Navigation – Plan du site

AccueilNuméros94VariaContact avec le français et regis...

Varia

Contact avec le français et registres de l'occitan moderne (XVIe-XVIIIe siècle)1

Jean-François Courouau

Résumés

L’introduction du français en domaine occitan, qui par nature favorise l’emprunt, est un phénomène ancien (milieu XVe siècle), progressif mais aussi régionalement différencié et socialement conditionné. On peut donc supposer que, dans la réalité des échanges oraux en occitan pendant la période moderne (XVIe-XVIIIe siècle), la variation diastratique vient s’ajouter à la variation diatopique inhérente à l’état dialectal de cette langue. Les seuls témoignages de l’occitan moderne dont on dispose sont constitués par des textes de nature littéraire et ceux-ci laissent bien apparaître à l’occasion par l’usage contrasté de francismes et de formes antérieures l’existence de registres linguistiques en occitan, avec un registre supérieur marqué par une extrême proximité avec le français (emprunts). Les études sur la littérature occitane moderne qui ne s’intéressent pratiquement jamais au phénomène des francismes auraient sans doute beaucoup à gagner à prendre en considération les emprunts de l’occitan au français comme indices de registres.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette contribution est issue d’une communication faite en février 2024 dans le cadre du séminaire d (...)
  • 2 La question des emprunts du français à l’occitan a suscité beaucoup plus de travaux (cf. Chambon 19 (...)

1Les emprunts de l’occitan au français auraient-ils mauvaise presse ? Pendant des décennies, la question a été éludée ou traitée de façon expéditive par les linguistes travaillant sur la matière occitane jusqu’aux études de Jean-Pierre Chambon (1997, 2009) et de David Trotter (2006a, 2006b) qui ont permis de poser un regard dépourvu de parti pris idéologique2. Dans le domaine de la sociolinguistique historique, on s’est seulement intéressé, pour la période moderne et particulièrement le XVIIIe siècle, à la diffusion du français en tant que langue de communication écrite et orale ainsi qu’aux représentations des contemporains face au phénomène en expansion de la francisation (Brun 1923a, 1923b ; Courouau 2015). Les études littéraires ne s’intéressent pratiquement jamais au phénomène des francismes en dehors d’exceptions rarissimes (Lafont 1960) et ne tirent donc aucun profit des recherches des linguistes et il y aura lieu de s’interroger sur les raisons de ce retard (1). On rappellera ensuite que l’introduction du français en domaine occitan, qui par nature favorise l’emprunt, est un phénomène ancien, progressif mais aussi régionalement différencié et socialement conditionné (2). On peut donc supposer que, dans la réalité des échanges oraux en occitan pendant la période moderne, la variation diastratique vient s’ajouter à la variation diatopique inhérente à l’état dialectal de cette langue (3). Les seuls témoignages de l’occitan moderne dont on dispose sont constitués par des textes de nature littéraire et ceux-ci laissent apparaître à l’occasion, par l’usage contrasté de francismes et de formes antérieures, d’une part, et d’une proximité recherchée avec les modèles d’écriture français, d’autre part, les traces d’une existence de registres linguistiques en occitan (4). On conclura en envisageant quelques pistes de recherche, qui n’ont rien d’original et sont à mener avec une extrême prudence, essentiellement en linguistique, mais dont les résultats pourraient bénéficier aussi bien à la sociolinguistique historique qu’aux études littéraires (5).

2Malgré l’intérêt qu’ils présentent, les faits de syntaxe et de morphosyntaxe ne font pas l’objet de cette étude. Pour la syntaxe, il est impossible de souscrire à l’affirmation de Lafont selon laquelle « les gallicismes de syntaxe […] ont toujours été ignorés, ils sont encore ignorés de l’usager occitan le plus médiocre » (Lafont 1960, 75) tant les calques de la syntaxe française, aussi bien pour la période moderne qu’au-delà, sont nombreux. Pour la morphosyntaxe, on consultera la démonstration de Sauzet (2007) sur le caractère endogène de la présence du pronom sujet régulièrement présentée comme une influence française (Lafont 1960, 77).

Francismes et “décadence” de la langue

3Il n’est pas nécessaire de s’étendre longuement sur les raisons qui ont détourné les chercheurs en littérature occitane de l’étude ou de la simple prise en compte des emprunts au français. Elles sont du même ordre que celles qui ont conduit les linguistes pendant de longues décennies à délaisser ce champ d’étude (Chambon 2017). La présence de francismes dans un texte littéraire suscite en premier lieu de la part des exégètes, éditeurs ou commentateurs, un malaise qui n’est résolu qu’en omettant de mentionner le fait ou en formulant une condamnation exprimée en termes moraux et esthétiques. On pourrait remplir des pages en mettant bout à bout ces jugements sommaires prononcés au nom de la « pureté » de la langue. Un exemple suffira : le rejet par le découvreur, au XIXe siècle, de la littérature occitane des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, Jean-Baptiste Noulet, à propos des auteurs de langue occitane du XVIIIe siècle :

Chacun, à part de très-rares exceptions, plus nombreuses chez les Provençaux, écrit en un jargon sur lequel le français déteint continuellement : on dirait que la langue nationale, irritée de la longue résistance des idiomes du Midi, ne pouvant les vaincre de vive force, s’applique à les corrompre et à les avilir. (Noulet 1877, vi)

  • 3 Robert Lafont est par ailleurs l’inventeur de la littérature “baroque” occitane (cf. Couffignal / C (...)

