époque des écoles roumaines (1864-1944). L’action qu’elle attribuait aux activistes soi-disant néo-aroumanistes est menée aujourd’hui tambour battant par l’État roumain. Peu importe que cette action soit plutôt à caractère velléitaire et que les résultats risquent d’être dérisoires. Au final, force est de constater que les prises de position polémiques de M. Caragiu Marioțeanu ont sapé les efforts des personnes de bonne volonté pour cultiver leur langue et retrouver leur histoire à l’échelle balkanique. Tout à fait envisageables à l’heure européenne, de tels efforts menés dans un cadre associatif pourraient à la limite se passer de l’État roumain, mais ne sauraient pas faire le poids devant un État roumain hostile.

112Décidément, la controverse autour de l’aroumain considéré comme langue par les uns, dialecte par les autres, aura joué un mauvais tour aux Aroumains et continue d’hypothéquer une sortie raisonnable de l’impasse actuelle.

Haut de page

Bibliographie

Avram M., 20011, « Dialect » in Academia Română, Institutul de Lingvistică « Iorgu Iordan », Enciclopedia limbii române, coordonator Marius Sala, Bucarest, Ed. Academiei române.

Avram M., 20012, « Aromân » in Academia Română, Institutul de Lingvistică « Iorgu Iordan », Enciclopedia limbii române, coordonator Marius Sala, Bucarest, Ed. Academiei române.

Bara M., 2016, Le lexique latin hérité en aroumain dans une perspective romane, soutenue en 2000, publiée dans la série LINCOM Studies in Indo-European Linguistics 48. 238 p.

Brâncuş G., 2011, « Informații depre aromâni în cultura noastră veche » [Informations sur les Aroumains dans notre culture ancienne] in Études linguistiques et philologiques. Hommage au professeur Nicolae Saramandu à l'âge de 70 ans, éd. M. Nevaci, Bucarest, Maison d'édition de l'Université de Bucarest.

Cantemir D., 1976 (2e éd.), Descrierea Moldovei, [trad. Petre Pandrea], postf., bibliogr. Magdalena Popescu, Bucarest, Minerva.

Caragiu Marioțeanu M., 1975, Compendiu de dialectologie română (nord- si sud-dunăreană), Bucarest.

Caragiu Marioțeanu M., 1996, Dodecalogul aromânilor =Dodécalogue des Aroumains =Dodecalogue of aromanians, éd. trilingue roumain-français-anglais certifiée par l’auteure, Constanța, Editura Samarina.

Caragiu Marioțeanu M., 1998, « Identitate şi identificare în problema aromânească”, România literară, XXXI.

Caragiu Marioțeanu M., 2001, « Aromânii în mileniu III, o abordare prospectivă », România literară, 32.

Caragiu Marioțeanu M., 2005, « Aromânii, o crizã identitarã », in Academica, 36, martie, anul XV, 58-80.

Caragiu Marioțeanu M., Saramandu N., 2005, Manual de aromână =Cărti tră învițari armâneaşti, Bucarest, Editura Academiei române.

Caragiu Marioțeanu M., 2006, Aromânii şi aromâna în conştiința contemporană, Bucarest, Ed. Academiei române.

Caragiu Marioţeanu M., 20061, « A propos de la latinité de l’aroumain » [analyse critique du travail d’Achille Lazarou L’aroumain et ses rapports avec le grec, Athènes, 1987], in Caragiu Marioțeanu M., Aromânii şi aromâna în conştiința contemporană, Bucarest, Ed. Academiei române (Première parution Revue roumaine de linguistique, XXXIII, 4, 1988.)

Caragiu Marioeanu M., 20062, « Varietatea limbii române », in Matilda Caragiu Marioțeanu, Aromânii şi aromâna în conştiința contemporană, Bucarest, Ed. Academiei române (Première parution dans le volume Limba română şi varietățile ei locale, Bucarest, Editura Academiei, 1995, pp. 22-29.)

Caragiu Marioțeanu M., 20063, « Theodor Capidan aromânist » in Matilda Caragiu Marioțeanu, Aromânii şi aromâna în conştiința contemporană, Bucarest, Ed. Academiei române (Première parution dans Limba română, XXVIII, 5, 1979.)

Coseriu E., 1982-83, « Au-delà du structuralisme », in Linguistica e letteratura, VII, 1-2, Pise.

