Navigation – Plan du site

AccueilNuméros94VariaLéon Cordes écrivain et paysan. L...

Varia

Léon Cordes écrivain et paysan. L’expérience du Paysan du Midi (fin des années 1940 - début des années 1950) : un billet d’humeur en occitan dans la presse agricole en français1

Philippe Gardy

Résumés

Léon Cordes (1913-1987) fut à la fois vigneron dans le Minervois avant la guerre, puis après la Libération maraîcher-horticulteur à Lattes, près de Montpellier, écrivain d’expression occitane et défenseur de la langue qui était celle des siens. Chansonnier et homme de théâtre, y compris sur la scène, Cordes se voulait un éducateur populaire, cherchant avec passion à tisser des liens avec un public encore souvent occitanophone de naissance. Rien d’étonnant à ce qu’il se soit rapproché au début des années 1950 de la nouvelle publication professionnelle Le Paysan du Midi, fondée et dirigée par Philippe Lamour (1903-1992), le père, entre autres, de cette opération emblématique d’aménagement du territoire, la Compagnie du Bas-Rhône. Dans Le Paysan du Midi, en 1952, il proposa, sous pseudonyme, un billet d’humeur hebdomadaire en occitan, Sul pic de Miegjorn (Sur le coup de Midi), dans lequel il commentait l’actualité de la vigne, du vin et de bien d’autres choses sur un ton sérieux et cependant rempli d’une verve volontiers critique. Cordes cherchait et trouvait un ton dans une langue à la fois très enracinée et facile à comprendre, entre théâtre, intervention publique et complicité assumée avec son public de viticulteurs. Cette expérience d’« alphabétisation » dans une langue essentiellement orale ne dura pas, mais fut révélatrice des questions difficiles posées par une intervention en occitan dans un périodique en français de large diffusion.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sont repris ici les principaux éléments d’une intervention faite aux journées d’étude « Littérature (...)
  • 2 « Notre mère la terre/ tu es une putain ». Ce sont les deux premiers vers du poème intitulé « Sirve (...)

Nòstra maire la tèrra 
siás una puta cap e tot2

  • 3 Cet épisode douloureux a été raconté par Yan Lespoux (Yan Lespoux, « My beautiful laundrette : Léon (...)

1« Cordes est un paysan de Siran, dans le Minervois ». Ainsi commencent les paragraphes consacrés à Léon Cordes dans le second tome de la Nouvelle Histoire de la littérature occitane de Robert Lafont et Christian Anatole publié en 1971 aux Presses universitaires de France (p. 784). Cette phrase est aussitôt suivie d’une autre, dont on retiendra la première proposition : « La vie l’a arraché à sa terre pour l’amener à Montpellier ». Une affirmation qui mériterait d’être nuancée, d’ailleurs : à Montpellier, Léon Cordes n’a pas totalement abandonné son premier métier, déjà exercé comme propriétaire viticulteur dans le Minervois entre le début des années 1930 et 1952. Après une courte période pendant laquelle il exploita, non sans rencontrer beaucoup de difficultés, une laverie dans le centre de Montpellier3, il devint en effet maraîcher dans la proche banlieue de cette même ville, à Lattes, où il construisit une maison, baptisée l’Ortalana, et poursuivit son activité jusqu’en 1969. Il vendit alors son bien et s’installa à Montpellier jusqu’à sa disparition, en 1987.

  • 4 Jean-Marie Petit, Leon Còrdas/Léon Cordes. Notice biographique, bibliographie, iconographie, témoig (...)

2Paysan Léon Cordes le fut effectivement, de longues années durant, entre le village de Siran, où il était né en 1913, et le pays montpelliérain, quand il vécut à Lattes, puis à Montpellier proprement dit. Mais avant même de l’être effectivement, d’abord par tradition familiale, puis par son propre travail dans les vignes, il fut aussi, très tôt, écrivain et, par tradition familiale aussi, conteur et diseur, ou, pour le dire autrement : déjà homme de théâtre. Jean-Marie Petit, son indispensable bibliographe et l’éditeur de ses poésies en 1997, a exprimé tout cela en une phrase : « Cordes se souvient d’avoir commencé à écrire en occitan et en français à 15 ans à Limoux où il se distingue aussi dans les concours de diction4» (p. 4). À Limoux, où, précise Petit, Cordes avait été inscrit par sa mère à l’Institut agricole Saint-Joseph.

  • 5 Les textes que lui a consacrés Jean-Marie Petit, comme plusieurs articles de Marie-Jeanne Verny, on (...)

3Chez Cordes, ainsi, le travail de la terre et celui des mots, à l’écrit comme à l’oral, semblent bien avoir été étroitement liés, pour le meilleur, et aussi pour le pire, quand les caprices de la nature se sont acharnés contre lui (de longues années de sécheresse en Minervois, puis, à Lattes, plusieurs inondations venues dévaster les jardins de l’Ortalana). Ou quand il a pu, ou non, donner corps et couleurs aux multiples projets ou aventures, littéraires et surtout théâtrales (au sens le plus large) qui ont régulièrement rythmé son existence depuis les temps de sa jeunesse5.

  • 6 Le petit livre de Minerve / Lo pichòt libre de Menèrba, préface de René Nelli, illustrations de Jea (...)

4Sur la durée de toute une vie, c’est l’appartenance, première et confirmée au long des années, au monde paysan qui a modelé et nourri l’univers de l’écrivain et de l’homme de spectacle que Léon Cordes n’a jamais cessé d’être. Deux lieux incarnent cette appartenance : le terroir de Siran, où il fut vigneron, et la cité voisine de Minerve, dont sa famille était originaire. Minerve, connue comme « cité cathare », enracine ce monde paysan dans le temps long d’une histoire à la fois tragique et légendaire, celle de la croisade contre les Albigeois, au début du XIIIe siècle, et lui fournit un décor géographique grandiose que l’écrivain n’aura de cesse d’évoquer et d’approfondir. Son Petit livre de Minerve, préfacé par René Nelli, rassemble et met en ordre ce paysage du temps et du lieu uniques, dans les deux langues de Cordes et de sa lignée minervoise : le français et l’occitan6.

  • 7 Jean-Marie Petit, à la note 13 de sa biographie de Léon Cordes, annonçait la publication à venir d’ (...)
  • 8 Je me permets de renvoyer sur ce point (et plus largement à propos de la participation de Cordes à (...)
  • 9 Pour un long poème intitulé « La Ramada » (« L’Averse »), publié en version bilingue occitan-frança (...)