4Il n’est pas exagéré de penser que depuis Noulet (1877, rappelons-le), l’influence du français n’a jamais cessé d’être considérée que comme une altération de la langue authentique. Même Robert Lafont3, dans la seule étude exclusivement consacrée aux francismes dans l’œuvre d’un auteur moderne (Lafont 1960), en l’occurrence François Cortète de Prades (XVIIe siècle), n’échappe pas à la règle. Les formulations sont éloquentes :

Il semble que Cortète s’oublie lorsqu’il suffixe correctement. (Lafont 1960, 77)

Relevons quelques monstruosités. Ce sont des calques phonétiques absolus de tours français. (id.)

il [Cortète] emprunte une masse de mots parfaitement inutiles, et injustifiables dans l’usage courant. (Lafont 1960, 78)

il n’y avait plus dans l’usage oral occitan assez de force pour résister à une influence corruptrice du français. (Lafont 1960, 80)

Cortète nous présente déjà les limites de la Renaissance occitane du XVIIe siècle, incapable de s’inventer un langage original. (Lafont 1960, 81)

5De Noulet à Lafont et au-delà, dans les études littéraires occitanes comme pendant longtemps chez les linguistes, le francisme, lorsqu’il en est question, ou, de façon plus large, la proximité avec les modèles esthétiques et linguistiques français, sont perçus comme les marques d’un appauvrissement de la langue. Une opposition binaire simple dicte le jugement entre d’un côté, une langue pure, authentique, originelle (et originale), et de l’autre, une langue victime de « corruption », dénaturée et pervertie par l’emprunt. L’élément « étranger » n’est pas considéré comme un fait de langue neutre en soi mais selon l’idéologie du purisme. Il est le signe palpable, audible et visible, de l’état dominé de la langue, la marque infamante de sa flétrissure, de sa déchéance.

6Or le francisme est là. Il dit quelque chose – c’est évident – des conditions sociolinguistiques générales, macrostructurelles, qui ont permis son émergence, mais il mérite qu’on l’étudie plus précisément en lui-même, au niveau microstructurel, au cas par cas, en tant que phénomène linguistique créé à un moment donné et diffusé dans un ou des espaces géographiques déterminés, selon des temporalités à explorer. Les études littéraires, quant à elles, ne sauraient faire l’impasse sur des éléments textuels qui sont de nature à éclairer le sens, littéraire et sociolinguistique, des œuvres étudiées.

Un phénomène ancien, progressif, géographiquement différencié et socialement conditionné

7Les emprunts au français sont présents en occitan de fort longue date. Contrairement à une opinion très répandue dans différents milieux (militants, journalistiques, politiques et même académiques), l’introduction du français en domaine occitan dans la pratique de l’écrit administratif ne date pas de la décision royale contenue dans l’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539). Dès le milieu du XVe siècle, des textes administratifs ou juridiques sont rédigés en français, en substitution du latin ou de l’occitan jusqu’alors en usage, et cette pratique du français dans l’écrit administratif ne cesse de se répandre, à l’exception de la Provence, tout au long de la seconde moitié du XVe siècle. Dans la décennie 1490, les jeux sont faits : le français s’est imposé, il a supplanté le latin et l’occitan dans les trois grandes villes de l’ouest du domaine, Bordeaux, Toulouse, Montpellier (Courouau 2008, 2012). Villers-Cotterêts ne fait qu’entériner un état de fait déjà advenu dans la réalité depuis une quarantaine d’années.

8Cette évolution est au départ un phénomène exclusivement urbain. La diffusion du français, à l’écrit, et, en toute rigueur, également à l’oral, se fait en premier lieu dans des villes de grande ou de moyenne importance qui exercent à leur tour un effet d’entraînement dans leur zone d’influence (Chambon 2004). Ces centres urbains directeurs de la francisation voient donc l’apparition d’individus bilingues occitan-français, voire trilingues si on inclut la maîtrise du latin écrit nécessaire à l’exercice de certaines professions. Ces individus bilingues appartiennent aux milieux socialement dominants (professions liées à l’écrit, nobles, bourgeois, commerçants, ecclésiastiques, etc.) et il y a tout lieu de penser qu’à leur contact le français se répand dans des milieux urbains moins favorisés. Au fil du temps, à mesure que passent les siècles modernes, la connaissance du français s’accroît, laissant cependant apparaître à la fin du XVIIIe siècle (enquête Grégoire de 1790) des zones rurales où il est plus facilement compris et parlé que d’autres (Certeau / Revel / Julia 1975).

  • 4 Ces cas de langue mêlée (Mischsprache) ne sont pas rares à l’époque en Europe. Cf. le cas des texte (...)

9La forme de français employée à l’écrit correspond au français général mâtiné, à l’occasion, de formes régionales (régionalismes). Durant une période intermédiaire dont il n’est pas possible de déterminer les bornes tant la documentation primaire est considérable et la recherche lacunaire, certains officiers chargés de rédiger les actes emploient un type de langue écrite dans laquelle sont mêlées des formes françaises, occitanes, latines4. L’imbrication entre les langues est telle qu’il est parfois délicat de déterminer quelle est la langue de base de telle phrase ou membre de phrase, ce qui a valu à ce genre d’écrits d’être qualifié de « sabir franco-occitan » (Séguy 1978, 7). Loin d’être le fruit de l’ignorance d’un scribe rompu aux écritures, ces textes sont le produit d’une société bilingue où les niveaux de compétence en français, écrit ou oral, sont variables d’un individu à l’autre. L’entremêlement des langues n’est pas l'exacte reproduction d’un parler oral qui associerait dans un même énoncé français et occitan. Ce n'est pas « le reflet des parlers bourgeois des villes » (Chambon 2017, 50). Il s’agit bien plutôt d’un objet textuel, support de travail qui obéit à une logique communicationnelle à la fois interne, pour le notaire rédacteur et ses lecteurs, et externe, à destination des parties, le texte pouvant être oralisé dans l’une ou l’autre des deux langues, selon une pratique longtemps relativement commune en milieu bilingue. Le scribe est parfaitement conscient de ce qu’il écrit, il encode son texte pour pouvoir ensuite le décoder dans la langue nécessaire selon le contexte.

