Navigation – Plan du site

AccueilNuméros91« Bouter les anglicismes hors de ...

« Bouter les anglicismes hors de France »

Analyse des dispositifs d’enrichissement de la langue
Léopold Julia

Résumés

Sommes-nous (réellement) envahis par les anglicismes ? Les défenseurs de l’idéologie unilinguiste, puristes et conservateurs vis-à-vis de la langue, n’ont jamais manqué de nous alerter contre les prétendus dangers des emprunts à l’anglais. C’est en voulant répondre de façon objective et dépassionnée à cette question que mes précédentes recherches m’ont conduit à analyser l’évolution du taux d’anglicismes parmi les nouvelles entrées lexicales annuelles dans nos dictionnaires d’usage, sur ces deux dernières décennies. Forts de ce constat, nous tâcherons dans cet article, tout en conservant le prisme de la lexicométrie, de proposer une suite à ces recherches en évaluant l’efficacité des dispositifs d’enrichissement de la langue française mis en place par nos institutions, dans le but délibéré de lutter justement contre ces anglicismes entrés dans l’usage. Et si le pouvoir était finalement linguistique ?

Haut de page

Texte intégral

L’anglophobie : in ou hasbeen ?

1L’unilinguisme français, défini par Henri Boyer comme l’idéologie plus ou moins cachée derrière nos politiques linguistiques (« ni concurrence [pour la langue nationale], ni déviance [par rapport à la norme] » (Boyer, 2000) est parfaitement illustré par cette lutte sempiternelle franco-française contre les anglicismes. Ces emprunts à l’anglais, dont les contours sont parfois complexes à définir, révèlent en effet concomitamment la « concurrence » parfois jugée déloyale de l’hégémonie anglophone sur le marché linguistique (aspect interlinguistique) et une certaine « déviance » quand anglicisme rime avec barbarisme selon ceux qui tiennent un discours normatif voire prescriptif sur la langue (aspect intralinguistique). Depuis le pamphlet d’Étiemble (Étiemble, 1964) jusqu’au « Rapport de la commission d’étude sur la communication institutionnelle en langue française » rendu en 2020 par l’Académie française elle-même (Académie française, 2020), en passant par la tribune signée en 2019 dans Le Parisien par cent personnalités exhortant le président de la République à « refuser la dictature du tout-anglais » (Collectif Langue Française, 2019), les puristes de la langue française n’ont jamais manqué de nous alerter contre les prétendus dangers d’une anglomanie lexicale. Dès lors, nos institutions ont notamment usé de lois telles que la fameuse « loi Toubon » en prétendant garantir notre langue et la défendre contre un supposé envahisseur. Aujourd’hui cependant, on observe une ambivalence discutable de la part de ces mêmes institutions dans une volonté ambigüe de ménager « en même temps » la chèvre et le chou : les anglicismes sont pourchassés d’une part (notons l’existence d’une « Commission d’enrichissement de la langue française » chargée de proposer des équivalents français pour les nouveaux anglicismes), quand ils sont employés à loisir d’autre part dans une stratégie rhétorique de communication (Julia, 2020) au sein de notre « start-up nation ».

2Dans la première partie de la recherche doctorale que je mène actuellement, je développe des éléments de réponse à la question « Sommes-nous réellement envahis par les anglicismes ? » (Julia, 2021). Par une approche métalexicographique et lexicométrique, j’ai pu quantifier l’évolution de la proportion d’anglicismes parmi les néologismes entrés dans nos dictionnaires d’usage (Larousse et Petit Robert) entre 1998 et 2023, afin de statuer objectivement sur une éventuelle augmentation. Et effectivement, il nous faut concéder que les puristes ont ici – en partie du moins – raison : oui, les courbes de tendance sont légèrement croissantes et le taux d’anglicismes parmi les nouvelles entrées lexicales semble augmenter en moyenne sur ces vingt-cinq dernières années (on passe d’environ 15 % à 20 % en 2000 à près de 25 % aujourd’hui) :

a. Évolution du taux d'anglicismes parmi les nouvelles entrées dans le Petit Larousse Illustré (1998-2021)

b. Évolution du taux d'anglicismes parmi les nouvelles entrées dans le Petit Robert (1998-2021)

3Attention toutefois, cet état de fait quantitatif ne doit pas se départir d’une analyse qualitative approfondie des résultats obtenus. En effet, j’ai soulevé différentes raisons qui tendent à montrer que cette relative augmentation (car les courbes peuvent manifestement montrer de fortes variations d’une année sur l’autre) n’était pas significative d’une quelconque menace, et qu’au contraire cela traduisait même un réel dynamisme de notre langue. En outre, il ne faut pas perdre de vue que corrélation n’est pas causalité. Certes les anglicismes semblent plus nombreux dans nos dictionnaires d’usage, mais ce n’est pas nécessairement le signe manifeste d’une « invasion » globale et pérenne. En effet, cela pourrait s’expliquer simplement par le fait qu’à marché linguistique relativement constant, les discours les plus pourvoyeurs d’anglicismes (les « parts » de ce marché ayant tendance à l’anglomanie : discours managérial, marketing, nouvelles technologies) prennent de plus en plus d’ampleur dans les sphères médiatiques et donc dans nos usages quotidiens.

4Quoi qu’il en soit, le sujet est ici ce qui vient ensuite, dans la seconde partie de mon travail doctoral. Forts de ce constat, on est en effet désormais en droit de se demander quelles sont les stratégies, en matière de politiques linguistiques, des divers défenseurs institutionnels de la langue contre cette supposée invasion. Si l’aspect juridique a déjà été abordé par ailleurs, on va choisir dans cette analyse de conserver le prisme de la lexicographie et de la lexicométrie. En exposant dans un premier temps une méthodologie permettant la construction d’un corpus fiable des anglicismes les plus « combattus », il sera possible dans un second temps d’évaluer l’efficacité des dispositifs d’enrichissement lexical mis en place par nos institutions.

Les anglicismes les plus blacklistés

Quelles sources ?