Coteanu I., 1957, Cum dispare o limbă (istroromîna), pref. Al. Graur, Bucarest, Societatea de ştiințe filologice din RPR.

Coteanu I., 1959, « Criterile de stabilire a dialectelor limbii romîne », in Limba română, 1 (1959), Bucarest.

Coteanu I. (coord.), 1969, Academia Republicii Socialiste România, Istoria limbii române, vol. 2, réd. G. Bolocan, M. Caragiu Marioțeanu, V. Drimba et al., Bucarest, Ed. Academiei RSR.

Cunia T., 1999, » On the standardization of the Aromanian system of writing : the Bituli-Macedonia Symposium of august 1997 », communication au Ve Colloque international sur la langue et la culture aroumaine, 25-26 juin 1999, Freiburg, Université Albert-Ludvigs Universität.

Dahmen W., 2012, « Rumänien (România) », in Lebsanft F., Wingender M. (Hrsg.), Europäische Charta der Regional- oder Minderheitensprachen. Ein Handbuch zur Sprachpolitik des Europarats, Berlin/Boston : de Gruyter, 227–241.

Dahmen W., 2018, « Das Aromunische – ein Dialekt des Rumänischen ? », in Mensching, Guido et al. (Hrsg.), Sprache – Mensch – Maschine. Beiträge zu Sprache und Sprachwissenschaft, Computerlinguistik und Informationstechnologie für Jürgen Rolshoven aus Anlass seines sechsundsechzigsten Geburtstages. Köln: KUPS, 2018, 43–56.

Dahmen W., Kramer J., 2021, « Rumänische ‘’dialekte’’ auf dem Balkan? » in Bornistik. Sprach- und kulturwissenschaftliche Perspektiven auf die Romania und die Welt, Ladilova A., Leschzyk D., Müller, K., Schweitzer N., Seiler F. (Hrsg.), Giessen, Giessen University Library Publications, 293-305.

Densuşianu O., 1901, Histoire de la langue roumaine, v. I, Paris.

Di-Meglio A., 2009, « La langue corse dans l’enseignement : données objectives et sens sociétal », Tréma, 31, 85-94.

Djuvara N. (coord.), 1996, Aromânii : istorie, limbă, destin, Bucarest, Editura Fundaţiei culturale român, 1996, 170-179.

Fassel L., 1994-95, « Der linguistische Status des Aromunischen : eine unnötige Kontroverse », in : Balkan-Archiv, Neue Folge 19/20, 385- 401

Gica A., 2002, (av.-pr.), Carti di vreari trâ Matilda =Carte de iubire pentru Matilda Caragiu Marioțeanu, Constanța, Editura Samarina.

Graur A., 1955, Studii de lingvistică generală, Editura Academiei RPR, Bucarest.

Graur A., 1956, « ‘’Dialectele’’ limbii române », in Limba romînă, 4.

Graur A. (dir.), 1965, Introducere în lingvistică, ediția 2a, Editura ştiințifică, Bucarest.

Graur A., 1976, « Recenzie la Compendiu de dialectologie românal Matildei Caragiu », România liber, 28.

Iliescu M., Roegiest E. (éd.), 2015, Manuel des anthologies, corpus et textes romans, Berlin/Boston : De Gruyter, 2015, XVIII-699 p. - (Manuals of Romance linguistics ; 7).

Iorga N.1933, Comment la Roumanie s’est détachée de la Triplice : d’après les documents austro-hongrois et des souvenirs personnels, Bucarest.

Kahl T., 2015, « „‚Aromunisch schreibt man nicht!‘ Erfolg und Misserfolg der aromunischen Schriftlichkeit ». In: Schlösser R. (Ed.): Sprachen im Abseits. Regional- und Minderheitensprachen in Europa. München, 123-146.

Kahl T., Prifti E., 2016, « Geschichte der Kodifizierung des Aromunischen », in: Dahmen W. et al. (Hrsg.), Romanische Kleinsprachen heute (=Tübinger Beiträge zur Linguistik 546), Tübingen, Narr, 33-64.

Kahl T., Pascaru A., 2017-18, « Rrâmânj und Armânj: Wie einheitlich sind Kultur, Sprache und Identität der Aromunen? », in Anforderungen an eine gesellschaftlich relevante Sprachwissenschaft, prësentation Peter Cichon; QvR 50, 51-77.