10Rien n’interdit – et au contraire tout y invite – à repérer dans ces textes de langue mêlée, encore insuffisamment explorés, les premières apparitions et la diffusion d’emprunts au français. Pour l’heure, il nous faut reconnaître que les parlers, qu’ils soient bourgeois ou prolétaires des villes, et a fortiori ruraux des campagnes, ne nous sont accessibles que par le biais des textes littéraires écrits en occitan par des auteurs qui appartiennent tous, à des degrés et selon des itinéraires divers, aux milieux socialement dominants.

Variations diastratiques et diatopiques

11Pendant les trois siècles modernes, et même à la fin du XVIIIe siècle comme en témoigne l’enquête Grégoire, l’occitan reste pratiqué au sein des milieux dominants. Rien ne serait plus faux que d’imaginer des bourgeois urbains, par exemple, à Marseille, à Toulouse ou à Bordeaux et a fortiori dans des villes moyennes ou petites, ignorant tout du parler local. Tout au long de la période et particulièrement au XVIIIe siècle, les preuves sont nombreuses d’une occitanophonie des couches sociales supérieures. Ce n’est pas la règle (comprendre n’implique pas de parler), loin s’en faut, mais le cas de figure d’un noble, d’un bourgeois ou d’un intellectuel parlant occitan n’a absolument rien d’exceptionnel dans le Midi moderne.

12Ceci étant posé, il n’y aucune raison de penser que le parler occitan du bourgeois bilingue marseillais soit en tous points identique à celui des porte-faix et des vendeuses de poissons, plus ou moins bilingues et sans doute souvent plus monolingues que bilingues, tous originaires de la même ville. La question de la variation sociale de l’occitan a peu attiré les chercheurs, mais on possède pour la période contemporaine (années 1940) l’étude remarquable menée par Pierre Nauton (1948) dans la petite ville de Saugues (Haute-Loire). Il en ressort que l’occitan pratiqué par les bourgeois, commerçants et petits rentiers se différencie clairement de celui parlé par les paysans, les ouvriers et les artisans. Alors que ce dernier est identique à celui des villages environnants, l’occitan des « bourgeois » se distingue par des particularités phonétiques et phonologiques ainsi que par des emprunts plus nombreux au français qui apparaissent comme autant de néologismes en occitan. J.-P. Chambon en tire une conclusion dont la validité peut parfaitement s’étendre aux trois siècles modernes et au-delà : « Il y a lieu de penser que le type de phénomène observé au 20e siècle dans un tout petit centre urbain a existé dans les grandes villes dès le 16e siècle, voire parfois antérieurement, puis dans les communautés rurales de quelque importance » (Chambon 2017, 51). Cette variation diastratique intervient chez des individus bilingues, qui maîtrisent le français et pratiquent l’occitan en y introduisant des innovations de type phonologique, mais aussi lexical sous la forme d’emprunts au français, national ou régional, voire syntaxique. Le français que parlent ces individus « bourgeois bilingues », pour les caractériser rapidement, est en effet un français régional par lequel transitent (à moins qu’ils ne soient directement élaborés en son sein) les futurs « emprunts » régionaux qui intégreront le français général (Chambon 1997). En toute rigueur, c’est la même logique sociale qui prévaut pour les emprunts de l’occitan au français, mais en sens inverse : le « bourgeois bilingue » occitanise un mot français qui devient, ce faisant, un élément de démarcation sociale face à l’occitanophone monolingue (ou incomplètement bilingue).

13Les contemporains n’ont pas manqué d’observer les innovations dues à la tutelle du français. Ainsi un correspondant languedocien de Grégoire :

Il est certain que le français appauvrit et rapproche de jour en jour ces jargons disparates, que les mots patois éloignés de la langue nationale disparaissent insensiblement […]. Dans la ville et les villages circonvoisins, le peuple entend le français ; mais le plus grand nombre parle le patois. Dans les lieux les plus éloignés, on ne parle que patois, et le français est moins entendu. Par une suite, le patois se francise à la ville ; il est plus pur à la campagne. (Gazier 1880, 14-15)

14Ou encore, l’avocat Pierre Bernadau qui décrit à Grégoire la situation du gascon à Bordeaux :

Le patois que l’on parle à Bordeaux a une affinité marquée avec le français, ou, pour mieux dire, ce n’est que cette langue dont les terminaisons sont gasconnisées. Il en est bien autrement de celui qu’on parle dans les campagnes ; on y découvre plus particulièrement les mots latins, beaucoup d’espagnols et quelques anglais. (Gazier 1880, 138)

15L’opposition, déjà pensée en termes de pureté/corruption, se fait entre l’occitan urbain, perméable à l’introduction de mots empruntés au français et des campagnes qui demeurent à l’abri de ces influences. La variation est appréhendée selon des critères spatiaux (diatopiques), mais aussi implicitement sociaux (diastratiques). Pour l’érudit marseillais Claude-François Achard, le provençal le plus « pur » est à rechercher dans les catégories les plus inférieures de la population urbaine :

Nous avons constamment suivi l’idiome usité à Marseille, comme le plus analogue à l’ancien Provençal. C’est surtout chez le Navigateur & sous les toits du Cultivateur que la pureté du Provençal s’est conservée. (Achard 1785, I, vii)

16Le provençal des paysans et des marins se distingue de celui des classes dominantes qui, quand elles le parlent, y intègrent à coup sûr – principale innovation possible étant donné le contexte macrostructurel –, en nombre plus ou moins important, des emprunts au français.