5Il m’a paru intéressant, en premier lieu, de dresser un corpus des anglicismes les plus « combattus » afin d’avoir un instantané sur la question, dans une approche plutôt synchronique. Il n’y a, de fait, pratiquement aucune source scientifique sur laquelle s’appuyer pour la bonne et simple raison qu’il n’y a aucune raison scientifique (linguistique) valable pour vouloir bannir tel ou tel mot. La linguistique se veut descriptrice et non prescriptrice et apparaît ici toute l’ambivalence autour de la notion même d’anglicisme. À la fois dénotant et connotant, descriptif et prescriptif, ce terme porte en lui (suffixe en -isme) un certain poids péjoratif. Myriam de Beaulieu, interprète de conférence auprès de l’ONU et docteure en sciences du langage, offre l’une des rares études universitaires sur cette question des anglicismes « à éviter » (De Beaulieu in : Dick & Schwerter, 2013). Son point de vue est d’ailleurs tout à fait intéressant car elle aborde cette problématique non pas en se posant en prescriptrice de la langue, mais en l’éclairant selon les difficultés propres au milieu de l’interprétariat et de la traduction. De par son expérience professionnelle appuyée par ses recherches doctorales, elle a pu dresser une liste d’anglicismes que l’on qualifierait de calques sémantiques ou d’emprunts sémantiques directs et indirects très présents dans les médias et qui, selon elle, poseraient problème au traducteur et induiraient une uniformisation délétère des discours. En fait, si le purisme conservateur des académiciens et leur discours normatif sur un « génie de la langue » fantasmé est critiquable par bien des aspects (Siouffi, 2010), il nous faut néanmoins interroger impartialement cette question des emprunts afin de rester neutre et de ne pas tomber, à l’inverse, dans une anglomanie tout aussi critiquable. Passant ainsi outre la dichotomie saussurienne entre langue et parole, De Beaulieu ne s’arrête donc pas sur les mots en eux-mêmes mais sur leurs usages et les effets de ces usages et estime par exemple que ce qui pourrait éventuellement devenir dommageable, c’est cette tendance à « une uniformisation linguistique […], la réduction de la diversité lexicale due aux anglicismes, et la déperdition sémantique qui en découle » (De Beaulieu in : Dick & Schwerter, 2013, p. 164). Son corpus de quelques 434 mots ou expressions anglaises, disponible en ligne, n’a pas été retenu dans notre analyse car il n’est pas exactement représentatif des usages quotidiens du locuteur lambda. En effet, sa thèse se focalise sur le discours journalistique et sur l’interprétariat, mettant surtout en exergue les glissements sémantiques. Des anglicismes qui seraient qualifiés d’emprunts sémantiques indirects ou de calques sémantiques selon la typologie de Danièle Candel et John Humbley (Candel & Humbley, 2017) et qui ne représentent qu’une fraction minime de l’ensemble (respectivement 2,7 % et 0,8 % des 1035 anglicismes entrés dans nos dictionnaires ces vingt dernières années d’après ma propre analyse). En outre, l’ONU indique sur son site internet que ce glossaire n’est « pas un document officiel ». Dès lors, existe-t-il néanmoins des travaux sur lesquels se basent nos institutions pour sélectionner les anglicismes à pourfendre ? Il aurait été possible, ici, d’évoquer le corpus adopté par Jean-Claude Boulanger (Boulanger, 1989) qui a analysé une liste de vingt-cinq anglicismes et leurs équivalents. Liste d’ailleurs reprise et actualisée par J. Humbley dans son étude portant sur « Les emprunts, vrais et faux, dans le Petit Robert 2007 » (Humbley, 2007). Rappelons d’ailleurs ici les critères retenus par J.-C. Boulanger pour constituer son corpus :

Le premier critère est celui de l’usage. Pour être traité, le mot doit être intégré dans l’usage, au moins socioprofessionnel, et ne pas relever d’un usage artificiel.
Le second critère est celui de la concurrence avec un emprunt. À ce jour, on n’a considéré que les emprunts anglo-américains. Le terme recommandé peut remplacer, évincer l’anglicisme (ex. câbliste), il peut vivre en concurrence synonymique avec lui (ex. matériel/hardware), il peut n’être que l’ombre du mot étranger (ex. autocaravane) ou encore il peut n’avoir aucune chance de déloger l’intrus allogène bien installé en français (ex. stylique, chalandage). […]
Le troisième critère est celui de la nouveauté. Un bon nombre de mots préconisés par l’Administration pour se substituer aux formes d’emprunt ou aux formes fautives ou indésirables sont eux-mêmes des néologismes, c’est-à-dire des unités qui n’ont pas encore reçu l’aval de l’usage, leur mise en circulation étant trop récente. Les néologismes de substitution proposés par les Commissions de terminologie sont loin d’être tous bien connus du public ou acceptés par lui (voir Hagège 1987, 124—129). Le lexicographe demeure prudent à l’égard des mots nouveaux et il pèse le pour et le contre de leur future carrière. […]
Le quatrième critère est le degré de technicité. Bon nombre de termes objets d’avis appartiennent à des champs onomasiologiques très spécialisés et fermés à l’usager ordinaire (par ex. le nucléaire, la justice, les techniques spatiales, la défense, la télédétection aérospatiale). Très peu de mots de ces domaines hyperspécialisés échappent à l’attraction de leurs utilisateurs socioprofessionnels et passent dans le dictionnaire général (ex. visuel). Ces vocabulaires du lexique total n’occupent qu’une faible partie de la macrostructure des DGM car ils sont le fait de l’inévitable spécialisation chez les membres des regroupements professionnels. Par ailleurs, quelques sphères d’activité se banalisent favorisant ainsi le passage de la terminologie dans l’usage habituel (ex. la micro-informatique, l’infographie, etc.). Ce phénomène entraîne l’augmentation régulière et géométrique des termes dans les dictionnaires destinés au grand public (ex. jumbo-jet/gros-porteur ; software/logiciel).
Le cinquième critère est celui de la provenance géographique. Quelques propositions de remplacement sont d’origine régionale (québécoise, belge, française même). Or le statut du régionalisme lexical dans les DGM [Dictionnaire Général Monolingue] est encore fragile (voir Boulanger 1985). […]
Le sixième critère est celui du statu quo. Plusieurs des suggestions reprennent en effet des mots qui figurent déjà à la nomenclature des dictionnaires où les normalisateurs sont allés les cueillir pour les officialiser. Les lexicographes n’ont pas toujours tendance à attester la nouvelle vocation officielle de ces unités en les affublant de l’étiquette recomm. offic. (ex. coupon, régulateur). D’autres mots, identifiés comme étant à remplacer par les commissions de terminologie, ne sont même pas marqués (ex. design).