5Car au milieu de cette généalogie, il y a la langue qui s’y rattache et en constitue le sceau : l’occitan. Petit nous apprend, rappelons-le, que Cordes avait commencé d’écrire dans cette langue, comme en français, à l’âge de quinze ans, à Limoux. De ce bilinguisme assumé, il ne s’est jamais départi. Qu’il s’agisse de ses langues d’expression quotidienne, comme de ses langues de culture, Cordes les a continûment revendiquées l’une et l’autre. Il s’était procuré à dix-huit ans une anthologie des troubadours, mais il lisait aussi bien Verlaine que Musset, ou encore Lorca, dont il sut le moment venu faire son miel, en poésie comme au théâtre. Un bilinguisme que l’on qualifiera en cela de naturel, en précisant cependant qu’il s’est toujours agi pour lui d’un bilinguisme demandant sans relâche à être rééquilibré. Car Cordes a su également très tôt que les deux langues, sur plus d’un point, n’étaient pas à égalité. À une culture littéraire d’expression française, il ajouta une culture littéraire d’expression occitane, qui vint compléter sa connaissance de l’oralité d’oc dans laquelle il a pu baigner : il lisait les troubadours, mais aussi des publications rédigées en occitan (l’Almanach narbounés ou un périodique, la Cigalo narbouneso, qui donnent à lire la langue de son lieu d’origine). Il faisait aussi du théâtre en occitan « au village » dans la troupe très active des Cigalous narbouneses animée par Ernest Vieu, dont les représentations de pièces d’auteurs contemporains en occitan rencontrent alors un véritable succès en Languedoc7. À cette formation sur le terrain, Cordes joignit alors une forme d’éducation à l’écriture de l’occitan, écriture tout court, d’abord, un apprentissage nécessaire pour une langue essentiellement orale pour ses usagers; écriture littéraire aussi, et sans doute surtout. Pour ce faire, il s’inscrivit en 1929 aux cours par correspondance du Collège d’Occitanie, fondé en 1927 à Castelnaudary puis, quelques années plus tard (vers le milieu des années 1930), il prit part aux concours littéraires annuels patronnés par le Collège et l’Escòla occitana (groupement affilié au Félibrige) dans le même cadre que ceux de la vénérable Académie des Jeux floraux toulousaine8. Il concourut aussi à Agen (« Jasmin d’Argent »), où il obtint une médaille de bronze en 19369.

6Pendant cette période, Cordes écrivit aussi des chansons, mises en musique par Irénée Delmas et imprimées sur feuilles volantes, mais aussi des pièces de théâtre, dont certaines sont restées à l’état de manuscrits, tandis que d’autres ont connu l’impression; beaucoup ont été représentées alors par des troupes audoises réunies à son initiative. Parallèlement, il devint un défenseur reconnu et très actif de la langue et de la culture d’oc; il collabora en particulier régulièrement aux périodiques que le mouvement occitaniste créa et anima dans l’entre-deux-guerres et au lendemain de la Libération (la première puis la seconde mouture d’Occitania, Terra dOc, LAse negre…). Il devint proche des défenseurs de la langue d’oc et des écrivains qui se proclamaient modernes et voulaient donner une impulsion nouvelle à un mouvement qu’ils jugaient sclérosé et mal adapté aux exigences des « temps nouveaux », espérés ou déjà en cours de gestation : Max Rouquette, René Nelli, Charles Camproux et, parmi les plus jeunes, et plus jeunes que lui-même, Robert Lafont ou Hélène Cabanes (par la suite Hélène Gracia).

  • 10 Cordes en a imaginé d’autres auparavant, mais qui sont restés dans l’ombre. Petit parle, pour l’un (...)
  • 11 [déjà celle d’un maître, par la vigueur du style et la sûreté dans la construction des tableaux; un (...)

7Paysan de tradition et de culture, Cordes sait et ne manque jamais d’affirmer que la langue qu’il a choisi de défendre et d’illustrer est en grande partie celle que ses semblables utilisent encore quotidiennement à côté du français bien que certains d’entre eux aient déjà cessé de croire qu’elle ait un quelconque avenir imaginable ou souhaitable. Dès 1946, son premier recueil de poèmes publié10 a vu le jour dans la collection « Messatges » de la Société d’Études occitanes (SEO) : Aquarela. Ce bref recueil bilingue de 47 pages est, si l’on excepte quelques plaquettes (de courtes compositions théâtrales), la première véritable apparition publique de Cordes comme auteur (poète) en voie d’être reconnu. Son cadet d’une dizaine d’années, Robert Lafont, accueille aussitôt avec justesse et une ferveur non dissimulée ce bouquet de poèmes, sur lequel plane à certains moments l’ombre de Lorca, dans l’une des premières livraisons du mensuel LAse negre. Il voit dans la poésie de Cordes « ja la d’un mestre, bonadi la vigor de l’estil e lo segur de la construccion di tableus » et y discerne notamment « un temperament febros e voluptuos »11. En parallèle, après plusieurs essais au théâtre (un recueil de courtes pièces est imprimé en 1938 à Olonzac, en fait trois fantaisies radiophoniques adaptées pour les tréteaux), Cordes travaille à une grande pièce, La Font de Bonas Gràcias, terminée en 1944, mais qui ne connut l’impression que plus tard, en 1955, par l’imprimeur et éditeur avignonnais Aubanel. Le lieu de ce drame en trois actes est un mas languedocien. Et ce sont de la même façon les vignerons du Languedoc qui sont les héros collectifs du scénario pour le cinéma, La route des gueux, qu’il rédigea en 1936 avant d’en faire, en 1948, le sujet d’un grand roman historique, 1907, la route des gueux. Ce long récit, largement dialogué, n’a été publié qu’après la mort de son auteur, en 2016. Bien qu’écrit en français, il connut ainsi le même sort qu’une bonne partie de l’écrit littéraire en occitan au lendemain de la guerre : celui de dormir dans les tiroirs des auteurs et, au mieux, de n’être publié que beaucoup plus tard, ou de pas l’être. Ce fut le cas de l’une des ses œuvres en prose parmi les plus emblématiques, le roman d’esprit néo-réaliste Sèt pans, terminé dès 1949, mais imprimé seulement en… 1977. On ajoutera que Cordes, très préoccupé par l’avenir de l’occitan, a pu choisir de s’adresser prioritairement à un public encore occitanophone, celui du monde paysan, principalement par le biais du théâtre, qu’il pratiquait assidûment depuis déjà pas mal d’années. Mais pour s’adresser à ce public qu’on peut considérer comme naturel, il était aussi, et ne cessa jamais de l’être, en recherche d’autres moyens de communication, complémentaires, susceptibles, par exemple, d’éduquer les locuteurs de l’occitan dans leur langue quotidienne, de les alphabétiser d’abord; et, dans le même temps, de mettre en évidence les capacités de développer dans cette langue une argumentation qui fasse mouche et de faire naître des mondes imaginaires originaux.

  • 12 Un immense merci à Claire Torreilles, qui a photographié dans les meilleures conditions d’accueil a (...)

8Pourquoi le roman 1907, la route des gueux n’a-t-il pas été publié du vivant de son auteur ? Sur le moment, sans doute parce que Cordes n’a pas eu le temps ni l’énergie nécessaires pour parvenir à trouver une solution éditoriale viable pour un ouvrage de cette ampleur. Peut-être aussi parce qu’il aurait alors préféré se consacrer, comme écrivain, à la promotion de l’occitan proprement dit, et non en priorité à celle du français. Dans 1907, la route des gueux, l’occitan n’est certes pas absent, mais seulement en exergue de quelques chapitres, et, sous la forme de courtes citations, dans certains passages, des dialogues essentiellement (le texte en comporte beaucoup, ce qui donne à plus d’un chapitre un aspect assez théâtral). Dans cette période des lendemains de la guerre, outre la publication du recueil poétique Aquarela, puis de sa pièce La Font de Bonas Gràcias, plus de nombreuses contributions à des publications occitanistes, Cordes se consacra aussi à une tâche nouvelle pour lui : son nom apparaît, le 2 novembre 1950, dans une revue à caractère professionnel créée quelques années plus tôt à Montpellier, Le Paysan du Midi12.