Variations diaphasiques dans l’écrit littéraire moderne

17 Le texte littéraire, dans quelque langue que ce soit, n’est pas propice à recueillir la trace de la variation sociale. Il se caractérise, on le sait, dans ses réalisations les plus achevées, par un degré d’élaboration élevé mobilisant un lexique abondant, des constructions syntaxiques complexes, l’utilisation de tropes, etc. Dans aucune langue on ne compose un texte littéraire en se servant uniquement du langage courant. On n’écrit pas de la poésie, de la prose discursive, du théâtre versifié exactement comme on parle. Certains genres littéraires, cependant, peuvent accueillir des formes qui renvoient à un usage socialement différencié de la langue. Tel est le cas de la prose dialoguée, du théâtre en prose, voire de la chanson, mais plus généralement en fait de tout genre qui accorde une certaine place à l’oralité.

18L’incipit de l’Histoira dé Jean l’an prés de Jean-Baptiste Fabre (1727-1783) permet d’observer un cas remarquable d’opposition entre registres de langue. Cet incipit se compose d’un paragraphe introducteur où est plantée la scène, puis d’un passage dialogué entre les deux personnages physiquement présents dans l’œuvre, un baron à cheval et un pauvre hère de la campagne vaunageole, à pied, Jean l’an prés. Dans le premier paragraphe s’exprime le narrateur. Pour désigner le moment de la journée où se déroule l’action, il emploie la forme soir :

Un ségnou dé la Vaounâgea, én sé rétirant un soir à soun castel, aouziguêt… (éd. Gardy 2023, 20)

19Cette forme soir, prononcée probablement [swεr], constitue un emprunt évident au français. Un peu plus loin, lorsque le dialogue s’instaure entre les deux personnages, le paysan salue le baron. Dans la première version rédigée par Fabre en 1755-1756, c’est également la forme soir qui est employée :

– Ah ! Moussu lou baroun, li respoundet lou vâounageôu, vous souhaite lou bôn soir. (éd. Gardy 1980, 10)

20Lors de la seconde rédaction, entre 1765 et 1769, Fabre modifie le texte et remplace les francismes souhaite et soir :

– Ah ! Moussu lou baroun, li respoundet lou vâounageôu, vous dônné bôn vêspré. (éd. Gardy 2023, 20)

21Comme le remarque P. Sauzet (2014, 858-860), ces modifications n’ont rien de neutre. Pour soir, il s’agit de rendre le parler du paysan plus conforme à la réalité linguistique de sa condition sociale. La forme soir est celle du narrateur, celle que l’auteur, intégré socialement dans les milieux dominants bas-languedociens, emploie dans la forme de langue qu’il pratique, disons un occitan urbain bourgeois. La forme vêspré, de même sens puisqu’elle désigne le même moment de la journée, est celle qu’emploie un individu n’appartenant pas aux milieux socialement favorisés (la baron, Fabre lui-même). De la même façon, en éliminant le francisme souhaite, l’auteur fait parler « peuple » à son paysan.

22 Un contraste similaire s’observe dans un passage de l’Eneida de Celanova (ms, 1779-1780) de Fabre, également relevé par Sauzet (2014, 862). Le prince Énée est reçu par son beau-frère Elenus. Pour désigner leur lien de parenté, ils n’emploient pas la même forme :

Bêou-fréra, avês-ti déjunat ?

Nani, li diguêré, cougnat ;

Mais dins lou véntre mé fourfôuilla

Pér aqui quicôn qué gourgôuilla ;

Sount mas trippas

(III, ms. BM Montpellier ms. 54.02, cité in Sauzet 2014, 862)

23Les deux formes ont le même sens mais elles n’appartiennent pas au même registre. Elenus s’adresse au prince en utilisant le francisme bêou-fréra comme conforme à son rang et aux usages de la civilité des classes dominantes. Énée, en revanche, dans cette œuvre burlesque, est un malappris, peu soucieux des convenances sociales et s’exprimant par conséquent de façon relâchée.

24Une telle opposition entre registre soutenu et registre courant, voire familier, se retrouve avec le francisme pèro qui, dans certaines circonstances, se substitue à la forme originelle paire. L’historien et lexicographe marseillais Achard l’enregistre sous l’entrée paire :

PAIRE, s. m. Pron. Long. Terme relatif par rapport au fils, ou à la fille. Du lat. pater. Les Provençaux des villes, ou d’un certain état, disent, moun pèro, pour moun paire. (Achard II, 1785, 478)

25La variation diatopique est relevée (ville : pèro vs. campagne : paire) ainsi que la variation diastratique (d’un certain état : pèro vs. classes inférieures : paire). Cette définition générale, théorique, peut être complétée, voire affinée, par les actualisations que l’on trouve dans les pièces de théâtre provençales ou marseillaises plus ou moins contemporaines.

26La distribution sociale entre les deux lexèmes se vérifie largement. Dans la pièce Lou Novy para (1743) de Jean-Baptiste Coye, qui se déroule en milieu urbain (Arles), seule la servante Alphounsinou emploie paire et non pèro comme font les maîtres bourgeois mais aussi la servante Nerinou qui nourrit des aspirations sociales. On dira la variation ici d’ordre diastratique et, éventuellement, diatopique, le non emploi du francisme signalant une condition sociale inférieure, et peut-être une origine rurale. Le schéma est identique dans Ce que esperavian pas, ou Jean-Pierre vengu de Brest (1781) de Balthazar Bonnet-Bonneville dont l’action est située dans un quartier rural du terroir marseillais. Mèste Nourad, paysan, et sa fille, Madaleno, ne connaissent que paire tandis que le matelot Jean-Pierre, fraîchement revenu de la guerre, désigne le maréchal d’Estaing à qui il voue une admiration sans borne comme un pèro. C’est cette même forme de prestige pèro qui est utilisée par l’auteur dans la liste des acteurs pour désigner Mèste Nourad.