6Aussi a-t-il retenu les termes suivants :

Tableau  : Corpus des 25 anglicismes et équivalents retenus par J.-C. Boulanger (1989)

Anglicismes à remplacer

Recommandations officielles

abribus/Abribus

aubette

brain(-)storming

remue-méninges

cableman

câbliste

camping(-)car

auto(-)caravane

design

stylique

dispatcher (nom)

répartiteur/régulateur

drive-in (cinéma)

ciné-parc

fast(-)food

restauration rapide

ferry(-boat)

(navire) transbordeur

hardware

matériel

jingle

sonal

jumbo-jet

gros(-)porteur

kit

prêt-à-monter

kitchenette

cuisinette

listing

listage/liste

mailing

publipostage

shopping

chalandage

software

logiciel

sponsoriser

commanditer

surbooking

surréservation

tour-opérateur

voyagiste

tuner

synthoniseur

visualiseur

visuel

voucher

bon d’échange/ coupon

Walkman

baladeur

7Notons que J. Humbley, dans son article (Humbley, 2007, p. 222), conserve les mêmes termes que J.-C. Boulanger à l’exception d’abribus, et s’appuie lui aussi sur une recherche par occurrences au sein du quotidien Libération pour « savoir si leur exclusion [éventuelle] du dictionnaire français correspond à un emploi trop faible dans la presse pour mériter l’inclusion dans le dictionnaire ». Les liens légitimes entre presse et choix de néologie des dictionnaires d’usage sont ainsi rappelés, appuyant la validité de notre méthodologie. Si nous resterons bien sûr conscients de la pertinence des critères définis par J.-C. Boulanger, c’est un objectif complémentaire qui sera ici poursuivi : constituer le corpus d’anglicismes figurant concomitamment dans plusieurs sources offrant des bases de données d’anglicismes « à éviter » accompagnés de leurs recommandations officielles.

8Afin d’en extraire le nec plus ultra des emprunts combattus, j’ai donc croisé quatre sources qui traitent de cette question. L’Académie française d’abord, figure de proue de l’idéal unilinguiste sur laquelle s’appuient les recommandations d’usage paraissant au Journal Officiel ; le dispositif « FranceTerme » de la Commission d’enrichissement de la langue française (CELF), coordonné par la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF) sous l’égide du Ministère de la Culture ; les recommandations d’usage émanant du Comité supérieur de l’audiovisuel (CSA) ; et enfin un ouvrage publié par les éditions du Figaro, journal connu pour ses positions conservatrices sur la langue française : Les 100 anglicismes à ne plus jamais utiliser ! (Maillet, 2016). Les trois sources officielles permettent d’asseoir la légitimité de ce corpus, la dernière l’éclaire du point de vue d’un journaliste qui se veut spécialiste des questions de langue.

Constitution du corpus

9C’est indiscutablement le site du dispositif FranceTerme, sous la houlette de la DGLFLF, qui offre les données les plus exhaustives puisqu’il fait régulièrement état de l’activité de néologie francophone en répertoriant l’ensemble des termes parus au Journal Officiel. Ces données sont d’ailleurs de diverses natures. On peut d’abord considérer l’ensemble des 325 recommandations d’usage mentionnées au sein des 23 livrets thématiques « Vous pouvez le dire en français » édités entre 2007 et 2016 à destination du grand public et disponibles sur leur site Internet. Viennent s’y ajouter les 19 « recommandations d’usage » officielles particulièrement mises en exergue avec une page leur étant spécifiquement dédiée, 17 de ces 19 recommandations portant sur des anglicismes. En outre, on mentionnera le fait qu’un moteur de recherche permet d’avoir un accès direct, par thème ou par entrée lexicale, aux articles relatifs aux recommandations d’usage ainsi qu’aux néologismes. Le nombre d’articles est colossal (en 2020 FranceTerme comptait plus de 7200 entrées), l’ensemble de sa base de données étant d’ailleurs accessible en open data. Dans le cadre de ce travail de recherche, je ne disposais ni des outils ni des compétences pour inclure une telle quantité de données dans mon analyse. En échangeant avec une responsable de la communication de FranceTerme, j’ai tout de même pu me procurer plusieurs extraits de cette base, sélectionnés selon divers filtres de recherche par mots-clés (note incluant les termes « anglais » ou « anglicisme », par exemple). Malgré ce, le nombre incalculable d’articles liés aux toponymes ou à des domaines techniques ultraspécialisés rendait la tâche toujours aussi complexe. Ces données ouvertes ne seront donc pas utilisées comme base brute, mais ne seront pas pour autant laissées de côté. Nous y aurons en effet recours, à la fin de la constitution de notre corpus, à la fois pour vérifier que l’intégralité de celui-ci dispose d’une note propre dans le Journal Officiel, et pour garantir ainsi l’officialité de l’équivalent français proposé. Notre corpus initial est donc constitué des 339 anglicismes mentionnés par Franceterme (livrets « Vous pouvez le dire en français » + recommandations d’usage officielles qui ne figurent pas déjà dans ces livrets), puisque ceux-ci s’adressent à l’ensemble des francophones en traitant de fait des usages quotidiens et non de jargons techniques spécialisés.