Kloss H., 1967, « 'Abstand Languages' and 'Ausbau Languages’« , in Anthropological Linguistics, vol. 9, No. 7.

Kloss, H., 1978, Die Entwicklung neuer germanischer Kultursprachen seit 1800, Düsseldorf, Schwann.

Kloss H. (dir.), McConnell Grant D. (dir.), 1984, Linguistic composition of the nations of the World= Composition linguistique des nations du monde. 5, Europe and USSR =Europe et URSS, Quebec, Presse universitaire de Laval.

Klump A., Kramer J., Willems A. (éd.), 2014, Manuel des langues romanes, Berlin/Boston, De Gruyter (Manuals of Romance Linguistics).

Kramer J., 1987, « Soziolinguistische Eindrücke bei Sprachaufnahmen bei den Aromunen Griechenlands und Gedanken zu einer aromunischen Schriftsprache » [Impressions sociolinguistiques lors d'enregistrements vocaux avec les Aroumains de Grèce et réflexions sur une langue écrite aroumaine], in : Rupprecht Rohr (Hg.), Die Aromunen. Sprache – Geschichte – Geographie. Ausgewählte Beiträge zum ersten Internationalen Kongreß für aromunische Sprache und Kultur in Mannheim vom 2.-3. September 1985, Hamburg: Buske, 132–144.

Krause S., 2008, « Studii româneşti la Leipzig », in Studiile româneşti în lume în 2008, éd. Marina Cap-Bun, Universitatea Ovidiu, Constanța https://litere.univW-ovidius.ro/stur/Europa/Germania %20- %20Leipzig.htm consulté le 10.11.2019.

Krefeld T., 2003, « Rumänisch – mit Abstand ein Unikum », in: Winfried Busse W., Schmidt-Radefeldt J. (Hrsg.), Rumänisch und Romanisch. Festschrift zum 60. Geburtstag von Prof. Dr. Dr. h.c. Rudolf Windisch (=Rostocker Beiträge zur Sprachwissenschaft 13). Rostock: Universität, 2003, p. 82. 85–86 et 89.

Macrea D., 19561, « Despre dialectele limbii române », in Limba romînă, 1.

Macrea D., 19562, « Cîteva precizări în legătură cu problema dialectelor limbii române », in Limba romînă, 4.

Nevaci M., 2011, Curs de aromână, Bucurest, Editura universitară, 5-36.

Nevaci M., 2013, Identitate românească în context balcanic, Bucarest, Editura Muzeului național al literaturii române.

Peyfuss M.D., 1974, Die aromunische Frage: ihre Entwicklung von den Ursprüngen bis zum Frieden von Bukarest (1913) und die Haltung Österreich-Ungarns, Vienne, Cologne, Hermann Böhlaus Nachfolger. 

Peyfuss M. D., 2010, « Balkanromanität – Perspektiven der Forschung », in: Wakounig M, Mueller M., Portmann M. (Hrsg.). Nation, Nationalitäten und Nationalismus im östlichen Europa. Festschrift für Arnold Suppan zum 65. Geburtstag. Münster : LIT, 297-306.

Philippide A., 1928, Originea Românilor, v. II, Iaşi, Roumanie.

Poghirc C., 1990 « Romanisation linguistique et culturelle des Balkans : survivances et évolution », in Castellan Georges (préf.), Les Aroumains, (Cahiers du Centre d’étude des civilisations d’Europe centrale et du Sud-Est, n° 8), Paris, Publications Langues’O.

Poghirc C., 1991, « Latin balkanique ou roumain commun ? », Zborlu a nostru, VIII, N° 3-4, 1991, pp. 25-32. Cependant, cette communication n’apparaît pas dans les actes du congrès : Rupprecht R. (Hgg.), Die Aromunen. Sprache – Geschichte – Geographie. Ausgewählte Beiträge zum ersten Internationalen Kongreß für aromunische Sprache und Kultur in Mannheim vom 2.-3. September 1985, Hambourg : Buske.

Puşcariu S., Limba română, Bucarest, 1940, p. 232. Cité par Dahmen W., « Das Aromunische – ein Dialekt… », op. cit., p. 53.

Rolshoven J., 1989, Eine selbstlernende generativ-phonologische Grammatik, Tübingen : Niemeyer.

Rosetti A., 1958, « Limbă sau dialect », Studii şi cercetări lingvistice, IX, 1958, n° 3.

Saramandu N., 2015, Romanitatea orientală, Bucarest, Editura Academiei române.