27 Le cas est différent lorsque les deux formes sont employées pour désigner le même personnage. Dans La Bienfaisance de Louis XVI vo Leis Festos de la pax (1783) de Mathieu Blanc-Gilli, la jeune Margarido, fille du patron-pêcheur dit Patroun Coouvin, utilise la forme païré dans une chanson qu’elle interprète dans le cadre de ce divertissement musical (41). Elle recourt en revanche à pèro lorsqu’elle s’adresse directement à son père (5, 14) ou parle de lui à un tiers avec respect (31). Le roi Louis XVI en l’honneur duquel la pièce est représentée se voit, lui aussi, qualifier de pèro (« Marsillo / Poussedan dins LOUI SEIZE un Pero de Famillo », 43) dans le cadre d’une chanson interprétée par le matelot Tounin et aussi de payré dans une autre chanson entonnée par la troupe des matelots et des autres acteurs de la pièce : « Veici, braveis Francès, / Vouestrè Rey, vouestrè Payrè », 39). Dans le premier cas, le francisme permet de célébrer avec la déférence qui s’impose le monarque français, père de son peuple. Dans le second, on insiste sur sa proximité avec le peuple.

28Le francisme pèro appartient au registre le plus élevé. Le statut de la forme paire peut varier cependant en fonction du contexte. Dans Lou Rétour doou Martegaou (1775) de Charles-Joseph Mayer, on voit le ménager (paysan aisé) Mesté Jan utiliser les deux formes devant son fils qui fait mine, lui de ne pas le reconnaître. À deux répliques de distance, on trouve

Perqué mi noumés plus toun pero din tei lettros […] ? […]

Maï, Janet, lou noum de païré es tan dous per qu’a d’entraillos ! (21)

29La forme paire est associée à la ruralité, c’est la forme qu’emploie constamment Mesté Jan (16, 32 à deux reprises, 48) et son homologue Mesté Joousé (6, à trois reprises). Pour autant, on peut considérer qu’un certain caractère de neutralité est associé à son emploi puisque c’est la forme utilisée dans la liste des acteurs. Dans le cas précis de cette pièce, on serait enclin à situer paire dans le cadre d’un registre courant, non marqué comme peut l’être le francisme pèro alors que dans La Bienfaisance de Louis XVI on aurait plutôt tendance à placer paire dans le registre familier (Louis XVI homme ordinaire).

30À l’opposé du registre soutenu, caractérisé par la présence de francismes et très représenté dans la littérature occitane moderne, le registre vulgaire semble peu utilisé par les auteurs de langue d’oc. L’une des chansons figurant dans le manuscrit Deslauriers (XVIIe siècle) illustre cependant une voie qui, pour n’être pas majoritaire, n’en est pas moins empruntée à l’occasion (Courouau 2024). Cette chanson met en scène une querelle violente – verbalement et physiquement – entre lavandières, en donnant successivement la parole à différentes locutrices :

Tiro ti daqui vieillo sandan

Tiro ti deila vieillo putan

Non mi treboules l'aigo

Ay que mas marit daibo

As aussat lou coude matin

Au flascon ni a plus ges de vin,

Masco sourciero macarello

Sies ben presto a mi fa querello

Bullo soüiro jarro putan

(BnF, Rés Vma ms 571, f. 231v-233)

31Les mots putan (« prostituée qui exerce son métier dans la rue ou en maison de tolérance, putain »), répété deux fois, et souïro (« femme débauchée, de mœurs dépravées, ou qui se prostitue, salope ») appartiennent au registre le plus trivial et il en irait de même, par exemple, du verbe cagar dans certains textes d’inspiration scatologique dont l’emploi dans les textes littéraires, pas plus qu’en français, n’a rien de soutenu ni de neutre.

32 Dans la langue occitane moderne, la variation peut donc être diaphasique. Une échelle de registres existe dont se servent les auteurs en fonction de leurs choix et de paramètres divers qu’il appartient précisément aux analystes de repérer. Le registre le plus soutenu se caractérise par l’intégration d’un nombre important d’emprunts au français, voire par une proximité stylistique souvent considérable avec les modèles d’écriture de langue française. C’est ainsi que la langue employée dans la pièce Lou Novy para (1743) de J.-B. Coye a pu être qualifiée par Mistral de « jargoun bastard entrelarda de barbarige emé de francihot » (Mistral 1858 cité in Pansier 1932, 50) alors qu’il y a tout lieu de penser 1) qu’elle correspond à l’acrolecte des milieux élitaires urbains contemporains et, 2) qu’elle transpose sciemment des schémas scriptiques empruntés aux modèles stylistiques de langue française. La démarche de l’auteur est consciente, adaptée à son intention d’exhaussement de l’écriture dramatique provençale (Courouau, à paraître). De fait, entre les différents registres possibles, l’auteur de langue occitane opère un choix. Lorsqu’il compose des poèmes de circonstance dédiés à des personnalités de la bonne société montpelliéraine, comme le remarque M. Barral (1971, 291), Fabre emploie un nombre important de francismes et son expression, peut-on ajouter, au niveau stylistique, est proche de textes de nature et de fonction équivalentes en langue française. Le registre est soutenu. Lorsqu’il donne la parole à un gueux languedocien (Histoira dé Jean l’an prés), les francismes présents dans la langue de ce personnage de basse extraction sont ceux du registre courant et l’ensemble de son expression relève du registre familier.

33La prise en considération de ces registres de langue (variations diaphasiques) permet d’expliquer un phénomène comme celui observé par Lieutard et Sauzet (2007) dans l’écrit toulousain de la première moitié du XVIe siècle. Le bétacisme, rejeté dans les textes toulousains comme renvoyant à des formes orales dépréciées, peut être considéré moins comme la marque d’une diglossie interne, comme l’affirment les auteurs, que comme la preuve de l’existence d’un acrolecte (littéraire) urbain que concurrencent, dans ces textes, des formes orales locales (le bétacisme, les pluriels en -is…) relevant de la langue parlée dans son registre courant.