10Un premier brassage va être réalisé avec les 200 anglicismes que j’ai répertoriés parmi les articles « Néologismes et anglicismes » de la rubrique « Dire, ne pas dire » disponible sur le site de l’Académie française, notre deuxième source institutionnelle. 17 termes sont communs aux deux sources :

Biopic
Burn-out
Business
Buzz
Casting
Coach
Coaching
Fake news
Flyer
Guest (star)
Live
Low cost
Money time
Pitch
Prime time
Nominé
Supporter

11Un deuxième brassage est opéré avec la liste des 100 anglicismes mentionnés par l’ouvrage du Figaro afin de n’en conserver que les termes communs aux trois sources, au nombre de 11 :

Biopic
Burn-out
Buzz
Casting
Coach
Flyer
Live
Low cost
Pitch
Prime time
Supporter

12Un dernier brassage est effectué avec les 48 anglicismes présentés par le CSA avec leur recommandation francophone. En résultent ces 7 anglicismes les plus unanimement combattus par nos institutions puisque présents à la fois dans nos quatre sources :

Biopic
Buzz
Casting
Coach
Live
Pitch
Prime time

13L’expérience m’a montré, a posteriori, qu’un tel corpus pouvait difficilement être exploité tel quel en pratique, il m’a donc fallu revenir dessus. En effet, certains termes posaient des problèmes de recherche par occurrences car ils faisaient l’objet d’une polysémie et rendaient complexe voire vain le tri entre l’acception qui nous intéresse et les autres. Un mot comme « buzz » engendre par exemple un double obstacle : côté anglophone puisqu’il sera mélangé aux articles sur Buzz Aldrin, Buzz Records ou encore Buzz l’éclair, côté francophone également puisque ses équivalents « bourdonnement » et « ramdam » pourront difficilement être extraits des autres acceptions de ces termes. On ne pouvait en réalité conserver, par contrainte pratique, que les anglicismes non polysémiques dont les équivalents sont des néologismes et/ou ne font pas non plus l’objet d’une polysémie.

14Le corpus final a donc été constitué en deux dernières étapes. D’abord, la liste des 7 a été augmentée des anglicismes apparaissant parmi les 17 « particuliers » de FranceTerme ainsi que dans trois des quatre autres sources. Un terme comme « fake news » par exemple, très usité récemment, n’est pas mentionné dans l’ouvrage du Figaro puisque celui-ci est paru en 2016 mais figure partout ailleurs. Enfin, ont été retirés les mots pour lesquels la recherche par mots-clefs allait poser problème. Bien sûr, comme explicité précédemment, on prendra soin de vérifier que ces anglicismes ont effectivement leur article dans la base de données FranceTerme en open data, avec leur recommandation d’usage publiée au Journal Officiel. La liste définitive est ainsi la suivante :

Bashing
Biopic
Burn-out
Coach
Fake news
Live
Low cost
Podcast
Prime time
Vintage

15On partira donc de ce corpus de dix anglicismes, dont on vient d’expliciter l’obtention pas à pas, afin d’analyser l’efficience des dispositifs mis en place pour lutter contre eux en y apportant des équivalents « français ».

Quelle méthodologie, quel process ?

16Une fois ce corpus constitué, reste à déterminer comment l’aborder comme objet d’étude, d’un point de vue méthodologique, afin d’en produire des connaissances. Toujours sous l’angle lexicographique et lexicométrique, il a été choisi de quantifier les occurrences de ces anglicismes ainsi que de leurs recommandations officielles respectives dans les trois principaux titres de presse généraliste française (Le Monde, Le Figaro, Libération). Ces trois sources, dont la première est jugée plutôt neutre, la deuxième plutôt conservatrice et la dernière plutôt progressiste, nous permettront d’avoir un panoptique de l’usage qui est fait de ces mots et de juger ainsi, du moins en partie, de l’efficacité des entreprises d’enrichissement de la langue. Des bases de données en ligne telles que « Factivia » ou « Europresse » rendent possible un tel travail et en élargissant l’empan de la recherche à toutes les archives, il sera également permis d’avoir une idée des dates d’apparition respectives de ces mots dans les usages. Attention toutefois, les archives numérisées et donc disponibles en ligne via un tel moteur de recherche ne remontent qu’à 1995, il ne sera donc pas possible de dater le premier emploi de termes plus anciens. Enfin, l’outil du moteur de recherche Google Books Ngram Viewer pourra venir appuyer cette analyse.

17Rappelons ci-dessous les dix mots de notre corpus, avec leurs équivalents émanant des « recommandations d’usage » à l’initiative de la Commission d’enrichissement de la langue française et parus au Journal Officiel :

Anglicismes

1ère entrée

dans le dictionnaire

Équivalents

Parution au JO

Bashing

-

Éreintage

15/09/2013

Biopic

2010

(Larousse)

Film biographique

27/11/2008

Burn-out

2010

(Larousse)

Syndrome d’épuisement professionnel

24/10/2012

Coach

2002

(Petit Robert)

Entraîneur

Mentor

Répétiteur

22/09/2000

29/03/2004

16/09/2006

Fake news

-

Infox

23/05/2020

Live

avant 1998

En direct

19/12/2010

Low cost

2010

(Larousse)

Bas prix (à)

Coûts réduits (à)

07/06/2007

28/03/2018

Podcast(ing)

2008

(Larousse)

Baladodiffusion

Audio à la demande

15/12/2006

23/05/2020

Prime time

-

Heure de grande écoute

18/01/2005

Vintage

2005

(Larousse)

D’époque

Rétro

07/06/2007

07/06/2007

18L’ensemble de ces mots va donc subir le traitement suivant :

- Recherche du nombre total d’occurrences parmi les trois titres de presse généraliste.

- Recherche du nombre d’occurrences respectives parmi chacun de ces titres.

- Recherche de la date de première apparition dans la presse, avec le nom du journal correspondant.

- Corrélation avec les résultats donnés par la machine Google Books Ngram Viewer quand la date de première occurrence semble est trop proche de la limite temporelle fixée par la disponibilité des archives sur la base de données « Europresse » (1995).