Saramandu N., Atlasul lingvistic al dialectului aromân, collab. Manuela Nevaci, Bucarest, Editura Academiei române, 2014 (vol. I) et 2021 (vol .2).

Scărlătoiu E., 1979, « The Balkan Vlachs in the light of linguistic studies » in Revue d’études sud-est européennes; XVII, 1, 17-37, Bucarest.

Stănilă V., 2019, « Provocări identitare postmoderne : cazul românilor sud-dunăreni » allocution présentée à la session scientifique « les Roumains du sud du Danube : histoire et actualité » qui a eu lieu à la Bibliothèque de l’Académie le 7 mai 2019, paru dans Academica, anul XXIX, 344-345 (juin-juillet 2019), 40-92.

Tagliavini C., 1958, « Una nuova lingua leteraria romanza ? Il moldavo », in Actes du VIIIe Congrès international de linguistique et philologie romane, Florence, 445-452.

Țîrcomnicu E., 2011, « Aromânii din România, astăzi », Revista românde sociologie, seria nouă, anul XXII, nr. 1‐2, 153‐169.

Todoran R., 1956, « Cu privire la o problemă lingvistică în discuție : limbă şi dialect », in Cercetări de lingvistică, n° 1, Bucarest.

Trifon N., 2007, « Les Aroumains en Roumanie depuis 1990 : comment se passer d'une (belle-)mère patrie devenue encombrante », Revue d’études comparatives Est-Ouest, vol. 38, n° 4, Les politisations de l’identité dans les Balkans contemporains, sous la dir. de Nadège Ragaru, 173-200.

Trifon N., 2015, « L’aroumain, variété du roumain en dehors de la Roumanie ? », Lengas , 78, DOI: https://doi.org/10.4000/lengas.966

Vinogradov V. 1952, « Pomneatie vnutrennikh zakonov razvitia iazyka v obshehei sisteme marxistkogo iazykoznania » [Se souvenir des lois internes du développement du langage dans le système général de la linguistique marxiste], Vop. Iaz., 2.

Weigand G., 1894-95, Die Aromunen. Ethnographisch-philologisch-historische Untersuchungen über das Volk der sogenannten Makedo-Romanen oder Zinzaren. Band 1: Land und Leute; Band 2: Volksliteratur der Aromunen, Leipzig.

Haut de page

Notes

1 Nous utilisons cette forme peu usitée en français afin d’éviter la confusion avec les « Valaques » nord-danubiens. Pour la même raison, on a distingué naguère en allemand les Wlachen balkaniques des Walachen roumains. Dans les deux cas il s’agit du même exonyme employé sous différentes formes pour désigner les populations romanisées y compris en Europe occidentale.

2 En parlant dans son Histoire… de la ville de Trieste des « Cici », le nom sous lequel les Vlachs d’Istrie sont connus jusqu’à nos jours, Ireneo della Croce (1627-1713) précise : « qui se disent dans leur langage Rumeri ». C’est la seule mention de cet endonyme dont nous disposons.

3 Signalée à la fin du premier millénaire par la Gesta Hungarorum du notaire anonyme de Bela III (1172-1196) qui relate la conquête au xe siècle par les Magyars du bassin des Carpates, la présence roumaine est attestée formellement en 1222. L’expression terra blachorum apparaît dans un acte papal émis par Honoré II, confirmant les privilèges accordés par le roi de Hongrie André II aux chevaliers teutoniques en Transylvanie (Documente privind istoria României : veacul xi, xii şi xiii. C. Transilvania (1075-1250), v. I, Bucarest, Editura Academiei RPR, 1951, p. 187).

4 Leur présence est signalée en 976 par Skylitzes (in Cedrenus, Synopsis Historiarum, éd. I. Bekker (Bonn, 1838-9), v. II, p. 435).

5 L’ouvrage de référence sur cette période est celui de Max Demeter Peyfuss (1974).

6 Graur reprenait ainsi à son compte la position soviétique exprimée en 1952 par le linguiste Viktor Vinogradov, avec l’aval de Staline : la différence entre les dialectes et les langues s’établit en fonction non pas de leurs structures mais de leur situation concrète, de facteurs sociaux, économiques et politiques (Vinogradov, 1952, 28).