Conclusion

34P. Sauzet propose d’appeler “doublons diglossiques” « los parelhs de mots qu’un es un mot occitan e l’autre lo manlèu al francés d’una forma d’etimon latin identic » (Sauzet 2014, 858). Tous les emprunts de l’occitan au français n’entrent pas dans cette catégorie puisqu’il est des cas où la substitution dans la langue parlée courante (non littéraire donc) du mot occitan par un mot d’origine française peut être localement complète. Tous les emprunts au français ne donnent pas lieu à un doublet, loin s’en faut.

  • 5 Dans la Prumièro Floureto, 45 sur contre 7 sus.
  • 6 Chez Godolin, par exemple (Prumièro Floureto) toutes les formes sus précèdent un mot commençant par (...)

35Tous les emprunts au français laissant coexister un doublet n’indiquent pas non plus nécessairement l’emploi d’un registre élevé. Ainsi la préposition sus se voit très tôt dans l’époque moderne (avant aussi ?) concurrencée par la forme sur d’origine française. On la trouve dès le début du XVIe siècle dans La confession generala de fraire Olivier Mailhart (Toulouse, entre 1519 et 1543) dans une occurrence (« yeu ey parlat sur autruy ») voisinant avec un emploi de sus (« yeu ey parlat sus autrui paraulas »). Ce polymorphisme semble être courant au XVIe siècle, sans exclusive toutefois. On trouve sur dans les Ordenansas et coustumas del Libre blanc de Du Cèdre, mais pas dans les Nompareilhas receptas de Trassebot (?), par exemple. Au XVIIe siècle, la préposition sur gagne du terrain, on la rencontre chez Godolin5, dans le Théâtre de Béziers, chez Cortète de Prades, tous textes où elle est majoritaire face à sus. L’hypothèse d’une variation de type diaphasique ou diastratique ne tient guère dans la mesure où les deux formes sont employés par les mêmes personnages dans des situations d’énonciation similaires. On en vient ainsi à se demander si la distribution n’obéit pas à un conditionnement d’ordre phonologique : la forme sus se maintient devant voyelle mais les exceptions n’ont rien de rare6. La distribution semble aléatoire. Si un système existe, il n’est pas facile de le mettre au jour.

36La prudence est donc de mise dans l’étude des emprunts de l’occitan au français. Au plan linguistique, il faudrait idéalement pouvoir disposer pour chaque francisme de son étymologie-histoire (etimologia prossima) en se servant, comme le recommande J.-P. Chambon du FEW, qui « demeure, par la masse des données qu’il enregistre, par les analyses qu’il propose souvent et par le cadre général qu’il fournit, le meilleur instrument de travail » (Chambon 2017, 54). L’indexation des textes modernes devrait à terme, si elle pouvait être menée, faciliter les recherches. Le profit que les études littéraires occitanes et la sociolinguistique historique ont à tirer d’une approche à la fois détaillée et neutre est considérable. La prise en compte des registres de langue présents dans un texte ne peut qu’enrichir son analyse. Le francisme-doublet tout comme la proximité recherchée avec les modèles d’écriture français ne sont pas les indices d’un « abâtardissement » de la langue pour garder l’image employée par Mistral à propos de la langue de Coye. Ce sont au contraire des moyens stylistiques supplémentaires, en quelque sorte, dont use l’auteur afin de mettre en œuvre son projet littéraire. Ces moyens demandent à être à chaque fois étudiés en contexte comme autant d’actes de langage et de littérature conscients, volontaires et assumés.

Haut de page

Bibliographie

Textes

Achard, Claude-François, Dictionnaire de la Provence et du Comté-Venaissin, Marseille, J. Mossy, 1785-1787, 4 vol.

Blanc-Gilli, Mathieu, La Bienfaisance de Louis XVI vo Leis Festos de la pax, drame lyrique en deux actes et en vers, mêlé de français et de provençal, Marseille, Antoine Favet, 1783.

Bonnet-Bonneville, Balthazar, Ce que esperavian pas, ou Jean-Pierre vengu de Brest, Marseille, Antoine Favet, 1781.

Cortète de Prades, François, Ramounet, ou lou Payzan agenez tournat de la guerro, pastouralo en lengatge d'Agen, Agen, T. Gayau, 1684 ; La Miramondo pastouralo. En lengatge d'Agen . Oun an adjoutat las lermos del grabé d'Agen, feitos pe l'autheur de Ramounet & Miramondo, Agen, T. Gayau, 1685 ; Œuvres de François de Cortète, sieur de Prades et de Gambes, collationnées sur le manuscrit de l'auteur, accompagnées d'une étude et d'un glossaire par Charles Ratier, Agen, Maison d’édition et imprimerie moderne, 1915 ; Ramounet ou le payzan agenez tournat de la guerro, éd. Aurélia Lassaque / Bénédicte Louvat / Jean-François Courouau, in Bénédicte Louvat / Pierre Pasquier (dirs), Théâtre des provinces au XVIIe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2024, vol. 2, 581-853.

La confession generala de fraire Olivier Mailhart. En languatge de Tholosa, Toulouse, Eustache Maréchal, 1519-1543.

Coye, Jean-Baptiste, Lou novy para. Coumediou prouvençalou. En tres actes, Cracovie, Owart Przependorousky [Arles, Gaspard Mesnier], 1743.

Du Cèdre, Pierre, Las Ordenansas & Coustumas del Libre Blanc, observadas de tota ancianetat, co[m]pausadas per las sabias femnas de Tolosa. Et registradas en forma deguda per lor secretary, Tolose, J. Colomiès, 1555 ; éd. Jean-Baptiste Noulet, Montpellier, Société pour l’étude des langues romanes, Paris, Maisonneuve, 1878.