Data catching

19L’ensemble des données recueillies peut être synthétisé dans le tableau suivant (chiffres valables au 23 octobre 2022) :

Anglicismes

Équivalents

Date de première apparition

Nombre total d’occurrences

Dont

Libération

Dont

Le Monde

Dont

Le Figaro

Bashing

Éreintage

06/02/1997

Le Figaro

1210

282

422

506

06/10/2000

Libération

4

2

2

0

Biopic

Film biographique

04/09/1996

Libération

1874

825

378

671

04/09/1995

Libération

107

22

44

41

Burn-out

Syndrome d’épuisement pro.

24/01/1995

Libération

1659

488

609

562

31/03/1998

Libération

44

7

17

20

Coach

Entraîneur

Mentor

Répétiteur

04/01/1995

Libération

12588

5039

2590

4959

03/01/1995

Libération

35110

10643

8189

16278

05/01/1995

Libération

10131

2802

3377

3952

17/01/1995

Libération

280

75

87

118

Fake news

Infox

27/10/2004

Le Monde

2223

592

725

906

30/04/2014

Le Figaro

223

35

111

77

Live

En direct

11/01/1995

Libération

13024

5248

3475

4301

03/01/1995

Libération

48470

9836

11911

26723

Low cost

À bas prix

À coût(s) réduit(s)

17/12/1997

Le Figaro

6262

1215

1934

3113

03/01/1995

Libération

4588

974

1563

2051

12/06/1997

Libération

83 (53)

18 (10)

29 (17)

36 (26)

Podcast(ing)

Baladodiffusion

Audio à la demande

06/07/2004

Libération

1326 (+70)

361 (+23)

558 (+16)

407 (+31)

05/01/2006

Le Figaro

24

7

12

5

02/02/1996

Libération

10

3

6

1

Prime time

Heure de grande écoute

05/01/1995

Libération

4966

1363

1059

2544

03/01/1995

Libération

561

158

201

202

Vintage

D’époque

Rétro

29/03/1995

Libération

5863

1363

1314

3186

03/01/1995

Libération

9455

2455

2811

4189

04/01/1995

Libération

6831

2540

1492

2799

20Par ailleurs, afin de pouvoir comparer avec le corpus des 1035 anglicismes entrés dans nos dictionnaires d’usage entre 1998 et 2023 (première partie de mon travail doctoral), il a été jugé utile d’analyser la nature des anglicismes combattus, selon la classification proposée par Candel et Humbley que j’ai moi-même adaptée pour la rendre plus dynamique. La répartition par types d’anglicismes est la suivante :

FranceTerme (339 termes)

Emprunts directs

littéraux

Allogénismes

Calques sémantiques

Interférences sigliques

304

89,7 %

5

1,5 %

8

2,3 %

22

6,5 %

Académie française (200 termes)

Emprunts directs littéraux

Allogénismes

Calques sémantiques

Interférences sigliques

121

60,5 %

36

18 %

37

18,5 %

6

3 %

Maillet (100 termes)

Emprunts directs littéraux

Allogénismes

Calques sémantiques

Interférences sigliques

85

85 %

13

13 %

2

2 %

CSA (48 termes)

Emprunts directs littéraux

Allogénismes

Calques sémantiques

Interférences sigliques

46

95,8 %

2

4,2 %

TOTAL (687 termes, certains répétés)

Emprunts directs littéraux

Allogénismes

Calques sémantiques

Interférences sigliques

556

80,9 %

56

8,2 %

47

6,8 %

28

4,1 %

TOTAL anglicismes uniques (583 termes)

Emprunts directs littéraux

Allogénismes

Calques sémantiques

Interférences sigliques

472

80,9 %

43

7,4 %

40

6,9 %

28

4,8 %

21Pour information, la répartition typologique des 1035 anglicismes entrés dans nos dictionnaires était, selon le résultat de mes recherches, la suivante :

Emprunts directs

(littéraux)

Calques littéraux

Interférences sigliques

Allogénismes

584

236

104

43

56,4 %

22,9 %

10,0 %

4,2 %

Emprunts sémantiques indirects

Interférences phonétiques

Calques adaptés

Calques sémantiques

28

20

12

8

2,7 %

1,9 %

1,2 %

0,8 %

Analyse des datas

22Cet article tentait donc modestement d’apporter des éléments de réponse quant à l’évaluation des dispositifs officiels d’enrichissement de la langue française proposés par nos institutions dans le but clair et avoué d’influer sur l’usage et de lutter contre les anglicismes. Comme explicité précédemment, l’angle de vue adopté a été de se focaliser sur les usages quotidiens de la langue (livrets de recommandations d’usage à destination du grand public ; analyse des trois principaux quotidiens nationaux), dans une relative diachronie (ces vingt-cinq dernières années). Il s’agissait en réalité de rester cohérent, dans la démarche de recherche, avec la première partie de ce travail doctoral. Et force est de constater que comme pour notre première question, la réponse se doit ici encore d’être nuancée.

23J’avais pu mettre en exergue, dans la partie précédente qui s’attachait à évaluer de façon objective si la langue française était bel et bien « envahie » par les anglicismes comme le clament les puristes au nom d’un unilinguisme idéologique, que cette question révélait en réalité une double interrogation. Le terme « invasion » recouvre en effet une certaine polysémie et soulève à la fois un aspect quantitatif (l’augmentation en nombre) et un aspect qualitatif (la menace de remplacement, d’effacement, de dégradation). De nouveau, dans cette analyse, nous nous trouvons face au même flou sémantique. Il pourrait certes m’être reproché de ne pas avoir posé, au préalable, les jalons définitionnels des notions qui nous intéressent ici. Cependant, c’est l’analyse des données qui, à deux reprises, a fait émerger a posteriori cette ambivalence polysémique dans la question. En outre, il aurait été regrettable d’omettre l’un des deux pendants de nos problématiques dans les réponses que l’on souhaitait y apporter. Quand on se propose d’évaluer l’efficacité d’un tel dispositif d’enrichissement de la langue, la question de l’efficacité peut en définitive, comme l’on s’en rend à nouveau compte, revêtir deux aspects. L’un, quantitatif, tâchera d’analyser si l’ensemble des anglicismes trouvent un équivalent et si ce processus de néologie et terminologie ne souffre pas d’un retard mesurable. L’autre, qualitatif, s’attachera à évaluer l’impact de ces dispositifs sur les usages quotidiens de la langue. Toujours afin de garantir une certaine cohérence dans nos paradigmes, c’est de nouveau par le prisme de la lexicographie et de la lexicométrie que ces questions ont été appréhendées.