7 Sur la polémique déclenchée par l’article publié par Mihail Roller sous le pseudonyme Mihail Sova dans Contemporanul daté du 11 octobre 1946, cf. Slama-Cazacu Tatiana, « Încercarea de integrare a limbii române printre limbile slave » dans România literară datée du 5 septembre 1991.

8 « Tant l’aroumain que le meglénoroumain et l’istroroumain sont en voie de disparition. Ils disparaissent de la même façon que les langues, par entrecroisement : l’aroumain avec le grec et l’albanais, le meglénoroumain avec le bulgare et l’istroroumain avec le croate », fait-il remarquer par ailleurs (Todoran, 1956, 97).

9 « La conscience ethnolinguistique des Aroumains est ancestrale (depuis environ deux mille ans), générale (elle réside dans chaque Aroumain) et intrinsèque (appartient à l’essence de l’objet « Aroumain ») tandis que la conscience de l’unité avec les autres Roumains est récente (deux cents ans environ), restreinte (à un nombre réduit d’intellectuels et extrinsèque (n’appartient pas à l’essence, elle est issue par voie culturelle) », écrit-elle dans « A propos de la latinité de l’aroumain » [analyse critique du travail d’Achille Lazarou L’aroumain et ses rapports avec le grec, Athènes, 1987] (Caragiu Marioțeanu 2006, 102).

10 L’auteure se réfère ici à une des cinq thèses énoncées par Eugenio Coseriu. « Le structuralisme implique la distinction entre langue fonctionnelle et langue historique », souligne celui-ci. La première est homogène alors que la seconde, historiquement constituée et reconnue comme telle, n’est pas un système homogène puisqu’elle comporte une multitude de dialectes, de niveaux et de styles de langue qui doivent être étudiés chacun séparément du point de vue des structures » (Coseriu 1982-83, 13). Tel est le cas de l’espagnol ou du français, cités par ce linguiste, mais aussi du « roumain historique », ajoute M. Caragiu Marioțeanu. En tant que telles, ces langues ne peuvent donc pas faire l’objet d’une analyse structurale. En revanche, à titre de langue fonctionnelle, l’aroumain peut être analysé, décrit et comparé aux autres langues.

11 Le parler aroumain de Metzovo : description d’une langue en voie de disparition, sera d’ailleurs le titre de la thèse de doctorat de Stamatis Beis, soutenue sous la direction de Christos Clairis à l’Université Paris V, en 2000.

12 Cette communication n’apparaît pas dans les actes du congrès : Rupprecht R. (Hgg.), Die Aromunen. Sprache – Geschichte – Geographie. Ausgewählte Beiträge zum ersten Internationalen Kongreß für aromunische Sprache und Kultur in Mannheim vom 2.-3. September 1985, Hambourg: Buske.

13 Des années plus tard, elle louera d’ailleurs ce « classiciste bien connu » pour avoir écrit dans une chronique qu’une langue dans laquelle on écrit encore des poésies ne meurt pas (Caragiu Marioțeanu 2001).

14 Tout en récusant l’appellation de poésie dialectale (« Poezia ‘’dialectală’’ romanică », România literrară, XXXIII, 11, 2000), elle se reconnait des affinités avec des poètes écrivant en frioulan (Pier Paolo Pasolini), piémotais (Bianca Dorato) ou en wallon (Roger Foulon). À plusieurs reprises elle imagine une solution pour l’aroumain dans cette perspective : « Valona salvată de propria-i literatură », România literară, XXVIII, 16, 1995 et « Ecrire dans une langue moins répandue/minoritaire », in Hommage à Jean Lechanteur, Liège, Belgique, 2002.

15 https://assembly.coe.int/nw/xml/XRef/Xref-XML2HTML-FR.asp?fileid=15367ălang=FR consulté le 10.09.2021.

16 Partant du constat que le roumain ne pouvait pas être la langue littéraire, standard, des jeunes Aroumains, T. Capidan proposait au début du XXe siècle l’introduction dans le cursus des écoles roumaines dans les Balkans du « dialecte littéraire aroumain », standardisé : « Par conséquent, si, en raison des différences entre notre dialecte et le dacoroumain, nous ne pouvons pas assimiler la langue cultivée [le roumain littéraire, standard], si, de par notre position géographique, nous sommes exposés à être assimilés par les peuples voisins, notre seule chance d’échapper à ces deux alternatives est de forger dès l’école cet égide national qui n’est autre que le dialecte littéraire » (Graiul nostru : revistă aromânească, anul I, n° 3, Bucarest, 1906, p. 23). Soutenue par plusieurs enseignants et notables aroumains, cette initiative ne fut pas mise en pratique.