Figure 1 : 31 janvier 1952. Une première page du Paysan du Midi. En bas: billet signé Pèire-Jèpa) à propos du recueil pédagogique De la langue au pays (Cliché Claire Torreilles)

Le Paysan du Midi

  • 13 À ma connaissance, Robert Lafont ne s’est jamais exprimé publiquement sur cet épisode dont il sembl (...)

9Mais le nom de Léon Cordes n’apparaît pas seul : il est précédé par celui de Robert Lafont13.

Figure 2 : 2 novembre 1950. Intervention de Robert Lafont sur l'occitan et sa graphie, suivie d’une prose signée Leon Cordas, La flor del rasim (Cliché Claire Torreilles)

10Ce dernier signe un texte, en français, intitulé « Pour prendre contact ». Dans cet avertissement au lecteur, Lafont souligne que la langue d’oc est la langue quotidienne de « l’homme de la terre », celle qui« exprime sa pensée au rythme du labeur quotidien ». Or cette langue est méprisée, et ceux qui la parlent ne savent pas l’écrire. Mais les écrivains occitans, de leur côté, également « fils de cette terre », par leur engagement, « font, plus que quiconque, participer le paysan à la vie de l’esprit ». En accueillant les écrivains d’oc dans ses colonnes, le Paysan du Midi effectue ainsi la jonction entre les uns et les autres : les écrivains y appportent aux paysans les moyens d’accéder pleinement à leur langue, en toute dignité. « Il ne faut d’ailleurs que cinq minutes d’attention pour lire notre langue d’Oc correctement écrite. C’est peu! » Suivent un certain nombre de conseils pratiques pour faciliter à chacun la lecture, conseils que résument deux phrases par lesquelles les lecteurs occitanophones devraient être totalement rassurés : « il s’agit pour vous de retrouver votre prononciation locale. Comment on prononce, c’est vous qui le savez ».

11Cette intervention de Lafont appelle au moins deux remarques. Elle signale, d’abord, un changement. La langue d’oc, en effet, n’était pas totalement absente du Paysan du Midi auparavant. On y trouvait déjà en 1949 et 1950 quelques (rares) textes en occitan, et c’est sans doute à eux que Lafont songeait quand il déclarait dans son avertissement aux lecteurs que l’on éviterait désormais « sottises ou vulgarités » et que l’on se garderait de toute espèce de « démagogie patoisante ». Ensuite, on notera que cette annonce ne fut suivie que de peu d’effets dans un premier temps. De la fin de 1950 à celle de 1951, l’occitan est très peu présent dans la revue, avec seulement quelques textes littéraires. Deux sont signés de Léon Cordes lui-même.

Figure 3 : 4 janvier 1951. Nouvelle signée Leon Cordas, L'ombra de la figuiera (Cliché Claire Torreilles)

  • 14 La graphie des textes en occitan cités dans cet article a été conservée. Seules ont été rectifiées (...)
  • 15 Ce récit a été repris en volume dans un recueil de »racontes e novèlas » de Coirdes, Los Macarèls, (...)
  • 16 Carles Marquier apparaît comme Charles Marquier dans le Fonds Lafont conservé au CIRDOC (Cote : LAF (...)

12À la suite de l’intervention de Lafont, sous la rubrique « Nostra lenga d’Oc14 », un récit bref, « La flor del rasim » [La fleur du raisin], récit tragique d’une caponada, un rituel des vendanges au cours duquel un vendangeur écrase une grappe de raisin (capon) sur le visage d’une fille. Puis, à la date du 4 janvier 1951, un autre récit tout aussi tragique sous la même rubrique, « L’ombra de la figuièra15 » [L’ombre du figuier]. Un vigneron, Jepet, après avoir longtemps hésité, finit par s’approcher de l’arbre auquel son père, Jepa, s’est pendu. Un troisième récit, publié le 16 novembre 1950, « La cauquilha brisada » [La coquille brisée] est signé Carles Marquier16. Il s’agit cette fois de sécheresse, comme celle que Léon Cordes et d’autres vignerons ont connue à cette époque. Une demoiselle du village entreprend d’aller arroser avec une coquille saint jacques, selon la tradition, une statue de la Vierge pour obtenir la pluie, mais la coquille lui échappe et se brise et c’est un violent orage qui se déclenche et entraîne la ruine de tout le pays. La demoiselle doit disparaître pour échapper à la réprobation des siens.

1952, Sul pic de Miegjorn

  • 17 Ce poème est intitulé « Saint-Alary-dis-Ouceloun. La vieiéto vouïé jamaï mouri » [Saint-Hilaire d’O (...)
  • 18 Je n’ai pas pu identifier la personne usant de ce pseudonyme.

13En 1951, hormis « L’ombra de la figuièra » dans les premiers jours de janvier, l’occitan disparaît du Paysan du Midi, si l’on considère comme une exception la publication, précédée d’une justification de la rédaction, le 21 juin 1951, d’un poème17 signé d’un pseudonyme (Lou Cevenonet), derrière lequel se dissimule un lecteur gardois du Paysan du Midi, Calixte-Laurent Broche, comme l’indique une note liminaire en français de la rédaction. Ce temps de latence ne fut interrompu qu’au début de l’année suivante, avec un changement assez radical de tactique. Le 3 janvier 1952 apparut en effet une chronique régulière en occitan, Sul pic de Miegjorn, [Sur le coup de Midi], signée Pèire-Jèpa [Pierre-Joseph]. Le dessin stylisé d’un soleil dans son plein, faisant face à un cadran solaire, redouble ce titre. Il s’agit en fait d’un billet d’humeur, comme il en existe dans la presse, quotidienne ou non et, en l’espèce, dans… Le Paysan du Midi, mais en français. Celui-ci est signé Soc18, et s’intitule, logiquement, Mon sillon. L’illustre le dessin d’une charrue creusant son sillon.

Figure 4 : 22 mai 1952. Billet de Pèire-Jèpa faisant écho à son collègue billettiste en français Soc et s’en prenant aux proclamations d'Antoine Pinay (Cliché Claire Torreilles)

  • 19 22 mai 1952. [Mon coillègue « Soc », dans son dernier sillon, nous en a raconté une de belle,. Une (...)

14Cordes, d’ailleurs n’ignore pas l’existence de ce frère jumeau, qu’il lui arrive de mentionner : « Mon collèga ‟Soc”, dins son darrier ‟Sillon”, nos n’a contat una de polida. De fòrt polida19! »

15Le billet en occitan de Cordes, dans les premiers mois, est publié avec une réelle régularité, quatre fois par mois en moyenne. Jusqu’au mois de mai compris, cette périodicité est respectée, mais avec l’approche de l’été elle l’est de moins en moins : deux billets en juin, un seul en juillet et en août, deux en septembre. Au total vingt-trois textes publiés. Puis tout s’arrête. On reviendra sur cet arrêt apparemment sans reprise ultérieure, par Cordes ou par quelqu’un d’autre. Et l’on se penchera d’abord sur le ton et le contenu de ces « sautes d’humeur » qu’il faut livrer à date fixe. En occitan bien sûr.