24Il nous faut tout d’abord concéder que selon le premier aspect (quantitatif) qui vient d’être soulevé, les dispositifs d’enrichissement de la langue française « font le job ». Sur notre corpus des dix anglicismes les plus représentatifs de ceux qui sont les plus fustigés, tous ont une recommandation d’usage officielle et trois mots seulement (burn-out, live et vintage) ont fait leur entrée dans le dictionnaire avant la parution au Journal Officiel de leurs équivalents. Pour les huit autres, FranceTerme s’est montré plus prompt que les dictionnaristes. Deux termes (bashing et fake news) ne sont d’ailleurs pas encore entrés dans nos dictionnaires d’usage que sont le Larousse et le Petit Robert. Au risque d’enfoncer une porte ouverte, je me permets néanmoins de rappeler, à toutes fins utiles, que ce n’est pas parce qu’un mot est dans le dictionnaire qu’il « existe ». C’est parce qu’il existe dans les usages qu’il finit par entrer dans le dictionnaire. Les lexicographes et dictionnaristes sont de fait naturellement attentifs aux évolutions de la langue et aux nouveaux usages, nous pouvons ainsi gager qu’il en va de même pour les acteurs du dispositif FranceTerme. En outre, ainsi qu’on l’a déjà évoqué, leur base de données est colossale et rares sont les anglicismes n’ayant pas fait l’objet d’une note de recommandation. En ce sens, il est donc permis d’avancer que le dispositif d’enrichissement de la langue française peut se targuer d’une certaine efficacité.

25Mais… Oui, parce qu’il y a un « mais ». Mais là encore, cette analyse quantitative succincte ne saurait se soustraire à un regard appuyé sur les aspects qualitatifs de la question. Quantité ne peut en effet, dans un tel contexte, nécessairement se corréler avec efficacité. Forts de cette myriade d’équivalents aux anglicismes entrés dans les usages, reste à déterminer si lesdits équivalents sont employés plus ou moins fréquemment que leurs doppelgängers (une fois n’est pas coutume, autorisons-nous un germanisme). Répondre à cette interrogation soulève en outre, nous le verrons, certains ressorts politiques sous-tendus par les divers défenseurs de l’unilinguisme.

26Sur les dix mots étudiés au sein des trois principaux quotidiens français, seuls trois anglicismes sont moins employés que leurs équivalents : coach, live et vintage. Les rapports sont toutefois dans le même ordre de grandeur : du double au quadruple. Pour les sept autres anglicismes, les ratios s’envolent puisqu’ils sont utilisés de 10 à 300 fois plus que leurs équivalents français. Paradoxalement, le journal qui d’emblée s’affiche comme étant le plus conservateur vis-à-vis de la langue (Le Figaro) est également… celui qui est le plus souvent premier à employer les anglicismes ! Manifestant ainsi la dichotomie saussurienne entre langue et parole, on constate que les discours prescriptifs et normatifs du Figaro sur la langue n’entrent pas en cohérence avec leurs actes. Ces premiers points permettent déjà de relativiser l’efficacité du dispositif. Ce qui va être confirmé par une attention plus poussée sur nos résultats.

27Il aurait été légitime a priori d’avancer l’hypothèse que les emprunts directs, littéraux, allaient être sur-représentés parmi les anglicismes combattus : comme ils s’entendent davantage, on les rejette davantage. Le journaliste Dorian Chotard en avait d’ailleurs plaisanté dans les colonnes du Monde au sein d’un article intitulé « Tout un ‘ramdam’ pour abandonner le mot ‘buzz’«  (Chotard, 2010). Et en effet, l’analyse nous montre que les proportions sont sensiblement supérieures dans notre corpus (80,9 % des 687 termes) comparées aux proportions du corpus des 1035 anglicismes entrés dans les dictionnaires entre 1998 et 2023 (66,4 % si l’on ajoute les emprunts littéraux et les interférences sigliques qui, pour la quasi-totalité, sont aussi des emprunts littéraux). Cependant, lorsqu’on observe les taux séparément par source, des écarts se dessinent. Le CSA se place en tête de ceux qui privilégient les emprunts directs (95,8 %), talonné par les livrets « Vous pouvez le dire en français » (89,7 % des 339 anglicismes). Loin derrière, l’Académie française ne compte que 60,5 % d’emprunts littéraux parmi les 200 anglicismes évoqués dans sa rubrique « Dire, ne pas dire ». Apparaît ainsi ici un certain clivage dans les politiques linguistiques menées par ces différentes institutions. Il semblerait en premier lieu que le CSA ainsi que la DGLFLF restent assez cohérents avec l’objectif principal des lois ayant régi le processus de néologie et de terminologie face aux emprunts anglais. En effet, même si la célèbre « loi Toubon » (Loi n° 94-665 du 4 août 1994 relative à l’emploi de la langue française, 1994) a par exemple longtemps été moquée en son temps, il est néanmoins peut-être souhaitable de rappeler qu’un de ses buts était de pallier la potentielle insécurité linguistique de francophones non familiers avec l’anglais, en proposant systématiquement un équivalent français lorsqu’un anglicisme apparaissait sur un support quelconque. Le CSA le rappelle d’ailleurs sur son site internet :

Il n’est pas interdit d’utiliser des mots étrangers s’ils sont accompagnés d’une traduction française « aussi lisible, audible ou intelligible que la présentation en langue étrangère ». Cette disposition s’applique plus particulièrement au domaine de la publicité afin de garantir la compréhension des messages pour une meilleure protection du consommateur.