17 « Pour ceux qui ne me connaissent pas, je suis une Aroumaine venue de Grèce en 1928 à l’âge de 8 mois devenue ensuite » une vraie Roumaine aroumaine… », annonce-t-elle d’emblée dans România literară tout en ajoutant, s’agissant des Aroumains en général : « je parlerais non pas de conscience nationale mais de conscience ethnique, d’un ethos qui a toujours caractérisé les Aroumains, une idée de conscience ethnique, la fierté d’être libres, individualisés, sans servitudes, de mener une vie digne, plutôt qu’une idée de conscience nationale » (Caragiu Marioțeanu 1998)

18 Dans Caragiu Marioțeanu M., « Aromânii în mileniul III… », op. cit., la linguiste insiste sur le rôle déterminant de la « volonté » (compétente, mais aussi incompétente c’est-à-dire de l’ignorance) dans l’identification des Aroumains et de leur langue, qu’il s’agisse de la « volonté » des Aromains eux-mêmes ou de celle de ceux qui sont en contact avec eux.

19 « Numa internatsional al armânjilor » in Bana armãneascã [la Vie aroumaine] n° 1-2, 47/48, 2007, pp. 16-17. Après avoir rencontré un certain succès, cette tentative d’immixtion dans la building nation des Aroumains fut mise en veilleuse par ses promoteurs. Ce fut en cette occasion que l’on assista à l’émergence d’une sorte de nationalisme aroumain prenant le contre-pied du nationalisme roumain.

20 https://scmr.ro/comunicatul-academiei-romane-din-6-iunie-2005-ca-raspuns-la-o-solicitare-a-camerei-deputatilor/ consulté le 29.06.2021.

21 M. Nevaci figure comme coauteur dans le deuxième volume.

22 Ce passage est paru deux ans après la mémorable séance de l’Académie (Trifon 2007, 194).

23 Il aura fallu attendre 120 ans pour que la traduction roumaine de cet ouvrage paraisse sous la direction éditoriale de Mariana Bara

24

25 Cf. aussi Trifon 2015.

26 Cf. Dahmen 2012.

27 Pour la version roumaine, voir Cantemir (1976, 235).

28 Le cas du corse est emblématique dans ce sens si l’on pense par exemple aux progrès observés dans son enseignement depuis 1981. Cf. Di Meglio 2009.

29 Puşcariu S., Limba română, Bucarest, 1940, p. 232. Cité par Dahmen (2018, 53).

30 Le nom de Puşcariu n’est pas mentionné en cette occasion. Proche du mouvement légionnaire à la fin de sa vie puis directeur de l’Institut roumain dans l’Allemagne nazie pendant la guerre, ses œuvres furent un temps mis à l’index. L’ouvrage dont est extrait ce passage fut réédité chez Minerva en 1976.

31 Il s’agit là d’une permutation puisqu’elle remplace la première phrase du passage en question de la page 232 du livre de Puşcariu par une phrase qui se trouve à la page suivante (233) dans un autre contexte : « Les notes communes des quatre dialectes sont à tel point frappantes qu’il n’est pas nécessaire d’insister là-dessus. Nous allons cependant les énumérer… ». Puşcariu lui-même semble hésitant sur ce point, à la p. 217 on lit : « D’importantes différences, qui rendent la compréhension mutuelle pénible, existent seulement entre le dialecte dacoroumain et les dialectes aroumain, meglénoroumain et istroroumain ». En réalité, la qualité de la compréhension mutuelle entre le (daco)roumain et l’aroumain est soumise à des critères subjectifs, comme le soulignent W. Dahmen et J. Kramer (2021, 296) en analysant les exemples donnés par Puşcariu.

32 Rappelons cependant que l’istroroumain est le plus éloigné des trois autres « dialectes », à cause de l’influence notamment du croate, raison pour laquelle on peut, selon Coteanu, la qualifier de « langue mixte » ce qui ne saurait être le cas du meglénoroumain et de l’aroumain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Trifon, « L’aroumain, dialecte du roumain ou langue à part ? »Lengas [En ligne], 91 | 2022, mis en ligne le , consulté le 22 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/lengas/6229 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lengas.6229

Haut de page

Auteur

Nicolas Trifon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search