16Pour Cordes, ce n’était pas un exercice totalement nouveau. Homme de théâtre, acteur, directeur de troupe et dramaturge ayant été à bonne école, il avait élaboré un langage à la fois direct et efficace en direction d’un public capable de comprendre aisément l’occitan; et, de ce public, il pouvait prévoir les attentes et les réactions. Mais il lui fallait cette fois passer par l’écrit, pour un public largement analphabète dans sa propre langue.

Quels sujets aborder ?

17Le ton est donc celui de l’adresse à autrui, proche de l’oral scénarisé, entre éloquence simple et familiarité, autour d’une notion qui vaut aussi bien pour l’usage de la langue d’oc que pour une conception humaniste de la société dont Cordes se fait volontiers le héraut : la dignité de l’individu, et d’abord du vigneron « de base », interlocuteur privilégié dont il est naturellement un des représentants, face aux difficultés de l’existence et aux injustices de la société. Dignité sociale, mais aussi dignité culturelle (et par conséquence linguistique), la seconde apparaissant comme le miroir de la première. Cordes, sans relâche, s’efforce de tisser un lien entre ces deux dignités, sans doute parce qu’il sait dans son for intérieur qu’un tel lien, évident pour lui, ne l’est pas nécessairement pour celles et surtout ceux qui, espère-t-il, vont le lire.

  • 20 Il s’agit d’un « numéro extraordinaire », pour les années 1946, 1947 et 1948, de la revue (« revist (...)
  • 21 Il s’agit de la pièce LXXX (« Una ciutatz fo, no sai cals ») dans l’édition souvent citée en référe (...)
  • 22 [qui apportent quelque chose de positif au peuple d’Oc. Au peuple dans sa totalité],
  • 23 Pierre Lagarde et Andrée Paule Lafont, De la langue au pays, Toulouse, Privat, 1951; Per jòia recom (...)

Pour ce faire, Cordes semble avoir cherché, dans un premier temps, à affirmer par l’exemple la dignité de la langue d’oc en faisant référence à son histoire et à sa littérature. Son premier billet, daté du 2 janvier 1952, porte sur un sujet d’actualité (l’augmentation des crédits militaires réclamée par un « Comité des Sages »), mais, pour appuyer son dire, Cordes se référait à la publication en tête d’un récent numéro de la revue OC20 d’un poème satirique (une fable) du troubadour Peire Cardenal (1180-1278), dans lequel ce dernier, « il y a sept ou huit cents ans », évoquait la pluie qui avait rendu fous tous les habitants d’une ville, à l’exception d’un seul, qui dormait alors chez lui et que ses concitoyens avaient aussitôt tabassé en le traitant à son tour de fou21. L’apologue est transparent : ne soyez pas fous comme ces prétendus « Sages », bien sûr, et c’est en occitan, votre langue, que le troubadour Cardenal a proclamé jadis cette vérité toujours actuelle. Le billet du 31 janvier 1952 revient à la charge. Cordes y signale et commente la parution de deux ouvrages pédagogiques « que pòrtan quicòm de positiu al pòble d’Oc. Al pòble tot22 » : De la Langue au Pays et Per jòia recomençar23.

  • 24 [pour l’histoire officielle le grand mouvement du Midi est resté du seul domaine de la petite histo (...)
  • 25 Au début des années 1950, Cordes, à côté de chroniques théâtrales, tient aussi dans la presse en oc (...)

18Mais cette veine n’est pas davantage exploitée au cours de l’année 1952. Cordes, très vite, abandonne, à de rares exceptions près, toute volonté de convertir ses lecteurs à la défense de l’occitan pour coller au terrain qui est principalement le sien : la défense, en occitan, des vignerons qui, comme lui, souffrent dans l’exercice de leur métier; la défense de leur produit, le vin, dont on sait qu’elle constitue depuis la révolte de 1907 l’un des soucis majeurs des divers acteurs de la filière viticole languedocienne. Il salue donc, les 17 et 24 avril 1952, la disparition, dans son village d’Argeliers, de l’une des figures essentielles de ce grand mouvement de contestation, Marius Cathala. Et c’est l’occasion de souligner combien « per l’istòria oficiala lo grand movement del Miègjorn demòra de pichòta istòria, un incident ‟de province” en fòra de la rega de la linha, coma se ditz uèl – traçada al reglet per la centralizacion24 ». Tout en n’omettant jamais de rappeler l’importance toujours actuelle de ce qui s’est dit, fait et souhaité pendant cette révolte, Cordes s’intéresse aussi bien à la mise à disposition du vin dans les lieux fréquentés par les étudiants montpelliérains (6 mars 1952) qu’à la diffusion de films sur la viticulture et la promotion du vin. Ce dernier sujet semble lui paraître particulièrement d’actualité : le cinéma25 est un moyen puissant, au carrefour de l’art et de l’information, d’accorder toute sa place, en direction d’un public de plus en plus large, à l’activité des vignerons, en Languedoc comme ailleurs dans l’espace français (Ils sont dans les vignes, 7 et 14 février 1952, film menacé de censure ; De vignes en vin, 8 mai 1952 ; Le greffage de la vigne à œil dormant, 15 mai 1952).

  • 26 [machines à pression qui produisent par elles-mêmes une brume de sultafe]
  • 27 [ce truand de la viticulture ] Il s’agit de Jean Durand, sénateur de la Gironde et président du Gro (...)
  • 28 [la liberté de vendre ses tisanes, dussent en crever les vrais travailleurs de la vigne, qui eux fo (...)

19Cordes s’intéresse aussi à la modernisation de l’agriculture ; cela l’entraîne parfois sur une pente qui est « naturellement » la sienne, celle, par exemple, de l’apologue, quand il évoque son collègue Berlenga, qui s’est pourvu de « maquinas a pression que fan totas solas sa bruma de sulfata26 » alors que lui même, machinalement, si l’on peut dire, continue à pomper comme il le faisait avant cet achat. Un apologue que développe aussitôt après celui du mulet devenu trop vieux pour monter l’eau : remplacé par un moteur, rapidement, il s’est remis tout aussi machinalement à tenter de faire tourner la noria comme auparavant (1er mai 1952). À d’autres occasions, ce sont des personnages plus importants, localement ou nationalement, que Cordes prend à témoin pour exprimer ses propres préoccupations. On rencontre par exemple Antoine Pinay, personnage important de la IVe République, président du conseil et simultanément ministre des finances en 1952, dont il raille les attaques seulement verbales contre les spéculateurs : les viticulteurs n’auront qu’à s’en prendre en paroles au mildiou et autres maladies de la vigne, et tout péril sera ainsi écarté! Ou encore ce sénateur Durand, « aquel patarrin de la viticultura »27, qui fut bien mal reçu à Béziers, lui qui demandait « la libertat de vendre sas tisanas emai deguèsson ne crevar los trabalhaires vertadièrs de la vinha que fan de bon vin28 » (26 juin 1952).