28Raison pour laquelle on trouvera dans les corpus d’anglicismes « à éviter » donnés par FranceTerme ainsi que par le CSA des termes un peu plus spécifiques, pas nécessairement entrés dans l’usage courant (Genetic engineering, Good farming practices ou encore scipted reality). L’Académie française affiche en second lieu, pour sa part, son statut de prescriptrice de la langue. En effet, lasse sûrement de ne cantonner ses batailles qu’aux seuls emprunts directs littéraux, elle s’attaque désormais aux calques et autres emprunts sémantiques. Ces « anglicismes furtifs », qu’elle juge « bien plus dangereux puisqu’ils échappent aux radars » (sic), seront considérés par d’aucuns comme des « tics de langage ». Une manie, à la fois rhétorique et phatique, de moduler sa parole en ayant recours à des termes bénéficiant d’un glissement sémantique induit par leur modèle anglais. C’est peut-être ce qui explique leur sur-représentation parmi les 200 anglicismes du corpus académique.

29Quoi qu’il en soit, reste à nous pencher une dernière fois sur les trois anglicismes moins usités que leurs équivalents, afin de tenter de comprendre pourquoi et d’avancer des hypothèses. Pour être tout à fait transparent, il faut concéder que notre analyse souffre un certain écueil. Le fait que les archives disponibles (« Europresse ») ne commencent qu’en 1995 (1998 pour « Factivia ») nous prive d’une information qui aurait été utile : la date de première apparition d’un terme dans un quotidien national. Sur l’ensemble du corpus des dix anglicismes, on ne peut raisonnablement considérer comme valables que les dates de trois termes seulement : bashing, fake news, podcast. Pour les autres, les dates sont trop proches de 1995 pour pouvoir juger arbitrairement mais les graphes donnés par les outils de « Factivia » et de « Google books Ngram viewer » nous permettent tout de même d’en avoir une idée assez précise. En définitive seuls les termes biopic, live et prime-time semblent avoir un usage significativement antérieur à 1995 :

30Il est en outre permis de discuter de certains résultats. Les mots coach, live et vintage font référence à des réalités qui préexistaient à l’apparition de ces anglicismes dans les usages. L’entraînement sportif, le spectacle vivant ou encore l’aspect cyclique des modes et des tendances font partie intégrante de la culture française depuis des siècles, comme dans de nombreuses autres cultures d’ailleurs, et la langue française a dû, naturellement, créer des mots pour désigner ces réalités. Les « équivalents » (car oui, peut-on dans ces cas-là encore parler d’équivalents ?) étaient donc ancrés dans les usages bien avant que ces anglicismes y fassent leur apparition. En outre, pour un seul emprunt anglais, les recommandations officielles proposent deux voire trois termes synonymes, ce qui multiplie mathématiquement les « chances » de surpasser l’envahisseur. Raisons pour lesquelles les chiffres obtenus ne peuvent que difficilement corroborer une éventuelle efficacité du dispositif d’enrichissement lexical. Pour les autres anglicismes, même si comme on l’a souligné FranceTerme se montre plutôt réactif par rapport aux dictionnaires, il semblerait que tous ceux-ci manifestent un retard, compréhensible toutefois, par rapport à l’usage. Dès lors, quand on observe qu’un anglicisme a fait son entrée dans nos conversations, est-il utile et efficace de proposer un néologisme « francophone » en remplacement ? Dans une phrase et en contexte, est-ce que « infox » est plus transparent que « fake news », même pour quelqu’un qui n’est pas familier avec l’anglais ? La question mérite au moins d’être posée. En définitive, les deux mots apparaîtront indifféremment comme deux néologismes mais l’un d’eux aura le privilège de l’âge : l’anglicisme employé quasi-systématiquement en premier aura fait son chemin dans l’usage. Difficile, ensuite, de nager à contre-courant. Mais peut-être est-ce une question de principe…

Conclusion

31On pourrait considérer que cela fait partie de ces luttes vaines que l’on mène pour ce que d’aucuns nommeront le panache, la gloire ou le principe. Le même esprit qui pousse le Vatican à régulièrement enrichir le lexique latin afin d’en faire une langue vivante. Même si cela ne servira peut-être à rien (la « baladodiffusion » proposée en 2006 n’avait pas fait le poids face au « podcast », une nouvelle note de 2020 a donc avancé « audio à la demande », attendons de voir quel sort l’avenir lui réservera), il n’est pas dérisoire de vouloir garder dynamique la néologie francophone. Disons que c’est une entreprise qui se défend, tant sur le plan éthique, philosophique, ludique que presque poétique. Outre ces considérations, n’oublions pas qu’il en va aussi et surtout d’un devoir légal : qu’on y souscrive ou qu’on le déplore, la loi impose de créer des néologismes ou de statuer sur des équivalents « francophones » pour éviter une éventuelle insécurité linguistique des locuteurs qui ne sont pas familiers avec l’anglais. Dura lex, sed lex.