Fabre, Jean-Baptiste, Histoira dé Jean l’an prés, présentation par Philippe Gardy et Claire Torreilles traduction française par Philippe Gardy et Patrick Sauzet, notes par Danielle Bertrand-Fabre, Philippe Gardy et Patrick Sauzet, Montfaucon, A l'asard Bautezar !, 2023 [version 2] ; éd. Philippe Gardy, in Emmanuel Le Roy Ladurie, L'argent, l'amour et la mort en Pays d'Oc, Paris, Le Seuil, 1980, 10-59.

Godolin, Pierre, Œuvres de Pierre Goudelin, éd. Jean-Baptiste Noulet, Toulouse, Privat, 1887 ; Le Ramelet mondin & autres œuvres, éd. Philippe Gardy, Aix-en-Provence, Édisud, 1984.

Mayer, Charles-Joseph, Lou Rétour doou Martegaou, paroudio bouffouno en très actes. Mesclado d’ariétos su d’ers anciens, Marseille, Jean Mossy, 1775.

Le Théâtre de Béziers. Pièces historiées représentées au jour de l'Ascension, 1628-1657. Tome 1 – 1628, éd. dir. Bénédicte Louvat, Paris, Classiques Garnier, 2019.

Trassebot, Pierre (attribué à), Las nompareilhas Receptas, Tolose, Guyon Boudeville, 1555 ; éd. Jean-Baptiste Noulet, Montpellier, Société pour l’étude des langues romanes / Paris, Maisonneuve et Cie, 1880.

Études

Barral, Marcel, J.-B. Favre. Sa vie, son œuvre. Essai sur le burlesque occitan, Montpellier, Centre d’études occitanes / Université Paul-Valéry, 1971.

Brun, Auguste, Recherches historiques sur l’introduction du français dans les provinces du Midi de la France, Paris, Champion, 1923a.

Brun, Auguste, L’introduction du français en Béarn et en Roussillon, Paris, Champion, 1923b.

Chambon, Jean-Pierre, « Les emprunts du français moderne aux dialectes ou patois : une illusion d’optique en lexicologie française historique ? », LALIES. Actes des sessions de linguistique et de littérature 17, 1997, 33-53.

Chambon, Jean-Pierre, « Les centres directeurs du Midi dans la francisation de l’espace occitan et leurs zones d’influence : esquisse d’une synthèse cartographique », Revue de linguistique romane 68, 2004, 5-13.

Chambon, Jean-Pierre, « Prolégomènes à l’étude historique des emprunts de l’occitan au français », in André Thibault (éd.), Gallicismes et théorie de l’emprunt linguistique, Paris, L’Harmattan, 2009, 45-69.

Certeau, Michel de / Julia, Dominique / Revel, Jacques, 1975, Une politique de la langue. La Révolution française et les patois : L’enquête de Grégoire, Paris, Gallimard, 1975, 22002.

Couffignal, Gilles / Courouau, Jean-François, Le baroque occitan : une notion en question. Actes de la Journée d’étude du 2 octobre 2015, Université Toulouse-Jean Jaurès, Acta Fabula, 2016 [En ligne : http://www.fabula.org/colloques/sommaire3456.php].

Courouau, Jean-François, « L’introduction du français en domaine occitan (XVe-XVIIe siècles) : bilan provisoire et perspectives de recherches », Annales du Midi 121/267, 2009, 317-344.

Courouau, Jean-François, Et non autrement. Marginalisation et résistance des langues de France (XVIe-XVIIe siècle), Genève, Droz, 2012.

Courouau, Jean-François, « Introduction », in Jean-François Courouau (dir.), La langue partagée. Écrits et paroles d’oc. 1700-1789, Genève, Droz, 2015, 9-46.

Courouau, Jean-François, « Les chansons occitanes du manuscrit Deslauriers (XVIIe siècle) », Littératures classiques, 2025, à paraître 1. > COUROUAU, Jean-François, édition de Lou couroux deis Bugadieres, Centre de Musique Baroque de Versailles, 2024. En ligne : https://omeka.cmbv.fr/s/les-recueils-Tours-168-et-Deslauriers/item/24538.

Courouau, Jean-François, « Lou Novy para (1743) de Jean-Baptiste Coye : une pièce provençale ou une pièce française ? », Plumas, 2024, à paraître.

Fennis, Jan, La “Stolonomie” et son vocabulaire maritime marseillais. Édition critique d'un manuscrit du XVIe siècle et étude historique, philologique et étymologique des termes de marines levantins, Amsterdam, APA Holland University Press, 1978.

Gazier, Augustin, Lettres à Grégoire sur les patois de France. 1790-1794, Paris, Durand et Pedone-Lauriel, 1880.

Gleßgen, Martin-Dietrich, "Lo thesaur del Hospital de Sant Sperit". Edition eines Marseiller Urkundeninventars (1399-1511) mit sprachlichem und geschichtlichem Kommentar unter besonderer Berücksichtigung des Rechtswortschatzes, Tübingen, Niemeyer, 1989.

Goddard, Keith A., « Le bilinguisme et la diglossie : leur importance pour l’étude des mots d’emprunt dans les langues romanes », in Alberto Varvaro (éd.), Atti del XIV Congresso internazionale di Linguistica e Filologia romanza (Napoli, 1974), 1976-1981, II, 401-406.

Goddard, Keith A., « Quelques tendances et perspectives de l’étude des mots d’emprunt dans les langues romanes », in Marcel Boudreault / Frankwalt Möhren (éds), Actes du XIIIe Congrès international de linguistique et philologie romanes, tenu à l’université de Laval (Québec, Canda, 29 août – 5 septembre 1971), Québec, Presses de l’Université Laval, 1976, II, 425-431.