Comment s’adresser aux lecteurs ?

20En proposant une liste certes incomplète mais représentative des sujets abordés, on peut déjà appréhender certains aspects caractéristiques du profil de Léon Cordes billettiste. Le choix des sujets est dicté par l’actualité et pour l’essentiel celle du monde des viticulteurs languedociens. Cette accroche, en outre, la plupart du temps, est volontiers polémique. Cordes croise le fer avec l’actualité, ses thèmes et plus encore ceux qui les portent. Habitué, on l’a vu, de la scène et plus particulièrement de la scène villageoise, son public est le plus souvent devant lui, il imagine ses réactions aux thèmes qu’il traite et les développe en le gratifiant de répliques bien senties et en lui proposant de courtes séquences vives et enlevées, comme au théâtre.

21Un bon exemple, parmi beaucoup d’autres, est fourni par le billet consacré au sénateur Durand, quand Cordes fait allusion à la façon dont il a été accueilli à Béziers par les vignerons languedociens réunis :

  • 29 [il a choisi la saison où l’on fait courir les taureaux pour venir à Béziers recevoir l’estocade. I (...)

 … a causit la sason ont se fa corre los taures per venir a Besièrs se far donar ‟l’estocada”. Pareis que s’i faguèt una bèla corrida. Monsur Durand foguèt pas brave”, fugiguèt las banas cap a tèrra e la coga entre las cambasUna polida recepcion29

22Le billetiste fait feu de tout bois, et use en particulier de ce qui peut faire référence à la vie quotidienne de ses interlocuteurs-lecteurs et à leur culture. Car Cordes, de façon explicite ou seulement implicite, en revient toujours à ce qui demeure pour lui la question de la langue. Sa chronique est la seule, dans le Paysan du Midi, écrite dans une autre langue que le français, et elle n’y occupe qu’une très faible place. Ce déséquilibre très inégal ne peut pas être vraiment compensé, quoi qu’il dise ou fasse. Il lui faut donc, à l’intérieur même de son billet, créer une sorte de territoire spécifique, qui renverse cet ordre des choses sans pour autant le couper aussi bien de la publication dans laquelle il écrit que de ses lecteurs. Des lecteurs dont apparemment il ne sait pas grande chose au départ, sinon qu’il les imagine comme certains des vignerons qu’il peut connaître, ou encore ceux qui assistaient aux représentations théâtrales dont il avait été l’un des acteurs dans les villages de l’Aude ou de l’Hérault. N’est-ce pas la question qu’il soulevait dans le billet consacré au sénateur Durand quand il écrivait, sous forme de diversion, en guise de conclusion :

  • 30 [Cela me fait penser à Monsieur l’Académicien Duhamel, qui a hurlé comme un un putois quand a été v (...)

Aquò me fa pensar a Monsur l’Academician Duhamèl que bramèt coma un asclaire quand foguèt votada la lei per l’ensenhament de las lengas regionalas e, mai que mai, la lenga d’oc. Voliá ben aquel ensenhament pasmens, Monsur l’Academician, mas res que dins lo Superior”… Per que los païsans an pas la cervèla pro desvelopada per comprene, disiá30 

  • 31 Sur cette loi très restrictive à plus d’un titre, voir par exemple le chapitre 7 de l’ouvrage de Ph (...)

23Cordes fait ici allusion au vote difficilement obtenu au Parlement de la Loi Deixonne, du 11 janvier 195131, « relative à l'enseignement des langues et dialectes locaux », et aux objections opposées à cette loi par l’écrivain et académicien français Georges Duhamel. En mentionnant cela alors même que son sujet principal est le comportement d’un élu à l’égard des vignerons du Languedoc, Cordes rappelle l’existence de ce lien qui lui semble essentiel entre les paysans, leur culture et leur capacité d’expression, y compris, et d’abord, dans leur propre langue.

Essai de bilan

  • 32 Jean-Robert Pitte, Philippe Lamour (1903-1992), père de laménagement du territoire en France, Pari (...)

24Écrivain et par-dessus tout homme de théâtre de langue occitane depuis ses jeunes années, vigneron dans l’Aude puis, au début des années 1950, maraîcher à Lattes dans les faubourgs de Montpellier, Cordes était sans relâche à la recherche d’un équilibre entre son appartenance à la culture paysanne des siens, son attachement à la langue d’oc, une culture littéraire française et hispanique acquise dans sa jeunesse et sa volonté de défendre une « civilisation de la vigne » régulièrement menacée. Mais cet équilibre, malgré une obstination sans faille, semble n’avoir jamais été véritablement atteint et donc encore moins maintenu. L’expérience du Paysan du Midi, à cet égard, est significative et marque une étape dans l’itinéraire de Cordes. Elle a été mise en place à un moment relativement favorable : au lendemain de la guerre, dans une nouvelle publication dont le fondateur et directeur était Philippe Lamour (1903-1992), personnage atypique et d’une extrême activité32.

Figure 5 : 10 janvier 1952. Billet de Pèire-Jèpa, saluant dans son billet les initiatives de la Compagnie du Bas-Rhône et de Philippe Lamour, fondateur du journal, pour irriguer le Languedoc (Cliché Claire Torreilles)

25Établi comme vigneron entre Languedoc et Provence à Bellegarde (Gard), il entreprenait alors de développer un vaste système d’irrigation qui, partant de la vallée du Rhône, était destiné à changer en profondeur le devenir de l’agriculture bas-languedocienne : la Compagnie du Bas-Rhône. Cordes, sans le nommer, n’a d’ailleurs pas manqué de saluer avec enthousiasme cette entreprise dans l’un de ses premiers billets, du 10 janvier 1952 :

  • 33 [Un grand bravo! pour ceux qui ont eu l’idée – et se sont donnés les moyens de la réaliser – de ren (...)

Osca al bròc ! per aquelis qu’an agut aquela idèa – e qu’an pres los mejans de la realizar – de rendra utila l’aiga que, del grand Rose a Aude en passant per la que davala de las Cevènas, se perdiá dins la mar33 

  • 34 Pitte, op. cit., p. 66.

26Jean-Robert Pitte note que Philippe Lamour, quand il animait la revue Plans, dans l’entre-deux-guerres, soulignait déjà que « les régions se définissent aussi par les mœurs, la langue, ‟la volonté et la conscience commune surtout”, c’est-à-dire le sentiment d’appartenance34 ». Ce qui le conduisait par exemple, poursuit Pitte, à publier dans le numéro 3 de « cette revue moderniste et révolutionnaire (en provençal) la mort de Mireille par Mistral ». Dans son livre de souvenirs Le Cadran solaire, Lamour, à plusieurs reprises, rapporte d’ailleurs des phrases prononcées devant lui en provençal, dont il donne la traduction française en note.

  • 35 On notera que Lafont, au même moment, semble avoir proposé des chroniques en occitan à d’autres pub (...)