32On pourrait par ailleurs, plus cyniquement, penser que c’est un cache-misère face au retard affiché par la France dans les domaines des nouvelles technologies, de la recherche ou de l’industrie. Car au-delà des questions qui ont été posées au sein de ce travail, on est en droit d’interroger le pourquoi de l’hégémonie anglaise (américaine, en fait) dans les emprunts étrangers faisant leur entrée dans nos usages. Les mots n’ont pas de frontières, les contacts de langues et les échanges lexicaux ont toujours existé. Hier les italianismes dus à la prééminence italienne dans le domaine des arts et notamment de la musique, aujourd’hui les anglicismes que l’american way of life a fait entrer dans nos usages à grands renforts de publicités, demain peut-être qui sait les emprunts au russe ou au mandarin. L’importance relative des emprunts à une langue ne reflète pas tant la « valeur » de cette langue que la puissance du pays locuteur qui la véhicule principalement. Sans toutefois l’idéaliser, la Renaissance voyait le pouvoir dans le rayonnement culturel et artistique quand aujourd’hui celui-ci se mesure à la taille de l’armée et du portefeuille. Quand certaines linguistes parlent même de « californismes » (Saugera, 2017), on peut gager qu’à l’heure actuelle ce sont davantage les multinationales, et particulièrement les GAFAM, qui dictent l’évolution du lexique. Un exemple est d’ailleurs assez parlant : l’anglicisme « software » a eu un temps les faveurs de l’usage pour être finalement supplanté par le néologisme français « logiciel », les Français ayant su faire leur place dans le monde de l’informatique. Or, ce sont désormais les GAFAM qui ont très rapidement réussi à imposer le terme générique « application » (voire « app »). Preuve de leur impact. L’anglicisme « podcast » ainsi que ses dérivés « podcasting » et « podcaster » sont issus d’un mot-valise constitué de l’« iPod » de la firme Apple et de « broadcasting ». De même, n’avez-vous jamais « googlé » une recherche ou « whatsappé » quelqu’un ? Si la France voulait réellement et efficacement lutter contre les anglicismes, ce n’est donc pas tant en publiant des notes au Journal Officiel destinées à être vaines qu’il faudrait s’y prendre, mais davantage en développant et en soutenant financièrement les secteurs de l’éducation, de la recherche, de la culture, de l’industrie et de la santé. Quand une entreprise française parvient d’ailleurs à s’imposer, l’usage naturel de la langue produit un néologisme de même qu’en anglais : désormais, ne yukatez-vous pas vos produits au supermarché ?

Haut de page

Bibliographie

Académie française. (2020). Rapport de la commission d’étude sur la communication institutionnelle en langue française (p. 30). https://www.academie-francaise.fr/sites/academie-francaise.fr/files/rapport_de_la_commission_detude_sur_la_communication_institutionnelle_definitif.pdf

Boulanger, J.-C., 1989, Lexicographie et politique langagière  : L’exemple français des avis officiels. Wörterbücher/Dictionnaires/Dictionaries, 1, 46‑62.

Boyer, H., 2000, Ni concurrence, ni déviance  : L’unilinguisme français dans ses oeuvres. Lengas. Revue de sociolinguistique, 48, 89‑101.

Candel, D. & Humbley, J., 2017, Les anglicismes. Garnier.

Chotard, D., 2010, Tout un « ramdam » pour abandonner le mot « buzz ». Le Monde.fr. https://www.lemonde.fr/societe/article/2010/03/30/tout-un-ramdam-pour-abandonner-le-mot-buzz_1326510_3224.html

Collectif Langue Française. (2019). Défense de la langue française : 100 signatures pour refuser la dictature du tout-anglais. leparisien.fr. https://www.leparisien.fr/societe/defense-de-la-langue-francaise-100-signatures-pour-refuser-la-dictature-du-tout-anglais-16-06-2019-8094285.php

Dick, J. K., & Schwerter, S. (Éds.), 2013, Traduire : Transmettre ou trahir ? : Réflexions sur la traduction en sciences humaines. Éditions de la Maison des sciences de l’homme. https://doi.org/10.4000/books.editionsmsh.13354

Étiemble, R., 1964, Parlez-vous franglais ? Gallimard.

Humbley, J., 2007, Emprunts, vrais et faux, dans le Petit Robert 2007. In J. Pruvost (Éd.), La journée des dictionnaires 2007 (p. 221‑238). Editions des Silves. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00275603

Julia, L., 2020, L’unilinguisme français et les dictionnaires (2019-2021) : Le traitement lexicographique des anglicismes. Editions L’Harmattan.

Julia, L., 2021, Sommes-nous [réellement] envahis par les anglicismes  ? Deux décennies d’anglicismes. Lengas. Revue de sociolinguistique, 89, Art. 89. https://doi.org/10.4000/lengas.5200

Loi n° 94-665 du 4 août 1994 relative à l’emploi de la langue française, (1994).

Maillet, J., 2016, 100 anglicismes à ne plus jamais utiliser ! C’est tellement mieux en français. https://www.decitre.fr/livres/100-anglicismes-a-ne-plus-jamais-utiliser-c-est-tellement-mieux-en-francais-9782810507450.html

Saugera, V., 2017, La fabrique des anglicismes. Travaux de linguistique, 75(2), 59‑79. Cairn.info. https://doi.org/10.3917/tl.075.0059

Siouffi G., 2010, Le génie de la langue française ; études sur les structures imaginaires de la description linguistique à l’âge classique. Honoré Champion. https://www.librairie-gallimard.com/livre/9782745319432-le-genie-de-la-langue-francaise-etudes-sur-les-structures-imaginaires-de-la-description-linguistique-a-l-age-classique-gilles-siouffi/

Haut de page

Table des illustrations

Légende a. Évolution du taux d'anglicismes parmi les nouvelles entrées dans le Petit Larousse Illustré (1998-2021)
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/6233/img-1.png
Fichier image/png, 32k
Légende b. Évolution du taux d'anglicismes parmi les nouvelles entrées dans le Petit Robert (1998-2021)
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/6233/img-2.png
Fichier image/png, 32k
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/6233/img-3.png
Fichier image/png, 10k
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/6233/img-4.png
Fichier image/png, 10k
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/6233/img-5.png
Fichier image/png, 11k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Léopold Julia, « « Bouter les anglicismes hors de France » »Lengas [En ligne], 91 | 2022, mis en ligne le 15 octobre 2022, consulté le 02 avril 2023. URL : http://journals.openedition.org/lengas/6233 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lengas.6233

Haut de page

Auteur

Léopold Julia

ITIC – Université Paul Valéry Montpellier 3

DIPRALANG – Laboratoire de sociolinguistique, d’anthropologie des pratiques langagières et de didactique des langues-cultures

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search