Lafont, Robert, « Les gallicismes de Cortète de Prades. Essai d’interprétation littéraire », Annales de l’Institut d’études occitanes, 1960, 75-81.

Lassaque, Aurélia, L’œuvre théâtrale de François de Cortète (1586-1667). Édition critique, thèse de l’Université Paul-Valéry (Montpellier III), 2012.

Lieutard, Hervé / Sauzet, Patrick, « D’une diglossie à l’autre : observations linguistiques et sociolinguistiques sur deux textes toulousains de 1555 : Las Ordenansas e costumas del libre blanc et Las nonparelhas receptas », in Jean-François Courouau / Philippe Gardy / Jelle Koopmans (éds), Autour des quenouilles. La parole des femmes (1450-1600), Turnhout, Brepols, 2010, 109-145.

Lüdi, Georges, « Mehrsprachige Rede in Freiburger Ratsmanualen des 15. Jahrhunderts », Vox Romanica 44, 1985, 163-188.

Morgan, Raleigh Jr., « Les emprunts français en occitan et la restructuration des aires lexicales », in Aina Moll (éd.), XVI. Congrés internacional de lingüística e filologia romàniques. Ciutat de Mallorca, 7-12 d’abril de 1980, Palma de Mallorca, Moll, 1985, II, 423-437.

Nauton, Pierre, Le patois de Saugues (Haute-Loire). Aperçu linguistique, terminologie rurale, littérature orale, Clermont-Ferrand, Faculté des Lettres, 1948.

Noulet, Jean-Baptiste, Essai sur l’histoire littéraire des patois du Midi de la France au XVIIIe siècle, Paris, Maisonneuve, 1877.

Pansier, Pierre, Le théâtre à Avignon au XVIIe siècle, Avignon, J. Roumanille, 1932.

Sauzet, Patric, « L’emplec dels pronoms subjèctes e la lenga d’Augièr Gailhard », Lengas revue de sociolinguistique 62, 2007, 77-114.

Sauzet, Patric, « Idiomacitat e diglossia », in Jean-François Courouau / François Pic / Claire Torreilles (éds), Amb un fil d’amistat. Mélanges offerts à Philippe Gardy, Toulouse, Section française de l’Association internationale d’études occitanes, 2014, 855-866.

Séguy, Jean, Le français parlé à Toulouse, Toulouse, Privat, 1978 [11950].

Trotter, David, « ‘Si le français n’y peut aller’ : Villers-Cotterêts and Mixed-Language Documents from the Pyrenees », in David Cowling (éd.), Conceptions of Europe in Renaissance France. Essays in Honour of Keith Cameron, Amsterdam, Rodopi, 2006a, 77-97.

Trotter, David, « Contacts linguistiques intraromans : roman et français / occitan », in Gerhard Ernst / Martin-Dietrich Glessgen / Christian Schmitt / Wolfgang Schweickard (éds), Romanische Sprachgeschichte. Histoire linguistique de la Romania, Berlin / New York, De Gruyter, 2006b, II, 1776-1785.

Haut de page

Notes

1 Cette contribution est issue d’une communication faite en février 2024 dans le cadre du séminaire du GEHLF à l’invitation de Gilles Siouffi (Sorbonne Université) que je remercie chaleureusement.

2 La question des emprunts du français à l’occitan a suscité beaucoup plus de travaux (cf. Chambon 1997, 34-36). Aux travaux de Chambon et Trotter sur les emprunts de l’occitan au français, à un niveau général, on peut ajouter Goddard 1976 et Goddard 1976-81, et plus spécifiquement Fennis 1978 et Morgan 1985. Les francismes de l’occitan sont relevés dans quelques travaux, comme l’inventaire-cartulaire de l’hôpital de Marseille (1399-1511) étudié par Gleßgen (1989, 298).

3 Robert Lafont est par ailleurs l’inventeur de la littérature “baroque” occitane (cf. Couffignal / Courouau 2016).

4 Ces cas de langue mêlée (Mischsprache) ne sont pas rares à l’époque en Europe. Cf. le cas des textes produits à Fribourg (Suisse) au XVe siècle associant français, francoprovençal, allemand et latin étudiés par Lüdi 1985.

5 Dans la Prumièro Floureto, 45 sur contre 7 sus.

6 Chez Godolin, par exemple (Prumièro Floureto) toutes les formes sus précèdent un mot commençant par une voyelle mais on trouve « Sur un papiè la bau pertraire » (éd. Noulet 1887, 56 ; éd. Gardy 1984, 48) et « Que sur uno beautat ta raro » (éd. Noulet 1887, 61, éd. Gardy 1984, 49). Dans les Ordenansas : « Assetiadas sur una Desca » (éd. Noulet 1878, 22, v. 102). Dans le Théâtre de Béziers, la forme sus est aussi présente devant consonne (n° de vers dans l’éd. Louvat 2019) : « sus lou fougairou » (Pepesuc, 240), « sus mon passage » (Pepesuc, 726), « sus ma paraulo » (Jugement, 863), « sus mourres » (Chambrières, 228), « sus l’amour » (Chambrières, 535), « sus de gabels » (Chambrières, 644), « sus l’aigo » (Chambrières, 1006), « sus lou cap » (Chambrières, 1010), « sus ma paillasso » (Guimbarde, 247), « sus tauliez » (Coridon, 654), « sus l’oulieu » (Guilhaumes 88), « sus mon cap » (Guilhaumes, 262).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Courouau, « Contact avec le français et registres de l'occitan moderne (XVIe-XVIIIe siècle) »Lengas [En ligne], 94 | 2023, mis en ligne le 20 décembre 2023, consulté le 15 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/lengas/7743 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lengas.7743

Haut de page

Auteur

Jean-François Courouau

Université Toulouse-Jean Jaurès, PLH-ELH

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search