27On comprend que Cordes et Robert Lafont35 n’aient pas hésité à saisir une telle occasion: le Paysan du Midi représentait pour eux l’un de ces lieux stratégiques qu’il était bon d’investir, fût-ce modestement, en y faisant de la langue d’oc une sorte de ciment capable de réunir sous sa bannière tous ceux qui cherchaient à donner un élan nouveau à une région en quête d’avenir. Mais ce ne fut là qu’un feu de paille : au bout d’une année, l’expérience prit fin. Le dernier billet publié date du 18 septembre 1952. Ironie du sort, il est consacré aux vendanges. Le ton en est à la fois joyeux et amer :

  • 36 [Aujourd’hui comme auparavant journalistes, écrivains, poètes, louent les pampres pleins de vigueur (...)

i coma abans, jornalistas, escrivans, poètas, lausan la rama viva de Setembre e son pòble cantarèl. Literators que, nonanta nòu còps sus cent, coneisson pas la frescor dels matins, la calorassa dels miègjorns, las macaduras dels brasses carrejant lo pes e dels rens clinats a longor de jornada sus la soca tòrta… Literators que, tornats a Paris, cridaran coma d’asclaires amb los autris contra lo vinhairon quand vòl vendre son vin resulta de tant de pena36 !… 

  • 37 24 septembre 1953. [Le Bon Dieu est un râleur!]. Reboussié est aussi un terme de français régional. (...)

28Cette fin de partie, au bout de 23 interventions, coïncide peu ou prou avec le moment où Léon Cordes, après avoir vendu ses vignes de Siran, a tenté l’aventure que lui proposait, à Montpellier, l’Institut d’Études occitanes : tenir une laverie dans le centre de la ville dont une partie des bénéfices permettrait de financer la jeune association. Mais ce projet mit du temps à se réaliser, et ne tint pas ses promesses. Dans l’intervalle, Cordes a d’ailleurs déjà songé à s’établir à Lattes comme maraîcher. Cette période difficile, après d’autres, l’a probablement poussé à différer ou à abandonner la rédaction de son billet dans le Paysan du Midi, alors même que celui de son collègue Soc a continué de paraître régulièrement les mois suivants. Ce dernier, d’ailleurs, à l’occasion, n’hésitait pas à insérer quelques mots d’occitan dans son texte : « Sous le hangar, François, le chef de colle, assis sur une comporte renversée, dit en me voyant : ‟Lou Boun Dioù ès un reboussié37!” » Mais l’esprit et la lettre des billets de Pèire-Jèpa n’y sont pas présents, il s’en faut de beaucoup.

  • 38 Ce qu’en dit au fil d’une revue de presse Félix Castan dans la revue OC (« Los periodics », avril 1 (...)
  • 39 Il le restera jusqu’en 1969, avant de s’établir à Montpellier après s’être séparé de l’Ortolana.
  • 40 Je n’ai eu connaissance qu’après la rédaction de ce texte du bel article de Rémy Pech «  Une vie av (...)

29Quoi qu’il en ait été, on constate que la disparition du billet en occitan dans le Paysan du Midi n’a pas été commentée dans la publication (ni dans la presse en occitan d’ailleurs), et que personne n’a pris la suite de Cordes. Comment les billets d’humeur de Cordes furent-ils reçus ? Nous n’en savons rien38. Mais Cordes, devenu maraîcher aux portes de Montpellier39, n’abandonna ni l’écriture, ni le théâtre ni, plus largement, le spectacle en occitan et l’éducation populaire. Méconnue, l’expérience journalistique du Paysan du Midi, malgré sa relative brièveté, ne manque pas rétrospectivement d’intérêt. Dans l’itinéraire de Léon Cordes, on peut estimer qu’elle a constitué un moment fort : celui de l’entrée d’une écriture occitane volontariste dans un monde, celui de la presse, professionnelle, en français qui valait promesse un temps crue possible d’une reconnaissance alliant une langue revendiquée et un combat pour un métier marqué par les crises qui ne cessaient pas de le traverser depuis le début du XXe siècle. Cordes, plus tard, mena des batailles assez similaires, au théâtre par exemple, en quête d’une autre sorte de professionnalisme, qui finit par se dérober à son tour. Au-delà, cette tentative s’inscrivait aussi dans une lignée toujours active aujourd’hui : celle qui, d’une presse en occitan, forcément très minoritaire, vers une presse en français accordant une place à l’occitan, contribuerait à un changement de statut, social et imaginaire, de cette langue. Sul pic de Miegjorn s’est essayé l’espace d’une année à l’invention d’une telle transformation, au carrefour de la lutte des vignerons et de la promotion de leur langue40.

Haut de page

Notes

1 Sont repris ici les principaux éléments d’une intervention faite aux journées d’étude « Littérature paysanne » qui se sont tenues à Carcassonne dans les locaux de l’ethnopôle GARAE (Maison des Mémoires) les 17 et 18 octobre 2023. Je remercie les organisateurs, Sylvie Sagnes et Jean-François Courouau, d’avoir permis la publication de ce texte.

2 « Notre mère la terre/ tu es une putain ». Ce sont les deux premiers vers du poème intitulé « Sirventés » qui clôt le deuxième recueil publié de Léon Cordes, Branca tòrta, Toulouse, Institut d’Études occitanes, coll. « Messatges », n° 34, 1964, p. 40-45. Ce poème est dédié à Charles Pierre Bru (1913-1998), philosophe, peintre et plasticien, par aillleurs penseur de l’occitanisme (dans l’acception la plus haute du mot). Il n’est pas indifférent que le premier des billets de Cordes évoqués ici soit placé sous le signe d’un autre sirventés, du troubadour Peire Cardenal. Une œuvre de Bru se trouve à l’entrée des locaux du GARAE carcassonnais, autre signe non dépourvu de sens.

3 Cet épisode douloureux a été raconté par Yan Lespoux (Yan Lespoux, « My beautiful laundrette : Léon Cordes et le projet de laverie automatique de l’IEO (1951-1953) », Revue des langues romanes, Tome CXX N°2 | 2016, p. 403-412 ; Yan Lespoux, « My beautiful laundrette : Léon Cordes et le projet de laverie automatique de l’IEO (1951-1953) », Revue des langues romanes [En ligne], Tome CXX N°2 | 2016, mis en ligne le 01 février 2018, consulté le 16 septembre 2023. URL : http://journals.openedition.org/rlr/411 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rlr.411)

4 Jean-Marie Petit, Leon Còrdas/Léon Cordes. Notice biographique, bibliographie, iconographie, témoignages, critiques, études, textes rassemblés par Jean-Marie Petit, Béziers, CIDO, Clapiers, Association Occitania, 1985 ; Léon Cordes, Òbra poetica, traduction française en regard, préface de Jean-Marie Petit, s.l., Centre international de documentation occitane, 1997 ; rééd., [Puylaurens], IEO edicions (« Classic occitans », n° 4), 2020. Un complément précieux à plus d’un titre : Jean-Marie Petit, « ‟Quand coneiràs que la paraula te convenLes premiers chemins de Léon Cordes », in Philippe Gardy et Marie-Jeanne Verny (coord.), Max Rouquette et le renouveau de la poésie occitane, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2010, p. 184-188.

5 Les textes que lui a consacrés Jean-Marie Petit, comme plusieurs articles de Marie-Jeanne Verny, ont dressé la liste et largement commenté la diversité et la ténacité de ces projets, réalisés ou non.

6 Le petit livre de Minerve / Lo pichòt libre de Menèrba, préface de René Nelli, illustrations de Jean-Luc Séverac, Lodève, Imprimerie des Beaux-Arts, 1974. « Pour lui, écrit notamment Nelli à propos de Cordes, la langue d’oc est inséparable du climat de sensibilité populaire où elle plonge ses racines : les mots s’y ouvrent toujours sur un horizon de pensée collective et traditionnelle » (p. 7).

7 Jean-Marie Petit, à la note 13 de sa biographie de Léon Cordes, annonçait la publication à venir d’un ouvrage Le théâtre dOc en Languedoc de 1928 à 1940. La compagnie narbonnaise dE. Vieu. Cet ouvrage n’a hélas jamais vu le jour à ma connaissance. Petit, neveu d’Ernest Vieu, était sans aucun doute la personne la plus qualifiée pour faire le récit de cette aventure théâtrale hors du commun. Sur Cordes dramaturge : Joan-Claudi Forêt, « Leon Còrdas, òme de teatre », Revue des langues romanes, tome CXX, n°2, 2016, p. 339-352. Online URL: http://journals.openedition.org/rlr/407

8 Je me permets de renvoyer sur ce point (et plus largement à propos de la participation de Cordes à des revues littéraires occitanes à ce moment-là) à mon article consacré aux « premiers essais poétiques » de Léon Cordes dans le dossier de la Revue des langues romanes déjà évoqué ici (https://doi.org/10.4000/rlr.404)..

9 Pour un long poème intitulé « La Ramada » (« L’Averse »), publié en version bilingue occitan-français dans le recueil des pièces primées cette année-là au concours littéraire agenais (p. 78-85). Je remercie François Pic de m’avoir communiqué cette référence qui m’avait alors échappé.

10 Cordes en a imaginé d’autres auparavant, mais qui sont restés dans l’ombre. Petit parle, pour l’un d’entre eux, au ton satirique, de circulation « sous le manteau ».

11 [déjà celle d’un maître, par la vigueur du style et la sûreté dans la construction des tableaux; un tempérament enfiévré et voluptueux] (Lafont, 1946) La graphie du texte en occitan de Lafont a été conservée.

12 Un immense merci à Claire Torreilles, qui a photographié dans les meilleures conditions d’accueil au mas de Saporta (Lattes), siège actuel du Paysan du Midi, les chroniques occitanes publiées dans la revue et en a assuré la transcription. Je remercie aussi Pierre-Joan Bernard, qui auparavant était allé regarder à mon intentionla collection de cette publication, malheureusement très incomplète, conservée aux Archives de l’Hérault, et avait pu photographier les collaborations en occitan publiées dans le Paysan du Midi avant l’apparition du billet de Léon Cordes, signé du pseudonyme de Pèire-Jèpa.

13 À ma connaissance, Robert Lafont ne s’est jamais exprimé publiquement sur cet épisode dont il semble avoir été un acteur aux côtés de Léon Cordes.

14 La graphie des textes en occitan cités dans cet article a été conservée. Seules ont été rectifiées les erreurs manifestes commises dans une revue qui n’avait pas l’habitude de publier de l’occitan, qui plus est dans une graphie dont les imprimeurs n’avaient pas une connaissance suffisante.

15 Ce récit a été repris en volume dans un recueil de »racontes e novèlas » de Coirdes, Los Macarèls, Toulouse, Institut d’Études occitanes (coll. « A Tots », n° 11), 1974, p. 47-52. Ce recueil, comme celui qui suivit, Los Macarèls. II La Beguda de Joannes (Toulouse, Institut d’Études occitanes, coll. « A Tots », n° 74, 1982), comporte de nombreux passages autobiographiques dans lesquels Cordes évoque aussi bien ses origines familiales que de nombreux épisodes de son existence entre vie paysanne, littérature et revendication occitane. On doit à Claire Torreilles un riche portrait nuancé de Cordes « romancier témoin » : Claire Torreilles, « Leon Còrdas, « romancièr testimòni » », Revue des langues romanes, Tome CXX N°2 | 2016, p. 353-378; [En ligne]: http://journals.openedition.org/rlr/409 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rlr.409

16 Carles Marquier apparaît comme Charles Marquier dans le Fonds Lafont conservé au CIRDOC (Cote : LAF.O/153; Date : 1949-1952; 4 pièces. Soit quatre lettres de Charles Marquier adressées à Robert Lafont). Dans ces courriers, Marquier, qui demeure à Pouzols-Minervois, se présente comme un paysan et se recommande à plusieurs reprises de Léon Cordes. On trouve un poème signé de Marquier dans la revue OC, n° 188, avril 1953, p. 22, « Vespre » [Soir]. Un Charles Marquier est né à Pouzols en 1918 et décédé à Montpellier en 198, il s’agit sans doute du même.

17 Ce poème est intitulé « Saint-Alary-dis-Ouceloun. La vieiéto vouïé jamaï mouri » [Saint-Hilaire d’Ozilhan. La petite vieille ne voulait jamais mourir]. Son auteur, « petit propriétaire-exploitant », avait publié quelques années auparavant une Petite monographie sur Saint-Hilaire-dOzilhan, Avignon, Imprimerie Rullière Frères, 1948.

18 Je n’ai pas pu identifier la personne usant de ce pseudonyme.

19 22 mai 1952. [Mon coillègue « Soc », dans son dernier sillon, nous en a raconté une de belle,. Une bien belle!] Le texte occitan de ce passage a subi plusieurs déformations, qui ont été corrigées dans la citation.

20 Il s’agit d’un « numéro extraordinaire », pour les années 1946, 1947 et 1948, de la revue (« revista de la pensada occitana »), paru en mai 1948 (il y a donc déjà un certain temps). Ce numéro anormalement épais (pas loin de 200 p.) marquait un certain retour à la normalité après les années de guerre. Cordes en profite pour donner au bas de son billet l’adresse de la revue.

21 Il s’agit de la pièce LXXX (« Una ciutatz fo, no sai cals ») dans l’édition souvent citée en référence de René Lavaud (Toulouse, Privat, 1957) des poésies de Cardenal. On pourra la lire en occitan et en français dans l’anthologie du poète du Puy-en-Velay composée par Yves Leclair, Dans la Nef des Fous, chansons et sirventès de Peire Cardenal, Gardonne, Fédérop, 2020, p. 226-237.

22 [qui apportent quelque chose de positif au peuple d’Oc. Au peuple dans sa totalité],

23 Pierre Lagarde et Andrée Paule Lafont, De la langue au pays, Toulouse, Privat, 1951; Per jòia recomençar. Pour joie recommencer, édition languedocienne, Toulouse, Privat (Collection pédagogique de l’Institut d’études occitanes), 1951. Sur ces deux ouvrages, Torreilles, Claire (2022). « L’oeuvre occitane d’Andrée-Paule Lafont. », Voix plurielles,n° 19(2), p. 111–130,. https://doi.org/10.26522/vp.v19i2.4107; Marie-Jeanne Verny, «La littérature occitane dans les manuels scolaires », Lengas [En linha], n° 83, 2018, https://doi.org/10.4000/lengas.1416

24 [pour l’histoire officielle le grand mouvement du Midi est resté du seul domaine de la petite histoire, un incident « provincial » loin du sillon – de la « ligne », comme on dit aujourd’hui – tracé au réglet par la centralisation]

25 Au début des années 1950, Cordes, à côté de chroniques théâtrales, tient aussi dans la presse en occitan une rubrique « Cinéma », dans laquelle il insiste sur l’importance de ce septième art aussi bien pour la culture et la langue d’oc que pour le monde de la vigne.

26 [machines à pression qui produisent par elles-mêmes une brume de sultafe]

27 [ce truand de la viticulture ] Il s’agit de Jean Durand, sénateur de la Gironde et président du Groupement de défense des vins de grande consommation. Voir Le Monde du 12 août 1952, « Les vignerons de Béziers réclament larrêt des plantations de vignes » : « La première assemblée, organisée à Béziers par le groupement, avait provoqué une assez vive réaction de l'assistance, et le sénateur Jean Durand avait eu quelque difficulté à se faire entendre ».

28 [la liberté de vendre ses tisanes, dussent en crever les vrais travailleurs de la vigne, qui eux font du bon vin]

29 [il a choisi la saison où l’on fait courir les taureaux pour venir à Béziers recevoir l’estocade. Il paraît que ce fut une belle corrida. Monsieur Durand ne fut pas « brave », il prit la fuite les cornes tournées vers la terre et la queue entre les jambes… Une belle réception!] « Brave » est ici un terme du vocabulaire tauromachique, et sert à désigner un animal qui ne refuse pas le combat,

30 [Cela me fait penser à Monsieur l’Académicien Duhamel, qui a hurlé comme un un putois quand a été votée la loi en faveur de l’enseignement des langues régionales et, surtout, de la langue d’oc. Monsieur l’Académicien voulait bien de cet enseignement, mais uniquement dans le supérieur… Car les paysans, disait-il, n’ont pas le cerveau suffisamment développé pour comprendre »]

31 Sur cette loi très restrictive à plus d’un titre, voir par exemple le chapitre 7 de l’ouvrage de Philippe Martel, L’école française et loccitan : Le sourd et le bègue [en ligne]. Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2007. En ligne : <http://books.openedition.org/pulm/441>

32 Jean-Robert Pitte, Philippe Lamour (1903-1992), père de laménagement du territoire en France, Paris, Fayard, 2002; Philippe Lamour, Le Cadran solaire, Paris, Robert Laffont, 1980; Montpellier, Les Presses du Languedoc, 1991. Dans sa biographie (p. 286), Pitte évoque, à travers le témoignage de Gilbert Sénès (1915-1996), longtemps maire de Gignac et député de l’Hérault, mais aussi rédacteur du Paysan du Midi, le rôle éminent joué alors par Lamour (https://maitron.fr/spip.php?article174641, notice SÉNÈS Gilbert, Antoine, André par Gilles Morin, version mise en ligne le 20 juillet 2015, dernière modification le 6 juin 2017).

33 [Un grand bravo! pour ceux qui ont eu l’idée – et se sont donnés les moyens de la réaliser – de rendre utile l’eau qui, depuis le grand Rhône jusqu’à l’Aude en passant par celle qui descend des Cévennes, se perdait dans la mer]

34 Pitte, op. cit., p. 66.

35 On notera que Lafont, au même moment, semble avoir proposé des chroniques en occitan à d’autres publications comparables . Sa correspondance avec Charles Marquier, dont il a été question plus haut, évoque, au début de 1949, une tentative, apparemment mal aboutie, du côté de Foyer rural (qui comporte alors une page « Midi ») dont Marquier semble être un collaborateur déjà régulier. En janvier 1950, ce projet paraît avoir pris forme, mais aucune correspondance de Marquier n’atteste de cela par la suite. Seule une courte lettre, datée de mars 1952, informe Lafont qu’il renonce à faire partie du Conseil d’Études de l’Institut d’Études occitanes. Le ton très administratif de ce courrier pourrait être celui d’une fin de non-recevoir.

36 [Aujourd’hui comme auparavant journalistes, écrivains, poètes, louent les pampres pleins de vigueur de septembre et leur peuple qui chantent. Des littérateurs qui, quatre-vingt dix-neuf fois sur cent, ne connaissent pas la fraîcheur des matins, la grosse chaleur de midi, les meurtrissures des bras qui charrient les le poids des raisins et des reins penchés à longueur de journée sur les souches noueuses… Des littérateurs qui, ayant regagné Paris, crieront comme des putois avec les autres contre le vigneron quand il veut vendre son vin, le résultat de tant de peine!]

37 24 septembre 1953. [Le Bon Dieu est un râleur!]. Reboussié est aussi un terme de français régional. On notera que Soc écrit l’occitan de façon assez approximative, bien loin de l’orthographe employée par Cordes; et qu’il utilise le mot colle, emprunté à l’occitan, pour désigner la troupe des vendangeurs.

38 Ce qu’en dit au fil d’une revue de presse Félix Castan dans la revue OC (« Los periodics », avril 1951, n° [180], p. 43) n’est probablement qu’une clause de style : « Senhalem las cronicas regularas de nòstre amic Còrdas dins Le Paysan du Midi, que representan un grand succès popular de nòstra lenga » [Signalons les chroniques régulières de notre ami Cordes dans Le Paysan du Midi, qui représentent un grand succès populaire de notre langue].

39 Il le restera jusqu’en 1969, avant de s’établir à Montpellier après s’être séparé de l’Ortolana.

40 Je n’ai eu connaissance qu’après la rédaction de ce texte du bel article de Rémy Pech «  Une vie avec Léon Cordes (1913-1987). Labours croisés du champ occitan », auquel je renvoie le lecteur, https://doi.org/10.15460/apropos.11.2184

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 : 31 janvier 1952. Une première page du Paysan du Midi. En bas: billet signé Pèire-Jèpa) à propos du recueil pédagogique De la langue au pays (Cliché Claire Torreilles)
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/7747/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende Figure 2 : 2 novembre 1950. Intervention de Robert Lafont sur l'occitan et sa graphie, suivie d’une prose signée Leon Cordas, La flor del rasim (Cliché Claire Torreilles)
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/7747/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Figure 3 : 4 janvier 1951. Nouvelle signée Leon Cordas, L'ombra de la figuiera (Cliché Claire Torreilles)
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/7747/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Légende Figure 4 : 22 mai 1952. Billet de Pèire-Jèpa faisant écho à son collègue billettiste en français Soc et s’en prenant aux proclamations d'Antoine Pinay (Cliché Claire Torreilles)
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/7747/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende Figure 5 : 10 janvier 1952. Billet de Pèire-Jèpa, saluant dans son billet les initiatives de la Compagnie du Bas-Rhône et de Philippe Lamour, fondateur du journal, pour irriguer le Languedoc (Cliché Claire Torreilles)
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/7747/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 454k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Gardy, « Léon Cordes écrivain et paysan. L’expérience du Paysan du Midi (fin des années 1940 - début des années 1950) : un billet d’humeur en occitan dans la presse agricole en français »Lengas [En ligne], 94 | 2023, mis en ligne le 25 décembre 2023, consulté le 14 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/lengas/7747 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lengas.7747

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search